Journée d’étude nationale de l’APHG : « Coup d’œil sur les politiques scolaires, de la Libération aux années 2010 », 20 nov. 2021, en Sorbonne

Organisateurs : Jean-Noël Luc et Joëlle Alazard.

  • La Sorbonne. Amphi Milne Edwards – escalier B cour d’honneur (à l’opposé, droite, de la chapelle).
  • Inscription obligatoire en ligne : inscriptionsaphg@gmail.com avant le 15 novembre.

9 h. Accueil (Franck Collard, président de l’APHG) – Introduction (Jean-Noël Luc)

Première partie

Présidente de séance : Joëlle Alazard, vice-présidente de l’APHG

9h30-10h30. Héritage et toile de fond

1- Le cloisonnement scolaire sous la Troisième République (Solenn Huitric, maîtresse de conférences à l’Université Lumière Lyon 2)

2- Explosions scolaires, mixité et autres défis : le second degré pour tous et pour toutes, du Plan Langevin-Wallon au début du XXIe siècle (Jean-Noël Luc, professeur émérite à Sorbonne Université)
Discussion

10h45-12h. Changer l’École par ses méthodes ?

3- De l’innovation au lieu de mémoire : l’expérience des classes nouvelles, 1949-1952 (Alix Sébastien-Akira, maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil)

4- De l’accélération au blocage de la rénovation pédagogique ? Mai 68 et ses lendemains (Youenn Michel, maître de conférences à l’Université de Caen-Normandie)
Discussion

Deuxième partie

Président de séance : Pierre Caspard, Directeur du Service d’Histoire de l’Éducation (1977-2010)

13h30-14h30. Deux défis à relever par le premier et le second cycles

5- Construire le collège unique, de la réforme Haby au début du XXIe siècle (Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon 2)

6- « 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat » (1985) ? Un nouvel élan pour l’enseignement professionnel (Stéphane Lembré, maître de conférences à l’Université de Lille)
Discussion

14h45-15h45. Deux chantiers toujours d’actualité

7- Ruptures et fluctuations dans la formation des enseignants du second degré, de la création du CAPES (1950) au début du XXIe siècle (Jean-François Condette, professeur à l’Université de Lille)

8- Le ministère de l’Éducation nationale. Décentralisation, contractualisation, mise en cohérence des politiques publiques (Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale)
Discussion

16h – Conclusion – Antoine Prost, professeur émérite à l’Université Paris 1

https://www.aphg.fr/Journee-d-etude-APHG-Coup-d-oeil-sur-les-politiques-scolaires

Entre la Libération et la commotion provoquée par la crise sanitaire, l’École française connaît le plus grand bouleversement de son histoire. À partir des années 1950, le système hérité du long XIXe siècle scolaire est miné par l’élargissement social considérable de la scolarisation post-élémentaire, y compris pour les filles, le décloisonnement du premier cycle du second degré, sanctionné par la mise en place du « collège unique » en 1975, et l’intérêt croissant pour la formation de la main-d’œuvre. Les deux « explosions scolaires », au cours des années 1950-1960, puis 1985-1995, profitent notamment du développement des nouvelles filières préparant à la vie active, dans le second cycle comme dans le supérieur. La seule proportion des bacheliers par classe d’âge illustre cet avènement d’une « École de masse » : 80% en 2019, contre 26% en 1980 et 5% en 1950, avec une nette supériorité des filles, devenues majoritaires parmi les lauréats au cours des années 1970.

Parallèlement à cette expansion numérique, le système scolaire est profondément remanié dans ses structures et sa gouvernance. Disparaissent alors l’école de Jules Ferry, intégrée au « premier degré », le lycée de Bonaparte, déjà réformé un siècle plus tard et désormais banalisé par la multiplication des établissements et leur repli sur le second cycle, ainsi que les universités de la Troisième République, juxtaposant des facultés autonomes. Le pilotage de l’institution est lui aussi remodelé, par la déconcentration, depuis les années 1960, la décentralisation, à partir de 1982, puis de 2004, et l’influence du néolibéralisme, plus ou moins forte selon les gouvernements depuis la fin du XXe siècle.

Le déroulement de la scolarité et les méthodes évoluent également. La mixité se généralise à partir des années 1950. L’orientation scolaire touche, par étapes, l’ensemble des usagers du premier cycle. Le retard scolaire, l’échec et les limites du redoublement attirent de plus en plus l’attention. Relancée avant les événements de 1968, la rénovation pédagogique se poursuit temporairement dans leur sillage, puis redevient d’actualité, par moments, à partir de 1989. Introduit dans les filières technologique (1965) et professionnelle (1985), le baccalauréat n’échappe pas au mouvement, y compris dans la filière générale, où les séries sont deux fois remaniées, avant d’être supprimées en 2018.

La massification du système scolaire rejaillit sur ses personnels, dont les effectifs explosent à tous les niveaux, sur fond de féminisation croissante. La fonction enseignante est à la fois banalisée, plus complexe et davantage professionnalisée, même si les IUFM et leurs successeurs ne parviennent pas à créer une identité professorale commune, articulant autrement bagage disciplinaire et nouvelles compétences.

L’École de masse est souvent accusée de tous les maux. D’aucuns lui reprochent de saper les bases culturelles de la nation, par le nivellement des cursus, le « pédagogisme » et le recul du savoir. D’autres l’accusent au contraire d’instaurer une « démocratisation ségrégative » en préservant, contre la rénovation, des contenus et des pratiques hérités d’un système élitiste, donc inadaptés à des publics venus d’horizons sociaux et géographiques élargis, avec des cultures et des besoins spécifiques.

Les dysfonctionnements du système scolaire sont connus, comme le rapprochement insuffisant des cursus et des résultats selon les origines sociales ou géographiques et le sexe. Mais le réquisitoire ne devrait pas oublier l’ampleur du défi, quantitatif et qualitatif, de la massification, ni les contraintes subies par une institution immergée dans une société inégalitaire, connectée et fragmentée par le recul du consensus républicain laïque. Et cette institution n’est pas restée passive, comme le montrent, entre autres, les multiples dispositifs de lutte contre l’échec scolaire, l’accroissement de l’accueil des enfants « à besoins éducatifs particuliers », la valorisation de l’activité des élèves et du travail interdisciplinaire, le développement des filières techniques et professionnelles ou la participation des représentants des élèves et des parents à la vie de l’établissement. Au début du XXIe siècle, des experts considèrent toujours l’École comme la principale alliée des familles les moins dotées en ressources économiques, culturelles et relationnelles, notamment en raison de sa capacité d’intervention autonome, grâce à l’engagement quotidien d’une grande partie de ses personnels aux niveaux stratégiques de l’établissement et de la classe.

