AàC – Colloque “La thèse et le doctorat. Socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles)”, Sorbonne, 8-9 sept. 2022

Argumentaire

Pour Émile Durkheim, c’est la délivrance des grades, c’est-à-dire la mise en place d’un contrôle juridiquement certifié d’un corpus donné de compétences, qui distingue fondamentalement l’université des institutions d’enseignement qui l’ont précédée. Au sein du système universitaire tel qu’il se (re)cristallise, au cours du XIXe siècle, en France mais aussi dans le reste du monde, l’un de ces grades, le doctorat, acquiert une importance spécifique. D’une part, alors qu’initialement il visait à prouver la maîtrise d’un ensemble de savoir-faire intellectuels, il tend progressivement à certifier aussi la capacité à produire des connaissances nouvelles, devenant ainsi le seul grade à exiger une production de savoir original. D’autre part, il devient la barrière et le niveau régulant l’accès au corps universitaire lui-même, et la hiérarchisation au sein de celui-ci. Le doctorat se trouve ainsi placé à l’interface entre le système de production des savoirs et le système de reproduction des élites intellectuelles.

En tant que tel, il est un objet et un outil d’action politique, pour les États comme pour certains groupes d’universitaires, parce qu’il constitue un levier permettant d’agir efficacement sur le mode de production des faits scientifiques et sur la reproduction du corps des porteurs de savoir professionnels. Sa position spécifique fait aussi du doctorat un observatoire précieux de l’institutionnalisation des différentes disciplines et, plus finement, des différents programmes de recherche qui les organisent. L’étude temporellement située des dispositifs doctoraux constitue dès lors un angle d’approche efficace pour analyser les reconfigurations des politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche – y compris du point de vue de la circulation internationale de ces politiques –, les transformations des rapports de force et les normes qui structurent le champ académique, mais aussi et plus généralement, les façons dont la recherche est délimitée, définie, encadrée, mise en cérémonie, débattue et jugée.

Pourtant, ce grade reste très peu exploré par l’historiographie, par manque d’outils pour aborder une documentation à la fois massive et dispersée. Partant de ce constat, le projet ès lettres se propose d’encourager l’étude et la valorisation des thèses de doctorat, en partant du corpus des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle. Le but est de rassembler des informations relatives à ces documents, actuellement dispersées entre de multiples sources, de procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance). Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et spécialisée sur ces thèses, et de constituer une base de données en ligne et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments. La mise en ligne est prévue en avril-mai 2022. Financé par le groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée, il est porté conjointement par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et le Centre Lucien Febvre (université de Franche-Comté), associés à une série de partenaires : l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), le Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (EA 2448), ainsi que la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales, la Bibliothèque de l’École nationale des chartes, et les SCD de l’université de Franche-Comté, d’Aix-Marseille université et de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

Le présent colloque se propose de valoriser scientifiquement ces matériaux, ainsi que d’étendre le questionnement jusqu’aux temps les plus contemporains, en vue d’une extension future du projet, dans le temps, du point de vue disciplinaire, et éventuellement dans l’espace. Il s’agit de poser ainsi les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, afin de contribuer à une historicisation des règles – trop souvent naturalisées – du jeu académique. La périodisation est très ouverte : il s’agit de susciter des propositions touchant la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple). La diffusion de ce titre étant le fruit de dynamiques internationales, l’inscription spatiale des phénomènes étudiés est également très ouverte : sont attendues des propositions traitant du cas français comme d’autres cas européens ou extra-européens. Les contributions pourront dès lors s’inscrire dans un ou plusieurs axes, sans exclusive :

– L’évolution du contenu des thèses de doctorat et du profil des docteurs et docteures, de leur rôle dans la production de connaissances nouvelles et de leurs conditions symboliques et matérielles de travail et d’étude ;
– Le rôle de la thèse et du doctorat dans les trajectoires des scientifiques, savantes et savants et – plus largement – des travailleurs et travailleuses intellectuelles, sa place dans la dynamique des carrières académiques et dans la structuration de l’espace des disciplines ainsi que ses usages dans les carrières extra-académiques et dans les logiques d’accès aux fractions dominantes des espaces sociaux nationaux
– L’internationalisation des études doctorales, la circulation des étudiantes et étudiants en formation à la recherche comme des modèles de formation.

Modalités de soumission

  • Les propositions, en français ou en anglais, de 200-300 mots, doivent être accompagnées d’une courte présentation (structure de rattachement, sujet de recherche, travaux…). Elles doivent être envoyées avant le samedi 19 mars 2022 à l’adresse suivante : colloquedoctorat [at] gmail.com
  • Les auteurs et autrices dont les propositions auront été retenues seront informées avant le 4 avril 2022.
  • Le colloque aura lieu les 8 et 9 septembre 2022 à la Sorbonne.
  • Les personnes intéressées ne doivent pas hésiter à nous contacter en amont (pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr et cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr), si elles souhaitent accéder à la documentation réunie dans le cadre du projet ès lettres.
  • Une sélection de communications sera publiée dans le cadre d’un ouvrage collectif.
  • Les modalités d’organisation – présentiel ou visioconférence, voire les deux – de ce colloque seront choisies en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et précisées par la suite.

AàC – “Langues et diplomaties (du XVe siècle à nos jours)”, Université de Haute-Alsace, déc. 2022

Résumé

Si le principe d’une lingua franca est indissociable de la pratique diplomatique, il n’en repose pas moins sur de véritables jeux de pouvoir afin d’imposer l’usage d’une langue par rapport à une autre. Cette relation, à la fois politique et culturelle, entre langues et diplomaties a déjà fait l’objet de plusieurs travaux, souvent dédiés à une période et/ou à une pratique diplomatique donnée. L’objectif de ce colloque international, organisé les 7, 8 et 9 décembre 2022 à l’université de Haute-Alsace, sera donc d’embrasser l’ensemble de l’histoire diplomatique européenne, de l’établissement des premières diplomaties permanentes à nos jours, mais aussi dans sa diversité de pratiques. Par cette approche volontairement englobante, il s’agira d’identifier les stratégies d’adaptation pour mettre en œuvre à la fois la pratique diplomatique mais aussi une certaine conception, politique, sociale et culturelle, de la diplomatie et de son exercice.

Continuer la lecture de « AàC – “Langues et diplomaties (du XVe siècle à nos jours)”, Université de Haute-Alsace, déc. 2022 »

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022)

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022) organised by Fabian Link (Wuppertal), Jan Surman (Prague), Monika Wulz (Lucerne)

Studying the sciences has a long connection to underscoring the practical and political side of scientific research, epitomised by British historian J.D. Bernal and Hubert Laitko in the GDR, the scholarly tradition of Polish “Science of Science” since the interwar period, or Praxeology by Polish philosopher Tadeusz Kotarbiński. In the 1960s this connection became more tuned toward an applied history of science, now represented by scholars like Eugene Garfield or Gennady Dobrov. By then, science studies’ aim was as much to analyse sciences, as to propose the ways of their perfection, making “science of science” a meta-science of modernity. In the 1970s and 1980s sociological oriented science studies developed  a poststructural critique of past and present scientific practices in terms of their military application and male dominance, becoming one of the driving forces behind changes at universities. Moreover, scholars also used science studies’ research to inform state science policy.

