Soutenance d’HDR – « Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989) », Julien Cahon, UPJV

Julien Cahon soutiendra son habilitation à diriger les recherches, intitulée :

« Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989) ». 

le samedi 18 septembre à 9h, à Amiens (pôle Cathédrale de l’UPJV), amphithéâtre Beccaria, devant un jury composé de :

  • Me. Noëlline Castagnez, professeur des universités, Université d’Orléans
  • M. Jean-François Condette, professeur des universités, Université de Lille (rapporteur)
  • M. Bruno Garnier, professeur des universités, Università di Corsica Pasquale Paoli (rapporteur)
  • Me. Rita Hofstetter, professeur ordinaire, Université de Genève
  • M. Alain Maillard, professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne
  • M. Bruno Poucet, professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne (garant et rapporteur)
  • M. André D. Robert, professeur des universités émérite, Université Lumière Lyon 2 (président du jury)

Résumé :

Il existe de multiples manières de saisir l’école française : les institutions, les structures, les lois et textes normatifs, les réformes, la pédagogie, les idées, les structures, les lieux, les espaces. On peut aussi s’interroger sur son évolution, ses finalités, ses limites, ou ses relations avec la société et l’État. La note de synthèse de cette HDR a fait le choix d’une coupe transversale de ces questions et d’une approche socio-historique. Pour cela, elle s’inscrit dans le mouvement de fond qu’il est convenu d’appeler le « retour de l’acteur », sensible dans les sciences sociales depuis la fin des années 1980. La période envisagée embrasse un court XXe siècle, inauguré par la Grande Guerre, qui bouscule les certitudes du modèle scolaire républicain. L’année 1989, qui vient clore l’analyse, est un événement nœud : elle est à la fois un marqueur des nouveaux débats sur la laïcité scolaire et de la modernisation du système éducatif français formalisée par la loi Jospin. À l’intérieur ou aux marges de l’école, les pratiques individuelles et collectives sont envisagées du point de vue des enseignants et des élèves, des organisations politiques et syndicales, et des administrations centrales et locales. La priorité est donnée aux acteurs de l’enseignement primaire et secondaire public laïque, qui constitue le cœur de la scolarité obligatoire. Cette démarche permet de saisir de manière évolutive et dynamique l’autonomie relative des acteurs et leurs interactions, en s’attachant à comprendre le fonctionnement des institutions ou des groupes qu’ils forment, tant au niveau national qu’aux échelons locaux, pensés de façon articulée. Dans ce cadre, sont ainsi appréhendées les transformations d’une école de masse (démocratisation, rénovation pédagogique, constructions scolaires) et les politiques nationales et locales qui s’y rapportent. Elles sont entendues ici comme des réponses à des problèmes éducatifs de longue durée, une fabrique résultant de pratiques et de manières d’appréhender des situations, entre capacités d’agir et contraintes, sur fond de crise (militaire ou sociale) ou dans un contexte propice au changement. Elles peuvent susciter adhésion, refus ou arrangements, voire des débats passionnés (laïcité, rythmes scolaires).

Soutenance – Séverine Parayre, « De l’hygiène au bien-être. Socio-histoire de la santé en éducation et pédagogie du care », HDR, 2021.

Séverine Parayre a soutenu son habilitation à diriger les recherches le jeudi 25 mars de 14h à 18h30 (en visioconférence), devant un jury composé de Mesdames et Messieurs les Professeurs :  

  • Pr. Maryvette BALCOU-DEBUSSCHE, Université de la Réunion, Laboratoire Icare (EA 7389) (rapporteur)  
  • Pr. Emérite Dominique BERGER, Université Claude Bernard Lyon 1/INSPE, Laboratoire P2S (EA 4129) (rapporteur)  
  • Pr. Rémi GAGNAYRE, Université Sorbonne Paris Nord, Laboratoire LEPS (UR 3412) (examinateur)   
  • Pr. Martine JANNER-RAIMONDI, Université Sorbonne Paris Nord, Laboratoire Experice (EA 3971) (garante)  
  • Pr. Didier JOURDAN, Université de Clermont Auvergne, Laboratoire ACTé (EA 4285) (examinateur)  
  • Pr. Augustin MUTUALE, Institut Catholique de Paris, Unité de recherche Religion, Culture et Société (EA 7403), chercheur associé au laboratoire Experice EA 3971 (garant)  
  • Pr. Didier NOURRISSON, Université Claude Bernard Lyon 1/INSPE, Laboratoire LARHRA (UMR 5190) (examinateur)    
  • Pr. Gabriele WEIGAND, Université de Karlsruhe, Allemagne (rapporteur)  

Soutenance – Carole Christen, « A l’école du soir. Une histoire sociale et politique des cours d’adultes (1815-1870) », HDR.

