AàC – Journée d’études – “L’université de Dole et les fondations princières en Europe au XVe siècle”, Dôle-Besançon, juin 2023

« Comme rares sont les princes sur les territoires desquels une université n’ait été fondée » : le dauphin Louis (futur Louis XI) justifiait ainsi la fondation de l’université de Valence en Dauphiné, le 26 juin 1452. Cette proposition installe la communauté des gens de savoir au cœur de l’espace politique de la principauté, et elle manifeste la conscience aiguë d’une politique universitaire princière. Fonder une université représentait un effort considérable pour le prince, dans un dialogue avec différentes autorités : la papauté qui autorisait la fondation ; la ville qui accueillait la communauté fondée ; les institutions ecclésiastiques locales qui la protégeaient ou contribuaient à son fonctionnement.

AàC – Colloque international “Montagne enseignante-Montagne enseignée”, Grenoble, sept. 2022

Colloque international de l’AIHA-Grenoble 8-10 septembre 2022

 « Les Alpes sont une lumière. Elles enseignent, rendent sensible la solidarité du globe. » 

Jules Michelet, La  montagne,  Paris,  Charpentier et compagnie éditeurs, 1885, p. 41.

Comme le soulignait Michelet, si la montagne est toujours une initiation, elle est aussi une école en soi. Elle enseigne, renseigne et éduque celles et ceux qui se mettent à son écoute. La montagne est enseignante dans le sens où elle donne une leçon permanente sur la nature et sur soi à qui l’expérimente. Depuis toujours elle est un espace d’adaptation mais peut aussi être un espace d’innovation. A ce titre elle devient un territoire enseigné sur sa réalité matérielle et humaine.

Cette double dimension doit être envisagées dans le temps et dans l’espace afin d’évaluer comment la montagne devient tour à tour ou de manière concomitante, enseignante et enseignée. Ainsi dans les siècles passés, les montagnards, guides et marrons, si souvent dépréciés par les regards condescendants portés sur eux de l’extérieur, se sont faits enseignants pour des voyageurs, touristes, pèlerins, sportifs, savants et même rois, venus des plaines pour traverser leur espace, comme on prenait jadis la mer sous la garde des marins.

Les sociétés montagnardes ont toujours su tirer parti, par la pratique et l’expérimentation, des savoirs vernaculaires accumulés et transmis. Ceci parallèlement à la conscience aigüe et précoce de cultiver un enseignement passant par l’école, en particulier dans les hautes vallées alpines. Liée aux socio-systèmes locaux, une telle appétence pour l’instruction en a permis le maintien et a contribué à structurer les migrations et à alimenter le « paradoxe alpin » de la relation entre alphabétisation et altitude.

Par ailleurs, la montagne apparaît comme un laboratoire à ciel ouvert, non seulement objet de science, mais terrain d’études pour les chercheurs depuis des siècles. Elle est par conséquent un espace d’expérimentations, producteur d’informations, qu’il s’agisse d’archives de toutes natures, tant écrites, orales, visuelles que matérielles, que de données multiples, y compris physiques et physiologiques…

Aujourd’hui encore, elle demeure un formidable terrain de formation pour les professions les plus variées, du tourisme aux militaires, de l’agropastoralisme au bien-être, du sport à l’architecture… Elle structure des savoirs techniques et psychologiques, des savoirs faire et des savoirs être.

Si la montagne enseigne sur elle-même, elle renseigne également sur ce que sont les sociétés qui y vivent et sur celles qui les observent et croient les connaître.

Par ses caractéristiques propres, la montagne devient un objet d’enseignement, pour ceux qui ont charge de l’administrer, développer, défendre, de la vendre, de la peindre… Ils sont amenés à produire des discours et des images, des enquêtes et des rapports, dans le respect et la compréhension de ce milieu, ou, au contraire en le déformant, en plaquant leurs propres schémas en décalage avec les réalités des territoires et de leurs sociétés.Quelles sociétés la montagne fabrique-t-elle à travers ses enseignements ? Qu’enseigne-t-elle exactement et comment fait-elle école ? Quelle part la nature, brute, sauvage et comme mise à nue, prend-elle dans cet enseignement ? Est-ce la spécificité du lieu, vertical et minéral, qui aiguise les sens ? Est-ce sa dangerosité, qui stimule les audacieux et condamne les imprudents ? Est-ce sa diversité et sa variabilité, accentuées par le contraste des étagements d’altitude et des saisons très marquées, qui renouvellent sans cesse le regard ? Un constat s’impose : seule la capacité des hommes à tirer des leçons du milieu permet d’y survivre, sinon de s’y plaire et de s’y épanouir, Mais quelles montagnes sont-elles enseignées ? Quelles réalités de la nature et des sociétés de montagne sont-elles véhiculées ? Comment cet enseignement est-il utilisé et pour transmettre quels schémas d’aménagement, quels schémas éducatifs, quelles valeurs ?

Le colloque de l’AIHA vise à rassembler les connaissances sur le sujet, en montrant, sur un temps long (du Moyen Âge au XXIe siècle) et dans une conception élargie des territoires (à la fois enracinée et ouverte à l’extérieur, notamment par le biais des mobilités), comment et pourquoi la montagne, malgré la tyrannie du milieu, ou peut-être à cause d’elle, a toujours été un espace d’apprentissage, tant pour l’esprit et le corps que pour les sens, tant à l’échelle individuelle qu’au niveau collectif. En ce sens, par les dynamiques d’adaptation nécessairement mises en place aux différentes époques, en fonction des contextes économiques, politiques, sociaux et culturels, les territoires de montagne peuvent aussi devenir une forme de modèle pour d’autres territoires, faire école et s’enseigner. Seront pris en compte les questions des renouvellements, visibles ou moins visibles en raison des temporalités différentes, des formes et des modalités issues de ces enseignements.

 Toute communication sur d’autres montagnes du globe sera la bienvenue. Les Alpes pourront être un laboratoire privilégié, mais pas unique pour cette approche.

 Par ailleurs, il ne s’agit pas d’évoquer les seuls savoirs scientifiques, mais plus largement tous les savoirs portant sur un lieu ou milieu spécifique de formation.

 Journée 1 : Montagne enseignante : La montagne-école ou « à l’école de la montagne »

Au cours de la première journée centrée sur la Montagne comme fabrique de savoirs spécifiques, espace d’innovations et d’adaptations, seront abordées les différentes catégories de savoirs qu’offre la montagne. A titre d’exemple sans exclusif ni exhaustivité, on peut citer, les savoirs

«  indigènes » comme la culture du risque, la préservation et l’usage économe des ressources, les savoirs militaires (cartographie, aguerrissement…), les savoirs du corps-sports-performance… ou la montagne comme école de vie avec les organisations de jeunesse, ou plus récemment la montagne comme lieu de ressourcement post-cancer. La montagne également comme productrice non seulement de savoirs, mais aussi comme facteur de développement d’institutions universitaires…

 Journée 2 : La montagne enseignée :

On centrera la seconde journée sur l’autre thématique qui comprendra aussi bien la spécificité des «  petites écoles » à la montagne, que les lieux plus récents de scolarité et de formation comme les lycées de sport-études, l’EMHM, le PGHM, ou les institutions plus spécialisées (École des Houches , ….). On inclut la manière dont certaines institutions enseignent la montagne de manière académique ou à des fins d’aménagement ou/et renseignent et éduquent sur et par la montagne (parcs naturels, conservatoires, musées, …).

  Les propositions de communication (titre et résumé de 2500 caractères espaces inclus) doivent être envoyées d’ici le 31 janvier 2022 à : anne-marie.granet@wanadoo.fr et stephane.gal@univ-grenoble-alpes.fr

Comité d’organisation :

  • Christophe Capuano, Université Grenoble-Alpes
  • René Favier, LARHRA
  • Stéphane Gal, Université Grenoble-Alpes
  • Anne-Marie Granet, Université Grenoble-Alpes
  • Luigi Lorenzetti, Univ. Svizzera italiana
  • Etienne Bourdon, Université Grenoble-Alpes

Conseil scientifique :

  • Simona Boscani, Université de Berne
  • Serge Brunet, Université de Montpellier
  • Carole Christen, Université Le Havre Normandie
  • Sylvène Edouard, Université Lyon III
  • Rita Hofstetter, Université de Genève
  • Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Pier Paolo Viazzo, Université de TurinJean-Yves Julliard, LARHRA
  • Aleksander Panjek, Université de Primorska, Slovénie

AàC – “Histoire des pères et de la paternité en Occident de la Renaissance à nos jours”, Amiens, déc. 2022

1er– 2 décembre 2022 (Amiens)

 Résumé

Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques. À la croisée de l’histoire, des sciences sociales et de l’anthropologie, l’ambition de cette rencontre est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique.

