Colloque – “Enfants et alcools, images et imaginaires”, Musée national de l’Éducation, 14-15 mai 2024

Dans l’optique de la préparation d’une exposition programmée en 2025, cette rencontre scientifique, organisée par le Musée national de l’Éducation avec le Centre d’histoire du XIXe siècle (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), avec le soutien du projet RACin, abordera notamment la question de la représentation de l’alcool dans les médias et l’analysera au prisme de l’enfance, en donnant la parole à des acteurs de la prévention.

Découvrez la programmation complète en cliquant ici.

Centre de ressources du Musée national de l’Éducation (6 rue de Bihorel, 76000 Rouen)
Gratuit / Réservation obligatoire au 02 35 07 66 61 ou munae-reservation@reseau-canope.fr – Mardi 14 et mercredi 15 mai 2024 de 9h30 à 17h

9 h 45 – 10 h 15, Introduction

MARDI 14 MAI

  • Mots de bienvenue – Marie Brard (directrice du Munaé) et Sébastien Le Pajolec (maître de conférences au Centre d’histoire du XIXe siècle)
  • Présentation de la rencontre Laurent Trémel, Victoria Afanasyeva, Erwan Pointeau-Lagadec

10 h 15 – 12 h 15, « Médiations scientifiques et prévention »

  • Victoria Afanasyeva (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Laurent Trémel (Munaé, membre associé du CIRNEF), Kristell Gilbert (Munaé) – Le projet d’exposition du Munaé « École et alcool » (titre provisoire) ;
  • Morgane Marivoët et Kieran Sternieri (association L’Arbre des connaissances) ;
  • Mélody Mulot (association ESI 14) ; Matthieu Panel (association La Boussole).

14 h – 16 h, « Alcool, enfants, médias, 2de moitié du xxe siècle » (modération Laurent Trémel)

  • Sébastien Le Pajolec (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Les représentations audiovisuelles de l’alcool et de l’enfance, à travers « Les Actualités françaises » et des reportages des chaînes de télévision, années 1950-1990 ;
  • Erwan Pointeau-Lagadec (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Enfants, alcool et cinéma : les premiers résultats du projet RACin ;
  • Victoria Afanasyeva (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Démêler le vrai du faux, le bon du mauvais : les enfants face à l’alcool, années 1970-1980.

16 h 15 – 17 h, Communication de Michel Craplet (psychiatre et alcoologue) – L’ivresse de la Révolution

MERCREDI 15 MAI

9 h 30 – 11 h 30, « Éducation populaire et antialcoolique » (modération Victoria Afanasyeva)

  • Carole Christen (université Le Havre Normandie) – L’éducation populaire et la question sociale au xixe siècle ;
  • Nicolas Truffinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Des leçons, des concours, des fêtes et des films : la propagande contre l’alcool dans les écoles en France au début du xxe siècle ;
  • Audrey Bonvin (université de Fribourg/institut d’études politiques de Paris) – “Vive le lait et vive l’eau, nous sommes l’Espoir du Berceau !” Réseaux transnationaux de l’éducation antialcoolique infantile.

11 h 45 – 12 h 30, Visite du musée national de l’Éducation, exposition “Pasteur, un cas d’école ?” au centre d’exposition (185 rue Eau-de-Robec, Rouen). Sur réservation au 02 35 07 66 61 ou munae-reservation@reseau-canope.fr

14 h – 16 h, « Enfants-consommateurs » (modération Véronique Nahoum-Grappe)

  • Laurent Bihl (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – “Il aime à rire, il aime à boire” : les représentations du vin, de l’alcool et de l’alcoolisation dans la France de la Troisième République à travers l’image satirique ;
  • Stéphane Le Bras (université Clermont-Auvergne) – Les enfants et les vins en France. Premières victimes d’une culture toxique ? (France, fin xixe, mi-xxe siècle) ;
  • Mélissa Mialon et Hernando Salcedo (Inserm/EHESP) – Les enfants comme cible des lobbys de l’alcool.

16 h 15 – 17 h, Communication et propos conclusifs par Véronique Nahoum-Grappe (anthropologue)

Workshop Histoires européennes de l’éducation

Vous trouverez ci-dessous le programme du Workshop international Histoires européennes de l’éducation – European Histories of Education, qui aura lieu à Lyon les 13 et 14 novembre prochain, issu d’un projet émergent du LLE.

Histoires européennes de l’éducation

 European histories of education

Workshop

Projet L’Europe à l’étude

Avec le soutien du Laboratoire de l’éducation (ENS de Lyon) et du CREN (Université de Nantes)

Lieu : Salle Marc Bloch – MSH Lyon – Saint-Étienne, 14 avenue Berthelot – Lyon

Lundi 13 novembre

13h Accueil des participants et introduction / Welcome and Introduction

13h30-15h00 Panel n°1 : Politiques éducatives en comparaison / Comparing Educational Policies

Animation : Hélène Buisson-Fenet (CNRS) et Xavier Pons (Université Lumière Lyon 2)

  • Carole Christen (Université Le Havre Normandie)
    Une histoire de l’éducation populaire en Europe est-elle possible ?
  • Marianne Thivend (Université Lumière Lyon II)
    La fabrique scolaire des comptables, sténodactylographes et couturières : pistes de réflexion pour une histoire européenne de la formation des femmes au travail, XIXe-XXe siècles
  • Anja Giudici (Newcastle University) & Micha Germann (University of Bath)
    The Partisan Framing of State and Family in the post-WWII Western European Education Debate: Historical and Political Perspectives

15h15-16h45 Panel n°2 : Jeunesse, mobilités et mobilisations étudiantes en Europe / Youth, Mobilities and Student Activism in Europe

Animation : Emmanuelle Picard (ENS de Lyon)

  • Antonin Dubois (Université de Lorraine)
    Migrations d’études, organisations internationales et conflits locaux. Pour une approche globale de l’internationalisation des milieux étudiants des années 1860 aux années 1930
  • Amandine Charvet (Université Paris Cité)
    Sur les traces des premiers primaires boursiers de séjour en Europe : naissance du projet et expérimentations
  • Lidia Lesnykh et Thimothy Schürmann (Université de Fribourg)
    «
     J’espère que vos représentants n’oublieront pas la vodka » : les initiatives de coopération estudiantine en Europe (1957-1967)

17h-18h30 Panel n°3 : Cultures matérielles et visuelles en Europe / Material and Visual Cultures in Europe

Animation : Daniela Prokschova (The Czech Academy of Sciences)

  • Solenn Huitric (Université Lumière Lyon 2)
    Concevoir les bâtiments de l’école populaire : conception, diffusion, « transplantation » de modèles nationaux à la fin du XIXe siècle
  • Karin Priem (University of Luxembourg)
    A Shared History of Misery, Threat and Education: David Seymour’s Photography Essay on Europe’s Children (1948)
  • Michael Geiss (University of Zurich)
    The Place of Computers in the European History of Education

