Parution – Carole Reynaud-Paligot, « L’Ecole aux colonies. Entre mission civilisatrice et racialisation (1816-1940), 2020.

La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l’école fut hautement proclamée par les colonisateurs français mais qu’en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut durablement établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l’école s’imposa : apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation nécessaires à la bonne participation des colonisées au projet colonial. Très vite, les limites apparurent, il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

Parution – Guillaume Tronchet, « André Honnorat. Un visionnaire en politique », 2020.

André Honnorat est une passionnante figure parlementaire du premier XXe siècle, dont les combats en faveur de la santé publique, des étrangers, des réfugiés, de la démocratisation culturelle, sont d’une étonnante actualité. Self-made man, journaliste dreyfusard, haut-fonctionnaire en charge de la séparation des Églises et de l’État, député puis sénateur pendant trente ans, il est le seul ministre de l’Éducation nationale à n’avoir pas passé le baccalauréat. Novateur, fin politique, passionné par l’action publique, ce travailleur acharné est surtout un réformateur et un bâtisseur tous azimuts : pionnier des politiques familiales, à l’origine de la législation antituberculeuse et de la création des sanatoriums, promoteur de la médecine préventive pour les étudiants, on lui doit également l’instauration de l’heure d’été en France et la création de bibliothèques, de musées et d’instituts universitaires.

Engagé pour l’ouverture de la France aux étrangers, il est l’un des grands réformateurs de la nationalité française et s’active pour faciliter la circulation des intellectuels en Europe et à l’international, en étant notamment l’initiateur de l’accueil d’étudiants réfugiés en France pendant la Première Guerre mondiale et le président-fondateur de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de grands mécènes internationaux (David-Weill, Guggenheim, Rockefeller, Rothschild, etc.) au profit d’une jeunesse mondiale alors en formation (Blixen, Bourguiba, Césaire, Pompidou, Sartre, Senghor, etc.). Figure majeure de l’accueil des réfugiés juifs dans les années 1930, il s’abstient de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, s’oppose au régime de Vichy et retrouve le Parlement à la Libération. Globe-trotter infatigable, il aura sillonné le monde jusqu’à plus de soixante-dix ans, comme peu de parlementaires de sa génération.

Plongeant au cœur des réseaux d’influence et de pouvoir à l’origine de la fabrique de l’État social et républicain, dans les arcanes d’une société parlementaire aujourd’hui oubliée, l’auteur nous livre ici la biographie inédite et nécessaire de l’une des personnalités politiques les plus marquantes de la IIIe République.

Parution – Marcel Launay, « Le prêtre professeur (XIXe-XXe siècles). Un ministère oublié », 2020

« Le prêtre joue au collège le même rôle qu’au régiment, on le supporte », écrit Émile Zola en 1877. Et dans ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Ernest Renan rend hommage à ses maîtres du petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. C’est que, dans la France des XIXe et XXe siècles, le prêtre-professeur constitue une figure importante pour l’Église et la société. Il fait partie des visages familiers du catholicisme de l’époque et marquera plusieurs générations. À travers cette évocation vivante, Marcel Launay décrit ce ministère oublié aujourd’hui, qui sera touché de plein fouet par la déchristianisation. Cette contribution à l’histoire du catholicisme contemporain nous plonge dans un monde disparu et croise la question scolaire, le rapport à la culture et le lien de l’Église aux élites et à la société.

Parution – Nicholas Stargardt, « Des enfants en guerre Allemagne 1939-1945 », 2020

Résumé

Dans le ghetto de Varsovie, les enfants juifs s’amusaient à imiter les gardiens SS quand les petits Polonais jouaient aux interrogateurs de la Gestapo. À Berlin, en 1945, des adolescents furent envoyés combattre les chars de l’Armée rouge avec des armes de fortune… Qu’ont vécu et ressenti les enfants, aussi bien en Allemagne que dans les territoires annexés, au cours de la Seconde Guerre mondiale ?

Les plus jeunes incarnant l’avenir racial du Reich, les nazis commencèrent rapidement à écarter ou à tuer ceux qui le compromettaient : maisons de redressement pour délinquants ou supposés tels, stérilisation puis élimination des handicapés, extermination des indésirables…

Si un sort privilégié était réservé aux représentants de la « race aryenne » – qui, dans leurs jeux, recréaient les victoires de la Wehrmacht –, ces derniers apprirent à grandir sous les bombardements avant, pour certains, d’être entraînés dans une fuite éperdue pour échapper à l’avancée des Alliés.

Les liens familiaux explosant, les déracinements se multipliant, les enfants découvrirent l’impuissance et la vulnérabilité de leurs parents, le mensonge et la violence de la société, tout en devant assumer des responsabilités d’adultes pour survivre.

À partir d’archives inédites – devoirs d’écoliers, dessins, journaux intimes, lettres envoyées depuis les maisons de correction, témoignages rapportés par les travailleurs sociaux… –, Nicholas Stargardt livre une analyse novatrice et puissante des vies d’une poignée d’enfants de tous horizons que la barbarie nazie a fini par dévorer.

