JE – “L’enseignement de l’histoire en Europe : entre dé-nationalisation et re-nationalisation”, Université de Bologne, déc. 2021

10.00 – 13.0

 Curricula d’histoire et politiques de la mémoire, en Italie et en France : traditions, convergences, échanges  / History curricula and memory politics in France and Italy : traditions, convergences, and mutual borrowing

Bienvenue, prof. Francesca ROVERSI MONACO, Dipartimento di Storia, Culture e Civiltà, Università di Bologna

Introduction de la journée et modération, Piero COLLA (AGORA, Université de Strasbourg)

– Patrick GARCIA (AGORA, INSPE Versailles) L’enseignement de l’histoire en France aujourd’hui, entre renouvellement pédagogique, actualisation scientifique et demande sociale

– Alberto DE BERNARDI (Università di Bologna) Le «canon» de l’histoire contemporaine dans les manuels scolaires de l’Unification à nos jours

– Benoît FALAIZE (Centre d’histoire de Sciences Po) Le retour du national dans le récit scolaire de la guerre d’Algérie ?

– Claudia VILLANI (Università di Bari) Remembrance education and history teaching in Italian schools : didactic practices and current researches 

–  avec la participation d’Alain LAMASSOURE, président de l’Observatoire sur l’enseignement de l’histoire du Conseil de l’Europe

 ——-

15.00 – 19.00

  Histoire scolaire et politiques de la citoyenneté en Europe aujourd’hui / School history and citizenship politics around Europe today 

Modérateur / Chair : Vittorio Caporrella (Bologna University)

Introduction, Francesca SOFIA, Dipartimento di Storia Culture Civiltà, Università di Bologna

–  Rainer BENDICK (SESMA, Brunswick) Allemagne : Le poids d’une histoire nationale difficile à assumer

–  Luigi CAJANI (Università La Sapienza, Rome) Les programmes d’histoire en Italie et le va-et-vient de l’éducation à la citoyenneté

–  Piero COLLA (AGORA, université de Strasbourg) Suède : une discipline “à risque d’extinction” ?  Nouveaux usages des mémoires impératives et profil curriculaire de l’histoire scolaire

–  Terry HAYDN (University of East Anglia) Ethical dilemmas for history educators in the UK (and elsewhere)

–  Ewa TARTAKOWSKY (CNRS, ISP Nanterre) Histoire des Juifs comme élément d’appréciation des processus de dé-nationalisation et de re-nationalisation en Europe centrale et orientale. 

– Roberto BALZANI (Università di Bologna) La didactique de l’histoire dans les musées universitaires

débat

Cours public – “Vive l’école !”, Université Rennes II

S’il est bien un terrain politique miné en France, c’est celui de l’Éducation. Les Jésuites, expulsés du Royaume en 1762-64, en savent quelque chose… comme les ministres des années 1980, tombés pour l’École unique ou la sélection à l’entrée de l’Université. Sous la Restauration ou le Second Empire, ils suspendaient des enseignants ou fermaient des grandes écoles athées et antimonarchiques, Vichy excluant les pédagogues juifs, quand la République radicale de la Belle Époque poussait les enseignants congréganistes à l’exil. Les motifs des batailles scolaires peuvent changer, comme la nébuleuse des termes associés, mais c’est toujours de temporalités qu’il s’agit. D’un côté s’engage la perpétuation des privilèges et du roman national en tension, de l’autre l’actualisme de pratiques éducatives sous le feu des critiques entre nostalgiques et innovateurs plus ou moins responsables, enfin et sur fond de liberté de conscience, la préparation espérée des générations futures à des avenirs, ici radieux au service d’un pouvoir sans partage, là doucement utopiques, là d’un réalisme désespérant. En ces temps de Nation apprenante, de sciences cognitives et de l’éducation qui interrogent le rôle de la mémoire et de l’expérimentation dans le développement intellectuel, social et psychique, ou d’ubérisation des savoirs (menaçant leur légitimité), l’approche en longue durée permet d’identifier les nouveaux terrains de recherche. De solides travaux éclairent notamment les outils, lieux, pratiques, mixités et titres pédagogiques, les diverses conceptions de formats pour « faire la classe », la neutralité ou le regard sourcilleux des pouvoirs, la parole donnée ou rendue aux intéressés que sont éduqués et éducateurs, trop souvent enfermés dans la catégorie des « acteurs », bien qu’ils subissent plus qu’ils ne peuvent agir… alors, entre instruction, enseignement,
éducation, formation, pédagogie, cours, cursus, tutoriel, distanciel, mooc… rappelons avec Anne Chang que le premier mot employé par Confucius est « Apprendre ».

