AàC – « Repenser les inégalités de l’enfance et de la jeunesse en temps de crises », revue des Sciences sociales

Sous la responsabilité de Régine Sirota (Université Paris Descartes, CERLIS) et Sylvie Octobre (Ministère de la Culture/Centre Max Weber)

La question des inégalités resurgit avec acuité tant en termes de politiques sociales que dans le débat sociologique. Si récemment des chiffres alarmants ont été mentionnés concernant l’enfance sur la base d’indicateurs variables et construits souvent sur le modèle « adulte », les inégalités, discriminations et formes de précarité et de vulnérabilité, concernent aussi l’adolescence et la jeunesse, mais dans tous les cas, ne font que rarement l’objet de discussions théoriques approfondies. Et pourtant, le contexte récent est marqué par une forte demande d’informations sur ces sujets, depuis le Rapport du Conseil de l’enfance et de l’adolescence du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age intitulé « Des données et des études publiques mieux centrées sur les enfants », jusqu’à l’avis du Conseil national de l’information statistique intitulé « Mieux connaître les conditions de vie des enfants » (avis n°3) en passant par le Rapport du Haut Conseil à la Santé Publique intitulé «Le dispositif statistique de surveillance et de recherche sur la santé de l’enfant : état des lieux et propositions », sans parler des intenses débats médiatiques sur le mal-être de la jeunesse, étudiante en particulier.

Au cours de la période de confinement du printemps 2020, due à la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid 19, l’enfance et la jeunesse ont souvent été au centre de l’actualité et du débat public. Les écoles, collèges, lycées et universités étant fermés ou semi ouverts dans les périodes de confinement (partiel ou pas), la place de cette génération, tant dans la cité que dans la cellule familiale a été mise à l’épreuve de multiples façons. Avec un effet de loupe, les inégalités de cet âge de la vie ont été particulièrement mises en évidence, tant en termes de logement, d’alimentation, d’éducation formelle et informelle, de santé physique et psychologique et de bien-être, mais aussi de vulnérabilité et de maltraitance. Les inégalités ont été liées à des ressources objectives mais également à des expériences subjectives, en termes de risques ou d’opportunités, que les uns ou les autres ont vécues ou saisies de manière différente selon leurs ressources matérielles, psychiques, cognitives, émotionnelles, etc. Les inégalités sociales ont été particulièrement mises en évidence, notamment en lien avec les difficultés psychologiques rencontrées par les jeunes durant la crise sanitaire, qui a réveillé des oppositions et des similitudes existentielles générationnelles fortes. De multiples ressources virtuelles ou des rituels ont vu le jour et se sont réinventés pour maintenir le lien social autour de l’enfant et des jeunes ou par ceux-ci, que ce soit au sein de la cellule familiale ou avec le groupe de pairs.

Des enquêtes spécifiques ont été lancées durant cette pandémie, de nature quantitative ou qualitative, qui permettent de mieux cerner sur de multiples aspects les dynamiques qui se sont mises en œuvre. Plus généralement, les situations de crise économique, crise sociale, crise migratoire, crise sanitaire, accentuent et mettent en relief la prégnance et la recomposition des inégalités, dont l’analyse requiert une inventivité méthodologique et une réflexion épistémologique, notamment sur l’évolution des figures de l’enfance et des rapports intergénérationnels, ainsi que sur la place de l’enfance et de la jeunesse dans l’analyse des inégalités, de la précarité, de la vulnérabilité et des discriminations.

Traiter des questions d’inégalités, mises en évidence par les crises, mais qui ne s’y réduisent pas, invite à adopter une perspective internationale et pluridisciplinaire car suivant les contextes, les questions se posent et s’articulent différemment. Ainsi, la question de la pauvreté est centrale au Brésil ou au Portugal quand celle des inégalités ethno-raciales l’est aux États-Unis. Si l’enfance est analysée sous le prisme de la vulnérabilité en Afrique, le débat français est souvent centré sur la question des inégalités scolaires. L’exercice de la comparaison internationale met en évidence la pluralité des registres théoriques – que ce soit dans la perspective de l’articulation des capitaux économiques, symboliques ou culturels, des conflits inter-générationnels (et intra-générationnels) ou, plus récemment, dans une perspective intersectionnelle. De fait, les questionnements oscillent entre ancrages socio-géographiques, socio-économiques, socio-politiques, socio-développementaux, socio-anthropologiques, sociosanitaires, socio-culturels et socio-éducatifs, et se structurent autour de concepts variés : aux inégalités viennent s’ajouter ou se substituer les vulnérabilités, les discriminations et les formes de précarité, concepts dont il est nécessaire d’interroger l’usage et les variations s’agissant des enfants et des jeunes. Et ces mêmes questionnements voyagent, se transposent, s’uniformisent ou se spécifient localement.

Au rang des questions qui intéresseront le numéro, et à titre d’exemple, on peut citer :

  • Comment la crise sanitaire reformule-t-elle la question des inégalités ?
  • Comment penser les inégalités spécifiques de l’enfance et de la jeunesse ? Et avec quels
    outils ?
  • Comment une perspective internationale amène-t-elle à reformuler ces questions dans un
    rapport entre global et local ? Comment conjuguer ou articuler les différentes
    échelles d’observation ?
  • Comment combiner les différentes approches méthodologiques (ethnographique, enquête
    quantitative, etc.) et disciplinaires pour saisir l’imbrication fine des inégalités ?
  • Comment prendre en compte le longitudinal dans l’appréhension des inégalités ?
  • Quelle place pour la parole de l’enfant et des jeunes et leur agency dans la compréhension desexpériences vécues en situation de crise ?
  • Quelles ressources spécifiques sont-elles créées et mobilisées par les enfants et les jeunes face aux difficultés qu’ils rencontrent, notamment dans le contexte de la crise sanitaire ? Et dans des contextes sociaux et locaux ?

Les propositions d‘article doivent mobiliser des corpus empiriques précis. Ces derniers peuvent être de nature très variée : enquêtes quantitatives ou qualitatives, matériaux de seconde main, archives, discours politiques, d’experts, publics ou médiatiques, etc. Les propositions peuvent prendre appui sur l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales ou choisir un parti pluridisciplinaire. Elles peuvent être présentées en français ou en anglais et s’appuyer sur des corpus internationaux.

Les résumés – 4000 signes maximum, espaces compris – des articles proposés sont attendus pour le 31 octobre 2021. Ils doivent être envoyés à l’adresse de la revue: rss@misha.fr. Ils devront mentionner le titre de la proposition, le cadre théorique, les matériaux empiriques, terrains et méthodologie. Le résumé doit comporter également une bibliographie (en dehors des 4000 signes) et une brève notice bio-bibliographique de l’ ou des auteur.es. Si la proposition est acceptée, l’article doit être remis avant le 15 mai 2022 pour une parution au premier semestre 2023.

AàC – Une Histoire de l’école juive. Anthologie de l’éducation juive en France – 19e-20e siècles

Cet ouvrage collectif se propose de présenter Une Histoire de l’école juive en France aux 19e et 20e siècles, grâce à une vingtaine d’articles de fond. Il s’agit d’une thématique

inédite, qui n’a pas encore été traitée d’une telle façon, ni parmi les historiens du judaïsme français, ni parmi les spécialistes de l’éducation juive. Chaque article représente une pièce au puzzle de cette histoire, il doit apporter les éléments d’informations nécessaires à sa compréhension et proposer une analyse qui éclaire l’impact de l’école juive sur la vie des Juifs de France de cette période. Nous souhaitons des contributions dignes de recherches académiques restant accessible à un large public (autour de 5 000 mots par article).

