AàC – « Repenser les inégalités de l’enfance et de la jeunesse en temps de crises », revue des Sciences sociales

Sous la responsabilité de Régine Sirota (Université Paris Descartes, CERLIS) et Sylvie Octobre (Ministère de la Culture/Centre Max Weber)

La question des inégalités resurgit avec acuité tant en termes de politiques sociales que dans le débat sociologique. Si récemment des chiffres alarmants ont été mentionnés concernant l’enfance sur la base d’indicateurs variables et construits souvent sur le modèle « adulte », les inégalités, discriminations et formes de précarité et de vulnérabilité, concernent aussi l’adolescence et la jeunesse, mais dans tous les cas, ne font que rarement l’objet de discussions théoriques approfondies. Et pourtant, le contexte récent est marqué par une forte demande d’informations sur ces sujets, depuis le Rapport du Conseil de l’enfance et de l’adolescence du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age intitulé « Des données et des études publiques mieux centrées sur les enfants », jusqu’à l’avis du Conseil national de l’information statistique intitulé « Mieux connaître les conditions de vie des enfants » (avis n°3) en passant par le Rapport du Haut Conseil à la Santé Publique intitulé «Le dispositif statistique de surveillance et de recherche sur la santé de l’enfant : état des lieux et propositions », sans parler des intenses débats médiatiques sur le mal-être de la jeunesse, étudiante en particulier.

Au cours de la période de confinement du printemps 2020, due à la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid 19, l’enfance et la jeunesse ont souvent été au centre de l’actualité et du débat public. Les écoles, collèges, lycées et universités étant fermés ou semi ouverts dans les périodes de confinement (partiel ou pas), la place de cette génération, tant dans la cité que dans la cellule familiale a été mise à l’épreuve de multiples façons. Avec un effet de loupe, les inégalités de cet âge de la vie ont été particulièrement mises en évidence, tant en termes de logement, d’alimentation, d’éducation formelle et informelle, de santé physique et psychologique et de bien-être, mais aussi de vulnérabilité et de maltraitance. Les inégalités ont été liées à des ressources objectives mais également à des expériences subjectives, en termes de risques ou d’opportunités, que les uns ou les autres ont vécues ou saisies de manière différente selon leurs ressources matérielles, psychiques, cognitives, émotionnelles, etc. Les inégalités sociales ont été particulièrement mises en évidence, notamment en lien avec les difficultés psychologiques rencontrées par les jeunes durant la crise sanitaire, qui a réveillé des oppositions et des similitudes existentielles générationnelles fortes. De multiples ressources virtuelles ou des rituels ont vu le jour et se sont réinventés pour maintenir le lien social autour de l’enfant et des jeunes ou par ceux-ci, que ce soit au sein de la cellule familiale ou avec le groupe de pairs.

Des enquêtes spécifiques ont été lancées durant cette pandémie, de nature quantitative ou qualitative, qui permettent de mieux cerner sur de multiples aspects les dynamiques qui se sont mises en œuvre. Plus généralement, les situations de crise économique, crise sociale, crise migratoire, crise sanitaire, accentuent et mettent en relief la prégnance et la recomposition des inégalités, dont l’analyse requiert une inventivité méthodologique et une réflexion épistémologique, notamment sur l’évolution des figures de l’enfance et des rapports intergénérationnels, ainsi que sur la place de l’enfance et de la jeunesse dans l’analyse des inégalités, de la précarité, de la vulnérabilité et des discriminations.

Traiter des questions d’inégalités, mises en évidence par les crises, mais qui ne s’y réduisent pas, invite à adopter une perspective internationale et pluridisciplinaire car suivant les contextes, les questions se posent et s’articulent différemment. Ainsi, la question de la pauvreté est centrale au Brésil ou au Portugal quand celle des inégalités ethno-raciales l’est aux États-Unis. Si l’enfance est analysée sous le prisme de la vulnérabilité en Afrique, le débat français est souvent centré sur la question des inégalités scolaires. L’exercice de la comparaison internationale met en évidence la pluralité des registres théoriques – que ce soit dans la perspective de l’articulation des capitaux économiques, symboliques ou culturels, des conflits inter-générationnels (et intra-générationnels) ou, plus récemment, dans une perspective intersectionnelle. De fait, les questionnements oscillent entre ancrages socio-géographiques, socio-économiques, socio-politiques, socio-développementaux, socio-anthropologiques, sociosanitaires, socio-culturels et socio-éducatifs, et se structurent autour de concepts variés : aux inégalités viennent s’ajouter ou se substituer les vulnérabilités, les discriminations et les formes de précarité, concepts dont il est nécessaire d’interroger l’usage et les variations s’agissant des enfants et des jeunes. Et ces mêmes questionnements voyagent, se transposent, s’uniformisent ou se spécifient localement.

Au rang des questions qui intéresseront le numéro, et à titre d’exemple, on peut citer :

  • Comment la crise sanitaire reformule-t-elle la question des inégalités ?
  • Comment penser les inégalités spécifiques de l’enfance et de la jeunesse ? Et avec quels
    outils ?
  • Comment une perspective internationale amène-t-elle à reformuler ces questions dans un
    rapport entre global et local ? Comment conjuguer ou articuler les différentes
    échelles d’observation ?
  • Comment combiner les différentes approches méthodologiques (ethnographique, enquête
    quantitative, etc.) et disciplinaires pour saisir l’imbrication fine des inégalités ?
  • Comment prendre en compte le longitudinal dans l’appréhension des inégalités ?
  • Quelle place pour la parole de l’enfant et des jeunes et leur agency dans la compréhension desexpériences vécues en situation de crise ?
  • Quelles ressources spécifiques sont-elles créées et mobilisées par les enfants et les jeunes face aux difficultés qu’ils rencontrent, notamment dans le contexte de la crise sanitaire ? Et dans des contextes sociaux et locaux ?

Les propositions d‘article doivent mobiliser des corpus empiriques précis. Ces derniers peuvent être de nature très variée : enquêtes quantitatives ou qualitatives, matériaux de seconde main, archives, discours politiques, d’experts, publics ou médiatiques, etc. Les propositions peuvent prendre appui sur l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales ou choisir un parti pluridisciplinaire. Elles peuvent être présentées en français ou en anglais et s’appuyer sur des corpus internationaux.

Les résumés – 4000 signes maximum, espaces compris – des articles proposés sont attendus pour le 31 octobre 2021. Ils doivent être envoyés à l’adresse de la revue: rss@misha.fr. Ils devront mentionner le titre de la proposition, le cadre théorique, les matériaux empiriques, terrains et méthodologie. Le résumé doit comporter également une bibliographie (en dehors des 4000 signes) et une brève notice bio-bibliographique de l’ ou des auteur.es. Si la proposition est acceptée, l’article doit être remis avant le 15 mai 2022 pour une parution au premier semestre 2023.

AàC – Une Histoire de l’école juive. Anthologie de l’éducation juive en France – 19e-20e siècles

Cet ouvrage collectif se propose de présenter Une Histoire de l’école juive en France aux 19e et 20e siècles, grâce à une vingtaine d’articles de fond. Il s’agit d’une thématique

inédite, qui n’a pas encore été traitée d’une telle façon, ni parmi les historiens du judaïsme français, ni parmi les spécialistes de l’éducation juive. Chaque article représente une pièce au puzzle de cette histoire, il doit apporter les éléments d’informations nécessaires à sa compréhension et proposer une analyse qui éclaire l’impact de l’école juive sur la vie des Juifs de France de cette période. Nous souhaitons des contributions dignes de recherches académiques restant accessible à un large public (autour de 5 000 mots par article).

Afin de présenter le projet à un éditeur de qualité et pour pouvoir réunir les fonds nécessaires à la publication, nous cherchons tout d’abord à créer un premier cadrage. Les auteurs intéressés sont donc invités à nous envoyer une proposition d’article (500 mots) faisant ressortir les points essentiels de la communication et s’intégrant dans la thématique générale.

Appel à articles de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI)

La RHEI a par le passé déjà offert son espace à l’histoire de l’agrégation progressive d’intervenant.es au chevet de l’« enfant difficile », que ce dernier relève de l’Assistance publique, de la justice ou d’établissements et de consultations médicopédagogiques et d’observation (n°11/2009). Elle a également entrepris de recenser et de décrire la « ronde » de celles et ceux qui, du XIXème au XXème siècle, font métiers d’instruire l’enfant, de l’éduquer, de le juger, de le soigner, de l’observer, de le comprendre… (n°12/2010). On en savait ainsi plus sur les assistantes de justice, les avocat.es et la police des mineur.es, par exemple.

