Soutenance – Maud Delebarre, « L’enseignement libre pour jeunes filles à Paris durant l’essor républicain : entre continuité et innovation (1880-1939) », Université Paris-Cité, 2023

Maud Delebarre a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation, le jeudi 14 décembre 2023 à la Sorbonne.

L’enseignement libre pour jeunes filles à Paris durant l’essor républicain : entre continuité et innovation (1880-1939)

Jury

  • Carole CHRISTEN-LÉCUYER, professeure des universités, Université du Havre, rapporteure
  • Jean-François CONDETTE, professeur des universités, Université de Lille, examinateur
  • Jérôme KROP, professeur des universités, Université de Nantes, examinateur
  • Rebecca ROGERS, professeure des universités, Université Paris Cité, directrice
  • Marianne THIVEND, maîtresse de conférences-HDR, Université Lyon 2, examinatrice
  • Yves VERNEUIL, professeur des universités, Université Lyon 2, rapporteur

Cette thèse interroge la capacité d’innovation de l’enseignement secondaire libre du point de vue de l’éducation féminine. À l’échelle du territoire parisien, il s’agit d’envisager à la fois les formes de concurrences et de complémentarités qui se jouent entre l’enseignement public et libre afin de mieux comprendre l’évolution des possibilités d’éducation offertes aux jeunes filles entre 1880 et 1939. Choisir d’étudier ces six décennies permet d’analyser les répercussions de différents évènements majeurs dans l’histoire de l’éducation féminine tels que la création des collèges et lycées de jeunes filles à partir de 1880, l’application des lois anti-congréganistes de 1901-1904, la conquête du baccalauréat durant les premières décennies du XXe siècle, la diversification des possibilités de formation durant l’entre-deux-guerres, et enfin la crise des années 1930 qui réaffirme la place des femmes dans la sphère privée. En s’intéressant au profil des familles et des élèves qui choisissent et fréquentent l’enseignement libre, aux femmes à la tête des institutions, mais aussi au personnel académique chargé de les contrôler et de les surveiller, cette thèse met en lumière le rôle de différents acteurs et actrices qui participent, de diverses manières, à la transformation de cette forme d’enseignement largement méconnue. Par une approche intersectionnelle visant à croiser le genre, la classe sociale et la religion, ce travail questionne plus largement ce qui se joue dans l’accès des femmes au savoir. Apporter une vue d’ensemble sur l’enseignement privé et public à destination des jeunes filles est une démarche inédite qui permet de combler un vide historiographique et qui, en sortant d’une histoire institutionnelle, permet de saisir davantage les transformations d’un modèle éducatif.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Porcher-Ancelle (13 juin 2024). Soutenance – Maud Delebarre, « L’enseignement libre pour jeunes filles à Paris durant l’essor républicain : entre continuité et innovation (1880-1939) », Université Paris-Cité, 2023. LE PUPITRE. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11tht


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search