Colloque – « L’habit ne fait pas l’élève », 22-23 oct. 2021, cité de Sorrèze

Vendredi 22 octobre

Matin – 8h45-12h30 – Présidence de séance : Rémy Cazals

Accueil des participants : Mme Claudie Bonnet Présidente du syndicat mixte de l’Abbaye-école de Sorèze et Mr François Godicheau directeur de Framespa. Présentation du colloque par Véronique Castagnet-Lars

  • 9h30-10h – « L’identité de l’élève à travers ses vêtements. Une approche juridique », Adrian Loretan, Professeur en histoire du droit de l’Église, Université de Lucerne (Suisse)
  • 10h-10h30 – « L’habit fait-il le genre de l’écolier ? La question du genre à l’épreuve de l’institution scolaire dans la France des années 1950-1970 », Aude Le Guennec, Enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, Université Heriot-Watt, Ecosse (UK) & Nicolas Coutant, Directeur Adjoint, Musée National de l’Éducation (Munaé), Rouen

Débat – échanges

Présidence de séance : Véronique Castagnet-Lars

  • 11h30-12h – « Lacordaire et l’uniforme sorézien », Marie-Thérèse Duffau, Chargée de recherche au CNRS/FRAMESPA

Débat – échanges

Après-midi 14h-18h30

  • 14h15-15h15 – « Questionner le vêtement à l’école : retour sur une expérience pédagogique menée avec les élèves de Sorèze », Nathalie Lasportes, Professeur des écoles, et ses élèves de CE1

15h15-16h45 – visite de l’Abbaye-école pour tous les participants, accompagnés des élèves de l’école primaire

Présidence de séance : Guy Astoul

  • 17h00-17h30 – « Discipline et pratiques vestimentaires dans les écoles et universités médiévales XIIe-XVe siècles », Nathalie Gorochov, Professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Université de Paris-Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (C.R.H.E.C.).
  • 17h30-18h – « Codifier le vêtement des écoliers dans les structures éducatives aux XVIe-XVIIIe siècles », Véronique Castagnet-Lars, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université de Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA

Débat – échanges

Samedi 23 octobre 2021

Matin 9h-12h30 – Présidence de séance : Caroline Barrera

  • 9h-9h30 – « Bernhard Christian Faust (1755-1842) ou le projet d’un vêtement libre, sain, uniforme et national », Alexa Craïs, Maîtresse de conférences en allemand, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 9h30-10h – « Les élèves du secondaire et l’uniforme. Entre signe distinctif apprécié, fardeau financier et carcan antihygiénique (1802-1914) », Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Lille (INSPE-Académie de Lille-HdF) et membre du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

Débat – échanges

  • 10h30-11h – « Le vêtement et son langage dans le monde universitaire britannique au XXe siècle : retour sur quelques romans de campus », Jacques Cantier, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 11h-11h30 – « Habillées à la dernière mode européenne… Le vêtement et l’école entre mission civilisatrice et émancipation. Religion, éducation, nation au Proche-Orient, des Ottomans aux États-nations (XIXe-XXe siècles) », Jérôme Bocquet, Professeur en histoire contemporaine à l’Université Tours et membre du laboratoire EMAM (Equipe Monde Arabe et Méditerranée) – UMR 7324 CITERES (CNRS / Université de Tours)
  • 11h30-12h – « L’habit fait-il l’assimilé? Expériences vestimentaires d’un élève de Casamance (Sénégal) de l’école de village à l’école normale (1930-1941) », Cécile Labrune-Badiane, Maîtresse de conférence à l’Université Assane Seck de Ziguinchor

12h30-13h – Conclusions du colloque

Argumentaire

Le récent renouvellement des recherches en histoire de l’éducation met en lumière le rôle d’un acteur jusque-là cité mais resté, dans le fond, méconnu : l’élève, quel que soit son âge, de la petite école à l’université. Historiens, archivistes, anthropologues, sociologues parviennent à placer écoliers et écolières dans les structures éducatives au sein desquelles ils évoluent, entourés de maîtres qui les aident à acquérir des compétences voire une formation professionnelle. Un nouveau regard doit désormais être porté sur ces acteurs de l’éducation afin de cerner davantage leur identité. Or cette dernière est fortement révélée par leurs vêtements, porteurs de signes et de symboles essentiel pour signifier la place de l’écolier dans la société qui lui est contemporaine. Le détournement du proverbe « L’habit ne fait pas le moine » place ainsi le lecteur dans cette réflexion centrale.

Plusieurs axes sont à privilégier dans cette exploration collective. Le premier consiste à poser la question des types de vêtements portés par les écoliers en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur époque. La récente crise sanitaire a sans doute ajouté à la liste des accessoires vestimentaires le masque, en plus du couvre-chef, des chaussures, des ceintures, des barrettes etc qui agrémentent possiblement la tenue des élèves. Le deuxième axe revient sur la symbolique sociale, politique, religieuse, des vêtements portés, qu’ils soient prescrits, obligatoires, recommandés, interdits dans les structures éducatives par les différents pouvoirs (politique, religieux, mais aussi par le phénomène de mode qui relève d’une tendance plus sociale). Le troisième axe enfin devra s’attacher à l’évocation du corps de l’écolier et de l’écolière que le vêtement cache, dévoile en partie, change et s’adapte aux différentes activités de l’écolier (le tablier, la blouse scientifique, la tenue de sport etc).

Journée d’étude nationale de l’APHG : « Coup d’œil sur les politiques scolaires, de la Libération aux années 2010 », 20 nov. 2021, en Sorbonne

Organisateurs : Jean-Noël Luc et Joëlle Alazard.

  • La Sorbonne. Amphi Milne Edwards – escalier B cour d’honneur (à l’opposé, droite, de la chapelle).
  • Inscription obligatoire en ligne : inscriptionsaphg@gmail.com avant le 15 novembre.

9 h. Accueil (Franck Collard, président de l’APHG) – Introduction (Jean-Noël Luc)

Première partie

Présidente de séance : Joëlle Alazard, vice-présidente de l’APHG

9h30-10h30. Héritage et toile de fond

1- Le cloisonnement scolaire sous la Troisième République (Solenn Huitric, maîtresse de conférences à l’Université Lumière Lyon 2)

2- Explosions scolaires, mixité et autres défis : le second degré pour tous et pour toutes, du Plan Langevin-Wallon au début du XXIe siècle (Jean-Noël Luc, professeur émérite à Sorbonne Université)
Discussion

10h45-12h. Changer l’École par ses méthodes ?

3- De l’innovation au lieu de mémoire : l’expérience des classes nouvelles, 1949-1952 (Alix Sébastien-Akira, maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil)

4- De l’accélération au blocage de la rénovation pédagogique ? Mai 68 et ses lendemains (Youenn Michel, maître de conférences à l’Université de Caen-Normandie)
Discussion

Deuxième partie

Président de séance : Pierre Caspard, Directeur du Service d’Histoire de l’Éducation (1977-2010)

13h30-14h30. Deux défis à relever par le premier et le second cycles

5- Construire le collège unique, de la réforme Haby au début du XXIe siècle (Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon 2)

6- « 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat » (1985) ? Un nouvel élan pour l’enseignement professionnel (Stéphane Lembré, maître de conférences à l’Université de Lille)
Discussion

14h45-15h45. Deux chantiers toujours d’actualité

7- Ruptures et fluctuations dans la formation des enseignants du second degré, de la création du CAPES (1950) au début du XXIe siècle (Jean-François Condette, professeur à l’Université de Lille)

8- Le ministère de l’Éducation nationale. Décentralisation, contractualisation, mise en cohérence des politiques publiques (Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale)
Discussion

16h – Conclusion – Antoine Prost, professeur émérite à l’Université Paris 1

https://www.aphg.fr/Journee-d-etude-APHG-Coup-d-oeil-sur-les-politiques-scolaires

Entre la Libération et la commotion provoquée par la crise sanitaire, l’École française connaît le plus grand bouleversement de son histoire. À partir des années 1950, le système hérité du long XIXe siècle scolaire est miné par l’élargissement social considérable de la scolarisation post-élémentaire, y compris pour les filles, le décloisonnement du premier cycle du second degré, sanctionné par la mise en place du « collège unique » en 1975, et l’intérêt croissant pour la formation de la main-d’œuvre. Les deux « explosions scolaires », au cours des années 1950-1960, puis 1985-1995, profitent notamment du développement des nouvelles filières préparant à la vie active, dans le second cycle comme dans le supérieur. La seule proportion des bacheliers par classe d’âge illustre cet avènement d’une « École de masse » : 80% en 2019, contre 26% en 1980 et 5% en 1950, avec une nette supériorité des filles, devenues majoritaires parmi les lauréats au cours des années 1970.

