Soutenance – Clémence Pillot, “A cause for readjustment of values?”. English public schools and social inclusion (1914-1951) / « A l’origine de nouvelles valeurs ? ». Public schools anglaises et inclusion sociale (1914-1951)

Soutenue le 12 novembre 2018 à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Michel Prum.

Le jury était composé de Emmanuelle AvrilClaire CharlotChristina De Bellaigue.

Cette thèse porte sur les neuf principales public schools anglaises entre 1914 et 1951, de la Grande Guerre à la fin de l’expérience travailliste. Elle revient sur la période de l’entre-deux-guerres, dans laquelle sont progressivement remises en cause les valeurs de la masculinité chrétienne promues par les écoles, alors que la critique se fait aussi politique à l’égard d’un système privé perçu comme de plus en plus inégalitaire. Cette étude montre que pendant la Seconde Guerre mondiale, les public schools confrontées aux bombardements, à la mobilisation, à l’évacuation et à l’effort de guerre, apparaissent plus en phase avec la communauté nationale et que les écoles manifestent la volonté de maintenir, au-delà des années de guerre, un esprit de coopération nationale. Ce travail suggère enfin que les réformes éducatives des années 1940, dont le Fleming Report qui recommandait l’admission de 25% d’élèves issus de l’enseignement public, peinent cependant à rapprocher les systèmes privé et public dans la période de l’après-guerre.

Ressource – Carnet hypothèse du Groupe de recherche sur les affaires budgétaires

L’étude du financement fait souvent figure de parent pauvre dans l’étude des politiques publiques. L’univers du ministère des Finances est certes bien connu, notamment grâce aux recherches  menées sous l’égide du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF)[1], mais les relations entre « budgétaires » et « dépensiers », le cheminement de la dépense publique après l’affectation des crédits à un chapitre du budget ont plus rarement fait l’objet d’investigations systématiques. Si la question a été posée pour des périodes critiques dans l’histoire de l’administration – la Grande Guerre[2], Vichy[3], les années 1950[4] – peu de travaux permettent toutefois d’appréhender sur le long terme le volet budgétaire d’une politique publique[5].

Plusieurs études, françaises et étrangères, ont pourtant illustré la fécondité d’une analyse de l’action publique au prisme des finances publiques. D’une part, la fabrique budgétaire met en lumière les intérêts concurrents des groupes socio-économiques, comme les relations de pouvoir au sein des élites dirigeantes ;  d’autre part, l’étude des budgets, des instruments de financement et des modes d’allocation et de répartition des ressources apporte un éclairage indispensable sur le pilotage de l’action publique et l’évolution de ses modes de gouvernance[6].

Nous proposons donc la création d’un groupe de travail interdisciplinaire, conçu comme un espace d’échanges sur les sources, la méthodologie de la recherche et l’interprétation des données, ouvert à tous ceux qui s’intéressent – quel que soit leur horizon disciplinaire (science politique, histoire, droit, sociologie, économie etc.) – au financement des politiques sectorielles conduites par l’État. Ce groupe s’adresse aux spécialistes des finances publiques comme à ceux qui partent de l’analyse d’un secteur précis de l’action publique (culture, éducation, environnement, justice, santé, etc.). L’analyse des matériaux empiriques recueillis par les différents membres du groupe sera constamment au cœur des discussions.

Création d’un comité d’histoire au ministère de l’Éducation nationale

  • Vu décret n° 2014-133 du 17-2-2014 modifié ;
  • Vu décret n° 2017-1080 du 24-5-2017 modifié ;

Article 1 – Il est créé auprès du ministre chargé de l’éducation un comité d’histoire de l’éducation, chargé de valoriser l’histoire des institutions et des politiques d’éducation dont il a la charge.

Le comité a pour missions :

  • de proposer un soutien à la réalisation d’études et de recherches historiques ;
  • de susciter des travaux historiques et de contribuer à leur diffusion ;
  • de favoriser les échanges dans le domaine de l’histoire de l’éducation et de promouvoir, en relation avec la communauté universitaire, l’organisation de colloques, séminaires ou autres manifestations ;
  • de favoriser la mise en valeur du patrimoine et des archives de l’éducation.

