Parution – Christophe Point, “Université et démocratie : la pensée éducative de John Dewey”, PU Laval, 2023

Les universités sont parfois des institutions millénaires et elles sont désormais des lieux familiers pour des millions de personnes étudiant dans le monde entier. Bien souvent, elles peuvent nous paraitre immuables et à l’abri des bouleversements de notre époque. Et pourtant, l’université telle que nous la connaissons aujourd’hui est relativement récente et son avenir n’est en rien assuré. De son futur, plusieurs imaginaires tentent d’en brosser le portrait. C’est à l’un de ces imaginaires que nous souhaitons consacrer ce livre ; celui d’un idéal un peu fou, né à l’aube du xxe siècle, dans l’élan américain pour une idée nouvelle, celle de la démocratie.

À travers des récits de grandes expérimentations universitaires américaines du xxe siècle et les écrits du plus grand philosophe et pédagogue américain de son époque, John Dewey, nous explorerons sa philosophie de l’éducation à l’œuvre sur la question des universités. Nous verrons comment il est possible d’imaginer avec lui une université résolument tournée vers l’éducation de tous et de toutes, une université cherchant à rendre vivantes les convictions démocratiques dont, un siècle plus tard, nous semblons avoir encore bien besoin.

https://www.pulaval.com/livres/universite-et-democratie-la-pensee-educative-de-john-dewey

Parution – Nathalie Dahn-Singh, “Le pupitre et le scrutin. L’éducation du peuple à la citoyenneté dans les cantons de Vaud et de Fribourg (1815-1860)”, Alphil, 2024

Le livre est disponible en Open Access via le site de l’éditeur :

https://www.alphil.com/livres/1342-1607-le-pupitre-et-le-scrutin-.html#/1-format-livre_papier

Le 1er novembre 1825, les autorités vaudoises lancent un concours pour la composition d’un livre d’éducation civique. Six ans avant le suffrage universel masculin dans le canton, l’ouvrage est supposé éduquer les Vaudois sur l’histoire suisse, « sur les devoirs dont l’observation doit caractériser un bon citoyen ; sur les principes qui doivent le diriger dans l’exercice de ses droits politiques », et « le devoir des électeurs d’aller voter dans toutes les circonstances ». Si ce concours demeurera lettre morte, en parallèle se développe un véritable marché éditorial de la citoyenneté, fait de manuels et de collections à l’attention des classes défavorisées.

En prenant comme exemples les cantons de Vaud et de Fribourg, cet ouvrage analyse les discours, les représentations et les pratiques liées à l’éducation du peuple à la citoyenneté durant la première partie du XIXe siècle, une période où le suffrage universel masculin s’impose peu à peu dans l’ensemble de la Suisse. Alors que s’affrontent diverses visions de la souveraineté populaire et de la fonction sociale de l’école, l’éducation à la citoyenneté fait partie intégrante d’un projet d’acculturation aux nouveaux systèmes politiques postrévolutionnaires qui intègre l’ensemble des citoyens, y compris les femmes. À la croisée de plusieurs domaines historiographiques, l’autrice propose ainsi une enquête sur les significations de la citoyenneté au XIXe siècle.

Parution – Arnaud Pierrel, “Ingénieurs mais apprentis”, Classiques Garnier, 2024

En s’ouvrant aux diplômes d’ingénieurs, l’apprentissage a traversé l’espace social. Comment les écoles s’approprient-elles ce mode de formation historiquement dominé ? Les apprentis ingénieurs sont-ils des ingénieurs comme les autres à l’heure où les études en alternance sont de plus en plus prisées ?

https://classiques-garnier.com/ingenieurs-mais-apprentis.html

Parution – Marianne Thivend, “Ces femmes qui comptent. Le genre de l’enseignement commercial en France au XIXe siècle”, PUL, 2024

Les femmes ont toujours travaillé. Ainsi au XIXe siècle, elles sont présentes partout dans la sphère commerciale. Elles gèrent des manufactures, tiennent les comptes et s’occupent de la clientèle d’ateliers, de commerces de gros ou de détail. Elles sont épouses de, filles de ou veuves, mais aussi indépendantes et employées. Partenaires de l’économie familiale puis salariées, ces femmes qui comptent ont-elles été formées ? Par qui, de quelles façons, dans quels cadres et avec quels outils ?

