Soutenance – Mina Kleiche-Dray, “Ce que les savoirs aux Suds disent aux Sciences : Production des connaissances, communautés scientifiques et développement” (HDR)

La soutenance aura lieu le vendredi 27 septembre à 9h à l’Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, dans la salle des thèses.
 
Le jury sera composé de :
 
  • Joëlle Le Marec, Professeure, Université Paris IV Sorbonne (Présidente)
  • Jean-Paul Gaudillière, Directeur d’études de l’EHESS et Directeur de Recherche CNRS (Garant)
  • Michel Grossetti,  Directeur d’études de l’EHESS et directeur de Recherche CNRS (Rapporteur)
  • Catherine Larrère, Professeure émérite, Université Paris I- Panthéon Sorbonne (Rapporteur),
  • Monique Landesmann, Professeure émérite, Universidad Nacional Autónoma de México (Examinatrice)
  • Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite CNRS (Examinatrice)
 
Résumé : les deux volumes de ce dossier rendent compte à la fois de ma trajectoire de recherche croisant la sociologie des sciences, l’histoire des savoirs et les études sur le développement et d’une réflexion sur deux décennies d’étude de la production des savoirs dans « les Suds ». J’y questionne l’universalité de la science à partir de la participation des pays des Suds à la science moderne à partir des cas de l’agronomie au Maroc et de la chimie au Mexique. Le mémoire de synthèse revient d’une part sur la construction de la méthodologie de recherche sur les sciences qui en a résulté et qui associe enjeux épistémiques et organisations sociales des mondes scientifiques, production des connaissances et leurs usages. La forme narrative mêlant histoire incorporée et histoire académique du mémoire de synthèse renvoie ainsi à une évolution plus générale des travaux consacrés à la production de savoirs par et pour les Suds tout d’abord développés, soit en lien avec la question de la domination coloniale du côté de l’histoire, soit avec celle du rattrapage, de la formation des experts et des besoins de développement du côté de la sociologie des sciences.

Séminaire 2019-2020 – L’enseignement scolaire de l’histoire : l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises

Le thème de cette année de séminaire sur l’enseignement scolaire de l’histoire envisagera, toujours dans une dynamique européenne, la question de l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises. Le fait que les démocraties soient fragiles, faillibles et vulnérables est au cœur de la problématique envisagée. Il s’agit aussi d’un enjeu d’actualité, car dans quelle mesure les démocraties d’aujourd’hui transmettent (et avec quelle pertinence) ce que longtemps le credo scolaire a désigné, comme “les leçons du passé”, à savoir la façon dont les démocraties basculaient dans les formes autoritaires de gouvernement, avec les désastres qui les accompagnent.

Comment enseigne-t-on les crises démocratiques qui sont au programme ? Comment donne t’on aux élèves les moyens de comprendre les fragilités démocratiques ? De quelle manière arme t’on les élèves à comprendre les “montées des périls” ?

Programme 2019-2020

Séminaire 2019-2020 – Liens familiaux et institutions disciplinaires (GRID)

Un jeudi par mois de 17h à 20h. Salle S002, Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Séminaire organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et le LARHRA, avec le soutien de la faculté des Lettres de Sorbonne Université et du Centre d’histoire de Sciences Po

Séance 1. Les liens familiaux du personnel surveillant (14 novembre 2019, salle S002)

  • Amandine Thiry (Université catholique de Louvain / Universiteit Gent) : « Concilier ordre carcéral et ordre familial. Les familles du personnel et l’organisation des prisons belges au XIXe siècle »
  • Samuel Tracol (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Les relations intimes entre femmes et filles de personnel et la population pénale dans les bagnes de Guyane »

Séance 2. Modèles familiaux et familles alternatives (12 décembre 2019, salle S002)

