Soutenance – Marie-Charlotte Allam, « Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français », Université Grenoble Alpes.

Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français

Résumé :

Cette thèse porte sur l’histoire des pratiques, des mobilisations collectives et des politiques en faveur de pédagogies qui se revendiquent comme alternatives à l’enseignement public français depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2005. Articulant une perspective de sociologie de l’action publique avec la sociologie et l’histoire de l’éducation, elle contribue à une socio-histoire du militantisme pédagogique en lien avec les transformations contemporaines des politiques scolaires et du système éducatif. La thèse étudie les interactions entre l’institutionnalisation d’une politique d’innovation dans l’Education nationale, les logiques d’appropriation par les enseignants qui l’investissent, et ses effets sur leurs pratiques pédagogiques. Pour ce faire, l’enquête se déploie sur deux terrains : elle combine l’ethnographie historique de l’expérience socio-éducative des écoles de la Villeneuve de Grenoble avec l’étude de l’élaboration de la politique nationale d’innovation et d’expérimentation par l’administration centrale.
L’analyse montre que cette politique introduit des instruments de gouvernement à distance des conduites pédagogiques, et fait reposer la responsabilité du changement éducatif sur les enseignants. Dans les écoles expérimentales de la Villeneuve, ceux-ci interprètent les normes et les instruments de la politique d’innovation au prisme de leur politisation ; ils déploient alors différentes stratégies (allant de de la résistance à l’adhésion) en vue de perpétuer leur fonctionnement pédagogique et organisationnel face aux nouvelles contraintes institutionnelles. Ce faisant, cette « mise en administration » réoriente leurs engagements pédagogiques et militants et transforme leurs pratiques éducatives.

La soutenance a eu lieu lundi 21 septembre à 14h dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université Grenoble-Alpes (tram B, arrêt Bibliothèques-Universitaires).

Jury :

  • Bertrand GEAY, Professeur en science politique, Université de Picardie-Jules Verne (rapporteur)
  • Guillaume GOURGUES, Maître de conférences en science politique,  Université Lumière-Lyon II
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur en sciences de l’éducation, Université Paris-Nanterre (rapporteur)
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche au CNRS, Pacte, Grenoble (directrice)
  • Françoise LANTHEAUME, Professeure en sciences de l’éducation, Université Lumière-Lyon II
  • Emmanuel TAÏEB, Professeur en science politique, Sciences Po Lyon (directeur)
  • Agnès VAN ZANTEN, Directrice de recherche au CNRS, LIEPP, Paris

Soutenance de thèse – Guillaume Roubaud-Quashie, « Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires », Université Paris 1, 2020.

Soutenance de thèse de Guillaume Roubaud-Quashie  initialement prévue le 12 mai 2020, est reportée le 22 juin 2020  :

« Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires »

Jury :

  • Mme Ludivine Bantigny, maîtresse de conférences (HDR) à l’Université de Rouen-Normandie
  • M. Michel Dreyfus, directeur de recherche émérite au CNRS
  • Mme Nathalie Ponsard, maîtresse de conférences (HDR) en histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne, rapporteure
  • M. Michel Pigenet, professeur émérite d’histoire contemporaine de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, directeur
  • M. Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, rapporteur
  • Mme Susan B. Whitney, associate professor à l’Université de Carleton (Canada)
Continuer la lecture de « Soutenance de thèse – Guillaume Roubaud-Quashie, « Les jeunes communistes en France (1944-fin des années 1970). Les mutations d’une expérience politique en milieux juvéniles et populaires », Université Paris 1, 2020. »

Soutenance de thèse – Véra Léon, « On ne naît pas photographe, on le devient. Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982) », Université de Paris, 2020.

Soutenance électronique de la thèse de doctorat de Véra Léon, intitulée : « On ne naît pas photographe, on le devient. Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982) ».

