Parution – Teaching the Empire: Education and State Loyalty in Late Habsburg Austria, Scott O. Moore

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage mentionné ci-dessous. Voici le résumé proposé par l’éditeur:

Teaching the Empire explores how Habsburg Austria utilized education to cultivate the patriotism of its people. Public schools have been a tool for patriotic development in Europe and the United States since their creation in the nineteenth century. On a basic level, this civic education taught children about their state while also articulating the common myths, heroes, and ideas that could bind society together. For the most part historians have focused on the development of civic education in nation-states like Germany, France, and the United Kingdom. There has been an assumption that the multinational Habsburg Monarchy did not, or could not, use their public schools for this purpose. Teaching the Empire proves this was not the case.

Through a robust examination of the civic education curriculum used in the schools of Habsburg from 1867-1914, Moore demonstrates that Austrian authorities attempted to forge a layered identity rooted in loyalties to an individual’s home province, national group, and the empire itself. Far from seeing nationalism as a zero-sum game, where increased nationalism decreased loyalty to the state, officials felt that patriotism could only be strong if regional and national identities were equally strong. The hope was that this layered identity would create a shared sense of belonging among populations that may not share the same cultural or linguistic background.

Austrian civic education was part of every aspect of school life-from classroom lessons to school events. This research revises long-standing historical notions regarding civic education within Habsburg and exposes the complexity of Austrian identity and civil society, deservedly integrating the Habsburg Monarchy into the broader discussion of the role of education in modern society.

Lien vers la présentation de l’ouvrage.

Parution – Object Lessons: How Nineteenth-Century Americans Learned to Make Sense of the Material World, Sarah Anne Carter

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage ci-dessus. Ci-après, la présentation de l’ouvrage par l’éditeur.

Object Lessons: How Nineteenth-Century Americans Learned to Make Sense of the Material World examines the ways material things—objects and pictures—were used to reason about moral issues, the differences between reality and representation, race, citizenship, and capitalism in the nineteenth-century United States. For modern scholars, an “object lesson” is simply a timeworn metaphor used to describe any sort of reasoning from concrete to abstract. But in the 1860s, object lessons were classroom exercises popular across the United States. Object lessons forced children to learn about the world through their senses instead of through texts and memorization, leading to new modes of classifying and comprehending material evidence drawn from the close study of objects, pictures, and even people. This book argues that object lessons taught Americans how to find information in things in the decades after the Civil War. More than that, this study offers the object lesson as a new tool with which contemporary scholars can interpret the meanings of nineteenth-century material, cultural, and intellectual life.

Lien vers le site de l’éditeur.

Parution – Objects of Survivance: A Material History of the American Indian School Experience, LINDSAY M. MONTGOMERY, CHIP COLWELL

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage mentionné ci-dessus. Ci-après, la présentation de l’ouvrage par l’éditeur.

Between 1893 and 1903, Jesse H. Bratley worked in Indian schools across five reservations in the American West. As a teacher Bratley was charged with forcibly assimilating Native Americans through education. Although tasked with eradicating their culture, Bratley became entranced by it-collecting artifacts and taking glass plate photographs to document the Native America he encountered. Today, the Denver Museum of Nature & Science’s Jesse H. Bratley Collection consists of nearly 500 photographs and 1,000 pottery and basketry pieces, beadwork, weapons, toys, musical instruments, and other objects traced to the S’Klallam, Lakota Sioux, Cheyenne, Arapaho, Havasupai, Hopi, and Seminole peoples. This visual and material archive serves as a lens through which to view a key moment in US history-when Native Americans were sequestered onto reservation lands, forced into unfamiliar labor economies, and attacked for their religious practices. Education, the government hoped, would be the final tool to permanently transform Indigenous bodies through moral instruction in Western dress, foodways, and living habits. Yet Lindsay Montgomery and Chip Colwell posit that Bratley’s collection constitutes « objects of survivance »-things and images that testify not to destruction and loss but to resistance and survival. Interwoven with documents and interviews,Objects of Survivance illuminates how the US government sought to control Native Americans and how Indigenous peoples endured in the face of such oppression. Rejecting the narrative that such objects preserve dying Native cultures,Objects of Survivance reframes the Bratley Collection, showing how tribal members have reconnected to these items, embracing them as part of their past and reclaiming them as part of their contemporary identities. This unique visual and material record of the early American Indian school experience and story of tribal perseverance will be of value to anyone interested in US history, Native American studies, and social justice.

