Parution – Lindsey Dodd et David Lees, « Vichy France and Everyday Life »

Trois contributions concernent l’histoire de l’éducation et de l’enfance : 

  • Camille Mahé, « Children and Play in Occupied France »
  • Matthieu Devigne, « Coping in the Classroom: Adapting Schools to Wartime »
  • Lindsey Dodd, « Urban Lives, Rural Lives and Children’s Evacuation »

Présentation de l’éditeur : 

This wide-ranging volume brings together a blend of experienced and emerging scholars to examine the texture of everyday life for different parts of the wartime French population. It explores systems of coping, means of helping one another, confrontations with people or events and the challenges posed to and by Vichy’s National Revolution during this difficult period in French and European history.

The book focuses on human interactions at the micro level, highlighting lived experience within the complex social networks of this era, as French civilians negotiated the violence of war, the restrictions of Occupation, the shortages of daily necessities and the fear of persecution in their everyday lives. Using approaches drawn mostly from history, but also including oral history, film, gender studies and sociology, the text peers into the lives of ordinary men, women and children and opens new perspectives on questions of resistance, collaboration, war and memory; it tells some of the stories of the anonymous millions who suffered, coped, laughed, played and worked, either together at home or far apart in towns and villages across Occupied and Vichy France.

Vichy France and Everyday Life is a crucial study for anyone interested in the social history of the Second World War or the history of France during the twentieth century.

Publication – « Politique(s) de l’éducation : des idéologies au pragmatisme ? », n° 159, revue Administration et éducation

EDITORIAL. Éducation et politique(s) : une relation en question(s).Alain BOISSINOT

UNE VISION MANICHÉENNE QUI NE RÉSISTE PAS TOUJOURS À L’EXAMEN

  • Populisme éducatif et gouvernance de l’école en France Xavier PONS
  • Éducation et politique : l’effet « Mai 68 » Présentation d’un article de Yann FORESTIER par Alain BOISSINOT

POLITIQUES ÉDUCATIVES ENTRE AMBITIONS ET PRAGMATISME, APPROCHES HISTORIQUES ET COMPARATISTES

  • Politique(s) de l’éducation : des idéologies au pragmatisme ? Approches historiques Gérald CHAIX
  • Idéologie et pragmatisme dans le gouvernement des systèmes scolaires Denis MEURET
  • L’école en France du XIXe siècle à nos jours : une affaire politique ou une question technique ? Yves VERNEUIL
  • Une étude de cas : la signature de la déclaration de la Sorbonne et du processus de Bologne. Luigi BERLINGUER, Alain BOISSINOT, Simone BONNAFOUS
  • Le système scolaire allemand : acquis et faiblesses d’une transformation en cours. Werner ZETTELMEIER
  • Les politiques de formation des maîtres. Emmanuel FRAISSE
  • Programmes, curriculums, chez nous et ailleurs.Gérald CHAIX

L’IRRUPTION DE L’ÉCHELON TERRITORIAL

  • Les politiques d’éducation dans les territoires
  • Bernard POULIQUEN

DES PRINCIPES INSTABLES, PARFOIS EN CONTRADICTION AVEC LA MISE EN OEUVRE : DÉCISIONS SCIENTIFIQUES, CHOIX POLITIQUES OU TECHNOCRATIQUES ?

  • Quand les politiques éducatives appellent la recherche à la rescousse. Olivier REY
  • L’éducation prioritaire en France : les paradoxes d’une politique incertaine. Jean-Yves ROCHEX
  • Quels usages des évaluations standardisées des élèves ? Bruno TROSSEILLE
  • Existe-t-il une politique de ressources humaines à l’Éducation nationale ? Marie-Pierre LUIGI
  • Les résultats de la recherche ont-ils un impact sur les politiques éducatives ? Olivier REY
  • Orientation Postbac : une question technique ou politique ? Julien GRENET

Publication – Yvan Chupin, « Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2018) »

Couverture de l’ouvrage (source : PUR, 2018)

Présentation sur le site de l’éditeur : les journalistes sont souvent critiqués pour leur conformisme et leur « formatage ». Mais on ne sait rien de la manière dont ils sont formés en pratique(s). Jusqu’à quel point des écoles peuvent-elles rester autonomes par rapport à l’État ou des entreprises de médias ? Comment ces savoir-faire se sont-ils codifiés ? Comment le contenu des formations est-il défini ? Pour répondre à ces questions, ce livre propose une socio-histoire des écoles de journalisme en France depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il offre un nouveau regard sur le lien peu exploré entre formation et profession.

