Parution – Florence Giust-Desprairies et Jocelyne Ajchenbaum, “Histoires d’enseignants. Paroles croisées de deux générations”, PUF, 2022

À vingt ans d’intervalle, deux groupes de professionnels relatent leur longue histoire avec l’École, depuis leur expérience d’élève jusqu’à leur entrée à l’Éducation nationale et leurs parcours d’enseignants, conseiller principal d’éducation ou psychologue. Dans leurs questionnements, leurs déboires et bonheurs, se racontent des aventures singulières en même temps que sept décennies d’histoire française. C’est l’occasion d’analyser la construction à la fois subjective et sociale de la professionnalité de ces acteurs de l’École, en mettant en perspective les continuités et les ruptures qui lient et séparent la génération entrée dans la carrière autour de Mai 68 et celle qui lui succède à partir de l’an 2000.

À travers les récits, les portraits saisis sur le vif et les analyses présentées dans cet ouvrage, se donnent à voir les liens complexes tissés entre monde familial et monde scolaire, dans un contexte socio-économique traversé par les événements de l’histoire nationale ou internationale.

https://www.puf.com/content/Histoires_denseignants

Parution – Jean-Philippe Leresche, “Récits facultaires. De l’École à la Faculté des sciences sociales et politiques (1902-2022)”, 2022

https://www.epflpress.org/produit/1038/9782889154470

Lieu d’une mémoire vivante et fluorescente, cet ouvrage raconte l’École puis la Faculté des sciences sociales et politiques de sa naissance à nos jours comme une épopée pleine de bouillonnements scientifiques, d’émulsions humaines et de luttes pour le pouvoir académique. À l’occasion des 120 ans de l’institution, il fait le récit des moments charnières, des grands débats et des conflits intellectuels et politiques qui ont structuré cette aventure collective. Plus petite École au début du 20e siècle, elle deviendra au début du 21e siècle la plus grande Faculté de l’Université de Lausanne. D’une petite entreprise individuelle autour de Pareto en 1902 la Faculté s’est transformée aujourd’hui en une sorte de « multinationale des savoirs ». Loin du très agaçant «mythe de la tour d’ivoire», on la découvre à chaque fois totalement inscrite dans la société vaudoise de son temps.

Parution – Philippe Boutry, Christophe Charle et Marie-Caroline Luce, “L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cinquante ans, entre utopies et réalités (1971-2021)”, 2022

Ce volume retrace un demi siècle d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne née du grand ébranlement de 1968. Ses fondateurs entendaient réaliser les promesses les plus fructueuses et les ambitions les plus nobles de la loi Edgar Faure sans renier ses héritages issus de la Sorbonne et de la Faculté de droit : une université en phase avec son époque, pluridisciplinaire qui donne aux étudiants et aux étudiantes voix au chapitre (par la participation aux conseils), mais aussi soutien et encadrement par des groupes de travaux dirigés à taille humaine. Paris 1 Panthéon-Sorbonne a su aussi s’ouvrir à des domaines inconnus largement des anciennes facultés comme les arts plastiques, les mathématiques et l’informatique, le sport, la formation permanente et fédérer en outre des composantes originales, comme les instituts. Cette histoire fut pleine de conflits et de difficultés (en matière de locaux, budgets, structures) affrontées dans un esprit constructif mais fidèle au projet initial par douze équipes présidentielles. L’ouvrage montre comment malgré conflits et crises, et face à des ministres pas toujours à l’écoute des demandes, Paris 1 a réussi à faire exister une communauté humaine massive et de plus en plus diverse tout en restant au cœur des innovations intellectuelles et professionnelles dans les sciences humaines, sociales, économiques et juridiques (info éditeur). 

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100272130

Parution – Olivier Marty et Ray J. Amirault, “Nicolas de Condorcet. The Revolution of French Higher Education”, Springer, 2020

https://www.springer.com/gp/book/9783030435653

This Springer brief explores the contribution of Nicolas de Condorcet in French higher education, the historical development of his work and its influence on the history of the French education system.

