Journée nationale des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation de l’ATRHE – 7 juin 2021

La Journée nationale des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE) aura lieu le lundi 7 juin 2021 à partir de9hen visioconférence sur zoom.
Vous trouverez ci-dessous le lien de connexion et, ici, l’affiche de cette journée, qui en détaille le programme.
https://zoom.us/j/97676053492?pwd=OEhvRnJNVTRJRVRXTFRwQUt6TTQrUT09
ID de réunion : 976 7605 3492

Nous restons à disposition pour toute demande de précision concernant cette journée. 
Angélique Blanc-Serra, Solenn Huitric et Sébastien-Akira Alix

Journée d’études – « Paroles d’acteurs » de l’Education nationale

En partenariat avec les Archives nationales, le Comité d’histoire du ministère de l’Éducation nationale vous invite, le 11 juin 2021, à une journée d’étude : «Paroles d’acteurs» de l’Éducation nationale. Finalités et modalités de la relance d’une collecte d’archives orales (1988 à nos jours).

Cette journée sera organisée en mode « hybride », combinant présence restreinte sur le site des Archives nationales et accès en Visioconférence. Le programme est disponible ici.

Pendant plus de vingt ans, le Service d’Histoire de l’Éducation (SHE) a mené une collecte d’archives orales auprès des témoins et des acteurs des politiques de l’éducation depuis 1945. Il s’agissait à la fois de recueillir les témoignages des responsables du système éducatif, de créer des sources qui permettraient aux historiens contemporains ou du futur d’écrire l’histoire du système éducatif et de comprendre le processus de décision pour compléter les sources écrites qui ne rendent que partiellement compte du fonctionnement administratif et politique. En 2011, lorsque disparaît avec l’INRP la mission d’archives orales du SHE, le fonds réunit les entretiens de 283 acteurs représentant plus de 1100 heures d’enregistrement. En novembre 2017, le transfert du fonds aux Archives nationales a marqué la dernière étape d’une chaîne de production d’une enquête orale devenue archive patrimonialisée et «source» pour les historiens.

Le Comité d’Histoire de l’Éducation nationale a fixé dans ses priorités la relance de cette collecte. La journée d’étude vise à faire le bilan des archives orales collectées d’un point de vue méthodologique, scientifique et archivistique afin de définir les modalités et les objectifs de la nouvelle campagne d’entretiens. En partant des objectifs de départ et de l’expérience du SHE, il s’agira d’analyser le traitement archivistique et les usages scientifiques du fonds et plus largement des entretiens oraux dans l’écriture de l’histoire de l’enseignement et de son administration à partir de retours d’expérience et d’études de cas.

Articles récents en histoire de l’éducation

Vous trouverez ci-dessous des articles relevant de l’histoire de l’éducation, publiés dans des revues d’horizons différents:

Chessel Marie-Emmanuelle, « La formation des dirigeants d’entreprise en question : la diffusion de la « méthode des cas » américaine (Lille, années 1950) », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2020/4 (n° 67-4), p. 31-62. DOI : 10.3917/rhmc.674.0033. URL: https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2020-4-page-31.htm

Melchior Hugo, « La grève oubliée des étudiants en médecine de Rennes », Revue historique, 2021/1 (n° 697), p. 93-138. DOI : 10.3917/rhis.211.0093. URL: https://www.cairn.info/revue-historique-2021-1-page-93.htm

« L’école face à l’épreuve : quelle histoire ? », Administration & Éducation, 2021/1 (N° 169), p. 13-22. DOI : 10.3917/admed.169.0013. URL : https://www.cairn.info/revue-administration-et-education-2021-1-page-13.htm

Parution – Teaching the Empire: Education and State Loyalty in Late Habsburg Austria, Scott O. Moore

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage mentionné ci-dessous. Voici le résumé proposé par l’éditeur:

Teaching the Empire explores how Habsburg Austria utilized education to cultivate the patriotism of its people. Public schools have been a tool for patriotic development in Europe and the United States since their creation in the nineteenth century. On a basic level, this civic education taught children about their state while also articulating the common myths, heroes, and ideas that could bind society together. For the most part historians have focused on the development of civic education in nation-states like Germany, France, and the United Kingdom. There has been an assumption that the multinational Habsburg Monarchy did not, or could not, use their public schools for this purpose. Teaching the Empire proves this was not the case.

Through a robust examination of the civic education curriculum used in the schools of Habsburg from 1867-1914, Moore demonstrates that Austrian authorities attempted to forge a layered identity rooted in loyalties to an individual’s home province, national group, and the empire itself. Far from seeing nationalism as a zero-sum game, where increased nationalism decreased loyalty to the state, officials felt that patriotism could only be strong if regional and national identities were equally strong. The hope was that this layered identity would create a shared sense of belonging among populations that may not share the same cultural or linguistic background.

Austrian civic education was part of every aspect of school life-from classroom lessons to school events. This research revises long-standing historical notions regarding civic education within Habsburg and exposes the complexity of Austrian identity and civil society, deservedly integrating the Habsburg Monarchy into the broader discussion of the role of education in modern society.

Lien vers la présentation de l’ouvrage.

Parution – Object Lessons: How Nineteenth-Century Americans Learned to Make Sense of the Material World, Sarah Anne Carter

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage ci-dessus. Ci-après, la présentation de l’ouvrage par l’éditeur.

