AàC – Journées du Mouvement social. Nouveaux chantiers d’histoire sociale (XIXe-XXIe siècles)

Appel à candidature pour l’organisation des Journées du Mouvement social. Nouveaux chantiers d’histoire sociale (XIXe-XXIe siècles)

Date limite de soumission : 30 juin 2024 – A retrouver sur le Carnet du Mouvement social

  1. Présentation générale

Le Mouvement social organise ses premières journées consacrées aux recherches les plus récentes en histoire sociale. Souhaitant mettre en avant des recherches innovantes dans ce champ pour la période contemporaine, la revue propose d’accompagner financièrement et scientifiquement l’organisation, par des jeunes chercheuses et chercheurs, de journées d’étude regroupant doctorants et post-doctorants, amenés à présenter leur recherche entre eux, en dialogue avec des chercheurs plus confirmés durant une à deux journées au mois de juin 2025.

Le comité de rédaction offre la possibilité d’une publication, dans ses pages, d’articles issus des communications.

  1. Éligibilité

Les étudiants inscrits en doctorat (2e année minimum) et les jeunes docteurs (jusqu’à 5 ans après la soutenance) peuvent proposer un projet de journées d’étude, idéalement en binôme ou trinôme. Les participants et participantes doivent également être doctorants ou jeunes docteurs. Des chercheurs confirmés peuvent être invités pour discuter, présider des panels ou ouvrir les journées.

La thématique choisie doit porter sur l’histoire sociale, saisie dans ses objets classiques mais aussi dans ses dimensions méthodologiques (en particulier autour de ses relations avec les autres sciences sociales) ou dans ses récents développements à l’intersection d’autres champs d’étude pour la période contemporaine (XIXe, XXe, XXIe siècles), en France ou ailleurs. Elle doit témoigner de récents renouvellements historiographiques ou méthodologiques. Les perspectives transnationales ou comparées seront particulièrement encouragées et les journées pourront être bilingues (français-anglais).

La revue se propose de prendre en charge l’essentiel du financement de cette ou ces journées, avec une participation complémentaire des laboratoires dont dépendraient les intervenants. Le comité de rédaction assurera le suivi scientifique de la sélection des communications et des chercheurs confirmés.

  1. Soumission des propositions

Les candidates et candidats doivent envoyer d’ici le 30 juin 2024 :

  • Un argumentaire de deux à cinq pages présentant une thématique autour de laquelle organiser les journées, éventuellement accompagnée de premiers participants pressentis et de leur recherche
  • Les coordonnées de deux ou trois porteurs de la journée d’étude, répondant aux critères définis plus haut
  • L’établissement pressenti pour accueillir les journées.

Ces documents seront envoyés conjointement à Antoine Perrier (antoine.perrier [at] sciencespo.fr), Axelle Brodiez-Dolino (axelle.brodiez-dolino [at] cnrs.fr) et Marie-Emmanuelle Chessel (marieemmanuelle.chessel [at] sciencespo.fr).

  1. Calendrier

Les candidats et candidates retenus seront avisés par le comité de rédaction le 30 septembre 2024 au plus tard. Un comité d’organisation, composé des jeunes chercheurs sélectionnés et de membres du comité de rédaction et du comité éditorial du Mouvement social, sera alors constitué et suivra les étapes suivantes :

  • Octobre 2024 : publication d’un appel à communication ou sollicitation de participants pour participer à la journée d’étude
  • Février 2025 : sélection des propositions
  • Juin 2025 : tenue des journées d’études

Postdoctorat en histoire contemporaine 2024-2025 – Université Jean-Monnet (Saint-Étienne)

Ce contrat de recherche s’inscrit dans un projet bénéficiant de l’aide Élan Recherche de l’Université Jean Monnet (Saint-Étienne). Porté au sein du LEM-CERCOR, il vise à interroger la façon dont les institutions religieuses ont réagi et ont accompagné la mutation socio-culturelle fondamentale qu’a été l’accès des femmes à l’enseignement secondaire puis supérieur, à partir de la fin du XIXe siècle.

