Ressource – « L’École des paysans », site sur l’enseignement agricole en France et en Europe

Michel Boulet, professeur de l’Enseignement supérieur agronomique honoraire (AgroSup Dijon), ancien directeur de l’Institut national de recherches et d’applications pédagogiques du ministère de l’Agriculture, nous signale son site sur l’enseignement agricole.

« L’École des paysans »

Il y met en ligne des travaux de recherche sur l’enseignement agricole en France et en Europe, à travers des billets sur l’histoire de l’école des paysans, mais également des rapports, notes et textes réglementaires. On y trouve également des ressources bibliographiques, théoriques et une histoire du pôle d’enseignement agricole dijonais.

Publication – « Politique(s) de l’éducation : des idéologies au pragmatisme ? », n° 159, revue Administration et éducation

EDITORIAL. Éducation et politique(s) : une relation en question(s).Alain BOISSINOT

UNE VISION MANICHÉENNE QUI NE RÉSISTE PAS TOUJOURS À L’EXAMEN

  • Populisme éducatif et gouvernance de l’école en France Xavier PONS
  • Éducation et politique : l’effet « Mai 68 » Présentation d’un article de Yann FORESTIER par Alain BOISSINOT

POLITIQUES ÉDUCATIVES ENTRE AMBITIONS ET PRAGMATISME, APPROCHES HISTORIQUES ET COMPARATISTES

  • Politique(s) de l’éducation : des idéologies au pragmatisme ? Approches historiques Gérald CHAIX
  • Idéologie et pragmatisme dans le gouvernement des systèmes scolaires Denis MEURET
  • L’école en France du XIXe siècle à nos jours : une affaire politique ou une question technique ? Yves VERNEUIL
  • Une étude de cas : la signature de la déclaration de la Sorbonne et du processus de Bologne. Luigi BERLINGUER, Alain BOISSINOT, Simone BONNAFOUS
  • Le système scolaire allemand : acquis et faiblesses d’une transformation en cours. Werner ZETTELMEIER
  • Les politiques de formation des maîtres. Emmanuel FRAISSE
  • Programmes, curriculums, chez nous et ailleurs.Gérald CHAIX

L’IRRUPTION DE L’ÉCHELON TERRITORIAL

  • Les politiques d’éducation dans les territoires
  • Bernard POULIQUEN

DES PRINCIPES INSTABLES, PARFOIS EN CONTRADICTION AVEC LA MISE EN OEUVRE : DÉCISIONS SCIENTIFIQUES, CHOIX POLITIQUES OU TECHNOCRATIQUES ?

  • Quand les politiques éducatives appellent la recherche à la rescousse. Olivier REY
  • L’éducation prioritaire en France : les paradoxes d’une politique incertaine. Jean-Yves ROCHEX
  • Quels usages des évaluations standardisées des élèves ? Bruno TROSSEILLE
  • Existe-t-il une politique de ressources humaines à l’Éducation nationale ? Marie-Pierre LUIGI
  • Les résultats de la recherche ont-ils un impact sur les politiques éducatives ? Olivier REY
  • Orientation Postbac : une question technique ou politique ? Julien GRENET

Appel à participation pour un réseau européen « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu du XIXe siècle – années 1970) »

Cet appel nous a été transmis par Jean-Luc Martineau, maître de conférences à l’INALCO.

Argumentaire : we would like to set up a European research group on History of Education in Africa (19th-21st C.) through the AEGIS network. We believe that the History of Education brings a unique perspective to understand nation-buildings, imperialism, and the structuring of societies; and then the political, economical, social, and cultural dynamics of colonial
and post-colonial Africa. While outstanding researches do exist, we notice that the field of History of Education in Africa is not structured and lacks the stimulation of intensive scientific discussions. That is why we need to foster international collaborations.

The first step to organize this research network will be a workshop held in Paris in March-April 2019. The second step will be a structuring panel at the Edinburgh ECAS conference in 2019. Of course, this focus on History do not exclude collaborations with colleagues from other disciplines, as long as a strong historical perspective characterize their work. In this way, our aim is to propose, in the coming years, a new pluridisciplinary AEGIS collaborative Research Group that would bring together all researchers of the AEGIS network already involved in the educational researches. The first aim of this email is to collect data on on-going research on the History of Education in Africa and to identify colleagues who may be interested by this future collective project.

