Motion du comité de rédaction de la revue « Histoire de l’éducation »

Le comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation dénonce les orientations de la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Il exprime sa solidarité avec les personnels d’OpenEdition, et considère comme légitime l’usage de leur outil de travail numérique dans l’exercice de leur droit de grève. Il tient enfin à rappeler les éléments suivants :

  • L’exacerbation de la mise en concurrence des chercheurs à temps plein et enseignants-chercheurs détériore le climat de travail, au détriment du bien-être des individus, de la qualité des recherches et de l’investissement parallèle dans l’enseignement.
  • La multiplication des contrats précaires en début de carrière interdit aux jeunes chercheurs de s’engager dans des projets ambitieux sur la durée et déstabilise leur vie personnelle. Des créations d’emplois pérennes seraient plus adaptées aux besoins de la recherche comme à ceux d’un enseignement supérieur en expansion.
  • La priorité donnée aux critères quantitatifs dans l’évaluation de la production scientifique a de nombreux effets pervers. Elle accroît la place des non-spécialistes des domaines d’étude concernés dans les procédures d’évaluation. Elle entraîne les chercheurs dans une course aux publications qui démultiplie les tâches d’expertise et d’édition, et appauvrit, dans le même temps, la qualité et la densité des travaux publiés.
  • Seule une évaluation par les pairs, et par des instances ayant une connaissance fine des différents champs de recherche concernés, permet de porter des jugements sur l’intérêt et l’importance des diverses productions et contributions.
  • Le développement de la gestion de la recherche par projet, sans accompagnement adéquat, alourdit considérablement le poids des tâches administratives (recherche de financement, reddition de comptes) qui détournent le chercheur du cœur de son activité : la production et la transmission des savoirs.

Pour ne pas pénaliser les auteurs, la revue poursuivra ses travaux pendant la mobilisation.

Cette motion a été adoptée par le comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation le 2 mars 2020.

Motion de la rédaction en chef de la revue Histoire de l’éducation

La rédaction en chef de la revue Histoire de l’éducation s’associe à la mobilisation interprofessionnelle contre les orientations de la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Elle exprime sa solidarité avec les personnels d’OpenEdition, et considère comme légitime l’usage de leur outil de travail numérique dans l’exercice de leur droit de grève.

AG de l’ATRHE – 25 janvier 2020

Nous serons heureux de vous retrouver à l’occasion de la prochaine assemblée générale de l’ATRHE qui aura lieu le samedi 25 janvier 2020 à 14h à l’amphithéâtre Lavoisier A (à confirmer), Paris-Descartes, 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

 

Elle sera précédée par une matinée d’étude intitulée  » Matérialité(s) de l’école et de la culture scolaire » (9h30-12h30), dont vous trouverez le programme ici.

 

La veille (vendredi 24 janvier), l’ATRHE organise sa journée annuelle « jeunes chercheurs ». Elle aura lieu salle 536,Université Paris-Descartes 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

Cycle « Éducation populaire » : atelier et exposition (Archives nationales, sept.-oct. 2019)

Dans le cadre du projet « Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) », soutenu par la Comue UPL, les Archives nationales proposent, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep), ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours 