Pour répondre à ces questions, Marianne Thivend suit les itinéraires de deux figures pionnières de l’enseignement commercial, Élise Luquin à Lyon et Marguerite Malmanche à Paris, et nous fait entrer dans l’univers des écoles et des cours du soir pour les filles et les femmes qu’elles ont contribué à développer à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Avec cet ouvrage à la rencontre de l’histoire du genre, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire du travail des femmes, elle démontre que l’enseignement professionnel a permis à ces dernières de s’adapter aux mutations des marchés du travail et de développer leur capacité économique.

https://pul.univ-lyon2.fr/product/show/9782729714390/ces-femmes-qui-comptent

Parution – Yves Dénéchère, “Enfants eurasiens d’Indochine aux vents de la décolonisation”, Peter Lang, 2024

https://www.peterlang.com/document/1434234

Des milliers d’enfants métis nés dans l’Indochine coloniale ont été déplacés en France des années 1940 jusqu’au début des années 1970. Il s’agissait tout d’abord de former les jeunes eurasiens pour en faire des cadres pour la colonie puis, après la décolonisation, de les assimiler à la société française. Issues de la rencontre entre dominants et dominées, investies d’enjeux politiques et sociaux très forts, mais aussi idéologiques et démographiques, les personnes concernées ont dû se construire en métropole en tant que migrantes et métisses racisées. Grâce au croisement des archives avec de nombreuses sources orales et une enquête par questionnaire, ce livre reconstruit historiquement l’expérience d’acculturation et de construction subjective des Eurasiens et des Eurasiennes tout au long de leur vie. Le 70e anniversaire de la fin de la présence française en Indochine est l’occasion de sortir de l’ombre un pan méconnu de l’histoire coloniale et postcoloniale de la France.

SOMMAIRE :

Première partie – Enfances racisées

  • Chapitre 1 L’Indochine française au risque du « fait eurasien »
  • Chapitre 2 L’impérieuse assistance aux enfants métis
  • Chapitre 3 De nouveaux enjeux après 1945
  • Chapitre 4 Enfances métisses en guerre(s)
  • Chapitre 5 Récupérer les enfants eurasiens et les éduquer à la française

Deuxième partie – Histoires parallèles

  • Chapitre 6 Des « rapatriements » imposés par les événements ?
  • Chapitre 7 Expériences enfantines de la transplantation
  • Chapitre 8 Les filles de l’abbaye et d’ailleurs
  • Chapitre 9 Les foyers de garçons
  • Chapitre 10 Les enfants africasiens entre Indochine, Afrique et France
  • Chapitre 11 Les enfants métis de Seno

Troisième partie – Constructions subjectives

  • Chapitre 12 Les voies de l’acculturation
  • Chapitre 13 S’affirmer entre contrainte et agentivité
  • Chapitre 14 (Re)Faire famille en France
  • Chapitre 15 Fin de mission pour la FOEFI
  • Chapitre 16 Identité et mémoires du métissage et du déplacement

Conclusion

Parution – Anne-Marie Chartier, “L’école et l’écriture obligatoire”, Retz, 2022

Cet ouvrage constitue la première histoire, au long cours, de l’apprentissage de l’écriture en France.

Écrire, c’est tracer des lettres, mais c’est aussi un ensemble d’activités de copie, de rédaction, de production de textes, dont le rôle et la place a varié au cours des siècles.

Comment les élèves ont-ils appris à écrire depuis l’époque gallo-romaine et comment cet apprentissage s’est-il articulé avec celui de la lecture ? Comment doit-on désormais assurer cet apprentissage, alors que certains réclament l’abandon des stylos au profit des seuls claviers ?

