Colloque – Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles (Grenoble, 27-28 sept.)

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2018, colloque organisé par  l’Université Grenoble Alpes, le LARHRA  et le Centre d’histoire  du XIXe siècle.

Le colloque se déroulera salle Jacques Cartier, Maison des Langues  et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale,  38400 Saint-Martin-d’Hères. 

Il est organisé par Elsa Génard  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) &  Mathilde Rossigneux-Méheust  (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet  de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe  (XIXe-XXe siècles).

Continuer la lecture de « Colloque – Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles (Grenoble, 27-28 sept.) »

Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018)

La question se pose de savoir si des convergences ont eu lieu entre les différents mouvements (et pas seulement entre le mouvement étudiant et le mouvement ouvrier), ce qui justifie le cadre lyonnais, assez riche. Le colloque étudiera les contestations, mais aussi les mutations induites dans les pratiques et les usages professionnels à la suite du moment mai 1968. Il s’interrogera également sur les résistances. Enfin, à partir de récits de vie, il s’intéressera aux trajectoires individuelles.

Le colloque est ouvert à tous, mais pour des raisons de sécurité il est demandé de s’inscrire à l’avance à l’adresse suivante : yves.verneuil [at] univ-lyon2.fr
Le programme est ci-dessous ou sur calenda.org

Continuer la lecture de « Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018) »

Colloque – Fribourg-Paris-Nova Friburgo. Grégoire Girard et les pédagogies transatlantiques

Le Cercle d’études Grégoire Girard a le plaisir de vous convier au Colloque international « Fribourg-Paris-Nova Friburgo. Grégoire Girard et les pédagogies transatlantiques ». Cet événement se tiendra les 7 et 8 septembre 2018, à l’Université de Fribourg (Pérolles-Auditoire C140). Vous trouverez toutes les informations concernant le programme en pièce-jointe (inscription par mail notamment).

Ce colloque a pour but d’inaugurer le Cercle d’études Grégoire Girard / Forschungkreis Gregor Girard nouvellement créé (www.cerclegregoiregirard.ch). Il participe également des festivités officielles du Bicentenaire Nova Friburgo 2018.

Vous en trouverez le programme ici.

Dans l’attente de vous rencontrer lors de cet événement, nous vous adressons, chères et chers collègues, nos salutations les plus cordiales.

Alexandre Fontaine – au nom du Cercle d’études Grégoire Girard

 

Colloque international – Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968 (Université Panthéon-Sorbonne, 7-8 juin 2018)

Colloque international organisé par l’Université de Normandie Rouen et TRIANGLE-UMR 5206 les 7 et 8 juin 2018 par Ludivine Bantigny, Boris Gobille, Eugénia Palieraki.

au Centre d’histoire sociale du XXe siècle 9 rue Malher Paris 4e.

D’abord, les étudiants et les lycéens ; ensuite, les salariés ; enfin, le pouvoir qui tente, en reprenant la main, de les canaliser. Tel est le schéma généralement mobilisé pour commenter les événements de 1968, aussi bien en Allemagne qu’en France, en Pologne et en Tchécoslovaquie, au Sénégal et au Mexique, ou bien encore au Brésil et en Uruguay – une sorte de valse à trois temps, une chorégraphie bien réglée. Pourtant, cette tripartition mécanique ne résiste pas à l’examen bien longtemps : ni en termes chronologiques, quand chaque moment est porteur de rencontres entre des mondes sociaux qui parfois s’ignoraient, de dialogues et de solidarités ; ni du point de vue politique, tant un projet essentiel de 1968, mis en pratique, repose dans un grand désir de décloisonnements sociaux. A rebours de la séparation chronologique autant que politique entre les différents acteurs de la contestation, et de la thèse du « rendez-vous manqué » entre étudiants et travailleurs qui, s’autorisant d’images évocatrices comme celle des grilles ouvrières refermées devant un cortège étudiant à Renault-Billancourt, guide encore trop souvent la mémoire collective des années 1968, ce colloque entend précisément porter la focale sur les « métissages sociaux » (Bernard Pudal) et les « rencontres improbables » (Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel) qui ont jalonné les événements et qui leur ont donné leur force de rupture de l’ordre social et symbolique.

