Archives de l’auteur : Solenn Huitric

Journée d’études du PAJEP – L’Action catholique spécialisée au travers des expériences de ses militants. 1945-1965

L’Action catholique spécialisée au travers des expériences de ses militants. 1945-1965.

 Le PAJEP, les Archives départementales du Val-de-Marne et l’ADAJEP organisent une journée d’étude consacrée aux mouvements de l‘Action catholique spécialisée, à Créteil le 7 décembre prochain.

Cette journée à pour ambition de confronter le modèle de l’Action catholique spécialisée à ses mises en pratiques sur la période 1945-1965.
Pour cela, seront réunis des chercheurs spécialistes de la question, des militants mais aussi des archivistes. Au delà des problématiques scientifiques qui seront abordées, c’est l’occasion pour le PAJEP de donner la parole aux militants de ces mouvements, de valoriser des fonds parfois peu connus et de créer des liens forts avec les associations et les services d’archives conservant des fonds en lien avec l’Action catholique.

Vous trouverez le programme ici davantage d’informations .

Attention : inscription préalable auprès de contact [at] pajep.fr ou au 06 80 48 07 29

Séminaire – Enfants modèles. Les jeunes du XIXe siècle à nos jours: catégories, expériences, récits

Programme du séminaire « Enfants modèles. Les jeunes du XIXe siècle à nos jours : catégories, expériences, récits »

Axe Histoire des éducations de l’université Paris 8 et l’IRTS de Paris Ile de France

Il se tiendra dans les locaux de l’IRTS, 145, avenue Parmentier Paris, 75010 (affichage à l’entrée), tous les 15 jours les jeudi de 15h à 18h.

Calendrier des séances :

  1. 5 octobre 2017 : séance introductive
  2. 19 octobre 2017 : Gladys Chicharro (docteure en ethnologie de l’université Paris X-Nanterre et diplômée en Chinois de l’INALCO) sur l’enfant unique chinois
  3. 2 novembre 2017 : Jean-François Mignot (docteur en sociologie de l’Institut d’études politiques et chargé de recherche CNRS au Groupe d’études des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne) sur l’enfant adopté
  4. 16 novembre 2017 : Ning de Coninck-Smith (professeure à la Danish School of Education, Aarhus University) sur « Se mettre à l’échelle de l’enfant » quiproquos et incompréhensions dans la traduction matérielle (équipements et architectures scolaires) de ce concept dans un contexte (post)colonial
  5. 30 novembre 2017 : Mej Hilbold (maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université de Paris 8) sur le jeune enfant
  6. 14 décembre 2017 : Antoine Rivière (maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université de Paris 8) sur l’enfant juif de l’Assistance Publique
  7. 11 janvier 2018 : Manon Pignot (maîtresse de Conférences en Histoire contemporaine au Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits de l’université de Picardie à Amiens) sur le site Enfance-violence-Exil (EVE)
  8. 1er février 2018 : Jean-François Laé (professeur en sociologie à l’université de Paris 8) sur son ouvrage en cours Cette fille qui vole contre le vent
  9. 15 février 2018 : Marta Craveri (directrice du Pôle International de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme) et Anne-Marie Losonczy (Directrice d’études à l’EPHE) sur l’enfant du Goulag
  10. 8 mars 2018 : Romain Robinet (maître de conférences en histoire à l’université d’Angers) sur la jeunesse indigène des années 1940-50 au Mexique
  11. 22 mars 2018 : Stéphanie Rubi (socio-anthropologue à l’université de Bordeaux) sur comment capter le point de vue des jeunes et le concept de reconnaissance sociale
  12. 5 avril 2018 : Sébastien Alix (docteur en Sciences de l’éducation et chercheur associé au laboratoire CERLIS) sur l’enfant éducation nouvelle
  13. 3 mai 2018 : Bertrand Geay (professeur de sciences de l’éducation à l’Université d’Amiens) sur l’Etude longitudinale française depuis l’enfance menée par l’INED

Appel à communications – Education, College Women and Suffrage : International Perspectives

Une conférence interdisciplinaire se tiendra autour de la thématique « Education, College Women and Suffrage : International Perspectives » les 13-14 juin 2018 à l’Université de Londres.

