Archives en ligne – dessins d’enfants et registres d’inscription dans les écoles de la ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

Dessins d’enfants de 1943

Pendant l’Occupation, à la fin de l’année 1943, les enfants de toutes les écoles de Saint-Denis ont été amenés à participer à un concours de dessins visant à promouvoir l’action humanitaire du régime de Vichy. Il s’agissait, pour chaque enfant, de mettre en avant de manière réaliste et percutante l’importance et l’efficacité du travail social du Secours national.

Le Secours national, oeuvre philanthropique pétainiste, avait obtenu, dès 1940, le monopole de la collecte privée de fonds, à charge pour lui d’en redistribuer une partie à d’autres associations caritatives. Outre les collectes privées, le Secours national recevait des subventions d’Etat. Il se finançait aussi par le produit de la confiscation et de la vente des biens juifs. 

Registres d’inscription 1837-1901

En 1836, une circulaire prévoit un registre matricule d’inscription des enfants fréquentant les salles d’asile. Et le 17 avril 1866, un arrêté rend obligatoire la tenue d’un registre matricule de tous les élèves inscrits à l’école. Les registres sont renseignés par les responsables des écoles communales primaires qui doivent noter les enfants, dans l’ordre chronologique de leur inscription.

Les listes mentionnent nom et prénom(s) de l’enfant, date et lieu de naissance, adresse et date d’inscription avec parfois la profession des parents ou encore des appréciations sur la conduite, la santé ou les aptitudes scolaires de l’élève. On peut également y trouver des renseignements relatifs à l’état civil, à la carrière et aux qualifications du personnel enseignant.

Ces registres sont riches d’informations sur le degré d’instruction, l’orientation scolaire, les relations entre enseignants et parents, le vocabulaire utilisé par les enseignants.

Ressource – Nouveau portail documentaire des données statistiques de la DEPP du ministère de l’Education nationale

Le nouveau portail documentaire des données statistiques de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) est en ligne et accessible à l’adresse suivante: 

https://archives-statistiques-depp.education.gouv.fr/Default/ 

La DEPP est heureuse de mettre à la disposition des chercheurs/doctorants ainsi que du grand public son fonds de documents statistiques. Vous trouverez aussi bien les publications récentes : Notes d’information que des archives qui remontent pour certaines aux années 1960.

Nous avons souhaité mettre à votre disposition des liens vers nos articles scientifiques déposés dans HAL-SHS, vers les publications versées dans la Bibliothèque de la statistique publique de l’INSEE mais aussi des documents hors collections fruit d’un travail de plusieurs années pour collecter des données au format Excel comme les Séries historiques dont certain fichier remonte à 1930.

Une recherche thématique vous est proposée par bloc selon 6 grands thèmes vous permettant d’aller directement à l’essentiel.

Ressource – Carnet hypothèse du Groupe de recherche sur les affaires budgétaires

L’étude du financement fait souvent figure de parent pauvre dans l’étude des politiques publiques. L’univers du ministère des Finances est certes bien connu, notamment grâce aux recherches  menées sous l’égide du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF)[1], mais les relations entre « budgétaires » et « dépensiers », le cheminement de la dépense publique après l’affectation des crédits à un chapitre du budget ont plus rarement fait l’objet d’investigations systématiques. Si la question a été posée pour des périodes critiques dans l’histoire de l’administration – la Grande Guerre[2], Vichy[3], les années 1950[4] – peu de travaux permettent toutefois d’appréhender sur le long terme le volet budgétaire d’une politique publique[5].

Plusieurs études, françaises et étrangères, ont pourtant illustré la fécondité d’une analyse de l’action publique au prisme des finances publiques. D’une part, la fabrique budgétaire met en lumière les intérêts concurrents des groupes socio-économiques, comme les relations de pouvoir au sein des élites dirigeantes ;  d’autre part, l’étude des budgets, des instruments de financement et des modes d’allocation et de répartition des ressources apporte un éclairage indispensable sur le pilotage de l’action publique et l’évolution de ses modes de gouvernance[6].

Nous proposons donc la création d’un groupe de travail interdisciplinaire, conçu comme un espace d’échanges sur les sources, la méthodologie de la recherche et l’interprétation des données, ouvert à tous ceux qui s’intéressent – quel que soit leur horizon disciplinaire (science politique, histoire, droit, sociologie, économie etc.) – au financement des politiques sectorielles conduites par l’État. Ce groupe s’adresse aux spécialistes des finances publiques comme à ceux qui partent de l’analyse d’un secteur précis de l’action publique (culture, éducation, environnement, justice, santé, etc.). L’analyse des matériaux empiriques recueillis par les différents membres du groupe sera constamment au cœur des discussions.

