Parution – Science(s) et édition(s) des années 1780 à l’Entre-deux-guerres, revue « Philosophia Scientiæ »

Parution du numéro 22 (1) de la revue Philosophia Scientiæ. Science(s) et édition(s), des années 1780 à l’entre-deux-guerres, édité par Franck JOVANOVIC, Viera REBOLLEDO-DHUIN & Norbert VERDIER

Continuer la lecture de « Parution – Science(s) et édition(s) des années 1780 à l’Entre-deux-guerres, revue « Philosophia Scientiæ » »

AàC – Democratisation of science: epistemological issues and new perspectives (28-30 mai 2018)

International workshop, Université de Lyon, France

May 28-30, 2018

Description

The two-and-half-day international workshop is the closing event of the DEMOCRASCI project, which deals with the epistemological foundations and principles for the democratisation of the governance of science. Who should decide, and how, on the big priorities of scientific research in our democratic societies? Should citizen be directly involved in the decision processes, should they defer to their elected representatives and their governments, or should they defer to scientific experts? The project, at the interface between philosophy of science, political sciences and sociology of science explores views on the nature and role of science in our society underlying these various options. It aims at mapping out principles of a more democratic governance of science and at exploring its possible practical forms.      See www.democrasci.com for more details

Continuer la lecture de « AàC – Democratisation of science: epistemological issues and new perspectives (28-30 mai 2018) »

Ressource – Base de données des mathématiciens tirée de l’annuaire Laisant

Message de Laurent Rollet (Université de Lorraine) : Si vous vous intéressez à l’histoire des mathématiques aux 19e et 20e siècles, vous connaissez peut-être le mathématicien Charles-Ange Laisant (1841-1920). Militaire et mathématicien, il fut également un homme politique engagé qui passa au cours de sa vie du boulangisme au dreyfusisme puis à l’anarchisme. Par ses multiples activités éditoriales, Laisant fut un animateur et un organisateur essentiel du paysage mathématique dans les années 1880-1920. En 1902, il a publié avec l’aide d’Adolphe Bühl, un Annuaire des mathématiciens recensant les noms de près de 6500 personnes.
Plus d’informations

Continuer la lecture de « Ressource – Base de données des mathématiciens tirée de l’annuaire Laisant »

AàC – Les enseignantes en France : sexe, genre et identités (XVIe-XXe siècles)

            L’étude des enseignantes et de leur identité s’est développée dans les années 1990 avec l’introduction du paradigme du genre dans l’historiographie de l’éducation. Les travaux et les réflexions de Françoise Mayeur (L’enseignement Secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, FNSP, 1977) avaient alerté, dans les années 1970, les historiens sur la nécessité de penser ensemble le masculin et le féminin pour comprendre les réalités éducatives : « l’histoire de l’éducation féminine ne peut se passer d’une vue de la société globale et de l’histoire masculine, aussi », avertit l’historienne dans son article « L’éducation des filles en France au XIXème siècle : historiographie et problématiques », in Actes des séminaires, organisés par l’École française de Rome et l’Università di Roma – la Sapienza (janvier-mai 1985), Publications de l’École française de Rome, volume 104, n° 1, 1988, pp. 79-90). Forgée dans les années 1970 aux Etats-Unis, la problématique de genre invite à considérer le masculin et le féminin comme autant de catégories sociales et culturelles élaborées dans une relation de pouvoir.

 

Modalités pratiques de soumission d’une communication

Neuf contributions seront retenues pour cette journée. Les propositions de communications sont à envoyer à fanny.dauphin17 [at] gmail.com. Elles comprendront une présentation rapide de l’identité du possible contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire si enseignant-chercheur), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum). La date limite de proposition des communications est fixée au 30 avril 2018. Ces propositions seront ensuite examinées par le comité d’organisation qui décidera de les retenir ou non. Les actes seront publiés.

Séminaire – « Mobilités institutionnelles dans les institutions disciplinaires »

Le GRID (groupe de recherche sur les institutions disciplinaires) organise un séminaire dont les réflexions pour 2017-2018 sont consacrées aux « mobilités institutionnelles dans les institutions disciplinaires ».

La prochaine séance du séminaire aura lieu le mercredi 28 mars 2018 de 17h à 20h au 17 rue de la Sorbonne, salle Fossier (escalier C, 3e étage).

