Parution – Anne-Marie Chartier, “L’école et l’écriture obligatoire”, Retz, 2022

Cet ouvrage constitue la première histoire, au long cours, de l’apprentissage de l’écriture en France.

Écrire, c’est tracer des lettres, mais c’est aussi un ensemble d’activités de copie, de rédaction, de production de textes, dont le rôle et la place a varié au cours des siècles.

Comment les élèves ont-ils appris à écrire depuis l’époque gallo-romaine et comment cet apprentissage s’est-il articulé avec celui de la lecture ? Comment doit-on désormais assurer cet apprentissage, alors que certains réclament l’abandon des stylos au profit des seuls claviers ?

Pour comprendre cette histoire et les enjeux contemporains, ce livre refait le parcours des écritures scolaires. Il montre comment les maîtres des écoles paroissiales, communales, publiques, confrontés eux-aussi à des situations « impensables » pour la génération d’avant, ont inventé, rodé, adapté, transformé la panoplie des procédés hérités pour faire entrer les écoliers en écriture.

Un ouvrage organisé en 4 grandes parties :

  1. Les langues d’écriture et le geste d’écrire
  2. L’écriture et la mémoire des textes
  3. L’écriture obligatoire de l’école républicaine
  4. Se mettre à écrire à l’école : les discours et les pratiques

https://www.editions-retz.com/enrichir-sa-pedagogie/mes-connaissances-educatives/l-ecole-et-l-ecriture-obligatoire-9782725636658.html

Parution – Prisca Kergoat et Dominique Maillard (dir.), “Garçons & filles en apprentissage – Représentations, transformations, variations”, Octares, 2022

Si l’apprenti est sans doute la plus ancienne figure du jeune travailleur et de la jeune travailleuse, l’histoire sociale de ce groupe reste encore en construction. L’importance des enjeux économiques et politiques de l’apprentissage a eu tendance à favoriser des analyses centrées sur les dimensions institutionnelles et leurs évolutions, laissant dans l’ombre les réalités sociales des publics concernés. En adoptant une perspective socio-historique, cet ouvrage choisit d’appréhender l’apprentissage par ses principaux protagonistes, de reconsidérer les images auxquelles ils ont généralement été associés et d’en déconstruire certains mythes. Il poursuit une double ambition. La première est d’interroger la manière dont tout au long du XXe et XXIe siècle, filles et garçons sont placé·es, représenté·es et considéré·es au sein de dispositifs complexes conjuguant intérêts productifs, questionnements éducatifs, considérations sociales ou morales. La seconde est d’éclairer comment les jeunes envisagent, vivent ou encore questionnent la condition d’apprenti·es tant au moment de leur orientation que durant les périodes de formation et de travail.

https://www.octares.com/boutique/289-garcons-filles-en-apprentissage-representations-transformations-variations.html

Parution – Niget David, Marais Jean-Luc, Quincy-Lefebvre Pascale, Scutaru Béatrice (dir.), “Cloîtrées. Filles et religieuses dans les internats de rééducation du Bon-Pasteur d’Angers, 1940-1990”, PUR, 2024

Depuis le XIXe siècle, la congrégation du Bon-Pasteur d’Angers prend en charge les jeunes filles des classes populaires considérées comme dangereuses ou « incorrigibles ». Elle occupe rapidement une position de quasi-monopole dans la rééducation des filles jusqu’aux années 1960. Par la voie de la justice, l’État, même devenu républicain et laïc, délègue aux congrégations religieuses le soin de corriger les « mauvaises filles », afin de leur permettre « de contracter des habitudes d’ordre et de travail propres à les ramener à la vertu ». Ainsi, 8 000 enfants sont passées entre les murs du couvent de la seule maison-mère d’Angers entre 1940 et 1991, date de sa fermeture. Contestées de toutes parts au tournant des « années 68 », y compris par les jeunes elles-mêmes, ces institutions entrent en crise pour mourir à petit feu. Un modèle moral, éducatif et économique a vécu, sans être à même de se réformer à travers le temps et marquant de son empreinte la vie de dizaines de milliers de jeunes filles.

https://pur-editions.fr/product/9854/cloitrees

Parution – Mélanie Fabre, “Hussardes noires. Des enseignantes à l’avant-garde des luttes, de l’affaire Dreyfus à la Grande Guerre”, Agone, 2024

Dans les dernières décennies du XIXe siècle, quelques femmes saisissent les nouvelles opportunités qui s’offrent à elles dans l’institution scolaire. Enseignantes, directrices d’école, inspectrices, ces rares élues n’entendent pas toutes se contenter du rôle subalterne dans lequel on voudrait les cantonner.