Patrick Harismendy
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Rennes 2

Séance de séminaire – Sarah Curtis, “Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France”

La prochaine séance du séminaire d’histoire contemporaine de la France à l’Institute of Historical Research (Londres) aura lieu en ligne le lundi 15 novembre 2021 entre 18h30 et 19h30 heure de Paris. 

Le thème est  « Education et enfance dans le monde francophone contemporain » et nous sommes ravi.e.s d’accueillir Sarah Curtis (San Francisco State University) pour une communication intitulée ‘Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France‘ et Rebecca Rogers (Université de Paris) dont la communication porte sur ‘The lessons of biography in the history of 19th-century girls’ education’.  Christina de Bellaigue (University of Oxford) présidera la séance. 

Les deux participantes ont enregistré leur communication que vous pouvez regarder sur ce site : http://frenchhistorysociety.co.uk/blog/?p=3091 Pour assister au séminaire merci de bien vouloir vous inscrire via cette page https://www.history.ac.uk/events/education-and-childhood-modern-francophone-world 

Le séminaire consistera en une discussion d’une heure avec la présidente de séance, nos deux invitées, et les membres du public.  

Le programme du séminaire pour le premier semestre est disponible ici : 

https://www.history.ac.uk/seminars/modern-french-history

Si vous souhaitez vous inscrire à notre liste de diffusion, merci de me contacter à charlotte.faucher@manchester.ac.uk 

Journée d’études – L’école en Algérie : entre tradition et modernité (XIXe-XXe siècle)”, Université d’Artois

Mercredi 17 novembre 2021 à la Maison de la Recherche (salle I0.06), Université d’Artois, 9 rue du Temple, Arras.

Programme : 

  • À partir de 09h00 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois
  • 09h15 – 9h30 Brève introduction de la journée par Stéphanie DAUPHIN, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois, L’école française en Algérie au temps de la domination coloniale
  • 9h30 – 10h00Youcef HAMITOUCHE, Professeur à l’Université d’Alger, Faculté des  Sciences Politiques, « L’implantation culturelle française en Algérie pendant la période coloniale”
  • 10h00 – 10h30 Fatiha CHOUIREF, Docteur en Sciences politiques de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, « Le système scolaire français en Algérie : l’avènement d’une conscience politique et identitaire amazighe » 
  • 10h30 – 10h45 Questions et débats avec la salle
  • 10h45 – 11h00 Pause
  • 11h00 – 11h30 Lydia HADJ-AHMED, Doctorante en histoire contemporaine, Institut des sciences sociales du politique, Université Paris-Nanterre, « “Un pistolet automatique et des paquets de bonbons”. Les cantines scolaires tenues par les militaires pendant la guerre d’indépendance algérienn  (1956-1961) »
  • 11h30 – 12h00 ean-René Genty, Historien et documentariste, « Les nationalistes algériens et l’école »
  • 12h00 – 12h15 Questions et débats avec la salle 
  • 12h15 – 14h00 Pause repas L’école au temps de l’Indépendance : rompre avec la France ?
    14h00 – 14h30 Habiba CHABOU
    , Doctorante, Paris-I-Panthéon-Sorbonne, « L’enfer à dix ans (1968) : l’imaginaire scolaire de l’Algérie indépendante dans un collectif de films » 
  • 14h30 – 15h00 Sofiane BOUHDIBA, Professeur de Démographie à l’Université de Tunis, « Le français à l’école dans l’Algérie postcoloniale : une indépendance inachevée ? »
  • 15h00 – 15h15 Questions et débats avec la salle
  • 15h15 – 15h30 Pause
  • 15h30 – 16h00 Jérôme BOCQUET, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Tours, « Des Français à l’école algérienne après 1962. Enseignants, français et chrétiens. Un entre-deux »
  • 16h30 – 17h00 Edgard SANZA LOMANDE, Sociologue, Enseignant-chercheur à l’Uda, Ulimat, Unifa, « Les réalités du terrain, un échec pour les Pieds-rouges »
  • 17h00 – 17h30 Bertrand LÉCUREUR, Chargé de Conservation et de Recherche au musée national de l’éducation, « 2015-2020 : cinq années de productions sur l’école et l’Algérie au musée national de l’éducation de Rouen »

13e journée « Archives, recherches & mémoires étudiantes » : lire, écrire, compter/conter les archives (et l’histoire) de l’UNEF (1971-2001)

Des journées « Archives, recherches et mémoires étudiantes » ?