Publication – « Pédagogies (XIIe-XXe siècles) », n°28, Cahiers de Framespa

Publication – Charles Mercier, « René Rémond »

Présentation de l’éditeur : Qui ne se souvient du long visage de René Rémond (1918-2007), familier durant des années du petit écran les soirs d’élections ? Qui mieux que lui a traversé le XXe siècle avec ses multiples soubresauts, de l’impact des deux guerres à Mai 68, du choc de Vatican II à la sécularisation, des idéologies d’hier aux mentalités politiques d’aujourd’hui ? Plus que d’autres sans doute, il mérite le titre rare « d’historien du présent ». Charles Mercier retrace le parcours de cette figure éminente qui a formé des générations d’étudiants, sous ses différentes facettes. Celle du chercheur libre qui se consacre aux idées politiques dans la durée, au risque d’apparaître marginal. Celle de l’universitaire institutionnellement impliqué, qui préside l’Université de Nanterre et la Fondation nationale des sciences politiques. Celle de l’académicien et expert aussi, sollicité par la République pour résoudre les questions sensibles. Et surtout, il dresse le portrait d’un intellectuel chrétien engagé pour un catholicisme d’ouverture, de l’Action catholique de sa jeunesse au groupe Paroles, mais qui, au soir de sa vie, s’inquiète de l’antichristianisme. Comme l’écrit avec sympathie Pierre Nora dans sa préface : « De la Jeunesse étudiante chrétienne à la consécration publique, Charles Mercier restitue avec justesse et précision l’unité de ce parcours et la courbe de cet épanouissement. »

Publication – Anne-Marie Châtelet, « Architectures scolaires (1900-1939) »

Passage en revue de l’architecture scolaire (écoles, lycées, mais aussi écoles supérieures, collèges…) de la France du début du XXe siècle jusqu’à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale. Dynamisée par les deux lois Ferry successives, qui rendent l’école publique gratuite, laïque et obligatoire jusqu’à 13 ans, l’architecture des bâtiments scolaires connaît un essor monumental au début du siècle et figure dès les années 20 dans les rétrospectives nationales d’architecture, avec des réalisations de grands architectes passées depuis à la postérité et à la classification au patrimoine national. Ce livre en retrace quelques cas « d’école », à travers les réalisations de cinq architectes célèbres : Louis Bonnier à Paris, Henri Ebrard à Nice, Paul Guadet à Besançon, Jacques Debat-Ponsan à Boulogne-Billancourt, François Le Cœur à Paris, Eugène Beaudoin et Marcel Lods à Suresnes.

Parution – « Les étudiant.e.s internationaux », n°10, revue Géo-Regards

La mobilité des étudiant-e-s est porteuse d’enjeux majeurs en termes de développement, de marché du travail, de formation et de politique migratoire. Ce numéro en brosse un tableau suisse et international. Il répond à des questions aussi diverses que les représentations des étudiant-e-s, les raisons de migrer, les politiques publiques, les inégalités d’accès aux études, les différences de genre, la fuite des cerveaux et le destin des étudiant-e-s après le diplôme. Les contributions élargissent considérablement notre compréhension empirique et théorique de la mobilité étudiante.

