Parution – Fabian Waßer, « Von der « Universitätsfabrick » zur « Entrepreneurial University » Konkurrenz unter deutschen Universitäten von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre »

Wettbewerb unter Hochschulen ist seit der Exzellenzinitiative auch in Deutschland in aller Munde. Bei der interuniversitären Konkurrenz handelt es sich jedoch keineswegs um ein neues Phänomen: In einem historischen Längsschnitt von der Spätaufklärung bis in die 1980er Jahre hinein zeichnet Fabian Waßer kompetitive Praktiken deutscher Universitäten nach. Aufbauend auf Georg Simmels triadischem Konkurrenzmodell stehen dabei Fragen nach den am Wettbewerb beteiligten Akteuren, den Prämien der Konkurrenz und den schiedsrichterlichen Instanzen, die über die Verteilung derselben entscheiden, im Vordergrund.

Im Fokus der Untersuchung stehen Umbruchphasen, in denen sich neue Wettbewerbsordnungen etablierten: die Epoche von der Gründung der Aufklärungsuniversität Göttingen bis zu den Humboldtschen Bildungsreformen sowie das Kaiserreich und das « Dritte Reich », aber auch die « langen 1960er Jahre » und der Beginn der « Ära Kohl » in den 1980er Jahren. Im Vergleich wird deutlich, dass sich der Wettbewerb bei einer Verknappung der Prämien verschärfte und Zeiten starken Konkurrenzdrucks mit Phasen eines nur schwach ausgeprägten Wettbewerbs abwechselten.

Parution – CIAN-Revista de Historia de las Universidades, 23/1, 2020 (Espagne)

Dossier

Presentación. La oposición política al franquismo en la Universidad Alberto Carrillo-Linares
La represión de la protesta estudiantil durante el franquismo (1936-1976) Eduardo González Calleja
Universitarias en el antifranquismo. Mujeres, movilización estudiantil y feminismo, 1960-1975 Mónica Moreno Seco
La prensa estudiantil bajo dictadura. Apuntes para un estudio comparativo entre España y Argentina Guadalupe A. Seia
La Universidad de Santiago de Compostela (1939-1969): de la indiferencia y la “no adhesión” al antifranquismo Ricardo Gurriarán Rodríguez
Movimiento estudiantil antifranquista en Andalucía Alberto Carrillo-Linares

AàC – « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations », en vue d’un colloque international (24-25 juin 2021, Université de Lausanne)

  • 15 septembre 2020 : envoi des propositions
  • Décembre 2020 : réponse aux auteurs
  • 11 juin 2021 : envoi de la communication
  • 24-25 juin 2021 : colloque à Lausanne
  • 15 septembre 2021 : remise des papiers sélectionnés pour publication

Encore peu de travaux se sont intéressés à l’internationalisme éducatif tel qu’il se développe au cours de la Guerre froide. Cette période offre pourtant un cadre exceptionnel pour saisir l’évolution et les métamorphoses des processus d’internationalisation des savoirs et des pratiques éducatives, que ce soit dans la sphère scolaire ou extra-scolaire. Portés par une multitude d’acteurs nationaux, internationaux et impériaux, ceux-ci s’articulent en effet étroitement non seulement avec les enjeux posés par l’affrontement idéologique entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, mais aussi avec le processus de construction européenne, la décolonisation, l’émergence du « tiers-mondisme » et les tentatives de régulation des relations internationales (maintien de la paix, etc.). Dès lors, il s’agit dans ce colloque de poser les bases pour une histoire plurielle et croisée de l’internationalisme éducatif, en retraçant ses formes, ses trajectoires (Nord-Sud, Est-Ouest, Sud-Sud) ainsi que son impact sur le cadre politique et les rapports de force déterminés par la « Guerre froide globale ».

AàC – Regards croisés sur les colonies de vacances, en vue d’un colloque les 4-5 nov. 2020 à l’Université d’Angers

Rapports parlementaires, journées professionnelles (colloques récurrents de l’UNAT, conférence-débat organisée en mars 2020 par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire), volonté de labellisation, campagnes publicitaires… les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition. Pourtant, alors que le taux de départ des enfants et des jeunes (avec ou sans les parents) a globalement progressé pour se stabiliser autour de 75 % aujourd’hui, le départ en colonies a lui drastiquement diminué : 7,5 % des 5-19 ans partaient en séjours collectifs au début des années 2010, contre 14 % en 1995. En 2016/2017, ce sont 8,9 % des enfants de moins de 15 ans qui partent en colonies de vacances ou en camps de centres aérés, ce qui représente un peu plus d’un million d’enfants (mais plus de 40 % des enfants du même âge sont partis avec leurs grands-parents ou un membre de la famille) et on estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents (Ovlej, 2013 ; Khiati & Gitton, 2018).   

