AàC – “L’Éducation une affaire d’État ?”, Université de Corse Pasquale Paoli

https://calenda.org/1107409

Ce colloque organisé par la chaire Unesco Devenirs en Méditerranée de l’université de Corse Pasquale Paoli souhaite faire un nouvel état des lieux des rapports étroits entre État et éducation, au regard de l’actualité brûlante et des évolutions de la société de ces vingt dernières années, par des études de cas liées aux collectivités territoriales, aux tiers-lieux ou aux mobilisations sociales qui pourraient indiquer les changements et les limites des politiques éducatives (langues, diversité culturelle…) dans le cadre français, à travers les exemples de la Méditerranée, des territoires insulaires ou notamment des territoires engagés dans la décolonisation des savoirs. Ce sera l’occasion de faire dialoguer les disciplines et les nombreux acteurs du monde de l’éducation, sans exclusive.

AàC – « Les marâtres 2. Familles, lieux et patrimoines », Valenciennes, 21-22 novembre 2024

Ce colloque est le second du projet « Marâtres. Secondes épouses, fils et filles d’avant »

LARSH, Université Polytechnique Hauts-de-France – CREHS, Université d’Artois

Le projet « Marâtres » est un projet d’anthropologie sociale transpériodique, de l’Antiquité à nos jours, ouvert aux approches littéraires, sociologiques et juridiques, qui vise à interroger la construction sociale et mentale de la marâtre, figure stigmatisante et stigmatisée de la seconde épouse du père.

La réflexion est née des évolutions récentes de notre société occidentale. La montée des divorces et des séparations, ainsi que les nouveaux types d’union bouleversent les formes de la parentalité et des relations adelphiques en questionnant la primauté des liens du sang. Les recompositions familiales contemporaines qui peuvent en résulter et l’évolution du droit de la famille conduisent ainsi à s’interroger notamment sur la beau-parentalité en général, et sur la figure de la belle-mère en particulier. Si les relations familiales ne sont jamais simples, et encore moins dans le cas des recompositions, il semble que les femmes rencontrent des difficultés particulières dans leurs relations avec les enfants de leur partenaire et qu’il peut en résulter des tensions, parfois intenses et difficiles à résoudre, qui renvoient, ne serait-ce qu’inconsciemment, à la figure honnie et redoutée de la marâtre des contes, ce qui révèle le poids des représentations négatives persistantes. Ces situations, nullement propres à l’époque contemporaine, s’inscrivent dans une histoire longue de la mortalité maternelle, du veuvage et du remariage, des séparations et répudiations, ainsi que des relations parents-enfants. Ces situations familiales sont contraintes par les normes sociales, culturelles, juridiques et religieuses, et contribuent également à les faire évoluer. Elles font l’objet de nombreux travaux en sociologie, en anthropologie de la famille, mais aussi en histoire, qu’il s’agisse d’études de la démographie, des structures de parenté ou du genre, ce qui a conduit à renouveler l’approche de la conjugalité et du célibat, des maternités et paternités.

Pour autant, la seconde – ou subséquente – épouse qui prend place dans un foyer où se trouvent déjà des enfants issus d’une – ou plusieurs – unions précédentes, n’a pour l’instant pas fait l’objet d’une étude approfondie sur un temps long, même si elle a suscité quelques approches ponctuelles. Le projet « Marâtres » vise donc à comprendre l’émergence de cette figure au sein d’un système de parenté et de conditions historiques qui le produisent, et à saisir son rôle social dans le quotidien des familles et ses effets dans les trajectoires des individus. Pour cela, il s’inscrit dans une démarche d’anthropologie historique attentive tant aux représentations qu’aux pratiques sociales, au croisement de l’histoire de la famille et de la parenté, et en mobilisant les outils de l’histoire du genre et du care. Pour saisir la spécificité de la figure de la marâtre, il importe de la mettre en regard avec d’autres formes de parentalité (spirituelle, baptismale), d’autres figures alternatives de maternité (nourrices, éducatrices) davantage associées à des représentations valorisées, et plus généralement à l’entourage féminin du père. Il apparaît aussi nécessaire de comparer le rôle social de ces différentes femmes au sein des familles, qui à bien des égards peut être assimilé à un rôle de care (ensemble de tâches et dispositions émotionnelles et relationnelles assignées aux femmes, perçues comme jouant un rôle central dans l’entretien du lien social), même s’il ne se limite pas forcément à cela, pour explorer les places et les représentations des figures maternelles au sein des familles.

Une première rencontre scientifique, organisée à Arras les 24-25 novembre 2022, a fait dialoguer plus de 20 chercheurs et chercheuses sur l’articulation de l’étude des mots et des représentations associés à la seconde épouse avec celle des formes familiales et du système de parenté dans lesquels elles s’inscrivent. Les cadres spatio-temporels et les approches ont volontairement été d’une grande diversité pour saisir dans quelles configurations, sociales, culturelles et économiques, relationnelles et affectives, la subséquente épouse devient une marâtre et pourquoi.

Le deuxième colloque, concerné par cet appel, entend prolonger la réflexion en se concentrant sur les conditions de vie des « familles à marâtre ». Il privilégiera les trois axes suivants dans lesquels peuvent s’inscrire les propositions de communication :

1) « Familles à marâtre » : quelles recompositions familiales ?

Le premier axe vise à préciser comment s’opère la recomposition familiale à la suite de l’arrivée de la seconde – ou subséquente – épouse du père : celle-ci favorise-t-elle la continuité ou la destruction de l’ancienne famille au profit d’une nouvelle ? Quel est le sort des enfants des précédentes unions ? Quelles relations la nouvelle femme du père, mais aussi ses propres enfants, en particulier ceux nés du même père, entretiennent-ils avec eux ? L’âge de cette femme, son origine sociale, l’âge et le sexe des enfants trouvés chez le mari, voire d’autres critères, ont-ils une influence ? Quels sentiments et émotions naissent ou se trouvent associés à ces situations nouvelles pour les enfants, comme les parents ? Quels enjeux suscitent des conflits ? Sont-ils de même nature avec les filles et les garçons, les aînés et les cadets, les majeurs et les mineurs, selon les milieux sociaux et les carrières envisagées ? Comment se positionnent les autres membres du groupe familial – paternel comme maternel -, voire des réseaux dans lesquels s’insère la famille conjugale ? Quel est le rôle du père dans la création de la marâtre ? L’image négative associée à la marâtre, redoutée par les enfants des unions précédentes du père, ne doit cependant pas occulter les recompositions familiales où chacun parvient à trouver sa place, ce qu’il faut aussi expliquer. Il importe enfin de comparer l’analyse des pratiques avec les normes en vigueur et le discours qui contribue à légitimer ou à discriminer la belle-mère, pour mesurer et expliquer les décalages.

2) « Familles à marâtre » : quels lieux de vie et de mort pour le groupe familial recomposé ?

Le deuxième axe cherche à introduire une dimension spatiale, en s’intéressant aux lieux de vie et de mort. Comment s’organise concrètement la vie quotidienne dans la maison familiale, à la configuration variable selon les époques, les lieux et les milieux sociaux ? La nouvelle épouse occupe-t-elle les mêmes espaces que la précédente ? Son arrivée, ou la naissance de nouveaux enfants qui en résulte, voire d’autres circonstances, conduisent-elles à un changement de maison ou à des réorganisations domestiques, en particulier de la distribution des chambres ? Comment le père se positionne-t-il sur ces questions ? Les pratiques funéraires peuvent aussi être des indicateurs sur le degré d’intégration de cette nouvelle femme dans la famille et les transformations qui peuvent en résulter : où se fait-elle inhumer ? Aux côtés de son mari et des enfants de celui-ci, ce qui l’associe à ceux-ci dans la mémoire que ce lieu perpétue ? Ailleurs, et dans ce cas, pourquoi et avec qui ? Le décès avant ou après celui du mari joue-t-il un rôle ? Et qu’en est-il de la première – ou des précédentes – épouses, ainsi que des enfants nés des différentes unions ? Cette dernière question revient à s’interroger sur la manière dont est entretenue la mémoire de la conjugalité paternelle.