Parallèlement à cette expansion numérique, le système scolaire est profondément remanié dans ses structures et sa gouvernance. Disparaissent alors l’école de Jules Ferry, intégrée au « premier degré », le lycée de Bonaparte, déjà réformé un siècle plus tard et désormais banalisé par la multiplication des établissements et leur repli sur le second cycle, ainsi que les universités de la Troisième République, juxtaposant des facultés autonomes. Le pilotage de l’institution est lui aussi remodelé, par la déconcentration, depuis les années 1960, la décentralisation, à partir de 1982, puis de 2004, et l’influence du néolibéralisme, plus ou moins forte selon les gouvernements depuis la fin du XXe siècle.

Le déroulement de la scolarité et les méthodes évoluent également. La mixité se généralise à partir des années 1950. L’orientation scolaire touche, par étapes, l’ensemble des usagers du premier cycle. Le retard scolaire, l’échec et les limites du redoublement attirent de plus en plus l’attention. Relancée avant les événements de 1968, la rénovation pédagogique se poursuit temporairement dans leur sillage, puis redevient d’actualité, par moments, à partir de 1989. Introduit dans les filières technologique (1965) et professionnelle (1985), le baccalauréat n’échappe pas au mouvement, y compris dans la filière générale, où les séries sont deux fois remaniées, avant d’être supprimées en 2018.

La massification du système scolaire rejaillit sur ses personnels, dont les effectifs explosent à tous les niveaux, sur fond de féminisation croissante. La fonction enseignante est à la fois banalisée, plus complexe et davantage professionnalisée, même si les IUFM et leurs successeurs ne parviennent pas à créer une identité professorale commune, articulant autrement bagage disciplinaire et nouvelles compétences.

L’École de masse est souvent accusée de tous les maux. D’aucuns lui reprochent de saper les bases culturelles de la nation, par le nivellement des cursus, le « pédagogisme » et le recul du savoir. D’autres l’accusent au contraire d’instaurer une « démocratisation ségrégative » en préservant, contre la rénovation, des contenus et des pratiques hérités d’un système élitiste, donc inadaptés à des publics venus d’horizons sociaux et géographiques élargis, avec des cultures et des besoins spécifiques.

Les dysfonctionnements du système scolaire sont connus, comme le rapprochement insuffisant des cursus et des résultats selon les origines sociales ou géographiques et le sexe. Mais le réquisitoire ne devrait pas oublier l’ampleur du défi, quantitatif et qualitatif, de la massification, ni les contraintes subies par une institution immergée dans une société inégalitaire, connectée et fragmentée par le recul du consensus républicain laïque. Et cette institution n’est pas restée passive, comme le montrent, entre autres, les multiples dispositifs de lutte contre l’échec scolaire, l’accroissement de l’accueil des enfants « à besoins éducatifs particuliers », la valorisation de l’activité des élèves et du travail interdisciplinaire, le développement des filières techniques et professionnelles ou la participation des représentants des élèves et des parents à la vie de l’établissement. Au début du XXIe siècle, des experts considèrent toujours l’École comme la principale alliée des familles les moins dotées en ressources économiques, culturelles et relationnelles, notamment en raison de sa capacité d’intervention autonome, grâce à l’engagement quotidien d’une grande partie de ses personnels aux niveaux stratégiques de l’établissement et de la classe.

Même si la scolarisation est le fruit, depuis le début du XIXe siècle, d’une coproduction, où les acteurs locaux, dont les familles, interviennent largement, l’État a beaucoup contribué à sa progression, puis à la mise en place d’une École de masse. Par son engagement financier, des politiques volontaristes ou des mesures ponctuelles, aux retombées cependant variables selon les sujets et les époques. Cette rencontre évoque quelques-unes des décisions prises depuis le milieu du XXe siècle. Comme le cadre horaire et la profusion des réformes imposaient des choix, trois démarches ont été retenues : une vision panoramique, une séance autonome sur les questions pédagogiques, afin de rappeler leurs enjeux politiques et sociaux, des synthèses sur certaines questions essentielles. Le recours à l’histoire de l’éducation ne se limite pas, ici, à quelques allusions au début de l’étude détaillée de l’École d’aujourd’hui. On espère qu’il aidera des enseignants à mieux situer leur profession, donc une partie de leur destin, et leurs pratiques dans la longue odyssée de la scolarisation française.

Séance de séminaire – autour de Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris et Pieter Verstraete (dir.), « Missionary Education, Historical Approaches and Global Perspectives », 2021

Jeudi 7 octobre 2021 – 14 h 00 – 16 h 00

Jean-Luc Martineau (Cessma-Inalco) &  Florence Wenzek (CERLIS)

Séminaire « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances en Afrique (mi-XIXe siècle – années 1970) »

La séance sera consacrée à la présentation du livre collectif

Missionary Education, Historical Approaches and Global Perspectives

publié par Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris et Pieter Verstraete, Mission and Modernity KADOC Book Series, Leuveu, Leuven University Press, 2021.

avec Kim Christiaens et Pieter Verstraete (Université de Leuven, Belgique) et  Ellen Vea Rosnes (VID University, Norvège)

LIEU :

Université de Paris, CESSMA, Bâtiment Olympe de Gouges

8 rue Albert Einstein, 75013 Paris 

au 8e étage (salle 864)

Inscription sur  for.an.education.network [at] gmail.com

pour qu’on laisse votre nom à l’accueil (badge à récupérer) et si vous êtes en province ou à l’étranger pour recevoir personnellement le lien ZOOM

Journée d’études – « Les acteurs collectifs dans la fabrique d’éducation », 7 octobre 2021.

Journée d’études organisée par l’ATRHE (association transdisciplinaire pour les recherches transdisciplinaires sur l’histoire de l’éducation) et TEMPORA

Jeudi 7 octobre 2021 (lien zoom sera envoyé quelques jours avant)

Les acteurs collectifs dans la fabrique d’éducation

Contact : patricia.legris@univ-rennes2.fr

Cette journée d’études s’inscrit dans la continuité du séminaire mis en place par l’ATRHE depuis 2017 et qui invite des chercheurs de sciences sociales à échanger sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques de leurs recherches à caractère historique récentes ou en cours. Il a été décidé, pour l’année 2019-2020, de « délocaliser » cette initiative en Bretagne à l’Université de Rennes-2 en concentrant les interventions en une journée de présentation et de débats. Reportée à deux reprises à cause de la crise sanitaire, la journée se tient en distanciel le jeudi 7 octobre 2021.