Proposer un article à la revue « Histoire de l’éducation »

Revue Histoire de l’éducation. Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier

La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique, et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans une nouvelle rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.

Les propositions de dossiers ou d’appel à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue.

Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education [at] ens-lyon.fr.  La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais.

La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique. L’étude des doctrines pédagogiques ne vaut à ses yeux que par les liens avec les pratiques que ces doctrines révèlent ou transforment effectivement.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts.La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.
Ainsi, à compter du 1er janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn sera ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue resteront librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

Histoire de l’éducation est associée à la mobilisation interprofessionnelle contre les orientations du projet de loi de programmation de la recherche (https://pupitre.hypotheses.org/5467).

AàC – « Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 68 », 11-12 fév. 2021, Paris

L’historiographie « des années 68 » a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le Mai français. Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est le rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc.) en France en mai-juin 68. Cette présence des étrangers en France a fait l’objet d’études quand il s’agissait des travailleurs immigrés dont on sait désormais l’importante participation au mouvement de Mai. Mais la présence d’étudiants et/ou intellectuels, et partant leur participation au mouvement, reste encore largement ignorée. Ils sont alors nombreux à étudier dans la capitale française, ou dans d’autres villes universitaires du territoire. Ils représentent 5,7% de la population étudiante totale en 1968-1969, et cet effectif va croître très fortement à partir de la fin de l’année 68.  Ils sont africains (Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne), européens (allemands, portugais, italiens, espagnols, grecs, britanniques), sud-américains, israéliens, américains du Nord (États-Unis ou Québec), palestiniens. Ils adhèrent généralement au Mai français tout en mettant en œuvre des logiques spécifiques liées aux conditions politiques et sociales de leur pays d’origine. 

Qu’il s’agisse de contester des dictatures pour les Grecs, Portugais, Espagnols, Argentins, Brésiliens, ou Tchécoslovaques et Polonais, de contester la guerre du Vietnam ou le racisme (Américains), de lutter pour la paix en Palestine, ils insèrent au sein du Mai français leurs revendications et profitent de ce moment de libération exceptionnelle de la parole pour élever eux aussi la voix. Il s’agit donc ici de rendre compte de leurs paroles et actes en France mais aussi de la situation en 1968 de leurs pays respectifs, ou plutôt de ce que leurs paroles et actes en France témoignent de la situation dans leur pays d’origine. Des oppositions à bien des régimes autoritaires se sont constituées en exil. Les événements de mai changent-ils la donne ? Les slogans sont-ils alors transformés ? Les attentes ou espoirs bouleversés ? Ces étudiants peuvent pratiquer un certain entre-soi ou, au contraire, profiter du mouvement pour internationaliser les contacts, pour nourrir leur expérience militante de celles de camarades étrangers. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que le mouvement de Mai doit à ces étudiant.e.s, intellectuel.le.s et artistes venu.e.s d’ailleurs : comment la circulation des savoirs et des pratiques – en particulier dans le domaine militant (slogans, idées, modes d’action )- a-t-elle  pu influer sur  les répertoires militants en France ? Les Unions et Fédérations d’étudiants étrangers ont-elles joué un rôle ? Quels livres (parfois traduits par les étudiants eux-mêmes), quelles musiques ou chants, quels films dans ce moment charnière ont pu circuler parmi ces hommes et ces femmes, et jouer un rôle sur les acteurs ? S’intéresser aux étudiants, intellectuels et artistes étrangers, c’est aussi scruter les rencontres improbables que les événements rendirent possibles, voire les relations amicales ou amoureuses qui s’épanouirent alors. C’est comprendre aussi ce que le politique peut faire à l’intime dans le monde des exilés, et dans un moment aussi extraordinaire, au sens premier du terme. Les lieux de vie des étudiants étrangers, les résidences et les foyers étudiants telle la Cité internationale universitaire de Paris, pourront faire l’objet d’une étude spécifique : pépinières de rencontres internationales, ces lieux sont souvent des incubateurs d’idées et d’actions militantes.

