JE – « Pierre Jartoux (1169-1720), jésuite originaire d’Embrun, scientifique en Chine », 8 août 2020 (Embrun, Hautes-Alpes)

Le samedi 8 août 2020, à Embrun (Hautes-Alpes), se tiendra une journée d’étude sur l’activité des jésuites scientifiques en Chine aux XVIIet XVIIIsiècles, à partir du cas particulier du père Pierre Jartoux (Embrun, 1669 – Pékin, 1720), avec la participation d’universitaires, historiens et archivistes, est organisée par le diocèse de Gap et Embrun, en partenariat notamment avec la ville et le Pays S.U.D.

Ce colloque se tient en présence de Mgr Xavier Malle, évêque du diocèse de Gap (+Embrun), de S.E. le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque émérite de Bordeaux et de Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes.

  • 8 h 45 : accueil
  • 9 h : ouverture du colloque par madame Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil Régional, maire d’Embrun Ou Mme Jehanne Marrou, adjointe chargée de la culture
  • 9 h 15 Introduction Bernard Busser, président de la journée
  • 9 h 30 L’aventure d’une vie, le père Pierre Jartoux, d’Embrun à la Chine Pierre Jartoux, ingénieur Arts et Métiers
  • 10 h 15 Les pères jésuites haut-alpins dans l’histoire du diocèse de Gap, Père Pierre Fournier, prêtre du diocèse de Gap, historiographe diocésain
  • 11 h 15 Jean-Joseph Rossignol (1726-1815) : de La Vallouise au monde, un itinéraire jésuite, Luc-André Biarnais, Archiviste diocésain
  • 12 h : table ronde, échanges avec le public.
  • 12 h 30 : buffet offert, sur place.
  • 14 h 15 Messe du samedi à la cathédrale Notre-Dame du Réal pour ceux qui le souhaitent. 
  • 15 h 30Le parcours du père Jartoux en Chine, Isabelle Landry, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine et École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • 16 h 15 Le rôle des collèges jésuites dans l’élan missionnaire de la France au XVIIe siècle, Françoise Fauconnet-Buzelin, chargée de recherches aux Missions Étrangères de Paris.
  • 17 h : pause
  • 17 h 30 Un mathématicien en Chine au XVIIe siècle, Anne Tarpent, professeur de mathématiques en retraite. Auteur de recherches historiques en musique et en sciences
  • 18 h 15 Construire des ponts dans un monde divisé : les jésuites en Chine, nos contemporains, Wu Huiyi, historienne à Cambridge et au Centre d’étude Chine moderne EHESS Paris
  • 19 h : table ronde, échange avec le public.
  • 19 h 30 : conclusion du colloque.

AàC en vue de l’école d’été du How to « Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies » (pour mémoire).

The Summer School 2020 will be postponed and will take place from September 6 to 10, 2021.

How to Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies

How do you do theory ? While the craft of methods and empirical work more generally is often made explicit in higher education research and science studies, theory work usually remains implicit. The aim of the summer school is to make explicit how we work with theories, and how we make them work. We would like to discuss the craft of theorizing, explore routines and strategies of doing theory, think about opportunities and blind spots of theory work, and uncover the positions and relations theories can have in our research. The summer school will give early career researchers in higher education research and science studies the opportunity of a reflexive hands-on approach to theory. It will provide a context to reflect the theory work in one’s own research and discuss it with eminent scholars of theorizing in the fields of higher education research and science studies and beyond.

Cycle de conférences – « L’Ecole à Paris. Saison 2 : Enseignants, élèves et disciplines » (Archives de Paris, 2020).

Attention, séances reportées en octobre, novembre et décembre 2020.

Cycle de conférences les jeudis, de 17h à 18h30. Entrée libre dans la limite des 100 places disponibles et dans le respect des consignes de sécurité. 

  • 6 février 2020

Les fondateurs de l’école républicaine. La première génération des instituteurs sous la IIIe République. par Jérôme Krop, Maître de conférences en histoire contemporaine, CREHS, Université d’Artois.

  • 19 mars 2020 – Reporté au 15 octobre 2020

La photo de classe, source pour une autre histoire de l’école. par Sylvain Wagnon, Historien, professeur en sciences de l’éducation, Université de Montpellier.

  • 23 avril 2020 – Reporté au 3 décembre 2020

Les maîtresses de pensionnat parisien au XIXe siècle. par Rebecca Rogers, Professeure en histoire de l’éducation, département Sciences de l’éducation, Université de Paris, Cerlis, CNRS.

  • 4 juin 2020 – Reporté au 26 novembre 2020

Le sport est-il une pratique éducative ?, par Michaël Attali, Professeur des Universités, UFR STAPS – Université de Rennes 2. 

  • 18 juin 2020 – Reporté au 5 novembre 2020

Ordres et désordres dans l’empire du Milieu ». Les élèves et la discipline dans les lycées de l’académie de Paris (1848-1968), par Pierre Porcher, Doctorant en histoire à Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle et Centre de recherches et d’études d’histoire et sociétés.

