Cours public – “Vive l’école !”, Université Rennes II

S’il est bien un terrain politique miné en France, c’est celui de l’Éducation. Les Jésuites, expulsés du Royaume en 1762-64, en savent quelque chose… comme les ministres des années 1980, tombés pour l’École unique ou la sélection à l’entrée de l’Université. Sous la Restauration ou le Second Empire, ils suspendaient des enseignants ou fermaient des grandes écoles athées et antimonarchiques, Vichy excluant les pédagogues juifs, quand la République radicale de la Belle Époque poussait les enseignants congréganistes à l’exil. Les motifs des batailles scolaires peuvent changer, comme la nébuleuse des termes associés, mais c’est toujours de temporalités qu’il s’agit. D’un côté s’engage la perpétuation des privilèges et du roman national en tension, de l’autre l’actualisme de pratiques éducatives sous le feu des critiques entre nostalgiques et innovateurs plus ou moins responsables, enfin et sur fond de liberté de conscience, la préparation espérée des générations futures à des avenirs, ici radieux au service d’un pouvoir sans partage, là doucement utopiques, là d’un réalisme désespérant. En ces temps de Nation apprenante, de sciences cognitives et de l’éducation qui interrogent le rôle de la mémoire et de l’expérimentation dans le développement intellectuel, social et psychique, ou d’ubérisation des savoirs (menaçant leur légitimité), l’approche en longue durée permet d’identifier les nouveaux terrains de recherche. De solides travaux éclairent notamment les outils, lieux, pratiques, mixités et titres pédagogiques, les diverses conceptions de formats pour « faire la classe », la neutralité ou le regard sourcilleux des pouvoirs, la parole donnée ou rendue aux intéressés que sont éduqués et éducateurs, trop souvent enfermés dans la catégorie des « acteurs », bien qu’ils subissent plus qu’ils ne peuvent agir… alors, entre instruction, enseignement,
éducation, formation, pédagogie, cours, cursus, tutoriel, distanciel, mooc… rappelons avec Anne Chang que le premier mot employé par Confucius est « Apprendre ».

Patrick Harismendy
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Rennes 2

Emploi scientifique – “ANR EN-MIG “Enfants en décolonisation. Migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980)”

Dans le cadre du projet ANR EN-MIG “Enfants en décolonisation. Migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980)” que je coordonne avec Raphaëlle Branche et Violaine Tisseau, nous recherchons un.e post-doc pour une mission de 27 mois à compter du 1er mars 2022.

  • Caractéristiques du contrat :
  • Date d’affectation souhaitée sur le poste: 01/03/2022
  • Durée du contrat : 27 mois
  • Quotité de travail : 100%
  • Rémunération brute mensuelle : 2 945€
  • Lieu d’affectation : Université d’Angers

Le projet ANR EN-MIG « Enfants en décolonisation : migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980) » porte sur les migrations contraintes impliquant des enfants des différentes parties de l’empire colonial français en décomposition, en premier lieu l’Indochine, l’Algérie, Madagascar, mais aussi l’Afrique subsaharienne et des territoires ayant connu une décolonisation sans indépendance (départements d’outremer par exemple). Porté par l’UMR9016 TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés – CNRS, Universités d’Angers, Bretagne Sud, Le Mans), à l’Université d’Angers, le projet EN-MIG se déroulera de janvier 2022 à décembre 2024, sous la direction scientifique d’Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, en collaboration avec Raphaëlle Branche (Université Paris Nanterre, UMR ISP) et Violaine Tisseau (CNRS, UMR IMAF). EN-MIG vise à comprendre les ressorts individuels de l’intégration dans la société d’accueil chez des enfants et des jeunes soumis à un déplacement en contexte de crise. En ce sens, il interroge historiquement les effets des biopolitiques postcoloniales sur la construction personnelle des enfants en mobilité. Les différents types de migrations d’enfants sont interrogés la fois comme source de vulnérabilité et comme support de construction de leur autonomie afin de saisir comment les enfants et adolescents naviguent entre contraintes et opportunités. En s’appuyant sur des travaux préparatoires lancés par les trois UMR partenaires (TEMOS, ISP, IMAf), l’hypothèse qui sous-tend cette recherche est que la construction individuelle des enfants ayant subi des déplacements contraints résulte d’une articulation entre la relation au cadre et à l’environnement (politiques de racisation, organisation de la prise en charge, lieu et type d’hébergement…), la relation aux autres (familles, parents, frères et soeurs, éducateurs.trices religieux ou laïcs…) et les processus
d’identification (race, genre, pays d’origine, climat et nourriture, langue et culture, changements de prénoms, famille restée au pays…).