Sommaire ci-dessous

Continuer la lecture de « Parution – « Les étudiant.e.s internationaux », n°10, revue Géo-Regards »

Parution – Laurence de Cock, « Dans la classe de l’homme blanc. L’enseignement du fait colonial en France des années 1980 à nos jours »

Que faire des enfants de l’immigration coloniale et postcoloniale ? L’école doit-elle adapter ses programmes à leur présence ? La question de l’articulation entre l’universalisme républicain et la pluralité culturelle a toujours travaillé l’institution scolaire, mais elle s’est reconfigurée ces quarante dernières années pour répondre aux débats sur l’immigration et la mémoire coloniale. Que faire des héritages d’une histoire douloureuse pour les uns, glorieuse pour les autres, méconnue de beaucoup ?

À partir des archives de l’Éducation nationale, mais aussi des textes officiels et des manuels scolaires, Laurence De Cock retrace les débats qui ont agité l’enseignement de l’histoire de la colonisation depuis les années 1980. En analysant la confection des programmes d’histoire, elle interroge l’influence des débats publics sur leur écriture et montre combien le passé colonial, progressivement saisi par le politique, bouscule en profondeur la fabrique scolaire de l’histoire. Pour un enseignement qui a toujours eu comme finalité de contribuer à l’intégration sociale, les nouvelles demandes de reconnaissance des enfants et petits-enfants d’immigrés sont un facteur de reconfiguration de la discipline historique et des finalités de l’école républicaine.

Parution – « Disciplines scolaires et cultures politiques », J Dubois et P Legris (dir.)

Les PUR annoncent la parution de l’ouvrage Disciplines scolaires et cultures politiques. Des modèles nationaux en mutation depuis 1945 sous la direction de Jérémie Dubois et Patricia Legris.

Cet ouvrage envisage l’histoire politique récente des disciplines scolaires à différentes échelles sur plusieurs continents. Il vise à éclairer les rapports entre cultures politiques et transmission scolaire des savoirs, tant aux États-Unis qu’en Europe occidentale, en Chine, en Russie ou dans les territoires ultramarins français. Alors que le rôle des disciplines scolaires dans la construction des États-nations commence à être bien connu, il est intéressant de comprendre comment les rapports entre sociétés, pouvoirs et disciplines scolaires ont ! é volué depuis 1945 et jusqu’à nos jours, dans des contextes démocratiques ou autoritaires. Avec le soutien du CERHIC-EA 2616 de l’université de Reims Champagne-Ardenne et du CUIP.

Lien vers le site des PUR.

Parution – « Accueillir l’étudiant.e étranger.ère », revue Traverse (2018/1)

La mobilité académique, et plus particulièrement les enjeux autour de l’accueil des étudiantes et étudiants étranger·ère·s, est au centre de ce prochain numéro de traverse. La focale se concentre sur la promotion, la présence et la prise en charge des étudiant·e·s dans leur pays et leur université d’accueil. Traitant non seulement de la situation suisse et européenne, mais aussi de celle du Canada, de l’Union soviétique et de certains pays d’Asie et d’Afrique, ce volume a l’ambition d’offrir des comparaisons à la fois diachroniques (du Moyen Age à nos jours) et spatiales.

Ce volume permet notamment d’observer les objectifs assignés à l’accueil des étudiant·e·s par les autorités des pays d’accueil: veut-on attirer ces jeunes gens pour ensuite les employer dans l’économie locale, pour légitimer certains pôles d’attraction, ou pour créer des liens économiques et politiques durables entre les nations ?

Inhalt / Table des matières…

Continuer la lecture de « Parution – « Accueillir l’étudiant.e étranger.ère », revue Traverse (2018/1) »

Parution – Pierre Merle, « Les pratiques d’évaluation scolaire. Historique, difficultés, perspectives »

Présentation de l’éditeur :

Comment les professeurs évaluent-ils les compétences scolaires de leurs élèves ? À l’école élémentaire, les enseignants ont progressivement délaissé la notation traditionnelle au profit d’une « évaluation par compétences ». Au collège et au lycée, l’usage des notes demeure majoritaire mais il est concurrencé par de nouvelles pratiques avec la diffusion rapide des « classes sans note » et, depuis 2017, une évaluation par « niveaux de maîtrise ».

