Publication – Antonella Cagnolati, Antonio Francisco Canales Serrano (dir.), « Women’s Education in Southern Europe. Historical perspectives (19th-20th century) », 3 tomes, Aracne editrice, 2017.

“Speaking out from the South in their own voice” means pursuing two courses of action. Firstly, it means describing these hitherto little–known situations; and secondly, it means offering interpretations based on the situations themselves, and which are thus adapted to the specific historical experiences being recounted. The contributions contained herein describe the anxieties, hesitations, contradictions and paradoxes which characterise the process of incorporating women into the education system in Greece,Portugal, Italy and Spain, highlighting the similarities which exist between the cases. And they do so in a diverse range of dimensions and areas, from the studies and professional practice of female primary teachers and the presence of girls in secondary education, a field traditionally reserved for boys, to non formal and informal educational institutions.

Parution – Histoire des élèves : tome 1, « Parcours scolaires, genre et inégalités » (Jean-François Condette et Véronique Castagnet-Lars dir.) ; tome 2, « Ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles) » (Jérôme Krop et Stéphane Lembré dir.), 2020.

Résumé :

Si l’élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.

Résumé :

Si l’histoire de l’éducation évoque souvent les élèves, elle en fait trop rarement des acteurs à part entière du système éducatif. La place des élèves renvoie pourtant à l’enjeu de la vie en démocratie.

L’école est tout autant un moyen pour une société de former, informer et conformer la jeunesse, qu’une institution plurielle façonnée par celles et ceux qui la fréquentent. Ce livre, second tome de la publication d’un vaste travail collectif sur l’histoire de l’enfance et de la jeunesse scolarisées, vise à retrouver les élèves à travers leur adhésion ou leurs contestations de l’ordre imposé par l’école, lui-même changeant, et leur participation à la vie des écoles.

Quatorze textes explorent la diversité des sources donnant accès aux actes et aux paroles des élèves de divers établissements. En accordant une place importante mais non exclusive aux dernières décennies du XXe siècle, qui connaissent des développements décisifs, il s’agit aussi de donner toute sa profondeur chronologique à cette histoire.

Parution – Véronique Castagnet-Lars (dir.), « Les associations d’élèves et d’étudiants. Entre socialisation et apprentissage (XVIe-XXe siècles), 2020.

Résumé

Dans une historiographie sur les élèves en plein renouvellement, l’étude des modalités de leur regroupement organisé par les institutions éducatives et leurs membres permet de mettre en évidence un autre axe d’apprentissages favorisés par des relations fraternelles, éminemment contrôlées toutefois par les pédagogues et les responsables scolaires.

La réflexion collective s’attache à l’analyse de ces structures, à leur organisation et leur fonctionnement quotidien tel qu’il paraît pris en charge, pour une large part, par les élèves eux-mêmes. Les autorités éducatives (politiques et religieuses) de l’époque moderne se saisissent de ces associations afin de prolonger hors du temps scolaire et après l’âge scolaire, avec éventuellement une radicalisation des formes d’expression, les effets de l’éducation développée dans les collèges d’Ancien Régime, jésuites et oratoriens.

Pour d’autres autorités des XVIIe-XXe siècles, reconnaître ces associations c’est permettre aux élèves de s’initier à une vie politique, soit au sein de cette association – et la question du fonctionnement de nature démocratique est un élément à prendre en compte –, soit à l’extérieur dans la cité. Les structures réunissent alors élèves et étudiants en leur donnant une visibilité, une voix. Enfin, encourager des pairs à s’associer concourt à créer une solidarité, des réseaux professionnels ou syndicaux, voire une culture d’établissement, entre adultes.

Parution – Former les enseignants d’EPS en France au XXe siècle, Julien Fuchs et Jean-Nicolas Renaud (dir.)

Nous vous annonçons la publication du livre « Former les enseignants d’EPS en France au XXe siècle » aux éditions des PUR. Issu du projet collectif FORMEEPS, labellisé par la MSHB et qui a réuni pendant 2 ans une quinzaine de chercheurs, ce livre vise à faire un point sur les lieux et les acteurs de la formation des enseignants d’EPS en France, en privilégiant une approche par le local.

