Publication – Paolo Alfieri, « Le origini della ginnastica nella scuola elementare italiana. Normativa e didattica di una nuova disciplina » [Les origines de la gymnastique à l’école primaire italienne…], 2017.

Il libro ricostruisce le origini dell’educazione fisica nella scuola elementare italiana, ripercorrendo il processo di istituzionalizzazione di questa disciplina, che, esclusa dai percorsi di istruzione popolare ideati ed attuati negli Stati preunitari, guadagnò una sempre più decisa legittimazione nel curricolo primario dell’Italia del secondo Ottocento. L’analisi della normativa e degli strumenti teorici e pratici messi a disposizione dei maestri consente di documentare come le attività motorie siano state dapprima ignorate, poi timidamente accolte e infine integrate tra le finalità ed i metodi del primo ciclo di istruzione del nostro Paese. Attraverso una ben centrata focalizzazione tematica ed euristica, che si concentra soprattutto sul contesto scolastico, la ricerca asseconda le recenti istanze della storiografia educativa poiché fa emergere non solo i significati politico-pedagogici della ginnastica come disciplina della scuola elementare, ma anche le modalità didattiche con cui si realizzava il suo insegnamento.

Publication – Francisco Javier Alejo Montes, « La cofradía en defensa de los estudiantes presos en la cárcel de la Universidad de Salamanca del siglo XVI », 2016.

Desde el siglo XIV hasta principios del siglo XIX los miembros del gremio universitario salmantino estuvieron bajo la jurisdicción del juez del Estudio, llamado maestrescuela, que contaba con el apoyo de la audiencia escolástica (formada por jueces, fiscales, procuradores, notarios y alguaciles) y disponía de una cárcel propia para quienes delinquían. En la segunda mitad del siglo XVI se produce un claro deterioro del ejercicio del poder por parte del maestrescuela y su audiencia (con abusos, detenciones sin pruebas, extorsión a los detenidos, dilaciones en los juicios…), por lo que el rector, un estudiante, plantea en el claustro universitario la creación de una cofradía para ayudar y defender a los estudiantes que, al ser apresados, quedaban totalmente desvalidos. Los estatutos de esta cofradía son aprobados por el claustro de la Universidad y sancionados por Felipe II en 1568, pero el maestrescuela pone todos los medios a su alcance (¡incluida la excomunión!) para impedir su ejecución, lo cual es fuente de graves tensiones y conflictos a lo largo del siglo.

Publication – Patricia Badenes Salazar, « Fronteras de papel. El Mayo francés en la España del 68 », 2018.

« Fronteras de papel. El Mayo francés en la España del 68 » es un viaje a un período clave de la historia del pasado siglo XX. 1968 es uno de esos años excepcionales que marcan un antes y un después en el devenir histórico, y en él brilla con luz propia el todavía más simbólico Mayo francés. Una revuelta estudiantil, una huelga general, una revolución social y cultural…, numerosas expresiones tratan de captar su esencia. En el fondo, todas, o muchas de ellas, son verdad. La palabra liberada fue otra de sus grandes aportaciones y alumbró frases como: « Les frontières, on s’en out! » (¡Las fronteras no nos importan!), pues el deseo de sus protagonistas era ir más allá de los constreñidos muros de un país para « transformar el mundo y cambiar la vida ». Algo del torbellino que se generó en Francia llegó a España a través de unas fronteras más permeables de lo que creía el régimen franquista. Unas fronteras de papel en el sentido de que la prensa española se volcó en un evento que pronto intuyó histórico. El interés por los sucesos franceses fue una realidad en nuestro país. Incluso hubo influencias en los movimientos sociales y en el arte plástico. Asimismo, fue una realidad el temor al contagio que se apoderó de la clase política franquista, cuyo sistema no habría podido soportar el envite de semejante remolino de viento fresco, a pesar de creer que sus absurdas fronteras nos podían mantener todavía aislados del resto del mundo. 

Publication – Carla Ghizzoni, « Scuola e lavoro a Milano fra Unità e fascismo. Le civiche Scuole serali e festive superiori (1861-1926) » [École et travail à Milan de l’Unité au fascisme], Pensa, 2014.