  • Du 11 septembre au 19 décembre, une exposition en extérieur, à l’entrée du site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives nationales
  • Jeudi 19 septembre 2019 de 14h à 17h, un atelier « Les médiations culturelles et sociales » Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium, entrée libre dans la mesure des places disponibles
  • 14h Introduction
  • 14h15 Marie-Julie Pagès, théâtre national de La Colline/université Paris-8 : « Théâtre et élèves des lycées professionnels : « éducation & proximité », l’exemple d’un projet d’éducation artistique et culturel porté par le théâtre de La Colline »
  • 14h45 Martine Derrier, collectif Daja : « Récit d’une expérience dans les quartiers : l’exemple du spectacle sur le clown Chocolat »
  • 15h15 Sylvie Dreyfus, association Autour du 1er mai : « Autour du cinéma, passer du faire pour, au faire avec »
  • 15h45 Gilles Raveneau, université Paris-Nanterre, responsable de la Licence pro médiation par le sport : « La médiation sociale par les activités physiques et sportives »
  • 16h15 Pause
  • 16h30 Séquence archives (présentation de fonds des Archives nationales et des Archives départementales du Val-de-Marne)
  • Voir une vidéo de la Ligue de l’enseignement conservée aux Archives nationales : https://www.dailymotion.com/video/x7e130o?playlist=x6c7sl
  • Ateliers « Rendre la science populaire ? », jeudi 10 octobre 2019 de 14h à 17h, et « Animer les quartiers et les villages : une longue histoire », jeudi 7 novembre 2019 de 14h à 17h : programme prochainement en ligne sur http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire
  • Conférence de Fraser Brown, professeur invité de l’université de Leeds, au sujet des terrains d’aventure au Royaume-Uni, mardi 19 novembre 2019, 17h-19h
  • Colloque « L’émancipation populaire par l’art d’hier à aujourd’hui », mercredi 20 novembre 2019, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, auditorium : théâtre, photographie, musées et cinéma seront à l’honneur !

Entrée libre et gratuite pour toute la programmation. Voir les captations vidéo des ateliers passés et l’ensemble du projet http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire

Aides à la recherche du Comité pour l’histoire de l’Inserm 2010-2020

Le Comité pour l’histoire de l’Inserm a été créé en janvier 2017 pour contribuer à une meilleure connaissance de l’institution, de ses travaux et plus largement de la santé et de la recherche médicale.

 Pour la rentrée 2019, il propose un soutien financier aux étudiants de master qui s’engageront dans un mémoire de recherche concernant l’histoire de l’institution ou plus largement l’histoire de la recherche biomédicale et des questions de santé. Les candidats, historiens ou étudiants relevant d’une autre discipline mais intégrant dans leur mémoire une approche historienne significative, peuvent élaborer avec l’aide d’un directeur de recherche leur propre sujet. Des thématiques sont également proposées par le Comité.

 Sur cette base, les candidats peuvent postuler selon les modalités suivantes :

  • Les candidatures seront examinées par le Comité. Elles seront impérativement accompagnées de la recommandation du directeur ou de la directrice du mémoire de recherche.
  • Le montant du soutien financier pourra atteindre un montant maximum de 3 000 euros en fonction des spécificités de chaque projet.
  • Les modalités de versement de l’aide financière seront précisées aux candidats une fois leur dossier retenu.

Pour toute information :  Inserm.fr et celine.paillette [at] ext.inserm.fr

La date limite de réception des dossiers de candidature est fixée
 au 18 octobre 2019

Prix « Robert Mallet » d’histoire de l’éducation 2019

  • Deadline dossiers : 15 octobre 2019 (bruno.poucet [at] u-picardie.fr)
  • Attribution : courant 2020

  • 2015 : Thuy Phuong Nguyen, pour sa thèse « L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 : de la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle » (sous la dir. de Rebecca Rogers, Université Paris-Descartes)
  • 2017 : Solenn Huitric, pour sa thèse « Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880) » (sous la dir. de Philippe Savoie, ENS Lyon)

Ressource – Carnet hypothèse du Groupe de recherche sur les affaires budgétaires

L’étude du financement fait souvent figure de parent pauvre dans l’étude des politiques publiques. L’univers du ministère des Finances est certes bien connu, notamment grâce aux recherches  menées sous l’égide du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF)[1], mais les relations entre « budgétaires » et « dépensiers », le cheminement de la dépense publique après l’affectation des crédits à un chapitre du budget ont plus rarement fait l’objet d’investigations systématiques. Si la question a été posée pour des périodes critiques dans l’histoire de l’administration – la Grande Guerre[2], Vichy[3], les années 1950[4] – peu de travaux permettent toutefois d’appréhender sur le long terme le volet budgétaire d’une politique publique[5].

