Parution – Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730/1913), Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel (dir.)

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730/1913), sous la direction de Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel aux Editions Orizons Universités

Souvenirs personnels, opinions polémiques, débats théoriques : l’école est au carrefour de toutes les réactions. Or, la littérature s’est toujours emparée de cet univers si singulier. Elle permet aussi de révéler un brouillage générique sans précédent entre romans, autobiographies et témoignages. Les Tableaux d’école que proposent Rousseau, Rétif de la Bretonne, Chateaubriand, Balzac, Flaubert, Vallès ou Alain-Fournier etc., constituent un thème privilégié pour dire l’Homme.

Appel à communication – Histoire de bobines. L’audiovisuel pédagogique dans la deuxième moitié du XXe siècle

Vous trouverez, en suivant le lien ici, l’appel à contribution pour le colloque « Histoire de bobines. L’audiovisuel pédagogique dans la deuxième moitié du XXe siècle : productions et usages« , qui se tiendra à  à l’ESPE de Douai les 20 et 21 novembre 2018.

Les propositions peuvent être envoyées jusqu’au 15 juin 2018.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, le système éducatif français s’est trouvé au cœur de nombreux changements qui se sont accompagnés de la production de nouveaux supports audiovisuels édités et diffusés dans et pour la classe et les lieux de préparation au métier d’enseignant. Un échantillon de bobines de ces productions consacrées à l’enseignement des « mathématiques modernes » a ainsi été exhumé et sauvegardé de la destruction en 2010 dans les anciens locaux des écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de Douai. La numérisation, puis l’analyse de leurs contenus ont justifié l’organisation d’une première journée d’étude exploratoire le 4 octobre 2017, rassemblant une équipe pluridisciplinaire de chercheurs issus de l’histoire de l’éducation, de l’image, de la formation professionnelle et des didactiques, en association avec la Cinémathèque centrale de l’enseignement public. Elle a montré que ces films étaient le fruit de la rencontre entre des réalisateurs du cinéma documentaire, des mathématiciens et le Centre audiovisuel de l’ENS Saint-Cloud. Ces bobines forment un corpus initial de quelques films qui appartiennent en réalité à un ensemble bien plus vaste de plusieurs centaines de films du même type, toutes disciplines confondues. Elles constituent des sources neuves et des témoignages rares donnant à voir des supports de cours et surtout des classes en activité́ en vue de la formation à la controversée réforme des mathématiques modernes. Cette découverte a justifié la mise en place d’un projet collectif de recherche par la consolidation de l’équipe de recherche constituée en 2017 et l’organisation d’un colloque interdisciplinaire en vue de répondre aux nombreuses interrogations suscitées.

En quoi les films apportent-ils un éclairage nouveau sur la réforme des « mathématiques modernes » et les dispositifs pédagogiques expérimentés alors ? Sont-ils spécifiques de cette réforme ou peuvent-ils être comparables à ce qui est mis en œuvre dans les autres réformes disciplinaires de la seconde moitié du XXe siècle, concernant l’enseignement des lettres, de l’histoire-géographie, des sciences autour de la mise en place des activités d’éveil de 1969 ou encore des arts plastiques ? Qui sont les acteurs impliqués dans ces expérimentations pédagogiques et quelle(s) postérité(s) pour ces expérimentations au sein de l’enseignement et de la formation ? Relèvent-elles d’une adaptation aux défis de l’éducation à l’heure du baby-boom ou bien d’un mouvement plus ancien et général marqué par des circulations internationales et des formes d’hybridation de pratiques à partir de modèles étrangers, notamment américains ?

Parutions – Trois livres sur les mouvements lycéens et étudiants des années 68

Le Germe signale trois nouveaux venus dans la collection Germe aux
éditions Syllepse. (https://www.syllepse.net/)

Si beaucoup de livres sont publiés en ce cinquantième anniversaire de
1968, ce sont les trois seuls ouvrages consacrés aux jeunes scolarisés
de la période.

