Café virtuel de l’APHG – Jérôme Martin, « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ?  », 2 mai 2022

Mercredi 4 mai 2022, 19h : dans le cadre du cycle « Histoire de l’Education », la régionale de Lille accueillera Jérôme Martin qui évoquera « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ? » (présentation / animation par Stéphane Lembré).

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg [at] gmail.com

Histoire de la Conférence des présidents d’Universités

https://franceuniversites.fr/actualite/cpu-50-ans-la-cpu-comme-objet-de-these-episode-3/

Etienne Bordes a soutenu sa thèse en histoire contemporaine en octobre dernier, à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Passionné par l’histoire et les mutations des universités, il a consacré ces 5 dernières années à sa thèse « La Conférence des présidents d’université (1971-2007) : une socio histoire du gouvernement des universités ».

Dans ce troisième épisode, l’enseignant-chercheur met en lumière les différences de formes qui existent entre la CPU de 1971 et celle d’aujourd’hui, tant au niveau de son statut, que de son fonctionnement on encore de sa force de frappe politique.

L’évolution de la CPU va de pair avec celle de l’Université depuis 50 ans. La montée en puissance de l’autonomie des établissements donne aux présidents des prérogatives accrues. La CPU accompagne ainsi la montée en compétences des présidents et se constitue en équipe, capable de rassembler la voix de ses membres, et de porter un message unifié. En 50 ans, elle devient un acteur politique incontournable de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France.   

CPU : Quelles sont les grandes différences entre la CPU d’aujourd’hui et celle de 1971 ?  

Etienne Bordes : En 50 ans, la CPU a acquis une assise institutionnelle et humaine importante.

En 1971, elle est présidée par le Ministre de l’Education nationale. Il faut attendre 2007 pour qu’elle devienne autonome : le Bureau, constitué de trois président·e·s d’université, est alors seul à la tête de la CPU.

A ses débuts, la Conférence est abritée dans un petit bureau de l’Université Paris 5 : une secrétaire se charge d’envoyer les convocations et de prendre les billets de transport pour les présidents. Le fonctionnement de la CPU est alors tributaire du bon vouloir et de la motivation des présidents membres.

A partir de 1990, la Conférence se dote d’une équipe permanente conséquente, qui n’a cessé de s’étoffer au fil du temps. Cela permet à la Conférence de professionnaliser son action, de mieux préparer et défendre les questions relatives aux établissements.

La professionnalisation de la fonction de président, clé de la structuration de la CPU

Les problématiques qui se posent à la CPU des origines ont certes des aspects très contemporains : formation initiale, question étudiante, formation tout au long de la vie, internationalisation sont au cœur des débats des premières réunions. Mais la manière de les examiner s’est, elle, énormément transformée depuis 50 ans à mesure de la transformation de la fonction présidentielle.

Regardons de près la façon dont la CPU s’est adaptée à traves le temps aux besoins et aux profils de ses membres :

1971-1975 Le temps des présidents fondateurs

A cette époque, les présidents fondateurs de la CPU sont tous animés d’une volonté de réforme, dans le sillage de la loi Faure de 1968. L’autonomie est leur maître-mot, et ils se battent pour que celle-ci soit budgétaire et financière. La CPU est une caisse de résonnance pour eux, mais leurs succès restent modestes.

1976-1988 Le temps des présidents politiques

Ces années marquent une évolution du profil des présidents, plus jeunes, et plus politisés, à une époque où les tensions politiques sont très fortes avec le Ministère. Ces présidents conçoivent leur métier quasiment comme un prolongement de leur action syndicale. Avec des présidents aussi bien à gauche qu’à droite de l’échiquier politique, la CPU peine à porter une ligne commune, apte à rassembler tous les établissements.

1988-2007 : le temps des présidents de contrat

Avec la mise en place de la démarche contractuelle en 1988, la fonction de président se transforme. Il acquiert un rôle administratif et se doit d’avoir une connaissance exhaustive de l’établissement et une implication totale dans toutes les strates organisationnelles de son établissement. On peut parler d’une génération de présidents passionnés, qui portent des projets d’envergure pour leur université et entendent améliorer l’enseignement supérieur dans son ensemble. Les présidents deviennent plus professionnels et les relations avec le Ministère se renforcent.