Quatre axes thématiques sont privilégiés :

  • Axe 1 : Les pères et la petite enfance
  • Axe 2 : Émotions et sentiments paternels
  • ​​Axe 3 : Les relations pères/enfants : transmissions des savoirs et des pratiques
  • Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Argumentaire

 Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques.

L’histoire des pères et de la paternité s’est développée tardivement dans les pays occidentaux par rapport à d’autres champs de l’histoire de la famille et de la parenté, en plein essor à partir des années 1960-1970. En France, il faut attendre la fin des années 1980 et les années 1990 pour que soient publiés les premiers ouvrages sur le sujet [Knibiehler, 1987 ; Delumeau, Roche, 1990]. Depuis lors, de multiples travaux historiques ont été menés, privilégiant certains angles d’études (juridiques, éducatifs, etc.) ou certaines périodes, notamment le Moyen Age [Lett, 1997 ; Baschet 2000 ; Payan, 2006 ; Certin, 2014]. Dans d’autres pays européens, en particulier anglo-saxons, les travaux sur la question ont été plus nombreux, contribuant à renouveler les perspectives, notamment sous l’angle du genre [Broughton, Rogers 2013 ; Strange, 2015]. Deux publications collectives récentes témoignent de la vitalité de ce champ de recherche [Certin, 2016 ; Doyon, 2021] et invitent à poursuivre l’étude des sujets encore peu explorés, notamment pour la période moderne et contemporaine. Les relations de la paternité à la cité et au politique, souvent appréhendées sous le seul angle symbolique, méritent ainsi d’être davantage étudiées [Avezou, 2003 ; Cohen, 2007]. « L’histoire de la paternité concrète », reste également mal connue, en particulier « la dimension personnelle et intime de la paternité, soit la relation des pères avec leurs enfants », comme le signale l’historienne Anne Verjus [Verjus, 2013].

À la croisée de l’histoire, des sciences sociales, de l’anthropologie, l’ambition de ce colloque est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique. La définition de la paternité sera envisagée ici au sens large afin de pouvoir aborder tant le père charnel et social que spirituel, ainsi que l’articulation de ces différentes facettes de la paternité. L’examen minutieux d’archives, de sources du for privé, d’iconographies, d’œuvres littéraires ou médiatiques sera au cœur de cette rencontre qui cherche à saisir comment chaque époque conçoit la paternité (normes et représentations, expériences et vécu). La mobilisation du concept de genre sera appréciée, notamment pour étudier les relations pères/fils et pères/filles et pour mettre en évidence la place de la paternité dans l’identité masculine et la définition de la masculinité [Tosh, 1999].

Angles d’étudeAxe 1 : Les pères et la petite enfance

Jusqu’à une époque très récente, le soin quotidien des enfants dans les premières années de leur existence relevait essentiellement des femmes, et en particulier des mères. Les pères passent pour avoir été traditionnellement peu impliqués dans la prise en charge des tout-petits, avant que n’émerge depuis les années 1970 le modèle des « nouveaux-pères », plus investis dans les premiers moments de la vie de leurs enfants. Il apparaît cependant que la réalité est plus complexe, les situations variées et l’évolution aucunement linéaire au cours des derniers siècles. Au Moyen Âge, Didier Lett a déjà relevé de nombreux exemples de tendresse paternelle et d’implication des pères dans le soin de leurs enfants, bien avant l’âge de raison [Lett, 1997]. Eggle Becchi a aussi montré comment les pères des élites à l’époque des Lumières se faisaient volontiers puériculteurs [Becchi, 2004]. Les écrits privés révèlent également qu’à l’époque moderne et au XIXe siècle, certains hommes s’investissaient concrètement pendant la grossesse et l’accouchement et dans les soins du jeune enfant [Berthiaud, 2011], avant que cela ne devienne la norme – plus ou moins assumée d’ailleurs – dans le dernier tiers du XXe siècle. Les modalités concrètes de cet investissement paternel et ses évolutions seraient à retracer plus précisément, notamment pour percevoir les variations éventuelles entre les milieux sociaux et la manière dont le rôle des pères s’articule avec celui des mères et des autres acteurs impliqués dans le soin des jeunes enfants (membres de la famille, nourrice, domestique, sage-femme, médecin).

 Axe 2 : Émotions et sentiments paternels

La question des sentiments des pères pour leurs enfants, et en particulier de l’amour paternel, a été abordée de manière pionnière par Daniel Roche dans son article « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle » [Roche, 1983]. Depuis, divers travaux, centrés en particulier sur le Moyen Age [Lett, 1997] ou basés sur les écrits du for privé, ont abordé le sujet mais bien des aspects restent à explorer. Manon Pignot a pu montrer comment les lettres des pères à leurs enfants lors de la Grande Guerre ont permis l’« expression nouvelle d’une sensibilité, qui passe par l’expression de la tendresse physique » [Pignot, 2012, p. 297], contribuant à « la révélation d’un sentiment paternel » jugé inédit. D’autres contextes de séparation prolongée et d’absence ont pu être propices à l’expression des sentiments paternels et à leur conservation dans les sources. Les guerres révolutionnaires et de l’Empire, les situations d’exil ou d’emprisonnement sont par exemple des occasions d’étudier l’expérience de la paternité à distance et parfois aussi les sentiments qui trouvent alors une occasion de s’exprimer. Certains moments particuliers de la vie de l’enfant suscitent également des émotions fortes et s’avèrent propices pour mesurer l’investissement sentimental des pères avec leur progéniture. Outre la naissance, évoquée précédemment, c’est notamment le cas des maladies et surtout de la mort de l’enfant [King, 1994]. Il faut toutefois se garder d’idéaliser ces rapports père-enfants et aborder tout le registre des attitudes et des sentiments paternels, qui peuvent aussi prendre la forme de l’indifférence, de l’hostilité ou de la violence. Il conviendra également d’envisager l’influence de la place dans la fratrie et du sexe de l’enfant dans ces relations. En prenant appui sur une histoire des émotions et des sensibilités, profondément renouvelée ces dernières décennies, on s’attachera ainsi à étudier les modalités d’expression des sentiments paternels, ainsi que l’évolution des normes en vigueur pendant la période étudiée.

   Axe 3 : Les relations pères-enfants : transmissions des savoirs et des pratiques

Si les relations père-enfants ont retenu l’attention des historiens, sociologues et anthropologues depuis déjà plusieurs années, celles-ci ont souvent été étudiées au prisme de la mission éducative et moralisante qui incombe au père de famille depuis des temps reculés [Delumeau et Roche, 1990]. En charge de l’instruction spirituelle de ses héritiers ainsi que de la transmission de valeurs édifiantes, le père apparaît souvent comme un modèle d’autorité inculquant la discipline et/ou adepte de punitions corporelles. Réduire l’investissement paternel auprès de sa progéniture à ces seuls comportements a cependant tendance à figer la relation père/enfant dans la distance, dans la soumission ou dans le rejet. Il en ressort aussi une image stéréotypée, longtemps entretenue par l’historiographie. Le renouvellement des approches qui s’est imposé en France à la fin des années 1990 a heureusement permis de nuancer ce tableau. En explorant comment l’engagement paternel peut se manifester au travers d’activités du quotidien (travail, loisirs, etc.), nous ambitionnons de réévaluer la relation que les pères peuvent construire avec leur(s) enfant(s) en particulier dans le cadre domestique et professionnel. Il s’agirait notamment d’étudier les différentes formes de transmission paternelle : la passation de savoirs et de gestes nécessaires à l’apprentissage d’un métier par exemple, la délivrance de conseils utiles dans la vie sociale ou les manières dont les pères transmettent leur expérience de la paternité aux générations suivantes. À l’image de l’analyse entreprise par Philippe Lejeune sur le Journal de Marc de Bombelles [Lejeune, 2016], ces contributions permettraient de nourrir une histoire concrète de la paternité en examinant au plus près l’implication des pères auprès de leur(s) enfant(s).

 Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Les attentes de notre société contemporaine à l’égard de la paternité s’expriment à travers divers supports (traités d’éducation, fictions, médias, sondages, réseaux sociaux…) et participent, depuis les années 1970, à l’émergence du modèle du « nouveau père ». Plus impliqué, celui-ci s’investirait auprès de ses enfants dès leur plus jeune âge, assumerait les soins quotidiens avec la mère tout en continuant à pourvoir financièrement aux besoins de la famille. Ce modèle, dont l’émergence est consécutive à l’affirmation du principe d’égalité entre les hommes et les femmes, rompt avec les figures traditionnelles de la paternité, telle celle du pater familias ou celle du père effacé voire absent [Dermott, 2008]. Parce que les représentations culturelles reflètent et façonnent des images communément acceptées sur le rôle et la place du père au sein de la cellule familiale, elles méritent de retenir notre attention.

 Considérer la paternité comme une construction sociale et culturelle invite à s’intéresser à l’imaginaire entourant la figure paternelle et à ses différentes déclinaisons, positives autant que négatives. À partir des mythes du père idéal (et de ses contraires), plébiscités par le passé puis constamment renouvelés, il s’agira d’identifier les caractéristiques de ces archétypes circulant en Occident, d’appréhender les supports sur lesquels apparaissent ces images et les injonctions qui pèsent sur les hommes au moment où ils embrassent la paternité. Le modèle formé par Joseph à partir du XVe siècle [Payan, 2006], celui « des bons pères bons gouvernants » perpétué dans l’Empire à la même époque [Certin, 2011, p. 8] ou, à l’opposé, la figure repoussoir de Vautrin dans le Père Goriot traduisent une perpétuelle évolution des normes et des représentations. L’enjeu ici est donc de cerner les rapports que les hommes en âge de procréer entretiennent avec ces références et comment chaque individu parvient à se construire en imitant plus ou moins celles-ci ou en s’en démarquant. Il s’agira notamment de se pencher sur l’évolution des rapports entre paternité et « l’injonction de virilité » [A. Corbin, 2011, t. 2, p. 9] depuis la première modernité jusqu’à nos jours. Dans cette optique, des travaux traitant de la stérilité, du contrôle des naissances, de la bâtardise, ou de la capacité à engendrer des naissances multiples voire une famille nombreuse pourraient enrichir nos connaissances.

 En outre, on se penchera sur la manière dont la paternité investit la sphère publique au point qu’être père devient progressivement un des éléments définitoires d’un individu. Ainsi, en se donnant à voir comme le fondateur d’une longue lignée, le chef de famille expose au reste de la société sa capacité à donner la vie, à éduquer, à assumer économiquement les siens et à assurer la pérennité de son nom. En conséquence, il en retire un surcroît de pouvoir. Dès lors, interroger la communication des puissants sous l’angle de l’état florissant de la famille permettrait de mieux comprendre comment la paternité, pensée comme un relationnel privilégié d’un père à ses enfants, s’insinue dans le champ politique mais aussi s’affirme dans les milieux bourgeois voire populaires [Teuscher, 2004 ; Certin, 2011].

Bibliographie sélective

  • AVEZOU Laurent, « Louis XII. Père du peuple : grandeur et décadence d’un mythe politique, du XVIe au XIXe siècle », Revue historique, 2003/1 (n° 625), p. 95-125.
  • BASCHET Jérôme, Le Sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000.
  • BECCHI Egle, « Corpi infantili et nuove paternità : agli inizi delle puericultura », in Patrizia Guarnieri (dir.), Bambini e salute in Europa 1750-2000, in Medicina & Storia, rivista di storia della Medicina e della Sanità, IV, 7, 2004, p. 5-30.
  • BERTHIAUD Emmanuelle, « Attendre un enfant » : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France), thèse de doctorat, sous la dir. de S. Beauvalet, UPJV Amiens, 2011.
  • BROUGHTON Trev Lynn, ROGERS Helen, Gender and Fatherhood in the Nineteenth Century, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2007.
  • CERTIN Aude-Marie,« Pères de la mémoire et mémoire des pères dans l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Revue de l’IFHA [En ligne], 3 | 2011, URL : http://journals.openedition.org/ifha/196
  • CERTIN Aude-Marie, La cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l’Empire du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le Main), thèse de doctorat sous la dir. de P. Monnet et J.-C. Schmitt, EHESS, 2014 (à paraître).
  • CERTIN Aude-Marie (dir.), Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne, Francfort, Peter Lang, 2016.
  • COHEN Antonin, « Le “père de l’Europe”. La construction sociale d’un récit des origines », Actes de la recherche en sciences sociales, 2007/1-2 (n° 166-167), p. 14-29.
  • CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire de la virilité, Paris, Le Seuil, 2011, 3 vol.
  • CREST Aurélie du, Modèle familial et pouvoir monarchique (XVIe-XVIIIe siècles), Aix/Marseille, Presses universitaires d’Aix Marseille, 2002.
  • DELUMEAU Jean, ROCHE Daniel (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990.
  • DERMOTT Esther, Intimate Fatherhood: A Sociological Analysis, Londres, New York, Routledge, 2008.
  • DOYON Julie, ARMANI Sabine (dir.), L’Empire paternel. Familles, pouvoirs, transmission (Antiquité romaine, époque moderne), Genève, Georg, Coll. « L’Equinoxe », 2021.
  • KING, Margaret L., The Death of the Child Valerio Marcello, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1994.
  • KNIBIEHLER Yvonne, Les pères aussi ont une histoire, Paris, Hachette, 1987.
  • HALLAMA Peter, « Histoire de la paternité aux XIXe et XXe siècles », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne], 2016, URL : https://ehne.fr/fr/node/12353
  • LEJEUNE Philippe, Aux origines du journal personnel France 1750-1815, Paris, H. Champion, 2016.
  • LETT Didier, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Age (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.
  • LETT Didier (dir.), « Être père au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 4, 1997.
  • PAYAN Paul, Joseph. Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006.
  • PIGNOT Manon, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Éd. du Seuil, 2012.
  • ROCHE Daniel, « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, « Mères et nourrissons », 1983, p. 73-80.
  • SHEPARD Alexandra, « From Anxious Patriarchs to Refined Gentlemen? Manhood in Britain, circa 1500–1700 », Journal of British Studies, Vol. 44, n° 2 (April 2005), p. 281-295.
  • STRANGE Julie-Marie, Fatherhood and the British Working Class, 1865-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.
  • TEUSCHER Simon, « Parenté, politique et comptabilité. Chroniques familiales autour de 1500 (Suisse et Allemagne du Sud) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2004/4 (59e année), p. 847-858.
  • TOSH John, A Man’s Place. Masculinity and the Middle-Class Home in Victorian England, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999.
  • VERJUS Anne, « La paternité au fil de l’histoire », Informations sociales, 2013, 176 (2), p. 14-22.

 Modalités de soumission des propositions

 Les propositions de communication doivent comprendre :

  • Un titre (même provisoire)
  • Un résumé d’une page maximum
  • Une courte présentation personnelle précisant l’université, le laboratoire de recherche, les thématiques de recherche et les principales publications.

 Les propositions doivent être envoyées à emmanuelle.berthiaud@u-picardie.fr et isaure.boitel@u-picardie.fr

 La date limite pour répondre à cet appel est fixée au 11 avril 2022.

 Les candidat.e.s seront informé.e.s de la décision au cours du mois de mai 2022.

 Modalités pratiques

 Le colloque se tiendra jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2022 au Logis du Roy, Passage du Logis du roi, à Amiens (Haut-de-France). Les frais d’hébergement et de voyage ainsi que les repas seront pris en charge pour les intervenants. Le colloque donnera lieu à une publication, ce qui implique une remise des communications écrites en mars 2023.

Un compte twitter a été créé pour suivre l’actualité du colloque : @paternite2022

 Organisatrices

Emmanuelle Berthiaud (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Isaure Boitel (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

AàC – “Éducation au politique : formation à la citoyenneté, morale et enseignement des religions. Approches internationales (XIXe-XXIe siècles)”, Lyon, nov. 2022

http://epcmr2022.sciencesconf.org/

Dans une perspective de comparaison internationale, le colloque se propose d’étudier les politiques et pratiques éducatives formelles et informelles en matière d’éducation au politique en adoptant pour focale la question des relations (institutionnelles, épistémolologiques, pédagogiques, professionnelles) entre formation du citoyen, éducation morale et enseignement des religions (perspectives confessionnelles ou interconfessionnelles) ou des faits religieux (approches séculières).

Les communications pourront être présentées en anglais, en allemand ou en français

Les propositions (titre, résumé d’environ 3000 signes, courte bibliographie) devront être déposées sur la plateforme sciencesCONF.org jusqu’au 31 mars inclus.

