AàC – Colloque pluridisciplinaire “Berceuses, Histoire(s) et conscience”, Université Grenoble Alpes, février 2022

Si d’innombrables recueils de berceuses de tous pays existent, avec autant d’enregistrements, les ouvrages concernant l’analyse de corpus ou les usages de la berceuse sont, aujourd’hui encore, très rares.

L’objectif de ce colloque est de questionner un répertoire de « l’enfance des peuples » sur ce qu’il révèle de leur·s histoire·s, de leurs circulations mais aussi des traumatismes qu’ils ont vécus, dans une perspective transhistorique et transdisciplinaire.

Que nous apprennent les berceuses sur l’histoire parfois partielle ou fragmentaire des circulations et des migrations ?

Quelle est l’importance de ces répertoires dans la transmission orale de l’histoire des peuples ?

Existe-t-il une fonction « cathartique » des berceuses traitant d’épisodes traumatiques ?
Quels sont les effets des berceuses, de leurs paroles et de la voix de leur interprète sur le cerveau de l’enfant dans les processus d’apaisement visant l’endormissement ?

Au-delà de ces deux journées de rencontres, ce colloque vise à susciter un partage scientifique dans une dynamique pluridisciplinaire qui rassemblera musicologues, artistes, historien·ne·s, ethnologues et ethnomusicologues, sociologues, linguistes, neuroscientifiques, psychologues et thérapeutes sur le plan national et international en vue de réflexions et publications ultérieures plus larges.

https://berceuses2022.sciencesconf.org/

Parution – Fabio Targhetta, “Un paese da scoprire, una terra da amare. Paesaggi educativi e formazione dell’identità nazionale nella prima metà del novecento” [Un pays à découvrir, une terre à aimer. Les paysages éducatifs et la formation de l’identité nationale dans la première moitié du vingtième siècle], Franco Angeli, 2020

https://www.francoangeli.it/Ricerca/scheda_libro.aspx?Id=26340

Français

Le livre vise à étudier le rôle joué dans la première moitié du vingtième siècle par le paysage urbain et naturel, médiatisé par la culture scolaire, dans les processus de formation de l’identité nationale. À cette fin, une nouvelle catégorie interprétative a été inventée, celle des paysages éducatifs : ce terme désigne les paysages qui font l’objet de pratiques pédagogiques chargées de visées identitaires implicites et explicites. Ils indiquent donc des valeurs spécifiques, rattachables à la bildung nationale, attribuées par la culture scolaire aux lieux et aux territoires, ici divisés en contextes urbains, ruraux et de montagne.

Les paysages éducatifs ont agi dans l’imaginaire collectif selon trois axes, chacun d’entre eux opérant sur différents niveaux d’apprentissage avec une incisivité différente : le paysage raconté, principalement dans les livres de lecture pour les écoles primaires ; le paysage représenté graphiquement dans les images accompagnant les passages, dans les peintures murales, mais aussi dans le cinéma éducatif ; le paysage vécu à travers la pratique du tourisme scolaire.

Il s’agit d’un sujet original, non encore traité en Italie ou à l’étranger, abordé à travers l’utilisation de sources hétérogènes telles que des manuels, des supports pédagogiques, des cahiers, des revues, des diapositives, l’utilisation d’une vaste bibliographie internationale et une approche multidisciplinaire, allant de l’histoire à la géographie et à la sociolinguistique urbaine.

Fabio Targhetta est professeur associé au département des sciences de l’éducation, du patrimoine culturel et du tourisme de l’université de Macerata, où il enseigne l’histoire des institutions éducatives. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de l’édition scolaire, le rôle de l’éducation dans la formation de l’imagination et l’histoire de la culture matérielle des écoles, sujets auxquels il a consacré de nombreux essais, monographies et articles.

Italien

Il volume intende indagare quale ruolo abbia ricoperto nella prima metà del Novecento il paesaggio urbano e naturale, mediato dalla cultura scolastica, nei processi di formazione dell’identità nazionale. A questo scopo è stata coniata una nuova categoria interpretativa, quella dei paesaggi educativi: con questa locuzione ci si riferisce a paesaggi fatti oggetto di pratiche didattiche caricate di finalità identitarie, implicite ed esplicite. Essi stanno quindi a indicare specifici valori, riconducibili alla bildung nazionale, attribuiti dalla cultura scolastica a luoghi e territori, qui suddivisi in contesto urbano, rurale e montano.