Même si la scolarisation est le fruit, depuis le début du XIXe siècle, d’une coproduction, où les acteurs locaux, dont les familles, interviennent largement, l’État a beaucoup contribué à sa progression, puis à la mise en place d’une École de masse. Par son engagement financier, des politiques volontaristes ou des mesures ponctuelles, aux retombées cependant variables selon les sujets et les époques. Cette rencontre évoque quelques-unes des décisions prises depuis le milieu du XXe siècle. Comme le cadre horaire et la profusion des réformes imposaient des choix, trois démarches ont été retenues : une vision panoramique, une séance autonome sur les questions pédagogiques, afin de rappeler leurs enjeux politiques et sociaux, des synthèses sur certaines questions essentielles. Le recours à l’histoire de l’éducation ne se limite pas, ici, à quelques allusions au début de l’étude détaillée de l’École d’aujourd’hui. On espère qu’il aidera des enseignants à mieux situer leur profession, donc une partie de leur destin, et leurs pratiques dans la longue odyssée de la scolarisation française.

Journée d’études – « Les acteurs collectifs dans la fabrique d’éducation », 7 octobre 2021.

Journée d’études organisée par l’ATRHE (association transdisciplinaire pour les recherches transdisciplinaires sur l’histoire de l’éducation) et TEMPORA

Jeudi 7 octobre 2021 (lien zoom sera envoyé quelques jours avant)

Les acteurs collectifs dans la fabrique d’éducation

Contact : patricia.legris@univ-rennes2.fr

Cette journée d’études s’inscrit dans la continuité du séminaire mis en place par l’ATRHE depuis 2017 et qui invite des chercheurs de sciences sociales à échanger sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques de leurs recherches à caractère historique récentes ou en cours. Il a été décidé, pour l’année 2019-2020, de « délocaliser » cette initiative en Bretagne à l’Université de Rennes-2 en concentrant les interventions en une journée de présentation et de débats. Reportée à deux reprises à cause de la crise sanitaire, la journée se tient en distanciel le jeudi 7 octobre 2021.

La thématique commune aux interventions est celle des acteurs collectifs, qu’ils constituent un groupe professionnel structuré ou non, comme producteurs des politiques éducatives à l’époque contemporaine. Il est question de s’interroger sur la marge de liberté, la capacité d’initiative et de contournement dont disposent différents groupes étudiés lors de cette journée d’études. Sont-ils de simples exécutants ou des initiateurs, des « street level bureaucrats » (Lipsky) capables d’interprétations diverses selon les contextes, des résistants à des injonctions nationales (Barrault-Stella) ? Quelles conditions (techniques, financières, personnelles) doivent être réunies pour qu’une politique éducative puisse aboutir et être exécutée correctement (Callon) ? De quelles propriétés sociologiques disposent ces acteurs collectifs qui participent à des formes diverses d’éducation ? L’éducation sera ici envisagée à la fois dans sa dimension scolaire instituée dans plusieurs pays (Etats-Unis et France notamment) mais également dans sa dimension extra-scolaire, au sein de l’intimité des familles, des groupes collectifs.

Matinée

9h : Ouverture du lien visio pour la journée

9h15 :  Introduction de la journée par Renaud d’Enfert (UJVP), président de l’ATRHE, et Patricia LEGRIS (Rennes-2, TEMPORA)

9h30 : Caroline MULLER (MCF Histoire, Rennes-2), « Faire des hommes moraux. Confesseurs et directeurs de conscience dans l’éducation des garçons au XIXe siècle »

Si l’éducation des filles de la bourgeoisie est désormais bien connue (Rogers, 2007), celles des garçons reste moins explorée, en particulier sous l’angle de l’articulation entre fabrique des masculinités, autorités religieuses et acteurs éducatifs. Les archives du for privé (correspondances, journaux personnels) permettent d’observer comment dialoguent les familles et le clergé au sujet de l’éducation des garçons : choix de leur précepteur, choix d’une institution, inquiétudes scolaires et projets de carrière.

10h : Solène TOUCHE (Master d’histoire Université Rennes-2, professeure certifiée), « Les institutrices des écoles maternelles au tournant des XIXe et XXe siècles, relais des politiques de la petite enfance »

 L’école maternelle, qui naît en France d’un ensemble de textes publiés en 1881 et 1882, se dote dès sa création d’un personnel spécifique exclusivement féminin. L’autorité scolaire voit dans ces femmes un levier pour promouvoir l’école laïque de la petite enfance et entend construire la figure idéale de l’institutrice de maternelle. Cependant, ce corps professionnel se structure au tournant des XIXe et XXe siècle et construit son identité professionnelle autour d’une pédagogie qui lui est spécifique. 

10h30 : Xavier RIONDET (PR Sciences de l’éducation, Rennes-2), « Changer la pédagogie du second degré par en bas. Retour sur les classes nouvelles (1945-1952) »

Dans l’histoire des réformes scolaires en France, le Plan Langevin-Wallon apparaît comme « l’aboutissement de deux courants de pensée de l’entre-deux-guerres : l’école unique pour les structures, l’école nouvelle pour la pédagogie » (Prost, 1968, pp.420-421). Si le Plan remis en 1947 ne fut pas appliqué, il incarne à cette époque la montée en puissance dans l’appareil scolaire français des acteurs défendant l’École Unique et ceux engagés dans les mouvements de l’Éducation Nouvelle. La trace de ces réseaux ne s’est pas cantonnée au Plan de réforme évoqué. Créées en parallèle de la Commissions Langevin-Wallon, les classes nouvelles de la Libération (1945-1952) occupent également une place originale dans l’histoire de l’éducation française. Symbolisant aux yeux de beaucoup de militants pédagogiques la rencontre entre l’Éducation Nationale et l’Éducation Nouvelle, ces classes expérimentales ouvrent à partir de 1945. Pendant plusieurs années, le déploiement de ces classes sur le territoire français contribue à faire évoluer la manière de concevoir l’enseignement et la pédagogie dans le second degré. Cette communication se propose de revenir sur le contexte de ces classes d’expérimentations et leur déploiement, et d’observer en quoi l’évolution des pratiques y est envisagée d’une manière singulière, par des moyens originaux : stages, revues pédagogiques, coordination, travail d’enquêtes, etc.

11h : Pause

11h15 : Discussion de la matinée : Jean Le Bihan

11h40 : Débats et discussion avec les participant.e.s

12h / 13h45 : Pause déjeuner

Reprise 13h45

13h45 : Sonia BIROCHEAU (MCf civilisation américaine, UPEC), « Agir pour le progrès social en milieu scolaire : les directeurs de Chicago face à la redéfinition des mission sociales des écoles publiques (années 1890-1920) »

Au tournant du XXe siècle, aux États-Unis, dans un contexte de forte immigration et de croissance urbaine et industrielle, les missions sociales attribuées aux écoles publiques évoluent. Outre la dispense d’une forme d’instruction en journée durant l’année scolaire, les établissements se transforment en centres sociaux et lieux de loisirs le soir et en centres de vacances l’été, et proposent divers programmes d’aide sociale aux enfants les plus démunis. Les travaux retraçant l’évolution des missions sociales des écoles publiques états-uniennes ont souvent fait état du rôle majeur joué par différents réformateurs et groupes de citoyens engagés. À partir du cas de Chicago, la présente communication montrera que les directeurs d’école élémentaire sont également à l’origine de nombreuses initiatives et occupent une place centrale dans une variété de programmes mis en place dans les premières décennies du XXe siècle.