Trois axes de recherche seront déployés :

1 – la dimension postcoloniale des déplacements d’enfants métis ;

2 – La relation familiale à l’épreuve des mobilités contraintes de la décolonisation ;

3 – L’intégration des enfants déplacés : (re)composition des trajectoires au regard de l’âge et du genre.

Une thématique transversale portera sur les changements de prénom (renomination) en tant que processus de construction subjective des enfants déplacés.

EN-MIG se situe ainsi au croisement de plusieurs champs de recherche qui ont été séparément déjà bien travaillés (jeunesse et construction des empires, enfances en guerre, migrations) mais dont l’intersection souffre d’un manque de travaux. Le choix méthodologique principal d’EN-MIG est de proposer une histoire s’appuyant sur les archives disponibles, ainsi que sur les récits que les personnes concernées ont produits en avançant en âge. Il s’agit de faire une histoire à hauteur des principaux protagonistes. Pour ce faire une grande importance sera accordée à leurs voix, à leurs paroles, qu’elles soient exprimées dans l’enfance ou différées à l’âge adulte. Outre un recensement des sources disponibles, cette approche implique la réalisation d’une base de données rassemblant l’ensemble de la production des récits, témoignages publiés, témoignages audio-visuels des personnes concernées par ces déplacements, mais aussi les traces de soi et ego-archives telles que carnets, journaux intimes, dessins, photographies.

La réalisation et l’alimentation de cette base de données fait l’objet de la présente offre de contrat post-doctoral. Le/la post-doctorant·e, épaulé·e par l’ensemble de l’équipe, travaillera sous la responsabilité d’Yves Denéchère et d’Aurélie Hess (ingénieure d’études CNRS en production, traitement et analyse de données, TEMOS).

  • Missions et activités
  • Contributions aux activités de recherche et participation aux réunions de coordination du projet EN-MIG.
  • Réalisation d’une base de données : Recensement exhaustif des modalités d’expression des mémoires des enfants déplacés. Conception de l’architecture et développement de BDD, choix scientifiques, choix techniques (format des données, hébergement des données, modalités d’accès restreinte à l’équipe). Recensement et indexation des témoignages publiés, témoignages audio-visuels, rapports de terrains scientifiques, traces de soi et ego-archives telles que carnets, journaux intimes, dessins, photographies, etc.
  • Analyse qualitative des corpus de la BDD, afin d’irriguer les 3 axes de recherche et la thématique transversale.
  • Participation aux moments de restitution de la recherche auprès des personnes concernées
  • Rédaction et publication de travaux de recherche, articles de revue notamment
  • Activités de diffusion de la recherche : Carnet Hypothèses, journées d’études et workshops
  • Mise à disposition en open access d’un catalogue de ressources documentaires

Fiche de poste complète et modalités de candidature sur : https://www.univ-angers.fr/fr/universite/travailler-a-l-ua/personnels-administratifs-et-techniques/post-doctorat-en-histoire.html

Emploi scientifique – Poste de professeur des Universités à l’Université de Picardie-Jules Verne

Publication “au fil de l’eau” d’un poste de professeur des universités en sciences de l’éducation à l’université de Picardie Jules Verne, profil “Histoire de l’éducation et des politiques éducatives”.