3) « Familles à marâtre » et patrimoine : transferts et conflits

Le troisième axe, enfin, entend se pencher sur le rôle du patrimoine, matériel et immatériel, dans la recomposition familiale, qu’elle soit pacifique ou conflictuelle. Quelles sont les conséquences de l’arrivée d’une nouvelle épouse en termes de gestion du patrimoine, mais aussi de la transmission de l’héritage aux enfants (biens mobiliers et immobiliers, mais aussi symboliques comme le nom) et de la succession (fonctions et pouvoir) ? Si le droit en matière de patrimoine est largement encadré par des règles juridiques, propres à chaque société, il n’en existe pas moins une certaine latitude qui permet d’associer plus ou moins les individus aux décisions et de privilégier certaines personnes d’une manière ou d’une autre. De quelle manière la subséquente épouse intervient-elle dans les choix ? Quelle position le père adopte-t-il à l’égard des enfants nés de différentes mères ? Comment le couple utilise-t-il le patrimoine conjugal ou propre à chaque époux au profit de la recomposition familiale ? Les conflits liés à l’héritage et à la succession sont-ils plus fréquents dans les familles à marâtre que dans celles où les enfants sont tous nés des mêmes père et mère ? Qu’est-ce qui les distingue lorsqu’ils concernent une famille à marâtre (temporalité, intervention d’autres membres de la famille, du côté maternel ou non) ?

Une publication est prévue pour 2026, qui diffusera les résultats des deux colloques.

Organisation et prise en charge :

Le colloque se tiendra à l’Université Polytechnique Hauts-de-France, à Valenciennes, Campus des Tertiales (centre ville), les 21 et 22 novembre 2024.

Le transport en France et en Europe sera pris en charge, de même que la nuit du 21 au 22 novembre et les repas (2 midis et 1 soir), voire une nuit supplémentaire si les contraintes de transport l’imposent.

Pour les chercheurs et chercheuses extra-européens, leur participation est possible en distanciel, voire en présentiel s’ils autofinancent leur déplacement.

Le colloque est organisé par le LARSH et CREHS (UR 4027).

Modalités de soumission

Les propositions de communication (environ 3 500 signes) doivent, outre un titre, préciser l’approche, la méthodologie et les sources mobilisées et/ou le terrain d’enquête. Elles peuvent s’inscrire dans un ou plusieurs des trois axes proposés.

Elles peuvent se présenter sous la forme d’une réflexion argumentée sur un aspect général ou particulier, d’une étude de cas, de la présentation et de la discussion d’un ouvrage ou encore du commentaire d’un document. Si cela leur semble pertinent, les participant.e.s de la première rencontre sont invités à reprendre le cas qu’ils ont abordé, en mettant l’accent sur les aspects propres à l’appel à communication du second colloque, ceci afin de favoriser une réflexion approfondie sur quelques cas bien documentés ou particulièrement riches.

Elles doivent être accompagnées d’une courte biographie académique de l’auteur, et peuvent être rédigées en français ou en anglais.

Le comité valorisera les travaux de jeunes chercheurs et chercheuses et les recherches inédites, ainsi que l’exploration de nouveaux terrains ou de nouvelles archives, afin d’encourager la discussion sur des recherches en cours. Les communications dureront 20 minutes et un temps important sera laissé à la discussion.

Les propositions sont à envoyer conjointement avant le 15 janvier 2024 à anne.jusseaume@univ-artois.fr ; laurence.leleu@univ-artois.fr ; emmanuelle.santinelli@uphf.fr

Elles seront ensuite examinées par le comité scientifique et une réponse sera donnée aux participant-e-s fin février 2024.

Comité d’organisation :

  • Anne Jusseaume (Université d’Artois, CREHS, IUF)
  • Laurence Leleu (Université d’Artois, CREHS)
  • Emmanuelle Santinelli (Université Polytechnique Hauts-de-France, LARSH)

Comité scientifique :

  • Sabine Armani (Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade UR7338),
  • Marianne Closson (Université d’Artois, Textes et Cultures UR 4028),
  • Aurélie Damet (Paris I Panthéon-Sorbonne, ANHIMA UMR 8210),
  • Vincent Gourdon (CNRS, Centre Roland Mousnier UMR 8596),
  • Régine Le Jan (Paris I Panthéon-Sorbonne, LAMOP UMR 8589),
  • Didier Lett (Université de Paris, ICT EA 337),
  • Nicole Pellegrin (CNRS, IHMC UMR 8066)

AàC – Journées du Mouvement social. Nouveaux chantiers d’histoire sociale (XIXe-XXIe siècles)

Appel à candidature pour l’organisation des Journées du Mouvement social. Nouveaux chantiers d’histoire sociale (XIXe-XXIe siècles)

Date limite de soumission : 30 juin 2024 – A retrouver sur le Carnet du Mouvement social

  1. Présentation générale

Le Mouvement social organise ses premières journées consacrées aux recherches les plus récentes en histoire sociale. Souhaitant mettre en avant des recherches innovantes dans ce champ pour la période contemporaine, la revue propose d’accompagner financièrement et scientifiquement l’organisation, par des jeunes chercheuses et chercheurs, de journées d’étude regroupant doctorants et post-doctorants, amenés à présenter leur recherche entre eux, en dialogue avec des chercheurs plus confirmés durant une à deux journées au mois de juin 2025.

Le comité de rédaction offre la possibilité d’une publication, dans ses pages, d’articles issus des communications.

  1. Éligibilité

Les étudiants inscrits en doctorat (2e année minimum) et les jeunes docteurs (jusqu’à 5 ans après la soutenance) peuvent proposer un projet de journées d’étude, idéalement en binôme ou trinôme. Les participants et participantes doivent également être doctorants ou jeunes docteurs. Des chercheurs confirmés peuvent être invités pour discuter, présider des panels ou ouvrir les journées.

La thématique choisie doit porter sur l’histoire sociale, saisie dans ses objets classiques mais aussi dans ses dimensions méthodologiques (en particulier autour de ses relations avec les autres sciences sociales) ou dans ses récents développements à l’intersection d’autres champs d’étude pour la période contemporaine (XIXe, XXe, XXIe siècles), en France ou ailleurs. Elle doit témoigner de récents renouvellements historiographiques ou méthodologiques. Les perspectives transnationales ou comparées seront particulièrement encouragées et les journées pourront être bilingues (français-anglais).

La revue se propose de prendre en charge l’essentiel du financement de cette ou ces journées, avec une participation complémentaire des laboratoires dont dépendraient les intervenants. Le comité de rédaction assurera le suivi scientifique de la sélection des communications et des chercheurs confirmés.

  1. Soumission des propositions

Les candidates et candidats doivent envoyer d’ici le 30 juin 2024 :

  • Un argumentaire de deux à cinq pages présentant une thématique autour de laquelle organiser les journées, éventuellement accompagnée de premiers participants pressentis et de leur recherche
  • Les coordonnées de deux ou trois porteurs de la journée d’étude, répondant aux critères définis plus haut
  • L’établissement pressenti pour accueillir les journées.

Ces documents seront envoyés conjointement à Antoine Perrier (antoine.perrier [at] sciencespo.fr), Axelle Brodiez-Dolino (axelle.brodiez-dolino [at] cnrs.fr) et Marie-Emmanuelle Chessel (marieemmanuelle.chessel [at] sciencespo.fr).

  1. Calendrier

Les candidats et candidates retenus seront avisés par le comité de rédaction le 30 septembre 2024 au plus tard. Un comité d’organisation, composé des jeunes chercheurs sélectionnés et de membres du comité de rédaction et du comité éditorial du Mouvement social, sera alors constitué et suivra les étapes suivantes :

  • Octobre 2024 : publication d’un appel à communication ou sollicitation de participants pour participer à la journée d’étude
  • Février 2025 : sélection des propositions
  • Juin 2025 : tenue des journées d’études

AàC – Corentin Durand, Elsa Génard et Mathilde Rossigneux-Méheust, “Epreuves d’autorité”, n°48, Tracés, 2024

La revue Tracés relance son appel à contribution pour le n°48 : “Epreuves d’autorité”, coordonné par Corentin Durand, Elsa Génard et Mathilde Rossigneux-Méheust.

Suite à plusieurs demandes, nous avons fait évoluer le calendrier : les articles sont désormais attendus pour le 30 avril 2024, dernier délai.