Parallèlement, la CPU monte en puissance : une équipe permanente solide sous la houlette d’un nouveau délégué général se constitue Les méthodes, le rythme et l’intensité du travail de la CPU se transforment à grande vitesse : les colloques deviennent des laboratoires d’idées et des lieux de rencontres entre les membres de l’écosystème. En 1997 la CPU se dote d’un correspondant permanent à Bruxelles, et obtient des locaux confortables au 103 boulevard Saint Michel, à Paris. Elle devient une force de proposition collective.

Depuis 2007 :  de nouveaux enjeux collectifs

La loi de 2007, dite loi Pécresse, acte la professionnalisation du métier de Président en permettant leur réélection. Elle donne aux présidents d’université la gestion autonome du budget, des ressources humaines et de l’immobilier. Elle reconnait par ailleurs l’autonomie de la CPU qui devient début 2008 une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. La CPU se professionnalise encore davantage et devient un outil au service des présidents, bien sûr, mais aussi des universités dans leur ensemble. La Conférence renforce son offre de formations, elle entend développer une doctrine commune à tous les présidents, avec en ligne de mire l’accentuation de l’autonomie et une présence renforcée auprès des pouvoirs publics.

Force de proposition, la CPU devient un véritable acteur politique !

Mais d’un autre côté se pose pour elle les défis de sa cohésion et de son unité dans le cadre d’un espace universitaire aux logiques de plus en plus différenciées.

  • Lire l’épisode 1 « Qu’est-ce qui vous a amené à prendre la CPU comme objet d’étude ? »
  • Lire l’épisode 2 sur les spécificités d’une thèse en histoire contemporaine

ATRHE – Aide à la mobilité des jeunes chercheurs

Aide à la mobilité des jeunes chercheurs

L’ATRHE propose plusieurs bourses (représentant une aide à la mobilité pouvant aller jusqu’à 300 € par personne) afin d’aider de jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s) pour participer à des manifestations scientifiques.

Les dossiers de candidature, accompagnés du résumé de la communication, doivent être envoyés à Dominique Bret (dominique.bret [at] espe-paris.fr) et Marie Vergnon (marie.vergnon [at] unicaen.fr) au plus tard le 2 avril 2022.

L’aide consistera en un remboursement de frais sur présentation de justificatifs et d’une attestation de participation.

Pour être éligible, les candidat.e.s doivent :

  •  –          présenter une recherche comportant une approche historique de l’éducation ;
  • –          être membre adhérent de l’ATRHE ;
  • –          être doctorant.e ou avoir soutenu sa thèse après le 1er janvier 2019 ;
  • –          attester que la proposition de communication a été retenue ;
  • –          compléter le formulaire de demande à télécharger ;
  • –          n’avoir pas bénéficié auparavant de cette aide ;
  • –          fournir un budget prévisionnel.

Vous trouverez en pièce jointe le formulaire de candidature.

Appel à participation – ANR “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”

Dans le cadre d’un projet ANR franco-allemand co-organisé par Carole Reynaud-Paligot (Université de Bourgogne) et Laurens Schlicht (Université de Sarrebruck) “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”, nous souhaitons inviter des chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation à se joindre à l’équipe.

Voici un extrait du projet en cours d’élaboration.

” Ainsi, après avoir identifié la place que les savoirs raciologiques occupent dans la société, reste à comprendre la transmission de ces savoirs d’une génération à l’autre, et c’est dans cette optique qu’il convient d’analyser les traitements de la diversité humaine et l’utilisation de ces savoirs à l’école. A partir de sources publiées et de fonds d’archives, ce deuxième axe du projet vise ainsi à étudier la manière dont la diversité humaine a été abordée dans les écoles françaises et allemandes [..]