Afin de présenter le projet à un éditeur de qualité et pour pouvoir réunir les fonds nécessaires à la publication, nous cherchons tout d’abord à créer un premier cadrage. Les auteurs intéressés sont donc invités à nous envoyer une proposition d’article (500 mots) faisant ressortir les points essentiels de la communication et s’intégrant dans la thématique générale.

Appel à articles de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI)

La RHEI a par le passé déjà offert son espace à l’histoire de l’agrégation progressive d’intervenant.es au chevet de l’« enfant difficile », que ce dernier relève de l’Assistance publique, de la justice ou d’établissements et de consultations médicopédagogiques et d’observation (n°11/2009). Elle a également entrepris de recenser et de décrire la « ronde » de celles et ceux qui, du XIXème au XXème siècle, font métiers d’instruire l’enfant, de l’éduquer, de le juger, de le soigner, de l’observer, de le comprendre… (n°12/2010). On en savait ainsi plus sur les assistantes de justice, les avocat.es et la police des mineur.es, par exemple.

La RHEI souhaite par ce nouveau numéro éclairer explicitement et spécifiquement le versant féminin du personnel qui, deux siècles durant, a entouré, surveillé, observé, (ré)éduqué, soigné, nourri… l’enfance irrégulière. Ce faisant, elle se place dans le sillage de revues qui ont récemment questionné le rôle des femmes et des enjeux de genre dans divers domaines professionnels : l’éducation (Spirale. Revue de recherches en éducation[1]), les tâches liées au soin d’autrui (Clio. Femmes, genre, histoire, n°49/201[2]) ou le champ scientifique et universitaire (Revue d’histoire des sciences humaines, n°35/2019[3]).

Intitulé Face à face avec l’enfance irrégulière : portraits de femmes (XIXème-XXèmesiècle), le 25ème volume de la RHEI vise à réunir des portraits de femmes, connues ou non, qui ont œuvré dans les différents champs du soin, de l’aide, de l’éducation, de la rééducation voire de la correction de l’enfance irrégulière. Il s’agit de reconstituer et de suivre leur parcours de formation, leur mobilité géographique, leurs trajectoires professionnelles et plus généralement leur itinéraire biographique afin de mieux comprendre leurs divers engagements. Le dossier propose un cheminement de recherche sur des femmes que leur profession a mises en contact avec l’enfance et la jeunesse en difficulté, sur lesquelles elles auraient par exemple développé des discours ayant contribué à les faire exister socialement. L’écriture de ces « nouveaux » portraits alimentera l’histoire de l’enfance irrégulière autant que celle des femmes, dans un face-à-face renvoyant à la difficulté d’en faire l’histoire.

En effet, l’écriture de ces portraits féminins révèle immanquablement l’écueil récurrent en histoire des femmes et du genre que constitue la difficulté à trouver des archives pour l’étayer. Ainsi, l’histoire de l’éducation s’est le plus souvent déclinée au masculin, qu’elle soit celle des pédagogues, des grands éducateurs ou des pionniers de la médico-pédagogie, de la pédopsychiatrie, de la psychologie infantile ou de la psychanalyse. Le pourcentage de femmes dans les dictionnaires ou les sommes biographiques reste minime. Il devient alors intéressant d’englober dans les récits biographiques qui seront proposés les éléments qui ont pu faire résistance à leur écriture. La difficulté à porter à la connaissance du public des figures féminines en raison de l’absence d’archives pose la question du geste de destruction de documents par les actrices elles-mêmes ou par leurs descendant.es qui, par manque d’intérêt ou par pudeur, ont pu faire disparaître les traces de ces femmes et notamment de celles qui, restées célibataires, n’ont pas fait le « jeu social » du mariage et des enfants[4]. Restent parfois des ouvrages théoriques qui permettent d’approcher les idées et les méthodes de ces « pionnières », voire des essais, des mémoires ou des autobiographies.

Pour les plus connues, il conviendra d’éclaircir les conditions qui ont présidé à la construction des carrières et à l’accession à la notoriété : mise au point d’une méthode, fondation d’une institution, publication d’ouvrages, statut de disciple d’un maître ou d’un mentor, appartenance à un réseau social, politique, religieux ou naissance dans une certaine classe sociale… Les champs de l’éducation spécialisée et du social semblent avoir été un moyen d’émancipation pour les femmes : le choix d’une profession plutôt que de la famille (mari et enfants) peut permettre d’être autonome financièrement, de pouvoir se déplacer, d’accéder à des fonctions de direction de services, d’institutions ou même à l’écriture ; il peut également conduire à un engagement pour des causes féministes. Certains noms sont connus, comme ceux de Maria Montessori ou d’Helen Key, mais d’autres sont à découvrir : Elisabeth Huguenin en Suisse, Elisabeth Rotten en Allemagne, Marguerite Soubeyran en France, Hélène Antipoff en Russie et au Brésil… Au-delà du portrait de grandes figures, nécessaire pour éclairer des parcours trop peu connus, il s’agirait aussi de révéler et de mettre en lumière les « seconds couteaux » voire les « petites mains » de la prise en charge de l’enfance irrégulière – éducatrices, assistantes sociales, surveillantes, infirmières, juges, médecins, femmes de ménage, cuisinières… Les contributions pourront autant être des biographies individuelles que des portraits de groupe, contribuant par exemple à éclairer la professionnalisation de certaines fonctions (éducatrice, personne préposée à recueillir les enfants abandonné.es, déléguée à la liberté surveillée…).

Ce numéro de la RHEI souhaite également interroger les démarches de recherche qui ont conduit à écrire ces biographies féminines, en questionnant par exemple de façon critique les conditions d’accès et d’analyse des archives sur lesquelles elles se fondent : présence ou absence d’archives, types de documents, cheminement pour y accéder (archives publiques, privées, familiales, de voisinage…), obstacles et écueils de tous ordres, récits transmis, secrets révélés… Il s’agit en quelque sorte de mettre en place une démarche historique « surlignée ». Les contributions proposées devront donner à voir les démarches de recherche de leurs auteur.es, les choix effectués, les interrogations sur la façon d’entreprendre un tel récit et jusqu’à la mise en scène du récit, la dramaturgie voire la « fictionalisation » des vies féminines qu’elles analysent, artifices scientifiques permettant de pallier les silences ou les béances des archives. On pense ici au Dossier Bertrand, jeux d’histoire[5] ou à La vie retrouvée de Jean-François Pinagot[6]. L’usage de l’iconographie et de la reproduction d’archives est encouragé, comme est envisageable une écriture entre sciences sociales et littérature, voire qui fasse appel à l’image (bande-dessinée par exemple). Néanmoins, s’il se prête à une écriture narrative, notons que chaque portrait de femmes ou de groupe proposé devra respecter les canons de l’écriture historienne (sources, références, bibliographie…) et reposer sur des archives originales.

Les propositions de communication, d’une longueur de 400 mots environ et accompagnées d’une courte notice biobibliographique, sont à envoyer pour le 8 novembre 2021 aux adresses électroniques figurant à la toute fin de cet appel.Les thèmes suivants pourront être abordés mais de façon non exclusive, sans limitation d’aire géographique : 

–                 L’insertion des femmes dans un champ en formation : dynamiques et formes de la professionnalisation, place du care dans le champ considéré

–                 La place de la religion : engagement de servir voire vocation religieuse, opposition par rapport à l’engagement républicain ou à la vocation laïque ?

–                 Les publics privilégiés : âge, genre, problématiques sociales, institutionnelles (juridiques, médicales, rééducatives).

–                 Avec, sans ou contre les hommes (engagement de célibataires, relations de soutien, de disciple, de muse, de camarade, d’amante…) ?