AàC – “Engagements étudiants contemporains”, Nanterre, oct. 2022

Engagements étudiants contemporains/Contemporary Students involvements

Depuis les années 1960 [Bourdieu et Passeron, 1964] et plus particulièrement depuis les années 1990 en France [Fave-BoLa multiplication des recherches et des approches sur les trente dernières années fait de l’analyse des engagements étudiants un objet sinon classique, du moins largement partagé par l’ensemble des sciences humaines et sociales. Pour autant, ce foisonnement de travaux se heurte à des frontières géographiques et disciplinaires.nnet et Clerc, 2001], de nombreuses études sont conduites sur les étudiant-e-s et leurs engagements qu’ils soient politiques, syndicaux ou associatifs, dans et en dehors des organisations [Côme et Morder, 2009].La multiplication des recherches et des approches sur les trente dernières années fait de l’analyse des engagements étudiants un objet sinon classique, du moins largement partagé par l’ensemble des sciences humaines et sociales. Pour autant, ce foisonnement de travaux se heurte à des frontières géographiques et disciplinaires.

En s’inscrivant dans des thématiques plus larges (sociologie de la jeunesse, de l’éducation, des organisations, analyse des politiques publiques, etc.), cet objet d’études se trouve confronté à la problématique de sa définition. Le terme d’engagement, d’abord, recouvre tout à la fois des collectifs (formels ou informels) aussi différents et variés que le sont les mouvements sociaux et les pratiques bénévoles [Becquet, 2014], mais également le rapport qu’entretiennent les étudiant-e-s à leurs filières et établissements [Thoury, 2017; Stuppia et Haute, 2021]. Ils et elles ne constituent d’ailleurs pas un groupe figé synonyme de jeunes adultes inscrits dans un cursus d’enseignement supérieur, tou-te-s n’étant pas “étudiants au même degré” [Grignon et Gruel, 1999: 11] et ne disposant pas des mêmes ressources favorisant (ou non) la participation à la vie démocratique de l’université [Le Mazier, 2014; Legois, Marchal et Morder (coord.), 2020], notamment pour les plus précaires. Cela a sans doute été renforcé par l’actuelle pandémie de la COVID-19.

La dimension spatiale apparaît aussi primordiale: si les dénonciations de la globalisation néolibérale des savoirs sont récurrentes depuis le tournant des années 2000 [collectif ACIDES, 2015], d’importantes disparités persistent entre les universités du nord et du sud de la planète [Bessant, Mejia-Mesinas et Pickard (dir.), 2021a] mais également à l’intérieur du même hémisphère, en raison notamment des niveaux de privatisation, des coûts (frais d’inscription) et de la compétitivité de chaque système d’enseignement [Bessant, Meja-Mesinas et Pickard (dir.) 2021b]. Notons enfin que le terme “étudiant” désigne, selon les pays, également les lycéens dans la multiplicité de leurs pratiques contestataires ou davantage institutionnelles.

L’objectif de ces journées d’études est donc d’explorer les multiples définitions que peuvent revêtir les engagements étudiants à partir de deux séries de questions :

Axe 1 – Sociologie des engagements étudiants contemporains

Dans un paysage en renouvellement constant, les formes prises par les engagements étudiants semblent se diversifier ces dernières années. D’abord, au niveau des modes d’actions : adhésion à un collectif (syndicat, association, groupe affinitaire…), investissement dans les instances représentatives, protestations au sens – désormais – classique du terme, avec ou sans Assemblées Générales (AG), piquets de grève (blocages) et coordinations [Legois, Monchablon et Morder, 2007], mais aussi des formes inédites ou presque. Nous pensons par exemple à l’ouverture d’épiceries solidaires, à la mise en place de cours de soutien aux étudiant-e-s migrantes, aux campagnes environnementales vouées à sensibiliser les usagers des campus lancées en parallèle aux Fridays For Future ou encore au fort activisme digital qui caractérise la culture étudiante depuis la création des premiers réseaux sociaux jusqu’aux discours de haine les plus récents [Ridley 2021]. En sus des modalités d’action, les enjeux paraissent changer eux aussi : droits humains, luttes LGBTQIA+, féministes, antiracistes, écologiques, mais également réactionnaires [Douglass, 2021].Il s’agit donc, dans cet axe, d’interroger à nouveaux frais les répertoires d’actions déployés par les étudiant-e-s partout dans le monde, d’hier à aujourd’hui [Morder, 2003], sans idéaliser le passé ni nier les transformations du profil social des jeunes scolarisés depuis plusieurs décennies [Erlich, 1998 ; Gallant et Garneau, 2016]. Nous nous intéresserons particulièrement aux effets de contextes dans lesquels prennent corps ces engagements et mobilisations, que ce soit dans le cadre de la fermeture des campus pour des raisons sanitaires pendant la crise de la COVID-19, mais également dans d’autres configurations tels que des conflits armés, des changements de régime, etc. Dans ce premier axe, nous souhaitons également interroger la distance et le regard scientifique sur les engagements étudiants. Il semble difficile d’avoir une représentation totalement détachée de prénotions lorsqu’on côtoie au quotidien les publics et les institutions dont on dépend (selon des statuts) pour vivre [do Mar Pereira, 2017]. Des propositions réflexives portant sur cet aspect seront les bienvenues.

Axe 2 – Politiques publiques et retour institutionnel sur les engagements étudiants

Dans ce second axe, nous souhaitons accueillir des enquêtes qui cherchent à inverser la focale, c’est-à-dire à interroger les engagements étudiants non pas à partir du public scolarisé lui-même et de ses pratiques, mais à partir des acteurs et des institutions qui cherchent à encourager, encadrer, voire contraindre ses engagements. Pour reprendre la formule de Stéphanie Garneau, il s’agit de questionner qui sont celles et ceux qui “encourag[ent] la jeunesse à des pratiques politiques conformes aux canaux posés comme légitimes par ceux qui ont le pouvoir” [Gallant et Garneau, 2016 : 232]. Parmi les politiques de soutien à l’engagement des jeunes, nous pouvons citer les exemples de l’intégration du community service ou de la valorisation des engagements bénévoles dans les cursus du secondaire [Loup, 2000] et du supérieur [Butin et Seider, 2012 ; Testi, 2021]. Ces politiques ne se limitent évidemment pas à l’espace scolaire ou universitaire : les collectivités locales et l’État déconcentré peuvent être également particulièrement actifs dans ce domaine, de même que les associations nationales et locales de l’éducation populaire. Par conséquent, nous recevrons avec intérêt des communications qui présentent différentes pratiques de recours à la participation formelle et non formelle des étudiant-e-s [Walther et al. 2019], à leur mise en œuvre, à leurs avantages et limites. Nous prendrons également en compte les analyses qui portent sur les profils des étudiant-e-s optant pour ces types d’engagement. Enfin, nous nous intéresserons aux travaux qui explorent le rôle joué par d’autres types d’acteurs dans le soutien aux engagements des étudiant-e-s en matière de logement, de santé, de droits sociaux ou d’autres types de revendications.

Informations pratiques et modalités de soumission des propositions

Les JE d’études se tiendront à l’Université Paris Nanterre en octobre 2022, au format hybride. Nous encourageons particulièrement les contributions de jeunes chercheur-se-s quelle qu’elle soit leur discipline.

Toute personne intéressée est invitée à soumettre une proposition de communication (3000 signes espace compris, hors bibliographie) en français ou en anglais, comprenant : un titre, une problématique, une présentation des données et des résultats ainsi qu’un court paragraphe bio-bibliographique. Les auteur-e-s sont invité-e-s à préciser leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle. Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx.