Table des matières:

Jean-Nicolas Renaud et Julien Fuchs,Recomposer le puzzle de la formation des enseignants d’EPS

Florian Hugedet,Panorama synthétique d’une construction dynamique.La lente massification des lieux de formation (1869-2019)

Jean Saint-Martin et Julien Fuchs,Le second souffle des instituts régionaux d’éducation physique et sportive (IREPS) .Les rapports Andreu de 1962

Tony Froissart,L’Institut d’éducation physique de l’université de Paris. L’articulation de projets médicosportifs et éducatifs (1928-1963)

Florian Hugedet et Jean-Jacques Dupaux,L’homme de l’ombre et l’acteur. Pouvoir, soutien et résistance dans la mise en place des formations d’enseignants d’EPS dans l’académie de Besançon (1928-1975)

Christian Molaro,L’IREP de Nancy, années 1920-années 1970. Histoire d’une tentative d’émancipation vis-à-vis de l’autorité médicale

Denis Jallat et Jean Saint-Martin,Le CREPS de Strasbourg. Entre spécificité territoriale et particularité culturelle

Fabrice Auger et Serge Vaucelle,Une drôle de guerre pour un territoire pédagogique. IREP et CREPS à Toulouse au tournant de la Quatrième République

Michaël Attali et Natalia Bazoge,La formation initiale des enseignants d’éducation physique à Grenoble .L’articulation de la pédagogie et de la recherche (1931-1977)

Julien Fuchs, Jean-Nicolas Renaud, Willy Hugedet et Thierry Michot,Du CREPS de Dinard à l’UFRAPS de Rennes (1945-années 1990)

Doriane Gomet,Au cœur d’une culture d’établissement. La formation des enseignants d’éducation physique du privé à l’Institut d’Angers

Parution – Collectifs et collectivités à l’épreuve des enjeux éducatifs, Choukri Ben Ayed, Maryan Lemoine (dir.)

La dimension locale des processus éducatifs occupe une place de plus en plus centrale. Il en résulte des imbrications complexes entre national et local que cet ouvrage tente de comprendre en s’intéressant notamment au rôle des collectifs et des collectivités en matière éducative. Derrière les dispositifs, les politiques éducatives locales, ces derniers agissent de façon plus ou moins formelle.

C’est le cas notamment des collectivités locales trop longtemps considérées comme auxiliaires de l’école ou simples pourvoyeurs de fonds. Leur rôle est à présent plus structuré parfois décisif.

L’ouvrage décline cette complexité des pratiques éducatives locales à partir d’un ensemble de terrains tels que les Programmes de Réussite Éducative, le rôle nouveau et peu connu joué par les fondations dans le domaine éducatif, la question en apparence consensuelle du bien-être à l’école, ou encore le cas des collégiens temporairement exclus.

L’action des collectivités territoriales est appréhendée à partir des « arrangements » souvent invisibilisés entre municipalités et collège en milieu rural ou, à une plus large échelle, dans la lutte contre les ségrégations scolaires dans une grande agglomération.

Cette problématique, par un effet miroir, renvoie à la question plus large de la participation des habitants dans le cadre de la politique de la ville. La dimension territoriale est également décisive dans le traitement du décrochage scolaire.

C’est en croisant ces différents terrains que l’ouvrage donne aux collectifs et aux collectivités une certaine consistance dans le domaine éducatif.

 

Sommaire :

Introduction, Choukri Ben Ayed, Maryan Lemoine

La territorialisation des politiques éducatives et la question de l’émancipation : une inversion de polarité politique ? Régis Cortésero

Les politiques publiques à l’épreuve de l’action collective. L’exemple du Programme de Réussite Educative, Laurie Sompayrac

Les politiques éducatives locales à l’épreuve de l’innovation, Stéphanie Morel

Politiques éducatives en matière de bien-être scolaire : l’approche communautaire comme levier d’une coopération globale au collège, Séverine Ferrière, Fabien Bacro, Agnès Florin, Philippe Guimard

De la territorialisation des politique éducatives à la spécialisation des problèmes scolaires, Juliette Garnier

Un cas d’école : essai d’objectivation des relations collège-municipalité dans une petite commune, Maryan Lemoine

Ce que nous apprend l’observation d’une politique de mixité sociale au collège : le cas de l’agglomération toulousaine, Choukri Ben Ayed, Etienne Butzbach

De la responsabilisation à l’injonction d’autonomie : la participation comme dispositif d’éducation et d’encadrement des habitants dans les quartiers populaires, Charlène Arguence

Le traitement du décrochage scolaire : un révélateur des politiques éducatives territoriales, Pierre-Yves Bernard

Conclusion, Etienne Butzbach

Parution – Le Bac pro, un baccalauréat comme les autres ?

