AàC – International Conference « From school inspectors to school inspection ». Prague

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications pour le colloque « From school inspectors to school inspection », organisé en septembre 2020 à Prague.

Date limite de soumission: 15 janvier 2020

From school inspectors to school inspection.
Supervision of schools in Europe from the Middle Ages to Modern times


Organizors: The National Pedagogical Museum and the Library of J. A. Comenius, the Institute of History of the Czech Academy of Sciences, the Faculty of Science, Humanities and Education of Technical University in Liberec, in cooperation with the Humboldt-Universität zu Berlin, Lehr- und Forschungsbereich Historische Bildungsforschung.

Term and place of the conference: 9th–10th September 2020, Prague, The National Pedagogical Museum and the Library of J. A. Comenius

Length of presentations: 20 minutes

Conference languages: English, German and Czech

The issue of supervision and inspection of education represents an essential and hitherto neglected theme of historical-educational research. The research often focuses mainly on the personalities of educational reformers who determined changes in educational concepts and founded educational and training institutions, leading to the transformation of education and training to a greater or lesser extent. In this perspective, the “progress” of education is unstoppable. However, it is clear that the course of school education and the processes of training and education are also largely determined by “anonymous” laws and other regulations that correspond to the interests of “cultural reproduction” of society (Pierre Bourdieu).

In the “field of school conduct”, an essential role is played by the institutions of supervision and inspection of education and individual personalities promoting supervisory practices and applying sanctions in case of non-compliance or gross violation of the given order. The supervision of education is thus a cultural symbol of the times. The role and function of the supervision of education and training can be analyzed within a historical context or an applicable cultural pattern; the “impersonal rules” of supervision, but also the “mental habitus” of supervisors or inspectors can be reconstructed.

The conference will focus on the analysis and reconstruction of the processes of “supervision” of education, the system and practices of the exercise of inspection power, and the “physics” of supervisory power (Michel Foucault). It will analyze external symbols (regulations, minutes or protocols, inspection reports, inspection institutions including their material support) as well as “invisible”, internalized and thus “natural” customs or procedures in inspection processes, and also rules and a scenario of the “presentation” of the supervision of training and education.

Last but not least, the issue of changes in the supervisory processes of the relationship  between external control and mechanisms of the autonomous education management will be explored. Medieval, early modern and modern education at all levels represented a fundamental means for the church or the state to consolidate and legitimize the power of church, state and other institutions (cities) that determined the order and image of the world at the time.

Therefore, supervision of education was an important area of concern for both spiritual and political power. The practices of supervising education in the medieval, early modern and modern systems were rather diverse, but they had a common denominator: the interest of “higher” power. In the post-modern era, within an open, “liquid” society that permanently reflects the starting points of the system of power and thus relativizes them, the system of supervision of education ceases to play primarily the role of control, but is taking the form of a support of the autonomous management of educational institutions. The analysis will deal with the question of how and why this “turnaround” is happening and what it means for contemporary education.

Continuer la lecture de « AàC – International Conference « From school inspectors to school inspection ». Prague »

Appel à candidatures – 11th History of Education Doctoral Summer School à Lyon en juin 2020

This conference invites applications from postgraduate students in the history of education with an interest in the histories of educational spaces and discourses and new ways of working with images, artefacts, and archives. Leading international historians of education will give lectures and workshops, and offer advice concerning the research process. There will be opportunities for students to discuss their dissertation projects with fellow doctoral candidates and receive comments from prominent scholars in the field.

The summer school started as an EERA pilot project and is the eleventh conference in a series of successful events that started in Ghent in 2010 and was followed by meetings in Birmingham 2011, Lisbon 2012, Hamburg 2013, Umeå 2014, Luxembourg 2015, Groningen 2016, Porto Conte 2017, Riga 2018 and Liverpool 2019. This session of the summer school is organised at the University of Lyon, France. The conference is supported by:

  • Stichting Paedagogica Historica
  • History of Education Society, UK
  • European Educational Research Association (EERA)
  • International Standing Conference for the History of Education (ISCHE)
  • University of Lyon (École normale supérieure de Lyon)

The number of participants is limited to 30 students. The conference language is English. Participation in the conference is free of charge. Accommodation and meals will be provided, but delegates will have to cover the cost for their travel to Lyon. ISCHE travel bursaries are available to students from low-GDP countries. For more information, please check the application form.

Tutors: Antonio Canales Serrano (Universidad Complutense de Madrid, Spain), Björn Norlin (Umeå University), Ian Grosvenor and Siân Roberts (University of Birmingham, UK), Angelo Van Gorp (University of Koblenz-Landau, Campus Landau, Germany), Susannah Wright (Oxford Brookes University, UK and History of Education Society, UK) and Clémence Cardon-Quint (Université de Bordeaux).