D’abord, les étudiants et les lycéens ; ensuite, les salariés ; enfin, le pouvoir qui tente, en reprenant la main, de les canaliser. Tel est le schéma généralement mobilisé pour commenter les événements de 1968, aussi bien en Allemagne qu’en France, en Pologne et en Tchécoslovaquie, au Sénégal et au Mexique, ou bien encore au Brésil et en Uruguay – une sorte de valse à trois temps, une chorégraphie bien réglée. Pourtant, cette tripartition mécanique ne résiste pas à l’examen bien longtemps : ni en termes chronologiques, quand chaque moment est porteur de rencontres entre des mondes sociaux qui parfois s’ignoraient, de dialogues et de solidarités ; ni du point de vue politique, tant un projet essentiel de 1968, mis en pratique, repose dans un grand désir de décloisonnements sociaux. A rebours de la séparation chronologique autant que politique entre les différents acteurs de la contestation, et de la thèse du « rendez-vous manqué » entre étudiants et travailleurs qui, s’autorisant d’images évocatrices comme celle des grilles ouvrières refermées devant un cortège étudiant à Renault-Billancourt, guide encore trop souvent la mémoire collective des années 1968, ce colloque entend précisément porter la focale sur les « métissages sociaux » (Bernard Pudal) et les « rencontres improbables » (Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel) qui ont jalonné les événements et qui leur ont donné leur force de rupture de l’ordre social et symbolique.

Continuer la lecture de « Colloque international – Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968 (Université Panthéon-Sorbonne, 7-8 juin 2018) »

Colloque international – Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse (1945-1980) (Université d’Angers, 26-28 juin 2018)

Si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel de la décolonisation. Les processus d’émancipation des peuples colonisés au second XXe siècle posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et post-colonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. Dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses, les enjeux coloniaux et post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ont produit des biopolitiques spécifiques.

Ces réflexions seront développées et discutées à l’occasion du colloque organisé à la Maison de la recherche Germaine Tillion, campus Belle-Beille. Une exposition intitulée « Le déracinement silencieux » sera également présentée dans le hall de la MRGT par son auteure et photographe Sophie Hochart.

L’inscription est gratuite mais obligatoire via le formulaire à compléter.

Continuer la lecture de « Colloque international – Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse (1945-1980) (Université d’Angers, 26-28 juin 2018) »

Colloque – « Il faut éduquer les enfants » (Université de Liège, 30 mai-1er juin)

Le colloque « Il faut éduquer les enfants : ambivalences de l’idéologie de l’éducation, conjonctures critiques, expérimentations » propose d’aborder les ambivalences constitutives de l’éducation à l’époque moderne.

Continuer la lecture de « Colloque – « Il faut éduquer les enfants » (Université de Liège, 30 mai-1er juin) »

Colloque international – La démocratisation de la science : questions épistémologiques et perspectives nouvelles

Université de Lyon, France 28-30 mai, 2018

Description : Ce colloque international est le colloque de clôture du projet DEMOCRASCI,  qui examine les fondements épistémologiques et les principes d’une démocratisation de la gouvernance de la science (pour plus de détails  voir l’aperçu général du projet).

Exemples de thèmes abordés : arguments en faveur de l’autonomie de la science  ; bien-fondé d’une démarcation entre recherche fondamentale et recherche appliquée  ; le savoir scientifique comme bien commun ; recherche guidée par l’intérêt général ; participation du public à la science  ; science socialement responsable  ; formes pratiques de la gouvernance démocratique de la science  ; rôle des experts scientifiques dans la gouvernance de la science, etc.

