Publication – Aurélie Damet et Philippe Moreau, “Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve s. av. J.-C.-IIe s. av. J.-C.)”

Armand Colin, 2019.

La question du rapport entre famille et société, aux résonances si contemporaines, constitue le cœur de cet ouvrage. Le lecteur trouvera les définitions nécessaires pour saisir les « familles » grecque et romaine, les parentés de l’alliance et de la naissance, l’unité économique de production, la famille des droits et des devoirs. L’ouvrage offre une synthèse des différentes étapes de la vie en famille (naissance, mariage, adoption, funérailles), ces moments de sociabilité parfois générateurs de tensions, où s’entremêlent des intérêts autant familiaux que civiques : la famille s’inscrit dans la cité, qui la modèle, la contrôle et la surveille car elle en constitue la première unité. En puisant dans les sources dramaturgiques comme dans la documentation épigraphique, en croisant les théories philosophiques et les textes de loi, les auteurs ont souhaité offrir au lecteur un tableau synthétique et vivant des familles et des systèmes de parenté grecs et romains. Histoire du droit, histoire des sentiments, anthropologie de la parenté, histoire sociale, prosopographie, autant de méthodes réconciliées par le prisme familial que propose cette étude.

Ressource – Entretien avec Antoine Prost (mars 2019)

Centre d’histoire du XIXe siècle, mars 2019.

Peut-on être, à la fois, un historien reconnu de la guerre, anciens combattants et Résistance compris, de l’éducation, de la vie politique, du mouvement social et du syndicalisme ? Le tout sous la bannière d’une histoire « sociale et culturelle, indissociablement ». C’est la trajectoire d’Antoine Prost, professeur émérite à l’Université Paris I, ancien directeur du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, président, entre autres, du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Mais aussi ancien responsable syndical, expert auprès de plusieurs ministres, à propos des lycées (1981), de l’aryanisation économique et des restitutions (2000), de la réhabilitation des soldats « fusillés pour l’exemple » (2013), et même homme politique, de la mairie d’Orléans (adjoint à l’urbanisme) au cabinet de Michel Rocard à Matignon. De quoi nourrir une réflexion sur notre discipline, ses progrès, ses errances, ses relations complexes avec l’action dans la cité, l’actualité et la mémoire.

Les Rencontres du Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1 – Sorbonne Université) permettent de dialoguer avec ce chercheur polyvalent et très attaché à la fonction d’enseignant.

Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse »

1939-1945, années terribles de la Seconde Guerre mondiale.
Au cœur des événements tragiques se trouvaient les plus jeunes. Enfance et adolescence, périodes charnières de la construction de l’individu, ont alors été marquées du fer rouge de la guerre. La faim, la peur, l’exode, les proches mobilisés… mais aussi les petits événements de la vie quotidienne qui se poursuit malgré la guerre : l’école, les copains, l’entrée dans la vie professionnelle…

Micro-Archives, association dédiée à la sauvegarde des archives des particuliers, collecte la parole des femmes et des hommes sur leur enfance pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous avez vécu cette période sombre ? Racontez-nous-la ! Toutes les mémoires sont importantes car elles témoignent, à leur façon, de ce qu’a réellement représenté la Seconde Guerre mondiale dans la vie quotidienne des jeunes Français.

Continuer la lecture de « Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse » »

Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue “Histoire de l’éducation”

ENS Lyon/IFé

L’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient a connu depuis une dizaine d’années de profonds renouvellements. Les systèmes publics d’éducation, les réseaux scolaires missionnaires ou communautaires ou encore l’essor récent de l’enseignement supérieur ont particulièrement retenu l’attention. Ce numéro spécial « Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXsiècle à nos jours » a pour vocation de rendre compte de la fécondité de ces recherches aux spécialistes peu familiers de cette aire culturelle. Il propose tout d’abord une synthèse historiographique sur ce sujet. Il éclaire ensuite les contenus enseignés à travers des manuels d’éducation morale utilisé en Égypte au début du XXe siècle, l’enseignement de l’histoire du Soudan de 1900 à 1960 ou encore l’introduction de la sociologie à l’Université américaine de Beyrouth au début du XXe siècle. Deux autres articles portent sur l’enseignement professionnel à travers l’enseignement agricole en Palestine, Transjordanie et en Irak sous mandat britannique puis indépendants et l’enseignement industriel dans l’Égypte à la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de « Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue “Histoire de l’éducation” »

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), “Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire”

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

Publication – Quelques articles intéressants récemment parus dans diverses revues

Ressources – Nouveaux titres ENS éditions en libre-accès !

