AAC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020

Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (xixe-xxie siècles)

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal of Educational History (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics.

Parmi les réformes qui mériteraient un examen plus approfondi, nous aimerions signaler, sans prétendre à l’exhaustivité :

Pour le cas français :

–        La prise en charge par l’État de la rémunération des instituteurs en 1889, ainsi que celle des professeurs de collège en 1925

–        La réforme de la taxe d’apprentissage en 1971

–        La vague de nationalisation des collèges des années 1950 aux années 1970

–        Les aspects financiers de la décentralisation scolaire initiée en 1982-1983, tant pour l’enseignement public que pour l’enseignement privé

Pour le cas suédois :

–        La centralisation de la rémunération des instituteurs (1910-1930)

–        La réforme du système d’aide aux étudiants (1900-1950)

–        La création des « grundskole » dans les années 1950 et leur réforme en 1962 (grundskolereformen)

–        La décentralisation de l’école primaire suédoise en 1989-1991, dite encore « municipalisation » (komunaliseringen)

–        L’introduction des « chèques éducation » (1992)

Dans leurs recherches, nous invitons les auteurs à être attentifs à la pluralité de facteurs susceptibles d’éclairer l’adoption de telle ou telle réforme. La réforme peut officialiser l’existence de flux financiers, qui se seraient progressivement développés en dehors du cadre fixé par les textes. Elle peut aussi instaurer de nouvelles sources de financement. Dans tous les cas, il faut apprécier le poids des modèles idéologiques qui apportent les justifications nécessaires à toute modification dans la répartition des charges incombant aux différents financeurs : conceptions concurrentes de ce qu’implique l’égalité (entre individus, genres, classes sociales, territoires) ; visions alternatives des caractéristiques d’une organisation efficace.  Enfin, les auteurs devront, dans la mesure du possible, s’efforcer d’apprécier les effets à court, moyen et long terme des réformes étudiées, sans préjuger de la conformité de ces effets aux objectifs initialement poursuivis.

Consignes pour les auteurs

Les propositions devront inclure :

–        le nom de l’auteur, ses coordonnées électroniques et son affiliation institutionnelle

–        un titre et un résumé (700-800 mots) en français, en anglais, ou dans une langue scandinave

–        une bibliographie.

Ces propositions seront adressées conjointement à Clémence Cardon-Quint (clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr) et Johannes Westberg (b.a.j.westberg@rug.nl).

Comité scientifique

Les articles seront soumis à une expertise en double aveugle. Les comités scientifiques de la revue Histoire de l’éducation et du Nordic Journal of Educational History sont garants du bon déroulement du processus.

Calendrier

–        Clôture de l’appel à contributions : 1er mai 2020.

–        Réponse aux auteurs : 1er juin 2020.

–        Novembre 2020 (date précisée ultérieurement) : Présentation et discussion d’une première version des articles et de l’introduction du dossier, soit, si la situation sanitaire l’autorise, lors d’un atelier de travail organisé à Bordeaux, soit via une série de webinaires.

–        Janvier 2021 : remise des articles

–        Janvier-mars 2021 : expertise en double aveugle

–        Mai 2021 : remise des versions revues et amendées des articles

–        Mai 2021-septembre 2021 : traduction professionnelle des articles (financée et supervisée par les organisateurs)

–        Hiver 2021 : publication

 

Bibliographie

Ansell Ben W., From the Ballot to the Blackboard: The Redistributive Political Economy of Education, Cambridge, Cambridge University Press (coll. « Cambridge Studies in Comparative Politics »), 2010.

Busemeyer Marius R., Skills and Inequality: Partisan Politics and the Political Economy of Education Reforms in Western Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Busemeyer Marius R., The Impact of Fiscal Decentralisation on Education and Other Types of Spending, Rochester, NY, Social Science Research Network, 2007.