Plusieurs études, françaises et étrangères, ont pourtant illustré la fécondité d’une analyse de l’action publique au prisme des finances publiques. D’une part, la fabrique budgétaire met en lumière les intérêts concurrents des groupes socio-économiques, comme les relations de pouvoir au sein des élites dirigeantes ;  d’autre part, l’étude des budgets, des instruments de financement et des modes d’allocation et de répartition des ressources apporte un éclairage indispensable sur le pilotage de l’action publique et l’évolution de ses modes de gouvernance[6].

Nous proposons donc la création d’un groupe de travail interdisciplinaire, conçu comme un espace d’échanges sur les sources, la méthodologie de la recherche et l’interprétation des données, ouvert à tous ceux qui s’intéressent – quel que soit leur horizon disciplinaire (science politique, histoire, droit, sociologie, économie etc.) – au financement des politiques sectorielles conduites par l’État. Ce groupe s’adresse aux spécialistes des finances publiques comme à ceux qui partent de l’analyse d’un secteur précis de l’action publique (culture, éducation, environnement, justice, santé, etc.). L’analyse des matériaux empiriques recueillis par les différents membres du groupe sera constamment au cœur des discussions.

Création d’un comité d’histoire au ministère de l’Éducation nationale

  • Vu décret n° 2014-133 du 17-2-2014 modifié ;
  • Vu décret n° 2017-1080 du 24-5-2017 modifié ;

Article 1 – Il est créé auprès du ministre chargé de l’éducation un comité d’histoire de l’éducation, chargé de valoriser l’histoire des institutions et des politiques d’éducation dont il a la charge.

Le comité a pour missions :

  • de proposer un soutien à la réalisation d’études et de recherches historiques ;
  • de susciter des travaux historiques et de contribuer à leur diffusion ;
  • de favoriser les échanges dans le domaine de l’histoire de l’éducation et de promouvoir, en relation avec la communauté universitaire, l’organisation de colloques, séminaires ou autres manifestations ;
  • de favoriser la mise en valeur du patrimoine et des archives de l’éducation.

Article 2 – Le comité est présidé par un recteur ou un ancien recteur. Il est désigné par le ministre pour un mandat de trois ans renouvelable.

Outre le secrétaire général du ministère, le directeur général de l’enseignement scolaire, le doyen de l’inspection générale de l’éducation nationale et le chef du service de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, ou leurs représentants, qui sont membres de droit du comité, ce dernier se compose des personnes suivantes :

  • huit enseignants-chercheurs ou chercheurs ;
  • quatre personnes exerçant des fonctions d’enseignement ou d’administration ;
  • deux personnalités qualifiées.

Les membres du comité sont nommés par arrêté du ministre pour un mandat de trois ans renouvelable.

Article 3 – Une commission permanente prépare les travaux et met en œuvre les orientations du comité qui peut lui confier l’étude de questions particulières. Elle est composée d’au moins trois membres choisis par le comité en son sein. Le président du comité peut également associer à des travaux toute personne qualifiée.

Article 4 – Le comité d’histoire de l’éducation se réunit au moins une fois par an en formation plénière, sur convocation de son président. Il adopte un programme de travail sur proposition de ses membres et élabore un rapport annuel d’activité.

Article 5 – Le secrétariat du comité est assuré par la mission des archives et du patrimoine culturel du ministère. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse pourvoit aux moyens nécessaires au fonctionnement du comité.

Article 6 – La présente décision sera publiée au Bulletin officiel de l’éducation nationale.

Fait le 21 mai 2019

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse,
Jean-Michel Blanquer

Prix « Françoise Tétard » en histoire de l’éducation populaire / histoire de l’éducation spécialisée (2019)

Le prix « Françoise Tétard » est conjointement créé par l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs (AHPJM), le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale (CNAHES), en partenariat avec l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (ADAJEP). Il est créé en hommage à l’historienne Françoise Tétard, chercheuse qui avait particulièrement le goût de l’archive et qui a durant toute sa carrière questionné les frontières entre une « jeunesse qui va bien » et une « jeunesse qui va mal ». Il vise aussi à décloisonner les savoirs sur l’éducation, l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, à encourager les recherches dans ces domaines et à améliorer leur visibilité.

