Soutenance d’HDR – Stéphane Lembré, « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail », 8 janvier 2022.

Stéphane Lembré soutiendra son HDR le samedi 8 janvier 2022 à 13h30 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le dossier est intitulé : « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail ».

Il comprend un mémoire de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : « Le retour de l’apprentissage. Une institution du travail et son financement au XXe siècle : jalons pour l’histoire d’une voie française à l’aune des expériences européennes et mondiales ».

Le jury sera composé de :

  • M. Jean-François Chanet, Professeur des universités, Institut d’études politiques de Paris, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté
  • Mme Carole Christen, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie
  • Mme Isabelle Lespinet-Moret, Professeure des universités, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante)
  • M. Xavier Vigna, Professeur des universités, Université Paris Nanterre
  • M. Laurent Warlouzet, Professeur des universités, Sorbonne Université
  • M. Steven Zdatny, Professeur, Université du Vermont, États-Unis

Celles et ceux qui souhaiteraient assister à cette soutenance, à distance, de le signaler rapidement à Stéphane Lembré (stephane.lembre [at] univ-lille.fr).

Composition du dossier

Le mémoire de synthèse (vol. 1) revient sur un parcours de recherche et d’enseignement, au prisme des relations entre apprentissage, métier et histoire.

Le mémoire inédit (vol. 2) aborde l’histoire de l’apprentissage en France au XXe siècle, en interrogeant le passage d’un mode de formation jugé en crise au début du siècle à une voie de formation à laquelle, depuis les années 1980 et plus encore aujourd’hui, de nombreuses vertus sont prêtées en vue de l’insertion professionnelle. Le financement de l’apprentissage fournit le fil directeur d’une réflexion qui restitue l’expérience française dans une perspective transnationale et analyse le rôle d’acteurs multiples.

Le recueil de travaux (vol. 3) est structuré en quatre parties : histoire et historiographie de l’enseignement technique ; régulations économiques et pouvoirs politiques sur les territoires ; acteurs de l’éducation et de la formation ; métiers, savoirs et savoir-faire. L’ensemble constitué de 21 textes aborde les XIXe et XXe siècles et se décline du local au global.

Soutenance de doctorat – Dalia Khalil, “Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)”, ENS Lyon, déc. 2021

Dalia Khalil a soutenu sa thèse de doctorat en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, spécialité histoire de l’éducation, intitulée : 

Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)

Cette thèse est dirigée par Philippe Savoie et co-encadré par Frédéric Abécassis et sera présentée devant un jury composé de : 

  • Laura Abou Haidar, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Rapporteure
  • Jean-François Fau, Professeur, Université Senghor Alexandrie, Rapporteur
  • Sylvia Chiffoleau, Directrice de recherche, UMR LARHRA, Examinatrice
  • Daniel Lançon, Professeur des universités émérite, Université Grenoble Alpes, Examinateur
  • Frédéric Abécassis, Maître de conférences, École normale supérieure de Lyon, Co-encadrant
  • Philippe Savoie, Professeur des universités, École normale supérieure de Lyon, Directeur de thèse

La soutenance a eu lieu le lundi 13 décembre à 14h30 à l’ENS Lyon, à la salle D2-012.

Résumé de la thèse :

Le statut du français en Égypte a toujours été lié à la situation politique générale du pays. Bien que la langue française n’ait jamais été reconnue comme langue officielle en Égypte, elle a longtemps été considérée comme la première langue étrangère de communication internationale. De ce fait, elle a bénéficié d’un statut privilégié et unique dans les grandes villes du pays telles que Le Caire et Alexandrie. Cette étude s’est donnée pour objectif d’utiliser le fonds Leprettepour faire apparaître et analyser le rôle de la France dans l’enseignement public égyptien au cours du XXe siècle, plus précisément entre 1919 et 1956.

Enseignant, puis inspecteur, Fernand Leprette a été en relation avec l’ensemble des enseignants de français (français et égyptiens), recueillant attentivement leurs témoignages et répondant à leurs demandes. Sa correspondance avec les enseignants de français, ses rapports de visites dans les différents établissements éducatifs du pays, ses notes, ses articles et ses comptes-rendus, sont autant de sources d’informations.

La position de Fernand Leprette, entre vie littéraire francophone égyptienne et réseau éducatif national, lui permettait d’avoir un regard averti sur le niveau du français en Égypte et sur l’ampleur de sa présence. En 1922 et comme conséquence de l’occupation britannique, c’est un malaise profond que vivaient les inspecteurs de l’Éducation nationale et les autorités françaises, en constatant le bas niveau des étudiants en français. Pour tous, des réformes s’imposaient, qui nécessitaient de nouvelles réglementations concernant l’enseignement et l’apprentissage de cette langue. C’est dans ce cadre que se situe notre recherche qui se propose de suivre l’évolution du français en Égypte depuis son implantation, au début du XIXsiècle, jusqu’en 1956. Et cela à travers le rôle qu’a eu Fernand Leprette au ministère de l’Instruction publique.