Didier Leschi et Robi Morder, « Quand les lycéens prenaient la parole.
Les années 68″, 304 pages, 15 €

Jean-Philippe Legois, « 33 jours qui ébranlèrent la Sorbonne », 240 pages,
15 €.

Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon et Robi Morder, « Etudiant-e-s en
révolution?. Les années 68″, 160 pages, 10 €.

Les auteurs sont disponibles pour des présentations, réunions débats,
outre les initiatives organisées par ou avec le Germe et la Cité des
mémoires étudiantes (www.germe-inform.fr).

Séminaire – L’enfance de l’ordre, 18 mai, Amiens

La prochaine séance du séminaire général du Curapp-ESS aura lieu le 18 mai, de 10h30 à 12h30, au Pôle universitaire cathédrale, salle 313, à Amiens.

La séminaire accueillera Wilfried Lignier (CR CNRS, sociologie, CESSP) et Julie Pagis (CR CNRS, sociologie, IRIS), autour de leur ouvrage L’enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social, Seuil, 2017.

Discutantes: Annabelle Allouch, Mcf sociologie (UPJV, Curapp-ESS) et Céline Harvet, Mcf philosophie (UPJV, Curapp-ESS).

Colloque – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde, 2-4 mai, Paris

Le colloque « Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde » aura lieu à Paris, les  2, 3 et 4 mai 2018. Le programme est indiqué ci-dessou.
 
Le colloque est co-organisé par le GERME, la Cité des mémoires étudiantes et le Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, avec le soutien, notamment, du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS), de la Faculté des lettres de Sorbonne Université, du Collège militaire royal du Canada, de l’Université de Nottingham Trent, du 50th Anniversary Civil Rights Commemoration Committee & de l’Université de Trente.
L’inscription gratuite, mais obligatoire (plan vigipirate)

Programme

Continuer la lecture de « Colloque – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde, 2-4 mai, Paris »

Parution – « Les lieux de l’enseignement technique », Histoire de l’éducation

Le n°147 de la revue Histoire de l’éducation, qui propose un dossier intitulé « Les lieux de l’enseignement technique (XIXe-XXe siècles) », est paru.

Les écoles techniques et professionnelles sont-elles des établissements scolaires comme les autres ? Comment y intégrer leur finalité de préparation à des métiers ? Pour éclairer leurs spécificités, ce dossier sur les « lieux de l’enseignement technique » fait dialoguer l’histoire de l’éducation et l’histoire de l’architecture. L’histoire de l’éducation est en effet intéressée par le contexte matériel dans lequel s’inscrit la pédagogie et par les traces laissées par les pratiques afin de vérifier la réalité concrète des politiques éducatives. L’histoire de l’architecture est, quant à elle, attentive à la définition fonctionnelle des locaux, aux politiques de construction, aux enjeux territoriaux et urbains, mais aussi politiques, économiques et sociaux dont sont porteurs les édifices, et que reflètent notamment leur expression architecturale et leurs programmes iconographiques. Menée à plusieurs échelles, l’étude de l’action de promoteurs, de concepteurs et d’usagers est indispensable pour apprécier la diversité des réalisations. Les articles réunis suggèrent ainsi, pour les XIXe et XXe siècles, combien la problématique des lieux est riche pour revisiter la diversité des réalisations et des conceptions qui ont guidé, à diverses échelles, la transmission des savoirs et des savoir-faire techniques et professionnels.

Dossier

Guy Lambert et Stéphane Lembré
L’enseignement technique en ses lieux. Conception, édification et usages (XIXe-XXe siècles)

Gérard Bodé
Les ateliers des écoles d’enseignement technique (années 1860-années 1950), un objet insaisissable ?

