Colloque Jean-Pierre Chevènement, (Belfort et Mulhouse, 14 et 15 nov. 2019)

Qui ne connaît Jean-Pierre Chevènement, rare homme politique français affublé par les médias d’un surnom, le Che, qui à soi seul justifierait une longue analyse ? Député (1973-2002), président du Conseil régional de Franche-Comté (1981-1982), maire de Belfort (1983-2007), ministre de la recherche et de l’Industrie (1981-1983), de l’Education nationale (1984-1986), de la Défense (1988-1991), de l’Intérieur (1997-2000), sénateur du Territoire de Belfort (2008-2014), il a marqué de son empreinte originale la gauche française et la vie politique pendant plus de quarante ans. L’écart est grand, pourtant, entre l’importance des fonctions occupées par Jean-Pierre Chevènement et la connaissance de son action comme de son influence dans la culture politique de notre temps. 
 
La recherche historique ne s’étant curieusement pas encore intéressée à cette figure, ni aux rythmes pas toujours synchronisés entre les fonctions que Jean-Pierre Chevènement a exercées et son influence dans le débat public, l’ambition du colloque (suivi d’une publication), est d’appréhender scientifiquement cet acteur majeur de la Ve République. Pour ce faire, historiens du politique, de l’économie, de l’éducation, des relations internationales, de la défense ou de l’aménagement du territoire, mais aussi politistes et sociologues, sont sollicités pour unir leurs compétences, croiser leurs approches et travailler à partir de sources inédites. 
 
Alors que l’histoire politique porte une attention renouvelée aux acteurs, sans renier l’ambition de restituer l’individu dans le collectif (importance des réseaux, articulation entre le décideur et l’opinion publique, approches globales, socio-culturelles, du politique), il s’agira d’analyser et de comprendre la formation, la pensée et l’action multi-scalaire d’un homme dont les combats pour la République, l’école, la puissance industrielle et militaire de la France comme l’attachement à la souveraineté nationale, transcendent la géographie partisane de la Ve République. La dimension internationale de la trajectoire de Jean-Pierre Chevènement sera interrogée à travers sa formation et ses expériences de la guerre d’Algérie, la guerre froide, l’effondrement de l’URSS, la guerre du Golfe et les printemps arabes. Les conceptions européennes de Jean-Pierre Chevènement, la façon dont le souverainisme de gauche a été reçu en Allemagne avant, pendant et après la réunification, seront également interrogées.
 
Trois thématiques pourront faire l’objet de propositions originales : 
  • La République, la nation et la gauche ; 
  • L’Etat stratège du local à l’international ;
  • La souveraineté nationale, l’Allemagne et l’Europe.
Organisée les 14 et 15 novembre 2019 par les historiens de l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard (UTBM, Pierre Lamard et Laurent Heyberger) et par ceux de l’Université de Haute-Alsace (UHA, Renaud Meltz et Régis Boulat), la manifestation est patronnée par un Conseil scientifique composé de Jean-Paul Bled (professeur émérite, Université Paris IV),  Jean-Claude Daumas (professeur émérite, Université de Franche-Comté), Jean-Paul Barrière (Professeur, Université de Franche-Comté) et Alain Chatriot (Professeur, IEP Paris).

 

Dates à retenir : 
  • Date limite de soumission des propositions de communication [court CV et résumé problématisé de 3000 mots] : 7 juillet 2019 
  • -Décision du comité scientifique : 14 juillet 2019 
  • Contacts : regis.boulat [at] uha.fr etrenaud.meltz [at] uha.fr

AàC : Journée d’études “Penser l’attractivité des métiers de l’enseignement : des agendas politiques aux travaux scientifiques” (Dijon, 18 juin 2019)

Modalités de soumission :

  • Nous attendons des propositions d’une page maximum énonçant le titre de la communication, l’affiliation de l’auteur·e et ses coordonnées, la problématique traitée accompagnée d’une courte bibliographie, les données mobilisées, la méthodologie privilégiée, ainsi qu’une esquisse des résultats et des conclusions.
  • Les propositions de communication peuvent encore être envoyées jusqu’au 1er mars 2019 à : geraldine.farges [at] u-bourgogne.fr et loic.szerdahelyi [at] u-bourgogne.fr
  • Calendrier :
    • Diffusion de l’appel à communications : Début décembre 2018
    • Date limite de proposition de communication : 15 janvier 2019-1er mars 2019
    • Annonce des communications retenues : Fin mars 2019
    • Réception des textes : Fin mai 2019
    • Journée d’étude : 18 juin 2019
    • Valorisation scientifique : À l’issue de la journée d’étude, les communicant·es seront invité·es à proposer leurs travaux pour publication d’un numéro thématique dans une revue scientifique. Les articles suivront alors le processus habituel de publication selon le calendrier et les critères de la revue.

Soutenance de Camille Vergnaud

Universités et universitaires en leurs territoires : quelles implications pour quelles missions ? Etude comparée des cas de Syracuse University (Etats-Unis) et de l’université Paris Nanterre (France)

La soutenance aura lieu le vendredi 30 novembre à 14h à l’université Paris Nanterre, en salle de séminaire n° 2 au RDC du bâtiment Max Weber.