En avril 2019, 30 nouveaux titres ENS Éditions sont disponibles en accès ouvert HTML sur OpenEdition Books !

Journée d’études – Quelle Europe pour la jeunesse ? (LabEx EHNE, 16 mai 2019)

Journée d’étude organisée par le LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe) et l’IHA (Institut Historique Allemand)

Cette journée d’études intervient dans le contexte des élections européennes qui posent une nouvelle fois les questions de la démocratisation et de l’avenir de l’Europe politique. Sur cette toile de fond, il s’agit d’interroger l’histoire des constructions narratives qui ont eu pour fonction la transmission de l’Europe aux jeunes générations dans une dimension supranationale.

Existe-t-il un grand récit européen pour la jeunesse ou une multitude de récits plus ou moins convergents, ou au contraire antagonistes voire concurrentiels selon les nations ou régions européennes ? Peut-on cartographier l’Europe selon les identités narratives que différents acteurs se forgent d’elle ? Sur quels faits historiques se sont construits ce(s) récit(s) européen(s) au cours de l’époque contemporaine ? Par quels supports et quels acteurs s’est transmise l’Europe à la jeunesse ? Quelles en seraient les dynamiques nationales/supranationales et les limites géographiques ? Quelles représentations en Europe et en dehors de l’Europe les jeunes ont de ce continent ?

Séminaire – Histoire politique des sciences (ENS/IHMC)

Histoire de l’éducation. Sciences et techniques entre enseignements et professions. Jeudi 9 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Pierre Verschueren – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « L’École d’été de physique théorique des Houches (1951-1979) : reconstruction de la physique européenne et dispositif transnational de formation à la recherche »
  • Fabien Knittel – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « Enseignements techniques dans la laiterie : l’exemple de l’ENIL de Mamirolle (fin XIXe-début XXe siècle) »

Naissance et vie. Jeudi 16 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Natalie Sage Pranchere – Centre Roland Mousnier, Sorbonne université : L’école des sages-femmes : naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, PUFR, 2017.
  • Scottie H. Buehler – UCLA : « Surveying Provincial Midwives in 18th-century France »
  • Commentaires : Maria Pia Donato

Offre d’emploi contractuel – ATER en histoire et philosophie de l’éducation, histoire des idées éducatives, histoire des institutions scolaires

Le département des sciences de l’éducation de l’université de Caen-Normandie recherche pour la rentrée 2019 un/e Attaché/e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) sur un profil: Histoire et philosophie de l’éducation – Histoire des idées éducatives – Histoire des institutions scolaires.

Il s’agit d’un poste à temps complet (192h), comportant des enseignements sous format CM et TD en licence de sciences de l’éducation, de psychologie et d’histoire. Les enseignements envisagés pourront concerner l’histoire des institutions scolaires, l’histoire de l’enfance et de la famille, l’approche philosophique de la liberté en éducation, l’Education nouvelle, l’épistémologie de la recherche en sciences humaines, l’initiation aux méthodes universitaires, ainsi que des propositions de la personne retenue.

POINTS D’ATTENTION :

Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019)

Ce colloque souhaite mettre en lumière la façon dont les mobilités participent, conjointement avec le déploiement d’une offre géographiquement située, à la structuration sociale et territoriale du système d’enseignement et plus largement d’une société où s’opposent Paris et la province, grandes villes et villes moyennes, zones urbaines et zones rurales. Il s’agit donc d’interroger les logiques spécifiques qui sous-tendent, d’une part, le déploiement de l’offre, d’autre part, l’organisation des mobilités individuelles et collectives, ainsi que leurs modes d’articulation et leurs relations de complémentarité et de concurrence.