Soutenance de doctorat – Lucas Profillet, “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”, Université de Franche-Comté, 2021

Lucas Profillet a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation le mercredi 8 décembre 2021, à 14h, au sein de l’Université de Franche-Comté.

Cette thèse est intitulée “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”.

Les membres du jury sont :

  • Anne-Marie CHARTIER, Maîtresse de conférences Honoraire, ENS de Lyon | Examinatrice
  • Pascale GARNIER, Professeure des universités, Université Sorbonne Paris Nord | Présidente du jury
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur des universités, Université de Paris Nanterre | Rapporteur
  • Sébastien LAFFAGE-COSNIER, Maître de conférences-HDR, Université de Franche-Comté | Co-directeur
  • Anne MARCELLINI, Professeure associée, Université de Lausanne | Rapporteure
  • Bertrand TILLIER, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne | Examinateur
  • Christian VIVIER, Professeur des universités, Université de Franche-Comté | Co-directeur

Soutenance d’HDR – Jérôme Krop, “Contribuer à l’histoire de la scolarisation de masse et de ses représentations sociales”, 13 déc. 2021

Jury :

  • Jean-François Condette – Membre Professeur en Histoire contemporaine. Université d’Artois
  • Sarah Croché – Rapporteur Professeur en Sciences de l’éducation et de la formation. Université Picardie Jules Verne
  • Ismaïl Ferhat – Rapporteur Professeure en Sciences de l’éducation et de la formation. Université Paris Nanterre
  • Bruno Garnier – Membre Professeur en Sciences de l’éducation et de la formation. Université de Corse Pascal Paoli
  • Laurent Gutierrez – Garant Professeur en Sciences de l’éducation et de la formation. Université Paris Nanterre
  • Rita Hofstetter – Membre Professeure ordinaire en Histoire de l’éducation. Université de Genève
  • André-D. Robert – Rapporteur Professeur émérite en Sciences de l’éducation et de la formation. Université Lumières-Lyon 2
  • Rebecca Rogers – Membre Professeur en Sciences de l’éducation et de la formation. Université de Paris

Tome 1 : Note de synthèse Tome 2 : Recueil de publications

Le premier tome de cette HDR constitue une synthèse de mon parcours de chercheur depuis l’étude de la première génération des instituteurs et institutrices des écoles publiques de la Seine, entrés dans l’enseignement entre 1870 et 1886 jusqu’à mes travaux les plus récents sur la massification du second degré des années 1960 aux années 1990. Rétrospectivement, ce parcours fait apparaître divers chantiers historiques sur lesquels cette HDR revient, à savoir :

  • La reconstitution du champ social de l’enseignement primaire de la Seine en croisant le travail historique sur les dossiers d’instituteurs avec des concepts empruntées à la sociologie ;
  • La réévaluation de la modernisation impliquée par la naissance du modèle scolaire républicain dans la Seine, grâce à l’observation de l’évolution des conditions d’enseignement, mais aussi par l’étude de la relation entre maître et élève, en abordant la question de la violence des maitres à la fin du XIXe siècle ;
  • L’étude des conséquences de l’idéologie méritocratique sur l’organisation pédagogique de l’école primaire républicaine.
  • Les recherches institutionnelles, menés à la DEPP du ministère de l’Éducation nationale, sur l’évaluation des acquis des élèves en histoire-géographie depuis 2006 ;
  • L’analyse statistique de la massification du second degré et l’étude des représentations sociales qu’elle a suscitées, en exploitant les archives télévisuelles.

Le second tome de cette HDR est essentiellement composé de textes publiés dans des revues à comité de lecture (Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, Histoire de l’éducation, Spirale – Revue de recherches en éducation, Revue d’histoire moderne et contemporaine), qui permettent de souligner à la fois la diversité des objets étudiés et la cohérence méthodologique de l’exploitation de ces sources originales.

Ces textes correspondent aux différentes thématiques abordées dans le premier tome, de la structuration du champ de l’enseignement primaire reconstitué par le prisme de la nomination des directeurs d’écoles dans la Seine jusqu’au le rôle de l’idéologie méritocratique dans l’usage massif du redoublement dans les écoles primaires urbaines sous la IIIe République ; de l’étude des représentation télévisuelles de l’orientation scolaire au collège entre 1965 et 1981 ou de l’essor des baccalauréats professionnels de 1985 à 2007.