Article 2 – Le comité est présidé par un recteur ou un ancien recteur. Il est désigné par le ministre pour un mandat de trois ans renouvelable.

Outre le secrétaire général du ministère, le directeur général de l’enseignement scolaire, le doyen de l’inspection générale de l’éducation nationale et le chef du service de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, ou leurs représentants, qui sont membres de droit du comité, ce dernier se compose des personnes suivantes :

  • huit enseignants-chercheurs ou chercheurs ;
  • quatre personnes exerçant des fonctions d’enseignement ou d’administration ;
  • deux personnalités qualifiées.

Les membres du comité sont nommés par arrêté du ministre pour un mandat de trois ans renouvelable.

Article 3 – Une commission permanente prépare les travaux et met en œuvre les orientations du comité qui peut lui confier l’étude de questions particulières. Elle est composée d’au moins trois membres choisis par le comité en son sein. Le président du comité peut également associer à des travaux toute personne qualifiée.

Article 4 – Le comité d’histoire de l’éducation se réunit au moins une fois par an en formation plénière, sur convocation de son président. Il adopte un programme de travail sur proposition de ses membres et élabore un rapport annuel d’activité.

Article 5 – Le secrétariat du comité est assuré par la mission des archives et du patrimoine culturel du ministère. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse pourvoit aux moyens nécessaires au fonctionnement du comité.

Article 6 – La présente décision sera publiée au Bulletin officiel de l’éducation nationale.

Fait le 21 mai 2019

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse,
Jean-Michel Blanquer

Prix « Françoise Tétard » en histoire de l’éducation populaire / histoire de l’éducation spécialisée (2019)

Le prix « Françoise Tétard » est conjointement créé par l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs (AHPJM), le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale (CNAHES), en partenariat avec l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (ADAJEP). Il est créé en hommage à l’historienne Françoise Tétard, chercheuse qui avait particulièrement le goût de l’archive et qui a durant toute sa carrière questionné les frontières entre une « jeunesse qui va bien » et une « jeunesse qui va mal ». Il vise aussi à décloisonner les savoirs sur l’éducation, l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, à encourager les recherches dans ces domaines et à améliorer leur visibilité.

Ressource – Entretien avec Antoine Prost (mars 2019)

Centre d’histoire du XIXe siècle, mars 2019.

Peut-on être, à la fois, un historien reconnu de la guerre, anciens combattants et Résistance compris, de l’éducation, de la vie politique, du mouvement social et du syndicalisme ? Le tout sous la bannière d’une histoire « sociale et culturelle, indissociablement ». C’est la trajectoire d’Antoine Prost, professeur émérite à l’Université Paris I, ancien directeur du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, président, entre autres, du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Mais aussi ancien responsable syndical, expert auprès de plusieurs ministres, à propos des lycées (1981), de l’aryanisation économique et des restitutions (2000), de la réhabilitation des soldats « fusillés pour l’exemple » (2013), et même homme politique, de la mairie d’Orléans (adjoint à l’urbanisme) au cabinet de Michel Rocard à Matignon. De quoi nourrir une réflexion sur notre discipline, ses progrès, ses errances, ses relations complexes avec l’action dans la cité, l’actualité et la mémoire.

Les Rencontres du Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1 – Sorbonne Université) permettent de dialoguer avec ce chercheur polyvalent et très attaché à la fonction d’enseignant.

Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse »

1939-1945, années terribles de la Seconde Guerre mondiale.
Au cœur des événements tragiques se trouvaient les plus jeunes. Enfance et adolescence, périodes charnières de la construction de l’individu, ont alors été marquées du fer rouge de la guerre. La faim, la peur, l’exode, les proches mobilisés… mais aussi les petits événements de la vie quotidienne qui se poursuit malgré la guerre : l’école, les copains, l’entrée dans la vie professionnelle…

Micro-Archives, association dédiée à la sauvegarde des archives des particuliers, collecte la parole des femmes et des hommes sur leur enfance pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous avez vécu cette période sombre ? Racontez-nous-la ! Toutes les mémoires sont importantes car elles témoignent, à leur façon, de ce qu’a réellement représenté la Seconde Guerre mondiale dans la vie quotidienne des jeunes Français.