Les événements ont pu bouleverser les habitudes ou en créer de nouvelles, modifier ou non les rapports de genre. À l’inverse des situations heureuses, des bonheurs nés de l’adrénaline de l’action collective, comment les évènements de 68 ont-ils créé ou accru les inégalités sociales entre étudiants français et étrangers ? L’éloignement familial dans ce cas peut peser lourd, que ce soit financièrement ou psychologiquement, quand des réseaux de solidarité peuvent aussi se mettre en place qu’ils soient intra ou extra- communautaires. Ce colloque s’intéressera donc à la vie militante et quotidienne de ces étudiants et intellectuels étrangers dans leur dimension politique, économique, sociale et culturelle. On ne s’interdira pas non plus de penser l’après mai 68. Qu’est-ce que les évènements ont fait à des trajectoires jusqu’alors linéaires ? Ont-ils bousculé des certitudes, impulsé des retours aux pays prématurés par rapport aux projets antérieurs ? ou au contraire des installations plus définitives ? Certaines figures d’étudiants étrangers ont-elles émergées pour s’installer durablement dans la vie étudiante et/ou militante française ? Ont-ils provoqué des formes d’établissement, en France ou ailleurs ? Qui sont les expulsés ? Qu’est-il advenu d’eux ? La participation des étudiants étrangers au mouvement de 68 a-t-elle creusé des filières de mobilités étudiantes pour les années suivantes ? Plusieurs types d’approche sont possibles :  des approches de groupe d’une part, comme par exemple les étudiants palestiniens et leur rôle dans le Mai français ou des études plus biographiques, tout autant que des histoires de vie saisies à un moment donné, ou des productions textuelles ou artistiques conçues par ce type d’acteurs pendant Mai-Juin 68 et qui donnent à voir ou à penser ces évènements. On souhaite ainsi, comme en Mai, faire fi des frontières et penser le monde de l’année 68, en une démarche d’histoire globale. Une exposition virtuelle, destinée à valoriser le fonds d’archives Mai-Juin 68 du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (http://chs-maijuin68.huma-num.fr) avait déjà réuni quelques chercheurs sur cette problématique. Elle est bien entendu loin d’épuiser le sujet, et constitue plus une amorce qu’une exposition exhaustive. Nous espérons donc avec ce colloque réunir d’autres contributions, élargir les problématiques, écouter aussi et recueillir des témoignages. Comme dans l’exposition virtuelle, nous incluons les Départements d’Outre-Mer étant donné la vigueur qu’avaient alors les mouvements indépendantistes et l’impact qu’a pu avoir la présence de leurs ressortissants en métropole pour ces mouvements.

Comité scientifique : Ludivine Bantigny (GRHis, Université de Rouen), Françoise Blum (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS),  Gabrielle Chomentowski (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS), Frank Georgi (Université d’Evry Val d’Essonne), Boris Gobille (ENS Lyon), Burleigh Hendrickson (Pennsylvania State University), Jean-Pierre Le Foll Luciani (Education nationale), Edenz Maurice (Centre de recherches sur les mondes américains/Centre d’histoire de Sciences po), Eugénia Palieraki (Centre de Philosophie Juridique et Politique, CY Cergy Paris Université), Ophélie Rillon (Les Afriques dans le monde, CNRS), Alexis Roy (IMAF, CNRS), Palmira de Sousa (Campus Condorcet), Guillaume Tronchet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris 1-CNRS).

Les propositions de communications (5000 signes maximum), accompagnées d’un bref CV sont à faire parvenir à l’adresse suivante : fblum [at] univ-paris1.fr avant le 30 septembre 2020.

Lieu : Paris, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains et Campus Condorcet – 93000 Aubervilliers

Soutenance d’HDR – « Educations, laïcités et religions, mondialisations (XIXe-XXIe siècles). Relier les histoires », Charles Mercier

Le 2 septembre dernier, Charles Mercier a soutenu son habilitation à diriger les recherches :

ÉDUCATIONS, LAÏCITÉS ET RELIGIONS, MONDIALISATIONS (XIXe-XXIe SIÈCLES). RELIER LES HISTOIRES

Il contient un mémoire inédit de recherche : Une histoire globale des Journées mondiales de la jeunesse de Jean-Paul II (1984-2002)

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Badel, Professeur des universités, Paris 1 Panthéon Sorbonne (garante)
  • M. Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille
  • Mme Ruth Harris, Senior Research Fellow, University of Oxford
  • M. Régis Malet, Professeur des universités, Université de Bordeaux
  • M. Denis Pelletier, Directeur d’études, École pratique des hautes études
  • M. Philippe Portier, Directeur d’études, École pratique des hautes études

Séminaire – « L’enseignement scolaire de l’histoire. Les fragilités démocratiques et l’enseignement de l’histoire », 2020-2021

Cette année et compte tenu des circonstances, deux décisions ont été prises. La première relève de la thématique. L’idée de l’enseignement de l’histoire des fragilités démocratiques nous est apparue nécessaire. La seconde fut de reporter les trois interventions prévues en 2019-2020 sur la Pologne, les professeurs d’histoire français face aux attentats de 2015-2016 et l’Allemagne de l’après-Seconde-Guerre-mondiale.