Dans un premier temps, nous identifierons un corpus des textes – pour la plupart des manuels scolaires et des publications officielles– […] . Nous nous intéressons ici, moins à la manière dont les élèves eux-mêmes ont pu être discriminés, qu’aux connaissances qu’ils ont reçues à l’école sur la diversité humaine. Nous chercherons à identifier quelles disciplines scolaires (et par conséquent : dans quels manuels) les élèves ont reçu des connaissances sur la différence entre les groupes humains. Il sera également important d’estimer la diffusion de ces manuels, leur plus ou moins grande présence et leur utilisation dans les écoles.[…]

Nous souhaitons identifier également des fonds d’archives qui permettront d’étudier l’appropriation des savoirs raciologiques par les acteurs sociaux éducatifs dans le cadre de pratiques pédagogiques. Nous pourrons ainsi cerner la mise en œuvre des directives officielles, la marge de manœuvre et de liberté des pédagogues, et ainsi les modalités de diffusion mais aussi les éventuelles déviances, résistances, oppositions. Il s’agira ici de prendre en considération le positionnement socio-économique, épistémologique et religieux des enseignants. Dans quelle mesure la religion a-t-elle joué un rôle dans la construction des représentations de « races humaines » des enseignants et dans la diffusion de celles-ci dans la classe ? Quels autres facteurs ont contribué à la circulation, l’appropriation des savoirs raciologiques à l’école ? Sans viser à l’exhaustivité, cette démarche nous paraît centrale, car peu d’études ont été entreprise […].”

Contact : Carole.Reynaud-Paligot [at] u-bourgogne.fr

Lancement du carnet du projet ès Lettres

Message de Pierre Vershueren :

Ce petit message pour vous signaler la publication du premier article du carnet hypothèses du projet ès lettres : https://eslettres.hypotheses.org/318. Il est consacré, comme de juste, à la première soutenance de doctorat ès lettres, celle de Pierre Fontanier, à Besançon, en 1810 — les plus littéraires d’entre vous le connaîtront sans doute pour ses Figures du discours, rééditées par Gérard Genette en 1968

Prix Louis-Cros 2022

Communiqué

En partenariat avec l’Institut de France, le Comité universitaire
d’information pédagogique (CUIP) délivre chaque année le Prix Louis Cros
qui récompense les études (thèse, ouvrage, travaux de recherche) qui
apportent un éclairage sur les questions de pédagogie, d’éducation et de
formation.

Pour tout renseignement et inscription, merci de consulter le site du
Comité Universitaire d’Information Pédagogique :

https://association-cuip.org/prix-louis-cros/

Ressources – S’informer sur la recherche en histoire de l’éducation au début du XXIe siècle

Par Jean-Noël Luc, professeur émérite (histoire contemporaine), Sorbonne Université-Centre d’histoire du XIXe siècle. (30 janvier 2022 – jnoel.luc [at] gmail.com)

L’histoire de l’éducation est un domaine de recherche et d’enseignement étendu, foisonnant et fécond pour toutes les périodes, de l’Antiquité au XXIe siècle. Elle étudie les cadres institutionnels, les acteurs, les modalités et les contenus de la formation des individus, tout au long de leur vie, dans toutes ses dimensions possibles : morale, religieuse, scolaire, culturelle, professionnelle, genrée et identitaire. De multiples protagonistes participent à cette tâche, à des degrés divers selon l’âge, le sexe et le milieu social du public visé, la formation dispensée et l’époque. Une récapitulation rapide, donc schématique, retiendra la famille, les groupes de pairs, les Églises, les établissements scolaires au sens large du terme, l’armée, d’innombrables associations (œuvres péri et post-scolaires, mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, etc.), les entreprises, les institutions culturelles et les médias, jusqu’aux réseaux sociaux, sans oublier l’ensemble multiforme de « l’éducation spécialisée » et le secteur de « l’éducation surveillée ».

L’essor de ce champ de recherche est attesté par la croissance du nombre des thèses, presque constante depuis les années 1990, des colloques et des publications d’articles ou d’ouvrages. Cette expansion résulte largement de celle des effectifs des chercheuses et des chercheurs. Aux membres des centres de recherche en Histoire se sont ajoutés d’autres spécialistes, historiennes et historiens par leur formation ou leur pratique, exerçant notamment en Sciences de l’éducation, où leur nombre s’est accru.