Vous trouverez ci-dessous les premières lignes de l’appel et l’appel complet au lien suivant :


T48. Épreuves d’autorité

Proposition de numéro coordonné par Corentin Durand, Elsa Génard et Mathilde Rossigneux-Méheust

De quoi sont faites les relations entre employés et patrons, administrés et administrateurs, accusés et juges, fidèles et clergé, enfants et parents, patients et soignants, élèves et enseignants, etc. ? Ce numéro de Tracés propose de repartir d’une notion centrale et problématique de notre modernité politique – l’autorité – comme relation sociale, au-delà de sa seule acception comme  concept politique (Horkheimer, Fromm, Marcuse, 2001 [1936] ;  Arendt, 1989 [1961] ; Kojève, 2004), valeur morale ou qualité personnelle (Azoulay, 2004). La relation d’autorité se caractérise, par rapport à d’autres relations de pouvoir, par le fait d’être fondée sur des statuts de participation a priori asymétriques. Les actions ou les possibilités d’action des uns y sont conditionnées par la position de supériorité, le bon vouloir ou les décisions des autres.

Nous invitons ainsi les contributeurs et les contributrices à analyser, dans différents domaines sociaux et à différentes époques, les interactions qui construisent, stabilisent et mettent à l’épreuve les relations d’autorité, ainsi que les dispositifs matériels, scripturaux, spatiaux, langagiers et moraux qui les produisent et dans lesquels elles s’inscrivent. Penser ensemble des configurations relationnelles et leurs conditions matérielles très diverses doit alors permettre de re-spécifier empiriquement et conceptuellement ce que ces relations ont en commun mais aussi ce en quoi elles varient.

L’approche interactionnelle, processuelle et relationnelle défendue par ce dossier permet de faire un pas de côté par rapport à la question tout sauf neuve de la « crise de l’autorité ». S’extraire des discours englobants et surplombants sur l’autorité et ses risques d’effritement ouvre la voie à une micro-analyse de l’autorité et de ses dispositifs. Cette focale ne doit bien sûr pas décourager des propositions qui articuleraient étude située et réflexion sur de plus grandes scansions historiques. L’analyse des lettres écrites ou dictées par Staline en termes d’« opérations relationnelles » par Yves Cohen constitue un exemple de l’articulation possible entre étude de cas micro et réflexion chronologique d’ampleur sur l’« idéologie du chef » (Cohen, 2014, p. 683-795).

Avec cette approche résolument micro, l’ambition de ce dossier est de penser ensemble plusieurs traditions des sciences sociales, attentives à la matérialité des relations d’autorité. On songe tout particulièrement aux travaux sur les institutions disciplinaires (Goffman, 1961 ; Foucault, 1975 ; Sykes, 2007), aux études historiques et sociologiques sur les suppliques et les dénonciations (Farge et Foucault, 1982 ; Boltanski, 1984 ; Bercé, 1990 ; Chateauraynaud et Torny, 1999 ; Fassin, 2000 ; Blum et Cerutti, 2018), aux travaux sur les relations de travail (Burawoy, 1982 ; Offerlé, 2007 ; Delpierre, 2022), à la sociologie du guichet (Lipsky, 1980 ; Dubois, 1999 ; Weller, 1999), à l’anthropologie de la bureaucratie (Hull, 2012 ; Hoag, 2011 ; Allard et Walker, 2016),  aux recherches sur la fabrique de l’obéissance (Delalande, 2009 ; Saint-Fuscien, 2009), ou au récent chantier d’une « histoire sociale de la relation d’autorité » (Karila-Cohen, 2008 ; Saint-Fuscien, 2011 ; Karila-Cohen et Droit, 2016). Les contributions pourront également dialoguer avec un large éventail d’études philosophiques qui cherchent à penser le pouvoir comme une relation (Hegel, 2002 ; Certeau, 1990 ; Foucault, 1994 ; Honneth, 2000 ; Gros, 2019) ou s’interrogent sur la fabrique du consentement : travaux féministes sur la sexualité et la famille (Mathieu, 1991 ; Garcia, 2018 ; Garcia, Mazaleigue-Labaste et Mornington, 2023), travaux qui interrogent la notion de « servitude volontaire » ou de “désir de servitude” (La Boétie, 2022 [1577] ; Spinoza, 2022 [1670] ; Deleuze et Guattari, 1972), etc. Bien que cet appel ne parte pas d’une définition unique ou univoque du concept d’autorité, l’enjeu notionnel reste un des horizons possibles des contributions, si l’effort de conceptualisation naît de et s’articule à un souci d’historicisation et de description empirique des relations d’autorité.

Le choix d’une focale resserrée sur les relations interpersonnelles et les interactions permet de ne pas plaquer les mécanismes de pouvoir a priori sur les situations asymétriques qui sont au cœur de l’analyse. Il s’agit de saisir les structures de domination dans leur dimension concrète et historique, qu’elles soient liées au genre, à la classe, à la race ou à l’âge, en explorant dans le détail des relations de pouvoir en train de se faire. Objet en équilibre, en constante redéfinition, au travers d’actes, de décisions, de mots, de gestes, de signes, de mises en scène, qui font eux-mêmes constamment l’objet d’interprétations et d’« actions en retour » par les parties en présence (Lemieux, 2009), les relations d’autorité seront précisément étudiées au prisme de leurs déstabilisations, de leurs confirmations et de leurs déplacements. Ces moments critiques – que l’on peut qualifier comme des épreuves dans le vocabulaire des sociologies d’inspiration pragmatique et pragmatiste (Blic et Lemieux, 2005 ; Boltanski, 2009 ; Barthe et al., 2014 ; Chateauraynaud, 2015) – participent ainsi à la fois à la construction, au maintien et à la remise en cause des relations d’autorité.

Dans le sillage des paperwork studies attentives notamment à la fabrique des actes d’État (Hull, 2003 ; Weller, 2018), nous invitons les auteurs et autrices à intégrer à leur analyse, autant que faire se peut, une réflexion sur les manières de documenter les relations d’autorité (Lenzi, 2016). Quels dispositifs d’enquête, quels types de sources, quelles traces permettent d’observer, aujourd’hui comme dans le passé, de telles relations ? Comment se situent les chercheurs et chercheuses de sciences sociales, quand ils et elles explorent ces configurations ?

Suite de l’appel à contribution ici : https://traces.hypotheses.org/4034

AàC – “Enfants et enfances dans l’histoire de l’Afrique”, Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique, 2024

Le huitième numéro de Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique (RHCA), à paraître en juin 2025, sera consacré au thème « Enfants et Enfances dans l’histoire de l’Afrique », sous la direction de Kelly Duke Bryant (Rowan University, États-Unis) et Kalala Ngalamulume (Bryn Mawr College, États-Unis).

Voici le lien de l’appel à contributions: https://oap.unige.ch/journals/rhca/08_Enfance

Date limite de l’envoi des résumés : 15 avril 2024

AàC – “Les IUFM (1989-2013). Vingt-quatre ans de redéfinition de la formation des professeurs de l’enseignement public en France”, UPEC, 15-16 mai 2025

DATE(S) : du 12 mars 2024 au 31 mai 2024

  • 31 mai 2024 : Date limite de l’envoi des propositions
  • 1er juillet 2024 : Réponses et élaboration du programme
  • Jeudi 15 – vendredi 16 mai 2025 : Colloque

LIEU(X) : Université Paris-Est Créteil

PRÉSENTATION

Les IUFM (1989-2013) Vingt-quatre ans de redéfinition de la formation des professeurs de l’enseignement public en France. Les travaux consacrés à l’histoire des IUFM sont jusqu’ici assez peu nombreux : on trouve des articles et des thèses contemporaines de leur existence, quelques ouvrages datant du moment de leur disparition. Ce projet de colloque vise à combler cette lacune. Le recul d’une trentaine d’années autorise à revisiter cette histoire, ce qui s’y est déroulé, les transformations profondes du corps professoral et des pratiques enseignantes qu’elle a générées. Il propose d’éclairer les enjeux actuels de la formation des professeurs et le projet social qui en découle, grâce aux résultats d’un champ de recherches dynamique qui conjugue une diversité d’approches auxquelles est destiné cet appel à communications.

