Soutenance – Maud Delebarre, « L’enseignement libre pour jeunes filles à Paris durant l’essor républicain : entre continuité et innovation (1880-1939) », Université Paris-Cité, 2023

Maud Delebarre a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation, le jeudi 14 décembre 2023 à la Sorbonne.

L’enseignement libre pour jeunes filles à Paris durant l’essor républicain : entre continuité et innovation (1880-1939)

Jury

  • Carole CHRISTEN-LÉCUYER, professeure des universités, Université du Havre, rapporteure
  • Jean-François CONDETTE, professeur des universités, Université de Lille, examinateur
  • Jérôme KROP, professeur des universités, Université de Nantes, examinateur
  • Rebecca ROGERS, professeure des universités, Université Paris Cité, directrice
  • Marianne THIVEND, maîtresse de conférences-HDR, Université Lyon 2, examinatrice
  • Yves VERNEUIL, professeur des universités, Université Lyon 2, rapporteur

Cette thèse interroge la capacité d’innovation de l’enseignement secondaire libre du point de vue de l’éducation féminine. À l’échelle du territoire parisien, il s’agit d’envisager à la fois les formes de concurrences et de complémentarités qui se jouent entre l’enseignement public et libre afin de mieux comprendre l’évolution des possibilités d’éducation offertes aux jeunes filles entre 1880 et 1939. Choisir d’étudier ces six décennies permet d’analyser les répercussions de différents évènements majeurs dans l’histoire de l’éducation féminine tels que la création des collèges et lycées de jeunes filles à partir de 1880, l’application des lois anti-congréganistes de 1901-1904, la conquête du baccalauréat durant les premières décennies du XXe siècle, la diversification des possibilités de formation durant l’entre-deux-guerres, et enfin la crise des années 1930 qui réaffirme la place des femmes dans la sphère privée. En s’intéressant au profil des familles et des élèves qui choisissent et fréquentent l’enseignement libre, aux femmes à la tête des institutions, mais aussi au personnel académique chargé de les contrôler et de les surveiller, cette thèse met en lumière le rôle de différents acteurs et actrices qui participent, de diverses manières, à la transformation de cette forme d’enseignement largement méconnue. Par une approche intersectionnelle visant à croiser le genre, la classe sociale et la religion, ce travail questionne plus largement ce qui se joue dans l’accès des femmes au savoir. Apporter une vue d’ensemble sur l’enseignement privé et public à destination des jeunes filles est une démarche inédite qui permet de combler un vide historiographique et qui, en sortant d’une histoire institutionnelle, permet de saisir davantage les transformations d’un modèle éducatif.

Soutenance – Alice Pavie, “L’égalité des chances comme prestation. Enjeux symboliques et économiques autour de la cause des élèves “méritant·es” de l’éducation prioritaire”, Aix-Marseille Université, 2024

Alice Pavie a soutenu sa thèse pour le doctorat en sociologie, intitulée :

L’égalité des chances comme prestation. Enjeux symboliques et économiques autour de la cause des élèves “méritant·es” de l’éducation prioritaire

Elle se tiendra le vendredi 26 avril 2024 à 14h00

LEST, 35 Av. Jules Ferry, 13626 Aix-en-Provence, dans la grande salle.

Le jury est composé de :

  • M. Philippe VITALE, Aix Marseille Université, Directeur de thèse
  • Mme Laure BERENI, CNRS, Co-directrice de thèse
  • M. Nicolas DUVOUX, Université Paris 8, Rapporteur
  • M. Benjamin MOIGNARD, Université Cergy-Paris, Rapporteur
  • M. Renaud EPSTEIN, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, Examinateur
  • Mme Maud SIMONET, CNRS, Examinatrice
  • Mme Agnès VAN ZANTEN, CNRS, Examinatrice

Résumé de la thèse :

