AàC – Passages, transferts, trajectoires en éducation

L’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE) et l’Équipe de recherche en histoire sociale de l’éducation (ERHISE) de l’Université de Genève organisent un colloque international sur le thème de « Passages, transferts, trajectoires en éducation », les 24-25 juin 2019 à Université de Genève | Uni-Mail.

Le but de ce colloque est d’étudier sous un angle historique la façon dont les idées, les connaissances et les pratiques en éducation sont élaborées et transformées à travers des processus d’échanges et de circulation multiformes, à des échelles temporelles et géographiques variées, du local au transnational, et dans des contextes politiques également variés (nationaux, coloniaux, impériaux).

Il invite à analyser la façon dont des conceptions éducatives, sous forme de savoirs et de pratiques, ont été diffusées, discutées, interprétées, et parfois retraduites, mésinterprétées ou détournées. Sans négliger les investigations relatives aux institutions et figures majeures, aux œuvres et doctrines remarquables, il s’agira aussi d’être attentif à la façon dont les conceptions éducatives sont prises dans des maillages d’échanges, dans des phénomènes de circulation, de réinvention ou de traduction complexes qui impliquent des acteurs parfois trop vite jugés mineurs. On s’intéressera ainsi à la façon dont des doctrines de grande proximité ont pu conduire à des engagements différents ou à des pratiques divergentes.

Les questions éducatives concernées peuvent être scolaires ou non scolaires.

Les méthodologies de recherche permettant une observation systématique des réseaux, notamment les cartographies, pourront constituer des ressources contribuant à élucider les itinéraires et stratégies des acteurs. À partir – et au-delà – des formes et des modalités de circulation, une attention particulière sera portée à ce qui circule comme à ceux qui circulent : les conceptions éducatives ainsi que les savoirs, discours et formes argumentaires mobilisés à l’appui des conceptions et des pratiques, mais aussi les acteurs qui portent, transmettent, diffusent ces conceptions, ces savoirs, ces discours.

L’appel à communication est disponible ici.

Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF

La BnF vient de lancer son appel à chercheurs 2018-2019 qui inclut un axe sur l’éducation populaire justement lié à ce projet. C’est le numéro 32 de la liste : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/resource/page/id/7

Il s’agit pour un doctorante ou un doctorant d’obtenir le statut de « chercheur associé » (qui permet de bénéficier d’un accès privilégié aux collections et d’un accompagnement de la recherche sans toutefois bénéficier d’une bourse de recherche) afin de réaliser un « guide numérique des sources de l’éducation populaire à la BnF ».

Les candidatures sont à adresser jusqu’au 29 avril.
Voici le descriptif du projet sur le site de l’appel :

Continuer la lecture de « Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF »

AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Vous trouverez ci-dessous un appel à contributions pour un numéro de la revue Images du travail, travail des images, consacré à l’enseignement professionnel et à l’apprentissage, envisagés dans une perspective socio-historique.

Cet appel figure ci-dessous ; il est également accessible (avec une orientation bibliographique) à l’adresse suivante : https://itti.hypotheses.org/801

Les propositions sont à envoyer jusque début septembre 2018.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Appel à articles pour le numéro n° 8 (juin 2019) de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Henri Eckert, Stéphane Lembré et Gilles Moreau

Que nous apprennent les images sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves ?

Les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement rares. En leur sein, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, également. Ce double constat est le moteur premier de ce dossier et du choix de la revue Images du travail, Travail des images pour l’accueillir.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel, histoire et sociologie