François Robert
L’enseignement technique et professionnel à l’épreuve des locaux : la Société d’enseignement professionnel du Rhône et ses lieux de formation (Lyon, 1864-2013)

Stéphane Lembré
L’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale, du territoire à l’atelier (1866-1958)

Dave Lüthi
Les écoles professionnelles en Suisse : palais ou usines ?

Guy Lambert
L’architecture des écoles nationales professionnelles dans l’entre-deux-guerres : le pragmatisme d’une politique centralisée

Cédric Perrin
La création du lycée Grandmont à Tours (1954-1963) : l’impromptue mise en lycée de l’enseignement technique

Notes critiques

Plus d’informations : http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100695120 

 

Bourses de mobilité de l’ATRHE

L’ATRHE propose plusieurs bourses (représentant une aide à la mobilité pouvant aller jusqu’à 300 € par personne) afin d’aider de jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) pour participer à des manifestations scientifiques.

Les dossiers de candidature (la fiche est disponible ici), accompagnés d’une lettre de motivation de la demande, doivent être envoyés à Pierre Kahn (kahnpi [at] wanadoo.fr) et Marie Vergnon (marie.vergnon [at] unicaen.fr) au plus tard le 24 mai 2018. Les aides pourront être versées de manière rétroactive.

Pour être éligible, les candidats doivent :

–          présenter une recherche comportant une approche historique de l’éducation ;
–          être membre adhérent de l’ATRHE ;
–          être doctorant ou avoir soutenu sa thèse après le 1er janvier 2016 ;
–          attester que la proposition de communication a été retenue ;
–          compléter le formulaire de demande en pièce jointe ;
–          n’avoir pas bénéficié auparavant de cette aide ;
–          fournir un budget prévisionnel ;
–          pour les doctorants : justifier d’une participation financière du laboratoire de rattachement, de l’école doctorale ou de l’université ;
–          pour les docteurs : pas de condition de financement.

Appel à communication – La fabrique du genre dans l’enseignement professionnel

Vous trouverez ici un appel à communications pour le colloque « La fabrique du genre dans l’enseignement professionnel » qui aura lieu les 7 et 8 mars 2018 à l’Université de Poitiers.

Les propositions de communication sont attendues pour le 15 octobre 2018
Ce colloque organisé par le laboratoire GRESCO en partenariat avec l’ESPE de l’Université de Poitiers vise un double objectif. Pour comprendre comment la formation et l’enseignement professionnels fabriquent du genre (Lamamra, 2017), il se propose d’une part de se saisir des processus et des mécanismes par lesquels la formation et l’enseignement professionnels (compris ici en son sens large, c’est-à-dire incluant les formations scolaires, les formations en apprentissage, agricoles, les dispositifs de formation continue et les formations professionnelles supérieures), en interaction avec le
monde du travail (Kergoat, 2017), par les savoirs qu’il diffuse, les politiques publiques qu’il met en œuvre, par l’intervention de ses différents acteurs scolaires et professionnels, par les modes de prise en charge de ses publics, participe à produire-reproduire un certain état des rapports de genre et des inégalités entre les sexes. Ce colloque vise, d’autre part, à tenter d’appréhender plus finement les configurations au sein desquelles les
représentations et les actions des publics et des personnels encadrants peuvent contribuer à la recomposition ou à la mise en question des normes et des rapports de genre. Sans nier les effets des normes de genre sur les individus et les rôles attribués à l’un et à l’autre sexes, ce colloque sera donc l’occasion d’aborder la question du comment filles et garçons, femmes et hommes, font avec les contraintes de genre, s’en accommodent, s’y ajustent,
mais aussi en jouent et/ou s’en distancient, bref, y résistent. En adoptant une démarche dynamique, ce colloque invitera à saisir concrètement des modes d’être et de faire des hommes et des femmes face aux injonctions de genre tant dans les établissements de formation que dans les entreprises, d’appréhender leurs marges de manœuvre face aux tentatives d’assignation des rôles et des fonctions faites aux individus dans le cadre des
socialisations familiale, scolaire et professionnelle.
Dans la perspective développée dans le cadre de ce colloque, le genre n’est pas considéré comme une simple variable de description d’une certaine réalité scolaire et sociale, mais est pensé comme une catégorie d’analyse (Scott, 1988) des rapports sociaux qui peut être articulée à d’autres catégories de classement telles que la classe, la race et le lieu de résidence et qui permet ainsi d’enrichir notre connaissance du champ de la formation et de l’enseignement professionnels et notre compréhension des trajectoires scolaires et professionnelles complexes des femmes et des hommes inscrit.e.s dans cet ordre d’enseignement.