Elles sont a envoyer avant le 1er avril 2022 à l’adresse suivante :

Notification d’acceptation aux auteur-e-s : 1er juin 2022

Comité d’organisation

Ioanna Kasapi (doctorante en archivistique, Université d’Angers, TEMOS), Jean-Philippe Legois (archiviste, président de la Cité des Mémoires Étudiantes, EMA), Patricia Loncle (professeure de sociologie, EHESP, Arènes), Robi Morder (président du GERME, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Printemps), Fransez Poisson (membre de Coop’Eskemm, chercheur associé à Arènes), Paolo Stuppia (docteur en science politique, chercheur associé au CESSP – Université Paris 1-EHESS-CNRS), Simon Ridley (docteur en sociologie, chercheur associé au Sophiapol – Université Paris Nanterre), Julie Testi (post-doctorante au CHEC – UCA, chercheuse associée à l’ISP – Université Paris Nanterre)

Comité Scientifique

Yaëlle Amsellem-Mainguy (chargée de recherche à l’INJEP, CERLIS), Lorenzo Barrault-Stella (chargé de recherches au CNRS, CRESSPA-CSU), Valérie Becquet (professeure des Universités en sciences de l’éducation, Cergy Paris Université, EMA), Séverine Chauvel (maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Est-Créteil, LIRTES), Nicole Gallant (professeure à l’Institut National de la Recherche Scientifique, Québec), Tristan Haute (maître de conférences en science politique, Université de Lille, CERAPS), Laurent Lardeux (chargé de recherche à l’INJEP, Triangle), Hugo Melchior (doctorant en histoire, Université Rennes II, ARENES), Sarah Pickard (maîtresse de conférences en civilisation britannique, Université Sorbonne Nouvelle, CREW), Nedjib Sidi Moussa (docteur en science politique, chercheur associé au CESSP – Université Paris 1-EHESS-CNRS), Claire Thoury (docteure en sociologie, présidente du Mouvement Associatif, déleguée générale d’Animafac).

AàC – International doctoral summer school at the Center for Higher Education, Dortmund (Allemagne), sept. 2022

Message de Liudvika Leisyte :

The Call for applications for the international doctoral summer school at the Center for Higher Education, TU Dortmund University, Germany – September 26/30 is open!

The international interdisciplinary Summer School in Higher Education Research and Science Studies (HERSS) is jointly organised by a consortium of higher education research and science studies institutions in Germany and has been taking place since 2015.  This year’s topic is Transformation of Higher Education and myself and prof. Uwe Wilkesmann are hosting it this year at the Center in Dortmund..  The summer school will provide a context to reflect it one’s own research and discuss it with eminent scholars in the fields of higher education research and science studies and beyond. The application deadline is 15 February 2022.

The Programme will include keynote speeches, presentations and discussions of the work in progress of the summer school participants, workshops on various topics addressing the challenges of academic writing and the topics of particular aspects of transformation of higher education, such as digitalization of universities. The versatile social program will provide plenty of opportunities to network and to explore the industry culture of the Ruhr region, where TU Dortmund is located.

The call and registration can be found here: https://zhb.tu-dortmund.de/en/herss/

AàC – Doctoriales du RESUP

Le RESUP organise à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 juin 2022, deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants et doctorantes et jeunes docteur·es (thèse soutenue après le 31 décembre 2019) travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, et ce quelle que soit la discipline (sociologie, histoire, sciences politiques, géographie, économie, sciences de gestion etc.).

Le formulaire de candidature se trouve ci-dessous (à envoyer le 15 janvier 2022 au plus tard). 

AàC – ISCHE Standing Working Groups

https://convegni.unicatt.it/ische43-swgs

The Standing Working Groups (SWG) are small, thematically organized research groups within ISCHE, designed to coordinate research and discussion on a set topic, guided by specific research goals, for a set period of time. SWGs are automatically granted two parallel session slots on the programme of each ISCHE annual conference (in ISCHE Byelaws).

Proposals should be a maximum of 500 words excluding bibliography.

Please note that all proposals must be submitted through the conference electronic system by selecting the respective SWG.

You can find more on any below-mentioned SWG here.

Gendering Local, National, Regional, Transnational and Supra-National Histories of Education

Convenors: Nelleke Bakker (Netherlands), Deirdre Raftery (Ireland), Stephanie Spencer (United Kingdom), Tali Tadmor-Shimony (Israel), Kay Whitehead (Australia)

Visit the 2022 call for papers here.

Observatory for the History of Education (2019-2024)

Convenors: Thérèse Hamel (Canada), Lajos Somogyvári (Hungary), Marisa Bittar (Brazil)

Visit the 2022 call for papers here.

Growing up in out-of-home care: Histories of children and youths in foster families and residential homes

Convenors: Joëlle Droux (Switzerland), Jeroen J.H. Dekker (Netherlands), Els Dumortier (Belgium), Aurore François (Belgium), David Niget (France)

Visit the 2022 call for papers here.

The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective (1800-2000)

Convenors: Clémence Cardon-Quint (France), Damiano Matasci (Switzerland), Johannes Westberg (Netherlands)

Visit the 2022 call for papers here.

Material Hermeneutics and Remediation as Challenges in Visual Studies in Histories of Education

Convenors: Tim Allender (Australia), Inés Dussel (Mexico), Ian Grosvenor (United Kingdom), Karin Priem (Luxenbourg)

Visit the 2022 call for papers here.

AàC – “Histories of science policy from small-state perspectives”, Bruxelles, sept. 2022

Open call for participants: Symposium proposal for the European Society History of Science 2022 Conference

Traditionally, the historiography of science policy has focused on developments in larger science nations such as Great Britain, France, and the United States. Small states, however, may have specific concerns related to the allocation of resources and prioritization of scientific fields and activities that so far have escaped detailed historical scrutiny. Science policy is based on historically situated, political agreements on how science best serves socially desired aims, and different states will differ considerably in how such agreements are made and which social aims get priority. Science policy shapes science and society going forward, but also reflects historically situated ideas about how science works and how science interacts with society.

In this session, we therefore aim to explore histories of science policy as it has developed in smaller nation states. We take a narrow historical approach, looking primarily at 20th and early 21st century developments. Our conception of science policy, however, is rather broad. We seek to cover new institutions established at the boundary between science and politics, different kinds of actors including scientists and non-scientists, and different types of instruments from funding schemes to science, technology, and innovations indicators. Questions to be explored include: What were the institutions, and who were the actors that shaped science policy in small states? Which ideas about science and science-society relations were put forward in order to legitimize small-state science policy? How do small states take inspiration from international developments in science policy and use them into their own national context? To what extent are center-periphery models adequate as explanatory devices for the circulation and translation of knowledge and ideas that promote science policy across national borders? How did social trust and authority play a role in the promotion and establishment of science policies in small states? What sources of political power were being mobilized in the development of small-state science policies?

Bringing to together papers dealing with different small-state experiences, we hope facilitate a discussion about the extent to which we find specific small-state rationales and trajectories in science policy.

The symposium will be organized by Kristian H. Nielsen (khn [at] css.au.dk) and Casper Andersen (ideca [at] cas.au.dk), both Aarhus University, Denmark. Please contact us if you’re interested in contributing to this proposal. Deadline for symposium proposals is 15 January 2022. 

The ESHS Conference is scheduled to take place in Brussels 7-10 September 2022, see https://eshsbrussels2022.com/

AàC – Colloque “La thèse et le doctorat. Socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles)”, Sorbonne, 8-9 sept. 2022

Argumentaire

Pour Émile Durkheim, c’est la délivrance des grades, c’est-à-dire la mise en place d’un contrôle juridiquement certifié d’un corpus donné de compétences, qui distingue fondamentalement l’université des institutions d’enseignement qui l’ont précédée. Au sein du système universitaire tel qu’il se (re)cristallise, au cours du XIXe siècle, en France mais aussi dans le reste du monde, l’un de ces grades, le doctorat, acquiert une importance spécifique. D’une part, alors qu’initialement il visait à prouver la maîtrise d’un ensemble de savoir-faire intellectuels, il tend progressivement à certifier aussi la capacité à produire des connaissances nouvelles, devenant ainsi le seul grade à exiger une production de savoir original. D’autre part, il devient la barrière et le niveau régulant l’accès au corps universitaire lui-même, et la hiérarchisation au sein de celui-ci. Le doctorat se trouve ainsi placé à l’interface entre le système de production des savoirs et le système de reproduction des élites intellectuelles.

En tant que tel, il est un objet et un outil d’action politique, pour les États comme pour certains groupes d’universitaires, parce qu’il constitue un levier permettant d’agir efficacement sur le mode de production des faits scientifiques et sur la reproduction du corps des porteurs de savoir professionnels. Sa position spécifique fait aussi du doctorat un observatoire précieux de l’institutionnalisation des différentes disciplines et, plus finement, des différents programmes de recherche qui les organisent. L’étude temporellement située des dispositifs doctoraux constitue dès lors un angle d’approche efficace pour analyser les reconfigurations des politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche – y compris du point de vue de la circulation internationale de ces politiques –, les transformations des rapports de force et les normes qui structurent le champ académique, mais aussi et plus généralement, les façons dont la recherche est délimitée, définie, encadrée, mise en cérémonie, débattue et jugée.