Répartition par discipline de 571 thèses françaises en histoire de l’éducation, 1990-2016 (Histoire de l’éducation, n° 154-2020, cité infra, p. 102)

  • Histoire : 47%
  • Sciences de l’éducation : 25%
  • Sociologie : 6%
  • Science politique : 4%
  • Archivistique : 3%
  • Sciences et techniques des activités physiques et sportives : 1,5%
  • Autres disciplines : 13,5%

Pour la période contemporaine, de la Révolution au début du XXIe siècle, la seule histoire de l’École constitue un terrain d’étude privilégié si l’on considère :

  • son périmètre, du préscolaire au supérieur, y compris les enseignements techniques et professionnels,
  • ses enjeux, politiques, religieux, sociaux, culturels et économiques,
  • ses interactions avec la société à travers la construction d’un véritable système scolaire, la prise en charge des deux sexes et l’avènement, progressif et difficile, d’une « École de masse ».

Les repères, non exhaustifs, rassemblés ici seront heureusement complétés par la consultation des programmes des centres de recherches et des séminaires, ainsi que des sujets de thèses (sur ce point, voir l’analyse de Solenn Huitric dans Histoire de l’éducation, n° 154-2020, cité infra, p. 106 sq. . Le classement adopté par cette fiche veut simplement faciliter la collecte de quelques informations sur trois questions.

  • L’actualité scientifique d’une histoire de l’éducation renouvelée dans ses problématiques, ses sources et ses objets, ce qui lui permet d’éclairer certains des problèmes scolaires d’aujourd’hui.
  • La conservation du patrimoine, matériel et immatériel, de l’éducation et sa mise en ligne partielle.
  • La production et la diffusion du savoir en histoire de l’éducation, au sens large du terme.

Sommaire

  • Un observatoire général : Le Pupitre-Carnet d’histoire de l’éducation
  • Un pionnier : le Service d’Histoire de l’Éducation (SHE)
  • État de la recherche et de l’enseignement en histoire de l’éducation (2020)
  • L’Association Transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l’Éducation (ATRHE)
  • La Conférence Internationale Permanente sur l’Histoire de l’Éducation
  • Le monde des revues
  • Acteurs et sites spécialisés
  • Musées, conservatoires et bibliothèques
  • Panoramas récents sur l’histoire de l’École
  • Un observatoire général : Le Pupitre–Carnet d’histoire de l’éducation
Continuer la lecture de « Ressources – S’informer sur la recherche en histoire de l’éducation au début du XXIe siècle »

Cours public – “Vive l’école !”, Université Rennes II

S’il est bien un terrain politique miné en France, c’est celui de l’Éducation. Les Jésuites, expulsés du Royaume en 1762-64, en savent quelque chose… comme les ministres des années 1980, tombés pour l’École unique ou la sélection à l’entrée de l’Université. Sous la Restauration ou le Second Empire, ils suspendaient des enseignants ou fermaient des grandes écoles athées et antimonarchiques, Vichy excluant les pédagogues juifs, quand la République radicale de la Belle Époque poussait les enseignants congréganistes à l’exil. Les motifs des batailles scolaires peuvent changer, comme la nébuleuse des termes associés, mais c’est toujours de temporalités qu’il s’agit. D’un côté s’engage la perpétuation des privilèges et du roman national en tension, de l’autre l’actualisme de pratiques éducatives sous le feu des critiques entre nostalgiques et innovateurs plus ou moins responsables, enfin et sur fond de liberté de conscience, la préparation espérée des générations futures à des avenirs, ici radieux au service d’un pouvoir sans partage, là doucement utopiques, là d’un réalisme désespérant. En ces temps de Nation apprenante, de sciences cognitives et de l’éducation qui interrogent le rôle de la mémoire et de l’expérimentation dans le développement intellectuel, social et psychique, ou d’ubérisation des savoirs (menaçant leur légitimité), l’approche en longue durée permet d’identifier les nouveaux terrains de recherche. De solides travaux éclairent notamment les outils, lieux, pratiques, mixités et titres pédagogiques, les diverses conceptions de formats pour « faire la classe », la neutralité ou le regard sourcilleux des pouvoirs, la parole donnée ou rendue aux intéressés que sont éduqués et éducateurs, trop souvent enfermés dans la catégorie des « acteurs », bien qu’ils subissent plus qu’ils ne peuvent agir… alors, entre instruction, enseignement,
éducation, formation, pédagogie, cours, cursus, tutoriel, distanciel, mooc… rappelons avec Anne Chang que le premier mot employé par Confucius est « Apprendre ».