La soutenance, initialement programmée le samedi 21 mars, aura lieu le 1er juillet à 9h30 en visioconférence devant un jury composé de :

  • Renaud d’Enfert Professeur des universités, Université de Picardie-Jules Verne, rapporteur
  • Christian Joschke Maître de conférences, Université de Paris Nanterre, co-directeur
  • Françoise Laot Professeure des universités, Université de Reims Champagne-Ardenne, rapporteur
  • Juliette Rennes Maîtresse de conférences, École des hautes études en sciences sociales
  • Rebecca Rogers Professeure des universités, Université de Paris, directrice
  • Giovanna Zapperi Professeure des universités, Université de Tours

Pour recevoir le lien de connexion pour pouvoir y assister en ligne, je vous invite à confirmer votre présence électronique sur cette liste: https://framaforms.org/soutenance-electronique-de-vera-leon-mercredi-1er-juillet-2020-1592482133

Thèse soutenue – Écoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Le 29 novembre 2019, Jean-Yves Julliard a soutenu sa thèse

Ecoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Composition du jury :
  • Mme ANNE-MARIE GRANET-ABISSET, Professeur, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Directeur de these
  • M. Serge BRUNET, Professeur, UNIVERSITE MONTPELLIER 3, FRANCE – Rapporteur
  • Mme Marguerite FIGEAC-MONTHUS, Professeur, UNIVERSITE DE BORDEAUX, FRANCE – Rapporteur
  • M. Christian SORREL, Professeur, UNIVERSITE DE LYON 2, FRANCE – Examinateur
  • Mme Carole CHRISTEN-LECUYER, Maître de Conférences, UNIVERSITE DE LILLE, FRANCE – Examinateur
  • M. Pierre JUDET, Maître de Conférences, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Examinateur
  • M. Serge TOMAMICHEL, Maître de Conférences, UNIVERSITE LYON 2, FRANCE – Examinateur
Extrait du résumé
Dans le premier XIXe siècle, en l’absence d’intervention directe de l’Etat sarde pour organiser le tissu scolaire élémentaire, des structures éducatives sont mises en place à l’initiative des populations et du clergé. Par leur caractère plus ou moins formel et leur dissémination elles constituent une nébuleuse scolaire. Dans les montagnes, héritage d’un mouvement de scolarisation commencé sous l’Ancien Régime, les populations figurent parmi les plus alphabétisées du royaume de Piémont-Sardaigne. Cela tient à leur forte demande d’instruction, fruit d’une économie ouverte que symbolise notamment l’ampleur des migrations économiques. Originalité des hautes terres de la Savoie, cette demande sociale se concrétise par l’importance du phénomène des fondations, réalisées notamment par des expatriés, et la densification du tissu scolaire jusque dans les hameaux. Rien n’exprime mieux ce désir d’instruction que la création d’associations villageoises sur le modèle des consortages économiques, le recrutement local des maîtres et l’organisation d’écoles temporaires en prises avec les configurations économiques et sociales territoriales.
C’est une histoire sociale des territoires de montagne dans ce long premier 19ème siècle examiné àpartir du prisme de l’école dont il est question, analysé de manière fine et précise à partir d’un corpus de sources largement inédites.

Soutenance de thèse – « Une histoire des enseignants dahoméens », Victorine-Michælina Yaya

Nous vous annonçons la soutenance de thèse de doctorat en Sciences de l’Éducation de Victorine-Michælina Yaya:

Une histoire des enseignants dahoméens/béninois (1945- 2015). La formation au défi des évolutions politiques

présentée et soutenue publiquement le 25 novembre 2019 à 14h, devant un jury composé de :
BLUM Françoise, HDR, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteur) ; CONDETTE Jean-François, Professeur des Universités, Université d’Artois (Rapporteur);
GAUTHIER François-Roger, Professeur associé, Université Paris V ;
MALET Régis, Professeur des Universités, Université de Bordeaux ;
ROGERS Rebecca, Professeure des Universités, Université Paris V (Directrice).

Soutenance de thèse – « Vichy face au corps enseignant », Juliette Fontaine

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Juliette Fontaine:

« Vichy face au corps enseignant. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire ». 

La soutenance aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 à 14h en salle 2 du centre Panthéon de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (12 place du Panthéon, 75005, Paris). 