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Aussi, nous proposons de croiser des regards disciplinaires et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels à l’occasion d’un colloque de deux jours qui explorera les pistes exposées ci-après. Dans cette perspective, sont attendues des communications relevant de l’histoire, de la géographie, de l’aménagement, du droit, de l’économie, de la sociologie, de la psychologie… 

JE – « Pierre Jartoux (1169-1720), jésuite originaire d’Embrun, scientifique en Chine », 8 août 2020 (Embrun, Hautes-Alpes)

Le samedi 8 août 2020, à Embrun (Hautes-Alpes), se tiendra une journée d’étude sur l’activité des jésuites scientifiques en Chine aux XVIIet XVIIIsiècles, à partir du cas particulier du père Pierre Jartoux (Embrun, 1669 – Pékin, 1720), avec la participation d’universitaires, historiens et archivistes, est organisée par le diocèse de Gap et Embrun, en partenariat notamment avec la ville et le Pays S.U.D.

Ce colloque se tient en présence de Mgr Xavier Malle, évêque du diocèse de Gap (+Embrun), de S.E. le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque émérite de Bordeaux et de Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes.

  • 8 h 45 : accueil
  • 9 h : ouverture du colloque par madame Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil Régional, maire d’Embrun Ou Mme Jehanne Marrou, adjointe chargée de la culture
  • 9 h 15 Introduction Bernard Busser, président de la journée
  • 9 h 30 L’aventure d’une vie, le père Pierre Jartoux, d’Embrun à la Chine Pierre Jartoux, ingénieur Arts et Métiers
  • 10 h 15 Les pères jésuites haut-alpins dans l’histoire du diocèse de Gap, Père Pierre Fournier, prêtre du diocèse de Gap, historiographe diocésain
  • 11 h 15 Jean-Joseph Rossignol (1726-1815) : de La Vallouise au monde, un itinéraire jésuite, Luc-André Biarnais, Archiviste diocésain
  • 12 h : table ronde, échanges avec le public.
  • 12 h 30 : buffet offert, sur place.
  • 14 h 15 Messe du samedi à la cathédrale Notre-Dame du Réal pour ceux qui le souhaitent. 
  • 15 h 30Le parcours du père Jartoux en Chine, Isabelle Landry, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine et École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • 16 h 15 Le rôle des collèges jésuites dans l’élan missionnaire de la France au XVIIe siècle, Françoise Fauconnet-Buzelin, chargée de recherches aux Missions Étrangères de Paris.
  • 17 h : pause
  • 17 h 30 Un mathématicien en Chine au XVIIe siècle, Anne Tarpent, professeur de mathématiques en retraite. Auteur de recherches historiques en musique et en sciences
  • 18 h 15 Construire des ponts dans un monde divisé : les jésuites en Chine, nos contemporains, Wu Huiyi, historienne à Cambridge et au Centre d’étude Chine moderne EHESS Paris
  • 19 h : table ronde, échange avec le public.
  • 19 h 30 : conclusion du colloque.

AàC – « Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (France, 1849-1924) », en vue d’une journée d’études au Musée Rodin (Paris), le 7 mai 2021.

La deadline de l’AàC a été déplacée au 31 juillet 2020 et la journée d’études décalée au 7 mai 2021.