Il libro ricostruisce la genesi e gli sviluppi delle Scuole serali e festive superiori del Comune di Milano. Non previste dalla legge Casati, esse furono volute dall’amministrazione ambrosiana subito dopo l’Unita al fine di provvedere alla scolarizzazione postelementare di giovani donne e uomini che, per necessità e per condizioni sociali, non continuavano gli studi finite le elementari, ma ambivano a una preparazione che consentisse loro di migliorare la posizione professionale. Apprezzate dalla città, nel corso degli anni queste Scuole specificarono la proposta formativa cercando di adeguarla alle esigenze di un mondo del lavoro in trasformazione nella Milano di fine ’800 e dei primi del ’900.

La storia di questi istituti è analizzata dalle origini fino all’avvento del fascismo, allorché modificarono l’ordinamento, prevedendo corsi analoghi a quelli del sistema scolastico governativo. La ricerca, condotta sulla base di documentazione archivistica e a stampa coeva, non si limita all’approccio istituzionale, ma fa luce sulla vita interna alle Scuole, con attenzione ai modelli educativi veicolati, agli allievi, alle materie proposte. Essa va oltre i confini locali e offre suggestioni in merito al più ampio tema dei processi di accesso all’istruzione postelementare che sfuggono ai circuiti delle scuole diurne tradizionali, su cui si è prevalentemente concentrato l’interesse degli studiosi.

Publication – Roberto Sani, « Storia dell’educazione e delle istituzioni scolastiche nell’Italia moderna », Franco Angeli, 2015.

La prima parte di una più ampia storia dell’educazione e delle istituzioni scolastiche nell’Italia moderna e contemporanea, destinata a completarsi con la pubblicazione di un volume dedicato ai secoli XIX e XX. Il testo offre una ricostruzione delle principali tappe che hanno contrassegnato l’evoluzione dei modelli educativi e tenta di ‘rileggerne’ taluni passaggi fondamentali alla luce delle categorie interpretative proposte dalla più recente storiografia sociale e religiosa italiana ed europea.

Parution – Sol Serrano, Macarena Ponce de León, Francisca Rengifo, Rodrigo Mayorga, « Historia de la Educación en Chile (1810-2010) », 2012-2018.

Résumé du tome I

La educación se inicia cuando por algún motivo y para alguien se hace necesaria. En Chile, la extensión de la escuela fue una iniciativa republicana del Estado y las comunidades locales. Desde metodologías muy diversas, este libro trasciende la historia interna de la educación para preguntarse por quienes la demandaron y quienes accedieron a ella. Por eso la geografía, la demografía, la creación de la estadística nacional y la institucionalización del sistema educacional conforman la base empírica para estudiar la relación entre el proyecto político, la escuela, las familias y la estructura productiva.

Se llega así a la escuela misma, a la formación de los preceptores, a las prácticas pedagógicas y a los métodos de enseñanza. Además, se busca comprender qué aprendieron los niños, considerando los textos escolares y su circulación, la formalización del aula como un espacio para enseñar, y las técnicas de aprendizaje aplicadas a alumnos que asistían esporádicamente a clases.

Se prueba finalmente que la escuela fue la primera y la única política social del siglo XIX en Chile que impulsó un desarrollo significativo de la alfabetización. Fue la institución más extendida en el territorio del Estado nacional en formación, la red más inclusiva del período

Résumé du tome II

Entre 1880 y 1930 la educación fue el centro de las transformaciones sociales y se constituyó en el principal agente democratizador de la sociedad chilena. La cobertura escolar creció a un ritmo inusitado, no obstante las dificultades inherentes a la pobreza de la población.

Así, la Ley de Educación, que estableció la obligatoriedad escolar, inauguró las políticas sociales en el país. La escuela pública se institucionalizó, llegó a más niños, y estos aprendieron más y mejor.

La educación también permitió el ingreso de nuevos actores al espacio público: las mujeres se incorporaron a la educación secundaria, el movimiento obrero creó sus propias escuelas y los niños mapuches, aunque pocos, pudieron reivindicar sus derechos.

Résumé du tome III

Si en el segundo tomo se constató que el sistema educativo fue exitoso en términos políticos y culturales, en este volumen vemos, más bien, cómo la educación se enfrentó, sobre todo, a las bondades y restricciones de la productividad económica y su impacto en el desarrollo social.

Si en el periodo analizado los discursos enfatizaban las «reformas» llevadas a cabo por los gobiernos del Frente Popular, luego se comenzó a hablar de «crisis», yes que los deficientes resultados de los estudiantes, el alzadel analfabetismo o el aumento de la deserción escolar, «desarrollaron un malestar social, una crítica que fue conceptualizada como una especie de desajuste crónico entre la aspiración de un cambio en la estructura social y cultural del país, por una parte, y el desarrollo económico y sus resultados por otra».

Las movilizaciones estudiantiles de los cincuenta y sesenta no solo son una expresión de este descontento: son al mismo tiempo el anuncio de un malestar por venir, aun mayor, una crisis que dio inicio a una nueva etapa en nuestra historia.

Parution – Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, « L’enseignement en France (XIXe-XXIe siècle) », 2020.

Présentation :

Alors que la question de l’enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l’histoire de l’enseignement de la maternelle à l’université, de l’époque napoléonienne jusqu’à nos jours. Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d’activité enseignante.

L’ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales. Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l’enseignement en France.

Parution – Jean-François Dupeyron, « A l’école de la Commune de Paris », 2020.

Résumé

La Commune de Paris fête son 150e anniversaire en 2021. Sa pensée éducative et son action effective en matière scolaire sont encore très peu connues car le modèle dominant de l’histoire scolaire française les oublie systématiquement.

Pourtant, la première laïcisation des écoles publiques fut l’œuvre de la République de Paris dès le 2 avril 1871. De même, celle-ci, dans les conditions extrêmement difficiles que lui imposa le second siège de Paris, entama la construction d’une école inspirée par la pensée pédagogique des divers socialismes du XIXe siècle. La notion d’éducation intégrale fut au cœur de cette approche d’une éducation nouvelle, qui voulait « qu’un manieur d’outil puisse écrire un livre, l’écrire avec passion, avec talent, sans pour cela se croire obligé d’abandonner l’étau ou l’établi ».

Cet ouvrage se consacre à l’étude de l’œuvre scolaire de la Commune de 1871 et propose de réhabiliter une histoire pédagogique presque totalement méconnue : celle qui va des projets pédagogiques ouvriers dès les années 1830 au projet syndical d’école rouge de la jeune CGT avant le premier conflit mondial, en passant par l’école nouvelle élaborée par la Commune.

Parution – Guillaume Périssol, « Le Droit Chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle », 2020.

Résumé :

Le premier tribunal pour enfants apparaît en 1899 à Chicago. Ce modèle, saturé d’idéaux de compassion et de réhabilitation, connaît un succès mondial. Que signifie une telle réussite ? La comparaison franco-américaine permet de mieux comprendre les systèmes de justice des mineurs, actuels et passés. Zazous, prostitués, blousons noirs : la période qui suit la Seconde Guerre mondiale est particulièrement propice à l’analyse, à travers de multiples portraits. Se posent alors de manière aiguë des questions sur l’autorité et l’éducation, dans un contexte de panique internationale autour de la délinquance juvénile.

Cet ouvrage s’inscrit dans un champ interdisciplinaire innovant, au croisement de l’histoire de la jeunesse et de l’histoire de la justice et du contrôle social. Il s’appuie sur des sources inédites, comme les dossiers des tribunaux pour enfants de Boston et de Paris. Ces archives très riches permettent de découvrir les jeunes jugés déviants et les moyens employés pour les remettre dans « le droit chemin ».

Parution – L’Histoire de l’université de Toulouse

Nous vous annonçons la publication de deux des trois volumes de l’Histoire de l’université de Toulouse du Moyen Age à nos jours, co-dirigés par Caroline Barrera et Patrick Ferté :
 
le volume 1 qui concerne la période médiévale, rédigé par Jacques Verger et Patrice Foissac
 
le volume 3 qui porte sur la période contemporaine, dirigé par Caroline Barrera.
 
Le volume 2 (période moderne), rédigé par Patrick Ferté, paraîtra très prochainement.
 
Toutes les informations complémentaires sont disponibles ici.
 
 
 

Parution – Piloter les lycées, Hélène Buisson-Fenet

Nous vous informons de la parution de l’ouvrage :

Piloter les lycées. Le « tournant modernisateur » des années 1990 dans l’Education nationale, Hélène Buisson-Fenet, aux Presses universitaires de Grenoble. 
 
À l’heure où une nouvelle réforme du baccalauréat prétend décloisonner les filières et promouvoir l’approche par compétences, que s’est‑il passé dans l’Éducation nationale ces trente dernières années ? Quelles évolutions sa régulation a‑t‑elle connues ? Sous quelles modalités l’injonction à la « modernisation » s’est‑elle déclinée ?
À partir d’entretiens menés en profondeur directement auprès des acteurs (personnels administratifs, enseignants, élèves, parents), cet ouvrage fait le point sur l’administration scolaire et plus particulièrement sur les coulisses bureaucratiques qui régulent l’enseignement secondaire public. Il enquête autour de trois évolutions majeures :
– la référence croissante à l’usager ;
– la place désormais centrale des outils technologiques de gestion ;
– la territorialisation des politiques scolaires.
Vivante et incarnée, l’analyse de ces trois formes de « modernisation du gouvernement scolaire » propose un éclairage inédit sur le changement institutionnel à l’œuvre dans l’action publique d’éducation depuis près de trente ans.
 
Table des matières
 

Continuer la lecture de « Parution – Piloter les lycées, Hélène Buisson-Fenet »

Parution – Xavier Riondet, L’expérience Vrocho à Nice

Nous signalons la parution de l’ouvrage de Xavier Riondet, L’expérience Vrocho à Nice, Controverses et résistances du quotidien au cœur de l’évolution des normes, Rouen, Presses Universitaires de Rouen/Le Havre, 2019

Cette étude porte sur la réception d’une expérience corporelle que le thérapeute naturiste grec Vrocho initia en France dans les milieux naturistes et pédagogiques des années 1930. Cet ouvrage revient sur les répercussions philosophiques, pédagogiques et politiques de l’aventure collective qui prit forme autour de ce personnage à proximité des célèbres pédagogues Élise Freinet, Célestin Freinet et Adolphe Ferrière. Cette promenade permettra aux lecteurs de se confronter à la profondeur et à la complexité de la question des pratiques tout en observant la longue et incertaine lutte à l’œuvre dans les champs scientifiques et à l’extérieur pour faire évoluer les normes, qu’elles soient sociales, pédagogiques ou médicales.

Plus d’informations ici: http://purh.univ-rouen.fr/node/1280

Parution – Du bon usage de la pédagogie, Mohand Saïd Lechani

Nous signalons la parution de Du bon usage de la pédagogie, de Mohand Saïd Lechani.

Son auteur, feu Mohand Saïd Lechani (1893-1985), fut un pionnier kabyle engagé dans les combats de son temps (proche d’Albert Camus et des animateurs de la gauche morale de l’époque). Ses écrits rares appartiennent au courant de l’Education nouvelle  (Freinet, Montessori, Decroly) et s’apparentent aussi au domaine FLE.
La publication est préfacée par Anne-Marie Chartier.
 
Pour plus d’informations: https://www.editionslcqm.com/nouveautes/

Parution – Pour une pédagogie solidaire. Sylvain Wagnon

Nous signalons la parution de l’ouvrage de Sylvain Wagnon Pour une pédagogie solidaire. Editions Sipayat. Sortie le 14 octobre 2019
 
Présentation
 
Pour une prise en compte des défis actuels par l’éducation.
Pour l’affirmation d’une boussole éthique à partir des principes de l’Education nouvelle.
 
Avec la pédagogie solidaire, c’est une réflexion globale sur l’éducation, la nécessité d’agir pour notre système éducatif public, pour l’avenir de notre planète et de nos enfants qui est proposée. Structurée par les principes et les pratiques de l’éducation nouvelle, cette pédagogie solidaire est un appel à agir efficacement pour mettre en œuvre une société plus fraternelle. Face à l’obsolescence de notre système éducatif, il faut avec lucidité penser une autre éducation. Cela passe par une critique du système scolaire en place mais aussi de la société néolibérale actuelle. Cette pédagogie solidaire n’est pas une pédagogie des bons sentiments. Elle est un outil au service d’une action d’envergure pour l’avenir de notre existence. L’engagement solidaire est un acte motivé de lutte contre la xénophobie et le racisme. Face à un monde qui s’enferme et refuse de voir la réalité en face, il convient de proposer une révolution solidaire. L’éducation est perçue comme un domaine de mutation lente, voire d’inertie. La réalité est, au contraire, que c’est le seul domaine qui peut faire évoluer durablement la société face à l’urgence des défis politiques et environnementaux.
 
Avant-propos de Francis Vallat, président d’honneur de SOS Méditerranée.
Préface de Philippe Meirieu, professeur émérite en Sciences de l’éducation Université Lumière – Lyon 2.
Postface de Jean-Paul Delahaye, Inspecteur général de l’éducation nationale honoraire.
 
L‘intégralité des droits d’auteur de cet ouvrage sera reversée à l’association SOS Méditerranée.
 
Pour plus d’informations
http://www.sipayat.com/pedagogie-solidaire.html
 
 

Publication – Valérie Legros, « Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle »

Presses universitaires de Limoges, 2019.

Résumé : une préoccupation d’état pour l’enseignement primaire apparaît vraiment au moment de la Révolution française. Dès cette période, l’enseignement du « compter », du calcul devient une question prioritaire à côté de celui de lire et écrire. Les écoles primaires, créées pour des générations de jeunes français et françaises. Toutefois pendant le XIXe siècle, la réflexion pédagogique appliquée aux disciplines scolaires est balbutiante. Des pédagogues commencent à s’intéresser à l’enseignement scolaire. Des auteurs vont s’essayer à la composition de manuels scolaires utiles pour les élèves et les maîtres des écoles primaires. L’évolution formelle de ces livres est manifeste au fil du XIXe siècle. La présente recherche s’appuie sur l’analyse de plusieurs dizaines de manuels scolaires d’arithmétique publiés avant les lois scolaires de la Troisième République. Une méthode pédagogique s’y affirme, utilisée par la très grande majorité des auteurs, une méthode procédurale. Elle associe un petit nombre d’énoncés théoriques qu’il faut apprendre par cœur, et beaucoup de règles pratiques pour apprendre les nombres, pour calculer des opérations, pour faire des exercices ou résoudre des problèmes en grand nombre. Cette méthode procédurale insiste sur la nécessité de « faire » : faire des opérations, faire des exercices pour apprendre l’arithmétique.

Publication – Béatrice Finet, « La Shoah racontée aux enfants : une éducation littéraire ? »

Presses universitaires de Grenoble, 2019.

Résumé : depuis 2002, l’enseignement de la Shoah est inscrit aux programmes des écoles primaires, et les enseignants du premier degré sont invités à s’appuyer sur des ouvrages de littérature pour la jeunesse pour assurer cette étude. Mais ces livres sont-ils vraiment des outils pédagogiques ? Quels impacts leurs illustrations, leurs personnages ont-ils sur les jeunes élèves lecteurs ? Comment parviennent-ils à montrer aux enfants que l’extermination des Juifs est un fait historique réel sans les choquer ? À travers une analyse d’ouvrages de littérature pour la jeunesse parus sur le thème entre 1944 et 2013, Béatrice Finet propose une double analyse, littéraire et didactique, pour servir une réflexion plus générale sur les enjeux éducatifs de l’enseignement de la Shoah à l’école élémentaire. Cet ouvrage sera une ressource pour les enseignants et futurs enseignants, et intéressera aussi les chercheurs et éditeurs en littérature pour la jeunesse.