Parution – Assessment Cultures. Historical Perspectives, Cristina Alarcón et Martin Lawn (dir.)

Vient de paraître, au sujet de l’histoire de l’évaluation des élèves et de l’éducation:

Cristina Alarcón / Martin Lawn (eds.) (2018). *Assessment Cultures. Historical Perspectives*. Berlin: Peter Lang, coll. « Studia Educationis Historica / Studies in the History of Education », vol. 3, 430 pages.
https://www.peterlang.com/view/product/25671?format=EPDF

Large scale assessment influences national and international educational policy debates and reforms. Assessment data is increasingly used as a government instrument. However, within the contemporary realm of the current global testing regime both the cultural and the historical conditions of assessment are often neglected. This volume is therefore devoted to the reconstruction of ‘’assessment cultures’’ (interpretation patterns, discourses, instruments, practices) and their involved group of actors. The contributions cover examples of Western European, Eurasian, East Asian, Latin and North American as well as international settings and refer to epochs ranging from the early modern period up to the current context.

TABLE OF CONTENTS

Continuer la lecture de « Parution – Assessment Cultures. Historical Perspectives, Cristina Alarcón et Martin Lawn (dir.) »

Appel à communications – Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)

Le progrès de l’histoire de l’enseignement du droit est substantiel pour ce
qui concerne la période contemporaine. Ce cycle de journées d’études entend profiter de ces nouveaux acquis pour poursuivre le travail déjà accompli en interrogeant un phénomène peu investi jusqu’alors : l’histoire de l’enseignement du droit hors des frontières nationales aux XIXe et XXe siècles. Certes, l’époque contemporaine est marquée, par rapport
au Moyen Âge, notamment, par une incontestable nationalisation du droit et de son enseignement, amorcée à l’époque moderne. A priori, l’on pourrait penser que le temps des pérégrinations académiques est révolu. À y regarder de plus près, toutefois, rien n’est moins sûr. Empruntant des formes variées, une dilatation certaine de l’espace académique français peut également être observée à l’époque contemporaine (Audren et Halpérin, 2013).

Ces thèmes feront l’objet de trois journées d’études thématiques:
1) Lyon, décembre 2018 – « Les lieux et les formes de l’enseignement juridique hors de la métropole »
2) Bordeaux, mars 2020 – « Contenu et objectifs de l’enseignement juridique hors de la métropole »
3) Aix-Marseille, 2021 – « Les acteurs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

Vous trouverez l’appel à communication ici.

Pour la première journée de Lyon, les propositions de communication, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 1er septembre 2018. La décision du comité d’organisation sera notifiée aux intervenants le 20 septembre.

COMITÉ D’ORGANISATION
Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF)
Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III)
Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux)
Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF)

Appel à article – Revue française de pédagogie

La Revue française de pédagogie lance un appel à article pour un numéro spécial dont le thème est: « Recherche, politique et pratiques en éducation: services rendus et questions posées d’un univers à l’autre« .

Les textes devront parvenir au secrétariat de la revue pour le 1er juillet 2018.
Vous trouverez l’appel détaillé ici.