Le jury sera composé de :

Brigitte Gaïti, Professeure des universités, CESSP, Université Paris 1, Directrice de thèse
Bertrand Geay, Professeur des universités, CURAPP, Université de Picardie, Rapporteur
Patricia Legris, Maîtresse de conférences, TEMPORA, Université Rennes 2, Examinatrice
Francine Muel-Dreyfus, Directrice d’études à l’EHESS, Examinatrice
Jay Rowell, Directeur de recherche, CNRS – SAGE, Rapporteur

Résumé : Sous Vichy, une réforme de l’institution scolaire en rupture avec l’École républicaine est affichée comme prioritaire par les gouvernants du nouveau régime et des décisions sont prises en ce sens : les principes de la citoyenneté affirmés dans les lois Jules Ferry et les acquis démocratiques de l’entre-deux-guerres sont contestés. Comment et à quelles conditions le Gouvernement de Vichy a-t-il réformé le secteur de l’éducation alors que le corps enseignant sur lequel reposent les politiques scolaires sous la Troisième République lui est majoritairement hostile ? C’est la question à laquelle cette thèse propose de répondre, dans la continuité des travaux qui critiquent la mise à distance de la dimension politique de l’action publique et qui interrogent les tournants de l’action publique notamment dans des contextes autoritaire et d’alternance politique. Pour ce faire, la thèse retrace la fabrique des politiques scolaires sous Vichy, de leur émergence à leur mise en œuvre, en prêtant attention aux configurations historiques et polico-administratives particulières dans lesquelles elles s’inscrivent. En nous appuyant principalement sur l’analyse de revues professionnelles et militantes, d’archives nationales et départementales, ainsi que de biographies et de mémoires d’instituteurs, nous montrons d’une part que les changements impulsés par Vichy sont préparés sous la Troisième République et trouvent leur fondement dans des alliances nouées entre de futurs dirigeants du régime et une branche conservatrice et minoritaire du groupe enseignant ; nous montrons d’autre part que même si le nouveau régime se donne pour priorité le renouvellement du corps enseignant, les pratiques professionnelles et les habitus des instituteurs sur le terrain entravent les politiques décidées au sommet de l’État français. Au final, cette thèse contribue plus largement à la réflexion sur les capacités réformatrices et les limites du volontarisme politique. 

Soutenance de thèse – La sexualité comme enjeu éducatif. Sociologie historique d’une politique scolaire, Gauthier Fradois

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Gauthier Fradois:
 
La sexualité comme enjeu éducatif. Sociologie historique d’une politique scolaire
 
Elle aura lieu le mercredi 4 décembre à partir de 13h30 à l’Université Paris Nanterre en F141 (bâtiment Simone Veil, 200 avenue de la République 92000 Nanterre).
 
Le jury est composé de :
 
Nathalie Bajos, Directrice de recherche, INSERM
Anne-Cécile Douillet, Professeure de science politique, Université de Lille (rapporteure)
Laurent Gutierrez, Professeur de sciences de l’éducation, Université Paris Nanterre
Christophe Le Digol, Maître de conférences de science politique, Université Paris Nanterre (codirecteur)
Virginie De Luca Barrusse, Professeure de démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (rapporteure)
Bernard Pudal, Professeur émérite de science politique, Université Paris Nanterre (codirecteur)
 
Résumé :
 
Objet d’affrontements régulièrement actualisés au 20e siècle, la production de discours pédagogiques sur la sexualité au sein de l’institution scolaire ne fait pas consensus. L’École ne parvient pas à constituer un monopole pédagogique relatif à l’éducation sexuelle. Si des connaissances biologiques concernant la reproduction humaine trouvent droit de cité dans le curriculum dès 1968, l’éducation sexuelle, rendue facultative en 1973, puis obligatoire en 1998, échappe en partie aux agents du système d’enseignement au profit d’associations en concurrence pour l’imposition de la morale familiale légitime. Des mobilisations hygiénistes contre la syphilis à la lutte contre le sida, en passant par la promotion du mariage ou de la contraception pour prévenir l’IVG, il s’agit d’étudier dans cette thèse le processus d’élaboration de ce bien pédagogique. En combinant observations en classe, entretiens biographiques et dépouillement de divers fonds d’archives, l’investigation s’attache à reconstruire les configurations où s’invente, se formalise et se vulgarise cet enjeu éducatif, objet d’une politique scolaire indissociable de l’expansion d’une École d’État et de la recomposition du mouvement familial.
 