JE – « La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) », 27 mars 2020, reporté au 9 octobre 2020, Université d’Artois.

La journée d’étude s’intéresse à ce qui compose le quotidien des étudiant(e)s jusqu’à aujourd’hui : les difficultés matérielles et universitaires, les différents modes d’intégrations et leurs engagements dans la vie de leur ville et de leur pays.

Reporté au 9 octobre 2020

Programme

  • A partir de 08h45 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois (Salle R1)
  • 09h20-09H30  Mot d’accueil par le Professeur Charles GIRY-DELOISON, directeur du CREHS de l’Université d’Artois
  • 09h30-09h45 Introduction de la journée par Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante  

Modératrice :  Carole CHRISTEN, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille, laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529-UDL) 

  • 09h45-10h10 Jacqueline ESTRAN, maîtresse de conférences en langue et littérature chinoises à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, laboratoire IETT (EA 4186)  – Les étudiantes de l’Institut franco-chinois (1921-1946) : conditions de vie et d’études et intégration à l’université française.
  • 10h10-10h35 Arnaud DESVIGNES, enseignant certifié au collège-lycée Stanislas, Paris ; docteur en histoire contemporaine Paris-Sorbonne, chercheur rattaché au laboratoire CAREF (université de Picardie) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris-Sorbonne) – « Les damnés de la thèse ». La vie quotidienne d’un enseignant-étudiant inscrit en thèse d’État (1880-années 1990).
  • 10h35-10h45  Questions et débats avec la salle
  • 10h45-11h00  Pause

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante –suite-

Modératrice : Stéphanie DAUPHIN, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 11h00-11h25  Marie-Elise HUNYADI, ATER en Sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, docteure en sciences de l’éducation (Genève-Paris-Descartes), laboratoire CERLIS (UMR 8070) –Paris-Descartes – Soigner les étudiantes parisiennes durant l’entre-deux-guerres : l’exemple de la « Mutuelle étudiante » du Foyer international des étudiantes.
  • 11h25-11h50  Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois- Financer ses études : les « petits boulots » occupés par les étudiantes durant l’entre-deux-guerres.
  • 11h50-12h00  Questions et débats avec la salle
  • 12h00-13h30 Pause repas (les intervenants sont invités ; les auditeurs peuvent déjeuner au restaurant universitaire juste à côté de la Maison de la recherche)

Cultures, croyances, folklores étudiants

Modérateur : Stéphane LEMBRE, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 13h30-13h55  Virgile  ROYEN – Doctorant à l’Université de Liège – La mobilisation des étudiants de l’Université de Liège contre la ‘flamandisation’ de l’Université de Gand (1920-1923) : mouvement nationaliste ou mouvement corporatif ? 
  • 13h55-14h20  Clément MILLON, Enseignant-chercheur vacataire à l’Institut catholique de Lille –Réjouissances et fêtes dans le monde étudiant à l’Institut Catholique de Lille dans les années 1920 à 1930.
  • 14h20-14h45  Bernard GIROUX, professeur agrégé d’Histoire-géographie, docteur en histoire contemporaine (IEP de Paris), enseignant au lycée Dessaignes (Blois) – Valeurs et pratiques religieuses des étudiants français à la veille de Mai 68.
  • 14h45-15h00  Questions et débats avec la salle
  • 15h00-15h15  Pause

Engagements étudiants dans la vie de la Cité  

Modératrice : Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, maîtresse de conférences en sociologie, INSPE-Académie de Lille-HDF, laboratoire RECIFES-Université d’Artois, Centre de recherches Sociologiques et Politiques de Paris-Cultures et Sociétés Urbaines (CRESPPA-CSU)

  • 15h15-15h40   Bryan MULLER, certifié d’histoire-géographie, doctorant contractuel chargé d’enseignement à l’Université de Lorraine, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH, EA 3945)- Les contestations politiques étudiantes post-soixante-huitardes (1969-1973).
  • 15h40-16h05   Anthéa CHENINI, doctorante contractuelle à l’Université de Limoges, Groupe de Recherche et Sociologiques sur les sociétés Contemporaines (GRESCO, EA 3815) – Surveiller et produire « les gauchistes » des années 68 : les militants de l’UNEF poitevine dans le miroir du pouvoir.
  • 16h05-16h30   Jean-Philippe TONNEAU, docteur en sociologie et Post-doctorant au Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025) de l’Université de Nantes) – Les étudiants en droit d’extrême-gauche à l’Université dans les années 1970, un engagement total ? L’exemple des membres du Mouvement d’Action Judiciaire.
  • 16h30-16h45 Questions et débats avec la salle
  • 16h45-17h00  Brèves conclusions de la journée par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Report du X Atelier Héloïse : Universities in Europe: common contexts and local peculiarities through source analysis au 29-31 mars 2020

X Atelier Héloïse – “L’Europa delle Università: contesti comuni e peculiarità locali dalle origini all’età contemporanea”

La pandemia che affligge il Pianeta da diversi mesi ha prodotto un sovvertimento della maggior parte delle attività programmate in precedenza. Il forte desiderio di riaffermare una condizione di normalità nel nostro comune lavoro è tuttora ostacolato dalle necessarie misure sanitarie che restano, per il momento, l’unica arma efficace per contrastare le luttuose conseguenze del Covid-19. Ci troviamo pertanto oggi costretti ad annullare il nostro incontro previsto per il 3-5 settembre 2020. 