Dans le cadre de l’exposition « Juana Romani (1867-1923), modèle et peintre. Un rêve d’absolu » (l’exposition, initialement prévue du 13 mai au 20 septembre 2020, a été reportée du 5 mai au 19 septembre 2021), le musée Roybet-Fould de Courbevoie a souhaité approfondir la réflexion sur la formation des artistes femmes au XIXe siècle. Les problématiques de transmission pratique et intellectuelle ont notamment été explorées par Alain Bonnet et France Nerlich dans Apprendre à peindre. Les ateliers privés à Paris. 1780 à 1863, publication (2013) issue d’un colloque tenu en 2011. L’essai de Séverine Sofio dans ce même ouvrage, ainsi que ses recherches sur les artistes femmes de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle (2016), ont permis de faire émerger le rôle des artistes femmes en tant que formatrices. La pédagogie était également au cœur de la récente exposition Transmission/Transgression. Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… (2019), contribuant à mettre en exergue les nombreuses sculptrices formées dans l’atelier d’Antoine Bourdelle. À la suite de deux colloques organisés par AWARE, l’un autour de la problématique de la parentèle (2016), l’autre sur la formation et la professionnalisation (2019), et ce sur une large période entre le XIXe et le XXe siècle, il paraît pertinent de se pencher sur la manière dont les élèves se sont construites en tant qu’artistes au travers de l’apprentissage auquel des femmes ont pu contribuer.

AàC en vue d’un colloque : « Apprentissages, stratégies et politiques éducatives. Quelles interdisciplinarités, méthodologies et perspectives internationales ? »

Ce colloque est soutenu par le Pôle d’Innovation, de Recherche, d’Enseignement pour l’Éducation d’Aix-Marseille (AMPIRIC) financé dans le cadre du troisième Programme d’Investissements d’Avenir (P.I.A. 3). Ce projet émanant de la Structure Fédérative d’Études et de Recherches en Éducation de Provence (SFERE-Provence), vise à améliorer les performances des élèves, notamment ceux qui sont en difficulté, dans leur apprentissage en développant, expérimentant, diffusant des approches pédagogiques innovantes par une mise en réseau entre activités de recherche, formation et enseignement. Dans cette perspective, l’objectif de ce colloque biannuel, est le décloisonnement disciplinaire pour développer les connaissances dans les domaines des apprentissages, des organisations et des systèmes institutionnels de formation et d’éducation.

Cette deuxième édition du colloque invite à analyser les conditions de la réussite éducative à travers les nouveaux défis posés aux recherches sur les apprentissages, et en particulier, aux recherches sur les politiques et stratégies éducatives. Les politiques éducatives font l’objet de nombreux débats en France, mais également à l’échelle européenne, compte tenu de la mise en place des benchmarks européens concernant l’Education et la Formation (sur lesquels sont évalués et comparés les différents pays). En la matière, les dernières données PISA questionnent une nouvelle fois la capacité du système éducatif français à prendre en compte la diversité des élèves et pointe l’immense importance de l’environnement dans l’apprentissage. Un nouveau débat aujourd’hui, au cœur duquel on trouve le concept de globalisation, est en train d’être engagé et n’est pas sans conséquences pour les questions éducatives (Delvaux et al., 2015). L’interrogation sous-jacente à cette réflexion concerne la pertinence de l’État-nation comme espace de décision en matière d’éducation, étant donnée la multiplication des niveaux de pouvoir entre le local et le global. Le processus de globalisation se double, dans l’espace européen, d’un projet d’intégration économique et politique tout à fait original. L’adoption de toute une série d’actes communautaires (décisions, recommandations, résolutions, etc.), bien que sans valeur juridique contraignante, ont une prise directe ou indirecte sur les affaires éducatives des états membres). Ceci n’est pas contradictoire avec le maintien, à l’intérieur des frontières de chaque État membre, de marges relativement importantes d’autonomie, beaucoup plus évidentes en ce qui concerne la production d’un discours de légitimation nationale que dans la formulation de politiques alternatives (Nóvoa, 1998). 

Les politiques éducatives s’entendent dans ce colloque au sens large et renvoient autant aux stratégies supranationales, aux politiques nationales, régionales et locales ainsi qu’aux stratégies et aux choix des différents acteurs du système éducatif (acteurs académiques, établissements, équipes éducatives, familles ou encore des élèves). La question de la stratégie et du choix fait également référence à la construction des professionnalités enseignantes dans des contextes organisationnels spécifiques où se définie une appropriation localisée des politiques publiques.

Parce que les politiques et les stratégies éducatives renvoient à des processus complexes et multidimensionnels, elles sont analysées dans ce colloque en portant une attention particulière à la question de l’interdisciplinarité des recherches. Le décloisonnement disciplinaire dans le champ de l’éducation est en lien étroit avec le décloisonnement méthodologique, voire épistémologique des travaux. En outre, la controverse mettant en discussion les différentes méthodes d’objectivation inscrites au cœur de paradigmes, peut donner lieu à un débat sur des stratégies d’intégration de données quantitatives et qualitatives, telles que la complémentarité, la combinaison et la triangulation (Anadón, 2019). Un tel débat implique une émergence paradigmatique (Bal et Trainor, 2016) où peuvent être discutés, aux frontières de différentes méthodologies et disciplines, des énoncés théoriques sur la question des apprentissages.

