Séminaire – ARES-CEPED – mardi 26/11

Pour rappel, la dernière séance du séminaire conjoint 2019 de l’Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs (ARES) et du CEPED sur les écoles privées aux Suds aura lieu demain mardi 26 novembre:

16h à 18h, Université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, Salle J322

Nous aurons le plaisir de recevoir Mounira Chariet (IEP Aix – IREMAM), pour une communication intitulée: 

“Les écoles privées en Algérie: entre autonomisation et contrôle”. 

Vous trouverez plus bas le résumé de son intervention. 

Les écoles privées en Algérie : entre autonomisation et contrôle

En Algérie, l’enseignement privé a été interdit sous Houari Boumediene dans un contexte de nationalisation et de zèle révolutionnaire. L’appareil éducatif était conçu comme une pièce maîtresse de la construction nationale et de l’homogénéisation culturelle et linguistique du pays (arabisation, histoire, instruction islamique). Il réapparaît pourtant à la fin des années 1980 en proposant un enseignement francophone, à l’encontre des options politiques de l’indépendance. Tout au long des années 1990, dans un contexte de crise politique, sociale et sécuritaire, des écoles créées par des parents d’élèves se développent sans statut légal, en particulier dans les grandes villes et en Kabylie. En adoptant une perspective diachronique, ma présentation cherchera à restituer les différentes phases qu’ont connues ces écoles, correspondant à des temps de transformations politiques et sociales de l’Algérie post-indépendante : la première est celle des hétérotopies, la deuxième celle de la polémique (médiatisation et mise à l’agenda), la troisième celle de leur institutionnalisation. Je proposerai, à partir des matériaux recueillis dans le cadre d’une recherche doctorale, d’interroger les espoirs investis dans la scolarisation des usagers de ces écoles et d’analyser le sens et les formes de la contestation silencieuse sous-jacente à ces pratiques scolaires.

Appel à contributions – Brazilian History of Education Journal

The Brazilian History of Education Journal is interested in publishing work by scholars around the world.  

The Journal is bilingual and accepts Portuguese and Spanish. In other languages, the Journal publishes in the original and does a translation into Portuguese. 

Information about the journal is here:  http://periodicos.uem.br/ojs/index.php/rbhe/index

Details regarding online submission is here: 

 http://periodicos.uem.br/ojs/index.php/rbhe/about/submissions

Séminaire – Jeunesse en guerre : expériences, engagements, subjectivités (EHESS)

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire “Jeunesse en guerre: expériences, engagements, subjectivités” qui a lieu à l’EHESS.

3e lundi du mois de 15 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 21 octobre 2019 au 16 juin 2020

Le séminaire propose d’interroger la confrontation des jeunes (enfants, adolescents) au phénomène guerrier à l’époque contemporaine, qu’il s’agisse des guerres mondiales, des conflits intra-étatiques, des génocides ou des engagements réputés terroristes. Plus précisément, nous tenterons de réfléchir de manière transdisciplinaire aux questions de l’engagement juvénile, de ses causes, de ses modalités, de ses perceptions intimes et subjectives, ainsi que celle du rapport à la violence et à ses effets. Y a-t-il des spécificités juvéniles à ces pratiques d’engagement, de violence, de combat ? Comment les imaginaires collectifs façonnent-ils les registres subjectifs qui les rendent soudainement possible ? Quels éclairages nouveaux peut apporter le dialogue entre histoire, sociologie, anthropologie et psychanalyse ? Des jeunes soldats de l’an II aux apprentis djihadistes des années 2010, l’enjeu est bien de penser l’engagement juvénile, sa pratique autant que ses mises en récit, sur le temps long, dans ses particularités historiques comme dans ses permanences.

16 décembre
Invité : Antoine Garapon et Yamina Benharrat (IHEJ) – « Interroger la radicalisation ».

20 janvier
Invité : Laurent Bonelli (Paris Nanterre) – « La Syrie comme hétérotopie. Retour sur l’engagement de jeunes djihadistes français ».

17 février : pas de séminaire

16 mars
Invitée : Anne-Laure Porée (EHESS) – « Nhem En, un adolescent photographe au cœur de la machine de mort khmère rouge ».

20 avril
Invitée : Hélène Dumas (CNRS) – « Métis de la survie : fuite, mensonge, travestissement, sauvetage des enfants pendant le génocide des Tutsi au Rwanda ».

