3e séminaire du projet SAFO-93 – “Les cours d’adultes au XIXe siècle en France et sur l’actuel territoire de la Seine-Saint-Denis”

Les cours d’adultes au XIXe siècle en France et sur l’actuel territoire de la Seine-Saint-Denis

Invité.es : Carole Christen, Professeure d’histoire contemporaine, Université Le Havre-Normandie et François Mathou, doctorant contractuel en histoire, Université de Lille

mercredi 28 septembre, 14h-17h, Salle panoramique (4e étage) – MSH Paris Nord

Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint-Denis (XIXe-XXIe siècles) : recherche et valorisation des sources

En seconde partie du séminaire : étude de sources sur les cours du soir tirées de différents fonds d’archives du 93


Projet soutenu par MSH Paris Nord/Campus Condorcet dans le cadre de leur appel à projets commun “Campus universitaires et territoires”

Il sera possible de suivre ce séminaire en présence et à distance (forme hybride) : https://univ-paris8.zoom.us/j/95647371668?pwd=eVhrT1B6czFyMW50ZDdISVplL1hEQT09

contact : francoise.laot [at] univ-paris8.fr

Vous pouvez également trouver des informations complémentaires sur le projet sur les sites : de la MSH Paris Nord et du campus Condorcet.

Séminaire doctoral du LLE – « Quels moyens pour le “collège unique” ? Retour sur la réforme Haby », ENS Lyon 21 septembre 2022

Nous avons le plaisir de vous annoncer la reprise du séminaire doctoral du LLE – Laboratoire de l’Éducation pour l’année 2022-2023.

Nous accueillerons pour cette première séance de l’année Clémence Cardon-Quint, MCF en histoire à l’INSPE de Bordeaux (Centre d’études des mondes moderne et contemporain, EA 2958 ) lors d’une communication intitulée

« Quels moyens pour le “collège unique” ? Retour sur la réforme Haby ».

La séance se déroulera le mercredi 21 septembre 2022 de 14h à 16h30 en salle D4 143 à l’ENS de Lyon (site Descartes), ainsi qu’en visioconférence (le lien vous sera envoyé avant la séance). Vous trouverez en pièce jointe le programme du séminaire et son descriptif ainsi que l’affiche de la séance.

Elle s’adresse à un public de doctorant·es et masterant·es et à toutes personnes s’intéressant aux problématiques éducatives, depuis les diverses disciplines des sciences sociales, didactiques et linguistiques.

Pour des personnes souhaitant suivre le séminaire à distance, nous vous prions de vouloir remplir le formulaire suivant afin d’obtenir le lien de connexion:

https://forms.gle/iPT9Y9GXL1nVoWUK7

Nous serons heureux·ses de vous rencontrer et d’échanger ensemble au cours de ces séances.

Cordialement,

l’équipe de l’organisation

Atelier – « Faire parler les objets pédagogiques : l’exemple des herbiers », Université de Bordeaux, 28 septembre 2022

Dans le Cadre du projet Felix, l’INSPÉ de l’académie de Bordeaux vous invite à participer en présentiel ou à distance à un atelier de réflexion sur le thème :

« Faire parler les objets pédagogiques : l’exemple des herbiers »

le 28 septembre de 9h à 18h à l’Université de Bordeaux (dans l’amphi Pitres, campus de la Victoire).

Pour vous connecter à distance : https://u-bordeaux-fr.zoom.us/j/89004804675?pwd=TjRqT1hOYVJGZ3pyOGlIajBjaWpsdz09

ID de réunion : 890 0480 4675 / Code secret : 259241

Deux nouveaux sites en ligne liés à ce programme :

Programme

9h- 9h15 : accueil/café

  • 9h15-9h30 :Marie-Anne Châteaureynaud et Céline Piot, Université de Bordeaux,Introduction
  • 9h30-10h : Alain Badoc, Université de Bordeaux, Quel est l’intérêt des herbiers ?
  • 10h-10h30 : Florence Tessier, Museum national d’histoire naturelle : Les herbiers dans l’enseignement de la botanique XVIIe–XIXe siècles

10h30-10h45 : pause

  • 10h45-11h15 : Claire-Lise Gauvain et Romain Wenz, Université de Bordeaux, Prenez-en de la graine : les herbiers d’élèves-maîtres des écoles normales (1848-1926), de la collecte à la numérisation
  • 11h15-11h45 : Lisa Chupin, Université Paris-Descartes, L’herbier numérique collaboratif comme dispositif de médiation de connaissances sur les collections. 
  • 11h45-12h30 : Table ronde modérée par Luis Naya Garmendia, Université du Pays Basque

12h30-14h30 : déjeuner

  • 14h30-15H00 : Argia Olçomendy, Université de Bordeaux-Montaigne, Un enseignement botanique en basque dans l’entre-deux-guerres
  •  15h-15H30 : Christophe Monferrand, Société linnéenne, Des herbiers au big data.