La thématique commune aux interventions est celle des acteurs collectifs, qu’ils constituent un groupe professionnel structuré ou non, comme producteurs des politiques éducatives à l’époque contemporaine. Il est question de s’interroger sur la marge de liberté, la capacité d’initiative et de contournement dont disposent différents groupes étudiés lors de cette journée d’études. Sont-ils de simples exécutants ou des initiateurs, des « street level bureaucrats » (Lipsky) capables d’interprétations diverses selon les contextes, des résistants à des injonctions nationales (Barrault-Stella) ? Quelles conditions (techniques, financières, personnelles) doivent être réunies pour qu’une politique éducative puisse aboutir et être exécutée correctement (Callon) ? De quelles propriétés sociologiques disposent ces acteurs collectifs qui participent à des formes diverses d’éducation ? L’éducation sera ici envisagée à la fois dans sa dimension scolaire instituée dans plusieurs pays (Etats-Unis et France notamment) mais également dans sa dimension extra-scolaire, au sein de l’intimité des familles, des groupes collectifs.

Matinée

9h : Ouverture du lien visio pour la journée

9h15 :  Introduction de la journée par Renaud d’Enfert (UJVP), président de l’ATRHE, et Patricia LEGRIS (Rennes-2, TEMPORA)

9h30 : Caroline MULLER (MCF Histoire, Rennes-2), « Faire des hommes moraux. Confesseurs et directeurs de conscience dans l’éducation des garçons au XIXe siècle »

Si l’éducation des filles de la bourgeoisie est désormais bien connue (Rogers, 2007), celles des garçons reste moins explorée, en particulier sous l’angle de l’articulation entre fabrique des masculinités, autorités religieuses et acteurs éducatifs. Les archives du for privé (correspondances, journaux personnels) permettent d’observer comment dialoguent les familles et le clergé au sujet de l’éducation des garçons : choix de leur précepteur, choix d’une institution, inquiétudes scolaires et projets de carrière.

10h : Solène TOUCHE (Master d’histoire Université Rennes-2, professeure certifiée), « Les institutrices des écoles maternelles au tournant des XIXe et XXe siècles, relais des politiques de la petite enfance »

 L’école maternelle, qui naît en France d’un ensemble de textes publiés en 1881 et 1882, se dote dès sa création d’un personnel spécifique exclusivement féminin. L’autorité scolaire voit dans ces femmes un levier pour promouvoir l’école laïque de la petite enfance et entend construire la figure idéale de l’institutrice de maternelle. Cependant, ce corps professionnel se structure au tournant des XIXe et XXe siècle et construit son identité professionnelle autour d’une pédagogie qui lui est spécifique. 

10h30 : Xavier RIONDET (PR Sciences de l’éducation, Rennes-2), « Changer la pédagogie du second degré par en bas. Retour sur les classes nouvelles (1945-1952) »

Dans l’histoire des réformes scolaires en France, le Plan Langevin-Wallon apparaît comme « l’aboutissement de deux courants de pensée de l’entre-deux-guerres : l’école unique pour les structures, l’école nouvelle pour la pédagogie » (Prost, 1968, pp.420-421). Si le Plan remis en 1947 ne fut pas appliqué, il incarne à cette époque la montée en puissance dans l’appareil scolaire français des acteurs défendant l’École Unique et ceux engagés dans les mouvements de l’Éducation Nouvelle. La trace de ces réseaux ne s’est pas cantonnée au Plan de réforme évoqué. Créées en parallèle de la Commissions Langevin-Wallon, les classes nouvelles de la Libération (1945-1952) occupent également une place originale dans l’histoire de l’éducation française. Symbolisant aux yeux de beaucoup de militants pédagogiques la rencontre entre l’Éducation Nationale et l’Éducation Nouvelle, ces classes expérimentales ouvrent à partir de 1945. Pendant plusieurs années, le déploiement de ces classes sur le territoire français contribue à faire évoluer la manière de concevoir l’enseignement et la pédagogie dans le second degré. Cette communication se propose de revenir sur le contexte de ces classes d’expérimentations et leur déploiement, et d’observer en quoi l’évolution des pratiques y est envisagée d’une manière singulière, par des moyens originaux : stages, revues pédagogiques, coordination, travail d’enquêtes, etc.

11h : Pause

11h15 : Discussion de la matinée : Jean Le Bihan

11h40 : Débats et discussion avec les participant.e.s

12h / 13h45 : Pause déjeuner

Reprise 13h45

13h45 : Sonia BIROCHEAU (MCf civilisation américaine, UPEC), « Agir pour le progrès social en milieu scolaire : les directeurs de Chicago face à la redéfinition des mission sociales des écoles publiques (années 1890-1920) »

Au tournant du XXe siècle, aux États-Unis, dans un contexte de forte immigration et de croissance urbaine et industrielle, les missions sociales attribuées aux écoles publiques évoluent. Outre la dispense d’une forme d’instruction en journée durant l’année scolaire, les établissements se transforment en centres sociaux et lieux de loisirs le soir et en centres de vacances l’été, et proposent divers programmes d’aide sociale aux enfants les plus démunis. Les travaux retraçant l’évolution des missions sociales des écoles publiques états-uniennes ont souvent fait état du rôle majeur joué par différents réformateurs et groupes de citoyens engagés. À partir du cas de Chicago, la présente communication montrera que les directeurs d’école élémentaire sont également à l’origine de nombreuses initiatives et occupent une place centrale dans une variété de programmes mis en place dans les premières décennies du XXe siècle.

14h15 : Edenz MAURICE (agrégé et docteur en histoire, chercheur associé au CHSP-IEP de Paris), « Les hussards créoles de la République. Enseignantes et enseignants en Guyane dans les années 1930 ».

L’ordre socio-racial qu’implique l’entreprise coloniale s’est souvent traduit dans l’ensemble impérial français par la juxtaposition aux colonies de deux systèmes scolaires publics, l’un destiné avant tout à la formation des natifs métropolitains, l’autre aux populations autochtones. Dans ce second cas, les travaux les plus récents s’accordent à mettre en lumière la faiblesse des effectifs scolarisés, au sein desquels les filles se révèlent les plus mal loties, ainsi que les contenus rudimentaires et utilitaires des enseignements afin d’inculquer « la grammaire de la distinction coloniale ». Cette communication entend montrer combien les enseignantes et les enseignants créoles en Guyane prennent dans les années 1930 leur distance avec cette injonction. Ces acteurs éducatifs ne craignent pas en effet de pousser leur public très loin dans les performances scolaires et dans les désirs d’ascension sociale.  

14h45 : Xavier Sido (MCF en sciences de l’éducation, Université de Lille, CIREL-Théodile), « Interpréter les programmes de mathématique modernes, au prisme de l’apprentissage professionnel et du profil des élèves, en échec, un défi pour les enseignants de la filière professionnelle scolarisée (1972-1981) ».

Consécutivement à la réforme des mathématiques modernes, au début des années 1970, les enseignants de mathématiques de la filière professionnelle scolarisée sont contraints à mettre en œuvre de nouveaux programmes faisant la part belle à l’abstraction et la théorie. Les recommandations lapidaires qui accompagnent ces textes les amènent à interpréter ces prescriptions en vue de leur opérationnalisation au prisme d’un double enjeu propre à cette filière : l’articulation à la formation professionnelle et le public perçu comme en échec, principalement en mathématique.