Nous vous signalons la parution d’un ouvrage issu du colloque organisé en 2015 à Villeneuve-d’Ascq à l’occasion des 30 ans du bac pro, et qui propose différents éclairages sur l’histoire de ces trois décennies : 

Fabienne Maillard, Gilles Moreau (dir.), Le bac pro – un baccalauréat comme les autres ?, Toulouse, Octarès et Céreq, 2019.
 
Plus d’informations sur cette publication : 

Parution – Les pratiques de récit pour penser les didactiques

Nous vous annonçons la parution d’un travail sur les pratiques de récit en histoire et ailleurs. Quatre textes concernent les liens entre histoire et didactique, ce qui pourrait intéresser les étudiant.es.

Les pratiques de récit pour penser les didactiques – Anne Vézier et Sylvain Doussot (dir.)
ISBN 978-2-7535-7806-7 — PUR, 2019, www.pur-editions.fr

L’introduction et la table des matières sont en ligne sur le site des PUR. http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4922

Publication – « Genre, images et représentations dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail » (Sophie Devineau et Nassira Hedjerassi, dirs.)

Presses universitaires de Rouen et du Havre , 2019.

Résumé : les images concourent à organiser un monde sexué qui va imprimer sa marque tout au long de la formation des individus. Cet ouvrage rend compte de diverses situations dans l’éducation scolaire et universitaire autant que dans les métiers. Il est ainsi possible de repérer les stéréotypes à l’œuvre afin d’envisager les modalités de leur contrôle pour contribuer à une action publique progressiste. En effet, l’entreprise de dévoilement de la mécanique des rapports sociaux de sexe ouvre de nombreuses perspectives de déconstruction des catégories de pensée qui autrement passent le plus souvent inaperçues tant le système de genre est intégré à la vie ordinaire. Participant ainsi à la dynamique sociale portée par les mouvements pour l’égalité entre les sexes, cet opus s’adresse notamment aux acteurs et actrices de l’éducation et de la formation.

Publication – Collectif, « Les foulards de la discorde. Retours sur l’affaire de Creil, 1989 ».

Fondation Jean Jaurès/éditions l’Aube, 2019.

Résumé : en France, le débat public se focalise régulièrement sur des questions mêlant statut des femmes, islam et laïcité. Cette structuration trouve sa première cristallisation dans « l’affaire du foulard » qui se déroule à Creil en 1989. Que recouvre cette appellation, restée dans les mémoires ? Comment trois foulards de collégiennes ont-ils pu susciter autant de prises de position et de polémiques ? En étudiant les différentes facettes, les auteurs montrent que cette affaire a constitué un tournant de l’histoire récente de notre pays.

Publication – Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, « Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve au IIe siècle av. J.-C. »

Presses Universitaires de Rennes, 2019.

Cet ouvrage propose une comparaison des familles grecques et italiennes, du Ve au IIe siècle avant J.-C., afin de mettre en évidence leur grande variété comme leurs similitudes, leurs traits permanents comme leurs évolutions, et d’indiquer les directions prises aujourd’hui par les recherches pour en rendre compte. Ce sont ces multiples dimensions que cet ouvrage se donne pour objet de présenter, dans une démarche interdisciplinaire, comparative et didactique afin d’aider les candidats à l’agrégation d’histoire à bien préparer la question au programme.

Publication – Aurélie Damet et Philippe Moreau, « Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve s. av. J.-C.-IIe s. av. J.-C.) »

Armand Colin, 2019.

La question du rapport entre famille et société, aux résonances si contemporaines, constitue le cœur de cet ouvrage. Le lecteur trouvera les définitions nécessaires pour saisir les « familles » grecque et romaine, les parentés de l’alliance et de la naissance, l’unité économique de production, la famille des droits et des devoirs. L’ouvrage offre une synthèse des différentes étapes de la vie en famille (naissance, mariage, adoption, funérailles), ces moments de sociabilité parfois générateurs de tensions, où s’entremêlent des intérêts autant familiaux que civiques : la famille s’inscrit dans la cité, qui la modèle, la contrôle et la surveille car elle en constitue la première unité. En puisant dans les sources dramaturgiques comme dans la documentation épigraphique, en croisant les théories philosophiques et les textes de loi, les auteurs ont souhaité offrir au lecteur un tableau synthétique et vivant des familles et des systèmes de parenté grecs et romains. Histoire du droit, histoire des sentiments, anthropologie de la parenté, histoire sociale, prosopographie, autant de méthodes réconciliées par le prisme familial que propose cette étude.

