Publication – Philippe Marchand (éd.), « Raconter la guerre. Souvenirs des élèves du département du Nord (1920) », à paraître aux PU du Septentrion.

En mai 1920, à l’occasion de la tenue à Lille d’une Exposition internationale pour la renaissance des régions libérées, Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille demande aux enseignants de répondre à un questionnaire, à leurs élèves de rédiger une composition française sur le thème de leurs souvenirs de la guerre et de faire le récit d’un épisode dramatique dont ils auraient été le témoin ou l’acteur. Ce sont les 152 compositions produites par les élèves des six arrondissements du département du Nord aux deux tiers occupés par les Allemands qui sont ici publiés. Conservées dans les fonds de La Contemporaine (Nanterre), elles n’ont jamais été exploitées systématiquement faute d’une publication, accompagnée d’un appareil critique.

Témoignages directs d’enfants pour certains, d’adolescents pour d’autres, elles ne sont pas une vision de la Première Guerre mondiale « par le petit bout de la lorgnette ». Elles rassemblent les souvenirs de jeunes témoins qui ont connu la mobilisation de membres de leurs familles. Le choc de l’invasion allemande avec ses pillages et ses exactions, le froid, la faim, les représailles les bombardements aériens… C’est ce qui fait de ces textes des documents attachants et surtout précieux pour saisir l’expérience de la guerre par de jeunes enfants. En même temps, ils mettent en lumière le rôle de l’École dans la construction de la mémoire de la Première Guerre Mondiale.

Publication – Arlette Capdepuy, « De la Jeunesse hitlérienne aux camps de prisonniers de l’Atlantique. Lettres de Wolfram Knöchel (1943-1948) », à paraître en 2020 aux PU Bordeaux.

Wolfram Knöchel appartient à cette génération d’Allemands porteurs du projet nazi avant de payer le prix fort de son échec. Lycéen enrôlé dans la Wehrmacht en 1943 après avoir été embrigadé dans les Jeunesses hitlériennes, il est fait prisonnier de guerre en mars 1945 par les Américains. Transféré aux Français et affecté dans le Sud-Ouest près du littoral atlantique, il se porte volontaire pour le déminage. Loin des siens restés dans la zone soviétique d’occupation, il doit surmonter ses souffrances physiques et morales. Libéré fin décembre 1947, il sort transformé de sa captivité. C’est ce processus que donnent à lire les quelque 170 lettres écrites à ses parents entre 1943 et 1948, miraculeusement conservées. On y suit ses réflexions, ses inquiétudes, ses doutes, son aveuglement aussi. Ce témoignage exceptionnel reflète la sortie de guerre d’un jeune soldat et inscrit son histoire personnelle dans celle, plus large, des rapports franco-allemands à un moment clef de l’histoire européenne.

Publication – Antonin Durand, « Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939) », à paraître en 2020 aux PU de Strasbourg.

En 1909, le banquier David Weill lançait la première Bourse de voyage permettant aux étudiants français, sans distinction de sexe, d’étudier un an à l’étranger. Cette porte ouverte sur l’Europe et sur le monde permit à une génération d’étudiantes – encore très minoritaires dans l’Université française – de découvrir le fonctionnement académique et la vie étudiante à l’étranger.

Ce volume regroupe neuf rapports de séjour rédigés par ces pionnières, nous offrant le témoignage de nouveaux savoirs, de pratiques de recherche et d’enseignement, mais aussi, plus généralement, de leurs impressions sur le monde de la première moitié du XXe siècle et sur la place nouvelle que les femmes y occupent.

À travers la mosaïque de pays et de disciplines qu’ils recouvrent – mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, économie –, ces documents offrent un nouveau regard sur les pratiques scientifiques dans le monde de l’entre-deux-guerres et sur la condition féminine au sein des élites savantes.

Publication – Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer

Editions du Signe, 2019.

Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer, Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 479 p. (ISBN 978-2-7468-3736-2, 25 €)

Résumé : le 12 novembre 1887, Gustave Stoskopf, un jeune homme de dix-huit ans, quitte Brumath, alors en Alsace allemande, et part à Paris pour y apprendre la peinture. Ces années d’apprentissage sont connues par la correspondance régulière qu’il entretient avec sa mère et par un récit autobiographique sur la vie d’artiste à ParisLa publication parallèle de ces deux documents inédits offre un témoignage sur l’enseignement des Beaux-Arts délivré à la fin du XIXe siècle dans les académies Colarossi et Julian, mais aussi à Munich où l’artiste fait un bref séjour en 1892. Au fil des lettres, c’est en même temps tout un vécu qui s’exprime, entre une mère inquiète, en attente de nouvelles, et un fils qui raconte et veut rassurer, entre un horizon assombri par la maladie incurable d’un fils cadet et les espérances du succès de l’aîné, entre la difficulté de vivre sous le régime prussien et celle d’être considéré comme un Allemand à Paris. Quant à la langue et à ses maladresses, elles témoignent également de ce moment de l’histoire d’Alsace et participe de l’émotion qui se dégage de cet échange.

Gustave Stoskopf (1869-1944) fera carrière à Strasbourg comme peintre, auteur dramatique, galeriste, patron de presse.

Parution – Philippe Marchand, « Donnez-moi des nouvelles… Collèges et collégiens à travers les correspondances familiales (1767-1787) »

L’histoire des collèges d’Ancien Régime est aujourd’hui assez bien connue. Mais que sait-on des ambitions et de la logique des parents qui envoient leurs enfants en collège ? Que sait-on du point de vue des enfants ? Trois ensembles de lettres, écrites entre 1767 et 1787 à un moment où les questions d’éducation sont en débat, nous plongent dans une réalité intime et quotidienne et portent un éclairage original sur l’éducation des jeunes gens au XVIIIe siècle. À travers ces correspondances, des parents, des précepteurs et des principaux de collèges, quelques fois des élèves nous livrent leurs états d’âme : ambitions, stratégies, mais aussi angoisses et parfois indignation de pères et de mères inquiets pour l’avenir de leur progéniture.
Au-delà de leur intérêt pour l’historien de l’éducation, ces lettres qui appartiennent à cet âge d’or de la correspondance qu’a été le XVIIIe siècle procurent un réel plaisir de lecture.

Ressources : La formation des maîtres en France, 1792-1990. Textes officiels

À la suite du succès rencontré par la base de données sur la formation des maîtres en France, depuis 1914 jusqu’à 1990, Marcel Grandière nous propose, en collaboration avec Rémi Paris, la mise en ligne de son premier répertoire publié il y a quelques années (disponible gratuitement en pdf).

Cet ajout vient augmenter la base de données dynamique en la complétant de plus de 1000 textes produits par la puissance publique (ministères, chambres parlementaires…), depuis 1792 jusqu’à 1914.

http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=toformation

La base donne l’intitulé de chacun d’eux. Les plus importants, ceux qui témoignent d’une inflexion, qui ouvrent une ère nouvelle, sont donnés en extraits ou in extenso.

Ressources : La formation des maîtres en France, 1914-1990. Textes officiels

Marcel Grandière avait dirigé et publié il y a quelques années un premier répertoire sur la formation des maîtres du premier degré en France de 1792 à 1914 (Disponible gratuitement en pdf).

Il nous propose aujourd’hui, en collaboration avec Rémi Paris, une suite sous forme d’une base de données dynamique, depuis 1914 jusqu’à 1990 :

http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=toformation

Près de 4000 textes produits par la puissance publique (ministères, chambres parlementaires…) ont été répertoriés. La base donne l’intitulé de chacun d’eux. Les plus importants, ceux qui témoignent d’une inflexion, qui ouvrent une ère nouvelle, sont donnés en extraits ou in extenso.

Sources : les textes officiels de l’Éducation nationale à la bibliothèque du CAPHÉS (Paris)

La riche collection des textes officiels de l’Éducation nationale de l’ancien Service d’histoire de l’éducation a été déposée au CAPHÉS (UMS 3610 CNRS-ENS), situé dans les anciens locaux parisiens de l’INRP.

L’ensemble est composé des recueils suivants :

  • Bulletin universitaire, 1828-1849
  • Bulletin administratif de l’Instruction publique, 1850-1863
  • Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique, 1863-1902 (12 volumes couvrant la période 1802-1900)
  • Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 1864-1932
  • Recueil des lois et actes de l’Instruction publique, 1848-1891
  • Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 1945-1974

Ces documents sont consultables à la bibliothèque du CAPHÉS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris, au rez-de-chaussée à droite après l’accueil.
Horaires de consultation : du lundi au vendredi : 9h-12h30 ; 13h30-18h (le vendredi 17h).