15h15 : Pause

15h30 : Discussion (Marie Vergnon, MCF Sciences de l’éducation Université de Caen, à confirmer)

15h50-16h15 : Discussion et échanges avec la salle

16h15-16h30 : Conclusions et pistes à venir par Rebecca Rogers (PR Sciences de l’éducation, Université Paris-Descartes)

Fin de la journée : 16h30

Journée d’études – « Ecrire une histoire de l’éducation en Europe », Université d’Artois, 13 octobre 2021

Les personnes intéressées sont les bienvenues ; pour tout renseignement : jerome.krop@univ-lille.fr ou stephane.lembre@univ-lille.fr

Programme

Matinée

Mot d’accueil 

9h15    Introduction : motivations et objectifs de la journée. Jérôme Krop, Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

9h30    L’histoire de l’éducation dans l’EHNE : bilan et perspectives. Isabelle Matamoros (EHNE, Université Paris-Sorbonne)

10h      Écrire une histoire de l’éducation en Europe : retour sur deux notices par leurs auteurs. Renaud d’Enfert (CURAPP-ESSS, Université Picardie-Jules Verne) ; Antonin Dubois (EHESS)

11h      Regards sur l’axe Histoire de l’éducation d’EHNE et les notices. Solenn Huitric (ECP, Université Lyon 2), François Mathou (IRHiS, Université de Lille), Anne Jusseaume (CREHS, Université d’Artois)

Après-midi

13h30  Des circulations transnationales d’idées et de pratiques éducatives à l’échelle européenne ? L’exemple de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités (1918-1970). Marie-Elise Hunyadi (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Damiano Matasci (Université de Genève)

14h15  Les industriels, des acteurs de l’éducation ? La formation professionnelle au prisme des circulations européennes (1957-1975. Vera Léon (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

15h30  The shy child: European dimensions of personal histories. Pieter Verstraete (Université de Louvain). Discutant : Yacine Tajri (ACP, Université Gustave Eiffel)

16h15 Enseigner l’Europe aujourd’hui : présentation d’un ouvrage collectif récent. Sébastien Ledoux (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Discutant : Jérôme Krop (CREHS, Université de Lille)

Conclusions provisoires. Jean-François Condette (IRHiS, Université de Lille)

Le laboratoire CREHS est associé depuis 2019, par l’intermédiaire de deux enseignants-chercheurs, au projet EHNE. Créé en 2012 dans le cadre des Investissements d’avenir, EHNE entend proposer une nouvelle histoire de l’Europe, conçue dans une perspective globale et dépassant la seule dimension institutionnelle. L’encyclopédie numérique EHNE propose des approches transversales de l’histoire européenne du genre, des guerres, de l’art, des circulations et des réseaux, des grandes idéologies et débats politiques. Elle s’intéresse aux fondements culturels et religieux de l’Europe et porte un regard sur les relations entre l’Europe et le reste du monde. Dans cette perspective, les responsables d’EHNE ont décidé, début 2019, de développer un pôle « histoire de l’éducation » pour l’Encyclopédie numérique d’histoire de l’Europe en sollicitant les chercheurs de l’axe « histoire de l’éducation » du Centre de Recherches et d’Etudes Histoire& Société (CREHS). Jérôme Krop et Stéphane Lembré (CREHS) ont été chargés de la conception et de la coordination scientifiques de blocs de notices sur l’histoire de l’éducation en Europe ; projet qui rassemble désormais, sous l’impulsion de quatre responsables éditoriaux (Véra Léon, Isabelle Matamoros, Jérôme Krop et Stéphane Lembré), une trentaine de contributeurs issus d’universités françaises et étrangères, et a permis la production de plus de trente notices en français et en anglais : https://ehne.fr/theme/education-enseignement-et-formation. À ce projet, sous l’impulsion de l’équipe de pilotage de l’EHNE, se sont ajoutées d’autres réalisations (accueil d’une chercheuse suisse en délégation, Raphaëlle Ruppen-Coutaz, journée sur les manuels scolaires en Europe…).

Enjeux de la journée :

L’objet de la journée d’études arrageoise, accueillie dans les locaux de l’Université d’Artois, consiste, en s’appuyant sur un bilan du travail de conception du thème « Education, enseignement, formation », à réfléchir sur les chemins empruntés en matière de comparaison historique des idées et des pratiques éducatives, des structures des systèmes éducatifs européens et des enseignements, ainsi que des formations professionnelles. À partir d’une réflexion associant des historiens impliqués dans la production des premières notices et des chercheurs posant un regard extérieur sur le travail déjà réalisé, les échanges porteront notamment sur les conditions de possibilité, les modalités de construction et d’écriture des notices. Il s’agit en somme de passer d’une démarche empirique, tâtonnante, qui s’est concrétisée dans l’écriture d’une série de notices par des chercheurs aux méthodologies et aux objets variés, à une réflexion d’ensemble sur ce que signifie une histoire de l’éducation à l’échelle européenne. La journée permettra, en ce sens, de mettre en perspective les enjeux d’une histoire européenne de l’éducation et de constituer un réseau de recherche avec des partenaires scientifiques.

Cette histoire européenne peut s’envisager sous plusieurs angles. Le premier renvoie à la comparaison entre les constructions nationales de systèmes éducatifs contemporains de l’affirmation des États-nations. Comme l’ont confirmé plusieurs travaux récents, ces constructions nationales intègrent des comparaisons dont les modalités et les effets demandent des études fouillées : le cas des circulations pédagogiques entre la Suisse et la France, par exemple, a été l’objet de travaux stimulants dans cette perspective. Il s’agit aussi de suivre des acteurs transnationaux, qu’il s’agisse d’individus (administrateurs, savants, enseignants, …) ou des groupes (associations, groupe international, …). Enfin, différents travaux, encore peu nombreux, s’attachent désormais à envisager d’emblée l’échelle transnationale, à travers par exemple la place de l’éducation dans la construction européenne, ou le dispositif Erasmus créé en 1987.

Séminaire 2021-2022 – « Les acteurs de l’enseignement de l’histoire, entre formation et pratiques. Perspectives comparatives »

Centre Maurice Halbwachs, 48 bd. Jourdain, 75014 Paris

Salle R5-35 – de 16h00 à 18h00

Séminaire organisé sous l’égide de : INSPE de l’académie de Versailles, AGORA (EA 7392), Centre Maurice Halbwachs et IHTP (CNRS-UMR8244) 

Avec le soutien de : INSPE de l’académie de Versailles, AGORA – CY Cergy Paris Université

PROGRAMME 2021-2022

Depuis 2018, ce séminaire s’attache à un examen comparé – en premier lieu au niveau européen mais pas exclusivement – des curricula et des pratiques d’enseignement de l’histoire et de l’éducation à la citoyenneté.  L’objectif du séminaire a été, dans un premier temps, de parvenir à une cartographie du statut institutionnel et politique de la discipline historique, en insistant sur les facteurs de «crise » ou de renouveau de l’identité épistémologique et du rôle public de la discipline.

Pour l’année 2021-2022, nous avons décidé de mettre entièrement à profit le caractère interdisciplinaire des parcours de notre petite équipe de recherche, ainsi que des chercheurs internationaux associés à la démarche, en nous focalisant sur l’identité sociale et la formation de l’enseignant d’histoire et d’éducation civique en Europe. Les recherches que nous allons accueillir concerneront les réseaux de formation des professeurs d’histoire, et les trajectoires socio-professionnelles de cette catégorie – construite et gouvernée selon des critères très différents (filières universitaires ou spécialisées, association avec d’autres enseignements, cursus de durées différentes). Tout en poursuivant notre effort comparatif en nous interrogeant sur les « acteurs » qui incarnent la discipline-histoire, nous comptons compléter notre interrogation par des recherches qui problématisent l’expérience, l’autoreprésentation, le vécu professionnel des enseignants d’histoire. Nous aborderons ainsi, en relation à la diversité des contextes politiques et institutionnels étudiés, la question du rôle et de l’influence des acteurs sur la médiation de contenus, blocs mémoriels, finalités civiques.

 Le programme sera complété – au mois de décembre – par une journée d’étude, organisée par l’université de Bologne et financée par l’Institut français.


21 octobre 2021 : Azéline CLERET (université Rennes 2) – Les émotions au cœur de l’enseignement de l’histoire en Allemagne : une transposition didactique guidée par la morale.