Pour comprendre cette histoire et les enjeux contemporains, ce livre refait le parcours des écritures scolaires. Il montre comment les maîtres des écoles paroissiales, communales, publiques, confrontés eux-aussi à des situations « impensables » pour la génération d’avant, ont inventé, rodé, adapté, transformé la panoplie des procédés hérités pour faire entrer les écoliers en écriture.

Un ouvrage organisé en 4 grandes parties :

  1. Les langues d’écriture et le geste d’écrire
  2. L’écriture et la mémoire des textes
  3. L’écriture obligatoire de l’école républicaine
  4. Se mettre à écrire à l’école : les discours et les pratiques

https://www.editions-retz.com/enrichir-sa-pedagogie/mes-connaissances-educatives/l-ecole-et-l-ecriture-obligatoire-9782725636658.html

Parution – Niget David, Marais Jean-Luc, Quincy-Lefebvre Pascale, Scutaru Béatrice (dir.), “Cloîtrées. Filles et religieuses dans les internats de rééducation du Bon-Pasteur d’Angers, 1940-1990”, PUR, 2024

Depuis le XIXe siècle, la congrégation du Bon-Pasteur d’Angers prend en charge les jeunes filles des classes populaires considérées comme dangereuses ou « incorrigibles ». Elle occupe rapidement une position de quasi-monopole dans la rééducation des filles jusqu’aux années 1960. Par la voie de la justice, l’État, même devenu républicain et laïc, délègue aux congrégations religieuses le soin de corriger les « mauvaises filles », afin de leur permettre « de contracter des habitudes d’ordre et de travail propres à les ramener à la vertu ». Ainsi, 8 000 enfants sont passées entre les murs du couvent de la seule maison-mère d’Angers entre 1940 et 1991, date de sa fermeture. Contestées de toutes parts au tournant des « années 68 », y compris par les jeunes elles-mêmes, ces institutions entrent en crise pour mourir à petit feu. Un modèle moral, éducatif et économique a vécu, sans être à même de se réformer à travers le temps et marquant de son empreinte la vie de dizaines de milliers de jeunes filles.

https://pur-editions.fr/product/9854/cloitrees

Parution – Mélanie Fabre, “Hussardes noires. Des enseignantes à l’avant-garde des luttes, de l’affaire Dreyfus à la Grande Guerre”, Agone, 2024

Dans les dernières décennies du XIXe siècle, quelques femmes saisissent les nouvelles opportunités qui s’offrent à elles dans l’institution scolaire. Enseignantes, directrices d’école, inspectrices, ces rares élues n’entendent pas toutes se contenter du rôle subalterne dans lequel on voudrait les cantonner.

Liberté, Égalité, Fraternité : elles prennent la République au mot.

Dans les salles de classe, les universités populaires, les revues ou sur les estrades des réunions publiques, elles font entendre leur voix. Indociles et combatives, elles défendent leur idéal d’une école émancipatrice, imaginent de nouveaux rapports entre les sexes et entre les nations. Ainsi inventent-elles, malgré les réticences et les résistances, une nouvelle figure : l’intellectuelle.

En retraçant la vie de quelques pionnières oubliées, Mélanie Fabre évoque toute une génération de femmes engagées dans un triple combat : pour une école démocratique, l’instruction laïque et l’émancipation des femmes.

https://agone.org/livres/hussardes-noires-des-enseignantes-lavant-garde-des-luttes

Parution – Mathias de Meyer, “Tachraft. Écritures et ordre d’État dans une école de village au Maroc”, PUR, 2024

Quel est le quotidien d’une école primaire d’un village de la campagne marocaine dans la périphérie de Marrakech ? C’est par une approche ethnographique de longue durée que l’on découvre ici les rapports complexes que le temps a tissé entre les maîtres de l’école de Tachraft, leur directeur, les élèves, les villageois et l’ethnographe lui-même. 