Les propositions de communications peuvent être envoyées jusqu’au 13 novembre 2017.

Résumé:

This international, conference will provide a forum for those involved in teaching and researching suffrage and the history of women’s education (in schools, HE and heritage institutions) to discuss new directions. We invite submissions in a range of formats by archivists, public historians, researchers, curators and teachers to explore and discuss the under researched links between education and suffrage. Presentations may draw on a range of sources as they relate to the intersection of education and suffrage, including the use and interpretation of digital archives and material sources for research or educational purposes.

L’appel complet est disponible Education College Women & suffrage CFP.

Colloque – L’académie de Paris pendant la Grande Guerre

Vous trouverez ci-dessous le programme du colloque organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle (universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne) – Chancellerie des universités de Paris, sous la direction du Pr. Christophe Charle, du Pr. Jean-Noël Luc, et de  Stéphanie Méchine.

[L’inscription est obligatoire et se fait à cette adresse: ce.archives [at] ac-paris.fr]

L’académie de Paris pendant la Grande Guerre

Jeudi 9 novembre 2017 – Amphithéâtre Louis Liard

– 14h00 : Ouverture par Gilles Pécout (recteur de la région académique Ȋle-de-France, recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités de Paris)

– 14h20 : Introduction par Jean-Noël Luc (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris- Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

Enseignement primaire : aller à l’école pendant la guerre

Présidence : Florence Bourillon, professeur d’histoire à l’Université de Paris-Est-Créteil, Centre de recherche en histoire européenne comparée (EA 4392)

– 14h40 : Les écoles normales primaires dans l’académie de Paris pendant la Grande Guerre : un défi administratif et pédagogique (Stéphanie Dauphin, maîtresse de conférences, université d’Artois-ESPE)

– 15h00 : Le rôle de la première génération des instituteurs parisiens dans la vie des écoles et la mobilisation de l’arrière (Jérôme Krop, maître de conférences, université d’Artois-ESPE)

– 15h20 : L’école primaire dans l’Oise entre 1914 et 1918 : une école du front et de l’arrière-front (Julien Cahon, maître de conférences, université de Picardie-Jules-Verne-ESPE)

– 15h40 : Accueillir, nourrir et former les jeunes enfants en période de guerre : les écoles maternelles parisiennes de 1914 à 1918 (Patricia Legris, maîtresse de conférences, université de Rennes 2)

– 16h00 : Liens renforcés, liens entravés : les relations scolaires et universitaires entre le Nord-Pas de Calais et Paris (Jean-François Condette, professeur d’histoire contemporaine, université d’Artois)

Enseignantes et enseignants face à la guerre

Présidence : Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités de Franche-Comté

– 16h45 : L’Université héroïque : les professeurs de l’enseignement secondaire de l’académie de Paris tués ou blessés pendant la Grande Guerre (Matthieu Devigne, docteur, université Paris-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

– 17h05 : « Et si le père ne revenait pas ? ». Vie quotidienne et condition féminine au lycée Jules-Ferry pendant et après la Première Guerre mondiale (Pierre Porcher, doctorant, centre d’histoire du XIXe siècle et centre de recherche et d’études histoire et sociétés)

17h25 : Affectations, nouveautés et engagements : les personnels des lycées de jeunes filles de la Seine durant la Grande Guerre (Isabelle Arasa, chargée de mission histoire et mémoire à la délégation académique aux arts et à la culture, rectorat de Paris)

Vendredi 10 novembre 2017 – Amphithéâtre Louis Liard

Anciennes et nouvelles fonctions de l’Université de Paris en guerre

Présidence : François Weil, conseiller d’État, ancien recteur de l’académie de Paris

– 09h30 : La Sorbonne pendant la guerre, la Sorbonne en guerre (Lucile Natali, université Paris-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

– 09h50 : La Sorbonne et sa diplomatie universitaire en temps de guerre : flottements, adaptations et redéploiements, 1914-1919 (Guillaume Tronchet, agrégé, docteur en histoire, ENS)

– 10h10 : La Faculté de droit de Paris dans la Grande Guerre : l’identification à la figure martyre du soldat du droit (Catherine Fillon, professeure, université de Lyon 3)

– 10h30 : La mobilisation de la faculté des sciences et des scientifiques (Pierre Verschueren, doctorant, université Paris 1 PanthéonSorbonne)