Ressource – Entretien avec Antoine Prost (mars 2019)

Centre d’histoire du XIXe siècle, mars 2019.

Peut-on être, à la fois, un historien reconnu de la guerre, anciens combattants et Résistance compris, de l’éducation, de la vie politique, du mouvement social et du syndicalisme ? Le tout sous la bannière d’une histoire « sociale et culturelle, indissociablement ». C’est la trajectoire d’Antoine Prost, professeur émérite à l’Université Paris I, ancien directeur du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, président, entre autres, du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Mais aussi ancien responsable syndical, expert auprès de plusieurs ministres, à propos des lycées (1981), de l’aryanisation économique et des restitutions (2000), de la réhabilitation des soldats « fusillés pour l’exemple » (2013), et même homme politique, de la mairie d’Orléans (adjoint à l’urbanisme) au cabinet de Michel Rocard à Matignon. De quoi nourrir une réflexion sur notre discipline, ses progrès, ses errances, ses relations complexes avec l’action dans la cité, l’actualité et la mémoire.

Les Rencontres du Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1 – Sorbonne Université) permettent de dialoguer avec ce chercheur polyvalent et très attaché à la fonction d’enseignant.

Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse »

1939-1945, années terribles de la Seconde Guerre mondiale.
Au cœur des événements tragiques se trouvaient les plus jeunes. Enfance et adolescence, périodes charnières de la construction de l’individu, ont alors été marquées du fer rouge de la guerre. La faim, la peur, l’exode, les proches mobilisés… mais aussi les petits événements de la vie quotidienne qui se poursuit malgré la guerre : l’école, les copains, l’entrée dans la vie professionnelle…

Micro-Archives, association dédiée à la sauvegarde des archives des particuliers, collecte la parole des femmes et des hommes sur leur enfance pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous avez vécu cette période sombre ? Racontez-nous-la ! Toutes les mémoires sont importantes car elles témoignent, à leur façon, de ce qu’a réellement représenté la Seconde Guerre mondiale dans la vie quotidienne des jeunes Français.

Continuer la lecture de « Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse » »

Ressources – Nouveaux titres ENS éditions en libre-accès !

En avril 2019, 30 nouveaux titres ENS Éditions sont disponibles en accès ouvert HTML sur OpenEdition Books !

Offre d’emploi contractuel – ATER en histoire et philosophie de l’éducation, histoire des idées éducatives, histoire des institutions scolaires

Le département des sciences de l’éducation de l’université de Caen-Normandie recherche pour la rentrée 2019 un/e Attaché/e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) sur un profil: Histoire et philosophie de l’éducation – Histoire des idées éducatives – Histoire des institutions scolaires.

Il s’agit d’un poste à temps complet (192h), comportant des enseignements sous format CM et TD en licence de sciences de l’éducation, de psychologie et d’histoire. Les enseignements envisagés pourront concerner l’histoire des institutions scolaires, l’histoire de l’enfance et de la famille, l’approche philosophique de la liberté en éducation, l’Education nouvelle, l’épistémologie de la recherche en sciences humaines, l’initiation aux méthodes universitaires, ainsi que des propositions de la personne retenue.

POINTS D’ATTENTION :

Radio – Cycle « éduquer dans son temps » de la Fabrique de l’histoire (Emmanuel Laurentin, France Culture)

Appel à chercheurs de la BnF 2019-2020

Le programme de l’appel à chercheurs 2019-2020 est disponible : https://bnfaac2019.sciencescall.org/.

Thématique « Pédagogie, éducation » (https://bnfaac2019.sciencescall.org/resource/page/id/17)

33. Les manuels scolaires de la Troisième République : Le Département philosophie, histoire, sciences de l’homme, en collaboration avec des bibliothèques partenaires, en particulier la bibliothèque Diderot de Lyon, a entrepris depuis 2017 un projet de corpus « Éducation » visant à proposer de façon structurée sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, une sélection de documents libres de droits sur l’enseignement et l’éducation, en particulier à l’époque moderne et contemporaine.

