Colloque – « L’habit ne fait pas l’élève », 22-23 oct. 2021, cité de Sorrèze

Vendredi 22 octobre

Matin – 8h45-12h30 – Présidence de séance : Rémy Cazals

Accueil des participants : Mme Claudie Bonnet Présidente du syndicat mixte de l’Abbaye-école de Sorèze et Mr François Godicheau directeur de Framespa. Présentation du colloque par Véronique Castagnet-Lars

  • 9h30-10h – « L’identité de l’élève à travers ses vêtements. Une approche juridique », Adrian Loretan, Professeur en histoire du droit de l’Église, Université de Lucerne (Suisse)
  • 10h-10h30 – « L’habit fait-il le genre de l’écolier ? La question du genre à l’épreuve de l’institution scolaire dans la France des années 1950-1970 », Aude Le Guennec, Enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, Université Heriot-Watt, Ecosse (UK) & Nicolas Coutant, Directeur Adjoint, Musée National de l’Éducation (Munaé), Rouen

Débat – échanges

Présidence de séance : Véronique Castagnet-Lars

  • 11h30-12h – « Lacordaire et l’uniforme sorézien », Marie-Thérèse Duffau, Chargée de recherche au CNRS/FRAMESPA

Débat – échanges

Après-midi 14h-18h30

  • 14h15-15h15 – « Questionner le vêtement à l’école : retour sur une expérience pédagogique menée avec les élèves de Sorèze », Nathalie Lasportes, Professeur des écoles, et ses élèves de CE1

15h15-16h45 – visite de l’Abbaye-école pour tous les participants, accompagnés des élèves de l’école primaire

Présidence de séance : Guy Astoul

  • 17h00-17h30 – « Discipline et pratiques vestimentaires dans les écoles et universités médiévales XIIe-XVe siècles », Nathalie Gorochov, Professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Université de Paris-Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (C.R.H.E.C.).
  • 17h30-18h – « Codifier le vêtement des écoliers dans les structures éducatives aux XVIe-XVIIIe siècles », Véronique Castagnet-Lars, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université de Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA

Débat – échanges

Samedi 23 octobre 2021

Matin 9h-12h30 – Présidence de séance : Caroline Barrera

  • 9h-9h30 – « Bernhard Christian Faust (1755-1842) ou le projet d’un vêtement libre, sain, uniforme et national », Alexa Craïs, Maîtresse de conférences en allemand, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 9h30-10h – « Les élèves du secondaire et l’uniforme. Entre signe distinctif apprécié, fardeau financier et carcan antihygiénique (1802-1914) », Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Lille (INSPE-Académie de Lille-HdF) et membre du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

Débat – échanges

  • 10h30-11h – « Le vêtement et son langage dans le monde universitaire britannique au XXe siècle : retour sur quelques romans de campus », Jacques Cantier, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 11h-11h30 – « Habillées à la dernière mode européenne… Le vêtement et l’école entre mission civilisatrice et émancipation. Religion, éducation, nation au Proche-Orient, des Ottomans aux États-nations (XIXe-XXe siècles) », Jérôme Bocquet, Professeur en histoire contemporaine à l’Université Tours et membre du laboratoire EMAM (Equipe Monde Arabe et Méditerranée) – UMR 7324 CITERES (CNRS / Université de Tours)
  • 11h30-12h – « L’habit fait-il l’assimilé? Expériences vestimentaires d’un élève de Casamance (Sénégal) de l’école de village à l’école normale (1930-1941) », Cécile Labrune-Badiane, Maîtresse de conférence à l’Université Assane Seck de Ziguinchor

12h30-13h – Conclusions du colloque

Argumentaire

Le récent renouvellement des recherches en histoire de l’éducation met en lumière le rôle d’un acteur jusque-là cité mais resté, dans le fond, méconnu : l’élève, quel que soit son âge, de la petite école à l’université. Historiens, archivistes, anthropologues, sociologues parviennent à placer écoliers et écolières dans les structures éducatives au sein desquelles ils évoluent, entourés de maîtres qui les aident à acquérir des compétences voire une formation professionnelle. Un nouveau regard doit désormais être porté sur ces acteurs de l’éducation afin de cerner davantage leur identité. Or cette dernière est fortement révélée par leurs vêtements, porteurs de signes et de symboles essentiel pour signifier la place de l’écolier dans la société qui lui est contemporaine. Le détournement du proverbe « L’habit ne fait pas le moine » place ainsi le lecteur dans cette réflexion centrale.

Plusieurs axes sont à privilégier dans cette exploration collective. Le premier consiste à poser la question des types de vêtements portés par les écoliers en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur époque. La récente crise sanitaire a sans doute ajouté à la liste des accessoires vestimentaires le masque, en plus du couvre-chef, des chaussures, des ceintures, des barrettes etc qui agrémentent possiblement la tenue des élèves. Le deuxième axe revient sur la symbolique sociale, politique, religieuse, des vêtements portés, qu’ils soient prescrits, obligatoires, recommandés, interdits dans les structures éducatives par les différents pouvoirs (politique, religieux, mais aussi par le phénomène de mode qui relève d’une tendance plus sociale). Le troisième axe enfin devra s’attacher à l’évocation du corps de l’écolier et de l’écolière que le vêtement cache, dévoile en partie, change et s’adapte aux différentes activités de l’écolier (le tablier, la blouse scientifique, la tenue de sport etc).

