Soutenance – Marie-Charlotte Allam, « Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français », Université Grenoble Alpes.

Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français

Résumé :

Cette thèse porte sur l’histoire des pratiques, des mobilisations collectives et des politiques en faveur de pédagogies qui se revendiquent comme alternatives à l’enseignement public français depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2005. Articulant une perspective de sociologie de l’action publique avec la sociologie et l’histoire de l’éducation, elle contribue à une socio-histoire du militantisme pédagogique en lien avec les transformations contemporaines des politiques scolaires et du système éducatif. La thèse étudie les interactions entre l’institutionnalisation d’une politique d’innovation dans l’Education nationale, les logiques d’appropriation par les enseignants qui l’investissent, et ses effets sur leurs pratiques pédagogiques. Pour ce faire, l’enquête se déploie sur deux terrains : elle combine l’ethnographie historique de l’expérience socio-éducative des écoles de la Villeneuve de Grenoble avec l’étude de l’élaboration de la politique nationale d’innovation et d’expérimentation par l’administration centrale.
L’analyse montre que cette politique introduit des instruments de gouvernement à distance des conduites pédagogiques, et fait reposer la responsabilité du changement éducatif sur les enseignants. Dans les écoles expérimentales de la Villeneuve, ceux-ci interprètent les normes et les instruments de la politique d’innovation au prisme de leur politisation ; ils déploient alors différentes stratégies (allant de de la résistance à l’adhésion) en vue de perpétuer leur fonctionnement pédagogique et organisationnel face aux nouvelles contraintes institutionnelles. Ce faisant, cette « mise en administration » réoriente leurs engagements pédagogiques et militants et transforme leurs pratiques éducatives.

La soutenance a eu lieu lundi 21 septembre à 14h dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université Grenoble-Alpes (tram B, arrêt Bibliothèques-Universitaires).

Jury :

  • Bertrand GEAY, Professeur en science politique, Université de Picardie-Jules Verne (rapporteur)
  • Guillaume GOURGUES, Maître de conférences en science politique,  Université Lumière-Lyon II
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur en sciences de l’éducation, Université Paris-Nanterre (rapporteur)
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche au CNRS, Pacte, Grenoble (directrice)
  • Françoise LANTHEAUME, Professeure en sciences de l’éducation, Université Lumière-Lyon II
  • Emmanuel TAÏEB, Professeur en science politique, Sciences Po Lyon (directeur)
  • Agnès VAN ZANTEN, Directrice de recherche au CNRS, LIEPP, Paris

Colloque – « Regards croisés sur les colonies de vacances », 4-5 nov. 2020,Université d’Angers

Ce colloque propose de croiser les regards que diverses disciplines des sciences humaines et sociales portent sur les colonies de vacances et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels.

Les colos : toujours d’actualité ?

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition et cet été 2020 apporte un éclairage supplémentaire à travers entre-autre les « colonies de
vacances apprenantes ». Pourtant, le départ en colonies a drastiquement diminué. On estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents. Alors « que reste-t-il de la mixité sociale des colonies de vacances ? » pour reprendre le titre d’un article du Monde en août 2017. Faut-il faire le deuil d’un modèle qui correspondrait à un moment historique dépassé aujourd’hui ? Les colonies de vacances ont pu jouer à certaines périodes un rôle d’inclusion. Sont-elles alors appelées à devenir une extension des politiques publiques d’inclusion ?

Les colos : quels modèles d’organisation ?

Un paradoxe est régulièrement mis en avant : affichées comme essentielles dans la construction subjective des enfants, leur sociabilité et leurs relations aux autres, les colonies de vacances ne cesseraient de perdre de leur popularité auprès des parents. Outre les inquiétudes de plus en plus prégnantes face aux risques et l’évolution de la morphologie des familles, les coûts des séjours sont avancés pour expliquer cette désaffection. Mais le secteur n’est pas homogène, historiquement plusieurs types d’acteurs ont organisé des colonies de vacances : des collectivités, des associations, des
comités d’entreprises (aujourd’hui comités sociaux et économiques), des entreprises qui se spécialisent sur le secteur. Toutes coexistent aujourd’hui en connaissant des bonheurs divers. Au-delà de la simple opposition secteur social / secteur lucratif, quels modèles économiques et managériaux ces différentes organisations mettent elles en place ? Avec quelles conséquences sur le jeune public accueilli et sur les propositions faites ? Quelle place aujourd’hui pour les acteurs historiques du secteur, bousculés par l’arrivée de nouveaux venus ?

