Parution – Jane Martin, “Gender and Education in England since 1770. A Social and Cultural History”, 2022

Français : ce livre adopte une approche novatrice du sujet, combinant des approches biographiques et l’histoire locale, une synthèse de la littérature sociologique et historique, avec de nouvelles recherches pour aborder une variété de thèmes et fournir une histoire complète et arrondie démontrant l’enchevêtrement de l’expérience éducative et l’influence de différents modes de discrimination et de préjugés. En utilisant le prisme du genre, Jane Martin réévalue la nature sexuée de l’histoire moderne de l’éducation et fournit une vue d’ensemble des aspects imbriqués de l’éducation, de la société, de la politique et du pouvoir. Son organisation est conviviale, fournissant des informations accessibles en ce qui concerne les chronologies de la législation et des événements clés pour refléter la constance et le changement, tout en “cartographiant” les contextes politiques, économiques, sociaux et culturels plus larges, ce qui en fait un ouvrage idéal à utiliser comme manuel ou ressource pour les enseignants et les étudiants.

English : this book takes a novel approach to the topic, combining biographical approaches and local history, a synthesis of sociological and historical literature, with new research to address a variety of themes and provide a comprehensive, rounded history demonstrating the entanglement of educational experience and the influence of different modes of discrimination and prejudice. Using the lens of gender, Jane Martin reassesses the gendered nature of the modern history of education and provides an overview of intertwined aspects of education, society, politics and power. Its organisation is user friendly, providing accessible information with regard to chronologies of legislation and key events to reflect constancy and change, whilst ‘mapping’ the larger political, economic, social and cultural contexts, making it ideal for use as a textbook or a resource for teachers and students.

Parution – Florence Giust-Desprairies et Jocelyne Ajchenbaum, “Histoires d’enseignants. Paroles croisées de deux générations”, PUF, 2022

À vingt ans d’intervalle, deux groupes de professionnels relatent leur longue histoire avec l’École, depuis leur expérience d’élève jusqu’à leur entrée à l’Éducation nationale et leurs parcours d’enseignants, conseiller principal d’éducation ou psychologue. Dans leurs questionnements, leurs déboires et bonheurs, se racontent des aventures singulières en même temps que sept décennies d’histoire française. C’est l’occasion d’analyser la construction à la fois subjective et sociale de la professionnalité de ces acteurs de l’École, en mettant en perspective les continuités et les ruptures qui lient et séparent la génération entrée dans la carrière autour de Mai 68 et celle qui lui succède à partir de l’an 2000.

À travers les récits, les portraits saisis sur le vif et les analyses présentées dans cet ouvrage, se donnent à voir les liens complexes tissés entre monde familial et monde scolaire, dans un contexte socio-économique traversé par les événements de l’histoire nationale ou internationale.

https://www.puf.com/content/Histoires_denseignants

Parution – Jan R. Stenger, “Education in Late Antiquity. Challenges, Dynamism, and Reinterpretation, 300-550 CE”, Oxford UP, 2022

https://global.oup.com/academic/product/education-in-late-antiquity-9780198869788?lang=en&cc=us#

Français : Education in Late Antiquity offre le premier compte rendu complet du débat gréco-romain sur l’éducation entre 300 et 550 de notre ère. Jan Stenger retrace l’évolution des attitudes à l’égard des objectifs et des méthodes d’enseignement, d’apprentissage et de formation à travers les théories explicites et implicites développées par les auteurs chrétiens et païens au cours de cette période. Alors que le système éducatif postclassique a été considéré comme un champ immuable et uniforme, Stenger soutient que les écrivains de la période ont proposé des critiques substantielles de l’éducation formelle établie et ont tenté de réorienter les anciennes approches de l’apprentissage. Rassemblant un large éventail de discours et de genres, Education in Late Antiquity montre comment la pensée éducative était impliquée dans les idées et les pratiques de la société au sens large, abordant les préoccupations centrales de l’époque, notamment la moralité, la religion, la relation avec les autres et le monde, et les concepts de genre et de soi. L’idée maîtresse était que l’éducation était un processus de transformation qui donnait forme à l’être entier d’une personne, au lieu de simplement lui transmettre des connaissances ou des compétences formelles. Ainsi, le débat tourne autour de l’atteinte du bonheur, de la bonne vie et de l’épanouissement, et oriente donc l’éducation vers le développement de la notion d’humanité au sein de la personne. En explorant le discours sur l’éducation, ce livre retrouve les horizons changeants de la pensée gréco-romaine sur l’apprentissage et la formation.