Local organisers: Emmanuelle Picard (ENS de Lyon), Solenn Huitric (ENS de Lyon), Rebecca Rogers (Université Paris Descartes), Marianne Thivend (Université Lyon 2).

Application form

The application form can be retrieved from http://www.eera-ecer.de/season-schools/histories-of-education-summer-school/and should be sent to summerschool-lyon[at]eera-ecer.de.

Closing date for applications is 31 December 2019. Successful applicants will be notified in February 2020.

More information?

Contact summerschool-lyon[at]eera-ecer.de for queries regarding application, eligibility and selection criteria; Solenn Huitric (solenn.huitric[at]ens-lyon.org) for queries on practical issues, e.g. regarding travel, accommodation and venue.

AàC – « Amateurs et professionnels dans les sciences. Définition et redéfinition des identités et des frontières (années 1850 – années 1950). Une histoire par en bas » (Le Mans, 14 jan. 2020)

  • Deadline propositions : avant le 25 octobre 2019. Les propositions d’une quinzaine de lignes accompagnées d’un court CV sont à envoyer à Hervé Guillemain (herve.guillemain [at] univ-lemans.fr);
  • Journée d’études : 14 janvier 2020, Le Mans

 

L’ANR AmateurS propose de produire une histoire non surplombante des amateurs en science, privilégiant une perspective « par en bas » qui ne soit pas subordonnée aux jugements que les savants professionnels portent sur eux ni aux hiérarchies que solidifient les institutions scientifiques. S’il ne s’agit pas de nier que la catégorie amateur se soit largement constituée dans la confrontation aux savants professionnels et ait souvent été le fruit de mécanismes d’exclusion qui ont désigné d’en haut ceux qui étaient les « amateurs », le projet propose de placer les amateurs au centre des investigations, de restituer leurs points de vue sur la science qu’ils font et sur leurs identités de savants et d’étudier leur science « en train de se faire » à
partir, notamment, des traces matérielles qu’elle a laissées. — https://ams.hypotheses.org/


Intitulé Une histoire subjective des mondes des amateurs, l’axe 2 de ce projet de recherche est centré sur la question des identités des amateurs. La journée du 14 janvier sera particulièrement dédiée à la définition et redéfinition des identités et des frontières et centrée sur les situations de partage entre amateurs et professionnels dans les sciences des années 1850 aux années 1950. Nous souhaitons à l’occasion de cette journée mettre l’accent sur les moments de débat qui réorganisent les acteurs de part et d’autre des frontières académiques. Seront privilégiés les nœuds chronologiques et thématiques autour desquels se déploient des controverses théoriques et/ou des conflits de légitimité ayant pour conséquence des mouvements d’exclusion ou d’inclusion.


La journée s’organisera notamment autour des trois pistes de réflexion suivantes :

  1. La redéfinition des identités des acteurs, amateurs et professionnels, dans le sillage des transformations juridiques et réglementaires qui affectent l’organisation des différentes disciplines.
  2. La manière dont l’émergence de nouveaux objets d’étude, celle de nouvelles disciplines, et le développement de controverses scientifiques redessinent les
    frontières entre amateurs et professionnels.
  3. Le rôle des moments de commémoration et des rituels collectifs dans la
    structuration des identités amateurs.

AàC – L’école haïtienne contemporaine : enjeux scientifiques et pratiques

24 août 2019Publication de l’appel à contribution
27 septembre 2019Date limite pour l’envoi des propositions (abstracts)
11 octobre 2019Notification d’acceptation aux auteur-e-s
Octobre 2019Discussion avec l’éditeur sur le projet de publication
11 février 2020Date limite pour l’envoi des chapitres complets
Février-juin 2020Révision, correction et montage de l’ouvrage complet
Décembre 2020Publication de l’ouvrage et activités de vulgarisation

Au cours des dix dernières années, l’école haïtienne a connu des transformations profondes, matérialisées à travers  trois cadres d’action publique : le Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire (PSUGO), les Douze mesures pour la refondation du système éducatif haïtien, et le Programme de rénovation du secondaire. Par contre, la littérature sur l’école et l’éducation en Haïti ne semble pas rendre suffisamment compte des impacts de ces transformations sur le système. En d’autres termes, elle n’aurait pas apporté des réponses satisfaisantes et convaincantes à des questions majeures portant sur les rapports de l’école haïtienne contemporaine avec l’histoire, la politique, l’économie, la problématique linguistique et culturelle, le droit et le quotidien. Dans ce contexte cet ouvrage collectif se propose de réunir une quinzaine de contributions abordant ces questions fondamentales.

AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020)

  • Deadline propositions : avant le 31 décembre 2019.
  • Modalités : les propositions de communication (pas plus de 3 000 signes), accompagnées d’un court CV académique, seront envoyées à l’un des deux organisateurs et seront évaluées par des experts anonymes. Isabelle Moreau (MCF-HDR en littérature française du XVIIe siècle, ENS de Lyon – IHRIM, UMR 5317) : isabelle.moreau [at] ens-lyon.fr ; Julien Léonard (MCF en histoire moderne, Université de Lorraine – CRULH, EA 3945) : julien.leonard [at] univ-lorraine.fr / Lauréat « Projet EMERGENT 2018 », le projet bénéficie du soutien du Fonds Recherche de l’ENS de Lyon.
  • Colloque : 1er et 2 octobre 2020, ENS de Lyon

Si les événements traumatiques touchant des enfants ou mettant en jeu la construction sociale et littéraire de l’enfance affectent particulièrement notre époque, suscitent des réactions émotionnelles fortes et mobilisent des formes nouvelles de diffusion médiatique du scandale à différentes échelles, le phénomène est ancien.

Dans l’Europe occidentale de l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), plusieurs facteurs peuvent être producteurs de scandale, mais dans une société encore très fortement marquée par la prégnance du fait confessionnel et par l’encadrement religieux des groupes et des individus, le facteur principal de scandale est de nature spirituelle. Le religieux est donc à la fois générateur de normalisation, d’encadrement et de disciplinarisation de la société sous l’Ancien Régime, mais il est aussi, en creux, producteur de scandale. C’est particulièrement sensible à propos des enfants et, au-delà, dans la définition même de ce qu’est l’enfance, qui est une construction sociale, culturelle et littéraire variable en fonction des périodes, des lieux et des appartenances confessionnelles.

Continuer la lecture de « AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020) »

AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020)

  • Deadline propositions : avant le 15 septembre 2019, à caroline.barrera [at] univ-jfc.fr et cantier [at] univ-tlse2.fr. Elles doivent contenir : le titre de la communication proposée, un résumé d’une page maximum précisant les sources dépouillées, la méthodologie adoptée, la problématique et les principaux thèmes envisagés, votre institution de rattachement et vos coordonnées.
  • Colloque : 27 et 28 mars 2020 (Toulouse, France)

Prise en charge des intervenants : l’organisation du colloque prendra en charge les repas pendant le colloque (2 déjeuners, 1 dîner) et 1 à 2 nuits d’hôtel (+ petits déjeuners et taxe de séjour). Le transport sera à la charge des intervenants.

Publication des actes : le colloque fera l’objet d’une publication, soit sous forme de numéro spécial dans une revue universitaire, soit sous forme d’ouvrage collectif.

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite. Les sciences studies, qui ont renouvelé l’histoire des sciences depuis les années 1970 (Pestre, 2006), en la considérant comme une histoire sociale, économique, politique, culturelle et non plus seulement comme la seule histoire des disciplines (histoire des corpus, des résultats, des concepts ou des idées) s’est depuis longtemps intéressé à la relation entre les sciences et la guerre. Elle l’a fait dans trois cadres chronologiques : court (une guerre en particulier), moyen (parfois de plusieurs décennies, prenant en compte l’avant ou l’après-guerre) et long (un siècle et plus). Les thématiques abordées se sont fixées sur le volet opérationnel des guerres et l’implication de certaines disciplines (invention des armes, maitrise de l’espace, conduite de la guerre, soins médicaux et protection), les formes et les modalités de la mobilisation scientifique (types, lieux, structures, profils), les discours et les représentations, et bien sûr sur les opportunités scientifiques permises par la guerre (moyens financiers, réorganisation de la recherche, terrains d’expérimentation, collaborations…). Les concepts de sciences pour la guerre (Dahan et Pestre, 2004), de preparedness (Stuart, 1993), de cet état de préparation continuel de la guerre qui lie la puissance militaire à la puissance tout court, générant des warfare states (Edgerton, 2005) ont été particulièrement féconds. L’histoire culturelle de la captivité éclaire de son côté toutes ces problématiques en les orientant vers la dialectique des contraintes et de l’agentivité déployée par les acteurs sociaux. Retiré d’une influence directe sur le cours de la guerre, les captifs ne sont pas pour autant réduits à la passivité. Une réflexion sur les différents environnements qui définissent leurs expériences est ici nécessaire : au-delà de leur commune privation de liberté, prisonniers militaires, prisonniers civils, déportés évoluent dans des contextes très différents dans lesquels les interstices de liberté permettant une initiative individuelle ou collective sont très variables. Une mise en évidence des ressources culturelles dont ils disposent s’impose également : ressources matérielles (accès aux livres et aux divers supports de la vie culturelle) et ressources humaines (réseau de solidarité, formes d’organisation collective). L’analyse des différentes formes de production culturelle et de leur modalité d’appropriation et de circulation au sein du monde de la captivité et au-delà mérite enfin l’attention.

Le colloque envisagé s’inscrit dans la lignée de ces deux axes forts de l’historiographie en souhaitant les croiser pour poursuivre et enrichir les réflexions en cours et pour réfléchir aux points peu abordés.