Ressource – Entretien avec Antoine Prost (mars 2019)

Centre d’histoire du XIXe siècle, mars 2019.

Peut-on être, à la fois, un historien reconnu de la guerre, anciens combattants et Résistance compris, de l’éducation, de la vie politique, du mouvement social et du syndicalisme ? Le tout sous la bannière d’une histoire « sociale et culturelle, indissociablement ». C’est la trajectoire d’Antoine Prost, professeur émérite à l’Université Paris I, ancien directeur du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, président, entre autres, du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Mais aussi ancien responsable syndical, expert auprès de plusieurs ministres, à propos des lycées (1981), de l’aryanisation économique et des restitutions (2000), de la réhabilitation des soldats « fusillés pour l’exemple » (2013), et même homme politique, de la mairie d’Orléans (adjoint à l’urbanisme) au cabinet de Michel Rocard à Matignon. De quoi nourrir une réflexion sur notre discipline, ses progrès, ses errances, ses relations complexes avec l’action dans la cité, l’actualité et la mémoire.

Les Rencontres du Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1 – Sorbonne Université) permettent de dialoguer avec ce chercheur polyvalent et très attaché à la fonction d’enseignant.

Ressource – « Le module enragé de Paris 7 » (1975), journal

Igor Babou nous signale que les numérisations du Module Enragé de Paris 7 sont désormais en ligne, à partir de cette adresse :

Il s’agit d’un journal assez éphémère, pratiquant une critique politique interne à la pratique scientifique au sein de l’université Paris 7, critique menée principalement par des « modules » lors de l’année 1975 (expression ironique d’auto-disqualification reprenant un épithète utilisé par la présidence de l’université pour désigner ses ouvriers…). 

Ce journal a publié 8 numéros en guise de suite réflexive et active à une grève dure menée pour soutenir un ouvrier de l’université victime d’une mutation arbitraire par la présidence. J’avais retrouvé par hasard certains numéros de ce journal sur une étagère. Suite à cette découverte, j’ai mené une petite enquête pour tenter de retrouver les acteurs de cette période, puis j’ai effectué un entretien long avec l’une de ses contributrices qui m’a donné tous les numéros manquants, ainsi qu’une centaine de tracts et d’affiches de cette même époque. C’est la seule personne que j’ai pu retrouver, plus personne ne semblant se rappeler du Module Enragé au sein de l’actuelle université Paris Diderot (Paris 7). La rédactrice et illustratrice du journal fut aussi l’une des fondatrices du MLF. Le service de reprographie de l’université Paris Diderot a gentiment accepté d’effectuer la numérisation complète des numéros, ainsi que des tracts et affiches. Je n’ai pour le moment mis en ligne que le journal, et je mettrai plus tard en ligne le pdf des tracts. 

Ce corpus constitue un nouvel apport à l’histoire des luttes politiques et sociales au sein de l’université française, ce journal étant assez singulier dans l’ensemble du corpus des revues de critique interne des sciences déjà disponibles sur notre site (Labo Contestation, Impascience, Survivre et vivre) dans la mesure où il est le seul à avoir été animé non par des enseignants chercheurs, mais par des ouvriers, des techniciens et des personnels administratifs de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs y étaient cependant publiés. La ligne politique était assez clairement anarchiste. D’une certaine manière, c’est la première fois (à sa connaissance) que les subalternisés de l’université éditaient un journal présentant leur point de vue non médiatisé par des universitaires.

Ressource : site sur l’histoire du CNRS et des politiques scientifiques dans la France du XXe siècle

Ce site créé à la suite d’un colloque organisé pour le cinquantenaire du Centre national de la recherche scientifique donne accès à une base de données constituée de témoignages et de notices biographiques, à une série d’articles publiés dans les ‘Cahiers pour l’histoire du CNRS’ et des ‘Cahiers pour l’histoire de la recherche’ (1988 – 1995) ainsi qu’à des documents et des inventaires d’archives réunis à cette occasion. On y trouve également quelques publications électroniques, une série de fac simile d’articles de vulgarisation scientifique et une sélection de quelques liens externes

Ressource – « L’École des paysans », site sur l’enseignement agricole en France et en Europe

Michel Boulet, professeur de l’Enseignement supérieur agronomique honoraire (AgroSup Dijon), ancien directeur de l’Institut national de recherches et d’applications pédagogiques du ministère de l’Agriculture, nous signale son site sur l’enseignement agricole.