Pour ce faire, le colloque n’exclura, a priori, aucune institution d’enseignement – qu’elle dispense une formation de type élémentaire, secondaire, supérieure, professionnelle, etc.  Il s’intéressera aussi bien à l’enseignement public qu’aux institutions privées. Les contributions pourront porter sur des mobilités d’amplitude diverse au sein de l’espace français (à l’intérieur d’une ville, comme au sein de l’Empire colonial), ainsi que sur les déplacements d’élèves ou d’étudiants français à l’étranger. 

Débouchant sur le temps présent, ce colloque fait le pari du dialogue entre l’histoire et les diverses sciences sociales qui étudient ces mobilités, leurs motivations et leurs effets dans la société contemporaine. Les contributions des géographes, sociologues, politistes, etc. seront donc les bienvenues, aux côtés de celle des historiens.

En ciblant la réflexion sur le cas français, on souhaite créer les conditions propices à un vrai travail de périodisation, s’agissant de phénomènes qui dépendent étroitement des spécificités d’un État, d’un territoire et d’une population. Des éclairages sur d’autres espaces nationaux, dans la mesure où ils contribuent à la formulation d’hypothèses éclairantes pour le cas français, pourront cependant trouver leur place dans le colloque.

Continuer la lecture de « Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019) »

Publication : Armand Lattes, “Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire (1854-1941)”

Couverture de l’ouvrage : Armand Lattes, Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire 1854-1941. Nouveau Monde, 2019.

Résumé : prix Nobel de chimie en 1912, un an après Marie Curie, Paul Sabatier demeure étrangement méconnu en dehors de Carcassonne où il a vu le jour, et de Toulouse où il a enseigné pendant plus d’un demi-siècle. Les travaux de ce grand savant continuent pourtant de marquer la science d’aujourd’hui et ses applications : si les astronautes de la Station spatiale internationale n’ont pas besoin de se faire ravitailler en eau, c’est en effet grâce à un procédé catalytique qu’il a inventé il y a plus de cent ans.

Et derrière le chimiste, il y a un homme au parcours atypique. Issu d’un milieu modeste, il doit son ascension à son travail et aux organismes d’enseignement et de recherche de la République. Conservateur et profondément croyant, il a toujours été fidèle à ses idées malgré les conséquences qui en ont résulté pour sa carrière. Régionaliste, il a refusé tout poste parisien et a oeuvré toute sa vie pour aider au développement économique de sa région.

Paul Sabatier défie l’image couramment admise du savant. À travers cette biographie foisonnante, la première à lui être consacrée, Armand Lattes rend un hommage attendu à celui qui fut le pionnier de la chimie moderne.

Publication : Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) (Yves Denéchère dir., 2019)

Couverture de l’ouvrage : Yves Denéchère (dir.), Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) . Peter Lang, 2019.

Résumé : si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel des décolonisations et de leurs suites. Au second XXe siècle, les processus d’émancipation des peuples colonisés posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et postcolonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. L’intérêt de cet ouvrage est de mettre en avant les biopolitiques spécifiques aux enfants et aux jeunes qui ont émergé dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses. À l’instar des Colonial and Postcolonial Studies,il s’agitd’interroger les cultures postcoloniales et les articulations entre décolonisation et colonisation, notamment les prolongements de celle-ci dans celle-là. Pendant la décolonisation des empires français et belge et la construction de nouveaux États, les enfants et les jeunes ont été sujets de politiques voulues ou soutenues par des biopouvoirs et mises en œuvre par des protagonistes divers : armées, associations, humanitaires, colonialistes, nouvelles élites, militants, simples citoyens. Les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées ainsi que les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont bien entendu également mobilisées.

Colloque international – La violence en famille (Poitiers, 10-12 avril 2019)

La famille est tantôt présentée comme le dernier refuge des hommes et des femmes, dans un monde turbulent et imprévisible, tantôt comme une “institution” passéiste et délétère. Le célèbre cri d’André Gide dans Les Nourritures terrestres (1927) : “Familles je vous hais”, dénonce le repli sur soi, les bonheurs égoïstes, les “foyers clos” et les “portes refermées”.