Soutenance de thèse – « Histoire d’un idéal. L’autonomie des élèves dans l’enseignement public français (1959-2019). Les expériences de l’École Vitruve et du Lycée Autogéré de Paris », Delphine Patry

Nous vous annonçons la soutenance de thèse de Delphine Patry :
 
Histoire d’un idéal. L’autonomie des élèves dans l’enseignement public français (1959-2019). Les expériences de l’École Vitruve et du Lycée Autogéré de Paris.
 
Cette soutenance se déroulera le :
 
Vendredi 29 novembre 2019 à 14h.
Lieu : Site Saint-Charles, 1 rue du Professeur Henri Serre – 34080 Montpellier.
Salle : des Actes.
 
Jury
M. Sylvain WAGNON Université de Montpellier Directeur de thèse
Mme Rita HOFSTETTER Université de Genève Rapporteur
M. André D. ROBERT Université Lumière Lyon 2 Rapporteur
Mme Caroline FAYOLLE Université de Montpellier Examinateur
M. Laurent GUTIERREZ Université Paris Nanterre Examinateur
Mme Bérengère KOLLY Université Paris-Est Créteil Examinateur
 
Résumé :
Cette thèse analyse l’histoire de l’autonomie des élèves comme idéal et comme pratique pédagogique au sein de l’enseignement public français de 1959 jusqu’à nos jours à partir de l’étude de deux établissements singuliers : l’École Vitruve et le Lycée Autogéré de Paris. Notion polysémique, aux multiples définitions et aux contours fluctuants, nous avons fait le choix d’analyser l’autonomie dans le domaine éducatif. À partir d’un plan chronologique, nous avons étudié l’autonomie comme une référence de l’Éducation nouvelle, une vision idéalisée de l’éducation, un levier de transformation sociale, une pratique de classe et une finalité éducative. Dans une démarche socio-historique, à partir des archives des établissements et d’entretiens, nous avons pu étudier les discours et les pratiques mises en oeuvre depuis la création de ces établissements qui ont fait le choix de faire de l’autonomie la colonne vertébrale de leurs projets. Nous avons pu préciser le rôle de Robert Gloton dans cette dynamique. L’étude des liens entre ces deux expériences spécifiques et l’institution scolaire nous est apparue révélatrice de certaines mutations du système éducatif public français. Dans cette étude l’autonomie apparaît bien comme un idéal toujours présent dans l’éducation, mais aussi une question socialement vive avec une définition toujours sujette à controverses et débats. Néanmoins, l’autonomie comme finalité éducative, reste un enjeu primordial de compréhension des débats actuels et futurs.
 

Soutenance de thèse – La Ligue de l’enseignement : mutations d’une institution d’éducation populaire (1958-2018), Anne Lancien

Nous vous indiquons la soutenance d’une thèse de doctorat intitulée : 
 
« La Ligue de l’enseignement : mutations d’une institution d’éducation populaire (1958-2018) »,
 
par Anne Lancien
 
menée sous la direction de M. Philippe PORTIER, soutenue le jeudi 21 novembre 2019, à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.
 
 
Composition du jury :
Monsieur Jean BAUBÉROT, Directeur d’études honoraire à l’EPHE.
Monsieur Guillaume COURTY, Professeur à l’Université de Lille, rapporteur.
Monsieur Jean-Louis LAVILLE, Professeur au CNAM.
Madame Bleuwenn LECHAUX, Maîtresse de conférence à l’Université de Rennes 2.
Monsieur Philippe PORTIER, Directeur d’études à l’EPHE, directeur de thèse.
Monsieur Philippe RAYNAUD, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas, rapporteur.
 