18 mai
Invitées : Marta Craveri (FMSH) et Anne-Marie Losonczy (EPHE) – « Grandir en déportation : expériences d’enfants et d’adolescents du Goulag ».

15 juin
Invitée : Laure Wolmark (psychologue clinicienne au COMEDE) – « Les soignant.e.s face aux jeunes dans la guerre : contre-transferts et pratiques ».

Coordination :

Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS : richard.rechtman[at]ehess.fr 

Manon Pignot, MCF à l’Université de Picardie : manon.pignot[at]u-picardie.fr

Appel à contributions – Mobilités des étudiant.e.s africain.e.s depuis les indépendances

Vous trouverez ci-dessous un appel à contributions pour un prochain numéro thématique de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire, consacré aux mobilités des étudiant.e.s africain.e.s depuis les indépendances.

Les propositions d’articles (maximum 500 mots) accompagnées d’une notice biographique doivent être envoyées avant le 31 janvier 2020 à cette adresse: anton.tarradellas[at]unige.ch .

Présentation générale:

Depuis l’Antiquité, les étudiants africains n’ont cessé de voyager pour rejoindre ou créer des lieux d’enseignement. Ils se sont d’abord rendus à Alexandrie pour son inépuisable bibliothèque. Puis, lors de l’expansion de l’Islam, des savants itinérants emmenaient leurs disciples ou les envoyaient dans des écoles coraniques. Des étudiants partaient alors pour l’université Karawiyyin à Fès ou celle d’Al-Azhar au Caire, d’autres rejoignaient les centres intellectuels de Tombouctou, Gao ou Kano. À la fin du XVe siècle, dès les premiers contacts avec les navigateurs portugais, des princes du royaume du Kongo furent envoyés au Portugal et pendant la période de la traite transatlantique, de jeunes esclaves furent acheminés en Europe pour devenir enseignants, administrateurs ou pasteurs. Durant la colonisation, la mobilité étudiante s’est encore développée, puisque la formation dans les métropoles impériales constituait souvent la seule option pour faire des études supérieures. Enfin, cet attrait pour les études à l’étranger s’est renforcé après les indépendances, lorsque de grands programmes de bourses étatiques et privées ont participé à l’institutionnalisation et à la pérennisation des mobilités étudiantes africaines. Aujourd’hui, plus de 500 000 Africain·e·s étudient en dehors de leur pays d’origine, ce qui en fait les plus mobiles au monde.

Appel complet disponible ici.

Appel à communications – Les engagements professionnels et militants des enseignant-e-s : évolutions et articulations, Lille

Vous trouverez ci-dessous  l’appel à communication pour la journée d’études “Les engagements professionnels et militants des enseignant-e-s : évolutions et articulations” qui se tiendra le 12 juin 2020 à Lille.

Les propositions de communications sont à déposer sur le lien indiqué dans le fichier joint avant le 6 janvier 2020.

La séparation des travaux entre divers sous-champs disciplinaires (sociologie du syndicalisme, sociologie des groupes professionnels, sciences de l’éducation, sociologie des mobilisations, etc.) n’est pas pour faciliter le dialogue entre points de vue. C’est donc précisément un des objectifs de cette journée d’étude que de permettre ces croisements de regards. Plus largement, alors que de nombreuses recherches, à l’échelle internationale, étudient les liens entre la participation au travail et la participation politique hors du travail (Budd et al., 2017 ; Lopes et al., 2013 ; Adman, 2008), elle se propose, en s’intéressant à un groupe professionnel particulier, de restituer les tensions multiples et les évolutions croisées qui le traversent et d’interroger les articulations qui existent (ou non) entre les différentes formes d’engagement des enseignants. Il s’agit plus particulièrement de discuter et de préciser l’idée d’une opposition, sans doute trop schématique, entre des enseignants multi-engagés, des enseignants exclusivement engagés dans le champ professionnel et des enseignants qui ne participeraient « à rien » (Sawicki, 2015).
Issues de différentes disciplines et de différents sous-champs disciplinaires, les communications pourront ainsi porter sur les engagements professionnels, syndicaux, associatifs ou politiques des enseignants, leurs évolutions et/ou leurs déterminants, tout en soulignant les imbrications éventuelles entre ces diverses modalités d’engagement. Les communications pourront s’appuyer sur des matériaux qualitatifs ou quantitatifs, alors que plusieurs grandes enquêtes quantitatives auprès des enseignants ont été menées, notamment l’enquête « EngEns » réalisée en 2008 (Spire, 2010 ; Sawicki, 2015) ou, plus récemment, l’enquête « MilitEns » réalisée par l’Institut de recherche de la FSU et le CERAPS. Les confrontations de méthodes et les comparaisons internationales seront particulièrement appréciées.