In our section we want to look at processes in which the study of science has been discussed and/or practiced as an applied, practice-related science governing or advising state science policy or, on the contrary, critically engaging with the role of science in state policy. Such cases range from science studies serving global peace and mutual understanding (ICHST, UNESCO projects, global planning endeavours etc.) or developing economic perspectives on the role of science in society, through meso-level of tuning national science systems with the help of cybernetic-based science of science and of sociological science studies, or merging science systems together (e.g. managing of science systems after border shifts 1918/1945, or the integration of the GDR’s science system into that of the FRG after 1989), to local case studies, such as the application of sociology and psychology of science in reform of research and higher education units or “experiments” with scientifically based operation in laboratories. In such endeavours, science studies actors were presenting themselves as both scholars and political actors, producing also enticing narratives about science’s importance for the modern society and contributing to the development of the idea of the ‘knowledge society’ on both sides of the Iron Curtain

We are particularly interested in studies analysing the situation in Central-Eastern Europe and Global South countries, as well as those highlighting transnational cooperation.

Proposals (an abstract of max 250 words + a short bio or link to personal webpage) should be sent to panel organizers (flink [at] uni-wuppertal.de, surman [at] mua.cas.cz, monika.wulz [at] unilu.ch) by Monday, December 27, 2021. For more information about the conference please visit https://eshsbrussels2022.com/calls/

AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022

Cette journée d’étude prolonge le travail proposé en 2021 pour examiner l’enseignement dans l’Algérie de l’Indépendance et de la Révolution proclamée en 1962. 

Inscrite dans la triple temporalité des périodes ante-coloniale, coloniale et de l’indépendance, l’Algérie nouvelle ambitionne de construire un État et une société modernes sachant se ressourcer dans la tradition arabo-islamique. L’exploration du système scolaire mis en place depuis 1962 et l’analyse du discours qui le légitime donneront à lire comment l’Algérie a pu négocier la tension nouée entre le volontarisme moderniste de la Révolution et les pesanteurs de l’histoire algérienne.

  • Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et une courte bibliographie. 
  • Les propositions devront être envoyées à Stéphanie Dauphine (MCF Université d’Artois), à l’adresse mail suivante : fanny.dauphin17 [at] gmail.com 
  • Date limite d’envoi des propositions : le 15 mai 2022.
Continuer la lecture de « AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022 »

AàC – Colloque “Amateurs en sciences : une histoire par en bas”, 5, 6 et 7 septembre 2022, Le Mans Université

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication pour le colloque final du projet ANR « Amateurs en sciences : une histoire par en bas » qui aura lieu à l’Université du Mans les 5, 6 et 7 septembre 2022.

Le colloque propose d’élargir géographiquement (France et au-delà) et chronologiquement (XVIIIe-XXIe siècles) les perspectives ouvertes par une histoire par en bas des amateurs en sciences, attentive à restituer leurs points de vue, leurs pratiques, leurs productions matérielles. Afin d’éviter la simple juxtaposition d’études de cas, les thèmes classiques de l’histoire des amateurs seront réinterrogés par le biais de questions transversales listées ci-dessous.

Session 1 — Vocations et formations

Session 2 — Sciences en famille

Session 3 — Allégeances et contestations

Session 4 – Les publics des amateurs

Session 5 – Les territoires de la science des amateurs

Session 6 – Les objets des sciences amateurs et leurs marchés

Appel détaillé en français & in english : https://ams.hypotheses.org/2224

Comité scientifique :

David Aubin (IMJ-PRG, Sorbonne Université) ; Géraldine Delley (Laténium, Université de Neuchâtel) ; Volny Fages (IDHES, ENS Paris-Saclay) ; Laurence Guignard (CRHEC, Université Paris-Est Créteil INSPÉ) ; Hervé Guillemain (TEMOS, Le Mans Université) ; Aurélie Hess (TEMOS, Université Bretagne-Sud) ; Florian Mathieu (Études sur les sciences et les techniques, Université Paris-Saclay) ; Serge Reubi (CAK, Musée national d’histoire naturelle) ; Nathalie Richard (TEMOS, Le Mans Université) ; Nathan Schlanger (École nationale des chartes) ; Florent Serina (Institut de psychologie, Université de Lausanne) ; Hadrien Viraben (TEMOS, Le Mans Université).

Présentation complète du projet ANR : https://anr.fr/Projet-ANR-18-CE27-0027

Carnet de recherche du projet  : https://ams.hypotheses.org/

AàC – Journées doctorales du RESUP, ENS de Lyon, juin 2022

Le RESUP organise à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 juin 2022, deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants et doctorantes et jeunes docteur·es (thèse soutenue après le 31 décembre 2019) travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, et ce quelle que soit la discipline (sociologie, histoire, sciences politiques, géographie, économie, sciences de gestion etc.).

Le formulaire de candidature se trouve en pièce jointe. 

AàC – Session UGI 2022, “Enseigner la géographie à l’université, en France et dans le monde”

Camille Vergnaud et Laura Péaud vous invitent à participer à une session du congrès de l’UGI qui aura lieu à Paris en juillet 2022 prochain, autour du thème : “Enseigner la géographie dans l’enseignement supérieur, maintenant et dans les 10 ans à venir”

Cette session propose de faire résonner la question du congrès, « Le temps des géographes », avec nos pratiques, envies et expériences d’enseignement dans le supérieur.

Axe 1 : Enseigner l’histoire de la discipline Quelle est la place des enseignements en histoire et épistémologie de la géographie dans nos curricula d’enseignement supérieur ? Quel contenu y est dispensé ? Selon quelles modalités pédagogiques ? L’enjeu est de comprendre ce qui se transmet des récits de la géographie, quels outillages théoriques, méthodologiques et conceptuels sont transmis à la génération actuelle d’étudiant.es, et comment ces récits ont évolué. Mettre en regard des contenus et pratiques provenant de différents pays, institutions, courants et positionnements individuels des enseignants.es au sein de la discipline serait l’occasion d’interroger quelles sont les géographies transmises lors des enseignements.

Axe 2 : Les espace-temps de l’enseignement Ce deuxième axe vient plus spécifiquement interroger les modalités matérielles des enseignements de la géographie, en mettant l’accent sur une entrée spatio-temporelle. Comment organisons-nous les espace-temps de nos enseignements, dans nos séances, séquences, années, licences, masters, et jusqu’aux parcours complets des étudiant.es, mais aussi en dehors des salles de cours (pratique du terrain, des excursions, mais pas seulement) ? Enfin le contexte pandémique l’a rappelé : les conditions de vie matérielles des étudiant.es et des enseignant.es sont très inégales. Comment prendre en compte ces espaces-temps de la vie des étudiant.es (mais aussi des enseignant.es et des personnels), qui viennent percuter les espaces-temps des cours ?  Ici, les retours d’expérience sont particulièrement bienvenus.