Mardi 14 novembre

9h-10h30 Panel n°4 : École et société en Europe : utilitarisme, crises et utopies / School and Society in Europe : Utilitarianism, Crises and Utopias

Animation : Renaud d’Enfert (Université de Picardie-Jules-Verne)

  • Thomas Preveraud (Université de Lille)
    Quelle place pour la théorie mathématique dans la formation au dessin des carrossiers ? Étude comparée des cas français et anglais (1870-1900)
  • Clément Collard (Centre d’histoire de Sciences Po, Paris)
    La rééducation et la réintégration professionnelle des mutilés français de la Première Guerre mondiale, une exception en Europe ?
  • Viviane Rouiller (Université de Genève, HEP Valais)
    La cause de l’espéranto à l’école : un projet universel ou européen? (1908-1939)

10h45-12h15 Panel n°5 : L’Europe comme idéal éducatif / Europe as an Educational Ideal

Animation : Sébastien Ledoux (Université Picardie-Jules-Verne)

  • Raphaëlle Ruppen Coutaz (Université de Lausanne)
    L’européanisation, un concept utile pour l’histoire de l’éducation
  • Sébastien Urbanski (Université de Nantes)
    Histoire et éducation à la citoyenneté en Pologne : entre cléricalisme, nationalisme et percées libérales (1980-2022)
  • Jérôme Krop (Université de Nantes)
    Mesurer les attitudes civiques des élèves. Citoyenneté globale, singularités européennes et persistance des cultures civiques nationales (1996-2016)

Déjeuner/Lunch Break : Cafetaria, MSH

14h-15h Panel n°6 : Enseignement de l’histoire et représentations raciales en Europe / History Teaching and Racial Representations in Europe

Animation : Amandine Charvet (Université Paris Cité)

  • Laura Carter (Université Paris Cité)
    Finding « Race » in European Histories of Education
  • Beth Bhargava (University of Sheffield)
    Teaching History, Constructing Europe – the Council of Europe and British education in the 1950s

15h15-17h15 Panel n°7 : Impérialisme, colonialisme et éducation : quelle Europe dans le monde ? / Imperialism, Colonialism and Education : Which Europe in the World ?

Animation : Florence Wenzek (Université Lumière Lyon 2)

  • Felicity Jensz (University of Münster)
    The Language of Literature and the Creation of European Identities in the non-European World
  • Rebecca Rogers (Université Paris Cité)
    Les actrices de la « mission civilisatrice » hors de la France : formation, expériences, réalisations (fin XIXe siècle-années 1920)
  • Ana Isabel Madeira (University of Lisbon)
    Colonial archives and visual discourses on education and schooling: Portuguese Africa (1920-1970)
  • Lydia Hadj (Université Lumière Lyon 2)
    Faire l’école dans l’Algérie coloniale. Circulations d’idées, de modèles et d’acteurs de l’éducation en temps de guerre (1954-1962)

 

Organisation : Rita Hofstetter (Université de Genève), Solenn Huitric (Université Lumière Lyon 2), Jérôme Krop (Université de Nantes), Stéphane Lembré (Université de Lille), Damiano Matasci (Université de Genève)

Colloque international du CUIP – L’Éducation nouvelle : Héritages, (ré)inventions, actualité

Le colloque “L’Éducation nouvelle : Héritages, (ré)inventions, actualité” se déroulera du 28 au 30 juin à l’Université Paris-Panthéon-Assas (92 rue d’Assas 75006 Paris).

Le programme est disponible ci-dessous.

Mercredi 28 juin 2023

À partir de 8h15 : Accueil

Continuer la lecture de « Colloque international du CUIP – L’Éducation nouvelle : Héritages, (ré)inventions, actualité »

Colloque – Histoires européennes de l’éducation : méthodes, approches et perspectives, Université de Genève, 15-16 septembre 2022

Au cours de ces dernières années, l’idée d’Europe est redevenue un enjeu au cœur de l’actualité. Si d’une part la pandémie de Covid-19 et le Brexit ont mis en lumière les fissures et les réfractions du processus de construction européenne, les réactions qui ont suivi le récent conflit en Ukraine ont d’autre part témoigné, au moins à court terme, d’une unité et d’une convergence de vues remarquables entre les pays du continent. Ces mêmes tensions et paradoxes se retrouvent aussi sur le plan éducatif. Même si fortement affecté par la crise sanitaire, le programme Erasmus continue par exemple à demeurer un élément central de l’espace éducatif européen, de même que le Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (PISA), dont les résultats sont toujours attentivement scrutés par les pays concernés. En même temps, les discours qui identifient dans l’école la pierre angulaire pour fabriquer un « roman national » et renforcer la « nationalisation » des sociétés sont tout aussi prégnants, ainsi qu’en témoignent les récents débats en France et en Hongrie.

Comment donc, à la lumière de cette actualité, penser une histoire ou des histoires européennes de l’éducation ? Prolongeant les débats autour de la place de l’Europe dans la recherche historique, également mis en avant par un récent numéro des Annales (2021), cette journée d’étude propose de discuter le sens, la portée et les limites d’une telle entreprise. Il s’agit plus précisément de renouveler les réflexions entamées dans les années 1980 autour de l’« utilité » (Frijhoff 1981) d’une histoire comparée des systèmes éducatifs européens (Ringer 1979 ; Ringer, Müller, Brian 1987; Green 1990, Albisetti 1993). Si elles ont finalement peu été développées par la suite, en raison aussi des difficultés matérielles et conceptuelles liées à cette démarche (Compère 1995), elles ont été réactivées par le « tournant transnational et global » de la recherche historique au début des années 2000, qui a mis en évidence les ferments d’unité comme les facteurs de division qui interviennent dans l’élaboration du paysage éducatif européen (Fuchs, Vera 2019 ; Hofstetter, Droux 2015; Popkewitz 2013).

Cette manifestation propose d’approfondir ces débats et d’entamer une réflexion historiographique et méthodologique à partir d’une triple grille d’analyse, que les intervenant.e.s éprouveront sur leurs propres terrains de recherche.

Organisation /Convenors : Damiano Matasci (Université de Genève), Rita Hofstetter (Université de Genève), Jérôme Krop (Université de Nantes), Stéphane Lembré (Université de Lille)

Continuer la lecture de « Colloque – Histoires européennes de l’éducation : méthodes, approches et perspectives, Université de Genève, 15-16 septembre 2022 »

Colloque international – La thèse et le doctorat : socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles), en Sorbonne, 8-9 septembre 2022

Présentation

Construisant sur les acquis du projet ès lettres, ce colloque entend poser les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, aux parcours et trajectoires des docteurs, afin de contribuer à une historicisation des règles, trop souvent naturalisées, du jeu académique. Il aborde des questions touchant la construction des disciplines et la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple), à partir de cas à échelle européenne.