Dopo i necessari contatti con i responsabili delle strutture universitarie e alberghiere per annullare gli impegni già assunti, abbiamo potuto procedere ad individuare la nuova data per lo svolgimento del X Atelier Héloïse. In accordo con i Colleghi Jean-Philippe Genet, presidente del Comitato Héloïse, e Mordechai Feingold, presidente dell’ICHU, il Comitato organizzativo ha fissato lo svolgimento del X Atelier Héloïse a Bologna nei giorni 29-31 marzo 2021, avendo già provveduto a trasferire a tale data tutte le prenotazioni necessarie allo svolgimento del nostro Convegno e dell’assemblea dell’International Commission for the History of Universities.Chiediamo a tutti la cortesia di rispondere a questa e-mail, confermando la propria partecipazione al nuovo appuntamento del 29-31 marzo 2021, e impegnandoci nel contempo a mantenervi costantemente informati. 

X Héloïse Workshop – “Universities in Europe: common contexts and local peculiarities through source analysis”

The pandemic that has plagued the planet for several months forced us to reschedule most of the previously planned activities. The strong desire to reaffirm a normal condition in our common work is still hindered by the necessary health measures which remain, for the moment, the only effective weapon to counter the mournful consequences of Covid-19. Today we have therefore to cancel our meeting scheduled for 3-5 September 2020.

After the necessary contacts with the managers of the university and hotel structures to cancel the reservations already made, we had finally rescheduled the X Atelier Héloïse.In agreement with colleagues Jean-Philippe Genet, president of the Héloïse Committee, and Mordechai Feingold, president of the ICHU, the Organizing Committee has set the new dates for the X Héloïse Workshop and the meeting of the International Commission for the History of Universities in Bologna on29-31 March 2021.

Séminaire – Dans les marges de l’ordre budgétaire : financer par des expédients ? (2 juillet 2020, ministère des Finances)

  • « Le financement des Expositions nationales du travail (1924-1962) : ministères, organisations professionnelles et collectivités locales au défi de la dépense »,Stéphane Lembré, Université de Lille /INSPE,  CREHS – université d’Artois.
  • « Le financement du Plan Informatique pour Tous (1985). Enquête sur les marges de l’ordre budgétaire », Clémence Cardon-Quint, Université de Bordeaux/INSPE, CEMMC – université Bordeaux-Montaigne.

Lieu : Bâtiment Vauban, salle Visio V4064 Est 1, Bercy, 139 rue de Bercy, Paris 12e  et par visioconférence. Inscription préalable requise(nombre de places limité ; une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée).

Les deux communications examinent la façon dont les acteurs investissent les marges de l’ordre budgétaire pour dégager les ressources financières nécessaires à l’aboutissement d’un projet. En se plaçant au plus près des pratiques et des représentations du terrain, il s’agira de comprendre comment ces jeux, à la marge, interfèrent avec l’ordre budgétaire, soit pour le conforter (en contraignant les acteurs à se plier à des mesures d’économie, ou à solliciter d’autres sources de financement), soit pour le subvertir (par une stratégie du fait accompli).

Continuer la lecture de « Séminaire – Dans les marges de l’ordre budgétaire : financer par des expédients ? (2 juillet 2020, ministère des Finances) »

JE – Artistes, artisans, pédagogues et fonctionnaires? Des instructeurs aux conseillers d’éducation populaire et de jeunesse. 75 ans d’actions culturelles singulières 1944-2019

Le Comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports avec le concours des Archives nationales organise une journée d’étude :

Le Jeudi 19 mars 2020 de 9h30 à 17h30
14, Avenue Duquesne  PARIS 75007

Artistes, artisans, pédagogues et fonctionnaires ?

Des instructeurs aux conseillers d’éducation populaire et de jeunesse  75 ans d’actions culturelles singulières 1944-2019

Programme

Accueil dès 9h – Début des travaux : 9h30

Animation/régulateur de la journée, Fabrice Landry, inspecteur jeunesse et sports*

Préambule institutionnel : Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative

9h45 Introduction par Laurent Besse, maître de conférences en histoire, IUT de Tours*

10h : Intervention de Michel Bataillon, dramaturge et traducteur : « Avec Jean Rouvet, aux Rencontres de la jeunesse européenne, été 1951 à la Lorelei. »
Un extrait du film E comme Europe sera projeté

10h30 : Intervention de Jean-Pierre Daniel, CTP cinéma : « Pédagogie de l’éducation artistique »

10h50 : Intervention de Jean Golgevit, CTP chef de choeur : « Les pratiques musicales en France et l’éducation populaire depuis la Libération »
Extrait du Canto General qui a fait l’objet de plusieurs stages au fil de la carrière de J. Golgevit et de nombreuses présentations publiques.