–                 Quelles traces ? L’engagement par l’écriture (écriture professionnelle, roman, autobiographie, biographie)

Contact : pour le comité de rédaction de la RHEI, Martine Ruchat (Martine.Ruchat@unige.ch) & Amélie Nuq (amelie.nuq@univ-grenoble-alpes.fr).


[1] « Rôle des femmes en faveur de l’Education nouvelle en France et en Europe », Spirale, à paraître, premier trimestre 2021.

[2] Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust (dir.), « Le care, une ‘voix différente’ pour l’histoire du genre », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49/2019

[3] Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu (dir.), « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (XIXe-XXe siècles) : une histoire invisible ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 35/2019.

[4] Voir notamment l’ouvrage de Geneviève Guilpain, Les célibataires des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVII-XXI siècles), L’Harmattan, 2012 et plus largementMichèle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire. Paris, Flammarion, 1998.

[5]  Philippe Artières, Anne-Emmanuelle Demartini, Dominique Kalifa, Stéphane Michonneau, Sylvain Venayre, Le Dossier Bertrand, jeux d’histoire, Paris, Manuella Editions, 2008.

[6] Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998. 

AàC – « Accueillir le jeune enfant : institutions, modèles, réseaux, idéologies, pratiques (1880-1960) », revue Recherches et éducation

Annule et remplace celui du 28 avril 2021 « Écoles maternelles et petite enfance en France » pour un numéro spécial de la revue Recherches et Educations

Numéro spécial dirigé par Bérengère Kolly, MCF Sciences de l’éducation, Université Paris Est Créteil, Laboratoire Lettres, Idées, Savoirs (EA 4395) berengere.kolly [at] u-pec.fr et Patricia Legris, MCF Histoire, Université Rennes-2, TEMPORA (UR 7468) patricia.legris [at] gmail.com

Les recherches historiques portant sur les structures d’accueil en France de la seconde petite enfance – à savoir les enfants de 3 à 6 ans (Luc, 1989), ont permis de mieux cerner les origines et fondements des salles d’asile (Chalmel, 1996/2005). Institutions à dimension charitable, ces établissements ont fait progressivement l’objet d’attention croissante et d’un intérêt véritable de la part des élites sociales, économiques et politiques pour lesquelles le bambin était un être scolarisable et éducable (Luc, 1997). A cette fin, une pédagogie spécifique a été inventée et un personnel éducatif et d’encadrement leur fut assigné (Dajez, 1994). Les soins apportés au jeune enfant visaient certes à lui inculquer des rudiments de savoirs mais aussi à l’encadrer et surveiller les normes d’hygiène de la société contemporaine. L’arrivée au pouvoir des Républicains est reconnue pour la législation et les mesures prises dans le domaine de l’éducation. Cependant, l’attention des historien.ne.s est davantage centrée sur le monde du primaire que sur celui du préscolaire (Luc, 1999). Ceci est d’autant plus regrettable que plusieurs représentations de l’enfant, de ses compétences et de ce que devrait être une structure d’accueil pour cette tranche d’âge existent dès le début du nouveau régime. Même si l’attention a été portée sur de grandes figures incarnant le préscolaire, telle que Marie Pape-Carpantier (Cosnier, 1993 ; B. Klein, 2007) ou Pauline Kergomard (Plaisance 1996, Vincent-Nkoulou, 2007), il existe peu de travaux portant sur les actrices de terrain ou sur les pouvoirs municipaux à qui revient la charge de construire et d’entretenir des lieux d’accueil pour la seconde enfance (Thivend, 1999).

Cet appel invite à se pencher sur ces structures d’accueil encore méconnues et qui n’ont pas véritablement retenu l’attention des pouvoirs politiques centraux jusqu’aux années 1960, ni celles de beaucoup d’historien.ne.s. Pensées très largement par des hommes mais confiées exclusivement aux femmes, les écoles maternelles, dont le choix de l’adjectif est significatif de la conception du care, tout comme les jardinières d’enfants sont des lieux de transition entre la famille et l’École, des espaces de socialisation et d’apprentissages importants parfois traversés par les mêmes enjeux que le monde primaire, comme ce fut le cas lors de la Grande Guerre où les petits sont enrôlés dans l’effort de guerre ou par l’imposition progressive et houleuse selon les territoires d’un personnel laïque.

Cet appel à contribution vise à combler un vide historiographique sur la scolarisation des 3-6 ans en France (métropole et Empire), en invitant les contributeur.trice.s à s’intéresser aux années de mise en place de cette nouvelle institution, dont la rupture avec la salle d’asile peut être discutée et complexifiée, mais aussi à la période qui court de 1921 à 1977 durant laquelle peu de textes officiels ont porté sur la maternelle (Luc, 1982). Pour cela, une attention pourrait être accordée aux acteurs et actrices de terrain, en réalisant une histoire par le bas : institutrices, personnels des écoles normales, corps d’inspection qui méritent d’être davantage étudiés (Huguet et Luc, 2002). En effet, ces enseignants, femmes pour la plupart, ont appliqué les normes officielles en les interprétant, en les faisant évoluer du fait des conditions de travail diverses, des contraintes et représentations multiples. Une attention particulière pourrait également être portée aux réceptions, circulations et transferts des idées et des pratiques pédagogiques (Hofstetter et Droux, 2015 ; Matasci, 2015), en cherchant notamment à saisir dans ce cadre comment se comprend une maternelle française se voulant spécifique. Un intérêt sera porté, conjointement, aux analyses de contre-modèles ou de modèles parallèles, pédagogies différentes en direction de ce public particulier (Go, 2016 ; Go et Riondet, 2020) ou de temporalités politiques autres (Dupeyron, 2020).

Continuer la lecture de « AàC – « Accueillir le jeune enfant : institutions, modèles, réseaux, idéologies, pratiques (1880-1960) », revue Recherches et éducation »

AàC – Publications récentes sur l’histoire du financement de l’éducation – appel à suggestions de livres et de reviewers

Chers collègues,

Le Nordic Journal of Educational History et la revue française Histoire de l’éducation préparent actuellement un numéro spécial conjoint consacré à l’histoire des réformes du financement de l’éducation en France et en Suède (XIXe-XXe siècles).

Dans ce numéro, Histoire de l’éducation publiera une section thématique de revue de livres consacrée à l’histoire du financement de l’éducation, avec une perspective géographique et chronologique plus large.

Si vous avez récemment publié un ouvrage sur cette question (que vous ayez un exemplaire à envoyer ou non !), ou si vous êtes disposé à faire la critique d’un ou plusieurs ouvrages, veuillez envoyer vos suggestions et propositions à : clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr ; s.huitric@univ-lyon2.fr.

Nous publierons des critiques de livres individuels, publiés après 2016. Nous sommes spécifiquement – mais pas exclusivement – intéressés par les livres traitant des sujets suivants :

  • le financement de l’enseignement professionnel et technique
  • le financement de l’enseignement supérieur
  • le financement de l’éducation dans les contextes coloniaux et post-coloniaux .

Les critiques peuvent porter sur un, deux ou trois livres. Il n’est pas nécessaire qu’elles soient rédigées en français : nous pouvons financer leur traduction si nécessaire.

Nous attendons vos suggestions avec impatience,
Meilleures salutations,

Clémence Cardon-Quint

Anglais / English

Dear colleagues,

The Nordic Journal of Educational History and the French journal Histoire de l’éducation are currently preparing a joint special issue devoted to the history of education funding reforms in France and Sweden (19th-20th centuries).

In this  issue, Histoire de l’éducation will publish a thematic book review section devoted to the history of education funding, with a broader geographical and chronological perspective.

