Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école?

Pierre Clément soutiendra sa thèse de sociologie intitulée “Réformer les programmes pour changer l’école? Une sociologie historique du champ du pouvoir scolaire“.
Lundi 11 mars 2013 à 14 heures dans l’amphithéâtre Sraffa du Pôle universitaire Cathédrale de l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens (10, placette Lafleur).

Jury :
Brigitte Gaïti, Professeur de science politique, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Bertrand Geay, Professeur en sciences de l’éducation, Université de Picardie Jules Verne (directeur de la thèse)
Frédéric Lebaron, Professeur de sociologie, Université de Picardie Jules Verne
Michel Offerlé, Professeur de science politique, Ecole Normale Supérieure (rapporteur)
André Robert, Professeur en sciences de l’éducation, Université Lumière Lyon 2
Agnès Van Zanten, Directrice de recherche au CNRS (Observatoire sociologique du changement) (rapporteur).

 

Résumé:

Au croisement de la sociologie de l’éducation et de la sociologie de l’État, cette thèse s’intéresse à la fabrique des réformes curriculaires et montre en quoi la transformation des contenus de l’enseignement a pu apparaître comme l’un des leviers privilégiés de la réforme de l’école dans son ensemble. Construite autour de l’étude de deux moments critiques – la réforme des programmes dans le cadre de la loi d’orientation de 1989 et l’instauration en 2006 du socle commun de connaissances et de compétences – la thèse propose une enquête sur le champ du pouvoir scolaire entendu comme l’espace des positions sociales à partir desquelles peut s’exercer un pouvoir sur le système d’enseignement. Elle explore ainsi non seulement, dans une perspective de sociologie génétique, comment a été posé le problème du contenu de l’enseignement depuis la fin du 18ème siècle, mais aussi comment cette question a pu être faire l’objet d’appropriations par le champ syndical, par le champ intellectuel ou par le champ politico‑bureaucratique. Pour ce faire, on s’appuie principalement sur le dépouillement de nombreux fonds d’archives (qu’ils proviennent de syndicats, de cabinets ministériels, d’administrations centrales, de partis politiques ou de personnes physiques, etc.), sur une cinquantaine d’entretiens approfondis et sur recueil de données prosopographiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.