Parution – Ellen Vea Rosnes, Pierre Guidi & Jean-Luc Martineau (dir.), “History through Narratives of Education in Africa. Social Histories in Times of Colonization and Post Independence (1920s -1970s)”, Brill, 2024

https://brill.com/display/title/69443

English. Who were the actors involved in colonial and post-independence education in Africa? This book on the history of education in Africa gives a special attention to narratives of marginalized voices. With this original approach and cases from ten countries involving four colonial powers it constitutes a dynamic and rich contribution to the field.

The authors have searched for narratives of education ‘from below’ through oral interviews, autobiographies, films and undiscovered archival sources. Throughout the book, educational settings are approached as social spaces where both contact and separtation between colonisers and colonised are constructed through social interaction, negotiations, and struggles.

Français. Qui étaient les acteurs impliqués dans l’éducation coloniale et post-indépendance en Afrique ? Cet ouvrage sur l’histoire de l’éducation en Afrique accorde une attention particulière aux récits des voix marginalisées. Avec cette approche originale et des cas provenant de dix pays impliquant quatre puissances coloniales, il constitue une contribution dynamique et riche au domaine.

Les auteurs ont recherché des récits d’éducation “d’en bas” à travers des entretiens oraux, des autobiographies, des films et des sources d’archives inconnues. Tout au long de l’ouvrage, les établissements d’enseignement sont abordés comme des espaces sociaux où le contact et la séparation entre colonisateurs et colonisés se construisent à travers l’interaction sociale, les négociations et les luttes.

Parution – Piero S. Colla, Bénédicte Girault et Sébastien Ledoux (dir.), “Histoires nationales et narrations minoritaires. Vers de nouveaux paradigmes scolaires? XXe-XXIe siècles”, PUR, 2024

L’enseignement de l’histoire est traversé depuis la fin du 20e siècle par de nouveaux enjeux internationaux autour de la diversité des cultures et des mémoires portées par la présence de minorités au sein des espaces nationaux.

Dans une approche volontairement décentrée du cas français, ce livre analyse des situations inscrites dans différents contextes historiques (européanisation, régionalisme, post-génocide, postcommunisme, postcolonial…) dans lesquels les questions narratives et minoritaires sont devenues particulièrement vives. Du micro-local (quartier de Gazi à Istanbul), ou régional (Tyrol du sud), au national (Belgique, Mexique, Roumanie), il propose également des comparaisons en Europe (Pologne/pays d’Europe centrale et orientale ; France/Allemagne) et en Amérique du Nord (États-Unis/Canada/Québec).

À distance des polémiques sur l’abandon du récit national régulièrement invoqué en France, l’ouvrage offre une compréhension de la transformation des imaginaires historiques de sociétés nationales mondialisées par l’intermédiaire de l’École. Des sociétés dont les passés, souvent conflictuels, ne cessent d’être la source de recompositions politico-identitaires.

Première partie. Entre européanisation et autonomisation des récits scolaires : une impasse pour les canons nationaux ?

Introduction. Piero S. Colla

Chapitre 1. L’histoire à l’école dans le Tyrol du Sud de 1945 à nos jours : de la promotion identitaire à la construction d’une histoire commune
Andrea Di Michele

Chapitre 2. L’enseignement de l’histoire dans un Etat-nation en déclin. Le cas belge depuis le XIXe siècle
Karel Van Nieuwenhuyse

Chapitre 3. Les minorités dans l’enseignement de l’histoire en Roumanie : une histoire toujours à part ?
Mirela-Luminița Murgescu et Gabriela Avram

Deuxième partie. Les histoires nationales à l’épreuve des narrations postcoloniales

Introduction
Bénédicte Girault et Sébastien Ledoux

Chapitre 4. Les populations colonisées dans les manuels scolaires d’histoire français et allemandes (années 1980 et 2010) : un renouvellement du récit colonial entre convergences et spécificités nationales
Gildas Riant

Chapitre 5. La rupture contemporaine de trois récits nationaux fédérateurs : États-Unis, Canada et Québec
Marc-André Éthier et David Lefrançois

Chapitre 6. De l’éducation pour l’homogénéité à l’éducation pour l’interculturalité : la transformation du récit national dans le système scolaire mexicain (1867-2020)
Miriam Hernández Reyna, Juan Castillo Cocom et Andrés Camarillo Quesada

Troisième partie. La renationalisation récente des histoires nationales

Introduction
Benoît Falaize

Chapitre 7. Le récit national ≪ continu ≫ : ≪ L’histoire illustre≫ et le défi de la pluralité – une perspective londonienne
Arthur Chapman

Chapitre 8. Les cours d’intégration pour adultes migrants : anatomie d’un schème inédit d’éducation civique (France-Allemagne)
Emma Fiedler

Chapitre 9. ≪ Je suis née a Gazi ≫. L’appropriation des mémoires des mouvements de gauche en Turquie par les jeunes alévis du quartier de Gazi
Elif Can

Chapitre 10. Les Juifs, pierre de touche de l’enseignement de l’histoire nationale en Europe centrale et orientale depuis 1945
Ewa Tartakowsky

Conclusion. Une histoire sous contraintes
Patrick Garcia

Bibliographie sélective

Parution – Jean-Luc Le Cam et Erwan Le Pipec, “L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique. Approche historique”, PUR, 2024

Il y a moins d’un siècle, l’école de la République confrontait les enfants des régions non francophones à une langue totalement différente de leur parler ordinaire, qu’elle refoulait de la classe et même des récréations. On a souvent interprété cette situation comme une dépossession culturelle, produit du jacobinisme centralisateur et facteur du déclin des langues minoritaires en France. Quel rôle l’école, ou ses substituts, joue-t-elle sur le destin des langues dans ces situations de partage linguistique ?

Partant du cas breton rappelé en introduction et traité par plusieurs intervenants, ce livre entend élargir le regard sur cette question dans l’espace et dans le temps en convoquant l’expertise de spécialistes en histoire de l’éducation, histoire culturelle, sociolinguistique et études des langues minoritaires. De l’empire carolingien aux écoles basques et bretonnes contemporaines, de l’éducation des princes italiens de la Renaissance à celle de la noblesse Russe du XVIII e siècle en passant par le recrutement de gouvernantes et précepteurs étrangers dans les maisons bourgeoises, de l’empire du latin, enseigné en immersion, à l’émergence du vernaculaire dans l’enseignement secondaire, de la politique unificatrice de la Réforme allemande à la variété linguistique tchèque et aux situations frontalières ou coloniales, des enquêtes du Second Empire sur les patois à celles sur les préférences linguistiques des élèves kabyles, du « symbole » l’excluant aux diverses pédagogies associant le dialecte en France et en Italie, ce livre fait un large tour d’horizon permettant de repenser à nouveau frais cette problématique complexe dans une dimension comparative et historique. Et d’imaginer peut-être d’autres combinaisons possibles et des rendez-vous manqués…

Jean-Luc Le Cam est Maître de conférences émérite d’histoire moderne à l’Université de Bretagne Occidentale, membre associé du Centre François Viète et du CRBC

Erwan Le Pipec est Maître de conférences de Celtique à l’Université de Bretagne Occidentale et membre du CRBC

https://pur-editions.fr/product/9901/l-ecole-et-les-langues-dans-les-espaces-en-situation-de-partage-linguistique

Parution – Prisca Kergoat et Dominique Maillard (dir.), “Garçons & filles en apprentissage – Représentations, transformations, variations”, Octares, 2022

