Soutenance – Clémence Pillot, “A cause for readjustment of values?”. English public schools and social inclusion (1914-1951) / « A l’origine de nouvelles valeurs ? ». Public schools anglaises et inclusion sociale (1914-1951)

Soutenue le 12 novembre 2018 à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Michel Prum.

Le jury était composé de Emmanuelle AvrilClaire CharlotChristina De Bellaigue.

Cette thèse porte sur les neuf principales public schools anglaises entre 1914 et 1951, de la Grande Guerre à la fin de l’expérience travailliste. Elle revient sur la période de l’entre-deux-guerres, dans laquelle sont progressivement remises en cause les valeurs de la masculinité chrétienne promues par les écoles, alors que la critique se fait aussi politique à l’égard d’un système privé perçu comme de plus en plus inégalitaire. Cette étude montre que pendant la Seconde Guerre mondiale, les public schools confrontées aux bombardements, à la mobilisation, à l’évacuation et à l’effort de guerre, apparaissent plus en phase avec la communauté nationale et que les écoles manifestent la volonté de maintenir, au-delà des années de guerre, un esprit de coopération nationale. Ce travail suggère enfin que les réformes éducatives des années 1940, dont le Fleming Report qui recommandait l’admission de 25% d’élèves issus de l’enseignement public, peinent cependant à rapprocher les systèmes privé et public dans la période de l’après-guerre.

Parution – “Humanités et citoyenneté. L’enseignement des lettres et des langues en France, en Suisse et en Belgique au XIXe siècle”, revue Histoire de l’éducation

ENS éditions, 2019.

Résumé : ce dossier examine l’évolution et les métamorphoses de l’enseignement des lettres et des langues en France, en Suisse et en Belgique au cours du XIXe siècle. Il étudie les controverses qui ont émergé autour de la place à accorder aux disciplines littéraires dans les cursus scolaires ainsi que les différentes solutions envisagées par les milieux réformateurs pour trouver un équilibre idéal entre les langues classiques et vivantes. Basées sur des recherches archivistiques récentes, les contributions permettent de comparer et de mieux comprendre les spécificités des réponses apportées à ces problèmes dans plusieurs contextes culturels. Elles mettent aussi en lumière les dimensions transnationales des réformes scolaires européennes et soulignent plus particulièrement l’importance de la circulation d’idées, d’acteurs et de modèles entre et par-delà les frontières nationales.

Continuer la lecture de « Parution – “Humanités et citoyenneté. L’enseignement des lettres et des langues en France, en Suisse et en Belgique au XIXe siècle”, revue Histoire de l’éducation »

Colloque – « Les préfets et les sports (XIXe-XXIe siècles) » (Lyon, 7-8 nov. 2019)

Sous le haut patronage du préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes, le comité pour l’histoire préfectorale et le comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports organisent un colloque à :  Lyon les 7 et 8 novembre 2019 sur le thème : «Les préfets et les sports  (XIXe-XXIe siècles)»


Le comité pour l’histoire préfectorale et le comité d’histoire des ministères de la Jeunesse et des Sports s’associent pour organiser un colloque sur le thème « les préfets et les sports ».

Clôturées chacune par une table ronde, les deux journées de travail viseront à approfondir l’évolution du rôle de l’État dans l’organisation, le développement et le contrôle des activités physiques et des sports en France, depuis la création de l’institution préfectorale en 1800.

Les tables rondes, associant préfets et hauts fonctionnaires de l’administration de la jeunesse et des sports, permettront d’aborder d’une part, le rôle des préfets dans la préparation et l’organisation des grands événements sportifs, d’autre part, la place du sport dans le quotidien du métier préfectoral, entre réglementation, sécurité et sociabilité.

Préfets, sous-préfets, responsables du mouvement sportif, mais aussi universitaires et étudiants, sont conviés à participer à ce colloque qui se déroulera le 7 novembre à la préfecture de région (18, rue de Bonnel Lyon 3ème), le 8 aux archives départementales et métropolitaines (34, rue du général Mouton-Duvernet Lyon 3ème).