If you have recently published a book on this issue (whether you have a copy to send or not!), or if you are willing to review one or more books, please send your suggestions and proposals to : clemence.cardon-quint@u-bordeaux.frs.huitric@univ-lyon2.fr.

We will publish reviews of individual books, published after 2016. We are specifically – but not exclusively – interested in books addressing the following topics:

  • the funding of vocational and technical education- the funding of higher education
  • the funding of education in colonial and post-colonial settings .

Reviews may deal with one, two or three books. They do not have to be written in French: we can finance their translation if necessary.

We are looking forward to your suggestions,
Best regards,

Clémence Cardon-Quint

AàC – « De la porte de l’école à la salle de classe : vivre l’école dans les mondes arabes et musulmans », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée

Nouvelle date limite : 30 septembre 2021.

« L’expérience de l’école » et de ses acteurs dans les mondes arabes et musulmans n’a guère suscité de travaux à ce jour, comme le souligne Chantal Verdeil (2017 :35). En effet, les analyses existantes proposent souvent un regard porté depuis l’extérieur des établissements scolaires dans une perspective globale. Rares sont celles qui entrent à l’intérieur de ces enceintes closes et relativement peu accessibles au monde extérieur. Pourtant, ces « boîtes noires », leurs fonctionnements et leurs logiques internes au quotidien sont centraux dans la perpétuation des sociétés puisqu’elles sont en charge d’en former les futurs citoyens (Durkheim 1922, Bernstein 2000 [1996], Forquin 2008). Aussi peuvent-elles s’avérer être un excellent analyseur de la société globale.

Un grand nombre d’études historiques, politiques et sociologiques s’intéressent à l’école comme appareil d’Etat et mécanisme étatique de contrôle social pour renforcer les prérogatives des élites régnantes en vue de consolider leur pouvoir et leur légitimité et de maîtriser l’accès au savoir et au marché de l’emploi qualifié. Elles examinent également, dans les différents contextes nationaux, l’évolution, les transformations et la coexistence des modalités de transmission des savoirs légitimes, entre les formes d’enseignement islamique traditionnel qui préexistaient aux périodes coloniales et les formes d’éducation scolaire modernes importées par les pouvoirs coloniaux sur le modèle desquelles les systèmes éducatifs nationaux ont été fondés lors des indépendances. Certaines traitent de la place de l’enseignement islamique à l’école et des tensions entre islamisation et sécularisation de l’éducation dans le processus d’institutionnalisation de ces systèmes éducatifs. C’est le cas des travaux récents dirigés par Verdeil (2017) sur l’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient et par Honvault & El-Rashoud (2019) dans la péninsule arabique, de ceux de Vermeren (2011) au Maghreb, ceux de Dia, Hugon & d’Aiglepierre (2016) en Afrique subsaharienne ou de Thobani (2007) dans les contextes musulmans en Asie. Des analyses portent aussi sur les enjeux des programmes et des contenus des manuels scolaires, surtout en éducation islamique (Doumato & Starrett 2007) et en histoire (Seri-Hersch 2017).

De leur côté, les anthropologues et les ethnologues ont surtout investi comme champ d’investigation l’enseignement islamique en menant leurs recherches dans des écoles coraniques et religieuses et en s’intéressant à la vie quotidienne de ces écoles, aux modalités de transmission du savoir religieux et aux relations entre le cheikh et ses disciples (voir, entre autres, Messick 1996 sur le Yémen, Starrett 1998 et Dupret & Lavergne 2008 sur l’Egypte, Fortier 2003 sur la Mauritanie, Hoechner 2018 sur le Nigéria). Hefner & Zaman (2007) et Daun & Arjmand (2018) traitent de ces questions dans l’ensemble des mondes musulmans dont l’Indonésie, le Pakistan ou le Tadjikistan. Eickelman (1978, 1985) s’intéresse aux parcours de formation des « hommes de savoir » (‘men of learning’) et à l’évolution des savoirs d’Islam au Maroc, de manière comparative avec l’Egypte. Récemment, le projet collectif Ilm au Maroc a notamment permis la réalisation de films ethnographiques dans des écoles coraniques.

En revanche, peu de travaux s’intéressent directement à ce qui se joue au quotidien à l’intérieur des établissements scolaires, dans les salles de classe et les différents espaces de l’école dans les mondes arabes et musulmans. L’ouvrage collectif de Herrera & Torres (2006) propose des ethnographies dans des écoles en milieux urbain et rural en Egypte dans une perspective d’« ethnographie critique ». Benéï (2008) s’intéresse à la construction des identités nationales et minoritaires dans des écoles en Inde. Adely (2010) analyse les rituels patriotiques et nationalistes qui ponctuent le rythme scolaire au quotidien et les contenus de l’éducation morale dans un collège pour jeunes filles en Jordanie. Plusieurs études portent sur le Maroc. Boutieri (2016) infère une analyse sociologique des inégalités scolaires et sociales de ses observations de classe dans des lycées publics. En milieu rural marocain, Nait Belaid (2014) s’intéresse aux relations des élèves et des familles à l’école tandis que De Meyer (2019) a réalisé une ethnographie scolaire de longue durée pour sa thèse de doctorat sur l’école comme dispositif d’État. Pellegrini (2019, 2020) a mené sa recherche dans neuf établissements scolaires publics marocains, du primaire au lycée, et s’intéresse aux pratiques d’enseignement et aux modalités de construction des savoirs scolaires et des identités citoyennes dans les cours de langues.

Ce développement récent de recherches menées dans des établissements scolaires mérite de gagner en visibilité dans la mesure où de tels travaux permettent d’investiguer l’expérience éducative dans sa globalité sur le terrain et auprès des acteurs de l’école, qu’ils soient enseignants confirmés ou en formation, élèves, personnels de direction ou administratifs, parents, etc. Des sociologues de l’éducation comme Becker (1983) aux Etats-Unis et Payet (2016) en Europe soulignent l’importance de ce type de recherches pour analyser les interactions éducatives, les pratiques d’enseignement, les formes et les postures de savoirs qui sont construites, valorisées et légitimées par l’école. De même, il est important de s’intéresser aux formes d’identité nationale, citoyenne, sociale, linguistique, religieuse et ethnique que l’école transmet et véhicule (Lorcerie 2003), tant dans les contenus scolaires que dans les pratiques d’enseignement et les interactions (Adely & Starrett 2011, Pellegrini 2020).

Ce dossier s’inscrit dans le prolongement de ces recherches et ambitionne d’y apporter une dimension comparative. Il vise à rassembler des contributions explorant les dynamiques sociales, pédagogiques et cognitives à l’intérieur d’établissements scolaires dans les sociétés contemporaines des mondes arabes et musulmans, tant dans la vie quotidienne et les fonctionnements internes de l’école que dans les situations d’enseignement et d’apprentissage.

Le dossier privilégie des études relevant de l’ensemble des sciences sociales concernant des écoles primaires ou secondaires publiques et/ou privées (à l’exclusion des écoles étrangères), basées préférablement sur une méthodologie de recherche qualitative : entretiens avec les acteurs, recueils de récits ou de mémoires d’élèves ou d’enseignants, méthodes ethnographiques, observations participantes à l’intérieur des établissements, voire dans des centres de formation d’enseignants. La proposition est ouverte à des contributions sous forme de documents audiovisuels. Les perspectives comparatistes sont bienvenues. Les thématiques présentées dans les quatre axes suivants ne sont pas exclusives.

Appel à manifestation d’intérêt et séminaire autour de la révue « L’école et la Nation » du Parti communiste français

Vous trouverez ci-dessous un appel à manifestation d’intérêt, proposant de mettre à disposition à la collection en ligne (avec code d’accès dans un premier temps) de la revue « L’école et la Nation », adressée au monde éducatif de 1951 à 1999 par le PCF qui en était l’éditeur.