Colloque – L’exercice dans l’histoire de l’enseignement des langues, 17-18 mai, Mons

La SIHFLES (Société internationale pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde) et le Service de Didactique des langues et des cultures de la FTI-EII (UMONS) ont le plaisir de vous inviter à participer au colloque 
« L’exercice dans l’histoire de l’enseignement des langues » 
qui se tiendra à l’université de Mons, les 17 et 18 mai 2018.  
Vous trouverez le programme complet en cliquant sur le lien suivant : 

Séminaire – Biographies, prosopographies et réseaux en histoire de l’éducation, 3 mai, Paris

La prochain séance du Séminaire de l’Association Transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l’éducation (ATRHE)- Biographies, prosopographies et réseaux en histoire de l’éducation – aura lieu le 3 mai de 14-17h à Paris 5

Séance 3  Prosographie : 3 mai 2018

Loïc Szerdahelyi (Université de Dijon): « Actrices de l’EPS. Parcours individuels et collectifs dans le second XXe siècle. »

Claire Lemercier (CNRS-Sciences Po): « Trajectoires d’apprenti.e.s en France au 19e siècle. »

Emmanuelle Picard (ENS Lyon) : discutante

AàC – Passages, transferts, trajectoires en éducation

L’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE) et l’Équipe de recherche en histoire sociale de l’éducation (ERHISE) de l’Université de Genève organisent un colloque international sur le thème de « Passages, transferts, trajectoires en éducation », les 24-25 juin 2019 à Université de Genève | Uni-Mail.

Le but de ce colloque est d’étudier sous un angle historique la façon dont les idées, les connaissances et les pratiques en éducation sont élaborées et transformées à travers des processus d’échanges et de circulation multiformes, à des échelles temporelles et géographiques variées, du local au transnational, et dans des contextes politiques également variés (nationaux, coloniaux, impériaux).

Il invite à analyser la façon dont des conceptions éducatives, sous forme de savoirs et de pratiques, ont été diffusées, discutées, interprétées, et parfois retraduites, mésinterprétées ou détournées. Sans négliger les investigations relatives aux institutions et figures majeures, aux œuvres et doctrines remarquables, il s’agira aussi d’être attentif à la façon dont les conceptions éducatives sont prises dans des maillages d’échanges, dans des phénomènes de circulation, de réinvention ou de traduction complexes qui impliquent des acteurs parfois trop vite jugés mineurs. On s’intéressera ainsi à la façon dont des doctrines de grande proximité ont pu conduire à des engagements différents ou à des pratiques divergentes.

Les questions éducatives concernées peuvent être scolaires ou non scolaires.

Les méthodologies de recherche permettant une observation systématique des réseaux, notamment les cartographies, pourront constituer des ressources contribuant à élucider les itinéraires et stratégies des acteurs. À partir – et au-delà – des formes et des modalités de circulation, une attention particulière sera portée à ce qui circule comme à ceux qui circulent : les conceptions éducatives ainsi que les savoirs, discours et formes argumentaires mobilisés à l’appui des conceptions et des pratiques, mais aussi les acteurs qui portent, transmettent, diffusent ces conceptions, ces savoirs, ces discours.

L’appel à communication est disponible ici.

Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF

La BnF vient de lancer son appel à chercheurs 2018-2019 qui inclut un axe sur l’éducation populaire justement lié à ce projet. C’est le numéro 32 de la liste : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/resource/page/id/7

Il s’agit pour un doctorante ou un doctorant d’obtenir le statut de « chercheur associé » (qui permet de bénéficier d’un accès privilégié aux collections et d’un accompagnement de la recherche sans toutefois bénéficier d’une bourse de recherche) afin de réaliser un « guide numérique des sources de l’éducation populaire à la BnF ».

Les candidatures sont à adresser jusqu’au 29 avril.
Voici le descriptif du projet sur le site de l’appel :

Continuer la lecture de « Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF »

AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Vous trouverez ci-dessous un appel à contributions pour un numéro de la revue Images du travail, travail des images, consacré à l’enseignement professionnel et à l’apprentissage, envisagés dans une perspective socio-historique.

Cet appel figure ci-dessous ; il est également accessible (avec une orientation bibliographique) à l’adresse suivante : https://itti.hypotheses.org/801

Les propositions sont à envoyer jusque début septembre 2018.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Appel à articles pour le numéro n° 8 (juin 2019) de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Henri Eckert, Stéphane Lembré et Gilles Moreau

Que nous apprennent les images sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves ?

Les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement rares. En leur sein, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, également. Ce double constat est le moteur premier de ce dossier et du choix de la revue Images du travail, Travail des images pour l’accueillir.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel, histoire et sociologie

L’apprentissage et l’enseignement professionnel sont fréquentés aujourd’hui, en France, par une proportion importante de jeunes, avec 665 200 élèves en lycées professionnels en 2016 et 405 000 apprentis dans les centres de formation d’apprentis en 2015-2016. Dans un contexte de fort taux de chômage des jeunes depuis la fin du XXe siècle, ces deux voies de formation ont fait l’objet de l’attention des pouvoirs publics et de mesures nombreuses pour en transformer l’organisation. Celle-ci est d’autant plus complexe à modifier qu’elle a très progressivement conçue depuis la fin du XIXe siècle, sans nécessairement de schéma d’ensemble. Le plus souvent, réformes et déclarations d’intentions – que l’on pense par exemple à la création du baccalauréat professionnel, en 1985, ou aux nombreuses affirmations de la priorité donnée aux formations par apprentissage – réagissent à l’image dégradée de l’apprentissage et de l’enseignement professionnel, jugés à l’aune de la culture légitime que représenteraient les filières « classiques » et générales de formation, si bien qu’on ne voit plus désormais les jeunes de LP ou les apprentis qu’au regard de ce qu’ils ne sont pas plutôt qu’à l’aune de ce qu’ils sont.

Continuer la lecture de « AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images »

Colloque – « Le colloque d’Amiens, 1968-2018 », Amiens, 8 et 9 mars 2018

Les 8 et 9 mars 2018, se tiendra à Amiens, un colloque qui propose, au travers de 24 communications, d’étudier un évènement national qui s’est déroulé dans la capitale picarde, les 15 et 16 mars 1968, pour penser le changement dans le système éducatif français. Réunissant plus de 600 personnes, dont de nombreuses personnalités, issues de la Haute fonction publique, des mondes de l’éducation, de la presse et de l’entreprise, « le colloque d’Amiens » est devenu, à l’ombre de Mai 68, une référence mythique, mais n’a donné lieu à aucune étude globale. En le situant dans son contexte socio-politique national et international, cette manifestation scientifique propose donc une analyse pluridisciplinaire du jeu des acteurs et des institutions qui ont contribué au déroulement du colloque, au rôle joué par les chercheurs, les intellectuels, les praticiens, les administrateurs et les représentants de la société civile. Seront également examinées les propositions de transformation du système éducatif, miroirs des débats passés et présents, et les effets à long terme de celles-ci, en tenant compte de leur impact médiatique et de la mémoire qui en a été conservée.

Le programme complet est disponible ici.

Publication – Le roman de l’université, René Favier

Présentation de l’éditeur:

Des témoins clés, des personnages connus, des acteurs du monde scientifique sur le plan national et international : une véritable épopée, avec ses trahisons et ses réussites, qui se lit comme un roman !

L’Université Grenoble Alpes est l’une des dix plus importantes universités françaises aujourd’hui : la cinquième par sa taille, et la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en nombre d’étudiants. Elle est labellisée initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaît-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivée à ce statut d’université d’excellence ?

Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’époque et de nombreuses interviews, René Favier remonte le temps et nous dresse l’histoire de cette université depuis sa création (1339) jusqu’à nos jours.
Des rebondissements multiples et étonnants émaillent cette aventure singulière : lutte régionale pour la maîtrise des diplômes, rivalités entre professeurs, mais aussi génie et clairvoyance de ces grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la réputation d’excellence de l’université, et au-delà, du Grenoble d’aujourd’hui.

Lien vers le site de l’éditeur.

Atelier – Du passé au présent de l’éducation populaire, Témoignage de Cemea, 8 mars 2018

Le prochain atelier « Du passé au présent de l’éducation populaire » de la BnF aura lieu le 8 mars.

Thème: Cemea
Intervenant: Christian Gautellier, directeur national en charge des publications des CEMEA, responsable du pôle « Media, éducation et citoyenneté ».

Présentation: Les CEMEA (Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active) sont nés en 1937, dans le bouillonnement culturel du Front populaire. Pour la première fois en France, le droit au temps libre n’est plus réservé aux classes aisées mais à tous. Très vite se pose la question de la formation des pédagogues, hors du temps scolaire afin de donner du sens au temps libéré. C’est à quoi s’attelleront les CEMEA, en s’inspirant des courants de l’Education Nouvelle et de l’éducation populaire. Des problématiques nouvelles sont apparues depuis une vingtaine d’années et exigent des réponses appropriées : le lien entre le temps scolaire et le hors temps scolaire, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes l’éducation critique aux médias… Les CEMEA accompagnent formateurs et médiateurs, professionnels comme bénévoles, à monter des projets avec leurs publics en partant de situations vécues, en construisant des partenariats qui invitent les jeunes à prendre toute leur place de citoyens. Certains de ces projets seront présentés lors de cet atelier.

Publication – Sur l’enseignement de l’histoire, débats, programmes et pratiques du XIXe siècle à aujourd’hui, Laurence De Cock

Présentation de l’éditeur:

La réflexion politique sur l’école en général et l’enseignement de l’histoire en particulier aurait intérêt à délaisser quelque temps le domaine de la controverse stérile alimentée par quelques astrologues de la catastrophe pérorant dans Le Figaro, Marianne, ou Causeur.


En redonnant la parole au terrain, elle pourrait se targuer d’une forme d’intelligence des choses susceptible de formuler plus sereinement les questions urgentes que l’école pose aujourd’hui à la société.

C’est ce qu’ambitionne de faire cet ouvrage en proposant un retour historique sur l’enseignement de l’histoire du point de vue de ceux qui l’écrivent, l’enseignent ou l’apprennent. Il s’agit donc de donner la parole aux praticiens et usagers depuis le moment où l’histoire s’est constituée comme une discipline scolaire à la fin du XIXe siècle.

Nous y faisons ressortir la configuration des tensions et débats dont la plupart existent encore aujourd’hui sous des formes qui ne sont que recyclées ; nous y rappelons les expériences pédagogiques oubliées, les tentatives plus ou moins temporaires de bouleverser les paradigmes dominants de l’histoire scolaire ; mais nous y éclairons aussi les raisons des pesanteurs dans lesquelles s’englue souvent l’histoire scolaire, assignée à la délicate mission de garantir une identité nationale et un comportement politique codifié dans les coulisses feutrées de la République.

C’est ce jeu de miroir entre une discipline tiraillée dans ses finalités, objet de multiples récupérations et confiscations politiques, et des enseignants en prise avec des réalités autrement plus concrètes qui nous intéresse ici. Sans basculer dans la mystique de l’âge d’or d’une résistance enseignante, il s’agit de montrer qu’entre la norme et le terrain, des bribes de ruses, de contournement, d’accommodements ont toujours existé, plus ou moins silencieuses ou ostensibles, et que dans ces interstices réside la possibilité d’une réflexion sur l’enseignement de l’histoire autre que le commentaire médiatique ou la confiscation politique.

Ce livre pose quelques jalons d’une histoire populaire de l’enseignement de l’histoire depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il donne aussi à voir différentes expériences, temporalités, géographies d’une pratique scolaire de l’histoire à l’école primaire comme dans l’enseignement secondaire.

Lien vers le site de l’éditeur.