Object Lessons: How Nineteenth-Century Americans Learned to Make Sense of the Material World examines the ways material things—objects and pictures—were used to reason about moral issues, the differences between reality and representation, race, citizenship, and capitalism in the nineteenth-century United States. For modern scholars, an “object lesson” is simply a timeworn metaphor used to describe any sort of reasoning from concrete to abstract. But in the 1860s, object lessons were classroom exercises popular across the United States. Object lessons forced children to learn about the world through their senses instead of through texts and memorization, leading to new modes of classifying and comprehending material evidence drawn from the close study of objects, pictures, and even people. This book argues that object lessons taught Americans how to find information in things in the decades after the Civil War. More than that, this study offers the object lesson as a new tool with which contemporary scholars can interpret the meanings of nineteenth-century material, cultural, and intellectual life.

Lien vers le site de l’éditeur.

Parution – Objects of Survivance: A Material History of the American Indian School Experience, LINDSAY M. MONTGOMERY, CHIP COLWELL

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage mentionné ci-dessus. Ci-après, la présentation de l’ouvrage par l’éditeur.

Between 1893 and 1903, Jesse H. Bratley worked in Indian schools across five reservations in the American West. As a teacher Bratley was charged with forcibly assimilating Native Americans through education. Although tasked with eradicating their culture, Bratley became entranced by it-collecting artifacts and taking glass plate photographs to document the Native America he encountered. Today, the Denver Museum of Nature & Science’s Jesse H. Bratley Collection consists of nearly 500 photographs and 1,000 pottery and basketry pieces, beadwork, weapons, toys, musical instruments, and other objects traced to the S’Klallam, Lakota Sioux, Cheyenne, Arapaho, Havasupai, Hopi, and Seminole peoples. This visual and material archive serves as a lens through which to view a key moment in US history-when Native Americans were sequestered onto reservation lands, forced into unfamiliar labor economies, and attacked for their religious practices. Education, the government hoped, would be the final tool to permanently transform Indigenous bodies through moral instruction in Western dress, foodways, and living habits. Yet Lindsay Montgomery and Chip Colwell posit that Bratley’s collection constitutes « objects of survivance »-things and images that testify not to destruction and loss but to resistance and survival. Interwoven with documents and interviews,Objects of Survivance illuminates how the US government sought to control Native Americans and how Indigenous peoples endured in the face of such oppression. Rejecting the narrative that such objects preserve dying Native cultures,Objects of Survivance reframes the Bratley Collection, showing how tribal members have reconnected to these items, embracing them as part of their past and reclaiming them as part of their contemporary identities. This unique visual and material record of the early American Indian school experience and story of tribal perseverance will be of value to anyone interested in US history, Native American studies, and social justice.

Lien vers l’ouvrage.

Parution – L’AFDET et l’Enseignement technique 1902-2002 : une histoire partagée, Claude Hui

Au moment où l’AFDET s’interroge sur son devenir ce livre raconte cent ans d’histoire de l’association créée en 1902 pour confronter les points de vue de gens issus du monde de la formation et du monde économique soucieux de répondre à la crise de l’apprentissage sous toutes ses formes. Le dépôt d’un premier projet de loi en 1905, l’organisation d’ un congrès de l’Enseignement technique à Roubaix en 1911, la création d’un certificat de capacité professionnelle réservé aux seuls apprentis qui deviendra plus tard le certificat d’aptitude professionnelle ouvert à tous, apprentis et scolaires, le vote de la loi Astier en juillet 1919 sont des moments d’intense activité pour les adhérents de l’association. Peu à peu se dessine ce que doit être la formation professionnelle par rapport aux formations académiques. Il s’agit d’associer enseignement général et enseignement pratique et de former l’homme, le citoyen et le professionnel.

A travers ses conférences ou ses colloques tant à Paris qu’en province, ses relations particulières avec les ministères, par ses enquêtes de terrain, l’AFDET élabore de nombreuses propositions, suggère des améliorations. Par étapes successives et non sans difficultés est ainsi  mise en place une structure de formation allant du Certificat d’aptitude professionnelle au diplôme d’ingénieur telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ce livre veut rendre témoignage du travail mené par tous ces bénévoles qui, à un titre ou à un autre, ont œuvré pour faire reconnaître l’enseignement technologique et professionnel au même titre que les autres ordres d’enseignement.

Lien pour commander l’ouvrage.

Colloque en ligne – Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques

Vendredi 12 mars 2021
10 h – 18 h

Dans le cadre des commémorations de l’Année Napoléon 2021, une journée d’étude revient sur l’œuvre éducative de Napoléon, au-delà des deux grands travaux que sont la création des lycées en 1802 et la fondation de l’Université impériale en 1806.

Cette journée d’étude aborde la réorganisation du système éducatif du Premier Empire non seulement sous l’angle de ses institutions, mais aussi sous celui des acteurs et du contenu des enseignements. Le rapport de Napoléon aux bibliothèques est également mis en lumière.