  • Antoine Rivière (Paris 8, CIRCEFT) : « Les familles nourricières des pupilles de l’Assistance publique parisienne (1870-1940) »
  • Elsa Neuville (Lyon 2, LARHRA), « Les crèches sauvages et parallèles dans les « années 1968 » : l’enjeu de la place des parents dans l’institution à l’origine de nouveaux modes de garde »

 Séance 3. L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial / Camps, familles et masculinités (9 janvier 2020, salle S002)

  • Neil Davie (Lyon 2, LARHRA), « Entre peuplement colonial et mise à l’écart. La transportation des jeunes délinquants britanniques vers la Terre de Van Diemen (1820-1850) » 
  • Josselin Tricou (INSERM, CESP / LEGS) : « Re-genrer les familles et la société : des camps pour hommes adultes en non-mixité masculine choisie au sein du catholicisme d’identité »

Séance 4. La continuité de la vie de famille (26 mars 2020, salle S002)

  • Irène Gimenez (Lyon 2/IEP Grenoble, LARHRA) : « Marraine de prison, un lien conjugal alternatif ? Genre et care à l’épreuve de la correspondance d’Alicia »
  • Anne Jusseaume (Université d’Artois, CREHS) : « Entrer en religion, rester en famille : liens de parenté et vie familiale de part et d’autre du couvent, France, XIXe-premier XXsiècle » 

Séance 5. Être « sans famille » (23 avril 2020, salle S002)

  • Julien Hillion (Université d’Angers, TEMOS) : « Seul parmi les “nuisibles”. Vivre sans famille à la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (1880-1911) »
  • Joris Guillemot (Université du Mans, TEMOS) : « Transferts des malades et éloignement des familles, quels enjeux pour l’institution ? Le cas de Plouguernével »

Séance 6. Le devoir de « faire famille » : l’encadrement des liens familiaux dans et hors les murs (14 mai 2020, salle S002)

  • Albert Garcia (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « Military Presidios  and Colonial Wars in late 19th-century Spain: “Race”, Gender and the Politics of Transatlantic Deportation after Cuba’s ‘Guerra Chiquita’, 1879-1885 »
  • Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias) : « Jusqu’où peut aller le paternalisme ? Surveillance et encadrement des familles dans les Houillères nationalisées françaises » 

Soutenance – Farah Hany George Ramzy, “Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011”

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.

Soutenance – Laurène Le Cozanet, La professionnalisation des études. Quand l’université (s’)adapte à l’économie

La professionnalisation des études. Quand l’Université (s’)adapte à l’économie

La soutenance aura lieu le mardi 8 octobre 2019, 14h, à l’université Paris Dauphine, salle D 520.

Le jury sera composé de :

  • Mme Christine Musselin, directrice de recherche au CNRS, CSO, rapporteure
  • M. François Sarfati, professeur à l’université d’Évry Val d’Essonne, CEET, rapporteur
  • M. Dominique Damamme, professeur émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso
  • M. Laurent Jeanpierre, professeur à l’université Paris 8 Saint-Denis, Cresspa
  • Mme Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon, Triangle
  • Mme Brigitte Le Grignou, professeure émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso

Résumé de la thèse : cette thèse analyse comment les universités françaises relaient l’exigence de « professionnalisation des études ». Elle restitue le foisonnement de mobilisations, de conflits, de logiques institutionnelles et de dispositifs sur lesquels repose ce changement de régime universitaire. L’analyse est fondée sur des matériaux (archives, entretiens, observations) recueillis au cours d’une triple enquête : une recherche historique sur le succès de la professionnalisation comme catégorie du gouvernement des formations, une étude multisituée de la politique de professionnalisation qui se révèle mise au service d’une mise en relation optimale entre universités et économie, et une comparaison des usages de la professionnalisation dans les départements de lettres, de droit et de physique de trois établissements. Présentée comme une ressource pour les étudiants confrontés à un avenir incertain et pour les personnels aux prises avec une remise en cause de leur « utilité sociale », la professionnalisation est aussi un moyen de gouverner les universités.

Publication – Valérie Legros, “Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle”

Presses universitaires de Limoges, 2019.