  • 14/10/2020 | Ouverture du séminaire. Alexandre Lafon, Ancien responsable pédagogique de la Mission centenaire : »La crise sanitaire, un temps de (Grande) guerre pour l’Ecole ? », Benoît Falaize (Sciences Po, CHSP) : »Crise sanitaire et crise de société dans les manuels primaires français de 1919 à nos jours ».
  • 04/11/2020  | Alain Lamassoure, Ancien député européen, « La crise de l’enseignement de l’histoire en Europe face à la montée des populismes et des nationalismes (projet HOPE) »
  • 09/12/2020 | Ewa Tartakowsky, Institut des sciences sociales du Politique, « L’enseignement de l’histoire en Pologne : un témoin de la crise de la démocratie ».
  • 06/01/2021 | Rainer Bendick, Conseiller pédagogique au Service de l’Entretien des Sépultures Militaires Allemandes (SESMA), Régionale de Brunswick, « Enseigner aujourd’hui l’histoire en Allemagne : Comment prévenir au mépris de la démocratie ? »
  • 03/02/21 | Antoine Karam, Sénateur : « L’enseignement de l’histoire en Guyane au prises avec les enjeux démocratiques ».
  • 03/03/21 | Sébastien Ledoux, Paris-1 Sorbonne, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, « Les enseignants d’histoire face aux attentats de 2015-2016 en France ».
  • 07/04/21 | Juliette Fontaine, Université de Louvain, GIRSEF, « Transformer les programmes d’histoire sous Vichy : un enjeu pour les traditionalistes ».
  • 05/05/21 | Eric Mutubazi, Université catholique de Ouest à Angers, « Limites et erreurs dans l’enseignement de l’histoire du Rwanda avant le génocide commis contre les Tutsi ».
  • 09/06/21 | Marie Salaün, Université de Paris, « Décoloniser l’histoire ? Expériences calédoniennes depuis 1988. »

Informations pratiques

Toutes les séances auront lieu un mercredi, de 17h00 à 19h00  au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob.

Responsables :

  • Benoît Falaize (IGEN-chercheur correspondant au Centre d’histoire de Sciences Po)
  • Corinne Glaymann (IEN ET-EG)
  • Sébastien Ledoux (Paris I, Sciences Po)
  • Edenz Maurice (Secrétaire scientifique du Comité pour l’histoire préfectorale, chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po)

Contact : benoit.falaize [at] sciencespo.fr

Séminaire – « Sociohistoire des Educations Différenciées » 2020-2021

Au cours du XXe siècle, la question de l’éducation et sa professionnalisation ont donné lieu à une diversification des approches éducatives. Cette diversification des approches s’est notamment développée dans deux directions.

La première s’est concentrée sur une forme de spécialisation professionnelle relative aux capacités supposées et aux parcours de vie. Cette spécialisation s’est accompagnée d’une catégorisation des publics, qualifiés selon les époques, entre autres, d’enfants anormaux ou inadaptés. Elle a également donné lieu à des techniques et à des gestes professionnels spécifiques, à la constitution de plusieurs corps de métiers, à l’école ou dans l’éducation spécialisée notamment, ainsi qu’au développement de représentations particulières de l’enfance, relevant de la solidarité, puis de la vulnérabilité.

La seconde forme de diversification s’est fondée sur le développement d’approches dites alternatives. Initiées par des figures particulières (Freinet, Montessori, Freyre, entre autres) ou par des courants politiques tels que l’éducation populaire, elles se sont voulues universalistes et en décalage avec les pratiques scolaires dominantes de leur époque.

Plus récemment, à partir des années 1980, les mondes éducatifs se sont vus confrontés à de nouveaux enjeux, traversant l’ensemble des organisations sociales concernées. A ce titre, l’éducation inclusive, l’empowerment, le New Public Management ou bien des logiques de type sécuritaire sont venus opérer des mutations profondes dans des espaces distincts.

Le séminaire de Sociohistoire des éducations différenciées vise donc à étudier les liens entre les différentes approches éducatives évoquées, les unes relevant de la catégorisation d’enfants différents et les autres d’une conception à la fois universelle et alternative de l’éducation.

Ce séminaire de recherche vise plus particulièrement à explorer des espaces socio-éducatifs distincts, traversés par des mutations politiques et culturelles similaires, donnant lieu à l’émergence de pratiques nouvelles et différentes selon les espaces étudiés. En ce sens, le séminaire a pour objectif d’identifier les différentes formes de circulation des savoirs et d’appropriation relatives à des philosophies éducatives et politiques similaires. En ce sens, il s’agira d’interroger les effets de sédimentation dans les différents champs éducatifs étudiés auprès d’enfants, de jeunes ou d’adultes.

Parution – « Mind the Gap Bridging Secondary and Higher Education « , European Review, 2020.

Présentation de la revue : The European Review is a unique interdisciplinary international journal covering a wide range of subjects. It has a strong emphasis on Europe and on economics, history, social science, and general aspects of the sciences. At least two issues each year are devoted mainly or entirely to a single subject and deal in depth with a topic of contemporary importance in Europe; the other issues cover a wide range of subjects but may include a mini-review. Past issues dealt with Brexit and its Implications for European Integration, Brain Computer Interfaces for Silent Speech, Evolution as Physics: The Human & Machine Species, The Crisis in the Humanities and ‘Invented Tradition’, The Internationalisation of Higher Education, Can we tackle the Antibiotic Threat?, How Mathematics is rooted in Life, Japan; the First Quest of Modernization in East Asia, Academic Mobility and Migration, Maoism and Postmodernism, The Beijing 2008 Olympics, Climate Change Sceptics, Concept of Law in Chemistry; The Concept of Law and Models in Chemistry, Overcoming European Civil War