Le programme du colloque sera disponible sur le site internet de chaque Comité début septembre

Inscription obligatoire à retourner à l’adresse : samira.hamani [at] sg.social.gouv.fr

AàC – La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) (Arras, 15 oct. 2020)

  • Deadline propositions : 15 octobre 2019
  • Réponse auteurs : fin octobre 2019
  • Journée d’études : 15 octobre 2020

Problématique générale

 «L’histoire de l’enseignement supérieur apparaît comme le parent pauvre de l’histoire de l’éducation en France»[1]. C’est ce que soulignait Emmanuelle Picard, il y a dix ans, dans la revue Histoire de l’éducation, lors d’un numéro spécial consacré à « l’enseignement supérieur ».  Depuis, de nombreux travaux ont été réalisés, proposant souvent de bonnes monographies d’institutions universitaires[2]. Mais les travaux dans ce domaine portent essentiellement sur la sociologie du corps enseignant et à leur positionnement politique dans les affaires de la cite[3]. Dans la répartition chronologiques de ces travaux, les années 1870-1914 dominent fortement[4], alors que ceux s’intéressant à l’entre-deux guerre sont plus rares. Les études abordant la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale sont nombreuses, mais les étudiant(e)s y sont abordés comme groupe social, un groupe social croissant de façon exponentielle et dont on tente de mesurer le degré réel de démocratisation dans le recrutement[5]. Ils sont avant tout étudiés d’un point de vue politique, comme acteurs de revendications, de manifestations, autours de leurs associations et du rôle majeur joué par l’UNEF en particulier[6].

Cette journée d’étude artésienne se propose d’étudier sur une durée de deux siècles, de 1808 date de la reconstruction napoléonienne par les décrets du 17 mars 1808 organisant l’université impériale et débouchant sur la refondation des facultés, à la fin du XXe siècle, un public qui, au-delà des généralités, demeure assez peu connu : celui des étudiants et étudiantes. Nous nous limiterons à l’étude des élèves des universités françaises, d’État ou bien libres (après 1875), la comparaison entre les deux pouvant se révéler féconde. Les élèves des grandes écoles ont quant à eux déjà fait l’objet de travaux. C’est le cas des normaliens[7] ou des polytechniciens[8] entre autres.

C’est avec l’ouvrage de Jean-Claude Caron en 1991, sur les étudiants de l’époque romantique[9], que ces derniers deviennent réellement sujets d’étude. Pierre Moulinier en complétera l’étude pour la deuxième partie du XIXe siècle[10]. En outre, leur pendant féminin, les étudiantes, n’ont été le sujet que de peu d’études[11]. Ces dernières se sont principalement concentrées sur les étrangères au sein de l’université française ou sur certaines filières ayant connu un fort taux de féminisation, notamment la médecine[12].

Ainsi, reste une population en partie méconnue, notamment dans ce qu’elle vit au quotidien. Vivent-ils/elles chez leurs parents ou ont-ils/elles leur logement dans la ville universitaire et sous quelle forme (chambre louée, résidence universitaire…) ? Comment subviennent-ils à leurs besoins entre ressources parentales, petits boulots ou travail à temps complet ? Quelle est leur assiduité aux cours et comment l’institution gère-t-elle cette question selon les périodes ? Comment travaillent-ils/elles à leurs études et préparent-ils/elles leurs examens et concours ? Quelles représentations se font-ils de leurs enseignants et de l’institution universitaire ? Quelles forment d’actions mettent-ils/elles en placent lorsqu’ils/elles ont besoin de se mobiliser pour ou contre l’institution ? S’engagent-ils/elles d’autres manières (politique, droits civiques, bonnes œuvres) ? Que font-ils/elles de leur temps libre et quelles sont les structures associatives et de loisirs existant dans les villes universitaires ? Quels réseaux de sociabilité rejoignent-ils/elles? Quelles amitiés ou amours tissent-ils/elles ?

C’est à toutes ces questions et à bien d’autres, liées à la vie quotidienne des étudiant(e)s sur deux siècles, que cette journée d’étude va tenter d’apporter des réponses autours de quatre axes :

Les axes attendus pour la journée d’étude du 27 mars 2020

  • Axe 1 : La vie matérielle des étudiant(e)s
  • Axe 2 : Le travail universitaire des étudiant(e)s
  • Axe 3 : Les loisirs des étudiant(e)s
  • Axe 4 : Les engagements des étudiant(e)s

Modalités de soumissions des propositions de communication

Les propositions de communication comprendront une présentation rapide de l’identité du contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum).