Universitaires et étudiants

Présidence : Tristan Lecoq, inspecteur général de l’Éducation nationale, professeur associé à l’université Paris-Sorbonne

– 11h15 : Ferdinand Lot, un professeur d’histoire face à la guerre  (Agnès Graceffa, Sociamm-Université de Bruxelles)

– 11h35 : Les facultés de droit de Paris et de Berlin face-à-face de 1914 à 1918 (Jean-Louis Halpérin, directeur de l’UMR 7074 « centre de théorie et analyse du droit », ENS)

– 11h55 : L’École normale supérieure, les normaliens et archicubes combattants et non combattants pendant la guerre (Nicolas Mariot, directeur de recherche, CNRS)

– 12h30 : Conclusion générale par Christophe Charle (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle-IHMC)

– 14h30 : Visite-conférence par Marc le Cœur (historien de l’art, École spéciale d’architecture)des monuments aux morts des lycées Louis-Le-Grand et Henri-IV et facultés dans le Quartier latin

L’historiographie très riche sur le premier conflit mondial est passée progressivement de l’étude du front, de la stratégie des puissances et des souffrances des combattants à l’étude de l’arrière, l’autre front. Dans cette guerre de longue durée et de plus en plus totale, le moral des familles et des citoyens non mobilisés, l’engagement des groupes professionnels les plus divers, la capacité des élites politiques et intellectuelles (espace en trop) à donner du sens aux sacrifices de plus en plus lourds à accepter puis à endurer, furent essentiels. Dans cette liaison capitale et décisive entre l’avant et l’arrière, le système scolaire a joué un rôle fondamental, même si son histoire a été moins explorée jusqu’ici.

L’académie de Paris est, à l’époque, la plus grande académie de France : elle s’étend des confins de la ligne de front, et d’une partie des lieux des combats, au centre du pays. Elle concentre la plus grande masse des effectifs scolarisés à tous les niveaux et elle forme comme une image en réduction de l’institution éducative du pays tout entier, depuis les petites écoles rurales jusqu’aux établissements les plus prestigieux internationalement. Cette académie fournit donc un cadre complet pour comparer et comprendre les multiples facettes du système scolaire et du monde universitaire dans un moment où la France et la République jouaient leur survie et leur avenir.

Ce colloque souhaite rééquilibrer l’approche ancienne des chercheurs, qui ont mis en avant, soit les hécatombes consenties par les diverses catégories d’enseignants, soit l’utilisation de l’école, du collège, du lycée ou des universités comme relais pour la propagande de guerre ou le maintien du moral collectif. Il s’agit ici d’œuvrer au plus près des acteurs dans les écoles, les établissements secondaires et les facultés pour analyser comment se déclinent ou non des missions nouvelles liées à une situation exceptionnelle, alors que tout se désorganise sous l’effet de la mobilisation. L’ordre des savoirs, la fonction pédagogique, la mission de recherche, ne peuvent évidemment être mis en œuvre sans modification dans ce contexte sans précédent et sur une durée aussi longue.

Pour que les objectifs scientifiques de ce colloque soient atteints et que les communications puissent faire écho à une histoire plus générale de la Première Guerre mondiale, les organisateurs ont favorisé l’accès à de nouvelles sources – ministérielles, rectorales, scolaires et facultaires – afin de mettre en valeur les fonds de l’académie et de l’Université de Paris, dont les archives relatives aux deux guerres mondiales ont été recensées pour cette occasion.

Séminaire – Travailler ensemble dans l’éducation et la formation (Lyon)

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire transversal « Normes et normativités » du laboratoire Education, Cultures, Politiques (ECP) pour l’année 2017-2018.

La thématique centrale porte sur « Travailler ensemble dans l’éducation et la formation« . Les séances auront lieu à Lyon2 et le séminaire est coordonné par Stanislas Morel.