English : Education in Late Antiquity offers the first comprehensive account of the Graeco-Roman debate on education between c. 300 and 550 CE. Jan Stenger traces changing attitudes towards the aims and methods of teaching, learning, and formation through the explicit and implicit theories developed by Christian and pagan writers during this period. Whereas the postclassical education system has been seen as an immovable and uniform field, Stenger argues that writers of the period offered substantive critiques of established formal education and tried to reorient ancient approaches to learning. Bringing together a wide range of discourses and genres, Education in Late Antiquity shows how educational thought was implicated in the ideas and practices of wider society, addressing central preoccupations of the time, including morality, religion, the relationship with others and the world, and concepts of gender and the self. The key idea was that education was a transformative process that gave shape to the entire being of a person, instead of merely imparting formal knowledge or skills. Thus, the debate revolved around attaining happiness, the good life, and fulfilment, and so orienting education toward the development of the notion of humanity within the person. By exploring the discourse on education, this book recovers the changing horizons of Graeco-Roman thought on learning and formation.

Parution – Céline Labrune Badiane, “Le pari de l’école. Une histoire de l’institution scolaire en Casamance (1860-1960)”, 2022

https://www.hemisphereseditions.com/le-pari-de-l-ecole

La Casamance, région située au Sénégal, au sud de la Gambie et au nord de la Guinée Bissau, occupe une place singulière dans l’histoire et l’espace colonial et post-colonial sénégalais. La région de Ziguinchor, partie occidentale de la Casamance, bien que tardivement et fragilement soumise à l’ordre colonial, est aussi la plus scolarisée du Sénégal, voire de l’Afrique-Occidentale française, à partir des années 1930 et surtout après la Seconde Guerre mondiale. Malgré le conflit indépendantiste qui y sévit depuis 1982, les taux de scolarisation y demeurent parmi les plus élevés, et l’école apparaît toujours comme le chemin privilégié de l’ascension sociale et de l’insertion professionnelle.

Pour comprendre ce qui peut sembler au premier abord paradoxal, cet ouvrage explore la longue histoire de l’école en Casamance à l’époque coloniale. Il s’attache à identifier les dynamiques politiques, économiques et sociales, à différentes échelles, qui ont conduit à l’institution de l’école en Casamance. Dans un contexte de profondes mutations, face à un
pouvoir colonial coercitif, les Casamançais n’ont pas une attitude figée face à l’institution scolaire. Ils l’intègrent à leurs pratiques sociales selon des modalités, des rythmes et des logiques multiples.

En s’appuyant sur des entretiens menés auprès des acteurs (élèves, enseignants, inspecteurs de l’enseignement) et des archives des écoles (monographies, registre matricule…), Céline Labrune Badiane restitue le point de vue et les expériences vécues de l’ensemble des élèves. L’analyse du processus de scolarisation à l’échelle locale permet de rendre compte de la diversité et de la complexité du rapport des individus, des communautés et des groupes sociaux à l’école et plus largement à l’État colonial. Pour reprendre les termes de l’historien Jacques Revel, il s’agit d’une « histoire totale vue d’en bas ».

L’autrice :

Céline Labrune Badiane est maîtresse de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Sénégal). Ses recherches portent sur l’histoire de l’éducation en Afrique de l’Ouest, dans une perspective d’histoire sociale, et sur les circulations des acteurs, des idées et des imaginaires dans l’Atlantique francophone contemporain, à partir de l’Afrique. Cet ouvrage est une version remaniée et actualisée de sa thèse, soutenue à l’Université Paris VII et récompensée par le Prix Louis Cros. Elle est, avec Etienne Smith (Sciences-Po Bordeaux) l’auteure d’un ouvrage sur la production des savoirs par les instituteurs africains en Afrique Occidentale Française, Les Hussards noirs de la colonie. Instituteurs et Petites patries (Karthala, 2018).