La date limite de proposition des communications est fixée au 15 octobre 2019.

Elles sont à adresser à :

  • Amélie PUCHE, doctorante contractuelle au laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : amelie.puche [at] gmail.com
  • Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (ESPE-Lille-Nord-de France), laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : jfrancois.condette [at] espe-lnf.fr

Le comité d’organisation expertisera les propositions et donnera sa réponse aux contributeurs pour la fin du mois d’octobre 2019. Si le nombre de propositions retenues est supérieur à huit, une seconde journée d’étude pourra éventuellement être organisée en octobre  ou novembre 2020.

Comité d’organisation

  • PUCHE Amélie, laboratoire CREHS, Université d’Artois
  • CONDETTE Jean-François, laboratoire CREHS, Université d’Artois

Séminaire – L’enseignement de l’histoire de l’art et du dessin sous la Troisième République (INHA, 27 juin 2019)

À cette occasion, deux invitées viendront nous éclairer sur les politiques et la place de l’enseignement des Beaux-Arts, du dessin et de l’histoire de l’art dans les trois ordres d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur) sous la IIIe République.

 

  • Marie-Claude Genet-Delacroix présente une communication sur l’« Histoire des politiques de l’enseignement des Beaux-Arts et du dessin sous la IIIe République 1870-1940 ». Professeur émérite d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Reims Champagne-Ardennes, ses recherches portent sur l’histoire culturelle, et plus particulièrement l’histoire des Beaux-Arts et des institutions artistiques aux XIXe et XXe siècles.
  • Mme Ying Zhou  présentera une communication sur « La place de l’histoire de l’art dans l’enseignement du dessin dans les lycées publics de la IIIeRépublique ». Doctorante en Histoire de l’art en cotutelle à l’Université des études internationales de Shanghai (SISU) et à l’Université Panthéon-Sorbonne. Sa thèse porte sur l’enseignement de l’histoire de l’art et la formation du citoyen en France.

Il s’ensuivra un moment de discussion et d’échanges animé par Mme Genet-Delacroix. 

Cette séance se tiendra le jeudi 27 juinde 18h30 à 20h30 en Salle CIRHAC (1er étage, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris).

Ressource – Carnet hypothèse du Groupe de recherche sur les affaires budgétaires

L’étude du financement fait souvent figure de parent pauvre dans l’étude des politiques publiques. L’univers du ministère des Finances est certes bien connu, notamment grâce aux recherches  menées sous l’égide du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF)[1], mais les relations entre « budgétaires » et « dépensiers », le cheminement de la dépense publique après l’affectation des crédits à un chapitre du budget ont plus rarement fait l’objet d’investigations systématiques. Si la question a été posée pour des périodes critiques dans l’histoire de l’administration – la Grande Guerre[2], Vichy[3], les années 1950[4] – peu de travaux permettent toutefois d’appréhender sur le long terme le volet budgétaire d’une politique publique[5].

Plusieurs études, françaises et étrangères, ont pourtant illustré la fécondité d’une analyse de l’action publique au prisme des finances publiques. D’une part, la fabrique budgétaire met en lumière les intérêts concurrents des groupes socio-économiques, comme les relations de pouvoir au sein des élites dirigeantes ;  d’autre part, l’étude des budgets, des instruments de financement et des modes d’allocation et de répartition des ressources apporte un éclairage indispensable sur le pilotage de l’action publique et l’évolution de ses modes de gouvernance[6].

Nous proposons donc la création d’un groupe de travail interdisciplinaire, conçu comme un espace d’échanges sur les sources, la méthodologie de la recherche et l’interprétation des données, ouvert à tous ceux qui s’intéressent – quel que soit leur horizon disciplinaire (science politique, histoire, droit, sociologie, économie etc.) – au financement des politiques sectorielles conduites par l’État. Ce groupe s’adresse aux spécialistes des finances publiques comme à ceux qui partent de l’analyse d’un secteur précis de l’action publique (culture, éducation, environnement, justice, santé, etc.). L’analyse des matériaux empiriques recueillis par les différents membres du groupe sera constamment au cœur des discussions.