Les colos : quelles inscriptions spatiales ?

Le patrimoine des colonies de vacances a fondu comme peau de chagrin. Au-delà de la problématique du coût de ce patrimoine, celuici peut-il constituer une ressource pour le territoire ? Qu’elles soient tributaires d’un parc immobilier qu’elles doivent faire vivre ou
qu’elles puissent proposer des séjours partout dans le monde, quel modèle d’organisation spatiale développent les colonies de vacances aujourd’hui ? Alors que les durées de séjour diminuent et que les aides publiques sont de plus en plus orientées vers des séjours de
proximité, comment a évolué la carte des colonies de vacances ? Quels types de distances peut-on lire entre les espaces de vie des enfants et des jeunes et les lieux de séjours ?

Autant de questions qui seront abordées lors des interventions, des discussions et de la table ronde que proposera ce colloque.

Publication – « Nos ancêtres les Gaulois ! », n° 32, Parlement[s], Revue d’histoire politique 2020

« Nos ancêtres les Gaulois ! » : la formule hante notre mémoire collective comme un élément central du discours sur l’identité porté par le roman national tel qu’il s’est longtemps écrit. Mais ces ancêtres paradoxaux – fiers de leur liberté mais désunis, attachants mais querelleurs, redoutables guerriers mais vaincus – sont le résultat d’une véritable fabrique. Cette image des Gaulois émerge dès l’Antiquité, reprise et étoffée au XVe siècle en fonction des besoins politiques et identitaires du moment, pour servir l’affirmation de la francité au siècle suivant, puis, à partir de la Révolution française et au XIXe siècle, elle s’installe durablement dans l’imaginaire politique, comme en témoigne encore le discours public depuis 1958. Ce dossier montre, par une lecture culturelle du politique, la façon dont la figure du Gaulois, siècle après siècle, a nourri les représentations et les identités nationales dans un usage politique de l’histoire. Et comment le discours sur le présent prend la voix du passé.

Parution – Stéphane Lembré et Gilles Moreau (dir.), « L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images », n°9, revue Images du Travail, 2020.

Ce numéro d’Images du travail, travail des images pose l’hypothèse selon laquelle les images informent beaucoup sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves. Une telle hypothèse est née de trois constats : d’une part, les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement peu nombreux (Caspard, 1989 ; Tanguy, 2000) ; d’autre part, et parmi ces travaux, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, s’avèrent encore plus rares. De telles images existent pourtant, et sont même parfois interrogées à l’instar de films comme La Vie par les bords, réalisé par Fabrice Cazeneuve et François Bon, sorti en 2005 et diffusé sur la chaîne Arte en 2006 ou encore des documentaires Quel travail ? (2002) et Nous les apprentis (2004) de Cyril Menegun. Les portraits de garçons et de filles en lycée professionnel au Val d’Argenteuil, dans La Vie par les bords, et d’apprentis dans les métiers du bâtiment, dans Nous les apprentis, y font écho aux parcours de formation et de travail restitués dans quelques précieuses autobiographies ouvrières (Vigna, 2016). Enfin, ces images, quand elles existent ou sont diffusées, montrent une figure très masculine de la formation professionnelle, alors que dès les années 1960 le lycée professionnel accueillait presque autant de filles que de garçons (Moreau, 1994). L’illustration de une de ce numéro l’atteste et se veut de ce point de vue un mauvais exemple de représentations, mais à dessein : le monde masculin et au-delà viril et saillant de cette affiche[1], alliant force, mécanique et technicité montre un aspirant cheminot travaillant à la lime… une lime qu’on retrouvera quelques années plus tard (1971) au cœur de L’ordre des choses, l’ouvrage de Claude Grignon consacré aux formations en CET (collège d’enseignement technique) : ce dernier y rangeait la lime « dans la catégorie des instruments d’inculcation morale, au même titre que les retenues, les devoirs supplémentaires ou les taloches » (p. 15). Une « raison technique » qui selon l’auteur était complice de la domination et qui a un temps figé la recherche sociologique sur l’enseignement professionnel avant que Lucie Tanguy ne vienne y ouvrir de sérieuses brèches (1991).