Le projet cherche ainsi à éclairer les conséquences de l’arrivée des femmes à l’Université sur les rapports de genre, de savoir et de pouvoir dans un univers religieux où le clergé a longtemps été dépositaire du savoir intellectuel. Au croisement de l’histoire religieuse, de l’histoire des femmes et du genre et de l’histoire de l’enseignement, il cherche à comprendre comment, ultimement, la théologie universitaire – domaine traditionnellement masculin réservé à la formation des clercs, s’ouvre aux femmes.

Au sein de ce projet, le contrat postdoctoral se concentrera sur la question de l’arrivée des femmes dans les facultés de théologie, au XXe siècle. Il s’agira de mener un travail de recensement dans les archives de facultés de divers pays, essentiellement de l’aire germanophone, et de constituer une base de données des premières étudiantes et professeures de théologie, en lien avec la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Lyon/Saint-Étienne. Outre les registres et annuaires des universités et instituts catholiques, les procès-verbaux des conseils du recteur et la correspondance avec la Congrégation des séminaires et des universités, instance de la Curie romaine qui les supervise, devront aussi être consultés pour voir les débats qu’il y a pu avoir autour de l’admission des femmes dans les facultés de théologie.

Candidater. Les candidatures sont à envoyer par mail avant le 20 mai 2024 à l’adresse suivante : clarisse.tesson@univ-st-etienne.fr, en joignant un CV détaillé, une lettre de motivation et une copie du rapport de soutenance de thèse. Une session d’entretiens en visioconférence est à prévoir entre le 10 et le 15 juin 2024.

Réorganisation du Comité d’histoire de l’Éducation nationale (2024)

Le Comité d’histoire de l’Éducation nationale a été réorganisé et ses membres ont été nommés. Les textes relatifs à ces décisions ont été publiés au BOEN : https://www.education.gouv.fr/bo/2024/Hebdo17

Décision du 22 avril 2024, modifiant la décision du 21 mai 2019, relative à la création d’un comité d’histoire de l’Éducation nationale

Vu décret n° 2014-133 du 17-2-2014 modifié ; décret n° 2024-127 du 21-2-2024 ; décision du 21-5-2019

Article 1 – Les deuxième, troisième, quatrième, cinquième et sixième alinéas de l’article 2 de la décision du 21 mai 2019 susvisée sont remplacés par les dispositions suivantes :

« Outre le secrétaire général du ministère, le directeur général de l’enseignement scolaire, le chef du service de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche, ou leurs représentants, le chef de la mission des archives et du patrimoine culturel, qui sont membres de droit du comité, ce dernier se compose de quinze membres, dont le président, nommés par arrêté du ministre pour un mandat de trois ans renouvelable. »

Article 2 – Le premier alinéa de l’article 5 de la même décision est supprimé.

Article 3 – La présente décision sera publiée au Bulletin officiel de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports.

Fait le 22 avril 2024,

La ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse,
Nicole Belloubet

Arrêté du 24 avril 2024, portant nomination des membres du comité d’histoire de l’Éducation nationale

Par arrêté de la ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse en date du 22 avril 2024, Jean-François Chanet, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris, est nommé président du comité d’histoire de l’Éducation nationale pour une durée de trois ans.