Fruit d’une préfiguration de 4 ans, la Cité des mémoires étudiantes, créée le 17 novembre 2008, vise à sauvegarder et valoriser les archives, ressources documentaires et mémoires liées aux engagements étudiants. En plus de sa mission fondamentale de traitement patrimonial et de mise à disposition de ses ressources (y compris avec la collecte et la valorisation de témoignages oraux), la Cité souhaite valoriser ce patrimoine spécifique par le biais d’expositions (notamment itinérantes), de publications, mais aussi grâce à des initiatives scientifiques et patrimoniales. Annuellement, la Cité organise des journées « Archives, recherches et mémoires étudiantes ». Etape d’un travail collectif acteurs-archivistes-chercheurs, ces journées doivent laisser des traces afin d’aider à la production de connaissances et de sens. Des projets fédérateurs peuvent ainsi naître, c’est aussi un moment d’échanges et de propositions pour élargir les partenariats et renforcer la démarche de la Cité des mémoires étudiantes.

Après cette journée sur les archives de l’UNEF (1971-2001), nous souhaitons pouvoir classer ces archives et collecter également des témoignages d’ancien·nes.

Si vous voulez soutenir le classement de ce fonds d’archives « participatif », vous pouvez acheter un/des carnet(s) de timbres UNEF (1971-2001). Nous lancerons également une campagne de financement participatif sur notre compte hello asso : https://www.helloasso.com/associations/cite-des-memoires-etudiantes.

Inscription nécessaire : info@citedesmemoiresetudiantes.org

Journée d’études – “Congrès scientifiques et réseaux savants”, 8 décembre 2021

Message de Marion Maisonobe :

La journée d’étude « Congrès scientifiques & réseaux savants » se tiendra le 08 décembre prochain à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 20 avenue George Sand, de 9h à 17h30. Cette journée, à la croisée de la géographie, de l’histoire, de la sociologie, et des sciences de l’information, est proposée par les membres du projet de recherche NETCONF soutenus par le GIS Réseaux Urfirst et la transversalité « Humanités Numériques » du laboratoire Géographie-cités.

Le programme et l’affiche sont consultables ici.

