Parution – “Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe-XXIe siècles)”, volume 1, “Approches historiographiques”, revue Histoire de l’éducation

ENS Lyon, IFé, 2019.

L’histoire des élèves, tout en existant, a longtemps été le parent pauvre des travaux en histoire de l’éducation alors que les autres acteurs éducatifs étaient bien davantage travaillés (enseignants, étudiants, administrateurs etc.), tout comme le cadre législatif (les grandes lois, les réformes), les savoirs scolaires et les idées et méthodes pédagogiques. L’élève a longtemps été perçu au travers du seul prisme des représentations que délivrent les textes prescrits (définition d’un élève modèle), les témoignages littéraires et les récits de vie souvent écrits a posteriori ou les documents iconographiques. Il a ensuite été pris en considération mais comme unité de compte dans une volonté forte de disposer de statistiques sur la scolarisation et ses différentes formes selon les filières existantes. À partir du début des années 1990 cependant, les historiens, comme les sociologues, se saisissent davantage de cet acteur central des réalités scolaires qu’est l’élève pour étudier ses caractéristiques, sa vie quotidienne mais aussi ses perceptions et ses engagements dans la vie de l’établissement et dans la vie de cité. Ce numéro propose cinq approches historiographiques qui permettent de mettre en perspective l’évolution de la recherche sur l’histoire des élèves en France (époque moderne puis contemporaine), en Italie, dans trois pays de langue germanique et aux États-Unis.

Publication – Collectif, “Les foulards de la discorde. Retours sur l’affaire de Creil, 1989”.

Fondation Jean Jaurès/éditions l’Aube, 2019.

Résumé : en France, le débat public se focalise régulièrement sur des questions mêlant statut des femmes, islam et laïcité. Cette structuration trouve sa première cristallisation dans « l’affaire du foulard » qui se déroule à Creil en 1989. Que recouvre cette appellation, restée dans les mémoires ? Comment trois foulards de collégiennes ont-ils pu susciter autant de prises de position et de polémiques ? En étudiant les différentes facettes, les auteurs montrent que cette affaire a constitué un tournant de l’histoire récente de notre pays.

Parution – Dominique Missika & Bénédicte Vergez Chaignon, “Nous, les enfants de la guerre 1939-1945”

Tallandier, 2019.

Résumé : raconter en images la vie des enfants sous l’Occupation est inédit. Il faut retrouver les traces de ces destins, les plus terribles comme les plus ordinaires. Tous les enfants ont en commun d’avoir continué à jouer aux billes ou à la poupée, à s’amuser aux séances de Guignol ou à construire des cabanes dans la forêt. Parfois jusque dans les camps d’internement où les enfants juifs sont parqués avant d’être déportés. Mais avoir 10 ans en 1940, c’est aussi être obligé de quitter sa maison pendant l’exode, de se cacher si on est juif, c’est être exposé à la faim et au froid, ébranlé par les séparations, les deuils, l’absence de son père ou de son frère, prisonniers de guerre ou partis pour le STO. Autant de souvenirs enfouis et ici restitués grâce à des lettres retrouvées, des rédactions, des photos de classe ou des albums de famille, des dessins, des témoignages, des jouets conservés dans les greniers. Car si les enfants subissent l’Histoire, ils y participent aussi à leur manière, à leur hauteur. On n’oublie pas son enfance, elle vous marque à jamais. Un magnifique album pour comprendre et découvrir la vie quotidienne des enfants de la guerre

Parution – “Les reconfigurations des universités françaises : entre influences internationales et particularismes nationaux”, Revue française d’administration publique

RFAP, 2019

Résumé : au cours de la dernière décennie, le système d’enseignement supérieur français a fait l’objet d’une vague de réformes au rythme et au contenu inédits dans son histoire. Le renforcement de l’autonomie des universités, l’introduction de la mesure de la performance de la formation supérieure et de la recherche scientifique, la distinction d’unités de recherche et d’établissements d’excellence, la construction d’universités de « taille critique »… sont autant de politiques qui visent à répondre à un nouvel ordre européen et global au sein duquel les universités françaises sont appelées à devenir de véritables acteurs de l’économie de la connaissance, mais aussi à améliorer leur positionnement dans un paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche désormais internationalisé et concurrentiel. Ce dossier thématique, qui réunit des contributions de scientifiques d’horizons disciplinaires différents, d’experts et praticiens de l’administration du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, examine la nature et le degré de changement de la configuration universitaire à la française, en analysant tour à tour les transformations de la profession académique, de la gouvernance des universités et de leurs modes de pilotage par l’État, dans un contexte européen et international qu’il n’est plus possible d’ignorer.