Continuer la lecture de « Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse » »

Ressources – Nouveaux titres ENS éditions en libre-accès !

En avril 2019, 30 nouveaux titres ENS Éditions sont disponibles en accès ouvert HTML sur OpenEdition Books !

Offre d’emploi contractuel – ATER en histoire et philosophie de l’éducation, histoire des idées éducatives, histoire des institutions scolaires

Le département des sciences de l’éducation de l’université de Caen-Normandie recherche pour la rentrée 2019 un/e Attaché/e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) sur un profil: Histoire et philosophie de l’éducation – Histoire des idées éducatives – Histoire des institutions scolaires.

Il s’agit d’un poste à temps complet (192h), comportant des enseignements sous format CM et TD en licence de sciences de l’éducation, de psychologie et d’histoire. Les enseignements envisagés pourront concerner l’histoire des institutions scolaires, l’histoire de l’enfance et de la famille, l’approche philosophique de la liberté en éducation, l’Education nouvelle, l’épistémologie de la recherche en sciences humaines, l’initiation aux méthodes universitaires, ainsi que des propositions de la personne retenue.

POINTS D’ATTENTION :

Radio – Cycle “éduquer dans son temps” de la Fabrique de l’histoire (Emmanuel Laurentin, France Culture)

Appel à chercheurs de la BnF 2019-2020

Le programme de l’appel à chercheurs 2019-2020 est disponible : https://bnfaac2019.sciencescall.org/.

Thématique “Pédagogie, éducation” (https://bnfaac2019.sciencescall.org/resource/page/id/17)

33. Les manuels scolaires de la Troisième République : Le Département philosophie, histoire, sciences de l’homme, en collaboration avec des bibliothèques partenaires, en particulier la bibliothèque Diderot de Lyon, a entrepris depuis 2017 un projet de corpus « Éducation » visant à proposer de façon structurée sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, une sélection de documents libres de droits sur l’enseignement et l’éducation, en particulier à l’époque moderne et contemporaine.

Parmi les étapes fondatrices de l’enseignement en France, les lois scolaires de Jules Ferry (1881-1882) ont suscité une véritable effervescence éditoriale avec la publication de nombreux traités, essais, publications officielles et évidemment manuels scolaires. Grâce au dépôt légal, l’ensemble de ces ouvrages sont à la BnF. Certains d’entre eux ont déjà fait l’objet d’une numérisation.

Le travail du chercheur consisterait à analyser les collections de manuels scolaires post-lois Jules Ferry présentes à la BnF et à compléter les sélections documentaires du corpus en ligne. Le projet comprend un travail d’éditorialisation et de valorisation afin d’assurer au mieux la diffusion de ces collections auprès du public.

Thématique “Histoire” (https://bnfaac2019.sciencescall.org/resource/page/id/10, sujet 6).

6. Femmes, enseignement et histoire (XIXe–XXe siècle) : Étude de l’enseignement de l’histoire par les historiennes à partir de plusieurs acquisitions récentes inédites de la bibliothèque de l’Arsenal. Parmi les archives à étudier, plusieurs journaux intimes et correspondances féminines (particulièrement Mme de Duras et ses filles), un cours d’histoire rédigé en 1791-1792 par une préceptrice pour son élève ou les papiers de Suzanne Citron.

Ressource – “Le module enragé de Paris 7” (1975), journal

Igor Babou nous signale que les numérisations du Module Enragé de Paris 7 sont désormais en ligne, à partir de cette adresse :

Il s’agit d’un journal assez éphémère, pratiquant une critique politique interne à la pratique scientifique au sein de l’université Paris 7, critique menée principalement par des “modules” lors de l’année 1975 (expression ironique d’auto-disqualification reprenant un épithète utilisé par la présidence de l’université pour désigner ses ouvriers…). 