11h20 : Échanges avec la salle

11H45 : Clothilde Roullier, Archives nationales : « Présentation des sources conservées dans des services d’archives publics »

12h : Denise Barriolade, inspectrice principale Jeunesse et sports honoraire* présentera le recueil des témoignages de CTP effectué, la méthode, les matériaux d’archives constitués (illustration avec projection de fiches papiers et extraits d’enregistrement) avec 3 exemples significatifs commentés avec le concours de F. Landry.

Fin de la matinée : 12H45
Déjeuner libre

14H15 Reprise des travaux :
Présentation d’archives orales émanant de la collecte (20 mn) : extraits des entretiens d’Éliane Badet (CTP photo), Michel Simon (CTP cinéma), Claude Decaillot (CTP danse)

14h35 La parole d’une étudiante en histoire, Jeanne Roverc’h, à propos de son master : Les instructeurs nationaux spécialisés et les stages d’art dramatique : fleuron de l’action culturelle populaire française et moteur de l’éducation populaire (1944-1963).

14h45 François Gasnault, conservateur du patrimoine et historien : « Nohant-Verruyes, 1954-1976, du ”livre vivant” à La Geste Paysanne : quand instructeurs et conseillers techniques d’éducation populaire ressuscitaient ce « monde que nous avons perdu”… », avec le témoignage de Jean-Pierre Pottier, metteur en scène et ancien CTP, ainsi que des extraits de films.

15h45 Léo Souillès-Debats, maître de conférences en études cinématographiques évoquera l’apparition de nouvelles formes d’actions autour du cinéma (animations, éducation à l’image, actions spécifiques comme « un été au ciné », festivals de films pour la jeunesse…)

16h15 Echanges avec la salle

17h Conclusion de la journée par Laurent Besse et Martine Gustin-Fall, présidente du comité d’histoire*

*membres du comité d’histoire

****

Le programme complet est disponible ici.

Inscription gratuite et obligatoire (accès contrôlé) à retourner l’adresse : samira.hamani [at] sg.social.gouv.fr

Pour tout contact: comitehistoireMJS [at] jeunesse-sports.gouv.fr

JE – L’«éducation pour l’Europe»: institutions, acteurs et politiques

Raphaëlle Ruppen Coutaz  et Simone Paoli organise le jeudi 13 février 2020 à la Maison de la Recherche à Paris une journée d’études sur le thème: L’«éducation pour l’Europe»: institutions, acteurs et politiques

Cette journée est organisée avec le soutien du LabEx EHNE. Toute personne intéressée est bienvenue, merci de vous annoncer à l’adresse suivante: raphaelle.ruppencoutaz [at] unil.ch.

Programme:

9.00-9.15                               Introduction de la journée par Raphaëlle Ruppen Coutaz (FNS, EHNE) et Simone Paoli (Université de Pise)

9.15-9.45                                Présentation de l’Encyclopédie en ligne EHNE par Mathieu Marly (EHNE)

9.45-10.15                  Raphaëlle Ruppen Coutaz (FNS, EHNE) et Simone Paoli (Université de Pise), «De l’Éducation pour l’Europe à une Éducation européenne»

European Schools and University 

10.15-10.45                Stefanie Pukallus (University of Sheffield), «Civil Integration through Education: the Building of European Schools»

10.45-11.15                Jean-Marie Palayret (anc. Directeur des Archives Historiques de l’UE), «Une Université pour l’Europe? L’Institut universitaire européen de Florence»

11.15-11.45 Pause café

Governing education in Europe

11.45-12.15                Oriane Calligaro (European School of Political and Social Sciences (ESPOL), Université Catholique de Lille), « Les Communautés Européennes et le monde académique »

12.15-12.45                Muriel Bourdon (IUT2 de Grenoble), «Le Conseil de l’Europe, inspirateur d’une politique d’éducation»

12h45-14h00 Déjeuner

Europe in the classroom

14.00-14.30               Steffen Sammler (Georg Eckert Institute, Braunschweig) , «La révision des manuels scolaires dans une perspective européenne»

14.30-15.00                Lucia Boschetti (Università degli Studi di Bari), «European integration in Italian high school textbooks from the 2010s»

15.00-15.30               Anne Bruch (HAEU, Florence; Georg Eckert Institute, Braunschweig), «Educational Films and the European Integration Project since the 1960s»

15.30-16.00 Pause café

16.00-17.00  Conclusions par Antoine Savoye (Université Paris 8) et Antonio Varsori (Université de Padoue), puis clôture de la journée

Séminaire – Enseignement supérieur et recherche

Le séminaire « Enseignement supérieur et recherche » de Sciences Po change de formule.

Celui-ci prendra désormais la forme de trois à quatre demi-journées d’étude par an, consacrées chacune à un thème.