15h30 15h45 : pause

  • 15h45-16h15 : Marie-Anne Châteaureynaud et Claudine Malandit, Université de Bordeaux Herbier d’Oc une expérience botanique en occitan et SVT au Collège de La Réole
  •  16h15 : Marguerite Figeac, Université de Bordeaux, conclusion

Journée d’études – “Conservatisme(s), réformisme(s), progressisme(s) en éducation : quelles argumentations critiques ?”, Saint-Etienne, 22 octobre 2022.

Informations : https://ecp.univ-lyon2.fr/manifestations/conservatismes-reformismes-progressismes-en-education-quelles-argumentations-critiques

Cette journée d’études, placée sous le patronage d’ECP (Unité de recherche Lumière Lyon 2, Lyon 1, UJM, ENS) et de l’ATRHE (Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation), s’emploiera à repérer dans l’histoire de l’éducation (histoire longue, histoire du temps présent) des situations emblématiques de ce débat autour des différentes acceptions possibles des notions de conservatisme, de réformisme ou de progressisme.

En conclusion des travaux antérieurs menés dans le cadre de l’ISCHE (International Standing Conference for the History of Education), 2016-2021, et des publications qui en ont déjà découlé, la journée d’études s’interrogera sur les tensions qui peuvent diviser les penseurs, les politiques, les éducateurs, à propos des conservatisme(s), réformisme(s) et progressisme(s), notions aux contours fluctuants. À l’aide de quelles argumentations critiques ces acteurs alimentent-ils ces tensions et/ou prétendent-ils les surmonter lorsqu’ils passent à une forme de théorisation de leurs positions et de leurs pratiques ? Dans le cas de régimes autoritaires, à quelle résistance sous forme d’opposition frontale ou souterraine, ou sous forme d’appropriation de thèmes pédagogiques progressistes revisités, adaptés, transformés, a-t-on pu assister ?

Colloque – Histoires européennes de l’éducation : méthodes, approches et perspectives, Université de Genève, 15-16 septembre 2022

Au cours de ces dernières années, l’idée d’Europe est redevenue un enjeu au cœur de l’actualité. Si d’une part la pandémie de Covid-19 et le Brexit ont mis en lumière les fissures et les réfractions du processus de construction européenne, les réactions qui ont suivi le récent conflit en Ukraine ont d’autre part témoigné, au moins à court terme, d’une unité et d’une convergence de vues remarquables entre les pays du continent. Ces mêmes tensions et paradoxes se retrouvent aussi sur le plan éducatif. Même si fortement affecté par la crise sanitaire, le programme Erasmus continue par exemple à demeurer un élément central de l’espace éducatif européen, de même que le Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (PISA), dont les résultats sont toujours attentivement scrutés par les pays concernés. En même temps, les discours qui identifient dans l’école la pierre angulaire pour fabriquer un « roman national » et renforcer la « nationalisation » des sociétés sont tout aussi prégnants, ainsi qu’en témoignent les récents débats en France et en Hongrie.

Comment donc, à la lumière de cette actualité, penser une histoire ou des histoires européennes de l’éducation ? Prolongeant les débats autour de la place de l’Europe dans la recherche historique, également mis en avant par un récent numéro des Annales (2021), cette journée d’étude propose de discuter le sens, la portée et les limites d’une telle entreprise. Il s’agit plus précisément de renouveler les réflexions entamées dans les années 1980 autour de l’« utilité » (Frijhoff 1981) d’une histoire comparée des systèmes éducatifs européens (Ringer 1979 ; Ringer, Müller, Brian 1987; Green 1990, Albisetti 1993). Si elles ont finalement peu été développées par la suite, en raison aussi des difficultés matérielles et conceptuelles liées à cette démarche (Compère 1995), elles ont été réactivées par le « tournant transnational et global » de la recherche historique au début des années 2000, qui a mis en évidence les ferments d’unité comme les facteurs de division qui interviennent dans l’élaboration du paysage éducatif européen (Fuchs, Vera 2019 ; Hofstetter, Droux 2015; Popkewitz 2013).

Cette manifestation propose d’approfondir ces débats et d’entamer une réflexion historiographique et méthodologique à partir d’une triple grille d’analyse, que les intervenant.e.s éprouveront sur leurs propres terrains de recherche.

Organisation /Convenors : Damiano Matasci (Université de Genève), Rita Hofstetter (Université de Genève), Jérôme Krop (Université de Nantes), Stéphane Lembré (Université de Lille)

Continuer la lecture de « Colloque – Histoires européennes de l’éducation : méthodes, approches et perspectives, Université de Genève, 15-16 septembre 2022 »

Colloque international – La thèse et le doctorat : socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles), en Sorbonne, 8-9 septembre 2022

Présentation

Construisant sur les acquis du projet ès lettres, ce colloque entend poser les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, aux parcours et trajectoires des docteurs, afin de contribuer à une historicisation des règles, trop souvent naturalisées, du jeu académique. Il aborde des questions touchant la construction des disciplines et la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple), à partir de cas à échelle européenne.