Résumé : 
La Ligue de l’enseignement, mouvement laïque et républicain d’éducation populaire, est l’une des principales confédérations associatives de France. Par l’analyse de celle-ci, nous souhaitons mettre en lumière les mutations opérées par les organisations de masses et les structures porteuses de sens face à l’incertitude caractéristique de nos sociétés de la modernité avancée.
Trois axes structurent ce travail. Le premier porte sur la transformation des stratégies institutionnelles de la Ligue de l’enseignement. Il présente les évolutions opérées par l’organisation pour répondre aux mutations du champ politique, intégrant un soutien oscillant au socialisme et la transformation de ses rapports à la puissance publique. Il porte également sur les ajustements de la politique éducative du mouvement, face à la dépolitisation de l’éducation populaire et à la sécularisation de la question scolaire. Le deuxième axe concerne la refondation des principes doctrinaux, conséquence de la difficulté de défendre un socle axiologique fondé sur la laïcité au sein d’une société sécularisée. Cette partie évoque l’ouverture doctrinale de l’organisation, sa réponse aux nouvelles revendications identitaires, l’instauration d’une laïcité dite « plurielle ». Le troisième axe développe enfin la reconfiguration des pratiques militantes, entre rationalisation organisationnelle, rénovation de la politique communicationnelle et expertise militante.
Ce travail constitue ainsi une illustration de l’adaptabilité de la société civile organisée face aux nombreuses mutations induites de la modernité avancée, de même qu’une démonstration du rôle central que peut jouer l’associatif dans la restructuration de celle-ci.

Soutenance de thèse – Promouvoir l’accès des femmes aux études et aux titres universitaires: un défi transnational? Marie-Elise Hunyadi

Nous vous annonçons la soutenance d’une thèse de doctorat en sciences de l’éducation intitulée: 
 
« Promouvoir l’accès des femmes aux études et aux titres universitaires: un défi transnational? 
L’engagement de la Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (1919-1970) »
 
Présentée et soutenue publiquement le vendredi 22 novembre 2019, à 13h30, 
à l’Université de Genève, Uni-Mail, salle 4193 (4e étage)
 
Devant un jury composé de :
 
Rita Hofstetter, Professeure des universités, Université de Genève, co-directrice
Rebecca Rogers, Professeure des universités, Université de Paris, co-directrice
Anne Barrère, Professeure des universités, Université de Paris
Jean-François Condette, Professeur des universités, Université d’Artois
Georges Felouzis, Professeur des universités, Université de Genève 
Daniel Laqua, Associate Professor, Université Northumbria, Newcastle
Catherine Marry, Directrice de recherche émérite, CNRS
Françoise Thébaud, Professeure émérite des universités, Université d’Avignon
 
Résumé
S’inscrivant dans la lignée des travaux portant sur les réseaux transnationaux de femmes, cette thèse interroge la manière dont la question de l’éducation supérieure des filles s’est faite une place sur la scène internationale, au travers des débats portés par les associations internationales féminines. Adoptant une perspective transnationale et croisant diverses échelles, cette étude archivistique se centre sur l’engagement d’une association en faveur de cette cause, celui de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités (FIFDU), de sa création en 1919 jusqu’à 1970. La première partie de la thèse décrit la position singulière de la FIFDU dans la constellation des associations internationales féminines. Elle questionne les fondements de l’organisation, qui oscillent entre pacifisme, féminisme, et internationalisme. À partir de l’étude des trajectoires des fondatrices et dirigeantes, ainsi que des discours de ces dernières, elle analyse les besoins d’une nouvelle génération de femmes diplômées. La seconde partie étudie les actions mises en place dans le cadre de la FIFDU pour atteindre les buts de promotion de l’internationalisation, des études et des carrières féminines, en particulier le programme de bourses internationales destiné à permettre à des chercheuses prometteuses de mener des recherches ou des études avancées durant plusieurs mois à l’étranger, ainsi que les modalités de l’accueil et de l’hébergement réservés aux boursières et aux diplômées en voyage. Elle interroge également l’utilisation faite par les associations nationales de l’orientation professionnelle, qu’elles perçoivent comme un levier de promotion des études universitaires féminines, et sur laquelle elles prennent appui particulièrement pour encourager la présence des femmes dans les carrières scientifiques. La troisième et dernière partie explore les ressorts de la collaboration entre la FIFDU et les grandes organisations internationales, qui permet une diffusion à double sens des idéaux et des actions des deux types d’organisation.
 