Journée d’étude organisée en partenariat avec la Fondation Napoléon et l’Institut Napoléon

Programme

10 h Introduction
Par Marie de Laubier, directrice des collections de la BnF, Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, et Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’université Paris Sorbonne, président de l’Institut Napoléon

Matinée 10 h 15 -13 h

Les hommes de l’enseignement : Roederer, Fourcroy, Fontanes
Par Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon

Les cadres de l’enseignement sous le Consulat et l’Empire
Par Philippe Marchand, maître de conférences émérite à l’université de Lille

L’enseignement de l’économie
Par Serge Schweitzer, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille

Enseigner l’histoire : le projet d’École spéciale d’histoire
Par Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire et sciences de l’homme, BnF

Après-midi 14 h 30 – 18 h

Les écoles militaires sous l’Empire
Par Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’université Paris-Sorbonne, président de l’Institut Napoléon

Vu de l’étranger : le modèle féminin des Maisons d’éducation de la Légion d’honneur
Par Rebecca Rogers, professeure à l’université Paris-Descartes

La modernisation de la Bibliothèque nationale sous l’Empire
Par Charles-Éloi Vial, conservateur au département des Manuscrits, BnF

La bibliothèque de Napoléon à Sainte-Hélène
Par Jacques Jourquin, vice-président de l’Institut Napoléon

17 h 30 Conclusion
Napoléon, ses goûts en musique, Sainte-Hélène, 1821-2021

Intervention musicale de Peter Hicks, Fondation Napoléon

Recrutement d’un EC à l’université de Limoges

L’université de Limoges recrute pour la rentrée prochaine un·e enseignant·e-chercheur·e en histoire de l’éducation (70e section/22e section). Tous les renseignement utiles sont sur la page dédiée de l’Inspé de l’académie de Limoges, composante d’affectation. Le laboratoire de rattachement est FrED (Éducation et Diversité en Espaces Francophones): https://www.unilim.fr/fred/.
 

https://www.inspe.unilim.fr/2021/03/10/linspe-recrute-un·e-enseignant·e-chercheur·e/

 
Par commodité, ci-après les principaux éléments du profil (enseignement/recherche):
 
Pédagogie
L’enseignant·e chercheur·e recruté·e devra s’investir, au sein du département « arts, histoire et géographie » de l’Inspé de l’académie de Limoges, dans des enseignements en histoire, de l’initiation à la recherche et des interventions transversales en tronc commun.
La formation des professeur·e·s des lycées professionnels constitue le cadre principal d’exercice auquel s’ajoutent des interventions auprès des futur·e·s professeur·e·s des lycées et collèges et professeur·e·s des écoles.
Les activités d’enseignement en formation initiale concernent la préparation aux épreuves des concours et la construction de compétences professionnelles. L’initiation à la recherche nécessite de diriger des mémoires dans le premier et le second degré selon le cahier des charges des Masters MEEF. Des actions en formation continue des enseignant·e·s peuvent compléter ces tâches.
Une maîtrise de la discipline, de ses méthodes et de sa didactique sont nécessaires.
Une bonne connaissance de la classe et des concours de recrutement des enseignant·e·s sont indispensables. Une expérience conséquente en établissement du second degré ou dans la formation des enseignant·e·s est requise. Une connaissance et une pratique de la formation hybride sont vivement souhaitées.

Recherche 
Il est impérativement attendu du/de la candidat·e à la fois une formation solide universitaire en histoire et une activité de recherche attestée en sciences de l’éducation et de la formation (par des publications récentes en revues qualifiantes dans la 70ème section du conseil national des universités ou une thèse de doctorat dans la même section). La/le candidat·e devra mettre ses compétences méthodologiques acquises au cours de sa formation d’historien·ne au service du projet de recherche de l’unité FrED. Elle/Il pourrait par exemple proposer un projet sur :
• les dispositifs développés dans les différents niveaux et degrés scolaires, en lien avec l’institution (socio-histoire du système éducatif et des populations scolaires, enjeu des lycées professionnels ou des transitions entre degrés…),
• les vulnérabilités (acteurs et pratiques scolaires : adaptation scolaire et scolarisation des élèves handicapés, diversité des publics…),
• les « éducations à » et la formation des enseignants (valeurs, laïcité, enseignement moral et civique…).
• … (ces exemples ne sont pas exhaustifs).
Quel que soit le thème qui viendra nourrir le projet de l’unité FrED, il devra se fonder notamment sur l’exploitation d’archives historiques. Il serait apprécié que le projet de recherche du/de la candidat·e inclut en particulier une exploitation du fonds « histoire de l’éducation » de l’université de Limoges et aussi, concerne les espaces francophones.

Colloque en ligne – Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé

Vous trouverez ci-dessous le programme du colloque en ligne « Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé ».

Il aura lieu les 8 et 9 avril prochain, et est ouvert à toutes et tous sans inscription préalable.

Lien de connexion: https://us02web.zoom.us/j/3657422876
Bien cordialement,

Emmanuelle Fantin et Julien Tassel

Enfance et histoire : cultures et pratiques enfantines du passé
Programme – Colloque en ligne

Lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/3657422876


8 avril 2021


9h00 – Mot d’accueil : Emmanuelle Fantin et Julien Tassel — Sorbonne Université

Joëlle le Marec — Sorbonne Université
     En guise d’introduction : retour sur enquête, l’enfant au carrefour des processus de transmission institutionnelle

9h30-10h30 : Conférence

Anne BESSON — Université d’Artois

Retenir l’enfance

10h30-12h : Session I — Médiévalités : entre histoire et fictions

Laurence CORROY et Bénédicte MILLAND-BOVE — Université Sorbonne Nouvelle

Imaginaires et représentations du Moyen Âge dans le Journal des Enfants et le Journal des Demoiselles sous Louis Philippe.

Agathe NICOLAS — Sorbonne-Université

Le débat sur le fait historique comme prétexte à la production d’un savoir sur la fiction : le cas du forum d’échanges « la gazette du sorcier » (Harry Potter).