La date limite de dépôt des dossiers sur Galaxie est le 29 novembre 2021, 16 heures (pour une prise de fonction le 31/12/2021).

La fiche de poste est accessible ici: https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/FIDIS/0801344B/FOPC_0801344B_4578.pdf

Emploi – Chargé de TD en histoire de l’éducation

Le département de sciences de l’éducation de l’université de Picardie Jules Verne (Amiens – campus Citadelle) recherche des chargés de TD pour assurer les enseignements suivants en L3 de sciences de l’éducation au 2e semestre de cette année universitaire (à partir du 10 janvier 2022):

– TD d’Histoire de l’éducation (12h x 5 groupes)
– TD de Méthodes documentaires et historiques (12h x 5 groupes)

Les personnes intéressées peuvent me contacter à l’adresse suivante : renaud.denfert [at] u-picardie.fr

EHNE – Education en contexte colonial, politique, mais aussi technique, artistique…

Message de Véra Léon :

Nous avons le plaisir de partager avec vous la vingtaine de notices récemment publiées au sein de l’Encyclopédie numérique d’histoire européenne (ehne.fr).

Sous la responsabilité éditoriale de Jérôme Krop, Stéphane Lembré, Véra Léon et Isabelle Matamoros, l’axe de recherche Éducation, enseignement, formation, propose des analyses historiques comparatives de l’évolution des idées et des pratiques éducatives, des structures des systèmes éducatifs des pays européens et des enseignements, disciplinaires ou non, ainsi que des formations professionnelles.

Vous trouverez ci-dessous l’arborescence de ces nouvelles contributions, qui s’articulent en six blocs :

  • L’éducation en milieu colonial
  • De l’enseignement technique aux formations professionnelles
  • Éducations politiques, éducations à la politique
  • L’éducation sans l’école
  • De l’éducation culturelle aux formations artistiques
  • Jeunesse, déviances et différences

Elles seront prochainement traduites en anglais.

EHNE, Axe Éducation, enseignement et formation (année 2020-2021)

Bloc 1 : De l’enseignement technique aux formations professionnelles

Bloc 2 :Éducations politiques, éducations à la politique

Bloc 3 : Éducation en milieu colonial

Bloc 4 : L’éducation sans l’école

Bloc 5 : De l’éducation culturelle aux formations artistiques

Bloc 6 : Jeunesse, déviances et différences

Prix Robert-Mallet – Candidatures 2021

Lors du cinquantenaire de la création de l’académie d’Amiens (1er octobre 1964), a
été fondé le prix Robert Mallet, du nom du premier recteur de la nouvelle académie,
professeur de littérature française. Ce prix créé en 2014 par le professeur Bernard
Beignier, recteur de l’académie d’Amiens, en collaboration avec le professeur Bruno
Poucet, à l’époque directeur du CAREF (UR UPJV 4697), est destiné à favoriser les
travaux de recherches en histoire de l’éducation au sens large du terme (histoire de
l’enseignement, histoire des politiques éducatives, mais également histoire de
l’éducation familiale, permanente, informelle avec éventuellement une dimension
comparative).

Ce prix, décerné d’abord par l’académie d’Amiens tous les deux ans, est depuis le
1er septembre 2021 décerné par le Comité d’histoire du ministère de l’Éducation
nationale (CHIMEN). En cas de dissolution du Comité d’histoire, il sera décidé de
la nouvelle organisation du prix par les membres fondateurs.

Revue “Histoire de l’éducation”. Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier

La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans une nouvelle rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.

Les propositions de dossiers ou d’appels à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue.

Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education@ens-lyon.fr

La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue :https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais.

La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique. L’étude des doctrines pédagogiques intéresse la revue dans la mesure où celle-ci établit un lien avec les pratiques et leur transformation.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts. La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.

Ainsi, depuis le premier janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn a été ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue restent librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

Emploi scientifique – L’Université de Genève met au concours un poste d’assistant-e (histoire de l’éducation et de la petite enfance en Europe depuis 1945)

L’Université de Genève met au concours un poste d’assistant-e (département de sciences de l’éducation, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation). L’assistant-e effectuera ses recherches de thèse dans le cadre d’un projet du Fonds national scientifique suisse sur l’histoire de l’éducation de la petite enfance en Europe depuis 1945.

Candidatures à envoyer avant le 15 novembre.

Matinée d’études et assemblée générale de l’ATHRE, le 4 décembre 2021

L’histoire de l’éducation : une activité transdisciplinaire ?

Université de Paris – Campus Saint-Germain-des-Prés – Amphithéâtre Lavoisier A – 45 rue des Saint-Pères 75006 Paris

PROGRAMME

  • 9h30-9h40. – Introduction : Renaud d’Enfert (ATRHE)
  • 9h40-10h20. – Pierre Kahn (Université de Caen) et Antoine Savoye (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis), L’ATRHE 2011-2021 : un espace spécifique pour l’histoire de l’éducation
  • 10h20-11h. – Rita Hofstetter (Université de Genève), L’histoire de l’éducation et ses miroirs. Perspectives transnationales
  • 11h-11h10. – Pause
  • 11h10-11h45. – Jean-François Condette (Université de Lille), Du Service d’histoire de l’éducation (SHE) au Comité d’histoire de l’éducation du MEN
  • 11h45-12h45. – Table ronde : Perspectives transdisciplinaires sur l’histoire de l’éducation. Problèmes, enjeux, avec Marie-France Bishop (Université de Cergy-Pontoise), Julien Fuchs (Université de Brest), Patricia Legris (Université Rennes 2), Xavier Riondet (Université Rennes 2)
  • 12h45-13h00. – Discussion générale

Cette matinée d’étude est ouverte à tou.tes

Elle sera suivie par l’Assemblée générale de l’ATRHE à partir de 14h30

Café APHG – Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Café virtuel de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)

Premier café du cycle Histoire de l’Éducation – Lundi 20 sept. – 19h

Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com  –  En indiquant nom, prénom et établissement

Cafés en ligne – La Régionale Nord-Pas-de-Calais de l’Association des professeurs d’histoire-géographie organise un cycle “histoire de l’éducation”

Le lundi 20 septembre à 19h, l’APHG NPDC débutera un cycle « histoire de l’éducation ». Les premiers invités en seront Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil co-auteurs de l’Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXe s. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Le lundi 27 septembre à 19h, grâce au cycle Histoire de l’éducation de l’APHG NPDC, nous aurons le plaisir d’écouter Jean-François Condette et Véronique Castagnet évoquer leur Histoire des élèves, parue en deux tomes aux Presses du Septentrion. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Rencontres Gallica – “L’école et l’éducation en France”, 21 sept. 2021, BnF, site François-Mitterrand

1921 – – Agence Rol | BnF, département des Estampes et de la photographie

Les Rencontres de Gallica font découvrir, chaque mois, les collections numérisées de la BnF et de ses partenaires en s’attachant à un thème ou un corpus de documents. Cette séance s’intéresse à l’école et l’éducation en France.

À l’origine prérogative de l’Église ou affaire de précepteurs, l’éducation devient au cours du XVIIIe siècle une préoccupation de l’État. Enjeu politique dans la lutte de pouvoir entre l’État et l’Église puis entre les Républicains et les royalistes ou les bonapartistes, l’école s’impose progressivement comme une institution majeure de la société française. L’enseignement se professionnalise au XIXe siècle et diverses méthodes pédagogiques se développent en lien avec une culture scolaire spécifique. Les fonds de la BnF constitués par le dépôt légal sont une source d’une grande richesse pour étudier l’histoire de la forme scolaire. La sélection Gallica sur l’éducation et l’école en France met en valeur à la fois manuels scolaires, traités et plans d’éducation, publications destinées aux instituteurs et institutrices, essais, ouvrages historiques, enquêtes et rapports, revues, publications officielles.

Cette rencontre est l’occasion de revenir sur l’intérêt que présentent, pour la recherche, certaines collections lorsque l’on s’intéresse à l’émergence de cette école du livre qu’est l’école républicaine à la fin du XIXe siècle : notamment la collection des manuels, pour étudier l’évolution des représentations en jeu dans la culture scolaire, mais également la singularité de la pédagogie républicaine, et la collection des fascicules du Musée pédagogique permettant de délimiter les contours de l’œuvre scolaire républicaine.

Par Sonia Huard, chargée de collections en sciences de l’éducation, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, et Xavier Riondet, maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine.

Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com. Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

Prix de la SHCY pour le meilleur article sur le thème de l’enfance et de la jeunesse

La Society for the History of Children and Youth / Association pour l’histoire de l’enfance et de la jeunesse (SHCY) est heureuse d’annoncer l’appel à candidatures pour le prix du meilleur article publié en français sur le thème de l’histoire de l’enfance et de la jeunesse (entendue dans une large acception), publié en 2019 et 2020. Le résultat du concours sera annoncé à la fin du printemps 2021 et fera l’objet d’une remise de prix lors de la conférence biennale qui se tiendra à Galway (Ireland) à la fin de juin 2021.

Les candidatures peuvent être soumises par les éditeurs.trices, comités de rédaction, universitaires ou par les auteur.e.s eux.elles-mêmes. Les membres actuel.le.s des comités d’évaluation des prix de la SHCY et des responsables (Président/Vice-Président) de l’association sont inéligibles.

Pour soumettre une candidature, veuillez envoyer une copie de l’article au format PDF à chaque membre du comité d’évaluation, et ce avant le 15 février 2021.
 
Camille Mahé, camille.mahe [at] sciencespo.fr
Beatrice Scutaru, beatrice.scutaru [at] mu.ie

Cédric Boulard, Eric Saillot et Elsa Bedos remportent le prix Louis-Cros 2020

Les lauréats du Prix Louis Cros 2020

  • Cédric Boulard, Quand l’Education nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours, soutenue à Sorbonne Université le 11 janvier 2019
  • Eric Saillot, (S’)ajuster au cœur de l’activité d’enseignement-apprentissage. Construire une posture d’ajustement, Éditions L’Harmattan, 2020.
  • Elsa Bedos, L’enjeu de la qualité dans l’enseignement supérieur saoudien. L’instrumentalisation de l’action publique, soutenue le 9 juillet 2019 à Sciences Po Paris.

Recrutement – Ingénieur d’étude spécialisé·e dans le dépouillement et le traitement de données pour le projet “ès lettres”

Le projet ès lettres, porté par la Bibliothèque interuniversitaire de la
Sorbonne (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et le Centre Lucien
Febvre (université de Franche-Comté), financé par le GIS CollEx-Persée,
est un projet d’étude et de valorisation des thèses de doctorat ès
lettres soutenues en France au XIXe siècle. Il vise tout d’abord à
rassembler des informations relatives à ces thèses et leur soutenance,
informations actuellement dispersées entre de multiples sources, puis à
procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de
documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance).
Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et
spécialisée sur ces thèses, de constituer une base de données en ligne
et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments, et
enfin de valoriser scientifiquement ces matériaux.

Dans ce cadre, nous recrutons un·e ingénieur·e d’étude, spécialisé·e
dans le dépouillement et le traitement de données (catégorie A), pour 12
mois, affecté·e au SERVAL, au sein de la BIS, avec prise de poste au 1er
septembre : vous trouverez la fiche de poste ici :
https://www.dropbox.com/s/id72bb9nqmdfdhd/PP_SERVAL_es_lettres_cdd_12_mois.pdf?dl=0.