Condorcet’s educational proposals were first devised as five Memoires, which were consolidated into the ‘Rapport et Projet de Decret sur l’Organisation Generale de l’Instruction Publique’. This report has sparked debate on the subject of education in the past and lives on as a basis for ongoing iterations of plans for education by other writers.
In developing these ideas and especially how they apply to higher education, this book bridges the gap between the 18th century French Enlightenment shift and the Revolution of higher education, with the advent of the Grandes Écoles such as École Normale Supérieure, École Polytechnique and Conservatoire National des Arts et Metiers. Each of these schools was represented by a specific institutionalized educational idea rooted in the works of the philosopher.

This book offers insights to a wider audience in the educational thought of Condorcet, which at the time of his writing was overshadowed by Rousseau, and shows how his ideas of liberty and equality flourish in the French educational system and remain an important part in today’s French academic, cultural and political culture.

Café APHG – Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Café virtuel de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)

Premier café du cycle Histoire de l’Éducation – Lundi 20 sept. – 19h

Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com  –  En indiquant nom, prénom et établissement

Parution – John L. Rury et Eileen H. Tamura (eds.), “The Oxford handbook of the history of education”, Oxford, 2019

https://www.oxfordhandbooks.com/view/10.1093/oxfordhb/9780199340033.001.0001/oxfordhb-9780199340033

This handbook offers a global perspective on the historical development of educational institutions, systems of schooling, ideas about education, and educational experiences. Sections deal with questions of theory and methods, ancient and medieval education, the rise of national school systems, the development of universities in different contexts, problems of inequality and discrimination in education, and reform and institutional change. Specific chapters discuss colonialism and anticolonial struggles, indigenous education, gender issues in education, higher education systems, educational reform, urban and rural education, the education of minority groups, comparative, international, and transnational education, childhood and education, nonformal and informal education, and a range of other topics. Chapters consider changing scholarship in the field, connect nationally oriented works by comparing themes and approaches, and provide suggestions for further research and analysis. Like many other subfields of historical research and writing, the history of education has been deeply affected by international social and political upheaval occurring since the 1960s. In this regard, as chapters weigh the influence of revisionist perspectives at various points in time, they take particular note of those arising after that time. In discussing changing viewpoints, their authors consider how schooling and other educational experiences have been shaped by the larger social and political context, and how these influences have affected the experiences of students, their families, and the educators who have worked with them. Each chapter includes notes and a bibliography for readers interested in further study.

Parution – Yoko Yamasaki et Hiroyuko Kuno, “Educational Progressivism, Cultural Encounters and Reform in Japan”, Routledge, 2017

https://www.routledge.com/Educational-Progressivism-Cultural-Encounters-and-Reform-in-Japan/Yamasaki-Kuno/p/book/9780367133917#

Educational Progressivism, Cultural Encounters and Reform in Japan provides a critical analysis of educational initiatives, progressive ideas and developments in curriculum and pedagogy in Japan, from 1900 to the present day. Drawing on evidence of both cultural encounters and internal drivers for progressivism and reform, this book re-evaluates the history of Japanese education to help inform ongoing and future debates about education policy and practice worldwide.

With contributions from Japanese scholars specialising in the history and philosophy of education and curriculum studies, chapters consider key collaborative improvements to teacher education, as well as group learning, ‘life education’, the creative arts and writing, and education for girls and women. The book examines Western influences, including John Dewey, Carleton Washburne and A. S. Neill, as well as Japan’s own progressive exports, such as holistic Zenjin education, Children’s Villages and Lesson Study, highlighting cultural encounters and progressive initiatives at both transnational and national levels. The chapters reflect on historical and political background, motivations, influences and the impact of Japanese progressive education. They also stimulate, through argument and critical discussion, a continuing discourse concerning principles, policy, politics and practices of education in an increasingly globalised society.