Résumé : une préoccupation d’état pour l’enseignement primaire apparaît vraiment au moment de la Révolution française. Dès cette période, l’enseignement du « compter », du calcul devient une question prioritaire à côté de celui de lire et écrire. Les écoles primaires, créées pour des générations de jeunes français et françaises. Toutefois pendant le XIXe siècle, la réflexion pédagogique appliquée aux disciplines scolaires est balbutiante. Des pédagogues commencent à s’intéresser à l’enseignement scolaire. Des auteurs vont s’essayer à la composition de manuels scolaires utiles pour les élèves et les maîtres des écoles primaires. L’évolution formelle de ces livres est manifeste au fil du XIXe siècle. La présente recherche s’appuie sur l’analyse de plusieurs dizaines de manuels scolaires d’arithmétique publiés avant les lois scolaires de la Troisième République. Une méthode pédagogique s’y affirme, utilisée par la très grande majorité des auteurs, une méthode procédurale. Elle associe un petit nombre d’énoncés théoriques qu’il faut apprendre par cœur, et beaucoup de règles pratiques pour apprendre les nombres, pour calculer des opérations, pour faire des exercices ou résoudre des problèmes en grand nombre. Cette méthode procédurale insiste sur la nécessité de « faire » : faire des opérations, faire des exercices pour apprendre l’arithmétique.

Symposium international – “Education and Elite Formation” (Université de Stockholm, Suède, 10 oct. 2019)

This open international symposium gathers scholars working on the relationship between education and the formation of elites. Organized by the research group History of Education and Sociology of Education at the Department of Education, Stockholm University, this symposium sets out to establish clearer links between historical and sociological scholarship on elites and education.  

Program

  • 11.00–11.15 Petter Sandgren (Stockholm University): Introduction   
  • 11.15–12.15 Adam Howard (Colby College) and Claire Maxwell (University of Copenhagen): ”Preparing Global Leaders for the Global South: Global Citizenship Education within Ghanaian, Taiwanese and Jordanian Elite Contexts” 

Lunch 

  • 13.45–14.15 Karen Lillie (University College London): ”Challenging Assumptions about Transnational Class: The Continued Importance of the Nation-State” 
  • 14.15–14.45 Daniel Lövheim (Stockholm University): ”Science Olympiads as Spaces for Elite Formation During the Cold War”

Break

  • 15.00–15.45 Max Persson (Uppsala University): ”Contested Ease: Challenging the Notion of Embodied Ease from a Situational Approach”
  • 15.45–16.15 Eric Larsson (Stockholm University): ”The New Meritocrats: Upper Secondary Elite Schools, Merits, and Marketization” 

Break 

  • 16.30–17.00 Sara Lindberg (Uppsala University): EU-Elite Formation: College of Europe and its Students  
  • 17.00–17.30 Trygve Gulbrandsen (Institute for Social Research, Oslo): ”Elite Formation and Professionals”
  • 17.30–18.00 Mikael Holmqvist (Stockholm University): Summary and discussion

Contact: petter.sandgren [at] edu.su.se 

Publication – Béatrice Finet, “La Shoah racontée aux enfants : une éducation littéraire ?”

Presses universitaires de Grenoble, 2019.

Résumé : depuis 2002, l’enseignement de la Shoah est inscrit aux programmes des écoles primaires, et les enseignants du premier degré sont invités à s’appuyer sur des ouvrages de littérature pour la jeunesse pour assurer cette étude. Mais ces livres sont-ils vraiment des outils pédagogiques ? Quels impacts leurs illustrations, leurs personnages ont-ils sur les jeunes élèves lecteurs ? Comment parviennent-ils à montrer aux enfants que l’extermination des Juifs est un fait historique réel sans les choquer ? À travers une analyse d’ouvrages de littérature pour la jeunesse parus sur le thème entre 1944 et 2013, Béatrice Finet propose une double analyse, littéraire et didactique, pour servir une réflexion plus générale sur les enjeux éducatifs de l’enseignement de la Shoah à l’école élémentaire. Cet ouvrage sera une ressource pour les enseignants et futurs enseignants, et intéressera aussi les chercheurs et éditeurs en littérature pour la jeunesse.