Mais au-delà de ces rapports tantôt de méfiance, tantôt de connivence, la description montre surtout comment se construit, par le biais des dispositifs d’écriture les plus ordinaires de l’école, la « forme scolaire » et dans le même mouvement, l’ordre d’État. En décrivant de façon précise et systématique les usages des tableaux noirs, des ardoises, des bulletins et autres dossiers d’inscription dans ce milieu « périphérique » ou « marginal » qu’est cette école de Tachraft, on révèle ce qui structure le plus  subtilement l’ordre scolaire comme forme aujourd’hui mondialisée.

L’ouvrage offre alors une importante contribution aux travaux concernant l’école en dialoguant avec l’anthropologie des matérialités, de la bureaucratie et de l’État. Il met en perspective, de façon à la fois originale et pénétrante, les débats contemporains sur les notions de dispositif, de discipline et d’écriture.

Parution – Gautier Garnier, “Capitales éruditesÉcrits et savoirs à Lisbonne et à Madrid (XIXe-XXe siècle)”, Classiques Garnier, 2024

L’intense investissement érudit de Madrid et Lisbonne aux xixe et xxe siècles se cristallise autour des figures respectives du chroniqueur officiel et de l’olisipographe. Il fait l’objet d’une étude comparative mettant l’accent sur leurs pratiques d’écriture.

https://classiques-garnier.com/capitales-erudites-ecrits-et-savoirs-a-lisbonne-et-a-madrid-xixe-xxe-siecle.html

Parution – Déborah Sautel, “Les enfants des résistants : victimes collatérales de la répression” et “Les orphelins des résistants : du deuil à la transmission mémorielle”, L’Harmattan, 2024

Les enfants des résistants : victimes collatérales de la répression

  • Chapitre 1 Les enfants : témoins et acteurs de la résistance
  • Chapitre 2 Les familles à l’épreuve de la répression
  • Chapitre 3 La mort : cassure familiale
  • Chapitre 4 Assurer la subsistance des orphelins
  • Chapitre 5 Organiser la vie des orphelins après la guerre

Torturés, suicidés, fusillés, exécutés sommaires, déportés… Les victimes de la répression nazie se comptent par milliers. À celles-ci s’en ajoutent d’autres, collatérales : les fils et filles des tués.

Les enfants sont témoins des agissements de leurs parents. Tenus à la discrétion, ils ont senti les menaces de la répression, avant d’en être victimes. Victimes par l’arrestation de leurs parents, voire la leur, le pillage de leur domicile et, enfin, la découverte de la mort de leur père, de leur mère. D’enfants, ils deviennent orphelins. Comment ont-ils vécu ces événements ? Quel impact ont-ils eu sur leur vie ?

Après la Libération, la question de leur prise en charge se pose : des démarches sont entreprises pour l’attribution d’une pension militaire, du statut de pupille de la nation. Des enfants sont adoptés, placés en orphelinat, en internat, ou demeurent chez leur parent restant dans une atmosphère lourde de chagrin. Chacun essaie, à sa manière, de trouver le moyen de se libérer du malheur du deuil causé par l’implacable répression de la Résistance.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_enfants_des_resistants_victimes_collaterales_de_la_repression_deborah_sautel-9782336441542-79638.html

Les orphelins des résistants : du deuil à la transmission mémorielle

  • Chapitre 1 Une enfance sous le sceau du silence
  • Chapitre 2 Les orphelins confrontés aux guerres
  • Chapitre 3 Un parcours tracé par le défunt
  • Chapitre 4 Témoigner d’une fierté, d’une souffrance
  • Épilogue Au nom du sang

Les ombres des ombres, les ombres des lumières. Telle semble être la position des enfants des résistants. Du vivant de leurs parents, ils sont leurs aides discrètes ou des témoins dont il faut se soustraire au regard. Après leur mort et la Libération, ils deviennent leurs représentants. Leur individualité leur est presque niée : appelés à être sages, ils ne peuvent s’exprimer sur leur deuil.