Les politiques et les stratégies éducatives ainsi que les défis méthodologiques et interdisciplinaires relativement à ces questions sont analysées au travers des quatre axes suivants.

Publication – Julien Cahon et Youenn Michel (dir.), « Refus et refusés d’école (France, XIXe-XXe siècle) », PUG, 2020.

Décrochage scolaire, absentéisme, éducation à domicile, école privée hors contrat, de l’éducation séparée à l’inclusion scolaire, les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain.

C’est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu’alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l’ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d’école, ainsi que l’attitude et les réponses de l’État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l’ordre scolaire, les refus de la forme de l’école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au‑delà des acteurs et chercheurs de l’éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.

Avec les contributions de : Marie‑Charlotte Allam, Sabria Benzarti, Angélique Blanc‑Serra, Samuel Boussion, Chantal Dhennin‑Lalart, Catherine Dorison, Ismail Ferhat, Yann Forestier, Mathias Gardet, Xavier Pons, Bruno Poucet, Ronan Richard, André D. Robert, Jean‑Yves Seguy, Sylvain Wagnon.

Publication – Michel Christian, Joëlle Droux, Rita Hofstetter (dir.), « Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle. Genève au cœur d’une utopie », Alphil, 2020.

Le 2 juin 1913 s’ouvre à Paris le Xe Congrès international des femmes qui débouche sur un souhait : « Que les femmes s’initient au pacifisme, suprême affirmation du droit humain, et qu’elles s’en inspirent dans l’éducation des enfants. » On ne saurait mieux dire le lien étroit qui unit déjà combat pacifiste et enjeux éducatifs à la veille de la Première Guerre mondiale.

Cet ouvrage met précisément en lumière la façon dont les terrains éducatifs ont été traversés au fil du XXe siècle par une diversité de causes transnationales portées par la conviction que la paix se construit par l’éducation. À l’épicentre de ces réseaux, un lieu qui est bien plus qu’une ville: Genève, modeste cité lémanique qui se transforme à partir de 1919 en une véritable ruche internationaliste avec l’arrivée des premières grandes organisations internationales chargées de bâtir un nouvel ordre mondial.

L’ouvrage montre le rôle conféré à l’éducation afin de favoriser cette solidarité universelle et de faire circuler en Europe et dans le monde ces valeurs pacifistes qui nourrissent l’« esprit de Genève ». Les contributions dévoilent la diversité des acteurs individuels (pédagogues, psychologues, médecins, politiciens) et collectifs (réseaux scientifiques, mouvements associatifs et militants) engagés dans cette dynamique réformiste, et cela bien au-delà de l’entre-deux-guerres. Elles donnent à voir la richesse des initiatives alimentant cet élan pacifiste auprès des jeunes, entre les mains desquels se jouerait le devenir de la démocratie et de l’humanité. Les auteurs examinent aussi les controverses, les tensions et les concurrences qui entourent ces élans internationalistes. En mettant au jour les tribulations et les transformations de ces projets réformistes dans le temps et l’espace, l’ouvrage propose de nouveaux éclairages sur la genèse transnationale des politiques éducatives contemporaines.

AàC pour un n° de la revue Synergies France intitulé : « Politique(s) linguistique(s) et formations universitaires dans le monde francophone ».

  • Date de remise des articles : 31 juillet 2020

Les articles de ce numéro de Synergie France s’intéresseront à différentes problématiques que soulève la question des formations universitaires en politique linguistique dans des contextes francophones. Ils pourront prendre la forme de panoramas généraux historiques ou contemporains, d’une réflexion globale sur les évolutions dans le domaine ou se centrer sur des études de cas, présenter des formations en politique linguistique et politique linguistique éducative, s’intéresser aux contenus, aux orientations, aux posture épistémologique, aux idéologies, aux savoirs et savoir-faire d’expertise, aux finalités, aux débouchés, à la reconnaissance sociale, universitaire ou scientifique de ces formations.