Liberté, Égalité, Fraternité : elles prennent la République au mot.

Dans les salles de classe, les universités populaires, les revues ou sur les estrades des réunions publiques, elles font entendre leur voix. Indociles et combatives, elles défendent leur idéal d’une école émancipatrice, imaginent de nouveaux rapports entre les sexes et entre les nations. Ainsi inventent-elles, malgré les réticences et les résistances, une nouvelle figure : l’intellectuelle.

En retraçant la vie de quelques pionnières oubliées, Mélanie Fabre évoque toute une génération de femmes engagées dans un triple combat : pour une école démocratique, l’instruction laïque et l’émancipation des femmes.

https://agone.org/livres/hussardes-noires-des-enseignantes-lavant-garde-des-luttes

Parution – Pierre Guidi, Jean-Luc Martineau, Florence Wenzek (dir.), “L’école en mutation. Politiques et dynamiques scolaires en Afrique (années 1940-1980)”, Cahiers Afriques, 2024

Cet ouvrage est consacré aux mutations des systèmes scolaires en Afrique entre les années 1940 et 1980 dans le contexte des décolonisations d’abord (Algérie et Côte d’Ivoire), puis celui des constructions nationales (Côte d’Ivoire, Dahomey-Bénin). Les auteurs s’attachent à rendre compte du vécu et des pratiques des acteurs en regard des politiques élaborées par les États et des contraintes de terrain (guerre d’indépendance, révolution post-indépendance, tensions économiques et sociales).

Les contributions témoignent du dynamisme d’une recherche en renouvellement qui s’ancre dans un champ historiographique déjà bien balisé. De même que l’école coloniale échappe au contrôle de son concepteur, l’école devenue rouage des constructions nationales peut prendre des chemins inattendus.

L’ouvrage tente de dépasser la dialectique domination/résistance pour mettre au jour les négociations à l’œuvre dans la confrontation coloniale. Il analyse aussi, dans le prolongement des indépendances, les ambiguïtés des politiques et des pratiques scolaires nationales, les continuités et les ruptures avec les ex-métropoles.

Parution – Mathias de Meyer, “Tachraft. Écritures et ordre d’État dans une école de village au Maroc”, PUR, 2024

Quel est le quotidien d’une école primaire d’un village de la campagne marocaine dans la périphérie de Marrakech ? C’est par une approche ethnographique de longue durée que l’on découvre ici les rapports complexes que le temps a tissé entre les maîtres de l’école de Tachraft, leur directeur, les élèves, les villageois et l’ethnographe lui-même. 

Mais au-delà de ces rapports tantôt de méfiance, tantôt de connivence, la description montre surtout comment se construit, par le biais des dispositifs d’écriture les plus ordinaires de l’école, la « forme scolaire » et dans le même mouvement, l’ordre d’État. En décrivant de façon précise et systématique les usages des tableaux noirs, des ardoises, des bulletins et autres dossiers d’inscription dans ce milieu « périphérique » ou « marginal » qu’est cette école de Tachraft, on révèle ce qui structure le plus  subtilement l’ordre scolaire comme forme aujourd’hui mondialisée.

L’ouvrage offre alors une importante contribution aux travaux concernant l’école en dialoguant avec l’anthropologie des matérialités, de la bureaucratie et de l’État. Il met en perspective, de façon à la fois originale et pénétrante, les débats contemporains sur les notions de dispositif, de discipline et d’écriture.