Carole Christen soutient son habilitation à diriger les recherches :

Des caisses d’épargne aux cours du soir : variations historiques autour de la question sociale au XIXe siècle

La soutenance aura lieu le samedi 16 janvier 2021 à 9 h en visio-conférence, devant un jury composé de :

  • Sylvie Aprile, professeure à l’Université Paris Nanterre,
  • Jean-François Chanet (garant), professeur à l’Institut d’études politiques de Parisrecteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon
  • Christophe Charle, professeur émérite à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
  • Renaud d’Enfert, professeur à l’Université de Picardie Jules Verne
  • Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris Descartes
  • Danièle Tosato-Rigo, professeure à l’Université de Lausanne

Le dossier soumis à l’examen du jury comprend un mémoire de synthèse, un recueil d’articles et un mémoire inédit intitulé :

A l’école du soir. Une histoire sociale et politique des cours d’adultes (1815-1870)

Les personnes qui souhaitent assister à la soutenance, peuvent contacter Carole Christen (carole.christen [at] univ-lille.fr) pour qu’elle leur envoie le lien zoom d’invitation.

Soutenance d’HDR – « Educations, laïcités et religions, mondialisations (XIXe-XXIe siècles). Relier les histoires », Charles Mercier

Le 2 septembre dernier, Charles Mercier a soutenu son habilitation à diriger les recherches :

ÉDUCATIONS, LAÏCITÉS ET RELIGIONS, MONDIALISATIONS (XIXe-XXIe SIÈCLES). RELIER LES HISTOIRES

Il contient un mémoire inédit de recherche : Une histoire globale des Journées mondiales de la jeunesse de Jean-Paul II (1984-2002)

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Badel, Professeur des universités, Paris 1 Panthéon Sorbonne (garante)
  • M. Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille
  • Mme Ruth Harris, Senior Research Fellow, University of Oxford
  • M. Régis Malet, Professeur des universités, Université de Bordeaux
  • M. Denis Pelletier, Directeur d’études, École pratique des hautes études
  • M. Philippe Portier, Directeur d’études, École pratique des hautes études

Soutenance – Mina Kleiche-Dray, « Ce que les savoirs aux Suds disent aux Sciences : Production des connaissances, communautés scientifiques et développement » (HDR)

La soutenance aura lieu le vendredi 27 septembre à 9h à l’Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, dans la salle des thèses.
 
Le jury sera composé de :
 
  • Joëlle Le Marec, Professeure, Université Paris IV Sorbonne (Présidente)
  • Jean-Paul Gaudillière, Directeur d’études de l’EHESS et Directeur de Recherche CNRS (Garant)
  • Michel Grossetti,  Directeur d’études de l’EHESS et directeur de Recherche CNRS (Rapporteur)
  • Catherine Larrère, Professeure émérite, Université Paris I- Panthéon Sorbonne (Rapporteur),
  • Monique Landesmann, Professeure émérite, Universidad Nacional Autónoma de México (Examinatrice)
  • Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite CNRS (Examinatrice)
 
Résumé : les deux volumes de ce dossier rendent compte à la fois de ma trajectoire de recherche croisant la sociologie des sciences, l’histoire des savoirs et les études sur le développement et d’une réflexion sur deux décennies d’étude de la production des savoirs dans « les Suds ». J’y questionne l’universalité de la science à partir de la participation des pays des Suds à la science moderne à partir des cas de l’agronomie au Maroc et de la chimie au Mexique. Le mémoire de synthèse revient d’une part sur la construction de la méthodologie de recherche sur les sciences qui en a résulté et qui associe enjeux épistémiques et organisations sociales des mondes scientifiques, production des connaissances et leurs usages. La forme narrative mêlant histoire incorporée et histoire académique du mémoire de synthèse renvoie ainsi à une évolution plus générale des travaux consacrés à la production de savoirs par et pour les Suds tout d’abord développés, soit en lien avec la question de la domination coloniale du côté de l’histoire, soit avec celle du rattrapage, de la formation des experts et des besoins de développement du côté de la sociologie des sciences.

Soutenance d’Yves Verneuil, La représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

Lundi 7 décembre (Sorbonne, salle des Actes, 15h30), Yves Verneuil (maître de conférences, Université de Reims), soutiendra son HDR sur le thème « Corporatisme, amicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)« , sous la direction de Jean-Noël Luc.

Jury:

  • Pr. Gilles BAILLAT, Président de l’Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Pr. Philippe BUTON, Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Recteur Jean-François CHANET, IEP de Paris
  • Pr. Jean-François CONDETTE, Université d’Arras
  • Pr. Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
  • Pr. André D. ROBERT, Université Lumière Lyon 2