Cappelli Gabriele et Vasta Michelangelo, « Can school centralization foster human capital accumulation? A quasi-experiment from early twentieth-century Italy », The Economic History Review, 22 juillet 2019.

Condette Jean-François (ed.), Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 412 p.

Forsberg, Håkan. « School Competition and Social Stratification in the Deregulated Upper Secondary School Market in Stockholm. » British Journal of Sociology of Education 39, no. 6 (2018): 891-907.

Gambin Lynn, Hogarth Terence, “Who pays for skills? Differing Perspectives on Who Should pay and Why”, in John Buchanan, David Finegold, Ken Mayhew, Chris Warhurst (ed.), The Oxford Handbook of Skills and Training, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 652-670.

Huitric Solenn, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), Thèse de doctorat, Université de Lyon, France, 2016.

Lundahl, Lisbeth. « A Matter of Self-Governance and Control the Reconstruction of Swedish Education Policy: 1980-2003. » European Education 37, no. 1 (2005): 10-25.

Mitch David F., « The Impact of Subsidies to Elementary Schooling on Enrolment Rates in Nineteenth-century England », Economic History Review, Second Series, août 1986, vol. 39, no 3, p. 371‑391.

Piketty Thomas, Capital et idéologie, Paris, Éditions du Seuil, 2019, 1197 p.

Román, Henrik, Stina Hallsén, Andreas Nordin, and Johanna Ringarp. « Who Governs the Swedish School? Local School Policy Research from a Historical and Transnational Curriculum Theory Perspective. » Nordic Journal of Studies in Educational Policy, no. 1 (2015): 81-94.

Savoie Philippe, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS, 2013, 501 p.

Théret Bruno, « Les dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1991, vol. 46, no 6, p. 1335‑1374.

Le nouveau portail documentaire des données statistiques de la DEPP est en ligne

Le nouveau portail documentaire des données statistiques de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) est en ligne et accessible à l’adresse suivante: 

https://archives-statistiques-depp.education.gouv.fr/Default/ 

La DEPP est heureuse de mettre à la disposition des chercheurs/doctorants ainsi que du grand public son fonds de documents statistiques. Vous trouverez aussi bien les publications récentes : Notes d’information que des archives qui remontent pour certaines aux années 1960.

Nous avons souhaité mettre à votre disposition des liens vers nos articles scientifiques déposés dans HAL-SHS, vers les publications versées dans la Bibliothèque de la statistique publique de l’INSEE mais aussi des documents hors collections fruit d’un travail de plusieurs années pour collecter des données au format Excel comme les Séries historiques dont certain fichier remonte à 1930.

Une recherche thématique vous est proposée par bloc selon 6 grands thèmes vous permettant d’aller directement à l’essentiel.

Motion du comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation

Le comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation dénonce les orientations de la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Il exprime sa solidarité avec les personnels d’OpenEdition, et considère comme légitime l’usage de leur outil de travail numérique dans l’exercice de leur droit de grève. Il tient enfin à rappeler les éléments suivants :

–         L’exacerbation de la mise en concurrence des chercheurs à temps plein et enseignants-chercheurs détériore le climat de travail, au détriment du bien-être des individus, de la qualité des recherches et de l’investissement parallèle dans l’enseignement.

–        La multiplication des contrats précaires en début de carrière interdit aux jeunes chercheurs de s’engager dans des projets ambitieux sur la durée et déstabilise leur vie personnelle. Des créations d’emplois pérennes seraient plus adaptées aux besoins de la recherche comme à ceux d’un enseignement supérieur en expansion.

–        La priorité donnée aux critères quantitatifs dans l’évaluation de la production scientifique a de nombreux effets pervers. Elle accroît la place des non-spécialistes des domaines d’étude concernés dans les procédures d’évaluation. Elle entraîne les chercheurs dans une course aux publications qui démultiplie les tâches d’expertise et d’édition, et appauvrit, dans le même temps, la qualité et la densité des travaux publiés.

