Café APHG – Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Café virtuel de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)

Premier café du cycle Histoire de l’Éducation – Lundi 20 sept. – 19h

Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com  –  En indiquant nom, prénom et établissement

Cafés en ligne – La Régionale Nord-Pas-de-Calais de l’Association des professeurs d’histoire-géographie organise un cycle « histoire de l’éducation »

Le lundi 20 septembre à 19h, l’APHG NPDC débutera un cycle « histoire de l’éducation ». Les premiers invités en seront Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil co-auteurs de l’Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXe s. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Le lundi 27 septembre à 19h, grâce au cycle Histoire de l’éducation de l’APHG NPDC, nous aurons le plaisir d’écouter Jean-François Condette et Véronique Castagnet évoquer leur Histoire des élèves, parue en deux tomes aux Presses du Septentrion. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Rencontres Gallica – « L’école et l’éducation en France », 21 sept. 2021, BnF, site François-Mitterrand

1921 – – Agence Rol | BnF, département des Estampes et de la photographie

Les Rencontres de Gallica font découvrir, chaque mois, les collections numérisées de la BnF et de ses partenaires en s’attachant à un thème ou un corpus de documents. Cette séance s’intéresse à l’école et l’éducation en France.

À l’origine prérogative de l’Église ou affaire de précepteurs, l’éducation devient au cours du XVIIIe siècle une préoccupation de l’État. Enjeu politique dans la lutte de pouvoir entre l’État et l’Église puis entre les Républicains et les royalistes ou les bonapartistes, l’école s’impose progressivement comme une institution majeure de la société française. L’enseignement se professionnalise au XIXe siècle et diverses méthodes pédagogiques se développent en lien avec une culture scolaire spécifique. Les fonds de la BnF constitués par le dépôt légal sont une source d’une grande richesse pour étudier l’histoire de la forme scolaire. La sélection Gallica sur l’éducation et l’école en France met en valeur à la fois manuels scolaires, traités et plans d’éducation, publications destinées aux instituteurs et institutrices, essais, ouvrages historiques, enquêtes et rapports, revues, publications officielles.

Cette rencontre est l’occasion de revenir sur l’intérêt que présentent, pour la recherche, certaines collections lorsque l’on s’intéresse à l’émergence de cette école du livre qu’est l’école républicaine à la fin du XIXe siècle : notamment la collection des manuels, pour étudier l’évolution des représentations en jeu dans la culture scolaire, mais également la singularité de la pédagogie républicaine, et la collection des fascicules du Musée pédagogique permettant de délimiter les contours de l’œuvre scolaire républicaine.

Par Sonia Huard, chargée de collections en sciences de l’éducation, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, et Xavier Riondet, maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine.

Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com. Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

Prix de la SHCY pour le meilleur article sur le thème de l’enfance et de la jeunesse

La Society for the History of Children and Youth / Association pour l’histoire de l’enfance et de la jeunesse (SHCY) est heureuse d’annoncer l’appel à candidatures pour le prix du meilleur article publié en français sur le thème de l’histoire de l’enfance et de la jeunesse (entendue dans une large acception), publié en 2019 et 2020. Le résultat du concours sera annoncé à la fin du printemps 2021 et fera l’objet d’une remise de prix lors de la conférence biennale qui se tiendra à Galway (Ireland) à la fin de juin 2021.

Les candidatures peuvent être soumises par les éditeurs.trices, comités de rédaction, universitaires ou par les auteur.e.s eux.elles-mêmes. Les membres actuel.le.s des comités d’évaluation des prix de la SHCY et des responsables (Président/Vice-Président) de l’association sont inéligibles.

Pour soumettre une candidature, veuillez envoyer une copie de l’article au format PDF à chaque membre du comité d’évaluation, et ce avant le 15 février 2021.
 