Axes de recherche

  • L’histoire du projet institutionnel d’IUFM
  • L’organisation de ces formations et à la vie de ces établissements à différentes échelles
  • L’histoire de la réception des réformes des IUFM
  • L’histoire comparée et transnationale

MODALITÉS DE SOUMISSION

  • Les propositions de communication devront être envoyées avant le 31 mai 2024 aux adresses mail suivantes : Delphine.callen@u-pec.fr – Fanny.gallot@u-pec.fr – laurence.guignard@u-pec.fr – Jennifer.Vanz@u-pec.fr
  • Elles devront comporter 2500 signes et être accompagnées d’une présentation résumée des sources utilisées et d’une courte bio-bibliographie.

ORGANISATION

  • Delphine Callen, Maitresse de conférence en Géographie (UPEC-Inspé/Lab’Urba)
  • Amandine Chapuis, Maîtresse de conférences en Géographie (UPEC-Inspé/ACP)
  • Fanny Gallot, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine (UPEC-Inspé/CRHEC)
  • Aude Gerbaud, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine (UPEC- Inspé /Céditec)
  • Laurence Guignard, Professeure en histoire contemporaine (UPEC-Inspé/CRHEC)
  • Laetitia Mongeard (UPEC- Inspé/Lab’Urba)
  • Daniel Ourman
  • Jennifer Vanz, Maîtresse de conférence en histoire médiévale (UPEC-Inspé/CRHEC)

AàC – “L’Enseignement Supérieur et la Recherche en questions : regards croisés de sciences sociales”, RESUP/Université de Poitiers, 2024

Un colloque consacré à “L’Enseignement Supérieur et la Recherche en questions : regards croisés de sciences sociales” aura lieu à Poitiers du 15 au 17 octobre prochain. Vous trouverez toutes les informations sur l’appel à communication et les modalités de dépôt des propositions sur un site dédié: https://esr2024.sciencesconf.org/

Ce colloque scientifique souhaite faire dialoguer les chercheurs en sciences sociales autour de l’ESR comme objet scientifique. Il rassemblera sur trois jours une communauté nationale issue de plusieurs disciplines (économie, gestion, sociologie, science politique, géographie, sciences de l’éducation, histoire, etc.) autour de différentes thématiques liées à l’ESR : les parcours de formation des étudiants et d’insertion des diplômés, les transformations du système d’enseignement supérieur, le lien entre l’ESR et son territoire, etc. Une sélection de communications fera l’objet de publications dans le cadre de numéros spéciaux de revues françaises : Formation Emploi, Politiques & Management Public, et la Revue d’Economie Régionale et Urbaine.

En articulation avec cet évènement est organisé le congrès annuel de l’Association des Villes Universitaires de France (AVUF), regroupant des acteurs institutionnels nationaux et élus locaux de l’ESR : l’occasion de croiser les regards scientifiques et politiques sur l’ESR. Le congrès scientifique est plutôt fléché les 15/16 octobre et le congrès de l’AVUF les 16/17, avec une journée commune qu’est le 16 : la construction plus précise du programme se fera en fonction du nombre de communications retenues.

Les propositions de communication (résumé de 1500 mots) sont attendues pour le 28 juin, puis l’avis du comité scientifique le 12 juillet. Une version longue des propositions retenues est ensuite attendue pour fin septembre et sera discutée par un rapporteur lors du colloque.

AàC – Histoire du papier et des produits papetiers

L’Association Française pour l’Histoire et l’Étude du Papier et des Papeteries (AFHEPP) et l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM-CNRS/ENS) organisent conjointement une journée d’étude consacrée aux « Actualités de la recherche en histoire du papier », qui aura lieu à Paris le 25 octobre 2024.

Toute étude approfondie portant sur les produits papetiers (filigranés ou non), les papeteries, les évolutions techniques et les pratiques commerciales liées au papier, sera recevable. Les travaux d’étudiant.e.s et de jeunes chercheur.euse.s sont particulièrement bienvenus.

Les propositions de 350 mots maximum sont à adresser avant le 1er juin 2024 aux courriels suivants : lucie.moruzzis [at] culture.gouv.fr et anne.regourd [at] gmail.com, ou à l’adresse suivante : AFHEPP 33 avenue Faidherbe, 93100 – MONTREUIL.

La journée regroupera dix présentations et se déroulera en présentiel ou en ligne. Une réponse du comité de sélection sera adressée le 20 juin prochain. Les actes de la journée donneront lieu à une publication en ligne.

AàC – Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » – n° 27, « Enfances irrégulières — Transmission — Histoire »

Bien des enfants s’interrogent sur l’enfance de leurs parents. Comment étaient-ils petits ? Quelles relations avaient-ils avec leurs propres parents et leur fratrie ? Étaient-ils bons élèves ? Avaient-ils des amis ? Faisaient-ils beaucoup de bêtises ou étaient-ils des enfants sages ? Dans la plupart des familles circule un récit de ces premiers souvenirs plus ou moins romancé. Sans doute, n’est-il pas rare que ce qui est dit cache plus qu’il ne dévoile ; ce qui est occulté pèse davantage que ce qui est transmis. N’y a-t-il pas des enfances plus difficiles à raconter que d’autres ? Des enfances que les adultes qui les ont vécues ne peuvent ou ne veulent partager ? C’est le cas de certains enfants abandonnés, maltraités, rebelles, violents, corrigés, enfermés, dont l’itinéraire est émaillé de jugements et de placements en institutions. Longtemps, la généalogie ne s’est pas accommodée de la honte sociale. Les historien.nes après avoir travaillé sur les institutions disciplinaires, puis sur les parcours des institués, sont désormais confronté.es aux interrogations des descendant.es. Leurs démarches deviennent un objet d’histoire et la raison d’être de ce numéro. Les silences d’une génération peuvent déclencher une quête de savoir chez les suivantes. Comment naît ce désir de comprendre ? Par quoi commencer ? À qui s’adresser ? Quelles traces retrouver ? Une fois reconstitué, que faire de ce récit ? Quelle place donner aux éventuelles découvertes qui transforment, contredisent ou bousculent le roman familial ?

Ce numéro de la RHEI questionne cette quête des descendant.es d’enfants « irréguliers ». Il cherche à rendre compte des expériences vécues par les différents acteurs et actrices de ces enquêtes :

  • · Les descendant.es qui entreprennent, par des récits, de découvrir l’enfance et la jeunesse d’un parent, en interrogeant les témoins des générations précédentes, en fouillant les papiers de famille ou en consultant les archives publiques.
  • · Les historien.nes ou autres chercheurs qui racontent leurs interactions avec ces descendant.es, qu’ils ou elles les aient contacté.es dans le cadre d’un projet de recherche, qu’ils ou elles les aient rencontré.es par hasard dans les archives, ou qu’ils ou elles aient été sollicité.es par eux pour les aider dans leur quête.
  • · Les archivistes qui retrouvent, depuis quelques années, de plus en plus régulièrement confrontés à des demandes de personnes à la recherche de leur histoire familiale, et qui s’interrogent sur les attitudes et pratiques vis-à-vis de ce nouveau public, les « ego-consultants ».
  • · Les acteurs sociaux ou académiques qui s’intéressent à l’histoire des « secrets » familiaux, que ce soit pour en comprendre les motivations intimes ou pour réclamer la levée des divers obstacles institutionnels qui contribuent à les entretenir.

La RHEI est spécialisée dans le champ de l’enfance et de la jeunesse marginales ou marginalisées. Elle s’intéresse à l’enfant de justice (délinquant), mais aussi à l’enfant victime, à l’orphelin, au vagabond, ainsi qu’aux politiques législatives et institutionnelles et aux pratiques pédagogiques mises en œuvre pour prendre en charge cette jeunesse et cette enfance « irrégulières » en France et hors de France. Revue scientifique à comité de lecture, elle est le fruit d’une collaboration entre l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) et l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs (AHPJM).

Publiée aux éditions Anamosa, elle est également disponible en lien sur la plateforme d’édition électronique Cairn.

Les propositions de contribution, en français, d’une page maximum, doivent préciser les sources mobilisées et la méthodologie utilisée. Elles sont à envoyer avant le 15 juin 2024, accompagnées d’un court CV, à l’adresse suivante : rhei.revue [at] gmail.com

Sélection des propositions : début juillet 2024.