Lien vers l’ouvrage.

Parution – L’AFDET et l’Enseignement technique 1902-2002 : une histoire partagée, Claude Hui

Au moment où l’AFDET s’interroge sur son devenir ce livre raconte cent ans d’histoire de l’association créée en 1902 pour confronter les points de vue de gens issus du monde de la formation et du monde économique soucieux de répondre à la crise de l’apprentissage sous toutes ses formes. Le dépôt d’un premier projet de loi en 1905, l’organisation d’ un congrès de l’Enseignement technique à Roubaix en 1911, la création d’un certificat de capacité professionnelle réservé aux seuls apprentis qui deviendra plus tard le certificat d’aptitude professionnelle ouvert à tous, apprentis et scolaires, le vote de la loi Astier en juillet 1919 sont des moments d’intense activité pour les adhérents de l’association. Peu à peu se dessine ce que doit être la formation professionnelle par rapport aux formations académiques. Il s’agit d’associer enseignement général et enseignement pratique et de former l’homme, le citoyen et le professionnel.

A travers ses conférences ou ses colloques tant à Paris qu’en province, ses relations particulières avec les ministères, par ses enquêtes de terrain, l’AFDET élabore de nombreuses propositions, suggère des améliorations. Par étapes successives et non sans difficultés est ainsi  mise en place une structure de formation allant du Certificat d’aptitude professionnelle au diplôme d’ingénieur telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ce livre veut rendre témoignage du travail mené par tous ces bénévoles qui, à un titre ou à un autre, ont œuvré pour faire reconnaître l’enseignement technologique et professionnel au même titre que les autres ordres d’enseignement.

Lien pour commander l’ouvrage.

Parution – « Incarner un modèle progressiste : la professionnalisation de l’enseignement à Chicago (1890-1940) » de Sonia Birocheau

Incarner un modèle progressiste : la professionnalisation de l'enseignement à Chicago (1890-1940)

Les années 1890 à 1940 constituent une période charnière dans l’élaboration de nouveaux modèles professionnels dans l’enseignement aux États-Unis. Soucieux de mener des réformes jugées favorables au progrès de la société, divers acteurs entreprennent de modifier le système de formation des enseignants, les méthodes pédagogiques et l’organisation des systèmes scolaires. Chicago est alors un des principaux centres de réflexion de ces projets progressistes de professionnalisation de l’enseignement.

Cet ouvrage propose une étude historique de ces transformations à partir d’un échantillon élargi et inédit d’acteurs, d’institutions et de sources. Quel rôle les enseignants, les directeurs d’école ou le personnel de l’École normale de Chicago eurent-ils dans l’élaboration et la dissémination de nouveaux modèles professionnels ? Dans quelle mesure ces modèles furent-ils mis en pratique quotidiennement dans les établissements ? Quels furent effectivement l’envergure et le contenu de cette conquête professionnelle ?

Cette étude de cas apporte un point de vue complémentaire sur l’histoire de l’éducation nord-américaine, du progressisme et de Chicago, et aborde des thématiques qui font écho aux réflexions contemporaines sur l’enseignement, le genre ou les relations raciales.

Lien vers la page de l’éditeur.

Parution – Carole Reynaud-Paligot, « L’Ecole aux colonies. Entre mission civilisatrice et racialisation (1816-1940), 2020.

La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l’école fut hautement proclamée par les colonisateurs français mais qu’en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut durablement établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l’école s’imposa : apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation nécessaires à la bonne participation des colonisées au projet colonial. Très vite, les limites apparurent, il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

Parution – Guillaume Tronchet, « André Honnorat. Un visionnaire en politique », 2020.

André Honnorat est une passionnante figure parlementaire du premier XXe siècle, dont les combats en faveur de la santé publique, des étrangers, des réfugiés, de la démocratisation culturelle, sont d’une étonnante actualité. Self-made man, journaliste dreyfusard, haut-fonctionnaire en charge de la séparation des Églises et de l’État, député puis sénateur pendant trente ans, il est le seul ministre de l’Éducation nationale à n’avoir pas passé le baccalauréat. Novateur, fin politique, passionné par l’action publique, ce travailleur acharné est surtout un réformateur et un bâtisseur tous azimuts : pionnier des politiques familiales, à l’origine de la législation antituberculeuse et de la création des sanatoriums, promoteur de la médecine préventive pour les étudiants, on lui doit également l’instauration de l’heure d’été en France et la création de bibliothèques, de musées et d’instituts universitaires.