Le colloque pourra être suivi à distance si vous vous signalez à colloquedoctorat@gmail.com ; si vous souhaitez y assister en présentiel, signalez-vous à la même adresse pour pouvoir accéder aux bâtiments de la Sorbonne (avant le 5 septembre 2022).

Programme

Jeudi 8 septembre 2022

8h15 : accueil

  • 8h30-9h00 : ouverture du colloque par les porteurs du projet ès lettres, Pierre Verschueren et Laurie Aoustet
  • 9h00-9h30 : Anne Rohfritsch (Archives nationales), « Sources pour l’histoire des thèses de doctorat dans les fonds d’archives publiques ».

9h30-12h00 : Parcours et structures

  • Pierre Verschueren (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Du rhéteur à l’érudit : Docteurs et doctorats ès lettres avant la Troisième République ».
  • Amélie Puche (CREHS, université de Lille), « Les femmes et le doctorat ès lettres sous la Troisième République ».
  • Hervé Joly (Triangle, CNRS), « Les polytechniciens docteurs. Une formation complémentaire longtemps accidentelle (XIXe-XXe siècles) ».
  • Pierre Bataille (LARAC, université Grenoble-Alpes), « La longue marche des ENS vers le doctorat. Une socio-histoire du champ académique français post-1968 au prisme de l’accès des normalien·nes à la carrière académique ».
  • Sylvain Ville (CHSSC, université Picardie Jules Verne) et Stéphan Mierzejewski (CIREL, université de Lille), « Genèse d’un clivage. La production des premières thèses en STAPS comme indicateur des relations entre les “sciences de la vie et de la santé” et les “sciences de l’homme et de la société” » (1982-1992) ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h30 : « Le docteur qui venait de l’Est »

  • Thomas Hippler (HisTeMé, université de Caen Normandie), « La thèse de doctorat allemande comme modèle au XIXe siècle ».
  • Florea Ioncioaia (université de Iasi), « Conversion sociale et transfert culturel : les roumains docteurs en droit de l’Université Paris (1840-1940) ».
  • Eva Guigo-Patzelt (Sirice, Sorbonne Université), « Rester propagandiste ou devenir docteur ? Ambitions et obstacles dans le parcours d’universitaires est-allemands ».
  • Elen Guy (LinCS, Adoc Mètis), « La co-tutelle de thèse, un grain de sable dans la coopération scientifique franco-allemande ? Cas d’étude : les universités du Rhin supérieur (EUCOR) des années 1990 à aujourd’hui ».

16h00-18h30 : Les enjeux de l’encadrement

  • Stéphanie Tralongo (Centre Max Weber, université Lyon 2), « La socialisation des doctorants à l’heure de la normalisation : des déstabilisations disciplinaires variables ».
  • Luc Sigalo Santos (LEST, Aix-Marseille Université) et Vincent Lebrou (CRJFC, université de Franche-Comté), « Pourquoi et comment encadrer des thèses ? Premiers résultats d’une enquête exploratoire sur l’encadrement doctoral en France ».
  • Jérôme Lamy (CESSP, CNRS) et Marion Maisonobe (Géographie-cités, CNRS), « La forge des pairs. Les relations entre membres de jurys de thèse, une comparaison des pratiques de co-publication dans trois disciplines (Toulouse, 2003-2008) ».
  • Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, CNAM), « La formation doctorale : étude globale ».

Vendredi 9 septembre 2022

9h00-10h30 : Perspectives disciplinaires 1 – Histoire et géographie

  • Jean-Paul Barrière (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Modes et travaux : le choix des sujets dans les thèses ès-lettres d’histoire en français de la seconde moitié du XIXe siècle ».
  • Jean-François Condette (IRHIS, université de Lille), « La thèse de doctorat comme outil d’affirmation d’un champ disciplinaire : la difficile promotion de la géographie (1808-1939) ».
  • Arnaud Desvignes (CHXIX), « Les thèses de doctorat d’histoire à la Sorbonne post-1968 au miroir des comptes rendus de soutenance et des souvenirs des acteurs concernés ».

10h30-12h00 : Perspectives disciplinaires 2 – Sciences Politiques

  • David Rotman (ISP, université Paris-Nanterre) et Catherine Leclercq (GRESCO, université de Poitiers), « Le doctorat comme enjeu de luttes dans le processus d’institutionnalisation d’une discipline. Le cas de la science politique en France ».
  • Yves Déloye (Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux), « Un coup de force doctoral : la contribution du Cycle supérieur d’études politiques à la professionnalisation de la science politique française ».
  • Antonin Cohen (ISP, université Paris Nanterre), « L’Europe du doctorat. Recenser les thèses sur la construction européenne ou recruter les futures élites de la Communauté européenne ? ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h00 : Perspectives disciplinaires 3 – Arts

  • Lucie Lachenal (BIS), « Les premières thèses de doctorat ès-lettres en histoire de l’art (1877-1932) : quels enjeux pour une discipline nouvelle ? ».
  • Rodrigue Tissot (LaSA, université de Franche-Comté), « Le doctorat, enjeu de profession ? L’exemple des doctorats “en chocolat” (le cas des disciplines artistiques) ».
  • Antoine Idier (Sciences Po Saint-Germain-en-Laye), « L’invention récente d’un “nouveau” doctorat : les doctorats de recherche et création artistiques dans les écoles supérieures d’art françaises ».