[1] Concours d’entrée au centre d’apprentissage de la SNCF, secteur matériel et traction, 1959. Affiche réalisée par Lucien Joveneaux et imprimée par l’imprimerie Maulde et Renou de Paris. Cote 6Fi 10760, Archives départementales de Charente-Maritime : https://archives.charente-maritime.fr/actualites/doc-du-mois-affiche-sncf-concours-dentree

Parution – C. Bénévent, E. Chapron, C. Boulaire, X. Bisaro (dir.), « Paroles d’élèves dans l’Europe moderne », 2020.

Policées ou révoltées, dissimulées ou mises en scène, déclamantes ou chantantes, les voix des enfants résonnent constamment dans l’espace sonore des institutions scolaires de l’époque moderne. Cet ouvrage fait le pari que ces voix disparues, dissimulées dans les sources écrites, permettent de faire bouger les lignes de l’histoire de l’éducation telle qu’elle a été écrite jusqu’à présent, d’éclairer différemment des aspects qui semblaient bien connus et de faire émerger de nouvelles questions.

En s’appuyant sur des corpus de sources qui permettent de documenter l’oralité éducative, les différentes études participent à une meilleure compréhension du rôle des institutions d’enseignement dans la construction de « l’être de langage » des écoliers à l’époque moderne, qui constitue une caractéristique forte de l’Europe de la Renaissance. Elles proposent de réfléchir à la manière dont la parole de l’élève est mobilisée dans l’enseignement de la lecture, de la rhétorique et du chant, et aux effets cognitifs de cette éducation. Toujours attentives à la manière dont ces voix sont situées dans l’espace, de la salle de classe à la rue, les études éclairent la mise en scène de la voix enfantine lors des rituels scolaires et ses effets lorsqu’elle investit l’espace urbain à l’occasion des manifestations religieuses et profanes. C’est à une autre histoire, sonore, de l’enfance et de son éducation que convie finalement ce volume.

Tables des matières ci-dessous

Continuer la lecture de « Parution – C. Bénévent, E. Chapron, C. Boulaire, X. Bisaro (dir.), « Paroles d’élèves dans l’Europe moderne », 2020. »

Publication – Philippe Artières, « Un séminariste assassin. L’affaire Bladier, 1905 », 2020.

« Ce que je me rappelle bien, c’est que le soir, au lit, avant de m’endormir, je me représentais en train de tuer ou de faire souffrir de jeunes garçons […] alors ma “verge” grossissait […] et il me semblait que je jouirais véritablement et que je serais soulagé dès que je pourrais réaliser ce que je me représentais. »

Jean-Marie Bladier, 17 ans, a écrit ces lignes dérangeantes après avoir étranglé et décapité, le 1er septembre 1905, dans la forêt de Raulhac (Cantal), l’un de ses jeunes camarades âgé de 13 ans, Jean Raulnay. L’assassin, encouragé par des médecins de l’époque, dont le célèbre professeur Lacassagne, a rédigé une « sidérante » autobiographie. Bladier y décrit avec une inédite minutie l’histoire de son état mental, au point que les experts, dans leur rapport sur ce cas de « sadisme sanguinaire congénital », n’hésitèrent pas à le citer, parfois longuement.