A rigorous and critical study of the history of progressive education in Japan, this book will interest an international readership of academics, researchers and postgraduate students in the fields of progressive education, comparative education, social and cultural history, history of education, Japanese studies, curriculum studies, and the history of childhood.

Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), “Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War”, UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.), “L’offre locale d’enseignement scientifique et technique. Approches disciplinaires (XVIIIe-XXe siècle)”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100450380

En portant l’attention sur les lieux de production et de transmission des savoirs, en redonnant toute leur place aux acteurs locaux et aux configurations territoriales, cet ouvrage met en évidence un système d’enseignement scientifique et technique moins rigide et moins cloisonné, mais aussi plus riche et plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il conduit à se départir d’une conception encore trop mécaniste de la mise en œuvre et des effets des politiques nationales comme de l’action des élites savantes, du XVIIIe au XXe siècle. Il se veut ainsi une invitation à se saisir d’une démarche qui renouvelle le regard sur les dynamiques à l’œuvre, tant au niveau des acteurs, individuels et collectifs, que des institutions et des savoirs qui s’y enseignent et s’y apprennent.

Parution – Yamina Bettahar (dir.), “Universités et grandes écoles. Circulations internationales étudiantes et scientifiques d’hier à aujourd’hui”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100431930&fa=description

Le phénomène de mobilité et circulation internationale estudiantine et scientifique est un phénomène ancien. On peut considérer que le début du XIXe siècle marque le départ d’une expansion significative. Au cours de ces dernières décennies, ce phénomène s’est accéléré et constitue aujourd’hui un enjeu important pour les établissements d’enseignement supérieur (universités et grandes écoles) européens et internationaux, confrontés à un mouvement continu de réorganisation institutionnelle, sommés de relever les défis liés à l’internationalisation et à la mondialisation des échanges universitaires et scientifiques.

L’objet de cet ouvrage est de confronter les travaux de chercheurs issus d’horizons différents afin d’apporter des points de vue distanciés susceptibles d’éclairer les mutations actuelles autour de ces questions et de présenter des expériences de mobilité et de circulation vécues dans différentes configurations et contextes.

Parution – Lioudmila Chvedova et Jean-Michel Wittmann (dir.), “L’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles : de la sainte nationale à la figure européenne”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100266760

Figure historique et sainte canonisée par l’Église catholique, cristallisant des enjeux spirituels aussi bien que sociaux voire politiques, mais également personnage littéraire, Jeanne d’Arc présente la particularité d’avoir largement dépassé les frontières nationales. Comment une héroïne aussi étroitement associée à la culture et au patrimoine français a-t-elle pu fasciner les écrivains européens autant que les écrivains français et stimuler à ce point leur imagination? C’est ce paradoxe que cet ouvrage, publié par les laboratoires de recherche CERCLE et ÉCRITURES de l’Université de Lorraine, se propose d’éclairer à travers une approche comparatiste, en étudiant l’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles, notamment les littératures slaves, sans restrictions de genres, puisqu’on la rencontre dans la prose comme dans la poésie.

Ce volume réunit les contributions de chercheurs français et étrangers, qui analysent les raisons, diverses et parfois ambiguës, de l’intérêt des écrivains pour Jeanne d’Arc, ainsi que les particularités des représentations littéraires de cette figure nationale française, en accordant une attention privilégiée aux glissements qui s’opèrent lors du transfert d’une aire culturelle dans une autre. Les différentes contributions s’interrogent notamment sur l’évolution de l’image de Jeanne d’Arc et de ses usages dans les littératures en fonction des périodes historiques, sans oublier de proposer des exemples de son assimilation à des héroïnes nationales d’autres pays.