Ce journal a publié 8 numéros en guise de suite réflexive et active à une grève dure menée pour soutenir un ouvrier de l’université victime d’une mutation arbitraire par la présidence. J’avais retrouvé par hasard certains numéros de ce journal sur une étagère. Suite à cette découverte, j’ai mené une petite enquête pour tenter de retrouver les acteurs de cette période, puis j’ai effectué un entretien long avec l’une de ses contributrices qui m’a donné tous les numéros manquants, ainsi qu’une centaine de tracts et d’affiches de cette même époque. C’est la seule personne que j’ai pu retrouver, plus personne ne semblant se rappeler du Module Enragé au sein de l’actuelle université Paris Diderot (Paris 7). La rédactrice et illustratrice du journal fut aussi l’une des fondatrices du MLF. Le service de reprographie de l’université Paris Diderot a gentiment accepté d’effectuer la numérisation complète des numéros, ainsi que des tracts et affiches. Je n’ai pour le moment mis en ligne que le journal, et je mettrai plus tard en ligne le pdf des tracts. 

Ce corpus constitue un nouvel apport à l’histoire des luttes politiques et sociales au sein de l’université française, ce journal étant assez singulier dans l’ensemble du corpus des revues de critique interne des sciences déjà disponibles sur notre site (Labo Contestation, Impascience, Survivre et vivre) dans la mesure où il est le seul à avoir été animé non par des enseignants chercheurs, mais par des ouvriers, des techniciens et des personnels administratifs de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs y étaient cependant publiés. La ligne politique était assez clairement anarchiste. D’une certaine manière, c’est la première fois (à sa connaissance) que les subalternisés de l’université éditaient un journal présentant leur point de vue non médiatisé par des universitaires.

Prix « Françoise Tétard » en histoire de l’éducation populaire / histoire de l’éducation spécialisée (2019)

Le prix « Françoise Tétard » est conjointement créé par l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs (AHPJM), le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale (CNAHES), en partenariat avec l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (ADAJEP). Il est créé en hommage à l’historienne Françoise Tétard, chercheuse qui avait particulièrement le goût de l’archive et qui a durant toute sa carrière questionné les frontières entre une « jeunesse qui va bien » et une « jeunesse qui va mal ». Il vise aussi à décloisonner les savoirs sur l’éducation, l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, à encourager les recherches dans ces domaines et à améliorer leur visibilité.

Ressource : site sur l’histoire du CNRS et des politiques scientifiques dans la France du XXe siècle

Ce site créé à la suite d’un colloque organisé pour le cinquantenaire du Centre national de la recherche scientifique donne accès à une base de données constituée de témoignages et de notices biographiques, à une série d’articles publiés dans les ‘Cahiers pour l’histoire du CNRS’ et des ‘Cahiers pour l’histoire de la recherche’ (1988 – 1995) ainsi qu’à des documents et des inventaires d’archives réunis à cette occasion. On y trouve également quelques publications électroniques, une série de fac simile d’articles de vulgarisation scientifique et une sélection de quelques liens externes

Le prix de l’AHCESR 2018 pour Pierre Vershueren

Message de l’Association des historiens contemporanéistes de l’Enseignement supérieur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le prix 2018 de l’AHCESR a été attribué à  Pierre Verschueren (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre), pour son article « Les rapports de thèses de doctorat ès sciences physiques, révélateurs des normes de la science »,Vingtième siècle, 2016/4, n° 132, p. 111-123. 

Le jury a particulièrement apprécié l’originalité du sujet, traité à partir d’un corpus des sources dont l’article analyse l’implicite avec finesse. L’article témoigne d’un équilibre remarquable entre présentation des données et problématisation. 

Le jury souhaite également distinguer deux autres articles qui ont particulièrement retenu son attention. 

Anne Granier, « Une politique d’abandon surveillé : la zone de Boulogne-sur-Seine pendant l’entre-deux-guerres (1919-1933) »Espaces et sociétés, n° 171, n° 4, 2017, p. 19‑36.

Ken Daimaru, « Entre blessures de guerre et guerre des blessures : la « balle humanitaire » en débat en Europe et au Japon, 1890-1905 »Le Mouvement Social, n° 257, n° 4, 2016, p. 93‑108.