Argumentaire de la journée

Les congrès sont des objets d’étude multiformes propices au dialogue entre disciplines. Tout d’abord, ils peuvent être abordés comme des évènements sociaux collectifs « faisant lieu » de manière éphémère au même titre que les salons et foires qui intéressent la sociologie des évènements, justifiant ainsi la mise en œuvre d’approches ethnographiques ou participatives. Par les traces documentaires qu’ils génèrent (programmes, registres d’inscription, photographies), ils donnent matière à présumer de la rencontre entre personnes inscrites dans une démarche d’histoire des sciences. Outre l’approche prosopographique, analyser la démographie, la géographie et le contenu des congrès (reflétée par l’évolution des programmes et des actes) présente un intérêt important pour l’histoire des disciplines. Concernant ce dernier aspect, il n’est pas rare que des associations savantes s’emparent des congrès de leurs disciplines pour en suivre l’évolution et tracer les grandes lignes de 20 ou 50 ans d’existence, voire même de 100 ans. Pensons aux congrès de l’Union Géographique Internationale dont le centenaire fut célébré dans un ouvrage collectif datant de 1972 (UGI, 1972).Par leur rôle moteur dans la circulation des connaissances et l’établissement de relations internationales, les congrès sont des témoins et observatoires de phénomènes globaux comme l’internationalisation de communautés savantes ou plus conjoncturels : les répercutions d’une crise, d’un conflit géopolitique ou d’un aléa climatique (Campos et al. 2018). En précipitant l’organisation d’évènements en ligne, la pandémie qui nous affecte interroge d’ailleurs sensiblement le devenir et la forme future des congrès internationaux et plus largement les pratiques de mobilité savantes et de mises en circulation des savoirs. Puisqu’ils précèdent généralement la parution de résultats scientifiques stabilisés, les congrès ont potentiellement une longueur d’avance sur la science formalisée. Le contenu et la fréquentation des panels sont alors en mesure de donner le pouls d’une spécialité et d’anticiper sur des transformations en cours ou à venir dans un champ de recherche. Dans leur dimension rituelle et d’introduction à une communauté, les congrès ont une fonction essentielle dans le processus visant à entrer dans la carrière académique. Par leur caractère parfois festif, ils ont vocation à fédérer et créer du lien entre les membres d’un collectif ou d’une discipline ; ce qui est central pour la sociologie des réseaux sociaux. L’analyse de réseaux comme méthode de recherche se prête d’ailleurs volontiers à l’étude des congrès puisque les réseaux de types « actor – event » font l’objet d’une littérature à part entière dans la catégorie d’étude des réseaux multimodaux. Étrangement, s’il y avait bien un réseau de conférenciers parmi les réseaux canoniques ayant servis d’exemple aux premières applications de cette méthodologie par Linton C. Freeman (1980), il y a paradoxalement peu d’analyses de réseaux bipartis s’appuyant sur des données de congrès. Les congrès, enfin, sont d’importants révélateurs d’inégalités. Par leur coût et leur géographie, ils peuvent avoir une dimension excluante ce que peut traduire l’inégale origine géographique des panellistes. Comme ils mettent en lumière certains membres éminents, ils ont aussi tendance à en invisibiliser d’autres, ce que révèle, par exemple, l’observation des prises de parole dans les panels uniquement masculins (Else, 2019).Pour toutes ces raisons, les congrès sont un objet propice au dialogue entre disciplines en sciences humaines et sociales. La diversité des méthodologies et des sources actuellement employées pour les étudier témoigne en effet de la variété des phénomènes sociaux qu’ils éclairent. Mais en l’absence de dialogue, cette diversité est susceptible de limiter la comparabilité et la transversalité des recherches menées sur le sujet, enjeux qui seront au cœur de la journée d’étude : « Congrès scientifique & réseaux savants » à laquelle nous vous convions.

Références

  • Campos, R., Leon, F. & McQuillin, B., Lost in the Storm: The Academic Collaborations That Went Missing in Hurricane ISSAC, The Economic Journal, Vol. 128, no 610, 2018
  • Else, H., How to banish manels and manferences from scientific meetings, Nature News, 2019, Nature Group.Freeman, L., Q-analysis and the structure of friendship networks, International Journal of Man-Machine Studies, Vol. 2, no 4, 1980
  • UGI, La Géographie à travers un siècle de Congrès Internationaux, UGI, 1972

Bibliographie élargie et participative : https://www.zotero.org/groups/2408729/netconf

Séminaire du Gehfa – Véra Léon, “L’âge de la formation professionnelle en question :le cas des photographes (1945-1975)”

Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes

Mardi 7 décembre 2021 de 17h30 à 19h30

Salle de réunion de Peuple et Culture, 108-110 rue Saint-Maur, 75011 Paris

Pour suivre le séminaire à distance (formule hybride) : demander le lien à contact [at] gehfa.com

Invitée. Véra Léon, docteure en histoire de l’éducation, chercheuse associée au Cerlis (UMR 8070) : L’âge de la formation professionnelle en question :le cas des photographes (1945-1975)

En savoir plus : présentation du séminaire

Séminaire doctoral du Laboratoire de l’éducation

troisième séance du séminaire des doctorant·es et des jeunes chercheur·ses organisé dans le cadre des projets du LLE – Laboratoire de l’Education.

Nous accueillerons Etienne Bordes, docteur en histoire contemporaine de l’Université de Toulouse Jean Jaurès (FRAMESPA) lors d’une communication intitulée « La Conférence des présidents d’universités (1971-2007) ou comment faire une socio-histoire d’un groupe social et d’une organisation? ».

La séance se déroulera le mercredi 15 décembre 2021 de 14h30 à 17h00 en salle D4 143 à l’ENS de Lyon (un pass sanitaire sera demandé), ainsi qu’en visioconférence (le lien vous sera envoyé avant la séance).