Parution – Arnaud Desvignes, “L’Université française entre autonomie et centralisme, des années 1950 aux années 1970”, CTHS, 2022

https://www.cths.fr/ed/edition.php?id=7579

Cet ouvrage est issu d’un doctorat soutenu à Sorbonne Université, sous la codirection de Jean-Noël Luc et d’Emmanuelle Picard, et qui a obtenu le Prix de thèse du CTHS 2018. Après avoir rappelé les caractéristiques de l’enseignement supérieur français avant 1968, il analyse en détail les modalités d’application de la loi Faure, en étudiant notamment le cas de trois universités : Paris VII, Picardie et Rennes I. Si Edgar Faure remet au goût du jour le principe d’« autonomie des universités », avancé par les réformateurs de la Troisième République, il intègre habilement à son projet de loi les notions de « participation » et de « pluridisciplinarité », chères à certains de ses contemporains. Nommé en juillet 1968, il réussit à faire promulguer sa loi en novembre, après un vote à l’unanimité. Malgré ses faiblesses, ce texte demeure une ligne d’horizon pour tout projet de réforme de l’enseignement supérieur français. C’est dire l’intérêt d’une étude permettant de réévaluer sa place dans l’évolution du système universitaire, alors que les questions de l’accès à l’enseignement supérieur, de la modernisation de cet enseignement et de son positionnement face à des politiques néolibérales sont, plus que jamais, d’actualité.

Introduction

  • L’épineuse question de l’enseignement supérieur
  • Pourquoi un nouveau livre sur l’enseignement supérieur ?
  • Recherches en cours et sources

Chapitre 1 : L’université française à la veille de mai 1968 : des structures surannées dans un monde professionnel modifié ?

  • Des structures pesantes
  • Des structures confrontées à la massification

Chapitre II : Un découpage des nouvelles universités prisonnier de l’ordre ancien ?

  • La constitution des UER sous l’égide d’Edgar Faure : participation et pluridisciplinarité limitées
  • L’instrument de la transition entre l’ancien et le nouveau système : les conseils transitoires
  • La formation des nouvelles universités sous le ministère Guichard : consultation des enseignants et arbitrage du pouvoir central

Chapitre III :  Les premiers pas des nouvelles universités : des assemblées provisoires à la rédaction des statuts

  • La formation des assemblées provisoires
  • La rédaction des statuts : des universités en liberté surveillée

Chapitre IV :  Jeux de pouvoirs ou le principe de participation à l’épreuve des faits

  • L’installation progressive des nouvelles institutions
  • Les nouvelles institutions face à la montée de l’abstention et à l’influence des syndicats
  • L’exercice de la présidence au risque du conflit avec les UER

Chapitre V : L’impact de la loi Faure sur les formations dispensées par les universités

  • Des débats sur la nature et le contenu des diplômes aux réflexions sur la carte universitaire
  • La réforme du DEUG
  • La réforme du troisième cycle

Chapitre VI : Les universités face au mur de l’argent (1969-1976)

  • Un budget limité, des critères de répartition contestés
  • Le vote du budget par les conseils d’université : un « bras de fer » entre le ministère et les universités (1971-1976)
  • Manque de moyens et/ou mauvaise gestion des fonds par les universités

Conclusion générale

Parution – Sylvain Wagnon (ed.) – “Normes, disciplines et manuels scolaires”, Peter Lang, 2022

https://www.peterlang.com/document/1170962

Le manuel scolaire est un outil majeur et incontournable de l’enseignement actuel. Témoin de son temps, enjeu politique, économique et culturel, il est révélateur des mutations et des évolutions de nos systèmes éducatifs. Cet ouvrage analyse les liens entre les manuels scolaires, les savoirs enseignés, les normes disciplinaires et la forme scolaire. Chaque chapitre explore à la fois l’histoire et l’actualité des différentes disciplines scolaires par le prisme du manuel scolaire.

Grâce à des analyses renouvelées et pluridisciplinaires, cet ouvrage précise l’importance du manuel en tant qu’interface incontournable de l’acte éducatif et élément constitutif d’une culture scolaire. Au fil des contributions issues des plus récentes recherches françaises et suisses, le manuel apparait ainsi comme vecteur de connaissances, de concepts et de valeurs, mais aussi et avant tout interprétation des programmes officiels.

L’étude des liens entre les manuels scolaires et l’évolution de la forme scolaire permet de mettre en évidence les influences des divers acteurs, leurs interactions et les transferts culturels liés à la production des manuels, ainsi que leurs effets sur la constitution des disciplines. Grâce à cette étude novatrice des relations entre les normes, les disciplines et les manuels scolaires, cet ouvrage propose une réflexion globale sur l’enseignement, son histoire, son présent et ses perspectives.

Parution – Amandine Diener, “Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968). Entre réformes et traditions”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5964/enseigner-l-architecture-aux-beaux-arts-1863-1968

L’histoire de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle semble connue des historiens de l’architecture et des architectes qui, pour la plupart, ont arpenté les couloirs de cette prestigieuse école. Malgré son évidence, ce sujet n’avait jamais été abordé de front sur cette longue période. Entre la réforme mise au point par Viollet-le-Duc en 1863 et la disparition de la section d’architecture en 1968, il y avait un vide que cet ouvrage propose de combler.

À partir de l’analyse de documents d’archives et d’un corpus jusque-là épars, ce livre fait le choix d’un regard croisé entre histoire réglementaire et pédagogique pour dégager une lecture historique de la « doctrine » de la section d’architecture, vérifier sa capacité à questionner ses traditions académiques et à se réformer. Il offre une synthèse, libérée de toute polémique, de l’évolution de la formation des architectes en dégageant des moments de basculement, de crise ou de stabilité provoqués par des phénomènes d’ordre institutionnel, historique ou professionnel.

Du berceau parisien aux antennes provinciales, des débuts glorieux aux difficultés grandissantes, des enjeux pédagogiques à ceux de la profession, du cours de théorie aux concours d’émulation, l’ouvrage propose une lecture inédite de la longue et difficile mue de la section d’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle.

Parution – Sylvie Moret Petrini, “L’enfance sous la plume.La diffusion de l’écriture éducative en Suisse romande, 1750-1820”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5643/l-enfance-sous-la-plume

Systématiquement recommandée par les traités pédagogiques, l’observation des enfants se développe dès le milieu du XVIIIe siècle, dans le sillage des Lumières et de l’essor des sciences. Pères, mères, précepteurs et gouvernantes sont désormais exhortés à prendre la plume dans le cadre de leur mission éducative. Et ils ne sont pas les seuls. Enfants et jeunes gens se voient aussi fortement encouragés à tenir un journal, auquel on attribue de nombreuses vertus.

Fondé sur l’analyse d’une centaine de journaux personnels conservés dans les archives de Suisse romande, le présent ouvrage retrace l’émergence de ces nouvelles pratiques d’écriture, issues d’une ère de renforcement de la cellule familiale, et remonte aux modèles qui leur ont donné naissance. Il questionne également la perception que les acteurs de l’éducation ont de leurs rôles respectifs.

Cette écriture éducative traduit le nouveau regard porté sur l’enfant et sur son développement, ainsi que la pénétration des théories pédagogiques au sein des familles. Tout comme elle dévoile les dilemmes des parents, partagés entre fidélité aux principes prônés et impératifs sociaux. Incluant les jeunes scripteurs et scriptrices, elle permet de reconstituer l’expérience enfantine. On voit ainsi émerger l’enfant acteur de son éducation, fille ou garçon, qui au fil des pages revendique sa capacité à gérer, non seulement sa formation, mais sa propre existence.

La promotion du journal d’éducation dans le cadre d’une nouvelle vision de l’enfant

  • Un instrument de connaissance
  • Une promesse d’amélioration pour les enfants et les adolescents
  • Une théorisation du journal à bout touchant ?

Le journal éducatif aux mains des précepteurs et gouvernantes

  • Un désir naissant de professionnalisation
  • L’écriture éducative : source de légitimité
  • Adapter le journal éducatif de Stéphanie-Félicité de Genlis

Les parents et la plume

  • Responsabilités et sentiments : des rôles parentaux redéfinis
  • Écrire la maternité
  • La plume paternelle : entre observation et réflexion

Les enfants et l’écriture diaristique

  • Élaborer son journal
  • La plume émancipatrice

Parution – Philippe Boutry, Christophe Charle et Marie-Caroline Luce, “L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cinquante ans, entre utopies et réalités (1971-2021)”, 2022

Ce volume retrace un demi siècle d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne née du grand ébranlement de 1968. Ses fondateurs entendaient réaliser les promesses les plus fructueuses et les ambitions les plus nobles de la loi Edgar Faure sans renier ses héritages issus de la Sorbonne et de la Faculté de droit : une université en phase avec son époque, pluridisciplinaire qui donne aux étudiants et aux étudiantes voix au chapitre (par la participation aux conseils), mais aussi soutien et encadrement par des groupes de travaux dirigés à taille humaine. Paris 1 Panthéon-Sorbonne a su aussi s’ouvrir à des domaines inconnus largement des anciennes facultés comme les arts plastiques, les mathématiques et l’informatique, le sport, la formation permanente et fédérer en outre des composantes originales, comme les instituts. Cette histoire fut pleine de conflits et de difficultés (en matière de locaux, budgets, structures) affrontées dans un esprit constructif mais fidèle au projet initial par douze équipes présidentielles. L’ouvrage montre comment malgré conflits et crises, et face à des ministres pas toujours à l’écoute des demandes, Paris 1 a réussi à faire exister une communauté humaine massive et de plus en plus diverse tout en restant au cœur des innovations intellectuelles et professionnelles dans les sciences humaines, sociales, économiques et juridiques (info éditeur). 

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100272130

Parution – Pierre Caspard, “La famille, l’école, l’État. Un modèle helvétique, XVIIe-XIXe siècles”, P.I.E-Peter Lang S.A., Éditions Scientifiques Internationales, 2021

Dans les régions développées de l’Occident moderne, les parents ont été nombreux à vouloir assurer à leurs enfants, garçons et filles, une bonne maîtrise de leur langue, parlée, lue et écrite. Les raisons qui étaient les leurs, les moyens qu’ils se sont donnés, les résultats qu’ils ont atteints, font l’objet du présent livre.

Le contexte régional observé est celui de l’actuel canton suisse de Neuchâtel. Les principes, valeurs et intérêts qui motivaient ses paysans, artisans, ouvriers, commerçants, petits notables, à instruire ou faire instruire leurs enfants, se donnent à voir dans leurs écrits personnels, mais aussi dans les programmes de leurs écoles, dont ils décidaient collectivement, dans un contexte de démocratie directe exercée au niveau communal.

Par cette pratique de la démocratie directe, le pays de Neuchâtel appartient au monde helvétique. Socialement et culturellement, il est proche aussi d’autres régions de l’Occident développé. Le livre propose diverses comparaisons avec la France mais invite, plus largement, à une réflexion sur les politiques d’instruction menées par des acteurs localement situés, avant que les États nationaux ne privilégient une scolarisation généralisée sous leur contrôle, dans le courant du XIXe siècle.

Parution – Robert Troschitz, “Higher Education and the Student. From welfare state to neoliberalism”, Routledge, 2017

https://www.routledge.com/Higher-Education-and-the-Student-From-welfare-state-to-neoliberalism/Troschitz/p/book/9780367133498

As one of the pioneers and leading advocates of neoliberalism, Britain, and in particular England, has radically transformed its higher education system over the last decades. Universities have increasingly been required to act like businesses, and students are frequently referred to as customers nowadays. Higher Education and the Student investigates precisely this relation between the changing function of higher education and what we consider the term ‘student’ to stand for.