Continuer la lecture de « AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020) »

AàC – Les transformations de la vie intellectuelle et scientifique en Allemagne, en France et en Italie en 1919-1920

  • Deadline propositions : avant le 30 septembre 2019. L’appel à communications concerne tous les chercheurs et chercheuses intéressé.e.s qui travaillent sur la France ou l’Allemagne. On sera particulièrement attentif aux propositions de doctorant.e.s ou de récents docteur.e.s. Les propositions sont à envoyer à Frédéric Attal, UPHF (frederic.attal [at] uphf.fr).
  • Colloque : 12-13 décembre 2019 (Valenciennes, France)

Colloque co-organisé par l’Université Polytechnique Hauts-de-France et l’Université de Florence, les 12-13 décembre 2019

Le colloque qui sera organisé à Valenciennes les 12 et 13 décembre 2019 entend ressaisir la perception et l’analyse que font les acteurs et les institutions animant la vie intellectuelle et scientifique allemande, française et italienne de la Grande Guerre comme des événements de l’immédiat après-guerre. Sentiments nationalistes et pacifistes, violences diffuses et phénomène de brutalisation, éruption révolutionnaire, rejet de la culture passée, rôle accru des intellectuels, autant de thématiques propres à la période de l’entre-deux-guerres qu’il s’agira d’analyser de façon critique en se gardant de tout esprit téléologique. Pour ce faire, on se penchera sur les premiers mois ou les deux-trois premières années qui suivent la fin de la guerre, en restant au plus près des protagonistes de la vie intellectuelle et scientifique des pays considérés, à travers les correspondances, les publications, les œuvres, l’ensemble des documents produits par les institutions académiques, scientifiques et autres actrices de la vie culturelle, pour mesurer la réalité des conséquences des chocs traumatiques et des inévitables et déchirantes remises en cause dans les domaines qui touchent à la pensée politique et scientifique comme aux différents domaines de la production culturelle. 

AàC – International Symposium on School Museums, Museum Education and Educational History: “Creating Learning Experiences and Building Bridges for Open and Sustainable Societies” (Grèce, mai 2021)

  • Colloque : 25-28 mai 2021 (Crète, Grèce)
  • Contact : thesymposium19 [at] gmail.com

Learning experiences refers to any interaction, pathways, program, or other
involvement in which learning takes place in museums and collections, whether it
occurs in traditional educational settings or nontraditional environments (learning
through games and interactive software applications). Because people learn in an
extensive variety of surroundings and ways, the term is used as a more inclusive term
to support the new goals of an educational interaction/ learning in modern museums
and galleries. It reflects larger pedagogical and technological changes that have
occurred today in the design and delivery of knowledge, and it represents an attempt

1Centre for the Study and Research for the History of Education and Teaching Profession,
University of Crete, Greece
to update conceptions for whom and of how, when, and where learning can come
about. Besides, the importance of open access in creating sustainable societies for the
future generations is a key challenge for the Symposium. The issues we face with
energy and the environment are complex and include all aspects of sustainability as
well as society. Expressly, cultural sustainability is increasingly seen as a fourth
dimension of sustainable development. However, studies on cultural viability in
museums are rare. Thus, the other pillar aim of our symposium is to fill this gap:
heritage exposure, environmental behavior, openness to the public, and effectiveness
and enactment in collecting, preserving, and researching the cultural heritage.
Purpose of the symposium
The purpose of the Symposium is to explore and reflect on the contribution of school
museums and educational collections to the development of the modern dialogue on
“Creating Learning Experiences and Building Bridges for Open and Sustainable
Societies” and particularly their association in the dialogue, which has a significant
influence on the development of teacher education, with special emphasis to:

Continuer la lecture de « AàC – International Symposium on School Museums, Museum Education and Educational History: “Creating Learning Experiences and Building Bridges for Open and Sustainable Societies” (Grèce, mai 2021) »

AàC – Quelle éducation à la citoyenneté pour quelle démocratie? Perspectives transnationales du XIXe au XXIe siècle (Paris, 1-3 avril 2020)

  • 31 octobre 2019 : deadline propositions
  • 1-3 avril 2020 : colloque

Quel citoyen et quelle citoyenne pour quelle démocratie? Avec l’extension progressive du suffrage, dès lors que la politique ne se laissait plus penser sans le corps électoral, philosophes, politiques, pédagogues, activistes, citoyennes et citoyens, ont mis en discussion différentes approches de l’éducation à la citoyenneté. Dès la fin du XVIIIe siècle, leurs réflexions, du développement de »valeurs républicaines«, d’une »culture politique démocratique« (»demokratische politische Kultur«) jusqu’à l’idée d’une émancipation »par le bas«, se sont retrouvées aussi bien à l’école que dans les pratiques d’acteurs non-étatiques. En sciences humaines et sociales, ces apports théoriques et pratiques à la question de la citoyenneté sont le plus souvent construits comme des cas d’étude séparés, dans des contextes nationaux pensés comme cloisonnés. Ils sont pourtant traversés de questions récurrentes. Comment articuler l’individuel et le collectif? Comment faire valoir l’éducation à la citoyenneté sans la prescrire? S’agit-il de favoriser l’adhésion des citoyens au projet démocratique avec toutes ses imperfections, ou de rendre possible sa critique et, partant, l’émancipation politique?