Le colloque pourra être suivi à distance si vous vous signalez à colloquedoctorat@gmail.com ; si vous souhaitez y assister en présentiel, signalez-vous à la même adresse pour pouvoir accéder aux bâtiments de la Sorbonne (avant le 5 septembre 2022).

Programme

Jeudi 8 septembre 2022

8h15 : accueil

  • 8h30-9h00 : ouverture du colloque par les porteurs du projet ès lettres, Pierre Verschueren et Laurie Aoustet
  • 9h00-9h30 : Anne Rohfritsch (Archives nationales), « Sources pour l’histoire des thèses de doctorat dans les fonds d’archives publiques ».

9h30-12h00 : Parcours et structures

  • Pierre Verschueren (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Du rhéteur à l’érudit : Docteurs et doctorats ès lettres avant la Troisième République ».
  • Amélie Puche (CREHS, université de Lille), « Les femmes et le doctorat ès lettres sous la Troisième République ».
  • Hervé Joly (Triangle, CNRS), « Les polytechniciens docteurs. Une formation complémentaire longtemps accidentelle (XIXe-XXe siècles) ».
  • Pierre Bataille (LARAC, université Grenoble-Alpes), « La longue marche des ENS vers le doctorat. Une socio-histoire du champ académique français post-1968 au prisme de l’accès des normalien·nes à la carrière académique ».
  • Sylvain Ville (CHSSC, université Picardie Jules Verne) et Stéphan Mierzejewski (CIREL, université de Lille), « Genèse d’un clivage. La production des premières thèses en STAPS comme indicateur des relations entre les “sciences de la vie et de la santé” et les “sciences de l’homme et de la société” » (1982-1992) ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h30 : « Le docteur qui venait de l’Est »

  • Thomas Hippler (HisTeMé, université de Caen Normandie), « La thèse de doctorat allemande comme modèle au XIXe siècle ».
  • Florea Ioncioaia (université de Iasi), « Conversion sociale et transfert culturel : les roumains docteurs en droit de l’Université Paris (1840-1940) ».
  • Eva Guigo-Patzelt (Sirice, Sorbonne Université), « Rester propagandiste ou devenir docteur ? Ambitions et obstacles dans le parcours d’universitaires est-allemands ».
  • Elen Guy (LinCS, Adoc Mètis), « La co-tutelle de thèse, un grain de sable dans la coopération scientifique franco-allemande ? Cas d’étude : les universités du Rhin supérieur (EUCOR) des années 1990 à aujourd’hui ».

16h00-18h30 : Les enjeux de l’encadrement

  • Stéphanie Tralongo (Centre Max Weber, université Lyon 2), « La socialisation des doctorants à l’heure de la normalisation : des déstabilisations disciplinaires variables ».
  • Luc Sigalo Santos (LEST, Aix-Marseille Université) et Vincent Lebrou (CRJFC, université de Franche-Comté), « Pourquoi et comment encadrer des thèses ? Premiers résultats d’une enquête exploratoire sur l’encadrement doctoral en France ».
  • Jérôme Lamy (CESSP, CNRS) et Marion Maisonobe (Géographie-cités, CNRS), « La forge des pairs. Les relations entre membres de jurys de thèse, une comparaison des pratiques de co-publication dans trois disciplines (Toulouse, 2003-2008) ».
  • Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, CNAM), « La formation doctorale : étude globale ».

Vendredi 9 septembre 2022

9h00-10h30 : Perspectives disciplinaires 1 – Histoire et géographie

  • Jean-Paul Barrière (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Modes et travaux : le choix des sujets dans les thèses ès-lettres d’histoire en français de la seconde moitié du XIXe siècle ».
  • Jean-François Condette (IRHIS, université de Lille), « La thèse de doctorat comme outil d’affirmation d’un champ disciplinaire : la difficile promotion de la géographie (1808-1939) ».
  • Arnaud Desvignes (CHXIX), « Les thèses de doctorat d’histoire à la Sorbonne post-1968 au miroir des comptes rendus de soutenance et des souvenirs des acteurs concernés ».

10h30-12h00 : Perspectives disciplinaires 2 – Sciences Politiques

  • David Rotman (ISP, université Paris-Nanterre) et Catherine Leclercq (GRESCO, université de Poitiers), « Le doctorat comme enjeu de luttes dans le processus d’institutionnalisation d’une discipline. Le cas de la science politique en France ».
  • Yves Déloye (Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux), « Un coup de force doctoral : la contribution du Cycle supérieur d’études politiques à la professionnalisation de la science politique française ».
  • Antonin Cohen (ISP, université Paris Nanterre), « L’Europe du doctorat. Recenser les thèses sur la construction européenne ou recruter les futures élites de la Communauté européenne ? ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h00 : Perspectives disciplinaires 3 – Arts

  • Lucie Lachenal (BIS), « Les premières thèses de doctorat ès-lettres en histoire de l’art (1877-1932) : quels enjeux pour une discipline nouvelle ? ».
  • Rodrigue Tissot (LaSA, université de Franche-Comté), « Le doctorat, enjeu de profession ? L’exemple des doctorats “en chocolat” (le cas des disciplines artistiques) ».
  • Antoine Idier (Sciences Po Saint-Germain-en-Laye), « L’invention récente d’un “nouveau” doctorat : les doctorats de recherche et création artistiques dans les écoles supérieures d’art françaises ».

15h30-17h30 : Perspectives disciplinaires 4 – Philosophie

  • Matthieu Béra (IRDAP, université de Bordeaux), « La soutenance de thèse d’Émile Durkheim ».
  • Thibaud Trochu (STL, université de Lille), « Quelle “aptitude à l’enseignement supérieur” en philosophie ? Les pratiques dans l’entre-deux-guerres d’après les archives ».
  • Martin Dutron (université catholique de Louvain), « Les premières en dignité ? Les thèses de doctorat en théologie soutenues au sein des universités catholiques françaises. Les cas des facultés de Lyon, Paris et Toulouse (1888-1940) ».
  • Victor Collard (CESSP, EHESS), « Les thèses consacrées à Spinoza comme révélateur. Intégration académique et position dans le champ ».

17h30 : conclusion du colloque

18h00 : fin de la deuxième journée

Comité d’organisation

Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Arnaud Desvignes (Centre d’histoire du XIXe siècle), Laurie Aoustet (BIS), Pierre Verschueren (université de Franche-Comté).