Engagé pour l’ouverture de la France aux étrangers, il est l’un des grands réformateurs de la nationalité française et s’active pour faciliter la circulation des intellectuels en Europe et à l’international, en étant notamment l’initiateur de l’accueil d’étudiants réfugiés en France pendant la Première Guerre mondiale et le président-fondateur de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de grands mécènes internationaux (David-Weill, Guggenheim, Rockefeller, Rothschild, etc.) au profit d’une jeunesse mondiale alors en formation (Blixen, Bourguiba, Césaire, Pompidou, Sartre, Senghor, etc.). Figure majeure de l’accueil des réfugiés juifs dans les années 1930, il s’abstient de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, s’oppose au régime de Vichy et retrouve le Parlement à la Libération. Globe-trotter infatigable, il aura sillonné le monde jusqu’à plus de soixante-dix ans, comme peu de parlementaires de sa génération.

Plongeant au cœur des réseaux d’influence et de pouvoir à l’origine de la fabrique de l’État social et républicain, dans les arcanes d’une société parlementaire aujourd’hui oubliée, l’auteur nous livre ici la biographie inédite et nécessaire de l’une des personnalités politiques les plus marquantes de la IIIe République.

Parution – Marcel Launay, « Le prêtre professeur (XIXe-XXe siècles). Un ministère oublié », 2020

« Le prêtre joue au collège le même rôle qu’au régiment, on le supporte », écrit Émile Zola en 1877. Et dans ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Ernest Renan rend hommage à ses maîtres du petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. C’est que, dans la France des XIXe et XXe siècles, le prêtre-professeur constitue une figure importante pour l’Église et la société. Il fait partie des visages familiers du catholicisme de l’époque et marquera plusieurs générations. À travers cette évocation vivante, Marcel Launay décrit ce ministère oublié aujourd’hui, qui sera touché de plein fouet par la déchristianisation. Cette contribution à l’histoire du catholicisme contemporain nous plonge dans un monde disparu et croise la question scolaire, le rapport à la culture et le lien de l’Église aux élites et à la société.

Parution – Nicholas Stargardt, « Des enfants en guerre Allemagne 1939-1945 », 2020

Résumé

Dans le ghetto de Varsovie, les enfants juifs s’amusaient à imiter les gardiens SS quand les petits Polonais jouaient aux interrogateurs de la Gestapo. À Berlin, en 1945, des adolescents furent envoyés combattre les chars de l’Armée rouge avec des armes de fortune… Qu’ont vécu et ressenti les enfants, aussi bien en Allemagne que dans les territoires annexés, au cours de la Seconde Guerre mondiale ?

Les plus jeunes incarnant l’avenir racial du Reich, les nazis commencèrent rapidement à écarter ou à tuer ceux qui le compromettaient : maisons de redressement pour délinquants ou supposés tels, stérilisation puis élimination des handicapés, extermination des indésirables…

Si un sort privilégié était réservé aux représentants de la « race aryenne » – qui, dans leurs jeux, recréaient les victoires de la Wehrmacht –, ces derniers apprirent à grandir sous les bombardements avant, pour certains, d’être entraînés dans une fuite éperdue pour échapper à l’avancée des Alliés.

Les liens familiaux explosant, les déracinements se multipliant, les enfants découvrirent l’impuissance et la vulnérabilité de leurs parents, le mensonge et la violence de la société, tout en devant assumer des responsabilités d’adultes pour survivre.

À partir d’archives inédites – devoirs d’écoliers, dessins, journaux intimes, lettres envoyées depuis les maisons de correction, témoignages rapportés par les travailleurs sociaux… –, Nicholas Stargardt livre une analyse novatrice et puissante des vies d’une poignée d’enfants de tous horizons que la barbarie nazie a fini par dévorer.

Publication – Yann Forestier, « L’École en perspective. Brève synthèse des apports récents de la recherche sur les questions éducatives », 2020.