La présente manifestation a pour visée de s’attacher à la face sombre de la cellule familiale et de s’arrêter tout d’abord sur les transgressions, puis de traiter de la place, du rôle et des interactions entre victimes et auteurs et enfin de s’interroger sur la place des enfants.

Sous la direction de Lydie Bodiou, maître de conférences d’histoire ancienne (laboratoire HeRMA, Université de Poitiers),  Marie-José Grihom, professeur de psychologie clinique et pathologique (laboratoire Caps, Université de Poitiers) et Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine (laboratoire Criham, université de Poitiers) ce colloque se tiendra du 10 au 12 avril 2019 à Poitiers. Les journées du 10 et 11 avril se dérouleront à la MSHS et l’Espace Mendès France, partenaire de l’évènement, accueillera la journée du 12 avril 2019 dans sa salle confluence.Déroulement du colloque

  • Mercredi 10 et jeudi 11 avril à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société – USR 3565 Bâtiment A5 5, rue Théodore Lefebvre86000 Poitiers
  • Vendredi 12 avril à l’Espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale, 86000 Poitiers tout renseignement à l’adresse : https://emf.fr/tél :+33 (0)5 49 50 33 08

AàC – Penser, dépenser et dispenser l’argent en institutions (GRID, Science Po Paris, 15 novembre 2019

  • Deadline propositions : 20 juin 2019
  • Journée d’études : 15 novembre 2019

Le Groupe de recherches sur les institutions disciplinaires (GRID) organise le 15 novembre prochain au Centre d’histoire de Sciences Po une journée d’étude sur le thème : “Penser, dépenser et dispenser l’argent en institutions (Europe, XVIIIe-XXe siècles)”.

La journée d’étude est ouverte aux historien.nes des époques moderne et contemporaine, ainsi qu’aux sociologues. Les propositions de communication (2 000 signes max., espaces compris) sont à adresser avant le 20 juin 2019 à l’adresse suivante : contact.grid.recherche@gmail.com

AàC – Longue durée et périodisation en histoire de l’éducation. Perspectives critiques, revue “Histoire de l’éducation”

  • Deadline propositions : 15 juin 2019
  • Réponses auteurs : 15 septembre 2019
  • Publication : 2020

La revue Histoire de l’éducation ouvre un appel à articles en vue de la constitution d’un dossier consacré à une réflexion sur les temporalités en histoire de l’éducation, et notamment l’intérêt que peut avoir la prise en compte de perspectives de longue durée en la matière. Il s’adresse donc aux historiens spécialistes de toutes les périodes, mais aussi aux chercheurs issus d’autres disciplines. Sa parution est prévue pour la fin de l’année 2020. Chaque article sélectionné (entre quatre et huit) pourra compter de 30 000 à 70 000 signes, selon l’ampleur de la question traitée et l’importance de l’argumentaire mobilisé.

La question des temporalités et de leur enchâssement est consubstantielle à toute réflexion proprement historienne. Dans ses aspects les plus généraux, elle a été reformulée et actualisée récemment dans un numéro des Annales (avril 2015 : « La longue durée en débat ») ou dans un article de Jean Le Bihan et Florian Mazel sur la périodisation (Revue historique, numéro 680, 2016). L’histoire de l’éducation soulève cependant quelques problèmes spécifiques qui justifient une réflexion particulière sur la manière dont peuvent s’y articuler temps court et longue durée et, d’autre part, sur la pertinence des périodisations traditionnellement admises, que l’avancée des travaux historiens pourrait inviter à revisiter.