Avec l’objectif d’historiciser les diverses réponses à ce défi démocratique, le colloque réunira des spécialistes de différents pays et disciplines telles que l’histoire, la philosophie, les sciences de l’éducation, la science politique ou la sociologie.

AàC – La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) (Arras, 15 oct. 2020)

  • Deadline propositions : 15 octobre 2019
  • Réponse auteurs : fin octobre 2019
  • Journée d’études : 15 octobre 2020

Problématique générale

 «L’histoire de l’enseignement supérieur apparaît comme le parent pauvre de l’histoire de l’éducation en France»[1]. C’est ce que soulignait Emmanuelle Picard, il y a dix ans, dans la revue Histoire de l’éducation, lors d’un numéro spécial consacré à « l’enseignement supérieur ».  Depuis, de nombreux travaux ont été réalisés, proposant souvent de bonnes monographies d’institutions universitaires[2]. Mais les travaux dans ce domaine portent essentiellement sur la sociologie du corps enseignant et à leur positionnement politique dans les affaires de la cite[3]. Dans la répartition chronologiques de ces travaux, les années 1870-1914 dominent fortement[4], alors que ceux s’intéressant à l’entre-deux guerre sont plus rares. Les études abordant la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale sont nombreuses, mais les étudiant(e)s y sont abordés comme groupe social, un groupe social croissant de façon exponentielle et dont on tente de mesurer le degré réel de démocratisation dans le recrutement[5]. Ils sont avant tout étudiés d’un point de vue politique, comme acteurs de revendications, de manifestations, autours de leurs associations et du rôle majeur joué par l’UNEF en particulier[6].

Cette journée d’étude artésienne se propose d’étudier sur une durée de deux siècles, de 1808 date de la reconstruction napoléonienne par les décrets du 17 mars 1808 organisant l’université impériale et débouchant sur la refondation des facultés, à la fin du XXe siècle, un public qui, au-delà des généralités, demeure assez peu connu : celui des étudiants et étudiantes. Nous nous limiterons à l’étude des élèves des universités françaises, d’État ou bien libres (après 1875), la comparaison entre les deux pouvant se révéler féconde. Les élèves des grandes écoles ont quant à eux déjà fait l’objet de travaux. C’est le cas des normaliens[7] ou des polytechniciens[8] entre autres.

C’est avec l’ouvrage de Jean-Claude Caron en 1991, sur les étudiants de l’époque romantique[9], que ces derniers deviennent réellement sujets d’étude. Pierre Moulinier en complétera l’étude pour la deuxième partie du XIXe siècle[10]. En outre, leur pendant féminin, les étudiantes, n’ont été le sujet que de peu d’études[11]. Ces dernières se sont principalement concentrées sur les étrangères au sein de l’université française ou sur certaines filières ayant connu un fort taux de féminisation, notamment la médecine[12].

Ainsi, reste une population en partie méconnue, notamment dans ce qu’elle vit au quotidien. Vivent-ils/elles chez leurs parents ou ont-ils/elles leur logement dans la ville universitaire et sous quelle forme (chambre louée, résidence universitaire…) ? Comment subviennent-ils à leurs besoins entre ressources parentales, petits boulots ou travail à temps complet ? Quelle est leur assiduité aux cours et comment l’institution gère-t-elle cette question selon les périodes ? Comment travaillent-ils/elles à leurs études et préparent-ils/elles leurs examens et concours ? Quelles représentations se font-ils de leurs enseignants et de l’institution universitaire ? Quelles forment d’actions mettent-ils/elles en placent lorsqu’ils/elles ont besoin de se mobiliser pour ou contre l’institution ? S’engagent-ils/elles d’autres manières (politique, droits civiques, bonnes œuvres) ? Que font-ils/elles de leur temps libre et quelles sont les structures associatives et de loisirs existant dans les villes universitaires ? Quels réseaux de sociabilité rejoignent-ils/elles? Quelles amitiés ou amours tissent-ils/elles ?

C’est à toutes ces questions et à bien d’autres, liées à la vie quotidienne des étudiant(e)s sur deux siècles, que cette journée d’étude va tenter d’apporter des réponses autours de quatre axes :

Les axes attendus pour la journée d’étude du 27 mars 2020

  • Axe 1 : La vie matérielle des étudiant(e)s
  • Axe 2 : Le travail universitaire des étudiant(e)s
  • Axe 3 : Les loisirs des étudiant(e)s
  • Axe 4 : Les engagements des étudiant(e)s

Modalités de soumissions des propositions de communication

Les propositions de communication comprendront une présentation rapide de l’identité du contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum).