Based on a detailed analysis of government papers, reports, and speeches as well as publications by academics and students, the book explores how the student has been conceptualised within the debate on higher education from the birth of the British welfare state in the 1940s until today. It thus offers a novel assessment of the history of higher education and shows how closely the concept of the student and the way we comprehend higher education are intertwined. Higher Education and the Student opens up a new perspective that can critically inform public debate and future policy – in Britain and beyond.

The book should be of great interest to scholars, researchers, and postgraduate students in the fields of higher education; educational policy and politics; and the philosophy, sociology, and history of higher education.

Parution – Edward Janak, “A Brief History of Schooling in the United States. From Pre-Colonial Times to the Present”, Palgrave, 2019

https://www.palgrave.com/gp/book/9783030243968

This book presents a sweeping overview of the historical and philosophical foundations of schooling in the United States. Beginning with education among the indigenous peoples of the Americas and going on to explore European models of schooling brought into the United States by European colonists, the author carefully traces the arc of educational reform through major episodes of the nation’s history. In doing so, Janak establishes links between schools, politics, and society to help readers understand the forces impacting educational policy from its earliest conception to the modern day. Chapters focus on the philosophical, political, and social concepts that shaped schooling of dominant and subcultures in the United States in each period. Far from being merely concerned with theoretical foundations, each chapter also presents a snapshot of the “nuts and bolts” of schooling during each period, examining issues such as pedagogical devices, physical plants, curricular decisions, and funding patterns.

Parution – Stephen Jackson, “Religious Education and the Anglo-World: The Impact of Empire, Britishness, and Decolonization in Australia, Canada, and New Zealand”, Brill, 2020

https://brill.com/view/title/57607

Focusing on Australia, Canada, and New Zealand, Religious Education and the Anglo-World historiographically examines the relationship between empire and religious education. The analysis centres on three formative eras in the development of religious education in each case: firstly, the foundational moments of publicly funded education in the mid- to late nineteenth centuries when policy makers created largely Protestant systems of religious education, and frequently denied Roman Catholics funding for private education. Secondly, the period from 1880-1960 during which campaigns to strengthen religious education emerged in each context. Finally, the era of decolonisation from the 1960s through the 1980s when publicly funded religious education was challenged by the loss of Britishness as a central ideal, and Roman Catholics found unprecedented success in achieving state aid in many cases. By bringing these disparate national literatures into conversation with one another, Stephen Jackson calls for a greater transnational approach to the study of religious education in the Anglo-World.

Parution – Sébastien Lecompte-Ducharme, “Apprendre à lire autrement. Une histoire de la méthode dynamique des filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus, 1942-2002”, PU Laval, 2020

https://www.pulaval.com/produit/apprendre-a-lire-autrement-une-histoire-de-la-methode-dynamique-des-filles-de-la-charite-du-sacre-coeur-de-jesus-1942-2002

Et si nous enseignions la lecture différemment ? Telle fut l’ambition de sœur Renée du Saint-Sacrement et d’une poignée de compagnes qui ont voulu, en plein cœur des années 1940, participer aux innovations pédagogiques de l’heure. Chemin faisant, les Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus se sont trouvé une nouvelle vocation : répandre une méthode moderne d’apprentissage de la lecture dans les écoles partout au Québec, puis de par le monde. Cette entreprise a su traverser les époques : la Méthode dynamique a prospéré sous une révolution qui n’avait rien de tranquille pour les religieuses québécoises. Au fil des ans, elle a été employée dans des milliers de classes du primaire du Québec et d’ailleurs.

Cette étude novatrice montre que les communautés religieuses féminines, loin d’accepter le statu quo , participent énergiquement à la modernisation de l’école québécoise et parviennent à maintenir avec succès une activité traditionnelle comme l’édition de manuels scolaires jusque dans les années 2000.

Parution – Karina Vázquez Bernal, “Modernizar al indio michoacano. El proyecto educativo del Internado Indígena de Paracho ‘Vasco de Quiroga’ (1915-1972)” [Modernisation de l’Indien du Michoacán. Le projet éducatif de l’internat indigène de Paracho “Vasco de Quiroga” (1915-1972], Universidad Pedagógica Nacional/Silla Vacía Editorial, 2019

https://sillavaciaeditorial.com/tienda/estudios-sociales/67-modernizar-al-indio-michoacano-el-proyecto-educativo-del-internado-indigena-de-paracho-vasco-de-quiroga-1935-1972.html

Français

Il s’agit d’un livre qui reconstruit l’histoire de l’Internado Indígena de Paracho depuis sa fondation en 1935 jusqu’en 1972, année où l’institution a adopté le système d’éducation bilingue. Il s’agit d’une analyse du point de vue de l’histoire de l’éducation, qui aborde l’étude de l’un des projets les plus importants de l’indigénisme post-révolutionnaire et qui fait partie des multiples expériences sociales qui ont eu lieu au Michoacán pendant la première moitié du XXe siècle. Héritier de l’expérience de la “Casa del Estudiante Indígena”, considérée comme la première expérience psychologique collective avec des Indiens, l’Internado Indígena de Paracho a entrepris de surmonter les incohérences des projets d’éducation autochtone qui l’ont précédé et d’élaborer un ambitieux programme de socialisation qui formerait les autochtones du Michoacán dont le pays a besoin.

Espagnol

Es es un libro donde se reconstruye la historia del Internado Indígena de Paracho en el periodo que va desde su fundación en 1935 hasta 1972, año en el que la institución adoptó el sistema de educación bilingüe. Se trata de un análisis desde la historia de la educación, que se ocupa del estudio de uno de los proyectos más importantes del indigenismo posrevolucionario y que se inscribió en los múltiples experimentos sociales que tuvieron su sede en Michoacán durante la primera mitad del siglo XX. Heredero de la experiencia de la “Casa del Estudiante Indígena”, considerada como el primer experimento psicológico colectivo con indios, el Internado Indígena de Paracho se propuso rebasar las inconsistencias de los proyectos de educación indígena que lo precedieron y desarrollar un ambicioso programa de socialización que formaría a los indígenas michoacanos que requería el país.

Parution – Kyle E. Ciani, “Choosing to Care. A Century of Childcare and Social Reform in San Diego, 1850-1950”, University of Nebraska Press, 2019

https://www.nebraskapress.unl.edu/nebraska/9781496214591/

In Choosing to Care, Kyle E. Ciani examines the long history of interactions between parents and social reformers from diverse backgrounds in the development of social welfare programs, particularly childcare, in San Diego, California. Ciani explores how a variety of people—from destitute parents and tired guardians to benevolent advocates and professional social workers—connected over childcare concerns in a city that experienced tremendous demographic changes caused by urbanization, immigration, and the growth of a local U.S. military infrastructure from 1850 to 1950.

Choosing to Care examines four significant areas where San Diego’s programs were distinct from, and contributed to, the national childcare agenda: the importance of the transnational U.S.–Mexico border relationship in creating effective childcare programs; the development of vocational education to curtail juvenile delinquency; the promotion of nursery school education; and the advancement of an emergency daycare program during the Great Depression and World War II. Ciani shows how children from families in unstable situations, especially children from Native American, Asian, Mexican-descent, African American, and impoverished Anglo families, challenged a social reform system that defined care as both social control and behavioral regulation.

Choosing to Care incorporates a broader definition of childcare to include efforts by governmental and organizational bodies and persons to maintain and nurture the physical, mental, and social health and development of minors when parents and guardians cannot do so. It offers a more complex understanding of how multiple avenues and resources established social welfare in San Diego and other West Coast cities.

Parution – Ethan Schrum, “The Instrumental University. Education in Service of the National Agenda after World War II”, Cornell UP, 2019

https://www.cornellpress.cornell.edu/book/9781501736643/the-instrumental-university

In The Instrumental University, Ethan Schrum provides an illuminating genealogy of the educational environment in which administrators, professors, and students live and work today. After World War II, research universities in the United States underwent a profound mission change. The Instrumental University combines intellectual, institutional, and political history to reinterpret postwar American life through the changes in higher education.