15h30-17h30 : Perspectives disciplinaires 4 – Philosophie

  • Matthieu Béra (IRDAP, université de Bordeaux), « La soutenance de thèse d’Émile Durkheim ».
  • Thibaud Trochu (STL, université de Lille), « Quelle “aptitude à l’enseignement supérieur” en philosophie ? Les pratiques dans l’entre-deux-guerres d’après les archives ».
  • Martin Dutron (université catholique de Louvain), « Les premières en dignité ? Les thèses de doctorat en théologie soutenues au sein des universités catholiques françaises. Les cas des facultés de Lyon, Paris et Toulouse (1888-1940) ».
  • Victor Collard (CESSP, EHESS), « Les thèses consacrées à Spinoza comme révélateur. Intégration académique et position dans le champ ».

17h30 : conclusion du colloque

18h00 : fin de la deuxième journée

Comité d’organisation

Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Arnaud Desvignes (Centre d’histoire du XIXe siècle), Laurie Aoustet (BIS), Pierre Verschueren (université de Franche-Comté).

Comité scientifique

Jean-Paul Barrière (université de Franche-Comté), Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Hélène Blais (École normale supérieure), Claire Bonnard (université de Bourgogne), Laurence Buchholzer (université de Strasbourg), Jean-Luc Chappey (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christophe Charle (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Condette (université d’Artois), Charles Coustille (université Gustave Eiffel), Antonin Durand (Institut Migration), Wolf Feueurhahn (CNRS), Jean-Charles Geslot (université Versailles-Saint-Quentin), Jean-François Giret (université de Bourgogne), Michel Grossetti (CNRS), Lucie Lachenal (BIS), Marion Maisonobe (CNRS), Pierre-Michel Menger (Collège de France), Boris Noguès (École normale supérieure de Lyon), Emmanuelle Picard (École normale supérieure de Lyon), Yann Renisio (CNRS), Thibaud Trochu (université de Lille), Guillaume Tronchet (IGESR).

Informations pratiques

Le colloque se tiendra à La Sorbonne, salle Liard.
Entrée au 17, rue de la Sorbonne – 75005 Paris

Contact
Pierre Verschueren
courriel : pierre [dot] verschueren [at] univ-fcomte [dot] fr

Journée d’études de l’Association pour l’autobiographie – “Nos écoles”, 8-10 juillet 2022

Les « écoles », toutes les écoles, à tous les âges de la vie, c’est un thème idéal pour célébrer les 30 ans de l’APA. Tant de souvenirs de scolarité, de formation, d’enseignement, dans les collections de l’APA, des plus heureux aux plus douloureux ! L’expérience « scolaire », au sens large, est partagée par presque tous. Elle est marquante, fondatrice, elle sauve souvent, pas toujours. Ces Journées aborderont, dans ateliers et tables rondes, l’écriture du souvenir d’école, mais aussi l’importance de l’écriture autobiographique dans tous les parcours de formation. Les écritures de soi offrent-elles une voie d’apprentissage permanent ? L’APA a-t-elle une vocation d’éducation populaire ? Exposition, lectures ambarroises, film, présentation de nouvelles publications : nous regarderons ensemble vers les 30 années écoulées et vers l’avenir.

http://autobiographie.sitapa.org/actualites/article/bientot-les-journees-de-l-autobiographie

Café virtuel de l’APHG – Jérôme Martin, « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ?  », 2 mai 2022

Mercredi 4 mai 2022, 19h : dans le cadre du cycle « Histoire de l’Education », la régionale de Lille accueillera Jérôme Martin qui évoquera « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ? » (présentation / animation par Stéphane Lembré).

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg [at] gmail.com

Séminaire 2021-2022 – Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution

23 mars 2022 – Séance introductive

  • Présentation générale : Jean-Charles BUTTIER, Pierre SERNA et Côme SIMIEN
  • Clément DAYNAC (doctorant IHMC-IHRF / université de Nancy), « Apprendre et forger le Nouveau Régime en milieu urbain dans et hors les structures scolaires, l’exemple de Nancy au début de la Ire République. »

30 mars – Les Ruines de Volney, une pédagogie émancipatrice de l’histoire entre France et
Allemagne Pauline PUJO (professeur d’allemand en CPGE littéraires, Toulouse, CIRAMEC, université Bordeaux Montaigne)

13 avril – Quelle langue parler pour instruire le citoyen ?