14h15 : Edenz MAURICE (agrégé et docteur en histoire, chercheur associé au CHSP-IEP de Paris), « Les hussards créoles de la République. Enseignantes et enseignants en Guyane dans les années 1930 ».

L’ordre socio-racial qu’implique l’entreprise coloniale s’est souvent traduit dans l’ensemble impérial français par la juxtaposition aux colonies de deux systèmes scolaires publics, l’un destiné avant tout à la formation des natifs métropolitains, l’autre aux populations autochtones. Dans ce second cas, les travaux les plus récents s’accordent à mettre en lumière la faiblesse des effectifs scolarisés, au sein desquels les filles se révèlent les plus mal loties, ainsi que les contenus rudimentaires et utilitaires des enseignements afin d’inculquer « la grammaire de la distinction coloniale ». Cette communication entend montrer combien les enseignantes et les enseignants créoles en Guyane prennent dans les années 1930 leur distance avec cette injonction. Ces acteurs éducatifs ne craignent pas en effet de pousser leur public très loin dans les performances scolaires et dans les désirs d’ascension sociale.  

14h45 : Xavier Sido (MCF en sciences de l’éducation, Université de Lille, CIREL-Théodile), « Interpréter les programmes de mathématique modernes, au prisme de l’apprentissage professionnel et du profil des élèves, en échec, un défi pour les enseignants de la filière professionnelle scolarisée (1972-1981) ».

Consécutivement à la réforme des mathématiques modernes, au début des années 1970, les enseignants de mathématiques de la filière professionnelle scolarisée sont contraints à mettre en œuvre de nouveaux programmes faisant la part belle à l’abstraction et la théorie. Les recommandations lapidaires qui accompagnent ces textes les amènent à interpréter ces prescriptions en vue de leur opérationnalisation au prisme d’un double enjeu propre à cette filière : l’articulation à la formation professionnelle et le public perçu comme en échec, principalement en mathématique.

15h15 : Pause

15h30 : Discussion (Marie Vergnon, MCF Sciences de l’éducation Université de Caen, à confirmer)

15h50-16h15 : Discussion et échanges avec la salle

16h15-16h30 : Conclusions et pistes à venir par Rebecca Rogers (PR Sciences de l’éducation, Université Paris-Descartes)

Fin de la journée : 16h30

Journée d’études – « Ecrire une histoire de l’éducation en Europe », Université d’Artois, 13 octobre 2021

Les personnes intéressées sont les bienvenues ; pour tout renseignement : jerome.krop@univ-lille.fr ou stephane.lembre@univ-lille.fr

Programme

Matinée

Mot d’accueil 

9h15    Introduction : motivations et objectifs de la journée. Jérôme Krop, Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

9h30    L’histoire de l’éducation dans l’EHNE : bilan et perspectives. Isabelle Matamoros (EHNE, Université Paris-Sorbonne)

10h      Écrire une histoire de l’éducation en Europe : retour sur deux notices par leurs auteurs. Renaud d’Enfert (CURAPP-ESSS, Université Picardie-Jules Verne) ; Antonin Dubois (EHESS)

11h      Regards sur l’axe Histoire de l’éducation d’EHNE et les notices. Solenn Huitric (ECP, Université Lyon 2), François Mathou (IRHiS, Université de Lille), Anne Jusseaume (CREHS, Université d’Artois)

Après-midi

13h30  Des circulations transnationales d’idées et de pratiques éducatives à l’échelle européenne ? L’exemple de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités (1918-1970). Marie-Elise Hunyadi (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Damiano Matasci (Université de Genève)

14h15  Les industriels, des acteurs de l’éducation ? La formation professionnelle au prisme des circulations européennes (1957-1975. Vera Léon (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

15h30  The shy child: European dimensions of personal histories. Pieter Verstraete (Université de Louvain). Discutant : Yacine Tajri (ACP, Université Gustave Eiffel)

16h15 Enseigner l’Europe aujourd’hui : présentation d’un ouvrage collectif récent. Sébastien Ledoux (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Discutant : Jérôme Krop (CREHS, Université de Lille)

Conclusions provisoires. Jean-François Condette (IRHiS, Université de Lille)

Le laboratoire CREHS est associé depuis 2019, par l’intermédiaire de deux enseignants-chercheurs, au projet EHNE. Créé en 2012 dans le cadre des Investissements d’avenir, EHNE entend proposer une nouvelle histoire de l’Europe, conçue dans une perspective globale et dépassant la seule dimension institutionnelle. L’encyclopédie numérique EHNE propose des approches transversales de l’histoire européenne du genre, des guerres, de l’art, des circulations et des réseaux, des grandes idéologies et débats politiques. Elle s’intéresse aux fondements culturels et religieux de l’Europe et porte un regard sur les relations entre l’Europe et le reste du monde. Dans cette perspective, les responsables d’EHNE ont décidé, début 2019, de développer un pôle « histoire de l’éducation » pour l’Encyclopédie numérique d’histoire de l’Europe en sollicitant les chercheurs de l’axe « histoire de l’éducation » du Centre de Recherches et d’Etudes Histoire& Société (CREHS). Jérôme Krop et Stéphane Lembré (CREHS) ont été chargés de la conception et de la coordination scientifiques de blocs de notices sur l’histoire de l’éducation en Europe ; projet qui rassemble désormais, sous l’impulsion de quatre responsables éditoriaux (Véra Léon, Isabelle Matamoros, Jérôme Krop et Stéphane Lembré), une trentaine de contributeurs issus d’universités françaises et étrangères, et a permis la production de plus de trente notices en français et en anglais : https://ehne.fr/theme/education-enseignement-et-formation. À ce projet, sous l’impulsion de l’équipe de pilotage de l’EHNE, se sont ajoutées d’autres réalisations (accueil d’une chercheuse suisse en délégation, Raphaëlle Ruppen-Coutaz, journée sur les manuels scolaires en Europe…).

Enjeux de la journée :

L’objet de la journée d’études arrageoise, accueillie dans les locaux de l’Université d’Artois, consiste, en s’appuyant sur un bilan du travail de conception du thème « Education, enseignement, formation », à réfléchir sur les chemins empruntés en matière de comparaison historique des idées et des pratiques éducatives, des structures des systèmes éducatifs européens et des enseignements, ainsi que des formations professionnelles. À partir d’une réflexion associant des historiens impliqués dans la production des premières notices et des chercheurs posant un regard extérieur sur le travail déjà réalisé, les échanges porteront notamment sur les conditions de possibilité, les modalités de construction et d’écriture des notices. Il s’agit en somme de passer d’une démarche empirique, tâtonnante, qui s’est concrétisée dans l’écriture d’une série de notices par des chercheurs aux méthodologies et aux objets variés, à une réflexion d’ensemble sur ce que signifie une histoire de l’éducation à l’échelle européenne. La journée permettra, en ce sens, de mettre en perspective les enjeux d’une histoire européenne de l’éducation et de constituer un réseau de recherche avec des partenaires scientifiques.