Colloque Jean-Pierre Chevènement, (Belfort et Mulhouse, 14 et 15 nov. 2019)

Qui ne connaît Jean-Pierre Chevènement, rare homme politique français affublé par les médias d’un surnom, le Che, qui à soi seul justifierait une longue analyse ? Député (1973-2002), président du Conseil régional de Franche-Comté (1981-1982), maire de Belfort (1983-2007), ministre de la recherche et de l’Industrie (1981-1983), de l’Education nationale (1984-1986), de la Défense (1988-1991), de l’Intérieur (1997-2000), sénateur du Territoire de Belfort (2008-2014), il a marqué de son empreinte originale la gauche française et la vie politique pendant plus de quarante ans. L’écart est grand, pourtant, entre l’importance des fonctions occupées par Jean-Pierre Chevènement et la connaissance de son action comme de son influence dans la culture politique de notre temps. 
 
La recherche historique ne s’étant curieusement pas encore intéressée à cette figure, ni aux rythmes pas toujours synchronisés entre les fonctions que Jean-Pierre Chevènement a exercées et son influence dans le débat public, l’ambition du colloque (suivi d’une publication), est d’appréhender scientifiquement cet acteur majeur de la Ve République. Pour ce faire, historiens du politique, de l’économie, de l’éducation, des relations internationales, de la défense ou de l’aménagement du territoire, mais aussi politistes et sociologues, sont sollicités pour unir leurs compétences, croiser leurs approches et travailler à partir de sources inédites. 
 
Alors que l’histoire politique porte une attention renouvelée aux acteurs, sans renier l’ambition de restituer l’individu dans le collectif (importance des réseaux, articulation entre le décideur et l’opinion publique, approches globales, socio-culturelles, du politique), il s’agira d’analyser et de comprendre la formation, la pensée et l’action multi-scalaire d’un homme dont les combats pour la République, l’école, la puissance industrielle et militaire de la France comme l’attachement à la souveraineté nationale, transcendent la géographie partisane de la Ve République. La dimension internationale de la trajectoire de Jean-Pierre Chevènement sera interrogée à travers sa formation et ses expériences de la guerre d’Algérie, la guerre froide, l’effondrement de l’URSS, la guerre du Golfe et les printemps arabes. Les conceptions européennes de Jean-Pierre Chevènement, la façon dont le souverainisme de gauche a été reçu en Allemagne avant, pendant et après la réunification, seront également interrogées.
 
Trois thématiques pourront faire l’objet de propositions originales : 
  • La République, la nation et la gauche ; 
  • L’Etat stratège du local à l’international ;
  • La souveraineté nationale, l’Allemagne et l’Europe.
Organisée les 14 et 15 novembre 2019 par les historiens de l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard (UTBM, Pierre Lamard et Laurent Heyberger) et par ceux de l’Université de Haute-Alsace (UHA, Renaud Meltz et Régis Boulat), la manifestation est patronnée par un Conseil scientifique composé de Jean-Paul Bled (professeur émérite, Université Paris IV),  Jean-Claude Daumas (professeur émérite, Université de Franche-Comté), Jean-Paul Barrière (Professeur, Université de Franche-Comté) et Alain Chatriot (Professeur, IEP Paris).

 

Dates à retenir : 
  • Date limite de soumission des propositions de communication [court CV et résumé problématisé de 3000 mots] : 7 juillet 2019 
  • -Décision du comité scientifique : 14 juillet 2019 
  • Contacts : regis.boulat [at] uha.fr etrenaud.meltz [at] uha.fr

Parution – Marie-Thérèse Duffau, “Bruno de Solages Biographie d’un intellectuel engagé (1895-1983)”, 2019.

Pierre Téqui éditeur, 2019.

Hormis un recueil de témoignages et des actes de colloque, Bruno de Solages n’a fait l’objet d’aucune étude approfondie, moins encore d’une biographie, malgré l’importance de son parcours d’intellectuel catholique engagé, dans des moments de crises cruciales, tant dans l’histoire de l’Église que de l’Europe en guerre.

Marqué par les personnalités du Cardinal Mercier et du Père Lagrange, il démissionne de son poste de rédacteur en chef à la Revue apologétique quand un article contre l’Action française est refusé. Thomiste, il s’intéresse à la patristique, mais encourage aussi les groupes d’Action catholique, souhaite rapprocher science et foi, s’engage en philosophe chrétien pour défendre Blondel.