Les travaux réalisés sur les données statistiques du ministère de l’Éducation nationale sur la massification scolaire ou la publication prospective sur les panels d’élèves de la DEPP, potentielle source historique, soulignent les prolongements possibles de la démarche consistant à confronter données statistiques et analyse qualitative des archives.

Soutenance d’HDR – Fabienne Serina-Karsky, “Vers une pédagogie du bien-être pour une communauté éducative inclusive. Histoires et perspectives”

Fabienne SERINA-KARSKY a soutenu son Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’éducation et de la formation le mardi 9 novembre 2021 à 14 heures. Elle a pour titre :

Vers une pédagogie du bien-être pour une communauté éducative inclusive. Histoires et perspectives.  

La présentation s’est déroulée à l’Université de Montpellier 3, Site Saint-Charles, Salle des Actes, 1 Place Albert 1er (Tram ligne 1 – Station Albert 1er St Charles). 

Le jury est composé de :  

  • Bruno GARNIER, PU, Université de Corse Pascal Paoli 
  • Laurent GUTIERREZ, PU, Université Paris Nanterre, Rapporteur  
  • Martine JANNER-RAIMONDI, PU, Université Sorbonne Paris Nord, Rapporteur 
  • Béatrice MABILON-BONFILS, PU, CY Cergy Paris Université, Rapporteur  
  •  Augustin MUTUALE, PU, Institut Catholique de Paris, Garant 
  • Sylvain WAGNON, PU, Université de Montpellier, Garant 

Soutenance de doctorat – Mélanie Fabre, “La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880-1914)”, EHESS, 2021

Mélanie Fabre soutiendra sa thèse pour le doctorat en histoire à l’EHSS ; ce travail est intitulé :

La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880 – 1914)

  • Cette thèse dirigée par Vincent Duclert (EHESS) et Rebecca Rogers (Université de Paris) sera présentée devant un jury composé de :
  • Céline Béraud, directrice d’études HDR à l’EHESS, examinatrice
  • Patrick Cabanel, directeur d’études HDR à l’EPHE, examinateur
  • Carole Christen, professeure à l’Université le Havre-Normandie, rapporteure
  • Florence Rochefort, chargée de recherche au CNRS, examinatrice
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon II, rapporteur

La soutenance aura lieu en mode hybride le jeudi 25 novembre à partir de 14 heures à l’EHESS avec une jauge qui ne permet pas d’ouvrir la soutenance en présentiel au public. Les personnes qui souhaiteraient y assister à distance pourront suivre le lien ci-après en maintenant leur micro et caméra éteints durant la soutenance (mode : “écoute seule”) : https://websoutenance.ehess.fr/b/fab-pl9-jhbN’hésitez pas à m’écrire pour plus d’informations !

Résumé de la thèse :

Située au carrefour de l’histoire des intellectuels, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des femmes et du genre, cette thèse étudie la trajectoire d’une dizaine de femmes engagées dans la construction de l’école laïque sous la Troisième République, entre la période des lois scolaires et la Grande Guerre. Le but est d’analyser leur construction en tant qu’intellectuelles, tout d’abord en étudiant la manière dont elles accèdent à la culture savante, ensuite en analysant la façon dont elles mobilisent leur capital scolaire et leur expérience professionnelle dans l’instruction pour exprimer publiquement un point de vue critique. Il s’agit ainsi d’analyser leur contribution aux débats qui secouent la Troisième République, dans un contexte où l’instruction laïque cristallise les controverses.La trajectoire personnelle et les engagements de ces femmes seront analysés à l’aune de la crise dreyfusarde, qui constitue une injonction à l’action et une période de refondation de la culture républicaine dans un contexte de « Guerre des deux France » marqué par la rivalité entre école laïque et école catholique. Leur parcours sera aussi étudié au prisme de la poussée féministe qui marque le passage du xixᵉ au xxᵉ siècle en questionnant l’institution scolaire.

Ce travail s’intéresse à quelques personnalités, jusqu’alors méconnues de l’historiographie, qui évoluent dans le monde de l’instruction, qui s’engagent au quotidien dans leur profession, mais qui posent souvent la craie pour tremper leur plume dans l’encre de la polémique, sans hésiter parfois, n’en déplaisent aux détracteurs des « femmes savantes », à monter à la tribune.

Soutenance d’HDR – Marianne Thivend, “De l’école de Ferry aux cours de comptabilité pour les femmes : contribution à la fabrique du genre, XIXe-XXe siècles”.

J’ai le plaisir de vous faire part de ma soutenance d’habilitation à diriger des recherches, qui se tiendra mardi 14 décembre à 9h30, en salle des thèses du Campus Saint-Germain-des-Prés, Université de Paris (45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris).