Parution – Gautier Garnier, “Capitales éruditesÉcrits et savoirs à Lisbonne et à Madrid (XIXe-XXe siècle)”, Classiques Garnier, 2024

L’intense investissement érudit de Madrid et Lisbonne aux xixe et xxe siècles se cristallise autour des figures respectives du chroniqueur officiel et de l’olisipographe. Il fait l’objet d’une étude comparative mettant l’accent sur leurs pratiques d’écriture.

https://classiques-garnier.com/capitales-erudites-ecrits-et-savoirs-a-lisbonne-et-a-madrid-xixe-xxe-siecle.html

Parution – Sylvain Dufraisse et Cécile Pichon-Bonin (dir.), “« Fiz ! Kul´t ! Ura ! » : former, par le corps, l’enfance et la jeunesse soviétiques”, 65/1, Cahiers du Monde russe, 2024

Parution – Déborah Sautel, “Les enfants des résistants : victimes collatérales de la répression” et “Les orphelins des résistants : du deuil à la transmission mémorielle”, L’Harmattan, 2024

Les enfants des résistants : victimes collatérales de la répression

  • Chapitre 1 Les enfants : témoins et acteurs de la résistance
  • Chapitre 2 Les familles à l’épreuve de la répression
  • Chapitre 3 La mort : cassure familiale
  • Chapitre 4 Assurer la subsistance des orphelins
  • Chapitre 5 Organiser la vie des orphelins après la guerre

Torturés, suicidés, fusillés, exécutés sommaires, déportés… Les victimes de la répression nazie se comptent par milliers. À celles-ci s’en ajoutent d’autres, collatérales : les fils et filles des tués.

Les enfants sont témoins des agissements de leurs parents. Tenus à la discrétion, ils ont senti les menaces de la répression, avant d’en être victimes. Victimes par l’arrestation de leurs parents, voire la leur, le pillage de leur domicile et, enfin, la découverte de la mort de leur père, de leur mère. D’enfants, ils deviennent orphelins. Comment ont-ils vécu ces événements ? Quel impact ont-ils eu sur leur vie ?

Après la Libération, la question de leur prise en charge se pose : des démarches sont entreprises pour l’attribution d’une pension militaire, du statut de pupille de la nation. Des enfants sont adoptés, placés en orphelinat, en internat, ou demeurent chez leur parent restant dans une atmosphère lourde de chagrin. Chacun essaie, à sa manière, de trouver le moyen de se libérer du malheur du deuil causé par l’implacable répression de la Résistance.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_enfants_des_resistants_victimes_collaterales_de_la_repression_deborah_sautel-9782336441542-79638.html

Les orphelins des résistants : du deuil à la transmission mémorielle

  • Chapitre 1 Une enfance sous le sceau du silence
  • Chapitre 2 Les orphelins confrontés aux guerres
  • Chapitre 3 Un parcours tracé par le défunt
  • Chapitre 4 Témoigner d’une fierté, d’une souffrance
  • Épilogue Au nom du sang

Les ombres des ombres, les ombres des lumières. Telle semble être la position des enfants des résistants. Du vivant de leurs parents, ils sont leurs aides discrètes ou des témoins dont il faut se soustraire au regard. Après leur mort et la Libération, ils deviennent leurs représentants. Leur individualité leur est presque niée : appelés à être sages, ils ne peuvent s’exprimer sur leur deuil.

Refoulant cette douloureuse histoire ou cherchant à l’extirper des ténèbres, les enquêteurs en herbe se muent en chercheurs quand ils disposent enfin de leur temps et des archives familiales. Car le passé ne se referme pas facilement. Les hommages aux résistants, les procès, les nouvelles guerres, l’affaire Speidel, avec la nomination d’un ancien nazi au commandement de l’OTAN, tout leur rappel l’absence vécue au quotidien.

Comment composent-ils avec ? Comment la transforment-ils en tremplin pour avancer et s’épanouir ? La résilience n’est pas innée, mais naît d’une volonté. Peu à peu, les orphelins reprennent leur place d’acteurs de l’Histoire et veillent à sa transmission.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_orphelins_des_resistants_du_deuil_a_la_transmission_memorielle_deborah_sautel-9782336438757-79637.html

Parution – Hervé Joly, “Histoire de l’École polytechnique”, La Découverte, 2024

Dans cette longue séquence, l’École, malgré de nombreuses évolutions, est marquée par de spectaculaires éléments de continuité : le statut militaire qu’elle conserve malgré la diversification civile de ses débouchés, l’importance à la fois de son concours d’entrée extrêmement sélectif et de son classement de sortie pour l’accès aux corps d’État, la difficulté d’élargir un recrutement masculin et socialement favorisé, l’orientation très généraliste et abstraite de la formation, la place considérable qu’occupent les anciens élèves dans les hautes sphères de l’administration et des entreprises. Polytechnique incarne l’élitisme à la française d’une manière dont on peine à trouver des équivalents à l’étranger. Qui sont ses élèves, de quel milieu viennent-ils ? Quelle scolarité effectuent-ils ? Quelle réussite connaissent-ils à la sortie ?

https://www.editionsladecouverte.fr/histoire_de_l_ecole_polytechnique-9782348080920

Table des matières 

Introduction

I. Une école supérieure au statut unique
Les incertitudes originelles
La tutelle exclusive du ministère de la Défense depuis la monarchie de Juillet
Une école longtemps dirigée par un général de passage
Encadré : La parenthèse civile sous Vichy
Un encadrement longtemps officier
Une école d’ingénieurs à part
De nouveaux cursus parallèles (masters, doctorats)
Un positionnement difficile dans le paysage de l’enseignement supérieur et la recherche
La difficulté d’une visibilité internationale

II. L’invention du concours d’entrée
De l’examen au concours
La prépondérance traditionnelle de l’oral
Une machinerie très lourde
Un concours qu’il faut préparer
La multiplication des filières
L’insertion dans des banques d’épreuves
L’exception récente du recrutement universitaire
L’ouverture aux étrangers

III. Les élèves : une élite scolaire et sociale
La préférence à la jeunesse
La prime aux formations classiques
Des exigences de conformisme politique
Encadré : Les polytechniciens, des républicains engagés dans le maintien de l’ordre aux côtés du gouvernement provisoire en 1848
Le poids des héritiers
Encadré : Les Vicaire, une dynastie de polytechniciens sur quatre générations
Une difficile ouverture aux femmes
La seule concurrence de l’École normale supérieure

IV. Une formation générale et abstraite
Les contraintes du casernement
La prépondérance des cours magistraux
Une ambition encyclopédique et superficielle
Un corps professoral longtemps endogène
Un lien avec la recherche établi tardivement
Entre école d’ingénieurs et école de management

V. Une orientation contrainte par le classement de sortie
L’enjeu du classement de sortie
L’attractivité de corps civils restreints
Des corps militaires massifs peu prisés
La démission par défaut
La désertion des corps militaires au XXe siècle
Diversification et resserrement des corps civils

VI. Des carrières largement assurées
De belles carrières militaires
L’emprise des corps civils sur leurs administrations
La fréquence des congés et démissions
L’entreprise, un débouché massif longtemps ignoré
Encadré : Polytechnique en position de force à la tête du CAC40
La science face à la concurrence normalienne
Les dissidents d’hier et d’aujourd’hui

Conclusion

Parution – Yves Verneuil, “Une question « chaude ». Histoire de l’éducation sexuelle à l’école (France, XXe-XXIe siècle)”, 2023

Aux premières heures du XXe siècle, alors que la sexualité est un tabou social, des médecins hygiénistes, obsédés par la lutte contre les maladies vénériennes, recommandent d’introduire une éducation sexuelle à l’école. Leur proposition suscite aussitôt un vif débat, dont les termes vont perdurer jusqu’à nos jours. Une telle éducation ne va-t-elle pas pervertir enfants et adolescents ? Quelle est la légitimité de l’école pour intervenir dans un domaine qui semble relever de l’intime et de la famille ? Une éducation sexuelle collective peut-elle éviter de froisser la sensibilité de certains enfants ?

Un siècle plus tard, après de multiples expérimentations, cette éducation, qui considère désormais la sexualité dans toutes ses dimensions, est devenue obligatoire. Mais elle demeure une « question socialement vive ». En se fondant sur des archives nouvelles, de nombreux périodiques (médecins, parents d’élèves, syndicats enseignants…) et des témoignages, cet ouvrage en retrace l’évolution, de la prudence du vice-recteur de Paris Louis Liard au volontarisme de Pap Ndiaye.