L’apprentissage et l’enseignement professionnel sont fréquentés aujourd’hui, en France, par une proportion importante de jeunes, avec 665 200 élèves en lycées professionnels en 2016 et 405 000 apprentis dans les centres de formation d’apprentis en 2015-2016. Dans un contexte de fort taux de chômage des jeunes depuis la fin du XXe siècle, ces deux voies de formation ont fait l’objet de l’attention des pouvoirs publics et de mesures nombreuses pour en transformer l’organisation. Celle-ci est d’autant plus complexe à modifier qu’elle a très progressivement conçue depuis la fin du XIXe siècle, sans nécessairement de schéma d’ensemble. Le plus souvent, réformes et déclarations d’intentions – que l’on pense par exemple à la création du baccalauréat professionnel, en 1985, ou aux nombreuses affirmations de la priorité donnée aux formations par apprentissage – réagissent à l’image dégradée de l’apprentissage et de l’enseignement professionnel, jugés à l’aune de la culture légitime que représenteraient les filières « classiques » et générales de formation, si bien qu’on ne voit plus désormais les jeunes de LP ou les apprentis qu’au regard de ce qu’ils ne sont pas plutôt qu’à l’aune de ce qu’ils sont.

Continuer la lecture de « AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images »

Colloque – « Le colloque d’Amiens, 1968-2018 », Amiens, 8 et 9 mars 2018

Les 8 et 9 mars 2018, se tiendra à Amiens, un colloque qui propose, au travers de 24 communications, d’étudier un évènement national qui s’est déroulé dans la capitale picarde, les 15 et 16 mars 1968, pour penser le changement dans le système éducatif français. Réunissant plus de 600 personnes, dont de nombreuses personnalités, issues de la Haute fonction publique, des mondes de l’éducation, de la presse et de l’entreprise, « le colloque d’Amiens » est devenu, à l’ombre de Mai 68, une référence mythique, mais n’a donné lieu à aucune étude globale. En le situant dans son contexte socio-politique national et international, cette manifestation scientifique propose donc une analyse pluridisciplinaire du jeu des acteurs et des institutions qui ont contribué au déroulement du colloque, au rôle joué par les chercheurs, les intellectuels, les praticiens, les administrateurs et les représentants de la société civile. Seront également examinées les propositions de transformation du système éducatif, miroirs des débats passés et présents, et les effets à long terme de celles-ci, en tenant compte de leur impact médiatique et de la mémoire qui en a été conservée.

Le programme complet est disponible ici.

Publication – Le roman de l’université, René Favier

Présentation de l’éditeur:

Des témoins clés, des personnages connus, des acteurs du monde scientifique sur le plan national et international : une véritable épopée, avec ses trahisons et ses réussites, qui se lit comme un roman !

L’Université Grenoble Alpes est l’une des dix plus importantes universités françaises aujourd’hui : la cinquième par sa taille, et la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en nombre d’étudiants. Elle est labellisée initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaît-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivée à ce statut d’université d’excellence ?

Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’époque et de nombreuses interviews, René Favier remonte le temps et nous dresse l’histoire de cette université depuis sa création (1339) jusqu’à nos jours.
Des rebondissements multiples et étonnants émaillent cette aventure singulière : lutte régionale pour la maîtrise des diplômes, rivalités entre professeurs, mais aussi génie et clairvoyance de ces grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la réputation d’excellence de l’université, et au-delà, du Grenoble d’aujourd’hui.

Lien vers le site de l’éditeur.

Atelier – Du passé au présent de l’éducation populaire, Témoignage de Cemea, 8 mars 2018

Le prochain atelier « Du passé au présent de l’éducation populaire » de la BnF aura lieu le 8 mars.

Thème: Cemea
Intervenant: Christian Gautellier, directeur national en charge des publications des CEMEA, responsable du pôle « Media, éducation et citoyenneté ».

Présentation: Les CEMEA (Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active) sont nés en 1937, dans le bouillonnement culturel du Front populaire. Pour la première fois en France, le droit au temps libre n’est plus réservé aux classes aisées mais à tous. Très vite se pose la question de la formation des pédagogues, hors du temps scolaire afin de donner du sens au temps libéré. C’est à quoi s’attelleront les CEMEA, en s’inspirant des courants de l’Education Nouvelle et de l’éducation populaire. Des problématiques nouvelles sont apparues depuis une vingtaine d’années et exigent des réponses appropriées : le lien entre le temps scolaire et le hors temps scolaire, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes l’éducation critique aux médias… Les CEMEA accompagnent formateurs et médiateurs, professionnels comme bénévoles, à monter des projets avec leurs publics en partant de situations vécues, en construisant des partenariats qui invitent les jeunes à prendre toute leur place de citoyens. Certains de ces projets seront présentés lors de cet atelier.