As for now, among possible themes:

  • circulation of policies (aims, concepts, and practices) between colonial headquarters, universities, institutes of education, and colonies.
  • quantitative approach of schooling equipment in Africa since mid-19th century.
  • male and female actors of education policies in Africa and their training abroad.
  • impacts on individual and collective identities and on local/regional politics.
  • social and economic changes for people before and after independence up to the end of the 1970s.

Publication – Yvan Chupin, « Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2018) »

Couverture de l’ouvrage (source : PUR, 2018)

Présentation sur le site de l’éditeur : les journalistes sont souvent critiqués pour leur conformisme et leur « formatage ». Mais on ne sait rien de la manière dont ils sont formés en pratique(s). Jusqu’à quel point des écoles peuvent-elles rester autonomes par rapport à l’État ou des entreprises de médias ? Comment ces savoir-faire se sont-ils codifiés ? Comment le contenu des formations est-il défini ? Pour répondre à ces questions, ce livre propose une socio-histoire des écoles de journalisme en France depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il offre un nouveau regard sur le lien peu exploré entre formation et profession.

AàC – Colloque international : « Patrimoine, philanthropie et mécénat, XIXe-XXIe siècle. Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des institutions de conservation » (Paris, 12-13 déc. 2019)

Colloque international  de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) 

En Sorbonne, Grand Salon  
les 12 et 13 décembre 2019

Modalités de réponse : les propositions de communication, sous la forme d’un résumé de 15 lignes maximum, accompagnées d’une notice bio-bibliographique succincte, sont à adresser à Stéphanie Méchine, service des archives du rectorat de Paris, avant le 15 décembre 2018 (ce.archives [at] ac-paris.fr).

Argumentaire : prenant appui sur la figure de la marquise Arconati Visconti, grande mécène de l’enseignement supérieur, la chancellerie des universités de Paris, en collaboration avec son service des archives et la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS), organise un colloque intitulé « Patrimoine, philanthropie et mécénat, XIXe-XXIe siècle. Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des institutions de conservation ».  
Ce colloque s’attachera en premier lieu à améliorer la connaissance de la place qu’a eue en France la philanthropie sur la constitution, au XIXe et au XXIe siècles, du patrimoine de l’enseignement et, en particulier, de celui de l’enseignement supérieur et de la recherche, mais également de celui des musées, des bibliothèques et des archives. Plusieurs études récentes ont en effet rappelé que les collections de toute nature (archéologiques, artistiques, scientifiques, etc.) des musées s’étaient, au cours de cette période, notablement accrues par le biais de dons et legs de collections privées et que le mécénat occupait ainsi une place considérable dans l’enrichissement du patrimoine public.

De nombreux établissements d’enseignement, tant à Paris qu’en région, ont également bénéficié de dons et legs, permettant à ceux-ci de participer plus largement à la transmission des savoirs. Toutefois, peu de travaux ont jusqu’à présent été menés sur ce second volet, alors même que le mécénat en faveur des institutions d’enseignement, de recherche et de culture a notamment pu se manifester par la construction de bâtiments, l’établissement d’instituts de recherche ou encore la fondation de prix ou de bourses d’études et de voyages destinés aux étudiants et chercheurs, permettant ainsi de favoriser la transmission des savoirs. 

Sont attendues des contributions sur l’apport du mécénat pour la constitution ou l’accroissement du patrimoine des établissements d’enseignement et de recherche, des musées, des bibliothèques et des archives sur l’ensemble du territoire et des ressorts des académies. Sont également souhaitées des communications permettant 

de préciser le contexte politique, économique, intellectuel et social de ces donations, d’apporter des éclairages sur la personnalité et les motivations de ces « bienfaiteurs », « bienfaitrices » et philanthropes et de contribuer à la mise en évidence d’éventuels « réseaux » de donateurs. La question du mécénat féminin, saisie dans une perspective diachronique, pourra faire l’objet d’une attention particulière. 

On pourra également établir des comparaisons avec d’autres pays afin d’identifier d’éventuels particularismes de la France dans ce domaine. 