Séance 1 : jeudi 25 janvier 2018 de 14h à 17h

Disciplines naturelles et interdisciplinarité volontariste : structures et tensions autour du pilotage interdisciplinaire de l’enseignement supérieur et de la recherche. Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences à Lyon 2 (LARHRA)

Genèse et enjeux de l’organisation « pluridisciplinaire » de la politique en faveur de l’« enfance inadaptée » au sortir de la Seconde Guerre Mondiale. Stanislas Morel, maître de conférences à l’université de Saint-Etienne (ECP)

Séance 2 : vendredi 2 mars 2018 de 14h à 17h

Travailler ensemble à partir de points de vue différents : la fonction psychosociale des disputes de métiers au sein de l’organisation du travail. Pascal Simonet, maître de conférences à l’université Aix-Marseille (ADEF)

La pratique à plusieurs en institution d’éducation spécialisée, Marc Derycke, professeur émérite, université de Saint-Etienne (ECP) et Patrick Brasseur, responsable pédagogique, Service Résidentiel pour Jeunes (SRJ) « Les Tilleuls », Genval; Belgique.

Séance 3 : vendredi 27 avril 2018 de 14h à 17h

Questions sur les reconfigurations des frontières de l’action publique éducative dans les développements de sa territorialisation en France. Daniel Frandji, maître de conférences ESPE / Lyon 1 (Triangle)

Un travail à plusieurs enseignants, levier d’une nouvelle division du travail ? Quentin Magogeat, docteur, ATER université de Lyon 2 (ECP)

Séance 4 : lundi 14 mai 2018 de 14h à 17h

Division du travail et inégalités à l’école primaire. Julien Netter, maître de conférences à l’UPEC (CIRCEFT/ESCOL)

Le mouvement Freinet et la coopération (1945-1962). Maryline Gachet, Doctorante, université de Saint-Etienne (ECP)

Séance 5 : mardi 12 juin 2018 14h à 17h

Coopération et rapports sociaux de pouvoir dans les dispositifs de « réussite éducative ». Sandrine Nicourd, maîtresse de conférences à l’université de Versailles-Saint-Quentin (Printemps)

Le “partenariat”: un incontournable de l’action éducative métropolitaine, Manon Pesle, maîtresse de conférences à l’université de Saint-Etienne (ECP)

Contact : stanislas.morel [at] univ-st-etienne.fr

Appel à communications – Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse (1945-1980)

Se tiendra à l’Université d’Angers les 27-28 juin 2018 un colloque international autour du thème « Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ». Les propositions sont à envoyer avant le 31 janvier 2018 à yves.denechere [at] univ-angers.fr et blandine.charrier [at] univ-angers.fr

Résumé : Si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel de la décolonisation. Les processus d’émancipation des peuples colonisés au second XXe siècle posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et post-colonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. Dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses, les enjeux coloniaux et post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ont produit des biopolitiques spécifiques.

L’appel à communication complet est disponible ici.

Appel à contribution – L’école en milieux contraints

Vous trouverez ci-dessous un appel à contributions pour le numéro 18 de la Revue des CRES (Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs) intitulé « L’école en milieux contraints ».
Les propositions de résumé sont attendues pour le 1er octobre 2017 au plus tard et doivent utiliser le formulaire word disponible ici.

Parution – La Femme nouvelle. Genre, éducation, révolution (1789-1830), Caroline Fayolle

Nous vous indiquons la parution du livre issu de la thèse de Caroline Fayolle:

La Femme nouvelle. Genre, éducation, révolution (1789-1830), Paris, Éditions du CTHS, 2017, 480 p. Avec une préface de Michèle Riot-Sarcey et une postface de Bernard Gainot. Prix de thèse du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Vous trouverez ici le quatrième de couverture.

Offre de contrat doctoral, histoire de la médecine, Strasbourg

L’université de Strasbourg propose un contrat doctoral de 3 ans (2017-2020) sur « L’histoire de la Faculté de Médecine à la Reichsuniversität Strassburg 1941-1944 » .

Pour plus d’informations :

http://dhvs.unistra.fr/recherche/medecine-et-nationalsocialisme/

La date limite pour les candidatures est le 25 juin 2017.

Pour plus d’informations les candidats peuvent contacter Dr. Gabriele Moser : gmoser [at] unistra.fr

Département d’Histoire des Sciences de la Vie et de la Santé, Faculté de médecine, 4 rue Kirschleger, 67085 Strasbourg.