Axe 3 : Quel enseignement de la géographie dans les 10 ans à venir ? A partir du contexte actuel, l’idée est de faire un peu de projection dans nos pratiques enseignantes et de réfléchir à ce que pourrait être un cursus de géographie dans la prochaine décennie.  Bien que nos envies soient souvent altérées par les réalités comptables et pratiques, les maquettes et les contraintes institutionnelles, nous aimerions dans le cadre du congrès nous donner le temps et l’espace de la rêverie collective. Dans cette perspective, des comparaisons internationales de ce qui se fait dans différents contextes linguistiques et nationaux pourraient venir nourrir notre imaginaire. Sont notamment bienvenues des participations proposant des uchronies, utopies ou de dystopies, et/ou s’appuyant sur différents formats (témoignages, débats, saynètes ; vidéos, photographies, dessins ; propositions de cours, maquette, organisations sociales, spatiales, temporelles, culturelles et politiques de campus…).

Nous accueillons des propositions de communications classiques, ainsi que des formats originaux (affiches, vidéos, podcast, etc.) et vous invitons à faire circuler cette annonce dans vos réseaux.

Les propositions peuvent être soumises jusqu’au 11 janvier prochain, directement ici : https://www.ugiparis2022.org/fr/soumission-de-communications/29

AàC – “Les enfants mis en case”, Poitiers 2021 et Angoulême 2022

Les enfants mis en cases

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

       La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations.

       Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

       Les auteurs des Innocents coupables, Laurent Galendon et Anlor, offrent une trilogie portant sur la colonie des Marronniers où mauvais traitements, tentatives d’évasions, drames, enfermements au quartier disciplinaire se succèdent. Ce récit graphique est le plus ambitieux. L’action se situe en 1912, date de la publication du roman de Louis Pergaud, La guerre des boutons et de la création des tribunaux pour enfants. Dans la bande dessinée, les personnages se ressemblent, ils ont le crâne rasé où les cheveux coupés très courts. Ils sont habillés avec le même uniforme. Les brimades quotidiennes sont restituées, le rassemblement dans le froid, les repas étiques, des toilettes sans papier, des tatouages établissant une hiérarchie entre colons, les punitions, les violences sexuelles. Les trois albums évitent le réquisitoire, mais au fil des pages les lecteurs non avertis se rendent bien compte que cette institution pénitentiaire qui visait à corriger les âmes et les corps n’est qu’une machine à broyer ou à insensibiliser : les enfants deviendront des « hommes endurcis », c’est-à-dire des « récidivistes incorrigibles ». Le travail dans les champs devient vexatoire et disciplinaire, et se montre ainsi éloigné de toute vertu pédagogique. L’institution apparaît épouvantable et illustre ce que d’aucuns appelaient la « justice de débarras ».

       Désormais, l’imaginaire social et la culture visuelle du début du XXIe siècle sont nourris de colons que la société tout entière veut ignorer et que les gardiens corrigent dans un dispositif visant à purger et amender les mineurs de justice. Les colonies pénitentiaires, au-delà des discours sur la rédemption et la volonté de former de futurs citoyens, sont bien des bagnes pour enfants mis en scène par le 9e art.

       La bande dessinée s’est intéressé  plus largement à ce qu’il est convenu d’appeler l’enfance irrégulière, comprenant à la fois l’enfance qui commet des écarts à la loi ou aux normes et l’enfance victime de mauvais traitements : battue, violée, prostituée, abandonnée. Les dysfonctionnements familiaux et sociétaux sont mis en contexte et la question du travail forcé des enfants n’est pas négligé. Enfants vagabonds et enfants migrants ne sont pas non plus ignorés et trouvent leurs place dans les planches proposée aux lectrices et lecteurs, à la fois en France mais aussi aux Etats-Unis, en Corée ou au Japon, sans oublier l’Afrique qui a donné naissance à nombre de personnages.

       Par commodité, sans être exhaustifs, il conviendra de s’intéresser d’abord  aux représentations graphiques des enfants. Le corps des enfants n’est pas celui d’un adulte en miniature, comment est-il représenté ? Quelles sont les personnages inventés ou restitués et mis en récit ?

       Ensuite l’examen des situations retiendra l’attention. Quelles sont les circonstances et les contextes ?

       Enfin, les effets des humiliations et des brutalités ? Sont-elles combattues ? Le sort des  auteurs d’agressions sont-ils l’objet d’une attention des auteurs de bandes dessinées ? Quant au devenir des victimes est-il pris en considération ?

Le colloque se tiendra sur deux journées : une à Poitiers le jeudi 21 octobre 2021 ; la seconde à Angoulême le jeudi 11 mars 2022.

Les propositions de communications (1500 signes) et une courte notice bio/biblio (500 signes) sont à adresser à Frédéric Chauvaud (frederic.chauvaud@univ-poitiers.fr) et à Jean-Jacques Yvorel ahpjm@orange.fr pour le 2 avril 2021.

       L’organisation du colloque prend en charge les frais d’inscription, les nuitées, les repas et la publication des actes sous la forme d’un véritable livre. Un soutien pourra éventuellement être apporté pour les déplacements.

MSHS (3575 – Université de Poitiers et CNRS) – Cité Internationale de l’Image et de la Bande Dessinée (CIBDI) – Réseau Régional de Recherche Nouvelle Aquitaine en bande dessinée (3RBD)– Association pour l’histoire de la Protection judiciaire des mineurs (AHPJM).

AàC – Colloque “Entre l’enfance et l’entrée en vie adulte. Normes et pratiques dans les sociétés médiévales, modernes et contemporaines”, Paris, nov. 2021

La période qui s’étend entre la fin de l’enfance et l’entrée dans la vie adulte recouvre
des réalités et des expériences diverses selon les périodes, les régions et les groupes
sociaux. Cette plasticité explique la difficulté à la saisir dans ses dimensions les plus
diverses. Aussi, même si quelques travaux s’y sont penchés dans une perspective
globale ou plus ciblée, le terrain reste largement à défricher pour comprendre les
évolutions de ses configurations dans différents espaces sociaux, historiques et
géographiques.


La Société de démographie historique a décidé de consacrer un colloque à cette période si particulière en l’ouvrant à plusieurs disciplines et périodes. Trois fils rouges ont été définis qui fournissent autant de pistes possibles, sans pour autant que ce cadre entende contraindre les propositions.

AàC – “Histoire et archives de l’animation nature et de l’éducation à l’environnement en France dans les années 1970-1990”, PAJEP, mars 2022

Les années 1970-1990 furent celles de l’émergence de l’animation nature en tant que secteur professionnel, à une époque où les préoccupations écologistes se cristallisent. Au cours de ces deux décennies, des expériences naissent, souvent très localisées, où s’élaborent des conceptions éducatives et des modalités pédagogiques, en lien avec les transformations contemporaines de l’école, les représentations de l’environnement ou les contestations écologistes. La position de l’animation environnement au carrefour des sciences et pratiques naturalistes, de la protection, de l’éducation populaire, du monde de l’école mais aussi des sports de pleine nature implique une ouverture au-delà des disciplines de référence que seront l’histoire et les sciences de l’éducation. Les organisateurs attendent donc des contributions venues de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’environnement, des sciences et techniques des activités physiques et sportives, etc.