Depuis le début des années 2000, les dispositifs dits de promotion de l’égalité des chances, visant des élèves scolarisé·es en éducation prioritaire et qualifié·es de « méritant·es », se multiplient. Ces élèves sont distingué·es positivement de leurs pairs sur la base de qualités supposées (appétence scolaire, bons résultats, motivation) ou anticipées (« potentiel »). Cette thèse renouvelle le regard sur ces initiatives à partir du concept d’« espace de l’égalité des chances » ; il désigne le système de relations entre acteur·trices qui se mobilisent et travaillent autour de cet enjeu, à la croisée de différents champs (politique, éducatif, associatif, économique). Cet espace rassemble notamment une multitude d’associations, proches de grandes écoles ou d’entreprises, dont l’activité consiste à valoriser économiquement cette cause sous la forme de prestations de tutorat proposées aux établissements scolaires du secondaire. C’est la mise en cause de la capacité de l’École à faire seule réussir ces élèves qui sous-tend l’essor de ces partenariats. Cette thèse vise à comprendre ce qui rend possible cette délégation d’une prérogative scolaire essentielle à ces acteur·trices et quels en sont les effets sur l’autonomie de l’institution scolaire. Elle mobilise une méthodologie mixte et multi-située appuyée sur une diversité de matériaux : entretiens avec des promoteur·trices de ces dispositifs, des acteur·trices scolaires et des élèves ; observations dans des associations et au sein d’un rectorat ; questionnaires ; données nationales sur l’implantation des dispositifs dans les établissements scolaires ; archives et documents institutionnels. La thèse tend à nuancer la capacité des grandes écoles, entreprises et associations prestataires à ébranler l’autonomie de l’institution scolaire. Les grandes écoles ont bien contribué à forger une catégorie de public scolaire compatible avec le renouvellement néolibéral du mérite qu’elles entendent incarner, mettant à profit les partenariats avec les établissements scolaires pour revaloriser leur image. Mais d’autres acteurs se sont insérés sur ce segment des services éducatifs. La concurrence entre « prestataires de l’égalité des chances » est encouragée par les pouvoirs publics qui en font un outil de régulation de cet espace. Ce dernier est peu autonomisé, il se déploie à la marge de l’institution scolaire et dépend d’elle. Pour autant, l’institutionnalisation de cette cause n’est pas sans effets sur l’École : d’une part, l’implantation de ces dispositifs répond à une logique de marché et conditionne donc une partie de l’offre scolaire à la loi de l’offre et de la demande. D’autre part, l’investissement de ces dispositifs par certain·es acteur·trices scolaires, bien qu’ils et elles demeurent en minorité, contribue à des transformations déjà en cours dans l’institution, notamment l’individualisation des carrières, des logiques de sélection précoce et une segmentation accrue des publics scolaires.

Mots-clés : égalité des chances, éducation prioritaire, politiques scolaires, partenariats, associations, frontière public/privé

Prix – Lauréates du Prix Louis Cros 2023

Lydia Hadj-Ahmed

Pour sa thèse en histoire contemporaine,

L’école malgré la guerre, l’école grâce à la guerre ? Des enfants et des familles algériennes à l’épreuve de la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962)

soutenue le 1er décembre 2022 à l’Université Paris Nanterre

Amandine Charvet

Pour sa thèse en sciences de l’éducation et de la formation,

De primaires à secondaires ? Les enseignant(e)s des écoles primaires supérieures de la Troisième République

soutenue le 12 décembre 2022 à l’Université Paris Cité

Soutenance de thèse – Pierre Porcher-Ancelle, “Une masse de granit en République. Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République”, Sorbonne Université, 2024

Pierre Porcher-Ancelle a soutenu sa thèse pour le doctorat en histoire, préparée à l’école doctorale d’histoire moderne et contemporaine (ED 188) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (UR 3550) sous la direction des professeurs Jean-Noël Luc (Sorbonne Université) et Jean-François Condette (Université de Lille).

UNE MASSE DE GRANIT EN RÉPUBLIQUE
Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République

https://www.theses.fr/s385032

La soutenance a eu lieu jeudi 11 janvier 2024, 14h30, sous la coupole du lycée Jules-Ferry, 77 boulevard de Clichy, Paris 9e.

JURY

  • Carole Christen, professeure à l’Université Le Havre – Normandie, présidente
  • Jean-François Condette, professeur à l’Université de Lille
  • Arnaud-Dominique Houte, professeur à Sorbonne Université
  • Jean Le Bihan, maître de conférences HDR à l’Université Rennes 2, rapporteur
  • Jean-Noël Luc, professeur émérite à Sorbonne Université
  • Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris Cité
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière – Lyon 2, rapporteur
Continuer la lecture de « Soutenance de thèse – Pierre Porcher-Ancelle, “Une masse de granit en République. Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République”, Sorbonne Université, 2024 »

Soutenance – Béatrice Robic, “« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)”, 2022

Béatrice Robic soutient sa thèse pour le doctorat en histoire :

« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)

‘Where Are the Children?’: The Long Decline of Child Labour in England and Wales (1870-1914).

Cette thèse a été réalisée à Sorbonne Université (Centre d’histoire du XIXe siècle) sous la direction de Fabrice Bensimon.

Le jury sera composé de :

  • Monsieur Fabrice Bensimon, Professeur des universités, Sorbonne Université, directeur
  • Madame Myriam Boussahba-Bravard, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie, rapporteuse
  • Madame Jane Humphries, Emeritus Professor, Oxford University, et Centennial Professor, London School of Economics
  • Madame Manuela Martini, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2
  • Monsieur Philippe Minard, Professeur des universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, rapporteur
  • Monsieur Simon Szreter, Professor, University of Cambridge

La soutenance se tiendra au campus des Cordeliers (15 rue de l’École de médecine, 75006, Paris) dans l’amphithéâtre Gustave-Roussy (escalier B, 2e étage).