Continuer la lecture de « AàC – Longue durée et périodisation en histoire de l’éducation. Perspectives critiques, revue “Histoire de l’éducation” »

AàC – Ce que l’art fait à l’école. La politique publique d’insertion d’œuvres plastiques dans les établissements scolaires et universitaires (1880-2020) (Dijon, 10-11 octobre 2019)

  • Deadline propositions : 30 mai 2019
  • Colloque : 10 et 11 octobre 2019 à Dijon
  • Publication des actes

Le 12 mai 1880, Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, créa la Commission de la décoration des écoles, sur proposition du Directeur de l’Enseignement primaire Ferdinand Buisson. Cette commission était chargée d’étudier les questions relatives à la décoration des écoles au moyen de tableaux, de peintures, de cartes, de dessins ; à la constitution de petites collections artistiques destinées aux musées scolaires ; au choix de séries de gravures destinées à être données en récompense aux enfants des écoles. La création de cette commission remplissait ainsi les souhaits de Victor Duruy, ministre de l’Instruction Publique sous le Second Empire, qui avait déclaré : « Je voudrais que les murailles de nos 70 000 écoles fussent couvertes, du haut en bas, d’images. De l’école elles seraient passées dans la chaumière. » La volonté de faire pénétrer l’art à l’école, non seulement par l’enseignement du dessin puis plus tard des arts plastiques, mais également par la mise en place d’un cadre harmonieux et d’un matériel scolaire à prétention esthétique, sera poursuivie tout au long de la Troisième République. Cet effort ne fut pas abandonné, mais se poursuit de nos jours en s’étendant à tous les niveaux de l’enseignement, de l’école maternelle aux universités.

La procédure dite du « 1 % » établie en 1951, prévoyant la réalisation d’une œuvre d’art lors de la construction d’un bâtiment public contribua au développement de l’art en milieu scolaire et universitaire où elle fut particulièrement appliquée. Le campus de l’Université de Bourgogne constitue à cet égard un site singulier.

Le colloque organisé par le Centre Georges Chevrier UMR CNRS uB en partenariat avec l’Atheneum entend revenir sur cette histoire méconnue. Il s’articulera autour de trois axes principaux :

  1. Le rôle de l’image dans les théories pédagogiques ;
  2. Les musées scolaires et universitaires ;
  3. Les décors peints et sculptés dans les établissements d’enseignement.

Colloque – 14e Journées Pierre Guibert sur les manuels scolaires (Montpellier, 16-17 mai 2019)

L’Université de Montpellier, La Faculté d’Education/ESPE LR et le CEDRHE (Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherche en Histoire de l’Education) organisent les 14e Journées d’études Pierre Guibbert jeudi 16 et vendredi 17 mai 2019 portant cette année sur le thème : « Le manuel scolaire, normes disciplinaires et forme scolaire : enjeux et défis à l’heure du numérique »

Avec le soutien des équipes de recherches Dipralang (Université Paul – Valéry Montpellier), Erhidis (Université de Genève ), Lirdef (Université de Montpellier et Université Paul – Valéry Montpellier), du réseau HELiCE, et de l’association des A mis de la Mémoire Pédagogique de Montpellier

Séminaire – Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

Du 9 avril au 18 décembre 2019, les Archives nationales proposent une exposition, un cycle d’ateliers et un colloque consacrés à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours.Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) est un programme soutenu par la Comue UPL. Depuis 2013, les Archives nationales sont membres du Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP). Elles conservent à ce titre plusieurs fonds de militants et d’associations nationales d’éducation populaire sur diverses thématiques (centres sociaux, auberges de jeunesse, chantiers de jeunes volontaires, etc.) entrant en résonance avec les fonds des administrations centrales. Les ateliers ont vocation à faire connaître ces fonds tout en donnant la parole à des acteurs, des témoins et des chercheurs afin d’interroger l’actualité de l’éducation populaire. Outre les ateliers ici présentés, la programmation inclut une exposition à compter du mois de septembre et un colloque de clôture, le 18 décembre 2019.

  • Les colonies et centres de vacances : quelles transformations au fil du temps ? Mardi 9 avril 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium
  • Instructeurs/conseillers d’éducation populaire : une action de démocratisation culturelle méconnue. Mardi 14 mai 2019 de 14h-17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – salles des commissions 3 et 4
  • L’engagement civique de la jeunesse. Mardi 4 juin 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium
  • Les médiations culturelles et sociales. Jeudi 19 septembre 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium
  • Rendre la science populaire ? Jeudi 10 octobre 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium
  • Animer les quartiers et les villages : une longue histoire. Jeudi 7 novembre 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium