Publication – Arlette Capdepuy, « De la Jeunesse hitlérienne aux camps de prisonniers de l’Atlantique. Lettres de Wolfram Knöchel (1943-1948) », à paraître en 2020 aux PU Bordeaux.

Wolfram Knöchel appartient à cette génération d’Allemands porteurs du projet nazi avant de payer le prix fort de son échec. Lycéen enrôlé dans la Wehrmacht en 1943 après avoir été embrigadé dans les Jeunesses hitlériennes, il est fait prisonnier de guerre en mars 1945 par les Américains. Transféré aux Français et affecté dans le Sud-Ouest près du littoral atlantique, il se porte volontaire pour le déminage. Loin des siens restés dans la zone soviétique d’occupation, il doit surmonter ses souffrances physiques et morales. Libéré fin décembre 1947, il sort transformé de sa captivité. C’est ce processus que donnent à lire les quelque 170 lettres écrites à ses parents entre 1943 et 1948, miraculeusement conservées. On y suit ses réflexions, ses inquiétudes, ses doutes, son aveuglement aussi. Ce témoignage exceptionnel reflète la sortie de guerre d’un jeune soldat et inscrit son histoire personnelle dans celle, plus large, des rapports franco-allemands à un moment clef de l’histoire européenne.

Publication – Anne-Marie Mercier-Faivre et Dominique Perrin, « Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre », PU Bordeaux, 2020.

La métamorphose semble revenue au premier plan dans les littératures d’enfance et d’adolescence, comme dans la culture populaire. Les vampires, loups-garous, hybrides et anges déchus sont les héros cathartiques des narrations contemporaines. Cet essor d’un imaginaire qui reprend des figures anciennes suscite de nombreuses questions.

Ce livre offre une réflexion panoramique et historique sur le champ de la littérature pour la jeunesse comme sur ses déclinaisons en images (mangas, films) et ses modes de réception particuliers (fan-fictions). Comme dans Pinocchio et dans les aventures d’Alice, le mythe contemporain continue à mettre en scène des questions cruciales en figurant des êtres qui changent, image de la croissance mais aussi de l’inscription dans une identité sexuée. Mais quels sont les enjeux de ce mythe en ce début de millénaire ? Jusqu’à quel point se transforme-t-il ?

De prime abord, le plus frappant est que la métamorphose devient une chance, l’horizon à atteindre d’une adaptation merveilleuse. L’être métamorphosé n’est plus l’autre que l’on regarde mais un miroir de celui que l’on pourrait devenir. Au prisme de ce thème, sont interrogés les rapports entre féminin et masculin, humain et non-humain, vie et mort, essence et artifice. Des classiques de la métamorphose aux figures et pratiques singulières de la période actuelle – de la culture sérielle au domaine littéraire –, les objets et questions envisagés ici mettent en lumière des mutations cruciales pour la compréhension d’un imaginaire contemporain.

Publication – Trịnh Văn Minh (dir.), « La francophonie en Asie-Pacifique. La formation universitaire française et francophone en Asie-Pacifique », à paraître en 2020 aux PU d’Aix-Marseille.

Ce numéro porte sur les formations françaises et francophones face à la mondialisation. Les formations françaises et francophones font partie du paysage universitaire vietnamien dès le début du xxe siècle et constituent toujours un choix privilégié de la jeunesse du pays. Cela se traduit notamment par le nombre croissant d’étudiants Vietnamiens inscrits dans des filières de formation soutenues et accompagnées par les partenaires français et francophones, sans compter ceux qui partent étudier dans les établissements des pays francophones. Les différentes spécialisations en sciences et technologies, en sciences sociales et humaines, etc., dispensées en langue française attirent toujours un large public de jeunes Vietnamiens. Ce qui montre que la mondialisation est loin d’être aussi menaçante qu’on le croyait dans l’enseignement supérieur, et que le choix des formations dépend de plusieurs facteurs, la qualité et la diversité étant parmi les plus importants.

Publication – Jean-Yves Frétigné, Aurélien Poidevin (dir.), « L’administration des institutions culturelles en France et en Italie. Approches comparées (des années 1860 à la Libération) », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Consacré aux enjeux de la législation et de la réglementation publiques en matière de vie culturelle dans les secteurs du patrimoine, du théâtre, de l’opéra, des musées, de l’édition et du cinéma, sans oublier l’enseignement de l’histoire de l’art, ce volume s’inscrit dans la perspective croisée d’une histoire culturelle et d’une histoire de l’État, en mobilisant les outils de l’histoire administrative.

Publication – Antonin Durand, « Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939) », à paraître en 2020 aux PU de Strasbourg.