A paraître – Emmanuelle Berthiaud, François Léger ET Jérôme van Wijland (dir.), “Prévenir, accueillir, guérir. La médecine des enfants de l’époque moderne à nos jours”, PU Septentrion, 2021

https://www.septentrion.com/FR/livre/?GCOI=27574100014190

De quoi les enfants souffrent-ils ? Où les soigner et les accueillir ? Comment et quand les vacciner ? Dans la théorie et la pratique médicales, le souci de l’enfance a une histoire, non linéaire et aux multiples facettes, que ce livre veut explorer. Il montre, à travers une série d’éclairages variés et détaillés, la manière dont la conscience d’une spécificité de l’enfant a contribué à modeler la médecine depuis l’époque moderne.

Les enfants sont tour à tour, de la part des parents, des médecins ou de l’État, objets de curiosité scientifique, de sollicitude ou encore d’inquiétude. Des études savantes, que viennent enrichir les témoignages de deux médecins, font se croiser l’histoire de la pensée médicale, des pratiques vaccinales, de l’architecture hospitalière et des institutions de la santé publique.

Les textes de cet ouvrage sont issus de deux journées d’étude tenues en septembre 2018 à l’Université de Picardie Jules Verne et à l’Académie nationale de médecine.

Parution – Vincent Cousseau (dir.), “Jeux interdits – La transgression ludique de l’Antiquité à nos jours”, PU Limoges, 2016

http://www.pulim.unilim.fr/index.php?option=com_booklibrary&task=view&id=862&Itemid=9&catid=9

Un fils de sénateur romain peut-il se donner en spectacle aux Jeux du cirque ? Une femme de la bonne société à la Renaissance peut-elle jouer aux cartes en compagnie masculine ? Et un séminariste peut-il pratiquer le football dans l’Italie du XXe siècle ?

Lorsque le jeu détache ses protagonistes de leurs appartenances sociales, il invite à questionner les valeurs, les codes et les conventions de la société. Jusqu’à l’époque contemporaine, l’activité ludique fait l’objet d’un puissant contrôle social exercé par les autorités politiques, civiles et religieuses. Critique morale, réprobation sociale et sanctions pénales engendrent une surveillance des joueurs et de leurs jeux qui entre en tension avec l’exercice des libertés individuelles et collectives.

Mais à ce jeu du chat et de la souris, les joueurs parviennent à se glisser entre les mailles du filet des autorités et à préserver la pratique des jeux interdits.

Parution – Italo Birocchi (dir.), “La Facoltà di giurisprudenza dell’università di Cagliari”, tome I, “I. Dai progetti cinquecenteschi all’Unità d’Italia” [La faculté de droit de l’université de Cagliari, tome 1, Des projets du XVIe siècle à l’unification de l’Italie], ETS, 2018

http://www.edizioniets.com/scheda.asp?n=9788846752215

Français

Dans une double perspective, le livre raconte l’histoire de la faculté de droit de Cagliari depuis les plans de fondation de l’université au XVIe siècle jusqu’à l’unification de l’Italie : comme lieu de formation des juristes et, en étroite corrélation, comme carrefour pour l’accès aux postes et aux professions et pour une position privilégiée au sein de la polis. D’où les questions qui concernent, d’une part, les aspects de l’enseignement (le nombre d’étudiants, les cours, la fréquentation des conférences, les manuels, les bibliothèques, les examens, du point de vue des étudiants ; le recrutement, les engagements académiques, les outils pédagogiques, les horizons scientifiques et les méthodes, du point de vue des enseignants) ; d’autre part, l’impact sur le tissu social, selon des courants culturels dont la Faculté est l’expression et qu’elle contribue à son tour à mettre en œuvre. Même en temps de crise, la Faculté a fonctionné comme un dépositaire de connaissances juridiques, a communiqué avec le monde des professions et des institutions, et a formé des élites.

Premier volume d’une histoire qui se poursuivra jusqu’à nos jours, et fruit de la collaboration de chercheurs aux compétences différentes, le livre aborde les principaux problèmes historiographiques avec de nouvelles recherches archivistiques et une approche comparative : la ferveur après la fondation, la réduction de sa fonction dans les décennies suivantes, la refondation laborieuse par Bogini, les juristes “jacobins”, la faculté de masse dans les années autour de la “fusion parfaite”. Et, tout en reconstruisant un itinéraire dont le thème dominant semble être celui de la formation du juriste de droit national, il propose également de nouvelles questions.