Publication – Sur l’enseignement de l’histoire, débats, programmes et pratiques du XIXe siècle à aujourd’hui, Laurence De Cock

Présentation de l’éditeur:

La réflexion politique sur l’école en général et l’enseignement de l’histoire en particulier aurait intérêt à délaisser quelque temps le domaine de la controverse stérile alimentée par quelques astrologues de la catastrophe pérorant dans Le Figaro, Marianne, ou Causeur.


En redonnant la parole au terrain, elle pourrait se targuer d’une forme d’intelligence des choses susceptible de formuler plus sereinement les questions urgentes que l’école pose aujourd’hui à la société.

C’est ce qu’ambitionne de faire cet ouvrage en proposant un retour historique sur l’enseignement de l’histoire du point de vue de ceux qui l’écrivent, l’enseignent ou l’apprennent. Il s’agit donc de donner la parole aux praticiens et usagers depuis le moment où l’histoire s’est constituée comme une discipline scolaire à la fin du XIXe siècle.

Nous y faisons ressortir la configuration des tensions et débats dont la plupart existent encore aujourd’hui sous des formes qui ne sont que recyclées ; nous y rappelons les expériences pédagogiques oubliées, les tentatives plus ou moins temporaires de bouleverser les paradigmes dominants de l’histoire scolaire ; mais nous y éclairons aussi les raisons des pesanteurs dans lesquelles s’englue souvent l’histoire scolaire, assignée à la délicate mission de garantir une identité nationale et un comportement politique codifié dans les coulisses feutrées de la République.

C’est ce jeu de miroir entre une discipline tiraillée dans ses finalités, objet de multiples récupérations et confiscations politiques, et des enseignants en prise avec des réalités autrement plus concrètes qui nous intéresse ici. Sans basculer dans la mystique de l’âge d’or d’une résistance enseignante, il s’agit de montrer qu’entre la norme et le terrain, des bribes de ruses, de contournement, d’accommodements ont toujours existé, plus ou moins silencieuses ou ostensibles, et que dans ces interstices réside la possibilité d’une réflexion sur l’enseignement de l’histoire autre que le commentaire médiatique ou la confiscation politique.

Ce livre pose quelques jalons d’une histoire populaire de l’enseignement de l’histoire depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il donne aussi à voir différentes expériences, temporalités, géographies d’une pratique scolaire de l’histoire à l’école primaire comme dans l’enseignement secondaire.

Lien vers le site de l’éditeur.

Séminaire – Anarchistes & instruction à domicile, 6 mars 2018

Dans le cadre du séminaire du laboratoire ÉMA consacré aux pratiques de non
scolarisation, la prochaine séance, mardi prochain 6 mars (Gennevilliers, 14-16h, salle A215), sera consacrée à la présentation et à la discussion d’un texte de Sylvain Wagnon (Université de Montpellier) :

Les anarchistes et l’instruction à domicile (XIX-XXe) : un mythe libertaire ?
Dans une perspective historique, notre explorons les réflexions et les actions des anarchistes à l’égard de l’instruction à domicile. En effet, dès la fin du XIXe siècle les multiples « expériences » éducatives des anarchistes français illustrent la recherche d’une autre instruction loin de l’enseignement officiel et des formes scolaires classiques mais peut-on réellement parler d’une racine et d’un modèle pour l’instruction à domicile telle qu’elle semble se développer actuellement ?

L’ensemble du programme est disponible ici.

AàC – Etre éditeur en France au XIXe siècle

L’équipe du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) organisera les 4 et 5 avril 2019 son colloque final, intitulé : « Etre éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914) ».