« L’École des paysans »

Il y met en ligne des travaux de recherche sur l’enseignement agricole en France et en Europe, à travers des billets sur l’histoire de l’école des paysans, mais également des rapports, notes et textes réglementaires. On y trouve également des ressources bibliographiques, théoriques et une histoire du pôle d’enseignement agricole dijonais.

Ressources – ouverture de la Perséide Education

Nous avons le très grand plaisir de vous annoncer l’ouverture de la Perséide Educationhttps://education.persee.fr/, portail du projet de Bibliothèque Historique de l’Education porté par l’ENS de Lyon (Laboratoire de l’éducation, Triangle, BDL et Persée). Elle rassemble des collections intéressant particulièrement les historiens de l’éducation.

Cet outil patrimonial recevra dans les mois qui viennent de nouvelles collections et des instruments d’analyse plus avancé. Les collections peuvent déjà) être fouillées avec les outils Persée, dont le triplestore. Nous allons travailler de façon plus générale à l’enrichissement du portail, afin qu’il permette un meilleur accès aux sources diverses intéressant l’histoire de l’éducation.

Ressources – Procès-verbaux du Conseil supérieur de l’Instruction publique

Les procès-verbaux du Conseil supérieur de l’Instruction publique sont en ligne sur le site des Archives nationales pour la période qui court de 1808 à 1864 ! Vous pouvez les consulter ici.

 

  • F/17/*/1751-F/17/*/1858 : Conseil de l’Université (octobre 1808-juillet 1815) ;
  • F/17/*/1759-F/17/*/1766 : Commission de l’Instruction publique (août 1815-octobre 1820) ;
  • F/17/*/1767-F/17/*/1848 : Conseil royal de l’Instruction publique (novembre 1820-décembre 1845) ;
  • F/17/*/1849-F/17/*/1863 : Conseil royal de l’Université (décembre 1845-mars 1850) ;
  • F/17/*/1863-F/17/*/1868 : Conseil supérieur de l’Instruction publique (mars 1850-mars 1853) ;
  • F/17/*/1868-F/17/*/1870 : Conseil impérial de l’Instruction publique (mars 1853-novembre 1864).

Ressource – Base de données des mathématiciens tirée de l’annuaire Laisant

Message de Laurent Rollet (Université de Lorraine) : Si vous vous intéressez à l’histoire des mathématiques aux 19e et 20e siècles, vous connaissez peut-être le mathématicien Charles-Ange Laisant (1841-1920). Militaire et mathématicien, il fut également un homme politique engagé qui passa au cours de sa vie du boulangisme au dreyfusisme puis à l’anarchisme. Par ses multiples activités éditoriales, Laisant fut un animateur et un organisateur essentiel du paysage mathématique dans les années 1880-1920. En 1902, il a publié avec l’aide d’Adolphe Bühl, un Annuaire des mathématiciens recensant les noms de près de 6500 personnes.
Plus d’informations

Continuer la lecture de « Ressource – Base de données des mathématiciens tirée de l’annuaire Laisant »

Ressource – Cahiers scolaires numérisés de l’université de Limoges

Pour votre information, avec les services compétents de l’université de Limoges (DSI et SCD), nous sommes en train de mettre en ligne l’ensemble des collections numérisées des cahiers scolaires (cahiers d’élèves et cahiers d’enseignant.e.s) du fonds « histoire de l’éducation » de l’université de Limoges. Notre collection compte plus de 400 items. Aujourd’hui, nous sommes à 70 cahiers librement accessibles (visible sur Internet et téléchargeable pour enregistrement sur poste) à partir de : http://www.unilim.fr/histoire-education/
Toutes les disciplines scolaires sont concernées et toutes les périodes de l’histoire de notre école depuis la Troisième République (soit des documents datés  grosso modo de 1870 à 1990).
Marc Moyon
Maître de Conférences Histoire des Mathématiques

Ressources numériques en Histoire de l’éducation

Plusieurs chercheurs ou équipes ont développé de riches sites en histoire de l’éducation, parmi eux, à signaler:

Numérisation des bulletins des anciens élèves des ENS Fontenay et Saint-Cloud

La Bibliothèque Diderot de Lyon a entamé la numérisation et la mise en ligne des bulletins des associations des ancien.ne.s élèves des ENS de Fontenay et de Saint-Cloud. Ils sont consultables aux adresses suivantes:

La collection sera progressivement enrichie.