Fidèle à son ambition d’origine, il est dédié à la présentation de travaux de recherche menés en France ou à l’étranger qu’il vise à faire connaître aussi bien des chercheurs travaillant sur ce domaine que des praticiens et décideurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La première séance, fixée au jeudi 13 février de 14 heures à 17 heures permettra la présentation de recherches menées sur les politiques de l’excellence et notamment sur les Idex et les Labex dans le cas français. La genèse de ces politiques, en France mais aussi en Allemagne la manière dont elles ont été mises en œuvre et leurs premiers effets seront abordés au cours de cette séance dont le programme détaillé est disponible ici.

La deuxième séance, au printemps, sera consacrée à « La (dé)construction de l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche : où en est-on ? ». En effet d’un côté, cet espace européen semble renforcé par nouveaux modes d’action, comme le montre la mobilisation autour de l’appel à Universités Européennes de Recherche, dont Pauline Ravinet (Université de Lille) analysera les enjeux. Mais de l’autre, l’émergence et la cohérence de cet espace semblent menacées par la plus grande autonomie laissée aux régions. Les modes de pilotage public des universités tendent en effet à se diversifier : Michael Shattock et Aniko Horvath (UCL) expliqueront les divergences croissantes entre la gouvernance des universités au Pays de Galles, en Angleterre, en Ecosse et en Ireland du Nord, en présentant le livre (The Governance of British Higher Education) qu’ils ont récemment publié sur « les » systèmes britanniques ; tandis qu’on s’interrogera avec Eva Vögtle (DZHW) sur les questions que pose la comparaison des systèmes d’enseignement supérieur et de leur gouvernance.

Séance de séminaire – Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle

La prochaine séance du séminaire « Acteurs et mouvements sociaux » aura pour thème « Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle« . Nous aurons le plaisir d’acueillir :
 
Célia Keren (Sciences Po Toulouse) : « L’exode des enfants: genèse et diffusion d’une technique de solidarité syndicale en temps de grève (Europe-Etats-Unis, premier XXe siècle)»
 
Camille Mahé (CHSP) : « Se mobiliser pour l’enfance en guerre : enjeux et acteurs d’une compétition internationale (Europe de l’Ouest-années 1940) »
 
Le séminaire aura lieu jeudi 12 décembre  de 14h30 à 16h30 au Centre d’histoire 56 rue Jacob, 75006 Paris, en Salle du Traité.

Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité

Nous vous signalons la tenue d’un cycle de conférences “Les enfants dans les affrontements religieux dela première modernité (XVIe-premier XVIIe siècles). Militants, victimes, bourreaux”.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et nous souhaiterions nous interroger sur leurs modalités.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Prochaine séance:

– mercredi 22 janvier 2020, 18h : Frédéric Hitzel (CNRS). “Des enfances convoitées. Conversions de jeunes entre monde catholique et monde musulman, XVIe-XVIIIe siècles.”

Programmation complète: Continuer la lecture de « Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité »

JE des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation – REPORT

Suite à l’appel à une nouvelle journée nationale de grève le vendredi 24 janvier prochain, le bureau de l’Association Transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l’Education (ATRHE) et les organisateurs ont décidé, d’un commun accord, de reporter cette journée afin d’éviter les importantes difficultés à prévoir dans les transports et de permettre aux personnes qui le souhaitent d’aller manifester ce vendredi. Nous vous tiendrons informer de la reprogrammation de la journée.

Le vendredi 24 janvier, l’ATRHE organise sa journée annuelle « jeunes chercheurs » dont vous trouverez le programme ici. Elle aura lieu salle 536,Université Paris-Descartes 45 rue des Saint Pères, Paris 6e.

Intitulée « Epistémologies et mises en pratique », la journée est conçue comme un espace de discussion des recherches en cours en histoire de l’éducation. Elle se veut ouverte à l’ensemble des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation ainsi qu’aux chercheurs et chercheuses abordant la thématique de l’éducation dans une perspective historique.

Le lendemain (le samedi 25 janvier 2020 à 14h) aura lieu l’assemblée générale de l’ATRHE  à l’amphithéâtre Lavoisier A (à confirmer), Paris-Descartes, 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

Elle sera précédée par une matinée d’étude intitulée « Matérialité(s) de l’école et de la culture scolaire » (9h30-12h30).

AG de l’ATRHE – 25 janvier 2020

Nous serons heureux de vous retrouver à l’occasion de la prochaine assemblée générale de l’ATRHE qui aura lieu le samedi 25 janvier 2020 à 14h à l’amphithéâtre Lavoisier A (à confirmer), Paris-Descartes, 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

 

Elle sera précédée par une matinée d’étude intitulée  » Matérialité(s) de l’école et de la culture scolaire » (9h30-12h30), dont vous trouverez le programme ici.