Repéré aux Semaines sociales par Mgr Saliège, il devient recteur de l’Institut catholique de Toulouse en 1932, charge qu’il garde jusqu’en 1964, y enseignant aussi la théologie. Appliquant la constitution Deus Scientiarum Dominus, il agrandit l’Institut catholique, ouvre un séminaire et lance des cours de théologie pour les laïcs; dès les années 1930, il en fait un lieu de refuge pour les persécutés et les opposants aux régimes totalitaires. Membre actif de la Résistance spirituelle et intellectuelle contre le nazisme et Vichy, il est déporté en 1944.

À partir de 1945, il devient le défenseur de la théologie française en aidant Teilhard de Chardin, dont il diffuse la pensée, et Henri de Lubac. Très actif sur tous les fronts, il publiera tardivement les œuvres pensées dans sa jeunesse. 

AàC – Éducation, pédagogie & formation. Circulation des savoirs autour de la mer Baltique du Moyen Âge au début du XXe siècle (Toulouse, 5 mars 2020)

  • Deadline propositions : 1er octobre 2019
  • Journée d’études : 5 mars 2020

Résumé

Cette journée d’étude s’inscrit dans une volonté de valorisation des questions relatives aux pays de la mer Baltique, c’est-à-dire les pays scandinaves (Suède, Norvège, Danemark et Finlande), baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Russie, durant une période large, allant de l’époque médiévale au début du XXe siècle. Au carrefour de champs de recherches profondément renouvelés, la question de la circulation, par le choix de la triade éducation, pédagogie et formation, se révèle être une approche pertinente et inédite pour étudier cette région. Avec la volonté de privilégier le dialogue entre les disciplines, cette journée d’étude souhaite réunir des intervenants de tous domaines : histoire, histoire de l’art, géographie, sociologie, anthropologie, mathématiques, physique, biologie… Elle a également la volonté de s’adresser aussi bien aux jeunes chercheurs de Master qu’aux chercheurs plus confirmés.

Continuer la lecture de « AàC – Éducation, pédagogie & formation. Circulation des savoirs autour de la mer Baltique du Moyen Âge au début du XXe siècle (Toulouse, 5 mars 2020) »

Création d’un comité d’histoire au ministère de l’Éducation nationale

  • Vu décret n° 2014-133 du 17-2-2014 modifié ;
  • Vu décret n° 2017-1080 du 24-5-2017 modifié ;

Article 1 – Il est créé auprès du ministre chargé de l’éducation un comité d’histoire de l’éducation, chargé de valoriser l’histoire des institutions et des politiques d’éducation dont il a la charge.

Le comité a pour missions :

  • de proposer un soutien à la réalisation d’études et de recherches historiques ;
  • de susciter des travaux historiques et de contribuer à leur diffusion ;
  • de favoriser les échanges dans le domaine de l’histoire de l’éducation et de promouvoir, en relation avec la communauté universitaire, l’organisation de colloques, séminaires ou autres manifestations ;
  • de favoriser la mise en valeur du patrimoine et des archives de l’éducation.

Article 2 – Le comité est présidé par un recteur ou un ancien recteur. Il est désigné par le ministre pour un mandat de trois ans renouvelable.

Outre le secrétaire général du ministère, le directeur général de l’enseignement scolaire, le doyen de l’inspection générale de l’éducation nationale et le chef du service de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, ou leurs représentants, qui sont membres de droit du comité, ce dernier se compose des personnes suivantes :

  • huit enseignants-chercheurs ou chercheurs ;
  • quatre personnes exerçant des fonctions d’enseignement ou d’administration ;
  • deux personnalités qualifiées.

Les membres du comité sont nommés par arrêté du ministre pour un mandat de trois ans renouvelable.

Article 3 – Une commission permanente prépare les travaux et met en œuvre les orientations du comité qui peut lui confier l’étude de questions particulières. Elle est composée d’au moins trois membres choisis par le comité en son sein. Le président du comité peut également associer à des travaux toute personne qualifiée.

Article 4 – Le comité d’histoire de l’éducation se réunit au moins une fois par an en formation plénière, sur convocation de son président. Il adopte un programme de travail sur proposition de ses membres et élabore un rapport annuel d’activité.

Article 5 – Le secrétariat du comité est assuré par la mission des archives et du patrimoine culturel du ministère. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse pourvoit aux moyens nécessaires au fonctionnement du comité.