L’appel complet est disponible ici.

Appel à communications – International Conference “From school inspectors to school inspection”. Prague

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications pour le colloque “From school inspectors to school inspection”, organisé en septembre 2020 à Prague.

Date limite de soumission: 15 janvier 2020

From school inspectors to school inspection.
Supervision of schools in Europe from the Middle Ages to Modern times


Organizors: The National Pedagogical Museum and the Library of J. A. Comenius, the Institute of History of the Czech Academy of Sciences, the Faculty of Science, Humanities and Education of Technical University in Liberec, in cooperation with the Humboldt-Universität zu Berlin, Lehr- und Forschungsbereich Historische Bildungsforschung.

Term and place of the conference: 9th–10th September 2020, Prague, The National Pedagogical Museum and the Library of J. A. Comenius

Length of presentations: 20 minutes

Conference languages: English, German and Czech

The issue of supervision and inspection of education represents an essential and hitherto neglected theme of historical-educational research. The research often focuses mainly on the personalities of educational reformers who determined changes in educational concepts and founded educational and training institutions, leading to the transformation of education and training to a greater or lesser extent. In this perspective, the “progress” of education is unstoppable. However, it is clear that the course of school education and the processes of training and education are also largely determined by “anonymous” laws and other regulations that correspond to the interests of “cultural reproduction” of society (Pierre Bourdieu).

In the “field of school conduct”, an essential role is played by the institutions of supervision and inspection of education and individual personalities promoting supervisory practices and applying sanctions in case of non-compliance or gross violation of the given order. The supervision of education is thus a cultural symbol of the times. The role and function of the supervision of education and training can be analyzed within a historical context or an applicable cultural pattern; the “impersonal rules” of supervision, but also the “mental habitus” of supervisors or inspectors can be reconstructed.

The conference will focus on the analysis and reconstruction of the processes of “supervision” of education, the system and practices of the exercise of inspection power, and the “physics” of supervisory power (Michel Foucault). It will analyze external symbols (regulations, minutes or protocols, inspection reports, inspection institutions including their material support) as well as “invisible”, internalized and thus “natural” customs or procedures in inspection processes, and also rules and a scenario of the “presentation” of the supervision of training and education.

Last but not least, the issue of changes in the supervisory processes of the relationship  between external control and mechanisms of the autonomous education management will be explored. Medieval, early modern and modern education at all levels represented a fundamental means for the church or the state to consolidate and legitimize the power of church, state and other institutions (cities) that determined the order and image of the world at the time.

Therefore, supervision of education was an important area of concern for both spiritual and political power. The practices of supervising education in the medieval, early modern and modern systems were rather diverse, but they had a common denominator: the interest of “higher” power. In the post-modern era, within an open, “liquid” society that permanently reflects the starting points of the system of power and thus relativizes them, the system of supervision of education ceases to play primarily the role of control, but is taking the form of a support of the autonomous management of educational institutions. The analysis will deal with the question of how and why this “turnaround” is happening and what it means for contemporary education.

Continuer la lecture de « Appel à communications – International Conference “From school inspectors to school inspection”. Prague »

Appel à candidatures – 11th History of Education Doctoral Summer School à Lyon en juin 2020

This conference invites applications from postgraduate students in the history of education with an interest in the histories of educational spaces and discourses and new ways of working with images, artefacts, and archives. Leading international historians of education will give lectures and workshops, and offer advice concerning the research process. There will be opportunities for students to discuss their dissertation projects with fellow doctoral candidates and receive comments from prominent scholars in the field.

The summer school started as an EERA pilot project and is the eleventh conference in a series of successful events that started in Ghent in 2010 and was followed by meetings in Birmingham 2011, Lisbon 2012, Hamburg 2013, Umeå 2014, Luxembourg 2015, Groningen 2016, Porto Conte 2017, Riga 2018 and Liverpool 2019. This session of the summer school is organised at the University of Lyon, France. The conference is supported by:

  • Stichting Paedagogica Historica
  • History of Education Society, UK
  • European Educational Research Association (EERA)
  • International Standing Conference for the History of Education (ISCHE)
  • University of Lyon (École normale supérieure de Lyon)

The number of participants is limited to 30 students. The conference language is English. Participation in the conference is free of charge. Accommodation and meals will be provided, but delegates will have to cover the cost for their travel to Lyon. ISCHE travel bursaries are available to students from low-GDP countries. For more information, please check the application form.