La RHEI souhaite par ce nouveau numéro éclairer explicitement et spécifiquement le versant féminin du personnel qui, deux siècles durant, a entouré, surveillé, observé, (ré)éduqué, soigné, nourri… l’enfance irrégulière. Ce faisant, elle se place dans le sillage de revues qui ont récemment questionné le rôle des femmes et des enjeux de genre dans divers domaines professionnels : l’éducation (Spirale. Revue de recherches en éducation[1]), les tâches liées au soin d’autrui (Clio. Femmes, genre, histoire, n°49/201[2]) ou le champ scientifique et universitaire (Revue d’histoire des sciences humaines, n°35/2019[3]).

Intitulé Face à face avec l’enfance irrégulière : portraits de femmes (XIXème-XXèmesiècle), le 25ème volume de la RHEI vise à réunir des portraits de femmes, connues ou non, qui ont œuvré dans les différents champs du soin, de l’aide, de l’éducation, de la rééducation voire de la correction de l’enfance irrégulière. Il s’agit de reconstituer et de suivre leur parcours de formation, leur mobilité géographique, leurs trajectoires professionnelles et plus généralement leur itinéraire biographique afin de mieux comprendre leurs divers engagements. Le dossier propose un cheminement de recherche sur des femmes que leur profession a mises en contact avec l’enfance et la jeunesse en difficulté, sur lesquelles elles auraient par exemple développé des discours ayant contribué à les faire exister socialement. L’écriture de ces « nouveaux » portraits alimentera l’histoire de l’enfance irrégulière autant que celle des femmes, dans un face-à-face renvoyant à la difficulté d’en faire l’histoire.

En effet, l’écriture de ces portraits féminins révèle immanquablement l’écueil récurrent en histoire des femmes et du genre que constitue la difficulté à trouver des archives pour l’étayer. Ainsi, l’histoire de l’éducation s’est le plus souvent déclinée au masculin, qu’elle soit celle des pédagogues, des grands éducateurs ou des pionniers de la médico-pédagogie, de la pédopsychiatrie, de la psychologie infantile ou de la psychanalyse. Le pourcentage de femmes dans les dictionnaires ou les sommes biographiques reste minime. Il devient alors intéressant d’englober dans les récits biographiques qui seront proposés les éléments qui ont pu faire résistance à leur écriture. La difficulté à porter à la connaissance du public des figures féminines en raison de l’absence d’archives pose la question du geste de destruction de documents par les actrices elles-mêmes ou par leurs descendant.es qui, par manque d’intérêt ou par pudeur, ont pu faire disparaître les traces de ces femmes et notamment de celles qui, restées célibataires, n’ont pas fait le « jeu social » du mariage et des enfants[4]. Restent parfois des ouvrages théoriques qui permettent d’approcher les idées et les méthodes de ces « pionnières », voire des essais, des mémoires ou des autobiographies.

Pour les plus connues, il conviendra d’éclaircir les conditions qui ont présidé à la construction des carrières et à l’accession à la notoriété : mise au point d’une méthode, fondation d’une institution, publication d’ouvrages, statut de disciple d’un maître ou d’un mentor, appartenance à un réseau social, politique, religieux ou naissance dans une certaine classe sociale… Les champs de l’éducation spécialisée et du social semblent avoir été un moyen d’émancipation pour les femmes : le choix d’une profession plutôt que de la famille (mari et enfants) peut permettre d’être autonome financièrement, de pouvoir se déplacer, d’accéder à des fonctions de direction de services, d’institutions ou même à l’écriture ; il peut également conduire à un engagement pour des causes féministes. Certains noms sont connus, comme ceux de Maria Montessori ou d’Helen Key, mais d’autres sont à découvrir : Elisabeth Huguenin en Suisse, Elisabeth Rotten en Allemagne, Marguerite Soubeyran en France, Hélène Antipoff en Russie et au Brésil… Au-delà du portrait de grandes figures, nécessaire pour éclairer des parcours trop peu connus, il s’agirait aussi de révéler et de mettre en lumière les « seconds couteaux » voire les « petites mains » de la prise en charge de l’enfance irrégulière – éducatrices, assistantes sociales, surveillantes, infirmières, juges, médecins, femmes de ménage, cuisinières… Les contributions pourront autant être des biographies individuelles que des portraits de groupe, contribuant par exemple à éclairer la professionnalisation de certaines fonctions (éducatrice, personne préposée à recueillir les enfants abandonné.es, déléguée à la liberté surveillée…).

Ce numéro de la RHEI souhaite également interroger les démarches de recherche qui ont conduit à écrire ces biographies féminines, en questionnant par exemple de façon critique les conditions d’accès et d’analyse des archives sur lesquelles elles se fondent : présence ou absence d’archives, types de documents, cheminement pour y accéder (archives publiques, privées, familiales, de voisinage…), obstacles et écueils de tous ordres, récits transmis, secrets révélés… Il s’agit en quelque sorte de mettre en place une démarche historique « surlignée ». Les contributions proposées devront donner à voir les démarches de recherche de leurs auteur.es, les choix effectués, les interrogations sur la façon d’entreprendre un tel récit et jusqu’à la mise en scène du récit, la dramaturgie voire la « fictionalisation » des vies féminines qu’elles analysent, artifices scientifiques permettant de pallier les silences ou les béances des archives. On pense ici au Dossier Bertrand, jeux d’histoire[5] ou à La vie retrouvée de Jean-François Pinagot[6]. L’usage de l’iconographie et de la reproduction d’archives est encouragé, comme est envisageable une écriture entre sciences sociales et littérature, voire qui fasse appel à l’image (bande-dessinée par exemple). Néanmoins, s’il se prête à une écriture narrative, notons que chaque portrait de femmes ou de groupe proposé devra respecter les canons de l’écriture historienne (sources, références, bibliographie…) et reposer sur des archives originales.

Les propositions de communication, d’une longueur de 400 mots environ et accompagnées d’une courte notice biobibliographique, sont à envoyer pour le 8 novembre 2021 aux adresses électroniques figurant à la toute fin de cet appel.Les thèmes suivants pourront être abordés mais de façon non exclusive, sans limitation d’aire géographique : 

–                 L’insertion des femmes dans un champ en formation : dynamiques et formes de la professionnalisation, place du care dans le champ considéré

–                 La place de la religion : engagement de servir voire vocation religieuse, opposition par rapport à l’engagement républicain ou à la vocation laïque ?

–                 Les publics privilégiés : âge, genre, problématiques sociales, institutionnelles (juridiques, médicales, rééducatives).

–                 Avec, sans ou contre les hommes (engagement de célibataires, relations de soutien, de disciple, de muse, de camarade, d’amante…) ?

–                 Quelles traces ? L’engagement par l’écriture (écriture professionnelle, roman, autobiographie, biographie)

Contact : pour le comité de rédaction de la RHEI, Martine Ruchat (Martine.Ruchat@unige.ch) & Amélie Nuq (amelie.nuq@univ-grenoble-alpes.fr).


[1] « Rôle des femmes en faveur de l’Education nouvelle en France et en Europe », Spirale, à paraître, premier trimestre 2021.

[2] Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust (dir.), « Le care, une ‘voix différente’ pour l’histoire du genre », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49/2019

[3] Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu (dir.), « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (XIXe-XXe siècles) : une histoire invisible ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 35/2019.

[4] Voir notamment l’ouvrage de Geneviève Guilpain, Les célibataires des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVII-XXI siècles), L’Harmattan, 2012 et plus largementMichèle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire. Paris, Flammarion, 1998.

[5]  Philippe Artières, Anne-Emmanuelle Demartini, Dominique Kalifa, Stéphane Michonneau, Sylvain Venayre, Le Dossier Bertrand, jeux d’histoire, Paris, Manuella Editions, 2008.

[6] Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998. 

AàC – « Les enfants mis en case », Poitiers 2021 et Angoulême 2022

Les enfants mis en cases

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

       La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations.

       Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

       Les auteurs des Innocents coupables, Laurent Galendon et Anlor, offrent une trilogie portant sur la colonie des Marronniers où mauvais traitements, tentatives d’évasions, drames, enfermements au quartier disciplinaire se succèdent. Ce récit graphique est le plus ambitieux. L’action se situe en 1912, date de la publication du roman de Louis Pergaud, La guerre des boutons et de la création des tribunaux pour enfants. Dans la bande dessinée, les personnages se ressemblent, ils ont le crâne rasé où les cheveux coupés très courts. Ils sont habillés avec le même uniforme. Les brimades quotidiennes sont restituées, le rassemblement dans le froid, les repas étiques, des toilettes sans papier, des tatouages établissant une hiérarchie entre colons, les punitions, les violences sexuelles. Les trois albums évitent le réquisitoire, mais au fil des pages les lecteurs non avertis se rendent bien compte que cette institution pénitentiaire qui visait à corriger les âmes et les corps n’est qu’une machine à broyer ou à insensibiliser : les enfants deviendront des « hommes endurcis », c’est-à-dire des « récidivistes incorrigibles ». Le travail dans les champs devient vexatoire et disciplinaire, et se montre ainsi éloigné de toute vertu pédagogique. L’institution apparaît épouvantable et illustre ce que d’aucuns appelaient la « justice de débarras ».

       Désormais, l’imaginaire social et la culture visuelle du début du XXIe siècle sont nourris de colons que la société tout entière veut ignorer et que les gardiens corrigent dans un dispositif visant à purger et amender les mineurs de justice. Les colonies pénitentiaires, au-delà des discours sur la rédemption et la volonté de former de futurs citoyens, sont bien des bagnes pour enfants mis en scène par le 9e art.

       La bande dessinée s’est intéressé  plus largement à ce qu’il est convenu d’appeler l’enfance irrégulière, comprenant à la fois l’enfance qui commet des écarts à la loi ou aux normes et l’enfance victime de mauvais traitements : battue, violée, prostituée, abandonnée. Les dysfonctionnements familiaux et sociétaux sont mis en contexte et la question du travail forcé des enfants n’est pas négligé. Enfants vagabonds et enfants migrants ne sont pas non plus ignorés et trouvent leurs place dans les planches proposée aux lectrices et lecteurs, à la fois en France mais aussi aux Etats-Unis, en Corée ou au Japon, sans oublier l’Afrique qui a donné naissance à nombre de personnages.

       Par commodité, sans être exhaustifs, il conviendra de s’intéresser d’abord  aux représentations graphiques des enfants. Le corps des enfants n’est pas celui d’un adulte en miniature, comment est-il représenté ? Quelles sont les personnages inventés ou restitués et mis en récit ?

       Ensuite l’examen des situations retiendra l’attention. Quelles sont les circonstances et les contextes ?

       Enfin, les effets des humiliations et des brutalités ? Sont-elles combattues ? Le sort des  auteurs d’agressions sont-ils l’objet d’une attention des auteurs de bandes dessinées ? Quant au devenir des victimes est-il pris en considération ?

Le colloque se tiendra sur deux journées : une à Poitiers le jeudi 21 octobre 2021 ; la seconde à Angoulême le jeudi 11 mars 2022.

Les propositions de communications (1500 signes) et une courte notice bio/biblio (500 signes) sont à adresser à Frédéric Chauvaud (frederic.chauvaud@univ-poitiers.fr) et à Jean-Jacques Yvorel ahpjm@orange.fr pour le 2 avril 2021.

       L’organisation du colloque prend en charge les frais d’inscription, les nuitées, les repas et la publication des actes sous la forme d’un véritable livre. Un soutien pourra éventuellement être apporté pour les déplacements.

MSHS (3575 – Université de Poitiers et CNRS) – Cité Internationale de l’Image et de la Bande Dessinée (CIBDI) – Réseau Régional de Recherche Nouvelle Aquitaine en bande dessinée (3RBD)– Association pour l’histoire de la Protection judiciaire des mineurs (AHPJM).

AàC – Colloque « Entre l’enfance et l’entrée en vie adulte. Normes et pratiques dans les sociétés médiévales, modernes et contemporaines », Paris, nov. 2021

La période qui s’étend entre la fin de l’enfance et l’entrée dans la vie adulte recouvre
des réalités et des expériences diverses selon les périodes, les régions et les groupes
sociaux. Cette plasticité explique la difficulté à la saisir dans ses dimensions les plus
diverses. Aussi, même si quelques travaux s’y sont penchés dans une perspective
globale ou plus ciblée, le terrain reste largement à défricher pour comprendre les
évolutions de ses configurations dans différents espaces sociaux, historiques et
géographiques.


La Société de démographie historique a décidé de consacrer un colloque à cette période si particulière en l’ouvrant à plusieurs disciplines et périodes. Trois fils rouges ont été définis qui fournissent autant de pistes possibles, sans pour autant que ce cadre entende contraindre les propositions.

AàC – « Histoire et archives de l’animation nature et de l’éducation à l’environnement en France dans les années 1970-1990 », PAJEP, mars 2022

Les années 1970-1990 furent celles de l’émergence de l’animation nature en tant que secteur professionnel, à une époque où les préoccupations écologistes se cristallisent. Au cours de ces deux décennies, des expériences naissent, souvent très localisées, où s’élaborent des conceptions éducatives et des modalités pédagogiques, en lien avec les transformations contemporaines de l’école, les représentations de l’environnement ou les contestations écologistes. La position de l’animation environnement au carrefour des sciences et pratiques naturalistes, de la protection, de l’éducation populaire, du monde de l’école mais aussi des sports de pleine nature implique une ouverture au-delà des disciplines de référence que seront l’histoire et les sciences de l’éducation. Les organisateurs attendent donc des contributions venues de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’environnement, des sciences et techniques des activités physiques et sportives, etc.

AàC – « Exploring a democratic ritual: “Young citizens’ ceremonies” in transnational perspective »

Throughout the 20th century, and in some instances until today, various European countries, among them Switzerland, Austria, the Netherlands, Belgium, Germany and France, have organized ceremonies to celebrate the accession of young citizens to their political rights (and duties).

Called JungbürgerfeierErstwählerfeierBurgerdag or promotions citoyennes, these rituals have long been forgotten in countries where they ceased to exist, or been overlooked as marginal or simply boring. In fact, however, in the course of their transformations and transnational circulation they have crystallized key tensions within contemporary democracies.

We are a team of scholars coming from different disciplines (anthropology, history, sociology, and political science) working on these ceremonies in Switzerland, France, Germany and the Netherlands. We would like to invite scholars working on or interested by these ceremonies in other contexts to join us and help us broaden our transnational perspective. We envision a workshop in July 2021 and a common publication building both on our specific case studies and on transversal questions.

We are particularly interested in the following questions:

  • Genesis of these ceremonies: what ends motivated their invention, under what inspiration (from other countries but also from other ceremonies, such as religious coming-of-age rituals or the (East-)German, Jugendweihe)? What needs, “problems”, or even “crises“ of politics and/or youth where they intended to solve? What actors diagnosed these issues and promoted these ceremonies as “moral entrepreneurs“ (Howard S. Becker)? At what level(s) of the state were they organized and with what civil society partners (i.e. citizenship education, youth or women’s groups)?
  • Historical transformations: did the aims of these ceremonies evolve over time, and hence their forms? Why were they abandoned in some instances and maintained in others? How do they relate to other kinds of ceremonies, such as naturalization ceremonies? How do these chronologies fit (or fail to fit) with the transformations of democracy at large? Can the study of these ceremonies help us adjust our understanding of European democracies throughout the 20th century (from the interwar tensions, the “disciplined” or “constrained” model of democracy after 1945, to 1968, or tensions surrounding citizenship in today’s multicultural societies)?
  • Ritual dimensions: how did/do their organizers approach their “choreography”, from speeches, oath taking and/or the distribution of certificates and booklets, to music, food and beverages? How did they plan the “staging” of politics, democracy, pluralism, and particular political actors during these events? What other actors (i.e. military or religious authorities, civil society, youth groups) were invited and in what role? How solemn, participatory, and/or entertaining were/are these ceremonies supposed to be? What is the intended place of young people themselves? How have organizers anticipated and approached possible disruptions (from laughter to planned interventions)? What role has the media played in the staging of these ceremonies (both by organizers and by potential disrupters)?
  • Understandings but also concrete practices of citizenship and participation that were/are negotiated (and often contested) in these ceremonies, between authorities, political forces, civil society, and of course young people: what level(s) of citizenship (local, regional, national, supranational) were addressed? What role did localism and/or nationalism play? What understanding(s) of citizenship and participation (voting, demonstrating, and participating in political parties or in social movements) were particularly promoted, legitimized or on the contrary stigmatized?
  • The interplay between inclusion and exclusion, along the lines of gender, age, social class, nationality: how did/do the ceremonies handle the exclusion of some young people (women and foreigners in particular) from political rights? Were differentiated models of citizenship promoted as a result (i.e. male citizen-soldier vs. nurturing mothers)? Where these ceremonies were designed to address all young people, who actually took part? How socially exclusive have they remained in their very design?