 

La veille (vendredi 24 janvier), l’ATRHE organise sa journée annuelle « jeunes chercheurs ». Elle aura lieu salle 536,Université Paris-Descartes 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

Séminaire histoire de l’éducation en Afrique de l’année 2020

Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu XIXe siècle – années 1970)

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands Moulins à Paris 

Métro : Bibliothèque François Mitterrand – Ligne 14 – RER C

Mercredi 29 janvier, 14h-16h – salle 3.15

Iris Seri-Hersch (IREMAM, université Aix-Marseille), 

Des savoirs et des pratiques pédagogiques coproduits ? Retour sur un problème classique de la « situation coloniale » à partir du Soudan nilotique.

Mardi 25 février, 14h-16h  salle 3.15

Caterina Scalvedi (University of Illinois-Chicago),

Imperial Histories of Fascist Education (1922-1943) 

Mardi 24 mars, 14h-16h – salle 3.15 

Christine Mussard (IREMAM, ESPE Aix-en-Provence), 

Détourner les principes de l’Ecole de la République pendant la guerre d’indépendance algérienne : l’exemple de l’obligation scolaire

Mardi 14 avril, 14h-16h – salle 3.15 

Pierre Guidi (CEPED, IRD-université Paris Descartes), 

L’éducation féminine de la ‘Nouvelle Ère’ dans l’Éthiopie des années 1950 : maternalisme, émancipation, reproduction des classes

Une nouvelle Journée d’Etude internationale prolongera ces séances les mardi 21 et mercredi 22 avril 2020 dans les locaux du CESSMA (Université Paris Diderot, bâtiment Olympe de Gouges).

Les coordinateurs : Pierre Guidi, Jean-Luc Martineau & Florence Wenzek

Nous écrire : for.an.education.network@gmail.com

http://www.cessma.univ-paris-diderot.fr/spip.php?rubrique118

Séminaire du Gehfa : mardi 3 décembre 2019

Le 3 décembre 2019, le séminaire du Gehfa reçoit Nicolas Divert, MCF à l’Université Paris-Est Créteil (LIRTES) pour une intervention intitulée « Des usages de la formation dans la mobilité professionnelle. Le cas de la Société générale (années 1920-1980). »

Présentation de la séance:

Le secteur bancaire apparaît comme particulièrement engagé dans la formation de son personnel. Dès les années 1920, la Société Générale ouvre ses premières écoles et, progressivement, une offre variée de formations, parfois associée à la préparation de diplômes, sera proposée. Les formations internes, interbancaires ou d’État dessinent des outils de la gestion de ressources humaines qui vont participer à façonner les carrières. Aussi, à partir d’entretiens biographiques réalisés auprès de retraité·e·s de cette banque (n= 113), d’analyse de documents internes et de l’étude des livres d’or d’une école destinée aux futur·e·s gradé·e·s, cette présentation vise à appréhender les liens pensés entre la formation et la mobilité professionnelle jusqu’aux années 1980, période au cours de laquelle les écoles internes sont fermées.

Pour plus d’informations sur le séminaire: http://www.gehfa.com/fr/seminaires

Colloque – « Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des 
institutions de conservation », 12-13 décembre, Paris

Le colloque « Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des 
institutions de conservation » se tiendra les 12 et 13 décembre 2019 à la Sorbonne.

Ce colloque, prenant appui sur la figure de la marquise Arconati Visconti, grande mécène de l’enseignement supérieur, devrait permettre d’améliorer nos connaissances sur la place de la philanthropie et du mécénat pour la constitution du patrimoine de l’enseignement et de la recherche, des musées, des bibliothèques et des archives.
Plusieurs études récentes ont en effet rappelé que les collections de toute nature (archéologiques, artistiques, scientifiques, etc.) des musées se sont notablement accrues, aux XIXe et XXe siècles, par le biais de dons et legs de collections privées et que le mécénat occupait ainsi une place considérable dans l’enrichissement de leur patrimoine.
Toutefois, peu de travaux ont porté sur les établissements d’enseignement et de recherche, les bibliothèques et les archives alors même que le mécénat en leur faveur s’est manifesté par la construction de bâtiments, l’établissement d’instituts de recherche, la fondation de prix ou de bourses d’études et de voyages destinés aux étudiants et chercheurs, ou encore par des dons et legs de livres et d’archives, leur permettant ainsi de participer plus largement à la transmission des savoirs.
Ce colloque s’inscrit dans un cycle de manifestations pour le développement du mécénat en faveur de l’enseignement et de la recherche et, plus largement, des institutions culturelles publiques. Il est accompagné d’une exposition sur la marquise Arconati Visconti au musée des Arts décoratifs et d’une exposition virtuelle conçue à partir de la numérisation de la correspondance reçue par la marquise, conservée par la bibliothèque Victor-Cousin, à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS).

Le programme est disponible ici.

Inscription et accès :

Pour vous inscrire, envoyez un mail à : ce.archives[at]ac-paris.fr
L’accès au Grand Salon se fera par le 47 rue des Écoles.

Séminaire – ARES-CEPED – mardi 26/11

Pour rappel, la dernière séance du séminaire conjoint 2019 de l’Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs (ARES) et du CEPED sur les écoles privées aux Suds aura lieu demain mardi 26 novembre:

16h à 18h, Université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, Salle J322

Nous aurons le plaisir de recevoir Mounira Chariet (IEP Aix – IREMAM), pour une communication intitulée: 

« Les écoles privées en Algérie: entre autonomisation et contrôle ». 