Publication – Romain Robinet, “La révolution mexicaine. Une histoire étudiante”

Résumé : la Révolution mexicaine se résume parfois aux personnages mythiques que furent Pancho Villa et Emiliano Zapata. Si ces acteurs renvoient à une étape fondatrice de ce processus tumultueux, les transformations politiques et sociales que connut le Mexique entre les années 1910 et 1940 ne sauraient pourtant être intelligibles à la seule lumière de ces icônes. Le mouvement étudiant apparaît comme l’un des acteurs les plus pertinents pour repenser et relire intégralement le processus révolutionnaire mexicain. Ce livre propose ainsi une « histoire étudiante » de la Révolution mexicaine.

JE – “Les enseignantes en France : sexe, genre et identité (2/2) : la construction d’une identité professionnelle, l’intégration aux personnels d’encadrement” (Université d’Artois, 11 oct. 2019)

  • À partir de 09 h 00 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois 
  • 09 h 15 – 9 h 30 Brève introduction de la journée par Stéphanie Dauphin, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois 
 

De l’identité professionnelle à l’engagement pour l’Éducation 

Modérateur : Jean-François Condette, Professeur des Universités en histoire  contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS de l’Université d’Artois 
 
  • 9h 30 – 10 h 00 Loïc Szerdahelyi, Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université de Bourgogne-Franche-Comté, IREDU EA 7318. Une histoire « par le bas » des enseignantes en France. Le cas des monitrices d’éducation physique et sportive au milieu du XXsiècle 
  • 10 h 00 – 10 h 30 Patricia Legris, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université Rennes 2, TEMPORA. Être institutrice de maternelle : la lente constitution d’une véritable identité professionnelle (1880-1920) 
  • 10 h 30 – 11 h 00 Bérengère Kolly, Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, INSPÉ de Créteil, Université Paris Est-Créteil, Laboratoire Lettres, Idées, Savoirs. La construction d’une identité de praticiennes chez les institutrices de l’A.G.I.E.M au début du XXsiècle 
 
 
11 h 15 – 11 h 30 Questions et débats avec la salle 
11 h 30 – 11 h 45 Pause 
 
  • 11 h 45 – 12 h 15 Rebecca Rogers, Professeure d’histoire de l’éducation, Université Paris- Descartes, UMR 8070 CERLIS. Les ressorts d’un engagement : Joséphine Bachellery (1803-1872) et le radicalisme dans l’éducation des filles 
  • 12 h 15 – 12 h 45 Geneviève Pezeu, Agrégée d’histoire, Docteure en sciences de l’éducation, Université Sorbonne Paris Cité (USPC), Laboratoire CERLIS. Professeure, directrice, inspectrice : Odette Brunschwig, une femme engagée 
12 h 45 – 13 h Questions et débats avec la salle 
 
 
 

Directrice, surveillante générale, inspectrice : un métier pour les femmes ? 

Modérateur : Julien Cahon, Maître de conférences en sciences de l’éducation, 
INSPÉ d’Amiens, Université de Picardie Jules Verne, CAREF-UPJV 
 
  • 14 h – 14 h 30 Amélie Puche, Doctorante à l’Université d’Artois, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois. Les directrices des lycées de jeunes filles , des religieuses de l’enseignement laïc ? L’exemple du lycée de jeunes filles de Tours  (1883-1924) 
  • 14 h 30 – 15 h 00 Pierre Porcher, Doctorant à l’Université Sorbonne-Université, Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois. « La tête et le coeur de la maison ». Esquisse d’un portrait de groupe des directrices de lycée sous la Troisième République 
  • 15 h 00 – 15 h 30 Marlaine Cacouault-Bitaud, Professeure émérite de sociologie, Université de Poitiers, Laboratoire GRESCO. Les rapports d’inspection sur les directrices de lycée de filles : une source pour identifier les normes de genre et de classe en vigueur dans l’entre-deux guerres et les années 1960 
15 h 30 – 15 h 45 Questions et débats dans la salle 
15 h 45 – 16 h Pause 
 