AàC – « Les étudiant·e·s et les sports dans le monde du 19e siècle à nos jours », Paris 2021 et Lausanne 2022

L’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne (ISSUL), le GERME (Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants) et la Cité des mémoires étudiantes lancent un appel à communication pour une double journée d’études internationale consacrée à l’histoire des étudiant·e·s et du sport. La première se tiendra à Paris le mardi 16 novembre 2021, juste avant la 13e Journée « Archives, recherches et mémoires étudiantes » organisée par la Cité des mémoires étudiantes & le GERME (chaque 17 novembre, journée internationale de l’étudiant·e). La seconde aura lieu à l’Université de Lausanne le mercredi 1er juin 2022, soit le jour anniversaire de la création de la FISU qui a dorénavant son siège dans le même bâtiment que l’ISSUL.

Voués par définition au travail de l’esprit à des fins de formation supérieure et d’intégration au sein des élites ou, plus largement, de la société, les étudiants occupent une position singulière et éphémère dans l’espace social entre classe d’âge, mouvement social et groupe intellectuel. Aussi, leur histoire du 19e siècle à nos jours participe autant de l’histoire des jeunesses, des mouvements sociaux et des élites que de l’histoire sociale ou de l’éducation. Il ne va donc pas de soi d’envisager leur trajectoire, leur formation et leur sociabilité du point de vue de l’histoire des cultures corporelles et sportives. Bien souvent pourtant, les sports ont été codifiés, institutionnalisés et diffusés par des étudiants européens et nord-américains, avant d’être repris et imités par leurs camarades sur les autres continents. Les pratiques sportives sont ainsi devenues un moyen comme un autre d’affirmer son appartenance à la communauté estudiantine et de répondre à ses besoins de loisir en dehors de la formation intellectuelle. Développer un entre soi masculin et viril, affirmer sportivement l’identité de son université, former une élite performante sur le plan non seulement intellectuel mais aussi physique, se déplacer et même voyager pour rencontrer des athlètes issus de clubs universitaires concurrents, telles sont quelques-unes des raisons du succès des sports parmi les étudiants. Quant aux étudiantes, peu nombreuses avant 1914, leur acculturation sportive et leur affirmation identitaire par le sport au cours du 20e siècle restent encore peu étudiées.

De fait, les pratiques et cultures sportives positionnent les étudiant-e-s au croisement de différentes échelles nationale, internationale et transnationale. L’idée de rencontres sportives régulières entre étudiants de nations différentes est émise pour la première fois en 1892 par Hodgson Pratt lors du Congrès de la Paix à Rome. Elle sera reprise quelques jours plus tard par le jeune parisien Pierre de Coubertin qui, sous la formule de « jeux olympiques modernes », rêve de compétitions ouvertes non plus aux seuls étudiants mais aux sportsmen du monde entier. Si de premiers groupements d’échelle nationale sont constitués à compter de 1907, il faut attendre 1923 pour que le Français Jean Petitjean organise à Paris les premiers Jeux mondiaux universitaires. Dans l’entre-deux-guerres, puis au cours de la Guerre froide, les rencontres sportives internationales entre étudiants donnent souvent lieu à des formes de rivalité entre États et entre modèles socio-politiques. Il en est de même pour les organisations qui les encadrent. Si la Fédération internationale du sport universitaire (FISU) est fondée en 1949 contre la politisation du sport par la nouvelle Union internationale des étudiants (UIE) dorénavant contrôlée par l’URSS et ses alliés, la réunification du mouvement sportif estudiantin surviendra somme toute rapidement, en 1959. Toutefois, les rencontres sportives estudiantines ne sauraient être réduites à des manifestations de soft power car elles ont aussi permis des élans de fraternité et offert des espaces alternatifs de coopération.

Dans les travaux universitaires de référence sur les étudiants et leurs internationales (Moulinier 2002, Kotek 2003, Rüegg 2011, Laqua 2017, Legois, Monchablon & Morder, 2007), le sport universitaire n’est guère abordé. Le constat est quasi similaire dans le champ de l’histoire du sport hormis les travaux de référence sur la contribution des étudiants britanniques ou américains à l’invention des sports tout au long du 19e siècle (Mangan, 1981 ; Smith, 2000). Pour le continent européen on pourra signaler quelques publications qui portent souvent sur les années 1930-1950 (Impiglia & Lang 1997, Attali et Saint-Martin 2013, Quin 2016, Mirabet & Pujadas 2018).

À la veille du centenaire des premiers Jeux mondiaux universitaires (2023), cette double journée d’études vise à décloisonner une histoire très occidentale, masculine et concentrée sur les années pionnières ou bien de grandes tensions diplomatiques. C’est pourquoi les communications portant sur les étudiantes, sur l’avant 1914 et sur les décennies 1960 et suivantes seront particulièrement bienvenues, tout comme celles abordant les espaces est-européen, scandinave, latino-américain, africain et asiatique.

Trois axes de recherche seront privilégiés :

  • · une histoire des acteurs qu’ils soient étudiants ou liés à leur université (sportifs/ves ordinaires, champions, dirigeants) qui prenne en considération autant leur état d’étudiant que leur trajectoire de vie et professionnelle,
  • · une histoire des institutions (clubs, fédérations nationales, organisations étudiantes) envisagée dans la longue durée ou bien consacrée à des moments significatifs,
  • · une histoire des pratiques sportives privilégiées par les étudiant-e-s au regard des cultures sportives dominantes dans l’espace social et national qui les environne.

Les communications seront réparties entre les deux journées de novembre 2021 et de juin 2022 en fonction des logiques scientifiques. Les intervenants s’exprimeront en français ou en anglais avec un support visuel traduit dans l’autre langue.

Prospositions

  • Nous invitons les historiens à soumettre leurs propositions, en encourageant tout particulièrement les contributions en dehors de l’histoire du sport, aussi bien qu’en sciences sociales (sciences politiques, sociologie, anthropologie, études culturelles).
  • Modalités de soumission. Langue : Français ou Anglais.
  • Taille : 300 mots maximum, avec un court paragraphe biographique en sus;
  • Adresse d’envoi : sportunivcolloque [at] gmail.com
  • Date limite : 15 juin 2021,Organisateurs: Lidia Lesnykh et Patrick Clastres (Uni de Lausanne); Matthieu Gillabert (Uni de Fribourg); Ioânna Kasapi (Cité des mémoires étudiantes et GERME); Jean-Philippe Legois (Cité des mémoires étudiantes); Robi Morder (GERME)

Lieu de l’événement

Paris et Lausanne-1000-GERME

Contact

sportunivcolloque@gmail.comLangues de l’évènement: FrançaisAnglais

Informations supplémentaires sur l’événement

Site web de la manifestation: GERME

Event file: aac_sports_v6.pdf

Coûts de participation

Prix de l’évènement: 0.00 CHF

Inscription

Délai d’inscription: 15.06.2021

AàC – « Accueillir le jeune enfant : institutions, modèles, réseaux, idéologies, pratiques (1880-1960) », revue Recherches et éducation

Annule et remplace celui du 28 avril 2021 « Écoles maternelles et petite enfance en France » pour un numéro spécial de la revue Recherches et Educations

Numéro spécial dirigé par Bérengère Kolly, MCF Sciences de l’éducation, Université Paris Est Créteil, Laboratoire Lettres, Idées, Savoirs (EA 4395) berengere.kolly [at] u-pec.fr et Patricia Legris, MCF Histoire, Université Rennes-2, TEMPORA (UR 7468) patricia.legris [at] gmail.com

Les recherches historiques portant sur les structures d’accueil en France de la seconde petite enfance – à savoir les enfants de 3 à 6 ans (Luc, 1989), ont permis de mieux cerner les origines et fondements des salles d’asile (Chalmel, 1996/2005). Institutions à dimension charitable, ces établissements ont fait progressivement l’objet d’attention croissante et d’un intérêt véritable de la part des élites sociales, économiques et politiques pour lesquelles le bambin était un être scolarisable et éducable (Luc, 1997). A cette fin, une pédagogie spécifique a été inventée et un personnel éducatif et d’encadrement leur fut assigné (Dajez, 1994). Les soins apportés au jeune enfant visaient certes à lui inculquer des rudiments de savoirs mais aussi à l’encadrer et surveiller les normes d’hygiène de la société contemporaine. L’arrivée au pouvoir des Républicains est reconnue pour la législation et les mesures prises dans le domaine de l’éducation. Cependant, l’attention des historien.ne.s est davantage centrée sur le monde du primaire que sur celui du préscolaire (Luc, 1999). Ceci est d’autant plus regrettable que plusieurs représentations de l’enfant, de ses compétences et de ce que devrait être une structure d’accueil pour cette tranche d’âge existent dès le début du nouveau régime. Même si l’attention a été portée sur de grandes figures incarnant le préscolaire, telle que Marie Pape-Carpantier (Cosnier, 1993 ; B. Klein, 2007) ou Pauline Kergomard (Plaisance 1996, Vincent-Nkoulou, 2007), il existe peu de travaux portant sur les actrices de terrain ou sur les pouvoirs municipaux à qui revient la charge de construire et d’entretenir des lieux d’accueil pour la seconde enfance (Thivend, 1999).

Cet appel invite à se pencher sur ces structures d’accueil encore méconnues et qui n’ont pas véritablement retenu l’attention des pouvoirs politiques centraux jusqu’aux années 1960, ni celles de beaucoup d’historien.ne.s. Pensées très largement par des hommes mais confiées exclusivement aux femmes, les écoles maternelles, dont le choix de l’adjectif est significatif de la conception du care, tout comme les jardinières d’enfants sont des lieux de transition entre la famille et l’École, des espaces de socialisation et d’apprentissages importants parfois traversés par les mêmes enjeux que le monde primaire, comme ce fut le cas lors de la Grande Guerre où les petits sont enrôlés dans l’effort de guerre ou par l’imposition progressive et houleuse selon les territoires d’un personnel laïque.

Cet appel à contribution vise à combler un vide historiographique sur la scolarisation des 3-6 ans en France (métropole et Empire), en invitant les contributeur.trice.s à s’intéresser aux années de mise en place de cette nouvelle institution, dont la rupture avec la salle d’asile peut être discutée et complexifiée, mais aussi à la période qui court de 1921 à 1977 durant laquelle peu de textes officiels ont porté sur la maternelle (Luc, 1982). Pour cela, une attention pourrait être accordée aux acteurs et actrices de terrain, en réalisant une histoire par le bas : institutrices, personnels des écoles normales, corps d’inspection qui méritent d’être davantage étudiés (Huguet et Luc, 2002). En effet, ces enseignants, femmes pour la plupart, ont appliqué les normes officielles en les interprétant, en les faisant évoluer du fait des conditions de travail diverses, des contraintes et représentations multiples. Une attention particulière pourrait également être portée aux réceptions, circulations et transferts des idées et des pratiques pédagogiques (Hofstetter et Droux, 2015 ; Matasci, 2015), en cherchant notamment à saisir dans ce cadre comment se comprend une maternelle française se voulant spécifique. Un intérêt sera porté, conjointement, aux analyses de contre-modèles ou de modèles parallèles, pédagogies différentes en direction de ce public particulier (Go, 2016 ; Go et Riondet, 2020) ou de temporalités politiques autres (Dupeyron, 2020).

Continuer la lecture de « AàC – « Accueillir le jeune enfant : institutions, modèles, réseaux, idéologies, pratiques (1880-1960) », revue Recherches et éducation »

AàC – Publications récentes sur l’histoire du financement de l’éducation – appel à suggestions de livres et de reviewers

Chers collègues,

Le Nordic Journal of Educational History et la revue française Histoire de l’éducation préparent actuellement un numéro spécial conjoint consacré à l’histoire des réformes du financement de l’éducation en France et en Suède (XIXe-XXe siècles).

Dans ce numéro, Histoire de l’éducation publiera une section thématique de revue de livres consacrée à l’histoire du financement de l’éducation, avec une perspective géographique et chronologique plus large.

Si vous avez récemment publié un ouvrage sur cette question (que vous ayez un exemplaire à envoyer ou non !), ou si vous êtes disposé à faire la critique d’un ou plusieurs ouvrages, veuillez envoyer vos suggestions et propositions à : clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr ; s.huitric@univ-lyon2.fr.

Nous publierons des critiques de livres individuels, publiés après 2016. Nous sommes spécifiquement – mais pas exclusivement – intéressés par les livres traitant des sujets suivants :

  • le financement de l’enseignement professionnel et technique
  • le financement de l’enseignement supérieur
  • le financement de l’éducation dans les contextes coloniaux et post-coloniaux .

Les critiques peuvent porter sur un, deux ou trois livres. Il n’est pas nécessaire qu’elles soient rédigées en français : nous pouvons financer leur traduction si nécessaire.

Nous attendons vos suggestions avec impatience,
Meilleures salutations,

Clémence Cardon-Quint

Anglais / English

Dear colleagues,

The Nordic Journal of Educational History and the French journal Histoire de l’éducation are currently preparing a joint special issue devoted to the history of education funding reforms in France and Sweden (19th-20th centuries).

In this  issue, Histoire de l’éducation will publish a thematic book review section devoted to the history of education funding, with a broader geographical and chronological perspective.

If you have recently published a book on this issue (whether you have a copy to send or not!), or if you are willing to review one or more books, please send your suggestions and proposals to : clemence.cardon-quint@u-bordeaux.frs.huitric@univ-lyon2.fr.

We will publish reviews of individual books, published after 2016. We are specifically – but not exclusively – interested in books addressing the following topics:

  • the funding of vocational and technical education- the funding of higher education
  • the funding of education in colonial and post-colonial settings .

Reviews may deal with one, two or three books. They do not have to be written in French: we can finance their translation if necessary.

We are looking forward to your suggestions,
Best regards,

Clémence Cardon-Quint

AàC – « De la porte de l’école à la salle de classe : vivre l’école dans les mondes arabes et musulmans », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée

Nouvelle date limite : 30 septembre 2021.

« L’expérience de l’école » et de ses acteurs dans les mondes arabes et musulmans n’a guère suscité de travaux à ce jour, comme le souligne Chantal Verdeil (2017 :35). En effet, les analyses existantes proposent souvent un regard porté depuis l’extérieur des établissements scolaires dans une perspective globale. Rares sont celles qui entrent à l’intérieur de ces enceintes closes et relativement peu accessibles au monde extérieur. Pourtant, ces « boîtes noires », leurs fonctionnements et leurs logiques internes au quotidien sont centraux dans la perpétuation des sociétés puisqu’elles sont en charge d’en former les futurs citoyens (Durkheim 1922, Bernstein 2000 [1996], Forquin 2008). Aussi peuvent-elles s’avérer être un excellent analyseur de la société globale.

Un grand nombre d’études historiques, politiques et sociologiques s’intéressent à l’école comme appareil d’Etat et mécanisme étatique de contrôle social pour renforcer les prérogatives des élites régnantes en vue de consolider leur pouvoir et leur légitimité et de maîtriser l’accès au savoir et au marché de l’emploi qualifié. Elles examinent également, dans les différents contextes nationaux, l’évolution, les transformations et la coexistence des modalités de transmission des savoirs légitimes, entre les formes d’enseignement islamique traditionnel qui préexistaient aux périodes coloniales et les formes d’éducation scolaire modernes importées par les pouvoirs coloniaux sur le modèle desquelles les systèmes éducatifs nationaux ont été fondés lors des indépendances. Certaines traitent de la place de l’enseignement islamique à l’école et des tensions entre islamisation et sécularisation de l’éducation dans le processus d’institutionnalisation de ces systèmes éducatifs. C’est le cas des travaux récents dirigés par Verdeil (2017) sur l’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient et par Honvault & El-Rashoud (2019) dans la péninsule arabique, de ceux de Vermeren (2011) au Maghreb, ceux de Dia, Hugon & d’Aiglepierre (2016) en Afrique subsaharienne ou de Thobani (2007) dans les contextes musulmans en Asie. Des analyses portent aussi sur les enjeux des programmes et des contenus des manuels scolaires, surtout en éducation islamique (Doumato & Starrett 2007) et en histoire (Seri-Hersch 2017).

De leur côté, les anthropologues et les ethnologues ont surtout investi comme champ d’investigation l’enseignement islamique en menant leurs recherches dans des écoles coraniques et religieuses et en s’intéressant à la vie quotidienne de ces écoles, aux modalités de transmission du savoir religieux et aux relations entre le cheikh et ses disciples (voir, entre autres, Messick 1996 sur le Yémen, Starrett 1998 et Dupret & Lavergne 2008 sur l’Egypte, Fortier 2003 sur la Mauritanie, Hoechner 2018 sur le Nigéria). Hefner & Zaman (2007) et Daun & Arjmand (2018) traitent de ces questions dans l’ensemble des mondes musulmans dont l’Indonésie, le Pakistan ou le Tadjikistan. Eickelman (1978, 1985) s’intéresse aux parcours de formation des « hommes de savoir » (‘men of learning’) et à l’évolution des savoirs d’Islam au Maroc, de manière comparative avec l’Egypte. Récemment, le projet collectif Ilm au Maroc a notamment permis la réalisation de films ethnographiques dans des écoles coraniques.

