Publication – Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, “Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve au IIe siècle av. J.-C.”

Presses Universitaires de Rennes, 2019.

Cet ouvrage propose une comparaison des familles grecques et italiennes, du Ve au IIe siècle avant J.-C., afin de mettre en évidence leur grande variété comme leurs similitudes, leurs traits permanents comme leurs évolutions, et d’indiquer les directions prises aujourd’hui par les recherches pour en rendre compte. Ce sont ces multiples dimensions que cet ouvrage se donne pour objet de présenter, dans une démarche interdisciplinaire, comparative et didactique afin d’aider les candidats à l’agrégation d’histoire à bien préparer la question au programme.

Publication – Rebecca Swartz, “Education and Empire Children, Race and Humanitarianism in the British Settler Colonies, 1833–1880”

Palgave Macmillan, 2019.

This book tracks the changes in government involvement in Indigneous children’s education over the nineteenth century, drawing on case studies from the Caribbean, Australia and South Africa. Schools were pivotal in the production and reproduction of racial difference in the colonies of settlement.  Between 1833 and 1880, there were remarkable changes in thinking about education in Britain and the Empire with it increasingly seen as a government responsibility. At the same time, children’s needs came to be seen as different to those of their parents, and childhood was approached as a time to make interventions into Indigenous people’s lives. This period also saw shifts in thinking about race. Members of the public, researchers, missionaries and governments discussed the function of education, considering whether it could be used to further humanitarian or settler colonial aims. Underlying these questions were anxieties regarding the status of Indigenous people in newly colonised territories: the successful education of their children could show their potential for equality.

Publication – Aurélie Damet et Philippe Moreau, “Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve s. av. J.-C.-IIe s. av. J.-C.)”

Armand Colin, 2019.

La question du rapport entre famille et société, aux résonances si contemporaines, constitue le cœur de cet ouvrage. Le lecteur trouvera les définitions nécessaires pour saisir les « familles » grecque et romaine, les parentés de l’alliance et de la naissance, l’unité économique de production, la famille des droits et des devoirs. L’ouvrage offre une synthèse des différentes étapes de la vie en famille (naissance, mariage, adoption, funérailles), ces moments de sociabilité parfois générateurs de tensions, où s’entremêlent des intérêts autant familiaux que civiques : la famille s’inscrit dans la cité, qui la modèle, la contrôle et la surveille car elle en constitue la première unité. En puisant dans les sources dramaturgiques comme dans la documentation épigraphique, en croisant les théories philosophiques et les textes de loi, les auteurs ont souhaité offrir au lecteur un tableau synthétique et vivant des familles et des systèmes de parenté grecs et romains. Histoire du droit, histoire des sentiments, anthropologie de la parenté, histoire sociale, prosopographie, autant de méthodes réconciliées par le prisme familial que propose cette étude.

Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue “Histoire de l’éducation”

ENS Lyon/IFé

L’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient a connu depuis une dizaine d’années de profonds renouvellements. Les systèmes publics d’éducation, les réseaux scolaires missionnaires ou communautaires ou encore l’essor récent de l’enseignement supérieur ont particulièrement retenu l’attention. Ce numéro spécial « Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXsiècle à nos jours » a pour vocation de rendre compte de la fécondité de ces recherches aux spécialistes peu familiers de cette aire culturelle. Il propose tout d’abord une synthèse historiographique sur ce sujet. Il éclaire ensuite les contenus enseignés à travers des manuels d’éducation morale utilisé en Égypte au début du XXe siècle, l’enseignement de l’histoire du Soudan de 1900 à 1960 ou encore l’introduction de la sociologie à l’Université américaine de Beyrouth au début du XXe siècle. Deux autres articles portent sur l’enseignement professionnel à travers l’enseignement agricole en Palestine, Transjordanie et en Irak sous mandat britannique puis indépendants et l’enseignement industriel dans l’Égypte à la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de « Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue “Histoire de l’éducation” »

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), “Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire”

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

Publication – Quelques articles intéressants récemment parus dans diverses revues

Ressources – Nouveaux titres ENS éditions en libre-accès !

En avril 2019, 30 nouveaux titres ENS Éditions sont disponibles en accès ouvert HTML sur OpenEdition Books !