Cette histoire européenne peut s’envisager sous plusieurs angles. Le premier renvoie à la comparaison entre les constructions nationales de systèmes éducatifs contemporains de l’affirmation des États-nations. Comme l’ont confirmé plusieurs travaux récents, ces constructions nationales intègrent des comparaisons dont les modalités et les effets demandent des études fouillées : le cas des circulations pédagogiques entre la Suisse et la France, par exemple, a été l’objet de travaux stimulants dans cette perspective. Il s’agit aussi de suivre des acteurs transnationaux, qu’il s’agisse d’individus (administrateurs, savants, enseignants, …) ou des groupes (associations, groupe international, …). Enfin, différents travaux, encore peu nombreux, s’attachent désormais à envisager d’emblée l’échelle transnationale, à travers par exemple la place de l’éducation dans la construction européenne, ou le dispositif Erasmus créé en 1987.

Journée d’étude – « Quelle école pour quelle société ? Rôle et enjeux de l’Éducation nouvelle aujourd’hui », INSPE de Créteil, juin 2021

Quelle école pour quelle société ? Rôle et enjeux de l’Éducation nouvelle aujourd’hui.Le groupe de réflexion Enseigner autrement : émancipation, coopération, autonomie – Éducation Nouvelle et pédagogies «alternatives» et l’ ACLlPE ont le plaisir de vous inviter à une journée d’étude et d’échanges organisée le 23 juin à Livry-Gargan, avec le soutien de l’INSPE-UPEC et du LIS (Lettres, Idées, Savoirs – EA 4395).

Journée d’études – « Action sociale et régulation de la famille (XIXe-XXIe siècles) », 15-16 juin 2021

Mardi 15 juin

• 9h15-9h30 Fabrice Cahen et Lola Zappi : Introduction générale

Les territoires des politiques familiales

  • 9h30-10h Anne Hugon (IMAF, Université Paris 1) : Un « malentendu productif » ? Convergence entre autorités coloniales et populations colonisées sur l’augmentation des naissances (Gold Coast, années 1910-1950)
  • 10h-10h30 Nicole Bourbonnais (Graduate Institute of Geneva) :Tales from the Field: Community Outreach and the Global Family Planning Movement
  • 10h30-11h Hélène Frouard (historienne et journaliste) : La politique familiale française en proie à ses contradictions : le cas des départements d’outre-mer (1950-1980)
  • 11h00-11h30 : Discussion

La réception des normes familiales

  • 11h45-12h15 Caroline Rusterholz (University of Cambridge) :Modèles de parentalité et comportements reproductifs en Suisse (1955-1970)
  • 12h15-12h45 Angèle Jannot (CRESPPA, INED) :Appropriation et réinterprétation des normes de bonnes dépenses pour les enfants dans les budgets des familles
  • 12h45-13h15 : Discussion

    Assistantes sociales et régulation des formes familiales
  • 14h30-15h Lola Zappi (CRIDUP/LabEx iPOPS) :Les assistantes sociales face aux familles nombreuses dans l’entre-deux-guerres
  • 15h-15h30 Amelia Lyons (University of Central Florida) :Le Service des Centres sociaux : Social Action and Algerian Families at the height of the Algerian War (1956-1962)
  • 15h30-16h Fanny Gallot (CRHEC, Université Paris-Est Créteil) :« Problèmes de la naissance » au Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) Pauline Roland des années 1970 à la fin des années 1980
  • 16h-16h30 : Discussion

Mercredi 16 juin

Modèles familiaux des acteurs associatifs

  • 9h30-10h Julien Caranton (LARHRA, Université Grenoble Alpes) :« Scruter la conduite publique et privée des sociétaires ». Les mutualistes et la régulation du comportement des familles ouvrières (Grenoble, XIXe siècle)
  • 10h-10h30 Fabio Macedo (Ehess/Crh) :Familles adoptantes, médecins, philanthropes et le façonnement par le bas de l’adoption d’enfants dans l’entre-deux-guerres en France

Acteurs médico-sociaux et maîtrise de la fécondité

  • 10h45-11h15 Cyrille Jean (Centre d’histoire de Sciences Po) :« Vous ne devriez pas avoir d’enfants » : transformations des conseils matrimoniaux médicaux sur l’hérédité dans l’après-guerre
  • 11h15-11h45 Nathalie Sage-Pranchère (CNRS, UMR7219 Sphère) :Sages-femmes et promotion de la contraception (années 1970-2000)
  • 11h45-12h15 : Discussion des deux séances
    12h15-12h35 Delphine Serre (Université de Paris, CERLIS) : Les théories du contrôle social à l’épreuve du terrain. Retour sur enquêtes
  • 12h35-12h50 : Conclusion générale

Journée nationale des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation de l’ATRHE – 7 juin 2021

La Journée nationale des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE) aura lieu le lundi 7 juin 2021 à partir de9hen visioconférence sur zoom.
Vous trouverez ci-dessous le lien de connexion et, ici, l’affiche de cette journée, qui en détaille le programme.
https://zoom.us/j/97676053492?pwd=OEhvRnJNVTRJRVRXTFRwQUt6TTQrUT09
ID de réunion : 976 7605 3492

Nous restons à disposition pour toute demande de précision concernant cette journée. 
Angélique Blanc-Serra, Solenn Huitric et Sébastien-Akira Alix

Journée d’études – « Paroles d’acteurs » de l’Education nationale

En partenariat avec les Archives nationales, le Comité d’histoire du ministère de l’Éducation nationale vous invite, le 11 juin 2021, à une journée d’étude : «Paroles d’acteurs» de l’Éducation nationale. Finalités et modalités de la relance d’une collecte d’archives orales (1988 à nos jours).

Cette journée sera organisée en mode « hybride », combinant présence restreinte sur le site des Archives nationales et accès en Visioconférence. Le programme est disponible ici.

Pendant plus de vingt ans, le Service d’Histoire de l’Éducation (SHE) a mené une collecte d’archives orales auprès des témoins et des acteurs des politiques de l’éducation depuis 1945. Il s’agissait à la fois de recueillir les témoignages des responsables du système éducatif, de créer des sources qui permettraient aux historiens contemporains ou du futur d’écrire l’histoire du système éducatif et de comprendre le processus de décision pour compléter les sources écrites qui ne rendent que partiellement compte du fonctionnement administratif et politique. En 2011, lorsque disparaît avec l’INRP la mission d’archives orales du SHE, le fonds réunit les entretiens de 283 acteurs représentant plus de 1100 heures d’enregistrement. En novembre 2017, le transfert du fonds aux Archives nationales a marqué la dernière étape d’une chaîne de production d’une enquête orale devenue archive patrimonialisée et «source» pour les historiens.

Le Comité d’Histoire de l’Éducation nationale a fixé dans ses priorités la relance de cette collecte. La journée d’étude vise à faire le bilan des archives orales collectées d’un point de vue méthodologique, scientifique et archivistique afin de définir les modalités et les objectifs de la nouvelle campagne d’entretiens. En partant des objectifs de départ et de l’expérience du SHE, il s’agira d’analyser le traitement archivistique et les usages scientifiques du fonds et plus largement des entretiens oraux dans l’écriture de l’histoire de l’enseignement et de son administration à partir de retours d’expérience et d’études de cas.

Journée d’études – Les écoles de cinéma au XXe siècle: objet d’étude privilégié pour une histoire transnationale des circulations artistiques et politiques

Le 24 novembre 2020 a eu lieu une journée d’études intitulée « Les écoles de cinéma au XXe siècle: objet d’étude privilégié pour une histoire transnationale des circulations artistiques et politiques ».

Le programme est disponible ici.

Objet de recherche peu présent à la fois dans les travaux sur l’histoire du cinéma ainsi que dans les études d’histoire culturelle et politique, les écoles de cinéma ont pourtant constitué des institutions incontournables de transmission et de formation de plusieurs générations de professionnels du cinéma du XXe siècle. En 2010, dans son article “Theory, Practice and the Significiance of Film Schools” (Scandia 76-2, p. 31-46), Duncan Petrie regrettait ce manque d’intérêt : « Film schools have had considerable impacted on wider stylistic trends, production practices, national cinemas, and film-making movements, yet within most historical accounts of cinema, film maker’s education has tended to be treated as a minor biographical detail or is simply assumed to be one aspect of the on-the-job skills-acquisition”.

Outre l’importance que revêt cette étape de formation essentielle pour comprendre la trajectoire d’un artiste, il nous semble surtout que les dimensions culturelles, politiques et sociales des réseaux constitués par l’intermédiaire de ces écoles ont été sous-évaluées. Ces écoles qui apparaissent dans différents pays dès l’entre-deux-guerres (URSS, Italie), se multiplient à partir des années 1940. Ce phénomène s’inscrit temporellement dans deux mouvements intrinsèquement liés : d’une part l’émergence de la Guerre froide durant laquelle la compétition des idées et des imaginaires a touché le médium cinématographique dans tous ses aspects et par conséquent également la formation aux métiers du cinéma ; et d’autre part à l’accroissement des mobilités étudiantes dues, entre autres, aux décolonisations.

Notre objectif est de mieux cerner la manière dont les écoles et les acteurs de ces écoles – en particulier les étudiants – ont été des vecteurs de savoir-faire, de pratiques, et d’imaginaires sur le plan aussi bien artistique que politique et ont pu constituer les bases d’un réseau de professionnels encore actifs aujourd’hui. Revenant sur la trajectoire d’enseignants et étudiants des écoles de cinéma essentiellement dans le second XXe siècle, les intervenantes de cette journée d’étude interrogerons les conséquences et les traces de ces circulations transnationales. Elles présenteront également le corpus de documents et de films qui peuvent nourrir cette histoire.

JE – Socio-histoire des éducations différenciées. Engagement(s) professionnel(s), processus itératifs et perspectives méthodologiques », 17 nov. 2020, Ecole pratique de service social, Cergy

La « Socio-histoire des éducations différenciées » est un projet mobilisant des enseignants chercheurs et des jeunes chercheurs afin d’étudier les espaces éducatifs de manière transversale et comparée, notamment auprès des populations dites vulnérables ou à risque. Dans cette perspective, cette journée d’études portera sur les formes d’engagement professionnel et les dimensions méthodologiques relatives à ce type de recherche. La journée permettra d’entendre des enseignants chercheurs, ayant un regard éclairant sur les questions relatives à l’engagement et aux processus socio-historiques en éducation. Un atelier d’échanges avec des professionnels expérimentés issus de différents champs de l’éducation permettra de croiser les regards sur les formes d’engagement professionnel. Cette journée d’études bénéficie du soutien de CY Advanced Studies, du laboratoire EMA (EA 4507) et de l’EPSS.

Programme

9h – Accueil

9h15 – Propos introductifs

9h30-11h – Conférence de Roger Sue, Professeur des Universités, Université de Paris, « Lien social et régime de connaissance »

11h15-13h – Atelier d’échanges. « Les différentes formes d’engagement professionnel »

Participants : Dominique Girard, Conseillère technique PJJ ; Jean-Marc Glénat, formateur IFME de Nîmes, Docteur en sociologie ; Florence Janssens, Inspectrice honoraire, Conseillère technique ASH ; Jérôme Rigaut, formateur à l’EPSS.

13h-14h – Déjeuner

14h-14h30 – Temps de restitution sur la matinée

14h30-16h – Conférence d’André Robert, Professeur émérite, Université Lumière Lyon 2 , « Retour sur une recherche pluridisciplinaire spécifique : un philosophe à Lyon dans le mouvement de mai 68 »

16h – Fin de la journée d’études

Inscription gratuite et obligatoire auprès de Jean-Philippe Legois : jean-philippe.legois [at] cyu.fr. La journée d’études se tiendra en présentiel et à distance.

JE – « Pierre Jartoux (1169-1720), jésuite originaire d’Embrun, scientifique en Chine », 8 août 2020 (Embrun, Hautes-Alpes)

Le samedi 8 août 2020, à Embrun (Hautes-Alpes), se tiendra une journée d’étude sur l’activité des jésuites scientifiques en Chine aux XVIIet XVIIIsiècles, à partir du cas particulier du père Pierre Jartoux (Embrun, 1669 – Pékin, 1720), avec la participation d’universitaires, historiens et archivistes, est organisée par le diocèse de Gap et Embrun, en partenariat notamment avec la ville et le Pays S.U.D.

Ce colloque se tient en présence de Mgr Xavier Malle, évêque du diocèse de Gap (+Embrun), de S.E. le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque émérite de Bordeaux et de Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes.

  • 8 h 45 : accueil
  • 9 h : ouverture du colloque par madame Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil Régional, maire d’Embrun Ou Mme Jehanne Marrou, adjointe chargée de la culture
  • 9 h 15 Introduction Bernard Busser, président de la journée
  • 9 h 30 L’aventure d’une vie, le père Pierre Jartoux, d’Embrun à la Chine Pierre Jartoux, ingénieur Arts et Métiers
  • 10 h 15 Les pères jésuites haut-alpins dans l’histoire du diocèse de Gap, Père Pierre Fournier, prêtre du diocèse de Gap, historiographe diocésain
  • 11 h 15 Jean-Joseph Rossignol (1726-1815) : de La Vallouise au monde, un itinéraire jésuite, Luc-André Biarnais, Archiviste diocésain
  • 12 h : table ronde, échanges avec le public.
  • 12 h 30 : buffet offert, sur place.
  • 14 h 15 Messe du samedi à la cathédrale Notre-Dame du Réal pour ceux qui le souhaitent. 
  • 15 h 30Le parcours du père Jartoux en Chine, Isabelle Landry, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine et École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • 16 h 15 Le rôle des collèges jésuites dans l’élan missionnaire de la France au XVIIe siècle, Françoise Fauconnet-Buzelin, chargée de recherches aux Missions Étrangères de Paris.
  • 17 h : pause
  • 17 h 30 Un mathématicien en Chine au XVIIe siècle, Anne Tarpent, professeur de mathématiques en retraite. Auteur de recherches historiques en musique et en sciences
  • 18 h 15 Construire des ponts dans un monde divisé : les jésuites en Chine, nos contemporains, Wu Huiyi, historienne à Cambridge et au Centre d’étude Chine moderne EHESS Paris
  • 19 h : table ronde, échange avec le public.
  • 19 h 30 : conclusion du colloque.

