Parution – Disciplines scolaires et cultures politiques, J Dubois et P Legris (dir.)

Les PUR annoncent la parution de l’ouvrage Disciplines scolaires et cultures politiques. Des modèles nationaux en mutation depuis 1945 sous la direction de Jérémie Dubois et Patricia Legris.

Cet ouvrage envisage l’histoire politique récente des disciplines scolaires à différentes échelles sur plusieurs continents. Il vise à éclairer les rapports entre cultures politiques et transmission scolaire des savoirs, tant aux États-Unis qu’en Europe occidentale, en Chine, en Russie ou dans les territoires ultramarins français. Alors que le rôle des disciplines scolaires dans la construction des États-nations commence à être bien connu, il est intéressant de comprendre comment les rapports entre sociétés, pouvoirs et disciplines scolaires ont ! é volué depuis 1945 et jusqu’à nos jours, dans des contextes démocratiques ou autoritaires. Avec le soutien du CERHIC-EA 2616 de l’université de Reims Champagne-Ardenne et du CUIP.

Lien vers le site des PUR.

Parution – « Accueillir l’étudiant.e étranger.ère », Revue Traverse (2018/1)

La mobilité académique, et plus particulièrement les enjeux autour de l’accueil des étudiantes et étudiants étranger·ère·s, est au centre de ce prochain numéro de traverse. La focale se concentre sur la promotion, la présence et la prise en charge des étudiant·e·s dans leur pays et leur université d’accueil. Traitant non seulement de la situation suisse et européenne, mais aussi de celle du Canada, de l’Union soviétique et de certains pays d’Asie et d’Afrique, ce volume a l’ambition d’offrir des comparaisons à la fois diachroniques (du Moyen Age à nos jours) et spatiales.

Ce volume permet notamment d’observer les objectifs assignés à l’accueil des étudiant·e·s par les autorités des pays d’accueil: veut-on attirer ces jeunes gens pour ensuite les employer dans l’économie locale, pour légitimer certains pôles d’attraction, ou pour créer des liens économiques et politiques durables entre les nations ?

Inhalt / Table des matières…

Continuer la lecture de « Parution – « Accueillir l’étudiant.e étranger.ère », Revue Traverse (2018/1) »

Parution – Pierre Merle, Les pratiques d’évaluation scolaire. Historique, difficultés, perspectives

Présentation de l’éditeur :

Comment les professeurs évaluent-ils les compétences scolaires de leurs élèves ? À l’école élémentaire, les enseignants ont progressivement délaissé la notation traditionnelle au profit d’une « évaluation par compétences ». Au collège et au lycée, l’usage des notes demeure majoritaire mais il est concurrencé par de nouvelles pratiques avec la diffusion rapide des « classes sans note » et, depuis 2017, une évaluation par « niveaux de maîtrise ».

Ces pratiques d’évaluation scolaire sont loin d’être équivalentes. Si certaines contribuent à aider les élèves dans leurs apprentissages, d’autres ont des effets contre-productifs. Elles sont à l’origine de « résignation apprise » et « d’illusion d’incompétence ». Elles favorisent le décrochage des élèves en difficulté scolaire et contribuent aux mauvais résultats de l’école française.

Pierre Merle propose une synthèse richement documentée et d’une grande actualité, sollicitant autant les recherches sociologiques que psychologiques. Outre une perspective historique éclairante sur l’invention de la note à la fin du XIXe siècle, l’ouvrage montre aussi l’intérêt des nouvelles modalités d’évaluation, y compris l’usage des logiciels d’apprentissage, susceptibles de combiner de façon effi cace évaluations et apprentissages.

La révolution scolaire en cours est silencieuse. Elle n’a pas pour objet de moins évaluer mais de favoriser des « évaluations formatives », mieux adaptées à chaque élève, et pleinement au service de ses apprentissages.

Parution – Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730/1913), Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel (dir.)

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730/1913), sous la direction de Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel aux Editions Orizons Universités

Souvenirs personnels, opinions polémiques, débats théoriques : l’école est au carrefour de toutes les réactions. Or, la littérature s’est toujours emparée de cet univers si singulier. Elle permet aussi de révéler un brouillage générique sans précédent entre romans, autobiographies et témoignages. Les Tableaux d’école que proposent Rousseau, Rétif de la Bretonne, Chateaubriand, Balzac, Flaubert, Vallès ou Alain-Fournier etc., constituent un thème privilégié pour dire l’Homme.

Parutions – Trois livres sur les mouvements lycéens et étudiants des années 68

Le Germe signale trois nouveaux venus dans la collection Germe aux
éditions Syllepse. (https://www.syllepse.net/)

Si beaucoup de livres sont publiés en ce cinquantième anniversaire de
1968, ce sont les trois seuls ouvrages consacrés aux jeunes scolarisés
de la période.

