AàC – Journée d’études Munaé, La botanique et ses objets d’enseignement, d’hier à aujourd’hui

Dans le cadre de l’exposition « Belles plantes, modèles en papier mâché du Dr Auzoux » organisée par le Munaé du 25 mai 2018 au 25 février 2019, deux journées d’études consacrées à « La botanique et ses objets d’enseignement, d’hier à aujourd’hui, de l’école à l’université » sont organisées les 6 et 7 février 2019 au Centre de ressources du Musée national de l’Éducation à Rouen et au Musée de l’écorché d’anatomie de Neubourg.

Structurées autour de deux grands axes, 1) la matérialité de ces objets et
2) l’enseignement de la botanique, ces journées se donnent pour but d’identifier les différents types de supports de l’enseignement de la botanique et d’en comprendre leur histoire matérielle, leurs fonctions pédagogique et didactique, ainsi que leur valeur scientifique.

Date limite de soumission des propositions de communication : 15 septembre 2018.
Retrouvez l’appel complet ici.

Soutenance – Anne Ruolt, Guizot éducateur. Les Annales de l’éducation (1811-1814)

Mme Anne RUOLT a présenté ses travaux en soutenance en vue de l’obtention du diplôme de post-doctorat de l’EPHE le mercredi 20 juin 2018 :


Guizot éducateur. Les Annales de l’éducation (1811-1814)

  • EPHE – Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris – salle 15
  • Jury : M. PATRICK CABANEL, M. LOIC CHALMEL, Mme JACQUELINE GAUTHERIN, M. PIERRE-YVES KIRSCHLEGER

AàC – Les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine

Dans le prolongement des travaux réalisés dans le cadre du Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne (parution en juin 2018), Samuel Gicquel (Rennes 2, Tempora) et Frédéric Le Moigne (UBO, CRBC) organisent un colloque sur « les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine ». Celui-ci se tiendra à Ploërmel (Morbihan), à la maison-mère des Frères de l’Instruction chrétienne, les 13 et 14 juin 2019.

L’objectif de ce colloque est double :

– Il s’agit tout d’abord de renouveler le regard sur l’enseignement catholique, 25 ans après le colloque de Toulouse organisé par Nadine-Josette Chaline et Gérard Cholvy, en se penchant sur un niveau d’enseignement relativement délaissé par l’historiographie, à savoir le secondaire. Si les monographies d’établissement abondent, rares sont les publications qui offrent une vue d’ensemble sur le fonctionnement de ces institutions. Le but de ce colloque est donc de contribuer à dissiper les zones d’ombre, tant dans le domaine administratif que pédagogique ou pastoral.

– Par ailleurs, au terme de leur enquête circonscrite à l’académie de Rennes actuelle, les organisateurs souhaitent confronter le terrain breton avec la réalité nationale, afin de généraliser ou de nuancer les conclusions auxquelles ils sont parvenus. La question qui se pose en toile de fond est de savoir dans quelle mesure les terres chaudes de l’enseignement catholique se distinguent qualitativement des régions où celui-ci est peu présent. Continuer la lecture de « AàC – Les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine »

Soutenance – Guillaume Périssol, Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle

Guillaume Périssol soutiendra le lundi 28 mai 2018 à 14 heures à la Maison de la Recherche de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université (salle D323, 3e étage, 28 rue Serpente, 75006 Paris) la thèse suivante :

Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle

Membres du jury :

  • Ludivine BANTIGNY – Maîtresse de conférences HDR, Université de Rouen, rapporteure
  • Jean-Claude FARCY – Chercheur associé au Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne, codirecteur de thèse,
  • Nancy L. GREEN – Directrice d’études, EHESS, présidente
  • Jean-Noël LUC – Professeur, Sorbonne Université, codirecteur de thèse,
  • Marc RENNEVILLE – Directeur de recherche, CNRS, Centre Alexandre Koyré, rapporteur
  • Rebecca ROGERS – Professeure, Université Paris*Descartes