Cet A.M.I. expose les pistes possibles de projets de recherche sur ce corpus, et les modalités de coopération proposées :

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/>

Toutes les approches et les questions sont les bienvenues, l’appel explique les modalités de réponses attendues. (Une date a été suggérée pour les retours de propositions, mais la proposition reste valable dans la durée).

En parallèle avec cette invitation à travailler sur ces corpus (histoire des disciplines scolaires et des controverses à leur sujets, traces sur les débats au sujet des politiques scolaires, etc.) un séminaire est organisé en 2021 et 2022, dont deux séances sont déjà programmées :

1) Mardi 1er juin à 14h en webinaire, séance de lancement.

Étudier la collection numérisée de L’École et la Nation dans son contexte : le cas de sa création en 1951

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/>

La revue L’école et la Nation a été créée en 1951 par le PCF, d’abord à l’attention des instituteurs et des institutrices, ensuite plus largement à l’attention du monde éducatif. Cette première séance éclairera le contexte de cette création et l’origine de la revue. Elle contextualisera également le séminaire au regard de la démarche de numérisation de cette revue.

Avec:

  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8) et Serge Wolikow (réseau des MSH et Président du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri), « Quels enjeux d’une politique de numérisation d’une collection : le cas de L’École et la Nation ? »
    Jean Vigreux (MSH de Dijon), « Le PCF en 1951 »
  • Pierre Roche (Docteur en sciences de l’éducation et membre du GEMR), « La création L’Ecole et la Nation en 1951 »

2) Mardi 29 juin 2021 à 14h

En webinaire, séance « La rubrique de critique de livres et d’arts pour la jeunesse dans L’École et la Nation »

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/>

La qualité des livres pour la jeunesse constitue une préoccupation visible dans la presse communiste avant la création de L’École et la Nation. Elle prend une signification spécifique avec les débuts de la guerre froide et la loi de 1949. Initiée par différents contributeurs dans L’École et la Nation, la critique de livres pour enfants se constitue en chronique renommée sous la plume de Natha Caputo, puis de Bernard Epin. Cette chronique va de pair avec des présentations d’autres productions culturelles pour l’enfance. Les intervenants de cette séance présenteront brièvement leurs travaux qui ont déjà porté sur ce corpus, et esquisseront des pistes d’analyses possibles de ce celui-ci, en invitant à des coopérations.

Avec :

  • Cécile Boulaire (InTRu, Université de Tours), « L’émergence du genre de la critique du livre pour enfants : L’École et la Nation dans l’univers des chroniques »
  • Patricia Richard-Principalli (LIRDEF, Université de Montpellier), « La chronique de critique de livres pour la jeunesse dans L’École et la Nation dans les années 1960 »
  • Mathilde Lévêque (Pléiade, Université Paris Nord), « La critique de romans pour la jeunesse dans L’École et la Nation : le cas des romans en traduction »
  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8), « La place du livre pour enfants dans et hors la chronique dédiée »
  • Valérie Vignaux (LASLAR, Université de Caen), « Le cinéma et la jeunesse »
  • Stéphanie Loncle (HisTeMé, Université de Caen), « Le PCF et le théâtre dans L’École et la Nation »

Les séances suivantes, à l’automne 2021, porteront sur d’autres aspects traités par cette revue, à partir de travaux déjà réalisés, ou d’autres qui vont l’être grâce à la mise en ligne de la collection.

AàC – « A l’école de la ville », revue Urbanités

Pour rappel, l’appel à propositions d’articles pour le numéro 16 de la revue pluridisciplinaire Urbanités, intitulé « A l’école de la ville » est disponible à cette adresse : https://www.revue-urbanites.fr/appel-16/

Les propositions sont attendues pour le 17 mai 2021.

Intitulé « À l’école de la ville », ce numéro souhaite réunir des contributions s’intéressant à la dimension urbaine des transformations contemporaines de l’école et de l’université : transformation des publics, modification des logiques de gouvernance des établissements, transformation du sens social de la formation, sans oublier les reconfigurations du rôle des États dans les questions éducatives.

Il s’agira d’approfondir la réflexion sur le rôle spécifique des contextes urbains dans le façonnement des hiérarchies scolaires et universitaires, abordés par l’angle des publics ou des établissements, sans oublier les activités scientifiques.  En parallèle, nous souhaitons également interroger ce que ces inégalités, différenciations et hiérarchisations éducatives qui se construisent et s’expriment spatialement font aux conditions, pratiques et contenus d’enseignement. En mettant l’accent sur ce qui se joue dans les salles de classes des écoles, collèges, lycées ou universités ou autres établissements publics ou privés (IUT, grandes écoles, classes préparatoires…), il s’agira d’ouvrir la réflexion sur les liens entre l’ancrage spatial des établissements et les contenus des enseignements comme les manières de les transmettre.

Les propositions d’articles (1 page) sont attendues pour le 17 mai et sont à envoyer à contact [at] revue-urbanites.fr

Marine Duc et Camille Vergnaud, coordinatrices du numéro, pour Urbanités

AàC – « Accueil des réfugiés, éducation et formation. Stratégies, politiques et pratiques à l’épreuve des mobilités forcées », Journal for International Mobility

FRENCH PRESENTATION

Les déplacements forcés de population provoqués par les crises et les conflits à l’échelle mondiale sont aussi des crises de l’éducation. En quelques années, le nombre d’enfants et de jeunes réfugiés privés d’accès à l’éducation s’est en effet considérablement accru : d’après les derniers chiffres du Haut-Commissariat aux Réfugiés, seuls 63 % des réfugiés en âge de suivre une éducation primaire en ont aujourd’hui la possibilité ; ce chiffre tombe à 24 % pour l’accès à l’enseignement secondaire, et à seulement 1 % pour l’accès à l’enseignement supérieur. La nécessité, dans les pays d’accueil, d’organiser la rescolarisation de ces populations en vertu du droit d’accès à l’éducation énoncé dans la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, constitue bien souvent une mise à l’épreuve des systèmes scolaires et universitaires.

Si, en dépit de l’ancienneté d’un phénomène qui traverse tout le XXe siècle, les acteurs scolaires et universitaires sont souvent mal préparés, on observe toutefois depuis quelques années, une dynamique d’institutionnalisation et de professionnalisation des dispositifs d’accueil et d’accompagnement des réfugiés en matière d’éducation, comme en témoigne le lancement de Refugee Education 2030, la nouvelle stratégie d’éducation à dix ans pour les réfugiés lancée par le Haut-Commissariat aux Réfugiés fin 2019, ou bien encore les priorités données à l’inclusion par la Commission européenne dans le cadre de la programmation 2021-2027 du programme Erasmus +.

S’il est sans doute encore trop tôt pour parler d’un tournant international dans l’encadrement et le soutien à la formation des populations en situation de mobilité forcée, ce contexte est l’occasion d’inviter les chercheurs en sciences sociales à porter un regard rétrospectif sur les stratégies, les politiques et les pratiques existantes, afin d’en proposer un bilan.