Comité scientifique

Jean-Paul Barrière (université de Franche-Comté), Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Hélène Blais (École normale supérieure), Claire Bonnard (université de Bourgogne), Laurence Buchholzer (université de Strasbourg), Jean-Luc Chappey (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christophe Charle (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Condette (université d’Artois), Charles Coustille (université Gustave Eiffel), Antonin Durand (Institut Migration), Wolf Feueurhahn (CNRS), Jean-Charles Geslot (université Versailles-Saint-Quentin), Jean-François Giret (université de Bourgogne), Michel Grossetti (CNRS), Lucie Lachenal (BIS), Marion Maisonobe (CNRS), Pierre-Michel Menger (Collège de France), Boris Noguès (École normale supérieure de Lyon), Emmanuelle Picard (École normale supérieure de Lyon), Yann Renisio (CNRS), Thibaud Trochu (université de Lille), Guillaume Tronchet (IGESR).

Informations pratiques

Le colloque se tiendra à La Sorbonne, salle Liard.
Entrée au 17, rue de la Sorbonne – 75005 Paris

Contact
Pierre Verschueren
courriel : pierre [dot] verschueren [at] univ-fcomte [dot] fr

Colloque – “Familles en (contre-)Révolution,(contre-)Révolution en famille : mobilisations, conflits et transmissions politiques (1789 et au-delà)”, Valence, avril 2022

https://calenda.org/891849

Cette rencontre, sur deux jours, se place à l’intersection des renouvellements historiographiques de l’histoire de la famille, de l’intime et des cultures politiques en situation révolutionnaire. En effet, la Révolution française constitue un séisme politique d’une rare ampleur qui se répercute jusque dans la cellule familiale, plongée dans des situations de conflictualité qui minent sa cohésion, son équilibre, son fonctionnement. Si certains travaux pionniers ont montré la possibilité et, surtout, l’intérêt de pénétrer dans l’intimité politique des acteurs, aucune synthèse récente n’a été consacrée au sujet. Ainsi, ce colloque a pour ambition de mieux comprendre comment sont perçus et vécus, de l’intérieur, les nombreux clivages politiques (au sens large) qui fracturent la société révolutionnaire et la fabrique familiale de leur(s) mémoire(s). L’enquête invite à adopter un cadre géographique (France et ses colonies, Europe de l’émigration) et chronologique (1789 et au-delà) large tout en multipliant les angles d’approche (micro-analyse, monographie familiale, échantillon de plusieurs familles, etc.).

VENDREDI 1er AVRIL 2022 – HÔTEL DU DÉPARTEMENT – SALLE MAURICE PIC

10h15 : Accueil

10h30 :  introduction scientifique

Session 1 : La Révolution, une affaire de famille – Présidence : Nicolas Soulas (LARHRA)

  • 10h45-11h15 : Huguette Krief (CIELAM) / Mathilde Chollet (TEMOS), La politique au quotidien dans la famille des Cottin, banquiers protestants et disciples de Rousseau, d’après la correspondance (1784-1798) de Sophie Cottin.
  • 11h15-11h45 : Maria Goupil-Travert (Tempora) / Solenn Mabo (Tempora), Émigrées et parentes d’émigrés : expériences intimes et politiques des séparations ou de l’exil.
  • 11h45-12h15 : Clément Weens (IHMC), Elles n’ont pas hésité de céder à la République des chefs de famille. Des citoyens enrôlés, des familles mobilisées.

Discussions

12h30-14h : Pause déjeuner

Session 2 : Des familles à l’Ouest – Présidence : Paul Chopelin (LARHRA)

  • 14h00-14h30 : Bertrand Delahaye (UCO), Solidarités et dissensions familiales en Révolution : l’exemple du clergé angevin.
  • 14h30-15h : Anne Rolland-Boulestreau (CHUS), Une famille vendéenne contre les « Croque Bon Dieu » : les Clemenceau dans la guerre civile. 
  • 15h-15h30 : Anne Jollet (CRIHAM), La famille ou la présence à distance. L’exemple de Piorry,ancien législateur et conventionnel de la Vienne.

Discussions / Pause

Session 3 : Familles dans/à l’épreuve de la Révolution – Présidence : Virginie Martin (IHMC)

  • 16h-16h30  :  Pierre  Meignan  (Tempora),  « L’accaparement  des  places »  sous  le gouvernement révolutionnaire : quand l’administration locale est affaire de famille. 
  • 16h30-17h : Boris Deschanel (CNE), Décollage ou catastrophe ? Les trajectoires familiales des négociants du Haut-Dauphiné à travers la Révolution.
  • 17h30-18h : Gabrielle Housset (IHMC), Les Kolly-Rabec : une famille en crise au cœur de la Révolution française.

Discussions

18h15 : fin de la première journée

SAMEDI 2 AVRIL 2022 – ESPACE LATOUR-MAUBOURG – AUDITORIUM

Session 4 : Familles et héritages (contre-)révolutionnaires – Présidence : Louis Hincker (CHEC)

  • 8h30-9h : Maria Sofia Mormile (Turin/EHESS), Contre-révolutionnaires de sang, contre-révolutionnaires de convenance : les princes d’Orléans en Grande-Bretagne (1800-1808).
  • 9h-9h30 : Paul Chopelin (LARHRA) / Bruno Dumons (LARHRA), Familles, généalogie et mémoires de la Terreur à Lyon.
  • 9h30-10h : Philippe Bourdin (CHEC), Générations en Révolution : adaptations et déchirements au sein de la noblesse provinciale.

Discussions / Pause

  • 10h30-11h : Côme Simien (IHMC), Les enfants de conventionnels : destins croisés.
  • 11h-11h30 : Siân Reynolds (Stirling), Réseaux de famille, réseaux politiques : enfants de révolutionnaires dans l’après-Révolution.
  • 11h30-12h : Nathan Perl-Rosenthal (Los Angeles), Eudora et Cie : un héritage de révolution dans une famille bricolée du XIXe.

Discussions

12h15-14h : Pause déjeuner

Session 5 : Le laboratoire drômois – Présidence : Annie Duprat (Agora)

  • 14h-14h30 : Benoît Charenton (directeur des archives départementales de la Drôme) / Julien Mathieu (responsable des Archives communales et communautaires, Valence Romans Agglo), Les Drômois, acteurs de la Révolution… en famille ?
  • 14h30-15h : Virginie Martin (IHMC), Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre : les Nugues et les Jullien de la Drôme. Comment une famille-gigogne est devenue un clan politique (1780’-1800’).
  • 15h- 15h30 : Nicolas Soulas (LARHRA), Les Payan, un triptyque politique en Révolution.