Nous remercions tous les participants, en espérant qu’ils soient nombreux l’année prochaine,  et vous donnons rendez-vous le vendredi 25 janvier prochain, à 17h en Sorbonne, pour la remise du prix à Pierre Verschueren.

Ressource – “L’École des paysans”, site sur l’enseignement agricole en France et en Europe

Michel Boulet, professeur de l’Enseignement supérieur agronomique honoraire (AgroSup Dijon), ancien directeur de l’Institut national de recherches et d’applications pédagogiques du ministère de l’Agriculture, nous signale son site sur l’enseignement agricole.

“L’École des paysans”

Il y met en ligne des travaux de recherche sur l’enseignement agricole en France et en Europe, à travers des billets sur l’histoire de l’école des paysans, mais également des rapports, notes et textes réglementaires. On y trouve également des ressources bibliographiques, théoriques et une histoire du pôle d’enseignement agricole dijonais.

Appel à participation pour un réseau européen « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu du XIXe siècle – années 1970) »

Cet appel nous a été transmis par Jean-Luc Martineau, maître de conférences à l’INALCO.

Argumentaire : we would like to set up a European research group on History of Education in Africa (19th-21st C.) through the AEGIS network. We believe that the History of Education brings a unique perspective to understand nation-buildings, imperialism, and the structuring of societies; and then the political, economical, social, and cultural dynamics of colonial
and post-colonial Africa. While outstanding researches do exist, we notice that the field of History of Education in Africa is not structured and lacks the stimulation of intensive scientific discussions. That is why we need to foster international collaborations.

The first step to organize this research network will be a workshop held in Paris in March-April 2019. The second step will be a structuring panel at the Edinburgh ECAS conference in 2019. Of course, this focus on History do not exclude collaborations with colleagues from other disciplines, as long as a strong historical perspective characterize their work. In this way, our aim is to propose, in the coming years, a new pluridisciplinary AEGIS collaborative Research Group that would bring together all researchers of the AEGIS network already involved in the educational researches. The first aim of this email is to collect data on on-going research on the History of Education in Africa and to identify colleagues who may be interested by this future collective project.

As for now, among possible themes:

  • circulation of policies (aims, concepts, and practices) between colonial headquarters, universities, institutes of education, and colonies.
  • quantitative approach of schooling equipment in Africa since mid-19th century.
  • male and female actors of education policies in Africa and their training abroad.
  • impacts on individual and collective identities and on local/regional politics.
  • social and economic changes for people before and after independence up to the end of the 1970s.

Offre de post-doctorat en histoire contemporaine Projet ANR GlobalYouth

Les candidatures sont à adresser au plus tard jusqu’au 21 septembre 2018 (minuit) à : guillaume.tronchet [at] ens.fr

Établissement et laboratoire d’accueil :

  • École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (www.ens.fr)
  • Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), UMR8066 (www.ihmc.ens.fr)

Contexte :

Recruté-e par l’École normale supérieure, et placé sous la responsabilité du porteur de projet, le/la post-doctorant-e sera intégré-e à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine dans le cadre du projet ANR « A Global Youth in the Making : the 200,000 residents of the Cité internationale universitaire in 20th-Century Paris » (ANR-17-CE28-0005-01).

A propos du projet ANR : Ce projet est piloté par Guillaume Tronchet (ENS/IHMC) et financé par l’appel à projets générique de l’ANR 2017. Il vise à appréhender sur le temps long l’internationalisation de l’enseignement supérieur, dont les mobilités étudiantes constituent un indicateur de premier plan, en exploitant les dossiers individuels d’admission des milliers de résidents passés par la Cité internationale universitaire de Paris depuis les années 1920. L’objectif est notamment de constituer une base de données des profils et des trajectoires des étudiants en mobilité internationale, et de poursuivre les travaux autour de l’histoire de la Cité internationale. À court terme, les données récoltées permettront de mesurer dans quelle mesure les étudiants passés par la Cité constituent une “jeunesse globale” et ce qu’une expérience de vie au sein d’un campus international veut dire, autant que de mener une analyse de la stratégie française d’attractivité en matière de relations académiques et scientifiques internationales. À moyen terme, le projet vise à structurer une équipe scientifique sur l’histoire des circulations universitaires internationales, notamment dans la perspective d’un projet européen et pluridisciplinaire autour des mobilités étudiantes.