13h30-15h30 — Session 2 : Dire les violences de l’histoire

Perrine BOUTIN — Université Sorbonne Nouvelle

Entre pédagogie et subversion, comment parler de la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui à des enfants à la télévision ? Étude d’un cas : Les Grandes grandes vacances.

Juliette MASSART — Université Paris 13

« Lire la Shoah : entre horreur et happy ending » : les représentations de la Shoah dans la littérature de jeunesse des années 1980 à nos jours.

Christiane CONNAN-PINTADO — ESPE de Bordeaux Aquitaine

Imaginaires et représentations de l’esclavage à l’usage des jeunes lecteurs. Contraintes, modalités, enjeux.

Anna ZADORA — Université de Strasbourg

Construction d’une identité nationale biélorusse au prisme de l’éducation historique.

16h-18h Table ronde — Les professionnels des médiations enfantines :
arts, édition, muséologie.

Vincent LODEWICK dit DUGOMIER — auteur de BD, Les enfants de la résistance

Albin QUERU et Chloé NICOLAS — maison d’édition, Quelle histoire ?

Isabelle DORÉ-RIVÉ — directrice du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon

Richard UNGLIK — photographe, auteur de livres et de l’exposition « La Fabrique de l’Histoire en Playmobils » au musée de l’armée Invalides

9 avril 2021

9h30-10h30 : Conférence

Julie PASQUER-JEANNE — UCO-Bretagne Sud.

Faire l’expérience du passé par la fiction : la trivialité du monument dans la culture enfantine.

10h45-12h45 : Session 3 — Littérature jeunesse et histoire

Pierre-Eric FAGEOL et Frédéric GARAN — Université de la Réunion.

Patrimonialisation du passé et construction identitaire dans la bande-dessinée pour enfant dans l’océan indien.

Sylvie MARTIN-MERCIER — Université Grenoble Alpes

Petites filles et résistance dans la littérature de jeunesse italienne contemporaine.

Noureddine FADILY — faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Casablanca.

Quelle(s) construction(s) des ailleurs temporels et des altérités à travers le thème de la Deuxième Guerre mondiale ? Exemple de l’album Otto, autobiographie d’un ours en peluche de Tomi Ungerer.

14h30-15h40 : Session 4 — Les médiations historiques
des objets du quotidien, des jeux et des jouets

Fabien LACOUTURE — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jouer l’Histoire. La place des jeux de société historiques dans les pratiques enfantines du passé.

Thierry TRUEL — INSPE de Bordeaux.

Collectionner la vignette historique aux XIXe et XXe siècles : quand l’histoire devient aussi un produit de consommation courante…

Adeline WERRY — Université Catholique de Louvain.

Les plaques de verre de lanterne magique : outils pour une narration « attractive » du passé.

16h : Conclusions

Sophie CORBILLÉ, Sorbonne Université.

Parution – L’offre locale d’enseignement scientifique et technique. Approches disciplinaires (XVIIIe-XXe siècle), R. d’Enfert & V. Fonteneau (dir.)

En portant l’attention sur les lieux de production et de transmission des savoirs, en redonnant toute leur place aux acteurs locaux et aux configurations territoriales, cet ouvrage met en évidence un système d’enseignement scientifique et technique moins rigide et moins cloisonné, mais aussi plus riche et plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il conduit à se départir d’une conception encore trop mécaniste de la mise en œuvre et des effets des politiques nationales comme de l’action des élites savantes, du XVIIIe au XXe siècle. Il se veut ainsi une invitation à se saisir d’une démarche qui renouvelle le regard sur les dynamiques à l’œuvre, tant au niveau des acteurs, individuels et collectifs, que des institutions et des savoirs qui s’y enseignent et s’y apprennent.

Sommaire

Renaud d’Enfert, Virginie Fonteneau – Introduction

Caroline Barrera – L’offre locale d’enseignement au prisme des sociétés savantes : le cas de Toulouse (1793-1870)

Olivier Bruneau, Laurent Rollet – Les dynamiques d’une offre locale d’enseignement : le cas des mathématiques à Metz (1750-1870)

Thomas Morel – Enseigner les mathématiques dans une région minière. Prégnance du contexte local dans les Monts Métallifères de Saxe (1800-1850)

Norbert Verdier – Offre locale en matière éditoriale : usages et publics de livres mathématiques dans la première moitié du XIXe siècle

Anne Bidois – Construire, ou re-construire, un enseignement supérieur à Angers au XIXe siècle, entre logiques locales et enjeux politiques et religieux

Virginie Fonteneau – L’enseignement de la chimie à Lyon au XIXe siècle : de la concurrence des cours à la complémentarité des institutions

Guy Lambert – Distance et interactions entre les lieux de formation à l’architecture à Paris au XIXe siècle. Les élèves et les enseignants comme vecteurs de circulation des savoirs et de transferts pédagogiques

Marianne Thivend – Le genre de l’enseignement de la comptabilité : une approche locale, Lyon lors de la seconde moitié du XIXe siècle

Stéphane Lembré – L’enseignement de la géographie commerciale dans le nord de la France (fin XIXe siècle – années 1930)

Lien vers le site de l’éditeur ici.

