Séminaire – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique subsaharienne du milieu du XIXe siècle aux années 1970 (J.-L. Martineau & P. Guidi)

Le séminaire Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances en Afrique (mi-XIXe siècle- années 1970) sera consacré à l’histoire de l’institution scolaire, de ses acteurs et de ses publics, aux enseignements, à la réception de l’idée de scolarisation et au « désir d’école » en Afrique sous la colonisation et pendant la première décennie des indépendances. A partir d’exemples ancrés dans une période, un contexte, un événement ou un pays particuliers (du Maghreb à l’Afrique du Sud), il s’agira de comprendre dans quelles mesures les politiques et pratiques scolaires, les lieux de formation, l’investissement individuel ou collectif des acteurs de l’école et leur vécu sont indissociables de la construction des sociétés coloniales mais aussi des jeunes nations indépendantes.

Ce séminaire sera constitué de 4 séances mensuelles entre le 28 janvier et 15 avril 2019 et d’une journée-séminaire le jeudi 9 mai. L’ensemble des interventions permettra d’approcher l’histoire de l’éducation en Afrique mais aussi dans d’autres sphères colonisées car l’histoire de l’éducation offre un point de vue particulièrement fécond sur les dynamiques impériales et les sociétés coloniales.

Continuer la lecture de « Séminaire – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique subsaharienne du milieu du XIXe siècle aux années 1970 (J.-L. Martineau & P. Guidi) »

AàC – L’autorité en éducation : figures, variations, recomposition (Université Jean Monnet, 27-28 juin 2018)

Appel à communications complet

Les propositions de communication sont attendues pour le lundi 4 février 2019, dernier délai. Elles sont à envoyer à : Philippe Foray (philippe.foray [at] univ-st-etienne.fr). Elles devront comporter les éléments suivants : le nom et les coordonnées du ou des auteurs (institution,adresse mail), une bibliographie succincte, une présentation de la communication (2000 signes maximum) et 5 mots-clefs. Les propositions seront anonymées et examinées par deux membres du comité scientifique. Les avis seront communiqués aux auteur(e)s le 11 mars 2019. Un résumé substantiel de la communication (6000 signes) devra être envoyé pour le 3 juin 2019. Langues : français, anglais

AàC – La diplomatie culturelle depuis 1945 dans le monde : rayonnement, influence, coopération.

 En France, l’étude de la diplomatie culturelle, au croisement entre les domaines de l’histoire culturelle et l’histoire des relations internationales, est un champ de recherche relativement récent et encore peu exploité. Quelques ouvrages collectifs tentent d’aborder la diplomatie culturelle d’un point de vue global depuis les années 2010 [Dulphy, et al., 2010; Dubosclard, et al., 2002], mais l’étude de la diplomatie culturelle reste essentiellement fragmentaire, par le biais d’études de cas. L’historiographie des Etats-Unis est plus fournie, à travers des études sur le soft power [Nye, 2004], sur l’usage de la culture durant la Seconde Guerre mondiale (par le biais de l’agence United States Office of War Information) ou dans le contexte de la Guerre froide (propagande anti-communiste et mise en avant du modèle démocratique occidental). Ailleurs, la faiblesse de l’historiographie dans ce domaine tient peut-être aux formes et enjeux multiples de la diplomatie culturelle, à son développement récent (deuxième moitié du XXème siècle) ou à la difficulté d’en donner une définition générique.

Continuer la lecture de « AàC – La diplomatie culturelle depuis 1945 dans le monde : rayonnement, influence, coopération. »

Séminaire – Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe? Perspectives et impasses de la construction scolaire de la conscience historique (ENS Ulm, site Jourdan)

Les séances ont lieu de 17h à 19h, à lÉcole Normale Supérieure, au 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, salle R1-08, 1er étage.