Pour mémoire, le monument aux morts virtuel des Normaliens de Saint-Cloud morts pour la France durant la Première Guerre mondiale, réalisé par les élèves historiens de la promotion 2013.

Sur le site de Lectures, des livres qui intéressent les historiens de l’éducation…

Compte rendu:

  • Aïssa Kadri, Instituteurs et enseignants en Algérie 1945-1975. Histoire et mémoires, Khartala, 2014; CR par Gilles Boyer.

Parutions:

.

BHEF : mise en ligne de l’édition 2014 (publications de 2011)

L’édition 2014 de la Bibliographie d’histoire de l’éducation française est en ligne !

Elle comprend 1141 notices dont 691 inédites et 450 relues et mises à jour correspondant aux publications de l’année 2011 et aux suppléments des années antérieures.

Avec ce nouveau versement, la bibliographie est riche de plus de 20000 références qui couvrent l’histoire de l’éducation au sens large : enfance, éducation et formation à tous les âges de la vie, personnel scolaire et administratif, bâtiments scolaires… dans les frontières actuelles et historiques de la France (y compris donc les colonies et territoires occupés), de l’Antiquité à nos jours.

Pour vos faciliter vos recherches, vous disposez de deux formulaires :
– le formulaire simple, ne contenant que les champs « titre », « auteur » et « année »
– le formulaire avancé vous permettant de combiner jusqu’à 13 champs différents

http://bhef.ish-lyon.cnrs.fr/

Ressources : Les agrégés de l’enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960

Vingt-deux ans après la publication par l’INRP de la petite brochure sur Les Lauréats des concours d’agrégation (1993), quinze ans après la première mise en ligne sous forme de liste, le LARHRA met en ligne une version considérablement améliorée et augmentée du répertoire des agrégés de l’enseignement secondaire, lequel couvre désormais la période de 1809 à 1960. Elle est due, comme la précédente, à la collaboration de deux ingénieurs, Henri Chamoux et Vincent Alamercery.

Les agrégés de l’Université sont, comme l’Université elle-même (qui n’est pas autre chose qu’un grand système d’instruction publique), une création de Napoléon (1809), qui s’est inspiré de l’agrégation que l’université de Paris de l’Ancien Régime avait mise en place (1766-1791) après l’expulsion des jésuites (1762). Le premier Empire crée des agrégés sans organiser de concours de recrutement et, de 1809 à 1821, 306 agrégés sont nommés par le Grand Maître de l’Université. Les premiers concours d’agrégation sont ouverts en 1821 à l’échelon académique, à l’initiative des recteurs : 204 agrégés « académiques » sont recrutés par concours jusqu’en 1829. Mais dès 1830 seule l’académie de Paris est autorisée à organiser des concours, auxquels sont admis les candidats venant de toute la France. Ainsi débutent les concours nationaux, pour la philosophie, les lettres, la grammaire et les sciences. Quatre au début, ils seront douze en 1882, dix-neuf en 1950 et vingt-quatre en 1960. Le principal événement de leur histoire, c’est la mise en place en 1883 des concours féminins, ainsi que l’autorisation pour les jeunes filles de présenter leur candidature à certains concours masculins.
Le nombre total des agrégés de l’Université qui ont été nommés entre 1809 et 1821, ou qui ont été lauréats des différents concours de l’agrégation, entre 1821 et 1960, s’élève à 21843, dont 5913 femmes agrégées. Il est légitime d’espérer, de souhaiter en tout cas, que d’autres chercheurs (la Société des agrégés ?) prolongent jusqu’à nos jours le présent répertoire.

André Chervel

http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire

SIPROJURIS: Enseignants et enseignements des facultés de droit françaises

La base de données SIPROJURIS consacrée aux enseignants et aux enseignements dans les facultés de droit françaises de la Révolution aux années 1950 est désormais accessible. Elle propose actuellement la reconstitution des carrières d’enseignement, de la formation, des origines sociales de près de 600 individus.

Elle propose en particulier une très riche mise au point sur les statuts des enseignants.