 

Résumé : « La miséricorde ne se commande pas, Elle tombe comme la douce pluie du ciel ». Cette citation de Shakespeare sert encore dans les années 1950 de devise au Tribunal pour enfants de Boston. À la fonction traditionnellement répressive du droit, elle tend à substituer une fonction idéologique sous l’expression de l’amour. Le modèle américain de la juvenile court, saturé d’idéaux de compassion et de réhabilitation, connaît un succès mondial depuis la création à Chicago, en 1899, du premier tribunal pour enfants. Que cachent le progressisme des juvenile courts et le « néohumanisme judiciaire » vanté par le juge Jean Chazal après l’ordonnance de 1945, qui constitue le véritable acte de naissance des tribunaux pour enfants en France ? Que signifie le succès très rapide des tribunaux pour enfants aux États-Unis, en Europe et dans le monde ?

La comparaison de deux pays occidentaux, reliés entre eux, aide à répondre à ces questions, venant combler un vide historiographique et permettant de mieux comprendre le système de la justice des mineurs et le phénomène de la délinquance juvénile. La période qui suit la Seconde Guerre mondiale est particulièrement propice à l’analyse, puisque se posent alors de manière aiguë des questions sur l’autorité et l’éducation dans un contexte de paniques internationales autour de la délinquance juvénile. Cette étude s’inscrit dans un champ interdisciplinaire innovant, au croisement de l’histoire de la jeunesse et de l’histoire de la justice et du contrôle. Tout à la fois qualitative et quantitative, elle s’appuie sur des archives inédites, comme les dossiers des tribunaux pour enfants de Boston et de la Seine, à Paris.

AàC – La sélection dans l’enseignement supérieur : politiques, instruments, pratiques (Université Paris-Dauphine, 7-8 février 2019)

A l’heure où la mise en place de la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants (ORE) et la réforme du lycée réorganisent en profondeur les modalités d’accès à l’enseignement supérieur, ces journées se proposent d’analyser les dispositifs de sélection déjà à l’œuvre – ou ayant existés – au sein de l’enseignement supérieur français et dans d’autres contextes  nationaux comme aux États-Unis (Karabel 2005; Stevens, 2007 ; Warikoo, 2016) ou en Grande-Bretagne (Mountford-Zimdars 2016, Reeves et al. 2017).
De fait, des pratiques de sélections existent déjà en France à l’entrée des classes préparatoires (Darmon, 2012) et des grandes écoles (Bourdieu, 1989 ; Buisson-Fenet et Draelants, 2010 ; Blanchard, 2015 ; Allouch, 2013 ; Pasquali, 2014), à l’entrée des Sections Techniciens Supérieurs (Orange, 2013) ou encore en médecine (Déplaude, 2015). Alors que ces pratiques de sélections ont souvent été analysées de façon isolée, l’objectif de ces journées d’études est de les penser ensemble, et ainsi de dépasser les clivages entre les types d’institutions (université/grandes écoles, etc.)
  • Les propositions de communications sont à envoyer avant le 30 août 2018, à l’adresse suivante  : je.rt4rt42rt46 [at] gmail [dot] com
  • Appel à communications [.pdf]

Contrat doctoral – La forme scolaire à l’épreuve de la formation professionnelle (Université de Nantes)

Bonjour à tous,
Le CREN lance un appel à candidature pour un contrat doctoral sur le projet de thèse « La forme scolaire à l’épreuve de la formation professionnelle », financé par l’université de Nantes et la Région Pays de la Loire. Vous trouverez ci-joint le projet scientifique de ce projet. La thèse sera dirigée par Yves Dutercq, professeur des universités, et co-encadrée par Pierre-Yves Bernard et Vincent Troger, maîtres de conférences. L’activité du doctorant se déroulera dans les locaux du CREN, à Nantes, chemin de la Censive du Tertre. Les candidats intéressés doivent adresser un mail avec, en fichier attaché, un curriculum vitae détaillé et une lettre de motivation à christophe [dot] michaut [at] univ-nantes [dot] fr, au plus tard le 25 juin 2018. Les candidats retenus seront auditionnés le 4 juillet.
Bien cordialement,
Christophe Michaut
Co-directeur du CREN