Refoulant cette douloureuse histoire ou cherchant à l’extirper des ténèbres, les enquêteurs en herbe se muent en chercheurs quand ils disposent enfin de leur temps et des archives familiales. Car le passé ne se referme pas facilement. Les hommages aux résistants, les procès, les nouvelles guerres, l’affaire Speidel, avec la nomination d’un ancien nazi au commandement de l’OTAN, tout leur rappel l’absence vécue au quotidien.

Comment composent-ils avec ? Comment la transforment-ils en tremplin pour avancer et s’épanouir ? La résilience n’est pas innée, mais naît d’une volonté. Peu à peu, les orphelins reprennent leur place d’acteurs de l’Histoire et veillent à sa transmission.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_orphelins_des_resistants_du_deuil_a_la_transmission_memorielle_deborah_sautel-9782336438757-79637.html

Parution – Hervé Joly, “Histoire de l’École polytechnique”, La Découverte, 2024

Dans cette longue séquence, l’École, malgré de nombreuses évolutions, est marquée par de spectaculaires éléments de continuité : le statut militaire qu’elle conserve malgré la diversification civile de ses débouchés, l’importance à la fois de son concours d’entrée extrêmement sélectif et de son classement de sortie pour l’accès aux corps d’État, la difficulté d’élargir un recrutement masculin et socialement favorisé, l’orientation très généraliste et abstraite de la formation, la place considérable qu’occupent les anciens élèves dans les hautes sphères de l’administration et des entreprises. Polytechnique incarne l’élitisme à la française d’une manière dont on peine à trouver des équivalents à l’étranger. Qui sont ses élèves, de quel milieu viennent-ils ? Quelle scolarité effectuent-ils ? Quelle réussite connaissent-ils à la sortie ?

https://www.editionsladecouverte.fr/histoire_de_l_ecole_polytechnique-9782348080920

Table des matières 

Introduction

I. Une école supérieure au statut unique
Les incertitudes originelles
La tutelle exclusive du ministère de la Défense depuis la monarchie de Juillet
Une école longtemps dirigée par un général de passage
Encadré : La parenthèse civile sous Vichy
Un encadrement longtemps officier
Une école d’ingénieurs à part
De nouveaux cursus parallèles (masters, doctorats)
Un positionnement difficile dans le paysage de l’enseignement supérieur et la recherche
La difficulté d’une visibilité internationale

II. L’invention du concours d’entrée
De l’examen au concours
La prépondérance traditionnelle de l’oral
Une machinerie très lourde
Un concours qu’il faut préparer
La multiplication des filières
L’insertion dans des banques d’épreuves
L’exception récente du recrutement universitaire
L’ouverture aux étrangers

III. Les élèves : une élite scolaire et sociale
La préférence à la jeunesse
La prime aux formations classiques
Des exigences de conformisme politique
Encadré : Les polytechniciens, des républicains engagés dans le maintien de l’ordre aux côtés du gouvernement provisoire en 1848
Le poids des héritiers
Encadré : Les Vicaire, une dynastie de polytechniciens sur quatre générations
Une difficile ouverture aux femmes
La seule concurrence de l’École normale supérieure

IV. Une formation générale et abstraite
Les contraintes du casernement
La prépondérance des cours magistraux
Une ambition encyclopédique et superficielle
Un corps professoral longtemps endogène
Un lien avec la recherche établi tardivement
Entre école d’ingénieurs et école de management

V. Une orientation contrainte par le classement de sortie
L’enjeu du classement de sortie
L’attractivité de corps civils restreints
Des corps militaires massifs peu prisés
La démission par défaut
La désertion des corps militaires au XXe siècle
Diversification et resserrement des corps civils

VI. Des carrières largement assurées
De belles carrières militaires
L’emprise des corps civils sur leurs administrations
La fréquence des congés et démissions
L’entreprise, un débouché massif longtemps ignoré
Encadré : Polytechnique en position de force à la tête du CAC40
La science face à la concurrence normalienne
Les dissidents d’hier et d’aujourd’hui