JE – Socio-histoire des éducations différenciées. Engagement(s) professionnel(s), processus itératifs et perspectives méthodologiques », 17 nov. 2020, Ecole pratique de service social, Cergy

La « Socio-histoire des éducations différenciées » est un projet mobilisant des enseignants chercheurs et des jeunes chercheurs afin d’étudier les espaces éducatifs de manière transversale et comparée, notamment auprès des populations dites vulnérables ou à risque. Dans cette perspective, cette journée d’études portera sur les formes d’engagement professionnel et les dimensions méthodologiques relatives à ce type de recherche. La journée permettra d’entendre des enseignants chercheurs, ayant un regard éclairant sur les questions relatives à l’engagement et aux processus socio-historiques en éducation. Un atelier d’échanges avec des professionnels expérimentés issus de différents champs de l’éducation permettra de croiser les regards sur les formes d’engagement professionnel. Cette journée d’études bénéficie du soutien de CY Advanced Studies, du laboratoire EMA (EA 4507) et de l’EPSS.

Programme

9h – Accueil

9h15 – Propos introductifs

9h30-11h – Conférence de Roger Sue, Professeur des Universités, Université de Paris, « Lien social et régime de connaissance »

11h15-13h – Atelier d’échanges. « Les différentes formes d’engagement professionnel »

Participants : Dominique Girard, Conseillère technique PJJ ; Jean-Marc Glénat, formateur IFME de Nîmes, Docteur en sociologie ; Florence Janssens, Inspectrice honoraire, Conseillère technique ASH ; Jérôme Rigaut, formateur à l’EPSS.

13h-14h – Déjeuner

14h-14h30 – Temps de restitution sur la matinée

14h30-16h – Conférence d’André Robert, Professeur émérite, Université Lumière Lyon 2 , « Retour sur une recherche pluridisciplinaire spécifique : un philosophe à Lyon dans le mouvement de mai 68 »

16h – Fin de la journée d’études

Inscription gratuite et obligatoire auprès de Jean-Philippe Legois : jean-philippe.legois [at] cyu.fr. La journée d’études se tiendra en présentiel et à distance.

AàC – Colloque philosophique « Penser la Commune », 7-9 avril 2021 (lieu à déterminer)

« Celui qui fait au peuple de fausses légendes révolutionnaires, celui qui l’amuse d’histoires chantantes, est aussi criminel que le géographe qui dresserait des cartes menteuses pour les navigateurs. »

À l’approche du 150e anniversaire de la Commune de Paris, nous souhaitons engager un travail sur la pensée et sur l’action effective de la Commune. Il nous semble en effet que le poids de diverses légendes persiste à occulter tout ou partie du sens de cette séquence historique, comme le déplorait déjà un des premiers historiens de la Commune : le journaliste Lissagaray. Si, selon le mot célèbre de Marx, la République sociale de Paris (18 mars/28 mai 1871), constitua un véritable « sphinx mettant l’entendement bourgeois à si rude épreuve2 », la réflexion sur les énigmes qu’elle posa fut fréquemment entravée par des formations idéologiques rivales (des légendes) faisant écran entre la Commune et notre compréhension de celle-ci : la légende noire versaillaise caricatura la Commune, la légende rouge du marxisme officiel la mythifia et la prolétarisa, la légende bleu-blanc-rouge du républicanisme d’ordre la rejeta vers le passé et en minimisa la portée, afin de magnifier l’œuvre du parlementarisme de la IIIe République.

En contrepoint, de nombreuses recherches ont abondé notre connaissance de la Commune, parmi lesquels on peut citer les travaux anciens des premiers historiens de la Commune et de Maurice Dommanget, ou les travaux plus récents de William Serman, Robert Tombs, Jacques Rougerie et Henri Lefebvre, sans oublier certaines publications contemporaines, telles que celles de Kristin Ross. Parallèlement, un nouvel intérêt pour les récits et les analyses des protagonistes de l’époque a permis la découverte ou la redécouverte des écrits de Benoît Malon, Victorine Brocher, Gustave Lefrançais, Jules Andrieu, Jean Allemane, Alix Payen, etc.

De leur côté, les archives contiennent encore de multiples informations sur ce qui s’est passé avant la Commune, mais aussi pendant celle-ci dans les bataillons de la Garde Nationale, dans les clubs, dans les mairies l’arrondissement, dans la presse, dans les organisations, etc. Leur exploration progressive permet d’affiner ou même parfois de révolutionner notre compréhension de la Commune.

Le 150e anniversaire de la Commune doit être l’occasion de poursuivre ce travail s’élucidation, en lui ajoutant une dimension trop souvent négligée au profit des aspects militaires, événementiels et politiciens : la dimension philosophique de la compréhension de la Commune. Quelles problématisations et quelles conceptions de l’État, du commun, du social, du travail, de l’égalité, de la République, de l’enfance, de l’éducation, de l’art, de la culture, de la relation entre les femmes et les hommes, de l’émancipation, des échanges, de l’argent, de la propriété, de l’économie, de l’autorité, de l’étranger, de la laïcité (même si le mot « laïcité » n’était pas encore en usage), de la justice, de la morale, de la science, de la violence, de la vie et de la mort, etc., circulaient dans le mouvement et au sein des
acteurs de la Commune ?