Publication : Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) (Yves Denéchère dir., 2019)

Couverture de l’ouvrage : Yves Denéchère (dir.), Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) . Peter Lang, 2019.

Résumé : si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel des décolonisations et de leurs suites. Au second XXe siècle, les processus d’émancipation des peuples colonisés posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et postcolonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. L’intérêt de cet ouvrage est de mettre en avant les biopolitiques spécifiques aux enfants et aux jeunes qui ont émergé dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses. À l’instar des Colonial and Postcolonial Studies,il s’agitd’interroger les cultures postcoloniales et les articulations entre décolonisation et colonisation, notamment les prolongements de celle-ci dans celle-là. Pendant la décolonisation des empires français et belge et la construction de nouveaux États, les enfants et les jeunes ont été sujets de politiques voulues ou soutenues par des biopouvoirs et mises en œuvre par des protagonistes divers : armées, associations, humanitaires, colonialistes, nouvelles élites, militants, simples citoyens. Les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées ainsi que les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont bien entendu également mobilisées.

Parution – Véronique Castagnet et Caroline Barrera (dir.), « Décider en éducation. Entre normes institutionnelles et pratiques des acteurs (du XVe siècle à nos jours) »

Historiens, archivistes, économistes, spécialistes en sciences de l’éducation ou en langues et cultures étrangères décomposent ici, dans toute leur épaisseur, les étapes de la prise de décision et ses modalités d’application à différentes époques et dans des contextes géographiques et politiques variés. Ils remettent en cause deux présupposés communément admis : la rationalité de la décision et sa linéarité. Avant la prise de décision apparaissent des stratégies, des méthodes, des débats parfois vifs, qui rendent visibles à l’historien les différents acteurs exerçant des fonctions d’administration, d’encadrement, ou étant accueillis dans les structures éducatives d’une part, et les enjeux, souvent divergents, des parties en présence d’autre part. Au final, la norme adoptée n’est pas obligatoirement appliquée de façon stricte : la mise en pratique peut diverger de l’intention initiale et des compromis émerger à l’échelle locale ou nationale en fonction d’une hiérarchisation des priorités.

Parution – Françoise F. Laot et Claudie Solar (dir.), « Pionnières de l’éducation des adultes. Perspectives internationales », préface de Rebecca Rogers

Première de couverture

Présentation de l’éditeur : ce livre présente les portraits de onze femmes de Belgique, États-Unis, France, Pologne, Royaume-Uni et Suisse. Par leurs actions ou leurs idées, elles ont contribué à développer des formations dans une grande diversité de domaines ou ont fondé des institutions dont certaines existent encore aujourd’hui. Il s’agit de Marie-Jeanne Bassot, Victoire Cappe, Marguerite Champendal, Jeanne Deroin, Mary Follett, Isabelle et Zoé Gatti de Gamond, Virginia Gildersleeve, Élise Luquin, Helena Radlinska et Caroline Spurgeon. Sans aucunement prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage entend marquer une première étape dans le chemin vers la découverte de nouvelles pionnières de l’éducation des adultes.

Françoise F. Laot est socio-historienne, professeure à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et Claudie Solar est une spécialiste du genre et de l’éducation des adultes, maintenant à la retraite de l’Université de Montréal.

Les auteur·e·s : Marie-Thérèse Coenen, Joëlle Droux, Jacques Éloy, Marie-Élise Hunyadi, Françoise F. Laot, Ewa Marynowicz-Hetka, Elsa Roland, Claudie Solar, Marianne Thivend et Rebecca Rogers (préface).

Parution – Lindsey Dodd et David Lees, « Vichy France and Everyday Life »

Trois contributions concernent l’histoire de l’éducation et de l’enfance : 

  • Camille Mahé, « Children and Play in Occupied France »
  • Matthieu Devigne, « Coping in the Classroom: Adapting Schools to Wartime »
  • Lindsey Dodd, « Urban Lives, Rural Lives and Children’s Evacuation »

Présentation de l’éditeur : 

This wide-ranging volume brings together a blend of experienced and emerging scholars to examine the texture of everyday life for different parts of the wartime French population. It explores systems of coping, means of helping one another, confrontations with people or events and the challenges posed to and by Vichy’s National Revolution during this difficult period in French and European history.