–  Seule une évaluation par les pairs, et par des instances ayant une connaissance fine des différents champs de recherche concernés, permet de porter des jugements sur l’intérêt et l’importance des diverses productions et contributions.

–        Le développement de la gestion de la recherche par projet, sans accompagnement adéquat, alourdit considérablement le poids des tâches administratives (recherche de financement, reddition de comptes) qui détournent le chercheur du cœur de son activité : la production et la transmission des savoirs.

Pour ne pas pénaliser les auteurs, la revue poursuivra ses travaux pendant la mobilisation.
Cette motion a été adoptée par le comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation le 2 mars 2020.

Appel à communications – International Conference « From school inspectors to school inspection ». Prague

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications pour le colloque « From school inspectors to school inspection », organisé en septembre 2020 à Prague.

Date limite de soumission: 15 janvier 2020

From school inspectors to school inspection.
Supervision of schools in Europe from the Middle Ages to Modern times


Organizors: The National Pedagogical Museum and the Library of J. A. Comenius, the Institute of History of the Czech Academy of Sciences, the Faculty of Science, Humanities and Education of Technical University in Liberec, in cooperation with the Humboldt-Universität zu Berlin, Lehr- und Forschungsbereich Historische Bildungsforschung.

Term and place of the conference: 9th–10th September 2020, Prague, The National Pedagogical Museum and the Library of J. A. Comenius

Length of presentations: 20 minutes

Conference languages: English, German and Czech

The issue of supervision and inspection of education represents an essential and hitherto neglected theme of historical-educational research. The research often focuses mainly on the personalities of educational reformers who determined changes in educational concepts and founded educational and training institutions, leading to the transformation of education and training to a greater or lesser extent. In this perspective, the “progress” of education is unstoppable. However, it is clear that the course of school education and the processes of training and education are also largely determined by “anonymous” laws and other regulations that correspond to the interests of “cultural reproduction” of society (Pierre Bourdieu).

In the “field of school conduct”, an essential role is played by the institutions of supervision and inspection of education and individual personalities promoting supervisory practices and applying sanctions in case of non-compliance or gross violation of the given order. The supervision of education is thus a cultural symbol of the times. The role and function of the supervision of education and training can be analyzed within a historical context or an applicable cultural pattern; the “impersonal rules” of supervision, but also the “mental habitus” of supervisors or inspectors can be reconstructed.

The conference will focus on the analysis and reconstruction of the processes of “supervision” of education, the system and practices of the exercise of inspection power, and the “physics” of supervisory power (Michel Foucault). It will analyze external symbols (regulations, minutes or protocols, inspection reports, inspection institutions including their material support) as well as “invisible”, internalized and thus “natural” customs or procedures in inspection processes, and also rules and a scenario of the “presentation” of the supervision of training and education.

Last but not least, the issue of changes in the supervisory processes of the relationship  between external control and mechanisms of the autonomous education management will be explored. Medieval, early modern and modern education at all levels represented a fundamental means for the church or the state to consolidate and legitimize the power of church, state and other institutions (cities) that determined the order and image of the world at the time.

Therefore, supervision of education was an important area of concern for both spiritual and political power. The practices of supervising education in the medieval, early modern and modern systems were rather diverse, but they had a common denominator: the interest of “higher” power. In the post-modern era, within an open, “liquid” society that permanently reflects the starting points of the system of power and thus relativizes them, the system of supervision of education ceases to play primarily the role of control, but is taking the form of a support of the autonomous management of educational institutions. The analysis will deal with the question of how and why this “turnaround” is happening and what it means for contemporary education.

Continuer la lecture de « Appel à communications – International Conference « From school inspectors to school inspection ». Prague »

Séminaire – « Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe ? », ENS Ulm

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire « Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe ? Perspectives et impasses de la construction scolaire de la conscience historique».