Programme 2018-2019

  • 14 novembre 2018 : Luigi CAJANI (Université La Sapienza de Rome), Roman national ou histoire mondiale ? L’enseignement de l’histoire en Italie entre biais politique et exigences scientifiques.
  • 19 décembre 2018 :Arie WILSCHUT (Amsterdam University of Applied Sciences), A curriculum of frame-of-reference historical knowledge – the idea and the practical problems.
  • 16 janvier 2019 : Piero COLLA (Centre Maurice Halbwachs – CNRS, EHESS, ENS et Université de Bologne), L’histoire « décanonisée » : un exploit et une impasse du modèle scolaire suédois.
  • 13 février 2019 :Charles HEIMBERG et Aurélie DE MESTRAL (Equipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté – Université de Genève), L’enseignement de l’histoire en Suisse et ses défis récents : entre éclatement des situations, réification des ambitions et régressions historico-mémorielles.
  • 10 avril 2019 : Olga KONKKA (université Bordeaux Montaigne, CEMMC), L’histoire scolaire en Russie : le triomphe du modèle narratif ? L’étude des supports pédagogiques élaborés par des enseignants au prisme de la politique historique et des traditions didactiques.
  • 22 mai 2019 : Rainer BENDICK (conseiller pédagogique auprès du SESMA, régionale de Brunswick), Quelle crise ? L’enseignement de l’histoire en Allemagne entre structure fédérale du système éducatif et concepts didactiques.

Colloque – Subjectivité et inégalités dans les expériences d’apprentissage, XVIIIe-XXIe siècles (UPJV, 29 nov. 2018)

Programme complet

L’idée du colloque est de réfléchir sur les aspects et contenus subjectifs des expériences d’apprentissage prises au sens large, c’est-à-dire pouvant concerner les apprentissages en cadre institutionnel ou aussi bien ceux autodidactes ou informels et apparemment « hors-normes ». Que signifie apprendre du point de vue du sujet ? Quelles économies émotionnelles, relationnelles, décisions intimes, déplacements, renoncements peut-être, s’opèrent alors ? Et quelle est la manière dont le sujet se relate à lui-même cette expérience ? Inévitablement, une expérience en nom propre s’écarte par son irréductible singularité des chemins balisés et porte toujours une potentialité de remise en question. Et cela d’autant plus si cette expérience se signale par sa marginalité, qu’il s’agisse d’un handicap avéré, d’un positionnement social, d’un choix idéologique ou simplement d’un trajet original de vie ou de démarche, tant il est vrai que cette marginalité doit se conjuguer au pluriel. Mais, en même temps, apprendre est toujours accepter l’idée d’une norme dont on ne décide pas et au contraire que l’on intègre en limitant une part de sa liberté de sujet. C’est ce jeu entre liberté subjective, écart critique et normalisation qu’il s’agira d’explorer. La palette des possibilités sera très variée,depuis la littérature éducative, le roman dit d’apprentissage jusqu’aux innovations pédagogiques ou éducatives les plus diverses en passant par les expériences inclassables où se jouent les fondements du rapport au savoir et du rapport maître/élève. Par là, l’expérience de ces marginalités peut se révéler instructive pour les processus d’apprentissage en général ou de formation de la subjectivité

Parution – Histoire de l’enseignement de l’histoire au Japon. Autour de la question des manuels scolaires (Nobuko Maeda dans la revue « Histoire@Politique »)

L’article sur le site d’Histoire@Politique

Résumé de la revue : depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, l’enseignement de l’histoire fait au Japon l’objet d’une attention particulière de la part des responsables politiques. La volonté de construire un État-nation idéal a eu pour corollaire un contrôle direct de cet enseignement par le gouvernement, continuel, mais d’intensité variable selon les époques. Cet article propose d’analyser l’évolution de cette relation entre la politique et l’enseignement de l’histoire en abordant, en premier lieu, la question du contrôle des manuels scolaires, puis les luttes menées contre l’État par des historiens d’après-guerre désireux de voir transmis aux élèves un savoir historique établi et validé par la recherche scientifique. La question des manuels d’histoire est devenue à partir des années 1980 un problème commun de l’Asie orientale. Nous montrons en dernier lieu comment cette évolution, liée à celle des relations internationales, a favorisé la montée du mouvement « révisionniste » dans l’archipel nippon.