Séminaire « L’Ecole empêchée. Institution scolaire et autorités en contexte de crise, 19-21e siècles »,

L’école, parce qu’elle se trouve à l’articulation entre le quotidien de familles et d’acteurs locaux et les intérêts des institutions étatiques ou communautaires dont elle relève, est à la fois un sanctuaire social et un outil actif de construction du politique. A ce titre, ses configurations scolaires et sociales sont multiples dans le temps et dans l’espace. Dans le monde arabe et depuis les entreprises coloniales du 19e siècle, elle est aussi plurielle que les contextes politiques qui l’encadrent. A cela s’ajoute que les guerres, les violences politiques et sociales, les famines et les épidémies, les aléas climatiques et économiques et les mouvements migratoires qui en ont résulté l’ont bousculée, parfois interrompue, souvent redéfinie.
Ce séminaire part de l’hypothèse que les crises, sous toutes leurs formes, mettent en tension le lien entre les acteurs de l’école et les pouvoirs dont elle est l’émanation institutionnelle. Et c’est précisément ce qui le rend observable.
Les communications ici présentées viseront donc à interroger la façon dont les crises, leurs ressorts et leurs enjeux, se répercutent ou sont perçus parmi les acteurs de l’école, ce qu’elles révèlent des liens institutionnels qui la traversent, et, enfin, ce qu’elles fabriquent au sein de l’école en matière de rapports de force, de solidarités, de réajustement des autorités enchâssées des parents, des enseignants, des directeurs d’école ou des recteurs. A rebours de l’idée d’une école qui serait seulement abîmée par les situations de crise, il s’agit de comprendre les processus par lesquels celles-ci produisent d’autres manières d’investir l’école et conduisent à la transformer, voire à la réinventer.

Le programme complet est disponible ici.

La prochaine séance a lieu le vendredi 19 mars autour de Charlotte Courreye (IHMC), « Enseigner l’arabe en Algérie colonisée : le projet politique des Oulémas ».

Appel à communications – Histoire et archives de l’animation nature et de l’éducation à l’environnement en France dans les années 1970-1990

Cette manifestation est conçue comme l’aboutissement d’un cycle de journées d’étude. Le colloque du 30 et 31 mars 2022 vise à ouvrir de nouvelles pistes, à identifier des chercheurs dont les travaux croisent ce sujet et à tenter une première synthèse d’éléments recueillis depuis 2016 dans le cadre des 6 journées d’étude préparatoires.

Les années 1970-1990 furent celles de l’émergence de l’animation nature en tant que secteur professionnel, à une époque où les préoccupations écologistes se cristallisent. Au cours de ces deux décennies, des expériences naissent, souvent très localisées, où s’élaborent des conceptions éducatives et des modalités pédagogiques, en lien avec les transformations contemporaines de l’école, les représentations de l’environnement ou les contestations écologistes. La position de l’animation environnement au carrefour des sciences et pratiques naturalistes, de la protection, de l’éducation populaire, du monde de l’école mais aussi des sports de pleine nature implique une ouverture au-delà des disciplines de référence que seront l’histoire et les sciences de l’éducation. Les organisateurs attendent donc des contributions venues de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’environnement, des sciences et techniques des activités physiques et sportives, etc.

L’appel à communication complet ainsi que l’ensemble des informations concernant la manifestation sont disponibles ici.

Parution – Penser la circulation des savoirs scolaires dans l’espace transatlantique. Émigration-transferts-créations (XVIIIe-XXe siècle), A. Fontaine (dir.)

Vient de paraître aux éditions Le Bord de L’eau l’ouvrage dirigé par Alexandre Fontaine, Penser la circulation des savoirs scolaires dans l’espace transatlantique. Émigration-transferts-créations (XVIIIe-XXe siècle), dans la collection « Bibliothèque républicaine » dirigée par Vincent Peillon.

Bien que certains réflexes nationalistes tendent à le dissimuler ou même à le dénier, ce constat s’impose : tout système scolaire se façonne à partir de références étrangères. L’espace transatlantique, depuis la première mondialisation des XVe et XVIe siècles, incarne un laboratoire privilégié de la fabrication de savoirs scolaires mêlés. Par l’action de passeuses et de passeurs, les pratiques et les méthodes pédagogiques les plus efficientes circulent, transitent, s’enrichissent ou sont rejetées.Espace de domination, de rivalités mais aussi de rencontres et de métissages, l’Atlantique fut pensé par l’anthropologue cubain Fernando Ortiz comme une zone de transculturation. Ce mécanisme donnant-donnant fait sens, puisqu’il a contribué à l’émergence de reconfigurations particulièrement créatives. Par cette interpénétration des économies scolaires, nations américaines et européennes ont indéniablement développé et affiné de nouvelles réalités pédagogiques.Cet ouvrage collectif, qui réunit d’éminents spécialistes brésiliens et européens, plaide pour un désenclavement de l’histoire de l’éducation, qu’il s’agit de penser au-delà d’une recherche des similitudes et des différences. Dans ce sens, il restitue l’idée d’une « homogénéisation silencieuse » des savoirs scolaires des deux côtés de l’Atlantique, bien davantage marqués par des échanges polyphoniques et des mécanismes d’emprunts et d’appropriations que par des constructions ex nihilo.

 Avec les contributions de : Maria Helena Camara Bastos, Viktoria Boretska, Jean-Charles Geslot, Laurent Gutierrez et Antoine Savoye, Marianne Helfenberger, Paola Salomé Lopes Garcia, Peri Mesquida et Pierre-Philippe Bugnard, Felipe Ziotti Narita, Vincent Peillon et Marie Vergnon.