JE – « La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) », 27 mars 2020, reporté au 9 octobre 2020, Université d’Artois.

La journée d’étude s’intéresse à ce qui compose le quotidien des étudiant(e)s jusqu’à aujourd’hui : les difficultés matérielles et universitaires, les différents modes d’intégrations et leurs engagements dans la vie de leur ville et de leur pays.

Reporté au 9 octobre 2020

Programme

  • A partir de 08h45 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois (Salle R1)
  • 09h20-09H30  Mot d’accueil par le Professeur Charles GIRY-DELOISON, directeur du CREHS de l’Université d’Artois
  • 09h30-09h45 Introduction de la journée par Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante  

Modératrice :  Carole CHRISTEN, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille, laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529-UDL) 

  • 09h45-10h10 Jacqueline ESTRAN, maîtresse de conférences en langue et littérature chinoises à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, laboratoire IETT (EA 4186)  – Les étudiantes de l’Institut franco-chinois (1921-1946) : conditions de vie et d’études et intégration à l’université française.
  • 10h10-10h35 Arnaud DESVIGNES, enseignant certifié au collège-lycée Stanislas, Paris ; docteur en histoire contemporaine Paris-Sorbonne, chercheur rattaché au laboratoire CAREF (université de Picardie) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris-Sorbonne) – « Les damnés de la thèse ». La vie quotidienne d’un enseignant-étudiant inscrit en thèse d’État (1880-années 1990).
  • 10h35-10h45  Questions et débats avec la salle
  • 10h45-11h00  Pause

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante –suite-

Modératrice : Stéphanie DAUPHIN, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 11h00-11h25  Marie-Elise HUNYADI, ATER en Sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, docteure en sciences de l’éducation (Genève-Paris-Descartes), laboratoire CERLIS (UMR 8070) –Paris-Descartes – Soigner les étudiantes parisiennes durant l’entre-deux-guerres : l’exemple de la « Mutuelle étudiante » du Foyer international des étudiantes.
  • 11h25-11h50  Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois- Financer ses études : les « petits boulots » occupés par les étudiantes durant l’entre-deux-guerres.
  • 11h50-12h00  Questions et débats avec la salle
  • 12h00-13h30 Pause repas (les intervenants sont invités ; les auditeurs peuvent déjeuner au restaurant universitaire juste à côté de la Maison de la recherche)

Cultures, croyances, folklores étudiants

Modérateur : Stéphane LEMBRE, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 13h30-13h55  Virgile  ROYEN – Doctorant à l’Université de Liège – La mobilisation des étudiants de l’Université de Liège contre la ‘flamandisation’ de l’Université de Gand (1920-1923) : mouvement nationaliste ou mouvement corporatif ? 
  • 13h55-14h20  Clément MILLON, Enseignant-chercheur vacataire à l’Institut catholique de Lille –Réjouissances et fêtes dans le monde étudiant à l’Institut Catholique de Lille dans les années 1920 à 1930.
  • 14h20-14h45  Bernard GIROUX, professeur agrégé d’Histoire-géographie, docteur en histoire contemporaine (IEP de Paris), enseignant au lycée Dessaignes (Blois) – Valeurs et pratiques religieuses des étudiants français à la veille de Mai 68.
  • 14h45-15h00  Questions et débats avec la salle
  • 15h00-15h15  Pause

Engagements étudiants dans la vie de la Cité  

Modératrice : Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, maîtresse de conférences en sociologie, INSPE-Académie de Lille-HDF, laboratoire RECIFES-Université d’Artois, Centre de recherches Sociologiques et Politiques de Paris-Cultures et Sociétés Urbaines (CRESPPA-CSU)

  • 15h15-15h40   Bryan MULLER, certifié d’histoire-géographie, doctorant contractuel chargé d’enseignement à l’Université de Lorraine, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH, EA 3945)- Les contestations politiques étudiantes post-soixante-huitardes (1969-1973).
  • 15h40-16h05   Anthéa CHENINI, doctorante contractuelle à l’Université de Limoges, Groupe de Recherche et Sociologiques sur les sociétés Contemporaines (GRESCO, EA 3815) – Surveiller et produire « les gauchistes » des années 68 : les militants de l’UNEF poitevine dans le miroir du pouvoir.
  • 16h05-16h30   Jean-Philippe TONNEAU, docteur en sociologie et Post-doctorant au Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025) de l’Université de Nantes) – Les étudiants en droit d’extrême-gauche à l’Université dans les années 1970, un engagement total ? L’exemple des membres du Mouvement d’Action Judiciaire.
  • 16h30-16h45 Questions et débats avec la salle
  • 16h45-17h00  Brèves conclusions de la journée par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

JE – Artistes, artisans, pédagogues et fonctionnaires? Des instructeurs aux conseillers d’éducation populaire et de jeunesse. 75 ans d’actions culturelles singulières 1944-2019

Le Comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports avec le concours des Archives nationales organise une journée d’étude :

Le Jeudi 19 mars 2020 de 9h30 à 17h30
14, Avenue Duquesne  PARIS 75007

Artistes, artisans, pédagogues et fonctionnaires ?

Des instructeurs aux conseillers d’éducation populaire et de jeunesse  75 ans d’actions culturelles singulières 1944-2019

Programme

Accueil dès 9h – Début des travaux : 9h30

Animation/régulateur de la journée, Fabrice Landry, inspecteur jeunesse et sports*

Préambule institutionnel : Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative

9h45 Introduction par Laurent Besse, maître de conférences en histoire, IUT de Tours*

10h : Intervention de Michel Bataillon, dramaturge et traducteur : « Avec Jean Rouvet, aux Rencontres de la jeunesse européenne, été 1951 à la Lorelei. »
Un extrait du film E comme Europe sera projeté

10h30 : Intervention de Jean-Pierre Daniel, CTP cinéma : « Pédagogie de l’éducation artistique »

10h50 : Intervention de Jean Golgevit, CTP chef de choeur : « Les pratiques musicales en France et l’éducation populaire depuis la Libération »
Extrait du Canto General qui a fait l’objet de plusieurs stages au fil de la carrière de J. Golgevit et de nombreuses présentations publiques.

11h20 : Échanges avec la salle

11H45 : Clothilde Roullier, Archives nationales : « Présentation des sources conservées dans des services d’archives publics »

12h : Denise Barriolade, inspectrice principale Jeunesse et sports honoraire* présentera le recueil des témoignages de CTP effectué, la méthode, les matériaux d’archives constitués (illustration avec projection de fiches papiers et extraits d’enregistrement) avec 3 exemples significatifs commentés avec le concours de F. Landry.