AàC – “Exploring a democratic ritual: “Young citizens’ ceremonies” in transnational perspective”

Throughout the 20th century, and in some instances until today, various European countries, among them Switzerland, Austria, the Netherlands, Belgium, Germany and France, have organized ceremonies to celebrate the accession of young citizens to their political rights (and duties).

Called JungbürgerfeierErstwählerfeierBurgerdag or promotions citoyennes, these rituals have long been forgotten in countries where they ceased to exist, or been overlooked as marginal or simply boring. In fact, however, in the course of their transformations and transnational circulation they have crystallized key tensions within contemporary democracies.

We are a team of scholars coming from different disciplines (anthropology, history, sociology, and political science) working on these ceremonies in Switzerland, France, Germany and the Netherlands. We would like to invite scholars working on or interested by these ceremonies in other contexts to join us and help us broaden our transnational perspective. We envision a workshop in July 2021 and a common publication building both on our specific case studies and on transversal questions.

We are particularly interested in the following questions:

  • Genesis of these ceremonies: what ends motivated their invention, under what inspiration (from other countries but also from other ceremonies, such as religious coming-of-age rituals or the (East-)German, Jugendweihe)? What needs, “problems”, or even “crises“ of politics and/or youth where they intended to solve? What actors diagnosed these issues and promoted these ceremonies as “moral entrepreneurs“ (Howard S. Becker)? At what level(s) of the state were they organized and with what civil society partners (i.e. citizenship education, youth or women’s groups)?
  • Historical transformations: did the aims of these ceremonies evolve over time, and hence their forms? Why were they abandoned in some instances and maintained in others? How do they relate to other kinds of ceremonies, such as naturalization ceremonies? How do these chronologies fit (or fail to fit) with the transformations of democracy at large? Can the study of these ceremonies help us adjust our understanding of European democracies throughout the 20th century (from the interwar tensions, the “disciplined” or “constrained” model of democracy after 1945, to 1968, or tensions surrounding citizenship in today’s multicultural societies)?
  • Ritual dimensions: how did/do their organizers approach their “choreography”, from speeches, oath taking and/or the distribution of certificates and booklets, to music, food and beverages? How did they plan the “staging” of politics, democracy, pluralism, and particular political actors during these events? What other actors (i.e. military or religious authorities, civil society, youth groups) were invited and in what role? How solemn, participatory, and/or entertaining were/are these ceremonies supposed to be? What is the intended place of young people themselves? How have organizers anticipated and approached possible disruptions (from laughter to planned interventions)? What role has the media played in the staging of these ceremonies (both by organizers and by potential disrupters)?
  • Understandings but also concrete practices of citizenship and participation that were/are negotiated (and often contested) in these ceremonies, between authorities, political forces, civil society, and of course young people: what level(s) of citizenship (local, regional, national, supranational) were addressed? What role did localism and/or nationalism play? What understanding(s) of citizenship and participation (voting, demonstrating, and participating in political parties or in social movements) were particularly promoted, legitimized or on the contrary stigmatized?
  • The interplay between inclusion and exclusion, along the lines of gender, age, social class, nationality: how did/do the ceremonies handle the exclusion of some young people (women and foreigners in particular) from political rights? Were differentiated models of citizenship promoted as a result (i.e. male citizen-soldier vs. nurturing mothers)? Where these ceremonies were designed to address all young people, who actually took part? How socially exclusive have they remained in their very design?

AàC – “Les étudiant·e·s et les sports dans le monde du 19e siècle à nos jours”, Paris 2021 et Lausanne 2022

L’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne (ISSUL), le GERME (Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants) et la Cité des mémoires étudiantes lancent un appel à communication pour une double journée d’études internationale consacrée à l’histoire des étudiant·e·s et du sport. La première se tiendra à Paris le mardi 16 novembre 2021, juste avant la 13e Journée « Archives, recherches et mémoires étudiantes » organisée par la Cité des mémoires étudiantes & le GERME (chaque 17 novembre, journée internationale de l’étudiant·e). La seconde aura lieu à l’Université de Lausanne le mercredi 1er juin 2022, soit le jour anniversaire de la création de la FISU qui a dorénavant son siège dans le même bâtiment que l’ISSUL.

Voués par définition au travail de l’esprit à des fins de formation supérieure et d’intégration au sein des élites ou, plus largement, de la société, les étudiants occupent une position singulière et éphémère dans l’espace social entre classe d’âge, mouvement social et groupe intellectuel. Aussi, leur histoire du 19e siècle à nos jours participe autant de l’histoire des jeunesses, des mouvements sociaux et des élites que de l’histoire sociale ou de l’éducation. Il ne va donc pas de soi d’envisager leur trajectoire, leur formation et leur sociabilité du point de vue de l’histoire des cultures corporelles et sportives. Bien souvent pourtant, les sports ont été codifiés, institutionnalisés et diffusés par des étudiants européens et nord-américains, avant d’être repris et imités par leurs camarades sur les autres continents. Les pratiques sportives sont ainsi devenues un moyen comme un autre d’affirmer son appartenance à la communauté estudiantine et de répondre à ses besoins de loisir en dehors de la formation intellectuelle. Développer un entre soi masculin et viril, affirmer sportivement l’identité de son université, former une élite performante sur le plan non seulement intellectuel mais aussi physique, se déplacer et même voyager pour rencontrer des athlètes issus de clubs universitaires concurrents, telles sont quelques-unes des raisons du succès des sports parmi les étudiants. Quant aux étudiantes, peu nombreuses avant 1914, leur acculturation sportive et leur affirmation identitaire par le sport au cours du 20e siècle restent encore peu étudiées.

De fait, les pratiques et cultures sportives positionnent les étudiant-e-s au croisement de différentes échelles nationale, internationale et transnationale. L’idée de rencontres sportives régulières entre étudiants de nations différentes est émise pour la première fois en 1892 par Hodgson Pratt lors du Congrès de la Paix à Rome. Elle sera reprise quelques jours plus tard par le jeune parisien Pierre de Coubertin qui, sous la formule de « jeux olympiques modernes », rêve de compétitions ouvertes non plus aux seuls étudiants mais aux sportsmen du monde entier. Si de premiers groupements d’échelle nationale sont constitués à compter de 1907, il faut attendre 1923 pour que le Français Jean Petitjean organise à Paris les premiers Jeux mondiaux universitaires. Dans l’entre-deux-guerres, puis au cours de la Guerre froide, les rencontres sportives internationales entre étudiants donnent souvent lieu à des formes de rivalité entre États et entre modèles socio-politiques. Il en est de même pour les organisations qui les encadrent. Si la Fédération internationale du sport universitaire (FISU) est fondée en 1949 contre la politisation du sport par la nouvelle Union internationale des étudiants (UIE) dorénavant contrôlée par l’URSS et ses alliés, la réunification du mouvement sportif estudiantin surviendra somme toute rapidement, en 1959. Toutefois, les rencontres sportives estudiantines ne sauraient être réduites à des manifestations de soft power car elles ont aussi permis des élans de fraternité et offert des espaces alternatifs de coopération.