Tutors: Antonio Canales Serrano (Universidad Complutense de Madrid, Spain), Björn Norlin (Umeå University), Ian Grosvenor and Siân Roberts (University of Birmingham, UK), Angelo Van Gorp (University of Koblenz-Landau, Campus Landau, Germany), Susannah Wright (Oxford Brookes University, UK and History of Education Society, UK) and Clémence Cardon-Quint (Université de Bordeaux).

Local organisers: Emmanuelle Picard (ENS de Lyon), Solenn Huitric (ENS de Lyon), Rebecca Rogers (Université Paris Descartes), Marianne Thivend (Université Lyon 2).

Application form

The application form can be retrieved from http://www.eera-ecer.de/season-schools/histories-of-education-summer-school/and should be sent to summerschool-lyon[at]eera-ecer.de.

Closing date for applications is 31 December 2019. Successful applicants will be notified in February 2020.

More information?

Contact summerschool-lyon[at]eera-ecer.de for queries regarding application, eligibility and selection criteria; Solenn Huitric (solenn.huitric[at]ens-lyon.org) for queries on practical issues, e.g. regarding travel, accommodation and venue.

Séminaire – Histoire de l’éducation en Afrique

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire Histoire de l’éducation en Afrique

Mercredi 29 janvier

Iris Seri-Hersch (IREMAM, université Aix-Marseille),“Des savoirs et des pratiques pédagogiques coproduits? Retour sur un problème classique de la ‘situation coloniale’ à partir du Soudan nilotique”.

Mardi 25 février

Caterina Scalvedi (university of Illinois-Chicago), Imperial Histories of Fascist Education (1922-1943)

Mardi 24 mars

Christine Mussard (IREMAM, ESPE Aix-en-Provence), Détourner les principes de l’Ecole de la République pendant la guerre d’indépendance algérienne : l’exemple de l’obligation scolaire

Mardi 14 avril

Pierre Guidi (CEPED, IRD-université Paris Descartes), L’éducation féminine de la ‘Nouvelle Ère’ dans l’Éthiopie des années 1950 : maternalisme, émancipation, reproduction de classe

  Prendre contact avec Pierre Guidi pour plus d’information sur les horaires et le lieu: pierre.guidi[at]ird.fr

Séminaire – Socio-histoire des éducations différenciées (Université de Cergy-Pontoise, l’INS HEA et l’Ecole Pratique de Service Social)

Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire et le programme du séminaire “Socio-histoire des éducations différenciées”.
 
Les séances se dérouleront à l’Université de Cergy-Pontoise, à l’INS HEA et à l’Ecole Pratique de Service Social (EPSS).
 
Pour de plus amples informations:
 
– Vous pouvez contacter : martial.meziani[at]u-cergy.fr 
 
 
Au cours du XXème siècle, la question de l’éducation et sa professionnalisation ont donné lieu à une diversification des approches éducatives. Cette diversification des approches s’est notamment développée dans deux directions.
La première s’est concentrée sur une forme de spécialisation professionnelle relative aux capacités supposées et aux parcours de vie. Cette spécialisation s’est accompagnée d’une catégorisation des publics, qualifiés selon les époques, entre autres, d’enfants anormaux ou inadaptés. Elle a également donné lieu à des techniques et à des gestes professionnels spécifiques, à la constitution de plusieurs corps de métiers, à l’école ou dans l’éducation spécialisée notamment, ainsi qu’au développement de représentations particulières de l’enfance, relevant de la solidarité, puis de la vulnérabilité.
La seconde forme de diversification s’est fondée sur le développement d’approches dites alternatives. Initiées par des figures particulières (Freinet, Montessori, Freire, entre autres) ou par des courants politiques tels que l’éducation populaire, elles se sont voulues universalistes et en décalage avec les pratiques scolaires dominantes de leur époque.
Plus récemment, à partir des années 1980, les mondes éducatifs se sont vus confrontés à de nouveaux enjeux, traversant l’ensemble des organisations sociales concernées. A ce titre, l’éducation inclusive, l’empowerment, le New Public Management ou bien des logiques de type sécuritaire sont venus opérer des mutations profondes dans des espaces distincts.
Le séminaire de Sociohistoire des éducations différenciées vise donc à étudier les liens entre les différentes approches éducatives évoquées, les unes relevant de la catégorisation d’enfants différents et les autres d’une conception à la fois universelle et alternative de l’éducation. Ce séminaire de recherche vise plus particulièrement à explorer des espaces socio-éducatifs distincts, traversés par des mutations politiques et culturelles similaires, donnant lieu à l’émergence de pratiques nouvelles et différentes selon les espaces étudiés. En ce sens, le séminaire a pour objectif d’identifier les différentes formes de circulation des savoirs et d’appropriation relatives à des philosophies éducatives et politiques similaires. En ce sens, il s’agira d’interroger les effets de sédimentation dans les différents champs éducatifs étudiés auprès d’enfants, de jeunes ou d’adultes.
 