Plus d’informations : https://www.peterlang.com/document/1351969#

Parution – Stéphanie Dauphin (dir.), “Les enseignantes en France (XVIe-XXe siècle). Sexe, genre et identité professionnelle”, PUR, 2023

Plus d’informations : https://pur-editions.fr/product/9284/les-enseignantes-en-france-xvie-xxe-siecle

E xplorer l’évolution de la place des enseignantes en France dans les sphères scolaire et sociale entre le XVIe et le XXe siècle. Révéler de quelle manière les identités individuelles et collectives ont pu se façonner dans ce cadre professionnel à la lumière de la différence des sexes. Tel est le but de cet ouvrage articulé autour des trois pôles que sont les trajectoires de vie (origine sociale, mobilité géographique), les parcours professionnels (formation, conditions de recrutement et de travail) et l’accès des femmes aux postes de direction (prégnance du modèle masculin, rapport à la hiérarchie masculine).

Les sources convoquées ici sont variées : archives d’établissements, rapports d’inspecteurs, presse, témoignages oraux et écrits, représentations picturales et littéraires. Elles fournissent les matériaux d’enquêtes élargies sur la formation de l’identité des enseignantes et nous aident à mesurer l’emprise des représentations sur elles, ainsi que sur leur capacité à y résister. Éclairer les assignations institutionnelles, les rapports professionnels et humains qui se nouent au fil du temps au sein de l’École, la reconnaissance enfin du rôle des femmes dans l’enseignement : un combat théorique et social qui demeure à la fois actuel et essentiel.

Parution – Amandine Charvet et Mareike Boldt (dir.), “Des changements curriculaires et des politiques éducatives (XIXe-XXIe siècles) : acteurs, contenus, échelles de décision et logiques sociales”, n°54, Recherches en éducation, 2024

Consulter le numéro : https://journals.openedition.org/ree/12123

Ce numéro propose une analyse des liens entre les politiques publiques éducatives et les propositions curriculaires. La multiplicité de ces liens et de leurs modalités est au cœur des questions ouvertes dans ce dossier, ceci afin d’offrir un cadre d’appréhension renouvelé du système scolaire. En effet, les analyses de l’action publique d’éducation n’interrogent que très rarement les contenus transmis et leur traduction dans les propositions curriculaires et pédagogiques. Or, cette traduction dans les curricula nous semble pourtant être un moyen pertinent pour saisir les changements de l’école et leurs logiques sociales. L’entrée par les curricula permet quant à elle de mieux comprendre la manière dont une société entend former les jeunes générations, et quel type particulier d’individus elle concerne et celui qu’elle voudrait construire. Ainsi, il s’agit dans une perspective pluridisciplinaire (histoire, sociologie, sciences de l’éducation et science politique essentiellement) de comprendre ces reconfigurations à différentes échelles, de politiques et d’acteurs, afin de saisir leurs logiques sociales et leurs conséquences dans les transformations scolaires et éducatives.

Parution – Kalwant Bhopal et Martin Myers, “Elite Universities and the Making of Privilege. Exploring Race and Class in Global Educational Economies”, Routledge, 2023

Plus d’informations : https://www.routledge.com/Elite-Universities-and-the-Making-of-Privilege-Exploring-Race-and-Class/Bhopal-Myers/p/book/9780367466077

FRANCAIS. Dressant un tableau extraordinaire du fonctionnement interne des universités d’élite, Elite Universities and the Making of Privilege s’inspire des débats actuels sur l’éducation et l’inégalité et examine la pertinence des identités de marque mondiales des universités. S’appuyant sur les travaux de Bourdieu et sur la théorie critique de la race pour explorer la manière dont l’identité, l’expérience et les antécédents familiaux influencent la façon dont les gens naviguent dans l’espace social de l’université, ce livre est étayé par une recherche empirique qui prend en compte différents contextes sociaux, économiques et éducatifs. En s’appuyant sur des entretiens avec des étudiants diplômés, cet ouvrage met en évidence les ambiguïtés de l’élite en tant que marqueur reconnaissable du statut institutionnel, mais aussi en tant que marqueur rarement quantifié ou défini. Combinant des chapitres intellectuellement rigoureux, accessibles et controversés, Elite Universities and the Making of Privilege est une lecture cruciale pour tous ceux qui cherchent à comprendre comment la race et la classe sociale affectent ceux qui naviguent dans les universités d’élite.