Ce colloque s’inscrit dans un cycle de manifestations pour le développement du mécénat en faveur de l’enseignement et de la recherche et, plus largement, des institutions culturelles publiques. Il sera suivi en particulier d’une exposition autour de la marquise Arconati Visconti au musée des Arts décoratifs. Cette exposition physique sera accompagnée d’une exposition virtuelle. La numérisation de la correspondance reçue par la marquise conservée à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne sera lancée dans le cadre de ce cycle et ce, afin de mettre à la disposition des chercheurs cette source de premier ordre sur l’histoire culturelle et politique du dernier tiers du XIXe siècle. 

Le colloque prévu en aval de la soirée de remise des prix de la chancellerie des universités, se tiendra en Sorbonne dans les grands salons les 12 et 13 décembre 2019.  

Comité scientifique :

  • Françoise Banat-Berger, conservateur général du patrimoine (archives), directrice des Archives nationales
  • Catherine Mérot, conservateur général du patrimoine (archives), responsable du département de l’Éducation, de la culture et des affaires sociales aux Archives nationales ;
  • Geneviève Bresc-Bautier, conservateur général émérite du patrimoine (musées), ancien directeur du département des sculptures, musée du Louvre ;
  • Laurence Bobis, conservateur général des bibliothèques, directrice de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne,
  • Jacqueline Artier, conservateur en chef des bibliothèques
  • Isabelle Diry, conservateur en chef des bibliothèques, département des manuscrits et du livre ancien ;
  • Michelle Bubenicek, directrice de l’Ecole nationale des chartes ;
  • Anne-Elisabeth Buxtorf, conservateur en chef des bibliothèques, directrice de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art ;
  • Thérèse Charmasson, conservateur en chef honoraire du patrimoine (archives), conseiller scientifique ;
  • Olivier Gabet, conservateur général du patrimoine (musées), directeur du musée des Arts décoratifs
  • Anne Forray-Carlier, conservateur en chef du patrimoine en charge du département Moyen Age et Renaissance et du département des XVIIe et XVIIIe siècles ;
  • Adrien Goetz, maître de conférences, université Paris-Sorbonne, membre de l’Académie des beaux-arts ;
  • Dominique Kalifa, professeur d’histoire contemporaine, université Paris-I Panthéon-Sorbonne directeur du Centre d’histoire du XIXe siècle ;
  • Stéphanie Méchine, responsable du service des archives du rectorat et de la chancellerie des universités de Paris ;
  • Dominique Poulot, professeur d’histoire de l’art, université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Séminaire – Pour une histoire politique des sciences : enjeux, méthodes, questions