Colloque international – Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968 (Université Panthéon-Sorbonne, 7-8 juin 2018)

Colloque international organisé par l’Université de Normandie Rouen et TRIANGLE-UMR 5206 les 7 et 8 juin 2018 par Ludivine Bantigny, Boris Gobille, Eugénia Palieraki.

au Centre d’histoire sociale du XXe siècle 9 rue Malher Paris 4e.

D’abord, les étudiants et les lycéens ; ensuite, les salariés ; enfin, le pouvoir qui tente, en reprenant la main, de les canaliser. Tel est le schéma généralement mobilisé pour commenter les événements de 1968, aussi bien en Allemagne qu’en France, en Pologne et en Tchécoslovaquie, au Sénégal et au Mexique, ou bien encore au Brésil et en Uruguay – une sorte de valse à trois temps, une chorégraphie bien réglée. Pourtant, cette tripartition mécanique ne résiste pas à l’examen bien longtemps : ni en termes chronologiques, quand chaque moment est porteur de rencontres entre des mondes sociaux qui parfois s’ignoraient, de dialogues et de solidarités ; ni du point de vue politique, tant un projet essentiel de 1968, mis en pratique, repose dans un grand désir de décloisonnements sociaux. A rebours de la séparation chronologique autant que politique entre les différents acteurs de la contestation, et de la thèse du « rendez-vous manqué » entre étudiants et travailleurs qui, s’autorisant d’images évocatrices comme celle des grilles ouvrières refermées devant un cortège étudiant à Renault-Billancourt, guide encore trop souvent la mémoire collective des années 1968, ce colloque entend précisément porter la focale sur les « métissages sociaux » (Bernard Pudal) et les « rencontres improbables » (Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel) qui ont jalonné les événements et qui leur ont donné leur force de rupture de l’ordre social et symbolique.

D’abord, les étudiants et les lycéens ; ensuite, les salariés ; enfin, le pouvoir qui tente, en reprenant la main, de les canaliser. Tel est le schéma généralement mobilisé pour commenter les événements de 1968, aussi bien en Allemagne qu’en France, en Pologne et en Tchécoslovaquie, au Sénégal et au Mexique, ou bien encore au Brésil et en Uruguay – une sorte de valse à trois temps, une chorégraphie bien réglée. Pourtant, cette tripartition mécanique ne résiste pas à l’examen bien longtemps : ni en termes chronologiques, quand chaque moment est porteur de rencontres entre des mondes sociaux qui parfois s’ignoraient, de dialogues et de solidarités ; ni du point de vue politique, tant un projet essentiel de 1968, mis en pratique, repose dans un grand désir de décloisonnements sociaux. A rebours de la séparation chronologique autant que politique entre les différents acteurs de la contestation, et de la thèse du « rendez-vous manqué » entre étudiants et travailleurs qui, s’autorisant d’images évocatrices comme celle des grilles ouvrières refermées devant un cortège étudiant à Renault-Billancourt, guide encore trop souvent la mémoire collective des années 1968, ce colloque entend précisément porter la focale sur les « métissages sociaux » (Bernard Pudal) et les « rencontres improbables » (Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel) qui ont jalonné les événements et qui leur ont donné leur force de rupture de l’ordre social et symbolique.