Continuer la lecture de « Soutenance – Béatrice Robic, “« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)”, 2022 »

Soutenance – Teele Tõnismann, “Research Funding Reforms in the Baltic States: Institutional Heritage, Internationalisation and Competition from 1988 to mid-2010s”, 2022.

Teele Tõnismann a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences politiques, intitulée :

Research Funding Reforms in the Baltic States: Institutional Heritage, Internationalisation and Competition from 1988 to mid-2010s

La soutenance s’est déroulée le lundi 13 juin, à 9h30 en présentiel en salle MQ 212 (Salle Open-space) Manufacture des Tabacs Bâtiment Q étage 2.

Le jury est composé de :

  • Mme. Cécile CRESPY – Professeur des universités, Université Toulouse 1 Capitole, (co-directrice de thèse)
  • M. Rainer KATTEL – Professeur, Tallinn University of Technology, University College London, (co-directeur de thèse)
  • Mme. Gaële GOASTELLEC – Maître d’enseignement et de recherche HDR, Université de Lausanne (rapporteure)
  • M. Antoine ROGER – Professeur des universités, Sciences Po Bordeaux, (rapporteur)
  • M. Pierre-Benoît JOLY – Directeur de recherche, L’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement
  • Mme. Sophie JACQUOT – Professeure, Université Saint Louis de Bruxelles
  • Mme. Ringa RAUDLA – Professeure, Tallinn University of Technology
Continuer la lecture de « Soutenance – Teele Tõnismann, “Research Funding Reforms in the Baltic States: Institutional Heritage, Internationalisation and Competition from 1988 to mid-2010s”, 2022. »

Soutenance – Rodica Manolache, “Étude comparative de la formation initiale des enseignants du premier degré en France et en Roumanie de 1989 à 2005”, 2022.

Rodica MANOLACHE soutient sa thèse de doctorat, intitulée :

Étude comparative de la formation initiale des enseignants du premier degré en France et en Roumanie de 1989 à 2005.

La soutenance se déroulera le Vendredi 25 novembre à 14h30, à la Citadelle, salle F 113 : 10 rue des Français Libres, 80080 Amiens.

Le jury sera composé de:

  • Julien CAHON, professeur des universités en sciences de l’éducation à l’Université de Picardie Jules Verne, Examinateur
  • Jean-François CONDETTE, professeur des universités en histoire contemporaine à l’Université de Lille, Rapporteur
  • Ismail FERHAT, professeur des universités en sciences de l’éducation à l’Université Paris-Nanterre, Co-directeur de thèse
  • Anca PETRESCU, maîtresse de conférences à l’Université de Bucarest, Faculté de psychologie et sciences de l’éducation, Bucarest (Roumanie), Examinatrice
  • Bruno POUCET, professeur émérite en sciences de l’éducation à l’Université de Picardie Jules Verne, Directeur de thèse
  • André ROBERT, professeur émérite en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2, Rapporteur

Résumé de la thèse :

La thèse analyse et compare les choix des politiques éducatives de l’État français et roumain afin de préparer les enseignants du premier degré à leurs tâches dans le contexte du changement institutionnel et social entre 1989 et 2005. Tout au long de cette période, la formation initiale des enseignants du premier degré a été confrontée à des difficultés et des enjeux semblables, et ce dans les deux pays. Quels principes et quelles stratégies en matière de formation des enseignants du premier degré ? Nous nous interrogerons plus particulièrement sur l’évolution des institutions responsables de la formation de cette catégorie d’enseignants, de l’implantation des premières institutions universitaires, de leur héritage et des adaptations du contenu des plans de formation. Nous nous interrogeons également sur les traces et les effets des écoles normales sur les nouvelles institutions créées. Nous sommes allés au-delà du cadre législatif de la formation des enseignants du premier degré en questionnant davantage la mise en œuvre de la formation universitaire dans l’IUFM de l’académie d’Amiens et de Rennes en France, et dans le cadre du Collège universitaire de Bacău, de Bucarest et celui de Drobeta-Turnu Severin en Roumanie. En réalité, les nouvelles institutions étaient plutôt des écoles normales déguisées, au sein desquelles les pratiques anciennes des écoles normales ont été éternisées, montrant ainsi que le projet initial de la création des IUFM en 1989 et des Collèges universitaires d’instituteurs en 1995 a connu un certain échec.

Soutenance – Amandine Charvet, « De primaires à secondaires? Les enseignant.e.s des écoles primaires supérieures de la Troisième République », 2022

Amandine Charvet soutient sa thèse pour le doctorat, intitulée :

« De primaires à secondaires ? Les enseignant.e.s des écoles primaires supérieures de la Troisième République ».