Le dossier est intitulé « De l’école de Ferry aux cours de comptabilité pour les femmes : contribution à la fabrique du genre, XIXe-XXe siècles »

Le jury est composé de :

  • Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille (rapporteur)
  • Renaud d’Enfert, Professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne (rapporteur)
  • Mme Françoise L. Laot, Professeure des universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis (présidente)
  • Mme Claire Lemercier, Directrice de recherches au CNRS, Centre de sociologie des organisations (rapportrice)
  • Mme Manuela Martini, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2
  • Mme Rebecca Rogers, Professeure des universités, Université de Paris (garante)

Le dossier soumis à l’examen du jury comprend un mémoire de synthèse, un recueil d’articles et un mémoire inédit intitulé : « Des femmes qui comptent. Le genre de l’enseignement commercial, France, seconde moitié du XIXe siècle ».

La soutenance se tiendra en format hybride. Une trentaine de places sera disponible dans la salle, après contrôle du pass sanitaire. Compte tenu de ces contraintes, je vous remercie par avance de bien vouloir me prévenir par mail (marianne.thivend [at] univ-lyon2.fr) si vous souhaitez être présent·es ou recevoir le lien Zoom.

Soutenance d’HDR – “Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989)”, Julien Cahon, UPJV

Julien Cahon soutiendra son habilitation à diriger les recherches, intitulée :

“Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989)”. 

le samedi 18 septembre à 9h, à Amiens (pôle Cathédrale de l’UPJV), amphithéâtre Beccaria, devant un jury composé de :

  • Me. Noëlline Castagnez, professeur des universités, Université d’Orléans
  • M. Jean-François Condette, professeur des universités, Université de Lille (rapporteur)
  • M. Bruno Garnier, professeur des universités, Università di Corsica Pasquale Paoli (rapporteur)
  • Me. Rita Hofstetter, professeur ordinaire, Université de Genève
  • M. Alain Maillard, professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne
  • M. Bruno Poucet, professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne (garant et rapporteur)
  • M. André D. Robert, professeur des universités émérite, Université Lumière Lyon 2 (président du jury)
Continuer la lecture de « Soutenance d’HDR – “Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989)”, Julien Cahon, UPJV »

Soutenance d’HDR – Séverine Parayre, “De l’hygiène au bien-être. Socio-histoire de la santé en éducation et pédagogie du care”, 2021

Séverine Parayre a soutenu son habilitation à diriger les recherches le jeudi 25 mars de 14h à 18h30 (en visioconférence), devant un jury composé de Mesdames et Messieurs les Professeurs :  

  • Pr. Maryvette BALCOU-DEBUSSCHE, Université de la Réunion, Laboratoire Icare (EA 7389) (rapporteur)  
  • Pr. Emérite Dominique BERGER, Université Claude Bernard Lyon 1/INSPE, Laboratoire P2S (EA 4129) (rapporteur)  
  • Pr. Rémi GAGNAYRE, Université Sorbonne Paris Nord, Laboratoire LEPS (UR 3412) (examinateur)   
  • Pr. Martine JANNER-RAIMONDI, Université Sorbonne Paris Nord, Laboratoire Experice (EA 3971) (garante)  
  • Pr. Didier JOURDAN, Université de Clermont Auvergne, Laboratoire ACTé (EA 4285) (examinateur)  
  • Pr. Augustin MUTUALE, Institut Catholique de Paris, Unité de recherche Religion, Culture et Société (EA 7403), chercheur associé au laboratoire Experice EA 3971 (garant)  
  • Pr. Didier NOURRISSON, Université Claude Bernard Lyon 1/INSPE, Laboratoire LARHRA (UMR 5190) (examinateur)    
  • Pr. Gabriele WEIGAND, Université de Karlsruhe, Allemagne (rapporteur)  

Soutenance d’HDR – Carole Christen, “A l’école du soir. Une histoire sociale et politique des cours d’adultes (1815-1870)”, 2021

Carole Christen soutient son habilitation à diriger les recherches :

Des caisses d’épargne aux cours du soir : variations historiques autour de la question sociale au XIXe siècle

La soutenance aura lieu le samedi 16 janvier 2021 à 9 h en visio-conférence, devant un jury composé de :

  • Sylvie Aprile, professeure à l’Université Paris Nanterre,
  • Jean-François Chanet (garant), professeur à l’Institut d’études politiques de Parisrecteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon
  • Christophe Charle, professeur émérite à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
  • Renaud d’Enfert, professeur à l’Université de Picardie Jules Verne
  • Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris Descartes
  • Danièle Tosato-Rigo, professeure à l’Université de Lausanne

Le dossier soumis à l’examen du jury comprend un mémoire de synthèse, un recueil d’articles et un mémoire inédit intitulé :

A l’école du soir. Une histoire sociale et politique des cours d’adultes (1815-1870)

Les personnes qui souhaitent assister à la soutenance, peuvent contacter Carole Christen (carole.christen [at] univ-lille.fr) pour qu’elle leur envoie le lien zoom d’invitation.