Dans ce cadre, le Journal of International Mobility lance un appel à contributions sur le thème de l’éducation à l’épreuve des mobilités forcées, en invitant les chercheurs à proposer des articles qui pourront mobiliser une ou plusieurs disciplines (sociologie, histoire, science politique, relations internationales, démographie, etc.) et s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants (à noter que les propositions de « dossier thématique » composé de deux à trois articles sont possibles, au même titre que les articles isolés, qu’ils soient individuels ou collectifs) :

Continuer la lecture de « AàC – « Accueil des réfugiés, éducation et formation. Stratégies, politiques et pratiques à l’épreuve des mobilités forcées », Journal for International Mobility »

AàC – Discipline et liberté du corps dans l’histoire de l’éducation

Le corps humain a fait l’objet de nombreuses analyses historiographiques – pensez aux travaux de Georges Vigarello qui, dans le sillage de M. Foucault, a analysé les notions de propreté, de beauté, de sexualité, d’habillement, de gymnastique et de contrôle médical. Dans les années 80 et 90, le «corporeal turn» a mis l’accent sur la dimension culturelle, idéologiquement conditionnée et pas seulement biologiquement déterminée du corps. Les concepts de «race» et de «genre», par exemple, ont été soumis à une analyse historique qui a même changé leur cohérence. Le «material turn» a alors déplacé l’attention vers le corps physique et les espaces et les «disability studies» ont étudié la non-normalité dans l’histoire. Dans ce panorama, l’histoire de l’éducation a consacré un intérêt croissant au sujet de l’éducation corporelle – rappelez-vous l’ISCHE 2016 à Chicago consacrée à
l’Éducation et le corps.

Cet appel vise à promouvoir des analyses historico-pédagogiques nationales et internationales concernant les différents agents éducatifs (famille, Église, école, État, etc.) pour rechercher comment et pourquoi le corps (des enfants, des femmes, des adultes) a été un objet de soins éducatifs et de théorie pédagogique. Cependant, non seulement il y a une dimension disciplinante du corps, mais il y a aussi des mouvements et des acteurs historiques qui ont privilégié les pédagogies de la libération du corps, comme Lebensreform. Le corps et l’esprit ont toujours été mis en corrélation: éduquer et discipliner le corps, ou lui accorder la liberté, c’est en même temps éduquer la personnalité, la discipliner ou lui laisser la liberté d’expression. Le numéro entend accueillir des articles en italien et en langues européennes (anglais, français, allemand et espagnol) sur l’histoire de l’éducation du corps qui sont menés de manière critique et qui s’inscrivent dans l’historiographie la plus récente sur le sujet.

Les contributions, sous forme d’essais, d’un minimum de 20,000 caractères et d’un maximum de 60,000 caractères, doivent parvenir à la rédaction du magazine nsricerca [at] edizionistudium.it) avant le 15 octobre 2021.

Ils seront évalués selon un processus d’examen peer reviewing en mode double blind.

AAC – Numéro spécial « Classes transplantées – Revue Les Sciences de l’Education – Pour l’ère nouvelle

Vous trouverez ci-dessous un appel à contribution, en français et en anglais, pour un numéro thématique de la revue Les Sciences de l’Education – Pour l’ère nouvelle, sur la question des « classes transplantées », coordonné par Julien Fuchs & Gilles Brougère.

AAC- Revue SEPEN-Classes de découverte

CFP – SEPEN Journal – Residential school trips

Proposer un article à la revue « Histoire de l’éducation »

Revue Histoire de l’éducation. Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier

La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique, et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans une nouvelle rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.

Les propositions de dossiers ou d’appel à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue.

Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education [at] ens-lyon.fr.  La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais.

La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique. L’étude des doctrines pédagogiques ne vaut à ses yeux que par les liens avec les pratiques que ces doctrines révèlent ou transforment effectivement.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts.La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.
Ainsi, à compter du 1er janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn sera ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue resteront librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

Histoire de l’éducation est associée à la mobilisation interprofessionnelle contre les orientations du projet de loi de programmation de la recherche (https://pupitre.hypotheses.org/5467).

AàC pour un n° de la revue Synergies France intitulé : « Politique(s) linguistique(s) et formations universitaires dans le monde francophone ».

  • Date de remise des articles : 31 juillet 2020

Les articles de ce numéro de Synergie France s’intéresseront à différentes problématiques que soulève la question des formations universitaires en politique linguistique dans des contextes francophones. Ils pourront prendre la forme de panoramas généraux historiques ou contemporains, d’une réflexion globale sur les évolutions dans le domaine ou se centrer sur des études de cas, présenter des formations en politique linguistique et politique linguistique éducative, s’intéresser aux contenus, aux orientations, aux posture épistémologique, aux idéologies, aux savoirs et savoir-faire d’expertise, aux finalités, aux débouchés, à la reconnaissance sociale, universitaire ou scientifique de ces formations.

AàC – « Education et crise sanitaire », revue Carrefours de l’éducation

Carrefours de l’éducation lance un appel à projet d’articles sur la crise sanitaire et ses conséquences éducatives. Le dossier sera coordonné par Bruno Poucet, Julien Cahon, Lucie Mougenot et Mickaël Le Mentec.

Le dossier comportera environ 6-8 articles (autour de 35 000 signes, en respectant les normes qui seront adressées ultérieurement aux contributeurs retenus), une note de synthèse (autour de 60 000 signes), et deux articles internationaux (en français d’environ chacun 35 000 signes).

Un résumé de 1500 signes précisant les sources mobilisées (archives, enquêtes, entretiens, publications, autres), est attendu pour le 15 septembre 2020 ; une réponse sur l’acceptation du projet sera donnée dans le mois qui suit.

Les articles seront à remettre le 30 janvier 2021 (dernier délai) pour une parution prévue au plus tard dans le numéro 54 de décembre 2022.

La question de la continuité éducative a été l’un des défis majeurs pendant la période de confinement et pendant la période qui suit. Ce défi peut se prolonger si une seconde vague épidémiologique devait être constatée, ou en cas d’autres épisodes pandémiques dans les années à venir. Il concerne l’ensemble du système éducatif, quels que soient les niveaux, les secteurs et les filières d’enseignement ou de formation.

AàC – « Instituer la famille, entre parenté et parentalité », Revue des politiques sociales et familiales

Calendrier

  • 1er juillet 2020 : Soumission des résumés d’articles
  • 15 juillet 2020 : Retour aux auteur.es
  • 1er septembre 2020 : Soumission des articles scientifiques
  • 1er octobre 2020 : Soumission des articles de synthèse ou d’études statistiques

Appel à contributions

La parentalité est souvent pensée comme relevant de la sphère “privée”. Pourtant, elle n’en est pas moins surveillée et encadrée par un ensemble d’institutions, que Jacques Donzelot (1977) qualifie de “police des familles”. Les institutions légales par exemple régulent l’accès au statut de parent (la parenté) et l’établissement de la filiation, tandis que les institutions médicales encadrent l’engendrement, notamment dans le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) ou aux moyens de contraception. De même, l’exercice du rôle de parent (la parentalité) fait intervenir un ensemble d’agents institutionnels : des professionnels de l’enfance à ceux de l’éducation, en passant par les services sociaux. Ces institutions sont aussi porteuses de normes dominantes quant à la famille.