Dans les travaux universitaires de référence sur les étudiants et leurs internationales (Moulinier 2002, Kotek 2003, Rüegg 2011, Laqua 2017, Legois, Monchablon & Morder, 2007), le sport universitaire n’est guère abordé. Le constat est quasi similaire dans le champ de l’histoire du sport hormis les travaux de référence sur la contribution des étudiants britanniques ou américains à l’invention des sports tout au long du 19e siècle (Mangan, 1981 ; Smith, 2000). Pour le continent européen on pourra signaler quelques publications qui portent souvent sur les années 1930-1950 (Impiglia & Lang 1997, Attali et Saint-Martin 2013, Quin 2016, Mirabet & Pujadas 2018).

À la veille du centenaire des premiers Jeux mondiaux universitaires (2023), cette double journée d’études vise à décloisonner une histoire très occidentale, masculine et concentrée sur les années pionnières ou bien de grandes tensions diplomatiques. C’est pourquoi les communications portant sur les étudiantes, sur l’avant 1914 et sur les décennies 1960 et suivantes seront particulièrement bienvenues, tout comme celles abordant les espaces est-européen, scandinave, latino-américain, africain et asiatique.

Trois axes de recherche seront privilégiés :

  • · une histoire des acteurs qu’ils soient étudiants ou liés à leur université (sportifs/ves ordinaires, champions, dirigeants) qui prenne en considération autant leur état d’étudiant que leur trajectoire de vie et professionnelle,
  • · une histoire des institutions (clubs, fédérations nationales, organisations étudiantes) envisagée dans la longue durée ou bien consacrée à des moments significatifs,
  • · une histoire des pratiques sportives privilégiées par les étudiant-e-s au regard des cultures sportives dominantes dans l’espace social et national qui les environne.

Les communications seront réparties entre les deux journées de novembre 2021 et de juin 2022 en fonction des logiques scientifiques. Les intervenants s’exprimeront en français ou en anglais avec un support visuel traduit dans l’autre langue.

Prospositions

  • Nous invitons les historiens à soumettre leurs propositions, en encourageant tout particulièrement les contributions en dehors de l’histoire du sport, aussi bien qu’en sciences sociales (sciences politiques, sociologie, anthropologie, études culturelles).
  • Modalités de soumission. Langue : Français ou Anglais.
  • Taille : 300 mots maximum, avec un court paragraphe biographique en sus;
  • Adresse d’envoi : sportunivcolloque [at] gmail.com
  • Date limite : 15 juin 2021,Organisateurs: Lidia Lesnykh et Patrick Clastres (Uni de Lausanne); Matthieu Gillabert (Uni de Fribourg); Ioânna Kasapi (Cité des mémoires étudiantes et GERME); Jean-Philippe Legois (Cité des mémoires étudiantes); Robi Morder (GERME)

Lieu de l’événement

Paris et Lausanne-1000-GERME

Contact

sportunivcolloque@gmail.comLangues de l’évènement: FrançaisAnglais

Informations supplémentaires sur l’événement

Site web de la manifestation: GERME

Event file: aac_sports_v6.pdf

Coûts de participation

Prix de l’évènement: 0.00 CHF

Inscription

Délai d’inscription: 15.06.2021

AàC – “Le système éducatif islamique en Afrique subsaharienne. Un parcours de politique et de religion” (Niamey, sept.-oct. 2021)

Argumentaire :

Bien que d’importantes réformes aient été introduites concernant le statut et le rôle de l’enseignement islamique dans divers pays et que les acteurs de ces milieux de formation aient significativement changé depuis quelques décennies, la question de l’enseignement islamique en Afrique de l’Ouest reste encore au centre des débats publics, et très peu étudiée dans les travaux scientifiques. Toutefois, depuis le début de la décennie 1990, un nombre croissant de chercheur.es se sont intéressés à l’histoire, aux dynamiques, aux réseaux et aux enjeux de l’enseignement islamique en Afrique de l’Ouest. Le workshop propose de se pencher plus particulièrement sur la question de l’enseignement secondaire et universitaire islamique. Une mise à jour des connaissances scientifiques sur les dynamiques qui caractérisent les milieux contemporains de l’enseignement islamique est essentielle dans la mesure où une partie importante de la littérature scientifique a été produite il y a plusieurs années et a peu (ou pas) étudiées certaines zones géographiques, dont le Benin, la Gambie, la Guinée, le Togo, le Sierra Leone, etc.

Le workshop a trois objectifs : 1. réunir des chercheur.es juniors et séniors qui travaillent sur les dynamiques de l’enseignement islamique en Afrique de l’ouest ; 2. mettre à jour l’état des connaissances sur ces lieux de formation en tenant compte des enjeux nationaux, de leurs dynamiques d’expansion et de leurs réseaux ; 3. de définir une programmation commune de recherche centrée sur la constitution d’un répertoire de ces lieux d’enseignement. La constitution de ce répertoire sera une occasion de tester une approche méthodologique pluridisciplinaire et mixte. Ce répertoire aura une utilité, à la fois, pour les chercheur.es et les acteur.es socio-politiques.

Les chercheur.es, juniors et séniors, francophones, anglophones et arabophones, qui ont effectué des enquêtes dans les milieux de l’enseignement islamique sont invité.es à soumettre une proposition de communication. Les candidatures féminines et des chercheur.es de l’Afrique subsaharienne anglophone seront privilégié.es afin de s’assurer de la présence de jeunes chercheur.es et d’un équilibre entre les expertises sur l’Afrique de l’ouest francophone et anglophone. Les candidat.es qui ont des connaissances des milieux scientifiques arabophones seront aussi pris.es en considération.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication de 1500 mots doivent être envoyées au plus tard le 15 juin 2021 aux adresses suivantes : leblanc.marie-nathalie [at] uqam.ca ; binateissouf1981 [at] yahoo.fr ; sorefils [at] gmail.com. Elles comprendront le titre, un résumé indiquant le contexte, la problématique et l’approche méthodologique utilisée. Une notice bibliographique indiquant la discipline et l’attachement institutionnel de l’auteur.e est également souhaitée (pas plus de 100 mots).

Organisateurs.trices :

Marie Nathalie LeBlanc, Anthropologue, Université de Québec à Montréal et Chaire de l’islam contemporain en Afrique de l’ouest (Canada)
Issouf Binaté, Historien, Université Alassane Ouattara, Bouaké (Côte d’Ivoire)
Zakaria Soré, Sociologue, Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou (Burkina Faso)
Abdoulaye Sounaye, Leibniz-Zentrum Moderner Orient, Berlin (Allemagne)

Date et lieu : 

25 septembre au 2 octobre 2021, LASDEL à Niamey (Niger), si la situation sanitaire le permet. Dans le cas contraire, le workshop sera tenu en format réduit de manière virtuelle, du 25 septembre au 27 septembre

AàC – Colloque international : “L’enseignement supérieur du XIXe siècle à nos jours (France et international) : établissements, acteurs, disciplines, pédagogies” (ATHRE, 2022)

À l’initiative de l’ATHRE et des laboratoires ECP, LARHRA et Triangle, ce colloque a pour projet d’étudier la manière dont l’enseignement supérieur a évolué depuis le début du XIXe siècle, à différents niveaux, dans différents espaces et à différentes échelles.