Outre les membres de droit, sont nommés membres du comité d’histoire de l’Éducation nationale pour une durée de trois ans :

  • Joëlle Alazard, professeure de chaire supérieure au lycée Louis-Le-Grand, présidente de l’association des professeurs d’histoire-géographie ;
  • Marie Brard, directrice du Musée national de l’éducation ;
  • Clémence Cardon-Quint, professeure des universités, université de Montpellier ;
  • Pierre Caspard, ancien directeur du Service d’histoire de l’éducation ;
  • Mme Carole Christen, professeure des universités à l’université Le Havre-Normandie ;
  • Jean-François Condette, professeur des universités à l’université de Lille ;
  • Bénédicte Girault, maîtresse de conférences à l’université de Cergy-Paris-Université ;
  • Solenn Huitric, maîtresse de conférences, ISPEF/université Lumière Lyon 2 ;
  • Patricia Legris, maîtresse de conférences à l’université Rennes 2 ;
  • Jean-Noël Luc, professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne ;
  • Antoine Prost, professeur émérite à l’université Panthéon-Sorbonne, président d’honneur du comité ;
  • Rebecca Rogers, professeure à l’université Paris-Cité ;
  • Yves Verneuil, professeur à l’université Lumière Lyon 2 ;
  • Pierre Verschueren, maître de conférences à l’université de Franche-Comté.

Willem Frijhoff (1942-2024)

Nous avons appris le décès, ce 5 avril, de Willem Frijhoff, professeur émérite à l’Université libre d’Amsterdam. Notre propos n’est pas ici de rappeler la grande figure de l’histoire moderne qu’il a été pendant un demi-siècle, depuis son ouvrage pionnier, co-écrit avec Dominique Julia en 1975, sur la sociologie de quatre collèges de province français, jusqu’à son tout dernier article, publié en mars 2024, sur les sources de la vie privée d’une famille de marchands franco-néerlandais vers 1600[1]. Ces deux titres suffisent à suggérer la diversité des pratiques et des approches qui ont été les siennes dans l’intervalle, entre l’histoire des institutions et celle des cultures, entre la France et les Pays-Bas, entre l’analyse de sources personnelles ou locales et les réflexions méthodologiques portant sur l’histoire comparée des sociétés et des identités nationales. Evoquons seulement l’importance de sa thèse sur les universités néerlandaises[2], rédigée alors qu’il était chercheur au Service d’histoire de l’éducation et publiée en français en 1981, dont Pierre Jeannin a longuement rendu compte dans Histoire de l’éducation d’avril 1982, en affirmant qu’« elle se situait à la pointe des recherches sur l’histoire de l’éducation », car elle insérait, avec rigueur et finesse, une histoire socio-culturelle du recrutement des étudiants dans des contextes régionaux économiquement différenciés.

W. Frijhoff a donc été chercheur au SHE de 1977 à 1981, après avoir été assistant à l’EHESS et avant d’être recruté à l’université néerlandaise de Tilburg. Nous soulignerons simplement ici le rôle qu’il a joué dans les toutes premières années d’existence du SHE et dans l’histoire de la revue que ce service a éditée. Dans un laboratoire de recherche créé ex nihilo en 1977 dans un Etablissement public à caractère administratif, l’INRP, W. Frijhoff a contribué de plusieurs manières à la construction d’une politique scientifique rigoureuse et reconnue en France et à l’étranger. S’agissant plus particulièrement de l’étranger, il a notamment participé à la création de l’ISCHE, elle-même née en 1978, en y représentant la France à travers le SHE, puisque n’existait alors aucune association française spécialisée dans notre pays ; c’est à ce titre aussi qu’il a organisé scientifiquement le troisième colloque de l’ISCHE, tenu à Paris en 1981 à l’occasion du centenaire des lois de Jules Ferry, dont il a édité les actes bilingues[3].

Concernant plus particulièrement ses contributions à Histoire de l’éducation, elles ont été multiformes. Ce qui justifiait la création de la revue en 1978 était d’être un outil de promotion et un observatoire critique d’un champ ou sous-champ de recherches pas encore constitué comme tel. C’est dans cette perspective qu’il a conçu la Bibliographie d’histoire de l’éducation française, appelée pendant des décennies à recenser plus d’un millier de références par an, un numéro double de la revue lui étant consacré chaque année, dont il a personnellement alimenté les quatre premiers. Il contribuait en même temps aux notes critiques et comptes rendus, qui occupaient alors une place significative dans la politique éditoriale de la revue ; plus tard, il dirigera un numéro spécial consacré à un sujet encore jamais abordé historiquement, celui des « Autodidaxies, XVIe-XIXe siècles », paru en 1996.