  • Organisateurs : Bruno Belhoste, Hélène Blais, Jean-Luc Chappey, Maria Pia Donato, Liv Grjebine, Muriel Le Roux, Sacha Tomic, Pierre Verschueren, Julien Vincent
  • Séance – Femmes et sciences, 18 octobre 18 (salle 309)
    • Introduction Jean-Luc Chappey et Muriel Le Roux Eva Hemmungs, Linköpings universitet, Suède, Making Marie Curie, « Intellectual property & celebrity culture in an age of information », CUP, 2016. Commentaires et témoignages : Françoise Guéritte chimiste DR émérite de l’Inserm et co-auteure de La Navelbine et le Taxotère, histoires de sciences, Iste – Elsevier et Muriel Le Roux.
  • Séance – Histoire économique, 8 novembre 18 (salle 309)
    • Arnaud Orain, Paris 8, La politique du merveilleux. Une autre histoire du système de Law (1695-1795), Paris, Fayard, 2018. Julien Demade, LaMOP, CNRS-Paris 1, Produire un fait scientifique. Beveridge et le comité international d’histoire des prix, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018.
  • Séance – Darwin, 13 décembre 18 (salle 206)
    • Hanna Engelmeier, KWI Essen, Man, the Ape. Anthropology and the Reception of Darwin in Germany, 1850-1900 ; Bohlau, 2016. Liv Grjebine, IHMC-Paris 1-Havard, « Le rôle du débat public dans la diffusion du darwinisme au XIXe siècle : une comparaison entre l’Allemagne et la France. »
  • Séance – Voyages et naturalistes, 17 janvier 19 (salle 309)
    • José Beltran, IHMC-ENS, Par les ordres du roi : Science outre-mer et état dans la France de Louis XIV. Simon Gallegos Gabilondo, Paris 1, Les mondes du voyageur. Une épistémologie de l’exploration, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018. Commentaires Hélène Blais.
  • Séance – Histoire des institutions, 14 février 19 (salle 107)
    • Laurent Rollet, Martina Schiavon, université de Lorraine, « Le Bureau des longitudes », Arnaud Hurel, Museum national d’histoire naturelle, « Le Museum national d’histoire naturelle », titres provisoires. Commentaires : Jean-Luc Chappey, Pierre Verschueren.
  • Séance – Gouverner les mœurs, 14 mars 19 (Amphi G. Dupuis, 1er SS)
    • Fabrice Cahen, Ined, Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890- 1950, INED, 2016. Mariana Saad, Cabanis, comprendre l’homme pour changer le monde, Paris, Classiques Garnier, 2016.
  • Séance – Médecine, hypnose et mesmérismes, 18 avril 19 à confirmer (salle 107)
    • François Zanetti, Chisco – Paris Nanterre, L’Électricité médicale dans la France des Lumières, Oxford University Studies in the Enlightenment 2017. Bruno Belhoste, IHMC – PARIS 1, « Le mesmérisme », titre à préciser.
  • Séance – Histoire de l’éducation Sciences et techniques entre enseignements et professions, 9 mai 19 (salle 309)
    • Pierre Verschueren, Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté, « Sciences et techniques entre enseignements et professions » Fabien Knittel, Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté, « Enseignement technique dans la laiterie, des années 1870 à 1914, et ingénieurs agronomes », titres provisoires.
  • Séance – Naissance et vie, 16 mai 19 (salle 309)
    • Natalie Sage Pranchere, Centre Roland Mousnier, Sorbonne université, L’école des sages-femmes : naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, PUFR, 2017. Scottie H. Buehler, Doctorante UCLA, titre à confirmer.
  • Séance – Sciences et artisans, 13 juin à confirmer
    • Paola Bertucci, université de Yale, Artisanal Enlightenment. Science and the Mechanical Arts in Old Regime France, Yale University Press, 2017

Publication – « Pédagogies (XIIe-XXe siècles) », n°28, Cahiers de Framespa

AàC – Le manuel scolaire, normes disciplinaires et forme scolaire : enjeux et défis à l’heure du numérique (Montpellier, 16-17 mai 2019)

Argumentaire : depuis 1992, les journées Pierre Guibbert sont des journées d’études centrées sur les manuels scolaires dans une optique résolument pluridisciplinaire. En 2019, deux journées d’études auront lieu à Montpellier les 16 et 17 mai intitulées : « le manuel scolaire, normes disciplinaires et forme scolaire : enjeux et défis à l’heure du numérique ». Dix ans après la mort d’Alain Choppin, chercheur pionnier dans le champ de l’analyse quantitative du manuel scolaire nous souhaitons centrer nos réflexions sur l’importance du manuel scolaire dans les systèmes scolaires autour de la thématique des liens entre manuels scolaires, normes disciplinaires, forme scolaire et humanités numériques. Alors que le manuel semble être un objet scolaire jugé incontournable par la plupart des systèmes éducatifs, la question se pose en effet de savoir dans quelle mesure le manuel reflète un rapport spécifique non seulement aux savoirs, mais aussi à l’organisation scolaire et aux formes scolaires, d’autant que le concept des humanités numériques interroge la nature et la place des manuels dans l’enseignement.

Séminaires – Séances intéressant l’histoire de l’éducation et de la jeunesse

Quelques séances de séminaires consacrées à l’histoire de l’enfance, de la jeunesse, de l’éducation…

Séminaire franco-britannique d’histoire 2018-2019 (Yann Béliard, Fabrice Bensimon, Myriam Boussahba-Bravard, Emmanuelle de Champs, Jean-François Dunyach, Stéphane Jettot, Frédérique Lachaud, Arnaud Page, Sandrine Parageau) – PROGRAMME COMPLET

  • Jeudi 29 novembre : Emily Baughan (University of Sheffield) : “Saving the Children in the 1960s: the Development Decade and the Decline of Humanitarian Internationalism”

Histoire des représentations et des sensibilités, 1800-1930 (Dominique Kalifa, Eric Fournier, Centre d’histoire du XIXe siècle) – PROGRAMME COMPLET

  • Séance 6, 6 décembre 2018 : Capter les voix « d’en bas » Lecture : Anatole LE BRAS, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914), Paris, CNRS Ed., 2018.
  • Séance 7, 19 décembre 2018 : Dessiner l’histoire ? Lecture : Manon PIGNOT, « La jeunesse réclame son dû ». Enfants et adolescents en guerre mondiale, mémoire d’HDR, Université Paris 1, 2018, [extraits].