Avec le processus de Bologne mis en œuvre en 1999 dans 29 pays, visant à la convergence des systèmes d’enseignement supérieur des pays européens, ont été instaurées de nouvelles pratiques qui ont profondément bouleversé le paysage de l’enseignement supérieur en France et en Europe. Les évolutions législatives et réglementaires révèlent une accélération de ce processus de transformation, quoique déjà amorcée depuis le début des années 1960. La situation actuelle qui confronte brutalement un système bicentenaire à un projet de transformation de grande ampleur constitue de ce point de vue un objet particulièrement fécond pour comprendre l’évolution des structures éducatives. Elle conduit à s’interroger sur les logiques de transformation sur le long terme et sur l’histoire du développement et de la diversification de l’enseignement supérieur depuis le début du XIXe siècle, ainsi que sur les résistances que ces transformations ont rencontrées et les controverses qu’elles ont suscitées.

Plusieurs angles d’attaque peuvent être envisagés pour appréhender ces évolutions. On peut ainsi, tout en conservant un point de vue résolument historique, croiser des approches politiques (questions nationales, internationales ou locales traitant en particulier de la gouvernance et de l’organisation des établissements d’enseignement supérieur), des approches socio-économiques (acteurs que sont les étudiant·es, les enseignant·es ou le personnel administratif, institutions elles-mêmes insérées dans un tissu local économique particulier), des approches pédagogiques interrogeant en particulier ce qu’on pourrait appeler « forme universitaire » : place des cours magistraux, des stages… Il est également possible de s’interroger sur le sens et la portée de l’adjectif « supérieur » dans le syntagme « enseignement supérieur ».

Plus généralement, l’accent pourra être mis sur les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur, y compris dans les espaces coloniaux et post-coloniaux. Ces approches internationales permettront en outre de considérer la manière dont les modèles (d’organisation, intellectuels, disciplinaires, pédagogiques) peuvent circuler et éventuellement se transférer d’un univers à l’autre.

Sur la base de ces questionnements généraux, quatre axes de travail sont proposés :

Axe 1. La diversité des établissements et leur insertion dans l’environnement local, national et international

Axe 2. Disciplines et pédagogies

Axe 3. Les transitions : modalités et dispositifs

Axe 4. Sociologie historique des enseignant·es et des étudiant·es

L’appel à communication complet est disponible ici.

Consignes aux auteur·es de propositions

Toute personne intéressée à présenter une communication est invitée à nous adresser un titre et un bref résumé de sa contribution (300 mots / 2000 signes maximum) en français ou en anglais.Ce résumé présente l’enjeu historiographique et la problématique de la communication, indique la périodisation et comporte une description du corpus traité.Il inclut une bibliographie de 5 titres et propose 4-5 mots-clés.

Les auteur·es précisent leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle.

Les propositions de communication seront soumises à expertise.

Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx dont le nom sera celui de l’auteur, noté en majuscules.

Elles seront déposées sur le site : https://enseignemt-sup.sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions : 30 mai 2021 au plus tard

Notification d’acceptation aux auteur.es : 1er juillet 2021

Appel à communications – Histoire et archives de l’animation nature et de l’éducation à l’environnement en France dans les années 1970-1990

Cette manifestation est conçue comme l’aboutissement d’un cycle de journées d’étude. Le colloque du 30 et 31 mars 2022 vise à ouvrir de nouvelles pistes, à identifier des chercheurs dont les travaux croisent ce sujet et à tenter une première synthèse d’éléments recueillis depuis 2016 dans le cadre des 6 journées d’étude préparatoires.

Les années 1970-1990 furent celles de l’émergence de l’animation nature en tant que secteur professionnel, à une époque où les préoccupations écologistes se cristallisent. Au cours de ces deux décennies, des expériences naissent, souvent très localisées, où s’élaborent des conceptions éducatives et des modalités pédagogiques, en lien avec les transformations contemporaines de l’école, les représentations de l’environnement ou les contestations écologistes. La position de l’animation environnement au carrefour des sciences et pratiques naturalistes, de la protection, de l’éducation populaire, du monde de l’école mais aussi des sports de pleine nature implique une ouverture au-delà des disciplines de référence que seront l’histoire et les sciences de l’éducation. Les organisateurs attendent donc des contributions venues de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’environnement, des sciences et techniques des activités physiques et sportives, etc.

L’appel à communication complet ainsi que l’ensemble des informations concernant la manifestation sont disponibles ici.

Appel à communications – L’enseignement supérieur du XIXe siècle à nos jours (France et international) : établissements, acteurs, disciplines, pédagogies

Lyon

27-28 juin 2022

 

À l’initiative de l’ATHRE et des laboratoires ECP, LARHRA et Triangle, ce colloque a pour projet d’étudier la manière dont l’enseignement supérieur a évolué depuis le début du XIXe siècle, à différents niveaux, dans différents espaces et à différentes échelles.

 

Avec le processus de Bologne mis en œuvre en 1999 dans 29 pays, visant à la convergence des systèmes d’enseignement supérieur des pays européens, ont été instaurées de nouvelles pratiques qui ont profondément bouleversé le paysage de l’enseignement supérieur en France et en Europe. Les évolutions législatives et réglementaires révèlent une accélération de ce processus de transformation, quoique déjà amorcée depuis le début des années 1960. La situation actuelle qui confronte brutalement un système bicentenaire à un projet de transformation de grande ampleur constitue de ce point de vue un objet particulièrement fécond pour comprendre l’évolution des structures éducatives. Elle conduit à s’interroger sur les logiques de transformation sur le long terme et sur l’histoire du développement et de la diversification de l’enseignement supérieur depuis le début du XIXe siècle, ainsi que sur les résistances que ces transformations ont rencontrées et les controverses qu’elles ont suscitées.

Plusieurs angles d’attaque peuvent être envisagés pour appréhender ces évolutions. On peut ainsi, tout en conservant un point de vue résolument historique, croiser des approches politiques (questions nationales, internationales ou locales traitant en particulier de la gouvernance et de l’organisation des établissements d’enseignement supérieur), des approches socio-économiques (acteurs que sont les étudiant·es, les enseignant·es ou le personnel administratif, institutions elles-mêmes insérées dans un tissu local économique particulier), des approches pédagogiques interrogeant en particulier ce qu’on pourrait appeler « forme universitaire » : place des cours magistraux, des stages… Il est également possible de s’interroger sur le sens et la portée de l’adjectif « supérieur » dans le syntagme « enseignement supérieur ».

Plus généralement, l’accent pourra être mis sur les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur, y compris dans les espaces coloniaux et post-coloniaux. Ces approches internationales permettront en outre de considérer la manière dont les modèles (d’organisation, intellectuels, disciplinaires, pédagogiques) peuvent circuler et éventuellement se transférer d’un univers à l’autre.

Sur la base de ces questionnements généraux, quatre axes de travail sont proposés :

Axe 1. La diversité des établissements et leur insertion dans l’environnement local, national et international

Axe 2. Disciplines et pédagogies

Axe 3. Les transitions : modalités et dispositifs

Axe 4. Sociologie historique des enseignant·es et des étudiant·es

L’appel à communication complet est disponible ici.