La date limite de proposition des communications est fixée au 15 octobre 2019.

Elles sont à adresser à :

  • Amélie PUCHE, doctorante contractuelle au laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : amelie.puche [at] gmail.com
  • Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (ESPE-Lille-Nord-de France), laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : jfrancois.condette [at] espe-lnf.fr

Le comité d’organisation expertisera les propositions et donnera sa réponse aux contributeurs pour la fin du mois d’octobre 2019. Si le nombre de propositions retenues est supérieur à huit, une seconde journée d’étude pourra éventuellement être organisée en octobre  ou novembre 2020.

Comité d’organisation

  • PUCHE Amélie, laboratoire CREHS, Université d’Artois
  • CONDETTE Jean-François, laboratoire CREHS, Université d’Artois

AàC – Éducation, pédagogie & formation. Circulation des savoirs autour de la mer Baltique du Moyen Âge au début du XXe siècle (Toulouse, 5 mars 2020)

  • Deadline propositions : 1er octobre 2019
  • Journée d’études : 5 mars 2020

Résumé

Cette journée d’étude s’inscrit dans une volonté de valorisation des questions relatives aux pays de la mer Baltique, c’est-à-dire les pays scandinaves (Suède, Norvège, Danemark et Finlande), baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Russie, durant une période large, allant de l’époque médiévale au début du XXe siècle. Au carrefour de champs de recherches profondément renouvelés, la question de la circulation, par le choix de la triade éducation, pédagogie et formation, se révèle être une approche pertinente et inédite pour étudier cette région. Avec la volonté de privilégier le dialogue entre les disciplines, cette journée d’étude souhaite réunir des intervenants de tous domaines : histoire, histoire de l’art, géographie, sociologie, anthropologie, mathématiques, physique, biologie… Elle a également la volonté de s’adresser aussi bien aux jeunes chercheurs de Master qu’aux chercheurs plus confirmés.

Continuer la lecture de « AàC – Éducation, pédagogie & formation. Circulation des savoirs autour de la mer Baltique du Moyen Âge au début du XXe siècle (Toulouse, 5 mars 2020) »

AàC – L’éducation dans et hors la classe : structures, acteurs et pratiques (Festival International de Sociologie, biennales Durkheim-Mauss, Épinal, du 16 au 18 oct. 2019)

Co-organisé par le laboratoire Lorrain de Sciences Sociales de l’Université de Lorraine (2L2S) et par la société d’émulation des Vosges (SEV), le Festival International de Sociologie (FISO), après s’être intéressé aux figures de l’engagement et à la fabrication des corps au XXIe siècle, se centrera pour sa troisième édition sur un fait social central dans l’oeuvre d’Émile Durkheim : l’éducation, dont la fin consistait – pour l’auteur de Éducation et sociologie (1922) – à constituer l’être social en chacun de nous. C’est donc sous le patronage d’Émile Durkheim que nous proposons de revenir sur le processus de socialisation méthodique de la jeune (et moins jeune) génération, mais sans suivre complètement ses traces. Nous décentrons en effet le regard, en le portant non pas sur le cœur du geste éducatif par lequel le maître forme socialement l’élève, lui imprime les idées, les sentiments, « pour le mettre en harmonie avec le milieu dans lequel il doit vivre » (Durkheim, 1922, p. 59), mais sur les autres actions éducatives qui participent également de la formation de l’être social, le façonnant et l’émancipant à la fois. Il ne s’agit pas bien sûr de minorer la place, le rôle et le travail des enseignant.e.s, mais parce que la sociologie et les sciences de l’éducation s’y sont amplement consacrées, le FISO 2019 pensera l’éducation dans et hors la classe, en abordant les « éducations à… » (I.), les structures périphériques de formation (II.), les acteurs.

AàC – Enfance, jeunesse et missions chrétiennes. XIXe-XXIe siècles

En 2019, le Centre de Recherches et d’Echanges sur Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) consacre son colloque à la jeunesse chrétienne. Organisée dans la catéchèse ecclésiale comme dans des mouvements para-ecclésiaux ou dans des programmes d’engagement volontaire, elle a constamment été au centre des préoccupations des organismes missionnaires. En Europe, comme en Afrique, en Asie et dans les Amériques, elle a été un acteur et un destinataire des activités des Églises et des organisations missionnaires. L’objectif de ce colloque est d’étudier sous les angles historiques, anthropologiques, sociologiques comme psycho-pédagogiques, la place que tient la jeunesse — de l’enfant au jeune adulte — dans les missions outre-mer et dans les Eglises du Sud, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

AàC – Science et culture en temps de guerre de la Révolution à nos jours

  • Deadline propositions : 1er septembre 2019
  • Colloque : 27-28 mars 2020
  • Publication des actes

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite.