Le jury sera composé de :

  • Jean-François Condette, Professeur des Universités, Université de Lille, Examinateur
  • Renaud D’Enfert, Professeur des Universités, Université de Picardie Jules Verne, Examinateur
  • Emmanuelle Picard, Maîtresse de conférence – HDR, ENS de Lyon, Co-directrice
  • Xavier Riondet, Professeur des Universités, Université Rennes 2, Rapporteur
  • Rebecca Rogers, Professeure des Universités, Université Paris Cité, Directrice
  • Marianne Thivend, Maîtresse de conférence – HDR, Université Lyon Lumière II, Examinatrice
  • Yves Verneuil, Professeur des Universités, Université Lyon Lumière II, Rapporteur

La soutenance aura lieu le 12 décembre 2022 à partir de 14h, dans la salle des thèses du Campus Saint-Germain (bâtiment Jacob, 5e étage) au 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris. Une visioconférence permettra de la suivre à distance. Elle sera suivie d’un moment de convivialité auquel vous êtes chaleureusement invité.e.s, devant la salle des thèses.

Si vous souhaitez assister à la soutenance, en présentiel ou en distanciel, veuillez remplir le formulaire ci-dessous avant le vendredi 9 décembre 2022. Merci d’indiquer, aussi tôt que possible, si vous souhaitez venir au moment de convivialité : http://forms.gle/oUCUAvH2CQDzFXRq6

Continuer la lecture de « Soutenance – Amandine Charvet, « De primaires à secondaires? Les enseignant.e.s des écoles primaires supérieures de la Troisième République », 2022 »

Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

Soutenance de thèse – Florence Wenzek, « La fabrique genrée de la nation tanzanienne. Éduquer et former les filles et les femmes (1939-1976) », Université de Paris, 2022

La soutenance a eu lieu le 11 mars 2022 dans l’amphithéâtre Durkheim en Sorbonne (galerie Claude Bernard, escalier I, premier étage).

Le jury sera composé de :  

  • Pascale Barthélémy, maîtresse de conférences HDR, ENS de Lyon, rapportrice 
  • Luc Capdevila, professeur, université Rennes 2, examinateur 
  • Jean-François Condette, professeur, université de Lille, rapporteur 
  • Odile Goerg, professeure émérite, université de Paris, co-directrice 
  • Emma Hunter, professeure, université d’Edimburgh, examinatrice 
  • Rebecca Rogers, professeure, université de Paris, directrice 

Résumé de la thèse :  

Cette thèse se penche sur l’éducation des filles et des femmes en Tanzanie avant et après l’indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, obtenue en 1961, puis après l’adoption du socialisme en 1967. Alors que les quatre décennies étudiées sont tout à la fois un moment d’essor exceptionnel de l’offre éducative, de construction nationale et de reconfiguration de la place sociale, économique et politique des femmes, cette recherche analyse comment les dynamiques éducatives ont fabriqué des rôles spécifiques pour les femmes dans la nation en construction. Pour ce faire, elle s’appuie sur une appréhension large du fait éducatif : scolarisation et programmes pour adultes, mais aussi mouvements de jeunesse, éducation coranique, ou encore formations professionnelles. Sont analysés aussi bien les politiques éducatives, les débats publics, les contenus enseignés et les relations pédagogiques que les vécus de l’école et les parcours des instruites. Une approche intersectionnelle permet d’interroger comment le genre croise la classe sociale, l’âge, les catégorisations raciales et la religion pour définir les rapports des femmes aux institutions éducatives et à la nation. Ce faisant, on croise de vastes pans de la société tanzanienne, tout entière en prise avec la construction nationale qui se joue à partir de ce projet collectif et de multiples expériences individuelles. Au-delà de la Tanzanie, cette thèse revisite les dynamiques de l’éducation coloniale et comble un vide historiographique sur l’éducation féminine en Afrique post-coloniale, ouvrant ce faisant de nouvelles questions de recherche sur les dynamiques éducatives et genrées à l’œuvre dans la construction des nations africaines. 

The Gendered Making of the Tanzanian Nation: Educating and Training Girls and Women (1939-1976) 

This thesis examines girls’ and women’s education in Tanzania before and after independence from Britain in 1961, and after the adoption of socialism in 1967. The four decades under examination were a time of exceptional growth in educational provision, national construction, and the reconfiguration of women’s social, economic, and political position. My research analyses how these educational dynamics forged specific roles for women in the nation under construction. To do so, I define education broadly, addressing schooling and programmes for adults, but also youth movements, Koranic education, and vocational training. Themes developed include: educational policies, public debates, curricula and pedagogical relations, as well as lived experiences of schooling and the lives of educated women. My approach is resolutely intersectional, questioning how gender intersects with social class, age, racial categorisation, and religion to define women’s relationships with educational institutions and the nation. The corpus of material includes vast sections of Tanzanian society—moving beyond a dichotomy of the poor and the elite—, all of which were involved in the nation-building process. Beyond Tanzania, the dissertation revisits the dynamics of colonial education and fills a historiographical gap on female education in postcolonial Africa. In so doing, it opens new research questions on education and gender in the building of African nations. 