Conclusion

Parution – Yves Verneuil, “Une question « chaude ». Histoire de l’éducation sexuelle à l’école (France, XXe-XXIe siècle)”, 2023

Aux premières heures du XXe siècle, alors que la sexualité est un tabou social, des médecins hygiénistes, obsédés par la lutte contre les maladies vénériennes, recommandent d’introduire une éducation sexuelle à l’école. Leur proposition suscite aussitôt un vif débat, dont les termes vont perdurer jusqu’à nos jours. Une telle éducation ne va-t-elle pas pervertir enfants et adolescents ? Quelle est la légitimité de l’école pour intervenir dans un domaine qui semble relever de l’intime et de la famille ? Une éducation sexuelle collective peut-elle éviter de froisser la sensibilité de certains enfants ?

Un siècle plus tard, après de multiples expérimentations, cette éducation, qui considère désormais la sexualité dans toutes ses dimensions, est devenue obligatoire. Mais elle demeure une « question socialement vive ». En se fondant sur des archives nouvelles, de nombreux périodiques (médecins, parents d’élèves, syndicats enseignants…) et des témoignages, cet ouvrage en retrace l’évolution, de la prudence du vice-recteur de Paris Louis Liard au volontarisme de Pap Ndiaye.

Plus d’informations : https://www.peterlang.com/document/1351969#

Parution – Chloé Pellegrini, “Enseigner les langues à l’école publique au Maroc. Construction des savoirs, identités et citoyenneté”, PUR, 2024

Au Maroc, les débats autour des politiques linguistiques et des langues nationales et étrangères – arabe, amazigh, français, anglais et espagnol – mobilisent des débats identitaires passionnés au nom de valeurs sociétales et civilisationnelles antagonistes, dans un contexte de tensions entre savoirs locaux et savoirs mondialisés. 

Cet ouvrage s’appuie sur une recherche inédite d’immer- sion ethnographique de longue durée à l’intérieur d’établissements scolaires publics, du primaire au lycée, en milieux urbain, rural et montagnard au Maroc. Après un état des lieux des politiques linguistiques éducatives et des débats sociétaux sur les langues, il invite le lecteur à suivre les parcours personnels et professionnels d’enseignants de langues, à observer leurs pratiques d’enseignement dans les classes et les modalités de construction des savoirs selon la langue enseignée. Dans une approche socio-anthropologique, il montre comment les idéologies linguistiques véhiculées par les programmes et les manuels y sont interprétées, et quelles formes de savoirs, d’identités et de citoyenneté sont valorisées auprès des élèves. Des pistes de réflexion sont enfin proposées pour tenter de « désidéologiser » l’enseignement des langues et d’atténuer les souffrances liées à leur apprentissage.

https://pur-editions.fr/product/9737/enseigner-les-langues-a-l-ecole-publique-au-maroc

Parution – Carole Christen, “A l’école du soir. L’éducation du peuple à l’ère des révolutions (1815-1870)”, 2023

Dans la France du XIXe siècle ouvriers et artisans, après leur longue journée de travail, cherchent à acquérir des connaissances élémentaires ou des savoirs techniques et professionnels. Avant l’institutionnalisation républicaine de l’école par les lois Ferry, l’école du soir se généralise dans cette période (1815-1870) qui voit se transformer en profondeur l’enseignement comme les mondes du travail pendant que s’engage le double mouvement d’élargissement de la souveraineté populaire et d’expansion industrielle.

Les fonctions et les enjeux des cours du soir pour adultes sont multiples : alphabétiser, former, moraliser, acculturer, émanciper les classes laborieuses.

L’analyse des discours des promoteurs et fondateurs de ces cours, l’attention portée aux contenus des enseignements et à leur efficacité, aux représentations et expériences vécues par les enseignants qui les ont organisés et par les auditeurs / élèves-adultes qui les ont suivis permettent de restituer les nombreuses réalités sociales, culturelles et politicopédagogiques de l’éducation des adultes. Cette dernière et plus largement la question du rapport des milieux populaires à l’instruction et aux savoirs (« légitimes », livresques, « populaires », pratiques, professionnels, etc.) restent aujourd’hui d’une grande actualité.