18 novembre 2021 : Arthur CHAPMAN (UCL – Institute of Education, Londres) – History teacher education in England – trends and developments 2000-2021.

Vendredi 10 décembre : journée d’étude à l’université de Bologne

13 janvier 2022 : Patricia LEGRIS (université Rennes 2) et Patrick GARCIA (CY Cergy Paris Université, AGORA – INSPE Versailles) – Former les professeurs d’histoire en France aux XXe et XXIe siècles : oscillations entre savoirs historiques et pratiques pédagogiques

10 février 2022 : Füsun ÜSTEL (professeure émérite, Université de Galatasaray, Turquie) –  Un siècle d’éducation civique scolaire en Turquie (1912-2012)

17 mars 2022 : Monica GALFRÉ (université de Florence) – Une perspective historique sur l’enseignement et sur les enseignants d’histoire dans l’Italie unie

7 avril 2022 : Alois ECKER (université de Vienne) – The Civic and History Teachers’ Education in Europe. Results of the CHE-Study, Implications and challenges for future comparative investigation


Équipe de coorganisation : Piero Colla (université de Strasbourg, AGORA),  Patrick Garcia (CY Cergy Paris Université, AGORA, IHTP) ; Bénédicte Girault (CY Cergy Paris Université, HERITAGES, INSPE Versailles), Patricia Legris (université de Rennes II, TEMPORA), Bertrand Müller (CMH, CNRS)  et Ewa Tartakowsky (ISP, UMR 7220).

Pour toute information s’adresser à : Piero Colla (colla@unistra.fr) ou Patrick Garcia (patrick.garcia@cnrs.fr).

Carnet de recherche du séminaire : https://histeurope.hypotheses.org/

Cafés en ligne – La Régionale Nord-Pas-de-Calais de l’Association des professeurs d’histoire-géographie organise un cycle « histoire de l’éducation »

Le lundi 20 septembre à 19h, l’APHG NPDC débutera un cycle « histoire de l’éducation ». Les premiers invités en seront Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil co-auteurs de l’Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXe s. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Le lundi 27 septembre à 19h, grâce au cycle Histoire de l’éducation de l’APHG NPDC, nous aurons le plaisir d’écouter Jean-François Condette et Véronique Castagnet évoquer leur Histoire des élèves, parue en deux tomes aux Presses du Septentrion. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Rencontres Gallica – « L’école et l’éducation en France », 21 sept. 2021, BnF, site François-Mitterrand

1921 – – Agence Rol | BnF, département des Estampes et de la photographie

Les Rencontres de Gallica font découvrir, chaque mois, les collections numérisées de la BnF et de ses partenaires en s’attachant à un thème ou un corpus de documents. Cette séance s’intéresse à l’école et l’éducation en France.

À l’origine prérogative de l’Église ou affaire de précepteurs, l’éducation devient au cours du XVIIIe siècle une préoccupation de l’État. Enjeu politique dans la lutte de pouvoir entre l’État et l’Église puis entre les Républicains et les royalistes ou les bonapartistes, l’école s’impose progressivement comme une institution majeure de la société française. L’enseignement se professionnalise au XIXe siècle et diverses méthodes pédagogiques se développent en lien avec une culture scolaire spécifique. Les fonds de la BnF constitués par le dépôt légal sont une source d’une grande richesse pour étudier l’histoire de la forme scolaire. La sélection Gallica sur l’éducation et l’école en France met en valeur à la fois manuels scolaires, traités et plans d’éducation, publications destinées aux instituteurs et institutrices, essais, ouvrages historiques, enquêtes et rapports, revues, publications officielles.

Cette rencontre est l’occasion de revenir sur l’intérêt que présentent, pour la recherche, certaines collections lorsque l’on s’intéresse à l’émergence de cette école du livre qu’est l’école républicaine à la fin du XIXe siècle : notamment la collection des manuels, pour étudier l’évolution des représentations en jeu dans la culture scolaire, mais également la singularité de la pédagogie républicaine, et la collection des fascicules du Musée pédagogique permettant de délimiter les contours de l’œuvre scolaire républicaine.

Par Sonia Huard, chargée de collections en sciences de l’éducation, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, et Xavier Riondet, maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine.

Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com. Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

Colloque – XXIe colloque de la SEDHES, « Pédagogies alternatives et éducation dans les marges » [Pedagogías alternativas y educación en los márgenes], Valence, Espagne, juil. 2022

Français : Le prochain XXIe colloque sur l’histoire de l’éducation « Pédagogies alternatives et éducation dans les marges » aura lieu dans la ville de Valence du 6 au 8 juillet 2022. L’équipe organisatrice encourage la soumission de propositions de communications universitaires qui analysent les pédagogies dites alternatives et l’éducation en marge tout au long du 20e siècle dans une perspective historico-éducative. Nous proposons l’étude des théories, des politiques et des pratiques, de la pensée pédagogique et des expériences éducatives, qui ont été conçues, réalisées ou ont émergé en marge ou comme alternatives aux systèmes éducatifs ou aux normes pédagogiques des différents statu quo de chaque moment historique. Les initiatives éducatives en marge ou aux frontières des systèmes éducatifs, culturels, sociaux et politiques établis ont pu représenter des changements et des tournants dans l’histoire, des ruptures, des discontinuités, ou bien elles ont échoué, ont été oubliées ou n’ont tout simplement pas eu de prétentions universalistes ou de prétention à un changement systémique.

Espagnol : El próximo XXI Coloquio de Historia de la Educación “Pedagogías alternativas y educación en los márgenes” tendrá lugar en la ciudad de Valencia del 6 al 8 de julio de 2022. Desde el equipo organizador, se anima a la presentación de propuestas de trabajos académicos que analicen en perspectiva histórico-educativa las llamadas Pedagogías alternativas y la educación en los márgenes a lo largo de todo el siglo XX. Se propone el estudio de teorías, políticas y prácticas, pensamiento pedagógico y experiencias educativas, que fueron diseñadas, realizadas o que emergieron en los márgenes o como alternativas a los sistemas educativos o a los estándares pedagógicos de los diferentes status quo de cada momento histórico. Las iniciativas educativas al margen o en la frontera de los sistemas educativos, culturales, sociales y políticos establecidos pueden haber supuesto cambios y puntos de inflexión en la historia, rupturas, discontinuidades o bien haber fracasado, quedado en el olvido o simplemente no haber tenido pretensiones universalistas ni de cambio sistémico.

Colloque – « XVe journées d’histoire de l’éducation chiliennes : histoire, identités et territoires éducatifs » [XV jornadas de historia de la educación chilena : historia, identidades y territorios educativos], 3-5 nov. 2021

Français : après avoir été suspendues pour des raisons largement connues en novembre 2019 – alors qu’elles étaient co-organisées par l’Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, le Centro de Educación y Cultura Americana et la Sociedad Chilena de Historia de la Educación (SCHHE)-, les Jornadas de Historia de la Educación Chilena reprendront en 2021. Pour cette raison, la SCHHE et l’Universidad de O’Higgins (UOH) vous invitent à participer à la 15ème version de cette rencontre. La conférence se déroulera en mode virtuel, du 3 au 5 novembre 2021, et se veut un espace de rencontre, de réflexion et de débat entre les chercheurs qui étudient l’histoire de l’éducation au Chili.

Espagnol : Luego de haberse visto suspendidas por motivos ampliamente conocidos en noviembre de 2019 -momento en que eran coorganizadas por la Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, el Centro de Educación y Cultura Americana y la Sociedad Chilena de Historia de la Educación (SCHHE)-, en 2021 las Jornadas de Historia de la Educación Chilena se retoman. Por este motivo, la SCHHE y la Universidad de O’Higgins (UOH) invitan a participar en la XV versión de este encuentro. Las Jornadas se realizarán en modalidad virtual, entre el 3 y 5 de noviembre de 2021, y se plantean como un espacio de encuentro, reflexión y debate entre investigadoras e investigadores que estudian la historia de la educación en Chile.