Ces pratiques d’évaluation scolaire sont loin d’être équivalentes. Si certaines contribuent à aider les élèves dans leurs apprentissages, d’autres ont des effets contre-productifs. Elles sont à l’origine de « résignation apprise » et « d’illusion d’incompétence ». Elles favorisent le décrochage des élèves en difficulté scolaire et contribuent aux mauvais résultats de l’école française.

Pierre Merle propose une synthèse richement documentée et d’une grande actualité, sollicitant autant les recherches sociologiques que psychologiques. Outre une perspective historique éclairante sur l’invention de la note à la fin du XIXe siècle, l’ouvrage montre aussi l’intérêt des nouvelles modalités d’évaluation, y compris l’usage des logiciels d’apprentissage, susceptibles de combiner de façon effi cace évaluations et apprentissages.

La révolution scolaire en cours est silencieuse. Elle n’a pas pour objet de moins évaluer mais de favoriser des « évaluations formatives », mieux adaptées à chaque élève, et pleinement au service de ses apprentissages.

Parution – « Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730-1913) », Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel (dir.)

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730/1913), sous la direction de Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel aux Editions Orizons Universités

Souvenirs personnels, opinions polémiques, débats théoriques : l’école est au carrefour de toutes les réactions. Or, la littérature s’est toujours emparée de cet univers si singulier. Elle permet aussi de révéler un brouillage générique sans précédent entre romans, autobiographies et témoignages. Les Tableaux d’école que proposent Rousseau, Rétif de la Bretonne, Chateaubriand, Balzac, Flaubert, Vallès ou Alain-Fournier etc., constituent un thème privilégié pour dire l’Homme.

Parutions – Trois livres sur les mouvements lycéens et étudiants des années 68

Le Germe signale trois nouveaux venus dans la collection Germe aux
éditions Syllepse. (https://www.syllepse.net/)

Si beaucoup de livres sont publiés en ce cinquantième anniversaire de
1968, ce sont les trois seuls ouvrages consacrés aux jeunes scolarisés
de la période.

Didier Leschi et Robi Morder, « Quand les lycéens prenaient la parole.
Les années 68″, 304 pages, 15 €

Jean-Philippe Legois, « 33 jours qui ébranlèrent la Sorbonne », 240 pages,
15 €.

Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon et Robi Morder, « Etudiant-e-s en
révolution?. Les années 68″, 160 pages, 10 €.

Les auteurs sont disponibles pour des présentations, réunions débats,
outre les initiatives organisées par ou avec le Germe et la Cité des
mémoires étudiantes (www.germe-inform.fr).

Parution – « Les lieux de l’enseignement technique », revue Histoire de l’éducation

Le n°147 de la revue Histoire de l’éducation, qui propose un dossier intitulé « Les lieux de l’enseignement technique (XIXe-XXe siècles) », est paru.

Les écoles techniques et professionnelles sont-elles des établissements scolaires comme les autres ? Comment y intégrer leur finalité de préparation à des métiers ? Pour éclairer leurs spécificités, ce dossier sur les « lieux de l’enseignement technique » fait dialoguer l’histoire de l’éducation et l’histoire de l’architecture. L’histoire de l’éducation est en effet intéressée par le contexte matériel dans lequel s’inscrit la pédagogie et par les traces laissées par les pratiques afin de vérifier la réalité concrète des politiques éducatives. L’histoire de l’architecture est, quant à elle, attentive à la définition fonctionnelle des locaux, aux politiques de construction, aux enjeux territoriaux et urbains, mais aussi politiques, économiques et sociaux dont sont porteurs les édifices, et que reflètent notamment leur expression architecturale et leurs programmes iconographiques. Menée à plusieurs échelles, l’étude de l’action de promoteurs, de concepteurs et d’usagers est indispensable pour apprécier la diversité des réalisations. Les articles réunis suggèrent ainsi, pour les XIXe et XXe siècles, combien la problématique des lieux est riche pour revisiter la diversité des réalisations et des conceptions qui ont guidé, à diverses échelles, la transmission des savoirs et des savoir-faire techniques et professionnels.