En 1909, le banquier David Weill lançait la première Bourse de voyage permettant aux étudiants français, sans distinction de sexe, d’étudier un an à l’étranger. Cette porte ouverte sur l’Europe et sur le monde permit à une génération d’étudiantes – encore très minoritaires dans l’Université française – de découvrir le fonctionnement académique et la vie étudiante à l’étranger.

Ce volume regroupe neuf rapports de séjour rédigés par ces pionnières, nous offrant le témoignage de nouveaux savoirs, de pratiques de recherche et d’enseignement, mais aussi, plus généralement, de leurs impressions sur le monde de la première moitié du XXe siècle et sur la place nouvelle que les femmes y occupent.

À travers la mosaïque de pays et de disciplines qu’ils recouvrent – mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, économie –, ces documents offrent un nouveau regard sur les pratiques scientifiques dans le monde de l’entre-deux-guerres et sur la condition féminine au sein des élites savantes.

Publication – Anne Schneider, « La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire en Europe. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Comment parler de la guerre à des enfants alors que les parents n’osent pas aborder le sujet? C’est le défi relevé par la littérature de jeunesse: son objectif de transmission et d’éducation explique qu’elle investit autant cette thématique.

Dans ce volume, la seconde guerre mondiale est largement abordée comme sillon matriciel de la présence de toutes les guerres dans les romans ou les albums pour la jeunesse. L’évocation du conflit à travers toute l’Europe (Italie, Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne, Espagne, Pologne, Tchécoslovaquie, France) met en avant les silences des adultes face aux incompréhensions des enfants, mais aussi les formes de violence cruelles engendrées par la guerre, tandis que les révolutions et conflits contemporains (Portugal, Grèce, Irlande, Rwanda) rendent la nécessité du souvenir et de la commémoration encore plus palpable.

À l’heure de la disparition des témoins de la Shoah, alors que la réflexion sur la transmission d’un devoir d’histoire est d’actualité, en particulier en Europe où la résurgence des discours totalitaires est préoccupante, la littérature de jeunesse européenne a pour fonction, en plaçant l’enfant au cœur de la narration, d’être veilleuse de mémoire.

Publication – Publication – Philippe Cordazzo (dir.), « Parcours d’étudiants. Sources, enjeux et perspectives de recherche », à paraître en 2020 chez Ined éditions.

Le nombre d’étudiants en France dépasse les 2,6 millions. Dans un contexte de massification et de réformes successives, l’éducation, l’avenir professionnel et les conditions de vie des étudiants sont des enjeux importants qui nécessitent des analyses précises.

En France, plusieurs outils offrent des bases de données solides comme les enquêtes sur les conditions de vie de l’Observatoire national de la Vie étudiante, les suivis de cohortes, les analyses de trajectoires et les données collectées par les universités à partir des bases administratives ou des enquêtes locales. Eurostudent, Cheers, et Reflex complètent ce dispositif au niveau international.

Cet ouvrage dresse un état des savoirs sur les parcours étudiants en s’appuyant sur différents travaux qui analysent ces trajectoires, à un âge où se cumulent, souvent, des périodes clés de la vie. En effet, l’entrée dans la vie adulte, le départ du foyer parental, la mise en couple, la parentalité, la mobilité interne et internationale, la construction du parcours de formation, les conditions de vie, la transition entre la fin des études et l’entrée sur le marché du travail sont autant d’aspects qui sont pris en compte pour analyser la complexité des parcours et le devenir étudiant.

Le double pari réussi de cet ouvrage est d’avoir permis de croiser l’étude de la situation et des parcours étudiants avec l’analyse des sources de données existantes, tout en privilégiant une approche pluridisciplinaire.

Publication – Anna Fabbrini, Alberto Melucci, « L’âge des possibles. Adolescents entre rêve et expérience », traduit de l’italien par Clément Rivière, Haute école de travail social, 2017.

L’âge des possibles explore l’adolescence en la considérant comme un temps de la vie durant lequel les paradoxes s’intensifient et les limites se redéfinissent. Une accélération des changements mais aussi la possibilité constante d’une désorientation – dont la société se rend parfois complice – sont mises en jeu. Fabbrini et Melucci offrent une modalité particulièrement originale de décrire et d’analyser non seulement les expériences vives de l’adolescence, mais aussi les enjeux d’une nécessaire négociation entre adultes et jeune génération autour de la différence qui les sépare. De fait, la réception actuelle des phénomènes propres à l’adolescence, notamment une certaine fuite des responsabilités de l’adulte, est également questionnée.

L’âge des possibles (L’età dell’oro pour la version italienne) a rencontré un vif succès auprès des publics universitaires et professionnels du domaine éducatif et social. Anna Fabbrini propose une préface à cette version française revenant sur la manière dont l’ouvrage a posé certains nouveaux enjeux de la vie institutionnelle liée à l’adolescence lors des vingt dernières années.