AàC en vue de l’école d’été du How to « Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies » (pour mémoire).

The Summer School 2020 will be postponed and will take place from September 6 to 10, 2021.

How to Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies

How do you do theory ? While the craft of methods and empirical work more generally is often made explicit in higher education research and science studies, theory work usually remains implicit. The aim of the summer school is to make explicit how we work with theories, and how we make them work. We would like to discuss the craft of theorizing, explore routines and strategies of doing theory, think about opportunities and blind spots of theory work, and uncover the positions and relations theories can have in our research. The summer school will give early career researchers in higher education research and science studies the opportunity of a reflexive hands-on approach to theory. It will provide a context to reflect the theory work in one’s own research and discuss it with eminent scholars of theorizing in the fields of higher education research and science studies and beyond.

Publication – Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu (dir.), « Carrières de femmes », n°35, Revue d’histoire des sciences humaines, 2020.

Dossier

Document

Varia

AàC en vue d’un colloque : « Sports, culture populaire et culture matérielle ».

Résumé :

À l’heure où le sport s’ancre de plus en plus dans le quotidien et ses objets, ainsi qu’au sein de la culture populaire, ce colloque entend questionner les pratiques sportives et/ou ludiques productrices ou dérivant de cette culture, en se focalisant sur les biens matériels, produits et reflets d’une société donnée.  Ces journées s’intéresseront à la production, la consommation, l’usage de ces objets (du jouet aux applications mobiles, en passant par les productions médiatiques), mais aussi aux comportements, normes et rituels qu’ils mettent en jeu. Favorable aux approches pluri et transdisciplinaires, ce colloque explorera plusieurs thématiques, parmi lesquelles l’éducation, l’identité, la sociabilité, la médiatisation, la patrimonialisation, le rapport à l’imaginaire, ainsi que le rapport aux innovations et au progrès technique et technologique.

At a time when sport is increasingly anchored in our everyday lives and objects, as well as in popular culture, this symposium intends to study these sports and/or playful practices which produce – or derive from – this culture, focusing on material goods, which are both products and reflections of a given society.  This event will focus on the production, consumption and use of these objects – from toys to mobile apps and media productions), but also on the behaviors, norms and rituals they create. Favoring pluri- and transdisciplinary approaches, this symposium will explore several themes, including education, identity, sociability, media, heritage, imagination, as well as innovation, and both technical and technological progress.

Publication – Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey et Julien Vincent (dir.), « Les encyclopédismes en France à l’ère des révolutions (1789-1850) », PU de Franche-Comté, 2020.

Après la Révolution française, l’idée d’encyclopédie prend une extension considérable. Jusqu’au Printemps des peuples de 1848, elle est indissociable de l’idée de république universelle, et se trouve au cœur d’une multiplicité d’enjeux pour la reconstruction institutionnelle, intellectuelle et politique de la société postrévolutionnaire. C’est à la singularité de ce moment (1789-1848) dans l’histoire longue de l’encyclopédisme que sont consacrées les différentes contributions de ce volume. Loin de se limiter à un moment de l’histoire des sciences, l’encyclopédisme nous révèle la manière dont les sociétés modernes se représentent elles-mêmes et s’instituent politiquement.

Publication – Laurent Cosnefroy, Jean-Marie De Ketele, Bernard Hugonnier, Philippe Parmentier, Donatella Palomba, Stamenka Uvalic-Trumbic, « L’internationalisation de l’enseignement supérieur. Le meilleur des mondes ? », De Boeck supérieur, 2020.

Ce livre est le premier qui propose un bilan critique de l’internationalisation de l’enseignement supérieur en abordant à la fois les aspects politiques, économiques, institutionnels et pédagogiques.

L’enseignement supérieur s’est massivement internationalisé ces dernières années. Dans tous les pays les plus développés économiquement, les universités cherchent à capter un public d’étudiants étrangers, à envoyer elles-mêmes leurs étudiants à l’étranger et à recruter des enseignants-chercheurs étrangers. Les finalités assignées sont multiples, parmi lesquelles mieux préparer les étudiants à travailler dans un monde multiculturel et globalisé, obtenir une meilleure visibilité à l’international en accédant au statut « d’université de classe mondiale », se manifestant entre autres par un classement en bonne place dans les palmarès les plus réputés (Shanghai, Times Higher Education).