Dossier

Guy Lambert et Stéphane Lembré
L’enseignement technique en ses lieux. Conception, édification et usages (XIXe-XXe siècles)

Gérard Bodé
Les ateliers des écoles d’enseignement technique (années 1860-années 1950), un objet insaisissable ?

François Robert
L’enseignement technique et professionnel à l’épreuve des locaux : la Société d’enseignement professionnel du Rhône et ses lieux de formation (Lyon, 1864-2013)

Stéphane Lembré
L’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale, du territoire à l’atelier (1866-1958)

Dave Lüthi
Les écoles professionnelles en Suisse : palais ou usines ?

Guy Lambert
L’architecture des écoles nationales professionnelles dans l’entre-deux-guerres : le pragmatisme d’une politique centralisée

Cédric Perrin
La création du lycée Grandmont à Tours (1954-1963) : l’impromptue mise en lycée de l’enseignement technique

Notes critiques

Plus d’informations : http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100695120 

 

Parution – « Assessment Cultures. Historical Perspectives », Cristina Alarcón et Martin Lawn (dir.)

Vient de paraître, au sujet de l’histoire de l’évaluation des élèves et de l’éducation:

Cristina Alarcón / Martin Lawn (eds.) (2018). *Assessment Cultures. Historical Perspectives*. Berlin: Peter Lang, coll. « Studia Educationis Historica / Studies in the History of Education », vol. 3, 430 pages.
https://www.peterlang.com/view/product/25671?format=EPDF

Large scale assessment influences national and international educational policy debates and reforms. Assessment data is increasingly used as a government instrument. However, within the contemporary realm of the current global testing regime both the cultural and the historical conditions of assessment are often neglected. This volume is therefore devoted to the reconstruction of ‘’assessment cultures’’ (interpretation patterns, discourses, instruments, practices) and their involved group of actors. The contributions cover examples of Western European, Eurasian, East Asian, Latin and North American as well as international settings and refer to epochs ranging from the early modern period up to the current context.

TABLE OF CONTENTS

Continuer la lecture de « Parution – « Assessment Cultures. Historical Perspectives », Cristina Alarcón et Martin Lawn (dir.) »

Parution – « Engagements adolescents en guerres mondiales », revue Le Mouvement social, n°261

Parution – Yves Verneuil (dir.), « Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles) », revue Histoire de l’éducation (n°145-146)

Voir le numéro complet sur cairn.info

Voir le numéro complet sur cairn.info

Continuer la lecture de « Parution – Yves Verneuil (dir.), « Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles) », revue Histoire de l’éducation (n°145-146) »

Parution – Science(s) et édition(s) des années 1780 à l’Entre-deux-guerres, revue « Philosophia Scientiæ »

Parution du numéro 22 (1) de la revue Philosophia Scientiæ. Science(s) et édition(s), des années 1780 à l’entre-deux-guerres, édité par Franck JOVANOVIC, Viera REBOLLEDO-DHUIN & Norbert VERDIER

Continuer la lecture de « Parution – Science(s) et édition(s) des années 1780 à l’Entre-deux-guerres, revue « Philosophia Scientiæ » »

Publication – Le roman de l’université, René Favier

Présentation de l’éditeur:

Des témoins clés, des personnages connus, des acteurs du monde scientifique sur le plan national et international : une véritable épopée, avec ses trahisons et ses réussites, qui se lit comme un roman !

L’Université Grenoble Alpes est l’une des dix plus importantes universités françaises aujourd’hui : la cinquième par sa taille, et la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en nombre d’étudiants. Elle est labellisée initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaît-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivée à ce statut d’université d’excellence ?

Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’époque et de nombreuses interviews, René Favier remonte le temps et nous dresse l’histoire de cette université depuis sa création (1339) jusqu’à nos jours.
Des rebondissements multiples et étonnants émaillent cette aventure singulière : lutte régionale pour la maîtrise des diplômes, rivalités entre professeurs, mais aussi génie et clairvoyance de ces grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la réputation d’excellence de l’université, et au-delà, du Grenoble d’aujourd’hui.

Lien vers le site de l’éditeur.