ANGLAIS. Providing an extraordinary picture of the inner workings of elite universities, Elite Universities and the Making of Privilege draws on current debates on education and inequality and considers the relevance of universities’ global brand identities. Using the work of Bourdieu and critical race theory to explore how identity, experience and family background affects how people navigate the social space of the university, this book is underpinned with empirical research that considers different social, economic and educational contexts. Using interview accounts of graduate students, this book highlights ambiguities in how eliteness works as both a recognisable marker of institutional status and a marker that is rarely quantified or defined. Combining intellectually rigorous, accessible and controversial chapters, Elite Universities and the Making of Privilege is crucial reading for anyone looking to understand how race and class affect those navigating elite universities.

Parution – Chloé Pellegrini, “Enseigner les langues à l’école publique au Maroc. Construction des savoirs, identités et citoyenneté”, PUR, 2024

Au Maroc, les débats autour des politiques linguistiques et des langues nationales et étrangères – arabe, amazigh, français, anglais et espagnol – mobilisent des débats identitaires passionnés au nom de valeurs sociétales et civilisationnelles antagonistes, dans un contexte de tensions entre savoirs locaux et savoirs mondialisés. 

Cet ouvrage s’appuie sur une recherche inédite d’immer- sion ethnographique de longue durée à l’intérieur d’établissements scolaires publics, du primaire au lycée, en milieux urbain, rural et montagnard au Maroc. Après un état des lieux des politiques linguistiques éducatives et des débats sociétaux sur les langues, il invite le lecteur à suivre les parcours personnels et professionnels d’enseignants de langues, à observer leurs pratiques d’enseignement dans les classes et les modalités de construction des savoirs selon la langue enseignée. Dans une approche socio-anthropologique, il montre comment les idéologies linguistiques véhiculées par les programmes et les manuels y sont interprétées, et quelles formes de savoirs, d’identités et de citoyenneté sont valorisées auprès des élèves. Des pistes de réflexion sont enfin proposées pour tenter de « désidéologiser » l’enseignement des langues et d’atténuer les souffrances liées à leur apprentissage.

https://pur-editions.fr/product/9737/enseigner-les-langues-a-l-ecole-publique-au-maroc

Parution – Laurent Besse (dir.), “École et éducation populaire en France depuis la fin du XIXe siècle”, n° 160, Histoire de l’éducation, 2023

https://journals.openedition.org/histoire-education/8683

DOSSIER

Numéro coordonné par Laurent Besse

Laurent Besse
À côté de l’école : école et éducation populaire en France depuis la fin du XIXe siècle
Next to school: popular education and school in France since the end of the 19th century

Jean-Paul Martin
Édouard Petit, un haut fonctionnaire républicain (1858-1917) et sa conception de l’éducation populaire
Édouard Petit, a senior republican official (1858-1917) and his concept of popular education

Nicolas Palluau
Les formations extra-scolaires des instituteurs et des institutrices : de la gymnastique militaire aux moniteurs de colonies de vacances, évolution d’un espace d’engagement (1905-1940)
The extracurricular training of teachers. From military gymnastics to summer camp leaders – the evolution of scope for commitment (1905-1940)

Léo Vennin,
Rivale ou complémentaire de l’Éducation nationale ? Les enjeux de l’entrée en administration de l’éducation populaire (1944-1948)
Rival or complementary to the Department of Education? When popular education takes office (1944-1948)

Laurent Besse
« Une subvention sous forme humaine » : la mise à disposition d’instituteurs auprès des œuvres complémentaires de l’école laïque (1940-1980)
“A subsidy in human form”: the provision of primary school teachers to secular extra-curricular associations 1940-1980

Léo Souillès-Debats
Du cinéma dans, en dehors ou en marge de la classe ? L’introduction du septième art à l’école (1963-1999)
Cinema in, outside or on the fringes of the classroom? The introduction of the seventh art in French schools (1963-1999)

VARIA

Jérôme Martin
Théodore Simon, précurseur d’une psychopédagogie de l’orientation
Théodore Simon, pioneer in psychopedagogical guidance

André D. Robert, Pierre Kahn
Le Parti communiste français à la recherche de sa politique scolaire (1921-1934)
The French communist party in search of its school policy (1921-1934)