Remise des articles (environ 45 000 signes) en octobre 2024 pour un retour des évaluations en décembre 2024 Allers et retours auteurs, coordinateurs du numéro : printemps 2025.

Parution du n° 27 de la RHEI : août 2025.

AàC – Les élèves de l’école de la République issus de l’immigration. Discours et pratiques pédagogiques et didactiques (XIXe-XXe siècles), Université d’Artois

Propositions de communications à adresser à : fanny.dauphin17 [at] gmail.com  avant le 3 juin 2024.

RÉSUMÉ

Cette journée d’étude artésienne du   22 novembre 2024   propose d’interroger la « réalité » et l’imaginaire des apprentissages cognitifs et éducatifs des élèves issus de familles immigrées construits par l’École de la République française depuis la fin du XIX° siècle. Cette réflexion dans la longue durée croisera les débats politiques noués autour de l’immigration en France à travers le discours assimilationniste de la fin du XIXème siècle, l’accent porté sur le relativisme culturel et le droit à la différence dans les années 1970-1980, le souci de l’intégration et la faveur accordée à l’interculturalisme dans les années 1980 et le thème de la discrimination mis à l’honneur à la fin des années 1990.  L’attention portée à la problématique du genre, les controverses récentes sur l’intersectionnalité et la référence aux mémoires coloniales et postcoloniales pourront apporter un éclairage utile à compréhension des inégalités scolaires entre élèves français et élèves étrangers ou d’origine étrangère.

Continuer la lecture de « AàC – Les élèves de l’école de la République issus de l’immigration. Discours et pratiques pédagogiques et didactiques (XIXe-XXe siècles), Université d’Artois »

AàC – Colloque anniversaire de la RIPC, 6 et 7 juin 2024 – Atelier “Campus Politics? Analyses comparées des politisations étudiantes”

Dans le cadre du Congrès anniversaire de la Revue internationale de politique comparée qui aura lieu les 6 et 7 juin 2024 à l’Université Catholique de Lille sur le thème “Crises et mutations du politique au XXIème siècle : regards comparatifs”, nous organisons un atelier intitulé “Campus Politics ? Politisations étudiantes comparées et transformations de l’enseignement supérieur” coordonné par Annabelle Allouch (UPJV/CURAPP-ESS), Delphine Espagno-Abadie (Sciences Po Toulouse/LASP) et Stéphanie Archat (PACTE).

Vous pourrez trouver ci-dessous les mots-clés et le descriptif. La deadline pour envoyer vos propositions de communication est le 28 février 2024. Les propositions doivent être envoyés à l’adresse suivante : annabelle.allouch [at] u-picardie.fr , ainsi qu’au secrétariat de la revue : redaction-ripc [at] uclouvain.be

Descriptif de l’ensemble du colloque :
https://ripc.cairn.info/wp-content/uploads/sites/39/2023/11/Colloque_RIPC_2024_AAC-def.pdf


Continuer la lecture de « AàC – Colloque anniversaire de la RIPC, 6 et 7 juin 2024 – Atelier “Campus Politics? Analyses comparées des politisations étudiantes” »

AàC – Doctoriales du RESUP, 3-4 juin 2024

Le RESUP organise les 3 et 4 juin 2024 deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants, doctorantes et jeunes docteur-es travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, dans différentes disciplines.

Ces doctoriales sont l’occasion pour un nombre limité de contributeurs (entre 10 et 12) de présenter un « papier » sur une question ciblée (chapitre de thèse, article en cours de rédaction), afin de nourrir des débats avec l’ensemble des chercheur-es présent-es – qu’ils/elles soient seniors ou juniors – et de favoriser les discussions croisées entre participants partageant des intérêts et des objets de recherche communs.

Le logement et les repas des participant.es seront pris en charge par le RESUP.

Continuer la lecture de « AàC – Doctoriales du RESUP, 3-4 juin 2024 »

Histoire de l’éducation – Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier

La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans la rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”.

  • Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.
  • Les propositions de dossiers ou d’appels à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue.
  • Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education [at] ens-lyon.fr.
  • La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/histoire-education/4319

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais.

La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique. L’étude des doctrines pédagogiques intéresse la revue dans la mesure où celle-ci établit un lien avec les pratiques et leur transformation.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts.

La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.

Ainsi, depuis le premier janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn a été ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue restent librement accessibles sur OpenEdition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

AàC – Appels à contribution de la revue étatsunienne “History of Education Quarterly”

Message de la rédaction en chef de History of Education Quarterly

The editors of HEQ also encourage related histories from outside the United States. Although these two particular calls for proposals are related to U.S. laws, the broader topics that they address—education for students with disabilities, and the politics of language in schooling—are important topics around the globe. Readers of HEQ have much to learn from studies that explore these issues outside the context of the United States.

Les rédacteurs de HEQ encouragent également les histoires connexes provenant de l’extérieur des États-Unis. Bien que ces deux appels à contributions soient liés à des lois étatsuniennes, les thèmes plus larges qu’ils abordent – l’éducation des étudiants handicapés et la politique de la langue à l’école – sont des sujets importants dans le monde entier. Les lecteurs de HEQ ont beaucoup à apprendre d’articles qui étudient ces questions dans un autre contexte que celui des États-Unis.

Voir les appels à contribution :

Continuer la lecture de « AàC – Appels à contribution de la revue étatsunienne “History of Education Quarterly” »

Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier à la revue “Histoire de l’éducation”


La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans la rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

  • Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.
  • Les propositions de dossiers ou d’appels à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue. Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education@ens-lyon.fr. La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais. 
La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique.  L’étude des doctrines pédagogiques intéresse la revue dans la mesure où celle-ci établit un lien avec les pratiques et leur transformation.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts.

La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales. Ainsi, depuis le premier janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn a été ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue restent librement accessibles sur OpenEdition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

AàC – Journée d’études – “L’université de Dole et les fondations princières en Europe au XVe siècle”, Dôle-Besançon, juin 2023

« Comme rares sont les princes sur les territoires desquels une université n’ait été fondée » : le dauphin Louis (futur Louis XI) justifiait ainsi la fondation de l’université de Valence en Dauphiné, le 26 juin 1452. Cette proposition installe la communauté des gens de savoir au cœur de l’espace politique de la principauté, et elle manifeste la conscience aiguë d’une politique universitaire princière. Fonder une université représentait un effort considérable pour le prince, dans un dialogue avec différentes autorités : la papauté qui autorisait la fondation ; la ville qui accueillait la communauté fondée ; les institutions ecclésiastiques locales qui la protégeaient ou contribuaient à son fonctionnement.

AàC – Colloque international “Montagne enseignante-Montagne enseignée”, Grenoble, sept. 2022

Colloque international de l’AIHA-Grenoble 8-10 septembre 2022

 « Les Alpes sont une lumière. Elles enseignent, rendent sensible la solidarité du globe. » 

Jules Michelet, La  montagne,  Paris,  Charpentier et compagnie éditeurs, 1885, p. 41.

Comme le soulignait Michelet, si la montagne est toujours une initiation, elle est aussi une école en soi. Elle enseigne, renseigne et éduque celles et ceux qui se mettent à son écoute. La montagne est enseignante dans le sens où elle donne une leçon permanente sur la nature et sur soi à qui l’expérimente. Depuis toujours elle est un espace d’adaptation mais peut aussi être un espace d’innovation. A ce titre elle devient un territoire enseigné sur sa réalité matérielle et humaine.

Cette double dimension doit être envisagées dans le temps et dans l’espace afin d’évaluer comment la montagne devient tour à tour ou de manière concomitante, enseignante et enseignée. Ainsi dans les siècles passés, les montagnards, guides et marrons, si souvent dépréciés par les regards condescendants portés sur eux de l’extérieur, se sont faits enseignants pour des voyageurs, touristes, pèlerins, sportifs, savants et même rois, venus des plaines pour traverser leur espace, comme on prenait jadis la mer sous la garde des marins.