Atelier – Les usages de la temporalité hebdomadaire au XXe siècle (ANR Numapresse, 19 nov. 2018)

Lundi 19 novembre 2018, 9h30-17h – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
7 rue de la Sorbonne, Esc. B, 4e ét., s. H 308.

Matin, 9h30-12h30. Modération : Marie-Eve Thérenty (Université de Montpellier)

  • « Organiser la semaine », Dominique KALIFA (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • « La semaine sportive », Paul DIETSCHY (Université de Franche-Comté)
  • « La semaine cinématographique », Dimitri VIZYRIGLOU (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • « La semaine radiophonique », Cécile MEADEL (Université Panthéon-Assas, IFP)

Après-midi, 14h-17h, Modération : Paul ARON (Université libre de Bruxelles)

  • « La semaine politique et parlementaire », Eric THIERS (Assemblée nationale/Cevipof)
  • « La semaine scolaire », Pierre PORCHER (Sorbonne-Université)
  • « Semaine de travail, semaine salariale », discussion avec Michel PIGENET (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

JE – Le curriculum en France : quelles actualités, quelles perspectives ? (31 jan. 2018, Université Paris-Descartes)

Programme complet et informations

Bulletin d’inscription

Depuis le tournant des XXe-XXIe siècles, de nombreuses réformes en France refondent etre configurent la scolarité obligatoire, l’enseignement en lycée général et technologique, les formations en lycée professionnel, les cursus universitaires ou les formations supérieures. Ces transformations constituent un changement de grande ampleur, parfois explicitement indexé aux termes « curriculum » ou « curricula » jusqu’alors méconnus voire ignorés ou dédaignés en France malgré ses usages anciens et ordinaires à la fois au plan international et dans des formations professionnelles en France. L’émergence du curriculum dans les discours politiques français s’inscrit dans la circulation d’idées au sein de l’Union européenne et au-delà, et dans la diffusion de réflexions, d’études et de recherches publiées dans des ouvrages ou articles. Associée aux réformes des programmes et des plans d’études, cette orientation curriculaire promeut un renversement de pensée afin de réinventer l’éducation et les formations du XXIe siècle. Curriculum, contenus, disciplines et compétences s’entremêlent ainsi dans les recherches à dominante sociologique, didactique, politique ou historique et dans les réflexions et interventions programmatiques des instances et des experts chargés de la définition de l’enseignement et des formations scolaires. L’objectif central de cette journée d’étude est de réunir les chercheurs et les experts engagés à des degrés divers dans des travaux, réflexions ou actions sur la thématique du/des curriculum/des curricula afin de croiser, caractériser et positionner les recherches et leurs orientations théoriques et méthodologiques.Cette journée d’étude, centrée sur la préoccupation générale « Le curriculum en France :quelles actualités, quelles perspectives ? » est organisée en trois tables rondes successives :

1. Curriculum : qui, pour quoi faire, pour quoi dire ?

2. Curriculum : comment, quelle organisation et quelle cohérence d’ensemble ?

3. Curriculum : quelles mises en œuvre, quels équilibres, quelles frontières ?

Soutenance de Camille Vergnaud

Universités et universitaires en leurs territoires : quelles implications pour quelles missions ? Etude comparée des cas de Syracuse University (Etats-Unis) et de l’université Paris Nanterre (France)

La soutenance aura lieu le vendredi 30 novembre à 14h à l’université Paris Nanterre, en salle de séminaire n° 2 au RDC du bâtiment Max Weber.