Lien vers le site de l’éditeur : https://www.editionsbdl.com/produit/penser-la-circulation-des-savoirs-scolaires-dans-lespace-transatlantique/ 

Appel à communications – L’enseignement supérieur du XIXe siècle à nos jours (France et international) : établissements, acteurs, disciplines, pédagogies

Lyon

27-28 juin 2022

 

À l’initiative de l’ATHRE et des laboratoires ECP, LARHRA et Triangle, ce colloque a pour projet d’étudier la manière dont l’enseignement supérieur a évolué depuis le début du XIXe siècle, à différents niveaux, dans différents espaces et à différentes échelles.

 

Avec le processus de Bologne mis en œuvre en 1999 dans 29 pays, visant à la convergence des systèmes d’enseignement supérieur des pays européens, ont été instaurées de nouvelles pratiques qui ont profondément bouleversé le paysage de l’enseignement supérieur en France et en Europe. Les évolutions législatives et réglementaires révèlent une accélération de ce processus de transformation, quoique déjà amorcée depuis le début des années 1960. La situation actuelle qui confronte brutalement un système bicentenaire à un projet de transformation de grande ampleur constitue de ce point de vue un objet particulièrement fécond pour comprendre l’évolution des structures éducatives. Elle conduit à s’interroger sur les logiques de transformation sur le long terme et sur l’histoire du développement et de la diversification de l’enseignement supérieur depuis le début du XIXe siècle, ainsi que sur les résistances que ces transformations ont rencontrées et les controverses qu’elles ont suscitées.

Plusieurs angles d’attaque peuvent être envisagés pour appréhender ces évolutions. On peut ainsi, tout en conservant un point de vue résolument historique, croiser des approches politiques (questions nationales, internationales ou locales traitant en particulier de la gouvernance et de l’organisation des établissements d’enseignement supérieur), des approches socio-économiques (acteurs que sont les étudiant·es, les enseignant·es ou le personnel administratif, institutions elles-mêmes insérées dans un tissu local économique particulier), des approches pédagogiques interrogeant en particulier ce qu’on pourrait appeler « forme universitaire » : place des cours magistraux, des stages… Il est également possible de s’interroger sur le sens et la portée de l’adjectif « supérieur » dans le syntagme « enseignement supérieur ».

Plus généralement, l’accent pourra être mis sur les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur, y compris dans les espaces coloniaux et post-coloniaux. Ces approches internationales permettront en outre de considérer la manière dont les modèles (d’organisation, intellectuels, disciplinaires, pédagogiques) peuvent circuler et éventuellement se transférer d’un univers à l’autre.

Sur la base de ces questionnements généraux, quatre axes de travail sont proposés :

Axe 1. La diversité des établissements et leur insertion dans l’environnement local, national et international

Axe 2. Disciplines et pédagogies

Axe 3. Les transitions : modalités et dispositifs

Axe 4. Sociologie historique des enseignant·es et des étudiant·es

L’appel à communication complet est disponible ici.

 

Consignes aux auteur·es de propositions

Toute personne intéressée à présenter une communication est invitée à nous adresser un titre et un bref résumé de sa contribution (300 mots / 2000 signes maximum) en français ou en anglais.Ce résumé présente l’enjeu historiographique et la problématique de la communication, indique la périodisation et comporte une description du corpus traité.Il inclut une bibliographie de 5 titres et propose 4-5 mots-clés.

Les auteur·es précisent leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle.

Les propositions de communication seront soumises à expertise.

Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx dont le nom sera celui de l’auteur, noté en majuscules.

Elles seront déposées sur le site : https://enseignemt-sup.sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions : 15 mai 2021 au plus tard

Notification d’acceptation aux auteur.es : 1er juillet 2021

Journée d’études – Les écoles de cinéma au XXe siècle: objet d’étude privilégié pour une histoire transnationale des circulations artistiques et politiques

Le 24 novembre 2020 a eu lieu une journée d’études intitulée « Les écoles de cinéma au XXe siècle: objet d’étude privilégié pour une histoire transnationale des circulations artistiques et politiques ».

Le programme est disponible ici.

Objet de recherche peu présent à la fois dans les travaux sur l’histoire du cinéma ainsi que dans les études d’histoire culturelle et politique, les écoles de cinéma ont pourtant constitué des institutions incontournables de transmission et de formation de plusieurs générations de professionnels du cinéma du XXe siècle. En 2010, dans son article “Theory, Practice and the Significiance of Film Schools” (Scandia 76-2, p. 31-46), Duncan Petrie regrettait ce manque d’intérêt : « Film schools have had considerable impacted on wider stylistic trends, production practices, national cinemas, and film-making movements, yet within most historical accounts of cinema, film maker’s education has tended to be treated as a minor biographical detail or is simply assumed to be one aspect of the on-the-job skills-acquisition”.

Outre l’importance que revêt cette étape de formation essentielle pour comprendre la trajectoire d’un artiste, il nous semble surtout que les dimensions culturelles, politiques et sociales des réseaux constitués par l’intermédiaire de ces écoles ont été sous-évaluées. Ces écoles qui apparaissent dans différents pays dès l’entre-deux-guerres (URSS, Italie), se multiplient à partir des années 1940. Ce phénomène s’inscrit temporellement dans deux mouvements intrinsèquement liés : d’une part l’émergence de la Guerre froide durant laquelle la compétition des idées et des imaginaires a touché le médium cinématographique dans tous ses aspects et par conséquent également la formation aux métiers du cinéma ; et d’autre part à l’accroissement des mobilités étudiantes dues, entre autres, aux décolonisations.