Article 6 – La présente décision sera publiée au Bulletin officiel de l’éducation nationale.

Fait le 21 mai 2019

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse,
Jean-Michel Blanquer

Journée d’études – L’engagement civique de la jeunesse (Archives nationales, 4 juin 2019)

Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, salles des commissions 1 et 2
4 juin 2019, 14h-17h.Entrée libre et gratuite

Atelier coordonné par Jean-Charles Buttier, historien, professeur en lycée et chercheur associé à l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (Édhice) de l’Université de Genève

  • 14 h Myriam Bacha, responsable des actions éducatives scolaires, et Ariane Gaumont, responsable projets d’engagements, pôle Service civique et Junior association, Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris : “Les projets de la Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris : accompagner les jeunes de l’école à la vie active.”
  • 14 h 40 Jean-Charles Buttier, historien de l’éducation : “S’engager à l’école, s’engager pour l’école ? Une injonction au cœur de l’éducation à la citoyenneté.”
  • 15 h 20 Bénédicte Chéron, historienne, spécialiste des représentations du fait militaire et des relations armées-société, SIRICE (Sorbonne Université) / IESD (Lyon III) / ICP : “Service militaire et rôle social des armées : une mémoire brouillée au cœur du débat sur le SNU.”
  • 16 h Pause
  • 16 h 15 Séquence archives : présentation de fonds conservés aux Archives nationales et aux Archives départementales du Val-de-Marne (Pajep)
  • 16 h 45 Discussion générale


Colloque international – Controverses sur la cantine : laïcités, religions, nations (XIXe-XXIe siècles), 6-7 juin 2019, University of Chicago in Paris

 La cantine scolaire, et le repas de midi qui y est servi, est un espace central dans la construction d’un habitus national républicain et, en principe, laïque.  Le déjeuner à la cantine est donc un lieu pour inculquer les valeurs françaises aux enfants.   Pendant ces deux jours, nous souhaitons identifier de nouvelles pistes de recherche pour aborder ces questions à partir des travaux historiographiques, ethnographiques, littéraires, et sociologiques sur la cuisine « française » ; la nourriture dite « religieuse » entre public et privé au passé et au présent ; et le corps « pratiquant » comme cible d’intervention étatique.  Pour élargir les cadres de ces discussions ; des practicien.ne.s venue.s des écoles, et des mairies et des institutions aborderont ces mêmes questions et des chercheuses/chercheurs évoqueront des comparaisons transnationales ainsi que d’autres controverses politico-religieuses. 

AàC – L’éducation dans et hors la classe : structures, acteurs et pratiques (Festival International de Sociologie, biennales Durkheim-Mauss, Épinal, du 16 au 18 oct. 2019)

Co-organisé par le laboratoire Lorrain de Sciences Sociales de l’Université de Lorraine (2L2S) et par la société d’émulation des Vosges (SEV), le Festival International de Sociologie (FISO), après s’être intéressé aux figures de l’engagement et à la fabrication des corps au XXIe siècle, se centrera pour sa troisième édition sur un fait social central dans l’oeuvre d’Émile Durkheim : l’éducation, dont la fin consistait – pour l’auteur de Éducation et sociologie (1922) – à constituer l’être social en chacun de nous. C’est donc sous le patronage d’Émile Durkheim que nous proposons de revenir sur le processus de socialisation méthodique de la jeune (et moins jeune) génération, mais sans suivre complètement ses traces. Nous décentrons en effet le regard, en le portant non pas sur le cœur du geste éducatif par lequel le maître forme socialement l’élève, lui imprime les idées, les sentiments, « pour le mettre en harmonie avec le milieu dans lequel il doit vivre » (Durkheim, 1922, p. 59), mais sur les autres actions éducatives qui participent également de la formation de l’être social, le façonnant et l’émancipant à la fois. Il ne s’agit pas bien sûr de minorer la place, le rôle et le travail des enseignant.e.s, mais parce que la sociologie et les sciences de l’éducation s’y sont amplement consacrées, le FISO 2019 pensera l’éducation dans et hors la classe, en abordant les « éducations à… » (I.), les structures périphériques de formation (II.), les acteurs.