Entretemps, il était devenu membre du comité de rédaction de la revue, lorsque celle-ci s’en était doté pour la première fois en 1987, et il le restera jusqu’en 2020. Entre 2000 et 2010, il a également été nommé par le CNRS membre du Comité d’évaluation du SHE, alors Unité de recherche associée à cet organisme. C’est donc à un double titre qu’il a pu faire aussi longtemps bénéficier la revue, et le service qui l’éditait, de son expérience internationale et de son intelligence d’un domaine de recherches, l’histoire de l’éducation, qu’il savait ne pas devoir dissocier, autant que nécessaire, de ses dimensions sociales, culturelles, religieuses, économiques ou politiques.

Dominique Julia et Pierre Caspard


[1] W. Frijhoff, D. Julia, Ecole et société, Paris, 1975. Id., « Etudier une source privée sans sources privées ? », L’Atelier du Centre de recherches historiques, 28 bis, 2024, en ligne.

[2] W. Frijhoff, La société néerlandaise et ses gradués, 1575-1814. Une recherche sérielle sur le statut des intellectuels, Amsterdam, 1981.

[3] W. Frijhoff (dir.), L’Offre d’école. The Supply of schooling, Paris, 1983.

Prix – Lauréates du Prix Louis Cros 2023

Lydia Hadj-Ahmed

Pour sa thèse en histoire contemporaine,

L’école malgré la guerre, l’école grâce à la guerre ? Des enfants et des familles algériennes à l’épreuve de la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962)

soutenue le 1er décembre 2022 à l’Université Paris Nanterre

Amandine Charvet

Pour sa thèse en sciences de l’éducation et de la formation,

De primaires à secondaires ? Les enseignant(e)s des écoles primaires supérieures de la Troisième République

soutenue le 12 décembre 2022 à l’Université Paris Cité

Appel à chercheurs associés de la BnF 2024-2025

Date limite de réception des candidatures : 2 mai 2024 à 12:00, heure de Paris

Le statut de chercheur associé de la BnF

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles rares, méconnues ou inédites.

Continuer la lecture de « Appel à chercheurs associés de la BnF 2024-2025 »

Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier à la revue “Histoire de l’éducation”


La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans la rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

  • Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.
  • Les propositions de dossiers ou d’appels à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue. Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education@ens-lyon.fr. La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais. 
La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique.  L’étude des doctrines pédagogiques intéresse la revue dans la mesure où celle-ci établit un lien avec les pratiques et leur transformation.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts.

La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales. Ainsi, depuis le premier janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn a été ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue restent librement accessibles sur OpenEdition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

Emploi scientifique – Charge de cours en histoire de l’éducation à l’Université Paris Cité

L’équipe de Licence de sciences de l’éducation de l’Université Paris Cité recherche un.e chargé.e de cours (TD) pour assurer deux cours d’histoire en présentiel au premier et au second semestres, en L1 et en L3 de sciences de l’éducation, campus Saint-Germain-des-Prés, 45 rue des Saints-Pères, Paris 6e.

*un cours d’histoire des idées pédagogiques en L1, au premier semestre.

Le CM à distance de 24h est assuré par Charlotte Parmantier, sociologue, MCF, Université Paris Cité. Sont à pourvoir les deux TD associés, d’un volume horaire de 24h chacun, en présentiel, les mardis matins, sur les créneaux 8h30-10h30 et 10h45-12h45, sur douze semaines, du 20 septembre 2022 au 13 décembre 2022 (possibilité de décaler le premier TD d’une semaine ; dans ce cas, la fin du semestre aurait lieu le mardi 3 janvier 2023). Ce cours d’histoire des idées pédagogiques est orienté philo/histoire/socio et est assuré depuis plusieurs années par des enseignantes de ces trois disciplines, souvent collectivement.