Le jury sera composé de :

  • Jérôme AUST : Chargé de recherche FNSP (examinateur)
  • Hélène DANG VU : Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (examinatrice)
  • Sylvie FOL : Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)
  • Myriam HOUSSAY- HOLZSCHUCH : Professeure à l’Université Grenoble Alpes (rapporteure)
  • Sonia LEHMAN-FRISCH : Professeure à l’Université Paris Nanterre (examinatrice)

Soutenance d’Alice Olivier

Étudiants singuliers, hommes pluriels. Orientations et socialisations masculines dans des formations « féminines » de l’enseignement supérieur

La soutenance aura lieu le :
 
vendredi 30 novembre 2018 à 14h.
Observatoire Sociologique du Changement (Sciences Po). 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Salle Annick Percheron (sous-sol)

Le jury sera composé de :

  • Mme Marie Bergström, chargée de recherche, Ined (tutrice)
  • M. Sébastien Chauvin, professeur associé, Université de Lausanne (rapporteur)
  • Mme Muriel Darmon, directrice de recherche, CNRS/CESSP (EHESS-Paris 1) (rapporteure)
  • Mme Clotilde Lemarchant, professeure des universités, Université de Lille, Clersé
  • Mme Sophie Orange, maître de conférences, Université de Nantes, CENS
  • Mme Agnès van Zanten, directrice de recherche, CNRS/OSC-Sciences Po (directrice)

AàC de la revue « L’Année sociologique » – Sens de la justice et sélection des étudiant.e.s dans l’enseignement supérieur

Soumission des articles et calendrier

Les propositions de contribution (entre 1000 et 1 500 mots maximum, bibliographie non incluse), en français ou en anglais, devront être adressées à Madame Delphine Renard (delphine.renard [at] paris-sorbonne.fr) au plus tard le 15 mars 2019. Elles seront examinées et sélectionnées par les coordinateurs du numéro. La notification d’acceptation sera rendue au plus tard le 4 mai 2019.Les auteurs dont la proposition aura été retenue devront soumettre leur article au plus tard le 15 novembre 2019. La longueur ne devra pas dépasser 65 000 signes (espaces, bibliographie et figures compris). Chaque article sera ensuite évalué, de manière anonyme, par le comité de rédaction de L’Année sociologique. Nous invitons les auteurs intéressés à consulter les règles de soumission sur la page de L’Année sociologique sur le site des PUF : http://www.puf.com/L’Année_sociologique. La publication dunuméro est prévue pour l’automne 2020.

Parution – Françoise F. Laot et Claudie Solar (dir.), « Pionnières de l’éducation des adultes. Perspectives internationales », préface de Rebecca Rogers

Première de couverture

Présentation de l’éditeur : ce livre présente les portraits de onze femmes de Belgique, États-Unis, France, Pologne, Royaume-Uni et Suisse. Par leurs actions ou leurs idées, elles ont contribué à développer des formations dans une grande diversité de domaines ou ont fondé des institutions dont certaines existent encore aujourd’hui. Il s’agit de Marie-Jeanne Bassot, Victoire Cappe, Marguerite Champendal, Jeanne Deroin, Mary Follett, Isabelle et Zoé Gatti de Gamond, Virginia Gildersleeve, Élise Luquin, Helena Radlinska et Caroline Spurgeon. Sans aucunement prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage entend marquer une première étape dans le chemin vers la découverte de nouvelles pionnières de l’éducation des adultes.

Françoise F. Laot est socio-historienne, professeure à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et Claudie Solar est une spécialiste du genre et de l’éducation des adultes, maintenant à la retraite de l’Université de Montréal.

Les auteur·e·s : Marie-Thérèse Coenen, Joëlle Droux, Jacques Éloy, Marie-Élise Hunyadi, Françoise F. Laot, Ewa Marynowicz-Hetka, Elsa Roland, Claudie Solar, Marianne Thivend et Rebecca Rogers (préface).