I paesaggi educativi agirono nell’immaginario collettivo secondo tre direttrici, ognuna delle quali operò su diversi livelli dell’apprendimento con incisività differente: il paesaggio raccontato, principalmente nei libri di lettura per la scuola elementare; il paesaggio rappresentato graficamente nelle immagini a corredo dei brani, nei quadri murali, ma anche nel cinema educativo; il paesaggio esperito attraverso la pratica del turismo scolastico.

Si tratta di un tema originale, non ancora trattato in Italia e all’estero, affrontato a partire dal ricorso a fonti eterogenee quali libri di testo, sussidi didattici, quaderni, riviste, diapositive, dall’uso di una vasta bibliografia internazionale e da un approccio multidisciplinare, che spazia dalla storia alla geografia fino alla sociolinguistica urbana.

Fabio Targhetta 
è professore associato presso il Dipartimento di Scienze della Formazione, dei Beni culturali e del Turismo dell’Università degli Studi di Macerata, dove insegna Storia delle istituzioni educative. I suoi interessi di ricerca sono prevalentemente volti a indagare la storia dell’editoria scolastica, il ruolo dell’educazione nella formazione dell’immaginario e la storia della cultura materiale della scuola, temi cui ha dedicato numerosi saggi, monografie e articoli.

Parution – Mark Boonshoft, “Aristocratic Education and the Making of the American Republic”, University of North Carolina Press, 2020

Following the American Revolution, it was a cliché that the new republic’s future depended on widespread, informed citizenship. However, instead of immediately creating the common schools–accessible, elementary education–that seemed necessary to create such a citizenry, the Federalists in power founded one of the most ubiquitous but forgotten institutions of early American life: academies, privately run but state-chartered secondary schools that offered European-style education primarily for elites. By 1800, academies had become the most widely incorporated institutions besides churches and transportation projects in nearly every state.

In this book, Mark Boonshoft shows how many Americans saw the academy as a caricature of aristocratic European education and how their political reaction against the academy led to a first era of school reform in the United States, helping transform education from a tool of elite privilege into a key component of self-government. And yet the very anti-aristocratic critique that propelled democratic education was conspicuously silent on the persistence of racial and gender inequality in public schooling. By tracing the history of academies in the revolutionary era, Boonshoft offers a new understanding of political power and the origins of public education and segregation in the United States.

Journées d’étude internationales et séminaire – “Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu XIXe siècle – années 1970)”

Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu XIXe siècle - années 1970)

Narratives of education in times of colonization and decolonization in Africa (1920s – 1970s)

Université de Paris, Site Denis Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, 2-8 rue Albert Einstein, entrée : place Paul Ricœur, 75013 Paris, 8e étage – salle 870

Séances hybrides : en présentiel et par visio-conférence en Zoom selon la situation sanitaire des pays concernés.

Continuer la lecture de « Journées d’étude internationales et séminaire – “Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu XIXe siècle – années 1970)” »

Parution – Penser la circulation des savoirs scolaires dans l’espace transatlantique. Émigration-transferts-créations (XVIIIe-XXe siècle), A. Fontaine (dir.)

Vient de paraître aux éditions Le Bord de L’eau l’ouvrage dirigé par Alexandre Fontaine, Penser la circulation des savoirs scolaires dans l’espace transatlantique. Émigration-transferts-créations (XVIIIe-XXe siècle), dans la collection “Bibliothèque républicaine » dirigée par Vincent Peillon.

Bien que certains réflexes nationalistes tendent à le dissimuler ou même à le dénier, ce constat s’impose : tout système scolaire se façonne à partir de références étrangères. L’espace transatlantique, depuis la première mondialisation des XVe et XVIe siècles, incarne un laboratoire privilégié de la fabrication de savoirs scolaires mêlés. Par l’action de passeuses et de passeurs, les pratiques et les méthodes pédagogiques les plus efficientes circulent, transitent, s’enrichissent ou sont rejetées.Espace de domination, de rivalités mais aussi de rencontres et de métissages, l’Atlantique fut pensé par l’anthropologue cubain Fernando Ortiz comme une zone de transculturation. Ce mécanisme donnant-donnant fait sens, puisqu’il a contribué à l’émergence de reconfigurations particulièrement créatives. Par cette interpénétration des économies scolaires, nations américaines et européennes ont indéniablement développé et affiné de nouvelles réalités pédagogiques.Cet ouvrage collectif, qui réunit d’éminents spécialistes brésiliens et européens, plaide pour un désenclavement de l’histoire de l’éducation, qu’il s’agit de penser au-delà d’une recherche des similitudes et des différences. Dans ce sens, il restitue l’idée d’une « homogénéisation silencieuse » des savoirs scolaires des deux côtés de l’Atlantique, bien davantage marqués par des échanges polyphoniques et des mécanismes d’emprunts et d’appropriations que par des constructions ex nihilo.