NB : Les contenus de TD sont déjà prêts. Il faut se les approprier.

*un cours d’histoire de l’éducation en L3, au second semestre.

Le CM à distance de 18h est assuré par Régis Revenin, historien, MCF, Université Paris Cité. Est à pourvoir un TD associé, d’un volume horaire de 18h, en présentiel, les mercredis, de 10h45 à 12h45, sur 9 semaines, du 25 janvier 2023 au 25 avril 2023.

Ce cours est conçu comme une introduction à l’histoire de l’éducation dans la France contemporaine par le biais de quelques entrées thématiques qui correspondent à des questions vives en éducation, comme l’invention de la jeunesse et l’intervention publique extra-scolaire au cours d’un long 20e siècle (nouveau statut de l’enfant, invention de l’adolescence, hétérogénéité des catégories “jeunes” et “jeunesse”, socialisations juvéniles, etc.), mais aussi la manière dont l’État et les différents acteurs du secteur éducatif,  social ou médico-social interviennent auprès des jeunes et de leur famille, par le biais de la justice des mineurs ou de l’aide sociale à l’enfance par exemple. Il s’agit aussi de rendre compte des interactions entre un État éducateur et la jeunesse dans le contexte d’un système scolaire en voie de démocratisation/de massification (depuis les lois Jules Ferry), autour de problématiques fondamentales comme les questions sociales, “raciales”, de genre et de sexualité, ou bien encore la laïcité et les rapports entre éducation, nation et religion.

NB : Beaucoup de ressources en ligne sur la page du CM. Le/la chargé.e de TD devra se les réapproprier pour construire son propre TD, en lien avec le CM.

Contact : Régis Revenin regis.revenin [at] u-paris.fr

Podcast – “Femmes dans la recherche française”, Op Cit !

L’IHMC a le plaisir d’annoncer la mise en ligne du troisième épisode de son podcast « Op Cit ! », où sera traité le sujet des « Femmes dans la recherche française ».

Écoutez l’épisode : https://pdca.st/IJy8

Retrouvez toute la série : https://www.ihmc.ens.psl.eu/op-cit-podcast-ihmc.html

Discussion

Pourquoi si peu de femmes en sciences ? Retour sur les années 1930 et la place des femmes dans la recherche française avec Martine Sonnet, qui nous présente ses travaux autour de la Caisse nationale des sciences, créée en 1930 et qui préfigure le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) institué en 1939.

Elle dresse le constat d’une faible et lente dynamique de féminisation de la profession de chercheur à la CNS, dont les femmes ne représentaient que 15 % des allocataires en 1932-1933. Ses recherches mettent en valeur le parcours de ces femmes qui, longtemps invisibilisées, ont pourtant joué un rôle fondamental dans la recherche en France.

La source : Louis Lapicque (directeur du laboratoire de physiologie expérimentale à l’EPHE), Rapport sur la demande de renouvellement de bourse pour 1936-1937, lu par Valentin Barrier. Archives Nationales, 20070296/60, extrait du dossier personnel CNRS de Valentine Bonnet.

Carte blanche : Jean-Luc Chappey présente l’exposition « L’aventure Champollion » qui se tient actuellement à la Bibliothèque nationale de France (site François-Mitterrand) jusqu’au 24 juillet 2022.