Colloque international – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde

Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde

Paris, 2, 3 et 4 mai 2018

 

Colloque co-organisé par le GERME, la Cité des mémoires étudiantes et le Centre d’histoire de Sciences-Po Paris

Avec le soutien, notamment, du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS), de la Faculté des lettres de Sorbonne Université, du Collège militaire royal du Canada, de l’Université de Nottingham Trent, du 50th Anniversary Civil Rights Commemoration Committee & de l’Université de Trente

Inscription gratuite, mais obligatoire (plan vigipirate) : colloque68@citedesmemoiresetudiantes.org

Continuer la lecture de « Colloque international – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde »

Colloque – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde, 2-4 mai, Paris

Le colloque « Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde » aura lieu à Paris, les  2, 3 et 4 mai 2018. Le programme est indiqué ci-dessou.
 
Le colloque est co-organisé par le GERME, la Cité des mémoires étudiantes et le Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, avec le soutien, notamment, du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS), de la Faculté des lettres de Sorbonne Université, du Collège militaire royal du Canada, de l’Université de Nottingham Trent, du 50th Anniversary Civil Rights Commemoration Committee & de l’Université de Trente.
L’inscription gratuite, mais obligatoire (plan vigipirate)

Programme

Continuer la lecture de « Colloque – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde, 2-4 mai, Paris »

Colloque – L’exercice dans l’histoire de l’enseignement des langues, 17-18 mai, Mons

La SIHFLES (Société internationale pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde) et le Service de Didactique des langues et des cultures de la FTI-EII (UMONS) ont le plaisir de vous inviter à participer au colloque 
« L’exercice dans l’histoire de l’enseignement des langues » 
qui se tiendra à l’université de Mons, les 17 et 18 mai 2018.  
Vous trouverez le programme complet en cliquant sur le lien suivant : 

Colloque – « Le colloque d’Amiens, 1968-2018 », Amiens, 8 et 9 mars 2018

Les 8 et 9 mars 2018, se tiendra à Amiens, un colloque qui propose, au travers de 24 communications, d’étudier un évènement national qui s’est déroulé dans la capitale picarde, les 15 et 16 mars 1968, pour penser le changement dans le système éducatif français. Réunissant plus de 600 personnes, dont de nombreuses personnalités, issues de la Haute fonction publique, des mondes de l’éducation, de la presse et de l’entreprise, « le colloque d’Amiens » est devenu, à l’ombre de Mai 68, une référence mythique, mais n’a donné lieu à aucune étude globale. En le situant dans son contexte socio-politique national et international, cette manifestation scientifique propose donc une analyse pluridisciplinaire du jeu des acteurs et des institutions qui ont contribué au déroulement du colloque, au rôle joué par les chercheurs, les intellectuels, les praticiens, les administrateurs et les représentants de la société civile. Seront également examinées les propositions de transformation du système éducatif, miroirs des débats passés et présents, et les effets à long terme de celles-ci, en tenant compte de leur impact médiatique et de la mémoire qui en a été conservée.

Le programme complet est disponible ici.

Colloque – L’académie de Paris pendant la Grande Guerre

Vous trouverez ci-dessous le programme du colloque organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle (universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne) – Chancellerie des universités de Paris, sous la direction du Pr. Christophe Charle, du Pr. Jean-Noël Luc, et de  Stéphanie Méchine.

[L’inscription est obligatoire et se fait à cette adresse: ce.archives [at] ac-paris.fr]

L’académie de Paris pendant la Grande Guerre

Jeudi 9 novembre 2017 – Amphithéâtre Louis Liard

– 14h00 : Ouverture par Gilles Pécout (recteur de la région académique Ȋle-de-France, recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités de Paris)

– 14h20 : Introduction par Jean-Noël Luc (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris- Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

Enseignement primaire : aller à l’école pendant la guerre

Présidence : Florence Bourillon, professeur d’histoire à l’Université de Paris-Est-Créteil, Centre de recherche en histoire européenne comparée (EA 4392)

– 14h40 : Les écoles normales primaires dans l’académie de Paris pendant la Grande Guerre : un défi administratif et pédagogique (Stéphanie Dauphin, maîtresse de conférences, université d’Artois-ESPE)

– 15h00 : Le rôle de la première génération des instituteurs parisiens dans la vie des écoles et la mobilisation de l’arrière (Jérôme Krop, maître de conférences, université d’Artois-ESPE)