Patrick Harismendy
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Rennes 2

Emploi scientifique – “ANR EN-MIG “Enfants en décolonisation. Migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980)”

Dans le cadre du projet ANR EN-MIG “Enfants en décolonisation. Migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980)” que je coordonne avec Raphaëlle Branche et Violaine Tisseau, nous recherchons un.e post-doc pour une mission de 27 mois à compter du 1er mars 2022.

  • Caractéristiques du contrat :
  • Date d’affectation souhaitée sur le poste: 01/03/2022
  • Durée du contrat : 27 mois
  • Quotité de travail : 100%
  • Rémunération brute mensuelle : 2 945€
  • Lieu d’affectation : Université d’Angers

Le projet ANR EN-MIG « Enfants en décolonisation : migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980) » porte sur les migrations contraintes impliquant des enfants des différentes parties de l’empire colonial français en décomposition, en premier lieu l’Indochine, l’Algérie, Madagascar, mais aussi l’Afrique subsaharienne et des territoires ayant connu une décolonisation sans indépendance (départements d’outremer par exemple). Porté par l’UMR9016 TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés – CNRS, Universités d’Angers, Bretagne Sud, Le Mans), à l’Université d’Angers, le projet EN-MIG se déroulera de janvier 2022 à décembre 2024, sous la direction scientifique d’Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, en collaboration avec Raphaëlle Branche (Université Paris Nanterre, UMR ISP) et Violaine Tisseau (CNRS, UMR IMAF). EN-MIG vise à comprendre les ressorts individuels de l’intégration dans la société d’accueil chez des enfants et des jeunes soumis à un déplacement en contexte de crise. En ce sens, il interroge historiquement les effets des biopolitiques postcoloniales sur la construction personnelle des enfants en mobilité. Les différents types de migrations d’enfants sont interrogés la fois comme source de vulnérabilité et comme support de construction de leur autonomie afin de saisir comment les enfants et adolescents naviguent entre contraintes et opportunités. En s’appuyant sur des travaux préparatoires lancés par les trois UMR partenaires (TEMOS, ISP, IMAf), l’hypothèse qui sous-tend cette recherche est que la construction individuelle des enfants ayant subi des déplacements contraints résulte d’une articulation entre la relation au cadre et à l’environnement (politiques de racisation, organisation de la prise en charge, lieu et type d’hébergement…), la relation aux autres (familles, parents, frères et soeurs, éducateurs.trices religieux ou laïcs…) et les processus
d’identification (race, genre, pays d’origine, climat et nourriture, langue et culture, changements de prénoms, famille restée au pays…).

Trois axes de recherche seront déployés :

1 – la dimension postcoloniale des déplacements d’enfants métis ;

2 – La relation familiale à l’épreuve des mobilités contraintes de la décolonisation ;

3 – L’intégration des enfants déplacés : (re)composition des trajectoires au regard de l’âge et du genre.

Une thématique transversale portera sur les changements de prénom (renomination) en tant que processus de construction subjective des enfants déplacés.

EN-MIG se situe ainsi au croisement de plusieurs champs de recherche qui ont été séparément déjà bien travaillés (jeunesse et construction des empires, enfances en guerre, migrations) mais dont l’intersection souffre d’un manque de travaux. Le choix méthodologique principal d’EN-MIG est de proposer une histoire s’appuyant sur les archives disponibles, ainsi que sur les récits que les personnes concernées ont produits en avançant en âge. Il s’agit de faire une histoire à hauteur des principaux protagonistes. Pour ce faire une grande importance sera accordée à leurs voix, à leurs paroles, qu’elles soient exprimées dans l’enfance ou différées à l’âge adulte. Outre un recensement des sources disponibles, cette approche implique la réalisation d’une base de données rassemblant l’ensemble de la production des récits, témoignages publiés, témoignages audio-visuels des personnes concernées par ces déplacements, mais aussi les traces de soi et ego-archives telles que carnets, journaux intimes, dessins, photographies.