Publication – Bénédicte Vergez-Chaignon, “Une juvénile fureur. Bonnier de la Chapelle, l’assassin de l’amiral Darlan”

Perrin, 2019.

Résumé : le garçon qui tua l’amiral Darlan. L’amiral Darlan, ancien chef du gouvernement de Vichy, haut-commissaire de la France en Afrique, est assassiné à Alger, le 24 décembre 1942, par Fernand Bonnier de La Chapelle, fusillé le surlendemain. Le nom du meurtrier se retrouve au détour de tous les ouvrages traitant des événements de la Seconde Guerre mondiale. Il est le prototype de l’illustre inconnu qui, agent supposé inconscient d’un complot qui le dépasse, entre abruptement dans l’Histoire pour en sortir aussitôt.

De lui, pourtant, on ne sait rien. Il avait vingt ans. On dit qu’il aurait appartenu aux Chantiers de la jeunesse ou aux Corps francs d’Afrique. On répète qu’il était royaliste. Sa particule semble corroborer ces opinions monarchistes. Seulement, Fernand Bonnier de La Chapelle n’appartenait plus aux Chantiers de la jeunesse et il n’a jamais fait partie des Corps francs d’Afrique. Sa particule n’est qu’un leurre et « dans ses veines, écrira son père, ne coulait que le sang rouge des vrais républicains. »

Issu d’une famille aventureuse, mais élevé au sein d’une bourgeoisie fortunée et progressiste, Fernand Bonnier de La Chapelle n’eut, à partir de la défaite de 1940, qu’un rêve : partir en Angleterre pour se battre et faire quelque chose de grand. Un rêve sans cesse empêché qui devait le conduire à rencontrer tout autrement sa destinée, la veille de Noël 1942. A l’aide d’archives totalement inédites, Bénédicte Vergez-Chaignon retrace pour la première fois le parcours de celui dont le général de Gaulle écrivit qu’il avait agi, soulevé par une « juvénile fureur ».

Publication – Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer

Editions du Signe, 2019.

Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer, Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 479 p. (ISBN 978-2-7468-3736-2, 25 €)

Résumé : le 12 novembre 1887, Gustave Stoskopf, un jeune homme de dix-huit ans, quitte Brumath, alors en Alsace allemande, et part à Paris pour y apprendre la peinture. Ces années d’apprentissage sont connues par la correspondance régulière qu’il entretient avec sa mère et par un récit autobiographique sur la vie d’artiste à ParisLa publication parallèle de ces deux documents inédits offre un témoignage sur l’enseignement des Beaux-Arts délivré à la fin du XIXe siècle dans les académies Colarossi et Julian, mais aussi à Munich où l’artiste fait un bref séjour en 1892. Au fil des lettres, c’est en même temps tout un vécu qui s’exprime, entre une mère inquiète, en attente de nouvelles, et un fils qui raconte et veut rassurer, entre un horizon assombri par la maladie incurable d’un fils cadet et les espérances du succès de l’aîné, entre la difficulté de vivre sous le régime prussien et celle d’être considéré comme un Allemand à Paris. Quant à la langue et à ses maladresses, elles témoignent également de ce moment de l’histoire d’Alsace et participe de l’émotion qui se dégage de cet échange.

Gustave Stoskopf (1869-1944) fera carrière à Strasbourg comme peintre, auteur dramatique, galeriste, patron de presse.

Parution – Cecilia Rikap et Hugo Harari-Kermadec, “Motivations for collaborating with industry: has public policy influenced new academics in Argentina?”, revue Studies in Higher Education

Résumé : Quels sont les effets du financement par appel à projet de la recherche, avec une priorité pour les collaborations avec l’industrie et le transfert technologique ? A partir d’une enquête par questionnaire auprès des doctorants et post-doctorants argentins, nous montrons une importante hétérogénéité des situations, disciplinaire et géographique. Le financement direct des collaborations universités-entreprises semble produire peu d’effets, ces collaborations étant plus efficacement induites par l’orientation des appels à projets vers certains thèmes stratégiques définis par le ministère des sciences et technologies.

Parution – “Humanités et citoyenneté. L’enseignement des lettres et des langues en France, en Suisse et en Belgique au XIXe siècle”, revue Histoire de l’éducation

ENS éditions, 2019.