Comment comprendre ce fait divers de la France des débuts du xxe siècle, tiraillée entre archaïsme et modernité, catholicisme, traditions rurales et laïcisme républicain ? Comment lire en historien ce double acte de tuer et d’écrire ? Comment interpréter la puissance de cette écriture si incommodante ?

Exhumant de précieuses archives, Philippe Artières se confronte à la figure oubliée de cet élève du petit séminaire destiné à la prêtrise avant de commettre ce meurtre. Il propose une autre manière d’écrire l’histoire du crime et des sexualités, à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie.

Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges

Photo : Sandrine Chaumeton, SCD de l’Université de Limoges.

Présentation du fonds

Bien que l’Université de Limoges n’ait été fondée qu’en 1968, son Service commun de la documentation conserve et présente à ses publics des fonds plus anciens. Parmi eux, le fonds d’histoire de l’éducation, conservé dans les bibliothèques de l’INSPÉ de l’académie de Limoges à Limoges et Tulle, sera regroupé à Limoges et rendu accessible dans le courant de l’année 2021. Il compte environ 20 000 documents, majoritairement issus des bibliothèques des anciennes écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de l’académie de Limoges (Limoges pour le département de la Haute-Vienne, Guéret pour la Creuse, Tulle pour la Corrèze), auxquels s’est ajoutée la collection réalisée par l’association locale « sauvegarde du patrimoine scolaire », et quelques dons des anciennes bibliothèques des CDDP du Limousin ou de particuliers. Il s’agit globalement de :

  • manuels scolaires publiés depuis la première moitié du 19e siècle,
  • textes officiels,
  • revues et ouvrages relatifs à la pédagogie et à la didactique des disciplines,
  • petits matériels pédagogiques autrefois utilisés dans les écoles.
Continuer la lecture de « Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges »

Inventaire – Fonds de l’Association des anciens élèves de l’École des Roches et du Collège de Normandie (AERN), aux Archives nationales

Modalités d’entrée

Dépôt

Historique de la conservation

En 2013, Nathalie Duval, historienne et professeure à l’Université Paris-Sorbonne, auteur d’une thèse de doctorat sur l’histoire et la sociologie de l’École des Roches (2006), a contacté le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP), afin que les archives de l’AERN, stockées dans la cave du domicile de Bernard Lefèvre, président de l’association, soient déposées et sauvegardées dans une institution patrimoniale. Le fonds a fait l’objet d’une expertise en septembre 2013, puis d’un récolement succinct en janvier-février 2014 avant d’être transféré aux Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, en août de la même année. En 2019, un classement définitif a été réalisé.

Évaluation, tris et éliminations

Ont fait l’objet d’élimination, pour un total de 2 mètres linéaires environ, les documents en double, les factures, les bons de commande, les devis, les chèques, les coupons-réponses, les formulaires de cotisation en série (les états annuels des cotisations ayant été conservés), les listes de coordonnées pour la constitution des annuaires, les pouvoirs d’assemblées générales, ainsi que la documentation imprimée conservée en bibliothèque.

Inventaire – Les archives du collège de Juilly aux Archives nationales

612 registres ; 40,60 mètres linéaires.

Modalités d’entrée

Don de la Société anonyme du collège de Juilly (entrées n° 20140752 du 6 novembre 2014 et n° 20150098 du 11 février 2015).

Historique de la conservation

Les archives du collège de Juilly ont été conservées sur le lieu même de leur production jusqu’à la fermeture de l’établissement. Les archives demeurées utiles au fonctionnement du collège ont été collectées par les Archives nationales directement dans les locaux de l’administration. Les archives « historiques », devenues inutiles à la gestion courante de l’établissement mais présentant un intérêt historique, avaient été anciennement remises à la bibliothèque du collège puis confiées, lors de la fermeture de celui-ci, à la bibliothèque de la maison généralice de l’Oratoire (Maison Pierre-de-Bérulle, 17, rue des Lyonnais, 75005 Paris), où elles ont été prises en charge par les Archives nationales. Ces archives anciennes avaient été réparties par les bibliothécaires de Juilly en plusieurs séries : « registres », « manuscrits », « pièces », « documents figurés », « photographies »… Munies d’inventaires manuscrits ou dactylographiés, elles ont été exploitées par plusieurs historiens. Quelques registres figurant dans les inventaires anciens sont en déficit ou sont encore conservés à la bibliothèque de l’Oratoire.

Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, « L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955) », 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

Publication – Collectif, « Vannes et son pays. L’enseignement en Bretagne. Actes du congrès de Vannes, 5-7 septembre 2019 », 2020.

Histoire de Vannes

  • Louis CHAURIS – Quelques aperçus sur l’impact des pierres dans les constructions à Vannes
  • Sébastien DARÉ, Corentin OLIVIER – La présence carmélitaine à Vannes aux XVe et XVIsiècles : les couvents du Bondon et de Nazareth. Apports des découvertes archéologiques
  • Olivier CHARLES – Semi-prébendés ? Musiciens ? Choristes semi-prébendés ? Les archiprêtres de la cathédrale de Vannes du XVIe au XVIIIe siècle
  • Erwann LE FRANC – Le XVIIe siècle, second âge d’or des églises conventuelles : le cas du diocèse de Vannes
  • Christian CHAUDRÉ – La révolte du collège de Vannes en 1815

Patrimoine de Vannes et de son pays

  • Catherine TOSCER, Claire LAINÉ – Architecture et société vannetaise : l’exemple des hôtels urbains
  • Jean-Yves CAVAUD – Les collections de la Société polymathique du Morbihan : leur histoire, leur devenir
  • Cécile OULHEN – 1419-2019 : le culte de saint Vincent Ferrier à la cathédrale Saint-Pierre de Vannes, des lieux et des oeuvres
  • Sébastien DARÉ – La crypte de la cathédrale Saint-Pierre de Vannes : résultats de la récente étude archéologique
  • Diego MENS CASAS – La chapelle Notre-Dame-du-Loc en Saint-Avé. « Ymages » et décors du dernier quart du XVe siècle
  • Christophe AMIOT – Le manoir de Kerleguen en Grand-Champ
  • Catherine TOSCER – Le logis du couvent des Carmes du Bondon

L’enseignement en Bretagne

  • Sophie LE GOFF – L’enseignement et les bibliothèques en Bretagne à la fin du Moyen Âge : parcours littéraire de l’auteur de la Chronique de Saint-Brieuc
  • Marjolaine LÉMEILLAT – L’enseignement en Bretagne à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe-début XVIe siècle). État de la recherche et nouvelles perspectives
  • Bruno RESTIF – Enseignement et doctrine : le Catéchisme post-tridentin de l’évêque de Rennes Aymar Hennequin (1582)
  • Andréï JAFFRENOU – Des petites écoles paroissiales au petit séminaire de Plouguernével, collège de haute-Cornouaille à la fin de l’Ancien Régime
  • Daniel COLLET – Le collège municipal de Quimper de 1830 à 1886
  • Michel CHALOPIN – Les notables et l’école en Bretagne de 1828 à 1850, à travers les exemples des comités d’arrondissement de Brest, Fougères, Loudéac, Nantes, Quimper et Saint-Brieuc
  • Youenn MICHEL – Les maîtres et l’enseignement du breton sous Vichy : histoire d’une défiance
  • Catherine ADAM – Les représentations de la scolarisation en breton, depuis l’ouverture de la première classe Diwan jusqu’à aujourd’hui
  • Samuel GICQUEL – Le Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne. Retour sur une enquête

Parution – Olivier Poncet, « Une éducation savante. Lettres de Marie-René de la Blanchère à Auguste Geffroy (1878-1886) », 2020.