AàC – Enfances (dé)colonisées, “Revue d’histoire de l’enfance irrégulière”

  • Sélection des propositions : début juillet 2019.
  • Remise des articles (environ 45 000 signes) en octobre 2019, et un retour des évaluations en décembre 2019
  • Allers et retours auteurs, coordinateurs du numéro : printemps 2020.
  • Parution du n°22 de la RHEI : automne 2020.

Dans un ensemble complexe de questions politiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses, les enjeux coloniaux et post-coloniaux de l’enfance irrégulière ont produit des biopolitiques spécifiques. Concept avancé à la fin des années 1970 par Michel Foucault, « attentif aux mécanismes spécifiques qui encadrent la vie des individus et des populations », la biopolitique – ou pouvoir sur la vie et les êtres humains – et la gouvernementalité en tant que conduite des conduites constituent des entrées opérantes. Les projets coloniaux, quelle que soit la puissance coloniale, ont attribué une forte importance sociopolitique à la prise en charge d’enfants et d’adolescents abandonnés à leur sort – ou perçus comme tels – pour des raisons très variables, notamment économiques ou racialistes, alors que les États nouvellement indépendants ont parfois vu dans l’enfance et la jeunesse un vivier pour construire un État nouveau et créer de nouvelles solidarités. S’appliquant à des individus vulnérables ou définis comme tels, l’expérience de la prise en charge a pu être ressentie par les enfants de manière passive et douloureuse, sans qu’il leur soit possible de résister aux injonctions en raison de la soumission attendue de la jeunesse, du renvoi à une identité racisée aliénante, de la construction de hiérarchies raciales, des assignations genrées… D’où l’intérêt de convoquer les notions d’empowerment/agency des jeunes en situation coloniale et post-coloniale et d’analyser leur rapport à l’autorité des institutions. La question de l’intime et la construction subjective des enfants eux-mêmes sont également des approches privilégiées. Leurs différents modes d’expression doivent être analysés afin de mieux comprendre comment ils ont vécu leur protection (ou l’absence de protection) en contexte colonial/postcolonial, et comment elle a contribué à construire leur identité sociale. Contre les engagements anticolonialistes de la jeunesse, les pouvoirs coloniaux ont déployé une action sociale autant qu’ils ont mobilisé leurs appareils coercitifs et répressifs. Les États nouvellement indépendants ont eu ensuite à leur charge de s’occuper des enfants et des jeunes vulnérables, contestataires ou « irréguliers », dans le cadre de nations et de projets politiques en construction, s’inscrivant dans la continuité du moment colonial ou réactivant des logiques plus anciennes de solidarité ou de mise à l’écart. La dimension genrée de la prise en charge est à interroger, selon les espaces et les époques, dans une perspective intersectionnelle, Les réalités complexes entrant dans les thématiques de ce numéro peuvent être étudiées à partir de sources très variées. Outre les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées, les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont irremplaçables.

Journée d’étude – Projet PREUVE (Amiens, 5 juin 2019)

Présentation du projet : le carnet « Éducation en Picardie » est créé dans le cadre du projet de recherche « Preuve », qui a débuté en novembre 2015, et est financé par le Conseil régional des Hauts de France ainsi que le FEDER. Celui-ci regroupe plusieurs chercheur(e)s issu(e)s de trois laboratoires de sciences humaines et sociales, le CAREF (EA 4697), le CHSSC (EA 4289) et le CREHS (EA 4027). Il vise à comprendre les spécificités éducatives de la Picardie, aujourd’hui partie intégrante des Hauts de France. Le territoire picard se distingue en effet nettement, et ce depuis plusieurs décennies, du reste de la France métropolitaine (taux de diplômes, choix de filières, accès à l’enseignement supérieur). Le projet « Preuve » fait résolument le choix d’une approche interdisciplinaire (sciences de l’éducation, histoire, STAPS, méthodes quantitatives et qualitatives) pour comprendre et étudier cette spécificité.