Résumé : ce dossier examine l’évolution et les métamorphoses de l’enseignement des lettres et des langues en France, en Suisse et en Belgique au cours du XIXe siècle. Il étudie les controverses qui ont émergé autour de la place à accorder aux disciplines littéraires dans les cursus scolaires ainsi que les différentes solutions envisagées par les milieux réformateurs pour trouver un équilibre idéal entre les langues classiques et vivantes. Basées sur des recherches archivistiques récentes, les contributions permettent de comparer et de mieux comprendre les spécificités des réponses apportées à ces problèmes dans plusieurs contextes culturels. Elles mettent aussi en lumière les dimensions transnationales des réformes scolaires européennes et soulignent plus particulièrement l’importance de la circulation d’idées, d’acteurs et de modèles entre et par-delà les frontières nationales.

Continuer la lecture de « Parution – “Humanités et citoyenneté. L’enseignement des lettres et des langues en France, en Suisse et en Belgique au XIXe siècle”, revue Histoire de l’éducation »

Parution – Marie-Thérèse Duffau, “Bruno de Solages Biographie d’un intellectuel engagé (1895-1983)”, 2019.

Pierre Téqui éditeur, 2019.

Hormis un recueil de témoignages et des actes de colloque, Bruno de Solages n’a fait l’objet d’aucune étude approfondie, moins encore d’une biographie, malgré l’importance de son parcours d’intellectuel catholique engagé, dans des moments de crises cruciales, tant dans l’histoire de l’Église que de l’Europe en guerre.

Marqué par les personnalités du Cardinal Mercier et du Père Lagrange, il démissionne de son poste de rédacteur en chef à la Revue apologétique quand un article contre l’Action française est refusé. Thomiste, il s’intéresse à la patristique, mais encourage aussi les groupes d’Action catholique, souhaite rapprocher science et foi, s’engage en philosophe chrétien pour défendre Blondel.

Repéré aux Semaines sociales par Mgr Saliège, il devient recteur de l’Institut catholique de Toulouse en 1932, charge qu’il garde jusqu’en 1964, y enseignant aussi la théologie. Appliquant la constitution Deus Scientiarum Dominus, il agrandit l’Institut catholique, ouvre un séminaire et lance des cours de théologie pour les laïcs; dès les années 1930, il en fait un lieu de refuge pour les persécutés et les opposants aux régimes totalitaires. Membre actif de la Résistance spirituelle et intellectuelle contre le nazisme et Vichy, il est déporté en 1944.

À partir de 1945, il devient le défenseur de la théologie française en aidant Teilhard de Chardin, dont il diffuse la pensée, et Henri de Lubac. Très actif sur tous les fronts, il publiera tardivement les œuvres pensées dans sa jeunesse. 

Publication – Manon Pignot, “L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918”

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

Publication – Maryse Cuvillier, Des mathématiques pour les filles ? L’exemple de l’enseignement primaire de la Somme de 1881 à 1923

Presses universitaires du Septentrion, 2019.

À l’école primaire de la fin du XIXe siècle, les performances des filles en mathématique sont inférieures à celles des garçons. Sont-elles privées de « la bosse des maths » ou y-a-t-il d’autres raisons à cette situation ? De nouveaux programmes sont publiés à partir de 1881. L’enseignement mathématique se veut « pratique », il vise aussi à développer la réflexion. Ces finalités seront-elles atteintes ? Cela améliorera –t-il les résultats des filles ?

Cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions en étudiant l’histoire de l’enseignement mathématique féminin au primaire, par le biais de sa mise en œuvre dans la Somme. S’appuyant sur des sources très variées, il comble un vide historiographique, ce sujet ayant été peu exploré jusqu’à présent. L’auteure s’attache à entrer non seulement dans les classes, mais aussi dans les salles d’examen, pour saisir les enjeux de cet enseignement, les décalages entre le national et le local, précisant ainsi la culture scolaire acquise par ces élèves.

Publication – Isabelle Le Boulanger, “Enfance bafouée. La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle”

Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Longtemps considérés comme des délits sans victime, les abus sexuels commis sur les enfants sont voués au secret des familles en raison du tabou de la sexualité. Fait banal, scène de crime rurale, décor rudimentaire, jeunes acteurs pauvres et tristement uniformes, la diversité est à rechercher du côté des abuseurs, qui beaucoup prennent l’apparence de monsieur tout le monde. Leur système de défense, véritable démonstration de force, de puissance sexuelle et de virilité révèle, dans toute son âpreté, la représentation sociale de l’abus sexuel au XIXe siècle.