Offre de financement de doctorat en sociologie de l’éducation et des carrières à Lausanne

Assistant·e diplômé·e en sociologie de l’éducation et des carrières dans l’enseignement supérieur (9982)

 

Introduction
Lieu d’enseignement, de recherche et de vie, l’UNIL rassemble plus de 14’100 étudiants et près de 3’800 collaborateurs, professeurs et chercheurs. Idéalement situé au bord du lac et au centre-ville, son campus réunit quelques 120 nationalités.
Présentation
L’Institut des sciences sociales (ISS) de l’Université de Lausanne met au concours un poste d’:

 

Assistant·e diplômé·e dans le domaine de la sociologie de l’éducation et des carrières dans l’enseignement supérieur
Informations liées au poste
Entrée en fonction : 1er septembre 2017
Durée du contrat : 1 an, renouvelable 2 x 2 ans, maximum 5 ans
Taux d’activité : 100%
Lieu de travail : Lausanne-Dorigny
Vos activités
  • 50% du taux d’activité au minimum sera dédié à la réalisation d’une thèse de doctorat.
  • 50% du taux d’activité au maximum sera consacré au soutien des tâches d’enseignement et de recherche, à commencer par l’enseignement de méthodologie de 3e année de Mixed methods en éducation.

Voir le cahier des charges détaillé : https://applicationspub.unil.ch/files/rh/cdc/1496925903.4234.pdf
Votre profil
Nous souhaitons engager une personne avec le profil suivant :

  • Master en sciences sociales, ou titre équivalent
  • Bonnes connaissances et intérêt pour les méthodes quantitatives et qualitatives en sciences sociales
  • Projet d’élaborer une thèse sur la question des carrières académiques en Suisse en adoptant une approche de mixed methods. De bonnes compétences en méthodes quantitatives sont nécessaires (utilisation d’un logiciel de traitement quantitatif des données). Des connaissances et/ou un intérêt pour les études genre sont un atout.
Vos avantages
Un encadrement conséquent permettant de suivre une formation doctorale, de participer à des colloques internationaux et d’achever une thèse de qualité pendant la durée de son engagement ;

Un cadre de travail agréable dans un environnement académique multiculturel et diversifié. Des possibilités de formation continue, une multitude d’activités et d’autres avantages à découvrir.
Pour tout renseignement complémentaire
Farinaz Fassa, Professeure ordinaire
Votre dossier de candidature
Dossier de candidature : 
(1) Lettre de motivation,
(2) CV académique avec copie des diplômes universitaires et relevés des notes obtenues,
(3) une ébauche de projet de thèse (1 à 2 pages).

Il ne sera pris en compte que les candidatures adressées par le biais de ce site.

Nous vous prions de bien vouloir nous transmettre votre dossier complet en format Word ou PDF.

 

Délai de candidature : 30 juin 2017
Remarques
Soucieuse de promouvoir une représentation équitable des femmes et des hommes parmi son personnel, l’Université encourage des candidatures féminines.

Colloque « La forme scolaire, prisonnière de son succès ? », 29-30 juin, Lyon

Le comité d’organisation a le plaisir de vous  inviter à assister à tout ou partie du colloque  « La forme scolaire, prisonnière de son succès ? » qui aura lieu les 29 et 30 juin prochains, au Grand Amphi de l’université Lyon 2, à l’occasion du départ à la retraite d’André Robert.

Vous trouverez ici le programme de ce colloque.

Vous pouvez, si vous le voulez bien, vous inscrire (inscription gratuite) à partir du lien :
https://www.eventbrite.fr/o/equipe-organisatrice-laboratoire-education-cultures-politiques-12783749195

En attendant le plaisir de vous accueillir

Très cordialement

Pour le comité, A. Derobert, C. Degryse, J.Y. Seguy

Appel à communication – « Le colloque d’Amiens, mars 1968 »

« Le colloque d’Amiens, mars 1968 » – Amiens – 8-9 mars 2018 – Logis du Roy (Amiens)
appel à communication

Date limite de soumission: 1er juillet 2017

Des 15 au 17 mars 1968 a eu lieu à Amiens un colloque dont l‘intitulé était le suivant : « Pour une école nouvelle : Formation des maîtres et recherche en éducation ». Organisé par l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique (AEERS), il a réuni plus de 600 acteurs à la Cité scolaire d’Amiens. Il prit le nom de colloque d’Amiens. Celui-ci est devenu une référence plus ou moins mythique plus ou moins fondée, pour les réformateurs de l’éducation en France et éventuellement à l’étranger. Les actes furent publiés en 1969 par l’AEERS en deux volumes : Pour une école nouvelle, Formation des maîtres et recherche en éducation. Paris : Dunod, 1969 (2 vol : « actes », « documents préparatoires »).