L’appel à communications est consultable et téléchargeable sur le carnet de recherches du projet. Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

Continuer la lecture de « AàC – Etre éditeur en France au XIXe siècle »

Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne

Comment maintenir l’École quand tout semble prêt à s’effondrer ? Comment l’École de la Troisième République a-t-elle reçu les dogmes et les ordres de Vichy ? Comment la France de l’après-guerre, enfin, a-t-elle accompagné la reconstruction des murs de celle des esprits et des corps ?

L’histoire des écoles primaires de la France des années noires (1938-1948), c’est celle du personnel et des élèves qui poursuivent leur tâche avec une endurance qui tient autant de la routine que d’une solide capacité d’adaptation. C’est aussi celle des solidarités inédites forgées à la faveur de la sauvegarde des enfants entre des territoires scolaires très diversement frappés par les drames de l’Occupation et de la Libération. C’est enfin l’histoire des visions de réforme et de reconstruction qui s’efforcent d’imaginer, en ces temps d’incertitudes, les destins possibles de l’Éducation nationale du second XXe siècle à venir.

De la Bretagne au Lyonnais, des petites communales des monts d’Auvergne aux classes marseillaises, se fait le récit d’un ordinaire recomposé au rythme du conflit. Il est tissé de rigueurs et de banalités propres à une époque saisissante, à partir de laquelle il est toujours inspirant de réfléchir le présent.

Références de l’ouvrage: Matthieu DEVIGNE, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), PUF, février 2018

Sommaire:

Continuer la lecture de « Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne »

Publication – « Manières d’apprendre (XVIIIe-XXe siècles): quand le genre s’en mêle »

Le dernier numéro de la revue Genre & Histoire porte sur les « Manières d’apprendre (XVIIIe-XXe siècles): quand le genre s’en mêle ».

Vous trouverez le sommaire ci-dessous

 

Séminaire « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne »

Vous trouverez ci-dessous les informations sur le séminaire « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu du XIXe siècle-années 1970), organisé par l’Inalco et le Groupe Afrique Océan Indien du Cessma

Lieu : Inalco, Maison de la recherche, Salle 221, 2 Rue de Lille, 75007 Paris de 14 h 00 à 16 h 00

Continuer la lecture de « Séminaire « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne » »

Atelier de l’historien.ne de l’éducation : expériences, pratiques, épistémologies (Paris, 10 fév. 2018)

La première journée nationale d’études des jeunes chercheur.e.s en histoire de l’éducation

« L’atelier de l’historien.ne de l’éducation : expériences, pratiques, épistémologies« 

aura lieu le 10 février 2018 à  l’Université Paris V (la salle sera précisée ultérieurement).

Soutenue par l’Association Transdisciplinaire de Recherches en Histoire de l’Education (ATRHE), cette journée est conçue comme un espace de discussion des recherches en cours en histoire de l’éducation. Elle est ouverte à l’ensemble des jeunes chercheur.e.s en histoire de l’éducation ainsi qu’aux chercheur.e.s abordant la thématique de l’éducation dans une perspective historique.

AAC – Les politiques éducatives à l’ère du « partenariat »

Vous trouverez ici l’appel à communication pour un colloque international sur la thématique « Les politiques éducatives à l’ère du « partenariat » » qui se déroulera à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne, les 28 et 29 juin 2018.
 
Colloque organisé par le laboratoire Éducation, Cultures, Politiques.
 

Les propositions de communication (entre 3000 et 4000 signes) sont attendues pour le 2 février 2018 et sont à envoyer aux adresses suivantes :

stanislas.morel[at]univ-st-etienne.fr
manon.pesle[at]univ-st-etienne.fr

AAC – VIII Journées Scientifiques de la SEPHE / I Congrès National de la SIPSE «La Pratique Éducative. Histoire, Mémoire et Patrimoine» (Majorque, 20-23 novembre 2018)

Vous trouvez ici la deuxième circulaire des Journées Scientifiques «La Pratique Éducative. Histoire, Mémoire et Patrimoine» (Majorque, 20-23 novembre 2018), organisées par la Société Espagnole pour l’Étude du Patrimoine Éducatif / SEPHE et par la Société Italienne pour l’Étude du Patrimoine Éducatif / SIPSE. Le français est une des langues officielles de ces journées scientifiques.