Programme
Première séance – Lundi 16 janvier 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Pour une sociohistoire des espaces éducatifs et formatifs : premières analyses du travail de catégorisation autour de l’enfance en risque de désaffiliation
Martial Meziani, MCF, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Évolution historique des formes conceptuelles de référence pour la formation et la certification des acteurs des éducations différenciées : entre reproduction et changement des paradigmes
Hervé Benoit, MCF, INS HEA, Grhapes (EA 7287)
 
Deuxième séance – Lundi 20 avril 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Sociohistoire des formes d’éducation liées à l’économie populaire
Clarissa Figueira, doctorante, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Les agents de la formation et leur professionnalisation (1960-2000)
Emmanuel de Lescure, MCF, Université de Paris, Cerlis (UMR 8070)
 
Troisième séance – Lundi 15 juin 2020
INS HEA, 58-60, avenue des landes – 92150 Suresnes
 
Sociohistoire d’un établissement judiciaire : circulation des savoirs et pratiques éducatives auprès de la jeunesse délinquante
Amélie Derobert, MCF, Université Lyon 2, Laboratoire ECP (EA 4571)
 
Coopérations inter-métiers versus spécialisation professionnelle, une question de savoir ? Eclairages socio-historiques dans les champs éducatif, social et médico-social
Philippe Mazereau, Professeur émérite, Université de Caen Normandie, CIRNEF (EA 7454)
 
 
Quatrième séance – Lundi 21 septembre 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Émergence, structuration et professionnalisation de diplômes de la formation d’animation
Cyrille Bock, doctorant, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Socio-histoire du métier de CPE : questionnements sur une figure du contrôle social et de la mise en dispositif de la « déviance scolaire »
Sofia Hachemi, doctorante, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Cinquième Séance – Novembre 2020
Ecole Pratique de Service Social, Cergy
 
Journée d’études consacrée à la question de la circulation des savoirs, des méthodes éducatives et pédagogiques et aux transformations de l’action publique auprès des enfants et jeunes pris en charge de manière différenciée.
 
 
 

Séminaire – « Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe ? », ENS Ulm

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire « Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe ? Perspectives et impasses de la construction scolaire de la conscience historique».

Le séminaire est organisé sous l’égide des laboratoires Agora (EA 7392, université Cergy-Pontoise), Centre Maurice Halbwachs, IHTP (CNRS-UMR8244) et de l’INSPE de l’académie de Versailles. Il a lieu à l’École Normale Supérieure (48 bd. Jourdan, 75014 Paris) salle R3-35, 3e étage. Les séances ont lieu de 17h à 19h.

Prochaine séance: 4 décembre

Mathieu KROON GUTIERREZ (doctorant, université de Cergy- Pontoise – université du Luxembourg) L’histoire dans les Ecoles européennes : le réalisme déguisé en prétention cosmopolite ?

Programme complet

Continuer la lecture de « Séminaire – « Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe ? », ENS Ulm »

Parution – Xavier Riondet, L’expérience Vrocho à Nice

Nous signalons la parution de l’ouvrage de Xavier Riondet, L’expérience Vrocho à Nice, Controverses et résistances du quotidien au cœur de l’évolution des normes, Rouen, Presses Universitaires de Rouen/Le Havre, 2019

Cette étude porte sur la réception d’une expérience corporelle que le thérapeute naturiste grec Vrocho initia en France dans les milieux naturistes et pédagogiques des années 1930. Cet ouvrage revient sur les répercussions philosophiques, pédagogiques et politiques de l’aventure collective qui prit forme autour de ce personnage à proximité des célèbres pédagogues Élise Freinet, Célestin Freinet et Adolphe Ferrière. Cette promenade permettra aux lecteurs de se confronter à la profondeur et à la complexité de la question des pratiques tout en observant la longue et incertaine lutte à l’œuvre dans les champs scientifiques et à l’extérieur pour faire évoluer les normes, qu’elles soient sociales, pédagogiques ou médicales.