Émilien ARNAUD (master, École des Chartes), Anne SIMONIN (directrice de recherche, EHESS), Côme SIMIEN (maître de conférences, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

20 avril – Les sources de l’histoire de l’éducation sous la Révolution

Séance aux Archives Nationales, Céline PARCÉ, Édith PIRIO et Marie RANQUET (Archives Nationales)

27 avril – Laïcité, pluralité, éducation, Révolution

Philippe BOUTRY (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe
siècle)

4 mai – Aux origines montagnardes des sciences politiques entre France et Suisse : quand la simulation remplace le catéchisme (1768-1791) Jean-Loup KAESTLER (doctorant IHMC/ IHRF, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

18 mai (après-midi) – Transmettre l’histoire de la Révolution française en Suisse romande
Demi-journée d’études conclusive à l’Unige (université de Genève)

  • Pierre SERNA (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Introduction
  • Nathalie DAHN-SINGH (université de Fribourg), « De “l’aride” catéchisme à la veillée : critiques et réappropriations d’un modèle pédagogique de l’ère révolutionnaire au début du XIXe siècle (Suisse romande, 1815-1845) »
  • Jean-Charles BUTTIER (université de Genève), « La didactisation de l’histoire de la Révolution française aujourd’hui : une comparaison francoromande »
  • Charles HEIMBERG (université de Genève), « L’élémentation des savoirs : un retour à la Révolution française pour (re)penser leur transmission d’aujourd’hui »
  • Côme SIMIEN (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Conclusions

Séminaire de Master 2 de l’IHMC–IHRF (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avec l’université de Genève et les Archives Nationales. Sous la direction de Jean-Charles Buttier (université de Genève ; ÉDHICE), Pierre Serna et Côme Simien (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; IHRF-IHMC)

Semestre de printemps 2022. Salle Marc Bloch, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 14 rue de la Sorbonne, Paris 5e. Le mercredi de 17 h 00 à 19 h 00

Contact : pierreserna [at] wanadoo.fr

Continuer la lecture de « Séminaire 2021-2022 – Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution »

École thématique PopFam2022 (Population, Famille, Parenté : sources et méthodes)

Organisée par la Société de Démographie Historique

24 avril – 29 avril 2022, La Rochelle

  • Comité scientifique : Sandra BREE ; Julie DOYON ; Vincent GOURDON ; Michel ORIS; Isabelle SEGUY 
  • Comité d’organisation : Cyril GRANGE ; Isabelle ROBIN 
  • Contact: Isabelle Robin (robin.izabelle@orange.fr)

Organisation de la SDH, avec le soutien du CNRS, de l’Ined, du Centre Roland Mousnier, du LARHRA, de SPHERE

Résumé : L’école thématique « Population, Famille, Parenté » se propose de rendre plus visibles les travaux récents et les dernières évolutions méthodologiques et documentaires des disciplines associées à l’étude des populations, de la famille et de la parenté. L’école est ouverte aux chercheurs, aux ingénieurs d’études ou de recherche et aux jeunes chercheurs (mastérants, doctorants, post-doctorants). L’objectif est aussi de structurer une communauté élargie de chercheurs qui rencontrent les enjeux de la démographie historique et de l’histoire de la famille en histoire, en sociologie et en anthropologie.

Argumentaire : La démographie historique constitue un secteur de la recherche dans lequel la France, tant chez les historiens que chez les démographes, a joué un rôle pionnier. Malgré un renouvellement dynamique ces dernières décennies, elle reste considérée par le milieu scientifique comme une science auxiliaire quelque peu passée de mode et figée dans ses méthodes. Cette école thématique a pour ambition de faire connaître ce champ disciplinaire, peu enseigné dans les cursus universitaires de sciences humaines et sociales, afin de promouvoir une histoire sociale des populations, de la famille et de la parenté. Nous proposons pour cela un tour d’horizon élargi des thématiques, des sources et des méthodes spécifiques à la démographie historique et aux historiographies avec lesquelles elle dialogue étroitement. Des thèmes très différents (démographie historique, histoire des migrations internationales, histoire de la famille et du genre) sont donc programmés sur une journée ou une demi-journée, mobilisant des spécialistes différents pour chaque session. Les thématiques proposées mettent en œuvre des sources (sources construites internationales, ressources numériques, sources judiciaires, notariales et religieuses) et des approches variées (méthodes quantitatives et numériques, traitement qualitatif et sériel d’archives, approche spatiale) qui seront saisies dans la longue durée des époques moderne et contemporaine. Leur traitement alliera une réflexion historiographique et problématique, ainsi qu’une mise en application à travers l’étude concrète de dossiers de sources ou de ressources numériques. La variété et la très grande cohérence des approches proposées par l’équipe des intervenants constituent le véritable atout de cette école thématique. Les participants pourront « importer » un certain nombre de méthodes et d’acquis et ainsi stimuler de nouvelles approches et pistes dans leurs propres recherches et institutions.