Le jury sera composé de :

  • Jérôme AUST : Chargé de recherche FNSP (examinateur)
  • Hélène DANG VU : Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (examinatrice)
  • Sylvie FOL : Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)
  • Myriam HOUSSAY- HOLZSCHUCH : Professeure à l’Université Grenoble Alpes (rapporteure)
  • Sonia LEHMAN-FRISCH : Professeure à l’Université Paris Nanterre (examinatrice)

Publication – Mathieu Brejon de Lavergnée, “Le temps des cornettes. Histoire des Filles de la Charité (XIXe-XXe siècles)”

Résumé : qui ne connaît, au moins par leur riche iconographie, les célèbres cornettes des Filles de la Charité  ? Fondée par saint Vincent de Paul et Louise de Marillac au XVIIe siècle, la petite communauté parisienne a rapidement gagné la France des villes et des villages pour devenir la principale congrégation de sœurs actives à la fin de l’Ancien Régime. «  La rue pour cloître  »  : telle était la règle de vie originale de ces femmes, ni cloîtrées ni mariées mais célibataires vouées au service des pauvres.
Après un premier tome consacré à la période moderne, Matthieu Brejon de Lavergnée aborde ici les deux siècles suivants, entre Révolution française et Deuxième Guerre mondiale. «  Le temps des cornettes  »  : c’est celui d’un nouveau contrat social entre États et Églises pour répondre aux pauvretés de l’âge industriel comme à la forte demande d’éducation, de santé et de loisirs des sociétés urbanisées. Sensibles à la conjoncture politique, les Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul connaissent aussi exil et martyre en France, au Mexique ou en Chine. L’échelle des cornettes est désormais globale, de l’Europe à ses espaces coloniaux comme aux nouveaux mondes américains. Missionnaires, elles exportent un culte marial si français depuis les apparitions de Catherine Labouré en 1830. Mais encore institutrices, infirmières, éducatrices ou syndicalistes, elles accompagnent les nouveaux fronts de la professionnalisation féminine au xxe siècle. Elles contribuent ainsi à redessiner les rapports de genre au sein de sociétés dures aux femmes. Féministes, les bonnes sœurs  ? La question mérite d’être posée.
C’est tout l’intérêt de cet ouvrage, appuyé sur de riches archives, que d’évoquer avec rigueur le rôle capital joué par des générations de femmes qui ont lié horizon spirituel et travail social.

Colloque international – Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968 (Université Panthéon-Sorbonne, 7-8 juin 2018)

Colloque international organisé par l’Université de Normandie Rouen et TRIANGLE-UMR 5206 les 7 et 8 juin 2018 par Ludivine Bantigny, Boris Gobille, Eugénia Palieraki.

au Centre d’histoire sociale du XXe siècle 9 rue Malher Paris 4e.

D’abord, les étudiants et les lycéens ; ensuite, les salariés ; enfin, le pouvoir qui tente, en reprenant la main, de les canaliser. Tel est le schéma généralement mobilisé pour commenter les événements de 1968, aussi bien en Allemagne qu’en France, en Pologne et en Tchécoslovaquie, au Sénégal et au Mexique, ou bien encore au Brésil et en Uruguay – une sorte de valse à trois temps, une chorégraphie bien réglée. Pourtant, cette tripartition mécanique ne résiste pas à l’examen bien longtemps : ni en termes chronologiques, quand chaque moment est porteur de rencontres entre des mondes sociaux qui parfois s’ignoraient, de dialogues et de solidarités ; ni du point de vue politique, tant un projet essentiel de 1968, mis en pratique, repose dans un grand désir de décloisonnements sociaux. A rebours de la séparation chronologique autant que politique entre les différents acteurs de la contestation, et de la thèse du « rendez-vous manqué » entre étudiants et travailleurs qui, s’autorisant d’images évocatrices comme celle des grilles ouvrières refermées devant un cortège étudiant à Renault-Billancourt, guide encore trop souvent la mémoire collective des années 1968, ce colloque entend précisément porter la focale sur les « métissages sociaux » (Bernard Pudal) et les « rencontres improbables » (Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel) qui ont jalonné les événements et qui leur ont donné leur force de rupture de l’ordre social et symbolique.

D’abord, les étudiants et les lycéens ; ensuite, les salariés ; enfin, le pouvoir qui tente, en reprenant la main, de les canaliser. Tel est le schéma généralement mobilisé pour commenter les événements de 1968, aussi bien en Allemagne qu’en France, en Pologne et en Tchécoslovaquie, au Sénégal et au Mexique, ou bien encore au Brésil et en Uruguay – une sorte de valse à trois temps, une chorégraphie bien réglée. Pourtant, cette tripartition mécanique ne résiste pas à l’examen bien longtemps : ni en termes chronologiques, quand chaque moment est porteur de rencontres entre des mondes sociaux qui parfois s’ignoraient, de dialogues et de solidarités ; ni du point de vue politique, tant un projet essentiel de 1968, mis en pratique, repose dans un grand désir de décloisonnements sociaux. A rebours de la séparation chronologique autant que politique entre les différents acteurs de la contestation, et de la thèse du « rendez-vous manqué » entre étudiants et travailleurs qui, s’autorisant d’images évocatrices comme celle des grilles ouvrières refermées devant un cortège étudiant à Renault-Billancourt, guide encore trop souvent la mémoire collective des années 1968, ce colloque entend précisément porter la focale sur les « métissages sociaux » (Bernard Pudal) et les « rencontres improbables » (Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel) qui ont jalonné les événements et qui leur ont donné leur force de rupture de l’ordre social et symbolique.

Continuer la lecture de « Colloque international – Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968 (Université Panthéon-Sorbonne, 7-8 juin 2018) »