En revanche, peu de travaux s’intéressent directement à ce qui se joue au quotidien à l’intérieur des établissements scolaires, dans les salles de classe et les différents espaces de l’école dans les mondes arabes et musulmans. L’ouvrage collectif de Herrera & Torres (2006) propose des ethnographies dans des écoles en milieux urbain et rural en Egypte dans une perspective d’« ethnographie critique ». Benéï (2008) s’intéresse à la construction des identités nationales et minoritaires dans des écoles en Inde. Adely (2010) analyse les rituels patriotiques et nationalistes qui ponctuent le rythme scolaire au quotidien et les contenus de l’éducation morale dans un collège pour jeunes filles en Jordanie. Plusieurs études portent sur le Maroc. Boutieri (2016) infère une analyse sociologique des inégalités scolaires et sociales de ses observations de classe dans des lycées publics. En milieu rural marocain, Nait Belaid (2014) s’intéresse aux relations des élèves et des familles à l’école tandis que De Meyer (2019) a réalisé une ethnographie scolaire de longue durée pour sa thèse de doctorat sur l’école comme dispositif d’État. Pellegrini (2019, 2020) a mené sa recherche dans neuf établissements scolaires publics marocains, du primaire au lycée, et s’intéresse aux pratiques d’enseignement et aux modalités de construction des savoirs scolaires et des identités citoyennes dans les cours de langues.

Ce développement récent de recherches menées dans des établissements scolaires mérite de gagner en visibilité dans la mesure où de tels travaux permettent d’investiguer l’expérience éducative dans sa globalité sur le terrain et auprès des acteurs de l’école, qu’ils soient enseignants confirmés ou en formation, élèves, personnels de direction ou administratifs, parents, etc. Des sociologues de l’éducation comme Becker (1983) aux Etats-Unis et Payet (2016) en Europe soulignent l’importance de ce type de recherches pour analyser les interactions éducatives, les pratiques d’enseignement, les formes et les postures de savoirs qui sont construites, valorisées et légitimées par l’école. De même, il est important de s’intéresser aux formes d’identité nationale, citoyenne, sociale, linguistique, religieuse et ethnique que l’école transmet et véhicule (Lorcerie 2003), tant dans les contenus scolaires que dans les pratiques d’enseignement et les interactions (Adely & Starrett 2011, Pellegrini 2020).

Ce dossier s’inscrit dans le prolongement de ces recherches et ambitionne d’y apporter une dimension comparative. Il vise à rassembler des contributions explorant les dynamiques sociales, pédagogiques et cognitives à l’intérieur d’établissements scolaires dans les sociétés contemporaines des mondes arabes et musulmans, tant dans la vie quotidienne et les fonctionnements internes de l’école que dans les situations d’enseignement et d’apprentissage.

Le dossier privilégie des études relevant de l’ensemble des sciences sociales concernant des écoles primaires ou secondaires publiques et/ou privées (à l’exclusion des écoles étrangères), basées préférablement sur une méthodologie de recherche qualitative : entretiens avec les acteurs, recueils de récits ou de mémoires d’élèves ou d’enseignants, méthodes ethnographiques, observations participantes à l’intérieur des établissements, voire dans des centres de formation d’enseignants. La proposition est ouverte à des contributions sous forme de documents audiovisuels. Les perspectives comparatistes sont bienvenues. Les thématiques présentées dans les quatre axes suivants ne sont pas exclusives.

AàC – « Le système éducatif islamique en Afrique subsaharienne. Un parcours de politique et de religion » (Niamey, sept.-oct. 2021)

Argumentaire :

Bien que d’importantes réformes aient été introduites concernant le statut et le rôle de l’enseignement islamique dans divers pays et que les acteurs de ces milieux de formation aient significativement changé depuis quelques décennies, la question de l’enseignement islamique en Afrique de l’Ouest reste encore au centre des débats publics, et très peu étudiée dans les travaux scientifiques. Toutefois, depuis le début de la décennie 1990, un nombre croissant de chercheur.es se sont intéressés à l’histoire, aux dynamiques, aux réseaux et aux enjeux de l’enseignement islamique en Afrique de l’Ouest. Le workshop propose de se pencher plus particulièrement sur la question de l’enseignement secondaire et universitaire islamique. Une mise à jour des connaissances scientifiques sur les dynamiques qui caractérisent les milieux contemporains de l’enseignement islamique est essentielle dans la mesure où une partie importante de la littérature scientifique a été produite il y a plusieurs années et a peu (ou pas) étudiées certaines zones géographiques, dont le Benin, la Gambie, la Guinée, le Togo, le Sierra Leone, etc.

Le workshop a trois objectifs : 1. réunir des chercheur.es juniors et séniors qui travaillent sur les dynamiques de l’enseignement islamique en Afrique de l’ouest ; 2. mettre à jour l’état des connaissances sur ces lieux de formation en tenant compte des enjeux nationaux, de leurs dynamiques d’expansion et de leurs réseaux ; 3. de définir une programmation commune de recherche centrée sur la constitution d’un répertoire de ces lieux d’enseignement. La constitution de ce répertoire sera une occasion de tester une approche méthodologique pluridisciplinaire et mixte. Ce répertoire aura une utilité, à la fois, pour les chercheur.es et les acteur.es socio-politiques.

Les chercheur.es, juniors et séniors, francophones, anglophones et arabophones, qui ont effectué des enquêtes dans les milieux de l’enseignement islamique sont invité.es à soumettre une proposition de communication. Les candidatures féminines et des chercheur.es de l’Afrique subsaharienne anglophone seront privilégié.es afin de s’assurer de la présence de jeunes chercheur.es et d’un équilibre entre les expertises sur l’Afrique de l’ouest francophone et anglophone. Les candidat.es qui ont des connaissances des milieux scientifiques arabophones seront aussi pris.es en considération.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication de 1500 mots doivent être envoyées au plus tard le 15 juin 2021 aux adresses suivantes : leblanc.marie-nathalie [at] uqam.ca ; binateissouf1981 [at] yahoo.fr ; sorefils [at] gmail.com. Elles comprendront le titre, un résumé indiquant le contexte, la problématique et l’approche méthodologique utilisée. Une notice bibliographique indiquant la discipline et l’attachement institutionnel de l’auteur.e est également souhaitée (pas plus de 100 mots).

Organisateurs.trices :

Marie Nathalie LeBlanc, Anthropologue, Université de Québec à Montréal et Chaire de l’islam contemporain en Afrique de l’ouest (Canada)
Issouf Binaté, Historien, Université Alassane Ouattara, Bouaké (Côte d’Ivoire)
Zakaria Soré, Sociologue, Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou (Burkina Faso)
Abdoulaye Sounaye, Leibniz-Zentrum Moderner Orient, Berlin (Allemagne)

Date et lieu : 

25 septembre au 2 octobre 2021, LASDEL à Niamey (Niger), si la situation sanitaire le permet. Dans le cas contraire, le workshop sera tenu en format réduit de manière virtuelle, du 25 septembre au 27 septembre

AàC – Colloque international : « L’enseignement supérieur du XIXe siècle à nos jours (France et international) : établissements, acteurs, disciplines, pédagogies » (ATHRE, 2022)

À l’initiative de l’ATHRE et des laboratoires ECP, LARHRA et Triangle, ce colloque a pour projet d’étudier la manière dont l’enseignement supérieur a évolué depuis le début du XIXe siècle, à différents niveaux, dans différents espaces et à différentes échelles.

Avec le processus de Bologne mis en œuvre en 1999 dans 29 pays, visant à la convergence des systèmes d’enseignement supérieur des pays européens, ont été instaurées de nouvelles pratiques qui ont profondément bouleversé le paysage de l’enseignement supérieur en France et en Europe. Les évolutions législatives et réglementaires révèlent une accélération de ce processus de transformation, quoique déjà amorcée depuis le début des années 1960. La situation actuelle qui confronte brutalement un système bicentenaire à un projet de transformation de grande ampleur constitue de ce point de vue un objet particulièrement fécond pour comprendre l’évolution des structures éducatives. Elle conduit à s’interroger sur les logiques de transformation sur le long terme et sur l’histoire du développement et de la diversification de l’enseignement supérieur depuis le début du XIXe siècle, ainsi que sur les résistances que ces transformations ont rencontrées et les controverses qu’elles ont suscitées.

Plusieurs angles d’attaque peuvent être envisagés pour appréhender ces évolutions. On peut ainsi, tout en conservant un point de vue résolument historique, croiser des approches politiques (questions nationales, internationales ou locales traitant en particulier de la gouvernance et de l’organisation des établissements d’enseignement supérieur), des approches socio-économiques (acteurs que sont les étudiant·es, les enseignant·es ou le personnel administratif, institutions elles-mêmes insérées dans un tissu local économique particulier), des approches pédagogiques interrogeant en particulier ce qu’on pourrait appeler « forme universitaire » : place des cours magistraux, des stages… Il est également possible de s’interroger sur le sens et la portée de l’adjectif « supérieur » dans le syntagme « enseignement supérieur ».