Les sociétés montagnardes ont toujours su tirer parti, par la pratique et l’expérimentation, des savoirs vernaculaires accumulés et transmis. Ceci parallèlement à la conscience aigüe et précoce de cultiver un enseignement passant par l’école, en particulier dans les hautes vallées alpines. Liée aux socio-systèmes locaux, une telle appétence pour l’instruction en a permis le maintien et a contribué à structurer les migrations et à alimenter le « paradoxe alpin » de la relation entre alphabétisation et altitude.

Par ailleurs, la montagne apparaît comme un laboratoire à ciel ouvert, non seulement objet de science, mais terrain d’études pour les chercheurs depuis des siècles. Elle est par conséquent un espace d’expérimentations, producteur d’informations, qu’il s’agisse d’archives de toutes natures, tant écrites, orales, visuelles que matérielles, que de données multiples, y compris physiques et physiologiques…

Aujourd’hui encore, elle demeure un formidable terrain de formation pour les professions les plus variées, du tourisme aux militaires, de l’agropastoralisme au bien-être, du sport à l’architecture… Elle structure des savoirs techniques et psychologiques, des savoirs faire et des savoirs être.

Si la montagne enseigne sur elle-même, elle renseigne également sur ce que sont les sociétés qui y vivent et sur celles qui les observent et croient les connaître.

Par ses caractéristiques propres, la montagne devient un objet d’enseignement, pour ceux qui ont charge de l’administrer, développer, défendre, de la vendre, de la peindre… Ils sont amenés à produire des discours et des images, des enquêtes et des rapports, dans le respect et la compréhension de ce milieu, ou, au contraire en le déformant, en plaquant leurs propres schémas en décalage avec les réalités des territoires et de leurs sociétés.Quelles sociétés la montagne fabrique-t-elle à travers ses enseignements ? Qu’enseigne-t-elle exactement et comment fait-elle école ? Quelle part la nature, brute, sauvage et comme mise à nue, prend-elle dans cet enseignement ? Est-ce la spécificité du lieu, vertical et minéral, qui aiguise les sens ? Est-ce sa dangerosité, qui stimule les audacieux et condamne les imprudents ? Est-ce sa diversité et sa variabilité, accentuées par le contraste des étagements d’altitude et des saisons très marquées, qui renouvellent sans cesse le regard ? Un constat s’impose : seule la capacité des hommes à tirer des leçons du milieu permet d’y survivre, sinon de s’y plaire et de s’y épanouir, Mais quelles montagnes sont-elles enseignées ? Quelles réalités de la nature et des sociétés de montagne sont-elles véhiculées ? Comment cet enseignement est-il utilisé et pour transmettre quels schémas d’aménagement, quels schémas éducatifs, quelles valeurs ?

Le colloque de l’AIHA vise à rassembler les connaissances sur le sujet, en montrant, sur un temps long (du Moyen Âge au XXIe siècle) et dans une conception élargie des territoires (à la fois enracinée et ouverte à l’extérieur, notamment par le biais des mobilités), comment et pourquoi la montagne, malgré la tyrannie du milieu, ou peut-être à cause d’elle, a toujours été un espace d’apprentissage, tant pour l’esprit et le corps que pour les sens, tant à l’échelle individuelle qu’au niveau collectif. En ce sens, par les dynamiques d’adaptation nécessairement mises en place aux différentes époques, en fonction des contextes économiques, politiques, sociaux et culturels, les territoires de montagne peuvent aussi devenir une forme de modèle pour d’autres territoires, faire école et s’enseigner. Seront pris en compte les questions des renouvellements, visibles ou moins visibles en raison des temporalités différentes, des formes et des modalités issues de ces enseignements.

 Toute communication sur d’autres montagnes du globe sera la bienvenue. Les Alpes pourront être un laboratoire privilégié, mais pas unique pour cette approche.

 Par ailleurs, il ne s’agit pas d’évoquer les seuls savoirs scientifiques, mais plus largement tous les savoirs portant sur un lieu ou milieu spécifique de formation.

 Journée 1 : Montagne enseignante : La montagne-école ou « à l’école de la montagne »

Au cours de la première journée centrée sur la Montagne comme fabrique de savoirs spécifiques, espace d’innovations et d’adaptations, seront abordées les différentes catégories de savoirs qu’offre la montagne. A titre d’exemple sans exclusif ni exhaustivité, on peut citer, les savoirs

«  indigènes » comme la culture du risque, la préservation et l’usage économe des ressources, les savoirs militaires (cartographie, aguerrissement…), les savoirs du corps-sports-performance… ou la montagne comme école de vie avec les organisations de jeunesse, ou plus récemment la montagne comme lieu de ressourcement post-cancer. La montagne également comme productrice non seulement de savoirs, mais aussi comme facteur de développement d’institutions universitaires…

 Journée 2 : La montagne enseignée :

On centrera la seconde journée sur l’autre thématique qui comprendra aussi bien la spécificité des «  petites écoles » à la montagne, que les lieux plus récents de scolarité et de formation comme les lycées de sport-études, l’EMHM, le PGHM, ou les institutions plus spécialisées (École des Houches , ….). On inclut la manière dont certaines institutions enseignent la montagne de manière académique ou à des fins d’aménagement ou/et renseignent et éduquent sur et par la montagne (parcs naturels, conservatoires, musées, …).

  Les propositions de communication (titre et résumé de 2500 caractères espaces inclus) doivent être envoyées d’ici le 31 janvier 2022 à : anne-marie.granet@wanadoo.fr et stephane.gal@univ-grenoble-alpes.fr

Comité d’organisation :

  • Christophe Capuano, Université Grenoble-Alpes
  • René Favier, LARHRA
  • Stéphane Gal, Université Grenoble-Alpes
  • Anne-Marie Granet, Université Grenoble-Alpes
  • Luigi Lorenzetti, Univ. Svizzera italiana
  • Etienne Bourdon, Université Grenoble-Alpes

Conseil scientifique :

  • Simona Boscani, Université de Berne
  • Serge Brunet, Université de Montpellier
  • Carole Christen, Université Le Havre Normandie
  • Sylvène Edouard, Université Lyon III
  • Rita Hofstetter, Université de Genève
  • Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Pier Paolo Viazzo, Université de TurinJean-Yves Julliard, LARHRA
  • Aleksander Panjek, Université de Primorska, Slovénie

AàC – “Histoire des pères et de la paternité en Occident de la Renaissance à nos jours”, Amiens, déc. 2022

1er– 2 décembre 2022 (Amiens)

 Résumé

Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques. À la croisée de l’histoire, des sciences sociales et de l’anthropologie, l’ambition de cette rencontre est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique.

Quatre axes thématiques sont privilégiés :

  • Axe 1 : Les pères et la petite enfance
  • Axe 2 : Émotions et sentiments paternels
  • ​​Axe 3 : Les relations pères/enfants : transmissions des savoirs et des pratiques
  • Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Argumentaire

 Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques.

L’histoire des pères et de la paternité s’est développée tardivement dans les pays occidentaux par rapport à d’autres champs de l’histoire de la famille et de la parenté, en plein essor à partir des années 1960-1970. En France, il faut attendre la fin des années 1980 et les années 1990 pour que soient publiés les premiers ouvrages sur le sujet [Knibiehler, 1987 ; Delumeau, Roche, 1990]. Depuis lors, de multiples travaux historiques ont été menés, privilégiant certains angles d’études (juridiques, éducatifs, etc.) ou certaines périodes, notamment le Moyen Age [Lett, 1997 ; Baschet 2000 ; Payan, 2006 ; Certin, 2014]. Dans d’autres pays européens, en particulier anglo-saxons, les travaux sur la question ont été plus nombreux, contribuant à renouveler les perspectives, notamment sous l’angle du genre [Broughton, Rogers 2013 ; Strange, 2015]. Deux publications collectives récentes témoignent de la vitalité de ce champ de recherche [Certin, 2016 ; Doyon, 2021] et invitent à poursuivre l’étude des sujets encore peu explorés, notamment pour la période moderne et contemporaine. Les relations de la paternité à la cité et au politique, souvent appréhendées sous le seul angle symbolique, méritent ainsi d’être davantage étudiées [Avezou, 2003 ; Cohen, 2007]. « L’histoire de la paternité concrète », reste également mal connue, en particulier « la dimension personnelle et intime de la paternité, soit la relation des pères avec leurs enfants », comme le signale l’historienne Anne Verjus [Verjus, 2013].