Discussions

Conclusion du colloque : Jean-François Chauvard (IHMC)

Coordination 

  • ·         Paul Chopelin, maître de conférence en histoire moderne à l’Université Lyon 3 (LARHRA UMR 5190)
  • ·         Boris Deschanel, maître de conférence en histoire moderne à Avignon Université (Centre Norbert Elias UMR 8562)
  • ·         Virginie Martin, maîtresse de conférence en histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC-IHRF UMR 8066)
  • ·         Nicolas Soulas, docteur en histoire moderne, chercheur associé au LARHRA (UMR 5190)

Comité scientifique

  • ·         Michel Biard, Université de Rouen
  • ·         Annie Duprat, Université de Cergy-Pontoise
  • ·         Louis Hincker, Université de Clermont-Auvergne
  • ·         Anne de Mathan, Normandie Université
  • ·         Anne-Rolland Boulestreau, Université catholique de l’Ouest
  • ·         Hervé Leuwers, Université de Lille

Colloque international – “L’accueil dans l’enseignement supérieur français et britannique”, 9 nov. 2021, Université Lyon 2

Ce colloque porte sur la transition vers l’enseignement supérieur sous l’angle des activités d’accueil et d’accompagnement mises en place par les établissements, l’État ou des acteurs privés en France et Angleterre. La notion d’ « accueil » renvoie aux premiers contacts institutionnels avec les étudiant.es — avant même leur inscription — ainsi qu’au souci porté par les établissements à leur égard dans les premiers mois, nécessaire à leur intégration institutionnelle et intellectuelle.

Les communications analyseront l’expérience des étudiant.es, locaux ou en mobilité internationale, ainsi que le rôle des établissements d’enseignement supérieur et des organisations transnationales dans la définition de leurs (supposés) besoins. Une attention particulière sera accordée aux processus qui entravent l’inclusion des étudiant.es dans le contexte d’internationalisation, de managérialisation et de marchandisation croissante de l’enseignement supérieur européen.

https://www.univ-lyon2.fr/recherche/agenda-scientifique/laccueil-dans-lenseignement-superieur-francais-et-britannique

Continuer la lecture de « Colloque international – “L’accueil dans l’enseignement supérieur français et britannique”, 9 nov. 2021, Université Lyon 2 »

Colloque – XXIe colloque de la SEDHES, “Pédagogies alternatives et éducation dans les marges” [Pedagogías alternativas y educación en los márgenes], Valence, Espagne, juil. 2022

https://coloquiovalencia.sedhe.es/es

Français : Le prochain XXIe colloque sur l’histoire de l’éducation “Pédagogies alternatives et éducation dans les marges” aura lieu dans la ville de Valence du 6 au 8 juillet 2022. L’équipe organisatrice encourage la soumission de propositions de communications universitaires qui analysent les pédagogies dites alternatives et l’éducation en marge tout au long du 20e siècle dans une perspective historico-éducative. Nous proposons l’étude des théories, des politiques et des pratiques, de la pensée pédagogique et des expériences éducatives, qui ont été conçues, réalisées ou ont émergé en marge ou comme alternatives aux systèmes éducatifs ou aux normes pédagogiques des différents statu quo de chaque moment historique. Les initiatives éducatives en marge ou aux frontières des systèmes éducatifs, culturels, sociaux et politiques établis ont pu représenter des changements et des tournants dans l’histoire, des ruptures, des discontinuités, ou bien elles ont échoué, ont été oubliées ou n’ont tout simplement pas eu de prétentions universalistes ou de prétention à un changement systémique.

Espagnol : El próximo XXI Coloquio de Historia de la Educación “Pedagogías alternativas y educación en los márgenes” tendrá lugar en la ciudad de Valencia del 6 al 8 de julio de 2022. Desde el equipo organizador, se anima a la presentación de propuestas de trabajos académicos que analicen en perspectiva histórico-educativa las llamadas Pedagogías alternativas y la educación en los márgenes a lo largo de todo el siglo XX. Se propone el estudio de teorías, políticas y prácticas, pensamiento pedagógico y experiencias educativas, que fueron diseñadas, realizadas o que emergieron en los márgenes o como alternativas a los sistemas educativos o a los estándares pedagógicos de los diferentes status quo de cada momento histórico. Las iniciativas educativas al margen o en la frontera de los sistemas educativos, culturales, sociales y políticos establecidos pueden haber supuesto cambios y puntos de inflexión en la historia, rupturas, discontinuidades o bien haber fracasado, quedado en el olvido o simplemente no haber tenido pretensiones universalistas ni de cambio sistémico.

Colloque – “XVe journées d’histoire de l’éducation chiliennes : histoire, identités et territoires éducatifs” [XV jornadas de historia de la educación chilena : historia, identidades y territorios educativos], 3-5 nov. 2021

Français : après avoir été suspendues pour des raisons largement connues en novembre 2019 – alors qu’elles étaient co-organisées par l’Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, le Centro de Educación y Cultura Americana et la Sociedad Chilena de Historia de la Educación (SCHHE)-, les Jornadas de Historia de la Educación Chilena reprendront en 2021. Pour cette raison, la SCHHE et l’Universidad de O’Higgins (UOH) vous invitent à participer à la 15ème version de cette rencontre. La conférence se déroulera en mode virtuel, du 3 au 5 novembre 2021, et se veut un espace de rencontre, de réflexion et de débat entre les chercheurs qui étudient l’histoire de l’éducation au Chili.

Espagnol : Luego de haberse visto suspendidas por motivos ampliamente conocidos en noviembre de 2019 -momento en que eran coorganizadas por la Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, el Centro de Educación y Cultura Americana y la Sociedad Chilena de Historia de la Educación (SCHHE)-, en 2021 las Jornadas de Historia de la Educación Chilena se retoman. Por este motivo, la SCHHE y la Universidad de O’Higgins (UOH) invitan a participar en la XV versión de este encuentro. Las Jornadas se realizarán en modalidad virtual, entre el 3 y 5 de noviembre de 2021, y se plantean como un espacio de encuentro, reflexión y debate entre investigadoras e investigadores que estudian la historia de la educación en Chile.

AàC – “The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation” (Macerata, Italie, déc. 2022)

Cet appel à contribution s’inscrit dans le cadre des activités de recherche prévues pour le
projet d’intérêt national School Memories between Social Perception and Collective
Representation (Italy, 1861-2001) et vise à poursuivre la ligne de recherche inaugurée par
le symposium international School Memories. New Trends in Historical Research into
Education: Heuristic Perspectives and Methodological Issues, qui s’est tenu à Séville en
2015.

Le projet de recherche se penche sur les formes de la mémoire scolaire, au sens de
pratique individuelle, collective et publique de ré-évocation d’un passé scolaire commun
(Yanes-Cabrera et al., 2017).

La mémoire scolaire individuelle consiste en une auto–représentation de soi fourni par des anciens enseignants et fonctionnaires de l’administration scolaire, ainsi que par des
anciens élèves dans le cadre de témoignages verbaux et écrits (ex. journaux, autobiographies et mémoires en général). Les ego-documents ont été largement utilisés en guise de sources historiques également dans le cadre de la recherche historique en éducation (Viñao Frago, 2005) afin de reconstituer l’histoire de l’école en partant des expériences réelles de ses protagonistes plutôt que des sources législatives et institutionnelles, dans la tentative de découvrir ce que contenait la soi-disant « boîte noire de l’école » (Julia, 1995).