À propos de l’IHMC : L’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) est l’une des principales unités de recherche en France dans le champ de l’histoire moderne et contemporaine, placé sous les tutelles du CNRS, de l’ENS et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. L’IHMC a pour vocation d’étudier dans le temps long les processus historiques qui ont construit depuis le XVe siècle le monde actuel, en particulier sous l’angle des circulations et des échanges et de l’élargissement constant des espaces reliés, en Europe et hors d’Europe. Dans cette perspective, l’IHMC a fait le choix de privilégier les approches d’histoire sociale au sens large, de prendre toujours en compte la dimension cognitive des processus historiques, enfin, d’adopter en priorité un point de vue transnational et interétatique.

Activités :

  • Recherche en archives, bibliographie, enquêtes orales
  • Mise en place et alimentation du site Internet et de la base de données GlobalYouth
  • Organisation des activités liées à la valorisation des résultats : séances de séminaires, journées d’études, colloques, expositions, publications, etc.
  • Aide au montage d’un atelier pédagogique de niveau Master
  • Coordination administrative des activités liées au projet GlobalYouth en lien avec les services de l’ENS
  • Participation aux bilans et comptes-rendus ANR
  • Présence quotidienne exigée

Compétences/Expériences :

  • Diplôme de doctorat en histoire contemporaine
  • Thématiques de recherche : histoire transnationale, histoire des migrations intellectuelles et scientifiques, histoire de l’enseignement supérieur, histoire des relations internationales
  • Expérience impérative de mise en place et d’exploitation de bases de données dans des travaux ultérieurs
  • Anglais courant
  • Autonomie dans le travail et capacité au travail en équipe

Contrat :

  • Type : CDD de 12 mois (renouvelable une fois)
  • Quotité : 100%
  • Début souhaité : 1er/15 octobre 2018
  • Rémunération : 2 200 euros nets

Composition du dossier de candidature :

  • Lettre de motivation (5 000 à 10 000 signes maximum)
  • Curriculum vitae (3 pages maximum)
  • Liste de publications
  • Rapport de soutenance de thèse
  • Noms et mails de deux répondants pouvant être contactés

Les candidat-e-s présélectionné-e-s pourront être convié-e-s à un entretien

AàC – Les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine

Dans le prolongement des travaux réalisés dans le cadre du Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne (parution en juin 2018), Samuel Gicquel (Rennes 2, Tempora) et Frédéric Le Moigne (UBO, CRBC) organisent un colloque sur “les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine”. Celui-ci se tiendra à Ploërmel (Morbihan), à la maison-mère des Frères de l’Instruction chrétienne, les 13 et 14 juin 2019.

L’objectif de ce colloque est double :

– Il s’agit tout d’abord de renouveler le regard sur l’enseignement catholique, 25 ans après le colloque de Toulouse organisé par Nadine-Josette Chaline et Gérard Cholvy, en se penchant sur un niveau d’enseignement relativement délaissé par l’historiographie, à savoir le secondaire. Si les monographies d’établissement abondent, rares sont les publications qui offrent une vue d’ensemble sur le fonctionnement de ces institutions. Le but de ce colloque est donc de contribuer à dissiper les zones d’ombre, tant dans le domaine administratif que pédagogique ou pastoral.

– Par ailleurs, au terme de leur enquête circonscrite à l’académie de Rennes actuelle, les organisateurs souhaitent confronter le terrain breton avec la réalité nationale, afin de généraliser ou de nuancer les conclusions auxquelles ils sont parvenus. La question qui se pose en toile de fond est de savoir dans quelle mesure les terres chaudes de l’enseignement catholique se distinguent qualitativement des régions où celui-ci est peu présent. Continuer la lecture de « AàC – Les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine »