Proposer un article à la revue « Histoire de l’éducation »

Revue Histoire de l’éducation. Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier

La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique, et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans une nouvelle rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.

Les propositions de dossiers ou d’appel à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue.

Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education [at] ens-lyon.fr.  La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais.

La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique. L’étude des doctrines pédagogiques ne vaut à ses yeux que par les liens avec les pratiques que ces doctrines révèlent ou transforment effectivement.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts.La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.
Ainsi, à compter du 1er janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn sera ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue resteront librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

Histoire de l’éducation est associée à la mobilisation interprofessionnelle contre les orientations du projet de loi de programmation de la recherche (https://pupitre.hypotheses.org/5467).

AàC – « Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 68 », 11-12 fév. 2021, Paris

L’historiographie « des années 68 » a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le Mai français. Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est le rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc.) en France en mai-juin 68. Cette présence des étrangers en France a fait l’objet d’études quand il s’agissait des travailleurs immigrés dont on sait désormais l’importante participation au mouvement de Mai. Mais la présence d’étudiants et/ou intellectuels, et partant leur participation au mouvement, reste encore largement ignorée. Ils sont alors nombreux à étudier dans la capitale française, ou dans d’autres villes universitaires du territoire. Ils représentent 5,7% de la population étudiante totale en 1968-1969, et cet effectif va croître très fortement à partir de la fin de l’année 68.  Ils sont africains (Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne), européens (allemands, portugais, italiens, espagnols, grecs, britanniques), sud-américains, israéliens, américains du Nord (États-Unis ou Québec), palestiniens. Ils adhèrent généralement au Mai français tout en mettant en œuvre des logiques spécifiques liées aux conditions politiques et sociales de leur pays d’origine. 

Qu’il s’agisse de contester des dictatures pour les Grecs, Portugais, Espagnols, Argentins, Brésiliens, ou Tchécoslovaques et Polonais, de contester la guerre du Vietnam ou le racisme (Américains), de lutter pour la paix en Palestine, ils insèrent au sein du Mai français leurs revendications et profitent de ce moment de libération exceptionnelle de la parole pour élever eux aussi la voix. Il s’agit donc ici de rendre compte de leurs paroles et actes en France mais aussi de la situation en 1968 de leurs pays respectifs, ou plutôt de ce que leurs paroles et actes en France témoignent de la situation dans leur pays d’origine. Des oppositions à bien des régimes autoritaires se sont constituées en exil. Les événements de mai changent-ils la donne ? Les slogans sont-ils alors transformés ? Les attentes ou espoirs bouleversés ? Ces étudiants peuvent pratiquer un certain entre-soi ou, au contraire, profiter du mouvement pour internationaliser les contacts, pour nourrir leur expérience militante de celles de camarades étrangers. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que le mouvement de Mai doit à ces étudiant.e.s, intellectuel.le.s et artistes venu.e.s d’ailleurs : comment la circulation des savoirs et des pratiques – en particulier dans le domaine militant (slogans, idées, modes d’action )- a-t-elle  pu influer sur  les répertoires militants en France ? Les Unions et Fédérations d’étudiants étrangers ont-elles joué un rôle ? Quels livres (parfois traduits par les étudiants eux-mêmes), quelles musiques ou chants, quels films dans ce moment charnière ont pu circuler parmi ces hommes et ces femmes, et jouer un rôle sur les acteurs ? S’intéresser aux étudiants, intellectuels et artistes étrangers, c’est aussi scruter les rencontres improbables que les événements rendirent possibles, voire les relations amicales ou amoureuses qui s’épanouirent alors. C’est comprendre aussi ce que le politique peut faire à l’intime dans le monde des exilés, et dans un moment aussi extraordinaire, au sens premier du terme. Les lieux de vie des étudiants étrangers, les résidences et les foyers étudiants telle la Cité internationale universitaire de Paris, pourront faire l’objet d’une étude spécifique : pépinières de rencontres internationales, ces lieux sont souvent des incubateurs d’idées et d’actions militantes.

Les événements ont pu bouleverser les habitudes ou en créer de nouvelles, modifier ou non les rapports de genre. À l’inverse des situations heureuses, des bonheurs nés de l’adrénaline de l’action collective, comment les évènements de 68 ont-ils créé ou accru les inégalités sociales entre étudiants français et étrangers ? L’éloignement familial dans ce cas peut peser lourd, que ce soit financièrement ou psychologiquement, quand des réseaux de solidarité peuvent aussi se mettre en place qu’ils soient intra ou extra- communautaires. Ce colloque s’intéressera donc à la vie militante et quotidienne de ces étudiants et intellectuels étrangers dans leur dimension politique, économique, sociale et culturelle. On ne s’interdira pas non plus de penser l’après mai 68. Qu’est-ce que les évènements ont fait à des trajectoires jusqu’alors linéaires ? Ont-ils bousculé des certitudes, impulsé des retours aux pays prématurés par rapport aux projets antérieurs ? ou au contraire des installations plus définitives ? Certaines figures d’étudiants étrangers ont-elles émergées pour s’installer durablement dans la vie étudiante et/ou militante française ? Ont-ils provoqué des formes d’établissement, en France ou ailleurs ? Qui sont les expulsés ? Qu’est-il advenu d’eux ? La participation des étudiants étrangers au mouvement de 68 a-t-elle creusé des filières de mobilités étudiantes pour les années suivantes ? Plusieurs types d’approche sont possibles :  des approches de groupe d’une part, comme par exemple les étudiants palestiniens et leur rôle dans le Mai français ou des études plus biographiques, tout autant que des histoires de vie saisies à un moment donné, ou des productions textuelles ou artistiques conçues par ce type d’acteurs pendant Mai-Juin 68 et qui donnent à voir ou à penser ces évènements. On souhaite ainsi, comme en Mai, faire fi des frontières et penser le monde de l’année 68, en une démarche d’histoire globale. Une exposition virtuelle, destinée à valoriser le fonds d’archives Mai-Juin 68 du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (http://chs-maijuin68.huma-num.fr) avait déjà réuni quelques chercheurs sur cette problématique. Elle est bien entendu loin d’épuiser le sujet, et constitue plus une amorce qu’une exposition exhaustive. Nous espérons donc avec ce colloque réunir d’autres contributions, élargir les problématiques, écouter aussi et recueillir des témoignages. Comme dans l’exposition virtuelle, nous incluons les Départements d’Outre-Mer étant donné la vigueur qu’avaient alors les mouvements indépendantistes et l’impact qu’a pu avoir la présence de leurs ressortissants en métropole pour ces mouvements.

Comité scientifique : Ludivine Bantigny (GRHis, Université de Rouen), Françoise Blum (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS),  Gabrielle Chomentowski (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS), Frank Georgi (Université d’Evry Val d’Essonne), Boris Gobille (ENS Lyon), Burleigh Hendrickson (Pennsylvania State University), Jean-Pierre Le Foll Luciani (Education nationale), Edenz Maurice (Centre de recherches sur les mondes américains/Centre d’histoire de Sciences po), Eugénia Palieraki (Centre de Philosophie Juridique et Politique, CY Cergy Paris Université), Ophélie Rillon (Les Afriques dans le monde, CNRS), Alexis Roy (IMAF, CNRS), Palmira de Sousa (Campus Condorcet), Guillaume Tronchet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris 1-CNRS).

Les propositions de communications (5000 signes maximum), accompagnées d’un bref CV sont à faire parvenir à l’adresse suivante : fblum [at] univ-paris1.fr avant le 30 septembre 2020.

Lieu : Paris, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains et Campus Condorcet – 93000 Aubervilliers

AàC – Colloque philosophique « Penser la Commune », 7-9 avril 2021 (lieu à déterminer)

« Celui qui fait au peuple de fausses légendes révolutionnaires, celui qui l’amuse d’histoires chantantes, est aussi criminel que le géographe qui dresserait des cartes menteuses pour les navigateurs. »

À l’approche du 150e anniversaire de la Commune de Paris, nous souhaitons engager un travail sur la pensée et sur l’action effective de la Commune. Il nous semble en effet que le poids de diverses légendes persiste à occulter tout ou partie du sens de cette séquence historique, comme le déplorait déjà un des premiers historiens de la Commune : le journaliste Lissagaray. Si, selon le mot célèbre de Marx, la République sociale de Paris (18 mars/28 mai 1871), constitua un véritable « sphinx mettant l’entendement bourgeois à si rude épreuve2 », la réflexion sur les énigmes qu’elle posa fut fréquemment entravée par des formations idéologiques rivales (des légendes) faisant écran entre la Commune et notre compréhension de celle-ci : la légende noire versaillaise caricatura la Commune, la légende rouge du marxisme officiel la mythifia et la prolétarisa, la légende bleu-blanc-rouge du républicanisme d’ordre la rejeta vers le passé et en minimisa la portée, afin de magnifier l’œuvre du parlementarisme de la IIIe République.

En contrepoint, de nombreuses recherches ont abondé notre connaissance de la Commune, parmi lesquels on peut citer les travaux anciens des premiers historiens de la Commune et de Maurice Dommanget, ou les travaux plus récents de William Serman, Robert Tombs, Jacques Rougerie et Henri Lefebvre, sans oublier certaines publications contemporaines, telles que celles de Kristin Ross. Parallèlement, un nouvel intérêt pour les récits et les analyses des protagonistes de l’époque a permis la découverte ou la redécouverte des écrits de Benoît Malon, Victorine Brocher, Gustave Lefrançais, Jules Andrieu, Jean Allemane, Alix Payen, etc.

De leur côté, les archives contiennent encore de multiples informations sur ce qui s’est passé avant la Commune, mais aussi pendant celle-ci dans les bataillons de la Garde Nationale, dans les clubs, dans les mairies l’arrondissement, dans la presse, dans les organisations, etc. Leur exploration progressive permet d’affiner ou même parfois de révolutionner notre compréhension de la Commune.

Le 150e anniversaire de la Commune doit être l’occasion de poursuivre ce travail s’élucidation, en lui ajoutant une dimension trop souvent négligée au profit des aspects militaires, événementiels et politiciens : la dimension philosophique de la compréhension de la Commune. Quelles problématisations et quelles conceptions de l’État, du commun, du social, du travail, de l’égalité, de la République, de l’enfance, de l’éducation, de l’art, de la culture, de la relation entre les femmes et les hommes, de l’émancipation, des échanges, de l’argent, de la propriété, de l’économie, de l’autorité, de l’étranger, de la laïcité (même si le mot « laïcité » n’était pas encore en usage), de la justice, de la morale, de la science, de la violence, de la vie et de la mort, etc., circulaient dans le mouvement et au sein des
acteurs de la Commune ?

Sur tous ces points, on ne peut plus se contenter de dire que la Commune avait lu surtout Proudhon mais n’avait pas pu lire Marx, puisque que le Manifeste du Parti Communiste, rédigé en 1848, n’avait toujours pas été intégralement diffusé en français en 1871, tandis que la première traduction partielle du Capital ne parut qu’en 1872. On ne peut plus non plus se contenter de négliger la place de la Commune dans l’histoire des pensées républicaines, des pensées socialistes, des pensées libertaires, des conceptions syndicalistes révolutionnaires et, plus globalement, dans les débats et les élaborations conceptuelles propres au(x) mouvement(s) ouvrier (s) et révolutionnaire(s). Au regard des enjeux historiographiques et des enjeux contemporains, il est important de revenir, par une étude collective rigoureuse, au plus près de ce que pensaient et exprimaient les acteurs de la Commune.