Acknowledging but rejecting the prevailing conception of the Cold War university largely dedicated to supporting national security, Schrum provides a more complete and contextualized account of the American research university between 1945 and 1970. Uncovering a pervasive instrumental understanding of higher education during that era, The Instrumental University shows that universities framed their mission around solving social problems and promoting economic development as central institutions in what would soon be called the knowledge economy. In so doing, these institutions took on more capitalistic and managerial tendencies and, as a result, marginalized founding ideals, such as pursuit of knowledge in academic disciplines and freedom of individual investigators.

The technocratic turn eroded some practices that made the American university special. Yet, as Schrum suggests, the instrumental university was not yet the neoliberal university of the 1970s and onwards in which market considerations trumped all others. University of California president Clark Kerr and other innovators in higher education were driven by a progressive impulse that drew on an earlier tradition grounded in a concern for the common good and social welfare.

Parution – Malini Johar Schueller, “Campaigns of Knowledge. U.S. Pedagogies of Colonialism and Occupation in the Philippines and Japan”, Temple University Press, 2019

http://tupress.temple.edu/book/20000000009893

The creation of a new school system in the Philippines in 1898 and educational reforms in occupied Japan, both with stated goals of democratization, speaks to a singular vision of America as savior, following its politics of violence with benevolent recuperation. The pedagogy of recovery—in which schooling was central and natives were forced to accept empire through education—might have shown how Americans could be good occupiers, but it also created projects of Orientalist racial management: Filipinos had to be educated and civilized, while the Japanese had to be reeducated and “de-civilized.”

In Campaigns of Knowledge, Malini Schueller contrapuntally reads state-sanctioned proclamations, educational agendas, and school textbooks alongside political cartoons, novels, short stories, and films by Filipino and Filipino Americans, Japanese and Japanese Americans to demonstrate how the U.S. tutelary project was rerouted, appropriated, reinterpreted, and resisted. In doing so, she highlights how schooling was conceived as a process of subjectification, creating particular modes of thought, behaviors, aspirations, and desires that would render the natives docile subjects amenable to American-style colonialism in the Philippines and occupation in Japan.

Parution – Axel Hörstedt, “Latin Dissertations and Disputations in the Early Modern Swedish Gymnasium. A Study of a Latin School Tradition c. 1620-c 1820”, Göteborgs universitet, 2018

https://gupea.ub.gu.se/handle/2077/55897

This study is concerned with Latin dissertations and disputations in the early modern Swedish gymnasium in the period c. 1620 – c. 1820. Interest in early modern academic dissertations and disputations has increased during the last few decades and has generated a number of studies, while, on the other hand, gymnasial dissertations and disputations have not earned any scholarly attention at all, which makes this study the first of its kind. The aim is to give an overview of the practice of disputations in Swedish gymnasiums and also (to some extent) in primary schools. Characteristics and functions of printed gymnasial dissertations are analyzed and discussed, through consideration of typographic appearance, distribution in time, and choice of subject, as well as the role of the different participants (respondent, opponent, praeses and audience) and the question of authorship. Particular attention is paid to the social role of gymnasial dissertations by examination of paratexts (social peritexts), such as dedications, prefaces and congratulatory poetry. The primary material consists of almost 790 printed dissertations. The study contributes to our understanding of disputation culture and dissertations in general, by adding the gymnasial aspect of early modern Swedish dissertations and disputations, a previously overlooked text type. Numerous texts samples of the Neo-Latin used in gymnasial dissertations are also given. It is concluded that the act of disputation was an important didactic element in early modern Swedish education from the early seventeenth century until the beginning of the nineteenth century. Subjects of gymnasial dissertations corresponded to a high degree with the subjects of the gymnasial curriculum. The study covers a period of roughly two hundred years, meaning that it has been possible to notice diachronic changes in the material regarding choice of subjects as well as typographical features. Gymnasial dissertations in the seventeenth century were in general comprehensive, academic-like works which often included paratexts (dedications, congratulatory verses etc.). However, by the mid-eighteenth century almost all dissertations were short theses without paratexts. This study also provides a catalogue of printed gymnasial dissertations from the beginning of the 1620s to 1799.