La mémoire scolaire collective se compose en revanche des multiples représentations de l’école, des enseignants et des élèves qui – au fil du temps – l’industrie culturelle (littérature, cinématographie, musique, etc.) et le monde de l’information ont apporté. Elle fait l’objet de nettes transformations. Ces représentations du passé éducatif se stratifient de génération en génération, en se superposant en partie aux souvenirs personnels, en frelatant la réalité des faits et en se consolidant en récits stéréotypés. Elles peuvent aussi altérer la connaissance du passé, qui se transforme ensuite en un véritable espace de l’imaginaire, dont une représentation historique fondée sur la science ne peut faire abstraction (Alfieri, 2019).

La mémoire scolaire publique, enfin, consiste en la représentation de l’école et des enseignants qui a été proposée dans le cadre des représentations officielles et des commémorations publiques soutenues par les institutions locales et nationales selon une politique précise de la mémoire, c’est-à-dire un usage public du passé destiné à obtenir un consensus et à renforcer le sentiment d’appartenance à une certaine communauté (Yanes-Cabrera et al., 2017). À l’inverse de la mémoire scolaire individuelle, les mémoires collective et publique ont peu fait l’objet de recherche socio-éducative, puisqu’elles n’ont pas longtemps été considérées comme un sujet important sur le plan historiographique. Ces dernières années toutefois, la mémoire de l’école – considérée dans ses différentes acceptions – a été englobée dans la réflexion historiographique internationale et elle a fait l’objet d’études d’un grand intérêt dans le domaine de l’histoire de l’éducation, aussi bien dans les pays de la zone ibéro-américaine que dans le monde anglo-saxon. L’étude de la mémoire permet notamment de définir la manière dont le présent regarde le passé et l’interprète ou le réinterprète. En ce sens, la mémoire scolaire ne nous intéresse pas seulement en tant que canal d’accès au passé scolaire, mais aussi en tant que clé pour comprendre ce qu’aujourd’hui on sait ou on croit savoir sur l’école du passé et dans quelle mesure ce qu’on sait correspond à la réalité ou est le résultat de préjugés et de stéréotypes désormais ancrés dans le sens commun et difficiles à éradiquer.

L’objet de l’enquête historique n’est donc plus simplement l’école telle qu’elle a réellement été, mais le processus complexe de définition du sentiment de cette école qui s’est développé au fil du temps au niveau individuel et collectif, au départ sur la base de l’expérience scolaire réelle, puis sur la base d’autres agents sociaux et culturels qui ont en partie contribué à le redéterminer.

Cette nouvelle perspective de recherche permet d’examiner un aspect dont la dimension historique avait jusqu’ici échappé aux spécialistes : l’évolution de la perception du statut social des différents profils professionnels impliqués dans les processus de scolarisation et du statut public de l’instruction au sein d’une collectivité, ainsi que de l’image publique de l’école et du système scolaire national. L’étude des modes de représentation symbolique collective de l’école et de l’enseignement au cours du temps, en effet, permettra de restituer la dimension culturelle globale de ces phénomènes historiques, et de définir l’origine de certaines hypothèques qui pèsent encore sur l’image publique de l’école, ainsi que de redonner conscience d’elles-mêmes et de leur rôle à tous les acteurs de l’éducation publique.

Il n’existe pas de passé scolaire unique et univoque. Au contraire, il y en a beaucoup, qui coexistent souvent et qui sont parfois des alternatives les unes aux autres. Ceux-ci peuvent être plus ou moins conformes à la réalité historique, mais ils sont néanmoins réels et affectent la vision que les individus ou les communautés ont de ce passé. Cette conférence internationale a pour but la découverte de ces passés scolaires.

Continuer la lecture de « AàC – “The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation” (Macerata, Italie, déc. 2022) »

Conférences à l’ISCHE 42 : “The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective”

Anglais / English

On Monday  21 June, at 2 pm (Central European Summer Time), the SWG ” The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective” will hold two panels at the ISCHE 42 conference:

  • 2:00-3:30 : “School Funding and the Rise of the State”
  • 4:00-5:30 : “Strategies to Tackle the Scarcity of Resources and Their Effects on Education”

Français / French

Le lundi 21 juin, à 14 heures (heure d’été de l’Europe centrale), le SWG ” The History of Educational Funding : Models, Debates and Policies in an International Perspective” tiendra deux panels lors de la conférence ISCHE 42 :

  • 14h00-15h30 : “Le financement de l’éducation et la montée de l’Etat”.
  • 4:00-5:30 : “Stratégies pour faire face à la rareté des ressources et leurs effets sur l’éducation”.

Colloque international – “Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations”, 23-25 juin 2021

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme du colloque international “Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations“, qui aura lieu du 23 au 25 juin 2021 en visioconférence, par Zoom.

En plus d’une trentaine de contributions, cette conférence offrira la possibilité d’entendre deux keynotes: 

  • Mercredi 23 juin, 9h15-10h15 : Rita Hofstetter et Joëlle Droux (Université de Genève) : Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Jeudi 24 juin, 17h15-18h15 : Giles Scott-Smith (Leiden University) : “Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms”

Vous pouvez assister à ces 3 journées sur inscription auprès des organisateurs: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) ou Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

Vous retrouverez toutes les informations et le programme complet sur la page suivante: https://news.unil.ch/display/1620216036222 


We are pleased to announce the programme of the international conference “Internationalism(s) and Education during the Cold War. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations“, which will take place from 23 to 25 June 2021 in videoconference, by Zoom.

In addition to some thirty contributions, this conference will offer the opportunity to hear two keynotes: 

  • Wednesday 23 June, 9:15-10:15: Rita Hofstetter and Joëlle Droux (University of Geneva) : « Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Thursday 24 June, 17:15-18:15: Giles Scott-Smith (Leiden University) : “Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms

You can attend these 3 days by registering with the convenors: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) or Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

You will find all the information and the complete programme on the following page: https://news.unil.ch/display/1620216036222   

Colloque en ligne – Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques

Vendredi 12 mars 2021
10 h – 18 h

Dans le cadre des commémorations de l’Année Napoléon 2021, une journée d’étude revient sur l’œuvre éducative de Napoléon, au-delà des deux grands travaux que sont la création des lycées en 1802 et la fondation de l’Université impériale en 1806.

Cette journée d’étude aborde la réorganisation du système éducatif du Premier Empire non seulement sous l’angle de ses institutions, mais aussi sous celui des acteurs et du contenu des enseignements. Le rapport de Napoléon aux bibliothèques est également mis en lumière.

