Soutenance d’HDR – Sophie Orange, “Raisons et préjugés. Rationalités spécifiques et logiques propres dans la production des aspirations scolaires”

 Le dossier d’HDR se compose de 3 tomes :

  • Le tome 1, intitulé “Raisons et préjugés. Rationalités spécifiques et logiques propres dans la production des aspirations scolaires”, correspond au mémoire de synthèse de mon parcours. 
  • Le tome 2, intitulé “Avoir 30 ans en 2020. Aspirations et réalisations dix ans après la sortie de Sections de techniciens supérieurs”, correspond au manuscrit original.
    • Résumé : Entre 2008 et 2010, dans le cadre de ma recherche doctorale, j’ai suivi une cohorte de 900 étudiant·es entré·es en Sections de techniciens supérieurs. Dix ans après, j’ai souhaité reprendre le travail où je l’avais laissé et savoir ce qu’ils et elles étaient devenu·es. Que signifie pour ces jeunes avoir 30 ans en 2020 ? Il apparaît que les trajectoires de ces trentenaires issu·es des classes de Sections de techniciens supérieurs et caractérisé·es pour beaucoup d’entre elles et eux par leur origine populaire et rurale, sont marquées par un certain nombre de limitations ou restrictions, productrices de désajustement entre les aspirations et les réalisations. L’approche longitudinale autorise une vision dynamique de ces mobilités, qui ne se réduisent pas à un point de départ et à un point d’arrivée, mais qui sont marquées par les discontinuités, les bifurcations, les cassures ou encore l’instabilité. Cette démarche, qui cumule les points de vue, permet encore de comprendre comment les positions scolaires puis professionnelles, et plus largement sociales successives viennent travailler et modifier les prises de positions (rapport à l’école, au travail, à la famille, à la santé, au politique).
  • Le tome 3 est constitué d’une sélection de publications.

Garante :
Mme Delphine Serre, Professeure de sociologie, Université de Paris

Jury :

  • Mme Muriel Darmon, Directrice de recherche au CNRS, EHESS (rapportrice)
  • M. Bertrand Geay, Professeur de sciences de l’éducation, université Paris 8 (rapporteur)
  • M. Mathias Millet, Professeur de sociologie, université de Tours (rapporteur)
  • M. Camille Peugny, Professeur de sociologie, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Mme Delphine Serre, Professeure de sociologie, Université de Paris (garante)
  • Mme Yasmine Siblot, Professeure de sociologie, université Paris 8

Histoire de la Conférence des présidents d’Universités

https://franceuniversites.fr/actualite/cpu-50-ans-la-cpu-comme-objet-de-these-episode-3/

Etienne Bordes a soutenu sa thèse en histoire contemporaine en octobre dernier, à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Passionné par l’histoire et les mutations des universités, il a consacré ces 5 dernières années à sa thèse « La Conférence des présidents d’université (1971-2007) : une socio histoire du gouvernement des universités ».

Dans ce troisième épisode, l’enseignant-chercheur met en lumière les différences de formes qui existent entre la CPU de 1971 et celle d’aujourd’hui, tant au niveau de son statut, que de son fonctionnement on encore de sa force de frappe politique.

L’évolution de la CPU va de pair avec celle de l’Université depuis 50 ans. La montée en puissance de l’autonomie des établissements donne aux présidents des prérogatives accrues. La CPU accompagne ainsi la montée en compétences des présidents et se constitue en équipe, capable de rassembler la voix de ses membres, et de porter un message unifié. En 50 ans, elle devient un acteur politique incontournable de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France.   

CPU : Quelles sont les grandes différences entre la CPU d’aujourd’hui et celle de 1971 ?  

Etienne Bordes : En 50 ans, la CPU a acquis une assise institutionnelle et humaine importante.

En 1971, elle est présidée par le Ministre de l’Education nationale. Il faut attendre 2007 pour qu’elle devienne autonome : le Bureau, constitué de trois président·e·s d’université, est alors seul à la tête de la CPU.

A ses débuts, la Conférence est abritée dans un petit bureau de l’Université Paris 5 : une secrétaire se charge d’envoyer les convocations et de prendre les billets de transport pour les présidents. Le fonctionnement de la CPU est alors tributaire du bon vouloir et de la motivation des présidents membres.

A partir de 1990, la Conférence se dote d’une équipe permanente conséquente, qui n’a cessé de s’étoffer au fil du temps. Cela permet à la Conférence de professionnaliser son action, de mieux préparer et défendre les questions relatives aux établissements.