Crédits

  • OPCIT est un podcast produit et réalisé par l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC-UMR 8066)
  • Invité.e : Martine Sonnet (ingénieure de recherche, CNRS/IHMC)
  • Carte Blanche : Jean-Luc Chappey (professeur d’histoire des sciences, Paris 1/IHMC)
  • Présentatrice : Muriel Le Roux (chargée de recherche, CNRS/IHMC)
  • Lecture des textes : Valentin Barrier (doctorant Paris1/IHMC)

Références

  • « Combien de femmes au CNRS depuis 1939 ? », Les femmes dans l’histoire du CNRS, Paris, CNRS, 2004, p. 39-67.
  • « Genre et partage du travail scientifique aux origines du CNRS (France, années 1930) », Documents de travail du MAGE, n° 9, 2006, p. 225-235.
  • Site internet de Martine Sonnet : http://www.martinesonnet.fr/Site/Accueil.html

Poste ATER histoire de l’éducation à l’Université de Picardie-Jules-Verne

Ce poste est à pourvoir à l’UFR SHS (département des sciences de l’éducation) de l’Université de Picardie Jules Verne (Campus Citadelle, Amiens).

La ou le collègue recruté(e) sera notamment chargé(e) de TD en histoire de l’éducation (essentiellement XVIIIe-XXe siècles) et TD de méthodologies documentaires et historiques pour les niveaux L2, L3 et M1.

Les candidatures s’effectuent via la plateforme ALTAIR du site internet Galaxie, qui est ouverte du 9 septembre au 15 septembre 2022 (16h).

Appel à projets 2022 pour l’accueil de cehrcheurs au BnF Datalab

La BnF et son partenaire Huma-Num lancent leur deuxième appel à projet DataLab.
A destination des chercheurs qui souhaitent travailler sur les collections numériques de la BnF (collections numérisées ou nativement numériques), cet appel à projet propose, sur une durée de 1 an, un accueil au sein du BnF DataLab, un accompagnement scientifique et technique ainsi qu’un financement pouvant aller jusqu’à 15 000€.

Café virtuel de l’APHG – Jérôme Martin, « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ?  », 2 mai 2022

Mercredi 4 mai 2022, 19h : dans le cadre du cycle « Histoire de l’Education », la régionale de Lille accueillera Jérôme Martin qui évoquera « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ? » (présentation / animation par Stéphane Lembré).

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg [at] gmail.com

Histoire de la Conférence des présidents d’Universités

https://franceuniversites.fr/actualite/cpu-50-ans-la-cpu-comme-objet-de-these-episode-3/

Etienne Bordes a soutenu sa thèse en histoire contemporaine en octobre dernier, à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Passionné par l’histoire et les mutations des universités, il a consacré ces 5 dernières années à sa thèse « La Conférence des présidents d’université (1971-2007) : une socio histoire du gouvernement des universités ».

Dans ce troisième épisode, l’enseignant-chercheur met en lumière les différences de formes qui existent entre la CPU de 1971 et celle d’aujourd’hui, tant au niveau de son statut, que de son fonctionnement on encore de sa force de frappe politique.

L’évolution de la CPU va de pair avec celle de l’Université depuis 50 ans. La montée en puissance de l’autonomie des établissements donne aux présidents des prérogatives accrues. La CPU accompagne ainsi la montée en compétences des présidents et se constitue en équipe, capable de rassembler la voix de ses membres, et de porter un message unifié. En 50 ans, elle devient un acteur politique incontournable de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France.   

CPU : Quelles sont les grandes différences entre la CPU d’aujourd’hui et celle de 1971 ?  

Etienne Bordes : En 50 ans, la CPU a acquis une assise institutionnelle et humaine importante.

En 1971, elle est présidée par le Ministre de l’Education nationale. Il faut attendre 2007 pour qu’elle devienne autonome : le Bureau, constitué de trois président·e·s d’université, est alors seul à la tête de la CPU.

A ses débuts, la Conférence est abritée dans un petit bureau de l’Université Paris 5 : une secrétaire se charge d’envoyer les convocations et de prendre les billets de transport pour les présidents. Le fonctionnement de la CPU est alors tributaire du bon vouloir et de la motivation des présidents membres.

A partir de 1990, la Conférence se dote d’une équipe permanente conséquente, qui n’a cessé de s’étoffer au fil du temps. Cela permet à la Conférence de professionnaliser son action, de mieux préparer et défendre les questions relatives aux établissements.