Didier Leschi et Robi Morder, « Quand les lycéens prenaient la parole.
Les années 68″, 304 pages, 15 €

Jean-Philippe Legois, « 33 jours qui ébranlèrent la Sorbonne », 240 pages,
15 €.

Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon et Robi Morder, « Etudiant-e-s en
révolution?. Les années 68″, 160 pages, 10 €.

Les auteurs sont disponibles pour des présentations, réunions débats,
outre les initiatives organisées par ou avec le Germe et la Cité des
mémoires étudiantes (www.germe-inform.fr).

Parution – « Les lieux de l’enseignement technique », Histoire de l’éducation

Le n°147 de la revue Histoire de l’éducation, qui propose un dossier intitulé « Les lieux de l’enseignement technique (XIXe-XXe siècles) », est paru.

Les écoles techniques et professionnelles sont-elles des établissements scolaires comme les autres ? Comment y intégrer leur finalité de préparation à des métiers ? Pour éclairer leurs spécificités, ce dossier sur les « lieux de l’enseignement technique » fait dialoguer l’histoire de l’éducation et l’histoire de l’architecture. L’histoire de l’éducation est en effet intéressée par le contexte matériel dans lequel s’inscrit la pédagogie et par les traces laissées par les pratiques afin de vérifier la réalité concrète des politiques éducatives. L’histoire de l’architecture est, quant à elle, attentive à la définition fonctionnelle des locaux, aux politiques de construction, aux enjeux territoriaux et urbains, mais aussi politiques, économiques et sociaux dont sont porteurs les édifices, et que reflètent notamment leur expression architecturale et leurs programmes iconographiques. Menée à plusieurs échelles, l’étude de l’action de promoteurs, de concepteurs et d’usagers est indispensable pour apprécier la diversité des réalisations. Les articles réunis suggèrent ainsi, pour les XIXe et XXe siècles, combien la problématique des lieux est riche pour revisiter la diversité des réalisations et des conceptions qui ont guidé, à diverses échelles, la transmission des savoirs et des savoir-faire techniques et professionnels.

Dossier

Guy Lambert et Stéphane Lembré
L’enseignement technique en ses lieux. Conception, édification et usages (XIXe-XXe siècles)

Gérard Bodé
Les ateliers des écoles d’enseignement technique (années 1860-années 1950), un objet insaisissable ?

François Robert
L’enseignement technique et professionnel à l’épreuve des locaux : la Société d’enseignement professionnel du Rhône et ses lieux de formation (Lyon, 1864-2013)

Stéphane Lembré
L’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale, du territoire à l’atelier (1866-1958)

Dave Lüthi
Les écoles professionnelles en Suisse : palais ou usines ?

Guy Lambert
L’architecture des écoles nationales professionnelles dans l’entre-deux-guerres : le pragmatisme d’une politique centralisée

Cédric Perrin
La création du lycée Grandmont à Tours (1954-1963) : l’impromptue mise en lycée de l’enseignement technique

Notes critiques

Plus d’informations : http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100695120 

 

Parution – Assessment Cultures. Historical Perspectives, Cristina Alarcón et Martin Lawn (dir.)

Vient de paraître, au sujet de l’histoire de l’évaluation des élèves et de l’éducation:

Cristina Alarcón / Martin Lawn (eds.) (2018). *Assessment Cultures. Historical Perspectives*. Berlin: Peter Lang, coll. « Studia Educationis Historica / Studies in the History of Education », vol. 3, 430 pages.
https://www.peterlang.com/view/product/25671?format=EPDF

Large scale assessment influences national and international educational policy debates and reforms. Assessment data is increasingly used as a government instrument. However, within the contemporary realm of the current global testing regime both the cultural and the historical conditions of assessment are often neglected. This volume is therefore devoted to the reconstruction of ‘’assessment cultures’’ (interpretation patterns, discourses, instruments, practices) and their involved group of actors. The contributions cover examples of Western European, Eurasian, East Asian, Latin and North American as well as international settings and refer to epochs ranging from the early modern period up to the current context.