Nous avons tous une expérience directe de l’école. Pourtant, si fort soit-il, ce vécu d’ancien élève, de parent ou d’enseignant ne peut suffire pour apprécier les enjeux complexes qui bousculent cette institution, des choix politiques aux options pédagogiques, en passant par les débats médiatiques ou le quotidien des classes. Professionnels de l’éducation comme simples citoyens, nous avons tous besoin de prendre du recul. C’est là l’objectif de ce livre, qui entend mettre l’école en perspective en proposant une synthèse brève et accessible des apports récents de la recherche sur les questions éducatives.

Publication – Philippe Artières, « Un séminariste assassin. L’affaire Bladier, 1905 », 2020.

« Ce que je me rappelle bien, c’est que le soir, au lit, avant de m’endormir, je me représentais en train de tuer ou de faire souffrir de jeunes garçons […] alors ma “verge” grossissait […] et il me semblait que je jouirais véritablement et que je serais soulagé dès que je pourrais réaliser ce que je me représentais. »

Jean-Marie Bladier, 17 ans, a écrit ces lignes dérangeantes après avoir étranglé et décapité, le 1er septembre 1905, dans la forêt de Raulhac (Cantal), l’un de ses jeunes camarades âgé de 13 ans, Jean Raulnay. L’assassin, encouragé par des médecins de l’époque, dont le célèbre professeur Lacassagne, a rédigé une « sidérante » autobiographie. Bladier y décrit avec une inédite minutie l’histoire de son état mental, au point que les experts, dans leur rapport sur ce cas de « sadisme sanguinaire congénital », n’hésitèrent pas à le citer, parfois longuement.

Comment comprendre ce fait divers de la France des débuts du xxe siècle, tiraillée entre archaïsme et modernité, catholicisme, traditions rurales et laïcisme républicain ? Comment lire en historien ce double acte de tuer et d’écrire ? Comment interpréter la puissance de cette écriture si incommodante ?

Exhumant de précieuses archives, Philippe Artières se confronte à la figure oubliée de cet élève du petit séminaire destiné à la prêtrise avant de commettre ce meurtre. Il propose une autre manière d’écrire l’histoire du crime et des sexualités, à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie.

Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Parution – Jérôme Martin, « La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession du conseiller d’orientation », 2020.

L’ouvrage explore les origines du mouvement d’orientation professionnelle en France, des années 1900 aux années 1940. Croisant l’histoire sociale, l’histoire de l’éducation et celle de la psychologie, il met en valeur les conditions d’apparition de la question de l’orientation, la diversité des acteurs ainsi que ses bases idéologiques et scientifiques. L’après Première Guerre mondiale et les années 1930 constituent deux périodes fondamentales dans l’histoire de l’orientation professionnelle.

Parution – Pierre Guidi, « Éduquer la nation en Éthiopie. École, État et identités dans le Wolaita (1941-1991) », PUR, 2020.

Résumé : À  travers les dynamiques scolaires de la région éthiopienne du Wolaita, ce livre retrace l’histoire de l’État-nation à partir de ses marges, dans la seconde moitié du XXe siècle. De la monarchie de droit divin de Haylä Sellasé au régime militaire marxiste-léniniste du Därg, il s’intéresse aux manières dont les habitants d’une région, incorporée à la fin du XIXe siècle, ont réagi face à leur situation dominée au sein de l’ensemble national en négociant avec l’institution scolaire – ses idéologies successives, ses savoirs, ses langues d’enseignement, ses pratiques de pouvoir – pour prendre place dans la communauté politique.

Avec une préface de Rebecca Rogers. En coédition avec IRD Éditions. Avec le soutien du Centre français des études éthiopiennes (MEAE, CNRS).

Parution – Jussi Välimaa, « A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century », 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

Parution – Joachim Bauer, Stefan Gerber, Stefan, Christopher Spehr, « Das Wartburgfest von 1817 als europäisches Ereignis » [La fête de la Wartbourg de 1817 comme événement européen], 2020.