Continuer la lecture de « Colloque international – Troubler l’ordre. Engagements contestataires, rencontres et décloisonnements sociaux dans les années 1968 (Université Panthéon-Sorbonne, 7-8 juin 2018) »

Contrat doctoral – Les laboratoires d’ingénierie et leurs réseaux : évolution d’une dynamique collaborative (Université de Toulouse)

  • Thèse financée entre le 1/10/2018 et le 30/09/2021 par l’Université de Toulouse avec un contrat doctoral. L’Université de Toulouse finance ce doctorat dans le cadre de son appel à projet APR2018 visant des sujets fortement interdisciplinaires (2 écoles doctorales de rattachement exigées).

 

  • Lieu de travail : Toulouse – Occitanie – France
  • Champ scientifique : Sociologie
  • Etablissement délivrant le doctorat : Université de Toulouse
  • Ecole doctorale : TESC (+ MEGEP)
  • Directrices de thèse : Marie-Pierre Bès (LISST) et Catherine Xuereb (LGC)

 

Contrat doctoral – L’école en guerre (1870-1945) : l’exemple des Hauts-de-France (Université de Picardie-Jules Verne)

Chères et chers collègues,

J’ai le plaisir de vous faire parvenir un projet de contrat doctoral qui peut intéresser des étudiants en master Recherche, voire en master MEEF (avec une dimension recherche) ayant soutenu leur mémoire au plus tard en juin 2018 (avec de préférence la mention TB). Ce projet peut intéresser des étudiants en histoire, en sciences de l’éducation (avec une formation en histoire de l’éducation), en science politique (avec une formation en histoire).

La candidate ou le candidat doit prendre contact avec nous au plus tard le 15 juin en adressant son projet, l’attestation, les résultats du master et un cv. Une sélection des dossiers et éventuellement si nécessaire un entretien préalable. Ensuite une audition a lieu début juillet devant le conseil de l’école doctorale.

Des informations plus détaillées peuvent vous êtes fournies, bien entendu.

Cordialement,

Pr. Bruno Poucet, directeur du CAREF, directeur de la thèse ; Julien Cahon co-directeur de la thèse

Parution – « Accueillir l’étudiant.e étranger.ère », Revue Traverse (2018/1)

La mobilité académique, et plus particulièrement les enjeux autour de l’accueil des étudiantes et étudiants étranger·ère·s, est au centre de ce prochain numéro de traverse. La focale se concentre sur la promotion, la présence et la prise en charge des étudiant·e·s dans leur pays et leur université d’accueil. Traitant non seulement de la situation suisse et européenne, mais aussi de celle du Canada, de l’Union soviétique et de certains pays d’Asie et d’Afrique, ce volume a l’ambition d’offrir des comparaisons à la fois diachroniques (du Moyen Age à nos jours) et spatiales.

Ce volume permet notamment d’observer les objectifs assignés à l’accueil des étudiant·e·s par les autorités des pays d’accueil: veut-on attirer ces jeunes gens pour ensuite les employer dans l’économie locale, pour légitimer certains pôles d’attraction, ou pour créer des liens économiques et politiques durables entre les nations ?

Inhalt / Table des matières…

Continuer la lecture de « Parution – « Accueillir l’étudiant.e étranger.ère », Revue Traverse (2018/1) »

Colloque international – Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse (1945-1980) (Université d’Angers, 26-28 juin 2018)

Si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel de la décolonisation. Les processus d’émancipation des peuples colonisés au second XXe siècle posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et post-colonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. Dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses, les enjeux coloniaux et post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ont produit des biopolitiques spécifiques.

Ces réflexions seront développées et discutées à l’occasion du colloque organisé à la Maison de la recherche Germaine Tillion, campus Belle-Beille. Une exposition intitulée « Le déracinement silencieux » sera également présentée dans le hall de la MRGT par son auteure et photographe Sophie Hochart.

L’inscription est gratuite mais obligatoire via le formulaire à compléter.