AàC – « The rise of education in historical perspective »

Call for Papers

As W. E. Marsden (1977) noted in his seminal paper on geography and the history of education, the diffusion of education is unevenly distributed in space and thus marked by local and regional inequalities. Economic historians have increasingly taken advantage of such variation across places to examine (i) the impact of education on economic development, (ii) the determinants of schooling and human capital – while raising important questions regarding the role of religion, landownership and political voice, industrialization and institutional reforms. In other contexts, historians and historians of education have explored regional variations in schooling through analyses of national politics of standardization and homogenization, and in studies of the local and regional contexts of education, shedding further lights on the complex settings that enabled the rise of mass schooling.

Although scholars in each field have taken important steps forward, there remains a lack of true interdisciplinary work on the local and regional variations of schooling. The aim of this workshop is to promote such work, and to provide a platform where quantitative and qualitative contributions may inform each other.

The main focus of the workshop will be the rise of primary and secondary education across European regions in the last two centuries, even though we also welcome contributions on different historical periods and world regions. More specifically, we encourage submissions from a broad range of disciplines that shed light on fundamental aspects of regional variation in schooling, its determinants and impact on social and economic development. These includes:

  • 1. The spatial distribution of education (in terms of schools, enrolment levels, child-teacher ratios, absenteeism etc.)
  • 2. Economy and the demand for schooling
  • 3. Demography and education
  • 4. Education reform and regional differences
  • 5. School finance and teacher salaries
  • 6. Gender educational inequality
  • 7. The local history of schooling

Appel à contributions


Comme l’a noté W. E. Marsden (1977) dans son article fondateur sur la géographie et l’histoire de l’éducation, la diffusion de l’éducation est inégalement répartie dans l’espace et donc marquée par des inégalités locales et régionales. Les historiens de l’économie ont de plus en plus tiré parti de ces variations d’un endroit à l’autre pour examiner (i) l’impact de l’éducation sur le développement économique, (ii) les déterminants de la scolarisation et du capital humain – tout en soulevant des questions importantes concernant le rôle de la religion, de la propriété foncière et de la voix politique, de l’industrialisation et des réformes institutionnelles. Dans d’autres contextes, les historiens et les historiens de l’éducation ont exploré les variations régionales de la scolarisation à travers des analyses des politiques nationales de standardisation et d’homogénéisation, et dans des études des contextes locaux et régionaux de l’éducation, apportant un éclairage supplémentaire sur les cadres complexes qui ont permis l’essor de la scolarisation de masse.

Bien que les chercheurs dans chaque domaine aient fait des progrès importants, il manque encore un véritable travail interdisciplinaire sur les variations locales et régionales de la scolarisation. L’objectif de cet atelier est de promouvoir ces travaux et de fournir une plateforme où les contributions quantitatives et qualitatives peuvent s’informer mutuellement.

L’atelier se concentrera principalement sur l’essor de l’enseignement primaire et secondaire dans les régions européennes au cours des deux derniers siècles, même si nous accueillons également des contributions sur différentes périodes historiques et régions du monde. Plus précisément, nous encourageons les soumissions provenant d’un large éventail de disciplines qui éclairent les aspects fondamentaux de la variation régionale de la scolarisation, ses déterminants et son impact sur le développement social et économique. Ces aspects comprennent

  1. La distribution spatiale de l’éducation (en termes d’écoles, de niveaux de scolarisation, de ratios enfants-enseignants, d’absentéisme, etc.)
  2. L’économie et la demande de scolarisation
  3. Démographie et éducation
  4. La réforme de l’éducation et les différences régionales
  5. Financement des écoles et salaires des enseignants
  6. Inégalités éducatives entre les sexes
  7. L’histoire locale de la scolarité

Séminaire – « Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution », Pierre Serna (Paris 1) et Jean-Charles Buttier (Unige)

Sous la direction de Jean-Charles Buttier (université de Genève ÉDHICE) et Pierre Serna (Paris 1 IHRF-IHMC)

Semestre de printemps 2021, le mercredi de 17 h 00 à 19 h 00

Le temps du confinement, les séances se tiendront exclusivement sur Zoom.

Pour obtenir les informations de connexion, prière de contacter Pierre Serna : pierreserna [at] wanadoo.fr

L’enjeu de ce séminaire est de réfléchir au rapport dialectique entre éducation et révolution pendant la Révolution française sans s’y limiter puisque la charnière entre deux siècles est fondamentale, entre les projets des philosophes des Lumières et les réalisations pédagogiques des États naissant et s’affermissant au début du xixe siècle. La figure de Pestalozzi est ainsi emblématique incarnant une innovation pédagogique qui s’inscrit dans la continuité d’un siècle marqué par l’intense réflexion éducative d’une part et qui rencontre l’évènement révolutionnaire d’autre part. Dans la seconde moitié du xviiie siècle s’est ainsi élargi l’horizon d’attente des pédagogues qui ont progressivement identifié leur public au peuple, tentant des expériences à un niveau personnel et local parfois, jusqu’à imaginer des utopies pédagogiques pour des sociétés entières.

Une révolution pédagogique et politique s’opère alors pour interroger toutes les formes d’éducation populaire. L’école n’est qu’un des lieux et des temps de l’éducation qui prend avec la Révolution française un sens civique. Le constant va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation éducative devient ainsi un mouvement de fond qui se manifeste par exemple par l’insistance sur toutes les formes de vulgarisation ou « élémentation » des savoirs, y compris politiques. Tous les âges sont concernés par une première ébauche d’éducation permanente.

Dans son article consacré à l’histoire de la pédagogie écrit pour le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1911) sous la direction de Ferdinand Buisson, le grand pédagogue républicain Gabriel Compayré voit dans le xviiie siècle la véritable rénovation des études et des méthodes pédagogiques. James Guillaume, historien majeur de la politique éducative révolutionnaire a ainsi insisté sur le fait que Pestalozzi fut fait citoyen français par la Législative en 1792. En 1883, Georges Dumesnil publia une histoire de l’école révolutionnaire sous le titre La Pédagogie révolutionnaire. Ces deux auteurs ont souhaité mettre en correspondance ce que Dumesnil appelle « les documents pédagogiques » et Guillaume « les systèmes pédagogiques » (dans une Note sur l’instruction publique parue en volume en 1888) et les « régimes politiques » (Guillaume) ou « forces politiques » (Dumesnil). Ainsi, dans le contexte du Centenaire de 1889, les deux historiens analysent les projets politiques et éducatifs qui se succèdent tout au long de la décennie révolutionnaire.

Cette approche règlementaire fut reprise dans le contexte du Bicentenaire de 1989 par de grands historiens de l’école révolutionnaire, tels que Bronislaw Baczko ou Dominique Julia. L’introduction de l’ouvrage de Baczko qui analyse les projets révolutionnaires (Une éducation pour la démocratie, 1982)permet d’examiner le lien opéré entre éducation et politique : « La pédagogie est ainsi tour à tour, le déterminant et le déterminé d’une politique. » Cette relation étroite entre pédagogie ou éducation, et politique est centrale.