Italien

Sotto una duplice angolazione il libro racconta la storia della Facoltà di Giurisprudenza di Cagliari dai progetti cinquecenteschi di fondazione dell’ateneo fino all’Unità: come luogo di formazione del giurista e, in stretta correlazione, come momento di snodo per l’accesso alle cariche, alle professioni e per una collocazione privilegiata entro la polis. Da qui le domande che riguardano, da un lato, gli aspetti dell’insegnamento (il numero degli studenti, i corsi, la frequenza alle lezioni, i manuali, le biblioteche, gli esami, dal punto di vista dei discenti; il reclutamento, gli impegni accademici, gli strumenti didattici, gli orizzonti scientifici e di metodo, nell’ottica dei docenti); dall’altro gli impatti nel tessuto sociale, secondo indirizzi culturali di cui la Facoltà era espressione e che a sua volta contribuiva a implementare. Anche nei momenti di crisi, essa operava come deposito di conoscenza giuridica, dialogava con il mondo delle professioni e delle istituzioni, formava le élites.

Primo volume di una storia che arriverà fino ai giorni nostri e frutto della collaborazione di studiosi dalle competenze diverse, il libro affronta con nuove ricerche archivistiche e con sguardo comparatistico i principali problemi storiografici: il fervore dopo la fondazione, la reductio della sua funzione nei decenni successivi, la faticosa rifondazione boginiana, i giuristi “giacobini”, la Facoltà di massa negli anni a ridosso della “fusione perfetta”. E, mentre ricostruisce un itinerario in cui il tema dominante appare quello della formazione del giurista del diritto patrio, propone anche questioni nuove.

Parution – Donatella della Porta, Lorenzo Cini et César Guzmán-Concha, “Contesting Higher Education. Student Movements against Neoliberal Universities”, Bristol UP, 2020

https://bristoluniversitypress.co.uk/contesting-higher-education

Français

S’appuyant sur de nouvelles recherches sur l’enseignement supérieur au Royaume-Uni, au Canada, au Chili et en Italie, cette étude comparative rigoureuse examine les épisodes clés des manifestations étudiantes contre les politiques et pratiques néolibérales dans les universités d’aujourd’hui. Tout en examinant les origines et les résultats des réformes de l’enseignement supérieur, les auteurs replacent ces vagues de manifestations dans le contexte plus large des mouvements étudiants, de l’activisme politique et des questions sociales, notamment l’inégalité et les droits civils. Offrant de nouveaux arguments théoriques sophistiqués basés sur un travail empirique fascinant, les idées et les conclusions révélées dans cette étude originale sont précieuses pour quiconque s’intéresse aux études sociales, politiques et connexes.

Anglais

Using new research on higher education in the UK, Canada, Chile and Italy, this rigorous comparative study investigates key episodes of student protests against neoliberal policies and practices in today’s universities. As well as examining origins and outcomes of higher education reforms, the authors set these waves of demonstrations in the wider contexts of student movements, political activism and social issues, including inequality and civil rights. Offering sophisticated new theoretical arguments based on fascinating empirical work, the insights and conclusions revealed in this original study are of value to anyone with an interest in social, political and related studies.