Continuer la lecture de « Colloque international – Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse (1945-1980) (Université d’Angers, 26-28 juin 2018) »

Soutenance – Maurice Edenz, Faire l’école dans une « vieille colonie ». Un Etat colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (de 1928 au début des années 1950)

Soutenance de Maurice Edenz
« Faire l’école dans une « vieille colonie ». Un État colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (de 1928 au début des années 1950) »
Vendredi 15 juin à 9h30
Ecole doctorale de Sciences Po
3e étage
199 boulevard Saint-Germain 75007 Paris
Le jury sera composé de : 
  • Romain Bertrand, Directeur de recherche, FNSP (Directeur)
  • Stéphanie Guyon, Maîtresse de conférences, Université de Picardie Jules Verne (Rapporteure)
  • Eric Jennings, Professeur, Université de Toronto
  • Marie Salaün, Professeure, Université Paris Descartes
  • Pierre Singaravélou, Professeur, Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Sylvie Thénault, Directrice de recherche, CNRS (Rapporteure)

Résumé : Cette thèse s’est donnée pour objet l’étude du fonctionnement de l’État colonial en Guyane française au prisme de son action dans le domaine scolaire entre 1928 et le début des années 1950, soit la seule période pendant laquelle ce territoire se trouve scindé en deux entités administratives (1930-1951) coiffées, cependant, par un même gouverneur. Au cœur de cette recherche réside l’hypothèse d’une singularité, dans une double perspective sociale et politique, de l’expérience coloniale guyanaise des années 1930 et 1940 – laquelle a conduit à forger les notions de « colonie-département »  et d’« assimilation différenciée ». L’enquête menée articule ainsi histoire sociale de groupes professionnels issus du milieu éducatif et des sociabilités militantes, anthropologie des sociétés autochtones de l’intérieur amazonien et sociologie de l’Etat et des politiques publiques. Ce faisant, cette étude entend contribuer, d’une part, à une meilleure compréhension de l’Etat colonial à partir du cas trop souvent délaissé d’une « vieille colonie » ; de l’autre, à une histoire de la République donnant toute leur place aux Outre-mers.

Séminaire – Mai 68 et la formation des adultes (Paris, 5 juin 2018)

Mardi 5 juin 2018 de 15h30 à 17h30 
à l’Etsup, 8 villa du Parc Montsouris, 75014 Paris

Séminaire hors cycle coordonné par Jacques Denantes

avec :

  • Françoise F. Laot, professeure à l’université de Reims Champagne-Ardenne, Cérep, Présidente du Gehfa : Retour sur l’échec des AUREFA, un projet universitaire de formation d’adultes : une des conséquences de mai-juin 1968 ?
  • Arnaud Desvignes, docteur en Histoire moderne et contemporaine de Sorbonne-Université : Michel Alliot et la formation continue à Paris VII : l’œuvre d’un président visionnaire (1970-1976)

JE – Les globalisations universitaires (Université Paris-Descartes, 29-30 mai 2018)

Une nouvelle étape dans l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche semble avoir été franchie depuis la fin des années 1990. De Bologne à Shanghai, la mobilité étudiant a pris une nouvelle dimension. Une carte globale de l’université émerge, avec de nouveaux acteurs, publics comme privés, alors que les systèmes nationaux subissent des processus de polarisation. Si les privatisations des établissements sont rarement à l’ordre du jour, le savoir se produit et s’échange de plus en plus comme une marchandise. Ces deux journées ont pour objet de discuter ces tendances à partir de résultats de recherche et de l’expérience d’acteurs impliqués dans la globalisation universitaire. Les échanges auront lieu en anglais. Une traduction simultanée français-anglais sera mise en œuvre le 29 mai.