Plus d’informations ici: http://purh.univ-rouen.fr/node/1280

Appel à communications – Vigne, vin et éducation du XVIIIe siècle à nos jours

Est diffusé un appel à communications pour un symposium international pluridisciplinaire sur la thématique Vigne, vin et éducation du XVIIIe siècle à nos jours, organisé à Bordeaux les 19, 20 et 21 mai 2021.

Présentation générale:

La vigne, le vin et l’éducation sont des thématiques qui paraissent éloignées et qui pourtant peuvent se rejoindre autour de la formation et des lieux d’apprentissage (lycées viticoles, universités, écoles d’œnologie…) et des savoirs scolaires à travers des disciplines comme la géographie, la biologie, l’art… ; ce qui n’empêche pas l’École de lutter par ailleurs contre les addictions, l’alcoolisme et ses dérives. Il faut dire que vigne et vin ont toujours rassemblé les hommes, constituant un véritable patrimoine culturel répandu dans le monde entier, le vin étant alors une référence culturelle sociétale et éducative. Ainsi, cette thématique pourrait être étudiée autour de trois grands axes en convoquant plusieurs disciplines venues des Sciences humaines et sociales mais également des Sciences et des disciplines littéraires et artistiques.

Date limite de soumission: 31 janvier 2020

L’appel en entier est consultable ici.

Parution – Du bon usage de la pédagogie, Mohand Saïd Lechani

Nous signalons la parution de Du bon usage de la pédagogie, de Mohand Saïd Lechani.

Son auteur, feu Mohand Saïd Lechani (1893-1985), fut un pionnier kabyle engagé dans les combats de son temps (proche d’Albert Camus et des animateurs de la gauche morale de l’époque). Ses écrits rares appartiennent au courant de l’Education nouvelle  (Freinet, Montessori, Decroly) et s’apparentent aussi au domaine FLE.
La publication est préfacée par Anne-Marie Chartier.
 
Pour plus d’informations: https://www.editionslcqm.com/nouveautes/

Parution – Pour une pédagogie solidaire. Sylvain Wagnon

Nous signalons la parution de l’ouvrage de Sylvain Wagnon Pour une pédagogie solidaire. Editions Sipayat. Sortie le 14 octobre 2019
 
Présentation
 
Pour une prise en compte des défis actuels par l’éducation.
Pour l’affirmation d’une boussole éthique à partir des principes de l’Education nouvelle.
 
Avec la pédagogie solidaire, c’est une réflexion globale sur l’éducation, la nécessité d’agir pour notre système éducatif public, pour l’avenir de notre planète et de nos enfants qui est proposée. Structurée par les principes et les pratiques de l’éducation nouvelle, cette pédagogie solidaire est un appel à agir efficacement pour mettre en œuvre une société plus fraternelle. Face à l’obsolescence de notre système éducatif, il faut avec lucidité penser une autre éducation. Cela passe par une critique du système scolaire en place mais aussi de la société néolibérale actuelle. Cette pédagogie solidaire n’est pas une pédagogie des bons sentiments. Elle est un outil au service d’une action d’envergure pour l’avenir de notre existence. L’engagement solidaire est un acte motivé de lutte contre la xénophobie et le racisme. Face à un monde qui s’enferme et refuse de voir la réalité en face, il convient de proposer une révolution solidaire. L’éducation est perçue comme un domaine de mutation lente, voire d’inertie. La réalité est, au contraire, que c’est le seul domaine qui peut faire évoluer durablement la société face à l’urgence des défis politiques et environnementaux.
 
Avant-propos de Francis Vallat, président d’honneur de SOS Méditerranée.
Préface de Philippe Meirieu, professeur émérite en Sciences de l’éducation Université Lumière – Lyon 2.
Postface de Jean-Paul Delahaye, Inspecteur général de l’éducation nationale honoraire.
 