Elle s’adresse à un public de doctorant·es et masterant·es et à toutes personnes s’intéressant aux problématiques éducatives, depuis les diverses disciplines des sciences sociales, didactiques et linguistiques. 

Pour des personnes souhaitant suivre le séminaire à distance, nous vous prions de vouloir remplir le formulaire suivant afin d’obtenir le lien de connexion : https://forms.gle/rQvXeGkfs2wpJsop8

Vous trouverez en pièce jointe l’argumentaire et le programme du cycle de séminaire 2021-2022.

Séance de séminaire – Histoire de l’université de Toulouse

Le prochain séminaire UNIVERSITAS, consacré à l’histoire de l’université de Toulouse, se tiendra en présentiel et distanciel le vendredi 3 décembre 2021 à la Bibliothèque d’études méridionales, au 56 de la rue du Taur. Nous entendrons François Charru sur l’histoire de l’Institut électrotechnique de Toulouse, fondé en 1907 (et ancêtre de l’actuelle ENSEEIHT).

Présentation du séminaire : En 1907, Charles Camichel, professeur de physique, crée l’institut électrotechnique de l’université de Toulouse (IET). Cette création, vigoureusement soutenue par le doyen Paul Sabatier et par le maire de Toulouse, s’inscrit dans un large mouvement national en faveur du développement des sciences appliquées dans les facultés, où les municipalités jouent un rôle déterminant. Le succès est immédiat : l’IET rassemble, à la veille de la Première Guerre mondiale, la moitié des étudiants de la faculté, avec une nombreuse clientèle étrangère. Sollicité par la Compagnie des chemins de fer du Midi qui électrifie alors son réseau à partir de l’hydroélectricité, Camichel crée en 1913 un laboratoire d’hydraulique, dont la réputation s’établit rapidement tant auprès des industriels que des milieux académiques. En 1930, le ministère de l’Air choisit Toulouse pour la création d’un institut de mécanique des fluides (IMFT), dirigé par Camichel, notamment pour des études sur les hydravions. Toulouse est alors un centre majeur de recherche en mécanique des fluides, de réputation internationale. Camichel est élu à l’Académie des sciences en 1936. Dans l’après-guerre, Léopold Escande, successeur de Camichel, obtient la transformation de l’IET en Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSEHT), et devient un expert, très sollicité, des ouvrages hydrauliques pour l’hydroélectricité. L’activité du laboratoire toulousain est alors dominée par les études techniques. Un renouveau scientifique apparaît dès la fin des années cinquante, tandis qu’à l’ENSEHT se développent les laboratoires d’électrotechnique et d’électronique. L’enseignement supérieur connaît alors une expansion considérable, et la recherche scientifique est l’objet d’une ambitieuse politique nationale dont la métropole toulousaine bénéficie largement. Escande est élu à l’Académie des sciences en 1954, et l’IMFT est en 1966 l’un des premiers laboratoires associés au CNRS. A l’orée du 21e siècle, l’ingénierie universitaire toulousaine est à 60% issue de l’institut électrotechnique créé un siècle auparavant. Le séminaire discutera cette histoire centenaire, où se lient étroitement histoire des sciences et histoire des sociétés.

Présentation de l’intervenant : François Charru est Professeur à l’Université Paul Sabatier de Toulouse. Il poursuit au sein de l’Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse des recherches sur les instabilités d’interfaces fluides et les instabilités d’écoulements granulaires. Il s’intéresse par ailleurs à l’histoire de la mécanique des fluides. Il a dirigé l’ouvrage  L’institut de mécanique des fluides de Toulouse, 100 ans de recherche (2016) et publie Ailes, nuages et tourbillons. La mécanique des fluides en France de 1900 à 1950 : une politique nationale (2021).