Pour traiter ces différents aspects, nous suggérons de suivre principalement, mais pas
exclusivement, trois axes croisés :

  • a) la pensée politique et philosophique de la Commune, dans son rapport fondamental à la question de l’émancipation et/ou de la libération ;
  • b) la politique scolaire et éducative de la Commune ;
  • c) la place et le sens de la Commune dans l’évolution de la philosophie républicaine et sociale, notamment dans la perspective du lien entre laïcité et égalité.

AàC – Colloque international « Universities and witchcraft. In Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period », 9-10 Sept. 2021, Bologne

The Centro interuniversitario per la storia delle università italiane (CISUI) is hosting the
“Universities and Witchcraft in Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period ” conference. The Conference theme is the involvement of Universities “as institutions”, over the issue of witchcraft from the Middle Ages to the Modern Age throughout Europe: west, east, Catholic, Protestant.

Decisions made by academic institutions throughout the period in question had a major cultural and social impact. Such was the case, for example, of the responsa issued by the College of Theologians of the University of Paris in 1398. They approved twenty-eight articles condemning not only Satan’s snares, the Devil’s Contracts and magical practices used to subjugate devils to his service, but condemned also the scepticism of those who did not believe in the articles’ effectiveness. The articles addressed issues relating to witchcraft and covered intellectuals “as professors”, students’ behaviours, attitudes, doctoral theses and dissertations, as well as university courses.

In the spirit of the above and by way of illustration, the main aspects (12th to 18th centuries) on which proposals for papers should be based are:

  1. The reactions of universities to cases in which their students and professors were formally
    questioned over witchcraft;
  2. University courses and responsa / consilia on matters of witchcraft;
  3. Doctoral theses and dissertations on witchcraft;
  4. Student behaviours, attitudes, and witchcraft (e.g. blasphemy and superstitions ventilating
    witchcraft; provisions of university college statutes; provisions regarding student behaviour and parties; satirical compositions).

Alongside Italian, conference languages include French, English, Spanish and German.
Proposals (title and abstract of no more than ten lines, together with name, contact details, and a brief curriculum vitae) must be submitted to the Scientific Committee – professors Patrizia Castelli, Marco Cavina, Guido Dall’Olio, Maria Rosa Di Simone, and Vincenzo Lavenia) – by and no later than 16 November 2020 at the following email address: cisui.redazione [at] unibo.it. Responses to proposals will be sent by 21 December.

CISUI will arrange overnight hotel stay and meals for conference speakers, as well as
publication of conference papers in the CISUI series “Studi e ricerche sull’università”, Il Mulino Editore

AàC – « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations », en vue d’un colloque international (24-25 juin 2021, Université de Lausanne)

  • 15 septembre 2020 : envoi des propositions
  • Décembre 2020 : réponse aux auteurs
  • 11 juin 2021 : envoi de la communication
  • 24-25 juin 2021 : colloque à Lausanne
  • 15 septembre 2021 : remise des papiers sélectionnés pour publication

Encore peu de travaux se sont intéressés à l’internationalisme éducatif tel qu’il se développe au cours de la Guerre froide. Cette période offre pourtant un cadre exceptionnel pour saisir l’évolution et les métamorphoses des processus d’internationalisation des savoirs et des pratiques éducatives, que ce soit dans la sphère scolaire ou extra-scolaire. Portés par une multitude d’acteurs nationaux, internationaux et impériaux, ceux-ci s’articulent en effet étroitement non seulement avec les enjeux posés par l’affrontement idéologique entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, mais aussi avec le processus de construction européenne, la décolonisation, l’émergence du « tiers-mondisme » et les tentatives de régulation des relations internationales (maintien de la paix, etc.). Dès lors, il s’agit dans ce colloque de poser les bases pour une histoire plurielle et croisée de l’internationalisme éducatif, en retraçant ses formes, ses trajectoires (Nord-Sud, Est-Ouest, Sud-Sud) ainsi que son impact sur le cadre politique et les rapports de force déterminés par la « Guerre froide globale ».

AàC – Regards croisés sur les colonies de vacances, en vue d’un colloque les 4-5 nov. 2020 à l’Université d’Angers

Rapports parlementaires, journées professionnelles (colloques récurrents de l’UNAT, conférence-débat organisée en mars 2020 par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire), volonté de labellisation, campagnes publicitaires… les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition. Pourtant, alors que le taux de départ des enfants et des jeunes (avec ou sans les parents) a globalement progressé pour se stabiliser autour de 75 % aujourd’hui, le départ en colonies a lui drastiquement diminué : 7,5 % des 5-19 ans partaient en séjours collectifs au début des années 2010, contre 14 % en 1995. En 2016/2017, ce sont 8,9 % des enfants de moins de 15 ans qui partent en colonies de vacances ou en camps de centres aérés, ce qui représente un peu plus d’un million d’enfants (mais plus de 40 % des enfants du même âge sont partis avec leurs grands-parents ou un membre de la famille) et on estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents (Ovlej, 2013 ; Khiati & Gitton, 2018).   

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Aussi, nous proposons de croiser des regards disciplinaires et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels à l’occasion d’un colloque de deux jours qui explorera les pistes exposées ci-après. Dans cette perspective, sont attendues des communications relevant de l’histoire, de la géographie, de l’aménagement, du droit, de l’économie, de la sociologie, de la psychologie… 

AàC – « Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (France, 1849-1924) », en vue d’une journée d’études au Musée Rodin (Paris), le 7 mai 2021.

La deadline de l’AàC a été déplacée au 31 juillet 2020 et la journée d’études décalée au 7 mai 2021.

Dans le cadre de l’exposition « Juana Romani (1867-1923), modèle et peintre. Un rêve d’absolu » (l’exposition, initialement prévue du 13 mai au 20 septembre 2020, a été reportée du 5 mai au 19 septembre 2021), le musée Roybet-Fould de Courbevoie a souhaité approfondir la réflexion sur la formation des artistes femmes au XIXe siècle. Les problématiques de transmission pratique et intellectuelle ont notamment été explorées par Alain Bonnet et France Nerlich dans Apprendre à peindre. Les ateliers privés à Paris. 1780 à 1863, publication (2013) issue d’un colloque tenu en 2011. L’essai de Séverine Sofio dans ce même ouvrage, ainsi que ses recherches sur les artistes femmes de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle (2016), ont permis de faire émerger le rôle des artistes femmes en tant que formatrices. La pédagogie était également au cœur de la récente exposition Transmission/Transgression. Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… (2019), contribuant à mettre en exergue les nombreuses sculptrices formées dans l’atelier d’Antoine Bourdelle. À la suite de deux colloques organisés par AWARE, l’un autour de la problématique de la parentèle (2016), l’autre sur la formation et la professionnalisation (2019), et ce sur une large période entre le XIXe et le XXe siècle, il paraît pertinent de se pencher sur la manière dont les élèves se sont construites en tant qu’artistes au travers de l’apprentissage auquel des femmes ont pu contribuer.

AàC en vue d’un colloque : « Apprentissages, stratégies et politiques éducatives. Quelles interdisciplinarités, méthodologies et perspectives internationales ? »

Ce colloque est soutenu par le Pôle d’Innovation, de Recherche, d’Enseignement pour l’Éducation d’Aix-Marseille (AMPIRIC) financé dans le cadre du troisième Programme d’Investissements d’Avenir (P.I.A. 3). Ce projet émanant de la Structure Fédérative d’Études et de Recherches en Éducation de Provence (SFERE-Provence), vise à améliorer les performances des élèves, notamment ceux qui sont en difficulté, dans leur apprentissage en développant, expérimentant, diffusant des approches pédagogiques innovantes par une mise en réseau entre activités de recherche, formation et enseignement. Dans cette perspective, l’objectif de ce colloque biannuel, est le décloisonnement disciplinaire pour développer les connaissances dans les domaines des apprentissages, des organisations et des systèmes institutionnels de formation et d’éducation.

Cette deuxième édition du colloque invite à analyser les conditions de la réussite éducative à travers les nouveaux défis posés aux recherches sur les apprentissages, et en particulier, aux recherches sur les politiques et stratégies éducatives. Les politiques éducatives font l’objet de nombreux débats en France, mais également à l’échelle européenne, compte tenu de la mise en place des benchmarks européens concernant l’Education et la Formation (sur lesquels sont évalués et comparés les différents pays). En la matière, les dernières données PISA questionnent une nouvelle fois la capacité du système éducatif français à prendre en compte la diversité des élèves et pointe l’immense importance de l’environnement dans l’apprentissage. Un nouveau débat aujourd’hui, au cœur duquel on trouve le concept de globalisation, est en train d’être engagé et n’est pas sans conséquences pour les questions éducatives (Delvaux et al., 2015). L’interrogation sous-jacente à cette réflexion concerne la pertinence de l’État-nation comme espace de décision en matière d’éducation, étant donnée la multiplication des niveaux de pouvoir entre le local et le global. Le processus de globalisation se double, dans l’espace européen, d’un projet d’intégration économique et politique tout à fait original. L’adoption de toute une série d’actes communautaires (décisions, recommandations, résolutions, etc.), bien que sans valeur juridique contraignante, ont une prise directe ou indirecte sur les affaires éducatives des états membres). Ceci n’est pas contradictoire avec le maintien, à l’intérieur des frontières de chaque État membre, de marges relativement importantes d’autonomie, beaucoup plus évidentes en ce qui concerne la production d’un discours de légitimation nationale que dans la formulation de politiques alternatives (Nóvoa, 1998). 

Les politiques éducatives s’entendent dans ce colloque au sens large et renvoient autant aux stratégies supranationales, aux politiques nationales, régionales et locales ainsi qu’aux stratégies et aux choix des différents acteurs du système éducatif (acteurs académiques, établissements, équipes éducatives, familles ou encore des élèves). La question de la stratégie et du choix fait également référence à la construction des professionnalités enseignantes dans des contextes organisationnels spécifiques où se définie une appropriation localisée des politiques publiques.

Parce que les politiques et les stratégies éducatives renvoient à des processus complexes et multidimensionnels, elles sont analysées dans ce colloque en portant une attention particulière à la question de l’interdisciplinarité des recherches. Le décloisonnement disciplinaire dans le champ de l’éducation est en lien étroit avec le décloisonnement méthodologique, voire épistémologique des travaux. En outre, la controverse mettant en discussion les différentes méthodes d’objectivation inscrites au cœur de paradigmes, peut donner lieu à un débat sur des stratégies d’intégration de données quantitatives et qualitatives, telles que la complémentarité, la combinaison et la triangulation (Anadón, 2019). Un tel débat implique une émergence paradigmatique (Bal et Trainor, 2016) où peuvent être discutés, aux frontières de différentes méthodologies et disciplines, des énoncés théoriques sur la question des apprentissages.

Les politiques et les stratégies éducatives ainsi que les défis méthodologiques et interdisciplinaires relativement à ces questions sont analysées au travers des quatre axes suivants.

AàC pour un n° de la revue Synergies France intitulé : « Politique(s) linguistique(s) et formations universitaires dans le monde francophone ».

  • Date de remise des articles : 31 juillet 2020

Les articles de ce numéro de Synergie France s’intéresseront à différentes problématiques que soulève la question des formations universitaires en politique linguistique dans des contextes francophones. Ils pourront prendre la forme de panoramas généraux historiques ou contemporains, d’une réflexion globale sur les évolutions dans le domaine ou se centrer sur des études de cas, présenter des formations en politique linguistique et politique linguistique éducative, s’intéresser aux contenus, aux orientations, aux posture épistémologique, aux idéologies, aux savoirs et savoir-faire d’expertise, aux finalités, aux débouchés, à la reconnaissance sociale, universitaire ou scientifique de ces formations.

AàC en vue d’un colloque : « Sports, culture populaire et culture matérielle ».

Résumé :

À l’heure où le sport s’ancre de plus en plus dans le quotidien et ses objets, ainsi qu’au sein de la culture populaire, ce colloque entend questionner les pratiques sportives et/ou ludiques productrices ou dérivant de cette culture, en se focalisant sur les biens matériels, produits et reflets d’une société donnée.  Ces journées s’intéresseront à la production, la consommation, l’usage de ces objets (du jouet aux applications mobiles, en passant par les productions médiatiques), mais aussi aux comportements, normes et rituels qu’ils mettent en jeu. Favorable aux approches pluri et transdisciplinaires, ce colloque explorera plusieurs thématiques, parmi lesquelles l’éducation, l’identité, la sociabilité, la médiatisation, la patrimonialisation, le rapport à l’imaginaire, ainsi que le rapport aux innovations et au progrès technique et technologique.

At a time when sport is increasingly anchored in our everyday lives and objects, as well as in popular culture, this symposium intends to study these sports and/or playful practices which produce – or derive from – this culture, focusing on material goods, which are both products and reflections of a given society.  This event will focus on the production, consumption and use of these objects – from toys to mobile apps and media productions), but also on the behaviors, norms and rituals they create. Favoring pluri- and transdisciplinary approaches, this symposium will explore several themes, including education, identity, sociability, media, heritage, imagination, as well as innovation, and both technical and technological progress.

AàC – « Education et crise sanitaire », revue Carrefours de l’éducation

Carrefours de l’éducation lance un appel à projet d’articles sur la crise sanitaire et ses conséquences éducatives. Le dossier sera coordonné par Bruno Poucet, Julien Cahon, Lucie Mougenot et Mickaël Le Mentec.

Le dossier comportera environ 6-8 articles (autour de 35 000 signes, en respectant les normes qui seront adressées ultérieurement aux contributeurs retenus), une note de synthèse (autour de 60 000 signes), et deux articles internationaux (en français d’environ chacun 35 000 signes).

Un résumé de 1500 signes précisant les sources mobilisées (archives, enquêtes, entretiens, publications, autres), est attendu pour le 15 septembre 2020 ; une réponse sur l’acceptation du projet sera donnée dans le mois qui suit.

Les articles seront à remettre le 30 janvier 2021 (dernier délai) pour une parution prévue au plus tard dans le numéro 54 de décembre 2022.

La question de la continuité éducative a été l’un des défis majeurs pendant la période de confinement et pendant la période qui suit. Ce défi peut se prolonger si une seconde vague épidémiologique devait être constatée, ou en cas d’autres épisodes pandémiques dans les années à venir. Il concerne l’ensemble du système éducatif, quels que soient les niveaux, les secteurs et les filières d’enseignement ou de formation.

AàC – ICHRE summer conference 2020

Dear All,

We hope you are keeping well. In view of the current pandemic, ICHRE has decided to replace its planned summer conference for 2020 with an online history of education research conference on 9 July 2020. This will be organised to help maintain contacts between researchers in the history of education in the UK and in different parts of the world, and also to highlight new research and current publications and projects in the history of education.

The conference will be free to attend and open to all, and run via Blackboard Collaborate. Please see our new website for further information about the conference.  We plan to organise the day in three sections from 10.30 to 17.30 UK time to allow participation as appropriate from different time zones, with breaks envisaged. At this stage conference sessions will run (session 1) from 11.00 to 12.30, (session 2) from 14.00 to 15.30, and (session 3) from 16.30 to 17.30 UK time – we will circulate a full programme in due course. The format will be short (max 10 minutes) presentations with plenty of time for discussion. We welcome works-in-progress and contributions from researchers and research students at any stage of a project.  We welcome offers to contribute short presentations and messages suitable for the online format.

A: Presentations on new research in the history of education:  please send

  1. A short title
  2. An abstract (up to 200 words)
  3. Contact details and affiliation/s of presenters as appropriate to be shared with members of the conference
  4. Confirmation that the lead presenter (and others as appropriate) will take part in the conference, and a preferred session for the presentation if appropriate due to timezones etc.

Please send this information to Professor Gary McCulloch at g.mcculloch [at] ucl.ac.uk by Monday 15 June, with email heading of ICHRE online conference 2020.  These will be assessed and confirmed for inclusion, to be included in a draft programme to be circulated by Wednesday 1 July. Presentations at the conference will be for 10 minutes maximum, and online facilities will permit up to 5 slides to accompany the presentation. Presentations must be delivered in English.

B: Book launches Please send details of new authored or edited books in the history of education to be highlighted at the conference. Please send:

  1. Details of the book – title, author/s, publisher, ISBN
  2. Link to publisher’s website with general details of book contents, if available
  3. Contact details and affiliation/s of presenters as appropriate to be shared with members of the conference
  4. Confirmation that the lead author (and others as appropriate) will take part in the conference, and a preferred session for the conference if appropriate due to timezones etc.

Please send this information to Dr Maria Williams at maria.williams.14 [at] alumni.ucl.ac.uk by Monday 15 June – with email heading of ICHRE online conference 2020.  These will be assessed and confirmed for inclusion, to be included in a draft programme to be circulated by Wednesday 1 July. Book launches at the conference will be for 10 minutes maximum, and online facilities will permit up to 5 slides to accompany the launch.

C: Messages for conference delegates from groups or individual researchers in the history of education, for general contact or responses to the conference. Please send before or during the conference via the registration page. 

Registration

Please register for the conference, which is free to all, as soon as possible and by 1 July at the latest.  Further details of accessing the conference online and the draft programme will be circulated to registered delegates of the conference. We look forward very much to providing a means to maintain contact between researchers in the history of education in the UK and around the world, and to highlighting new research, and to welcoming you to the online conference on Thursday 9 July.

With best wishes, 

Georgina Brewis, Mark Freeman, Gary McCulloch, Maria Williams and Tom Woodin  

International Centre for Historical Research in Education, UCL Institute of Education   Twitter: @ioe_ichre Web: https://blogs.ucl.ac.uk/ichre/

AàC – Idées reçues et nouvelles pistes de réflexion sur Grégoire Girard et l’histoire de l’éducation en Suisse (Fribourg, 17 avril 2021)

La littérature consacrée à Grégoire Girard (1765-1850), depuis plus de deux siècles, s’avère particulièrement riche et la trajectoire comme l’œuvre de ce scientifique semblent désormais éprouvées. Il serait toutefois regrettable de s’arrêter en route, puisque de très nombreuses pièces d’archives (correspondance, écrits divers, etc.) attendent encore d’être traitées. Par ailleurs, l’historiographie progresse et s’est dotée ces dernières années d’outils efficients qui permettent de réévaluer ou de complexifier les recherches rédigées dès la disparition du cordelier.

Dans cette perspective, le Cercle d’études Grégoire Girard organise un symposium le samedi 17 avril 2021 afin de dresser un état des lieux des études girardiennes, et en filigrane pour poser de nouvelles interrogations sur l’histoire de l’éducation en Suisse. Cet événement cherchera plus particulièrement à valoriser des investigations originales et à ouvrir des chantiers de recherche inédits.

Ce symposium se présentera sous une forme particulière – un peu différente d’un colloque – avec la présentation en maximum 15 minutes d’une thèse, d’une hypothèse, d’un positionnement ou d’un questionnement original sur l’œuvre philosophique, théologique, économique, architecturale, pédagogique, scientifique du Père Girard.

Dans cette perspective, les contenus suivants seront particulièrement appréciés :

  • une problématique, un axe de lecture original qui permettent d’interroger l’œuvre ou la trajectoire de Girard à nouveaux frais ;
  • une relecture ou une réinterprétation à partir d’une source originale, peu ou pas connue ;
  • une prise de position qui révèle une nouvelle lecture ou récuse une idée reçue ;
  • tout élément qui permettra de réévaluer un aspect ou d’initier une réflexion neuve sur Girard
  • mais aussi sur l’histoire de l’éducation suisse des 18e et 19e siècles.

Les propositions de maximum 400 mots, accompagnées d’un bref CV, sont à adressées d’ici au 1er novembre 2020 à l’adresse : cerclegregoiregirard@hotmail.com. Une réponse vous sera donnée le 11 janvier 2021. Les langues du symposium sont le français, l’allemand et l’anglais. Pour information, les contributions seront vraisemblablement publiées dans une collection à définir, sous la forme d’articles dynamiques de max. 25’000 signes (normes APA).

AàC – « Instituer la famille, entre parenté et parentalité », Revue des politiques sociales et familiales

Calendrier

  • 1er juillet 2020 : Soumission des résumés d’articles
  • 15 juillet 2020 : Retour aux auteur.es
  • 1er septembre 2020 : Soumission des articles scientifiques
  • 1er octobre 2020 : Soumission des articles de synthèse ou d’études statistiques

Appel à contributions

La parentalité est souvent pensée comme relevant de la sphère “privée”. Pourtant, elle n’en est pas moins surveillée et encadrée par un ensemble d’institutions, que Jacques Donzelot (1977) qualifie de “police des familles”. Les institutions légales par exemple régulent l’accès au statut de parent (la parenté) et l’établissement de la filiation, tandis que les institutions médicales encadrent l’engendrement, notamment dans le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) ou aux moyens de contraception. De même, l’exercice du rôle de parent (la parentalité) fait intervenir un ensemble d’agents institutionnels : des professionnels de l’enfance à ceux de l’éducation, en passant par les services sociaux. Ces institutions sont aussi porteuses de normes dominantes quant à la famille.

Continuer la lecture de « AàC – « Instituer la famille, entre parenté et parentalité », Revue des politiques sociales et familiales »

AàC – Coopérations, circulations et trajectoires trans-impériales en Afrique (fin du XIXe siècle-années 1960), Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique

Calendrier

  • Envoi des propositions : 1 octobre 2020. Merci d’adresser un résumé en français de max. 500 mots accompagné d’une biographie de 100 mots aux adresses suivantes : damianomatasci@gmail.commbjeronimo@gmail.com. Le résumé doit également préciser la démarche méthodologique que l’auteur.e propose de suivre, expliquant notamment comment il/elle entend exploiter la dimension trans-impériale et documenter empiriquement les différentes échelles d’analyse.
  • Notifications aux auteur.e.s : 15 octobre 2020. Les propositions seront sélectionnées par les éditeurs et le comité éditorial de la RHCA
  • Envoi de la première version de l’article : 15 janvier 2021
  • Publication fin 2021

Coordonné par Damiano Matasci (Université de Genève) et Miguel Bandeira Jerónimo (Université de Coimbra)

Ce numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique se focalise sur l’histoire des circulations, des échanges et des collaborations qui se sont tissées en Afrique entre la fin du XIXe siècle et les années 1960. Il discute, tout en le prolongeant, le récent renouvellement de l’histoire coloniale et impériale stimulé par le « tournant » transnational et global des sciences sociales. Au cours de ces dernières années, en effet, une intense réflexion s’est engagée sur le rôle de la « globalisation impériale » dans la formation des dispositifs idéologiques, institutionnels et technologiques au cœur de la mondialisation contemporaine ainsi que sur les acteurs qui, agissant dans les interstices des espaces coloniaux, ont alimenté les processus d’interconnexion entre les pays et les régions du monde (Magee, Thompson, 2010).

Ces analyses ont stimulé un riche débat méthodologique, en particulier dans le monde académique britannique, et ont accompagné l’émergence de nouveaux « labels » historiographiques. Martin Thomas et Andrew Thompson invitent à relire l’histoire des empires coloniaux – depuis la phase du « haut impérialisme » de la fin du XIXe siècle jusqu’aux décolonisations – à la lumière de ses « effets globalisants » (2014 : 142). Ceux-ci incluent l’émergence de nouveaux mécanismes régulant les flux de personnes, de capitaux et de marchandises à travers le monde, tout comme la structuration de formes de violence et de conflictualité qui accompagnent et survivent à la fin des empires. D’autres historiens proposent de repenser l’histoire coloniale et impériale à l’aune des apports de l’histoire transnationale et globale (Fichter, 2019 ; Grant Levine, Trentmann, 2007 ; Akita, 2002). Simon J. Potter et Jonathan Saha soulignent l’intérêt d’adopter une « approche connectée » et de se pencher sur les manières dont « people in the past themselves understood (and sought to influence) patterns of long-distance interaction » (2015 : 4). Gareth Curless, Stacey Hynd, Temilola Alanamu et Katherine Roscoe proposent quant à eux une « approche décentrée », accordant une attention particulière aux « multiple networks of capital, goods, information, and people that existed within and between empires » (2015 : 713). Enfin, dans un article programmatique paru en 2018 dans le Journal of Modern European History, Daniel Hedinger et Nadine Heé ont défini les contours d’une « histoire trans-impériale » dont l’objectif est de placer dans un seul cadre analytique les phénomènes de compétition, coopération et connectivité qui émaillent l’histoire de la colonisation. L’enjeu est de dépasser la simple comparaison statique entre formations impériales pour se focaliser sur les « movements of people, knowledge and goods across empires » ainsi que sur la formation d’« imperial alliances as well as anti-imperial networks and exchanges » (2018 : 439).

Ces nouvelles recherches remettent en question l’espace impérial comme unité d’analyse exclusive pour le récit historique. La démarche méthodologique qui sous-tend cette réflexion repose sur une nouvelle appréciation du potentiel heuristique de la comparaison (Keese, 2007). En cela, ces auteurs renouvellent la proposition d’Ann Laura Stoler et de Frederick Cooper qui déjà à la fin des années 1990 appelaient à s’intéresser aux « circuits coloniaux », à savoir aux manières à travers lesquelles « des idées, des individus, des produits et des capitaux ont circulé non seulement entre la métropole et la colonie mais aussi au sein et entre les empires » (Stoler, Cooper, 1997 : 28). Dans ce sillage, de nombreux travaux se sont intéressés aux pratiques d’« apprentissage inter-impérial » (Bala, 2018 ; Coghe, 2015 ), aux « rencontres coloniales » (Leonhard, Hirschhausen, 2014 ; Lindner, 2011) ou encore à la co-production et aux transferts de savoirs (Kamissek, Kreienbaum, 2016 ; Barth, Cvetkovski, 2015 ; Meertens, Lachenal, 2013 ; Neill, 2012).

Ce numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique a pour objectif d’approfondir ces réflexions récentes en les ancrant dans plusieurs terrains empiriques. Son ambition est de montrer le double intérêt historiographique d’une approche trans-impériale. Il s’agit, d’une part, d’interroger comment les processus de connexion et de coopération structurent non seulement la gouvernance coloniale mais aussi la vie quotidienne des colonisés, façonnant de nouveaux rapports sociaux, raciaux et genrés (Mitchell, Shibusawa, Miescher, 2014). D’autre part, cette approche permet de dévoiler les limites de la portée globale de l’impérialisme, rappelant l’importance de prendre en considération les spécificités locales de chaque situation coloniale et les manières dont la mise en place de réseaux d’interconnexion a (aussi) engendré, sur le terrain, des dynamiques d’exclusion et d’inégalité. L’enjeu est alors de questionner les limites, les ambivalences et les contradictions inhérentes aux processus de mondialisation, prolongeant ainsi les réflexions de Frederick Cooper sur ce sujet (2001).

Continuer la lecture de « AàC – Coopérations, circulations et trajectoires trans-impériales en Afrique (fin du XIXe siècle-années 1960), Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique »

AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal of Educational History (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics

Continuer la lecture de « AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020 »

Appel à communications – Centenaire de l’École de préparation des professeurs de français à l’étranger (EPPFE): 1920- 2020

Colloque international organisé par le DILTEC-Sorbonne Nouvelle Paris 3, en association avec le STIH-Sorbonne Université, les Cours de Civilisation Française de la Sorbonne (CCFS), la Société Internationale d’Histoire du français langue étrangère et Seconde (SIHFLES)
 
Se pencher sur l’histoire de l’EPPFE à l’occasion de son centenaire revient à interroger les dynamiques globales de formation des enseignants de français langue étrangère afin de dessiner une géopolitique des institutions chargées de ces formations. Plus largement, ce colloque vise à mettre en lumière l’apport des travaux en histoire de la didactique des langues et des cultures et se situe dans la continuité d’autres manifestations scientifiques. En mai 2008, une première journée d’étude, intitulée « L’École de préparation des professeurs de français à l’étranger à l’UFR DFLE. Histoire d’une institution (1920-2008) », a eu lieu dans les murs mêmes où cette institution a été créée. Depuis 2017, le programme CLIODIL du DILTEC (Histoire et historicité en didactique des langues) explore la dimension historique de et dans la didactique des langues. Ce programme, dont le colloque fait entièrement partie, entend contribuer à une refonte de l’histoire de cette discipline selon une approche globale et connectée (Appadurai 2001, Bertrand 2011, Subrahmanyam 2007 et 2014), qui prend en charge le continuum des échelles d’étude et la notion de régime d’historicité (Hartog 2003), tout en faisant une large place à l’anthropologie historique (Wachtel 2014) et à la démarche indiciaire (Ginburg, 2010).
 