Continuer la lecture de « AàC – « Instituer la famille, entre parenté et parentalité », Revue des politiques sociales et familiales »

AàC – Coopérations, circulations et trajectoires trans-impériales en Afrique (fin du XIXe siècle-années 1960), Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique

Calendrier

  • Envoi des propositions : 1 octobre 2020. Merci d’adresser un résumé en français de max. 500 mots accompagné d’une biographie de 100 mots aux adresses suivantes : damianomatasci@gmail.commbjeronimo@gmail.com. Le résumé doit également préciser la démarche méthodologique que l’auteur.e propose de suivre, expliquant notamment comment il/elle entend exploiter la dimension trans-impériale et documenter empiriquement les différentes échelles d’analyse.
  • Notifications aux auteur.e.s : 15 octobre 2020. Les propositions seront sélectionnées par les éditeurs et le comité éditorial de la RHCA
  • Envoi de la première version de l’article : 15 janvier 2021
  • Publication fin 2021

Coordonné par Damiano Matasci (Université de Genève) et Miguel Bandeira Jerónimo (Université de Coimbra)

Ce numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique se focalise sur l’histoire des circulations, des échanges et des collaborations qui se sont tissées en Afrique entre la fin du XIXe siècle et les années 1960. Il discute, tout en le prolongeant, le récent renouvellement de l’histoire coloniale et impériale stimulé par le « tournant » transnational et global des sciences sociales. Au cours de ces dernières années, en effet, une intense réflexion s’est engagée sur le rôle de la « globalisation impériale » dans la formation des dispositifs idéologiques, institutionnels et technologiques au cœur de la mondialisation contemporaine ainsi que sur les acteurs qui, agissant dans les interstices des espaces coloniaux, ont alimenté les processus d’interconnexion entre les pays et les régions du monde (Magee, Thompson, 2010).

Ces analyses ont stimulé un riche débat méthodologique, en particulier dans le monde académique britannique, et ont accompagné l’émergence de nouveaux « labels » historiographiques. Martin Thomas et Andrew Thompson invitent à relire l’histoire des empires coloniaux – depuis la phase du « haut impérialisme » de la fin du XIXe siècle jusqu’aux décolonisations – à la lumière de ses « effets globalisants » (2014 : 142). Ceux-ci incluent l’émergence de nouveaux mécanismes régulant les flux de personnes, de capitaux et de marchandises à travers le monde, tout comme la structuration de formes de violence et de conflictualité qui accompagnent et survivent à la fin des empires. D’autres historiens proposent de repenser l’histoire coloniale et impériale à l’aune des apports de l’histoire transnationale et globale (Fichter, 2019 ; Grant Levine, Trentmann, 2007 ; Akita, 2002). Simon J. Potter et Jonathan Saha soulignent l’intérêt d’adopter une « approche connectée » et de se pencher sur les manières dont « people in the past themselves understood (and sought to influence) patterns of long-distance interaction » (2015 : 4). Gareth Curless, Stacey Hynd, Temilola Alanamu et Katherine Roscoe proposent quant à eux une « approche décentrée », accordant une attention particulière aux « multiple networks of capital, goods, information, and people that existed within and between empires » (2015 : 713). Enfin, dans un article programmatique paru en 2018 dans le Journal of Modern European History, Daniel Hedinger et Nadine Heé ont défini les contours d’une « histoire trans-impériale » dont l’objectif est de placer dans un seul cadre analytique les phénomènes de compétition, coopération et connectivité qui émaillent l’histoire de la colonisation. L’enjeu est de dépasser la simple comparaison statique entre formations impériales pour se focaliser sur les « movements of people, knowledge and goods across empires » ainsi que sur la formation d’« imperial alliances as well as anti-imperial networks and exchanges » (2018 : 439).

Ces nouvelles recherches remettent en question l’espace impérial comme unité d’analyse exclusive pour le récit historique. La démarche méthodologique qui sous-tend cette réflexion repose sur une nouvelle appréciation du potentiel heuristique de la comparaison (Keese, 2007). En cela, ces auteurs renouvellent la proposition d’Ann Laura Stoler et de Frederick Cooper qui déjà à la fin des années 1990 appelaient à s’intéresser aux « circuits coloniaux », à savoir aux manières à travers lesquelles « des idées, des individus, des produits et des capitaux ont circulé non seulement entre la métropole et la colonie mais aussi au sein et entre les empires » (Stoler, Cooper, 1997 : 28). Dans ce sillage, de nombreux travaux se sont intéressés aux pratiques d’« apprentissage inter-impérial » (Bala, 2018 ; Coghe, 2015 ), aux « rencontres coloniales » (Leonhard, Hirschhausen, 2014 ; Lindner, 2011) ou encore à la co-production et aux transferts de savoirs (Kamissek, Kreienbaum, 2016 ; Barth, Cvetkovski, 2015 ; Meertens, Lachenal, 2013 ; Neill, 2012).

Ce numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique a pour objectif d’approfondir ces réflexions récentes en les ancrant dans plusieurs terrains empiriques. Son ambition est de montrer le double intérêt historiographique d’une approche trans-impériale. Il s’agit, d’une part, d’interroger comment les processus de connexion et de coopération structurent non seulement la gouvernance coloniale mais aussi la vie quotidienne des colonisés, façonnant de nouveaux rapports sociaux, raciaux et genrés (Mitchell, Shibusawa, Miescher, 2014). D’autre part, cette approche permet de dévoiler les limites de la portée globale de l’impérialisme, rappelant l’importance de prendre en considération les spécificités locales de chaque situation coloniale et les manières dont la mise en place de réseaux d’interconnexion a (aussi) engendré, sur le terrain, des dynamiques d’exclusion et d’inégalité. L’enjeu est alors de questionner les limites, les ambivalences et les contradictions inhérentes aux processus de mondialisation, prolongeant ainsi les réflexions de Frederick Cooper sur ce sujet (2001).

Continuer la lecture de « AàC – Coopérations, circulations et trajectoires trans-impériales en Afrique (fin du XIXe siècle-années 1960), Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique »

AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal of Educational History (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics

Continuer la lecture de « AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020 »

AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (XIXe-XXIe siècles)

Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (xixe-xxie siècles)

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal for Educational history (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics.

Parmi les réformes qui mériteraient un examen plus approfondi, nous aimerions signaler, sans prétendre à l’exhaustivité :

Pour le cas français :

  • La prise en charge par l’État de la rémunération des instituteurs en 1889, ainsi que celle des professeurs de collège en 1925
  • La réforme de la taxe d’apprentissage en 1971
  • La vague de nationalisation des collèges des années 1950 aux années 1970
  • Les aspects financiers de la décentralisation scolaire initiée en 1982-1983, tant pour l’enseignement public que pour l’enseignement privé

Pour le cas suédois :

  • La centralisation de la rémunération des instituteurs (1910-1930)
  • La réforme du système d’aide aux étudiants (1900-1950)
  • La création des « grundskole » dans les années 1950 et leur réforme en 1962 (grundskolereformen)
  • La décentralisation de l’école primaire suédoise en 1989-1991, dite encore « municipalisation » (komunaliseringen)
  • L’introduction des « chèques éducation » (1992)

Dans leurs recherches, nous invitons les auteurs à être attentifs à la pluralité de facteurs susceptibles d’éclairer l’adoption de telle ou telle réforme. La réforme peut officialiser l’existence de flux financiers, qui se seraient progressivement développés en dehors du cadre fixé par les textes. Elle peut aussi instaurer de nouvelles sources de financement. Dans tous les cas, il faut apprécier le poids des modèles idéologiques qui apportent les justifications nécessaires à toute modification dans la répartition des charges incombant aux différents financeurs : conceptions concurrentes de ce qu’implique l’égalité (entre individus, genres, classes sociales, territoires) ; visions alternatives des caractéristiques d’une organisation efficace.  Enfin, les auteurs devront, dans la mesure du possible, s’efforcer d’apprécier les effets à court, moyen et long terme des réformes étudiées, sans préjuger de la conformité de ces effets aux objectifs initialement poursuivis.

Consignes pour les auteurs

Les propositions devront inclure :

  • le nom de l’auteur, ses coordonnées électroniques et son affiliation institutionnelle
  • un titre et un résumé (700-800 mots) en français, en anglais, ou dans une langue scandinave
  • une bibliographie.

Ces propositions seront adressées conjointement à Clémence Cardon-Quint (clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr) et Johannes Westberg (b.a.j.westberg@rug.nl).