L’école est ouverte aux chercheurs, aux ingénieurs d’études ou de recherche et aux jeunes chercheurs (mastérants, doctorants, post-doctorants). L’objectif est aussi de structurer une communauté élargie de chercheurs qui côtoient les enjeux de la démographie historique et de l’histoire de la famille en histoire, en sociologie et en anthropologie.

Procédure de candidature

  • 25 participants, dont 8 du CNRS : chercheurs, ingénieurs, jeunes chercheurs en histoire, sociologie, anthropologie
  • Langue : français
  • Envoyer une candidature motivée et un court CV (4 pages maximum) à Isabelle Robin (robin.izabelle@orange.fr)
  • Date limite d’envoi de la candidature : 31 janvier 2022 pour une réponse en février 2022.

Pour les personnels CNRS, les frais de déplacement relèvent des crédits de la formation permanente de la délégation d’origine, à contacter impérativement dès réception de votre acceptation à l’école pour la prise en charge de votre mission.

Pour les autres participants : une contribution de 150 euros est demandée ainsi que la prise en charge du transport jusqu’à La Rochelle. Il est attendu que les candidats fassent les démarches nécessaires auprès de leur université ou de leur laboratoire pour obtenir un financement.

Depuis le 21 juillet 2021 le pass sanitaire est exigé pour les activités de restauration commerciales et pour l’accès aux hébergements touristiques.

Programme

  • Jour 1 La démographie historique et l’histoire de la famille. Découverte des sources et ressources en ligne
  • Jour 2 Les migrations internationales : travaux et sources. Sources internationales, démographie et famille
  • Jour 3 Les sources religieuses pour l’histoire des populations et des liens familiaux. Après-midi libre
  • Jour 4 Les archives de la justice et des notaires : le sériel et le singulier
  • Jour 5 Systèmes d’Information Géographique (SIG). Atelier d’initiation à la cartographie avec R

Colloque – “Familles en (contre-)Révolution,(contre-)Révolution en famille : mobilisations, conflits et transmissions politiques (1789 et au-delà)”, Valence, avril 2022

https://calenda.org/891849

Cette rencontre, sur deux jours, se place à l’intersection des renouvellements historiographiques de l’histoire de la famille, de l’intime et des cultures politiques en situation révolutionnaire. En effet, la Révolution française constitue un séisme politique d’une rare ampleur qui se répercute jusque dans la cellule familiale, plongée dans des situations de conflictualité qui minent sa cohésion, son équilibre, son fonctionnement. Si certains travaux pionniers ont montré la possibilité et, surtout, l’intérêt de pénétrer dans l’intimité politique des acteurs, aucune synthèse récente n’a été consacrée au sujet. Ainsi, ce colloque a pour ambition de mieux comprendre comment sont perçus et vécus, de l’intérieur, les nombreux clivages politiques (au sens large) qui fracturent la société révolutionnaire et la fabrique familiale de leur(s) mémoire(s). L’enquête invite à adopter un cadre géographique (France et ses colonies, Europe de l’émigration) et chronologique (1789 et au-delà) large tout en multipliant les angles d’approche (micro-analyse, monographie familiale, échantillon de plusieurs familles, etc.).

VENDREDI 1er AVRIL 2022 – HÔTEL DU DÉPARTEMENT – SALLE MAURICE PIC

10h15 : Accueil

10h30 :  introduction scientifique

Session 1 : La Révolution, une affaire de famille – Présidence : Nicolas Soulas (LARHRA)

  • 10h45-11h15 : Huguette Krief (CIELAM) / Mathilde Chollet (TEMOS), La politique au quotidien dans la famille des Cottin, banquiers protestants et disciples de Rousseau, d’après la correspondance (1784-1798) de Sophie Cottin.
  • 11h15-11h45 : Maria Goupil-Travert (Tempora) / Solenn Mabo (Tempora), Émigrées et parentes d’émigrés : expériences intimes et politiques des séparations ou de l’exil.
  • 11h45-12h15 : Clément Weens (IHMC), Elles n’ont pas hésité de céder à la République des chefs de famille. Des citoyens enrôlés, des familles mobilisées.

Discussions

12h30-14h : Pause déjeuner

Session 2 : Des familles à l’Ouest – Présidence : Paul Chopelin (LARHRA)

  • 14h00-14h30 : Bertrand Delahaye (UCO), Solidarités et dissensions familiales en Révolution : l’exemple du clergé angevin.
  • 14h30-15h : Anne Rolland-Boulestreau (CHUS), Une famille vendéenne contre les « Croque Bon Dieu » : les Clemenceau dans la guerre civile. 
  • 15h-15h30 : Anne Jollet (CRIHAM), La famille ou la présence à distance. L’exemple de Piorry,ancien législateur et conventionnel de la Vienne.