Soutenance de thèse – Philippe Meltz, “Joffre Dumazedier (1915-2002), Le Style, l’Engagement et la Méthode”

Philippe Meltz a soutenu sa thèse pour le doctorat le 21 janvier 2022 (Université Paris III – Sorbonne Nouvelle)

Cette thèse inscrite dans le champ de l’histoire culturelle, parcourt la biographie intellectuelle du sociologue Joffre Dumazedier chercheur et militant aux prises avec les problématiques de son temps. Au fur et à mesure émergent des thématiques et paradigmes toujours féconds aujourd’hui : loisir, temps libéré, développement d’un temps à soi, société éducative, temps sociaux et pouvoirs culturels, formation et autoformation tout au long de la vie, manières et style de vie…. Le récit chemine avec ce témoin des sciences humaines et sociales du XXe siècle dans ses recherches scientifiques, ses engagements et ses actions. La thèse instaure un dialogue avec les clercs et publicistes non-conformistes des années trente, les réseaux de Résistants du Vercors, jusqu’aux « intellectuels sans attaches », chahutés par les mutations post-industrielles. Elle interroge la légitimité des concepts et de la théorie du loisir en observant les caractéristiques d’une sociologie dumazediérienne dans les laboratoires du CNRS et dans ses liens avec la postérité de sa pensée. Enfin, elle développe l’héritage du chercheur engagé dans l’éducation populaire, notamment au travers de la fondation et de la présidence pendant 22 ans du mouvement Peuple et Culture. Le propos s’attache à réévaluer tout l’apport de la sociologie de Joffre Dumazedier dans ses oppositions, ses dialogues, ses complicités avec les intellectuels de son temps. Pourtant au fil des pages, reste en suspens les raisons pour lesquelles les découvertes et réflexions sociologiques de Joffre Dumazedier ont été minorées, et ce, malgré le succès en librairie des traductions en douze langues de son livre le plus connu : Vers une civilisation du loisir ? paru en 1962.

Soutenance de doctorat – Dalia Khalil, “Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)”, ENS Lyon, déc. 2021

Dalia Khalil a soutenu sa thèse de doctorat en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, spécialité histoire de l’éducation, intitulée : 

Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)

Cette thèse est dirigée par Philippe Savoie et co-encadré par Frédéric Abécassis et sera présentée devant un jury composé de : 

  • Laura Abou Haidar, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Rapporteure
  • Jean-François Fau, Professeur, Université Senghor Alexandrie, Rapporteur
  • Sylvia Chiffoleau, Directrice de recherche, UMR LARHRA, Examinatrice
  • Daniel Lançon, Professeur des universités émérite, Université Grenoble Alpes, Examinateur
  • Frédéric Abécassis, Maître de conférences, École normale supérieure de Lyon, Co-encadrant
  • Philippe Savoie, Professeur des universités, École normale supérieure de Lyon, Directeur de thèse

La soutenance a eu lieu le lundi 13 décembre à 14h30 à l’ENS Lyon, à la salle D2-012.

Résumé de la thèse :

Le statut du français en Égypte a toujours été lié à la situation politique générale du pays. Bien que la langue française n’ait jamais été reconnue comme langue officielle en Égypte, elle a longtemps été considérée comme la première langue étrangère de communication internationale. De ce fait, elle a bénéficié d’un statut privilégié et unique dans les grandes villes du pays telles que Le Caire et Alexandrie. Cette étude s’est donnée pour objectif d’utiliser le fonds Leprettepour faire apparaître et analyser le rôle de la France dans l’enseignement public égyptien au cours du XXe siècle, plus précisément entre 1919 et 1956.

Enseignant, puis inspecteur, Fernand Leprette a été en relation avec l’ensemble des enseignants de français (français et égyptiens), recueillant attentivement leurs témoignages et répondant à leurs demandes. Sa correspondance avec les enseignants de français, ses rapports de visites dans les différents établissements éducatifs du pays, ses notes, ses articles et ses comptes-rendus, sont autant de sources d’informations.

La position de Fernand Leprette, entre vie littéraire francophone égyptienne et réseau éducatif national, lui permettait d’avoir un regard averti sur le niveau du français en Égypte et sur l’ampleur de sa présence. En 1922 et comme conséquence de l’occupation britannique, c’est un malaise profond que vivaient les inspecteurs de l’Éducation nationale et les autorités françaises, en constatant le bas niveau des étudiants en français. Pour tous, des réformes s’imposaient, qui nécessitaient de nouvelles réglementations concernant l’enseignement et l’apprentissage de cette langue. C’est dans ce cadre que se situe notre recherche qui se propose de suivre l’évolution du français en Égypte depuis son implantation, au début du XIXsiècle, jusqu’en 1956. Et cela à travers le rôle qu’a eu Fernand Leprette au ministère de l’Instruction publique.