  • 16 h 00 – 16 h 30 Christine Focquenoy Simonnet, Docteure en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois Mère, servante ou religieuse, les assignations institutionnelles de la surveillante générale, XIXe-XXe siècles 
  • 16 h 30 – 17 h 00 Jean-François Condette, Professeur des Universités en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS de l’Université d’Artois. « L’inspectorat en jupons et en chapeaux à plumes » : les premières inspectrices primaires et leur difficile acceptation dans le monde éducatif (1891-1914) 
 
17 h 00 – 17 h 15 Stéphanie Dauphin, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS (EA 4027). Conclusion des deux journées d’études : Les enseignantes en France : sexe, genre et identités (XVIe-XXsiècles) 

Publication – “Genre, images et représentations dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail” (Sophie Devineau et Nassira Hedjerassi, dirs.)

Presses universitaires de Rouen et du Havre , 2019.

Résumé : les images concourent à organiser un monde sexué qui va imprimer sa marque tout au long de la formation des individus. Cet ouvrage rend compte de diverses situations dans l’éducation scolaire et universitaire autant que dans les métiers. Il est ainsi possible de repérer les stéréotypes à l’œuvre afin d’envisager les modalités de leur contrôle pour contribuer à une action publique progressiste. En effet, l’entreprise de dévoilement de la mécanique des rapports sociaux de sexe ouvre de nombreuses perspectives de déconstruction des catégories de pensée qui autrement passent le plus souvent inaperçues tant le système de genre est intégré à la vie ordinaire. Participant ainsi à la dynamique sociale portée par les mouvements pour l’égalité entre les sexes, cet opus s’adresse notamment aux acteurs et actrices de l’éducation et de la formation.

Soutenance – “Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres” (Lola Zappi, IEP de Paris)

8 novembre 2019 – Programme doctoral d’Histoire

Mme Lola ZAPPI

  • Discipline : Histoire
  • Sujet : Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres
  • Jury : Claire ANDRIEU (Directeur de recherche)Christophe CAPUANO (Directeur de recherche), Marie-Emmanuelle CHESSEL, Mathias Gardet, Laura Lee DOWNS, Xavier VIGNA
  • Centre de recherche : CHSP

La soutenance publique aura lieu le 08 novembre 2019 à 14h00 en salle François Goguel, IEP de Paris, 56 rue des Saints-Pères, Paris 7e (accès par le 27 rue Saint-Guillaume)

Cycle “Éducation populaire” : atelier et exposition (Archives nationales, sept.-oct. 2019)

Dans le cadre du projet « Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) », soutenu par la Comue UPL, les Archives nationales proposent, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep), ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours 