Discussions / Pause

Session 3 : Familles dans/à l’épreuve de la Révolution – Présidence : Virginie Martin (IHMC)

  • 16h-16h30  :  Pierre  Meignan  (Tempora),  « L’accaparement  des  places »  sous  le gouvernement révolutionnaire : quand l’administration locale est affaire de famille. 
  • 16h30-17h : Boris Deschanel (CNE), Décollage ou catastrophe ? Les trajectoires familiales des négociants du Haut-Dauphiné à travers la Révolution.
  • 17h30-18h : Gabrielle Housset (IHMC), Les Kolly-Rabec : une famille en crise au cœur de la Révolution française.

Discussions

18h15 : fin de la première journée

SAMEDI 2 AVRIL 2022 – ESPACE LATOUR-MAUBOURG – AUDITORIUM

Session 4 : Familles et héritages (contre-)révolutionnaires – Présidence : Louis Hincker (CHEC)

  • 8h30-9h : Maria Sofia Mormile (Turin/EHESS), Contre-révolutionnaires de sang, contre-révolutionnaires de convenance : les princes d’Orléans en Grande-Bretagne (1800-1808).
  • 9h-9h30 : Paul Chopelin (LARHRA) / Bruno Dumons (LARHRA), Familles, généalogie et mémoires de la Terreur à Lyon.
  • 9h30-10h : Philippe Bourdin (CHEC), Générations en Révolution : adaptations et déchirements au sein de la noblesse provinciale.

Discussions / Pause

  • 10h30-11h : Côme Simien (IHMC), Les enfants de conventionnels : destins croisés.
  • 11h-11h30 : Siân Reynolds (Stirling), Réseaux de famille, réseaux politiques : enfants de révolutionnaires dans l’après-Révolution.
  • 11h30-12h : Nathan Perl-Rosenthal (Los Angeles), Eudora et Cie : un héritage de révolution dans une famille bricolée du XIXe.

Discussions

12h15-14h : Pause déjeuner

Session 5 : Le laboratoire drômois – Présidence : Annie Duprat (Agora)

  • 14h-14h30 : Benoît Charenton (directeur des archives départementales de la Drôme) / Julien Mathieu (responsable des Archives communales et communautaires, Valence Romans Agglo), Les Drômois, acteurs de la Révolution… en famille ?
  • 14h30-15h : Virginie Martin (IHMC), Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre : les Nugues et les Jullien de la Drôme. Comment une famille-gigogne est devenue un clan politique (1780’-1800’).
  • 15h- 15h30 : Nicolas Soulas (LARHRA), Les Payan, un triptyque politique en Révolution.

Discussions

Conclusion du colloque : Jean-François Chauvard (IHMC)

Coordination 

  • ·         Paul Chopelin, maître de conférence en histoire moderne à l’Université Lyon 3 (LARHRA UMR 5190)
  • ·         Boris Deschanel, maître de conférence en histoire moderne à Avignon Université (Centre Norbert Elias UMR 8562)
  • ·         Virginie Martin, maîtresse de conférence en histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC-IHRF UMR 8066)
  • ·         Nicolas Soulas, docteur en histoire moderne, chercheur associé au LARHRA (UMR 5190)

Comité scientifique

  • ·         Michel Biard, Université de Rouen
  • ·         Annie Duprat, Université de Cergy-Pontoise
  • ·         Louis Hincker, Université de Clermont-Auvergne
  • ·         Anne de Mathan, Normandie Université
  • ·         Anne-Rolland Boulestreau, Université catholique de l’Ouest
  • ·         Hervé Leuwers, Université de Lille

Séminaire 2021-2022 – “Pratiques pédagogiques et interactions sociales dans les sociétés musulmanes d’Europe et du monde arabe”, IREMAM

programme  du séminaire “Politiques éducatives, pratiques pédagogiques et interactions sociales dans les sociétés musulmanes d’Europe et du monde arabe » organisé par Juliette Honvault  et Christine Mussard, laboratoire IREMAM.

https://www.iremam.cnrs.fr/fr/politiques-educatives-pratiques-pedagogiques-et-interactions-sociales-dans-les-societes-musulmanes

Les séances ont lieu le vendredi, de 10h à 12h, à la MMSH (Aix-en-Provence) et en visioconférence (pour assister au séminaire, merci de contacter les organisatrices : jhonvault@yahoo.fr ; christine.mussard@univ-amu.fr).