Parution – Mariano Peset y Jorge Correa (dir.), “La Facultad de Derecho de Valencia, 1499-1975”, PU Valencia, 2018

https://puv.uv.es/la-facultad-de-derecho-de-valencia-1499-1975.html?___store=espanyol&___from_store=valencia

Français

L’objectif de ce volume est de montrer l’histoire de la faculté de droit depuis ses origines jusqu’à la mort du général Franco. Il traite des moments les plus importants de la trajectoire pluriséculaire des études juridiques à l’université de Valence : la création des facultés à la naissance de l’Estudi General de València ; les premiers professeurs ; les plans d’études de l’époque baroque ; l’augmentation des effectifs et le développement de l’enseignement au siècle des Lumières, avec la figure de proue de Gregorio Mayans ; l’unification des études au XIXe siècle et l’apparition de la faculté de jurisprudence ; la Restauration et les figures les plus emblématiques, avec les modifications des plans d’études ; la Seconde République, la guerre civile et le régime franquiste, avec la répression et l’exil ; et ainsi de suite. Il s’agit d’un ouvrage de plus de cinq cents pages, abondamment illustré, auquel ont collaboré plus d’une dizaine de spécialistes de l’histoire universitaire sous la coordination des professeurs Mariano Peset et Jorge Correa.

Espagnol

El objetivo de este volumen es mostrar la historia de la Facultad de Derecho desde sus orígenes hasta la muerte del general Franco. Aborda los momentos más importantes de la trayectoria plurisecular de los estudios jurídicos dentro de la Universitat de València: la creación de las facultades en el nacimiento del propio Estudi General de Valencia; los primeros catedráticos; los planes de estudio de la época barroca; el incremento de la matrícula y el desarrollo de las enseñanzas durante la Ilustración, con la figura capital de Gregorio Mayans; la unificación de los estudios en el siglo XIX y el surgimiento de la Facultad de Jurisprudencia; la Restauración y las figuras más emblemáticas, con las modificaciones de los planes de estudio; la Segunda República, la guerra civil y el franquismo, con la represión y el exilio; etc. Se trata de una obra de más de quinientas páginas, profusamente ilustrada, en la que han colaborado más de una docena de especialistas en historia de las universidades bajo la coordinación de los profesores Mariano Peset y Jorge Correa.

Parution – María Isabel Orellana et Nicole Araya Oñate, “Educación de las infancias: entre el hogar y la escuela (1880-1915)” [L’éducation des enfants : entre la maison et l’école (1880-1915)], Museo de la Educación Gabriela Mistral, 2016

https://www.museodelaeducacion.gob.cl/publicaciones/educacion-de-las-infancias-entre-el-hogar-y-la-escuela-1880-1915

Français

Cette publication traite d’une partie de l’histoire de l’éducation des enfants : l’éducation des plus jeunes enfants entre 1880 et 1915. Toutefois, avant d’analyser le système mis en place au Chili, les auteurs proposent de parler de l’enfance au pluriel, étant donné que l’expérience de l’enfance varie selon la classe, le sexe, le lieu et l’époque.

La relation entre l’histoire et l’enfance, la problématisation de l’enfance en Europe et ses répercussions dans notre pays, l’émergence de l’enfance comme préoccupation sociale et objet d’éducation, l’institutionnalisation de l’éducation précoce et la mise en place du Kindergarten au Chili sont les différents thèmes examinés dans cette recherche.

Espagnol

Esta publicación aborda una parte de la historia de la educación de las infancias: aquella destinada a las y los más pequeños que se desarrolla entre 1880 y 1915. Sin embargo, antes de analizar el sistema que se establece en Chile, las autoras plantean la necesidad de hablar de las infancias en plural debido a que la experiencia de ser niña o niño fue variando según la clase, el género, el lugar y el tiempo que cada una o uno habitó.

La relación historia e infancia, la problematización de la niñez en Europa y su repercusión en nuestro país, la irrupción de la infancia como preocupación social y objeto de educación, la institucionalización de la educación inicial y la implementación del Kindergarten en Chile son las distintas temáticas que se examinan en esta investigación.