Colloque – XXIe colloque de la SEDHES, « Pédagogies alternatives et éducation dans les marges » [Pedagogías alternativas y educación en los márgenes], Valence, Espagne, juil. 2022

Français : Le prochain XXIe colloque sur l’histoire de l’éducation « Pédagogies alternatives et éducation dans les marges » aura lieu dans la ville de Valence du 6 au 8 juillet 2022. L’équipe organisatrice encourage la soumission de propositions de communications universitaires qui analysent les pédagogies dites alternatives et l’éducation en marge tout au long du 20e siècle dans une perspective historico-éducative. Nous proposons l’étude des théories, des politiques et des pratiques, de la pensée pédagogique et des expériences éducatives, qui ont été conçues, réalisées ou ont émergé en marge ou comme alternatives aux systèmes éducatifs ou aux normes pédagogiques des différents statu quo de chaque moment historique. Les initiatives éducatives en marge ou aux frontières des systèmes éducatifs, culturels, sociaux et politiques établis ont pu représenter des changements et des tournants dans l’histoire, des ruptures, des discontinuités, ou bien elles ont échoué, ont été oubliées ou n’ont tout simplement pas eu de prétentions universalistes ou de prétention à un changement systémique.

Espagnol : El próximo XXI Coloquio de Historia de la Educación “Pedagogías alternativas y educación en los márgenes” tendrá lugar en la ciudad de Valencia del 6 al 8 de julio de 2022. Desde el equipo organizador, se anima a la presentación de propuestas de trabajos académicos que analicen en perspectiva histórico-educativa las llamadas Pedagogías alternativas y la educación en los márgenes a lo largo de todo el siglo XX. Se propone el estudio de teorías, políticas y prácticas, pensamiento pedagógico y experiencias educativas, que fueron diseñadas, realizadas o que emergieron en los márgenes o como alternativas a los sistemas educativos o a los estándares pedagógicos de los diferentes status quo de cada momento histórico. Las iniciativas educativas al margen o en la frontera de los sistemas educativos, culturales, sociales y políticos establecidos pueden haber supuesto cambios y puntos de inflexión en la historia, rupturas, discontinuidades o bien haber fracasado, quedado en el olvido o simplemente no haber tenido pretensiones universalistas ni de cambio sistémico.

Colloque – « XVe journées d’histoire de l’éducation chiliennes : histoire, identités et territoires éducatifs » [XV jornadas de historia de la educación chilena : historia, identidades y territorios educativos], 3-5 nov. 2021

Français : après avoir été suspendues pour des raisons largement connues en novembre 2019 – alors qu’elles étaient co-organisées par l’Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, le Centro de Educación y Cultura Americana et la Sociedad Chilena de Historia de la Educación (SCHHE)-, les Jornadas de Historia de la Educación Chilena reprendront en 2021. Pour cette raison, la SCHHE et l’Universidad de O’Higgins (UOH) vous invitent à participer à la 15ème version de cette rencontre. La conférence se déroulera en mode virtuel, du 3 au 5 novembre 2021, et se veut un espace de rencontre, de réflexion et de débat entre les chercheurs qui étudient l’histoire de l’éducation au Chili.

Espagnol : Luego de haberse visto suspendidas por motivos ampliamente conocidos en noviembre de 2019 -momento en que eran coorganizadas por la Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, el Centro de Educación y Cultura Americana y la Sociedad Chilena de Historia de la Educación (SCHHE)-, en 2021 las Jornadas de Historia de la Educación Chilena se retoman. Por este motivo, la SCHHE y la Universidad de O’Higgins (UOH) invitan a participar en la XV versión de este encuentro. Las Jornadas se realizarán en modalidad virtual, entre el 3 y 5 de noviembre de 2021, y se plantean como un espacio de encuentro, reflexión y debate entre investigadoras e investigadores que estudian la historia de la educación en Chile.

AàC – « The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation » (Macerata, Italie, déc. 2022)

Cet appel à contribution s’inscrit dans le cadre des activités de recherche prévues pour le
projet d’intérêt national School Memories between Social Perception and Collective
Representation (Italy, 1861-2001) et vise à poursuivre la ligne de recherche inaugurée par
le symposium international School Memories. New Trends in Historical Research into
Education: Heuristic Perspectives and Methodological Issues, qui s’est tenu à Séville en
2015.

Le projet de recherche se penche sur les formes de la mémoire scolaire, au sens de
pratique individuelle, collective et publique de ré-évocation d’un passé scolaire commun
(Yanes-Cabrera et al., 2017).

La mémoire scolaire individuelle consiste en une auto–représentation de soi fourni par des anciens enseignants et fonctionnaires de l’administration scolaire, ainsi que par des
anciens élèves dans le cadre de témoignages verbaux et écrits (ex. journaux, autobiographies et mémoires en général). Les ego-documents ont été largement utilisés en guise de sources historiques également dans le cadre de la recherche historique en éducation (Viñao Frago, 2005) afin de reconstituer l’histoire de l’école en partant des expériences réelles de ses protagonistes plutôt que des sources législatives et institutionnelles, dans la tentative de découvrir ce que contenait la soi-disant « boîte noire de l’école » (Julia, 1995).

La mémoire scolaire collective se compose en revanche des multiples représentations de l’école, des enseignants et des élèves qui – au fil du temps – l’industrie culturelle (littérature, cinématographie, musique, etc.) et le monde de l’information ont apporté. Elle fait l’objet de nettes transformations. Ces représentations du passé éducatif se stratifient de génération en génération, en se superposant en partie aux souvenirs personnels, en frelatant la réalité des faits et en se consolidant en récits stéréotypés. Elles peuvent aussi altérer la connaissance du passé, qui se transforme ensuite en un véritable espace de l’imaginaire, dont une représentation historique fondée sur la science ne peut faire abstraction (Alfieri, 2019).