Si l’apprenti est sans doute la plus ancienne figure du jeune travailleur et de la jeune travailleuse, l’histoire sociale de ce groupe reste encore en construction. L’importance des enjeux économiques et politiques de l’apprentissage a eu tendance à favoriser des analyses centrées sur les dimensions institutionnelles et leurs évolutions, laissant dans l’ombre les réalités sociales des publics concernés. En adoptant une perspective socio-historique, cet ouvrage choisit d’appréhender l’apprentissage par ses principaux protagonistes, de reconsidérer les images auxquelles ils ont généralement été associés et d’en déconstruire certains mythes. Il poursuit une double ambition. La première est d’interroger la manière dont tout au long du XXe et XXIe siècle, filles et garçons sont placé·es, représenté·es et considéré·es au sein de dispositifs complexes conjuguant intérêts productifs, questionnements éducatifs, considérations sociales ou morales. La seconde est d’éclairer comment les jeunes envisagent, vivent ou encore questionnent la condition d’apprenti·es tant au moment de leur orientation que durant les périodes de formation et de travail.

https://www.octares.com/boutique/289-garcons-filles-en-apprentissage-representations-transformations-variations.html

Parution – Pierre Guidi, Jean-Luc Martineau, Florence Wenzek (dir.), “L’école en mutation. Politiques et dynamiques scolaires en Afrique (années 1940-1980)”, Cahiers Afriques, 2024

Cet ouvrage est consacré aux mutations des systèmes scolaires en Afrique entre les années 1940 et 1980 dans le contexte des décolonisations d’abord (Algérie et Côte d’Ivoire), puis celui des constructions nationales (Côte d’Ivoire, Dahomey-Bénin). Les auteurs s’attachent à rendre compte du vécu et des pratiques des acteurs en regard des politiques élaborées par les États et des contraintes de terrain (guerre d’indépendance, révolution post-indépendance, tensions économiques et sociales).

Les contributions témoignent du dynamisme d’une recherche en renouvellement qui s’ancre dans un champ historiographique déjà bien balisé. De même que l’école coloniale échappe au contrôle de son concepteur, l’école devenue rouage des constructions nationales peut prendre des chemins inattendus.

L’ouvrage tente de dépasser la dialectique domination/résistance pour mettre au jour les négociations à l’œuvre dans la confrontation coloniale. Il analyse aussi, dans le prolongement des indépendances, les ambiguïtés des politiques et des pratiques scolaires nationales, les continuités et les ruptures avec les ex-métropoles.

Parution – Stéphanie Dauphin (dir.), “Les enseignantes en France (XVIe-XXe siècle). Sexe, genre et identité professionnelle”, PUR, 2023

Plus d’informations : https://pur-editions.fr/product/9284/les-enseignantes-en-france-xvie-xxe-siecle

E xplorer l’évolution de la place des enseignantes en France dans les sphères scolaire et sociale entre le XVIe et le XXe siècle. Révéler de quelle manière les identités individuelles et collectives ont pu se façonner dans ce cadre professionnel à la lumière de la différence des sexes. Tel est le but de cet ouvrage articulé autour des trois pôles que sont les trajectoires de vie (origine sociale, mobilité géographique), les parcours professionnels (formation, conditions de recrutement et de travail) et l’accès des femmes aux postes de direction (prégnance du modèle masculin, rapport à la hiérarchie masculine).

Les sources convoquées ici sont variées : archives d’établissements, rapports d’inspecteurs, presse, témoignages oraux et écrits, représentations picturales et littéraires. Elles fournissent les matériaux d’enquêtes élargies sur la formation de l’identité des enseignantes et nous aident à mesurer l’emprise des représentations sur elles, ainsi que sur leur capacité à y résister. Éclairer les assignations institutionnelles, les rapports professionnels et humains qui se nouent au fil du temps au sein de l’École, la reconnaissance enfin du rôle des femmes dans l’enseignement : un combat théorique et social qui demeure à la fois actuel et essentiel.