Notre objectif est de mieux cerner la manière dont les écoles et les acteurs de ces écoles – en particulier les étudiants – ont été des vecteurs de savoir-faire, de pratiques, et d’imaginaires sur le plan aussi bien artistique que politique et ont pu constituer les bases d’un réseau de professionnels encore actifs aujourd’hui. Revenant sur la trajectoire d’enseignants et étudiants des écoles de cinéma essentiellement dans le second XXe siècle, les intervenantes de cette journée d’étude interrogerons les conséquences et les traces de ces circulations transnationales. Elles présenteront également le corpus de documents et de films qui peuvent nourrir cette histoire.

Parution – « Incarner un modèle progressiste : la professionnalisation de l’enseignement à Chicago (1890-1940) » de Sonia Birocheau

Incarner un modèle progressiste : la professionnalisation de l'enseignement à Chicago (1890-1940)

Les années 1890 à 1940 constituent une période charnière dans l’élaboration de nouveaux modèles professionnels dans l’enseignement aux États-Unis. Soucieux de mener des réformes jugées favorables au progrès de la société, divers acteurs entreprennent de modifier le système de formation des enseignants, les méthodes pédagogiques et l’organisation des systèmes scolaires. Chicago est alors un des principaux centres de réflexion de ces projets progressistes de professionnalisation de l’enseignement.

Cet ouvrage propose une étude historique de ces transformations à partir d’un échantillon élargi et inédit d’acteurs, d’institutions et de sources. Quel rôle les enseignants, les directeurs d’école ou le personnel de l’École normale de Chicago eurent-ils dans l’élaboration et la dissémination de nouveaux modèles professionnels ? Dans quelle mesure ces modèles furent-ils mis en pratique quotidiennement dans les établissements ? Quels furent effectivement l’envergure et le contenu de cette conquête professionnelle ?

Cette étude de cas apporte un point de vue complémentaire sur l’histoire de l’éducation nord-américaine, du progressisme et de Chicago, et aborde des thématiques qui font écho aux réflexions contemporaines sur l’enseignement, le genre ou les relations raciales.

Lien vers la page de l’éditeur.

Soutenance de thèse – Anne Renoux, La créativité en éducation physique : entre expérience(s) et instrumentalité (1960-2020)

Le lundi 14 décembre 2020, Anne Renoux soutiendra sa thèse :

La créativité en éducation physique : entre expérience(s) et instrumentalité (1960-2020)

Le jury sera composé de :Isabelle Capron-Puozzo, Professeure-formatrice, Haute école pédagogique du Valais (Examinatrice)

Ghislain Carlier, Professeur émérite, Université catholique de Louvain (rapporteur)
Julien Fuchs, Professeur des universités, Université de Bretagne occidentale (directeur de thèse)
Jérôme Guérin, Professeur des universités, Université de Bretagne occidentale (directeur de thèse)
Margarida Romero, Professeur des universités, Université Côte d’Azur (Examinatrice)
Magali Sizorn, Maîtresse de conférence, Université de Rouen Normandie (Examinatrice)
Joris Thiévenaz, Professeur des universités, Université Paris-Est Créteil (rapporteur)

La soutenance se déroulera à 14h en visioconférence depuis la Faculté des Sciences du sport et de l’éducation de l’Université de Bretagne occidentale à Brest. Si vous souhaitez y assister à distance, merci prendre contact avec Anne Renoux.

Résumé de la thèse:

Ce travail de recherche prend pour objet d’étude la notion de créativité en éducation physique et sportive. La thèse propose une conceptualisation de la notion d’« agir créatif » associant le concept d’expérience (Dewey, 1938) et le paradigme de l’activité (Billeter, 2012). L’agir créatif se caractérise par une instrumentalité authentique au service de l’expérience. Cette notion sert d’outil d’analyse des différentes représentations de la créativité des enseignants d’éducation physique. L’étude se fonde sur une analyse socio-historique et épistémologique de la revue professionnelle d’éducation physique Revue EP&S ainsi que sur une enquête réalisée auprès des enseignants d’EPS. L’analyse met en évidence trois périodes qui structurent les représentations de la créativité en éducation physique, de 1960 à 2020, entre expériences et instrumentalité. Dans la période contemporaine, la créativité est majoritairement associée aux pratiques artistiques. L’enquête fait également ressortir une importante demande en termes de formation artistique de la part des enseignants. Les arts du cirque constituent alors une entrée dans les pratiques artistiques susceptible de favoriser l’appropriation d’un processus de création par les enseignants d’EPS. La notion d’agir créatif peut ici constituer un outil dans le cadre de la formation des enseignants à la créativité.

JE – Artistes, artisans, pédagogues et fonctionnaires? Des instructeurs aux conseillers d’éducation populaire et de jeunesse. 75 ans d’actions culturelles singulières 1944-2019

Le Comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports avec le concours des Archives nationales organise une journée d’étude :

Le Jeudi 19 mars 2020 de 9h30 à 17h30
14, Avenue Duquesne  PARIS 75007

Artistes, artisans, pédagogues et fonctionnaires ?