Soutenance – Farah Hany George Ramzy, « Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011 »

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.

Soutenance – Laurène Le Cozanet, La professionnalisation des études. Quand l’université (s’)adapte à l’économie

La professionnalisation des études. Quand l’Université (s’)adapte à l’économie

La soutenance aura lieu le mardi 8 octobre 2019, 14h, à l’université Paris Dauphine, salle D 520.

Le jury sera composé de :

  • Mme Christine Musselin, directrice de recherche au CNRS, CSO, rapporteure
  • M. François Sarfati, professeur à l’université d’Évry Val d’Essonne, CEET, rapporteur
  • M. Dominique Damamme, professeur émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso
  • M. Laurent Jeanpierre, professeur à l’université Paris 8 Saint-Denis, Cresspa
  • Mme Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon, Triangle
  • Mme Brigitte Le Grignou, professeure émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso

Résumé de la thèse : cette thèse analyse comment les universités françaises relaient l’exigence de « professionnalisation des études ». Elle restitue le foisonnement de mobilisations, de conflits, de logiques institutionnelles et de dispositifs sur lesquels repose ce changement de régime universitaire. L’analyse est fondée sur des matériaux (archives, entretiens, observations) recueillis au cours d’une triple enquête : une recherche historique sur le succès de la professionnalisation comme catégorie du gouvernement des formations, une étude multisituée de la politique de professionnalisation qui se révèle mise au service d’une mise en relation optimale entre universités et économie, et une comparaison des usages de la professionnalisation dans les départements de lettres, de droit et de physique de trois établissements. Présentée comme une ressource pour les étudiants confrontés à un avenir incertain et pour les personnels aux prises avec une remise en cause de leur « utilité sociale », la professionnalisation est aussi un moyen de gouverner les universités.

Soutenance – « Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres » (Lola Zappi, IEP de Paris)

8 novembre 2019 – Programme doctoral d’Histoire

Mme Lola ZAPPI

  • Discipline : Histoire
  • Sujet : Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres
  • Jury : Claire ANDRIEU (Directeur de recherche)Christophe CAPUANO (Directeur de recherche), Marie-Emmanuelle CHESSEL, Mathias Gardet, Laura Lee DOWNS, Xavier VIGNA
  • Centre de recherche : CHSP

La soutenance publique aura lieu le 08 novembre 2019 à 14h00 en salle François Goguel, IEP de Paris, 56 rue des Saints-Pères, Paris 7e (accès par le 27 rue Saint-Guillaume)

Soutenance – Clémence Pillot, “A cause for readjustment of values?”. English public schools and social inclusion (1914-1951) / « A l’origine de nouvelles valeurs ? ». Public schools anglaises et inclusion sociale (1914-1951)

Soutenue le 12 novembre 2018 à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Michel Prum.

Le jury était composé de Emmanuelle AvrilClaire CharlotChristina De Bellaigue.

Cette thèse porte sur les neuf principales public schools anglaises entre 1914 et 1951, de la Grande Guerre à la fin de l’expérience travailliste. Elle revient sur la période de l’entre-deux-guerres, dans laquelle sont progressivement remises en cause les valeurs de la masculinité chrétienne promues par les écoles, alors que la critique se fait aussi politique à l’égard d’un système privé perçu comme de plus en plus inégalitaire. Cette étude montre que pendant la Seconde Guerre mondiale, les public schools confrontées aux bombardements, à la mobilisation, à l’évacuation et à l’effort de guerre, apparaissent plus en phase avec la communauté nationale et que les écoles manifestent la volonté de maintenir, au-delà des années de guerre, un esprit de coopération nationale. Ce travail suggère enfin que les réformes éducatives des années 1940, dont le Fleming Report qui recommandait l’admission de 25% d’élèves issus de l’enseignement public, peinent cependant à rapprocher les systèmes privé et public dans la période de l’après-guerre.