Le séminaire se tiendra en présentiel mais sera aussi accessible à distance pour celles et ceux qui ne pourraient pas se déplacer. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez demander le lien Zoom à l’adresse suivante : universitas@univ-jfc.fr

Séminaire – Jeunesse en guerre : expériences, engagements, subjectivités

Campus Condorcet, Bâtiment EHESS, salle 50(adresse : 2, cours des Humanités, 93322 Aubervilliers cedex ; accès très rapide par le Métro ligne 12 : station Front Populaire)

2e et 4e lundi du mois, de 16h30 à 18h30 (Campus Condorcet, Bâtiment EHESS, salle 50) du 22 novembre 2021 au 27 juin 2022

Le séminaire propose d’interroger la confrontation des jeunes (enfants, adolescents) au phénomène guerrier à l’époque contemporaine, qu’il s’agisse des guerres mondiales, des conflits intra-étatiques, des génocides ou des engagements réputés terroristes. Plus précisément, nous tenterons de réfléchir de manière transdisciplinaire aux questions de l’engagement juvénile, de ses causes, de ses modalités, de ses perceptions intimes et subjectives, ainsi que celle du rapport à la violence et à ses effets. Y a-t-il des spécificités juvéniles à ces pratiques d’engagement, de violence, de combat ? Comment les imaginaires collectifs façonnent-ils les registres subjectifs qui les rendent soudainement possible ?

Quels éclairages nouveaux peut apporter le dialogue entre histoire, sociologie, anthropologie et psychanalyse ? Des jeunes soldats de l’an II aux apprentis djihadistes des années 2010, l’enjeu est bien de penser l’engagement juvénile, sa pratique autant que ses mises en récit, sur le temps long, dans ses particularités historiques comme dans ses permanences.

  • 22 novembre 2021 – Séance d’introduction
  • 13 décembre 2021 – Invité : Fethi Benslama (Université de Paris), « Le saut épique chez les jeunes djihadistes »
  • 10 janvier 2022
  • 24 janvier 2022 – Invité : Gilles Bataillon (EHESS) – titre à préciser
  • 14 février 2022 – Invitée : Elissa Maïlander (Sciences Po Paris), « La guerre joyeuse : quatre jeunes Autrichiennes sous le nazisme »
  • 28 février 2022 – pas de séance (vacances scolaires)
  • 14 mars 2022 – Manon Pignot, « Les combattants juvéniles de la Seconde Guerre mondiale : engagement, agentivité, légitimité »
  • 28 mars 2022 – Invité : Mathias Gardet (Université Paris 8) – « De jeunes Algériens venus en France 1946-Une migration rattrapée par la guerre »
  • 11 avril 2022 – Invitée : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS), « Jeunesse et violence en temps de paix : observations et analyses pour penser le temps de guerre ? (1990-2021) »
  • 9 mai 2022 – Invitée : Anouche Kunth (CNRS) – lecture critique de Sonya Orfalian (dir.), Paroles d’enfants arméniens (Gallimard, 2021)
  • 23 mai 2022 – Invitée : Lotte Segal (University of Edinburgh), « La torture en héritage »
  • 13 juin 2022 – Invitée : Miriam Ticktin (New School for Social Research, professeure invitée, sous réserve) – titre à préciser
  • 27 juin 2022 – Invitée : Violaine Baraduc (EHESS), « Agir par impulsion, agir par soumission. Parcours criminels de jeunes femmes pendant le génocide des Tutsi rwandais. »

Colloque international – “L’accueil dans l’enseignement supérieur français et britannique”, 9 nov. 2021, Université Lyon 2

Ce colloque porte sur la transition vers l’enseignement supérieur sous l’angle des activités d’accueil et d’accompagnement mises en place par les établissements, l’État ou des acteurs privés en France et Angleterre. La notion d’ « accueil » renvoie aux premiers contacts institutionnels avec les étudiant.es — avant même leur inscription — ainsi qu’au souci porté par les établissements à leur égard dans les premiers mois, nécessaire à leur intégration institutionnelle et intellectuelle.

Les communications analyseront l’expérience des étudiant.es, locaux ou en mobilité internationale, ainsi que le rôle des établissements d’enseignement supérieur et des organisations transnationales dans la définition de leurs (supposés) besoins. Une attention particulière sera accordée aux processus qui entravent l’inclusion des étudiant.es dans le contexte d’internationalisation, de managérialisation et de marchandisation croissante de l’enseignement supérieur européen.

https://www.univ-lyon2.fr/recherche/agenda-scientifique/laccueil-dans-lenseignement-superieur-francais-et-britannique

Continuer la lecture de « Colloque international – “L’accueil dans l’enseignement supérieur français et britannique”, 9 nov. 2021, Université Lyon 2 »

Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne.