L‘intégralité des droits d’auteur de cet ouvrage sera reversée à l’association SOS Méditerranée.
 
Pour plus d’informations
http://www.sipayat.com/pedagogie-solidaire.html
 
 

Séminaire L’école à Paris. Saison 1: Les écoles dans la ville

Depuis 2007, une importante opération de collecte d’archives auprès des écoles et des établissements d’enseignement secondaire de la Ville de Paris a été menée par les Archives de Paris. Plus de 550 versements d’une grande variété ont ainsi été réceptionnés : du registre d’inscription des élèves au matériel éducatif, en passant par les documents administratifs spécifiques… Ces sources sont très précieuses pour renouveler l’histoire de l’enseignement dans la capitale. Les Archives de Paris et le Comité d’histoire de la Ville de Paris s’associent une nouvelle fois en proposant un cycle de conférences sur l’école aux XIXe-XXe siècles, en s’appuyant sur les spécificités parisiennes. La première saison – d’octobre à décembre 2019 – est consacrée à l’architecture et à la géographie scolaire de la capitale, tandis que la deuxième saison – de janvier à juin 2020 – se penchera sur les protagonistes de l’école, élèves et professeurs, et interrogera les formes de l’enseignement.
 
Organisation
Comité d’histoire de la ville de Paris / Archives de Paris
 
Plus d’infos :  http://archives.paris.fr/r/146/conferences/ 

Cycle de conférences les jeudis, de 17h à 18h30.
Entrée libre dans la limite des 100 places disponibles et dans le respect des consignes de sécurité.
 
Prochaines séances
 
28 novembre 2019
L’école en images, décors parisiens des années 1930.
par Marie Monfort, DRAC Île-de-France

12 décembre 2019
Ecoles et mouvement moderne
par Morgane Menad et Cécile Rivière, Commissaires de l’exposition “Bâtir l’école, architecture et pédagogie 1830-1939”, Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes (MUS) (13 novembre 2019-21 juin 2020)
 

Continuer la lecture de « Séminaire L’école à Paris. Saison 1: Les écoles dans la ville »

JE – “S’orienter, être orienté.e. Choix et contraintes des parcours des élèves et des étudiants XIXe-XXe siècle” (Arras, 29 nov. 2019)

Journée organisée par Jean-François Condette, Jérôme Krop et Stéphane Lembré (INSPE Académie de Lille Hauts-de-France, CREHS de l’Université d’Artois)

Pour tout renseignement : stephane.lembre [at] espe-lnf.fr 

Continuer la lecture de « JE – “S’orienter, être orienté.e. Choix et contraintes des parcours des élèves et des étudiants XIXe-XXe siècle” (Arras, 29 nov. 2019) »

Soutenance – Mina Kleiche-Dray, “Ce que les savoirs aux Suds disent aux Sciences : Production des connaissances, communautés scientifiques et développement” (HDR)

La soutenance aura lieu le vendredi 27 septembre à 9h à l’Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, dans la salle des thèses.
 
Le jury sera composé de :
 
  • Joëlle Le Marec, Professeure, Université Paris IV Sorbonne (Présidente)
  • Jean-Paul Gaudillière, Directeur d’études de l’EHESS et Directeur de Recherche CNRS (Garant)
  • Michel Grossetti,  Directeur d’études de l’EHESS et directeur de Recherche CNRS (Rapporteur)
  • Catherine Larrère, Professeure émérite, Université Paris I- Panthéon Sorbonne (Rapporteur),
  • Monique Landesmann, Professeure émérite, Universidad Nacional Autónoma de México (Examinatrice)
  • Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite CNRS (Examinatrice)
 
Résumé : les deux volumes de ce dossier rendent compte à la fois de ma trajectoire de recherche croisant la sociologie des sciences, l’histoire des savoirs et les études sur le développement et d’une réflexion sur deux décennies d’étude de la production des savoirs dans « les Suds ». J’y questionne l’universalité de la science à partir de la participation des pays des Suds à la science moderne à partir des cas de l’agronomie au Maroc et de la chimie au Mexique. Le mémoire de synthèse revient d’une part sur la construction de la méthodologie de recherche sur les sciences qui en a résulté et qui associe enjeux épistémiques et organisations sociales des mondes scientifiques, production des connaissances et leurs usages. La forme narrative mêlant histoire incorporée et histoire académique du mémoire de synthèse renvoie ainsi à une évolution plus générale des travaux consacrés à la production de savoirs par et pour les Suds tout d’abord développés, soit en lien avec la question de la domination coloniale du côté de l’histoire, soit avec celle du rattrapage, de la formation des experts et des besoins de développement du côté de la sociologie des sciences.