Pourtant, ce grade reste très peu exploré par l’historiographie, par manque d’outils pour aborder une documentation à la fois massive et dispersée. Partant de ce constat, le projet ès lettres se propose d’encourager l’étude et la valorisation des thèses de doctorat, en partant du corpus des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle. Le but est de rassembler des informations relatives à ces documents, actuellement dispersées entre de multiples sources, de procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance). Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et spécialisée sur ces thèses, et de constituer une base de données en ligne et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments. La mise en ligne est prévue en avril-mai 2022. Financé par le groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée, il est porté conjointement par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et le Centre Lucien Febvre (université de Franche-Comté), associés à une série de partenaires : l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), le Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (EA 2448), ainsi que la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales, la Bibliothèque de l’École nationale des chartes, et les SCD de l’université de Franche-Comté, d’Aix-Marseille université et de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

Le présent colloque se propose de valoriser scientifiquement ces matériaux, ainsi que d’étendre le questionnement jusqu’aux temps les plus contemporains, en vue d’une extension future du projet, dans le temps, du point de vue disciplinaire, et éventuellement dans l’espace. Il s’agit de poser ainsi les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, afin de contribuer à une historicisation des règles – trop souvent naturalisées – du jeu académique. La périodisation est très ouverte : il s’agit de susciter des propositions touchant la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple). La diffusion de ce titre étant le fruit de dynamiques internationales, l’inscription spatiale des phénomènes étudiés est également très ouverte : sont attendues des propositions traitant du cas français comme d’autres cas européens ou extra-européens. Les contributions pourront dès lors s’inscrire dans un ou plusieurs axes, sans exclusive :

– L’évolution du contenu des thèses de doctorat et du profil des docteurs et docteures, de leur rôle dans la production de connaissances nouvelles et de leurs conditions symboliques et matérielles de travail et d’étude ;
– Le rôle de la thèse et du doctorat dans les trajectoires des scientifiques, savantes et savants et – plus largement – des travailleurs et travailleuses intellectuelles, sa place dans la dynamique des carrières académiques et dans la structuration de l’espace des disciplines ainsi que ses usages dans les carrières extra-académiques et dans les logiques d’accès aux fractions dominantes des espaces sociaux nationaux
– L’internationalisation des études doctorales, la circulation des étudiantes et étudiants en formation à la recherche comme des modèles de formation.

Modalités de soumission

  • Les propositions, en français ou en anglais, de 200-300 mots, doivent être accompagnées d’une courte présentation (structure de rattachement, sujet de recherche, travaux…). Elles doivent être envoyées avant le samedi 19 mars 2022 à l’adresse suivante : colloquedoctorat [at] gmail.com
  • Les auteurs et autrices dont les propositions auront été retenues seront informées avant le 4 avril 2022.
  • Le colloque aura lieu les 8 et 9 septembre 2022 à la Sorbonne.
  • Les personnes intéressées ne doivent pas hésiter à nous contacter en amont (pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr et cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr), si elles souhaitent accéder à la documentation réunie dans le cadre du projet ès lettres.
  • Une sélection de communications sera publiée dans le cadre d’un ouvrage collectif.
  • Les modalités d’organisation – présentiel ou visioconférence, voire les deux – de ce colloque seront choisies en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et précisées par la suite.

AàC – Journée d’études “Les relations universitaires franco-belges (XIX-XXe siècles)”, Lille, oct. 2022

Journée d’études : les relations franco-belges dans leur histoire (XIXe siècle-XXIe siècle)

Vendredi 21 octobre 2022 -Université de Lille, salle des séminaires du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

En Belgique comme en France, l’histoire de l’enseignement supérieur, longtemps assez peu développée par rapport aux études sur les enseignements primaire et secondaire, a connu, ces dernières années, un renouvellement certain. Alors que l’histoire des différentes universités, par l’écriture de monographies d’établissements, est désormais mieux connue, on dispose également de travaux plus nombreux sur les enseignants du supérieur, sur les étudiants et leurs associations, sur l’insertion des universités dans la ville ou encore sur les liens qu’elles entretiennent avec le monde industriel. Les périodes de guerre et d’occupation, au cœur du XXe siècle, ont aussi été étudiées en intégrant dans leur examen le positionnement des universités et des universitaires.

Les universités sont des lieux majeurs d’affirmation de la recherche scientifique originale et de diffusion de cette même recherche, à la fois par les publications savantes et par leur activité d’enseignement et de formation auprès des étudiantes et des étudiants. Elles ne sont pas, cependant, des cellules isolées, repliées sur elles-mêmes. Par leurs activités mêmes, elles ont vocation à l’universel dans la diffusion du savoir savant. L’Europe des universités, dès l’époque médiévale, repose sur des déplacements nombreux d’enseignants d’une institution à une autre, plus ou moins longs selon les périodes, sur des circulations étudiantes nombreuses (la fameuse peregrinatio academica). L’affirmation des États nations, au cœur du XIXe siècle, ralentit assurément ces échanges académiques mais ne les fait pas disparaître, même si elle les organise et les encadre davantage. Les universités et facultés progressivement restructurées et développées s’affirment même comme des actrices d’une forme de diplomatie culturelle et scientifique entre institutions mais aussi entre États. Christophe Charle, pour la France, a ainsi étudié le rôle diplomatique de la Sorbonne sous la Troisième République dans La République des universitaires, analysant les échanges entre enseignants, les invitations à des séjours plus ou moins brefs mais aussi la politique des congrès internationaux (sur l’enseignement supérieur en général ou dans les différentes disciplines qui le constituent). Les chaires créées dans les universités peuvent ainsi devenir des tribunes au service de rapprochements internationaux et de la diffusion de certaines idées communes, comme l’ont montré Michel Espagne pour les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle ou Jérémie Dubois pour les postes de langue italienne. On est ici au cœur de logiques qui sont à la fois très scientifiques (échanges de savoirs, collaborations scientifiques, influences réciproques), très diplomatiques (influence de tel pays sur tel autre, relations d’État à État) mais aussi très idéologiques (par la diffusion d’idées générales, d’un idéal d’échanges, de paix etc.). On peut aussi, par moments, être au contraire dans des formes d’oppositions, de concurrences ou de conflits masqués ou réels entre ces institutions universitaires. Les relations étudiantes ont également été observées autour de quelques études de cas.

La journée d’études proposée le 21 octobre 2022 par le laboratoire IRHIS de l’Université de Lille (Jean-François Condette) et l’unité de recherche Traverses de l’Université de Liège (Catherine Lanneau), soutenue par la Fondation de l’Université de Lille et la Revue du Nord, se place dans ces logiques d’une histoire connectée, dans la volonté d’étudier les influences réciproques entre universités, universitaires et étudiant-e-s, d’observer ce « paradigme de l’étranger », en le centrant, pour le moment, sur les relations entre les universités belges et les universités françaises, en faisant une place particulière, quand cela est possible, à l’Université de Lille. Des travaux récents ont montré la richesse de ces analyses croisées, de ces influences réciproques et permis ainsi de confirmer à la fois la force des « modèles » nationaux, peu à peu constitués, mais aussi l’importance des échanges, des influences diffuses ou plus directes de « l’étranger » sur ces mêmes modèles qui sont loin d’être étanches à toute influence extérieure, intégrant donc ces travaux dans le champ des relations à la fois politiques et culturelles internationales. Nous nous plaçons donc ici au niveau des relations franco-belges par le prisme des relations universitaires.

On peut penser, par exemple, à l’influence des travaux du médiéviste belge, professeur à l’Université de Liège puis de Gand, Henri Pirenne (1862-1935), sur les universitaires français de la même discipline. De la même manière, comment les revues scientifiques belges rendent-elles compte, ou non, des travaux réalisés par les universitaires français (et en particulier lillois) ou, à l’inverse, comment les revues et travaux scientifiques français intègrent-ils les recherches des universitaires belges ? Peut-on identifier des collaborations scientifiques fortes entre les universitaires des deux pays et sur quelles thématiques ? Les relations peuvent également être plus institutionnelles avec des échanges réguliers ou exceptionnels d’enseignants ou d’étudiants, dans les différentes disciplines (médecine, pharmacie, droit, lettres, sciences) ou dans des accords de partenariat et d’échanges entre universités, voire dans la création de consortiums transfrontaliers. Ces liens peuvent aussi être plus « politiques », dans la défense commune de certaines valeurs, au gré de l’histoire politique complexe des deux espaces pris en considération (périodes de troubles politiques, de conflits et d’occupation, de répression, etc.). On peut ainsi penser à l’aide apportée par la France aux bibliothèques universitaires belges après la Seconde Guerre mondiale ou à l’apport belge à la reconstruction de l’université de Caen. Il s’agit aussi de savoir quelle est la place des étudiant-e-s français dans les effectifs et les formations des universités belges sur ces deux siècles et, dans l’autre sens, de mieux connaître la présence des étudiant-e-s belges dans les facultés françaises ? Quelles raisons peuvent expliquer ces migrations et touchent-elles indifféremment les facultés ? Existe-t-il des échanges entre les associations d’étudiants belges et françaises et pour quelles finalités ?