Certains débats du XIXe siècle sur l’éducation des classes populaires et l’émancipation par le(s) savoir(s) ne sont pas clos.

Présentation sur le site de l’éditeur : http://www.champ-vallon.com/a-lecole-du-soir-carole-christen/

Parution – Yann Forestier, Changer l’école ou la sauver. Une polémique médiatique

Changer l'école ou la sauver

Résumé

« La France aime débattre de l’école. Dans le désordre, l’affrontement et la passion, elle ne cesse d’ausculter ce lieu où se croisent la République, les droits de l’homme, la politique, la citoyenneté. » Les questions scolaires représentent une réserve inépuisable de conflits, de controverses et d’anathèmes, mais aussi de souvenirs exaltés et de références impérieuses.

Cet ouvrage s’interroge sur l’omniprésence médiatique d’une polémique opposant ceux qui voudraient changer l’école, au nom de la nécessité de transformations profondes de notre système éducatif, à ceux qui, craignant une mise en péril du savoir ou des excès de « pédagogisme », appellent à la sauver. Chaque velléité de réforme, chaque incident, chaque mouvement de protestation provoque depuis les années 1960 le retour périodique d’argumentaires opposant ces deux camps.

Dans une enquête appuyée sur l’étude systématique de 8 500 articles de presse, Yann Forestier met en évidence la complexité des facteurs expliquant le succès de cet affrontement. L’énergie que les protagonistes y consacrent, de même que la passion avec laquelle les échanges s’animent, témoignent certes de la gravité des réalités scolaires, mais aussi des logiques selon lesquelles s’organisent les confrontations d’idées dans un espace public où ce sujet est particulièrement sensible.

Au croisement de l’histoire des médias et de l’histoire de l’éducation, ce livre se propose de montrer comment les conditions de circulation des idées peuvent influencer le débat public sur l’école et, en définitive, d’expliquer pourquoi les questions éducatives trouvent une place si particulière dans nos cultures politiques.

L’ouvrage a également fait l’objet d’un article dans Le Monde.

Auteur

Docteur en histoire, Yann Forestier enseigne au lycée Le Verrier de Saint-Lô ainsi qu’aux universités de Rennes 2 et de Caen. Chercheur associé au CAREF (EA4697) et au laboratoire Tempora (EA7468), il s’investit également dans la formation d’enseignants.

Davantage d’informations sur le site de l’éditeur.

 

 

Parution – Côme Simien, “Le maître d’école du village au temps des Lumières et de la Révolution”, CTHS, 2022

http://www.cths.fr/ed/edition.php?id=7580

Résumé. Avec la Révolution, l’école reçoit pour mission de former les futurs citoyens. L’idéal est celui d’une régénération des individus et de la société. Sur le terrain, la mise en œuvre de cette ambition s’avère complexe, parfois paradoxale. À la fin des années 1790, le dualisme scolaire public-privé s’instaure. Rapidement, les écoles privées l’emportent sur les écoles espérées par la République.

C’est dans le monde rural, moins étudié par les historiens, que se joue principalement ce rejet de l’enseignement public. Régie par les communautés villageoises, l’école s’inscrit au cœur de la vie locale tout autant qu’au centre des résistances opposées aux prétentions des pouvoirs extérieurs. En ce sens, elle est un lieu d’observation privilégié de la rencontre du temps long du social et du temps court du surgissement révolutionnaire. En s’intéressant à la figure des maîtres dans les campagnes du siècle des Lumières et de la Révolution, Côme Simien réussit à démêler, dans une enquête affranchie des discours normatifs, cette grande énigme scolaire de la Révolution française.

Côme Simien est maître de conférences en histoire moderne à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Membre de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC-IHRF), il s’est spécialisé dans l’histoire sociale, culturelle et politique du XVIIIe siècle et de la Révolution.