La réalisation et l’alimentation de cette base de données fait l’objet de la présente offre de contrat post-doctoral. Le/la post-doctorant·e, épaulé·e par l’ensemble de l’équipe, travaillera sous la responsabilité d’Yves Denéchère et d’Aurélie Hess (ingénieure d’études CNRS en production, traitement et analyse de données, TEMOS).

  • Missions et activités
  • Contributions aux activités de recherche et participation aux réunions de coordination du projet EN-MIG.
  • Réalisation d’une base de données : Recensement exhaustif des modalités d’expression des mémoires des enfants déplacés. Conception de l’architecture et développement de BDD, choix scientifiques, choix techniques (format des données, hébergement des données, modalités d’accès restreinte à l’équipe). Recensement et indexation des témoignages publiés, témoignages audio-visuels, rapports de terrains scientifiques, traces de soi et ego-archives telles que carnets, journaux intimes, dessins, photographies, etc.
  • Analyse qualitative des corpus de la BDD, afin d’irriguer les 3 axes de recherche et la thématique transversale.
  • Participation aux moments de restitution de la recherche auprès des personnes concernées
  • Rédaction et publication de travaux de recherche, articles de revue notamment
  • Activités de diffusion de la recherche : Carnet Hypothèses, journées d’études et workshops
  • Mise à disposition en open access d’un catalogue de ressources documentaires

Fiche de poste complète et modalités de candidature sur : https://www.univ-angers.fr/fr/universite/travailler-a-l-ua/personnels-administratifs-et-techniques/post-doctorat-en-histoire.html

Emploi scientifique – Poste de professeur des Universités à l’Université de Picardie-Jules Verne

Publication “au fil de l’eau” d’un poste de professeur des universités en sciences de l’éducation à l’université de Picardie Jules Verne, profil “Histoire de l’éducation et des politiques éducatives”.

La date limite de dépôt des dossiers sur Galaxie est le 29 novembre 2021, 16 heures (pour une prise de fonction le 31/12/2021).

La fiche de poste est accessible ici: https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/FIDIS/0801344B/FOPC_0801344B_4578.pdf

Emploi – Chargé de TD en histoire de l’éducation

Le département de sciences de l’éducation de l’université de Picardie Jules Verne (Amiens – campus Citadelle) recherche des chargés de TD pour assurer les enseignements suivants en L3 de sciences de l’éducation au 2e semestre de cette année universitaire (à partir du 10 janvier 2022):

– TD d’Histoire de l’éducation (12h x 5 groupes)
– TD de Méthodes documentaires et historiques (12h x 5 groupes)

Les personnes intéressées peuvent me contacter à l’adresse suivante : renaud.denfert [at] u-picardie.fr

EHNE – Education en contexte colonial, politique, mais aussi technique, artistique…

Message de Véra Léon :

Nous avons le plaisir de partager avec vous la vingtaine de notices récemment publiées au sein de l’Encyclopédie numérique d’histoire européenne (ehne.fr).

Sous la responsabilité éditoriale de Jérôme Krop, Stéphane Lembré, Véra Léon et Isabelle Matamoros, l’axe de recherche Éducation, enseignement, formation, propose des analyses historiques comparatives de l’évolution des idées et des pratiques éducatives, des structures des systèmes éducatifs des pays européens et des enseignements, disciplinaires ou non, ainsi que des formations professionnelles.

Vous trouverez ci-dessous l’arborescence de ces nouvelles contributions, qui s’articulent en six blocs :

  • L’éducation en milieu colonial
  • De l’enseignement technique aux formations professionnelles
  • Éducations politiques, éducations à la politique
  • L’éducation sans l’école
  • De l’éducation culturelle aux formations artistiques
  • Jeunesse, déviances et différences

Elles seront prochainement traduites en anglais.