Journée d’étude organisée en partenariat avec la Fondation Napoléon et l’Institut Napoléon

Programme

10 h Introduction
Par Marie de Laubier, directrice des collections de la BnF, Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, et Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’université Paris Sorbonne, président de l’Institut Napoléon

Matinée 10 h 15 -13 h

Les hommes de l’enseignement : Roederer, Fourcroy, Fontanes
Par Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon

Les cadres de l’enseignement sous le Consulat et l’Empire
Par Philippe Marchand, maître de conférences émérite à l’université de Lille

L’enseignement de l’économie
Par Serge Schweitzer, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille

Enseigner l’histoire : le projet d’École spéciale d’histoire
Par Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire et sciences de l’homme, BnF

Après-midi 14 h 30 – 18 h

Les écoles militaires sous l’Empire
Par Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’université Paris-Sorbonne, président de l’Institut Napoléon

Vu de l’étranger : le modèle féminin des Maisons d’éducation de la Légion d’honneur
Par Rebecca Rogers, professeure à l’université Paris-Descartes

La modernisation de la Bibliothèque nationale sous l’Empire
Par Charles-Éloi Vial, conservateur au département des Manuscrits, BnF

La bibliothèque de Napoléon à Sainte-Hélène
Par Jacques Jourquin, vice-président de l’Institut Napoléon

17 h 30 Conclusion
Napoléon, ses goûts en musique, Sainte-Hélène, 1821-2021

Intervention musicale de Peter Hicks, Fondation Napoléon

Colloque en ligne – Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé

Vous trouverez ci-dessous le programme du colloque en ligne “Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé”.

Il aura lieu les 8 et 9 avril prochain, et est ouvert à toutes et tous sans inscription préalable.

Lien de connexion: https://us02web.zoom.us/j/3657422876
Bien cordialement,

Emmanuelle Fantin et Julien Tassel

Enfance et histoire : cultures et pratiques enfantines du passé
Programme – Colloque en ligne

Lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/3657422876


8 avril 2021


9h00 – Mot d’accueil : Emmanuelle Fantin et Julien Tassel — Sorbonne Université

Joëlle le Marec — Sorbonne Université
     En guise d’introduction : retour sur enquête, l’enfant au carrefour des processus de transmission institutionnelle

9h30-10h30 : Conférence

Anne BESSON — Université d’Artois

Retenir l’enfance

10h30-12h : Session I — Médiévalités : entre histoire et fictions

Laurence CORROY et Bénédicte MILLAND-BOVE — Université Sorbonne Nouvelle

Imaginaires et représentations du Moyen Âge dans le Journal des Enfants et le Journal des Demoiselles sous Louis Philippe.

Agathe NICOLAS — Sorbonne-Université

Le débat sur le fait historique comme prétexte à la production d’un savoir sur la fiction : le cas du forum d’échanges “la gazette du sorcier” (Harry Potter).

13h30-15h30 — Session 2 : Dire les violences de l’histoire

Perrine BOUTIN — Université Sorbonne Nouvelle

Entre pédagogie et subversion, comment parler de la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui à des enfants à la télévision ? Étude d’un cas : Les Grandes grandes vacances.

Juliette MASSART — Université Paris 13

« Lire la Shoah : entre horreur et happy ending » : les représentations de la Shoah dans la littérature de jeunesse des années 1980 à nos jours.

Christiane CONNAN-PINTADO — ESPE de Bordeaux Aquitaine

Imaginaires et représentations de l’esclavage à l’usage des jeunes lecteurs. Contraintes, modalités, enjeux.

Anna ZADORA — Université de Strasbourg

Construction d’une identité nationale biélorusse au prisme de l’éducation historique.

16h-18h Table ronde — Les professionnels des médiations enfantines :
arts, édition, muséologie.

Vincent LODEWICK dit DUGOMIER — auteur de BD, Les enfants de la résistance

Albin QUERU et Chloé NICOLAS — maison d’édition, Quelle histoire ?

Isabelle DORÉ-RIVÉ — directrice du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon

Richard UNGLIK — photographe, auteur de livres et de l’exposition « La Fabrique de l’Histoire en Playmobils » au musée de l’armée Invalides

9 avril 2021

9h30-10h30 : Conférence

Julie PASQUER-JEANNE — UCO-Bretagne Sud.

Faire l’expérience du passé par la fiction : la trivialité du monument dans la culture enfantine.

10h45-12h45 : Session 3 — Littérature jeunesse et histoire

Pierre-Eric FAGEOL et Frédéric GARAN — Université de la Réunion.

Patrimonialisation du passé et construction identitaire dans la bande-dessinée pour enfant dans l’océan indien.

Sylvie MARTIN-MERCIER — Université Grenoble Alpes

Petites filles et résistance dans la littérature de jeunesse italienne contemporaine.

Noureddine FADILY — faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Casablanca.

Quelle(s) construction(s) des ailleurs temporels et des altérités à travers le thème de la Deuxième Guerre mondiale ? Exemple de l’album Otto, autobiographie d’un ours en peluche de Tomi Ungerer.

14h30-15h40 : Session 4 — Les médiations historiques
des objets du quotidien, des jeux et des jouets

Fabien LACOUTURE — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jouer l’Histoire. La place des jeux de société historiques dans les pratiques enfantines du passé.

Thierry TRUEL — INSPE de Bordeaux.

Collectionner la vignette historique aux XIXe et XXe siècles : quand l’histoire devient aussi un produit de consommation courante…

Adeline WERRY — Université Catholique de Louvain.

Les plaques de verre de lanterne magique : outils pour une narration « attractive » du passé.

16h : Conclusions

Sophie CORBILLÉ, Sorbonne Université.

Colloque – “Regards croisés sur les colonies de vacances”, 4-5 nov. 2020,Université d’Angers

Ce colloque propose de croiser les regards que diverses disciplines des sciences humaines et sociales portent sur les colonies de vacances et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels.

Les colos : toujours d’actualité ?

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition et cet été 2020 apporte un éclairage supplémentaire à travers entre-autre les « colonies de
vacances apprenantes ». Pourtant, le départ en colonies a drastiquement diminué. On estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents. Alors « que reste-t-il de la mixité sociale des colonies de vacances ? » pour reprendre le titre d’un article du Monde en août 2017. Faut-il faire le deuil d’un modèle qui correspondrait à un moment historique dépassé aujourd’hui ? Les colonies de vacances ont pu jouer à certaines périodes un rôle d’inclusion. Sont-elles alors appelées à devenir une extension des politiques publiques d’inclusion ?

Les colos : quels modèles d’organisation ?