 Avec les contributions de : Maria Helena Camara Bastos, Viktoria Boretska, Jean-Charles Geslot, Laurent Gutierrez et Antoine Savoye, Marianne Helfenberger, Paola Salomé Lopes Garcia, Peri Mesquida et Pierre-Philippe Bugnard, Felipe Ziotti Narita, Vincent Peillon et Marie Vergnon.

Lien vers le site de l’éditeur : https://www.editionsbdl.com/produit/penser-la-circulation-des-savoirs-scolaires-dans-lespace-transatlantique/ 

Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, “L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955)”, 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

Publication – Kathryn Schumaker, “Troublemakers. Students’ Rights and Racial Justice in the Long 1960s”, New-York UP, 2019.

In the late 1960s, protests led by students roiled high schools across the country. As school desegregation finally took place on a wide scale, students of color were particularly vocal in contesting the racial discrimination they saw in school policies and practices. And yet, these young people had no legal right to express dissent at school. It was not until 1969 that the Supreme Court would recognize the First Amendment rights of students in the landmark Tinker v. Des Moines case.

A series of students’ rights lawsuits in the desegregation era challenged everything from school curricula to disciplinary policies. But in casting students as “troublemakers” or as “culturally deficient,” school authorities and other experts persuaded the courts to set limits on rights protections that made students of color disproportionately vulnerable to suspension and expulsion.

Troublemakers traces the history of black and Chicano student protests from small-town Mississippi to metropolitan Denver and beyond, showcasing the stories of individual protesters and demonstrating how their actions contributed to the eventual recognition of the constitutional rights of all students. Offering a fresh interpretation of this pivotal era, Troublemakers shows that when black and Chicano teenagers challenged racial discrimination in American public schools, they helped remake American constitutional law and establish protections of free speech, due process, equal protection, and privacy for students.

Publication – Brian Titley, “Into Silence and Servitude. How American Girls Became Nuns, 1945-1965”, 2017.

For many American Catholics in the twentieth-century the face of the Church was a woman’s face. After the Second World War, as increasing numbers of baby boomers flooded Catholic classrooms, the Church actively recruited tens of thousands of young women as teaching sisters. In Into Silence and Servitude Brian Titley delves into the experiences of young women who entered Catholic religious sisterhoods at this time.

The Church favoured nuns as teachers because their wageless labour made education more affordable in what was the world’s largest private school system. Focusing on the Church’s recruitment methods Titley examines the idea of a religious vocation, the school settings in which nuns were recruited, and the tactics of persuasion directed at both suitable girls and their parents. The author describes how young women entered religious life and how they negotiated the sequence of convent “formation stages,” each with unique challenges respecting decorum, autonomy, personal relations, work, and study. Although expulsions and withdrawals punctuated each formation stage, the number of nuns nationwide continued to grow until it reached a pinnacle in 1965, the same year that Catholic schools achieved their highest enrolment.

Based on extensive archival research, memoirs, oral history, and rare Church publications, Into Silence and Servitude presents a compelling narrative that opens a window on little-known aspects of America’s convent system.

Publication – Alejandro Martínez Dhier y Celia Pradis García (dir.), “Las universidades durante el proceso de democratización española (1968-1983). Una perspectiva jurídica”, 2017.

El papel que jugaron las universidades en la Transición española es el tema que aborda este libro editado por la editorial Dykinson con los principales resultados de un proyecto de investigación financiado por el Centro de Estudios Andaluces en su convocatoria de 2014.

La obra supone una valiosa contribución al estudio de este periodo de nuestra historia reciente, ya que ofrece una nueva mirada focalizada en el papel que jugaron en ese momento profesores y estudiantes en las facultades de Derecho.

La Universidad, como institución, es producto de un largo devenir histórico, siendo, como han puesto de manifiesto la mayoría de los autores, una de las instituciones sociales más sensibles, pues está intrínsecamente ligada con la sociedad en la que se encuentra y a la que sirve, ocupando dentro de su entramado administrativo, las Facultades de Derecho, desde su origen, el eje central de todo el sistema de la enseñanza superior.

Partiendo de la perspectiva de la Historia del Derecho, como disciplina académica, se ha iniciado el estudio en una época concreta, no muy lejana a la “realidad actual”, y se ha querido reconstruir, en parte, la “realidad histórica” de un periodo crucial en la historia de nuestro país, el período comprendido entre 1968 y 1983, centrado especialmente en los estudios jurídicos.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search