Fin de la matinée : 12H45
Déjeuner libre

14H15 Reprise des travaux :
Présentation d’archives orales émanant de la collecte (20 mn) : extraits des entretiens d’Éliane Badet (CTP photo), Michel Simon (CTP cinéma), Claude Decaillot (CTP danse)

14h35 La parole d’une étudiante en histoire, Jeanne Roverc’h, à propos de son master : Les instructeurs nationaux spécialisés et les stages d’art dramatique : fleuron de l’action culturelle populaire française et moteur de l’éducation populaire (1944-1963).

14h45 François Gasnault, conservateur du patrimoine et historien : « Nohant-Verruyes, 1954-1976, du ”livre vivant” à La Geste Paysanne : quand instructeurs et conseillers techniques d’éducation populaire ressuscitaient ce « monde que nous avons perdu”… », avec le témoignage de Jean-Pierre Pottier, metteur en scène et ancien CTP, ainsi que des extraits de films.

15h45 Léo Souillès-Debats, maître de conférences en études cinématographiques évoquera l’apparition de nouvelles formes d’actions autour du cinéma (animations, éducation à l’image, actions spécifiques comme « un été au ciné », festivals de films pour la jeunesse…)

16h15 Echanges avec la salle

17h Conclusion de la journée par Laurent Besse et Martine Gustin-Fall, présidente du comité d’histoire*

*membres du comité d’histoire

****

Le programme complet est disponible ici.

Inscription gratuite et obligatoire (accès contrôlé) à retourner l’adresse : samira.hamani [at] sg.social.gouv.fr

Pour tout contact: comitehistoireMJS [at] jeunesse-sports.gouv.fr

JE – L’«éducation pour l’Europe»: institutions, acteurs et politiques

Raphaëlle Ruppen Coutaz  et Simone Paoli organise le jeudi 13 février 2020 à la Maison de la Recherche à Paris une journée d’études sur le thème: L’«éducation pour l’Europe»: institutions, acteurs et politiques

Cette journée est organisée avec le soutien du LabEx EHNE. Toute personne intéressée est bienvenue, merci de vous annoncer à l’adresse suivante: raphaelle.ruppencoutaz [at] unil.ch.

Programme:

9.00-9.15                               Introduction de la journée par Raphaëlle Ruppen Coutaz (FNS, EHNE) et Simone Paoli (Université de Pise)

9.15-9.45                                Présentation de l’Encyclopédie en ligne EHNE par Mathieu Marly (EHNE)

9.45-10.15                  Raphaëlle Ruppen Coutaz (FNS, EHNE) et Simone Paoli (Université de Pise), «De l’Éducation pour l’Europe à une Éducation européenne»

European Schools and University 

10.15-10.45                Stefanie Pukallus (University of Sheffield), «Civil Integration through Education: the Building of European Schools»

10.45-11.15                Jean-Marie Palayret (anc. Directeur des Archives Historiques de l’UE), «Une Université pour l’Europe? L’Institut universitaire européen de Florence»

11.15-11.45 Pause café

Governing education in Europe

11.45-12.15                Oriane Calligaro (European School of Political and Social Sciences (ESPOL), Université Catholique de Lille), « Les Communautés Européennes et le monde académique »

12.15-12.45                Muriel Bourdon (IUT2 de Grenoble), «Le Conseil de l’Europe, inspirateur d’une politique d’éducation»

12h45-14h00 Déjeuner

Europe in the classroom

14.00-14.30               Steffen Sammler (Georg Eckert Institute, Braunschweig) , «La révision des manuels scolaires dans une perspective européenne»

14.30-15.00                Lucia Boschetti (Università degli Studi di Bari), «European integration in Italian high school textbooks from the 2010s»

15.00-15.30               Anne Bruch (HAEU, Florence; Georg Eckert Institute, Braunschweig), «Educational Films and the European Integration Project since the 1960s»

15.30-16.00 Pause café

16.00-17.00  Conclusions par Antoine Savoye (Université Paris 8) et Antonio Varsori (Université de Padoue), puis clôture de la journée

JE des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation – REPORT

Suite à l’appel à une nouvelle journée nationale de grève le vendredi 24 janvier prochain, le bureau de l’Association Transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l’Education (ATRHE) et les organisateurs ont décidé, d’un commun accord, de reporter cette journée afin d’éviter les importantes difficultés à prévoir dans les transports et de permettre aux personnes qui le souhaitent d’aller manifester ce vendredi. Nous vous tiendrons informer de la reprogrammation de la journée.

Le vendredi 24 janvier, l’ATRHE organise sa journée annuelle « jeunes chercheurs » dont vous trouverez le programme ici. Elle aura lieu salle 536,Université Paris-Descartes 45 rue des Saint Pères, Paris 6e.

Intitulée « Epistémologies et mises en pratique », la journée est conçue comme un espace de discussion des recherches en cours en histoire de l’éducation. Elle se veut ouverte à l’ensemble des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation ainsi qu’aux chercheurs et chercheuses abordant la thématique de l’éducation dans une perspective historique.

Le lendemain (le samedi 25 janvier 2020 à 14h) aura lieu l’assemblée générale de l’ATRHE  à l’amphithéâtre Lavoisier A (à confirmer), Paris-Descartes, 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

Elle sera précédée par une matinée d’étude intitulée « Matérialité(s) de l’école et de la culture scolaire » (9h30-12h30).

AG de l’ATRHE – 25 janvier 2020

Nous serons heureux de vous retrouver à l’occasion de la prochaine assemblée générale de l’ATRHE qui aura lieu le samedi 25 janvier 2020 à 14h à l’amphithéâtre Lavoisier A (à confirmer), Paris-Descartes, 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

 

Elle sera précédée par une matinée d’étude intitulée  » Matérialité(s) de l’école et de la culture scolaire » (9h30-12h30), dont vous trouverez le programme ici.

 

La veille (vendredi 24 janvier), l’ATRHE organise sa journée annuelle « jeunes chercheurs ». Elle aura lieu salle 536,Université Paris-Descartes 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

JE – « S’orienter, être orienté.e. Choix et contraintes des parcours des élèves et des étudiants XIXe-XXe siècle » (Arras, 29 nov. 2019)

Journée organisée par Jean-François Condette, Jérôme Krop et Stéphane Lembré (INSPE Académie de Lille Hauts-de-France, CREHS de l’Université d’Artois)

Pour tout renseignement : stephane.lembre [at] espe-lnf.fr 

Continuer la lecture de « JE – « S’orienter, être orienté.e. Choix et contraintes des parcours des élèves et des étudiants XIXe-XXe siècle » (Arras, 29 nov. 2019) »

JE – « Les enseignantes en France : sexe, genre et identité (2/2) : la construction d’une identité professionnelle, l’intégration aux personnels d’encadrement » (Université d’Artois, 11 oct. 2019)

  • À partir de 09 h 00 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois 
  • 09 h 15 – 9 h 30 Brève introduction de la journée par Stéphanie Dauphin, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois 
 

De l’identité professionnelle à l’engagement pour l’Éducation 

Modérateur : Jean-François Condette, Professeur des Universités en histoire  contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS de l’Université d’Artois 
 