Parution – Teresa González Pérez (dir.), “La educación de las mujeres en iberoamérica. Análisis histórico” [L’éducation des femmes en Amérique latine. Analyse historique], Tirant, 2020

https://editorial.tirant.com/es/libro/la-educacion-de-las-mujeres-en-iberoamerica-analisis-historico-rodriguez-saenz-eugenia-9788417973209

Français

L’éducation des femmes en Amérique latine contribue à sauver l’éducation de l’exclusion, de la ségrégation et des inégalités. Profils et héritages reçus à différentes époques, cultures et sociétés, comme le vaste et diversifié scénario géopolitique ibéro-américain. Cette publication est une vaste enquête basée sur de nombreuses sources, et est conçue comme une méthode efficace de révision historique pour rétablir les fils de la mémoire éducative en termes de genre.

Un ensemble d’auteurs de différentes nationalités (Argentine, Brésil, Chili, Costa Rica, Espagne, États-Unis et Mexique) montre les lignes de tension entre le public et le privé, entre la différence et l’égalité, mettant en évidence les diversités, les singularités et les fissures dans les manifestations hégémoniques de la politique et des traditions éducatives des deux rives. Dans les différents chapitres, nous étudions des femmes importantes dont les actions et les modes de pensée ont marqué l’histoire, mais aussi des femmes inconnues qui ont apporté leur mémoire vitale du silence. Elle met en évidence la capacité des femmes à agir par le biais de l’éducation en tant qu’agents de changement, parfois en tant qu’agents de résistance et d’opposition à la discrimination et aux hiérarchies de genre dans différentes sphères spatiales et socioculturelles.

Cet ouvrage collectif, qui est en phase avec les débats les plus récents sur l’éducation des femmes, fournit des éléments essentiels et visibles pour la présence des questions relatives aux femmes dans l’historiographie internationale de l’éducation. Elle donne un sens à la récupération historique et vise à déplacer la vision hégémonique traditionnelle de la centralité de l’éducation afin d’inclure l’expérience des femmes.

L’éducation des femmes en Amérique latine vise à ouvrir un espace de débat international et à contribuer à la production scientifique. Les contributions des différents chercheurs apportent une contribution innovante à la compréhension du phénomène éducatif, avec des explications théoriques substantielles qui vont au-delà du sujet spécifique des femmes.

Espagnol

La educación de las mujeres en Iberoamérica contribuye a rescatar la educación desde la exclusión, la segregación y desigualdades. Unos perfiles y herencias recibidas en épocas, culturas y sociedades diferentes, como es el amplio y diverso escenario geopolítico iberoamericano. Esta publicación constituye una investigación amplia apoyada en numerosas fuentes, proyectándose como un método eficaz de revisión histórica para restablecer los hilos de la memoria educativa en clave de género.  
Un elenco de autoras de diversas nacionalidades (Argentina, Brasil, Chile, Costa Rica, España, Estados Unidos y México) muestran las líneas de tensión entre lo público y lo privado, entre la diferencia y la igualdad, resaltando diversidades, singularidades y fisuras en las manifestaciones hegemónicas de la política y tradiciones educativas en las dos orillas. En los diferentes capítulos se estudian mujeres significadas que con sus acciones y modos de pensar han hecho historia, pero también a las mujeres desconocidas que han aportado desde el silencio su memoria vital. Destacando la capacidad de las mujeres para actuar a través de la educación como agentes de cambio, a veces de resistencia y oposición a las discriminaciones y jerarquías de género en diversos ámbitos espaciales y socioculturales.

Esta obra colectiva, planteada en sintonía con los últimos debates sobre la educación de las mujeres, aporta elementos imprescindibles y visibles para lograr la presencia de los temas femeninos en la historiografía educativa internacional.  Otorga sentido a la recuperación histórica y pretende desplazar la visión tradicional hegemónica de la centralidad educativa para incluir la experiencia de las mujeres.

La educación de las mujeres en Iberoamérica pretende abrir un espacio de debate internacional y sumarse a la producción científica. Las contribuciones de diversas investigadoras brindan un aporte innovador a la comprensión del fenómeno educativo, con explicaciones teóricas sustantivas, que exceden el tema específico de las mujeres.