Colloque – Les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine (Ploërmel, 14-15 juin 2019)

Jeudi 13 juin 2019

9 h – Accueil et introduction : Samuel Gicquel (Rennes 2, Tempora) et Frédéric Le Moigne (UBO, CRBC)

9 h 25 – Les fondations

  • GICQUEL Samuel (maître de conférences en histoire contemporaine, Rennes 2, Tempora). L’enseignement secondaire catholique en France de 1806 à 1959. Les mutations du paysage institutionnel.
  • BERTHEREAU Estelle (docteure en histoire, chercheuse associée au CRHXIX), Fonder un enseignement catholique mennaisien.
  • DUFFAU Marie-Thérèse (docteure en histoire, chargée de recherche au CNRS, FRAMESPA), Lacordaire et la congrégation enseignante.
  • CAVALIN Tangi (agrégé d’histoire, chercheur associé au CEMS/IMM/EHESS), La mémoire de Lacordaire dans la congrégation dominicaine enseignante.

14 h – Les acteurs

  • ROCHER Philippe (docteur en histoire, université de Bourgogne, IPRA),
  • Le Ratio studiorum au collège. Pédagogie et pédagogues jésuites en France aux XIXe et XXe siècles.
  • TRANVOUEZ Yvon (professeur émérite d’histoire contemporaine, Université de Bretagne occidentale-CRBC), Une variante scolaire du Ralliement : le Père Didon à Arcueil (1890-1900).
  • LE MOIGNE Frédéric (maître de conférences en histoire contemporaine, UBO-CRBC), La composition et le style. Georges Grente en ses collèges.

16 h – Expériences éducatives

  • PUCHE Amélie (doctorante à l’université d’Artois, CREHS), Le secondaire privé catholique pour jeunes filles à Tours dans la seconde moitié du XIXe siècle : une réussite modèle.
  • LANGLOIS Claude (EPHE), Entre mémoire et histoire : l’institut Notre-Dame d’Avranches au lendemain de la  guerre (1945-1955)

Vendredi 14 juin 2019

9 h – Mutations institutionnelles

  • POUCET Bruno (professeur en sciences de l’éducation, université de Picardie Jules Verne, CAREF), De l’enseignement secondaire confessionnel à l’enseignement associé : ruptures et continuité (1950-2018).
  • VIET-DEPAULE Nathalie (ingénieure de recherche CNRS, CEMS) et LAFFAY Augustin (docteur en histoire, archiviste de la Province dominicaine de Toulouse), La fin des collèges dominicains (1957). Portrait de groupe des dominicains-enseignants.
  • JUSSEAUME Anne (maître de conférences en histoire contemporaine, université d’Artois, CREHS), Des “sœurs blanches” en civil : les habits des Filles du Saint-Esprit dans les établissements scolaires au XXe siècle

11 h – La place du religieux

  • MOLINARIO Joël (maître de conférences en théologie, institut catholique de Paris), Catéchèse/pastorale, tension et évolution dans l’enseignement catholique depuis le guide pastoral de Paul Lamotte.
  • DUPUY Guillaume (docteur en sociologie, université de Nanterre), Affirmations différenciées du caractère religieux dans les établissements catholiques secondaires.

14 h – Recomposition

  • VERNEUIL Yves (professeur en sciences de l’éducation, université Lumière Lyon 2, ISPEF), L’enseignement secondaire privé catholique entre mixité et respect de la différence des sexes (des années 1960 à nos jours).
  • MENGNEAU Juliette (docteure en sociologie, université de Nantes), Enseignement privé, enseignement public en Pays de la Loire. Vers une reconfiguration du service public d’éducation.
  • RAISON DU CLEUZIOU Yann (maître de conférences HDR en science politique, université de Bordeaux, centre Émile Durkheim), La dissidence scolaire des catholiques observants au début du XXIe siècle.

16 h – Conclusions : Bruno Poucet

AàC – Enfance, jeunesse et missions chrétiennes. XIXe-XXIe siècles

En 2019, le Centre de Recherches et d’Echanges sur Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) consacre son colloque à la jeunesse chrétienne. Organisée dans la catéchèse ecclésiale comme dans des mouvements para-ecclésiaux ou dans des programmes d’engagement volontaire, elle a constamment été au centre des préoccupations des organismes missionnaires. En Europe, comme en Afrique, en Asie et dans les Amériques, elle a été un acteur et un destinataire des activités des Églises et des organisations missionnaires. L’objectif de ce colloque est d’étudier sous les angles historiques, anthropologiques, sociologiques comme psycho-pédagogiques, la place que tient la jeunesse — de l’enfant au jeune adulte — dans les missions outre-mer et dans les Eglises du Sud, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.