La professionnalisation de la fonction de président, clé de la structuration de la CPU

Les problématiques qui se posent à la CPU des origines ont certes des aspects très contemporains : formation initiale, question étudiante, formation tout au long de la vie, internationalisation sont au cœur des débats des premières réunions. Mais la manière de les examiner s’est, elle, énormément transformée depuis 50 ans à mesure de la transformation de la fonction présidentielle.

Regardons de près la façon dont la CPU s’est adaptée à traves le temps aux besoins et aux profils de ses membres :

1971-1975 Le temps des présidents fondateurs

A cette époque, les présidents fondateurs de la CPU sont tous animés d’une volonté de réforme, dans le sillage de la loi Faure de 1968. L’autonomie est leur maître-mot, et ils se battent pour que celle-ci soit budgétaire et financière. La CPU est une caisse de résonnance pour eux, mais leurs succès restent modestes.

1976-1988 Le temps des présidents politiques

Ces années marquent une évolution du profil des présidents, plus jeunes, et plus politisés, à une époque où les tensions politiques sont très fortes avec le Ministère. Ces présidents conçoivent leur métier quasiment comme un prolongement de leur action syndicale. Avec des présidents aussi bien à gauche qu’à droite de l’échiquier politique, la CPU peine à porter une ligne commune, apte à rassembler tous les établissements.

1988-2007 : le temps des présidents de contrat

Avec la mise en place de la démarche contractuelle en 1988, la fonction de président se transforme. Il acquiert un rôle administratif et se doit d’avoir une connaissance exhaustive de l’établissement et une implication totale dans toutes les strates organisationnelles de son établissement. On peut parler d’une génération de présidents passionnés, qui portent des projets d’envergure pour leur université et entendent améliorer l’enseignement supérieur dans son ensemble. Les présidents deviennent plus professionnels et les relations avec le Ministère se renforcent.

Parallèlement, la CPU monte en puissance : une équipe permanente solide sous la houlette d’un nouveau délégué général se constitue Les méthodes, le rythme et l’intensité du travail de la CPU se transforment à grande vitesse : les colloques deviennent des laboratoires d’idées et des lieux de rencontres entre les membres de l’écosystème. En 1997 la CPU se dote d’un correspondant permanent à Bruxelles, et obtient des locaux confortables au 103 boulevard Saint Michel, à Paris. Elle devient une force de proposition collective.

Depuis 2007 :  de nouveaux enjeux collectifs

La loi de 2007, dite loi Pécresse, acte la professionnalisation du métier de Président en permettant leur réélection. Elle donne aux présidents d’université la gestion autonome du budget, des ressources humaines et de l’immobilier. Elle reconnait par ailleurs l’autonomie de la CPU qui devient début 2008 une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. La CPU se professionnalise encore davantage et devient un outil au service des présidents, bien sûr, mais aussi des universités dans leur ensemble. La Conférence renforce son offre de formations, elle entend développer une doctrine commune à tous les présidents, avec en ligne de mire l’accentuation de l’autonomie et une présence renforcée auprès des pouvoirs publics.

Force de proposition, la CPU devient un véritable acteur politique !

Mais d’un autre côté se pose pour elle les défis de sa cohésion et de son unité dans le cadre d’un espace universitaire aux logiques de plus en plus différenciées.

  • Lire l’épisode 1 « Qu’est-ce qui vous a amené à prendre la CPU comme objet d’étude ? »
  • Lire l’épisode 2 sur les spécificités d’une thèse en histoire contemporaine

ATRHE – Aide à la mobilité des jeunes chercheurs

Aide à la mobilité des jeunes chercheurs

L’ATRHE propose plusieurs bourses (représentant une aide à la mobilité pouvant aller jusqu’à 300 € par personne) afin d’aider de jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s) pour participer à des manifestations scientifiques.