Échéancier et modalités des propositions des contributions

La publication dans un numéro thématique de la Revue du Nord sera précédée d’une journée d’études, programmée le vendredi 21 octobre 2022, à l’Université de Lille (laboratoire IRHIS, UMR-CNRS 8529) qui permettra de présenter les contributions, d’échanger sur leurs apports avant la remise des textes enrichis.

 -Proposition de contribution : à envoyer avant le 30 janvier 2022 à : jeanfrancois.condette [at] univ-lille.fr et à C.Lanneau [at] uliege.be.

 La proposition comprendra :

  • – l’identité de la personne qui propose la contribution, son statut et son rattachement institutionnel (université, laboratoire), son adresse électronique ;
  • – le titre de sa contribution ;
  • – un résumé de 15-20 lignes explicitant la problématique majeure ;
  • – une présentation rapide des sources qui seront étudiées.

Les textes définitifs seront à rendre pour le 20 décembre 2022 : texte de 80.000 signes (espaces compris) ; les normes de mise en page seront communiquées ultérieurement.

AàC – “Langues et diplomaties (du XVe siècle à nos jours)”, Université de Haute-Alsace, déc. 2022

Résumé

Si le principe d’une lingua franca est indissociable de la pratique diplomatique, il n’en repose pas moins sur de véritables jeux de pouvoir afin d’imposer l’usage d’une langue par rapport à une autre. Cette relation, à la fois politique et culturelle, entre langues et diplomaties a déjà fait l’objet de plusieurs travaux, souvent dédiés à une période et/ou à une pratique diplomatique donnée. L’objectif de ce colloque international, organisé les 7, 8 et 9 décembre 2022 à l’université de Haute-Alsace, sera donc d’embrasser l’ensemble de l’histoire diplomatique européenne, de l’établissement des premières diplomaties permanentes à nos jours, mais aussi dans sa diversité de pratiques. Par cette approche volontairement englobante, il s’agira d’identifier les stratégies d’adaptation pour mettre en œuvre à la fois la pratique diplomatique mais aussi une certaine conception, politique, sociale et culturelle, de la diplomatie et de son exercice.

Continuer la lecture de « AàC – “Langues et diplomaties (du XVe siècle à nos jours)”, Université de Haute-Alsace, déc. 2022 »

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022)

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022) organised by Fabian Link (Wuppertal), Jan Surman (Prague), Monika Wulz (Lucerne)

Studying the sciences has a long connection to underscoring the practical and political side of scientific research, epitomised by British historian J.D. Bernal and Hubert Laitko in the GDR, the scholarly tradition of Polish “Science of Science” since the interwar period, or Praxeology by Polish philosopher Tadeusz Kotarbiński. In the 1960s this connection became more tuned toward an applied history of science, now represented by scholars like Eugene Garfield or Gennady Dobrov. By then, science studies’ aim was as much to analyse sciences, as to propose the ways of their perfection, making “science of science” a meta-science of modernity. In the 1970s and 1980s sociological oriented science studies developed  a poststructural critique of past and present scientific practices in terms of their military application and male dominance, becoming one of the driving forces behind changes at universities. Moreover, scholars also used science studies’ research to inform state science policy.

In our section we want to look at processes in which the study of science has been discussed and/or practiced as an applied, practice-related science governing or advising state science policy or, on the contrary, critically engaging with the role of science in state policy. Such cases range from science studies serving global peace and mutual understanding (ICHST, UNESCO projects, global planning endeavours etc.) or developing economic perspectives on the role of science in society, through meso-level of tuning national science systems with the help of cybernetic-based science of science and of sociological science studies, or merging science systems together (e.g. managing of science systems after border shifts 1918/1945, or the integration of the GDR’s science system into that of the FRG after 1989), to local case studies, such as the application of sociology and psychology of science in reform of research and higher education units or “experiments” with scientifically based operation in laboratories. In such endeavours, science studies actors were presenting themselves as both scholars and political actors, producing also enticing narratives about science’s importance for the modern society and contributing to the development of the idea of the ‘knowledge society’ on both sides of the Iron Curtain

We are particularly interested in studies analysing the situation in Central-Eastern Europe and Global South countries, as well as those highlighting transnational cooperation.

Proposals (an abstract of max 250 words + a short bio or link to personal webpage) should be sent to panel organizers (flink [at] uni-wuppertal.de, surman [at] mua.cas.cz, monika.wulz [at] unilu.ch) by Monday, December 27, 2021. For more information about the conference please visit https://eshsbrussels2022.com/calls/

AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022

Cette journée d’étude prolonge le travail proposé en 2021 pour examiner l’enseignement dans l’Algérie de l’Indépendance et de la Révolution proclamée en 1962. 

Inscrite dans la triple temporalité des périodes ante-coloniale, coloniale et de l’indépendance, l’Algérie nouvelle ambitionne de construire un État et une société modernes sachant se ressourcer dans la tradition arabo-islamique. L’exploration du système scolaire mis en place depuis 1962 et l’analyse du discours qui le légitime donneront à lire comment l’Algérie a pu négocier la tension nouée entre le volontarisme moderniste de la Révolution et les pesanteurs de l’histoire algérienne.

  • Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et une courte bibliographie. 
  • Les propositions devront être envoyées à Stéphanie Dauphine (MCF Université d’Artois), à l’adresse mail suivante : fanny.dauphin17 [at] gmail.com 
  • Date limite d’envoi des propositions : le 15 mai 2022.
Continuer la lecture de « AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022 »

AàC – Colloque “Amateurs en sciences : une histoire par en bas”, 5, 6 et 7 septembre 2022, Le Mans Université

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication pour le colloque final du projet ANR « Amateurs en sciences : une histoire par en bas » qui aura lieu à l’Université du Mans les 5, 6 et 7 septembre 2022.

Le colloque propose d’élargir géographiquement (France et au-delà) et chronologiquement (XVIIIe-XXIe siècles) les perspectives ouvertes par une histoire par en bas des amateurs en sciences, attentive à restituer leurs points de vue, leurs pratiques, leurs productions matérielles. Afin d’éviter la simple juxtaposition d’études de cas, les thèmes classiques de l’histoire des amateurs seront réinterrogés par le biais de questions transversales listées ci-dessous.

Session 1 — Vocations et formations

Session 2 — Sciences en famille

Session 3 — Allégeances et contestations

Session 4 – Les publics des amateurs

Session 5 – Les territoires de la science des amateurs

Session 6 – Les objets des sciences amateurs et leurs marchés

Appel détaillé en français & in english : https://ams.hypotheses.org/2224

Comité scientifique :

David Aubin (IMJ-PRG, Sorbonne Université) ; Géraldine Delley (Laténium, Université de Neuchâtel) ; Volny Fages (IDHES, ENS Paris-Saclay) ; Laurence Guignard (CRHEC, Université Paris-Est Créteil INSPÉ) ; Hervé Guillemain (TEMOS, Le Mans Université) ; Aurélie Hess (TEMOS, Université Bretagne-Sud) ; Florian Mathieu (Études sur les sciences et les techniques, Université Paris-Saclay) ; Serge Reubi (CAK, Musée national d’histoire naturelle) ; Nathalie Richard (TEMOS, Le Mans Université) ; Nathan Schlanger (École nationale des chartes) ; Florent Serina (Institut de psychologie, Université de Lausanne) ; Hadrien Viraben (TEMOS, Le Mans Université).

Présentation complète du projet ANR : https://anr.fr/Projet-ANR-18-CE27-0027

Carnet de recherche du projet  : https://ams.hypotheses.org/

AàC – Journées doctorales du RESUP, ENS de Lyon, juin 2022

Le RESUP organise à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 juin 2022, deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants et doctorantes et jeunes docteur·es (thèse soutenue après le 31 décembre 2019) travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, et ce quelle que soit la discipline (sociologie, histoire, sciences politiques, géographie, économie, sciences de gestion etc.).