Soutenance de doctorat – Lucas Profillet, “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”, Université de Franche-Comté, 2021

Lucas Profillet a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation le mercredi 8 décembre 2021, à 14h, au sein de l’Université de Franche-Comté.

Cette thèse est intitulée “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”.

Les membres du jury sont :

  • Anne-Marie CHARTIER, Maîtresse de conférences Honoraire, ENS de Lyon | Examinatrice
  • Pascale GARNIER, Professeure des universités, Université Sorbonne Paris Nord | Présidente du jury
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur des universités, Université de Paris Nanterre | Rapporteur
  • Sébastien LAFFAGE-COSNIER, Maître de conférences-HDR, Université de Franche-Comté | Co-directeur
  • Anne MARCELLINI, Professeure associée, Université de Lausanne | Rapporteure
  • Bertrand TILLIER, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne | Examinateur
  • Christian VIVIER, Professeur des universités, Université de Franche-Comté | Co-directeur

Soutenance de doctorat – Mélanie Fabre, “La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880-1914)”, EHESS, 2021

Mélanie Fabre soutiendra sa thèse pour le doctorat en histoire à l’EHSS ; ce travail est intitulé :

La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880 – 1914)

  • Cette thèse dirigée par Vincent Duclert (EHESS) et Rebecca Rogers (Université de Paris) sera présentée devant un jury composé de :
  • Céline Béraud, directrice d’études HDR à l’EHESS, examinatrice
  • Patrick Cabanel, directeur d’études HDR à l’EPHE, examinateur
  • Carole Christen, professeure à l’Université le Havre-Normandie, rapporteure
  • Florence Rochefort, chargée de recherche au CNRS, examinatrice
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon II, rapporteur

La soutenance aura lieu en mode hybride le jeudi 25 novembre à partir de 14 heures à l’EHESS avec une jauge qui ne permet pas d’ouvrir la soutenance en présentiel au public. Les personnes qui souhaiteraient y assister à distance pourront suivre le lien ci-après en maintenant leur micro et caméra éteints durant la soutenance (mode : “écoute seule”) : https://websoutenance.ehess.fr/b/fab-pl9-jhbN’hésitez pas à m’écrire pour plus d’informations !

Résumé de la thèse :

Située au carrefour de l’histoire des intellectuels, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des femmes et du genre, cette thèse étudie la trajectoire d’une dizaine de femmes engagées dans la construction de l’école laïque sous la Troisième République, entre la période des lois scolaires et la Grande Guerre. Le but est d’analyser leur construction en tant qu’intellectuelles, tout d’abord en étudiant la manière dont elles accèdent à la culture savante, ensuite en analysant la façon dont elles mobilisent leur capital scolaire et leur expérience professionnelle dans l’instruction pour exprimer publiquement un point de vue critique. Il s’agit ainsi d’analyser leur contribution aux débats qui secouent la Troisième République, dans un contexte où l’instruction laïque cristallise les controverses.La trajectoire personnelle et les engagements de ces femmes seront analysés à l’aune de la crise dreyfusarde, qui constitue une injonction à l’action et une période de refondation de la culture républicaine dans un contexte de « Guerre des deux France » marqué par la rivalité entre école laïque et école catholique. Leur parcours sera aussi étudié au prisme de la poussée féministe qui marque le passage du xixᵉ au xxᵉ siècle en questionnant l’institution scolaire.

Ce travail s’intéresse à quelques personnalités, jusqu’alors méconnues de l’historiographie, qui évoluent dans le monde de l’instruction, qui s’engagent au quotidien dans leur profession, mais qui posent souvent la craie pour tremper leur plume dans l’encre de la polémique, sans hésiter parfois, n’en déplaisent aux détracteurs des « femmes savantes », à monter à la tribune.

Soutenance de doctorat – Anne Renoux, La créativité en éducation physique : entre expérience(s) et instrumentalité (1960-2020)

Le lundi 14 décembre 2020, Anne Renoux soutiendra sa thèse :

La créativité en éducation physique : entre expérience(s) et instrumentalité (1960-2020)

Le jury sera composé de :Isabelle Capron-Puozzo, Professeure-formatrice, Haute école pédagogique du Valais (Examinatrice)

Ghislain Carlier, Professeur émérite, Université catholique de Louvain (rapporteur)
Julien Fuchs, Professeur des universités, Université de Bretagne occidentale (directeur de thèse)
Jérôme Guérin, Professeur des universités, Université de Bretagne occidentale (directeur de thèse)
Margarida Romero, Professeur des universités, Université Côte d’Azur (Examinatrice)
Magali Sizorn, Maîtresse de conférence, Université de Rouen Normandie (Examinatrice)
Joris Thiévenaz, Professeur des universités, Université Paris-Est Créteil (rapporteur)

La soutenance se déroulera à 14h en visioconférence depuis la Faculté des Sciences du sport et de l’éducation de l’Université de Bretagne occidentale à Brest. Si vous souhaitez y assister à distance, merci prendre contact avec Anne Renoux.