Des instructeurs aux conseillers d’éducation populaire et de jeunesse  75 ans d’actions culturelles singulières 1944-2019

Programme

Accueil dès 9h – Début des travaux : 9h30

Animation/régulateur de la journée, Fabrice Landry, inspecteur jeunesse et sports*

Préambule institutionnel : Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative

9h45 Introduction par Laurent Besse, maître de conférences en histoire, IUT de Tours*

10h : Intervention de Michel Bataillon, dramaturge et traducteur : « Avec Jean Rouvet, aux Rencontres de la jeunesse européenne, été 1951 à la Lorelei. »
Un extrait du film E comme Europe sera projeté

10h30 : Intervention de Jean-Pierre Daniel, CTP cinéma : « Pédagogie de l’éducation artistique »

10h50 : Intervention de Jean Golgevit, CTP chef de choeur : « Les pratiques musicales en France et l’éducation populaire depuis la Libération »
Extrait du Canto General qui a fait l’objet de plusieurs stages au fil de la carrière de J. Golgevit et de nombreuses présentations publiques.

11h20 : Échanges avec la salle

11H45 : Clothilde Roullier, Archives nationales : « Présentation des sources conservées dans des services d’archives publics »

12h : Denise Barriolade, inspectrice principale Jeunesse et sports honoraire* présentera le recueil des témoignages de CTP effectué, la méthode, les matériaux d’archives constitués (illustration avec projection de fiches papiers et extraits d’enregistrement) avec 3 exemples significatifs commentés avec le concours de F. Landry.

Fin de la matinée : 12H45
Déjeuner libre

14H15 Reprise des travaux :
Présentation d’archives orales émanant de la collecte (20 mn) : extraits des entretiens d’Éliane Badet (CTP photo), Michel Simon (CTP cinéma), Claude Decaillot (CTP danse)

14h35 La parole d’une étudiante en histoire, Jeanne Roverc’h, à propos de son master : Les instructeurs nationaux spécialisés et les stages d’art dramatique : fleuron de l’action culturelle populaire française et moteur de l’éducation populaire (1944-1963).

14h45 François Gasnault, conservateur du patrimoine et historien : « Nohant-Verruyes, 1954-1976, du ”livre vivant” à La Geste Paysanne : quand instructeurs et conseillers techniques d’éducation populaire ressuscitaient ce « monde que nous avons perdu”… », avec le témoignage de Jean-Pierre Pottier, metteur en scène et ancien CTP, ainsi que des extraits de films.

15h45 Léo Souillès-Debats, maître de conférences en études cinématographiques évoquera l’apparition de nouvelles formes d’actions autour du cinéma (animations, éducation à l’image, actions spécifiques comme « un été au ciné », festivals de films pour la jeunesse…)

16h15 Echanges avec la salle

17h Conclusion de la journée par Laurent Besse et Martine Gustin-Fall, présidente du comité d’histoire*

*membres du comité d’histoire

****

Le programme complet est disponible ici.

Inscription gratuite et obligatoire (accès contrôlé) à retourner l’adresse : samira.hamani [at] sg.social.gouv.fr

Pour tout contact: comitehistoireMJS [at] jeunesse-sports.gouv.fr

Appel à communications – Centenaire de l’École de préparation des professeurs de français à l’étranger (EPPFE): 1920- 2020

Colloque international organisé par le DILTEC-Sorbonne Nouvelle Paris 3, en association avec le STIH-Sorbonne Université, les Cours de Civilisation Française de la Sorbonne (CCFS), la Société Internationale d’Histoire du français langue étrangère et Seconde (SIHFLES)
 
Se pencher sur l’histoire de l’EPPFE à l’occasion de son centenaire revient à interroger les dynamiques globales de formation des enseignants de français langue étrangère afin de dessiner une géopolitique des institutions chargées de ces formations. Plus largement, ce colloque vise à mettre en lumière l’apport des travaux en histoire de la didactique des langues et des cultures et se situe dans la continuité d’autres manifestations scientifiques. En mai 2008, une première journée d’étude, intitulée « L’École de préparation des professeurs de français à l’étranger à l’UFR DFLE. Histoire d’une institution (1920-2008) », a eu lieu dans les murs mêmes où cette institution a été créée. Depuis 2017, le programme CLIODIL du DILTEC (Histoire et historicité en didactique des langues) explore la dimension historique de et dans la didactique des langues. Ce programme, dont le colloque fait entièrement partie, entend contribuer à une refonte de l’histoire de cette discipline selon une approche globale et connectée (Appadurai 2001, Bertrand 2011, Subrahmanyam 2007 et 2014), qui prend en charge le continuum des échelles d’étude et la notion de régime d’historicité (Hartog 2003), tout en faisant une large place à l’anthropologie historique (Wachtel 2014) et à la démarche indiciaire (Ginburg, 2010).
 
Dans cette perspective, le DILTEC ouvre largement cet appel aux chercheurs qui ont contribué, mais également à ceux qui ont hérité de cette histoire, afin de comprendre les dynamiques de continuité et discontinuité impactant la formation des enseignants de 1920 à 2020. Ce colloque sera également l’occasion pour le Diltec de présenter de manière inédite et dynamique les archives existantes sur l’école conservées sur place.

Les communications pourront s’inscrire dans quatre axes visant l’histoire de l’école elle-même ou mettant en dialogue l’histoire de l’EPPFE avec les histoires de la constitution du champ de la didactique des langues et des cultures, et notamment avec d’autres écoles du même type.
 
Vous trouverez l’appel à communication complet en suivant ce lien : https://cent-eppfe.sciencesconf.org/

La date limite de soumission de cet appel à communication a été repoussée au 25 février 2020 .