Parmi les étapes fondatrices de l’enseignement en France, les lois scolaires de Jules Ferry (1881-1882) ont suscité une véritable effervescence éditoriale avec la publication de nombreux traités, essais, publications officielles et évidemment manuels scolaires. Grâce au dépôt légal, l’ensemble de ces ouvrages sont à la BnF. Certains d’entre eux ont déjà fait l’objet d’une numérisation.

Le travail du chercheur consisterait à analyser les collections de manuels scolaires post-lois Jules Ferry présentes à la BnF et à compléter les sélections documentaires du corpus en ligne. Le projet comprend un travail d’éditorialisation et de valorisation afin d’assurer au mieux la diffusion de ces collections auprès du public.

Thématique « Histoire » (https://bnfaac2019.sciencescall.org/resource/page/id/10, sujet 6).

6. Femmes, enseignement et histoire (XIXe–XXe siècle) : Étude de l’enseignement de l’histoire par les historiennes à partir de plusieurs acquisitions récentes inédites de la bibliothèque de l’Arsenal. Parmi les archives à étudier, plusieurs journaux intimes et correspondances féminines (particulièrement Mme de Duras et ses filles), un cours d’histoire rédigé en 1791-1792 par une préceptrice pour son élève ou les papiers de Suzanne Citron.

Ressource – « Le module enragé de Paris 7 » (1975), journal

Igor Babou nous signale que les numérisations du Module Enragé de Paris 7 sont désormais en ligne, à partir de cette adresse :

Il s’agit d’un journal assez éphémère, pratiquant une critique politique interne à la pratique scientifique au sein de l’université Paris 7, critique menée principalement par des « modules » lors de l’année 1975 (expression ironique d’auto-disqualification reprenant un épithète utilisé par la présidence de l’université pour désigner ses ouvriers…). 

Ce journal a publié 8 numéros en guise de suite réflexive et active à une grève dure menée pour soutenir un ouvrier de l’université victime d’une mutation arbitraire par la présidence. J’avais retrouvé par hasard certains numéros de ce journal sur une étagère. Suite à cette découverte, j’ai mené une petite enquête pour tenter de retrouver les acteurs de cette période, puis j’ai effectué un entretien long avec l’une de ses contributrices qui m’a donné tous les numéros manquants, ainsi qu’une centaine de tracts et d’affiches de cette même époque. C’est la seule personne que j’ai pu retrouver, plus personne ne semblant se rappeler du Module Enragé au sein de l’actuelle université Paris Diderot (Paris 7). La rédactrice et illustratrice du journal fut aussi l’une des fondatrices du MLF. Le service de reprographie de l’université Paris Diderot a gentiment accepté d’effectuer la numérisation complète des numéros, ainsi que des tracts et affiches. Je n’ai pour le moment mis en ligne que le journal, et je mettrai plus tard en ligne le pdf des tracts. 

Ce corpus constitue un nouvel apport à l’histoire des luttes politiques et sociales au sein de l’université française, ce journal étant assez singulier dans l’ensemble du corpus des revues de critique interne des sciences déjà disponibles sur notre site (Labo Contestation, Impascience, Survivre et vivre) dans la mesure où il est le seul à avoir été animé non par des enseignants chercheurs, mais par des ouvriers, des techniciens et des personnels administratifs de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs y étaient cependant publiés. La ligne politique était assez clairement anarchiste. D’une certaine manière, c’est la première fois (à sa connaissance) que les subalternisés de l’université éditaient un journal présentant leur point de vue non médiatisé par des universitaires.

Prix « Françoise Tétard » en histoire de l’éducation populaire / histoire de l’éducation spécialisée (2019)

Le prix « Françoise Tétard » est conjointement créé par l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs (AHPJM), le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale (CNAHES), en partenariat avec l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (ADAJEP). Il est créé en hommage à l’historienne Françoise Tétard, chercheuse qui avait particulièrement le goût de l’archive et qui a durant toute sa carrière questionné les frontières entre une « jeunesse qui va bien » et une « jeunesse qui va mal ». Il vise aussi à décloisonner les savoirs sur l’éducation, l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, à encourager les recherches dans ces domaines et à améliorer leur visibilité.