Dans cette perspective, le DILTEC ouvre largement cet appel aux chercheurs qui ont contribué, mais également à ceux qui ont hérité de cette histoire, afin de comprendre les dynamiques de continuité et discontinuité impactant la formation des enseignants de 1920 à 2020. Ce colloque sera également l’occasion pour le Diltec de présenter de manière inédite et dynamique les archives existantes sur l’école conservées sur place.

Les communications pourront s’inscrire dans quatre axes visant l’histoire de l’école elle-même ou mettant en dialogue l’histoire de l’EPPFE avec les histoires de la constitution du champ de la didactique des langues et des cultures, et notamment avec d’autres écoles du même type.
 
Vous trouverez l’appel à communication complet en suivant ce lien : https://cent-eppfe.sciencesconf.org/

La date limite de soumission de cet appel à communication a été repoussée au 25 février 2020 .

Appel à communications – Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations

Vous trouverez ci-dessous  un appel à contributions pour un colloque international organisé par Raphaëlle Ruppen Coutaz et Damiano Matasci les 24 et 25 juin 2021 à l’Université de Lausanne sur la thématique « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations ». 

Les propositions (300 mots max. en fichiers word ou pdf, en français ou en anglais) sont à envoyer avant le 15 septembre 2020 aux adresses suivantes: Raphaelle.RuppenCoutaz [at] unil.ch , Damiano.Matasci [at] unige.ch. 

Dans le sillage du tournant transnational et global de la recherche historique de ces dernières années, plusieurs études se sont focalisées sur l’histoire des internationalismes aux XIXe et XXe siècles. L’un des pionniers de la réflexion dans ce domaine, Akira Iriye, définit cette notion de manière très large, incluant toute activité visant à promouvoir la coopération internationale (Cultural Internationalism, 1997). Expression d’un idéal et pratique ancrée dans une multitude de terrains, l’internationalisme peut donc répondre à des motivations très diverses. 

L’éducation constitue assurément un point d’observation privilégié pour saisir les acteurs, la portée et les logiques parfois contrastées de ce phénomène. Plusieurs chercheuses et chercheurs en ont d’ailleurs retracé l’histoire depuis son émergence au XIXe siècle jusqu’à son institutionnalisation au cours de la première moitié du XXe siècle. En revanche, encore peu de travaux se sont intéressés à l’internationalisme éducatif tel qu’il se développe au cours de la Guerre froide. Cette période offre pourtant un cadre exceptionnel pour saisir l’évolution et les métamorphoses des processus d’internationalisation des savoirs et des pratiques éducatives, que ce soit dans la sphère scolaire ou extra-scolaire. Portés par une multitude d’acteurs nationaux, internationaux et impériaux, ceux-ci s’articulent en effet étroitement non seulement avec les enjeux posés par l’affrontement idéologique entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, mais aussi avec le processus de construction européenne, la décolonisation, l’émergence du « tiers-mondisme » et les tentatives de régulation des relations internationales (maintien de la paix, etc.). Dès lors, il s’agit dans ce colloque de poser les bases pour une histoire plurielle et croisée de l’internationalisme éducatif, en retraçant ses formes, ses trajectoires (Nord-Sud, Est-Ouest, Sud-Sud) ainsi que son impact sur le cadre politique et les rapports de force déterminés par la « Guerre froide globale ». Notre ambition est, d’une part, d’approfondir et de prolonger les réflexions historiographiques récentes mettant en avant la porosité du « rideau de fer », les ambiguïtés des processus d’« américanisation » et de « soviétisation » des sociétés occidentales ainsi que les intenses interactions entre les deux blocs et les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. D’autre part, cette rencontre aspire aussi à réintroduire le paradigme européen au cœur des enjeux marquant la deuxième moitié du XXe siècle.

Nous souhaitons réunir des contributions de chercheuses et chercheurs, juniors ou confirmés, autour de trois axes de recherche principaux :

1. Des « guerriers de la Guerre froide » ? Les acteurs des internationalismes en matière d’éducation

2. Les modèles et paradigmes éducatifs à caractère internationaliste

3. Les instruments, les pratiques et les résultats des internationalismes éducatifs

L’appel complet est disponible ici.

Appel à communications – Higher education institutions coping with internal and external challenges » (Porto – 6-8 juillet 2020)

EUREDOCS is a network of European doctoral students researching on issues related to the Europeanization of higher education and research. The network gathers doctoral students and those awarded the doctoral degree in the last three years researching on European higher education issues. It aims to facilitate and enhance communication among them and to promote publication and dissemination of research results, and enable exchange and mobility among young scholars in this field.

EUREDOCS is an interdisciplinary network and accepts membership from doctoral students and recent doctoral awards in sociology, political science, economics, history, and educational studies.


The 12th EUREDOCS Conference focuses on the following topic:
“HEIs coping with external and internal challenges”

The deadline for the submission of a proposal is 31st March 2020.

More information available here.

Appel à communications – Politiques et territoires en éducation et formation : enjeux, débats, perspectives

Le laboratoire LISEC (Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l’Éducation et de la Communication (http://www.lisec-recherche.eu/) organisé conjointement avec l’AECSE (Association des Enseignant.e.s Chercheur.e.s en Sciences de l’Éducation, https://aecse.net/) le Colloque Inter-Congrès AREF 2020, Politiques et territoires en éducation et formation : enjeux, débats, perspectives“ qui  se tiendra le 8 et 9 juillet 2020 à Nancy sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine.

Date limite de soumission: 2 février 2020

Par la thématique choisie, le colloque a pour objectif de réfléchir aux rapports entre les politiques d’éducation, de formation et les territoires à partir de trois axes :

Axe 1 : La mise en oeuvre et la réception des politiques dans les territoires

Axe 2 : Le changement du nom de la section en « sciences de l’éducation et de la formation » : un territoire interrogé par la recherche

Axe 3 : Le territoire compris comme un ensemble d’espaces de cheminement

Plus d’informations ici: https://inter-aref-2020.event.univ-lorraine.fr/data/pages/APPEL_A_COMMUNICATION_final_corrige.pdf