22 janvier 2018: date limite pour l’envoi des propositions de communication (jusqu’à 250 mots et quatre mots clés) et des propositions conjointes pour les séminaires (ou bien panel avec plusieurs auteurs).

Séminaire – L’éducation populaire et la lutte contre le décrochage scolaire (22 janvier)

Alicia Jacquot, doctorante en sociologie (LEST CNRS Aix-en-Provence), interviendra dans le cadre du séminaire du Grrep le Lundi 22 janvier 2018. Sa communication est intitulée L’éducation populaire et la lutte contre le décrochage scolaire. Enquête dans des ateliers relais.

Informations pratiques:
Lundi 22 janvier 2018
14 h 30 – 16 h 30
Université Paris Descartes,
45 rue des Saints-Pères, Paris VIe
Bâtiment Jacob, 5e étage, salle des thèses

La présentation détaillée de la séance du séminaire est disponible ici.

Ressource – Cahiers scolaires numérisés de l’université de Limoges

Pour votre information, avec les services compétents de l’université de Limoges (DSI et SCD), nous sommes en train de mettre en ligne l’ensemble des collections numérisées des cahiers scolaires (cahiers d’élèves et cahiers d’enseignant.e.s) du fonds « histoire de l’éducation » de l’université de Limoges. Notre collection compte plus de 400 items. Aujourd’hui, nous sommes à 70 cahiers librement accessibles (visible sur Internet et téléchargeable pour enregistrement sur poste) à partir de : http://www.unilim.fr/histoire-education/
Toutes les disciplines scolaires sont concernées et toutes les périodes de l’histoire de notre école depuis la Troisième République (soit des documents datés  grosso modo de 1870 à 1990).
Marc Moyon
Maître de Conférences Histoire des Mathématiques

AàC – ISCHE 2018, Berlin : Éducation et nature

L’International Standing Conference on History of Education (ISCHE) organise sa prochaine confère à Berlin, du 29 août au 1er septembre 2018, autour du thème « Éducation et nature »

Date limite de soumission: 31 janvier 2018

Depuis l’ère moderne, l’éducation a été étroitement associée à la distinction marquée
entre, d’une part, une ‘nature’ prétendument immuable et, d’autre part, une société
changeante, conçue historiquement. L’histoire de l’éducation révèle que cette distinction
théorique a constamment été bousculée et mise à mal par des phénomènes et des
réseaux hybrides entre ces deux domaines. Si la nature a classiquement été une notion
controversée dans la pensée éducative, elle n’en demeure pas moins un point de référence
pour les idées, les théories aussi bien que les pratiques éducatives. Les Lumières
européennes ont redéfini la notion de nature comme le lieu déterminant et la toile de
fond des pratiques éducatives. Depuis lors, la nature est devenue un élément central de référence pour la pensée et les pratiques éducatives selon différentes formes et dimensions.

Les thèmes suivants ont été retenus pour la conférence : Continuer la lecture de « AàC – ISCHE 2018, Berlin : Éducation et nature »

Journée d’études sur le plan Langevin Wallon et AG de l’ATRHE – 25 novembre 2017

L’ATRHE vous convie à son Assemblée Générale qui aura lieu le samedi 25 novembre à partir de 14h au collège néerlandais de la Cité Universitaire 61 bd Jourdan Paris 14e (métro Cité universitaire ou Porte d’Orléans : se diriger à gauche à partir de Porte d’Orléans, à droite à partir de Cité universitaire). Si vous ne pouvez vous rendre à l’AG, je vous joins un modèle de procuration (à remplir en blanc SVP), que vous m’adresserez en retour.

L’AG sera précédée d’une matinée d’études consacrée à la réception du plan Langevin Wallon (dont on fête en 2017 le 70e anniversaire), dont le programme est disponible ici.