Publication : Armand Lattes, “Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire (1854-1941)”

Couverture de l’ouvrage : Armand Lattes, Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire 1854-1941. Nouveau Monde, 2019.

Résumé : prix Nobel de chimie en 1912, un an après Marie Curie, Paul Sabatier demeure étrangement méconnu en dehors de Carcassonne où il a vu le jour, et de Toulouse où il a enseigné pendant plus d’un demi-siècle. Les travaux de ce grand savant continuent pourtant de marquer la science d’aujourd’hui et ses applications : si les astronautes de la Station spatiale internationale n’ont pas besoin de se faire ravitailler en eau, c’est en effet grâce à un procédé catalytique qu’il a inventé il y a plus de cent ans.

Et derrière le chimiste, il y a un homme au parcours atypique. Issu d’un milieu modeste, il doit son ascension à son travail et aux organismes d’enseignement et de recherche de la République. Conservateur et profondément croyant, il a toujours été fidèle à ses idées malgré les conséquences qui en ont résulté pour sa carrière. Régionaliste, il a refusé tout poste parisien et a oeuvré toute sa vie pour aider au développement économique de sa région.

Paul Sabatier défie l’image couramment admise du savant. À travers cette biographie foisonnante, la première à lui être consacrée, Armand Lattes rend un hommage attendu à celui qui fut le pionnier de la chimie moderne.

Publication : Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) (Yves Denéchère dir., 2019)

Couverture de l’ouvrage : Yves Denéchère (dir.), Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) . Peter Lang, 2019.

Résumé : si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel des décolonisations et de leurs suites. Au second XXe siècle, les processus d’émancipation des peuples colonisés posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et postcolonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. L’intérêt de cet ouvrage est de mettre en avant les biopolitiques spécifiques aux enfants et aux jeunes qui ont émergé dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses. À l’instar des Colonial and Postcolonial Studies,il s’agitd’interroger les cultures postcoloniales et les articulations entre décolonisation et colonisation, notamment les prolongements de celle-ci dans celle-là. Pendant la décolonisation des empires français et belge et la construction de nouveaux États, les enfants et les jeunes ont été sujets de politiques voulues ou soutenues par des biopouvoirs et mises en œuvre par des protagonistes divers : armées, associations, humanitaires, colonialistes, nouvelles élites, militants, simples citoyens. Les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées ainsi que les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont bien entendu également mobilisées.

Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique”

Coordination : Yves Verneuil

Continuer la lecture de « Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique” »

Parution – Philippe Marchand, “Donnez-moi des nouvelles… Collèges et collégiens à travers les correspondances familiales (1767-1787)”

L’histoire des collèges d’Ancien Régime est aujourd’hui assez bien connue. Mais que sait-on des ambitions et de la logique des parents qui envoient leurs enfants en collège ? Que sait-on du point de vue des enfants ? Trois ensembles de lettres, écrites entre 1767 et 1787 à un moment où les questions d’éducation sont en débat, nous plongent dans une réalité intime et quotidienne et portent un éclairage original sur l’éducation des jeunes gens au XVIIIe siècle. À travers ces correspondances, des parents, des précepteurs et des principaux de collèges, quelques fois des élèves nous livrent leurs états d’âme : ambitions, stratégies, mais aussi angoisses et parfois indignation de pères et de mères inquiets pour l’avenir de leur progéniture.
Au-delà de leur intérêt pour l’historien de l’éducation, ces lettres qui appartiennent à cet âge d’or de la correspondance qu’a été le XVIIIe siècle procurent un réel plaisir de lecture.