Publication – Sylvia Garcia Delahaye (dir.), « Politique de l’enfance et de la jeunesse. La place des enfants et des jeunes dans la définition de politiques publiques », Édition de l’École d’études sociales et pédagogiques (Lausanne), 2018.

La place attribuée aux enfants et aux jeunes a beaucoup évolué depuis la création des premières politiques publiques les concernant. Cet ouvrage propose une réflexion à partir d’une nouvelle politique de l’enfance et de la jeunesse dans un canton suisse (Vaud).

Cette politique, encouragée par la Confédération, s’est construite avec la participation des acteurs étatiques et paraétatiques, de la population et en particulier des enfants et des jeunes.

Témoignage utile pour la création de nouvelles politiques publiques et pour la conception d’outils méthodologiques appropriés, l’ouvrage s’adresse à un public de décideurs et décideuses, de professionnel·le·s et d’étudiant·e·s.

Parution – James F. Stark, « The Cult of Youth. Anti-Ageing in Modern Britain », Cambridge University Press, 2020.

In this major new study, James F. Stark provides the first historical account of the most dominant ideas, practices, and material cultures associated with anti-ageing and rejuvenation in modern Britain. With a focus on the interwar period, his study uncovers the role of the commercial world in influencing attitudes towards ageing and youth. Stark argues that the technologies of anti-ageing, their commercialisation and their consumption made rejuvenation a possible and desirable aim in a period of socio-political instability, mechanised conflict and extending lifespans. Ultimately, Stark offers an innovative historical account, which draws together bodies, gender, science, medicine, advertising, and ageing, and shows how the quest for youth was transformed by social anxieties about an ageing population and economic crisis.

Publication – Daniel O’Connell et Scott Peters, « In the Struggle. A History of Politically Engaged Scholarship in California’s San Joaquin Valley », New-York UP, 2020

In the Struggle tells the story of the persistent engagement of eight public scholars spanning generations of sustained endeavor, a dogged war in which workers and scholars together repeatedly took on the powerful agricultural industry, the political machines, and even the universities.

The stories begin in the 1930s with Paul Taylor, a professor of economics at University of California, Berkeley, who pioneered field research and activism as he travelled through the areas marked by the Great Depression, together with his wife, photographer Dorothea Lange. Working in the heart of California’s agricultural Central Valley, Taylor was the first of a succession of scholars who shared the dual commitment to research and engagement, to making problems visible and to effecting change through strategic action. Taylor and Lange intentionally wove their political engagement into their identities and work as researchers, as they conducted studies, led strikes, organized underserved communities, founded community development programs, created nonprofit institutions, and more.

This book documents a tradition of politically engaged scholarship in one of the world’s most dramatic contexts, full of disparities and contradictions, but also ripe with opportunities to make a difference. It covers a struggle that continues undiminished in the present.

Publication – Kabria Baumgartner, « In Pursuit of Knowledge. Black Women and Educational Activism in Antebellum America », New-York UP, 2019.

The story of school desegregation in the United States often begins in the mid-twentieth-century South. Drawing on archival sources and genealogical records, Kabria Baumgartner uncovers the story’s origins in the nineteenth-century Northeast and identifies a previously overlooked group of activists: African American girls and women.

In their quest for education, African American girls and women faced numerous obstacles—from threats and harassment to violence. For them, education was a daring undertaking that put them in harm’s way. Yet bold and brave young women such as Sarah Harris, Sarah Parker Remond, Rosetta Morrison, Susan Paul, and Sarah Mapps Douglass persisted.

In Pursuit of Knowledge argues that African American girls and women strategized, organized, wrote, and protested for equal school rights—not just for themselves, but for all. Their activism gave rise to a new vision of womanhood: the purposeful woman, who was learned, active, resilient, and forward-thinking. Moreover, these young women set in motion equal-school-rights victories at the local and state level, and laid the groundwork for further action to democratize schools in twentieth-century America. In this thought-provoking book, Baumgartner demonstrates that the confluence of race and gender has shaped the long history of school desegregation in the United States right up to the present.

Publication – Susie Woo, « Framed by War. Korean Children and Women at the Crossroads of US Empire », New-York UP, 2019.

Korean children and women are the forgotten population of a forgotten war. Yet during and after the Korean War, they were central to the projection of US military, cultural, and political dominance. Framed by War examines how the Korean orphan, GI baby, adoptee, birth mother, prostitute, and bride emerged at the heart of empire. Strained embodiments of war, they brought Americans into Korea and Koreans into America in ways that defined, and at times defied, US empire in the Pacific.