 

Consignes aux auteur·es de propositions

Toute personne intéressée à présenter une communication est invitée à nous adresser un titre et un bref résumé de sa contribution (300 mots / 2000 signes maximum) en français ou en anglais.Ce résumé présente l’enjeu historiographique et la problématique de la communication, indique la périodisation et comporte une description du corpus traité.Il inclut une bibliographie de 5 titres et propose 4-5 mots-clés.

Les auteur·es précisent leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle.

Les propositions de communication seront soumises à expertise.

Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx dont le nom sera celui de l’auteur, noté en majuscules.

Elles seront déposées sur le site : https://enseignemt-sup.sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions : 15 mai 2021 au plus tard

Notification d’acceptation aux auteur.es : 1er juillet 2021

AàC – “Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 68”, 11-12 fév. 2021, Paris

L’historiographie « des années 68 » a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le Mai français. Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est le rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc.) en France en mai-juin 68. Cette présence des étrangers en France a fait l’objet d’études quand il s’agissait des travailleurs immigrés dont on sait désormais l’importante participation au mouvement de Mai. Mais la présence d’étudiants et/ou intellectuels, et partant leur participation au mouvement, reste encore largement ignorée. Ils sont alors nombreux à étudier dans la capitale française, ou dans d’autres villes universitaires du territoire. Ils représentent 5,7% de la population étudiante totale en 1968-1969, et cet effectif va croître très fortement à partir de la fin de l’année 68.  Ils sont africains (Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne), européens (allemands, portugais, italiens, espagnols, grecs, britanniques), sud-américains, israéliens, américains du Nord (États-Unis ou Québec), palestiniens. Ils adhèrent généralement au Mai français tout en mettant en œuvre des logiques spécifiques liées aux conditions politiques et sociales de leur pays d’origine. 

Qu’il s’agisse de contester des dictatures pour les Grecs, Portugais, Espagnols, Argentins, Brésiliens, ou Tchécoslovaques et Polonais, de contester la guerre du Vietnam ou le racisme (Américains), de lutter pour la paix en Palestine, ils insèrent au sein du Mai français leurs revendications et profitent de ce moment de libération exceptionnelle de la parole pour élever eux aussi la voix. Il s’agit donc ici de rendre compte de leurs paroles et actes en France mais aussi de la situation en 1968 de leurs pays respectifs, ou plutôt de ce que leurs paroles et actes en France témoignent de la situation dans leur pays d’origine. Des oppositions à bien des régimes autoritaires se sont constituées en exil. Les événements de mai changent-ils la donne ? Les slogans sont-ils alors transformés ? Les attentes ou espoirs bouleversés ? Ces étudiants peuvent pratiquer un certain entre-soi ou, au contraire, profiter du mouvement pour internationaliser les contacts, pour nourrir leur expérience militante de celles de camarades étrangers. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que le mouvement de Mai doit à ces étudiant.e.s, intellectuel.le.s et artistes venu.e.s d’ailleurs : comment la circulation des savoirs et des pratiques – en particulier dans le domaine militant (slogans, idées, modes d’action )- a-t-elle  pu influer sur  les répertoires militants en France ? Les Unions et Fédérations d’étudiants étrangers ont-elles joué un rôle ? Quels livres (parfois traduits par les étudiants eux-mêmes), quelles musiques ou chants, quels films dans ce moment charnière ont pu circuler parmi ces hommes et ces femmes, et jouer un rôle sur les acteurs ? S’intéresser aux étudiants, intellectuels et artistes étrangers, c’est aussi scruter les rencontres improbables que les événements rendirent possibles, voire les relations amicales ou amoureuses qui s’épanouirent alors. C’est comprendre aussi ce que le politique peut faire à l’intime dans le monde des exilés, et dans un moment aussi extraordinaire, au sens premier du terme. Les lieux de vie des étudiants étrangers, les résidences et les foyers étudiants telle la Cité internationale universitaire de Paris, pourront faire l’objet d’une étude spécifique : pépinières de rencontres internationales, ces lieux sont souvent des incubateurs d’idées et d’actions militantes.

Les événements ont pu bouleverser les habitudes ou en créer de nouvelles, modifier ou non les rapports de genre. À l’inverse des situations heureuses, des bonheurs nés de l’adrénaline de l’action collective, comment les évènements de 68 ont-ils créé ou accru les inégalités sociales entre étudiants français et étrangers ? L’éloignement familial dans ce cas peut peser lourd, que ce soit financièrement ou psychologiquement, quand des réseaux de solidarité peuvent aussi se mettre en place qu’ils soient intra ou extra- communautaires. Ce colloque s’intéressera donc à la vie militante et quotidienne de ces étudiants et intellectuels étrangers dans leur dimension politique, économique, sociale et culturelle. On ne s’interdira pas non plus de penser l’après mai 68. Qu’est-ce que les évènements ont fait à des trajectoires jusqu’alors linéaires ? Ont-ils bousculé des certitudes, impulsé des retours aux pays prématurés par rapport aux projets antérieurs ? ou au contraire des installations plus définitives ? Certaines figures d’étudiants étrangers ont-elles émergées pour s’installer durablement dans la vie étudiante et/ou militante française ? Ont-ils provoqué des formes d’établissement, en France ou ailleurs ? Qui sont les expulsés ? Qu’est-il advenu d’eux ? La participation des étudiants étrangers au mouvement de 68 a-t-elle creusé des filières de mobilités étudiantes pour les années suivantes ? Plusieurs types d’approche sont possibles :  des approches de groupe d’une part, comme par exemple les étudiants palestiniens et leur rôle dans le Mai français ou des études plus biographiques, tout autant que des histoires de vie saisies à un moment donné, ou des productions textuelles ou artistiques conçues par ce type d’acteurs pendant Mai-Juin 68 et qui donnent à voir ou à penser ces évènements. On souhaite ainsi, comme en Mai, faire fi des frontières et penser le monde de l’année 68, en une démarche d’histoire globale. Une exposition virtuelle, destinée à valoriser le fonds d’archives Mai-Juin 68 du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (http://chs-maijuin68.huma-num.fr) avait déjà réuni quelques chercheurs sur cette problématique. Elle est bien entendu loin d’épuiser le sujet, et constitue plus une amorce qu’une exposition exhaustive. Nous espérons donc avec ce colloque réunir d’autres contributions, élargir les problématiques, écouter aussi et recueillir des témoignages. Comme dans l’exposition virtuelle, nous incluons les Départements d’Outre-Mer étant donné la vigueur qu’avaient alors les mouvements indépendantistes et l’impact qu’a pu avoir la présence de leurs ressortissants en métropole pour ces mouvements.

Comité scientifique : Ludivine Bantigny (GRHis, Université de Rouen), Françoise Blum (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS),  Gabrielle Chomentowski (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS), Frank Georgi (Université d’Evry Val d’Essonne), Boris Gobille (ENS Lyon), Burleigh Hendrickson (Pennsylvania State University), Jean-Pierre Le Foll Luciani (Education nationale), Edenz Maurice (Centre de recherches sur les mondes américains/Centre d’histoire de Sciences po), Eugénia Palieraki (Centre de Philosophie Juridique et Politique, CY Cergy Paris Université), Ophélie Rillon (Les Afriques dans le monde, CNRS), Alexis Roy (IMAF, CNRS), Palmira de Sousa (Campus Condorcet), Guillaume Tronchet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris 1-CNRS).