TABLE OF CONTENTS

Continuer la lecture de « Parution – Assessment Cultures. Historical Perspectives, Cristina Alarcón et Martin Lawn (dir.) »

Publication – « Engagements adolescents en guerres mondiales », revue Le Mouvement social, n°261

Publication – Yves Verneuil (dir.), « Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles) », revue Histoire de l’éducation (n°145-146)

Voir le numéro complet sur cairn.info

Voir le numéro complet sur cairn.info

Continuer la lecture de « Publication – Yves Verneuil (dir.), « Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles) », revue Histoire de l’éducation (n°145-146) »

Parution – Science(s) et édition(s) des années 1780 à l’Entre-deux-guerres, revue « Philosophia Scientiæ »

Parution du numéro 22 (1) de la revue Philosophia Scientiæ. Science(s) et édition(s), des années 1780 à l’entre-deux-guerres, édité par Franck JOVANOVIC, Viera REBOLLEDO-DHUIN & Norbert VERDIER

Continuer la lecture de « Parution – Science(s) et édition(s) des années 1780 à l’Entre-deux-guerres, revue « Philosophia Scientiæ » »

Publication – Le roman de l’université, René Favier

Présentation de l’éditeur:

Des témoins clés, des personnages connus, des acteurs du monde scientifique sur le plan national et international : une véritable épopée, avec ses trahisons et ses réussites, qui se lit comme un roman !

L’Université Grenoble Alpes est l’une des dix plus importantes universités françaises aujourd’hui : la cinquième par sa taille, et la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en nombre d’étudiants. Elle est labellisée initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaît-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivée à ce statut d’université d’excellence ?

Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’époque et de nombreuses interviews, René Favier remonte le temps et nous dresse l’histoire de cette université depuis sa création (1339) jusqu’à nos jours.
Des rebondissements multiples et étonnants émaillent cette aventure singulière : lutte régionale pour la maîtrise des diplômes, rivalités entre professeurs, mais aussi génie et clairvoyance de ces grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la réputation d’excellence de l’université, et au-delà, du Grenoble d’aujourd’hui.

Lien vers le site de l’éditeur.

Publication – Sur l’enseignement de l’histoire, débats, programmes et pratiques du XIXe siècle à aujourd’hui, Laurence De Cock

Présentation de l’éditeur:

La réflexion politique sur l’école en général et l’enseignement de l’histoire en particulier aurait intérêt à délaisser quelque temps le domaine de la controverse stérile alimentée par quelques astrologues de la catastrophe pérorant dans Le Figaro, Marianne, ou Causeur.


En redonnant la parole au terrain, elle pourrait se targuer d’une forme d’intelligence des choses susceptible de formuler plus sereinement les questions urgentes que l’école pose aujourd’hui à la société.

C’est ce qu’ambitionne de faire cet ouvrage en proposant un retour historique sur l’enseignement de l’histoire du point de vue de ceux qui l’écrivent, l’enseignent ou l’apprennent. Il s’agit donc de donner la parole aux praticiens et usagers depuis le moment où l’histoire s’est constituée comme une discipline scolaire à la fin du XIXe siècle.

Nous y faisons ressortir la configuration des tensions et débats dont la plupart existent encore aujourd’hui sous des formes qui ne sont que recyclées ; nous y rappelons les expériences pédagogiques oubliées, les tentatives plus ou moins temporaires de bouleverser les paradigmes dominants de l’histoire scolaire ; mais nous y éclairons aussi les raisons des pesanteurs dans lesquelles s’englue souvent l’histoire scolaire, assignée à la délicate mission de garantir une identité nationale et un comportement politique codifié dans les coulisses feutrées de la République.

C’est ce jeu de miroir entre une discipline tiraillée dans ses finalités, objet de multiples récupérations et confiscations politiques, et des enseignants en prise avec des réalités autrement plus concrètes qui nous intéresse ici. Sans basculer dans la mystique de l’âge d’or d’une résistance enseignante, il s’agit de montrer qu’entre la norme et le terrain, des bribes de ruses, de contournement, d’accommodements ont toujours existé, plus ou moins silencieuses ou ostensibles, et que dans ces interstices réside la possibilité d’une réflexion sur l’enseignement de l’histoire autre que le commentaire médiatique ou la confiscation politique.

Ce livre pose quelques jalons d’une histoire populaire de l’enseignement de l’histoire depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il donne aussi à voir différentes expériences, temporalités, géographies d’une pratique scolaire de l’histoire à l’école primaire comme dans l’enseignement secondaire.

Lien vers le site de l’éditeur.

Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne

Comment maintenir l’École quand tout semble prêt à s’effondrer ? Comment l’École de la Troisième République a-t-elle reçu les dogmes et les ordres de Vichy ? Comment la France de l’après-guerre, enfin, a-t-elle accompagné la reconstruction des murs de celle des esprits et des corps ?

L’histoire des écoles primaires de la France des années noires (1938-1948), c’est celle du personnel et des élèves qui poursuivent leur tâche avec une endurance qui tient autant de la routine que d’une solide capacité d’adaptation. C’est aussi celle des solidarités inédites forgées à la faveur de la sauvegarde des enfants entre des territoires scolaires très diversement frappés par les drames de l’Occupation et de la Libération. C’est enfin l’histoire des visions de réforme et de reconstruction qui s’efforcent d’imaginer, en ces temps d’incertitudes, les destins possibles de l’Éducation nationale du second XXe siècle à venir.