Le formulaire de candidature se trouve en pièce jointe. 

AàC – Session UGI 2022, “Enseigner la géographie à l’université, en France et dans le monde”

Camille Vergnaud et Laura Péaud vous invitent à participer à une session du congrès de l’UGI qui aura lieu à Paris en juillet 2022 prochain, autour du thème : “Enseigner la géographie dans l’enseignement supérieur, maintenant et dans les 10 ans à venir”

Cette session propose de faire résonner la question du congrès, « Le temps des géographes », avec nos pratiques, envies et expériences d’enseignement dans le supérieur.

Axe 1 : Enseigner l’histoire de la discipline Quelle est la place des enseignements en histoire et épistémologie de la géographie dans nos curricula d’enseignement supérieur ? Quel contenu y est dispensé ? Selon quelles modalités pédagogiques ? L’enjeu est de comprendre ce qui se transmet des récits de la géographie, quels outillages théoriques, méthodologiques et conceptuels sont transmis à la génération actuelle d’étudiant.es, et comment ces récits ont évolué. Mettre en regard des contenus et pratiques provenant de différents pays, institutions, courants et positionnements individuels des enseignants.es au sein de la discipline serait l’occasion d’interroger quelles sont les géographies transmises lors des enseignements.

Axe 2 : Les espace-temps de l’enseignement Ce deuxième axe vient plus spécifiquement interroger les modalités matérielles des enseignements de la géographie, en mettant l’accent sur une entrée spatio-temporelle. Comment organisons-nous les espace-temps de nos enseignements, dans nos séances, séquences, années, licences, masters, et jusqu’aux parcours complets des étudiant.es, mais aussi en dehors des salles de cours (pratique du terrain, des excursions, mais pas seulement) ? Enfin le contexte pandémique l’a rappelé : les conditions de vie matérielles des étudiant.es et des enseignant.es sont très inégales. Comment prendre en compte ces espaces-temps de la vie des étudiant.es (mais aussi des enseignant.es et des personnels), qui viennent percuter les espaces-temps des cours ?  Ici, les retours d’expérience sont particulièrement bienvenus.

Axe 3 : Quel enseignement de la géographie dans les 10 ans à venir ? A partir du contexte actuel, l’idée est de faire un peu de projection dans nos pratiques enseignantes et de réfléchir à ce que pourrait être un cursus de géographie dans la prochaine décennie.  Bien que nos envies soient souvent altérées par les réalités comptables et pratiques, les maquettes et les contraintes institutionnelles, nous aimerions dans le cadre du congrès nous donner le temps et l’espace de la rêverie collective. Dans cette perspective, des comparaisons internationales de ce qui se fait dans différents contextes linguistiques et nationaux pourraient venir nourrir notre imaginaire. Sont notamment bienvenues des participations proposant des uchronies, utopies ou de dystopies, et/ou s’appuyant sur différents formats (témoignages, débats, saynètes ; vidéos, photographies, dessins ; propositions de cours, maquette, organisations sociales, spatiales, temporelles, culturelles et politiques de campus…).

Nous accueillons des propositions de communications classiques, ainsi que des formats originaux (affiches, vidéos, podcast, etc.) et vous invitons à faire circuler cette annonce dans vos réseaux.

Les propositions peuvent être soumises jusqu’au 11 janvier prochain, directement ici : https://www.ugiparis2022.org/fr/soumission-de-communications/29

AàC – “Les enfants mis en case”, Poitiers 2021 et Angoulême 2022

Les enfants mis en cases

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

       La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations.

       Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

       Les auteurs des Innocents coupables, Laurent Galendon et Anlor, offrent une trilogie portant sur la colonie des Marronniers où mauvais traitements, tentatives d’évasions, drames, enfermements au quartier disciplinaire se succèdent. Ce récit graphique est le plus ambitieux. L’action se situe en 1912, date de la publication du roman de Louis Pergaud, La guerre des boutons et de la création des tribunaux pour enfants. Dans la bande dessinée, les personnages se ressemblent, ils ont le crâne rasé où les cheveux coupés très courts. Ils sont habillés avec le même uniforme. Les brimades quotidiennes sont restituées, le rassemblement dans le froid, les repas étiques, des toilettes sans papier, des tatouages établissant une hiérarchie entre colons, les punitions, les violences sexuelles. Les trois albums évitent le réquisitoire, mais au fil des pages les lecteurs non avertis se rendent bien compte que cette institution pénitentiaire qui visait à corriger les âmes et les corps n’est qu’une machine à broyer ou à insensibiliser : les enfants deviendront des « hommes endurcis », c’est-à-dire des « récidivistes incorrigibles ». Le travail dans les champs devient vexatoire et disciplinaire, et se montre ainsi éloigné de toute vertu pédagogique. L’institution apparaît épouvantable et illustre ce que d’aucuns appelaient la « justice de débarras ».

       Désormais, l’imaginaire social et la culture visuelle du début du XXIe siècle sont nourris de colons que la société tout entière veut ignorer et que les gardiens corrigent dans un dispositif visant à purger et amender les mineurs de justice. Les colonies pénitentiaires, au-delà des discours sur la rédemption et la volonté de former de futurs citoyens, sont bien des bagnes pour enfants mis en scène par le 9e art.

       La bande dessinée s’est intéressé  plus largement à ce qu’il est convenu d’appeler l’enfance irrégulière, comprenant à la fois l’enfance qui commet des écarts à la loi ou aux normes et l’enfance victime de mauvais traitements : battue, violée, prostituée, abandonnée. Les dysfonctionnements familiaux et sociétaux sont mis en contexte et la question du travail forcé des enfants n’est pas négligé. Enfants vagabonds et enfants migrants ne sont pas non plus ignorés et trouvent leurs place dans les planches proposée aux lectrices et lecteurs, à la fois en France mais aussi aux Etats-Unis, en Corée ou au Japon, sans oublier l’Afrique qui a donné naissance à nombre de personnages.

       Par commodité, sans être exhaustifs, il conviendra de s’intéresser d’abord  aux représentations graphiques des enfants. Le corps des enfants n’est pas celui d’un adulte en miniature, comment est-il représenté ? Quelles sont les personnages inventés ou restitués et mis en récit ?

       Ensuite l’examen des situations retiendra l’attention. Quelles sont les circonstances et les contextes ?

       Enfin, les effets des humiliations et des brutalités ? Sont-elles combattues ? Le sort des  auteurs d’agressions sont-ils l’objet d’une attention des auteurs de bandes dessinées ? Quant au devenir des victimes est-il pris en considération ?

Le colloque se tiendra sur deux journées : une à Poitiers le jeudi 21 octobre 2021 ; la seconde à Angoulême le jeudi 11 mars 2022.

Les propositions de communications (1500 signes) et une courte notice bio/biblio (500 signes) sont à adresser à Frédéric Chauvaud (frederic.chauvaud@univ-poitiers.fr) et à Jean-Jacques Yvorel ahpjm@orange.fr pour le 2 avril 2021.

       L’organisation du colloque prend en charge les frais d’inscription, les nuitées, les repas et la publication des actes sous la forme d’un véritable livre. Un soutien pourra éventuellement être apporté pour les déplacements.

MSHS (3575 – Université de Poitiers et CNRS) – Cité Internationale de l’Image et de la Bande Dessinée (CIBDI) – Réseau Régional de Recherche Nouvelle Aquitaine en bande dessinée (3RBD)– Association pour l’histoire de la Protection judiciaire des mineurs (AHPJM).

AàC – Colloque “Entre l’enfance et l’entrée en vie adulte. Normes et pratiques dans les sociétés médiévales, modernes et contemporaines”, Paris, nov. 2021

La période qui s’étend entre la fin de l’enfance et l’entrée dans la vie adulte recouvre
des réalités et des expériences diverses selon les périodes, les régions et les groupes
sociaux. Cette plasticité explique la difficulté à la saisir dans ses dimensions les plus
diverses. Aussi, même si quelques travaux s’y sont penchés dans une perspective
globale ou plus ciblée, le terrain reste largement à défricher pour comprendre les
évolutions de ses configurations dans différents espaces sociaux, historiques et
géographiques.


La Société de démographie historique a décidé de consacrer un colloque à cette période si particulière en l’ouvrant à plusieurs disciplines et périodes. Trois fils rouges ont été définis qui fournissent autant de pistes possibles, sans pour autant que ce cadre entende contraindre les propositions.