  • Jérôme Krop (Laboratoire CREHS, université d’Artois) : « La mobilité des enseignants de la première génération des instituteurs et institutrices de la Troisième République dans la Seine : un reflet de la structuration du champ de l’enseignement primaire (1870-années 1920) »
  • Mathieu Marly (IHRiS, Université de Lille) et Lionel Kesztenbaum (INED) : « Les mobilités inter-armes dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale »

 

  • Présentation du GRID : https://grid.hypotheses.org/a-propos
  • Programme du séminaire 2017-2018 : https://grid.hypotheses.org/programme-2017-2018

Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF

La BnF vient de lancer son appel à chercheurs 2018-2019 qui inclut un axe sur l’éducation populaire justement lié à ce projet. C’est le numéro 32 de la liste : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/resource/page/id/7

Il s’agit pour un doctorante ou un doctorant d’obtenir le statut de « chercheur associé » (qui permet de bénéficier d’un accès privilégié aux collections et d’un accompagnement de la recherche sans toutefois bénéficier d’une bourse de recherche) afin de réaliser un « guide numérique des sources de l’éducation populaire à la BnF ».

Les candidatures sont à adresser jusqu’au 29 avril.
Voici le descriptif du projet sur le site de l’appel :

Continuer la lecture de « Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF »

AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Vous trouverez ci-dessous un appel à contributions pour un numéro de la revue Images du travail, travail des images, consacré à l’enseignement professionnel et à l’apprentissage, envisagés dans une perspective socio-historique.

Cet appel figure ci-dessous ; il est également accessible (avec une orientation bibliographique) à l’adresse suivante : https://itti.hypotheses.org/801

Les propositions sont à envoyer jusque début septembre 2018.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Appel à articles pour le numéro n° 8 (juin 2019) de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Henri Eckert, Stéphane Lembré et Gilles Moreau

Que nous apprennent les images sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves ?

Les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement rares. En leur sein, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, également. Ce double constat est le moteur premier de ce dossier et du choix de la revue Images du travail, Travail des images pour l’accueillir.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel, histoire et sociologie

L’apprentissage et l’enseignement professionnel sont fréquentés aujourd’hui, en France, par une proportion importante de jeunes, avec 665 200 élèves en lycées professionnels en 2016 et 405 000 apprentis dans les centres de formation d’apprentis en 2015-2016. Dans un contexte de fort taux de chômage des jeunes depuis la fin du XXe siècle, ces deux voies de formation ont fait l’objet de l’attention des pouvoirs publics et de mesures nombreuses pour en transformer l’organisation. Celle-ci est d’autant plus complexe à modifier qu’elle a très progressivement conçue depuis la fin du XIXe siècle, sans nécessairement de schéma d’ensemble. Le plus souvent, réformes et déclarations d’intentions – que l’on pense par exemple à la création du baccalauréat professionnel, en 1985, ou aux nombreuses affirmations de la priorité donnée aux formations par apprentissage – réagissent à l’image dégradée de l’apprentissage et de l’enseignement professionnel, jugés à l’aune de la culture légitime que représenteraient les filières « classiques » et générales de formation, si bien qu’on ne voit plus désormais les jeunes de LP ou les apprentis qu’au regard de ce qu’ils ne sont pas plutôt qu’à l’aune de ce qu’ils sont.

Continuer la lecture de « AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images »

Colloque – « Le colloque d’Amiens, 1968-2018 », Amiens, 8 et 9 mars 2018

Les 8 et 9 mars 2018, se tiendra à Amiens, un colloque qui propose, au travers de 24 communications, d’étudier un évènement national qui s’est déroulé dans la capitale picarde, les 15 et 16 mars 1968, pour penser le changement dans le système éducatif français. Réunissant plus de 600 personnes, dont de nombreuses personnalités, issues de la Haute fonction publique, des mondes de l’éducation, de la presse et de l’entreprise, « le colloque d’Amiens » est devenu, à l’ombre de Mai 68, une référence mythique, mais n’a donné lieu à aucune étude globale. En le situant dans son contexte socio-politique national et international, cette manifestation scientifique propose donc une analyse pluridisciplinaire du jeu des acteurs et des institutions qui ont contribué au déroulement du colloque, au rôle joué par les chercheurs, les intellectuels, les praticiens, les administrateurs et les représentants de la société civile. Seront également examinées les propositions de transformation du système éducatif, miroirs des débats passés et présents, et les effets à long terme de celles-ci, en tenant compte de leur impact médiatique et de la mémoire qui en a été conservée.