Prix de thèse 2018 de la Fondation des Travaux Historiques et Scientifiques

Parution – Gabriel Galvez-Behar, “Histoire de la propriété intellectuelle”, La Découverte, 2022

La propriété intellectuelle est un enjeu majeur des sociétés contemporaines. La diffusion des œuvres sur Internet, la valorisation de marques emblématiques ou la production de vaccins sont autant de sujets qui renvoient à la protection des droits afférents à l’activité intellectuelle.

Ses développements récents résultent d’une histoire longue de plusieurs siècles. Cet ouvrage la retrace, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, en adoptant un point de vue global. Il met en avant les acteurs sociaux qu’elle implique, de Diderot à Pfizer en passant par l’Unesco ou l’Organisation mondiale du commerce. Il insiste aussi sur les conflits souvent aigus qu’elle suscite.

Sans se limiter à une approche juridique, cette histoire interroge la place concrète des savoirs, des créations artistiques et des biens immatériels dans le processus économique. Elle met ainsi en évidence le rôle de la propriété intellectuelle dans les mutations du capitalisme ainsi que les choix de société qu’elle véhicule.

https://www.editionsladecouverte.fr/histoire_de_la_propriete_intellectuelle-9782707193599

Parution – Jane Martin, “Gender and Education in England since 1770. A Social and Cultural History”, 2022

Français : ce livre adopte une approche novatrice du sujet, combinant des approches biographiques et l’histoire locale, une synthèse de la littérature sociologique et historique, avec de nouvelles recherches pour aborder une variété de thèmes et fournir une histoire complète et arrondie démontrant l’enchevêtrement de l’expérience éducative et l’influence de différents modes de discrimination et de préjugés. En utilisant le prisme du genre, Jane Martin réévalue la nature sexuée de l’histoire moderne de l’éducation et fournit une vue d’ensemble des aspects imbriqués de l’éducation, de la société, de la politique et du pouvoir. Son organisation est conviviale, fournissant des informations accessibles en ce qui concerne les chronologies de la législation et des événements clés pour refléter la constance et le changement, tout en “cartographiant” les contextes politiques, économiques, sociaux et culturels plus larges, ce qui en fait un ouvrage idéal à utiliser comme manuel ou ressource pour les enseignants et les étudiants.

English : this book takes a novel approach to the topic, combining biographical approaches and local history, a synthesis of sociological and historical literature, with new research to address a variety of themes and provide a comprehensive, rounded history demonstrating the entanglement of educational experience and the influence of different modes of discrimination and prejudice. Using the lens of gender, Jane Martin reassesses the gendered nature of the modern history of education and provides an overview of intertwined aspects of education, society, politics and power. Its organisation is user friendly, providing accessible information with regard to chronologies of legislation and key events to reflect constancy and change, whilst ‘mapping’ the larger political, economic, social and cultural contexts, making it ideal for use as a textbook or a resource for teachers and students.

Parution – Florence Giust-Desprairies et Jocelyne Ajchenbaum, “Histoires d’enseignants. Paroles croisées de deux générations”, PUF, 2022

À vingt ans d’intervalle, deux groupes de professionnels relatent leur longue histoire avec l’École, depuis leur expérience d’élève jusqu’à leur entrée à l’Éducation nationale et leurs parcours d’enseignants, conseiller principal d’éducation ou psychologue. Dans leurs questionnements, leurs déboires et bonheurs, se racontent des aventures singulières en même temps que sept décennies d’histoire française. C’est l’occasion d’analyser la construction à la fois subjective et sociale de la professionnalité de ces acteurs de l’École, en mettant en perspective les continuités et les ruptures qui lient et séparent la génération entrée dans la carrière autour de Mai 68 et celle qui lui succède à partir de l’an 2000.

À travers les récits, les portraits saisis sur le vif et les analyses présentées dans cet ouvrage, se donnent à voir les liens complexes tissés entre monde familial et monde scolaire, dans un contexte socio-économique traversé par les événements de l’histoire nationale ou internationale.

https://www.puf.com/content/Histoires_denseignants

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search