Séminaire – Savoir-faire circulatoires, espaces-carrefour, intermédiaires intersectoriels et transnationaux (Université Paris-Nanterre)

Lieu : ISP, Université Paris Nanterre (plan du campus
Accès par le RER A ou le train de la gare Saint-Lazare

Le séminaire général de l’ISP est consacré cette année aux phénomènes de circulation des savoirs savants, experts et professionnels entre différents espaces nationaux et différentes sphères sociales. On s’intéressera plus particulièrement aux conditions sociales, politiques et intellectuelles rendant les circulations possibles et aux propriétés des acteurs individuels et institutionnels (institutions académiques, fondations philanthropiques, administrations publiques, think tanks, organisations internationales, réseaux d’experts, « espaces-carrefour », groupes professionnels et « communautés épistémiques ») qui produisent ou reformulent ces savoirs, initient les circulations ou leur servent d’intermédiaires. On examinera également les usages, les appropriations et, le cas échéant, les hybridations qu’elles entraînent en étant attentifs à l’historicité des phénomènes étudiés, à leur dimension nécessairement diachronique ainsi qu’aux temporalités plurielles qui peuvent les régir.

  • Séance 1. Mercredi 5 décembre 201814h30-17h00 (salle 2 rdc, Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber)
    • Le rôle des organisations internationales dans la production et la circulation des savoirs et des pratiques
    • Magdaléna Hadjiisky (Institut d’études politiques de Strasbourg, SAGE) :  « Les acteurs nationaux dans la fabrique de l’expertise ‘internationale’ : coalitions d’acteurs et usages politiques de l’expertise sur la ‘politique de réglementation’ (OCDE) en terres européennes »
    • Olivier Nay (Université Paris I, CESSP), « Organisations internationales, chercheurs d’institution et production des savoirs de réforme. Réflexions à partir du cas de la Banque mondiale »
    • Discutantes : Sandrine Lefranc (ISP) et  Jana Vargovcikovà (ISP).
  • Séance 2. Jeudi 17 janvier 201910h-12h30 (Université Paris Nanterre, Maison d’Archéologie et d’Ethnologie (MAE) René Ginouvès, salle du conseil, 4e étage). Groupes professionnels, circulations intersectorielles et jeux d’échelle
    •  Antoine Vauchez (CNRS, CESSP) et Pierre France (CESSP) : autour de l’ouvrage Sphère publique, intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.
    • Sylvain Laurens (EHESS, CESSP) : autour de l’ouvrage Les courtiers du capitalisme. Milieux d’affaires et bureaucrates à Bruxelles, Marseille, Agone, 2015.
    • Discutants : Dzovinar Kevonian (Université Paris Nanterre, ISP) et Christophe Le Digol (Université Paris Nanterre, ISP).

Colloque – Academic Freedom Under Threat: Roots, Responsibilities, Reactions (ULB, 10-11 déc. 2018)

Informations et programme

Qu’est ce que la liberté académique et quelles sont les atteintes qui lui sont portées ? Fondement de la vie intellectuelle dans l’université et dans la société, condition essentielle pour une recherche et un enseignement de qualité, la liberté académique se trouve aux prises avec des menaces plus ou moins explicites, plus ou moins ciblées, dans divers pays du monde, transcendant la frontière entre monde démocratique et monde nondémocratique. Se distinguant de la liberté d’expression par ses spécificités, elle est le viatique central de toute la vie de l’université. Sans celle-ci, la progression de la recherche et la transmission sont toujours malmenées, souvent compromises et parfois impossibles. Or, c’est bien contre la liberté académique que se multiplient ces derniers temps des attaques de types divers. L’enjeu de ce colloque, qui rassemble chercheurs et témoins d’horizons très variés, est de proposer une analyse conceptuelle de la notion, resituée dans une perspective socio-historique, avant d’aborder les différents contextes qui produisent des menaces sur la liberté académique. Ces contextes sont très différents, allant du conflit armé et du post conflit, à la non protection par l’Etat, voire à la criminalisation des chercheurs par celui ci, sans oublier les pressions économiques, sociales ou idéologiques qui pèsent sur l’université. Cette typologie croise la question des régimes politiques et de leurs évolutions. Si la répression de la liberté académique en régime autoritaire obéit à une logique contextuelle, certaines situations sont plus contre-intuitives. Ainsi la liberté académique peut-elle se développer en situation de conflit armé dans des sphères inattendues, et se trouver sous le coup de pressions diverses dans un contexte démocratique, lorsque s’exercent des pressions économiques, ou de groupes hostiles à certaines aires de recherche, comme le genre, l’évolution ou les migrations. En outre, la passivité de l’Etat dans certains contextes traversant les frontières entre démocratie et autoritarisme peut s’avérer complice de menaces dès lors que l’Etat ne protège pas activement et explicitement les chercheurs menacés. Sans prétention à l’exhaustivité, les intervenants aborderont ainsi des cas d’études de différents pays, notamment la Russie le Liban, l’Azerbaïdjan, la Chine, l’Iran, la Hongrie, la Turquie, la Belgique et d’ autres pays encore. Le colloque sera clos par une table ronde qui fera le point sur les engagements actuels et passés en faveur de chercheurs en danger, ce qui devrait permettre d’envisager des pistes d’actions futures.