Résumé de la thèse:

Ce travail de recherche prend pour objet d’étude la notion de créativité en éducation physique et sportive. La thèse propose une conceptualisation de la notion d’« agir créatif » associant le concept d’expérience (Dewey, 1938) et le paradigme de l’activité (Billeter, 2012). L’agir créatif se caractérise par une instrumentalité authentique au service de l’expérience. Cette notion sert d’outil d’analyse des différentes représentations de la créativité des enseignants d’éducation physique. L’étude se fonde sur une analyse socio-historique et épistémologique de la revue professionnelle d’éducation physique Revue EP&S ainsi que sur une enquête réalisée auprès des enseignants d’EPS. L’analyse met en évidence trois périodes qui structurent les représentations de la créativité en éducation physique, de 1960 à 2020, entre expériences et instrumentalité. Dans la période contemporaine, la créativité est majoritairement associée aux pratiques artistiques. L’enquête fait également ressortir une importante demande en termes de formation artistique de la part des enseignants. Les arts du cirque constituent alors une entrée dans les pratiques artistiques susceptible de favoriser l’appropriation d’un processus de création par les enseignants d’EPS. La notion d’agir créatif peut ici constituer un outil dans le cadre de la formation des enseignants à la créativité.

Soutenance de doctorat – Marie-Charlotte Allam, “Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français”, Université Grenoble Alpes.

Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français

Résumé :

Cette thèse porte sur l’histoire des pratiques, des mobilisations collectives et des politiques en faveur de pédagogies qui se revendiquent comme alternatives à l’enseignement public français depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2005. Articulant une perspective de sociologie de l’action publique avec la sociologie et l’histoire de l’éducation, elle contribue à une socio-histoire du militantisme pédagogique en lien avec les transformations contemporaines des politiques scolaires et du système éducatif. La thèse étudie les interactions entre l’institutionnalisation d’une politique d’innovation dans l’Education nationale, les logiques d’appropriation par les enseignants qui l’investissent, et ses effets sur leurs pratiques pédagogiques. Pour ce faire, l’enquête se déploie sur deux terrains : elle combine l’ethnographie historique de l’expérience socio-éducative des écoles de la Villeneuve de Grenoble avec l’étude de l’élaboration de la politique nationale d’innovation et d’expérimentation par l’administration centrale.
L’analyse montre que cette politique introduit des instruments de gouvernement à distance des conduites pédagogiques, et fait reposer la responsabilité du changement éducatif sur les enseignants. Dans les écoles expérimentales de la Villeneuve, ceux-ci interprètent les normes et les instruments de la politique d’innovation au prisme de leur politisation ; ils déploient alors différentes stratégies (allant de de la résistance à l’adhésion) en vue de perpétuer leur fonctionnement pédagogique et organisationnel face aux nouvelles contraintes institutionnelles. Ce faisant, cette “mise en administration” réoriente leurs engagements pédagogiques et militants et transforme leurs pratiques éducatives.

La soutenance a eu lieu lundi 21 septembre à 14h dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université Grenoble-Alpes (tram B, arrêt Bibliothèques-Universitaires).

Jury :

  • Bertrand GEAY, Professeur en science politique, Université de Picardie-Jules Verne (rapporteur)
  • Guillaume GOURGUES, Maître de conférences en science politique,  Université Lumière-Lyon II
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur en sciences de l’éducation, Université Paris-Nanterre (rapporteur)
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche au CNRS, Pacte, Grenoble (directrice)
  • Françoise LANTHEAUME, Professeure en sciences de l’éducation, Université Lumière-Lyon II
  • Emmanuel TAÏEB, Professeur en science politique, Sciences Po Lyon (directeur)
  • Agnès VAN ZANTEN, Directrice de recherche au CNRS, LIEPP, Paris

Soutenance de doctorat – Guillaume Roubaud-Quashie, “Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires”, Université Paris 1, 2020.