  • 28 janvier (salle PAF) : Juliette Honvault, (IREMAM/CNRS) et Christine Mussard (AMU/IREMAM), séance introductive.
  • 25 février (salle PAF) : Akhésa Moummi (LIER-FYT/CESOR/IFPO) : « Quand crise et laïcité s’enchevêtrent. Enquêter sur les écoles de la MLF au Liban dans les années 2020 ». Discutant : Simone Spera (Université Paris Nanterre/LESC UMR 7186).
  • 25 mars (salle Duby) : Amal Khaleefa (Université Sorbonne Nouvelle/DILTEC), « Une étude en didactique des langues dans le camp de Zaatari entre méthodologie adoptée et expérience vécue ». Discutante : Chloé Pellegrini (IREMAM/CNRS).
  • 29 avril (salle Duby) : Lamia Mellal (ULB/KUL), « Politiques de lutte contre la radicalisation et surveillance en milieu scolaire : étude de cas à Marseille ». Discutante : Françoise Lorcerie (IREMAM/CNRS).
  • 03 juin (salle PAF) : Nacira Abrous (MMSH UAR3125 AMU/CNRS), « Plurilinguisme et patrimoine linguistique dans la sphère éducative en Algérie ». Discutante Mounira Chariet (Sciences Po Aix).
  • 24 juin (salle Duby) : Sami Ouchane (Sciences Po Aix/MESOPOLHIS) : « La guerre, un moment diplomatique inédit pour les proviseurs d’établissements français au Liban (1975-1990) ». Discutante : Akhésa Moummi (LIER-FYT/CESOR/IFPO).

Journée d’étude – “L’enseignement supérieur et la recherche face au Covid-19”, Science Po

Mardi 8 mars 2022 sur le Campus Sciences Po, : https://www.sciencespo.fr/cso/fr/actualites/journee-d-etude.html

Cette journée d’étude, organisée par l’équipe du projet de recherche ANR Covid-in-Uni, vise à faire un point, environ deux ans après le début de la crise sanitaire, sur des enquêtes menées depuis le premier confinement sur la manière dont l’ESR a affronté cette crise. Nous y réunirons quatre équipes de recherche afin de les faire dialoguer et de réfléchir ensemble aux conclusions à tirer de leurs travaux.

Avant cela, une prise de parole par plusieurs représentants d’institutions de l’ESR nous permettra de construire nos réflexions en lien avec leurs témoignages.

Séminaire – “Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint-Denis (XIXe-XXIe siècles) : recherche et valorisation des sources”

Premier séminaire dans le cadre du projet

Lundi 28 mars, 10h-13h
Campus Condorcet (salle 3.023 Bât. Recherche Sud)

Emmanuel Bellanger, directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains : Des fondations du Grand Paris à l’avènement de la Seine-Saint-Denis :un territoire populaire en mutation, laboratoire des cultures et des politiques urbaines (XIXe-XXIe siècles)

Projet soutenu par MSH Paris Nord/Campus Condorcet dans le cadre de leur appel à projets commun “Campus universitaires et territoires”

Informations et contact : francoise.laot@univ-paris8.fr

JE – “L’enseignement de l’histoire en Europe : entre dé-nationalisation et re-nationalisation”, Université de Bologne, déc. 2021

10.00 – 13.0

 Curricula d’histoire et politiques de la mémoire, en Italie et en France : traditions, convergences, échanges  / History curricula and memory politics in France and Italy : traditions, convergences, and mutual borrowing

Bienvenue, prof. Francesca ROVERSI MONACO, Dipartimento di Storia, Culture e Civiltà, Università di Bologna

Introduction de la journée et modération, Piero COLLA (AGORA, Université de Strasbourg)

– Patrick GARCIA (AGORA, INSPE Versailles) L’enseignement de l’histoire en France aujourd’hui, entre renouvellement pédagogique, actualisation scientifique et demande sociale

– Alberto DE BERNARDI (Università di Bologna) Le «canon» de l’histoire contemporaine dans les manuels scolaires de l’Unification à nos jours

– Benoît FALAIZE (Centre d’histoire de Sciences Po) Le retour du national dans le récit scolaire de la guerre d’Algérie ?

– Claudia VILLANI (Università di Bari) Remembrance education and history teaching in Italian schools : didactic practices and current researches 

–  avec la participation d’Alain LAMASSOURE, président de l’Observatoire sur l’enseignement de l’histoire du Conseil de l’Europe

 ——-

15.00 – 19.00

  Histoire scolaire et politiques de la citoyenneté en Europe aujourd’hui / School history and citizenship politics around Europe today 

Modérateur / Chair : Vittorio Caporrella (Bologna University)

Introduction, Francesca SOFIA, Dipartimento di Storia Culture Civiltà, Università di Bologna

–  Rainer BENDICK (SESMA, Brunswick) Allemagne : Le poids d’une histoire nationale difficile à assumer

–  Luigi CAJANI (Università La Sapienza, Rome) Les programmes d’histoire en Italie et le va-et-vient de l’éducation à la citoyenneté

–  Piero COLLA (AGORA, université de Strasbourg) Suède : une discipline “à risque d’extinction” ?  Nouveaux usages des mémoires impératives et profil curriculaire de l’histoire scolaire

–  Terry HAYDN (University of East Anglia) Ethical dilemmas for history educators in the UK (and elsewhere)

–  Ewa TARTAKOWSKY (CNRS, ISP Nanterre) Histoire des Juifs comme élément d’appréciation des processus de dé-nationalisation et de re-nationalisation en Europe centrale et orientale. 

– Roberto BALZANI (Università di Bologna) La didactique de l’histoire dans les musées universitaires

débat

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search