Un paradoxe est régulièrement mis en avant : affichées comme essentielles dans la construction subjective des enfants, leur sociabilité et leurs relations aux autres, les colonies de vacances ne cesseraient de perdre de leur popularité auprès des parents. Outre les inquiétudes de plus en plus prégnantes face aux risques et l’évolution de la morphologie des familles, les coûts des séjours sont avancés pour expliquer cette désaffection. Mais le secteur n’est pas homogène, historiquement plusieurs types d’acteurs ont organisé des colonies de vacances : des collectivités, des associations, des
comités d’entreprises (aujourd’hui comités sociaux et économiques), des entreprises qui se spécialisent sur le secteur. Toutes coexistent aujourd’hui en connaissant des bonheurs divers. Au-delà de la simple opposition secteur social / secteur lucratif, quels modèles économiques et managériaux ces différentes organisations mettent elles en place ? Avec quelles conséquences sur le jeune public accueilli et sur les propositions faites ? Quelle place aujourd’hui pour les acteurs historiques du secteur, bousculés par l’arrivée de nouveaux venus ?

Les colos : quelles inscriptions spatiales ?

Le patrimoine des colonies de vacances a fondu comme peau de chagrin. Au-delà de la problématique du coût de ce patrimoine, celuici peut-il constituer une ressource pour le territoire ? Qu’elles soient tributaires d’un parc immobilier qu’elles doivent faire vivre ou
qu’elles puissent proposer des séjours partout dans le monde, quel modèle d’organisation spatiale développent les colonies de vacances aujourd’hui ? Alors que les durées de séjour diminuent et que les aides publiques sont de plus en plus orientées vers des séjours de
proximité, comment a évolué la carte des colonies de vacances ? Quels types de distances peut-on lire entre les espaces de vie des enfants et des jeunes et les lieux de séjours ?

Autant de questions qui seront abordées lors des interventions, des discussions et de la table ronde que proposera ce colloque.

AàC en vue de l’école d’été du How to “Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies” (pour mémoire).

The Summer School 2020 will be postponed and will take place from September 6 to 10, 2021.

How to Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies

How do you do theory ? While the craft of methods and empirical work more generally is often made explicit in higher education research and science studies, theory work usually remains implicit. The aim of the summer school is to make explicit how we work with theories, and how we make them work. We would like to discuss the craft of theorizing, explore routines and strategies of doing theory, think about opportunities and blind spots of theory work, and uncover the positions and relations theories can have in our research. The summer school will give early career researchers in higher education research and science studies the opportunity of a reflexive hands-on approach to theory. It will provide a context to reflect the theory work in one’s own research and discuss it with eminent scholars of theorizing in the fields of higher education research and science studies and beyond.

Report du X Atelier Héloïse : Universities in Europe: common contexts and local peculiarities through source analysis au 29-31 mars 2020

X Atelier Héloïse – “L’Europa delle Università: contesti comuni e peculiarità locali dalle origini all’età contemporanea”

La pandemia che affligge il Pianeta da diversi mesi ha prodotto un sovvertimento della maggior parte delle attività programmate in precedenza. Il forte desiderio di riaffermare una condizione di normalità nel nostro comune lavoro è tuttora ostacolato dalle necessarie misure sanitarie che restano, per il momento, l’unica arma efficace per contrastare le luttuose conseguenze del Covid-19. Ci troviamo pertanto oggi costretti ad annullare il nostro incontro previsto per il 3-5 settembre 2020. 

Dopo i necessari contatti con i responsabili delle strutture universitarie e alberghiere per annullare gli impegni già assunti, abbiamo potuto procedere ad individuare la nuova data per lo svolgimento del X Atelier Héloïse. In accordo con i Colleghi Jean-Philippe Genet, presidente del Comitato Héloïse, e Mordechai Feingold, presidente dell’ICHU, il Comitato organizzativo ha fissato lo svolgimento del X Atelier Héloïse a Bologna nei giorni 29-31 marzo 2021, avendo già provveduto a trasferire a tale data tutte le prenotazioni necessarie allo svolgimento del nostro Convegno e dell’assemblea dell’International Commission for the History of Universities.Chiediamo a tutti la cortesia di rispondere a questa e-mail, confermando la propria partecipazione al nuovo appuntamento del 29-31 marzo 2021, e impegnandoci nel contempo a mantenervi costantemente informati. 

X Héloïse Workshop – “Universities in Europe: common contexts and local peculiarities through source analysis”

The pandemic that has plagued the planet for several months forced us to reschedule most of the previously planned activities. The strong desire to reaffirm a normal condition in our common work is still hindered by the necessary health measures which remain, for the moment, the only effective weapon to counter the mournful consequences of Covid-19. Today we have therefore to cancel our meeting scheduled for 3-5 September 2020.

After the necessary contacts with the managers of the university and hotel structures to cancel the reservations already made, we had finally rescheduled the X Atelier Héloïse.In agreement with colleagues Jean-Philippe Genet, president of the Héloïse Committee, and Mordechai Feingold, president of the ICHU, the Organizing Committee has set the new dates for the X Héloïse Workshop and the meeting of the International Commission for the History of Universities in Bologna on29-31 March 2021.

Colloque – « Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des 
institutions de conservation », 12-13 décembre, Paris

Le colloque « Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des 
institutions de conservation » se tiendra les 12 et 13 décembre 2019 à la Sorbonne.

Ce colloque, prenant appui sur la figure de la marquise Arconati Visconti, grande mécène de l’enseignement supérieur, devrait permettre d’améliorer nos connaissances sur la place de la philanthropie et du mécénat pour la constitution du patrimoine de l’enseignement et de la recherche, des musées, des bibliothèques et des archives.
Plusieurs études récentes ont en effet rappelé que les collections de toute nature (archéologiques, artistiques, scientifiques, etc.) des musées se sont notablement accrues, aux XIXe et XXe siècles, par le biais de dons et legs de collections privées et que le mécénat occupait ainsi une place considérable dans l’enrichissement de leur patrimoine.
Toutefois, peu de travaux ont porté sur les établissements d’enseignement et de recherche, les bibliothèques et les archives alors même que le mécénat en leur faveur s’est manifesté par la construction de bâtiments, l’établissement d’instituts de recherche, la fondation de prix ou de bourses d’études et de voyages destinés aux étudiants et chercheurs, ou encore par des dons et legs de livres et d’archives, leur permettant ainsi de participer plus largement à la transmission des savoirs.
Ce colloque s’inscrit dans un cycle de manifestations pour le développement du mécénat en faveur de l’enseignement et de la recherche et, plus largement, des institutions culturelles publiques. Il est accompagné d’une exposition sur la marquise Arconati Visconti au musée des Arts décoratifs et d’une exposition virtuelle conçue à partir de la numérisation de la correspondance reçue par la marquise, conservée par la bibliothèque Victor-Cousin, à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS).

Le programme est disponible ici.

Inscription et accès :

Pour vous inscrire, envoyez un mail à : ce.archives[at]ac-paris.fr
L’accès au Grand Salon se fera par le 47 rue des Écoles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search