Comité scientifique

Les articles seront soumis à une expertise en double aveugle. Les comités scientifiques de la revue Histoire de l’éducation et du Nordic Journal of Educational History sont garants du bon déroulement du processus.

https://journals.openedition.org/histoire-education/

https://journals.ub.umu.se/index.php/njedh

 

Calendrier

  • Clôture de l’appel à contributions : 1er mai 2020.
  • Réponse aux auteurs : 1er juin 2020.
  • Novembre 2020 (date précisée ultérieurement) : atelier de travail à l’université de Bordeaux (France). Présentation et discussion d’une première version des articles et de l’introduction du dossier
  • Janvier 2021 : remise des articles
  • Janvier-mars 2021 : expertise en double aveugle
  • Mai 2021 : remise des versions revues et amendées des articles
  • Mai 2021-septembre 2021 : traduction professionnelle des articles (financée et supervisée par les organisateurs)
  • Hiver 2021 : publication

 

Bibliographie

Ansell Ben W., From the Ballot to the Blackboard: The Redistributive Political Economy of Education, Cambridge, Cambridge University Press (coll. « Cambridge Studies in Comparative Politics »), 2010.

 

Busemeyer Marius R., Skills and Inequality: Partisan Politics and the Political Economy of Education Reforms in Western Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

 

Busemeyer Marius R., The Impact of Fiscal Decentralisation on Education and Other Types of Spending, Rochester, NY, Social Science Research Network, 2007.

 

Cappelli Gabriele et Vasta Michelangelo, « Can school centralization foster human capital accumulation? A quasi-experiment from early twentieth-century Italy », The Economic History Review, 22 juillet 2019.

 

Condette Jean-François (ed.), Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 412 p.

 

Forsberg, Håkan. « School Competition and Social Stratification in the Deregulated Upper Secondary School Market in Stockholm. » British Journal of Sociology of Education 39, no. 6 (2018): 891-907.

Gambin Lynn, Hogarth Terence, “Who pays for skills? Differing Perspectives on Who Should pay and Why”, in John Buchanan, David Finegold, Ken Mayhew, Chris Warhurst (ed.), The Oxford Handbook of Skills and Training, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 652-670.

Huitric Solenn, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), Thèse de doctorat, Université de Lyon, France, 2016.

Lundahl, Lisbeth. « A Matter of Self-Governance and Control the Reconstruction of Swedish Education Policy: 1980-2003. » European Education 37, no. 1 (2005): 10-25.

Mitch David F., « The Impact of Subsidies to Elementary Schooling on Enrolment Rates in Nineteenth-century England », Economic History Review, Second Series, août 1986, vol. 39, no 3, p. 371‑391.


Piketty Thomas, Capital et idéologie, Paris, Éditions du Seuil, 2019, 1197 p.


Román, Henrik, Stina Hallsén, Andreas Nordin, and Johanna Ringarp. « Who Governs the Swedish School? Local School Policy Research from a Historical and Transnational Curriculum Theory Perspective. » Nordic Journal of Studies in Educational Policy, no. 1 (2015): 81-94.

Savoie Philippe, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS, 2013, 501 p.

Théret Bruno, « Les dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1991, vol. 46, no 6, p. 1335‑1374.

 

 

Appel à contributions – L’enseignement en situation coloniale et postcoloniale – Perspectives croisées

Vous trouverez ci-dessous l’appel à contribution pour un numéro spécial de la revue Tsingy, Revue de Sciences humaines, Sud-Ouest de l’océan Indien (numéro 24).

Responsable scientifique du numéro thématique

Pierre-Éric FAGEOL, Université de La Réunion, ICARE (EA 7389)

Comité d’expertise

Pascale BARTHELEMY, ENS Lyon, LARHRA (UMR5190)
Frédéric GARAN, Université de La Réunion, OIES (EA 12)
Claude PRUDHOMME, Université Lumière – Lyon 2, LARHRA (UMR5190)
Célestin RAZAFIMBELO, ENS Antananarivo, CIRD
Rebecca ROGERS, Université Paris-Descartes, CERLIS (UMR 8070)
Nathalie WALLIAN, Université de La Réunion, ICARE (EA 7389)

Argumentaire

L’histoire de l’enseignement en situation coloniale fait l’objet de profonds renouvellements (Barthélémy Pascale, 2010). La place désormais accordée aux acteurs (Labrune-Badiane Céline & Smith Étienne, 2018) et aux pratiques d’enseignement ouvre de nouvelles perspectives de recherche sur l’efficience d’une école coloniale qui dépasse le seul cadre de la mission civilisatrice et de la politique d’assimilation (Léon Antoine, 1991). Du curriculum prescrit au curriculum réel, des discours scolaires aux pratiques de classe, des cadres officiels de référence à l’émergence de nouvelles référentialités coloniales, les perspectives de recherche sont désormais à la croisée de divers champs convoquant tout à la fois une histoire sociale de groupes professionnels issus du milieu éducatif (Duteil Simon, 2009) et une histoire des fondements didactiques et pédagogiques de l’enseignement colonial. La circulation de modèles pédagogiques depuis les métropoles et entre les colonies interroge également les mobilités impériales et le rôle des acteurs sur les stratégies éducatives coloniales dans une perspective transnationale et trans-impériale (Rogers Rebecca, 2019 ; Matasci Damiano, 2015).

Les propositions pourront s’insérer dans une ou plusieurs des thématiques suivantes :

  • Adaptation de l’enseignement au milieu colonial,
  • Pratiques de classes et supports d’enseignement,
  • Évaluation des élèves, des enseignants et des dispositifs,
  • Témoignages et récits des acteurs,
  • Formation des maîtres et des enseignants,
  • Le rôle des missions et des acteurs religieux,
  • Héritages postcoloniaux.

Tout en prenant en compte les particularités de l’océan Indien, les propositions émanant d’autres aires coloniales permettront d’établir d’utiles comparaisons.

Modalités et calendrier

Les propositions d’articles sont à envoyer à Pierre-Éric FAGEOL (pierre-eric.fageol[at]univ-reunion.fr) et Frédéric GARAN (frederic.garan[at]univ-reunion.fr) pour le 10 janvier.

Les articles pourront être rédigés en français ou en anglais.

Si votre proposition est retenue, les articles seront à envoyer pour mi-juillet en vue d’une publication lors du second semestre 2020.

Références bibliographiques

Barthélémy Pascale, « L’enseignement dans l’Empire colonial français : une vieille histoire ? », Histoire de l’éducation, n°128, 2010.

Duteil Simon, Enseignants coloniaux. Madagascar, 1896-1960, Thèse de l’université du Havre, 2009.

Labrune-Badiane Céline & Smith Étienne, Les Hussards noirs de la colonie – instituteurs africains et « petites patries » en AOF (1913-1960), Paris, Karthala, 2018.

Léon Antoine, Colonisation, enseignement et éducation, Paris, L’Harmattan, 1991.

Matasci Damiano, L’école républicaine et l’étranger, Lyon, ENS Éditions, 2015.

Rogers Rebecca, « Conversations About the Transnational : Reading and Writing the Empire in the History of Education », dans Eckhardt Fuchs & Eugenia Roldán Vera, The Transnational in the History of Education. Concepts and Perspectives, Londres, Palgrave Macmillan.

Appel à contributions – Brazilian History of Education Journal

The Brazilian History of Education Journal is interested in publishing work by scholars around the world.  

The Journal is bilingual and accepts Portuguese and Spanish. In other languages, the Journal publishes in the original and does a translation into Portuguese. 

Information about the journal is here:  http://periodicos.uem.br/ojs/index.php/rbhe/index

Details regarding online submission is here: 

 http://periodicos.uem.br/ojs/index.php/rbhe/about/submissions