Vous trouverez plus bas le résumé de son intervention. 

Les écoles privées en Algérie : entre autonomisation et contrôle

En Algérie, l’enseignement privé a été interdit sous Houari Boumediene dans un contexte de nationalisation et de zèle révolutionnaire. L’appareil éducatif était conçu comme une pièce maîtresse de la construction nationale et de l’homogénéisation culturelle et linguistique du pays (arabisation, histoire, instruction islamique). Il réapparaît pourtant à la fin des années 1980 en proposant un enseignement francophone, à l’encontre des options politiques de l’indépendance. Tout au long des années 1990, dans un contexte de crise politique, sociale et sécuritaire, des écoles créées par des parents d’élèves se développent sans statut légal, en particulier dans les grandes villes et en Kabylie. En adoptant une perspective diachronique, ma présentation cherchera à restituer les différentes phases qu’ont connues ces écoles, correspondant à des temps de transformations politiques et sociales de l’Algérie post-indépendante : la première est celle des hétérotopies, la deuxième celle de la polémique (médiatisation et mise à l’agenda), la troisième celle de leur institutionnalisation. Je proposerai, à partir des matériaux recueillis dans le cadre d’une recherche doctorale, d’interroger les espoirs investis dans la scolarisation des usagers de ces écoles et d’analyser le sens et les formes de la contestation silencieuse sous-jacente à ces pratiques scolaires.

Séminaire – Jeunesse en guerre : expériences, engagements, subjectivités (EHESS)

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire « Jeunesse en guerre: expériences, engagements, subjectivités » qui a lieu à l’EHESS.

3e lundi du mois de 15 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 21 octobre 2019 au 16 juin 2020

Le séminaire propose d’interroger la confrontation des jeunes (enfants, adolescents) au phénomène guerrier à l’époque contemporaine, qu’il s’agisse des guerres mondiales, des conflits intra-étatiques, des génocides ou des engagements réputés terroristes. Plus précisément, nous tenterons de réfléchir de manière transdisciplinaire aux questions de l’engagement juvénile, de ses causes, de ses modalités, de ses perceptions intimes et subjectives, ainsi que celle du rapport à la violence et à ses effets. Y a-t-il des spécificités juvéniles à ces pratiques d’engagement, de violence, de combat ? Comment les imaginaires collectifs façonnent-ils les registres subjectifs qui les rendent soudainement possible ? Quels éclairages nouveaux peut apporter le dialogue entre histoire, sociologie, anthropologie et psychanalyse ? Des jeunes soldats de l’an II aux apprentis djihadistes des années 2010, l’enjeu est bien de penser l’engagement juvénile, sa pratique autant que ses mises en récit, sur le temps long, dans ses particularités historiques comme dans ses permanences.

16 décembre
Invité : Antoine Garapon et Yamina Benharrat (IHEJ) – « Interroger la radicalisation ».

20 janvier
Invité : Laurent Bonelli (Paris Nanterre) – « La Syrie comme hétérotopie. Retour sur l’engagement de jeunes djihadistes français ».

17 février : pas de séminaire

16 mars
Invitée : Anne-Laure Porée (EHESS) – « Nhem En, un adolescent photographe au cœur de la machine de mort khmère rouge ».

20 avril
Invitée : Hélène Dumas (CNRS) – « Métis de la survie : fuite, mensonge, travestissement, sauvetage des enfants pendant le génocide des Tutsi au Rwanda ».

18 mai
Invitées : Marta Craveri (FMSH) et Anne-Marie Losonczy (EPHE) – « Grandir en déportation : expériences d’enfants et d’adolescents du Goulag ».

15 juin
Invitée : Laure Wolmark (psychologue clinicienne au COMEDE) – « Les soignant.e.s face aux jeunes dans la guerre : contre-transferts et pratiques ».

Coordination :

Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS : richard.rechtman[at]ehess.fr 

Manon Pignot, MCF à l’Université de Picardie : manon.pignot[at]u-picardie.fr

Séminaire – Histoire de l’éducation en Afrique

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire Histoire de l’éducation en Afrique

Mercredi 29 janvier

Iris Seri-Hersch (IREMAM, université Aix-Marseille),« Des savoirs et des pratiques pédagogiques coproduits? Retour sur un problème classique de la ‘situation coloniale’ à partir du Soudan nilotique ».