– 15h20 : L’école primaire dans l’Oise entre 1914 et 1918 : une école du front et de l’arrière-front (Julien Cahon, maître de conférences, université de Picardie-Jules-Verne-ESPE)

– 15h40 : Accueillir, nourrir et former les jeunes enfants en période de guerre : les écoles maternelles parisiennes de 1914 à 1918 (Patricia Legris, maîtresse de conférences, université de Rennes 2)

– 16h00 : Liens renforcés, liens entravés : les relations scolaires et universitaires entre le Nord-Pas de Calais et Paris (Jean-François Condette, professeur d’histoire contemporaine, université d’Artois)

Enseignantes et enseignants face à la guerre

Présidence : Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités de Franche-Comté

– 16h45 : L’Université héroïque : les professeurs de l’enseignement secondaire de l’académie de Paris tués ou blessés pendant la Grande Guerre (Matthieu Devigne, docteur, université Paris-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

– 17h05 : « Et si le père ne revenait pas ? ». Vie quotidienne et condition féminine au lycée Jules-Ferry pendant et après la Première Guerre mondiale (Pierre Porcher, doctorant, centre d’histoire du XIXe siècle et centre de recherche et d’études histoire et sociétés)

17h25 : Affectations, nouveautés et engagements : les personnels des lycées de jeunes filles de la Seine durant la Grande Guerre (Isabelle Arasa, chargée de mission histoire et mémoire à la délégation académique aux arts et à la culture, rectorat de Paris)

Vendredi 10 novembre 2017 – Amphithéâtre Louis Liard

Anciennes et nouvelles fonctions de l’Université de Paris en guerre

Présidence : François Weil, conseiller d’État, ancien recteur de l’académie de Paris

– 09h30 : La Sorbonne pendant la guerre, la Sorbonne en guerre (Lucile Natali, université Paris-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

– 09h50 : La Sorbonne et sa diplomatie universitaire en temps de guerre : flottements, adaptations et redéploiements, 1914-1919 (Guillaume Tronchet, agrégé, docteur en histoire, ENS)

– 10h10 : La Faculté de droit de Paris dans la Grande Guerre : l’identification à la figure martyre du soldat du droit (Catherine Fillon, professeure, université de Lyon 3)

– 10h30 : La mobilisation de la faculté des sciences et des scientifiques (Pierre Verschueren, doctorant, université Paris 1 PanthéonSorbonne)

Universitaires et étudiants

Présidence : Tristan Lecoq, inspecteur général de l’Éducation nationale, professeur associé à l’université Paris-Sorbonne

– 11h15 : Ferdinand Lot, un professeur d’histoire face à la guerre  (Agnès Graceffa, Sociamm-Université de Bruxelles)

– 11h35 : Les facultés de droit de Paris et de Berlin face-à-face de 1914 à 1918 (Jean-Louis Halpérin, directeur de l’UMR 7074 « centre de théorie et analyse du droit », ENS)

– 11h55 : L’École normale supérieure, les normaliens et archicubes combattants et non combattants pendant la guerre (Nicolas Mariot, directeur de recherche, CNRS)

– 12h30 : Conclusion générale par Christophe Charle (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle-IHMC)

– 14h30 : Visite-conférence par Marc le Cœur (historien de l’art, École spéciale d’architecture)des monuments aux morts des lycées Louis-Le-Grand et Henri-IV et facultés dans le Quartier latin

L’historiographie très riche sur le premier conflit mondial est passée progressivement de l’étude du front, de la stratégie des puissances et des souffrances des combattants à l’étude de l’arrière, l’autre front. Dans cette guerre de longue durée et de plus en plus totale, le moral des familles et des citoyens non mobilisés, l’engagement des groupes professionnels les plus divers, la capacité des élites politiques et intellectuelles (espace en trop) à donner du sens aux sacrifices de plus en plus lourds à accepter puis à endurer, furent essentiels. Dans cette liaison capitale et décisive entre l’avant et l’arrière, le système scolaire a joué un rôle fondamental, même si son histoire a été moins explorée jusqu’ici.