Mona Ozouf publia en 1989 un recueil de ses articles intitulé L’homme régénéré dont elle détaille le projet en étudiant l’expression « pédagogie révolutionnaire » utilisée par Dumesnil un siècle plus tôt mais dans un sens très différent : « C’est donc autour de la pédagogie révolutionnaire que tourne ce livre, bien qu’il n’aborde jamais les contenus pédagogiques proposés par les réformateurs révolutionnaires de l’Instruction publique. » Elle précise plus loin que « L’école ici prend un sens extraordinairement dilaté : elle se confond avec la Révolution elle-même. » De son côté, Dominique Julia a participé au Dictionnaire historique de la Révolution française et, faisant référence à l’analyse de l’école par Ozouf sous l’angle du transfert de sacralité ou bien se référant aux travaux de Baczko et à son étude de l’œuvre scolaire révolutionnaire sous l’angle de l’utopie, Julia insiste dans son article sur la dimension patrimoniale des projets révolutionnaires : «  Surtout, elle a fait de l’école un vecteur d’émancipation, creuset d’une égalité démocratique entre les citoyens, agent actif, par l’accès à la culture qu’elle procure, d’une promotion sociale due au seul mérite. »

Vingt ans après le Bicentenaire, en 2009, Jean-Luc Chappey a dressé un bilan historiographique au titre significatif, « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », qui illustre les enjeux contemporains de cette histoire de l’éducation révolutionnaire dans un sens extensif : « En l’an IIla pédagogie envahit tout l’espace social et politique. » En 2013, l’historien de l’école révolutionnaire René Grevet a consacré un article à la question dialectique suivante : « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice. » Il a analysé « le fait scolaire en révolution » pour aboutir au constat d’un « décalage entre les espérances révolutionnaires et les réalisations » d’une part mais aussi pour constater que la Révolution a jeté « les bases d’une instruction publique sous le contrôle d’un État enseignant. »

Dans la continuité de ces travaux qui embrassent l’éducation ou la pédagogie révolutionnaire dans un sens étendu et mêlent éducation et politique, ce séminaire sera organisé autour des axes suivants :

  • Les discours et pratiques politiques : comment se construit une politique pédagogique, depuis les Assemblées nationales jusqu’aux écoles de village, quels sont les dynamiques des débats entre députés, puis une fois les lois votées, comment est appliquée la loi et quels pouvoirs peuvent se donner les représentants de la loi ou fonctionnaires pour vérifier sa bonne application ?
  • Comment la Révolution a-t-elle clairement identifié la naissance d’une nation par cette invention pédagogique qui n’allait pas tarder à la placer face aux forces traditionnelles du clergé et donc, la Révolution et la période qui a suivi avec l’Empire ont-elles réussi une première acculturation ou non ?
  • Les transferts pédagogiques, en particulier, ceux qui s’opèrent entre les différents supports utilisés comme support d’éducation populaire (presse, brochures, théâtre, fêtes, musées, etc.) mais aussi pour instruire les enfants ou les adultes (livres élémentaires, manuels de vulgarisation, etc.). Un contexte révolutionnaire est souvent propice à ces transferts car la pédagogie envahit toute la sphère publique.
  • Le mouvement de fond observé au cours de la période concernée est un jeu de va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation pédagogique ce qui pose la question du rapport entre engagement et éducation politiques. Ce déplacement de la lutte politique vers l’éducation a été notamment observé chez les Conventionnels en exil et leurs enfants par Sergio Luzzatto (Mémoire de la Terreur, 1991).
  • Les acteurs et actrices ne seront pas oublié.e.s, les instituteurs et institutrices de l’époque révolutionnaire, mais aussi les professeurs d’institutions républicaines comme le Museum d’histoire naturelle par exemple,  ont eu un rôle de premier plan qu’il convient d’étudier non seulement sous l’angle de l’histoire politique, sociale mais aussi du genre. Il serait utile d’interroger la règlementation et son application et donc analyser contrôle normatif par les instances en charge de la surveillance de ces diverses formes d’éducation, notamment sous le Directoire, régime particulièrement intéressant par sa durée.

Programme

24 mars 2021 – Introduction du séminaire

Pierre Serna,  La Révolution : une propédeutique permanente

Jean-Charles Buttier (Unige), Le catéchisme républicain, une pédagogie révolutionnaire ?

31 mars 2021 – Du papier à la toile : le potentiel des Archives Parlementaires

Journée d’études en visioconférence à la Bibliothèque de la Sorbonne  31 mars, en collaboration avec le laboratoire Persée, la BIS et les chercheurs de l’IHRF-IHMC

7 avril 2021 – Mélisande Kripiek (élève de l’école des Chartes en cours de thèse)

Les professeurs du Museum d’histoire naturelle et leur enseignement 

12 mai 2021 – Côme Simien (IHRF-IHMC)

Les instituteurs de la République

19 mai 2021 – Caroline Fayolle (LIRDEF, Montpellier)

La fabrique scolaire du genre et de la « race » (colonies antillaises, 1795-1830)

26 mai 2021 – Anthony Saggese (IHRF-IHMC)

Le projet d’une éducation régénérée sous le Directoire

2 juin  2021 – Marie Ranquet et Céline Parcé (Archives Nationales)

Les grands textes de loi de l’éducation  sous la Révolution


Bibliographie

  • Numéro spécial de LRF/IHRF sous la direction de Caroline Fayolle et Jean Charles Butier, Pédagogies, utopies et révolutions (1789-1848), no 4, 2013, https://journals.openedition.org/lrf/791
  • Baczko (Bronislaw), Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Garnier, 1982.
  • Baczko (Bronislaw), « Ici on s’honore du titre de citoyen », dansMonnier (Raymonde) (dir.), Citoyens et citoyenneté sous la Révolution française.Paris, Société des études robespierriste, 2006.
  • Boulad-Ayoub (Josiane) (dir.). Former un nouveau peuple ? Pouvoir, Éducation, Révolution. Paris, France, Saint-Nicolas (Québec), Les Presses de l’Université de Laval, L’Harmattan, 1996.
  • Buttier (Jean-Charles), « Un exemple de transfert pédagogique : le catéchisme politique », Paedagogica Historica. International Journal of the History of Education, 2012/4, p. 511-547.
  • Buttier (Jean-Charles), « Les trois vies du Catéchisme républicain, philosophique et moral de La Chabeaussière », Annales historiques de la Révolution françaiseavril-juin 2011, 364, p. 163-192.
  • Chappey (Jean-Luc), « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », dansBiard (Michel) (dir.). La Révolution française. Une histoire toujours vivante. Paris, Tallandier, 2009.
  • Fayolle (Caroline), La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017.
  • Grevet (René), Marchand (Philippe) (dir.), Les débuts de l’École républicaine (1792-1802). Revue du Nord, Tome LXXVIII, octobre-décembre 1996.
  • Grevet (René), L’avènement de l’école républicaine (1789-1835), Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2001.
  • Grevet (René), « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice », dans Buttier (Jean-Charles), Fayolle (Caroline) (dir.), Pédagogies, utopies, révolutions (1789-1848)La Révolution française, 4/2013. En ligne : https://journals.openedition.org/lrf/794
  • Julia (Dominique), Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981.
  • Julia (Dominique), « Instruction publique/éducation nationale », dans Soboul (Albert) (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989.
  • Luzzatto (Sergio), Mémoire de la Terreur. Vieux montagnards et jeunes républicains au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1991.
  • Ozouf (Mona), La fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976.
  • Ozouf (Mona), L’École de la France : essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, 1984.
  • Ozouf (Mona), L’homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, Gallimard, 1989.
  • Serna (Pierre), « Révolution », dans Baczko (Bronislaw), Porret (Michel), Rosset (François) (dir.), Dictionnaire critique de l’utopie au temps des Lumières, Georg editeur, Chêne-bourg, Suisse, 2016, p. 1093-1115.
  • Simien (Côme), « Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760–1802) », Annales historiques de la Révolution française 2018/2 (no 392), p. 189 à 202.

Séminaire – « L’École au temps de la crise sanitaire: quelles continuités et quels changements en France (et ailleurs) ? », Laboratoire de l’éducation, juin 2021

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine séance du séminaire des doctorant·es et des jeunes chercheur·es organisé dans le cadre des projets du LLE – Laboratoire de l’Education.