The book focuses on human interactions at the micro level, highlighting lived experience within the complex social networks of this era, as French civilians negotiated the violence of war, the restrictions of Occupation, the shortages of daily necessities and the fear of persecution in their everyday lives. Using approaches drawn mostly from history, but also including oral history, film, gender studies and sociology, the text peers into the lives of ordinary men, women and children and opens new perspectives on questions of resistance, collaboration, war and memory; it tells some of the stories of the anonymous millions who suffered, coped, laughed, played and worked, either together at home or far apart in towns and villages across Occupied and Vichy France.

Vichy France and Everyday Life is a crucial study for anyone interested in the social history of the Second World War or the history of France during the twentieth century.

Parution – « Disciplines scolaires et cultures politiques », J Dubois et P Legris (dir.)

Les PUR annoncent la parution de l’ouvrage Disciplines scolaires et cultures politiques. Des modèles nationaux en mutation depuis 1945 sous la direction de Jérémie Dubois et Patricia Legris.

Cet ouvrage envisage l’histoire politique récente des disciplines scolaires à différentes échelles sur plusieurs continents. Il vise à éclairer les rapports entre cultures politiques et transmission scolaire des savoirs, tant aux États-Unis qu’en Europe occidentale, en Chine, en Russie ou dans les territoires ultramarins français. Alors que le rôle des disciplines scolaires dans la construction des États-nations commence à être bien connu, il est intéressant de comprendre comment les rapports entre sociétés, pouvoirs et disciplines scolaires ont ! é volué depuis 1945 et jusqu’à nos jours, dans des contextes démocratiques ou autoritaires. Avec le soutien du CERHIC-EA 2616 de l’université de Reims Champagne-Ardenne et du CUIP.

Lien vers le site des PUR.

Parution – « Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730-1913) », Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel (dir.)

Nous vous signalons la parution de l’ouvrage Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730/1913), sous la direction de Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel aux Editions Orizons Universités

Souvenirs personnels, opinions polémiques, débats théoriques : l’école est au carrefour de toutes les réactions. Or, la littérature s’est toujours emparée de cet univers si singulier. Elle permet aussi de révéler un brouillage générique sans précédent entre romans, autobiographies et témoignages. Les Tableaux d’école que proposent Rousseau, Rétif de la Bretonne, Chateaubriand, Balzac, Flaubert, Vallès ou Alain-Fournier etc., constituent un thème privilégié pour dire l’Homme.

Parution – « Assessment Cultures. Historical Perspectives », Cristina Alarcón et Martin Lawn (dir.)

Vient de paraître, au sujet de l’histoire de l’évaluation des élèves et de l’éducation:

Cristina Alarcón / Martin Lawn (eds.) (2018). *Assessment Cultures. Historical Perspectives*. Berlin: Peter Lang, coll. « Studia Educationis Historica / Studies in the History of Education », vol. 3, 430 pages.
https://www.peterlang.com/view/product/25671?format=EPDF

Large scale assessment influences national and international educational policy debates and reforms. Assessment data is increasingly used as a government instrument. However, within the contemporary realm of the current global testing regime both the cultural and the historical conditions of assessment are often neglected. This volume is therefore devoted to the reconstruction of ‘’assessment cultures’’ (interpretation patterns, discourses, instruments, practices) and their involved group of actors. The contributions cover examples of Western European, Eurasian, East Asian, Latin and North American as well as international settings and refer to epochs ranging from the early modern period up to the current context.

TABLE OF CONTENTS

Continuer la lecture de « Parution – « Assessment Cultures. Historical Perspectives », Cristina Alarcón et Martin Lawn (dir.) »

Publication – Jean-François Condette (dir.), Les personnels d’inspection. Contrôler, évaluer, conseiller les enseignants. Retour sur une histoire, France-Europe (XVIIe-XXe siècles)

Les personnels d’inspection

2017
Jean-François Condette (dir.)

À la lumière de nombreuses études de cas, cet ouvrage retrace l’histoire des personnels d’inspection et apporte beaucoup à une meilleure connaissance de l’évolution des procédures d’évaluation des enseignants. Le choix d’une durée d’étude longue permet d’appréhender avec finesse les continuités et les ruptures qui marquent l’histoire de cette profession et replace dans la perspective de l’histoire la « crise » de l’inspection des années 1990-2000. Cet ouvrage compare également la situation! fran&cc edil;aise à celle de plusieurs pays d’Europe, ce qui permet de saisir mais aussi de relativiser « l’exception française ». Avec le soutien du CREHS de l’université d’Artois.