L’objectif de ce livre est de proposer une analyse globale du processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur en examinant les aspects politique, économique, institutionnel et pédagogique et en clarifiant plusieurs concepts utilisés dans ce domaine tels que globalisation, éducation transnationale, citoyenneté globale, compétence interculturelle, mobilité internationale et internationalisation chez soi. L’ouvrage développe en outre différents scénarios d’évolution de l’internationalisation de l’enseignement supérieur et avance des propositions pour qu’elle soit plus équitable et plus sociale.

Publication – Mathias Gardet et David Niget (dir.), « L’étrange étrangeté des dossiers de l’enfance irrégulière », n° 21, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2019.

Publication – Caroline Hache, « L’excellence scolaire dans les ZEP. Quelles perceptions chez les enseignants ? », PUR, 2020.

Cet ouvrage s’intéresse au discours des enseignants de ZEP face à des élèves en grande réussite scolaire (EGRS). Ils témoignent de difficultés à évaluer la réussite qu’ils qualifient de subjective, parlent du manque de motivation et du risque d’ennui dans un milieu pouvant s’avérer peu propice aux apprentissages. Ces élèves sont parfois sous-nourris, instrumentalisés voire oubliés par les enseignants. Ce travail exploratoire mené auprès de 2 500 enseignants d’écoles élémentaires en éducation prioritaire se termine par des préconisations à destination des formateurs, enseignants et futurs enseignants.

Publication – Catherine Dorison, Jean-Pierre Chevalier, Anissa Belhadjin, Marie-Laure Elalouf et Maryse Lopez, « Des écoles normales à l’ESPE. Témoignages de formateurs », PU Grenoble, 2018.

La qualité du système d’enseignement dépend en partie de l’efficacité de la formation de ses enseignants. Alors, comment former les enseignants ?

En quarante ans, les modalités de la formation initiale et continue des enseignants ont été plusieurs fois modifiées, chaque changement étant censé ouvrir une ère nouvelle. Cet ouvrage revient sur ce passé en donnant la parole à ceux qui ont mis en oeuvre ces réformes successives : les formateurs d’enseignants. Quarante-cinq entretiens ont été réalisés auprès de formateurs ayant exercé dans les écoles normales, à l’IUFM, à l’ESPE de l’académie de Versailles. Ils témoignent de leurs choix pédagogiques, des controverses professionnelles, de l’importance du groupe de pairs. En nous replongeant dans l’histoire récente, ils mettent en lumière les enjeux des évolutions et des choix politiques.

À travers l’exemple de l’académie de Versailles, on comprend ainsi comment se forment une culture professionnelle des formateurs et les conditions d’une circulation des savoirs entre les mondes de la recherche pédagogique, de la formation et de la profession enseignante. Ces témoignages constituent une histoire locale qui a l’ambition d’être un élément d’une histoire globale de la formation des enseignants.

Publication – Philippe Marchand (éd.), « Raconter la guerre. Souvenirs des élèves du département du Nord (1920) », à paraître aux PU du Septentrion.

En mai 1920, à l’occasion de la tenue à Lille d’une Exposition internationale pour la renaissance des régions libérées, Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille demande aux enseignants de répondre à un questionnaire, à leurs élèves de rédiger une composition française sur le thème de leurs souvenirs de la guerre et de faire le récit d’un épisode dramatique dont ils auraient été le témoin ou l’acteur. Ce sont les 152 compositions produites par les élèves des six arrondissements du département du Nord aux deux tiers occupés par les Allemands qui sont ici publiés. Conservées dans les fonds de La Contemporaine (Nanterre), elles n’ont jamais été exploitées systématiquement faute d’une publication, accompagnée d’un appareil critique.

Témoignages directs d’enfants pour certains, d’adolescents pour d’autres, elles ne sont pas une vision de la Première Guerre mondiale « par le petit bout de la lorgnette ». Elles rassemblent les souvenirs de jeunes témoins qui ont connu la mobilisation de membres de leurs familles. Le choc de l’invasion allemande avec ses pillages et ses exactions, le froid, la faim, les représailles les bombardements aériens… C’est ce qui fait de ces textes des documents attachants et surtout précieux pour saisir l’expérience de la guerre par de jeunes enfants. En même temps, ils mettent en lumière le rôle de l’École dans la construction de la mémoire de la Première Guerre Mondiale.