Mardi 25 février

Caterina Scalvedi (university of Illinois-Chicago), Imperial Histories of Fascist Education (1922-1943)

Mardi 24 mars

Christine Mussard (IREMAM, ESPE Aix-en-Provence), Détourner les principes de l’Ecole de la République pendant la guerre d’indépendance algérienne : l’exemple de l’obligation scolaire

Mardi 14 avril

Pierre Guidi (CEPED, IRD-université Paris Descartes), L’éducation féminine de la ‘Nouvelle Ère’ dans l’Éthiopie des années 1950 : maternalisme, émancipation, reproduction de classe

  Prendre contact avec Pierre Guidi pour plus d’information sur les horaires et le lieu: pierre.guidi[at]ird.fr

Séminaire – Socio-histoire des éducations différenciées (Université de Cergy-Pontoise, l’INS HEA et l’Ecole Pratique de Service Social)

Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire et le programme du séminaire « Socio-histoire des éducations différenciées ».
 
Les séances se dérouleront à l’Université de Cergy-Pontoise, à l’INS HEA et à l’Ecole Pratique de Service Social (EPSS).
 
Pour de plus amples informations:
 
– Vous pouvez contacter : martial.meziani[at]u-cergy.fr 
 
 
Au cours du XXème siècle, la question de l’éducation et sa professionnalisation ont donné lieu à une diversification des approches éducatives. Cette diversification des approches s’est notamment développée dans deux directions.
La première s’est concentrée sur une forme de spécialisation professionnelle relative aux capacités supposées et aux parcours de vie. Cette spécialisation s’est accompagnée d’une catégorisation des publics, qualifiés selon les époques, entre autres, d’enfants anormaux ou inadaptés. Elle a également donné lieu à des techniques et à des gestes professionnels spécifiques, à la constitution de plusieurs corps de métiers, à l’école ou dans l’éducation spécialisée notamment, ainsi qu’au développement de représentations particulières de l’enfance, relevant de la solidarité, puis de la vulnérabilité.
La seconde forme de diversification s’est fondée sur le développement d’approches dites alternatives. Initiées par des figures particulières (Freinet, Montessori, Freire, entre autres) ou par des courants politiques tels que l’éducation populaire, elles se sont voulues universalistes et en décalage avec les pratiques scolaires dominantes de leur époque.
Plus récemment, à partir des années 1980, les mondes éducatifs se sont vus confrontés à de nouveaux enjeux, traversant l’ensemble des organisations sociales concernées. A ce titre, l’éducation inclusive, l’empowerment, le New Public Management ou bien des logiques de type sécuritaire sont venus opérer des mutations profondes dans des espaces distincts.
Le séminaire de Sociohistoire des éducations différenciées vise donc à étudier les liens entre les différentes approches éducatives évoquées, les unes relevant de la catégorisation d’enfants différents et les autres d’une conception à la fois universelle et alternative de l’éducation. Ce séminaire de recherche vise plus particulièrement à explorer des espaces socio-éducatifs distincts, traversés par des mutations politiques et culturelles similaires, donnant lieu à l’émergence de pratiques nouvelles et différentes selon les espaces étudiés. En ce sens, le séminaire a pour objectif d’identifier les différentes formes de circulation des savoirs et d’appropriation relatives à des philosophies éducatives et politiques similaires. En ce sens, il s’agira d’interroger les effets de sédimentation dans les différents champs éducatifs étudiés auprès d’enfants, de jeunes ou d’adultes.
 
Programme
Première séance – Lundi 16 janvier 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Pour une sociohistoire des espaces éducatifs et formatifs : premières analyses du travail de catégorisation autour de l’enfance en risque de désaffiliation
Martial Meziani, MCF, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Évolution historique des formes conceptuelles de référence pour la formation et la certification des acteurs des éducations différenciées : entre reproduction et changement des paradigmes
Hervé Benoit, MCF, INS HEA, Grhapes (EA 7287)
 
Deuxième séance – Lundi 20 avril 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Sociohistoire des formes d’éducation liées à l’économie populaire
Clarissa Figueira, doctorante, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Les agents de la formation et leur professionnalisation (1960-2000)
Emmanuel de Lescure, MCF, Université de Paris, Cerlis (UMR 8070)
 
Troisième séance – Lundi 15 juin 2020
INS HEA, 58-60, avenue des landes – 92150 Suresnes
 
Sociohistoire d’un établissement judiciaire : circulation des savoirs et pratiques éducatives auprès de la jeunesse délinquante
Amélie Derobert, MCF, Université Lyon 2, Laboratoire ECP (EA 4571)
 
Coopérations inter-métiers versus spécialisation professionnelle, une question de savoir ? Eclairages socio-historiques dans les champs éducatif, social et médico-social
Philippe Mazereau, Professeur émérite, Université de Caen Normandie, CIRNEF (EA 7454)
 
 
Quatrième séance – Lundi 21 septembre 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Émergence, structuration et professionnalisation de diplômes de la formation d’animation
Cyrille Bock, doctorant, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Socio-histoire du métier de CPE : questionnements sur une figure du contrôle social et de la mise en dispositif de la « déviance scolaire »
Sofia Hachemi, doctorante, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Cinquième Séance – Novembre 2020
Ecole Pratique de Service Social, Cergy
 
Journée d’études consacrée à la question de la circulation des savoirs, des méthodes éducatives et pédagogiques et aux transformations de l’action publique auprès des enfants et jeunes pris en charge de manière différenciée.