Marie-René de La Blanchère (1853-1896), jeune normalien envoyé à l’École française de Rome pour y poursuivre des recherches en archéologie, a entretenu un dialogue épistolaire soutenu avec son directeur, Auguste Geffroy (1820-1895), durant ses années en Italie (1878-1881), et, plus tard, pendant ses années d’installation en Afrique du Nord (1881-1886). Il émane du souvenir de cet échange – les 122 lettres conservées sont du seul La Blanchère – un saisissant parfum d’audace et de liberté créatrices. Ancrée autour des fouilles et explorations de La Blanchère à Terracina, préfiguration de sa thèse de doctorat soutenue en 1883, et de ses premiers pas d’enseignant et d’administrateur du patrimoine en Afrique du Nord, cette correspondance restitue une « éducation savante » nouée autour de l’École de Rome, une institution originale pensée pour donner à la science historique française les moyens d’une accélération décisive à la hauteur du projet politique républicain.

Parution – Jérôme Martin, « La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession du conseiller d’orientation », 2020.

L’ouvrage explore les origines du mouvement d’orientation professionnelle en France, des années 1900 aux années 1940. Croisant l’histoire sociale, l’histoire de l’éducation et celle de la psychologie, il met en valeur les conditions d’apparition de la question de l’orientation, la diversité des acteurs ainsi que ses bases idéologiques et scientifiques. L’après Première Guerre mondiale et les années 1930 constituent deux périodes fondamentales dans l’histoire de l’orientation professionnelle.

Publication – N° de varia de la revue « Histoire de l’éducation »

Histoire de l’éducation – n°152  2019/2Varia

  • Jean-Michel Martinez, L’enseignement des sciences et de l’agriculture dans les écoles normales d’instituteurs de l’académie de Montpellier (1880-1905)Science and agricultural education in the Académie de Montpellier male teacher training colleges (1880-1905)
  • Marc Moyon et Nara Vilma Lima Pinheiro, René Duthil, militant français de l’adoption des tests à l’école dans l’entre-deux-guerres René Duthil, French activist for the method of tests at school during the Interwar period
  • Paul LehnerLes concurrences entre syndicats et association professionnelle pour la représentation des conseillers d’orientation (1964-1968). Competitions between trade unions and professional association for the representation of guidance counselors (1964-1968)
  • Thomas Lerosier, Institutionnalisation de la recherche et formation des ingénieurs à Grenoble (années 1960-1980). Engineering Education and Institutionalization of Research (1960-1980)
  • Notes critiques

Parution – Côme Simien, « Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ? », n° 18, Cahiers d’histoire de la Révolution française, 2020.

Le présent article se propose d’interroger plusieurs hypothèses formulées par Michel Vovelle à l’égard de l’accès des humbles à la culture écrite et du rôle du maître d’école comme « intermédiaire culturel » au xviiie siècle. Les enseignants du monde rural français assurèrent-ils la descente dans le corps social d’une culture voulue par les élites pour le peuple ? Comment expliquer la diffusion accélérée des écoles dans le monde rural à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ? Serait-ce le fruit de la diffusion des idées des Lumières au village ? Comment comprendre l’absence de corrélation entre taux d’alphabétisation et couverture du territoire en écoles ? L’état actuel des connaissances nous permet de proposer quelques réponses à ces questions : la place singulière acquise par l’école au sein des communautés villageoises explique bien plus que l’influence des Lumières le nombre accru d’écoles au xviiie siècle ; elle limitait de fait aussi la capacité des maîtres à jouer un rôle de médiateur des idées nouvelles au village.

Parution – Pierre Guidi, « Éduquer la nation en Éthiopie. École, État et identités dans le Wolaita (1941-1991) », PUR, 2020.

Résumé : À  travers les dynamiques scolaires de la région éthiopienne du Wolaita, ce livre retrace l’histoire de l’État-nation à partir de ses marges, dans la seconde moitié du XXe siècle. De la monarchie de droit divin de Haylä Sellasé au régime militaire marxiste-léniniste du Därg, il s’intéresse aux manières dont les habitants d’une région, incorporée à la fin du XIXe siècle, ont réagi face à leur situation dominée au sein de l’ensemble national en négociant avec l’institution scolaire – ses idéologies successives, ses savoirs, ses langues d’enseignement, ses pratiques de pouvoir – pour prendre place dans la communauté politique.