Les propositions de communications (5000 signes maximum), accompagnées d’un bref CV sont à faire parvenir à l’adresse suivante : fblum [at] univ-paris1.fr avant le 30 septembre 2020.

Lieu : Paris, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains et Campus Condorcet – 93000 Aubervilliers

AàC – Colloque philosophique « Penser la Commune », 7-9 avril 2021 (lieu à déterminer)

« Celui qui fait au peuple de fausses légendes révolutionnaires, celui qui l’amuse d’histoires chantantes, est aussi criminel que le géographe qui dresserait des cartes menteuses pour les navigateurs. »

À l’approche du 150e anniversaire de la Commune de Paris, nous souhaitons engager un travail sur la pensée et sur l’action effective de la Commune. Il nous semble en effet que le poids de diverses légendes persiste à occulter tout ou partie du sens de cette séquence historique, comme le déplorait déjà un des premiers historiens de la Commune : le journaliste Lissagaray. Si, selon le mot célèbre de Marx, la République sociale de Paris (18 mars/28 mai 1871), constitua un véritable « sphinx mettant l’entendement bourgeois à si rude épreuve2 », la réflexion sur les énigmes qu’elle posa fut fréquemment entravée par des formations idéologiques rivales (des légendes) faisant écran entre la Commune et notre compréhension de celle-ci : la légende noire versaillaise caricatura la Commune, la légende rouge du marxisme officiel la mythifia et la prolétarisa, la légende bleu-blanc-rouge du républicanisme d’ordre la rejeta vers le passé et en minimisa la portée, afin de magnifier l’œuvre du parlementarisme de la IIIe République.

En contrepoint, de nombreuses recherches ont abondé notre connaissance de la Commune, parmi lesquels on peut citer les travaux anciens des premiers historiens de la Commune et de Maurice Dommanget, ou les travaux plus récents de William Serman, Robert Tombs, Jacques Rougerie et Henri Lefebvre, sans oublier certaines publications contemporaines, telles que celles de Kristin Ross. Parallèlement, un nouvel intérêt pour les récits et les analyses des protagonistes de l’époque a permis la découverte ou la redécouverte des écrits de Benoît Malon, Victorine Brocher, Gustave Lefrançais, Jules Andrieu, Jean Allemane, Alix Payen, etc.

De leur côté, les archives contiennent encore de multiples informations sur ce qui s’est passé avant la Commune, mais aussi pendant celle-ci dans les bataillons de la Garde Nationale, dans les clubs, dans les mairies l’arrondissement, dans la presse, dans les organisations, etc. Leur exploration progressive permet d’affiner ou même parfois de révolutionner notre compréhension de la Commune.

Le 150e anniversaire de la Commune doit être l’occasion de poursuivre ce travail s’élucidation, en lui ajoutant une dimension trop souvent négligée au profit des aspects militaires, événementiels et politiciens : la dimension philosophique de la compréhension de la Commune. Quelles problématisations et quelles conceptions de l’État, du commun, du social, du travail, de l’égalité, de la République, de l’enfance, de l’éducation, de l’art, de la culture, de la relation entre les femmes et les hommes, de l’émancipation, des échanges, de l’argent, de la propriété, de l’économie, de l’autorité, de l’étranger, de la laïcité (même si le mot “laïcité” n’était pas encore en usage), de la justice, de la morale, de la science, de la violence, de la vie et de la mort, etc., circulaient dans le mouvement et au sein des
acteurs de la Commune ?

Sur tous ces points, on ne peut plus se contenter de dire que la Commune avait lu surtout Proudhon mais n’avait pas pu lire Marx, puisque que le Manifeste du Parti Communiste, rédigé en 1848, n’avait toujours pas été intégralement diffusé en français en 1871, tandis que la première traduction partielle du Capital ne parut qu’en 1872. On ne peut plus non plus se contenter de négliger la place de la Commune dans l’histoire des pensées républicaines, des pensées socialistes, des pensées libertaires, des conceptions syndicalistes révolutionnaires et, plus globalement, dans les débats et les élaborations conceptuelles propres au(x) mouvement(s) ouvrier (s) et révolutionnaire(s). Au regard des enjeux historiographiques et des enjeux contemporains, il est important de revenir, par une étude collective rigoureuse, au plus près de ce que pensaient et exprimaient les acteurs de la Commune.

Pour traiter ces différents aspects, nous suggérons de suivre principalement, mais pas
exclusivement, trois axes croisés :

  • a) la pensée politique et philosophique de la Commune, dans son rapport fondamental à la question de l’émancipation et/ou de la libération ;
  • b) la politique scolaire et éducative de la Commune ;
  • c) la place et le sens de la Commune dans l’évolution de la philosophie républicaine et sociale, notamment dans la perspective du lien entre laïcité et égalité.

AàC – Colloque international “Universities and witchcraft. In Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period”, 9-10 Sept. 2021, Bologne

The Centro interuniversitario per la storia delle università italiane (CISUI) is hosting the
“Universities and Witchcraft in Europe between the Middle Ages and the Early Modern Period ” conference. The Conference theme is the involvement of Universities “as institutions”, over the issue of witchcraft from the Middle Ages to the Modern Age throughout Europe: west, east, Catholic, Protestant.

Decisions made by academic institutions throughout the period in question had a major cultural and social impact. Such was the case, for example, of the responsa issued by the College of Theologians of the University of Paris in 1398. They approved twenty-eight articles condemning not only Satan’s snares, the Devil’s Contracts and magical practices used to subjugate devils to his service, but condemned also the scepticism of those who did not believe in the articles’ effectiveness. The articles addressed issues relating to witchcraft and covered intellectuals “as professors”, students’ behaviours, attitudes, doctoral theses and dissertations, as well as university courses.

In the spirit of the above and by way of illustration, the main aspects (12th to 18th centuries) on which proposals for papers should be based are:

  1. The reactions of universities to cases in which their students and professors were formally
    questioned over witchcraft;
  2. University courses and responsa / consilia on matters of witchcraft;
  3. Doctoral theses and dissertations on witchcraft;
  4. Student behaviours, attitudes, and witchcraft (e.g. blasphemy and superstitions ventilating
    witchcraft; provisions of university college statutes; provisions regarding student behaviour and parties; satirical compositions).

Alongside Italian, conference languages include French, English, Spanish and German.
Proposals (title and abstract of no more than ten lines, together with name, contact details, and a brief curriculum vitae) must be submitted to the Scientific Committee – professors Patrizia Castelli, Marco Cavina, Guido Dall’Olio, Maria Rosa Di Simone, and Vincenzo Lavenia) – by and no later than 16 November 2020 at the following email address: cisui.redazione [at] unibo.it. Responses to proposals will be sent by 21 December.

CISUI will arrange overnight hotel stay and meals for conference speakers, as well as
publication of conference papers in the CISUI series “Studi e ricerche sull’università”, Il Mulino Editore