Le séminaire est organisé sous l’égide des laboratoires Agora (EA 7392, université Cergy-Pontoise), Centre Maurice Halbwachs, IHTP (CNRS-UMR8244) et de l’INSPE de l’académie de Versailles. Il a lieu à l’École Normale Supérieure (48 bd. Jourdan, 75014 Paris) salle R3-35, 3e étage. Les séances ont lieu de 17h à 19h.

Prochaine séance: 4 décembre

Mathieu KROON GUTIERREZ (doctorant, université de Cergy- Pontoise – université du Luxembourg) L’histoire dans les Ecoles européennes : le réalisme déguisé en prétention cosmopolite ?

Programme complet

Continuer la lecture de « Séminaire – « Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe ? », ENS Ulm »

Colloque Jean-Pierre Chevènement, (Belfort et Mulhouse, 14 et 15 nov. 2019)

Qui ne connaît Jean-Pierre Chevènement, rare homme politique français affublé par les médias d’un surnom, le Che, qui à soi seul justifierait une longue analyse ? Député (1973-2002), président du Conseil régional de Franche-Comté (1981-1982), maire de Belfort (1983-2007), ministre de la recherche et de l’Industrie (1981-1983), de l’Education nationale (1984-1986), de la Défense (1988-1991), de l’Intérieur (1997-2000), sénateur du Territoire de Belfort (2008-2014), il a marqué de son empreinte originale la gauche française et la vie politique pendant plus de quarante ans. L’écart est grand, pourtant, entre l’importance des fonctions occupées par Jean-Pierre Chevènement et la connaissance de son action comme de son influence dans la culture politique de notre temps. 
 
La recherche historique ne s’étant curieusement pas encore intéressée à cette figure, ni aux rythmes pas toujours synchronisés entre les fonctions que Jean-Pierre Chevènement a exercées et son influence dans le débat public, l’ambition du colloque (suivi d’une publication), est d’appréhender scientifiquement cet acteur majeur de la Ve République. Pour ce faire, historiens du politique, de l’économie, de l’éducation, des relations internationales, de la défense ou de l’aménagement du territoire, mais aussi politistes et sociologues, sont sollicités pour unir leurs compétences, croiser leurs approches et travailler à partir de sources inédites. 
 
Alors que l’histoire politique porte une attention renouvelée aux acteurs, sans renier l’ambition de restituer l’individu dans le collectif (importance des réseaux, articulation entre le décideur et l’opinion publique, approches globales, socio-culturelles, du politique), il s’agira d’analyser et de comprendre la formation, la pensée et l’action multi-scalaire d’un homme dont les combats pour la République, l’école, la puissance industrielle et militaire de la France comme l’attachement à la souveraineté nationale, transcendent la géographie partisane de la Ve République. La dimension internationale de la trajectoire de Jean-Pierre Chevènement sera interrogée à travers sa formation et ses expériences de la guerre d’Algérie, la guerre froide, l’effondrement de l’URSS, la guerre du Golfe et les printemps arabes. Les conceptions européennes de Jean-Pierre Chevènement, la façon dont le souverainisme de gauche a été reçu en Allemagne avant, pendant et après la réunification, seront également interrogées.
 
Trois thématiques pourront faire l’objet de propositions originales : 
  • La République, la nation et la gauche ; 
  • L’Etat stratège du local à l’international ;
  • La souveraineté nationale, l’Allemagne et l’Europe.
Organisée les 14 et 15 novembre 2019 par les historiens de l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard (UTBM, Pierre Lamard et Laurent Heyberger) et par ceux de l’Université de Haute-Alsace (UHA, Renaud Meltz et Régis Boulat), la manifestation est patronnée par un Conseil scientifique composé de Jean-Paul Bled (professeur émérite, Université Paris IV),  Jean-Claude Daumas (professeur émérite, Université de Franche-Comté), Jean-Paul Barrière (Professeur, Université de Franche-Comté) et Alain Chatriot (Professeur, IEP Paris).