SOURCES, RESSOURCES ET ANALYSES

Étienne de Kergariou,
Notre École, institution d’enseignement à distance pour le secondaire, 1907-1926

COMPTES-RENDUS ET NOTES CRITIQUES

Parution – Carole Christen, “A l’école du soir. L’éducation du peuple à l’ère des révolutions (1815-1870)”, 2023

Dans la France du XIXe siècle ouvriers et artisans, après leur longue journée de travail, cherchent à acquérir des connaissances élémentaires ou des savoirs techniques et professionnels. Avant l’institutionnalisation républicaine de l’école par les lois Ferry, l’école du soir se généralise dans cette période (1815-1870) qui voit se transformer en profondeur l’enseignement comme les mondes du travail pendant que s’engage le double mouvement d’élargissement de la souveraineté populaire et d’expansion industrielle.

Les fonctions et les enjeux des cours du soir pour adultes sont multiples : alphabétiser, former, moraliser, acculturer, émanciper les classes laborieuses.

L’analyse des discours des promoteurs et fondateurs de ces cours, l’attention portée aux contenus des enseignements et à leur efficacité, aux représentations et expériences vécues par les enseignants qui les ont organisés et par les auditeurs / élèves-adultes qui les ont suivis permettent de restituer les nombreuses réalités sociales, culturelles et politicopédagogiques de l’éducation des adultes. Cette dernière et plus largement la question du rapport des milieux populaires à l’instruction et aux savoirs (« légitimes », livresques, « populaires », pratiques, professionnels, etc.) restent aujourd’hui d’une grande actualité.

Certains débats du XIXe siècle sur l’éducation des classes populaires et l’émancipation par le(s) savoir(s) ne sont pas clos.

Présentation sur le site de l’éditeur : http://www.champ-vallon.com/a-lecole-du-soir-carole-christen/

Parution – Lydie Heurdier (dir.), “Regards historiques sur 40 ans de politique d’éducation prioritaire en France (1981-2021)”, n°159, Histoire de l’éducation, 2023

Regards historiques sur 40 ans de politique d’éducation prioritaire en France (1981-2021)

Historical perspectives on 40 years of priority education policy in France (1981-2021)

Sous la direction de Lydie Heurdier

https://journals.openedition.org/histoire-education/8320

Continuer la lecture de « Parution – Lydie Heurdier (dir.), “Regards historiques sur 40 ans de politique d’éducation prioritaire en France (1981-2021)”, n°159, Histoire de l’éducation, 2023 »

Parution – Jean-François Condette, Arnaud-Dominique Houte, Jean Le Bihan et Aurélien Lignereux (dir.), “Former, encadrer, surveiller. Documents d’histoire sociale de la France contemporaine (XIXe-XXIe siècles)”, PUR, 2023.

Quoi de commun entre l’école maternelle et la gendarmerie, entre les principes éducatifs et les pratiques répressives ? Ces domaines bien distincts généralement étudiés de manière séparée, participent d’une même

histoire : celle du resserrement, progressif et parfois contesté, des liens entre l’État et la société. Ce mouvement de longue durée a fait l’objet de recherches renouvelées dont beaucoup ont été initiées par Jean-Noël Luc à qui cet ouvrage est dédié.

Et puisqu’il s’agit ici de transmission, on a voulu lui donner une forme pédagogique capable d’intéresser les lecteurs au-delà du seul cercle des spécialistes. Composé d’articles synthétiques, complétés d’une mise en perspective historiographique, ce volume présente et commente selon une méthodologie rigoureuse des documents inédits et souvent méconnus, de natures très variées (textes, photographies, plans, etc.), qui permettent d’éclairer d’un jour nouveau l’histoire de l’État et de la société française aux XIXe et XXe siècles. Utile aux étudiants à tous les niveaux, ainsi qu’à leurs enseignants, ce livre s’adresse à tous ceux qui sont curieux d’une autre manière d’écrire et de comprendre l’histoire des Françaises et des Français.

Houte Arnaud-Dominique (direction), Lignereux Aurélien (direction), Le Bihan Jean (direction), Condette Jean-François (direction)

Avec le soutien du Centre d’histoire du XIXe siècle de Sorbonne Université et de l’Institut universitaire de France

Présentation sur le site de l’éditeur

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search