Le prix de l’AHCESR 2018 pour Pierre Vershueren

Message de l’Association des historiens contemporanéistes de l’Enseignement supérieur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le prix 2018 de l’AHCESR a été attribué à  Pierre Verschueren (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre), pour son article « Les rapports de thèses de doctorat ès sciences physiques, révélateurs des normes de la science »,Vingtième siècle, 2016/4, n° 132, p. 111-123. 

Le jury a particulièrement apprécié l’originalité du sujet, traité à partir d’un corpus des sources dont l’article analyse l’implicite avec finesse. L’article témoigne d’un équilibre remarquable entre présentation des données et problématisation. 

Le jury souhaite également distinguer deux autres articles qui ont particulièrement retenu son attention. 

Anne Granier, « Une politique d’abandon surveillé : la zone de Boulogne-sur-Seine pendant l’entre-deux-guerres (1919-1933) »Espaces et sociétés, n° 171, n° 4, 2017, p. 19‑36.

Ken Daimaru, « Entre blessures de guerre et guerre des blessures : la « balle humanitaire » en débat en Europe et au Japon, 1890-1905 »Le Mouvement Social, n° 257, n° 4, 2016, p. 93‑108.

Nous remercions tous les participants, en espérant qu’ils soient nombreux l’année prochaine,  et vous donnons rendez-vous le vendredi 25 janvier prochain, à 17h en Sorbonne, pour la remise du prix à Pierre Verschueren.

Séminaire doctoral à l’ENS Lyon (UMR Triangle)

Plus d’informations

Organisé sous l’égide de l’UMR Triangle, le séminaire « Les mouvements de l’éducation dans les dynamiques de reconfiguration de l’action publique » débute le 10 décembre 2019. Le séminaire prendra essentiellement la forme d’un groupe de travail avec quelques séances conviant des chercheurs-invités à intervenir sur leurs travaux de recherche.

Nous accueillerons Olivia Chambard, docteure en sociologie, post-doctorante au CEET (CNAM) qui nous présentera ses travaux de thèse (soutenue en juin 2017) portant sur : « La fabrique de l’homo entreprenans. Sociologie d’une politique éducative aux frontières du monde académique et du monde économique »

Séminaire – « Politiques éducatives dans les mondes arabes et musulmans et vis-à-vis des populations musulmanes d’Europe, 1900-2018 : un état de lieux » (Juliette Honvault & Christine Mussard)