  • 9h 30 – 10 h 00 Loïc Szerdahelyi, Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université de Bourgogne-Franche-Comté, IREDU EA 7318. Une histoire « par le bas » des enseignantes en France. Le cas des monitrices d’éducation physique et sportive au milieu du XXsiècle 
  • 10 h 00 – 10 h 30 Patricia Legris, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université Rennes 2, TEMPORA. Être institutrice de maternelle : la lente constitution d’une véritable identité professionnelle (1880-1920) 
  • 10 h 30 – 11 h 00 Bérengère Kolly, Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, INSPÉ de Créteil, Université Paris Est-Créteil, Laboratoire Lettres, Idées, Savoirs. La construction d’une identité de praticiennes chez les institutrices de l’A.G.I.E.M au début du XXsiècle 
 
 
11 h 15 – 11 h 30 Questions et débats avec la salle 
11 h 30 – 11 h 45 Pause 
 
  • 11 h 45 – 12 h 15 Rebecca Rogers, Professeure d’histoire de l’éducation, Université Paris- Descartes, UMR 8070 CERLIS. Les ressorts d’un engagement : Joséphine Bachellery (1803-1872) et le radicalisme dans l’éducation des filles 
  • 12 h 15 – 12 h 45 Geneviève Pezeu, Agrégée d’histoire, Docteure en sciences de l’éducation, Université Sorbonne Paris Cité (USPC), Laboratoire CERLIS. Professeure, directrice, inspectrice : Odette Brunschwig, une femme engagée 
12 h 45 – 13 h Questions et débats avec la salle 
 
 
 

Directrice, surveillante générale, inspectrice : un métier pour les femmes ? 

Modérateur : Julien Cahon, Maître de conférences en sciences de l’éducation, 
INSPÉ d’Amiens, Université de Picardie Jules Verne, CAREF-UPJV 
 
  • 14 h – 14 h 30 Amélie Puche, Doctorante à l’Université d’Artois, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois. Les directrices des lycées de jeunes filles , des religieuses de l’enseignement laïc ? L’exemple du lycée de jeunes filles de Tours  (1883-1924) 
  • 14 h 30 – 15 h 00 Pierre Porcher, Doctorant à l’Université Sorbonne-Université, Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois. « La tête et le coeur de la maison ». Esquisse d’un portrait de groupe des directrices de lycée sous la Troisième République 
  • 15 h 00 – 15 h 30 Marlaine Cacouault-Bitaud, Professeure émérite de sociologie, Université de Poitiers, Laboratoire GRESCO. Les rapports d’inspection sur les directrices de lycée de filles : une source pour identifier les normes de genre et de classe en vigueur dans l’entre-deux guerres et les années 1960 
15 h 30 – 15 h 45 Questions et débats dans la salle 
15 h 45 – 16 h Pause 
 
  • 16 h 00 – 16 h 30 Christine Focquenoy Simonnet, Docteure en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois Mère, servante ou religieuse, les assignations institutionnelles de la surveillante générale, XIXe-XXe siècles 
  • 16 h 30 – 17 h 00 Jean-François Condette, Professeur des Universités en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS de l’Université d’Artois. « L’inspectorat en jupons et en chapeaux à plumes » : les premières inspectrices primaires et leur difficile acceptation dans le monde éducatif (1891-1914) 
 
17 h 00 – 17 h 15 Stéphanie Dauphin, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS (EA 4027). Conclusion des deux journées d’études : Les enseignantes en France : sexe, genre et identités (XVIe-XXsiècles) 

Journée d’études – Retour sur l’affaire de Creil, 1989-2019 (Amiens, UPJV, 4 oct. 2019)

  • 9h00 Accueil des participants
  • 9h30 Introduction institutionnelle UPJV, ESPE, FJJ, CAREF
  • 9h45 Introduction scientifique de la journée, Ismail Ferhat (UPJV, CAREF)

10h00-11h00 – 1re partie : De Creil à l’Elysée – Présidence : Jérôme Damblant (IA-IPR de l’Académie d’Amiens, référent
académique « Valeurs de la République »)

  • Julien Cahon (UPJV, CAREF), « Pourquoi Creil ? »
  • Ismail Ferhat (UPJV, CAREF), « Des sommets de l’Etat bousculés ? »
  • Débat

11h00 Pause

11h15-12h15 – 2e partie : Les partis politiques – Présidence : Thierry Mérel (Fondation Jean Jaurès)

  • Alan Flicoteaux (UPJV, CAREF), « Le PCF découvre un accommodement
    déraisonnable avec un islam des banlieues. »
  • Julien Cahon (UPJV, CAREF), « Le PS rattrapé par ses ‘vieilles querelles’ ? »

Débat
12h15 Repas


13h45-15h15 – 3e partie : Les sensibilités religieuses – Présidence : Corinne Vezirian (ESPE de l’académie de Lille, référente laïcité)

  • Xavier Boniface (UPJV, CHSSC), « Prudence et modération de l’Église
    catholique. »
  • Olivier Rota (Université d’Artois, IEFR), « Une communauté juive divisée. »
    Sébastien Vida (UPJV, CAREF), « Une quête de légitimités pour l’islam de
    France. »

Débat


15h15 Pause


15h30-16h30 – 4e partie : Les sensibilités philosophiques et intellectuelles – Présidence : Corinne Vezirian (ESPE de l’académie de Lille, référente laïcité)

  • Bruno Poucet (UPJV, CAREF), « Les organisations laïques : la fracture ? »
  • Sébastien Repaire (Sciences-po Paris, CHSP), « Une nouvelle ligne de
    front parmi les intellectuels français ? »

Débat


16h30 Conclusions de la journée, Sarah Croché (UPJV, CAREF)

Journée d’études – L’engagement civique de la jeunesse (Archives nationales, 4 juin 2019)

Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, salles des commissions 1 et 2
4 juin 2019, 14h-17h.Entrée libre et gratuite

Atelier coordonné par Jean-Charles Buttier, historien, professeur en lycée et chercheur associé à l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (Édhice) de l’Université de Genève

  • 14 h Myriam Bacha, responsable des actions éducatives scolaires, et Ariane Gaumont, responsable projets d’engagements, pôle Service civique et Junior association, Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris : « Les projets de la Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris : accompagner les jeunes de l’école à la vie active. »
  • 14 h 40 Jean-Charles Buttier, historien de l’éducation : « S’engager à l’école, s’engager pour l’école ? Une injonction au cœur de l’éducation à la citoyenneté. »
  • 15 h 20 Bénédicte Chéron, historienne, spécialiste des représentations du fait militaire et des relations armées-société, SIRICE (Sorbonne Université) / IESD (Lyon III) / ICP : « Service militaire et rôle social des armées : une mémoire brouillée au cœur du débat sur le SNU. »
  • 16 h Pause
  • 16 h 15 Séquence archives : présentation de fonds conservés aux Archives nationales et aux Archives départementales du Val-de-Marne (Pajep)
  • 16 h 45 Discussion générale