 

Dates à retenir : 
  • Date limite de soumission des propositions de communication [court CV et résumé problématisé de 3000 mots] : 7 juillet 2019 
  • -Décision du comité scientifique : 14 juillet 2019 
  • Contacts : regis.boulat [at] uha.fr etrenaud.meltz [at] uha.fr

AàC : Journée d’études « Penser l’attractivité des métiers de l’enseignement : des agendas politiques aux travaux scientifiques » (Dijon, 18 juin 2019)

Modalités de soumission :

  • Nous attendons des propositions d’une page maximum énonçant le titre de la communication, l’affiliation de l’auteur·e et ses coordonnées, la problématique traitée accompagnée d’une courte bibliographie, les données mobilisées, la méthodologie privilégiée, ainsi qu’une esquisse des résultats et des conclusions.
  • Les propositions de communication peuvent encore être envoyées jusqu’au 1er mars 2019 à : geraldine.farges [at] u-bourgogne.fr et loic.szerdahelyi [at] u-bourgogne.fr
  • Calendrier :
    • Diffusion de l’appel à communications : Début décembre 2018
    • Date limite de proposition de communication : 15 janvier 2019-1er mars 2019
    • Annonce des communications retenues : Fin mars 2019
    • Réception des textes : Fin mai 2019
    • Journée d’étude : 18 juin 2019
    • Valorisation scientifique : À l’issue de la journée d’étude, les communicant·es seront invité·es à proposer leurs travaux pour publication d’un numéro thématique dans une revue scientifique. Les articles suivront alors le processus habituel de publication selon le calendrier et les critères de la revue.

Soutenance de Camille Vergnaud

Universités et universitaires en leurs territoires : quelles implications pour quelles missions ? Etude comparée des cas de Syracuse University (Etats-Unis) et de l’université Paris Nanterre (France)

La soutenance aura lieu le vendredi 30 novembre à 14h à l’université Paris Nanterre, en salle de séminaire n° 2 au RDC du bâtiment Max Weber.

Le jury sera composé de :

  • Jérôme AUST : Chargé de recherche FNSP (examinateur)
  • Hélène DANG VU : Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (examinatrice)
  • Sylvie FOL : Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)
  • Myriam HOUSSAY- HOLZSCHUCH : Professeure à l’Université Grenoble Alpes (rapporteure)
  • Sonia LEHMAN-FRISCH : Professeure à l’Université Paris Nanterre (examinatrice)

Publication – Mathieu Brejon de Lavergnée, « Le temps des cornettes. Histoire des Filles de la Charité (XIXe-XXe siècles) »

Résumé : qui ne connaît, au moins par leur riche iconographie, les célèbres cornettes des Filles de la Charité  ? Fondée par saint Vincent de Paul et Louise de Marillac au XVIIe siècle, la petite communauté parisienne a rapidement gagné la France des villes et des villages pour devenir la principale congrégation de sœurs actives à la fin de l’Ancien Régime. «  La rue pour cloître  »  : telle était la règle de vie originale de ces femmes, ni cloîtrées ni mariées mais célibataires vouées au service des pauvres.
Après un premier tome consacré à la période moderne, Matthieu Brejon de Lavergnée aborde ici les deux siècles suivants, entre Révolution française et Deuxième Guerre mondiale. «  Le temps des cornettes  »  : c’est celui d’un nouveau contrat social entre États et Églises pour répondre aux pauvretés de l’âge industriel comme à la forte demande d’éducation, de santé et de loisirs des sociétés urbanisées. Sensibles à la conjoncture politique, les Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul connaissent aussi exil et martyre en France, au Mexique ou en Chine. L’échelle des cornettes est désormais globale, de l’Europe à ses espaces coloniaux comme aux nouveaux mondes américains. Missionnaires, elles exportent un culte marial si français depuis les apparitions de Catherine Labouré en 1830. Mais encore institutrices, infirmières, éducatrices ou syndicalistes, elles accompagnent les nouveaux fronts de la professionnalisation féminine au xxe siècle. Elles contribuent ainsi à redessiner les rapports de genre au sein de sociétés dures aux femmes. Féministes, les bonnes sœurs  ? La question mérite d’être posée.
C’est tout l’intérêt de cet ouvrage, appuyé sur de riches archives, que d’évoquer avec rigueur le rôle capital joué par des générations de femmes qui ont lié horizon spirituel et travail social.