Les dossiers de candidature, accompagnés du résumé de la communication, doivent être envoyés à Dominique Bret (dominique.bret [at] espe-paris.fr) et Marie Vergnon (marie.vergnon [at] unicaen.fr) au plus tard le 2 avril 2022.

L’aide consistera en un remboursement de frais sur présentation de justificatifs et d’une attestation de participation.

Pour être éligible, les candidat.e.s doivent :

  •  –          présenter une recherche comportant une approche historique de l’éducation ;
  • –          être membre adhérent de l’ATRHE ;
  • –          être doctorant.e ou avoir soutenu sa thèse après le 1er janvier 2019 ;
  • –          attester que la proposition de communication a été retenue ;
  • –          compléter le formulaire de demande à télécharger ;
  • –          n’avoir pas bénéficié auparavant de cette aide ;
  • –          fournir un budget prévisionnel.

Vous trouverez en pièce jointe le formulaire de candidature.

Appel à participation – ANR “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”

Dans le cadre d’un projet ANR franco-allemand co-organisé par Carole Reynaud-Paligot (Université de Bourgogne) et Laurens Schlicht (Université de Sarrebruck) “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”, nous souhaitons inviter des chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation à se joindre à l’équipe.

Voici un extrait du projet en cours d’élaboration.

” Ainsi, après avoir identifié la place que les savoirs raciologiques occupent dans la société, reste à comprendre la transmission de ces savoirs d’une génération à l’autre, et c’est dans cette optique qu’il convient d’analyser les traitements de la diversité humaine et l’utilisation de ces savoirs à l’école. A partir de sources publiées et de fonds d’archives, ce deuxième axe du projet vise ainsi à étudier la manière dont la diversité humaine a été abordée dans les écoles françaises et allemandes [..]

Dans un premier temps, nous identifierons un corpus des textes – pour la plupart des manuels scolaires et des publications officielles– […] . Nous nous intéressons ici, moins à la manière dont les élèves eux-mêmes ont pu être discriminés, qu’aux connaissances qu’ils ont reçues à l’école sur la diversité humaine. Nous chercherons à identifier quelles disciplines scolaires (et par conséquent : dans quels manuels) les élèves ont reçu des connaissances sur la différence entre les groupes humains. Il sera également important d’estimer la diffusion de ces manuels, leur plus ou moins grande présence et leur utilisation dans les écoles.[…]

Nous souhaitons identifier également des fonds d’archives qui permettront d’étudier l’appropriation des savoirs raciologiques par les acteurs sociaux éducatifs dans le cadre de pratiques pédagogiques. Nous pourrons ainsi cerner la mise en œuvre des directives officielles, la marge de manœuvre et de liberté des pédagogues, et ainsi les modalités de diffusion mais aussi les éventuelles déviances, résistances, oppositions. Il s’agira ici de prendre en considération le positionnement socio-économique, épistémologique et religieux des enseignants. Dans quelle mesure la religion a-t-elle joué un rôle dans la construction des représentations de « races humaines » des enseignants et dans la diffusion de celles-ci dans la classe ? Quels autres facteurs ont contribué à la circulation, l’appropriation des savoirs raciologiques à l’école ? Sans viser à l’exhaustivité, cette démarche nous paraît centrale, car peu d’études ont été entreprise […].”

Contact : Carole.Reynaud-Paligot [at] u-bourgogne.fr

Lancement du carnet du projet ès Lettres

Message de Pierre Vershueren :

Ce petit message pour vous signaler la publication du premier article du carnet hypothèses du projet ès lettres : https://eslettres.hypotheses.org/318. Il est consacré, comme de juste, à la première soutenance de doctorat ès lettres, celle de Pierre Fontanier, à Besançon, en 1810 — les plus littéraires d’entre vous le connaîtront sans doute pour ses Figures du discours, rééditées par Gérard Genette en 1968

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search