Soutenance d’Antonin Dubois : « Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) »

  • Date :Vendredi 22 mars 2019 – 14:00
  • Lieu : EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle.     Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes.     Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

JURY :

  • M. Gérard Noiriel (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Katja Patzel-Mattern (Directrice de thèse), Universität Heidelberg
  • M. Christophe Charle, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • M. Lutz Raphael, Universität Trier
  • M. Jakob Vogel, Centre Marc Bloch (Berlin)
  • Mme Bénédicte Zimmermann, EHESS

Soutenance – Cédric Boulard, « Quand l’Éducation nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours.

Cédric BOULARD, Quand l’Éducation nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours

Jury

  • Clémence Cardon-Quint, maîtresse de conférences (Bordeaux-ESPE)
  • Jean-François Condette, professeur des universités (ComUE Lille-Nord-de-France)
  • Pascale Goetschel, professeure des universités (Paris I-Panthéon-Sorbonne)
  • Jean-Noël Luc, professeur des universités (Sorbonne Université), directeur de la thèse
  • Bruno Poucet, professeur des universités (Université de Picardie-Jules-Verne)
  • Yves Verneuil, professeur des universités (Université Lyon II-Lumière)

Soutenance – Simon Ridley, « Les sens de liberté d’expression : socio-anthropologie comparative des campus de Berkeley et de Nanterre »

Les sens de liberté d’expression : socio-anthropologie comparative des campus de Berkeley et de Nanterre. 

Thèse pour le doctorat en sociologie, sous la direction d’Anne Raulin. Soutenance le vendredi 08 février à 14 heures, en salle B 016 du bâtiment Grappin (B), à l’Université Paris Nanterre.

Le jury sera composé de :

  • Matei Candea, Lecturer, Fellow and Director of Studies, King’s College, University of Cambridge (Rapporteur)
  • Christian Laval, Professeur émérite, Université Paris Nanterre (Président)
  • Minoo Moallem, Professor and Vice Chair of Research, University of California Berkeley (examinatrice)
  • Anne Raulin, Professeure, Université Paris Nanterre (directrice)
  • Caroline Rolland-Diamond, Professeure, Université Paris Nanterre (examinatrice)
  • Christian Topalov, Directeur d’études EHESS, Directeur de recherche émérite CNRS (Rapporteur)

L’université est une des institutions les plus fortes de l’époque moderne. Lieu d’élection de la contestation, elle peut se retrouver à présent la cible d’attaques sans précédent de l’extrême droite, en particulier aux Etats-Unis. Cette thèse vise à suivre un conflit de définition par le biais d’une ethnographie multisituée, avec comme terrain de recherche la liberté d’expression sur les campus universitaires. En partant d’une sociologie historique comparative du Free Speech Movement de 1964 à Berkeley et du Mouvement du 22 Mars de 1968 à Nanterre, une approche socio-anthropologique permet d’examiner une dualisation des mémoires collectives des mouvements étudiants des années 1960. Suivant une démarche inductive, je voyage avec mon terrain dont l’étude inclut une immersion au sein de plusieurs groupes révolutionnaires, l’observation des rites commémoratifs, des attentats, d’une diversité de pratiques autonomes, et s’étend jusqu’à l’inauguration de Trump et le retournement de la liberté d’expression par des groupes d’extrême droite, la montée en puissance de l’alt-right et ses spectacles/meetings sur les campus, provoquant une série d’émeutes urbaines. La contextualisation systématique et radicale, la pratique et la généalogie de l’archive, le savoir vécu, alliés à une approche comparatiste latérale, engagent à un travail historique sur l’institution universitaire. À rebours des thèses du capital humain, de la démocratie comme libre marché des idées, je retrace la question de l’émancipation, suivant la création d’une « génération civique » après 1944, jusqu’à son retournement numérique. Cette ethnographie politique incite à (re)penser la sociologie et la pédagogie critique comme contre-discours face à une culture anti-intellectuelle, pour rendre possible une culture commune de l’intelligence démocratique, un héritage choisi et réfléchi.