Séminaire 2019-2020 – L’enseignement scolaire de l’histoire : l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises

Le thème de cette année de séminaire sur l’enseignement scolaire de l’histoire envisagera, toujours dans une dynamique européenne, la question de l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises. Le fait que les démocraties soient fragiles, faillibles et vulnérables est au cœur de la problématique envisagée. Il s’agit aussi d’un enjeu d’actualité, car dans quelle mesure les démocraties d’aujourd’hui transmettent (et avec quelle pertinence) ce que longtemps le credo scolaire a désigné, comme “les leçons du passé”, à savoir la façon dont les démocraties basculaient dans les formes autoritaires de gouvernement, avec les désastres qui les accompagnent.

Comment enseigne-t-on les crises démocratiques qui sont au programme ? Comment donne t’on aux élèves les moyens de comprendre les fragilités démocratiques ? De quelle manière arme t’on les élèves à comprendre les “montées des périls” ?

Programme 2019-2020

Séminaire 2019-2020 – Liens familiaux et institutions disciplinaires (GRID)

Un jeudi par mois de 17h à 20h. Salle S002, Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Séminaire organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et le LARHRA, avec le soutien de la faculté des Lettres de Sorbonne Université et du Centre d’histoire de Sciences Po

Séance 1. Les liens familiaux du personnel surveillant (14 novembre 2019, salle S002)

  • Amandine Thiry (Université catholique de Louvain / Universiteit Gent) : « Concilier ordre carcéral et ordre familial. Les familles du personnel et l’organisation des prisons belges au XIXe siècle »
  • Samuel Tracol (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Les relations intimes entre femmes et filles de personnel et la population pénale dans les bagnes de Guyane »

Séance 2. Modèles familiaux et familles alternatives (12 décembre 2019, salle S002)

  • Antoine Rivière (Paris 8, CIRCEFT) : « Les familles nourricières des pupilles de l’Assistance publique parisienne (1870-1940) »
  • Elsa Neuville (Lyon 2, LARHRA), « Les crèches sauvages et parallèles dans les « années 1968 » : l’enjeu de la place des parents dans l’institution à l’origine de nouveaux modes de garde »

 Séance 3. L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial / Camps, familles et masculinités (9 janvier 2020, salle S002)

  • Neil Davie (Lyon 2, LARHRA), « Entre peuplement colonial et mise à l’écart. La transportation des jeunes délinquants britanniques vers la Terre de Van Diemen (1820-1850) » 
  • Josselin Tricou (INSERM, CESP / LEGS) : « Re-genrer les familles et la société : des camps pour hommes adultes en non-mixité masculine choisie au sein du catholicisme d’identité »

Séance 4. La continuité de la vie de famille (26 mars 2020, salle S002)

  • Irène Gimenez (Lyon 2/IEP Grenoble, LARHRA) : « Marraine de prison, un lien conjugal alternatif ? Genre et care à l’épreuve de la correspondance d’Alicia »
  • Anne Jusseaume (Université d’Artois, CREHS) : « Entrer en religion, rester en famille : liens de parenté et vie familiale de part et d’autre du couvent, France, XIXe-premier XXsiècle » 

Séance 5. Être « sans famille » (23 avril 2020, salle S002)

  • Julien Hillion (Université d’Angers, TEMOS) : « Seul parmi les “nuisibles”. Vivre sans famille à la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (1880-1911) »
  • Joris Guillemot (Université du Mans, TEMOS) : « Transferts des malades et éloignement des familles, quels enjeux pour l’institution ? Le cas de Plouguernével »

Séance 6. Le devoir de « faire famille » : l’encadrement des liens familiaux dans et hors les murs (14 mai 2020, salle S002)

  • Albert Garcia (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « Military Presidios  and Colonial Wars in late 19th-century Spain: “Race”, Gender and the Politics of Transatlantic Deportation after Cuba’s ‘Guerra Chiquita’, 1879-1885 »
  • Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias) : « Jusqu’où peut aller le paternalisme ? Surveillance et encadrement des familles dans les Houillères nationalisées françaises » 

Soutenance – Farah Hany George Ramzy, “Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011”

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.