Histoire des derniers siècles du Moyen Âge, XIIIe-XVe siècles (Elisabeth Crouzet-Pavan, Centre Roland Mousnier) – PROGRAMME COMPLET

  • Jeudi 18 octobre 2018 : Joël Chandelier (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis): « L’enseignement de la médecine dans les universités italiennes: autour du cas d’Avicenne (XIIIeXVe siècle) »

France, Europe, monde. Quelle histoire ! ? (Christophe Charle, IHMC) – PROGRAMME COMPLET

  • Séance 10, 19 février : Christophe Charle, Internationalisation des universités et classements mondiaux du XIXe au XXIe siècle.

Publication – Mathieu Brejon de Lavergnée, « Le temps des cornettes. Histoire des Filles de la Charité (XIXe-XXe siècles) »

Résumé : qui ne connaît, au moins par leur riche iconographie, les célèbres cornettes des Filles de la Charité  ? Fondée par saint Vincent de Paul et Louise de Marillac au XVIIe siècle, la petite communauté parisienne a rapidement gagné la France des villes et des villages pour devenir la principale congrégation de sœurs actives à la fin de l’Ancien Régime. «  La rue pour cloître  »  : telle était la règle de vie originale de ces femmes, ni cloîtrées ni mariées mais célibataires vouées au service des pauvres.
Après un premier tome consacré à la période moderne, Matthieu Brejon de Lavergnée aborde ici les deux siècles suivants, entre Révolution française et Deuxième Guerre mondiale. «  Le temps des cornettes  »  : c’est celui d’un nouveau contrat social entre États et Églises pour répondre aux pauvretés de l’âge industriel comme à la forte demande d’éducation, de santé et de loisirs des sociétés urbanisées. Sensibles à la conjoncture politique, les Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul connaissent aussi exil et martyre en France, au Mexique ou en Chine. L’échelle des cornettes est désormais globale, de l’Europe à ses espaces coloniaux comme aux nouveaux mondes américains. Missionnaires, elles exportent un culte marial si français depuis les apparitions de Catherine Labouré en 1830. Mais encore institutrices, infirmières, éducatrices ou syndicalistes, elles accompagnent les nouveaux fronts de la professionnalisation féminine au xxe siècle. Elles contribuent ainsi à redessiner les rapports de genre au sein de sociétés dures aux femmes. Féministes, les bonnes sœurs  ? La question mérite d’être posée.
C’est tout l’intérêt de cet ouvrage, appuyé sur de riches archives, que d’évoquer avec rigueur le rôle capital joué par des générations de femmes qui ont lié horizon spirituel et travail social.

Séminaire – Les Europes scolaires : la transmission de l’idée et de l’histoire européennes dans les systèmes scolaires européens

  • Équipe de coordination : Benoît Falaize (IGEN-chercheur correspondant au Centre d’histoire de Sciences Po), Corinne Glaymann (IEN ET-EG), Sébastien Ledoux (Paris I, Sciences Po), Edenz Maurice (enseignant et doctorant).

Argumentaire ci-dessous

 la place et le statut de l’Europe dans les programmes, manuels et pratiques scolaires relèvent, le plus souvent en France, d’un enseignement inabouti et largement désincarné. La volonté de l’introduction d’un « roman européen » dans les années 1980-1990, censé se substituer au « roman national » français aurait-il fait long feu, avec ses défenseurs et artisans de renom et de qualité, en premier lieu et à des titres différents, Jacques Le Goff et Laurent Wirth ? Ce récit européen (à condition qu’il s’exprime dans les programmes et en classe), doit aujourd’hui être interrogée dans ses retraductions et finalités scolaires, à la fois dans le cadre national et européen.