Sur tous ces points, on ne peut plus se contenter de dire que la Commune avait lu surtout Proudhon mais n’avait pas pu lire Marx, puisque que le Manifeste du Parti Communiste, rédigé en 1848, n’avait toujours pas été intégralement diffusé en français en 1871, tandis que la première traduction partielle du Capital ne parut qu’en 1872. On ne peut plus non plus se contenter de négliger la place de la Commune dans l’histoire des pensées républicaines, des pensées socialistes, des pensées libertaires, des conceptions syndicalistes révolutionnaires et, plus globalement, dans les débats et les élaborations conceptuelles propres au(x) mouvement(s) ouvrier (s) et révolutionnaire(s). Au regard des enjeux historiographiques et des enjeux contemporains, il est important de revenir, par une étude collective rigoureuse, au plus près de ce que pensaient et exprimaient les acteurs de la Commune.

Pour traiter ces différents aspects, nous suggérons de suivre principalement, mais pas
exclusivement, trois axes croisés :

  • a) la pensée politique et philosophique de la Commune, dans son rapport fondamental à la question de l’émancipation et/ou de la libération ;
  • b) la politique scolaire et éducative de la Commune ;
  • c) la place et le sens de la Commune dans l’évolution de la philosophie républicaine et sociale, notamment dans la perspective du lien entre laïcité et égalité.

AàC – Colloque international « Universities and witchcraft. In Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period », 9-10 Sept. 2021, Bologne

The Centro interuniversitario per la storia delle università italiane (CISUI) is hosting the
“Universities and Witchcraft in Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period ” conference. The Conference theme is the involvement of Universities “as institutions”, over the issue of witchcraft from the Middle Ages to the Modern Age throughout Europe: west, east, Catholic, Protestant.

Decisions made by academic institutions throughout the period in question had a major cultural and social impact. Such was the case, for example, of the responsa issued by the College of Theologians of the University of Paris in 1398. They approved twenty-eight articles condemning not only Satan’s snares, the Devil’s Contracts and magical practices used to subjugate devils to his service, but condemned also the scepticism of those who did not believe in the articles’ effectiveness. The articles addressed issues relating to witchcraft and covered intellectuals “as professors”, students’ behaviours, attitudes, doctoral theses and dissertations, as well as university courses.

In the spirit of the above and by way of illustration, the main aspects (12th to 18th centuries) on which proposals for papers should be based are:

  1. The reactions of universities to cases in which their students and professors were formally
    questioned over witchcraft;
  2. University courses and responsa / consilia on matters of witchcraft;
  3. Doctoral theses and dissertations on witchcraft;
  4. Student behaviours, attitudes, and witchcraft (e.g. blasphemy and superstitions ventilating
    witchcraft; provisions of university college statutes; provisions regarding student behaviour and parties; satirical compositions).

Alongside Italian, conference languages include French, English, Spanish and German.
Proposals (title and abstract of no more than ten lines, together with name, contact details, and a brief curriculum vitae) must be submitted to the Scientific Committee – professors Patrizia Castelli, Marco Cavina, Guido Dall’Olio, Maria Rosa Di Simone, and Vincenzo Lavenia) – by and no later than 16 November 2020 at the following email address: cisui.redazione [at] unibo.it. Responses to proposals will be sent by 21 December.

CISUI will arrange overnight hotel stay and meals for conference speakers, as well as
publication of conference papers in the CISUI series “Studi e ricerche sull’università”, Il Mulino Editore

Publication – Yann Forestier, « L’École en perspective. Brève synthèse des apports récents de la recherche sur les questions éducatives », 2020.

Nous avons tous une expérience directe de l’école. Pourtant, si fort soit-il, ce vécu d’ancien élève, de parent ou d’enseignant ne peut suffire pour apprécier les enjeux complexes qui bousculent cette institution, des choix politiques aux options pédagogiques, en passant par les débats médiatiques ou le quotidien des classes. Professionnels de l’éducation comme simples citoyens, nous avons tous besoin de prendre du recul. C’est là l’objectif de ce livre, qui entend mettre l’école en perspective en proposant une synthèse brève et accessible des apports récents de la recherche sur les questions éducatives.

Soutenance – Marie-Charlotte Allam, « Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français », Université Grenoble Alpes.

Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français

Résumé :

Cette thèse porte sur l’histoire des pratiques, des mobilisations collectives et des politiques en faveur de pédagogies qui se revendiquent comme alternatives à l’enseignement public français depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2005. Articulant une perspective de sociologie de l’action publique avec la sociologie et l’histoire de l’éducation, elle contribue à une socio-histoire du militantisme pédagogique en lien avec les transformations contemporaines des politiques scolaires et du système éducatif. La thèse étudie les interactions entre l’institutionnalisation d’une politique d’innovation dans l’Education nationale, les logiques d’appropriation par les enseignants qui l’investissent, et ses effets sur leurs pratiques pédagogiques. Pour ce faire, l’enquête se déploie sur deux terrains : elle combine l’ethnographie historique de l’expérience socio-éducative des écoles de la Villeneuve de Grenoble avec l’étude de l’élaboration de la politique nationale d’innovation et d’expérimentation par l’administration centrale.
L’analyse montre que cette politique introduit des instruments de gouvernement à distance des conduites pédagogiques, et fait reposer la responsabilité du changement éducatif sur les enseignants. Dans les écoles expérimentales de la Villeneuve, ceux-ci interprètent les normes et les instruments de la politique d’innovation au prisme de leur politisation ; ils déploient alors différentes stratégies (allant de de la résistance à l’adhésion) en vue de perpétuer leur fonctionnement pédagogique et organisationnel face aux nouvelles contraintes institutionnelles. Ce faisant, cette « mise en administration » réoriente leurs engagements pédagogiques et militants et transforme leurs pratiques éducatives.

La soutenance a eu lieu lundi 21 septembre à 14h dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université Grenoble-Alpes (tram B, arrêt Bibliothèques-Universitaires).

Jury :

  • Bertrand GEAY, Professeur en science politique, Université de Picardie-Jules Verne (rapporteur)
  • Guillaume GOURGUES, Maître de conférences en science politique,  Université Lumière-Lyon II
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur en sciences de l’éducation, Université Paris-Nanterre (rapporteur)
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche au CNRS, Pacte, Grenoble (directrice)
  • Françoise LANTHEAUME, Professeure en sciences de l’éducation, Université Lumière-Lyon II
  • Emmanuel TAÏEB, Professeur en science politique, Sciences Po Lyon (directeur)
  • Agnès VAN ZANTEN, Directrice de recherche au CNRS, LIEPP, Paris

Colloque – « Regards croisés sur les colonies de vacances », 4-5 nov. 2020,Université d’Angers

Ce colloque propose de croiser les regards que diverses disciplines des sciences humaines et sociales portent sur les colonies de vacances et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels.

Les colos : toujours d’actualité ?

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition et cet été 2020 apporte un éclairage supplémentaire à travers entre-autre les « colonies de
vacances apprenantes ». Pourtant, le départ en colonies a drastiquement diminué. On estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents. Alors « que reste-t-il de la mixité sociale des colonies de vacances ? » pour reprendre le titre d’un article du Monde en août 2017. Faut-il faire le deuil d’un modèle qui correspondrait à un moment historique dépassé aujourd’hui ? Les colonies de vacances ont pu jouer à certaines périodes un rôle d’inclusion. Sont-elles alors appelées à devenir une extension des politiques publiques d’inclusion ?

Les colos : quels modèles d’organisation ?

Un paradoxe est régulièrement mis en avant : affichées comme essentielles dans la construction subjective des enfants, leur sociabilité et leurs relations aux autres, les colonies de vacances ne cesseraient de perdre de leur popularité auprès des parents. Outre les inquiétudes de plus en plus prégnantes face aux risques et l’évolution de la morphologie des familles, les coûts des séjours sont avancés pour expliquer cette désaffection. Mais le secteur n’est pas homogène, historiquement plusieurs types d’acteurs ont organisé des colonies de vacances : des collectivités, des associations, des
comités d’entreprises (aujourd’hui comités sociaux et économiques), des entreprises qui se spécialisent sur le secteur. Toutes coexistent aujourd’hui en connaissant des bonheurs divers. Au-delà de la simple opposition secteur social / secteur lucratif, quels modèles économiques et managériaux ces différentes organisations mettent elles en place ? Avec quelles conséquences sur le jeune public accueilli et sur les propositions faites ? Quelle place aujourd’hui pour les acteurs historiques du secteur, bousculés par l’arrivée de nouveaux venus ?

Les colos : quelles inscriptions spatiales ?

Le patrimoine des colonies de vacances a fondu comme peau de chagrin. Au-delà de la problématique du coût de ce patrimoine, celuici peut-il constituer une ressource pour le territoire ? Qu’elles soient tributaires d’un parc immobilier qu’elles doivent faire vivre ou
qu’elles puissent proposer des séjours partout dans le monde, quel modèle d’organisation spatiale développent les colonies de vacances aujourd’hui ? Alors que les durées de séjour diminuent et que les aides publiques sont de plus en plus orientées vers des séjours de
proximité, comment a évolué la carte des colonies de vacances ? Quels types de distances peut-on lire entre les espaces de vie des enfants et des jeunes et les lieux de séjours ?

Autant de questions qui seront abordées lors des interventions, des discussions et de la table ronde que proposera ce colloque.