Soutenance de doctorat – Anne Renoux, La créativité en éducation physique : entre expérience(s) et instrumentalité (1960-2020)

Le lundi 14 décembre 2020, Anne Renoux soutiendra sa thèse :

La créativité en éducation physique : entre expérience(s) et instrumentalité (1960-2020)

Le jury sera composé de :Isabelle Capron-Puozzo, Professeure-formatrice, Haute école pédagogique du Valais (Examinatrice)

Ghislain Carlier, Professeur émérite, Université catholique de Louvain (rapporteur)
Julien Fuchs, Professeur des universités, Université de Bretagne occidentale (directeur de thèse)
Jérôme Guérin, Professeur des universités, Université de Bretagne occidentale (directeur de thèse)
Margarida Romero, Professeur des universités, Université Côte d’Azur (Examinatrice)
Magali Sizorn, Maîtresse de conférence, Université de Rouen Normandie (Examinatrice)
Joris Thiévenaz, Professeur des universités, Université Paris-Est Créteil (rapporteur)

La soutenance se déroulera à 14h en visioconférence depuis la Faculté des Sciences du sport et de l’éducation de l’Université de Bretagne occidentale à Brest. Si vous souhaitez y assister à distance, merci prendre contact avec Anne Renoux.

Résumé de la thèse:

Ce travail de recherche prend pour objet d’étude la notion de créativité en éducation physique et sportive. La thèse propose une conceptualisation de la notion d’« agir créatif » associant le concept d’expérience (Dewey, 1938) et le paradigme de l’activité (Billeter, 2012). L’agir créatif se caractérise par une instrumentalité authentique au service de l’expérience. Cette notion sert d’outil d’analyse des différentes représentations de la créativité des enseignants d’éducation physique. L’étude se fonde sur une analyse socio-historique et épistémologique de la revue professionnelle d’éducation physique Revue EP&S ainsi que sur une enquête réalisée auprès des enseignants d’EPS. L’analyse met en évidence trois périodes qui structurent les représentations de la créativité en éducation physique, de 1960 à 2020, entre expériences et instrumentalité. Dans la période contemporaine, la créativité est majoritairement associée aux pratiques artistiques. L’enquête fait également ressortir une importante demande en termes de formation artistique de la part des enseignants. Les arts du cirque constituent alors une entrée dans les pratiques artistiques susceptible de favoriser l’appropriation d’un processus de création par les enseignants d’EPS. La notion d’agir créatif peut ici constituer un outil dans le cadre de la formation des enseignants à la créativité.

Soutenance d’HDR – “Educations, laïcités et religions, mondialisations (XIXe-XXIe siècles). Relier les histoires”, Charles Mercier

Le 2 septembre dernier, Charles Mercier a soutenu son habilitation à diriger les recherches :

ÉDUCATIONS, LAÏCITÉS ET RELIGIONS, MONDIALISATIONS (XIXe-XXIe SIÈCLES). RELIER LES HISTOIRES

Il contient un mémoire inédit de recherche : Une histoire globale des Journées mondiales de la jeunesse de Jean-Paul II (1984-2002)

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Badel, Professeur des universités, Paris 1 Panthéon Sorbonne (garante)
  • M. Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille
  • Mme Ruth Harris, Senior Research Fellow, University of Oxford
  • M. Régis Malet, Professeur des universités, Université de Bordeaux
  • M. Denis Pelletier, Directeur d’études, École pratique des hautes études
  • M. Philippe Portier, Directeur d’études, École pratique des hautes études

Soutenance de doctorat – Marie-Charlotte Allam, “Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français”, Université Grenoble Alpes.

Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français

Résumé :

Cette thèse porte sur l’histoire des pratiques, des mobilisations collectives et des politiques en faveur de pédagogies qui se revendiquent comme alternatives à l’enseignement public français depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2005. Articulant une perspective de sociologie de l’action publique avec la sociologie et l’histoire de l’éducation, elle contribue à une socio-histoire du militantisme pédagogique en lien avec les transformations contemporaines des politiques scolaires et du système éducatif. La thèse étudie les interactions entre l’institutionnalisation d’une politique d’innovation dans l’Education nationale, les logiques d’appropriation par les enseignants qui l’investissent, et ses effets sur leurs pratiques pédagogiques. Pour ce faire, l’enquête se déploie sur deux terrains : elle combine l’ethnographie historique de l’expérience socio-éducative des écoles de la Villeneuve de Grenoble avec l’étude de l’élaboration de la politique nationale d’innovation et d’expérimentation par l’administration centrale.
L’analyse montre que cette politique introduit des instruments de gouvernement à distance des conduites pédagogiques, et fait reposer la responsabilité du changement éducatif sur les enseignants. Dans les écoles expérimentales de la Villeneuve, ceux-ci interprètent les normes et les instruments de la politique d’innovation au prisme de leur politisation ; ils déploient alors différentes stratégies (allant de de la résistance à l’adhésion) en vue de perpétuer leur fonctionnement pédagogique et organisationnel face aux nouvelles contraintes institutionnelles. Ce faisant, cette “mise en administration” réoriente leurs engagements pédagogiques et militants et transforme leurs pratiques éducatives.

