Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Exposition – Deux siècles d’architecture scolaire, ville de Gonesse (juin 2020-juillet 2021)

L’architecture scolaire illustre dans l’espace urbain l’importance accordée à l’éducation. Aujourd’hui, les architectes et les pédagogues s’interrogent sur l’aménagement des espaces éducatifs : flexibilité des salles de classe, espace numérique, etc. L’exposition propose d’identifier les liens entre l’architecture scolaire, les caractéristiques pédagogiques et les enjeux de la société depuis le 19e siècle.

Exposition – « Bâtir l’école. Architecture et pédagogie (1830-1939) », Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes (13 nov. 2019-21 juin 2020)

La scolarisation se développe fortement en France au XIXe siècle. En 1830 on compte 2 millions d’enfants scolarisables et ils sont 5,3 millions dès 1881. Le modèle des maisons d’école et la pédagogie sont alors à inventer pour répondre aux besoins croissants d’instruction.

En 1880, l’éducation devient un des fondements de la Troisième République ainsi qu’un symbole de progrès, de démocratie et de civilisation. On construit sur tout le territoire des écoles primaires républicaines conformes aux nouvelles règles d‘hygiène et de salubrité, autre préoccupation de l’époque.

Les bâtiments des années 1900 illustrent parfaitement les vertus morales de probité et de simplicité professées par Jules Ferry. Les villes d’Île-de-France, en pleine croissance après la Première Guerre mondiale, vont se doter de nouveaux équipements scolaires. Certains se démarquent par une grande modernité grâce à des architectes visionnaires et une sensibilité aux principes des pédagogies nouvelles.

À Suresnes, Henri Sellier maire de la ville et fidèle aux principes républicains, déploie un programme ambitieux de constructions de groupes scolaires. Il met notamment en place l’enseignement pour les tout-petits de la maternelle et ouvre une école de plein air pour les enfants de santé fragile.

L’exposition se propose de montrer les liens entre espace et pédagogie, de l’école à la salle de classe, au cours d’un siècle de constructions scolaires entre la loi Guizot de 1833 et le début de la Seconde Guerre mondiale. Construite avec le concours scientifique d’AnneMarie Châtelet, elle s’appuie en partie sur les collections du MUNAÉ – Musée national de l’Édu – cation, du Musée Carnavalet – Histoire de Paris, du centre de ressources en Histoire de l’éducation de Gonesse et des centres d’archives municipales d’Île-de-France.

Cycle « Éducation populaire » : atelier et exposition (Archives nationales, sept.-oct. 2019)

Dans le cadre du projet « Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) », soutenu par la Comue UPL, les Archives nationales proposent, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep), ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours 

  • Du 11 septembre au 19 décembre, une exposition en extérieur, à l’entrée du site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives nationales
  • Jeudi 19 septembre 2019 de 14h à 17h, un atelier « Les médiations culturelles et sociales » Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium, entrée libre dans la mesure des places disponibles
  • 14h Introduction
  • 14h15 Marie-Julie Pagès, théâtre national de La Colline/université Paris-8 : « Théâtre et élèves des lycées professionnels : « éducation & proximité », l’exemple d’un projet d’éducation artistique et culturel porté par le théâtre de La Colline »
  • 14h45 Martine Derrier, collectif Daja : « Récit d’une expérience dans les quartiers : l’exemple du spectacle sur le clown Chocolat »
  • 15h15 Sylvie Dreyfus, association Autour du 1er mai : « Autour du cinéma, passer du faire pour, au faire avec »
  • 15h45 Gilles Raveneau, université Paris-Nanterre, responsable de la Licence pro médiation par le sport : « La médiation sociale par les activités physiques et sportives »
  • 16h15 Pause
  • 16h30 Séquence archives (présentation de fonds des Archives nationales et des Archives départementales du Val-de-Marne)
  • Voir une vidéo de la Ligue de l’enseignement conservée aux Archives nationales : https://www.dailymotion.com/video/x7e130o?playlist=x6c7sl
  • Ateliers « Rendre la science populaire ? », jeudi 10 octobre 2019 de 14h à 17h, et « Animer les quartiers et les villages : une longue histoire », jeudi 7 novembre 2019 de 14h à 17h : programme prochainement en ligne sur http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire
  • Conférence de Fraser Brown, professeur invité de l’université de Leeds, au sujet des terrains d’aventure au Royaume-Uni, mardi 19 novembre 2019, 17h-19h
  • Colloque « L’émancipation populaire par l’art d’hier à aujourd’hui », mercredi 20 novembre 2019, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, auditorium : théâtre, photographie, musées et cinéma seront à l’honneur !