Plus généralement, l’accent pourra être mis sur les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur, y compris dans les espaces coloniaux et post-coloniaux. Ces approches internationales permettront en outre de considérer la manière dont les modèles (d’organisation, intellectuels, disciplinaires, pédagogiques) peuvent circuler et éventuellement se transférer d’un univers à l’autre.

Sur la base de ces questionnements généraux, quatre axes de travail sont proposés :

Axe 1. La diversité des établissements et leur insertion dans l’environnement local, national et international

Axe 2. Disciplines et pédagogies

Axe 3. Les transitions : modalités et dispositifs

Axe 4. Sociologie historique des enseignant·es et des étudiant·es

L’appel à communication complet est disponible ici.

Consignes aux auteur·es de propositions

Toute personne intéressée à présenter une communication est invitée à nous adresser un titre et un bref résumé de sa contribution (300 mots / 2000 signes maximum) en français ou en anglais.Ce résumé présente l’enjeu historiographique et la problématique de la communication, indique la périodisation et comporte une description du corpus traité.Il inclut une bibliographie de 5 titres et propose 4-5 mots-clés.

Les auteur·es précisent leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle.

Les propositions de communication seront soumises à expertise.

Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx dont le nom sera celui de l’auteur, noté en majuscules.

Elles seront déposées sur le site : https://enseignemt-sup.sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions : 30 mai 2021 au plus tard

Notification d’acceptation aux auteur.es : 1er juillet 2021

Appel à manifestation d’intérêt et séminaire autour de la révue « L’école et la Nation » du Parti communiste français

Vous trouverez ci-dessous un appel à manifestation d’intérêt, proposant de mettre à disposition à la collection en ligne (avec code d’accès dans un premier temps) de la revue « L’école et la Nation », adressée au monde éducatif de 1951 à 1999 par le PCF qui en était l’éditeur.

Cet A.M.I. expose les pistes possibles de projets de recherche sur ce corpus, et les modalités de coopération proposées :

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/>

Toutes les approches et les questions sont les bienvenues, l’appel explique les modalités de réponses attendues. (Une date a été suggérée pour les retours de propositions, mais la proposition reste valable dans la durée).

En parallèle avec cette invitation à travailler sur ces corpus (histoire des disciplines scolaires et des controverses à leur sujets, traces sur les débats au sujet des politiques scolaires, etc.) un séminaire est organisé en 2021 et 2022, dont deux séances sont déjà programmées :

1) Mardi 1er juin à 14h en webinaire, séance de lancement.

Étudier la collection numérisée de L’École et la Nation dans son contexte : le cas de sa création en 1951

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/>

La revue L’école et la Nation a été créée en 1951 par le PCF, d’abord à l’attention des instituteurs et des institutrices, ensuite plus largement à l’attention du monde éducatif. Cette première séance éclairera le contexte de cette création et l’origine de la revue. Elle contextualisera également le séminaire au regard de la démarche de numérisation de cette revue.

Avec:

  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8) et Serge Wolikow (réseau des MSH et Président du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri), « Quels enjeux d’une politique de numérisation d’une collection : le cas de L’École et la Nation ? »
    Jean Vigreux (MSH de Dijon), « Le PCF en 1951 »
  • Pierre Roche (Docteur en sciences de l’éducation et membre du GEMR), « La création L’Ecole et la Nation en 1951 »

2) Mardi 29 juin 2021 à 14h

En webinaire, séance « La rubrique de critique de livres et d’arts pour la jeunesse dans L’École et la Nation »

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/>

La qualité des livres pour la jeunesse constitue une préoccupation visible dans la presse communiste avant la création de L’École et la Nation. Elle prend une signification spécifique avec les débuts de la guerre froide et la loi de 1949. Initiée par différents contributeurs dans L’École et la Nation, la critique de livres pour enfants se constitue en chronique renommée sous la plume de Natha Caputo, puis de Bernard Epin. Cette chronique va de pair avec des présentations d’autres productions culturelles pour l’enfance. Les intervenants de cette séance présenteront brièvement leurs travaux qui ont déjà porté sur ce corpus, et esquisseront des pistes d’analyses possibles de ce celui-ci, en invitant à des coopérations.

Avec :

  • Cécile Boulaire (InTRu, Université de Tours), « L’émergence du genre de la critique du livre pour enfants : L’École et la Nation dans l’univers des chroniques »
  • Patricia Richard-Principalli (LIRDEF, Université de Montpellier), « La chronique de critique de livres pour la jeunesse dans L’École et la Nation dans les années 1960 »
  • Mathilde Lévêque (Pléiade, Université Paris Nord), « La critique de romans pour la jeunesse dans L’École et la Nation : le cas des romans en traduction »
  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8), « La place du livre pour enfants dans et hors la chronique dédiée »
  • Valérie Vignaux (LASLAR, Université de Caen), « Le cinéma et la jeunesse »
  • Stéphanie Loncle (HisTeMé, Université de Caen), « Le PCF et le théâtre dans L’École et la Nation »

Les séances suivantes, à l’automne 2021, porteront sur d’autres aspects traités par cette revue, à partir de travaux déjà réalisés, ou d’autres qui vont l’être grâce à la mise en ligne de la collection.

AàC – « A l’école de la ville », revue Urbanités

Pour rappel, l’appel à propositions d’articles pour le numéro 16 de la revue pluridisciplinaire Urbanités, intitulé « A l’école de la ville » est disponible à cette adresse : https://www.revue-urbanites.fr/appel-16/

Les propositions sont attendues pour le 17 mai 2021.

Intitulé « À l’école de la ville », ce numéro souhaite réunir des contributions s’intéressant à la dimension urbaine des transformations contemporaines de l’école et de l’université : transformation des publics, modification des logiques de gouvernance des établissements, transformation du sens social de la formation, sans oublier les reconfigurations du rôle des États dans les questions éducatives.

Il s’agira d’approfondir la réflexion sur le rôle spécifique des contextes urbains dans le façonnement des hiérarchies scolaires et universitaires, abordés par l’angle des publics ou des établissements, sans oublier les activités scientifiques.  En parallèle, nous souhaitons également interroger ce que ces inégalités, différenciations et hiérarchisations éducatives qui se construisent et s’expriment spatialement font aux conditions, pratiques et contenus d’enseignement. En mettant l’accent sur ce qui se joue dans les salles de classes des écoles, collèges, lycées ou universités ou autres établissements publics ou privés (IUT, grandes écoles, classes préparatoires…), il s’agira d’ouvrir la réflexion sur les liens entre l’ancrage spatial des établissements et les contenus des enseignements comme les manières de les transmettre.

Les propositions d’articles (1 page) sont attendues pour le 17 mai et sont à envoyer à contact [at] revue-urbanites.fr

Marine Duc et Camille Vergnaud, coordinatrices du numéro, pour Urbanités

AàC – « Accueil des réfugiés, éducation et formation. Stratégies, politiques et pratiques à l’épreuve des mobilités forcées », Journal for International Mobility

FRENCH PRESENTATION

Les déplacements forcés de population provoqués par les crises et les conflits à l’échelle mondiale sont aussi des crises de l’éducation. En quelques années, le nombre d’enfants et de jeunes réfugiés privés d’accès à l’éducation s’est en effet considérablement accru : d’après les derniers chiffres du Haut-Commissariat aux Réfugiés, seuls 63 % des réfugiés en âge de suivre une éducation primaire en ont aujourd’hui la possibilité ; ce chiffre tombe à 24 % pour l’accès à l’enseignement secondaire, et à seulement 1 % pour l’accès à l’enseignement supérieur. La nécessité, dans les pays d’accueil, d’organiser la rescolarisation de ces populations en vertu du droit d’accès à l’éducation énoncé dans la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, constitue bien souvent une mise à l’épreuve des systèmes scolaires et universitaires.

Si, en dépit de l’ancienneté d’un phénomène qui traverse tout le XXe siècle, les acteurs scolaires et universitaires sont souvent mal préparés, on observe toutefois depuis quelques années, une dynamique d’institutionnalisation et de professionnalisation des dispositifs d’accueil et d’accompagnement des réfugiés en matière d’éducation, comme en témoigne le lancement de Refugee Education 2030, la nouvelle stratégie d’éducation à dix ans pour les réfugiés lancée par le Haut-Commissariat aux Réfugiés fin 2019, ou bien encore les priorités données à l’inclusion par la Commission européenne dans le cadre de la programmation 2021-2027 du programme Erasmus +.