Le programme complet est disponible ici.

Publication – Le roman de l’université, René Favier

Présentation de l’éditeur:

Des témoins clés, des personnages connus, des acteurs du monde scientifique sur le plan national et international : une véritable épopée, avec ses trahisons et ses réussites, qui se lit comme un roman !

L’Université Grenoble Alpes est l’une des dix plus importantes universités françaises aujourd’hui : la cinquième par sa taille, et la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en nombre d’étudiants. Elle est labellisée initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaît-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivée à ce statut d’université d’excellence ?

Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’époque et de nombreuses interviews, René Favier remonte le temps et nous dresse l’histoire de cette université depuis sa création (1339) jusqu’à nos jours.
Des rebondissements multiples et étonnants émaillent cette aventure singulière : lutte régionale pour la maîtrise des diplômes, rivalités entre professeurs, mais aussi génie et clairvoyance de ces grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la réputation d’excellence de l’université, et au-delà, du Grenoble d’aujourd’hui.

Lien vers le site de l’éditeur.

Atelier – Du passé au présent de l’éducation populaire, Témoignage de Cemea, 8 mars 2018

Le prochain atelier « Du passé au présent de l’éducation populaire » de la BnF aura lieu le 8 mars.

Thème: Cemea
Intervenant: Christian Gautellier, directeur national en charge des publications des CEMEA, responsable du pôle « Media, éducation et citoyenneté ».

Présentation: Les CEMEA (Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active) sont nés en 1937, dans le bouillonnement culturel du Front populaire. Pour la première fois en France, le droit au temps libre n’est plus réservé aux classes aisées mais à tous. Très vite se pose la question de la formation des pédagogues, hors du temps scolaire afin de donner du sens au temps libéré. C’est à quoi s’attelleront les CEMEA, en s’inspirant des courants de l’Education Nouvelle et de l’éducation populaire. Des problématiques nouvelles sont apparues depuis une vingtaine d’années et exigent des réponses appropriées : le lien entre le temps scolaire et le hors temps scolaire, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes l’éducation critique aux médias… Les CEMEA accompagnent formateurs et médiateurs, professionnels comme bénévoles, à monter des projets avec leurs publics en partant de situations vécues, en construisant des partenariats qui invitent les jeunes à prendre toute leur place de citoyens. Certains de ces projets seront présentés lors de cet atelier.

Publication – Sur l’enseignement de l’histoire, débats, programmes et pratiques du XIXe siècle à aujourd’hui, Laurence De Cock

Présentation de l’éditeur:

La réflexion politique sur l’école en général et l’enseignement de l’histoire en particulier aurait intérêt à délaisser quelque temps le domaine de la controverse stérile alimentée par quelques astrologues de la catastrophe pérorant dans Le Figaro, Marianne, ou Causeur.


En redonnant la parole au terrain, elle pourrait se targuer d’une forme d’intelligence des choses susceptible de formuler plus sereinement les questions urgentes que l’école pose aujourd’hui à la société.

C’est ce qu’ambitionne de faire cet ouvrage en proposant un retour historique sur l’enseignement de l’histoire du point de vue de ceux qui l’écrivent, l’enseignent ou l’apprennent. Il s’agit donc de donner la parole aux praticiens et usagers depuis le moment où l’histoire s’est constituée comme une discipline scolaire à la fin du XIXe siècle.

Nous y faisons ressortir la configuration des tensions et débats dont la plupart existent encore aujourd’hui sous des formes qui ne sont que recyclées ; nous y rappelons les expériences pédagogiques oubliées, les tentatives plus ou moins temporaires de bouleverser les paradigmes dominants de l’histoire scolaire ; mais nous y éclairons aussi les raisons des pesanteurs dans lesquelles s’englue souvent l’histoire scolaire, assignée à la délicate mission de garantir une identité nationale et un comportement politique codifié dans les coulisses feutrées de la République.

C’est ce jeu de miroir entre une discipline tiraillée dans ses finalités, objet de multiples récupérations et confiscations politiques, et des enseignants en prise avec des réalités autrement plus concrètes qui nous intéresse ici. Sans basculer dans la mystique de l’âge d’or d’une résistance enseignante, il s’agit de montrer qu’entre la norme et le terrain, des bribes de ruses, de contournement, d’accommodements ont toujours existé, plus ou moins silencieuses ou ostensibles, et que dans ces interstices réside la possibilité d’une réflexion sur l’enseignement de l’histoire autre que le commentaire médiatique ou la confiscation politique.