L’académie de Paris est, à l’époque, la plus grande académie de France : elle s’étend des confins de la ligne de front, et d’une partie des lieux des combats, au centre du pays. Elle concentre la plus grande masse des effectifs scolarisés à tous les niveaux et elle forme comme une image en réduction de l’institution éducative du pays tout entier, depuis les petites écoles rurales jusqu’aux établissements les plus prestigieux internationalement. Cette académie fournit donc un cadre complet pour comparer et comprendre les multiples facettes du système scolaire et du monde universitaire dans un moment où la France et la République jouaient leur survie et leur avenir.

Ce colloque souhaite rééquilibrer l’approche ancienne des chercheurs, qui ont mis en avant, soit les hécatombes consenties par les diverses catégories d’enseignants, soit l’utilisation de l’école, du collège, du lycée ou des universités comme relais pour la propagande de guerre ou le maintien du moral collectif. Il s’agit ici d’œuvrer au plus près des acteurs dans les écoles, les établissements secondaires et les facultés pour analyser comment se déclinent ou non des missions nouvelles liées à une situation exceptionnelle, alors que tout se désorganise sous l’effet de la mobilisation. L’ordre des savoirs, la fonction pédagogique, la mission de recherche, ne peuvent évidemment être mis en œuvre sans modification dans ce contexte sans précédent et sur une durée aussi longue.

Pour que les objectifs scientifiques de ce colloque soient atteints et que les communications puissent faire écho à une histoire plus générale de la Première Guerre mondiale, les organisateurs ont favorisé l’accès à de nouvelles sources – ministérielles, rectorales, scolaires et facultaires – afin de mettre en valeur les fonds de l’académie et de l’Université de Paris, dont les archives relatives aux deux guerres mondiales ont été recensées pour cette occasion.

Colloque – « La forme scolaire, prisonnière de son succès ? », 29-30 juin à Lyon

Le comité d’organisation a le plaisir de vous  inviter à assister à tout ou partie du colloque  « La forme scolaire, prisonnière de son succès ? » qui aura lieu les 29 et 30 juin prochains, au Grand Amphi de l’université Lyon 2, à l’occasion du départ à la retraite d’André Robert.

Vous trouverez ici le programme de ce colloque.

Vous pouvez, si vous le voulez bien, vous inscrire (inscription gratuite) à partir du lien :
https://www.eventbrite.fr/o/equipe-organisatrice-laboratoire-education-cultures-politiques-12783749195

En attendant le plaisir de vous accueillir

Très cordialement

Pour le comité, A. Derobert, C. Degryse, J.Y. Seguy

Colloque – La pédagogie sert-elle encore à quelque chose ? Un héritage éducatif pour des nouveaux défis : voies et grandes voix de l’ISP-Faculté d’éducation (Paris, 27 et 28 mars 2017)

Lieu: Institut Catholique de Paris
Date: 28 et 29 mars 2017

Dès l’origine, l’Institut Supérieur de Pédagogie a voulu susciter l’étude de la complexité éducative et la promotion des innovations pédagogiques, toujours avec la volonté de tenir ensemble éducation et formation et lier théories universitaires et pratiques professionnelles.
Dans cet esprit hérité de ces fondements, ce colloque sera l’occasion d’échanges sur les problèmes rencontrés dans le champ de l’éducation et de la formation ainsi que sur les propositions possibles à mettre en commun. La visée de ce colloque est, entre autres, d’ouvrir des voies innovantes en dialogue avec les grandes voix de la pédagogie.

Le programme est disponible ici.

Colloque – L’école et les langues

Le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA4451) et le Pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias de l’Université de Bretagne occidentale (Brest-Quimer) organise du 19 au 21 mai un colloque international sur le thème : « L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire »

Programme

Coll.: L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire

Le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA4451) et l’Université de Bretagne Occidentale, avec le soutien de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE)

organisent un colloque international sur « L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire / School and languages in areas faced with linguistic division throughout history » les 19 et 20 mai 2016 au Pôle universitaire Pierre Jakez-Hélias, Quimper, France.