Entrée libre et gratuite pour toute la programmation. Voir les captations vidéo des ateliers passés et l’ensemble du projet http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire

Exposition – Il était une fois l’IUT… (Besançon et Vesoul, sept. 2017 à avr. 2018)

À l’occasion de ses 50 ans, l’IUT Besançon-Vesoul propose une exposition retraçant la vie de l’IUT depuis 1967.

 Affiche : Alice Amineau

 

La construction du site de Besançon, la rénovation de celui de Vesoul, l’anniversaire des 20 ans, la découverte des premières salles de classe… Ce sont autant de moments marquants qui ont marqué la vie de l’IUT depuis sa création. À travers des archives photos et vidéos, l’IUT vous propose de faire un bond dans le passé et de découvrir son histoire.

L’exposition se tiendra sur le site de Besançon jusqu’à fin 2017, puis sur le site de Vesoul jusqu’au printemps 2018.

Plus d’informations sur le site de l’IUT.

Expo: L’Ecole polytechnique et la Grande Guerre

Dans le cadre de la commémoration nationale de la Grande Guerre, l’École polytechnique présente une exposition sur le thème: « Le general Pellé : « La guerre ne tardera pas ». Regards de polytechniciens » du 15 septembre au 15 décembre 2014.

Cette exposition est organisée autour de nouvelles sources récemment versées aux archives de l’Ecole polytechnique, notamment une collection très riche de photographies et de dessins mise à disposition par la famille de  Maurice Pellé (1863-1924) et une importante correspondance  manuscrite acquise par la SABIX.
Ces sources jettent un éclairage original sur différents aspects de la Première guerre mondiale, parmi lesquels le Berlin d’avant-guerre où Pellé était attaché militaire, les tensions dans les colonies avec la fortification de Diego-Suarez à Madagascar, le Grand quartier général de 1914 à 1916, le front de 1916 à 1918, ou encore la politique européenne de la France d’après-guerre.
La trajectoire de Maurice Pellé est croisée avec de nombreux autres témoignages issus des collections de l’Ecole polytechnique, comme les dessins d’élèves inspirés par la Grande guerre, et mise en contexte par plusieurs entrées thématiques (histoire de l’enseignement du dessin à l’X, évolutions de l’Ecole après la défaite de 1870,  etc.)

Expo: L’architecture de l’enseignement technique.

Une exposition consacrée à « Une ambition pour les métiers. Paul Guadet & André Boucton, l’architecture de l’enseignement technique » aura lieu à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville du du 15 septembre 2014 au 17 octobre 2014

60 boulevard de la Villette, Paris 19ème. M° Belleville | entrée libre | lundi au vendredi : 9h – 20h | samedi : 9h – 16h.

En 1933, à quelques semaines d’intervalle, sont inaugurées la nouvelle École nationale d’horlogerie de Besançon et la nouvelle École nationale d’optique de Morez. Emblématiques des dynamiques industrielles locales mais aussi des politiques engagées dans l’entre-deux-guerres pour développer l’enseignement technique, elles figurent parmi les premières réalisations qui expriment de manière tangible les ambitions de ce programme.
La construction de ces deux écoles, abritant aujourd’hui le lycée Jules Haag et le lycée polyvalent Victor Bérard, associe deux architectes. Elles reflètent les convictions de Paul Guadet (1873-1931), architecte-conseil de l’Enseignement technique, en matière d’édifices publics et leur chantier est supervisé par André Boucton (1891-1977), son jeune collaborateur bisontin, qui achève les bâtiments après la mort prématurée de son aîné. La relation que nouent ainsi les deux hommes invite ici à mettre en lumière leurs personnalités et leur production respectives. Ce portrait « en miroir » constitue aussi la première rétrospective monographique qui leur soit consacrée.