Elle se déroulera le mercredi 02 juin 2021, de 14h à 16h30 en visioconférence.

Nous accueillerons Filippo Pirone, maître de conférence en sciences de l’éducation et de la formation à l’université de Bordeaux, qui interviendra sur: 

« L’École au temps de la crise sanitaire: quelles continuités et quels changements en France (et ailleurs)? »

Les séances s’adressent à un public de doctorant·es (ou futurs doctorant·es) et à toute personne s’intéressant aux problématiques éducatives, depuis les diverses disciplines des sciences sociales, didactiques et linguistiques. 

Journée d’étude – « Quelle école pour quelle société ? Rôle et enjeux de l’Éducation nouvelle aujourd’hui », INSPE de Créteil, juin 2021

Quelle école pour quelle société ? Rôle et enjeux de l’Éducation nouvelle aujourd’hui.Le groupe de réflexion Enseigner autrement : émancipation, coopération, autonomie – Éducation Nouvelle et pédagogies «alternatives» et l’ ACLlPE ont le plaisir de vous inviter à une journée d’étude et d’échanges organisée le 23 juin à Livry-Gargan, avec le soutien de l’INSPE-UPEC et du LIS (Lettres, Idées, Savoirs – EA 4395).

Séminaire – « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) » (CESSMA, Université de Paris)

CESSMA – Séminaire 7 octobre 2021

Jeudi 7 octobre 2021 , Salle 870 + Visio-Zoom pour l’étranger et la province, 14  h 00 – 16 h 00

Pieter Verstraete, Kim Christiaens et Idesbald Goddeeris (Université de Leuven, Belgique) viendront présenter leur ouvrage :

Missionary Education: Historical Approaches and Global Perspectives

avec certain(e)s des auteur(e)s dont Ellen Vea Rosnes (VID, Norvège)

AàC – « The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation » (Macerata, Italie, déc. 2022)

Cet appel à contribution s’inscrit dans le cadre des activités de recherche prévues pour le
projet d’intérêt national School Memories between Social Perception and Collective
Representation (Italy, 1861-2001) et vise à poursuivre la ligne de recherche inaugurée par
le symposium international School Memories. New Trends in Historical Research into
Education: Heuristic Perspectives and Methodological Issues, qui s’est tenu à Séville en
2015.

Le projet de recherche se penche sur les formes de la mémoire scolaire, au sens de
pratique individuelle, collective et publique de ré-évocation d’un passé scolaire commun
(Yanes-Cabrera et al., 2017).

La mémoire scolaire individuelle consiste en une auto–représentation de soi fourni par des anciens enseignants et fonctionnaires de l’administration scolaire, ainsi que par des
anciens élèves dans le cadre de témoignages verbaux et écrits (ex. journaux, autobiographies et mémoires en général). Les ego-documents ont été largement utilisés en guise de sources historiques également dans le cadre de la recherche historique en éducation (Viñao Frago, 2005) afin de reconstituer l’histoire de l’école en partant des expériences réelles de ses protagonistes plutôt que des sources législatives et institutionnelles, dans la tentative de découvrir ce que contenait la soi-disant « boîte noire de l’école » (Julia, 1995).

La mémoire scolaire collective se compose en revanche des multiples représentations de l’école, des enseignants et des élèves qui – au fil du temps – l’industrie culturelle (littérature, cinématographie, musique, etc.) et le monde de l’information ont apporté. Elle fait l’objet de nettes transformations. Ces représentations du passé éducatif se stratifient de génération en génération, en se superposant en partie aux souvenirs personnels, en frelatant la réalité des faits et en se consolidant en récits stéréotypés. Elles peuvent aussi altérer la connaissance du passé, qui se transforme ensuite en un véritable espace de l’imaginaire, dont une représentation historique fondée sur la science ne peut faire abstraction (Alfieri, 2019).

La mémoire scolaire publique, enfin, consiste en la représentation de l’école et des enseignants qui a été proposée dans le cadre des représentations officielles et des commémorations publiques soutenues par les institutions locales et nationales selon une politique précise de la mémoire, c’est-à-dire un usage public du passé destiné à obtenir un consensus et à renforcer le sentiment d’appartenance à une certaine communauté (Yanes-Cabrera et al., 2017). À l’inverse de la mémoire scolaire individuelle, les mémoires collective et publique ont peu fait l’objet de recherche socio-éducative, puisqu’elles n’ont pas longtemps été considérées comme un sujet important sur le plan historiographique. Ces dernières années toutefois, la mémoire de l’école – considérée dans ses différentes acceptions – a été englobée dans la réflexion historiographique internationale et elle a fait l’objet d’études d’un grand intérêt dans le domaine de l’histoire de l’éducation, aussi bien dans les pays de la zone ibéro-américaine que dans le monde anglo-saxon. L’étude de la mémoire permet notamment de définir la manière dont le présent regarde le passé et l’interprète ou le réinterprète. En ce sens, la mémoire scolaire ne nous intéresse pas seulement en tant que canal d’accès au passé scolaire, mais aussi en tant que clé pour comprendre ce qu’aujourd’hui on sait ou on croit savoir sur l’école du passé et dans quelle mesure ce qu’on sait correspond à la réalité ou est le résultat de préjugés et de stéréotypes désormais ancrés dans le sens commun et difficiles à éradiquer.

L’objet de l’enquête historique n’est donc plus simplement l’école telle qu’elle a réellement été, mais le processus complexe de définition du sentiment de cette école qui s’est développé au fil du temps au niveau individuel et collectif, au départ sur la base de l’expérience scolaire réelle, puis sur la base d’autres agents sociaux et culturels qui ont en partie contribué à le redéterminer.

Cette nouvelle perspective de recherche permet d’examiner un aspect dont la dimension historique avait jusqu’ici échappé aux spécialistes : l’évolution de la perception du statut social des différents profils professionnels impliqués dans les processus de scolarisation et du statut public de l’instruction au sein d’une collectivité, ainsi que de l’image publique de l’école et du système scolaire national. L’étude des modes de représentation symbolique collective de l’école et de l’enseignement au cours du temps, en effet, permettra de restituer la dimension culturelle globale de ces phénomènes historiques, et de définir l’origine de certaines hypothèques qui pèsent encore sur l’image publique de l’école, ainsi que de redonner conscience d’elles-mêmes et de leur rôle à tous les acteurs de l’éducation publique.

Il n’existe pas de passé scolaire unique et univoque. Au contraire, il y en a beaucoup, qui coexistent souvent et qui sont parfois des alternatives les unes aux autres. Ceux-ci peuvent être plus ou moins conformes à la réalité historique, mais ils sont néanmoins réels et affectent la vision que les individus ou les communautés ont de ce passé. Cette conférence internationale a pour but la découverte de ces passés scolaires.

Continuer la lecture de « AàC – « The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation » (Macerata, Italie, déc. 2022) »

Conférences à l’ISCHE 42 : « The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective »

Anglais / English

On Monday  21 June, at 2 pm (Central European Summer Time), the SWG  » The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective » will hold two panels at the ISCHE 42 conference:

  • 2:00-3:30 : « School Funding and the Rise of the State »
  • 4:00-5:30 : « Strategies to Tackle the Scarcity of Resources and Their Effects on Education »

Français / French

Le lundi 21 juin, à 14 heures (heure d’été de l’Europe centrale), le SWG  » The History of Educational Funding : Models, Debates and Policies in an International Perspective » tiendra deux panels lors de la conférence ISCHE 42 :

  • 14h00-15h30 : « Le financement de l’éducation et la montée de l’Etat ».
  • 4:00-5:30 : « Stratégies pour faire face à la rareté des ressources et leurs effets sur l’éducation ».