L’objectif de ce séminaire prévu pour l’année 2018-2019 est double. Il est d’abord et avant tout de dresser un état des lieux des travaux menés aujourd’hui concernant les dynamiques européennes dans l’enseignement de l’histoire de chacun des pays européens mais aussi des entités transnationales destinées à transmettre et faire partager une définition commune de l’identité européenne (conseil de l’Europe, etc.). Comment se construit l’Europe en classe ? Quelles injonctions, quelles demandes sociales et institutionnelles pour quelle Europe scolaire ? Quelle est l’histoire de cet objet scolaire ? Quel est même la nature de cet objet scolaire dont on peine, en classe, à définir les contours, hors de ses dimensions civiques sans cesse réaffirmées et souvent sur le mode incantatoire ? Quelle idée de l’Europe le curriculum de chaque nation européenne entend donner aux élèves ? Quels lieux de mémoire sont privilégiés ? Quels personnages emblématiques émergent des récits de construction de l’Europe ? Ce seront les thèmes qui seront abordés lors de cette année universitaire.

L’autre objectif est lié à l’actualité : 2019 sera l’année des élections européennes. L’Europe est aujourd’hui plongée dans des dynamiques politiques qui interrogent l’idée même d’Europe. Dans chaque pays l’idée européenne marque un recul qui n’épargne pas y compris les milieux enseignants des pays les plus engagés historiquement dans la construction de l’Europe, notamment en France.

Publication – Charles Mercier, « René Rémond »

Présentation de l’éditeur : Qui ne se souvient du long visage de René Rémond (1918-2007), familier durant des années du petit écran les soirs d’élections ? Qui mieux que lui a traversé le XXe siècle avec ses multiples soubresauts, de l’impact des deux guerres à Mai 68, du choc de Vatican II à la sécularisation, des idéologies d’hier aux mentalités politiques d’aujourd’hui ? Plus que d’autres sans doute, il mérite le titre rare « d’historien du présent ». Charles Mercier retrace le parcours de cette figure éminente qui a formé des générations d’étudiants, sous ses différentes facettes. Celle du chercheur libre qui se consacre aux idées politiques dans la durée, au risque d’apparaître marginal. Celle de l’universitaire institutionnellement impliqué, qui préside l’Université de Nanterre et la Fondation nationale des sciences politiques. Celle de l’académicien et expert aussi, sollicité par la République pour résoudre les questions sensibles. Et surtout, il dresse le portrait d’un intellectuel chrétien engagé pour un catholicisme d’ouverture, de l’Action catholique de sa jeunesse au groupe Paroles, mais qui, au soir de sa vie, s’inquiète de l’antichristianisme. Comme l’écrit avec sympathie Pierre Nora dans sa préface : « De la Jeunesse étudiante chrétienne à la consécration publique, Charles Mercier restitue avec justesse et précision l’unité de ce parcours et la courbe de cet épanouissement. »

AàC / CfP – « Private Partners and Profits in Public Schools: New Challenges », Journal of Educational Administration and History

Appel à contributions : In the past two decades, the decline in public resources for schools around the world has been offset by a growth in private sources of funding and new roles for private actors and organizations. These trends have received some favorable responses from public school communities because they often yield much-needed financial and/or human resources for cash-strapped public schools. Nonetheless, these forms of education privatization has been critiqued for worsening disparities between school communities of different levels of wealth, and for creating financial conditions that are insecure because of the irregular contributions of private donors. Other concerns have been raised about private business ethos and practices entering into the public education system because they alter how public schools are conceived, perceived, experienced, and managed. Such concerns have been expressed in the growing field of scholarship on the privatization of education. The purpose of this Call for Papers is to elicit manuscripts for a special issue of the Journal of Education Administration and History that will contribute to the scholarship of education privatization by providing localized analyses that can deepen the field’s understanding of this global phenomenon.

Continuer la lecture de « AàC / CfP – « Private Partners and Profits in Public Schools: New Challenges », Journal of Educational Administration and History »

Publication – Anne-Marie Châtelet, « Architectures scolaires (1900-1939) »

Passage en revue de l’architecture scolaire (écoles, lycées, mais aussi écoles supérieures, collèges…) de la France du début du XXe siècle jusqu’à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale. Dynamisée par les deux lois Ferry successives, qui rendent l’école publique gratuite, laïque et obligatoire jusqu’à 13 ans, l’architecture des bâtiments scolaires connaît un essor monumental au début du siècle et figure dès les années 20 dans les rétrospectives nationales d’architecture, avec des réalisations de grands architectes passées depuis à la postérité et à la classification au patrimoine national. Ce livre en retrace quelques cas « d’école », à travers les réalisations de cinq architectes célèbres : Louis Bonnier à Paris, Henri Ebrard à Nice, Paul Guadet à Besançon, Jacques Debat-Ponsan à Boulogne-Billancourt, François Le Cœur à Paris, Eugène Beaudoin et Marcel Lods à Suresnes.