Publication – Véronique Dasen et Patricia Gaillard-Seux (textes réunis par), Accueil et soin de l’enfant (Antiquité, Moyen Âge), revue “Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest”, 2017

Presses universitaires de Rennes, 2017.
Continuer la lecture de « Publication – Véronique Dasen et Patricia Gaillard-Seux (textes réunis par), Accueil et soin de l’enfant (Antiquité, Moyen Âge), revue “Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest”, 2017 »

Publication – Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, “Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve au IIe siècle av. J.-C.”

Presses Universitaires de Rennes, 2019.

Cet ouvrage propose une comparaison des familles grecques et italiennes, du Ve au IIe siècle avant J.-C., afin de mettre en évidence leur grande variété comme leurs similitudes, leurs traits permanents comme leurs évolutions, et d’indiquer les directions prises aujourd’hui par les recherches pour en rendre compte. Ce sont ces multiples dimensions que cet ouvrage se donne pour objet de présenter, dans une démarche interdisciplinaire, comparative et didactique afin d’aider les candidats à l’agrégation d’histoire à bien préparer la question au programme.

Publication – Rebecca Swartz, “Education and Empire Children, Race and Humanitarianism in the British Settler Colonies, 1833–1880”

Palgave Macmillan, 2019.

This book tracks the changes in government involvement in Indigneous children’s education over the nineteenth century, drawing on case studies from the Caribbean, Australia and South Africa. Schools were pivotal in the production and reproduction of racial difference in the colonies of settlement.  Between 1833 and 1880, there were remarkable changes in thinking about education in Britain and the Empire with it increasingly seen as a government responsibility. At the same time, children’s needs came to be seen as different to those of their parents, and childhood was approached as a time to make interventions into Indigenous people’s lives. This period also saw shifts in thinking about race. Members of the public, researchers, missionaries and governments discussed the function of education, considering whether it could be used to further humanitarian or settler colonial aims. Underlying these questions were anxieties regarding the status of Indigenous people in newly colonised territories: the successful education of their children could show their potential for equality.

Publication – Aurélie Damet et Philippe Moreau, “Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve s. av. J.-C.-IIe s. av. J.-C.)”

Armand Colin, 2019.

La question du rapport entre famille et société, aux résonances si contemporaines, constitue le cœur de cet ouvrage. Le lecteur trouvera les définitions nécessaires pour saisir les « familles » grecque et romaine, les parentés de l’alliance et de la naissance, l’unité économique de production, la famille des droits et des devoirs. L’ouvrage offre une synthèse des différentes étapes de la vie en famille (naissance, mariage, adoption, funérailles), ces moments de sociabilité parfois générateurs de tensions, où s’entremêlent des intérêts autant familiaux que civiques : la famille s’inscrit dans la cité, qui la modèle, la contrôle et la surveille car elle en constitue la première unité. En puisant dans les sources dramaturgiques comme dans la documentation épigraphique, en croisant les théories philosophiques et les textes de loi, les auteurs ont souhaité offrir au lecteur un tableau synthétique et vivant des familles et des systèmes de parenté grecs et romains. Histoire du droit, histoire des sentiments, anthropologie de la parenté, histoire sociale, prosopographie, autant de méthodes réconciliées par le prisme familial que propose cette étude.

Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue “Histoire de l’éducation”

ENS Lyon/IFé

L’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient a connu depuis une dizaine d’années de profonds renouvellements. Les systèmes publics d’éducation, les réseaux scolaires missionnaires ou communautaires ou encore l’essor récent de l’enseignement supérieur ont particulièrement retenu l’attention. Ce numéro spécial « Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXsiècle à nos jours » a pour vocation de rendre compte de la fécondité de ces recherches aux spécialistes peu familiers de cette aire culturelle. Il propose tout d’abord une synthèse historiographique sur ce sujet. Il éclaire ensuite les contenus enseignés à travers des manuels d’éducation morale utilisé en Égypte au début du XXe siècle, l’enseignement de l’histoire du Soudan de 1900 à 1960 ou encore l’introduction de la sociologie à l’Université américaine de Beyrouth au début du XXe siècle. Deux autres articles portent sur l’enseignement professionnel à travers l’enseignement agricole en Palestine, Transjordanie et en Irak sous mandat britannique puis indépendants et l’enseignement industriel dans l’Égypte à la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de « Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue “Histoire de l’éducation” »

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), “Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire”

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.