 

Program

 

  • May 29, 14:30 Globalization of students and scholars’ mobility: not just elites anymore
    • Leïla Frouillou, CRESPPA – Université Paris Nanterre
    • Etienne Gerard, CEPED – IRD – Université Paris Descartes
    • Aldo Geuna, University of Torino & Collegio Carlo Alberto
    • Lama Kabbanji, CEPED – IRD – Université Paris Descartes
    • Antoniona Levatino, UAB & INED
    • Dinh Thi Bich Loan, Institut des sciences de l’éducation du Vietnam
    • Nolwen Henaff, CEPED – IRD – Université Paris Descartes
    • Sylvie Mazzella, LAMES – CNRS
    • Léonard Moulin, INED
    • Pierre Moulinier, GERME – SciencesPo
    • Sorana Toma, ENSAE-CREST & Ined

 

 


Organization committee: Cecila Rikap, Hugo Harari-Kermadec, Etienne Gerard, Nolwen Henaff,  David Flacher, Lama Kabbanji, Virginie Fonteneau, Hélène Gispert, Léonard Moulin & Leïla Frouillou

The workshop is organised by ACIDES and CEPED (IRD & Paris Descartes) and supported by IFRIS (Institut Francilien Recherche Innovation Société) and MSH Paris Saclay.

Séminaire – Qu’est-ce qu’une sélection « équitable » à l’entrée des études supérieures ? (Sciences Po, 11 juin 2018)

Comparaison internationale d’un construit social : Qu’est-ce qu’une « sélection équitable » à l’entrée des études supérieures ?

Le lundi 11 juin 2018, de 12h45 à 14h45  à Sciences Po, Salle du conseil, 13 rue de l’université, 75007 Paris.

Intervenants : Nicolas Charles et Romain Deles

Le séminaire « Enseignement supérieur et recherche » de Sciences Po est co-organisé par le CSO (sous la co-responsabilité de Jérôme Aust et Clémentine Gozlan) et le RESUP (Réseau d’études sur l’Enseignement Supérieur).

Merci de vous inscrire auprès des organisateurs au plus tard le 5 juin, car des sandwichs seront proposés.

AàC – Sortir de l’école. Jeunesse et éducation postcoloniale en Côte d’Ivoire (Bouaké, 24-26 janvier 2016)

Ce colloque international vise à revisiter l’étude de la formation des jeunes au sens large et à permettre à l’histoire de la pédagogogie de sortir de l’école.

Cette conférence est destinée à des chercheurs et chercheuses de différentes nationalités qui s’intéressent à l’éducation ivoirienne en contexte postcolonial avec une perspective historique.

Les résumés des propositions de communication (200 à 300 mots) doivent être envoyés par courrier électronique avant le 15 août 2018.

Parution – Pierre Merle, Les pratiques d’évaluation scolaire. Historique, difficultés, perspectives

Présentation de l’éditeur :

Comment les professeurs évaluent-ils les compétences scolaires de leurs élèves ? À l’école élémentaire, les enseignants ont progressivement délaissé la notation traditionnelle au profit d’une « évaluation par compétences ». Au collège et au lycée, l’usage des notes demeure majoritaire mais il est concurrencé par de nouvelles pratiques avec la diffusion rapide des « classes sans note » et, depuis 2017, une évaluation par « niveaux de maîtrise ».

Ces pratiques d’évaluation scolaire sont loin d’être équivalentes. Si certaines contribuent à aider les élèves dans leurs apprentissages, d’autres ont des effets contre-productifs. Elles sont à l’origine de « résignation apprise » et « d’illusion d’incompétence ». Elles favorisent le décrochage des élèves en difficulté scolaire et contribuent aux mauvais résultats de l’école française.

Pierre Merle propose une synthèse richement documentée et d’une grande actualité, sollicitant autant les recherches sociologiques que psychologiques. Outre une perspective historique éclairante sur l’invention de la note à la fin du XIXe siècle, l’ouvrage montre aussi l’intérêt des nouvelles modalités d’évaluation, y compris l’usage des logiciels d’apprentissage, susceptibles de combiner de façon effi cace évaluations et apprentissages.

La révolution scolaire en cours est silencieuse. Elle n’a pas pour objet de moins évaluer mais de favoriser des « évaluations formatives », mieux adaptées à chaque élève, et pleinement au service de ses apprentissages.