Camille Mahé, camille.mahe [at] sciencespo.fr
Beatrice Scutaru, beatrice.scutaru [at] mu.ie

Cédric Boulard, Eric Saillot et Elsa Bedos remportent le prix Louis-Cros 2020

Les lauréats du Prix Louis Cros 2020

  • Cédric Boulard, Quand l’Education nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours, soutenue à Sorbonne Université le 11 janvier 2019
  • Eric Saillot, (S’)ajuster au cœur de l’activité d’enseignement-apprentissage. Construire une posture d’ajustement, Éditions L’Harmattan, 2020.
  • Elsa Bedos, L’enjeu de la qualité dans l’enseignement supérieur saoudien. L’instrumentalisation de l’action publique, soutenue le 9 juillet 2019 à Sciences Po Paris.

Recrutement – Ingénieur d’étude spécialisé·e dans le dépouillement et le traitement de données pour le projet « ès lettres »

Le projet ès lettres, porté par la Bibliothèque interuniversitaire de la
Sorbonne (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et le Centre Lucien
Febvre (université de Franche-Comté), financé par le GIS CollEx-Persée,
est un projet d’étude et de valorisation des thèses de doctorat ès
lettres soutenues en France au XIXe siècle. Il vise tout d’abord à
rassembler des informations relatives à ces thèses et leur soutenance,
informations actuellement dispersées entre de multiples sources, puis à
procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de
documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance).
Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et
spécialisée sur ces thèses, de constituer une base de données en ligne
et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments, et
enfin de valoriser scientifiquement ces matériaux.

Dans ce cadre, nous recrutons un·e ingénieur·e d’étude, spécialisé·e
dans le dépouillement et le traitement de données (catégorie A), pour 12
mois, affecté·e au SERVAL, au sein de la BIS, avec prise de poste au 1er
septembre : vous trouverez la fiche de poste ici :
https://www.dropbox.com/s/id72bb9nqmdfdhd/PP_SERVAL_es_lettres_cdd_12_mois.pdf?dl=0.

Sa mission sera principalement de continuer à dépouiller méthodiquement
les fonds que nous avons repérés aux Archives nationales, puis
d’harmoniser, recouper et traiter ces données pour préparer
l’alimentation par celles-ci de la base de données préparatoire Heurist,
ainsi que leur publication. En aval de ces missions principales, la
personne participera aux discussions des conseils scientifiques et de
valorisation, ainsi qu’aux réflexions sur la mise en ligne de la base de
données et des numérisations associées (problématiques de l’ouverture
des données, richesse des métadonnées, principes FAIR, OCR). Le ou la
candidat·e doit être titulaire d’un master en Humanités numériques,
Technologies Numériques Appliquées à l’Histoire, archivistique ou
équivalent.

Nous sommes disponibles pour toute question (et candidature !) à
cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr et pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr, avec
copie à laurie.aoustet [at] bis-sorbonne.fr et arnaudgeorges.desvignes [at] gmail.com.

AàP – Laboratoire de l’éducation (ENS de Lyon/CNRS)

La pépinière à projets interdisciplinaires « Laboratoire de L’Education » (UAR 3773, ENS de Lyon/CNRS), lance son appel 2022 pour le soutien de projets émergents et d’ateliers exploratoires orientés vers la production de connaissances originales. 

Pour être éligibles, les candidatures doivent être portées par une personne membre d’une des structures fédérées par la SFR « Recherches en éducation Lyon-Saint-Étienne », et associer au moins une personne membre d’une structure partenaire du Laboratoire de l’éducation (Centre Max Weber, EVS, ICAR, LARHRA, Triangle, IFé). Au sein des équipes répondantes, la participation de chercheur·es extérieur·es à Lyon-Saint-Etienne est donc également possible.

Vous trouverez l’appel à projet et les formulaires de soumission au bout de ce lien (date limite de dépôt : 30 septembre 2021) : http://lle.ens-lyon.fr/a-l-une/AP2022

Appel à financement du groupement de recherche 3398 : « histoire des mathématiques »

Le GDR 3398 « Histoire des mathématiques » a pour vocation de favoriser le développement continu et de qualité de l’histoire des mathématiques en France. Le bureau du GDR se réunit au moins deux fois par an pour échanger et prendre des décisions sur la politique scientifique du GDR et pour statuer sur les demandes de financement reçues. Les chercheur·e·s dont les travaux relèvent de l’histoire des mathématiques peuvent donc faire appel au GDR pour financer partiellement ou totalement des missions individuelles ou des organisation d’événements collectifs en soumettant à l’adresse gdr-hdm-coordination [at] listes.math.cnrs.fr  leur demande à partir du formulaire ci-joint. 

Dans la mesure de son budget, le GDR soutient prioritairement : 

  • des activités transversales visant toute la communauté des historien·ne·s des mathématiques, telles le Séminaire d’histoire des mathématiques de l’IHP, le colloque annuel de la Revue d’histoire des mathématiques, ou encore l’organisation d’une École à destinations des doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s en histoire des mathématiques tous les quatre ans ;
  • des activités collectives, impliquant plusieurs nœuds du GDR, avec deux axes prioritaires : les ateliers et groupes de travail qui donnent lieu à des collaborations pour penser des programmes de recherche à plus long terme ainsi que les initiatives interdisciplinaires incluant explicitement l’histoire des mathématiques ;
  • des missions individuelles, tout particulièrement pour les doctorant·e·s et les jeunes chercheur·e·s et chercheur·e·s isolé·e·s, sous la forme de missions d’archives et participation à des journées d’étude et colloques. Au vu de la situation actuelle, nous encourageons tout particulièrement les demandes de missions d’archives dans les zones géographiques actuellement accessibles et il a été décidé que le GDR pouvait également soutenir des demandes de numérisation d’archives lorsque celles-ci étaient difficilement accessibles en raison de la crise sanitaire.

    Le bureau se réunira dans la seconde moitié du mois de septembre prochain pour statuer sur les demandes reçues avant le 17 septembre 2021, concernant la fin de l’année 2021 et éventuellement le début d’année 2022. Des réponses seront données d’ici la fin du mois de septembre.  Les réponses données par le GDR seront des accords de principe et la validation d’une mission dépendra également des contraintes administratives et sanitaires actuelles.

Recrutement – Ingénieur d’études en SHS sur le projet ORLYSUP (Orientation du lycée au supérieur) à l’Université de Rouen-Normandie

  • Famille d’activité professionnelle : Production, traitement, analyse de données et enquête
  • Famille d’activité professionnelle REME : Enseignement supérieur – Recherche (BAP D2A41)
  • Catégorie : A
  • Modalité de recrutement : par recrutement 12 mois renouvelables, sur un projet de recherche d’une durée de 4 ans. Début : 16 septembre 2021
  • Localisation géographique : Université Rouen Normandie, campus Mont Saint Aignan
  • Rattachement administratif et financier : INSPE
  • Hébergement : IRIHS
  • Laboratoire de rattachement : CIRNEF
  • Pour le volet opérationnel, sous la responsabilité de : Carole Daverne-Bailly, porteur du projet ORLYSUP
  • Moyen utilisé : poste sur contrat Région Normandie et Caisse des dépôts et consignations
  • Niveau de rémunération : basé sur la grille indiciaire d’un ingénieur d’études classe normale.
  • Quotité de travail : 100% temps plein
  • Profil recherché : il est fortement recommandé que la personne recrutée soit titulaire d’un master en sciences humaines et sociales.

CV et lettre de motivation à envoyer au plus tard le lundi 30 août 2021

Contacts et renseignements

  • Carole Daverne-Bailly, porteur du projet ORLYSUP : carole.daverne-bailly [at] univ-rouen.fr
  • Amaël André, référent du PIA3 pour l’université Rouen Normandie : amael.andre [at] univ-rouen.fr
  • Cindy Carrein-Lerouge, responsable de l’axe 2 du projet ORLYSUP : cindy.carrein [at] univ-rouen.fr

Appel à manifestation d’intérêt et séminaire autour de la révue « L’école et la Nation » du Parti communiste français

Vous trouverez ci-dessous un appel à manifestation d’intérêt, proposant de mettre à disposition à la collection en ligne (avec code d’accès dans un premier temps) de la revue « L’école et la Nation », adressée au monde éducatif de 1951 à 1999 par le PCF qui en était l’éditeur.

Cet A.M.I. expose les pistes possibles de projets de recherche sur ce corpus, et les modalités de coopération proposées :

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/>

Toutes les approches et les questions sont les bienvenues, l’appel explique les modalités de réponses attendues. (Une date a été suggérée pour les retours de propositions, mais la proposition reste valable dans la durée).

En parallèle avec cette invitation à travailler sur ces corpus (histoire des disciplines scolaires et des controverses à leur sujets, traces sur les débats au sujet des politiques scolaires, etc.) un séminaire est organisé en 2021 et 2022, dont deux séances sont déjà programmées :

1) Mardi 1er juin à 14h en webinaire, séance de lancement.

Étudier la collection numérisée de L’École et la Nation dans son contexte : le cas de sa création en 1951

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/>

La revue L’école et la Nation a été créée en 1951 par le PCF, d’abord à l’attention des instituteurs et des institutrices, ensuite plus largement à l’attention du monde éducatif. Cette première séance éclairera le contexte de cette création et l’origine de la revue. Elle contextualisera également le séminaire au regard de la démarche de numérisation de cette revue.

Avec:

  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8) et Serge Wolikow (réseau des MSH et Président du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri), « Quels enjeux d’une politique de numérisation d’une collection : le cas de L’École et la Nation ? »
    Jean Vigreux (MSH de Dijon), « Le PCF en 1951 »
  • Pierre Roche (Docteur en sciences de l’éducation et membre du GEMR), « La création L’Ecole et la Nation en 1951 »

2) Mardi 29 juin 2021 à 14h

En webinaire, séance « La rubrique de critique de livres et d’arts pour la jeunesse dans L’École et la Nation »

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/>

La qualité des livres pour la jeunesse constitue une préoccupation visible dans la presse communiste avant la création de L’École et la Nation. Elle prend une signification spécifique avec les débuts de la guerre froide et la loi de 1949. Initiée par différents contributeurs dans L’École et la Nation, la critique de livres pour enfants se constitue en chronique renommée sous la plume de Natha Caputo, puis de Bernard Epin. Cette chronique va de pair avec des présentations d’autres productions culturelles pour l’enfance. Les intervenants de cette séance présenteront brièvement leurs travaux qui ont déjà porté sur ce corpus, et esquisseront des pistes d’analyses possibles de ce celui-ci, en invitant à des coopérations.

Avec :

  • Cécile Boulaire (InTRu, Université de Tours), « L’émergence du genre de la critique du livre pour enfants : L’École et la Nation dans l’univers des chroniques »
  • Patricia Richard-Principalli (LIRDEF, Université de Montpellier), « La chronique de critique de livres pour la jeunesse dans L’École et la Nation dans les années 1960 »
  • Mathilde Lévêque (Pléiade, Université Paris Nord), « La critique de romans pour la jeunesse dans L’École et la Nation : le cas des romans en traduction »
  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8), « La place du livre pour enfants dans et hors la chronique dédiée »
  • Valérie Vignaux (LASLAR, Université de Caen), « Le cinéma et la jeunesse »
  • Stéphanie Loncle (HisTeMé, Université de Caen), « Le PCF et le théâtre dans L’École et la Nation »

Les séances suivantes, à l’automne 2021, porteront sur d’autres aspects traités par cette revue, à partir de travaux déjà réalisés, ou d’autres qui vont l’être grâce à la mise en ligne de la collection.

Recrutement d’un enseignement vacataire spécialisé en histoire de l’éducation – rentrée 2021

Message de Xavier Riondet :

Dans le cadre de la Licence mention Sciences de l’éducation, parcours « Éducation, enseignement et développement corporel de l’enfant », Cergy-Université – Institut Libre d’Éducation Physique Supérieur recrute pour septembre 2021 un.e enseignant.e vacataire spécialisé.e en histoire de l’éducation.

Les personnes intéressées peuvent contacter : 

Pierre Gégout : p.gegout@ileps.fr

Sébastien Freddi : s.freddi@ileps.fr

Responsables de la Licence Sciences de l’éducation à l’ILEPS

Création de la liste de diffusion du Réseau d’études sur l’Enseignement supérieur (RESUP)

Message d’Emmanuelle Picard :

Le Réseau d’Études sur l’Enseignement Supérieur (RESUP), qui a pour vocation de fédérer et de susciter la recherche en sociologie, science politique, sciences de l’éducation et économie, sur le domaine de l’enseignement supérieur, s’est doté d’une nouvelle liste de diffusion. 

Elle a pour objet principal la diffusion de l’actualité de la recherche sur l’enseignement supérieur (recherche incluse). Elle intéresse en priorité les chercheurs, enseignants et étudiants dans ces domaines, mais aussi toutes celles et tous ceux qui souhaitent obtenir de l’information scientifique sur ces questions. Chacun est libre d’y annoncer colloques, publications, séminaires, appels à projet, etc.

A ce titre, elle va se substituer progressivement à la liste RAMUSE. Si vous êtes abonné-e à cette dernière, il faudra donc vous abonner à la liste RESUP, par le biais de l’intermédiaire de cette page https://groupes.renater.fr/sympa/info/resup  pour continuer à recevoir les informations.

L’abonnement de cette liste est ouvert à toutes et tous à cette même adresse: https://groupes.renater.fr/sympa/info/resup

N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous.  

Recrutement d’un EC à l’université de Limoges

L’université de Limoges recrute pour la rentrée prochaine un·e enseignant·e-chercheur·e en histoire de l’éducation (70e section/22e section). Tous les renseignement utiles sont sur la page dédiée de l’Inspé de l’académie de Limoges, composante d’affectation. Le laboratoire de rattachement est FrED (Éducation et Diversité en Espaces Francophones): https://www.unilim.fr/fred/.
 

https://www.inspe.unilim.fr/2021/03/10/linspe-recrute-un·e-enseignant·e-chercheur·e/

 
Par commodité, ci-après les principaux éléments du profil (enseignement/recherche):
 
Pédagogie
L’enseignant·e chercheur·e recruté·e devra s’investir, au sein du département « arts, histoire et géographie » de l’Inspé de l’académie de Limoges, dans des enseignements en histoire, de l’initiation à la recherche et des interventions transversales en tronc commun.
La formation des professeur·e·s des lycées professionnels constitue le cadre principal d’exercice auquel s’ajoutent des interventions auprès des futur·e·s professeur·e·s des lycées et collèges et professeur·e·s des écoles.
Les activités d’enseignement en formation initiale concernent la préparation aux épreuves des concours et la construction de compétences professionnelles. L’initiation à la recherche nécessite de diriger des mémoires dans le premier et le second degré selon le cahier des charges des Masters MEEF. Des actions en formation continue des enseignant·e·s peuvent compléter ces tâches.
Une maîtrise de la discipline, de ses méthodes et de sa didactique sont nécessaires.
Une bonne connaissance de la classe et des concours de recrutement des enseignant·e·s sont indispensables. Une expérience conséquente en établissement du second degré ou dans la formation des enseignant·e·s est requise. Une connaissance et une pratique de la formation hybride sont vivement souhaitées.

Recherche 
Il est impérativement attendu du/de la candidat·e à la fois une formation solide universitaire en histoire et une activité de recherche attestée en sciences de l’éducation et de la formation (par des publications récentes en revues qualifiantes dans la 70ème section du conseil national des universités ou une thèse de doctorat dans la même section). La/le candidat·e devra mettre ses compétences méthodologiques acquises au cours de sa formation d’historien·ne au service du projet de recherche de l’unité FrED. Elle/Il pourrait par exemple proposer un projet sur :
• les dispositifs développés dans les différents niveaux et degrés scolaires, en lien avec l’institution (socio-histoire du système éducatif et des populations scolaires, enjeu des lycées professionnels ou des transitions entre degrés…),
• les vulnérabilités (acteurs et pratiques scolaires : adaptation scolaire et scolarisation des élèves handicapés, diversité des publics…),
• les « éducations à » et la formation des enseignants (valeurs, laïcité, enseignement moral et civique…).
• … (ces exemples ne sont pas exhaustifs).
Quel que soit le thème qui viendra nourrir le projet de l’unité FrED, il devra se fonder notamment sur l’exploitation d’archives historiques. Il serait apprécié que le projet de recherche du/de la candidat·e inclut en particulier une exploitation du fonds « histoire de l’éducation » de l’université de Limoges et aussi, concerne les espaces francophones.

Message de la rédaction en chef de la revue « Histoire de l’éducation »

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution en ligne du n°153 de la revue Histoire de l’éducation, dont vous trouverez le sommaire ci-dessous.

Nous vous signalons également que, depuis le 1er janvier  2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn a été ramenée à un an (au lieu de trois). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue resteront librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également  référencés sur Jstor.

La revue s’inscrit ainsi pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.

Bien cordialement,

La rédaction en chef de la revue Histoire de l’éducation

Proposer un article à la revue « Histoire de l’éducation »

Revue Histoire de l’éducation. Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier

La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique, et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans une nouvelle rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.

Les propositions de dossiers ou d’appel à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue.

Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education [at] ens-lyon.fr.  La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais.

La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique. L’étude des doctrines pédagogiques ne vaut à ses yeux que par les liens avec les pratiques que ces doctrines révèlent ou transforment effectivement.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts.La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.
Ainsi, à compter du 1er janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn sera ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue resteront librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

Histoire de l’éducation est associée à la mobilisation interprofessionnelle contre les orientations du projet de loi de programmation de la recherche (https://pupitre.hypotheses.org/5467).

Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges

Photo : Sandrine Chaumeton, SCD de l’Université de Limoges.

Présentation du fonds

Bien que l’Université de Limoges n’ait été fondée qu’en 1968, son Service commun de la documentation conserve et présente à ses publics des fonds plus anciens. Parmi eux, le fonds d’histoire de l’éducation, conservé dans les bibliothèques de l’INSPÉ de l’académie de Limoges à Limoges et Tulle, sera regroupé à Limoges et rendu accessible dans le courant de l’année 2021. Il compte environ 20 000 documents, majoritairement issus des bibliothèques des anciennes écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de l’académie de Limoges (Limoges pour le département de la Haute-Vienne, Guéret pour la Creuse, Tulle pour la Corrèze), auxquels s’est ajoutée la collection réalisée par l’association locale « sauvegarde du patrimoine scolaire », et quelques dons des anciennes bibliothèques des CDDP du Limousin ou de particuliers. Il s’agit globalement de :

  • manuels scolaires publiés depuis la première moitié du 19e siècle,
  • textes officiels,
  • revues et ouvrages relatifs à la pédagogie et à la didactique des disciplines,
  • petits matériels pédagogiques autrefois utilisés dans les écoles.
Continuer la lecture de « Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges »

Inventaire – Fonds de l’Association des anciens élèves de l’École des Roches et du Collège de Normandie (AERN), aux Archives nationales

Modalités d’entrée

Dépôt

Historique de la conservation

En 2013, Nathalie Duval, historienne et professeure à l’Université Paris-Sorbonne, auteur d’une thèse de doctorat sur l’histoire et la sociologie de l’École des Roches (2006), a contacté le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP), afin que les archives de l’AERN, stockées dans la cave du domicile de Bernard Lefèvre, président de l’association, soient déposées et sauvegardées dans une institution patrimoniale. Le fonds a fait l’objet d’une expertise en septembre 2013, puis d’un récolement succinct en janvier-février 2014 avant d’être transféré aux Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, en août de la même année. En 2019, un classement définitif a été réalisé.

Évaluation, tris et éliminations

Ont fait l’objet d’élimination, pour un total de 2 mètres linéaires environ, les documents en double, les factures, les bons de commande, les devis, les chèques, les coupons-réponses, les formulaires de cotisation en série (les états annuels des cotisations ayant été conservés), les listes de coordonnées pour la constitution des annuaires, les pouvoirs d’assemblées générales, ainsi que la documentation imprimée conservée en bibliothèque.

Inventaire – Les archives du collège de Juilly aux Archives nationales

612 registres ; 40,60 mètres linéaires.

Modalités d’entrée

Don de la Société anonyme du collège de Juilly (entrées n° 20140752 du 6 novembre 2014 et n° 20150098 du 11 février 2015).

Historique de la conservation

Les archives du collège de Juilly ont été conservées sur le lieu même de leur production jusqu’à la fermeture de l’établissement. Les archives demeurées utiles au fonctionnement du collège ont été collectées par les Archives nationales directement dans les locaux de l’administration. Les archives « historiques », devenues inutiles à la gestion courante de l’établissement mais présentant un intérêt historique, avaient été anciennement remises à la bibliothèque du collège puis confiées, lors de la fermeture de celui-ci, à la bibliothèque de la maison généralice de l’Oratoire (Maison Pierre-de-Bérulle, 17, rue des Lyonnais, 75005 Paris), où elles ont été prises en charge par les Archives nationales. Ces archives anciennes avaient été réparties par les bibliothécaires de Juilly en plusieurs séries : « registres », « manuscrits », « pièces », « documents figurés », « photographies »… Munies d’inventaires manuscrits ou dactylographiés, elles ont été exploitées par plusieurs historiens. Quelques registres figurant dans les inventaires anciens sont en déficit ou sont encore conservés à la bibliothèque de l’Oratoire.

Parution – Encyclopédie ENHE : « D’une éducation pour l’Europe à une éducation européenne »

Nouveau bloc de notices dans l’ENHE :

Le prix Louis-Cros 2019 pour Mara Donato di Paola, Bénédicte Girault et Maurice Edenz

Le prix Louis Cros a été créé en 2003, sous l’égide de l’Académie des sciences morales et politiques, par convention avec le Comité Universitaire d’Information Pédagogique (CUIP), en hommage à la mémoire de Louis Cros. Celui-ci fut inspecteur général de l’Instruction publique pendant plus d’un demi-siècle, fondateur du CUIP, créateur de l’Institut Pédagogique National et des Centres régionaux et départementaux de documentation pédagogique, président honoraire des Centres d’entraînement aux pédagogies actives (CEMEA), directeur de l’Administration générale et financière du ministère de l’Education nationale. Il a toujours été soucieux de concevoir une politique d’éducation qui assure l’accès de tous au savoir et à la culture. Il a également été le premier, en France, à identifier le phénomène mondial qualifié d’ »explosion scolaire », à en prédire l’ampleur, à analyser sa nature et à en discerner la portée politique.

En sa mémoire, le prix Louis Cros récompense, annuellement, l’auteur ou les auteurs d’un ouvrage ou d’un travail universitaire (thèse soutenue avant la date de forclusion) édité ou non, rédigé exclusivement en français. Le jury apprécie particulièrement les travaux susceptibles d’éclairer non seulement les spécialistes et les praticiens, mais également le grand public, sur les enjeux et les défis contemporains de l’éducation et de la formation.

Lauréats 2019

Mara Donato di Paola, pour sa thèse, « Enseigner les Lettres au XIXe siècle. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie », soutenue en  2018 à l’Université Libre de Bruxelles.

Mara Donato di Paloa (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.

Bénédicte Girault, pour sa thèse Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale du Service d’histoire de l’éducation (c.1950-c.2010), soutenue en 2018 à l’Université de Cergy-Pontoise ;

Bénédicte Girault (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.

Edenz Maurice, pour sa thèse « Faire l’école dans une « vieille colonie » », soutenue en juin 2018 à l’Institut des Sciences politiques (CERI) de Paris.

Maurice Edenz (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.