JE – Les rapports à l’école comme rapports à l’État (Paris, 9 oct. 2018)

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de la recherche collective « Pratiques et représentations ordinaires des gouvernés face à l’État » (PROFET). Ce projet, coordonné par Alexis Spire, étudie, de manière transversale à plusieurs institutions et services publics, comment les populations gouvernées perçoivent et se confrontent concrètement au pouvoir étatique. Il regroupe une douzaine de chercheuses.rs issu.e.s des laboratoires IRIS, CESAER, CERAPS et CRESPPA-CSU. Il s’organise en équipes étudiant respectivement : les rapports à la police et à la gendarmerie ; les rapports à l’impôt et à l’administration fiscale ; les rapports à la justice ; les rapports à l’école. Le projet PROFET articule un volet quantitatif (enquête Preface, réalisée via le dispositif Elipss) à des enquêtes de terrain.

https://facealetat.hypotheses.org/

Organisée par l’équipe qui étudie les rapports des usagers à l’institution scolaire, basée au CRESPPA-CSU (L. Barrault-Stella, P. Bongrand, C. Hugrée et Y. Siblot), cette journée vise à interroger les relations entre écoles et familles sous l’angle des rapports à l’État. Elle contribue, au-delà du cas de l’école, à l’approche comparative et transversale des rapports, variés et spécifiques, aux institutions étatiques.

Contacts :  lorenzo.barrault-stella [at] cnrs.fr;  philippe.bongrand [at] u-cergy.fr; cedric.hugree@cnrs.fr yasmine.siblot [at] univ-paris8.fr

Accès :  Centre CNRS Pouchet, 59/61 rue Pouchet, 75017 Paris Métro Brochant ou Guy Môquet (ligne 13), bus 66 (arrêt Jonquière) http://www.pouchet.cnrs.fr/acces/

Continuer la lecture de « JE – Les rapports à l’école comme rapports à l’État (Paris, 9 oct. 2018) »

Colloques au Centre Alexandre-Koyré (21 sept. et 5 oct. 2018)

Le premier est un colloque international sur le thème « Savoirs, mondialisation, gouvernement des sociétés et des environnements » qui se tiendra le 21 septembre au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris. Y interviendront Wenzel Geissler, Diana Davis, Mike Hulme et Vera Tolz.

Le second événement est un colloque d’hommage à la carrière de Dominique Pestre, il se tiendra le 5 octobre à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, Amphithéâtre Furet. Y interviendront Simon Schaffer, Roger Chartier, Amy Dahan, John Krige, Bruno Latour, Dominique Pestre et Anne Rasmussen.

AàC – « Sortir de l’école. Jeunesse et éducation postcoloniale en Cote d’Ivoire » (Bouaké, 24-26 jan. 2019)

Ce colloque international vise à revisiter l’étude de la formation des jeunes au sens large et à permettre à l’histoire de la pédagogogie de sortir de l’école.

Cette conférence est destinée à des chercheurs et chercheuses de différentes nationalités qui s’intéressent à l’éducation ivoirienne en contexte postcolonial avec une perspective historique.

Les résumés des propositions de communication (200 à 300 mots) doivent être envoyés par courrier électronique avant le 15 septembre 2018.

Colloque – Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles (Grenoble, 27-28 sept.)

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2018, colloque organisé par  l’Université Grenoble Alpes, le LARHRA  et le Centre d’histoire  du XIXe siècle.

Le colloque se déroulera salle Jacques Cartier, Maison des Langues  et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale,  38400 Saint-Martin-d’Hères. 

Il est organisé par Elsa Génard  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) &  Mathilde Rossigneux-Méheust  (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet  de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe  (XIXe-XXe siècles).

Continuer la lecture de « Colloque – Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles (Grenoble, 27-28 sept.) »