EHNE, Axe Éducation, enseignement et formation (année 2020-2021)

Bloc 1 : De l’enseignement technique aux formations professionnelles

Bloc 2 :Éducations politiques, éducations à la politique

Bloc 3 : Éducation en milieu colonial

Bloc 4 : L’éducation sans l’école

Bloc 5 : De l’éducation culturelle aux formations artistiques

Bloc 6 : Jeunesse, déviances et différences

Prix Robert-Mallet – Candidatures 2021

La date-limite pour le dépôt des candidatures est repoussée au 28 février 2022.

Lors du cinquantenaire de la création de l’académie d’Amiens (1er octobre 1964), a été fondé le prix Robert Mallet, du nom du premier recteur de la nouvelle académie, professeur de littérature française. Ce prix créé en 2014 par le professeur Bernard Beignier, recteur de l’académie d’Amiens, en collaboration avec le professeur Bruno Poucet, à l’époque directeur du CAREF (UR UPJV 4697), est destiné à favoriser les travaux de recherches en histoire de l’éducation au sens large du terme (histoire de l’enseignement, histoire des politiques éducatives, mais également histoire de l’éducation familiale, permanente, informelle avec éventuellement une dimension
comparative).

Ce prix, décerné d’abord par l’académie d’Amiens tous les deux ans, est depuis le 1er septembre 2021 décerné par le Comité d’histoire du ministère de l’Éducation nationale (CHIMEN). En cas de dissolution du Comité d’histoire, il sera décidé de la nouvelle organisation du prix par les membres fondateurs.

Revue “Histoire de l’éducation”. Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier

La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans une nouvelle rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.

Les propositions de dossiers ou d’appels à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue.

Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education@ens-lyon.fr

La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue :https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais.

La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique. L’étude des doctrines pédagogiques intéresse la revue dans la mesure où celle-ci établit un lien avec les pratiques et leur transformation.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts. La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.

Ainsi, depuis le premier janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn a été ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue restent librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

Emploi scientifique – L’Université de Genève met au concours un poste d’assistant-e (histoire de l’éducation et de la petite enfance en Europe depuis 1945)

L’Université de Genève met au concours un poste d’assistant-e (département de sciences de l’éducation, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation). L’assistant-e effectuera ses recherches de thèse dans le cadre d’un projet du Fonds national scientifique suisse sur l’histoire de l’éducation de la petite enfance en Europe depuis 1945.

Candidatures à envoyer avant le 15 novembre.

Matinée d’études et assemblée générale de l’ATHRE, le 4 décembre 2021

L’histoire de l’éducation : une activité transdisciplinaire ?

Université de Paris – Campus Saint-Germain-des-Prés – Amphithéâtre Lavoisier A – 45 rue des Saint-Pères 75006 Paris

PROGRAMME

  • 9h30-9h40. – Introduction : Renaud d’Enfert (ATRHE)
  • 9h40-10h20. – Pierre Kahn (Université de Caen) et Antoine Savoye (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis), L’ATRHE 2011-2021 : un espace spécifique pour l’histoire de l’éducation
  • 10h20-11h. – Rita Hofstetter (Université de Genève), L’histoire de l’éducation et ses miroirs. Perspectives transnationales
  • 11h-11h10. – Pause
  • 11h10-11h45. – Jean-François Condette (Université de Lille), Du Service d’histoire de l’éducation (SHE) au Comité d’histoire de l’éducation du MEN
  • 11h45-12h45. – Table ronde : Perspectives transdisciplinaires sur l’histoire de l’éducation. Problèmes, enjeux, avec Marie-France Bishop (Université de Cergy-Pontoise), Julien Fuchs (Université de Brest), Patricia Legris (Université Rennes 2), Xavier Riondet (Université Rennes 2)
  • 12h45-13h00. – Discussion générale

Cette matinée d’étude est ouverte à tou.tes

Elle sera suivie par l’Assemblée générale de l’ATRHE à partir de 14h30