Soutenance de thèse de Guillaume Roubaud-Quashie  initialement prévue le 12 mai 2020, est reportée le 22 juin 2020  :

“Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires”

Jury :

  • Mme Ludivine Bantigny, maîtresse de conférences (HDR) à l’Université de Rouen-Normandie
  • M. Michel Dreyfus, directeur de recherche émérite au CNRS
  • Mme Nathalie Ponsard, maîtresse de conférences (HDR) en histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne, rapporteure
  • M. Michel Pigenet, professeur émérite d’histoire contemporaine de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, directeur
  • M. Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, rapporteur
  • Mme Susan B. Whitney, associate professor à l’Université de Carleton (Canada)
Continuer la lecture de « Soutenance de doctorat – Guillaume Roubaud-Quashie, “Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires”, Université Paris 1, 2020. »

Soutenance de doctorat – Véra Léon, “On ne naît pas photographe, on le devient. Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982)”, Université de Paris, 2020.

Soutenance électronique de la thèse de doctorat de Véra Léon, intitulée : “On ne naît pas photographe, on le devient. Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982)”.

La soutenance, initialement programmée le samedi 21 mars, aura lieu le 1er juillet à 9h30 en visioconférence devant un jury composé de :

  • Renaud d’Enfert Professeur des universités, Université de Picardie-Jules Verne, rapporteur
  • Christian Joschke Maître de conférences, Université de Paris Nanterre, co-directeur
  • Françoise Laot Professeure des universités, Université de Reims Champagne-Ardenne, rapporteur
  • Juliette Rennes Maîtresse de conférences, École des hautes études en sciences sociales
  • Rebecca Rogers Professeure des universités, Université de Paris, directrice
  • Giovanna Zapperi Professeure des universités, Université de Tours

Pour recevoir le lien de connexion pour pouvoir y assister en ligne, je vous invite à confirmer votre présence électronique sur cette liste: https://framaforms.org/soutenance-electronique-de-vera-leon-mercredi-1er-juillet-2020-1592482133

Thèse soutenue – Écoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Le 29 novembre 2019, Jean-Yves Julliard a soutenu sa thèse

Ecoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Composition du jury :
  • Mme ANNE-MARIE GRANET-ABISSET, Professeur, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Directeur de these
  • M. Serge BRUNET, Professeur, UNIVERSITE MONTPELLIER 3, FRANCE – Rapporteur
  • Mme Marguerite FIGEAC-MONTHUS, Professeur, UNIVERSITE DE BORDEAUX, FRANCE – Rapporteur
  • M. Christian SORREL, Professeur, UNIVERSITE DE LYON 2, FRANCE – Examinateur
  • Mme Carole CHRISTEN-LECUYER, Maître de Conférences, UNIVERSITE DE LILLE, FRANCE – Examinateur
  • M. Pierre JUDET, Maître de Conférences, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Examinateur
  • M. Serge TOMAMICHEL, Maître de Conférences, UNIVERSITE LYON 2, FRANCE – Examinateur
Extrait du résumé
Dans le premier XIXe siècle, en l’absence d’intervention directe de l’Etat sarde pour organiser le tissu scolaire élémentaire, des structures éducatives sont mises en place à l’initiative des populations et du clergé. Par leur caractère plus ou moins formel et leur dissémination elles constituent une nébuleuse scolaire. Dans les montagnes, héritage d’un mouvement de scolarisation commencé sous l’Ancien Régime, les populations figurent parmi les plus alphabétisées du royaume de Piémont-Sardaigne. Cela tient à leur forte demande d’instruction, fruit d’une économie ouverte que symbolise notamment l’ampleur des migrations économiques. Originalité des hautes terres de la Savoie, cette demande sociale se concrétise par l’importance du phénomène des fondations, réalisées notamment par des expatriés, et la densification du tissu scolaire jusque dans les hameaux. Rien n’exprime mieux ce désir d’instruction que la création d’associations villageoises sur le modèle des consortages économiques, le recrutement local des maîtres et l’organisation d’écoles temporaires en prises avec les configurations économiques et sociales territoriales.
C’est une histoire sociale des territoires de montagne dans ce long premier 19ème siècle examiné àpartir du prisme de l’école dont il est question, analysé de manière fine et précise à partir d’un corpus de sources largement inédites.

Soutenance de thèse – “Une histoire des enseignants dahoméens”, Victorine-Michælina Yaya

Nous vous annonçons la soutenance de thèse de doctorat en Sciences de l’Éducation de Victorine-Michælina Yaya:

Une histoire des enseignants dahoméens/béninois (1945- 2015). La formation au défi des évolutions politiques

présentée et soutenue publiquement le 25 novembre 2019 à 14h, devant un jury composé de :
BLUM Françoise, HDR, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteur) ; CONDETTE Jean-François, Professeur des Universités, Université d’Artois (Rapporteur);
GAUTHIER François-Roger, Professeur associé, Université Paris V ;
MALET Régis, Professeur des Universités, Université de Bordeaux ;
ROGERS Rebecca, Professeure des Universités, Université Paris V (Directrice).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search