Ce livre pose quelques jalons d’une histoire populaire de l’enseignement de l’histoire depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il donne aussi à voir différentes expériences, temporalités, géographies d’une pratique scolaire de l’histoire à l’école primaire comme dans l’enseignement secondaire.

Lien vers le site de l’éditeur.

Séminaire – Anarchistes & instruction à domicile, 6 mars 2018

Dans le cadre du séminaire du laboratoire ÉMA consacré aux pratiques de non
scolarisation, la prochaine séance, mardi prochain 6 mars (Gennevilliers, 14-16h, salle A215), sera consacrée à la présentation et à la discussion d’un texte de Sylvain Wagnon (Université de Montpellier) :

Les anarchistes et l’instruction à domicile (XIX-XXe) : un mythe libertaire ?
Dans une perspective historique, notre explorons les réflexions et les actions des anarchistes à l’égard de l’instruction à domicile. En effet, dès la fin du XIXe siècle les multiples « expériences » éducatives des anarchistes français illustrent la recherche d’une autre instruction loin de l’enseignement officiel et des formes scolaires classiques mais peut-on réellement parler d’une racine et d’un modèle pour l’instruction à domicile telle qu’elle semble se développer actuellement ?

L’ensemble du programme est disponible ici.

AàC – Etre éditeur en France au XIXe siècle

L’équipe du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) organisera les 4 et 5 avril 2019 son colloque final, intitulé : « Etre éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914) ».

L’appel à communications est consultable et téléchargeable sur le carnet de recherches du projet. Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

Continuer la lecture de « AàC – Etre éditeur en France au XIXe siècle »

Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne

Comment maintenir l’École quand tout semble prêt à s’effondrer ? Comment l’École de la Troisième République a-t-elle reçu les dogmes et les ordres de Vichy ? Comment la France de l’après-guerre, enfin, a-t-elle accompagné la reconstruction des murs de celle des esprits et des corps ?

L’histoire des écoles primaires de la France des années noires (1938-1948), c’est celle du personnel et des élèves qui poursuivent leur tâche avec une endurance qui tient autant de la routine que d’une solide capacité d’adaptation. C’est aussi celle des solidarités inédites forgées à la faveur de la sauvegarde des enfants entre des territoires scolaires très diversement frappés par les drames de l’Occupation et de la Libération. C’est enfin l’histoire des visions de réforme et de reconstruction qui s’efforcent d’imaginer, en ces temps d’incertitudes, les destins possibles de l’Éducation nationale du second XXe siècle à venir.

De la Bretagne au Lyonnais, des petites communales des monts d’Auvergne aux classes marseillaises, se fait le récit d’un ordinaire recomposé au rythme du conflit. Il est tissé de rigueurs et de banalités propres à une époque saisissante, à partir de laquelle il est toujours inspirant de réfléchir le présent.

Références de l’ouvrage: Matthieu DEVIGNE, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), PUF, février 2018

Sommaire:

Continuer la lecture de « Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne »

Publication – « Manières d’apprendre (XVIIIe-XXe siècles): quand le genre s’en mêle »

Le dernier numéro de la revue Genre & Histoire porte sur les « Manières d’apprendre (XVIIIe-XXe siècles): quand le genre s’en mêle ».

Vous trouverez le sommaire ci-dessous

 

Séminaire « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne »

Vous trouverez ci-dessous les informations sur le séminaire « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu du XIXe siècle-années 1970), organisé par l’Inalco et le Groupe Afrique Océan Indien du Cessma

Lieu : Inalco, Maison de la recherche, Salle 221, 2 Rue de Lille, 75007 Paris de 14 h 00 à 16 h 00

Continuer la lecture de « Séminaire « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne » »

Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880) »

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une « éducation universelle ». La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

Conférence – De la régénération à la moralisation : histoire des écoles pour filles (1789-1830) (Caroline Fayolle, Montpellier)

Contrairement aux idées reçues, c’est sous la Révolution française que les premières écoles publiques de filles voient le jour. Objet de débats, ces dernières constituent un espace de régénération visant à faire advenir un modèle de féminité républicaine.

Plus d’information sur le site de France Culture.