Parution – Véronique Castagnet et Caroline Barrera (dir.), “Décider en éducation. Entre normes institutionnelles et pratiques des acteurs (du XVe siècle à nos jours)”

Historiens, archivistes, économistes, spécialistes en sciences de l’éducation ou en langues et cultures étrangères décomposent ici, dans toute leur épaisseur, les étapes de la prise de décision et ses modalités d’application à différentes époques et dans des contextes géographiques et politiques variés. Ils remettent en cause deux présupposés communément admis : la rationalité de la décision et sa linéarité. Avant la prise de décision apparaissent des stratégies, des méthodes, des débats parfois vifs, qui rendent visibles à l’historien les différents acteurs exerçant des fonctions d’administration, d’encadrement, ou étant accueillis dans les structures éducatives d’une part, et les enjeux, souvent divergents, des parties en présence d’autre part. Au final, la norme adoptée n’est pas obligatoirement appliquée de façon stricte : la mise en pratique peut diverger de l’intention initiale et des compromis émerger à l’échelle locale ou nationale en fonction d’une hiérarchisation des priorités.

Parution – Emmanuelle Peyvel (dir.), “L’éducation au voyage. Pratiques touristiques et circulations des savoirs” (PUR, 2018)

Prenant le contre-pied de clichés résumant le tourisme au fait de bronzer idiot, cet ouvrage démontre la richesse des apprentissages liés au tourisme. D’une part, il ressort que faire du tourisme s’apprend car sa pratique implique des compétences organisationnelles, relationnelles, langagières et techniques. D’autre part, les savoir-faire acquis en situation touristique peuvent être profondément utiles dans le cadre d’économies néo-libérales mondialisées s’ils sont construits au retour comme autant de profits économiques, culturels et sociaux internationalisés. Cette formation par et à la mobilité touristique est appréhendée par plusieurs disciplines : géographie, histoire, sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation et STAPS.

Parution – « Former la main-d’œuvre industrielle en France. Acteurs, contenus et territoires (fin XIXe et XXe) », Cahiers d’histoire du CNAM (Clair Juilliet et Michaël Llopart coord.)

Coordonné par Clair Juilliet et Michaël Llopart, ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam se penche, dans un dossier spécial (double volume) sur l’histoire de la formation professionnelle initiale et continue en milieu industriel (fin XIXe et XXe siècles), qui se situe au cœur des enjeux de la vie économique et sociale. Il contient également 2 varia : sur la médiation culturelle et la démocratie technique.

Parution – Charles-Édouard Harang, “Jeunes filles et jeunes gens catholiques. De la garçonne au mariage pour tous”

Il s’agit de comprendre les métaphores catholiques à travers le prisme de la jeunesse. Il s’agit de comprendre l’évolution de la place d’une religion majoritaire qui devient minoritaire dans sa pratique et moins influente culturellement. Qu’est-ce qui a changé, qu’est-ce qui a été maintenu ? Comment les catholiques conçoivent-ils la mixité ? Existe-t-il plusieurs approches ? 
Voici une analyse moins théorique qu’empirique basée sur des sources variées.

Parution – “Circulation des enseignants et chercheurs africains”, Revue d’anthropologie des connaissances

Parution – Xavier Riondet, Rita Hofstetter et Henri-Louis Go, “Les acteurs de l’Éducation nouvelle au XXe siècle Itinéraires et connexions” (PUG, 2018)

Jamais notre système éducatif n’a été autant remis en question que ces dernières années. Alors que la France régresse dans le classement PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), les pédagogies alternatives sont au coeur de l’actualité.
Depuis un siècle, le mouvement de l’Éducation nouvelle, regroupant une pluralité d’acteurs engagés, tente d’envisager d’autres modalités de socialisation et de scolarisation des jeunes générations. Seulement, pour savoir si ces pédagogies peuvent répondre indirectement aux défis de l’actualité, encore faut-il les connaître avec précision.
Cet ouvrage revisite un épisode marquant du monde de la pédagogie pendant l’entre-deux-guerres, par le prisme de son histoire et de ses acteurs. Les trajectoires et itinéraires (de vie, de formation, etc.) de Montessori, Claparède, Decroly, Freinet, Piaget, Makarenko, et d’autres moins célèbres sont ainsi mis en lumière. Ils nous permettent de mieux saisir leur vie, leur pensée, leurs apports, leurs réalisations, et la progression de leurs oeuvres qui se sont diffusées sous des formes multiples jusqu’à nous.

Parution – “L’histoire des disciplines : un champ de recherche en mutation”, Revue française de pédagogie

Continuer la lecture de « Parution – “L’histoire des disciplines : un champ de recherche en mutation”, Revue française de pédagogie »