Sa mission sera principalement de continuer à dépouiller méthodiquement
les fonds que nous avons repérés aux Archives nationales, puis
d’harmoniser, recouper et traiter ces données pour préparer
l’alimentation par celles-ci de la base de données préparatoire Heurist,
ainsi que leur publication. En aval de ces missions principales, la
personne participera aux discussions des conseils scientifiques et de
valorisation, ainsi qu’aux réflexions sur la mise en ligne de la base de
données et des numérisations associées (problématiques de l’ouverture
des données, richesse des métadonnées, principes FAIR, OCR). Le ou la
candidat·e doit être titulaire d’un master en Humanités numériques,
Technologies Numériques Appliquées à l’Histoire, archivistique ou
équivalent.

Nous sommes disponibles pour toute question (et candidature !) à
cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr et pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr, avec
copie à laurie.aoustet [at] bis-sorbonne.fr et arnaudgeorges.desvignes [at] gmail.com.

AàP – Laboratoire de l’éducation (ENS de Lyon/CNRS)

La pépinière à projets interdisciplinaires « Laboratoire de L’Education » (UAR 3773, ENS de Lyon/CNRS), lance son appel 2022 pour le soutien de projets émergents et d’ateliers exploratoires orientés vers la production de connaissances originales. 

Pour être éligibles, les candidatures doivent être portées par une personne membre d’une des structures fédérées par la SFR « Recherches en éducation Lyon-Saint-Étienne », et associer au moins une personne membre d’une structure partenaire du Laboratoire de l’éducation (Centre Max Weber, EVS, ICAR, LARHRA, Triangle, IFé). Au sein des équipes répondantes, la participation de chercheur·es extérieur·es à Lyon-Saint-Etienne est donc également possible.

Vous trouverez l’appel à projet et les formulaires de soumission au bout de ce lien (date limite de dépôt : 30 septembre 2021) : http://lle.ens-lyon.fr/a-l-une/AP2022

Appel à financement du groupement de recherche 3398 : “histoire des mathématiques”

Le GDR 3398 « Histoire des mathématiques » a pour vocation de favoriser le développement continu et de qualité de l’histoire des mathématiques en France. Le bureau du GDR se réunit au moins deux fois par an pour échanger et prendre des décisions sur la politique scientifique du GDR et pour statuer sur les demandes de financement reçues. Les chercheur·e·s dont les travaux relèvent de l’histoire des mathématiques peuvent donc faire appel au GDR pour financer partiellement ou totalement des missions individuelles ou des organisation d’événements collectifs en soumettant à l’adresse gdr-hdm-coordination [at] listes.math.cnrs.fr  leur demande à partir du formulaire ci-joint. 

Dans la mesure de son budget, le GDR soutient prioritairement : 

  • des activités transversales visant toute la communauté des historien·ne·s des mathématiques, telles le Séminaire d’histoire des mathématiques de l’IHP, le colloque annuel de la Revue d’histoire des mathématiques, ou encore l’organisation d’une École à destinations des doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s en histoire des mathématiques tous les quatre ans ;
  • des activités collectives, impliquant plusieurs nœuds du GDR, avec deux axes prioritaires : les ateliers et groupes de travail qui donnent lieu à des collaborations pour penser des programmes de recherche à plus long terme ainsi que les initiatives interdisciplinaires incluant explicitement l’histoire des mathématiques ;
  • des missions individuelles, tout particulièrement pour les doctorant·e·s et les jeunes chercheur·e·s et chercheur·e·s isolé·e·s, sous la forme de missions d’archives et participation à des journées d’étude et colloques. Au vu de la situation actuelle, nous encourageons tout particulièrement les demandes de missions d’archives dans les zones géographiques actuellement accessibles et il a été décidé que le GDR pouvait également soutenir des demandes de numérisation d’archives lorsque celles-ci étaient difficilement accessibles en raison de la crise sanitaire.

    Le bureau se réunira dans la seconde moitié du mois de septembre prochain pour statuer sur les demandes reçues avant le 17 septembre 2021, concernant la fin de l’année 2021 et éventuellement le début d’année 2022. Des réponses seront données d’ici la fin du mois de septembre.  Les réponses données par le GDR seront des accords de principe et la validation d’une mission dépendra également des contraintes administratives et sanitaires actuelles.