Parution: Manuels et lectures scolaires dans la pratique d’enseignement

Les actes du colloque international au ZiF de Bielefeld sur “Manuels et lectures scolaires dans la pratique d’enseignement” viennent d’être publiés: Stephanie Hellkamps, Jean-Luc Le Cam, Anne Conrad (dir.),  Schulbücher in der vormodernen Unterrichtpraxis,  coll. Zeitschrift für Erziehungswissenschaft, Sonderheft17, 2013, VI, 247 p.

(version électronique décembre 2012, Zeitschrift für Erziehungswissenschaft, vol. 15 , Issue 2)

Ce colloque a été financé et porté par le Zentrum für Interdisciplinäre Forschung de l’Université de Bielefeld,  avec le soutien de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne, le Centre de Recherche Bretonne et Celtique de l’Université de Bretagne Occidentale ayant financé certaines traductions des contributions finales. Organisé par une historienne des sciences de l’éducation (Prof. Dr. Stephanie Hellekamps , Münster), un historien moderniste (Jean-Luc Le Cam, Brest) et une historienne de la théologie (Prof. Dr. Anne Conrad, Sarrebruck), il réunissait 14 communicants en provenance d’Allemagne, de France, de Hollande et de Tchéquie, représentant diverses disciplines, en premier l’histoire et les sciences de l’éducation, mais aussi les études littéraires, philologiques et théologiques.
Il s’agissait de sortir dune vision fondée essentiellement sur les documents normatifs ou les discours d’intention des auteurs de manuels et livres utilisés dans l’enseignement, vision en outre souvent focalisée sur les plus célèbres, pour interroger la façon dont le livre s’insérait à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne dans les pratiques pédagogiques et comment il les modifiait éventuellement. Ceci reprenait, mais dans une autre optique que précédemment, les questions de savoir comment était défini et pratiqué dans la réalité le canon des lectures scolaires et extrascolaires, mais aussi comment les institutions diverses et les éditeurs-imprimeurs intervenaient dans la mise en œuvre de ce programme. Le regard s’élargissait donc à toute littérature utilisée à l’école, y compris celle qui ne se concevait pas initialement à cet usage, mais aussi aux lectures pratiquées en dehors de l’école dans une finalité d’enseignement domestique ou d’autodidaxie, ce qui permettait d’inclure les pratiques d’élites non scolarisées, non seulement nobiliaires mais aussi féminines.
Il en ressort le constat de la nécessité d’un recours à des approches variées croisant les sources pour traiter au mieux de cette question difficile. Ce colloque rappelle aussi la dimension économique et sociale de ces problèmes, trop souvent oubliée par l’historiographie. Il contribue enfin à remettre en cause une vision qui sépare trop nettement, en leur attribuant des logiques différentes, le recours au livre, la transmission manuscrite, l’oralité du cours et la mémorisation des textes, activités qui semblent s’intégrer plus étroitement dans les anciennes pratiques pédagogiques.

Voir l’introduction (en allemand).
En français, voir le rapport de Jean-Luc Le Cam :  « Colloque ‘ Schulbücher und Lektüren in der vormodernen Unterrichtspraxis / Manuels scolaires et lectures dans la pratique d’enseignement à l’époque moderne ‘ (9-11 novembre 2011) », Rapport de colloque, Revue de l’Institut français d’Histoire en Allemagne, 2, 2012, p. 29-33.

Table des matières:

  • Stephanie Hellekamps/Jean-Luc Le Cam/Anne Conrad, Einleitung: Schulbücher und Lektüren in der vormodernen Unterrichtspraxis
  • Michael Baldzuhn, Das Ritual des Textverstehens. Zu Konzeption und Gebrauch des spätmittelalterlichen Schulbuchs
  • Hans Rudolf Velten, Frühe Lese- und Schreiblernbücher des 16. Jahrhunderts. Zu Valentin Ickelsamers, Die rechte weis, aufs kürtzist lesen zu lernen (1527) und Teütsche Grammatica (1532?)
  • Stefan Ehrenpreis, Katechismen und Katechese. Frühneuzeitliche Schulbücher als politisch-sozialer Konfl iktstoff im Konfessionellen Zeitalter
  • John Exalto, Alphabet, Bibel, Katechismus: Das ABC der vormodernen Grundschule in den Niederlanden
  • Kurt Wesoly, Rechenunterricht und Rechenbücher bis zur Mitte des 18. Jahrhunderts, mit besonderer Berücksichtigung des Herzogtums Berg
  • Emmanuelle Chapron, Das Elementarschulbuch im 18. Jahrhundert: Räumliche Ausbreitung und Handelspraktiken zwischen Paris und der Champagne (1680–1730)
  • Martin Holý, Schulbücher und Lektüren in der Unterrichtspraxis an böhmischen und mährischen Lateinschulen des 16. und frühen 17. Jahrhunderts
  • Jean-Luc Le Cam, Schulbücher zwischen Vorschrift, Angebot und Gebrauch: das Beispiel des braunschweigischen Gelehrtenschulwesens im 17. Jahrhundert
  • Anne Conrad, Lernmaterialien und Lesepraxis in Ursulinenschulen des 17. und 18. Jahrhunderts
  • Stephanie Hellekamps/Hans-Ulrich Musolff, Zur Didaktik der Frühaufklärung. Schulbücher und Lektüren für den Philosophieunterricht am Soester Gymnasium zu Beginn des 18. Jahrhunderts
  • Sylvène Edouard, The books used by Mary Stuart for the exercise on „Acquérir de la doctrine“ (1554–1555)
  • Dominique Picco, Bücher und Lektüren für junge Mädchen. Das Beispiel Saint-Cyr (Ende 17. Jahrhundert bis 1750)
  • Pascale Mormiche, Lehrbücher und Lektüren zur Erziehung französischer Prinzen im 17. und 18. Jahrhundert
  • Annie Bruter, The use of the French “Abreges d’Histoire” during the 17th and 18th centuries

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.