AàC – Penser, dépenser et dispenser l’argent en institutions (GRID, Science Po Paris, 15 novembre 2019

  • Deadline propositions : 20 juin 2019
  • Journée d’études : 15 novembre 2019

Le Groupe de recherches sur les institutions disciplinaires (GRID) organise le 15 novembre prochain au Centre d’histoire de Sciences Po une journée d’étude sur le thème : « Penser, dépenser et dispenser l’argent en institutions (Europe, XVIIIe-XXe siècles) ».

La journée d’étude est ouverte aux historien.nes des époques moderne et contemporaine, ainsi qu’aux sociologues. Les propositions de communication (2 000 signes max., espaces compris) sont à adresser avant le 20 juin 2019 à l’adresse suivante : contact.grid.recherche@gmail.com

AàC – Longue durée et périodisation en histoire de l’éducation. Perspectives critiques, revue « Histoire de l’éducation »

  • Deadline propositions : 15 juin 2019
  • Réponses auteurs : 15 septembre 2019
  • Publication : 2020

La revue Histoire de l’éducation ouvre un appel à articles en vue de la constitution d’un dossier consacré à une réflexion sur les temporalités en histoire de l’éducation, et notamment l’intérêt que peut avoir la prise en compte de perspectives de longue durée en la matière. Il s’adresse donc aux historiens spécialistes de toutes les périodes, mais aussi aux chercheurs issus d’autres disciplines. Sa parution est prévue pour la fin de l’année 2020. Chaque article sélectionné (entre quatre et huit) pourra compter de 30 000 à 70 000 signes, selon l’ampleur de la question traitée et l’importance de l’argumentaire mobilisé.

La question des temporalités et de leur enchâssement est consubstantielle à toute réflexion proprement historienne. Dans ses aspects les plus généraux, elle a été reformulée et actualisée récemment dans un numéro des Annales (avril 2015 : « La longue durée en débat ») ou dans un article de Jean Le Bihan et Florian Mazel sur la périodisation (Revue historique, numéro 680, 2016). L’histoire de l’éducation soulève cependant quelques problèmes spécifiques qui justifient une réflexion particulière sur la manière dont peuvent s’y articuler temps court et longue durée et, d’autre part, sur la pertinence des périodisations traditionnellement admises, que l’avancée des travaux historiens pourrait inviter à revisiter.

Continuer la lecture de « AàC – Longue durée et périodisation en histoire de l’éducation. Perspectives critiques, revue « Histoire de l’éducation » »

AàC – Ce que l’art fait à l’école. La politique publique d’insertion d’œuvres plastiques dans les établissements scolaires et universitaires (1880-2020) (Dijon, 10-11 octobre 2019)

  • Deadline propositions : 30 mai 2019
  • Colloque : 10 et 11 octobre 2019 à Dijon
  • Publication des actes

Le 12 mai 1880, Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, créa la Commission de la décoration des écoles, sur proposition du Directeur de l’Enseignement primaire Ferdinand Buisson. Cette commission était chargée d’étudier les questions relatives à la décoration des écoles au moyen de tableaux, de peintures, de cartes, de dessins ; à la constitution de petites collections artistiques destinées aux musées scolaires ; au choix de séries de gravures destinées à être données en récompense aux enfants des écoles. La création de cette commission remplissait ainsi les souhaits de Victor Duruy, ministre de l’Instruction Publique sous le Second Empire, qui avait déclaré : « Je voudrais que les murailles de nos 70 000 écoles fussent couvertes, du haut en bas, d’images. De l’école elles seraient passées dans la chaumière. » La volonté de faire pénétrer l’art à l’école, non seulement par l’enseignement du dessin puis plus tard des arts plastiques, mais également par la mise en place d’un cadre harmonieux et d’un matériel scolaire à prétention esthétique, sera poursuivie tout au long de la Troisième République. Cet effort ne fut pas abandonné, mais se poursuit de nos jours en s’étendant à tous les niveaux de l’enseignement, de l’école maternelle aux universités.

La procédure dite du « 1 % » établie en 1951, prévoyant la réalisation d’une œuvre d’art lors de la construction d’un bâtiment public contribua au développement de l’art en milieu scolaire et universitaire où elle fut particulièrement appliquée. Le campus de l’Université de Bourgogne constitue à cet égard un site singulier.

Le colloque organisé par le Centre Georges Chevrier UMR CNRS uB en partenariat avec l’Atheneum entend revenir sur cette histoire méconnue. Il s’articulera autour de trois axes principaux :

  1. Le rôle de l’image dans les théories pédagogiques ;
  2. Les musées scolaires et universitaires ;
  3. Les décors peints et sculptés dans les établissements d’enseignement.