La soutenance a eu lieu lundi 21 septembre à 14h dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université Grenoble-Alpes (tram B, arrêt Bibliothèques-Universitaires).

Jury :

  • Bertrand GEAY, Professeur en science politique, Université de Picardie-Jules Verne (rapporteur)
  • Guillaume GOURGUES, Maître de conférences en science politique,  Université Lumière-Lyon II
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur en sciences de l’éducation, Université Paris-Nanterre (rapporteur)
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche au CNRS, Pacte, Grenoble (directrice)
  • Françoise LANTHEAUME, Professeure en sciences de l’éducation, Université Lumière-Lyon II
  • Emmanuel TAÏEB, Professeur en science politique, Sciences Po Lyon (directeur)
  • Agnès VAN ZANTEN, Directrice de recherche au CNRS, LIEPP, Paris

Soutenance de doctorat – Guillaume Roubaud-Quashie, “Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires”, Université Paris 1, 2020.

Soutenance de thèse de Guillaume Roubaud-Quashie  initialement prévue le 12 mai 2020, est reportée le 22 juin 2020  :

“Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires”

Jury :

  • Mme Ludivine Bantigny, maîtresse de conférences (HDR) à l’Université de Rouen-Normandie
  • M. Michel Dreyfus, directeur de recherche émérite au CNRS
  • Mme Nathalie Ponsard, maîtresse de conférences (HDR) en histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne, rapporteure
  • M. Michel Pigenet, professeur émérite d’histoire contemporaine de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, directeur
  • M. Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, rapporteur
  • Mme Susan B. Whitney, associate professor à l’Université de Carleton (Canada)
Continuer la lecture de « Soutenance de doctorat – Guillaume Roubaud-Quashie, “Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires”, Université Paris 1, 2020. »

Soutenance de doctorat – Véra Léon, “On ne naît pas photographe, on le devient. Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982)”, Université de Paris, 2020.

Soutenance électronique de la thèse de doctorat de Véra Léon, intitulée : “On ne naît pas photographe, on le devient. Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982)”.

La soutenance, initialement programmée le samedi 21 mars, aura lieu le 1er juillet à 9h30 en visioconférence devant un jury composé de :

  • Renaud d’Enfert Professeur des universités, Université de Picardie-Jules Verne, rapporteur
  • Christian Joschke Maître de conférences, Université de Paris Nanterre, co-directeur
  • Françoise Laot Professeure des universités, Université de Reims Champagne-Ardenne, rapporteur
  • Juliette Rennes Maîtresse de conférences, École des hautes études en sciences sociales
  • Rebecca Rogers Professeure des universités, Université de Paris, directrice
  • Giovanna Zapperi Professeure des universités, Université de Tours

Pour recevoir le lien de connexion pour pouvoir y assister en ligne, je vous invite à confirmer votre présence électronique sur cette liste: https://framaforms.org/soutenance-electronique-de-vera-leon-mercredi-1er-juillet-2020-1592482133

Thèse soutenue – Écoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Le 29 novembre 2019, Jean-Yves Julliard a soutenu sa thèse

Ecoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Composition du jury :
  • Mme ANNE-MARIE GRANET-ABISSET, Professeur, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Directeur de these
  • M. Serge BRUNET, Professeur, UNIVERSITE MONTPELLIER 3, FRANCE – Rapporteur
  • Mme Marguerite FIGEAC-MONTHUS, Professeur, UNIVERSITE DE BORDEAUX, FRANCE – Rapporteur
  • M. Christian SORREL, Professeur, UNIVERSITE DE LYON 2, FRANCE – Examinateur
  • Mme Carole CHRISTEN-LECUYER, Maître de Conférences, UNIVERSITE DE LILLE, FRANCE – Examinateur
  • M. Pierre JUDET, Maître de Conférences, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Examinateur
  • M. Serge TOMAMICHEL, Maître de Conférences, UNIVERSITE LYON 2, FRANCE – Examinateur
Extrait du résumé
Dans le premier XIXe siècle, en l’absence d’intervention directe de l’Etat sarde pour organiser le tissu scolaire élémentaire, des structures éducatives sont mises en place à l’initiative des populations et du clergé. Par leur caractère plus ou moins formel et leur dissémination elles constituent une nébuleuse scolaire. Dans les montagnes, héritage d’un mouvement de scolarisation commencé sous l’Ancien Régime, les populations figurent parmi les plus alphabétisées du royaume de Piémont-Sardaigne. Cela tient à leur forte demande d’instruction, fruit d’une économie ouverte que symbolise notamment l’ampleur des migrations économiques. Originalité des hautes terres de la Savoie, cette demande sociale se concrétise par l’importance du phénomène des fondations, réalisées notamment par des expatriés, et la densification du tissu scolaire jusque dans les hameaux. Rien n’exprime mieux ce désir d’instruction que la création d’associations villageoises sur le modèle des consortages économiques, le recrutement local des maîtres et l’organisation d’écoles temporaires en prises avec les configurations économiques et sociales territoriales.
C’est une histoire sociale des territoires de montagne dans ce long premier 19ème siècle examiné àpartir du prisme de l’école dont il est question, analysé de manière fine et précise à partir d’un corpus de sources largement inédites.

Soutenance de thèse – “Une histoire des enseignants dahoméens”, Victorine-Michælina Yaya

Nous vous annonçons la soutenance de thèse de doctorat en Sciences de l’Éducation de Victorine-Michælina Yaya:

Une histoire des enseignants dahoméens/béninois (1945- 2015). La formation au défi des évolutions politiques

présentée et soutenue publiquement le 25 novembre 2019 à 14h, devant un jury composé de :
BLUM Françoise, HDR, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteur) ; CONDETTE Jean-François, Professeur des Universités, Université d’Artois (Rapporteur);
GAUTHIER François-Roger, Professeur associé, Université Paris V ;
MALET Régis, Professeur des Universités, Université de Bordeaux ;
ROGERS Rebecca, Professeure des Universités, Université Paris V (Directrice).

Soutenance de thèse – “Vichy face au corps enseignant”, Juliette Fontaine

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Juliette Fontaine:

« Vichy face au corps enseignant. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire ». 

La soutenance aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 à 14h en salle 2 du centre Panthéon de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (12 place du Panthéon, 75005, Paris). 

Le jury sera composé de :

Brigitte Gaïti, Professeure des universités, CESSP, Université Paris 1, Directrice de thèse
Bertrand Geay, Professeur des universités, CURAPP, Université de Picardie, Rapporteur
Patricia Legris, Maîtresse de conférences, TEMPORA, Université Rennes 2, Examinatrice
Francine Muel-Dreyfus, Directrice d’études à l’EHESS, Examinatrice
Jay Rowell, Directeur de recherche, CNRS – SAGE, Rapporteur

Résumé : Sous Vichy, une réforme de l’institution scolaire en rupture avec l’École républicaine est affichée comme prioritaire par les gouvernants du nouveau régime et des décisions sont prises en ce sens : les principes de la citoyenneté affirmés dans les lois Jules Ferry et les acquis démocratiques de l’entre-deux-guerres sont contestés. Comment et à quelles conditions le Gouvernement de Vichy a-t-il réformé le secteur de l’éducation alors que le corps enseignant sur lequel reposent les politiques scolaires sous la Troisième République lui est majoritairement hostile ? C’est la question à laquelle cette thèse propose de répondre, dans la continuité des travaux qui critiquent la mise à distance de la dimension politique de l’action publique et qui interrogent les tournants de l’action publique notamment dans des contextes autoritaire et d’alternance politique. Pour ce faire, la thèse retrace la fabrique des politiques scolaires sous Vichy, de leur émergence à leur mise en œuvre, en prêtant attention aux configurations historiques et polico-administratives particulières dans lesquelles elles s’inscrivent. En nous appuyant principalement sur l’analyse de revues professionnelles et militantes, d’archives nationales et départementales, ainsi que de biographies et de mémoires d’instituteurs, nous montrons d’une part que les changements impulsés par Vichy sont préparés sous la Troisième République et trouvent leur fondement dans des alliances nouées entre de futurs dirigeants du régime et une branche conservatrice et minoritaire du groupe enseignant ; nous montrons d’autre part que même si le nouveau régime se donne pour priorité le renouvellement du corps enseignant, les pratiques professionnelles et les habitus des instituteurs sur le terrain entravent les politiques décidées au sommet de l’État français. Au final, cette thèse contribue plus largement à la réflexion sur les capacités réformatrices et les limites du volontarisme politique. 

