Soutenance de thèse – Pierre Porcher-Ancelle, “Une masse de granit en République. Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République”, Sorbonne Université, 2024

Pierre Porcher-Ancelle a soutenu sa thèse pour le doctorat en histoire, préparée à l’école doctorale d’histoire moderne et contemporaine (ED 188) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (UR 3550) sous la direction des professeurs Jean-Noël Luc (Sorbonne Université) et Jean-François Condette (Université de Lille).

UNE MASSE DE GRANIT EN RÉPUBLIQUE
Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République

https://www.theses.fr/s385032

La soutenance a eu lieu jeudi 11 janvier 2024, 14h30, sous la coupole du lycée Jules-Ferry, 77 boulevard de Clichy, Paris 9e.

JURY

  • Carole Christen, professeure à l’Université Le Havre – Normandie, présidente
  • Jean-François Condette, professeur à l’Université de Lille
  • Arnaud-Dominique Houte, professeur à Sorbonne Université
  • Jean Le Bihan, maître de conférences HDR à l’Université Rennes 2, rapporteur
  • Jean-Noël Luc, professeur émérite à Sorbonne Université
  • Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris Cité
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière – Lyon 2, rapporteur

PLAN

PREMIÈRE PARTIE. AU CŒUR DE L’UNIVERSITÉ DE FRANCE. LES LYCÉES, DE L’ANNÉE TERRIBLE À LA GRANDE GUERRE (1870-1918)

Chapitre I – Le « tout puissant Empire du Milieu ». Le lycée impérial à l’heure républicaine (1870-1902)

Chapitre II – Une détermination prudente. Fonder les lycées de jeunes filles (1880-1914)

Chapitre III – Trop féminins, pas assez secondaires ? Les lycées de jeunes filles, de l’esprit de 1880 à la modernisation (1883-1914)

Chapitre IV – Élever les couches nouvelles et rallier les élites à la République. Histoire, géographie et sociologie de la population scolaire (1870-1914)

Chapitre V – La Grande Guerre des lycées (1914-1918)

DEUXIÈME PARTIE. « À MÉRITE ÉGAL, INSTRUCTION ÉGALE ». LES LYCÉES À L’HEURE DE L’ÉLITISME DÉMOCRATIQUE (1902-1938)

Chapitre VI – Pleurer les hommes et instruire les enfants. La mémoire lycéenne de la Grande Guerre (1914-1938)

Chapitre VII – Refondation, modernisation et unification. L’établissement scolaire comme objet, terrain et tombeau des réformes (1902-1929)

Chapitre VIII – De l’élitisme républicain à l’élitisme démocratique (1902-1938)

Chapitre IX – Une limite géographique à la promesse démocratique : le maillage territorial incomplet des établissements

Chapitre X – L’avènement du lycée démocratique ? Histoire, géographie et sociologie de la population scolaire à l’heure de la gratuité (1929-1938)

TROISIÈME PARTIE. DES CITADINS INDOCILES AUX CITOYENS ÉCLAIRÉS ? JEUNESSE LYCÉENNE, ÉDUCATION ET DISCIPLINE (1870-1938)

Chapitre XI – Aux origines de la tradition disciplinaire (du XVIIIe siècle à 1890)

Chapitre XII – La discipline universitaire en débat pendant l’Entre-deux-siècles (1890-1914)

Chapitre XIII – La réforme de 1890. Institutionnalisation et adoucissement de la discipline (1890-1914)

Chapitre XIV – Uniformes, blouses et récompenses : discipline et institutionnalisation de la masculinité et de la féminité des élèves

Chapitre XV – L’ordre au service des études. Discipline du quotidien, éducation et émancipation de la jeunesse lycéenne

RÉSUMÉ

Entre « tout-puissant Empire du Milieu » de la fin du XIXe siècle, décrit avec nostalgie par Lucien Febvre, et les « lycées somnolents » de la fin de l’Entre-deux-guerres, évoqués avec gravité par Marc Bloch, s’étendent les 70 ans de la Troisième République.

Les lycées sont le fleuron de l’enseignement secondaire et offrent une très grande variété de formations, des jardins d’enfants aux classes préparatoires, enseignements classique, moderne, technique et agricole compris. Ceux de l’académie de Paris, ressort qui couvre une large partie du Bassin parisien (9 départements), forment un ensemble d’établissements très différents – 11 en 1880, 42 en 1938 – des grands lycées nationaux de la capitale aux internats à rayonnement départemental de la province.

On se propose de démontrer comment les lycées sont des masses de granit en République, c’est à dire en quoi ils sont parcourus par une tension entre leur raison d’être initiale de former une élite, adossée à de solides traditions, et l’objectif de remplir la promesse méritocratique, porté par l’avènement de la République. Cette tension, visible dans l’organisation administrative et pédagogique autant que dans la discipline, qui contribue à préparer les élèves à leurs rôles d’adultes, débouche sur l’avènement d’un élitisme démocratique au nom duquel une certaine mixité sociale se développe dans le secondaire, sans toutefois que l’on puisse évoquer une démocratisation.

La réflexion est ancrée dans le contexte politique, sensible aux acteurs et aux représentations, aux administrateurs comme aux parents d’élèves, aux lycéens comme aux lycéennes, aux échelles géographiques, à Paris et sa banlieue comme à la province, à la transposition locale des directives nationales. Pour documenter la longue républicanisation du lycée, l’institutionnalisation de l’enseignement secondaire des jeunes filles au milieu d’attentes sociales contradictoires, la modernisation des études classiques, l’unification des études masculines et féminines et ses conséquences pour la condition féminine, les premières mesures démocratiques dont la Grande Guerre accélère la réalisation, une grande variété d’archives provenant des neuf départements de l’académie a été utilisée : ministère de l’Instruction publique, rectorat de Paris, inspections académiques départementales, établissements scolaires, mais aussi archives municipales et privées.

Il en découle un tableau historique où la personnalité des établissements apparaît déterminante et où cette échelle locale d’observation permet de comprendre la façon dont les politiques éducatives prennent ou non sens.



Citer ce billet
Pierre Porcher-Ancelle (2024, 12 février). Soutenance de thèse – Pierre Porcher-Ancelle, “Une masse de granit en République. Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République”, Sorbonne Université, 2024. LE PUPITRE. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search