Présentation – programme complet

Depuis 2017, les thématiques des séminaires de l’axe « Education » de l’Iremam visaient à faire remonter les objets et terrains de recherche des membres de l’équipe, et une attention particulière a été portée sur l’école et ses acteurs du quotidien, du quartier ou de la ville, ou sur les conditions de la recherche. Cette année, et sans perdre de vue l’intérêt heuristique de cette échelle, notre choix s’est porté sur un élargissement de la focale au niveau des politiques éducatives qui encadrent les pratiques d’enseignement et d’apprentissage. L’espace couvert par nos recherches (France, Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte et Yémen – la liste reste ouverte !) mérite d’être appréhendé par le haut à des fins de synthèse, mais aussi pour permettre de mieux distinguer les spécificités des situations scolaires, ou de repérer les circulations de modèles, de méthodes ou d’outils éducatifs d’un pays ou d’une région à l’autre. Il s’agira de dresser un état des lieux des situations éducatives des pays étudiés au début du XXe siècle, puis des prises en charge de l’enseignement par les pouvoirs politiques dans le cadre des affirmations impériales et des mouvements de construction nationale, et enfin des évolutions plus récentes intégrant les choix des régimes autoritaires ou le rôle joué par l’ouverture à la mondialisation. Le maintien ou l’apparition d’acteurs non gouvernementaux, qu’ils soient religieux, associatifs, ou encore internationaux comme l’Unesco, seront également analysés en intégrant leurs moyens d’action (humains, administratifs, politiques et idéologiques) et ce que leur présence implique dans la définition des politiques éducatives. Le choix du « macro » ne doit pas, dans la mesure du possible, exclure l’attention aux acteurs des politiques éducatives. Au contraire, c’est à leur échelle que se jouent et se croisent les temporalités et les héritages, les compétences, mais aussi les hiérarchies et les intérêts sociaux sur lesquels reposent la conceptualisation, la mise en place et l’application des politiques générales.

Ce travail collectif de synthèse se propose de mettre en regard les approches disciplinaires de l’histoire, de la sociologie, et de l’anthropologie représentées dans l’équipe, afin de partager au mieux les outils méthodologiques et conceptuels, mais aussi la construction de nos objets.

 Toutes les séances auront lieu le jeudi à 14h à la MMSH, en salle 101 sauf le 24 janvier (salle A219)

  • Jeudi 6 décembre 2018 : Brooke Durham (Stanford University) : « L’alphabétisation et l’enseignement primaire en Algérie : présentation de documents du Service des centres sociaux et de l’Union des sections algériennes du syndicat national des instituteurs, 1955-1962 ».
  • Jeudi 24 janvier 2019 (salle A219) : Juliette Honvault (Iremam) : Politiques éducatives concurrentes au Yémen (1935-1970) (titre à préciser).
  • Jeudi 7 mars 2019 : Aude Signoles (CHERPA, IEP Aix-en-Provence, Iremam), Alice BaudyLydia Berkane et Lamia Mellal (Master IEP, Aix-en-Provence) : « Histoire scolaire et mémoires harkies. De la rencontre avec des « témoins directs » à la visite de musées, quels dispositifs d’action publique privilégier pour transmettre le passé ? ».
  • Jeudi 18 avril 2019 : Alice Baudy (IEP Aix-en-Provence) : Les restitutions de l’histoire des Harkis par des candidats au baccalauréat français 2018 (titre à préciser).
  • Jeudi 6 juin 2019 : Christine Mussard (ESPE Aix-en-Provence, Iremam) : Politiques éducatives dans l’Algérie coloniale (titre à préciser).
  • Jeudi 11 juillet 2019 : bilan du séminaire pour l’année 2018-2019. 

AàC pour un n° de la revue « Études sociales » – Populariser l’enseignement du droit, de l’économie politique et de l’économie sociale au XIXe siècle (1814-1914). Jalons pour une recherche

Appel à communications complet

Les propositions d’articles sont à envoyer, accompagnées d’un bref CV, aux trois coordinateurs du dossier avant le 15 octobre 2019. Les articles retenus seront présentés lors d’une journée d’étude organisée l’Université de Lille 2 en avril 2020. Ils seront ensuite présentés pour évaluation à la revue le 15 mai 2020. Ils feront alors l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par le comité de rédaction des Études sociales, comme l’exigent les règles de la revue. Ils peuvent alors être acceptés sans modification, acceptés sous réserve de modifications ou refusés.

  • Anne-Sophie Chambost : anne.sophie.chambost [at] univ-st-etienne.fr
  • Laetitia Guerlain : laetitia.guerlain [at] u-bordeaux.fr
  • Farid Lekéal : farid.lekeal [at] univ-lille.f