Colloque international – Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968 (Université Panthéon-Sorbonne, 7-8 juin 2018)

Colloque international organisé par l’Université de Normandie Rouen et TRIANGLE-UMR 5206 les 7 et 8 juin 2018 par Ludivine Bantigny, Boris Gobille, Eugénia Palieraki.

au Centre d’histoire sociale du XXe siècle 9 rue Malher Paris 4e.

D’abord, les étudiants et les lycéens ; ensuite, les salariés ; enfin, le pouvoir qui tente, en reprenant la main, de les canaliser. Tel est le schéma généralement mobilisé pour commenter les événements de 1968, aussi bien en Allemagne qu’en France, en Pologne et en Tchécoslovaquie, au Sénégal et au Mexique, ou bien encore au Brésil et en Uruguay – une sorte de valse à trois temps, une chorégraphie bien réglée. Pourtant, cette tripartition mécanique ne résiste pas à l’examen bien longtemps : ni en termes chronologiques, quand chaque moment est porteur de rencontres entre des mondes sociaux qui parfois s’ignoraient, de dialogues et de solidarités ; ni du point de vue politique, tant un projet essentiel de 1968, mis en pratique, repose dans un grand désir de décloisonnements sociaux. A rebours de la séparation chronologique autant que politique entre les différents acteurs de la contestation, et de la thèse du « rendez-vous manqué » entre étudiants et travailleurs qui, s’autorisant d’images évocatrices comme celle des grilles ouvrières refermées devant un cortège étudiant à Renault-Billancourt, guide encore trop souvent la mémoire collective des années 1968, ce colloque entend précisément porter la focale sur les « métissages sociaux » (Bernard Pudal) et les « rencontres improbables » (Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel) qui ont jalonné les événements et qui leur ont donné leur force de rupture de l’ordre social et symbolique.

D’abord, les étudiants et les lycéens ; ensuite, les salariés ; enfin, le pouvoir qui tente, en reprenant la main, de les canaliser. Tel est le schéma généralement mobilisé pour commenter les événements de 1968, aussi bien en Allemagne qu’en France, en Pologne et en Tchécoslovaquie, au Sénégal et au Mexique, ou bien encore au Brésil et en Uruguay – une sorte de valse à trois temps, une chorégraphie bien réglée. Pourtant, cette tripartition mécanique ne résiste pas à l’examen bien longtemps : ni en termes chronologiques, quand chaque moment est porteur de rencontres entre des mondes sociaux qui parfois s’ignoraient, de dialogues et de solidarités ; ni du point de vue politique, tant un projet essentiel de 1968, mis en pratique, repose dans un grand désir de décloisonnements sociaux. A rebours de la séparation chronologique autant que politique entre les différents acteurs de la contestation, et de la thèse du « rendez-vous manqué » entre étudiants et travailleurs qui, s’autorisant d’images évocatrices comme celle des grilles ouvrières refermées devant un cortège étudiant à Renault-Billancourt, guide encore trop souvent la mémoire collective des années 1968, ce colloque entend précisément porter la focale sur les « métissages sociaux » (Bernard Pudal) et les « rencontres improbables » (Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel) qui ont jalonné les événements et qui leur ont donné leur force de rupture de l’ordre social et symbolique.

Continuer la lecture de « Colloque international – Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968 (Université Panthéon-Sorbonne, 7-8 juin 2018) »