Parution – Kalwant Bhopal et Martin Myers, “Elite Universities and the Making of Privilege. Exploring Race and Class in Global Educational Economies”, Routledge, 2023

Plus d’informations : https://www.routledge.com/Elite-Universities-and-the-Making-of-Privilege-Exploring-Race-and-Class/Bhopal-Myers/p/book/9780367466077

FRANCAIS. Dressant un tableau extraordinaire du fonctionnement interne des universités d’élite, Elite Universities and the Making of Privilege s’inspire des débats actuels sur l’éducation et l’inégalité et examine la pertinence des identités de marque mondiales des universités. S’appuyant sur les travaux de Bourdieu et sur la théorie critique de la race pour explorer la manière dont l’identité, l’expérience et les antécédents familiaux influencent la façon dont les gens naviguent dans l’espace social de l’université, ce livre est étayé par une recherche empirique qui prend en compte différents contextes sociaux, économiques et éducatifs. En s’appuyant sur des entretiens avec des étudiants diplômés, cet ouvrage met en évidence les ambiguïtés de l’élite en tant que marqueur reconnaissable du statut institutionnel, mais aussi en tant que marqueur rarement quantifié ou défini. Combinant des chapitres intellectuellement rigoureux, accessibles et controversés, Elite Universities and the Making of Privilege est une lecture cruciale pour tous ceux qui cherchent à comprendre comment la race et la classe sociale affectent ceux qui naviguent dans les universités d’élite.

ANGLAIS. Providing an extraordinary picture of the inner workings of elite universities, Elite Universities and the Making of Privilege draws on current debates on education and inequality and considers the relevance of universities’ global brand identities. Using the work of Bourdieu and critical race theory to explore how identity, experience and family background affects how people navigate the social space of the university, this book is underpinned with empirical research that considers different social, economic and educational contexts. Using interview accounts of graduate students, this book highlights ambiguities in how eliteness works as both a recognisable marker of institutional status and a marker that is rarely quantified or defined. Combining intellectually rigorous, accessible and controversial chapters, Elite Universities and the Making of Privilege is crucial reading for anyone looking to understand how race and class affect those navigating elite universities.

Parution – Jean-François Condette, Arnaud-Dominique Houte, Jean Le Bihan et Aurélien Lignereux (dir.), “Former, encadrer, surveiller. Documents d’histoire sociale de la France contemporaine (XIXe-XXIe siècles)”, PUR, 2023.

Quoi de commun entre l’école maternelle et la gendarmerie, entre les principes éducatifs et les pratiques répressives ? Ces domaines bien distincts généralement étudiés de manière séparée, participent d’une même

histoire : celle du resserrement, progressif et parfois contesté, des liens entre l’État et la société. Ce mouvement de longue durée a fait l’objet de recherches renouvelées dont beaucoup ont été initiées par Jean-Noël Luc à qui cet ouvrage est dédié.

Et puisqu’il s’agit ici de transmission, on a voulu lui donner une forme pédagogique capable d’intéresser les lecteurs au-delà du seul cercle des spécialistes. Composé d’articles synthétiques, complétés d’une mise en perspective historiographique, ce volume présente et commente selon une méthodologie rigoureuse des documents inédits et souvent méconnus, de natures très variées (textes, photographies, plans, etc.), qui permettent d’éclairer d’un jour nouveau l’histoire de l’État et de la société française aux XIXe et XXe siècles. Utile aux étudiants à tous les niveaux, ainsi qu’à leurs enseignants, ce livre s’adresse à tous ceux qui sont curieux d’une autre manière d’écrire et de comprendre l’histoire des Françaises et des Français.

Houte Arnaud-Dominique (direction), Lignereux Aurélien (direction), Le Bihan Jean (direction), Condette Jean-François (direction)

Avec le soutien du Centre d’histoire du XIXe siècle de Sorbonne Université et de l’Institut universitaire de France

Présentation sur le site de l’éditeur

Parution – Edgar Leblanc (dir.), “Dictionnaire de l’enseignement agricole”, 2022

Avec ses 210 000 étudiants, élèves, apprentis, l’enseignement agricole constitue une partie atypique du système éducatif français en tant que dispositif d’enseignement et de formation relevant des attributions du ministère de l’Agriculture. Loin de se circonscrire à l’agriculture, son spectre d’intervention comprend l’environnement, les industries alimentaires, le machinisme agricole, la forêt, le cheval, les services en milieu rural.

Et pourtant, qui connaît vraiment l’enseignement agricole ? L’ambition de ce Dictionnaire de l’enseignement agricole est double : sortir l’enseignement agricole des images d’Epinal qui sont encore largement diffusées ; proposer une vision pluraliste et nuancée d’un dispositif d’enseignement qui a fortement contribué aux transformations du monde rural. Il s’adresse d’abord aux acteurs présents aujourd’hui dans l’enseignement agricole qui y trouveront à la fois la présentation de faits et l’analyse de situations.

Et plus largement à ceux qui s’intéressent à l’éducation, à la formation professionnelle et au monde rural qui y retrouveront les cadres institutionnels situés dans leurs contextes, quelques acteurs qui ont marqué cette histoire, des présentations d’établissements, des études régionales, des analyses de questions politiquement et socialement sensibles. Pour rassembler cette somme de connaissances sur l’enseignement agricole, sur les établissements publics comme privés, sur leur histoire et leur organisation, le Comité d’histoire de l’enseignement agricole a réuni une cinquantaine de contributeurs, pour la plupart anciens acteurs de l’enseignement agricole ayant joué un rôle modeste ou plus en vue au cours des années 1960-2010, ainsi que des intervenants d’aujourd’hui, fins connaisseurs de tel ou tel aspect.

Le coeur de l’ouvrage est constitué de 186 notices, classées par ordre alphabétique des mots-clés du titre, plus ou moins développées selon les sujets abordés. Les notices traitant de questions vives ou mobilisatrices, par exemple, demandent des développements plus amples que celles présentant la biographie des acteurs ou l’évocation de l’histoire de certains établissements.

Parution – Jean-Charles Buttier, Clothilde Roullier et Agnès Sandras (dir.), “Education populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)”

En 2019 et en 2020, les Archives nationales se sont engagées dans un programme de recherche consacré à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours. Le programme, intitulé Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (xixexxie siècles), a bénéficié du soutien de la Comue Université Paris Lumières. Il a pris la suite d’une initiative de la BnF, qui avait, en 2018, organisé un colloque et des ateliers sur cette même thématique, en collaboration avec les Archives nationales et le Fonjep. Le présent ouvrage est le résultat de ces travaux.

Parution – Florence Giust-Desprairies et Jocelyne Ajchenbaum, “Histoires d’enseignants. Paroles croisées de deux générations”, PUF, 2022

À vingt ans d’intervalle, deux groupes de professionnels relatent leur longue histoire avec l’École, depuis leur expérience d’élève jusqu’à leur entrée à l’Éducation nationale et leurs parcours d’enseignants, conseiller principal d’éducation ou psychologue. Dans leurs questionnements, leurs déboires et bonheurs, se racontent des aventures singulières en même temps que sept décennies d’histoire française. C’est l’occasion d’analyser la construction à la fois subjective et sociale de la professionnalité de ces acteurs de l’École, en mettant en perspective les continuités et les ruptures qui lient et séparent la génération entrée dans la carrière autour de Mai 68 et celle qui lui succède à partir de l’an 2000.

À travers les récits, les portraits saisis sur le vif et les analyses présentées dans cet ouvrage, se donnent à voir les liens complexes tissés entre monde familial et monde scolaire, dans un contexte socio-économique traversé par les événements de l’histoire nationale ou internationale.

https://www.puf.com/content/Histoires_denseignants

Parution – Jean-Philippe Leresche, “Récits facultaires. De l’École à la Faculté des sciences sociales et politiques (1902-2022)”, 2022

https://www.epflpress.org/produit/1038/9782889154470

Lieu d’une mémoire vivante et fluorescente, cet ouvrage raconte l’École puis la Faculté des sciences sociales et politiques de sa naissance à nos jours comme une épopée pleine de bouillonnements scientifiques, d’émulsions humaines et de luttes pour le pouvoir académique. À l’occasion des 120 ans de l’institution, il fait le récit des moments charnières, des grands débats et des conflits intellectuels et politiques qui ont structuré cette aventure collective. Plus petite École au début du 20e siècle, elle deviendra au début du 21e siècle la plus grande Faculté de l’Université de Lausanne. D’une petite entreprise individuelle autour de Pareto en 1902 la Faculté s’est transformée aujourd’hui en une sorte de « multinationale des savoirs ». Loin du très agaçant «mythe de la tour d’ivoire», on la découvre à chaque fois totalement inscrite dans la société vaudoise de son temps.

Parution – Philippe Boutry, Christophe Charle et Marie-Caroline Luce, “L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cinquante ans, entre utopies et réalités (1971-2021)”, 2022

Ce volume retrace un demi siècle d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne née du grand ébranlement de 1968. Ses fondateurs entendaient réaliser les promesses les plus fructueuses et les ambitions les plus nobles de la loi Edgar Faure sans renier ses héritages issus de la Sorbonne et de la Faculté de droit : une université en phase avec son époque, pluridisciplinaire qui donne aux étudiants et aux étudiantes voix au chapitre (par la participation aux conseils), mais aussi soutien et encadrement par des groupes de travaux dirigés à taille humaine. Paris 1 Panthéon-Sorbonne a su aussi s’ouvrir à des domaines inconnus largement des anciennes facultés comme les arts plastiques, les mathématiques et l’informatique, le sport, la formation permanente et fédérer en outre des composantes originales, comme les instituts. Cette histoire fut pleine de conflits et de difficultés (en matière de locaux, budgets, structures) affrontées dans un esprit constructif mais fidèle au projet initial par douze équipes présidentielles. L’ouvrage montre comment malgré conflits et crises, et face à des ministres pas toujours à l’écoute des demandes, Paris 1 a réussi à faire exister une communauté humaine massive et de plus en plus diverse tout en restant au cœur des innovations intellectuelles et professionnelles dans les sciences humaines, sociales, économiques et juridiques (info éditeur). 

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100272130

Parution – Olivier Marty et Ray J. Amirault, “Nicolas de Condorcet. The Revolution of French Higher Education”, Springer, 2020

https://www.springer.com/gp/book/9783030435653

This Springer brief explores the contribution of Nicolas de Condorcet in French higher education, the historical development of his work and its influence on the history of the French education system.

Condorcet’s educational proposals were first devised as five Memoires, which were consolidated into the ‘Rapport et Projet de Decret sur l’Organisation Generale de l’Instruction Publique’. This report has sparked debate on the subject of education in the past and lives on as a basis for ongoing iterations of plans for education by other writers.
In developing these ideas and especially how they apply to higher education, this book bridges the gap between the 18th century French Enlightenment shift and the Revolution of higher education, with the advent of the Grandes Écoles such as École Normale Supérieure, École Polytechnique and Conservatoire National des Arts et Metiers. Each of these schools was represented by a specific institutionalized educational idea rooted in the works of the philosopher.

This book offers insights to a wider audience in the educational thought of Condorcet, which at the time of his writing was overshadowed by Rousseau, and shows how his ideas of liberty and equality flourish in the French educational system and remain an important part in today’s French academic, cultural and political culture.

Café APHG – Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Café virtuel de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)

Premier café du cycle Histoire de l’Éducation – Lundi 20 sept. – 19h

Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com  –  En indiquant nom, prénom et établissement

Parution – John L. Rury et Eileen H. Tamura (eds.), “The Oxford handbook of the history of education”, Oxford, 2019

https://www.oxfordhandbooks.com/view/10.1093/oxfordhb/9780199340033.001.0001/oxfordhb-9780199340033

This handbook offers a global perspective on the historical development of educational institutions, systems of schooling, ideas about education, and educational experiences. Sections deal with questions of theory and methods, ancient and medieval education, the rise of national school systems, the development of universities in different contexts, problems of inequality and discrimination in education, and reform and institutional change. Specific chapters discuss colonialism and anticolonial struggles, indigenous education, gender issues in education, higher education systems, educational reform, urban and rural education, the education of minority groups, comparative, international, and transnational education, childhood and education, nonformal and informal education, and a range of other topics. Chapters consider changing scholarship in the field, connect nationally oriented works by comparing themes and approaches, and provide suggestions for further research and analysis. Like many other subfields of historical research and writing, the history of education has been deeply affected by international social and political upheaval occurring since the 1960s. In this regard, as chapters weigh the influence of revisionist perspectives at various points in time, they take particular note of those arising after that time. In discussing changing viewpoints, their authors consider how schooling and other educational experiences have been shaped by the larger social and political context, and how these influences have affected the experiences of students, their families, and the educators who have worked with them. Each chapter includes notes and a bibliography for readers interested in further study.

Parution – Yoko Yamasaki et Hiroyuko Kuno, “Educational Progressivism, Cultural Encounters and Reform in Japan”, Routledge, 2017

https://www.routledge.com/Educational-Progressivism-Cultural-Encounters-and-Reform-in-Japan/Yamasaki-Kuno/p/book/9780367133917#

Educational Progressivism, Cultural Encounters and Reform in Japan provides a critical analysis of educational initiatives, progressive ideas and developments in curriculum and pedagogy in Japan, from 1900 to the present day. Drawing on evidence of both cultural encounters and internal drivers for progressivism and reform, this book re-evaluates the history of Japanese education to help inform ongoing and future debates about education policy and practice worldwide.

With contributions from Japanese scholars specialising in the history and philosophy of education and curriculum studies, chapters consider key collaborative improvements to teacher education, as well as group learning, ‘life education’, the creative arts and writing, and education for girls and women. The book examines Western influences, including John Dewey, Carleton Washburne and A. S. Neill, as well as Japan’s own progressive exports, such as holistic Zenjin education, Children’s Villages and Lesson Study, highlighting cultural encounters and progressive initiatives at both transnational and national levels. The chapters reflect on historical and political background, motivations, influences and the impact of Japanese progressive education. They also stimulate, through argument and critical discussion, a continuing discourse concerning principles, policy, politics and practices of education in an increasingly globalised society.

A rigorous and critical study of the history of progressive education in Japan, this book will interest an international readership of academics, researchers and postgraduate students in the fields of progressive education, comparative education, social and cultural history, history of education, Japanese studies, curriculum studies, and the history of childhood.

Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), “Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War”, UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.), “L’offre locale d’enseignement scientifique et technique. Approches disciplinaires (XVIIIe-XXe siècle)”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100450380

En portant l’attention sur les lieux de production et de transmission des savoirs, en redonnant toute leur place aux acteurs locaux et aux configurations territoriales, cet ouvrage met en évidence un système d’enseignement scientifique et technique moins rigide et moins cloisonné, mais aussi plus riche et plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il conduit à se départir d’une conception encore trop mécaniste de la mise en œuvre et des effets des politiques nationales comme de l’action des élites savantes, du XVIIIe au XXe siècle. Il se veut ainsi une invitation à se saisir d’une démarche qui renouvelle le regard sur les dynamiques à l’œuvre, tant au niveau des acteurs, individuels et collectifs, que des institutions et des savoirs qui s’y enseignent et s’y apprennent.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search