Des études partielles ont déjà eu lieu sur la question (Robert A. « Autour de mai 1968, la pédagogie en question. Le colloque d’Amiens » Les sciences de l’éducation 2008, n° 3, p. 27-45 ; Prost A. Histoire de l’enseignement et de l’éducation depuis 1930, IV. Paris : Perrin, 2004 ; Prost A. La réforme en éducation, Seuil 2013), mais aucune étude d’ensemble. C’est le projet que nous entendons ici mener en proposant ce colloque.

Nous nous proposons de réexaminer la genèse, la dynamique, les idées et la portée de ce colloque en faisant alterner travaux scientifiques et interventions de témoins. Les communications proposées prendront appui sur les archives, sur les témoignages, sur la presse nationale, locale et spécialisée, notamment syndicale, ainsi que sur les archives audiovisuelles.

Il s’agit ainsi de comprendre et de replacer le colloque dans l’histoire, dans son environnement socio-politique national et international – dans son antériorité et sa postérité. Les points fondamentaux du colloque qui ont constitué l’objet des principaux débats seront bien entendu examinés.

Consulter ici le texte complet de l’appel à communication.

Parution – Les personnels d’inspection. Contrôler, évaluer, conseiller les enseignants. Retour sur une histoire, France-Europe (XVIIe-XXe)

Les personnels d’inspection

2017
Jean-François Condette (dir.)

À la lumière de nombreuses études de cas, cet ouvrage retrace l’histoire des personnels d’inspection et apporte beaucoup à une meilleure connaissance de l’évolution des procédures d’évaluation des enseignants. Le choix d’une durée d’étude longue permet d’appréhender avec finesse les continuités et les ruptures qui marquent l’histoire de cette profession et replace dans la perspective de l’histoire la « crise » de l’inspection des années 1990-2000. Cet ouvrage compare également la situation! fran&cc edil;aise à celle de plusieurs pays d’Europe, ce qui permet de saisir mais aussi de relativiser « l’exception française ». Avec le soutien du CREHS de l’université d’Artois.

 

Soutenance de thèse – Amandine Diener

L’enseignement de l’architecture à l’Ecole des beaux-arts au XXe siècle. Une lecture des règlements et de la pédagogie (1863-1968)

Amandine Diener

préparée sous la direction d’Anne-Marie Châtelet (ENSAS, EA 3400 ARCHE).
Elle aura lieu à l’ENSAS le lundi 26 juin 2017 à 13 heures, en salle 601 (La Fabrique)

devant un jury composé de Karen Bowie (ENSA Paris-La-Villette), Daniel Le Couédic (Université de Bretagne Occidentale), Richard Klein (ENSAP Lille), Nicolas Bourguinat (Université de Strasbourg), Thierry Verdier (Université Paul-Valéry Montpellier) et Anne-Marie Châtelet (ENSA Strasbourg).

Résumé de la thèse :

La thèse interroge la formation des architectes à l’Ecole des beaux-arts au vingtième siècle en privilégiant deux orientations qui fondent une histoire réglementaire et une histoire de la pédagogie. D’un côté, les archives de l’Ecole des beaux-arts et ses règlements font émerger les moments de réforme et de débats comme les phases de stabilité. D’un autre côté, l’enseignement de la théorie de l’architecture éclaire certaines pratiques pédagogiques, notamment à l’articulation entre les cours et les concours d’émulation. Ce regard croisé entre histoire règlementaire et pédagogique traduit l’évolution et les continuités d’un enseignement. Ainsi sont évaluées les capacités de l’institution à se réformer et à questionner ses traditions académiques au fil du temps. Du berceau parisien aux antennes provinciales, des enjeux scolaires à ceux de la profession, des cours aux concours, est ici proposée une lecture inédite de certains traits de l’enseignement de l’architecture à l’Ecole de beaux-arts au XXe siècle.