AàC – « Corporate Influence on Science and Regulation » (New Orleans, 2019)

Ce panel veut rassembler les chercheurs qui s’intéressent à la question de l’influence des intérêts économiques sur la science, la politique et la régulation, autour de 3 axes de recherche, (1) en discutant les notions et les cadres analytiques utilisés pour étudier l’influence industrielle (capture, conflit d’intérêts, biais, production de l’ignorance, hégémonie) ; (2) en analysant les mécanismes de l’influence (stratégies de financement, portes tournantes, ghostwriting, lobbying, menaces ou représailles) ; et (3) en étudiant la production de politiques qui visent à contrôler l’influence, ainsi que les mobilisations qu’elle suscite.

Les propositions, de 250 mots maximum, devront résumer l’argument déployé, la méthodologie mobilisée, ainsi que sa contribution aux réflexions proposées par le panel. Attention, la date limite de soumission est fixée au 1er février 2019.

N’hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions, nous attendons vos propositions avec impatience ! Henri Boullier (henri.boullier [at]parisdescartes.fr)Boris Hauray (hauray [at] ehess.fr)

27. Corporate Influence on Science and Regulation
The influence of corporate interests – most notably from the cigarette, chemical, pharmaceutical, and food industries – on science and on health and environmental regulation has attracted a growing media and public attention. STS research has explored this issue in different ways, for example through the analysis of the impact of industry-funding on scientific publications, the study of corporate-biases in the production regulatory standards, or more broadly by questioning the commercialization of science. Lately, considerations on the politics, and power relationships, at play in the production of scientific knowledge have been renewed by the emergence of a “new political sociology of science”. This panel wants to bring together researchers taking on board the question of corporate influence on science and public regulation, and proposes to do so by following three lines of research: (1) first, by opening up a discussion on the notions and theoretical frameworks used to analyze industry or business influence (including, but not limited to: regulatory capture, conflict of interest, bias, production of ignorance, hegemony); (2) second, by studying the social mechanisms it involves (for instance, funding strategies, revolving-door dynamics, ghostwriting, lobbying, or threats and retaliations); (3) third, by analyzing production of policies aiming at controlling corporate influence, and the social mobilizations it triggers. More generally, the panel aims at helping the development of inter-sectoral and international comparison, and consequently welcomes papers that analyze the aforementioned corporate strategies in various industrial sectors and in various geographical areas of the global North and South.

AàC – Journée de jeunes chercheur.e.s de l’Institut de géographie de Paris : « Compter, classer, catégoriser Approche, usage et critique de la hiérarchisation » (6 avr. 2019, Institut de Géographie, Paris)

L’utilisation et la formulation de catégories afin de penser le réel structurent largement l’activité de recherche en sciences sociales et en sciences de la nature. Implicitement ou explicitement, l’usage de ces catégories repose sur des hiérarchisations, qu’il s’agisse d’en produire pour ordonner les phénomènes étudiés ou de mettre en cause des processus de domination. L’objectif de cette journée est d’inciter les jeunes chercheur.e.s à explorer cette tension entre catégorisation et hiérarchisation. Il s’agit autant de questionner ce que ces procédés permettent de penser (organiser/différencier) que d’interroger leurs effets (domination/contestation) ou encore de proposer des alternatives. Cette année, la JIG vous propose de repenser, à partir de vos problématiques de recherche, des concepts structurants dont la portée varie du général au particulier. Nous invitons les jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales et en sciences de la nature (docteur.e.s, doctorant.e.s, étudiant.e.s de Master 2) à articuler, s’il.elle.s le souhaitent, leurs réflexions autour de trois grands axes.

Continuer la lecture de « AàC – Journée de jeunes chercheur.e.s de l’Institut de géographie de Paris : « Compter, classer, catégoriser Approche, usage et critique de la hiérarchisation » (6 avr. 2019, Institut de Géographie, Paris) »

AàC – « Classer, déclasser, reclasser », congrès de l’Association française de sociologie (Aix-en-Provence, 27-30 août 2019)

Vous trouverez en ci-dessous l’appel à communications du RT 4 – Sociologie de l’Education et de la Formation pour le prochain congrès de l’Association Française de Sociologie « Classer, déclasser, reclasser », qui se tiendra à Aix en Provence du 27 au 30 août 2019. Le dépôt des propositions se fait uniquement via le site de l’AFS ( https://afs-socio.fr/rt/rt4/ ), entre le 15 janvier et le 15 février 2019. A la fin de cet appel « Classes et classements en éducation et formation », vous trouverez en outre les appels à communications pour deux sessions communes avec respectivement le RT 50 et les RT 25 et 46

  1. « Classer, déclasser, reclasser », congrès de l’Association française de sociologie (Aix-en-Provence, 27-30 août 2019)
  2. Socialisations enfantines et classements
  3. La professionnalisation des formations et des diplômes de l’enseignement supérieur et ses effets de classement