À la croisée de l’histoire, des sciences sociales, de l’anthropologie, l’ambition de ce colloque est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique. La définition de la paternité sera envisagée ici au sens large afin de pouvoir aborder tant le père charnel et social que spirituel, ainsi que l’articulation de ces différentes facettes de la paternité. L’examen minutieux d’archives, de sources du for privé, d’iconographies, d’œuvres littéraires ou médiatiques sera au cœur de cette rencontre qui cherche à saisir comment chaque époque conçoit la paternité (normes et représentations, expériences et vécu). La mobilisation du concept de genre sera appréciée, notamment pour étudier les relations pères/fils et pères/filles et pour mettre en évidence la place de la paternité dans l’identité masculine et la définition de la masculinité [Tosh, 1999].

Angles d’étudeAxe 1 : Les pères et la petite enfance

Jusqu’à une époque très récente, le soin quotidien des enfants dans les premières années de leur existence relevait essentiellement des femmes, et en particulier des mères. Les pères passent pour avoir été traditionnellement peu impliqués dans la prise en charge des tout-petits, avant que n’émerge depuis les années 1970 le modèle des « nouveaux-pères », plus investis dans les premiers moments de la vie de leurs enfants. Il apparaît cependant que la réalité est plus complexe, les situations variées et l’évolution aucunement linéaire au cours des derniers siècles. Au Moyen Âge, Didier Lett a déjà relevé de nombreux exemples de tendresse paternelle et d’implication des pères dans le soin de leurs enfants, bien avant l’âge de raison [Lett, 1997]. Eggle Becchi a aussi montré comment les pères des élites à l’époque des Lumières se faisaient volontiers puériculteurs [Becchi, 2004]. Les écrits privés révèlent également qu’à l’époque moderne et au XIXe siècle, certains hommes s’investissaient concrètement pendant la grossesse et l’accouchement et dans les soins du jeune enfant [Berthiaud, 2011], avant que cela ne devienne la norme – plus ou moins assumée d’ailleurs – dans le dernier tiers du XXe siècle. Les modalités concrètes de cet investissement paternel et ses évolutions seraient à retracer plus précisément, notamment pour percevoir les variations éventuelles entre les milieux sociaux et la manière dont le rôle des pères s’articule avec celui des mères et des autres acteurs impliqués dans le soin des jeunes enfants (membres de la famille, nourrice, domestique, sage-femme, médecin).

 Axe 2 : Émotions et sentiments paternels

La question des sentiments des pères pour leurs enfants, et en particulier de l’amour paternel, a été abordée de manière pionnière par Daniel Roche dans son article « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle » [Roche, 1983]. Depuis, divers travaux, centrés en particulier sur le Moyen Age [Lett, 1997] ou basés sur les écrits du for privé, ont abordé le sujet mais bien des aspects restent à explorer. Manon Pignot a pu montrer comment les lettres des pères à leurs enfants lors de la Grande Guerre ont permis l’« expression nouvelle d’une sensibilité, qui passe par l’expression de la tendresse physique » [Pignot, 2012, p. 297], contribuant à « la révélation d’un sentiment paternel » jugé inédit. D’autres contextes de séparation prolongée et d’absence ont pu être propices à l’expression des sentiments paternels et à leur conservation dans les sources. Les guerres révolutionnaires et de l’Empire, les situations d’exil ou d’emprisonnement sont par exemple des occasions d’étudier l’expérience de la paternité à distance et parfois aussi les sentiments qui trouvent alors une occasion de s’exprimer. Certains moments particuliers de la vie de l’enfant suscitent également des émotions fortes et s’avèrent propices pour mesurer l’investissement sentimental des pères avec leur progéniture. Outre la naissance, évoquée précédemment, c’est notamment le cas des maladies et surtout de la mort de l’enfant [King, 1994]. Il faut toutefois se garder d’idéaliser ces rapports père-enfants et aborder tout le registre des attitudes et des sentiments paternels, qui peuvent aussi prendre la forme de l’indifférence, de l’hostilité ou de la violence. Il conviendra également d’envisager l’influence de la place dans la fratrie et du sexe de l’enfant dans ces relations. En prenant appui sur une histoire des émotions et des sensibilités, profondément renouvelée ces dernières décennies, on s’attachera ainsi à étudier les modalités d’expression des sentiments paternels, ainsi que l’évolution des normes en vigueur pendant la période étudiée.

   Axe 3 : Les relations pères-enfants : transmissions des savoirs et des pratiques

Si les relations père-enfants ont retenu l’attention des historiens, sociologues et anthropologues depuis déjà plusieurs années, celles-ci ont souvent été étudiées au prisme de la mission éducative et moralisante qui incombe au père de famille depuis des temps reculés [Delumeau et Roche, 1990]. En charge de l’instruction spirituelle de ses héritiers ainsi que de la transmission de valeurs édifiantes, le père apparaît souvent comme un modèle d’autorité inculquant la discipline et/ou adepte de punitions corporelles. Réduire l’investissement paternel auprès de sa progéniture à ces seuls comportements a cependant tendance à figer la relation père/enfant dans la distance, dans la soumission ou dans le rejet. Il en ressort aussi une image stéréotypée, longtemps entretenue par l’historiographie. Le renouvellement des approches qui s’est imposé en France à la fin des années 1990 a heureusement permis de nuancer ce tableau. En explorant comment l’engagement paternel peut se manifester au travers d’activités du quotidien (travail, loisirs, etc.), nous ambitionnons de réévaluer la relation que les pères peuvent construire avec leur(s) enfant(s) en particulier dans le cadre domestique et professionnel. Il s’agirait notamment d’étudier les différentes formes de transmission paternelle : la passation de savoirs et de gestes nécessaires à l’apprentissage d’un métier par exemple, la délivrance de conseils utiles dans la vie sociale ou les manières dont les pères transmettent leur expérience de la paternité aux générations suivantes. À l’image de l’analyse entreprise par Philippe Lejeune sur le Journal de Marc de Bombelles [Lejeune, 2016], ces contributions permettraient de nourrir une histoire concrète de la paternité en examinant au plus près l’implication des pères auprès de leur(s) enfant(s).

 Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Les attentes de notre société contemporaine à l’égard de la paternité s’expriment à travers divers supports (traités d’éducation, fictions, médias, sondages, réseaux sociaux…) et participent, depuis les années 1970, à l’émergence du modèle du « nouveau père ». Plus impliqué, celui-ci s’investirait auprès de ses enfants dès leur plus jeune âge, assumerait les soins quotidiens avec la mère tout en continuant à pourvoir financièrement aux besoins de la famille. Ce modèle, dont l’émergence est consécutive à l’affirmation du principe d’égalité entre les hommes et les femmes, rompt avec les figures traditionnelles de la paternité, telle celle du pater familias ou celle du père effacé voire absent [Dermott, 2008]. Parce que les représentations culturelles reflètent et façonnent des images communément acceptées sur le rôle et la place du père au sein de la cellule familiale, elles méritent de retenir notre attention.

 Considérer la paternité comme une construction sociale et culturelle invite à s’intéresser à l’imaginaire entourant la figure paternelle et à ses différentes déclinaisons, positives autant que négatives. À partir des mythes du père idéal (et de ses contraires), plébiscités par le passé puis constamment renouvelés, il s’agira d’identifier les caractéristiques de ces archétypes circulant en Occident, d’appréhender les supports sur lesquels apparaissent ces images et les injonctions qui pèsent sur les hommes au moment où ils embrassent la paternité. Le modèle formé par Joseph à partir du XVe siècle [Payan, 2006], celui « des bons pères bons gouvernants » perpétué dans l’Empire à la même époque [Certin, 2011, p. 8] ou, à l’opposé, la figure repoussoir de Vautrin dans le Père Goriot traduisent une perpétuelle évolution des normes et des représentations. L’enjeu ici est donc de cerner les rapports que les hommes en âge de procréer entretiennent avec ces références et comment chaque individu parvient à se construire en imitant plus ou moins celles-ci ou en s’en démarquant. Il s’agira notamment de se pencher sur l’évolution des rapports entre paternité et « l’injonction de virilité » [A. Corbin, 2011, t. 2, p. 9] depuis la première modernité jusqu’à nos jours. Dans cette optique, des travaux traitant de la stérilité, du contrôle des naissances, de la bâtardise, ou de la capacité à engendrer des naissances multiples voire une famille nombreuse pourraient enrichir nos connaissances.