Publication – « Nos ancêtres les Gaulois ! », n° 32, Parlement[s], Revue d’histoire politique 2020

« Nos ancêtres les Gaulois ! » : la formule hante notre mémoire collective comme un élément central du discours sur l’identité porté par le roman national tel qu’il s’est longtemps écrit. Mais ces ancêtres paradoxaux – fiers de leur liberté mais désunis, attachants mais querelleurs, redoutables guerriers mais vaincus – sont le résultat d’une véritable fabrique. Cette image des Gaulois émerge dès l’Antiquité, reprise et étoffée au XVe siècle en fonction des besoins politiques et identitaires du moment, pour servir l’affirmation de la francité au siècle suivant, puis, à partir de la Révolution française et au XIXe siècle, elle s’installe durablement dans l’imaginaire politique, comme en témoigne encore le discours public depuis 1958. Ce dossier montre, par une lecture culturelle du politique, la façon dont la figure du Gaulois, siècle après siècle, a nourri les représentations et les identités nationales dans un usage politique de l’histoire. Et comment le discours sur le présent prend la voix du passé.

Parution – Stéphane Lembré et Gilles Moreau (dir.), « L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images », n°9, revue Images du Travail, 2020.

Ce numéro d’Images du travail, travail des images pose l’hypothèse selon laquelle les images informent beaucoup sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves. Une telle hypothèse est née de trois constats : d’une part, les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement peu nombreux (Caspard, 1989 ; Tanguy, 2000) ; d’autre part, et parmi ces travaux, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, s’avèrent encore plus rares. De telles images existent pourtant, et sont même parfois interrogées à l’instar de films comme La Vie par les bords, réalisé par Fabrice Cazeneuve et François Bon, sorti en 2005 et diffusé sur la chaîne Arte en 2006 ou encore des documentaires Quel travail ? (2002) et Nous les apprentis (2004) de Cyril Menegun. Les portraits de garçons et de filles en lycée professionnel au Val d’Argenteuil, dans La Vie par les bords, et d’apprentis dans les métiers du bâtiment, dans Nous les apprentis, y font écho aux parcours de formation et de travail restitués dans quelques précieuses autobiographies ouvrières (Vigna, 2016). Enfin, ces images, quand elles existent ou sont diffusées, montrent une figure très masculine de la formation professionnelle, alors que dès les années 1960 le lycée professionnel accueillait presque autant de filles que de garçons (Moreau, 1994). L’illustration de une de ce numéro l’atteste et se veut de ce point de vue un mauvais exemple de représentations, mais à dessein : le monde masculin et au-delà viril et saillant de cette affiche[1], alliant force, mécanique et technicité montre un aspirant cheminot travaillant à la lime… une lime qu’on retrouvera quelques années plus tard (1971) au cœur de L’ordre des choses, l’ouvrage de Claude Grignon consacré aux formations en CET (collège d’enseignement technique) : ce dernier y rangeait la lime « dans la catégorie des instruments d’inculcation morale, au même titre que les retenues, les devoirs supplémentaires ou les taloches » (p. 15). Une « raison technique » qui selon l’auteur était complice de la domination et qui a un temps figé la recherche sociologique sur l’enseignement professionnel avant que Lucie Tanguy ne vienne y ouvrir de sérieuses brèches (1991).


[1] Concours d’entrée au centre d’apprentissage de la SNCF, secteur matériel et traction, 1959. Affiche réalisée par Lucien Joveneaux et imprimée par l’imprimerie Maulde et Renou de Paris. Cote 6Fi 10760, Archives départementales de Charente-Maritime : https://archives.charente-maritime.fr/actualites/doc-du-mois-affiche-sncf-concours-dentree

Parution – C. Bénévent, E. Chapron, C. Boulaire, X. Bisaro (dir.), « Paroles d’élèves dans l’Europe moderne », 2020.

Policées ou révoltées, dissimulées ou mises en scène, déclamantes ou chantantes, les voix des enfants résonnent constamment dans l’espace sonore des institutions scolaires de l’époque moderne. Cet ouvrage fait le pari que ces voix disparues, dissimulées dans les sources écrites, permettent de faire bouger les lignes de l’histoire de l’éducation telle qu’elle a été écrite jusqu’à présent, d’éclairer différemment des aspects qui semblaient bien connus et de faire émerger de nouvelles questions.

En s’appuyant sur des corpus de sources qui permettent de documenter l’oralité éducative, les différentes études participent à une meilleure compréhension du rôle des institutions d’enseignement dans la construction de « l’être de langage » des écoliers à l’époque moderne, qui constitue une caractéristique forte de l’Europe de la Renaissance. Elles proposent de réfléchir à la manière dont la parole de l’élève est mobilisée dans l’enseignement de la lecture, de la rhétorique et du chant, et aux effets cognitifs de cette éducation. Toujours attentives à la manière dont ces voix sont situées dans l’espace, de la salle de classe à la rue, les études éclairent la mise en scène de la voix enfantine lors des rituels scolaires et ses effets lorsqu’elle investit l’espace urbain à l’occasion des manifestations religieuses et profanes. C’est à une autre histoire, sonore, de l’enfance et de son éducation que convie finalement ce volume.

Tables des matières ci-dessous

Continuer la lecture de « Parution – C. Bénévent, E. Chapron, C. Boulaire, X. Bisaro (dir.), « Paroles d’élèves dans l’Europe moderne », 2020. »