La professionnalisation de la fonction de président, clé de la structuration de la CPU

Les problématiques qui se posent à la CPU des origines ont certes des aspects très contemporains : formation initiale, question étudiante, formation tout au long de la vie, internationalisation sont au cœur des débats des premières réunions. Mais la manière de les examiner s’est, elle, énormément transformée depuis 50 ans à mesure de la transformation de la fonction présidentielle.

Regardons de près la façon dont la CPU s’est adaptée à traves le temps aux besoins et aux profils de ses membres :

1971-1975 Le temps des présidents fondateurs

A cette époque, les présidents fondateurs de la CPU sont tous animés d’une volonté de réforme, dans le sillage de la loi Faure de 1968. L’autonomie est leur maître-mot, et ils se battent pour que celle-ci soit budgétaire et financière. La CPU est une caisse de résonnance pour eux, mais leurs succès restent modestes.

1976-1988 Le temps des présidents politiques

Ces années marquent une évolution du profil des présidents, plus jeunes, et plus politisés, à une époque où les tensions politiques sont très fortes avec le Ministère. Ces présidents conçoivent leur métier quasiment comme un prolongement de leur action syndicale. Avec des présidents aussi bien à gauche qu’à droite de l’échiquier politique, la CPU peine à porter une ligne commune, apte à rassembler tous les établissements.

1988-2007 : le temps des présidents de contrat

Avec la mise en place de la démarche contractuelle en 1988, la fonction de président se transforme. Il acquiert un rôle administratif et se doit d’avoir une connaissance exhaustive de l’établissement et une implication totale dans toutes les strates organisationnelles de son établissement. On peut parler d’une génération de présidents passionnés, qui portent des projets d’envergure pour leur université et entendent améliorer l’enseignement supérieur dans son ensemble. Les présidents deviennent plus professionnels et les relations avec le Ministère se renforcent.

Parallèlement, la CPU monte en puissance : une équipe permanente solide sous la houlette d’un nouveau délégué général se constitue Les méthodes, le rythme et l’intensité du travail de la CPU se transforment à grande vitesse : les colloques deviennent des laboratoires d’idées et des lieux de rencontres entre les membres de l’écosystème. En 1997 la CPU se dote d’un correspondant permanent à Bruxelles, et obtient des locaux confortables au 103 boulevard Saint Michel, à Paris. Elle devient une force de proposition collective.

Depuis 2007 :  de nouveaux enjeux collectifs

La loi de 2007, dite loi Pécresse, acte la professionnalisation du métier de Président en permettant leur réélection. Elle donne aux présidents d’université la gestion autonome du budget, des ressources humaines et de l’immobilier. Elle reconnait par ailleurs l’autonomie de la CPU qui devient début 2008 une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. La CPU se professionnalise encore davantage et devient un outil au service des présidents, bien sûr, mais aussi des universités dans leur ensemble. La Conférence renforce son offre de formations, elle entend développer une doctrine commune à tous les présidents, avec en ligne de mire l’accentuation de l’autonomie et une présence renforcée auprès des pouvoirs publics.

Force de proposition, la CPU devient un véritable acteur politique !

Mais d’un autre côté se pose pour elle les défis de sa cohésion et de son unité dans le cadre d’un espace universitaire aux logiques de plus en plus différenciées.

  • Lire l’épisode 1 « Qu’est-ce qui vous a amené à prendre la CPU comme objet d’étude ? »
  • Lire l’épisode 2 sur les spécificités d’une thèse en histoire contemporaine

Colloque – “Familles en (contre-)Révolution,(contre-)Révolution en famille : mobilisations, conflits et transmissions politiques (1789 et au-delà)”, Valence, avril 2022

https://calenda.org/891849

Cette rencontre, sur deux jours, se place à l’intersection des renouvellements historiographiques de l’histoire de la famille, de l’intime et des cultures politiques en situation révolutionnaire. En effet, la Révolution française constitue un séisme politique d’une rare ampleur qui se répercute jusque dans la cellule familiale, plongée dans des situations de conflictualité qui minent sa cohésion, son équilibre, son fonctionnement. Si certains travaux pionniers ont montré la possibilité et, surtout, l’intérêt de pénétrer dans l’intimité politique des acteurs, aucune synthèse récente n’a été consacrée au sujet. Ainsi, ce colloque a pour ambition de mieux comprendre comment sont perçus et vécus, de l’intérieur, les nombreux clivages politiques (au sens large) qui fracturent la société révolutionnaire et la fabrique familiale de leur(s) mémoire(s). L’enquête invite à adopter un cadre géographique (France et ses colonies, Europe de l’émigration) et chronologique (1789 et au-delà) large tout en multipliant les angles d’approche (micro-analyse, monographie familiale, échantillon de plusieurs familles, etc.).