Women became fully part of university life only in the twentieth century. This seminar aims to analyze the different forms of female presence in the academic world by focusing on women’s activism and their ability to network within a male universe, also in relation to possible career opportunities.

Continuer la lecture de « Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne. »

Cycle de séminaires 2021-2022 de la chaire Diasporas Africaines

Laboratoire Les Afriques dans le Monde – Sciences Po Bordeaux et Université Bordeaux Montaigne

La Chaire Diasporas Africaines a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire, le 27/10/2021 à 14h : Les étudiants étrangers africains et l’enseignement supérieur privé au Sénégal

  • Intervenant : Hamidou Dia (IRD)
  • Discutant : Emmanuelle Bouilly (LAM, Sciences Po Bordeaux)

Le séminaire aura lieu en format hybride:

Chaire Diasporas Africaines : https://diaspafrique.hypotheses.org/

Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon

https://calenda.org/920263

« Qui gardera les enfants ? », se demandait l’historienne et mère Yvonne Kniebiehler en publiant ses mémoires. La question occupe l’actualité depuis plus d’un demi-siècle. Pourtant, la perspective historique sur cette période reste aujourd’hui étonnamment absente.

Continuer la lecture de « Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon »

Matinée d’études et assemblée générale de l’ATHRE, le 4 décembre 2021

L’histoire de l’éducation : une activité transdisciplinaire ?

Université de Paris – Campus Saint-Germain-des-Prés – Amphithéâtre Lavoisier A – 45 rue des Saint-Pères 75006 Paris

PROGRAMME

  • 9h30-9h40. – Introduction : Renaud d’Enfert (ATRHE)
  • 9h40-10h20. – Pierre Kahn (Université de Caen) et Antoine Savoye (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis), L’ATRHE 2011-2021 : un espace spécifique pour l’histoire de l’éducation
  • 10h20-11h. – Rita Hofstetter (Université de Genève), L’histoire de l’éducation et ses miroirs. Perspectives transnationales
  • 11h-11h10. – Pause
  • 11h10-11h45. – Jean-François Condette (Université de Lille), Du Service d’histoire de l’éducation (SHE) au Comité d’histoire de l’éducation du MEN
  • 11h45-12h45. – Table ronde : Perspectives transdisciplinaires sur l’histoire de l’éducation. Problèmes, enjeux, avec Marie-France Bishop (Université de Cergy-Pontoise), Julien Fuchs (Université de Brest), Patricia Legris (Université Rennes 2), Xavier Riondet (Université Rennes 2)
  • 12h45-13h00. – Discussion générale

Cette matinée d’étude est ouverte à tou.tes

Elle sera suivie par l’Assemblée générale de l’ATRHE à partir de 14h30

Séance de séminaire – Laura Carter, ‘Education, popular history, and everyday life in Britain, 1918-1979’, 28 octobre 2021

Séminaire franco-britannique d’histoire / https://sfbh.hypotheses.org/

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, Salle D421, de 17h à 18h30 (La séance aura lieu en présentiel uniquement. Un enregistrement sera diffusé ultérieurement sur la chaine youtube du séminaire).

Jeudi 28 octobre à 17h : Laura Carter (Université de Paris / LARCA), autour de son livre Histories of Everyday Life. The Making of Popular Social History in Britain, 1918-1979 (Oxford University Press, 2021)

Title: ‘Education, popular history, and everyday life in Britain, 1918-1979’

Abstract: This paper explores the argument put forth in my latest book, Histories of Everyday Life: The Making of Popular Social History in Britain, 1918-1979 (Oxford University Press, 2021). The history of social history in twentieth-century Britain usually begins in the 1960s, with the rise of ‘history from below’, emanating from universities. This paper presents an alternative, educational history of social history in modern Britain, focusing on popular publishing, the BBC, museums, and the state school classroom. It argues that after 1918 popular social history in Britain was primarily shaped by pedagogical ideas about how ‘ordinary’ people made sense of the past. This form of mass historical education defined mid-twentieth century attitudes to history, and gave female educators a prominent role in crafting historical narratives. It declined in the 1970s not because academics invented a better alternative, but because a more diverse educational public began to demand a different type of history, one that directly addressed issues of power.

Laura Carter est Maîtresse de Conférences en histoire britannique à l’Université de Paris et membre du LARCA.