Thèse en cours: Politiques et idéaux éducatifs de l’Ecole française et québécoise (1963-2004)

Franck Giol travaille à une thèse, sous la direction de Alain Kerlan (université  Lyon II) et Denis Simard (université Laval, Québec), consacrée aux “Politiques et idéaux éducatifs de l’Ecole française et québécoise (1963-2004). Évolutions et enjeux des discours relatifs aux valeurs et aux fins de l’éducation scolaire du rapport Parent au rapport Thélot“.

 

Présentation:

Les mutations qui affectent l’éducation scolaire des sociétés occidentales de l’après Deuxième Guerre mondiale peuvent être lues comme la marque d’une décomposition de la modernité, décomposition considérée par certains auteurs comme l’un des traits les plus saillants de la postmodernité. A ce titre, elles ne peuvent manquer d’affecter la forme scolaire elle-même, comme configuration historique singulière indissociable de la modernité.

La fin du récit de l’émancipation par le savoir, le changement permanent et l’incertitude généralisée qui caractérisent notre époque étant en effet difficilement contestables, il revient à la réflexion philosophique contemporaine de chercher à déceler quelles sont, et quelles peuvent être, les recompositions de la forme scolaire dans le cadre d’un monde marqué du sceau du néolibéralisme et de la globalisation.

Toutefois, si la postmodernité peut en un sens être considérée comme le point d’aboutissement d’un double processus de décomposition et de sécularisation du système de valeurs modernes que l’éducation scolaire était précisément censée incarner et promouvoir, elle n’en demeure pas moins une notion encore très diversement appréciée, selon que l’on se situe sur une rive ou l’autre de l’Atlantique. Centrale, voire pléthorique dans la problématique éducative du monde anglo-saxon, elle demeure relativement discrète en France. Une interrogation philosophique et historique des enjeux et des implications de la postmodernité eu égard à la forme scolaire doit prendre en considération cette différence qui ne saurait être sans signification.

Ainsi ne s’agira-t-il pas tant de développer une lecture strictement comparative des interprétations de la postmodernité, que de viser à une mise en lumière des problématiques transversales que cette notion engage sur le plan historico-philosophique et politico-éducatif à partir d’une analyse d’un corpus textes constitué de rapports rendus publics en France et au Québec des années 1960 aux milieu des années 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.