 En outre, on se penchera sur la manière dont la paternité investit la sphère publique au point qu’être père devient progressivement un des éléments définitoires d’un individu. Ainsi, en se donnant à voir comme le fondateur d’une longue lignée, le chef de famille expose au reste de la société sa capacité à donner la vie, à éduquer, à assumer économiquement les siens et à assurer la pérennité de son nom. En conséquence, il en retire un surcroît de pouvoir. Dès lors, interroger la communication des puissants sous l’angle de l’état florissant de la famille permettrait de mieux comprendre comment la paternité, pensée comme un relationnel privilégié d’un père à ses enfants, s’insinue dans le champ politique mais aussi s’affirme dans les milieux bourgeois voire populaires [Teuscher, 2004 ; Certin, 2011].

Bibliographie sélective

  • AVEZOU Laurent, « Louis XII. Père du peuple : grandeur et décadence d’un mythe politique, du XVIe au XIXe siècle », Revue historique, 2003/1 (n° 625), p. 95-125.
  • BASCHET Jérôme, Le Sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000.
  • BECCHI Egle, « Corpi infantili et nuove paternità : agli inizi delle puericultura », in Patrizia Guarnieri (dir.), Bambini e salute in Europa 1750-2000, in Medicina & Storia, rivista di storia della Medicina e della Sanità, IV, 7, 2004, p. 5-30.
  • BERTHIAUD Emmanuelle, « Attendre un enfant » : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France), thèse de doctorat, sous la dir. de S. Beauvalet, UPJV Amiens, 2011.
  • BROUGHTON Trev Lynn, ROGERS Helen, Gender and Fatherhood in the Nineteenth Century, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2007.
  • CERTIN Aude-Marie,« Pères de la mémoire et mémoire des pères dans l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Revue de l’IFHA [En ligne], 3 | 2011, URL : http://journals.openedition.org/ifha/196
  • CERTIN Aude-Marie, La cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l’Empire du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le Main), thèse de doctorat sous la dir. de P. Monnet et J.-C. Schmitt, EHESS, 2014 (à paraître).
  • CERTIN Aude-Marie (dir.), Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne, Francfort, Peter Lang, 2016.
  • COHEN Antonin, « Le “père de l’Europe”. La construction sociale d’un récit des origines », Actes de la recherche en sciences sociales, 2007/1-2 (n° 166-167), p. 14-29.
  • CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire de la virilité, Paris, Le Seuil, 2011, 3 vol.
  • CREST Aurélie du, Modèle familial et pouvoir monarchique (XVIe-XVIIIe siècles), Aix/Marseille, Presses universitaires d’Aix Marseille, 2002.
  • DELUMEAU Jean, ROCHE Daniel (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990.
  • DERMOTT Esther, Intimate Fatherhood: A Sociological Analysis, Londres, New York, Routledge, 2008.
  • DOYON Julie, ARMANI Sabine (dir.), L’Empire paternel. Familles, pouvoirs, transmission (Antiquité romaine, époque moderne), Genève, Georg, Coll. « L’Equinoxe », 2021.
  • KING, Margaret L., The Death of the Child Valerio Marcello, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1994.
  • KNIBIEHLER Yvonne, Les pères aussi ont une histoire, Paris, Hachette, 1987.
  • HALLAMA Peter, « Histoire de la paternité aux XIXe et XXe siècles », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne], 2016, URL : https://ehne.fr/fr/node/12353
  • LEJEUNE Philippe, Aux origines du journal personnel France 1750-1815, Paris, H. Champion, 2016.
  • LETT Didier, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Age (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.
  • LETT Didier (dir.), « Être père au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 4, 1997.
  • PAYAN Paul, Joseph. Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006.
  • PIGNOT Manon, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Éd. du Seuil, 2012.
  • ROCHE Daniel, « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, « Mères et nourrissons », 1983, p. 73-80.
  • SHEPARD Alexandra, « From Anxious Patriarchs to Refined Gentlemen? Manhood in Britain, circa 1500–1700 », Journal of British Studies, Vol. 44, n° 2 (April 2005), p. 281-295.
  • STRANGE Julie-Marie, Fatherhood and the British Working Class, 1865-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.
  • TEUSCHER Simon, « Parenté, politique et comptabilité. Chroniques familiales autour de 1500 (Suisse et Allemagne du Sud) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2004/4 (59e année), p. 847-858.
  • TOSH John, A Man’s Place. Masculinity and the Middle-Class Home in Victorian England, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999.
  • VERJUS Anne, « La paternité au fil de l’histoire », Informations sociales, 2013, 176 (2), p. 14-22.

 Modalités de soumission des propositions

 Les propositions de communication doivent comprendre :

  • Un titre (même provisoire)
  • Un résumé d’une page maximum
  • Une courte présentation personnelle précisant l’université, le laboratoire de recherche, les thématiques de recherche et les principales publications.

 Les propositions doivent être envoyées à emmanuelle.berthiaud@u-picardie.fr et isaure.boitel@u-picardie.fr

 La date limite pour répondre à cet appel est fixée au 11 avril 2022.

 Les candidat.e.s seront informé.e.s de la décision au cours du mois de mai 2022.

 Modalités pratiques

 Le colloque se tiendra jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2022 au Logis du Roy, Passage du Logis du roi, à Amiens (Haut-de-France). Les frais d’hébergement et de voyage ainsi que les repas seront pris en charge pour les intervenants. Le colloque donnera lieu à une publication, ce qui implique une remise des communications écrites en mars 2023.

Un compte twitter a été créé pour suivre l’actualité du colloque : @paternite2022

 Organisatrices

Emmanuelle Berthiaud (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Isaure Boitel (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Appel à participation – ANR “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”

Dans le cadre d’un projet ANR franco-allemand co-organisé par Carole Reynaud-Paligot (Université de Bourgogne) et Laurens Schlicht (Université de Sarrebruck) “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”, nous souhaitons inviter des chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation à se joindre à l’équipe.

Voici un extrait du projet en cours d’élaboration.

” Ainsi, après avoir identifié la place que les savoirs raciologiques occupent dans la société, reste à comprendre la transmission de ces savoirs d’une génération à l’autre, et c’est dans cette optique qu’il convient d’analyser les traitements de la diversité humaine et l’utilisation de ces savoirs à l’école. A partir de sources publiées et de fonds d’archives, ce deuxième axe du projet vise ainsi à étudier la manière dont la diversité humaine a été abordée dans les écoles françaises et allemandes [..]

Dans un premier temps, nous identifierons un corpus des textes – pour la plupart des manuels scolaires et des publications officielles– […] . Nous nous intéressons ici, moins à la manière dont les élèves eux-mêmes ont pu être discriminés, qu’aux connaissances qu’ils ont reçues à l’école sur la diversité humaine. Nous chercherons à identifier quelles disciplines scolaires (et par conséquent : dans quels manuels) les élèves ont reçu des connaissances sur la différence entre les groupes humains. Il sera également important d’estimer la diffusion de ces manuels, leur plus ou moins grande présence et leur utilisation dans les écoles.[…]

Nous souhaitons identifier également des fonds d’archives qui permettront d’étudier l’appropriation des savoirs raciologiques par les acteurs sociaux éducatifs dans le cadre de pratiques pédagogiques. Nous pourrons ainsi cerner la mise en œuvre des directives officielles, la marge de manœuvre et de liberté des pédagogues, et ainsi les modalités de diffusion mais aussi les éventuelles déviances, résistances, oppositions. Il s’agira ici de prendre en considération le positionnement socio-économique, épistémologique et religieux des enseignants. Dans quelle mesure la religion a-t-elle joué un rôle dans la construction des représentations de « races humaines » des enseignants et dans la diffusion de celles-ci dans la classe ? Quels autres facteurs ont contribué à la circulation, l’appropriation des savoirs raciologiques à l’école ? Sans viser à l’exhaustivité, cette démarche nous paraît centrale, car peu d’études ont été entreprise […].”

Contact : Carole.Reynaud-Paligot [at] u-bourgogne.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search