Soutenance de thèse – La sexualité comme enjeu éducatif. Sociologie historique d’une politique scolaire, Gauthier Fradois

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Gauthier Fradois:
 
La sexualité comme enjeu éducatif. Sociologie historique d’une politique scolaire
 
Elle aura lieu le mercredi 4 décembre à partir de 13h30 à l’Université Paris Nanterre en F141 (bâtiment Simone Veil, 200 avenue de la République 92000 Nanterre).
 
Le jury est composé de :
 
Nathalie Bajos, Directrice de recherche, INSERM
Anne-Cécile Douillet, Professeure de science politique, Université de Lille (rapporteure)
Laurent Gutierrez, Professeur de sciences de l’éducation, Université Paris Nanterre
Christophe Le Digol, Maître de conférences de science politique, Université Paris Nanterre (codirecteur)
Virginie De Luca Barrusse, Professeure de démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (rapporteure)
Bernard Pudal, Professeur émérite de science politique, Université Paris Nanterre (codirecteur)
 
Résumé :
 
Objet d’affrontements régulièrement actualisés au 20e siècle, la production de discours pédagogiques sur la sexualité au sein de l’institution scolaire ne fait pas consensus. L’École ne parvient pas à constituer un monopole pédagogique relatif à l’éducation sexuelle. Si des connaissances biologiques concernant la reproduction humaine trouvent droit de cité dans le curriculum dès 1968, l’éducation sexuelle, rendue facultative en 1973, puis obligatoire en 1998, échappe en partie aux agents du système d’enseignement au profit d’associations en concurrence pour l’imposition de la morale familiale légitime. Des mobilisations hygiénistes contre la syphilis à la lutte contre le sida, en passant par la promotion du mariage ou de la contraception pour prévenir l’IVG, il s’agit d’étudier dans cette thèse le processus d’élaboration de ce bien pédagogique. En combinant observations en classe, entretiens biographiques et dépouillement de divers fonds d’archives, l’investigation s’attache à reconstruire les configurations où s’invente, se formalise et se vulgarise cet enjeu éducatif, objet d’une politique scolaire indissociable de l’expansion d’une École d’État et de la recomposition du mouvement familial.
 

Soutenance de thèse – “Histoire d’un idéal. L’autonomie des élèves dans l’enseignement public français (1959-2019). Les expériences de l’École Vitruve et du Lycée Autogéré de Paris”, Delphine Patry

Nous vous annonçons la soutenance de thèse de Delphine Patry :
 
Histoire d’un idéal. L’autonomie des élèves dans l’enseignement public français (1959-2019). Les expériences de l’École Vitruve et du Lycée Autogéré de Paris.
 
Cette soutenance se déroulera le :
 
Vendredi 29 novembre 2019 à 14h.
Lieu : Site Saint-Charles, 1 rue du Professeur Henri Serre – 34080 Montpellier.
Salle : des Actes.
 
Jury
M. Sylvain WAGNON Université de Montpellier Directeur de thèse
Mme Rita HOFSTETTER Université de Genève Rapporteur
M. André D. ROBERT Université Lumière Lyon 2 Rapporteur
Mme Caroline FAYOLLE Université de Montpellier Examinateur
M. Laurent GUTIERREZ Université Paris Nanterre Examinateur
Mme Bérengère KOLLY Université Paris-Est Créteil Examinateur
 
Résumé :
Cette thèse analyse l’histoire de l’autonomie des élèves comme idéal et comme pratique pédagogique au sein de l’enseignement public français de 1959 jusqu’à nos jours à partir de l’étude de deux établissements singuliers : l’École Vitruve et le Lycée Autogéré de Paris. Notion polysémique, aux multiples définitions et aux contours fluctuants, nous avons fait le choix d’analyser l’autonomie dans le domaine éducatif. À partir d’un plan chronologique, nous avons étudié l’autonomie comme une référence de l’Éducation nouvelle, une vision idéalisée de l’éducation, un levier de transformation sociale, une pratique de classe et une finalité éducative. Dans une démarche socio-historique, à partir des archives des établissements et d’entretiens, nous avons pu étudier les discours et les pratiques mises en oeuvre depuis la création de ces établissements qui ont fait le choix de faire de l’autonomie la colonne vertébrale de leurs projets. Nous avons pu préciser le rôle de Robert Gloton dans cette dynamique. L’étude des liens entre ces deux expériences spécifiques et l’institution scolaire nous est apparue révélatrice de certaines mutations du système éducatif public français. Dans cette étude l’autonomie apparaît bien comme un idéal toujours présent dans l’éducation, mais aussi une question socialement vive avec une définition toujours sujette à controverses et débats. Néanmoins, l’autonomie comme finalité éducative, reste un enjeu primordial de compréhension des débats actuels et futurs.