Avec une préface de Rebecca Rogers. En coédition avec IRD Éditions. Avec le soutien du Centre français des études éthiopiennes (MEAE, CNRS).

Parution – Encyclopédie ENHE : « D’une éducation pour l’Europe à une éducation européenne »

Nouveau bloc de notices dans l’ENHE :

Parution – Ismail Ferhat (dir.), « La Picardie, un territoire éducatif à part ? », n° 39, Revue du Nord, 2020.

  • Ismail FERHAT, Ce que le territoire fait à l’éducation. Constats, questionnements et résultats d’une recherche collective
  • Axe 1. Quels héritages et trajectoires historiques ?
    • Bruno POUCET, Offre scolaire en primaire élémentaire, statistiques et réussite éducative
    • Maryse CUVILLIER, La constitution du réseau d’enseignement primaire supérieur dans la Somme de 1878 à 1960
    • Jean-François CONDETTE, Un siècle de développement de l’enseignement secondaire dans la France septentrionale une évolution différentielle des territoires picards ? (1840-1939)
    • Julien CAHON, Ce que la guerre fait à l’école (1870-1944)
  • Axe 2. Images et représentations
    • Alain MAILLARD, Le langage de la mauvaise réputation
    • Lucie MOUGENOT, La Picardie et les Picards : construction d’une image dans la littérature aux XIXe et XXe siècles
    • Thomas VENET, Lucie MOUGENOT, Julien MONIOTTE, Le sentiment d’auto-efficacité des élèves en Picardie
  • Axe 3. Quelles dynamiques et logiques territoriales ?
    • Arnaud DESVIGNES et Thomas VENET, Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens
    • Ismail FERHAT, Faire « bouger les jeunes » ? Les politiques budgétaires du Conseil régional de Picardie face à la mobilité éducative, années 1980-années 2010

Le prix Louis-Cros 2019 pour Mara Donato di Paola, Bénédicte Girault et Maurice Edenz

Le prix Louis Cros a été créé en 2003, sous l’égide de l’Académie des sciences morales et politiques, par convention avec le Comité Universitaire d’Information Pédagogique (CUIP), en hommage à la mémoire de Louis Cros. Celui-ci fut inspecteur général de l’Instruction publique pendant plus d’un demi-siècle, fondateur du CUIP, créateur de l’Institut Pédagogique National et des Centres régionaux et départementaux de documentation pédagogique, président honoraire des Centres d’entraînement aux pédagogies actives (CEMEA), directeur de l’Administration générale et financière du ministère de l’Education nationale. Il a toujours été soucieux de concevoir une politique d’éducation qui assure l’accès de tous au savoir et à la culture. Il a également été le premier, en France, à identifier le phénomène mondial qualifié d’ »explosion scolaire », à en prédire l’ampleur, à analyser sa nature et à en discerner la portée politique.

En sa mémoire, le prix Louis Cros récompense, annuellement, l’auteur ou les auteurs d’un ouvrage ou d’un travail universitaire (thèse soutenue avant la date de forclusion) édité ou non, rédigé exclusivement en français. Le jury apprécie particulièrement les travaux susceptibles d’éclairer non seulement les spécialistes et les praticiens, mais également le grand public, sur les enjeux et les défis contemporains de l’éducation et de la formation.

Lauréats 2019

Mara Donato di Paola, pour sa thèse, « Enseigner les Lettres au XIXe siècle. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie », soutenue en  2018 à l’Université Libre de Bruxelles.

Mara Donato di Paloa (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.

Bénédicte Girault, pour sa thèse Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale du Service d’histoire de l’éducation (c.1950-c.2010), soutenue en 2018 à l’Université de Cergy-Pontoise ;

Bénédicte Girault (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.

Edenz Maurice, pour sa thèse « Faire l’école dans une « vieille colonie » », soutenue en juin 2018 à l’Institut des Sciences politiques (CERI) de Paris.

Maurice Edenz (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.