  • Du 11 septembre au 19 décembre, une exposition en extérieur, à l’entrée du site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives nationales
  • Jeudi 19 septembre 2019 de 14h à 17h, un atelier “Les médiations culturelles et sociales” Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium, entrée libre dans la mesure des places disponibles
  • 14h Introduction
  • 14h15 Marie-Julie Pagès, théâtre national de La Colline/université Paris-8 : « Théâtre et élèves des lycées professionnels : “éducation & proximité”, l’exemple d’un projet d’éducation artistique et culturel porté par le théâtre de La Colline »
  • 14h45 Martine Derrier, collectif Daja : « Récit d’une expérience dans les quartiers : l’exemple du spectacle sur le clown Chocolat »
  • 15h15 Sylvie Dreyfus, association Autour du 1er mai : « Autour du cinéma, passer du faire pour, au faire avec »
  • 15h45 Gilles Raveneau, université Paris-Nanterre, responsable de la Licence pro médiation par le sport : « La médiation sociale par les activités physiques et sportives »
  • 16h15 Pause
  • 16h30 Séquence archives (présentation de fonds des Archives nationales et des Archives départementales du Val-de-Marne)
  • Voir une vidéo de la Ligue de l’enseignement conservée aux Archives nationales : https://www.dailymotion.com/video/x7e130o?playlist=x6c7sl
  • Ateliers “Rendre la science populaire ?”, jeudi 10 octobre 2019 de 14h à 17h, et “Animer les quartiers et les villages : une longue histoire”, jeudi 7 novembre 2019 de 14h à 17h : programme prochainement en ligne sur http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire
  • Conférence de Fraser Brown, professeur invité de l’université de Leeds, au sujet des terrains d’aventure au Royaume-Uni, mardi 19 novembre 2019, 17h-19h
  • Colloque “L’émancipation populaire par l’art d’hier à aujourd’hui”, mercredi 20 novembre 2019, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, auditorium : théâtre, photographie, musées et cinéma seront à l’honneur !

Entrée libre et gratuite pour toute la programmation. Voir les captations vidéo des ateliers passés et l’ensemble du projet http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire

AàC – « Amateurs et professionnels dans les sciences. Définition et redéfinition des identités et des frontières (années 1850 – années 1950). Une histoire par en bas » (Le Mans, 14 jan. 2020)

  • Deadline propositions : avant le 25 octobre 2019. Les propositions d’une quinzaine de lignes accompagnées d’un court CV sont à envoyer à Hervé Guillemain (herve.guillemain [at] univ-lemans.fr);
  • Journée d’études : 14 janvier 2020, Le Mans

 

L’ANR AmateurS propose de produire une histoire non surplombante des amateurs en science, privilégiant une perspective « par en bas » qui ne soit pas subordonnée aux jugements que les savants professionnels portent sur eux ni aux hiérarchies que solidifient les institutions scientifiques. S’il ne s’agit pas de nier que la catégorie amateur se soit largement constituée dans la confrontation aux savants professionnels et ait souvent été le fruit de mécanismes d’exclusion qui ont désigné d’en haut ceux qui étaient les « amateurs », le projet propose de placer les amateurs au centre des investigations, de restituer leurs points de vue sur la science qu’ils font et sur leurs identités de savants et d’étudier leur science « en train de se faire » à
partir, notamment, des traces matérielles qu’elle a laissées. — https://ams.hypotheses.org/


Intitulé Une histoire subjective des mondes des amateurs, l’axe 2 de ce projet de recherche est centré sur la question des identités des amateurs. La journée du 14 janvier sera particulièrement dédiée à la définition et redéfinition des identités et des frontières et centrée sur les situations de partage entre amateurs et professionnels dans les sciences des années 1850 aux années 1950. Nous souhaitons à l’occasion de cette journée mettre l’accent sur les moments de débat qui réorganisent les acteurs de part et d’autre des frontières académiques. Seront privilégiés les nœuds chronologiques et thématiques autour desquels se déploient des controverses théoriques et/ou des conflits de légitimité ayant pour conséquence des mouvements d’exclusion ou d’inclusion.


La journée s’organisera notamment autour des trois pistes de réflexion suivantes :

  1. La redéfinition des identités des acteurs, amateurs et professionnels, dans le sillage des transformations juridiques et réglementaires qui affectent l’organisation des différentes disciplines.
  2. La manière dont l’émergence de nouveaux objets d’étude, celle de nouvelles disciplines, et le développement de controverses scientifiques redessinent les
    frontières entre amateurs et professionnels.
  3. Le rôle des moments de commémoration et des rituels collectifs dans la
    structuration des identités amateurs.

Parution – “Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe-XXIe siècles)”, volume 1, “Approches historiographiques”, revue Histoire de l’éducation

ENS Lyon, IFé, 2019.