What unfolded in Korea set the stage for US postwar power in the second half of the twentieth century and into the twenty-first. American destruction and humanitarianism, violence and care played out upon the bodies of Korean children and women. Framed by War traces the arc of intimate relations that served as these foundations. To suture a fragmented past, Susie Woo looks to US and South Korean government documents and military correspondence; US aid organization records; Korean orphanage registers; US and South Korean newspapers and magazines; and photographs, interviews, films, and performances. Integrating history with visual and cultural analysis, Woo chronicles how Americans went from knowing very little about Koreans to making them family, and how Korean children and women who did not choose war found ways to navigate its aftermath in South Korea, the United States, and spaces in between.

Publication – Carl Suddler, « Presumed Criminal. Black Youth and the Justice System in Postwar New York », New-York UP, 2019.

A stark disparity exists between black and white youth experiences in the justice system today. Black youths are perceived to be older and less innocent than their white peers. When it comes to incarceration, race trumps class, and even as black youths articulate their own experiences with carceral authorities, many Americans remain surprised by the inequalities they continue to endure. In this revealing book, Carl Suddler brings to light a much longer history of the policies and strategies that tethered the lives of black youths to the justice system indefinitely.

The criminalization of black youth is inseparable from its racialized origins. In the mid-twentieth century, the United States justice system began to focus on punishment, rather than rehabilitation. By the time the federal government began to address the issue of juvenile delinquency, the juvenile justice system shifted its priorities from saving delinquent youth to purely controlling crime, and black teens bore the brunt of the transition.

In New York City, increased state surveillance of predominantly black communities compounded arrest rates during the post–World War II period, providing justification for tough-on-crime policies. Questionable police practices, like stop-and-frisk, combined with media sensationalism, cemented the belief that black youth were the primary cause for concern. Even before the War on Crime, the stakes were clear: race would continue to be the crucial determinant in American notions of crime and delinquency, and black youths condemned with a stigma of criminality would continue to confront the overwhelming power of the state.

Publication – Joshua M. Myers, « We Are Worth Fighting For. A History of the Howard University Student Protest of 1989 », New-York UP, 2019

We Are Worth Fighting For is the first history of the 1989 Howard University protest. The three-day occupation of the university’s Administration Building was a continuation of the student movements of the sixties and a unique challenge to the politics of the eighties. Upset at the university’s appointment of the Republican strategist Lee Atwater to the Board of Trustees, students forced the issue by shutting down the operations of the university. The protest, inspired in part by the emergence of “conscious” hip hop, helped to build support for the idea of student governance and drew upon a resurgent black nationalist ethos.

At the center of this story is a student organization known as Black Nia F.O.R.C.E. Co-founded by Ras Baraka, the group was at the forefront of organizing the student mobilization at Howard during the spring of 1989 and thereafter. We Are Worth Fighting For explores how black student activists—young men and women— helped shape and resist the rightward shift and neoliberal foundations of American politics. This history adds to the literature on Black campus activism, Black Power studies, and the emerging histories of African American life in the 1980s.

Publication – Mercedes Pérez Montes (dir.), « Historia del Archivo de la Universidad Complutense de Madrid (1836-2006) », 2019.

Resumen. Los archivos, habituales fuentes de información para la Historia, pueden también convertirse en objeto de estudio. Conocer sus orígenes, su lugar dentro de las instituciones, su ubicación, las personas que los han servido, los fondos que se han ido incorporando y los que se han perdido irremediablemente, resulta imprescindible para comprender su presente. En el caso del Archivo de la Universidad Complutense de Madrid, era necesario dar un paso más allá. Para reconstruir su trayectoria, resulta ineludible asomarse a la evolución de las políticas educativas y archivísticas del país, y a la de la propia Universidad. Estas páginas intentan recoger todos estos aspectos, sin restar relevancia a su protagonista principal: el Archivo.

Publication – « Movimientos sociales y educación », revue Historia de la Educación, 2018 (Espagne)

PRESENTACIÓN

  • Movimientos sociales y educación

MONOGRAFÍA

ESTUDIOS

DOCUMENTACIÓN

Publication – Historical Studies in Education / Revue d’histoire de l’éducation, n° 32/1, 2019 (Canada)

Special Contribution

Focus on Higher Education

Articles

Publication – Historical Studies in Education / Revue d’histoire de l’éducation, n° 31/2, 2019 (Canada)

Articles

Publication – IJHE Bildungsgeschichte. International Journal for the Historiography of Education, n° 1/2020 (Allemagne)

Contributions

  • Merkverse, Lerngeschichten, Merkhände: Didaktische Praktiken im lateinischen Anfangsunterricht der Frühen Neuzeit [Memory devices, storytelling, and body mnemonics: Teaching Latin in early modern times]
  • How schools came to democratize merit, formalize achievement, and naturalize privilege: The case of the United States
  • « Balance of mind […] seems more necessary than the promotion of teaching machines » – Technology in Swiss schools in the 1960s
  • Transformative Theory of Bildung: A new chapter in the German tale of Bildung

Débats

  • The next generation of academics at the parting between academic technicians and social justice warriors