Soutenance de Camille Vergnaud

Universités et universitaires en leurs territoires : quelles implications pour quelles missions ? Etude comparée des cas de Syracuse University (Etats-Unis) et de l’université Paris Nanterre (France)

La soutenance aura lieu le vendredi 30 novembre à 14h à l’université Paris Nanterre, en salle de séminaire n° 2 au RDC du bâtiment Max Weber.

Le jury sera composé de :

  • Jérôme AUST : Chargé de recherche FNSP (examinateur)
  • Hélène DANG VU : Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (examinatrice)
  • Sylvie FOL : Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)
  • Myriam HOUSSAY- HOLZSCHUCH : Professeure à l’Université Grenoble Alpes (rapporteure)
  • Sonia LEHMAN-FRISCH : Professeure à l’Université Paris Nanterre (examinatrice)

Soutenance d’Alice Olivier

Étudiants singuliers, hommes pluriels. Orientations et socialisations masculines dans des formations « féminines » de l’enseignement supérieur

La soutenance aura lieu le :
 
vendredi 30 novembre 2018 à 14h.
Observatoire Sociologique du Changement (Sciences Po). 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Salle Annick Percheron (sous-sol)

Le jury sera composé de :

  • Mme Marie Bergström, chargée de recherche, Ined (tutrice)
  • M. Sébastien Chauvin, professeur associé, Université de Lausanne (rapporteur)
  • Mme Muriel Darmon, directrice de recherche, CNRS/CESSP (EHESS-Paris 1) (rapporteure)
  • Mme Clotilde Lemarchant, professeure des universités, Université de Lille, Clersé
  • Mme Sophie Orange, maître de conférences, Université de Nantes, CENS
  • Mme Agnès van Zanten, directrice de recherche, CNRS/OSC-Sciences Po (directrice)

Soutenance – Edenz Maurice, « Un État colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (de 1928 au début des années 1950) »

Edenz Maurice a soutenu le vendredi 15 juin à l’École doctorale de Sciences Po sa thèse de doctorat.
La thèse s’intitule : « Faire l’école dans une « vieille colonie ». Un État colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (de 1928 au début des années 1950) »
Le jury est composé de :
  • Romain Bertrand, Directeur de recherche, FNSP (Directeur)
  • Stéphanie Guyon, Maîtresse de conférences, Université de Picardie Jules Verne (Rapporteure)
  • Eric Jennings, Professeur, Université de Toronto
  • Marie Salaün, Professeure, Université Paris Descartes
  • Pierre Singaravélou, Professeur, Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Sylvie Thénault, Directrice de recherche, CNRS (Rapporteure)
Résumé
Cette thèse s’est donnée pour objet l’étude du fonctionnement de l’État colonial en Guyane française au prisme de son action dans le domaine scolaire entre 1928 et le début des années 1950, soit la seule période pendant laquelle ce territoire se trouve scindé en deux entités administratives (1930-1951) coiffées, cependant, par un même gouverneur. Au cœur de cette recherche réside l’hypothèse d’une singularité, dans une double perspective sociale et politique, de l’expérience coloniale guyanaise des années 1930 et 1940 – laquelle a conduit à forger les notions de « colonie-département »  et d’« assimilation différenciée ». L’enquête menée articule ainsi histoire sociale de groupes professionnels issus du milieu éducatif et des sociabilités militantes, anthropologie des sociétés autochtones de l’intérieur amazonien et sociologie de l’État et des politiques publiques. Ce faisant, cette étude entend contribuer, d’une part, à une meilleure compréhension de l’État colonial à partir du cas trop souvent délaissé d’une « vieille colonie » ; de l’autre, à une histoire de la République donnant toute leur place aux Outre-mers.