L’histoire des élèves, tout en existant, a longtemps été le parent pauvre des travaux en histoire de l’éducation alors que les autres acteurs éducatifs étaient bien davantage travaillés (enseignants, étudiants, administrateurs etc.), tout comme le cadre législatif (les grandes lois, les réformes), les savoirs scolaires et les idées et méthodes pédagogiques. L’élève a longtemps été perçu au travers du seul prisme des représentations que délivrent les textes prescrits (définition d’un élève modèle), les témoignages littéraires et les récits de vie souvent écrits a posteriori ou les documents iconographiques. Il a ensuite été pris en considération mais comme unité de compte dans une volonté forte de disposer de statistiques sur la scolarisation et ses différentes formes selon les filières existantes. À partir du début des années 1990 cependant, les historiens, comme les sociologues, se saisissent davantage de cet acteur central des réalités scolaires qu’est l’élève pour étudier ses caractéristiques, sa vie quotidienne mais aussi ses perceptions et ses engagements dans la vie de l’établissement et dans la vie de cité. Ce numéro propose cinq approches historiographiques qui permettent de mettre en perspective l’évolution de la recherche sur l’histoire des élèves en France (époque moderne puis contemporaine), en Italie, dans trois pays de langue germanique et aux États-Unis.

Aides à la recherche du Comité pour l’histoire de l’Inserm 2010-2020

Le Comité pour l’histoire de l’Inserm a été créé en janvier 2017 pour contribuer à une meilleure connaissance de l’institution, de ses travaux et plus largement de la santé et de la recherche médicale.

 Pour la rentrée 2019, il propose un soutien financier aux étudiants de master qui s’engageront dans un mémoire de recherche concernant l’histoire de l’institution ou plus largement l’histoire de la recherche biomédicale et des questions de santé. Les candidats, historiens ou étudiants relevant d’une autre discipline mais intégrant dans leur mémoire une approche historienne significative, peuvent élaborer avec l’aide d’un directeur de recherche leur propre sujet. Des thématiques sont également proposées par le Comité.

 Sur cette base, les candidats peuvent postuler selon les modalités suivantes :

  • Les candidatures seront examinées par le Comité. Elles seront impérativement accompagnées de la recommandation du directeur ou de la directrice du mémoire de recherche.
  • Le montant du soutien financier pourra atteindre un montant maximum de 3 000 euros en fonction des spécificités de chaque projet.
  • Les modalités de versement de l’aide financière seront précisées aux candidats une fois leur dossier retenu.

Pour toute information :  Inserm.fr et celine.paillette [at] ext.inserm.fr

La date limite de réception des dossiers de candidature est fixée
 au 18 octobre 2019

AàC – L’école haïtienne contemporaine : enjeux scientifiques et pratiques

24 août 2019Publication de l’appel à contribution
27 septembre 2019Date limite pour l’envoi des propositions (abstracts)
11 octobre 2019Notification d’acceptation aux auteur-e-s
Octobre 2019Discussion avec l’éditeur sur le projet de publication
11 février 2020Date limite pour l’envoi des chapitres complets
Février-juin 2020Révision, correction et montage de l’ouvrage complet
Décembre 2020Publication de l’ouvrage et activités de vulgarisation

Au cours des dix dernières années, l’école haïtienne a connu des transformations profondes, matérialisées à travers  trois cadres d’action publique : le Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire (PSUGO), les Douze mesures pour la refondation du système éducatif haïtien, et le Programme de rénovation du secondaire. Par contre, la littérature sur l’école et l’éducation en Haïti ne semble pas rendre suffisamment compte des impacts de ces transformations sur le système. En d’autres termes, elle n’aurait pas apporté des réponses satisfaisantes et convaincantes à des questions majeures portant sur les rapports de l’école haïtienne contemporaine avec l’histoire, la politique, l’économie, la problématique linguistique et culturelle, le droit et le quotidien. Dans ce contexte cet ouvrage collectif se propose de réunir une quinzaine de contributions abordant ces questions fondamentales.