Das Wartburgfest von 1817 ist ein symbolträchtiger Erinnerungsort der deutschen Geschichte. Zwei Jahre nach dem Ende der Napoleonischen Ära setzte das Festereignis ein Signal des politischen Aufbruchs: Für die föderative Nation und den Nationalstaat, für Verfassung und politische Partizipation. Im Wartburgfest kamen somit all jene Problemkomplexe zusammen, die in den folgenden Jahrzehnten die Politik und Gesellschaft in Deutschland bis über die Reichsgründung hinaus prägen sollten. Allerdings fällt es nach wie vor schwer, die Vielschichtigkeit des Ereignisses historisch zu erfassen und differenziert darzustellen.

Anlässlich des 200. Jubiläums des Wartburgfestes im Oktober 2017 veranstalteten die Friedrich-Schiller-Universität Jena und die Wartburg-Stiftung Eisenach eine Tagung, die sich den Voraussetzungen und Folgen des Ereignisses widmete, um das Geschehen aus der Perspektive einer europäischen Verflechtungsgeschichte zu würdigen.

Parution – Fabian Waßer, « Von der « Universitätsfabrick » zur « Entrepreneurial University » Konkurrenz unter deutschen Universitäten von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre »

Wettbewerb unter Hochschulen ist seit der Exzellenzinitiative auch in Deutschland in aller Munde. Bei der interuniversitären Konkurrenz handelt es sich jedoch keineswegs um ein neues Phänomen: In einem historischen Längsschnitt von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre hinein zeichnet Fabian Waßer kompetitive Praktiken deutscher Universitäten nach. Aufbauend auf Georg Simmels triadischem Konkurrenzmodell stehen dabei Fragen nach den am Wettbewerb beteiligten Akteuren, den Prämien der Konkurrenz und den schiedsrichterlichen Instanzen, die über die Verteilung derselben entscheiden, im Vordergrund.

Im Fokus der Untersuchung stehen Umbruchphasen, in denen sich neue Wettbewerbsordnungen etablierten: die Epoche von der Gründung der Aufklärungsuniversität Göttingen bis zu den Humboldtschen Bildungsreformen sowie das Kaiserreich und das « Dritte Reich », aber auch die « langen 1960er Jahre » und der Beginn der « Ära Kohl » in den 1980er Jahren. Im Vergleich wird deutlich, dass sich der Wettbewerb bei einer Verknappung der Prämien verschärfte und Zeiten starken Konkurrenzdrucks mit Phasen eines nur schwach ausgeprägten Wettbewerbs abwechselten.

Publication – Caroline Hache, « L’excellence scolaire dans les ZEP. Quelles perceptions chez les enseignants ? », PUR, 2020.

Cet ouvrage s’intéresse au discours des enseignants de ZEP face à des élèves en grande réussite scolaire (EGRS). Ils témoignent de difficultés à évaluer la réussite qu’ils qualifient de subjective, parlent du manque de motivation et du risque d’ennui dans un milieu pouvant s’avérer peu propice aux apprentissages. Ces élèves sont parfois sous-nourris, instrumentalisés voire oubliés par les enseignants. Ce travail exploratoire mené auprès de 2 500 enseignants d’écoles élémentaires en éducation prioritaire se termine par des préconisations à destination des formateurs, enseignants et futurs enseignants.

Publication – Anna Fabbrini, Alberto Melucci, « L’âge des possibles. Adolescents entre rêve et expérience », traduit de l’italien par Clément Rivière, Haute école de travail social, 2017.

L’âge des possibles explore l’adolescence en la considérant comme un temps de la vie durant lequel les paradoxes s’intensifient et les limites se redéfinissent. Une accélération des changements mais aussi la possibilité constante d’une désorientation – dont la société se rend parfois complice – sont mises en jeu. Fabbrini et Melucci offrent une modalité particulièrement originale de décrire et d’analyser non seulement les expériences vives de l’adolescence, mais aussi les enjeux d’une nécessaire négociation entre adultes et jeune génération autour de la différence qui les sépare. De fait, la réception actuelle des phénomènes propres à l’adolescence, notamment une certaine fuite des responsabilités de l’adulte, est également questionnée.

L’âge des possibles (L’età dell’oro pour la version italienne) a rencontré un vif succès auprès des publics universitaires et professionnels du domaine éducatif et social. Anna Fabbrini propose une préface à cette version française revenant sur la manière dont l’ouvrage a posé certains nouveaux enjeux de la vie institutionnelle liée à l’adolescence lors des vingt dernières années.