S’il est sans doute encore trop tôt pour parler d’un tournant international dans l’encadrement et le soutien à la formation des populations en situation de mobilité forcée, ce contexte est l’occasion d’inviter les chercheurs en sciences sociales à porter un regard rétrospectif sur les stratégies, les politiques et les pratiques existantes, afin d’en proposer un bilan.

Dans ce cadre, le Journal of International Mobility lance un appel à contributions sur le thème de l’éducation à l’épreuve des mobilités forcées, en invitant les chercheurs à proposer des articles qui pourront mobiliser une ou plusieurs disciplines (sociologie, histoire, science politique, relations internationales, démographie, etc.) et s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants (à noter que les propositions de « dossier thématique » composé de deux à trois articles sont possibles, au même titre que les articles isolés, qu’ils soient individuels ou collectifs) :

Continuer la lecture de « AàC – « Accueil des réfugiés, éducation et formation. Stratégies, politiques et pratiques à l’épreuve des mobilités forcées », Journal for International Mobility »

AàC – Discipline et liberté du corps dans l’histoire de l’éducation

Le corps humain a fait l’objet de nombreuses analyses historiographiques – pensez aux travaux de Georges Vigarello qui, dans le sillage de M. Foucault, a analysé les notions de propreté, de beauté, de sexualité, d’habillement, de gymnastique et de contrôle médical. Dans les années 80 et 90, le «corporeal turn» a mis l’accent sur la dimension culturelle, idéologiquement conditionnée et pas seulement biologiquement déterminée du corps. Les concepts de «race» et de «genre», par exemple, ont été soumis à une analyse historique qui a même changé leur cohérence. Le «material turn» a alors déplacé l’attention vers le corps physique et les espaces et les «disability studies» ont étudié la non-normalité dans l’histoire. Dans ce panorama, l’histoire de l’éducation a consacré un intérêt croissant au sujet de l’éducation corporelle – rappelez-vous l’ISCHE 2016 à Chicago consacrée à
l’Éducation et le corps.

Cet appel vise à promouvoir des analyses historico-pédagogiques nationales et internationales concernant les différents agents éducatifs (famille, Église, école, État, etc.) pour rechercher comment et pourquoi le corps (des enfants, des femmes, des adultes) a été un objet de soins éducatifs et de théorie pédagogique. Cependant, non seulement il y a une dimension disciplinante du corps, mais il y a aussi des mouvements et des acteurs historiques qui ont privilégié les pédagogies de la libération du corps, comme Lebensreform. Le corps et l’esprit ont toujours été mis en corrélation: éduquer et discipliner le corps, ou lui accorder la liberté, c’est en même temps éduquer la personnalité, la discipliner ou lui laisser la liberté d’expression. Le numéro entend accueillir des articles en italien et en langues européennes (anglais, français, allemand et espagnol) sur l’histoire de l’éducation du corps qui sont menés de manière critique et qui s’inscrivent dans l’historiographie la plus récente sur le sujet.

Les contributions, sous forme d’essais, d’un minimum de 20,000 caractères et d’un maximum de 60,000 caractères, doivent parvenir à la rédaction du magazine nsricerca [at] edizionistudium.it) avant le 15 octobre 2021.

Ils seront évalués selon un processus d’examen peer reviewing en mode double blind.

Appel à communications – Histoire et archives de l’animation nature et de l’éducation à l’environnement en France dans les années 1970-1990

Cette manifestation est conçue comme l’aboutissement d’un cycle de journées d’étude. Le colloque du 30 et 31 mars 2022 vise à ouvrir de nouvelles pistes, à identifier des chercheurs dont les travaux croisent ce sujet et à tenter une première synthèse d’éléments recueillis depuis 2016 dans le cadre des 6 journées d’étude préparatoires.

Les années 1970-1990 furent celles de l’émergence de l’animation nature en tant que secteur professionnel, à une époque où les préoccupations écologistes se cristallisent. Au cours de ces deux décennies, des expériences naissent, souvent très localisées, où s’élaborent des conceptions éducatives et des modalités pédagogiques, en lien avec les transformations contemporaines de l’école, les représentations de l’environnement ou les contestations écologistes. La position de l’animation environnement au carrefour des sciences et pratiques naturalistes, de la protection, de l’éducation populaire, du monde de l’école mais aussi des sports de pleine nature implique une ouverture au-delà des disciplines de référence que seront l’histoire et les sciences de l’éducation. Les organisateurs attendent donc des contributions venues de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’environnement, des sciences et techniques des activités physiques et sportives, etc.

L’appel à communication complet ainsi que l’ensemble des informations concernant la manifestation sont disponibles ici.

Appel à communications – L’enseignement supérieur du XIXe siècle à nos jours (France et international) : établissements, acteurs, disciplines, pédagogies

Lyon

27-28 juin 2022

 

À l’initiative de l’ATHRE et des laboratoires ECP, LARHRA et Triangle, ce colloque a pour projet d’étudier la manière dont l’enseignement supérieur a évolué depuis le début du XIXe siècle, à différents niveaux, dans différents espaces et à différentes échelles.

 

Avec le processus de Bologne mis en œuvre en 1999 dans 29 pays, visant à la convergence des systèmes d’enseignement supérieur des pays européens, ont été instaurées de nouvelles pratiques qui ont profondément bouleversé le paysage de l’enseignement supérieur en France et en Europe. Les évolutions législatives et réglementaires révèlent une accélération de ce processus de transformation, quoique déjà amorcée depuis le début des années 1960. La situation actuelle qui confronte brutalement un système bicentenaire à un projet de transformation de grande ampleur constitue de ce point de vue un objet particulièrement fécond pour comprendre l’évolution des structures éducatives. Elle conduit à s’interroger sur les logiques de transformation sur le long terme et sur l’histoire du développement et de la diversification de l’enseignement supérieur depuis le début du XIXe siècle, ainsi que sur les résistances que ces transformations ont rencontrées et les controverses qu’elles ont suscitées.

Plusieurs angles d’attaque peuvent être envisagés pour appréhender ces évolutions. On peut ainsi, tout en conservant un point de vue résolument historique, croiser des approches politiques (questions nationales, internationales ou locales traitant en particulier de la gouvernance et de l’organisation des établissements d’enseignement supérieur), des approches socio-économiques (acteurs que sont les étudiant·es, les enseignant·es ou le personnel administratif, institutions elles-mêmes insérées dans un tissu local économique particulier), des approches pédagogiques interrogeant en particulier ce qu’on pourrait appeler « forme universitaire » : place des cours magistraux, des stages… Il est également possible de s’interroger sur le sens et la portée de l’adjectif « supérieur » dans le syntagme « enseignement supérieur ».

Plus généralement, l’accent pourra être mis sur les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur, y compris dans les espaces coloniaux et post-coloniaux. Ces approches internationales permettront en outre de considérer la manière dont les modèles (d’organisation, intellectuels, disciplinaires, pédagogiques) peuvent circuler et éventuellement se transférer d’un univers à l’autre.

Sur la base de ces questionnements généraux, quatre axes de travail sont proposés :

Axe 1. La diversité des établissements et leur insertion dans l’environnement local, national et international

Axe 2. Disciplines et pédagogies

Axe 3. Les transitions : modalités et dispositifs

Axe 4. Sociologie historique des enseignant·es et des étudiant·es

L’appel à communication complet est disponible ici.

 

Consignes aux auteur·es de propositions

Toute personne intéressée à présenter une communication est invitée à nous adresser un titre et un bref résumé de sa contribution (300 mots / 2000 signes maximum) en français ou en anglais.Ce résumé présente l’enjeu historiographique et la problématique de la communication, indique la périodisation et comporte une description du corpus traité.Il inclut une bibliographie de 5 titres et propose 4-5 mots-clés.

Les auteur·es précisent leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle.

Les propositions de communication seront soumises à expertise.

Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx dont le nom sera celui de l’auteur, noté en majuscules.

Elles seront déposées sur le site : https://enseignemt-sup.sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions : 15 mai 2021 au plus tard

Notification d’acceptation aux auteur.es : 1er juillet 2021

AAC – Numéro spécial « Classes transplantées – Revue Les Sciences de l’Education – Pour l’ère nouvelle

Vous trouverez ci-dessous un appel à contribution, en français et en anglais, pour un numéro thématique de la revue Les Sciences de l’Education – Pour l’ère nouvelle, sur la question des « classes transplantées », coordonné par Julien Fuchs & Gilles Brougère.

AAC- Revue SEPEN-Classes de découverte

CFP – SEPEN Journal – Residential school trips