La mémoire scolaire publique, enfin, consiste en la représentation de l’école et des enseignants qui a été proposée dans le cadre des représentations officielles et des commémorations publiques soutenues par les institutions locales et nationales selon une politique précise de la mémoire, c’est-à-dire un usage public du passé destiné à obtenir un consensus et à renforcer le sentiment d’appartenance à une certaine communauté (Yanes-Cabrera et al., 2017). À l’inverse de la mémoire scolaire individuelle, les mémoires collective et publique ont peu fait l’objet de recherche socio-éducative, puisqu’elles n’ont pas longtemps été considérées comme un sujet important sur le plan historiographique. Ces dernières années toutefois, la mémoire de l’école – considérée dans ses différentes acceptions – a été englobée dans la réflexion historiographique internationale et elle a fait l’objet d’études d’un grand intérêt dans le domaine de l’histoire de l’éducation, aussi bien dans les pays de la zone ibéro-américaine que dans le monde anglo-saxon. L’étude de la mémoire permet notamment de définir la manière dont le présent regarde le passé et l’interprète ou le réinterprète. En ce sens, la mémoire scolaire ne nous intéresse pas seulement en tant que canal d’accès au passé scolaire, mais aussi en tant que clé pour comprendre ce qu’aujourd’hui on sait ou on croit savoir sur l’école du passé et dans quelle mesure ce qu’on sait correspond à la réalité ou est le résultat de préjugés et de stéréotypes désormais ancrés dans le sens commun et difficiles à éradiquer.

L’objet de l’enquête historique n’est donc plus simplement l’école telle qu’elle a réellement été, mais le processus complexe de définition du sentiment de cette école qui s’est développé au fil du temps au niveau individuel et collectif, au départ sur la base de l’expérience scolaire réelle, puis sur la base d’autres agents sociaux et culturels qui ont en partie contribué à le redéterminer.

Cette nouvelle perspective de recherche permet d’examiner un aspect dont la dimension historique avait jusqu’ici échappé aux spécialistes : l’évolution de la perception du statut social des différents profils professionnels impliqués dans les processus de scolarisation et du statut public de l’instruction au sein d’une collectivité, ainsi que de l’image publique de l’école et du système scolaire national. L’étude des modes de représentation symbolique collective de l’école et de l’enseignement au cours du temps, en effet, permettra de restituer la dimension culturelle globale de ces phénomènes historiques, et de définir l’origine de certaines hypothèques qui pèsent encore sur l’image publique de l’école, ainsi que de redonner conscience d’elles-mêmes et de leur rôle à tous les acteurs de l’éducation publique.

Il n’existe pas de passé scolaire unique et univoque. Au contraire, il y en a beaucoup, qui coexistent souvent et qui sont parfois des alternatives les unes aux autres. Ceux-ci peuvent être plus ou moins conformes à la réalité historique, mais ils sont néanmoins réels et affectent la vision que les individus ou les communautés ont de ce passé. Cette conférence internationale a pour but la découverte de ces passés scolaires.

Continuer la lecture de « AàC – « The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation » (Macerata, Italie, déc. 2022) »

Conférences à l’ISCHE 42 : « The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective »

Anglais / English

On Monday  21 June, at 2 pm (Central European Summer Time), the SWG  » The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective » will hold two panels at the ISCHE 42 conference:

  • 2:00-3:30 : « School Funding and the Rise of the State »
  • 4:00-5:30 : « Strategies to Tackle the Scarcity of Resources and Their Effects on Education »

Français / French

Le lundi 21 juin, à 14 heures (heure d’été de l’Europe centrale), le SWG  » The History of Educational Funding : Models, Debates and Policies in an International Perspective » tiendra deux panels lors de la conférence ISCHE 42 :

  • 14h00-15h30 : « Le financement de l’éducation et la montée de l’Etat ».
  • 4:00-5:30 : « Stratégies pour faire face à la rareté des ressources et leurs effets sur l’éducation ».

Colloque international – « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations », 23-25 juin 2021

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme du colloque international « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations« , qui aura lieu du 23 au 25 juin 2021 en visioconférence, par Zoom.

En plus d’une trentaine de contributions, cette conférence offrira la possibilité d’entendre deux keynotes: 

  • Mercredi 23 juin, 9h15-10h15 : Rita Hofstetter et Joëlle Droux (Université de Genève) : Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Jeudi 24 juin, 17h15-18h15 : Giles Scott-Smith (Leiden University) : « Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms »

Vous pouvez assister à ces 3 journées sur inscription auprès des organisateurs: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) ou Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

Vous retrouverez toutes les informations et le programme complet sur la page suivante: https://news.unil.ch/display/1620216036222 


We are pleased to announce the programme of the international conference « Internationalism(s) and Education during the Cold War. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations« , which will take place from 23 to 25 June 2021 in videoconference, by Zoom.

In addition to some thirty contributions, this conference will offer the opportunity to hear two keynotes: 

  • Wednesday 23 June, 9:15-10:15: Rita Hofstetter and Joëlle Droux (University of Geneva) : « Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Thursday 24 June, 17:15-18:15: Giles Scott-Smith (Leiden University) : « Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms

You can attend these 3 days by registering with the convenors: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) or Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

You will find all the information and the complete programme on the following page: https://news.unil.ch/display/1620216036222   

Colloque en ligne – Napoléon, l’enseignement et les bibliothèques

Vendredi 12 mars 2021
10 h – 18 h

Dans le cadre des commémorations de l’Année Napoléon 2021, une journée d’étude revient sur l’œuvre éducative de Napoléon, au-delà des deux grands travaux que sont la création des lycées en 1802 et la fondation de l’Université impériale en 1806.

Cette journée d’étude aborde la réorganisation du système éducatif du Premier Empire non seulement sous l’angle de ses institutions, mais aussi sous celui des acteurs et du contenu des enseignements. Le rapport de Napoléon aux bibliothèques est également mis en lumière.

Journée d’étude organisée en partenariat avec la Fondation Napoléon et l’Institut Napoléon

Programme

10 h Introduction
Par Marie de Laubier, directrice des collections de la BnF, Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, et Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’université Paris Sorbonne, président de l’Institut Napoléon

Matinée 10 h 15 -13 h

Les hommes de l’enseignement : Roederer, Fourcroy, Fontanes
Par Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon

Les cadres de l’enseignement sous le Consulat et l’Empire
Par Philippe Marchand, maître de conférences émérite à l’université de Lille

L’enseignement de l’économie
Par Serge Schweitzer, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille

Enseigner l’histoire : le projet d’École spéciale d’histoire
Par Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire et sciences de l’homme, BnF

Après-midi 14 h 30 – 18 h

Les écoles militaires sous l’Empire
Par Jacques-Olivier Boudon, professeur à l’université Paris-Sorbonne, président de l’Institut Napoléon

Vu de l’étranger : le modèle féminin des Maisons d’éducation de la Légion d’honneur
Par Rebecca Rogers, professeure à l’université Paris-Descartes

La modernisation de la Bibliothèque nationale sous l’Empire
Par Charles-Éloi Vial, conservateur au département des Manuscrits, BnF

La bibliothèque de Napoléon à Sainte-Hélène
Par Jacques Jourquin, vice-président de l’Institut Napoléon

17 h 30 Conclusion
Napoléon, ses goûts en musique, Sainte-Hélène, 1821-2021

Intervention musicale de Peter Hicks, Fondation Napoléon

Colloque en ligne – Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé

Vous trouverez ci-dessous le programme du colloque en ligne « Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé ».

Il aura lieu les 8 et 9 avril prochain, et est ouvert à toutes et tous sans inscription préalable.

Lien de connexion: https://us02web.zoom.us/j/3657422876
Bien cordialement,

Emmanuelle Fantin et Julien Tassel

Enfance et histoire : cultures et pratiques enfantines du passé
Programme – Colloque en ligne

Lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/3657422876


8 avril 2021


9h00 – Mot d’accueil : Emmanuelle Fantin et Julien Tassel — Sorbonne Université

Joëlle le Marec — Sorbonne Université
     En guise d’introduction : retour sur enquête, l’enfant au carrefour des processus de transmission institutionnelle

9h30-10h30 : Conférence

Anne BESSON — Université d’Artois

Retenir l’enfance

10h30-12h : Session I — Médiévalités : entre histoire et fictions

Laurence CORROY et Bénédicte MILLAND-BOVE — Université Sorbonne Nouvelle

Imaginaires et représentations du Moyen Âge dans le Journal des Enfants et le Journal des Demoiselles sous Louis Philippe.

Agathe NICOLAS — Sorbonne-Université

Le débat sur le fait historique comme prétexte à la production d’un savoir sur la fiction : le cas du forum d’échanges « la gazette du sorcier » (Harry Potter).

13h30-15h30 — Session 2 : Dire les violences de l’histoire

Perrine BOUTIN — Université Sorbonne Nouvelle

Entre pédagogie et subversion, comment parler de la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui à des enfants à la télévision ? Étude d’un cas : Les Grandes grandes vacances.

Juliette MASSART — Université Paris 13

« Lire la Shoah : entre horreur et happy ending » : les représentations de la Shoah dans la littérature de jeunesse des années 1980 à nos jours.

Christiane CONNAN-PINTADO — ESPE de Bordeaux Aquitaine

Imaginaires et représentations de l’esclavage à l’usage des jeunes lecteurs. Contraintes, modalités, enjeux.

Anna ZADORA — Université de Strasbourg

Construction d’une identité nationale biélorusse au prisme de l’éducation historique.

16h-18h Table ronde — Les professionnels des médiations enfantines :
arts, édition, muséologie.

Vincent LODEWICK dit DUGOMIER — auteur de BD, Les enfants de la résistance

Albin QUERU et Chloé NICOLAS — maison d’édition, Quelle histoire ?

Isabelle DORÉ-RIVÉ — directrice du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon

Richard UNGLIK — photographe, auteur de livres et de l’exposition « La Fabrique de l’Histoire en Playmobils » au musée de l’armée Invalides

9 avril 2021

9h30-10h30 : Conférence

Julie PASQUER-JEANNE — UCO-Bretagne Sud.

Faire l’expérience du passé par la fiction : la trivialité du monument dans la culture enfantine.

10h45-12h45 : Session 3 — Littérature jeunesse et histoire

Pierre-Eric FAGEOL et Frédéric GARAN — Université de la Réunion.

Patrimonialisation du passé et construction identitaire dans la bande-dessinée pour enfant dans l’océan indien.

Sylvie MARTIN-MERCIER — Université Grenoble Alpes

Petites filles et résistance dans la littérature de jeunesse italienne contemporaine.

Noureddine FADILY — faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Casablanca.

Quelle(s) construction(s) des ailleurs temporels et des altérités à travers le thème de la Deuxième Guerre mondiale ? Exemple de l’album Otto, autobiographie d’un ours en peluche de Tomi Ungerer.

14h30-15h40 : Session 4 — Les médiations historiques
des objets du quotidien, des jeux et des jouets

Fabien LACOUTURE — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jouer l’Histoire. La place des jeux de société historiques dans les pratiques enfantines du passé.

Thierry TRUEL — INSPE de Bordeaux.

Collectionner la vignette historique aux XIXe et XXe siècles : quand l’histoire devient aussi un produit de consommation courante…

Adeline WERRY — Université Catholique de Louvain.

Les plaques de verre de lanterne magique : outils pour une narration « attractive » du passé.

16h : Conclusions

Sophie CORBILLÉ, Sorbonne Université.

Colloque – « Regards croisés sur les colonies de vacances », 4-5 nov. 2020,Université d’Angers

Ce colloque propose de croiser les regards que diverses disciplines des sciences humaines et sociales portent sur les colonies de vacances et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels.

Les colos : toujours d’actualité ?

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition et cet été 2020 apporte un éclairage supplémentaire à travers entre-autre les « colonies de
vacances apprenantes ». Pourtant, le départ en colonies a drastiquement diminué. On estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents. Alors « que reste-t-il de la mixité sociale des colonies de vacances ? » pour reprendre le titre d’un article du Monde en août 2017. Faut-il faire le deuil d’un modèle qui correspondrait à un moment historique dépassé aujourd’hui ? Les colonies de vacances ont pu jouer à certaines périodes un rôle d’inclusion. Sont-elles alors appelées à devenir une extension des politiques publiques d’inclusion ?

Les colos : quels modèles d’organisation ?

Un paradoxe est régulièrement mis en avant : affichées comme essentielles dans la construction subjective des enfants, leur sociabilité et leurs relations aux autres, les colonies de vacances ne cesseraient de perdre de leur popularité auprès des parents. Outre les inquiétudes de plus en plus prégnantes face aux risques et l’évolution de la morphologie des familles, les coûts des séjours sont avancés pour expliquer cette désaffection. Mais le secteur n’est pas homogène, historiquement plusieurs types d’acteurs ont organisé des colonies de vacances : des collectivités, des associations, des
comités d’entreprises (aujourd’hui comités sociaux et économiques), des entreprises qui se spécialisent sur le secteur. Toutes coexistent aujourd’hui en connaissant des bonheurs divers. Au-delà de la simple opposition secteur social / secteur lucratif, quels modèles économiques et managériaux ces différentes organisations mettent elles en place ? Avec quelles conséquences sur le jeune public accueilli et sur les propositions faites ? Quelle place aujourd’hui pour les acteurs historiques du secteur, bousculés par l’arrivée de nouveaux venus ?

Les colos : quelles inscriptions spatiales ?

Le patrimoine des colonies de vacances a fondu comme peau de chagrin. Au-delà de la problématique du coût de ce patrimoine, celuici peut-il constituer une ressource pour le territoire ? Qu’elles soient tributaires d’un parc immobilier qu’elles doivent faire vivre ou
qu’elles puissent proposer des séjours partout dans le monde, quel modèle d’organisation spatiale développent les colonies de vacances aujourd’hui ? Alors que les durées de séjour diminuent et que les aides publiques sont de plus en plus orientées vers des séjours de
proximité, comment a évolué la carte des colonies de vacances ? Quels types de distances peut-on lire entre les espaces de vie des enfants et des jeunes et les lieux de séjours ?

Autant de questions qui seront abordées lors des interventions, des discussions et de la table ronde que proposera ce colloque.

AàC en vue de l’école d’été du How to « Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies » (pour mémoire).

The Summer School 2020 will be postponed and will take place from September 6 to 10, 2021.

How to Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies

How do you do theory ? While the craft of methods and empirical work more generally is often made explicit in higher education research and science studies, theory work usually remains implicit. The aim of the summer school is to make explicit how we work with theories, and how we make them work. We would like to discuss the craft of theorizing, explore routines and strategies of doing theory, think about opportunities and blind spots of theory work, and uncover the positions and relations theories can have in our research. The summer school will give early career researchers in higher education research and science studies the opportunity of a reflexive hands-on approach to theory. It will provide a context to reflect the theory work in one’s own research and discuss it with eminent scholars of theorizing in the fields of higher education research and science studies and beyond.

Report du X Atelier Héloïse : Universities in Europe: common contexts and local peculiarities through source analysis au 29-31 mars 2020

X Atelier Héloïse – “L’Europa delle Università: contesti comuni e peculiarità locali dalle origini all’età contemporanea”

La pandemia che affligge il Pianeta da diversi mesi ha prodotto un sovvertimento della maggior parte delle attività programmate in precedenza. Il forte desiderio di riaffermare una condizione di normalità nel nostro comune lavoro è tuttora ostacolato dalle necessarie misure sanitarie che restano, per il momento, l’unica arma efficace per contrastare le luttuose conseguenze del Covid-19. Ci troviamo pertanto oggi costretti ad annullare il nostro incontro previsto per il 3-5 settembre 2020. 

Dopo i necessari contatti con i responsabili delle strutture universitarie e alberghiere per annullare gli impegni già assunti, abbiamo potuto procedere ad individuare la nuova data per lo svolgimento del X Atelier Héloïse. In accordo con i Colleghi Jean-Philippe Genet, presidente del Comitato Héloïse, e Mordechai Feingold, presidente dell’ICHU, il Comitato organizzativo ha fissato lo svolgimento del X Atelier Héloïse a Bologna nei giorni 29-31 marzo 2021, avendo già provveduto a trasferire a tale data tutte le prenotazioni necessarie allo svolgimento del nostro Convegno e dell’assemblea dell’International Commission for the History of Universities.Chiediamo a tutti la cortesia di rispondere a questa e-mail, confermando la propria partecipazione al nuovo appuntamento del 29-31 marzo 2021, e impegnandoci nel contempo a mantenervi costantemente informati. 

X Héloïse Workshop – “Universities in Europe: common contexts and local peculiarities through source analysis”

The pandemic that has plagued the planet for several months forced us to reschedule most of the previously planned activities. The strong desire to reaffirm a normal condition in our common work is still hindered by the necessary health measures which remain, for the moment, the only effective weapon to counter the mournful consequences of Covid-19. Today we have therefore to cancel our meeting scheduled for 3-5 September 2020.

After the necessary contacts with the managers of the university and hotel structures to cancel the reservations already made, we had finally rescheduled the X Atelier Héloïse.In agreement with colleagues Jean-Philippe Genet, president of the Héloïse Committee, and Mordechai Feingold, president of the ICHU, the Organizing Committee has set the new dates for the X Héloïse Workshop and the meeting of the International Commission for the History of Universities in Bologna on29-31 March 2021.

Colloque – « Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des 
institutions de conservation », 12-13 décembre, Paris

Le colloque « Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des 
institutions de conservation » se tiendra les 12 et 13 décembre 2019 à la Sorbonne.

Ce colloque, prenant appui sur la figure de la marquise Arconati Visconti, grande mécène de l’enseignement supérieur, devrait permettre d’améliorer nos connaissances sur la place de la philanthropie et du mécénat pour la constitution du patrimoine de l’enseignement et de la recherche, des musées, des bibliothèques et des archives.
Plusieurs études récentes ont en effet rappelé que les collections de toute nature (archéologiques, artistiques, scientifiques, etc.) des musées se sont notablement accrues, aux XIXe et XXe siècles, par le biais de dons et legs de collections privées et que le mécénat occupait ainsi une place considérable dans l’enrichissement de leur patrimoine.
Toutefois, peu de travaux ont porté sur les établissements d’enseignement et de recherche, les bibliothèques et les archives alors même que le mécénat en leur faveur s’est manifesté par la construction de bâtiments, l’établissement d’instituts de recherche, la fondation de prix ou de bourses d’études et de voyages destinés aux étudiants et chercheurs, ou encore par des dons et legs de livres et d’archives, leur permettant ainsi de participer plus largement à la transmission des savoirs.
Ce colloque s’inscrit dans un cycle de manifestations pour le développement du mécénat en faveur de l’enseignement et de la recherche et, plus largement, des institutions culturelles publiques. Il est accompagné d’une exposition sur la marquise Arconati Visconti au musée des Arts décoratifs et d’une exposition virtuelle conçue à partir de la numérisation de la correspondance reçue par la marquise, conservée par la bibliothèque Victor-Cousin, à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS).

Le programme est disponible ici.

Inscription et accès :

Pour vous inscrire, envoyez un mail à : ce.archives[at]ac-paris.fr
L’accès au Grand Salon se fera par le 47 rue des Écoles.

Symposium international – « Education and Elite Formation » (Université de Stockholm, Suède, 10 oct. 2019)

This open international symposium gathers scholars working on the relationship between education and the formation of elites. Organized by the research group History of Education and Sociology of Education at the Department of Education, Stockholm University, this symposium sets out to establish clearer links between historical and sociological scholarship on elites and education.  

Program

  • 11.00–11.15 Petter Sandgren (Stockholm University): Introduction   
  • 11.15–12.15 Adam Howard (Colby College) and Claire Maxwell (University of Copenhagen): ”Preparing Global Leaders for the Global South: Global Citizenship Education within Ghanaian, Taiwanese and Jordanian Elite Contexts » 

Lunch 

  • 13.45–14.15 Karen Lillie (University College London): ”Challenging Assumptions about Transnational Class: The Continued Importance of the Nation-State” 
  • 14.15–14.45 Daniel Lövheim (Stockholm University): ”Science Olympiads as Spaces for Elite Formation During the Cold War”

Break

  • 15.00–15.45 Max Persson (Uppsala University): ”Contested Ease: Challenging the Notion of Embodied Ease from a Situational Approach”
  • 15.45–16.15 Eric Larsson (Stockholm University): ”The New Meritocrats: Upper Secondary Elite Schools, Merits, and Marketization” 

Break 

  • 16.30–17.00 Sara Lindberg (Uppsala University): EU-Elite Formation: College of Europe and its Students  
  • 17.00–17.30 Trygve Gulbrandsen (Institute for Social Research, Oslo): ”Elite Formation and Professionals”
  • 17.30–18.00 Mikael Holmqvist (Stockholm University): Summary and discussion

Contact: petter.sandgren [at] edu.su.se 

Colloque – Les Compagnons de l’université nouvelle. Histoire, mémoire et postérité (CIEP, 15 et 16 nov. 2019)

Les Compagnons, combattants de la Grande Guerre, espéraient que l’Union sacrée, acquise dans la boue des tranchées, dans le sang et dans le don de soi à l’intérêt supérieur de la nation, prolongerait ses effets dans la paix, en faveur d’une réforme totale de ce qu’ils nommaient l’université, au sens où nous disons aujourd’hui système éducatif. Une réforme démocratique, c’était une réforme qui devait mettre fin à la séparation des scolarités entre deux ensembles trop étanches : l’école primaire gratuite et ses classes primaires supérieures pour les enfants du peuple, et l’ordre secondaire payant, fondé par Napoléon Ier, autour d’un lycée précédé de ses classes élémentaires pour les enfants de la bourgeoisie, celui-là seul ouvert vers l’enseignement supérieur. Les Compagnons voulaient fonder une université nouvelle, juste et efficace, depuis l’école unique pour tous les enfants de toutes origines, jusqu’aux formations supérieures. L’équité sociale servirait l’efficacité économique en faveur de la patrie à reconstruire.

Colloque – « Les préfets et les sports (XIXe-XXIe siècles) » (Lyon, 7-8 nov. 2019)

Sous le haut patronage du préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes, le comité pour l’histoire préfectorale et le comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports organisent un colloque à :  Lyon les 7 et 8 novembre 2019 sur le thème : «Les préfets et les sports  (XIXe-XXIe siècles)»


Le comité pour l’histoire préfectorale et le comité d’histoire des ministères de la Jeunesse et des Sports s’associent pour organiser un colloque sur le thème « les préfets et les sports ».

Clôturées chacune par une table ronde, les deux journées de travail viseront à approfondir l’évolution du rôle de l’État dans l’organisation, le développement et le contrôle des activités physiques et des sports en France, depuis la création de l’institution préfectorale en 1800.

Les tables rondes, associant préfets et hauts fonctionnaires de l’administration de la jeunesse et des sports, permettront d’aborder d’une part, le rôle des préfets dans la préparation et l’organisation des grands événements sportifs, d’autre part, la place du sport dans le quotidien du métier préfectoral, entre réglementation, sécurité et sociabilité.

Préfets, sous-préfets, responsables du mouvement sportif, mais aussi universitaires et étudiants, sont conviés à participer à ce colloque qui se déroulera le 7 novembre à la préfecture de région (18, rue de Bonnel Lyon 3ème), le 8 aux archives départementales et métropolitaines (34, rue du général Mouton-Duvernet Lyon 3ème).

Le programme du colloque sera disponible sur le site internet de chaque Comité début septembre

Inscription obligatoire à retourner à l’adresse : samira.hamani [at] sg.social.gouv.fr

Colloque Jean-Pierre Chevènement, (Belfort et Mulhouse, 14 et 15 nov. 2019)

Qui ne connaît Jean-Pierre Chevènement, rare homme politique français affublé par les médias d’un surnom, le Che, qui à soi seul justifierait une longue analyse ? Député (1973-2002), président du Conseil régional de Franche-Comté (1981-1982), maire de Belfort (1983-2007), ministre de la recherche et de l’Industrie (1981-1983), de l’Education nationale (1984-1986), de la Défense (1988-1991), de l’Intérieur (1997-2000), sénateur du Territoire de Belfort (2008-2014), il a marqué de son empreinte originale la gauche française et la vie politique pendant plus de quarante ans. L’écart est grand, pourtant, entre l’importance des fonctions occupées par Jean-Pierre Chevènement et la connaissance de son action comme de son influence dans la culture politique de notre temps. 
 
La recherche historique ne s’étant curieusement pas encore intéressée à cette figure, ni aux rythmes pas toujours synchronisés entre les fonctions que Jean-Pierre Chevènement a exercées et son influence dans le débat public, l’ambition du colloque (suivi d’une publication), est d’appréhender scientifiquement cet acteur majeur de la Ve République. Pour ce faire, historiens du politique, de l’économie, de l’éducation, des relations internationales, de la défense ou de l’aménagement du territoire, mais aussi politistes et sociologues, sont sollicités pour unir leurs compétences, croiser leurs approches et travailler à partir de sources inédites. 
 
Alors que l’histoire politique porte une attention renouvelée aux acteurs, sans renier l’ambition de restituer l’individu dans le collectif (importance des réseaux, articulation entre le décideur et l’opinion publique, approches globales, socio-culturelles, du politique), il s’agira d’analyser et de comprendre la formation, la pensée et l’action multi-scalaire d’un homme dont les combats pour la République, l’école, la puissance industrielle et militaire de la France comme l’attachement à la souveraineté nationale, transcendent la géographie partisane de la Ve République. La dimension internationale de la trajectoire de Jean-Pierre Chevènement sera interrogée à travers sa formation et ses expériences de la guerre d’Algérie, la guerre froide, l’effondrement de l’URSS, la guerre du Golfe et les printemps arabes. Les conceptions européennes de Jean-Pierre Chevènement, la façon dont le souverainisme de gauche a été reçu en Allemagne avant, pendant et après la réunification, seront également interrogées.
 
Trois thématiques pourront faire l’objet de propositions originales : 
  • La République, la nation et la gauche ; 
  • L’Etat stratège du local à l’international ;
  • La souveraineté nationale, l’Allemagne et l’Europe.
Organisée les 14 et 15 novembre 2019 par les historiens de l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard (UTBM, Pierre Lamard et Laurent Heyberger) et par ceux de l’Université de Haute-Alsace (UHA, Renaud Meltz et Régis Boulat), la manifestation est patronnée par un Conseil scientifique composé de Jean-Paul Bled (professeur émérite, Université Paris IV),  Jean-Claude Daumas (professeur émérite, Université de Franche-Comté), Jean-Paul Barrière (Professeur, Université de Franche-Comté) et Alain Chatriot (Professeur, IEP Paris).

 

Dates à retenir : 
  • Date limite de soumission des propositions de communication [court CV et résumé problématisé de 3000 mots] : 7 juillet 2019 
  • -Décision du comité scientifique : 14 juillet 2019 
  • Contacts : regis.boulat [at] uha.fr etrenaud.meltz [at] uha.fr

Colloque international – Controverses sur la cantine : laïcités, religions, nations (XIXe-XXIe siècles), 6-7 juin 2019, University of Chicago in Paris

 La cantine scolaire, et le repas de midi qui y est servi, est un espace central dans la construction d’un habitus national républicain et, en principe, laïque.  Le déjeuner à la cantine est donc un lieu pour inculquer les valeurs françaises aux enfants.   Pendant ces deux jours, nous souhaitons identifier de nouvelles pistes de recherche pour aborder ces questions à partir des travaux historiographiques, ethnographiques, littéraires, et sociologiques sur la cuisine « française » ; la nourriture dite « religieuse » entre public et privé au passé et au présent ; et le corps « pratiquant » comme cible d’intervention étatique.  Pour élargir les cadres de ces discussions ; des practicien.ne.s venue.s des écoles, et des mairies et des institutions aborderont ces mêmes questions et des chercheuses/chercheurs évoqueront des comparaisons transnationales ainsi que d’autres controverses politico-religieuses. 

Colloque – Les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine (Ploërmel, 14-15 juin 2019)

Jeudi 13 juin 2019

9 h – Accueil et introduction : Samuel Gicquel (Rennes 2, Tempora) et Frédéric Le Moigne (UBO, CRBC)

9 h 25 – Les fondations

  • GICQUEL Samuel (maître de conférences en histoire contemporaine, Rennes 2, Tempora). L’enseignement secondaire catholique en France de 1806 à 1959. Les mutations du paysage institutionnel.
  • BERTHEREAU Estelle (docteure en histoire, chercheuse associée au CRHXIX), Fonder un enseignement catholique mennaisien.
  • DUFFAU Marie-Thérèse (docteure en histoire, chargée de recherche au CNRS, FRAMESPA), Lacordaire et la congrégation enseignante.
  • CAVALIN Tangi (agrégé d’histoire, chercheur associé au CEMS/IMM/EHESS), La mémoire de Lacordaire dans la congrégation dominicaine enseignante.

14 h – Les acteurs

  • ROCHER Philippe (docteur en histoire, université de Bourgogne, IPRA),
  • Le Ratio studiorum au collège. Pédagogie et pédagogues jésuites en France aux XIXe et XXe siècles.
  • TRANVOUEZ Yvon (professeur émérite d’histoire contemporaine, Université de Bretagne occidentale-CRBC), Une variante scolaire du Ralliement : le Père Didon à Arcueil (1890-1900).
  • LE MOIGNE Frédéric (maître de conférences en histoire contemporaine, UBO-CRBC), La composition et le style. Georges Grente en ses collèges.

16 h – Expériences éducatives

  • PUCHE Amélie (doctorante à l’université d’Artois, CREHS), Le secondaire privé catholique pour jeunes filles à Tours dans la seconde moitié du XIXe siècle : une réussite modèle.
  • LANGLOIS Claude (EPHE), Entre mémoire et histoire : l’institut Notre-Dame d’Avranches au lendemain de la  guerre (1945-1955)

Vendredi 14 juin 2019

9 h – Mutations institutionnelles

  • POUCET Bruno (professeur en sciences de l’éducation, université de Picardie Jules Verne, CAREF), De l’enseignement secondaire confessionnel à l’enseignement associé : ruptures et continuité (1950-2018).
  • VIET-DEPAULE Nathalie (ingénieure de recherche CNRS, CEMS) et LAFFAY Augustin (docteur en histoire, archiviste de la Province dominicaine de Toulouse), La fin des collèges dominicains (1957). Portrait de groupe des dominicains-enseignants.
  • JUSSEAUME Anne (maître de conférences en histoire contemporaine, université d’Artois, CREHS), Des « sœurs blanches » en civil : les habits des Filles du Saint-Esprit dans les établissements scolaires au XXe siècle

11 h – La place du religieux

  • MOLINARIO Joël (maître de conférences en théologie, institut catholique de Paris), Catéchèse/pastorale, tension et évolution dans l’enseignement catholique depuis le guide pastoral de Paul Lamotte.
  • DUPUY Guillaume (docteur en sociologie, université de Nanterre), Affirmations différenciées du caractère religieux dans les établissements catholiques secondaires.

14 h – Recomposition

  • VERNEUIL Yves (professeur en sciences de l’éducation, université Lumière Lyon 2, ISPEF), L’enseignement secondaire privé catholique entre mixité et respect de la différence des sexes (des années 1960 à nos jours).
  • MENGNEAU Juliette (docteure en sociologie, université de Nantes), Enseignement privé, enseignement public en Pays de la Loire. Vers une reconfiguration du service public d’éducation.
  • RAISON DU CLEUZIOU Yann (maître de conférences HDR en science politique, université de Bordeaux, centre Émile Durkheim), La dissidence scolaire des catholiques observants au début du XXIe siècle.

16 h – Conclusions : Bruno Poucet