De la Bretagne au Lyonnais, des petites communales des monts d’Auvergne aux classes marseillaises, se fait le récit d’un ordinaire recomposé au rythme du conflit. Il est tissé de rigueurs et de banalités propres à une époque saisissante, à partir de laquelle il est toujours inspirant de réfléchir le présent.

Références de l’ouvrage: Matthieu DEVIGNE, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), PUF, février 2018

Sommaire:

Continuer la lecture de « Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne »

Publication – « Manières d’apprendre (XVIIIe-XXe siècles): quand le genre s’en mêle »

Le dernier numéro de la revue Genre & Histoire porte sur les « Manières d’apprendre (XVIIIe-XXe siècles): quand le genre s’en mêle ».

Vous trouverez le sommaire ci-dessous

 

Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880) »

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une « éducation universelle ». La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

Publication – Sébastian-Akira Alix, L’éducation progressiste aux États-Unis. Histoire, philosophie et pratiques (1876-1919)

Présentation de l’éditeur :  Comment réformer l’école pour en faire un lieu de formation du citoyen ? Cette question a animé les réflexions de nombreux pédagogues comme John Dewey, Célestin Freinet, Ovide Decroly, ou Maria Montessori.  

Cet ouvrage propose une approche historique et philosophique d’un mouvement de réformes pédagogiques fondateur de l’éducation dans l’Amérique du début du XXe siècle : l’éducation progressiste nouvelle, ou comment mettre la pédagogie au service de la démocratie.

Adaptation de l’enseignement à l’enfant, respect du rythme de développement, apprendre en faisant, etc., l’auteur explore les réalisations institutionnelles et les pratiques éducatives qui en ont découlé à travers de nombreux exemples pris dans la période allant de 1876 à 1919, qui marque un tournant dans l’évolution de l’éducation aux États-Unis.

Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Grenoble.

Publication – Antoine Rivière, Abandon d’enfants et parents abandonneurs (XIXe-XXIe s.)

Le numéro 19 de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » est paru sous la direction d’Antoine Rivière et a pour thème « Abandon d’enfants et parents abandonneurs XIXe-XXIe siècles »

Ce numéro est consacré à l’abandon d’enfants du XIXe siècle à nos jours. Sans exclure du champ d’investigation ni le sort des enfants abandonnés ni les structures qui les prennent en charge, il s’intéresse en particulier aux parents qui abandonnent. Fille-mère d’hier ou mère adolescente d’aujourd’hui, la mère célibataire y tient une place importante, tant elle apparaît comme la figure emblématique de l’abandonneuse. Néanmoins, derrière l’apparente permanence des deux grands ressorts du délaissement d’enfants – pauvreté d’une part, dissimulation des naissances hors-mariage et stigmatisation de cette maternité solitaire qui inquiète et qui choque d’autre part –, il convient de scruter également les variations, selon les lieux et les époques, des itinéraires sociaux qui conduisent à la séparation. Il s’agit aussi de souligner dans l’histoire de l’abandon le poids de l’événement, guerre ou crise économique notamment. Quant à l’effacement des familles d’origine après que l’abandon a eu lieu, il apparaît qu’il n’est ni systématique ni irréversible. Qu’ils soient empêchés par la misère ou la réprobation morale, certains parents se refusent en effet à disparaître définitivement, et tentent de négocier avec les structures d’accueil ou de contourner leurs règles afin de maintenir un lien que l’abandon est censé avoir dissout. D’autres essaient, lorsque leur situation s’est rétablie ou normalisée, d’obtenir la restitution de leur enfant. Tous doivent faire face aux réticences d’institutions profondément attachées à leurs principes éducatifs et convaincues de faire mieux pour leurs jeunes protégés que des parents considérés bien souvent comme incapables ou indignes.

Sommaire

Continuer la lecture de « Publication – Antoine Rivière, Abandon d’enfants et parents abandonneurs (XIXe-XXIe s.) »

Publication – Caroline Fayolle, La Femme nouvelle. Genre, éducation, révolution (1789-1830)

Nous vous indiquons la parution du livre issu de la thèse de Caroline Fayolle:

La Femme nouvelle. Genre, éducation, révolution (1789-1830), Paris, Éditions du CTHS, 2017, 480 p. Avec une préface de Michèle Riot-Sarcey et une postface de Bernard Gainot. Prix de thèse du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Vous trouverez ici le quatrième de couverture.