VENDREDI 1er AVRIL 2022 – HÔTEL DU DÉPARTEMENT – SALLE MAURICE PIC

10h15 : Accueil

10h30 :  introduction scientifique

Session 1 : La Révolution, une affaire de famille – Présidence : Nicolas Soulas (LARHRA)

  • 10h45-11h15 : Huguette Krief (CIELAM) / Mathilde Chollet (TEMOS), La politique au quotidien dans la famille des Cottin, banquiers protestants et disciples de Rousseau, d’après la correspondance (1784-1798) de Sophie Cottin.
  • 11h15-11h45 : Maria Goupil-Travert (Tempora) / Solenn Mabo (Tempora), Émigrées et parentes d’émigrés : expériences intimes et politiques des séparations ou de l’exil.
  • 11h45-12h15 : Clément Weens (IHMC), Elles n’ont pas hésité de céder à la République des chefs de famille. Des citoyens enrôlés, des familles mobilisées.

Discussions

12h30-14h : Pause déjeuner

Session 2 : Des familles à l’Ouest – Présidence : Paul Chopelin (LARHRA)

  • 14h00-14h30 : Bertrand Delahaye (UCO), Solidarités et dissensions familiales en Révolution : l’exemple du clergé angevin.
  • 14h30-15h : Anne Rolland-Boulestreau (CHUS), Une famille vendéenne contre les « Croque Bon Dieu » : les Clemenceau dans la guerre civile. 
  • 15h-15h30 : Anne Jollet (CRIHAM), La famille ou la présence à distance. L’exemple de Piorry,ancien législateur et conventionnel de la Vienne.

Discussions / Pause

Session 3 : Familles dans/à l’épreuve de la Révolution – Présidence : Virginie Martin (IHMC)

  • 16h-16h30  :  Pierre  Meignan  (Tempora),  « L’accaparement  des  places »  sous  le gouvernement révolutionnaire : quand l’administration locale est affaire de famille. 
  • 16h30-17h : Boris Deschanel (CNE), Décollage ou catastrophe ? Les trajectoires familiales des négociants du Haut-Dauphiné à travers la Révolution.
  • 17h30-18h : Gabrielle Housset (IHMC), Les Kolly-Rabec : une famille en crise au cœur de la Révolution française.

Discussions

18h15 : fin de la première journée

SAMEDI 2 AVRIL 2022 – ESPACE LATOUR-MAUBOURG – AUDITORIUM

Session 4 : Familles et héritages (contre-)révolutionnaires – Présidence : Louis Hincker (CHEC)

  • 8h30-9h : Maria Sofia Mormile (Turin/EHESS), Contre-révolutionnaires de sang, contre-révolutionnaires de convenance : les princes d’Orléans en Grande-Bretagne (1800-1808).
  • 9h-9h30 : Paul Chopelin (LARHRA) / Bruno Dumons (LARHRA), Familles, généalogie et mémoires de la Terreur à Lyon.
  • 9h30-10h : Philippe Bourdin (CHEC), Générations en Révolution : adaptations et déchirements au sein de la noblesse provinciale.

Discussions / Pause

  • 10h30-11h : Côme Simien (IHMC), Les enfants de conventionnels : destins croisés.
  • 11h-11h30 : Siân Reynolds (Stirling), Réseaux de famille, réseaux politiques : enfants de révolutionnaires dans l’après-Révolution.
  • 11h30-12h : Nathan Perl-Rosenthal (Los Angeles), Eudora et Cie : un héritage de révolution dans une famille bricolée du XIXe.

Discussions

12h15-14h : Pause déjeuner

Session 5 : Le laboratoire drômois – Présidence : Annie Duprat (Agora)

  • 14h-14h30 : Benoît Charenton (directeur des archives départementales de la Drôme) / Julien Mathieu (responsable des Archives communales et communautaires, Valence Romans Agglo), Les Drômois, acteurs de la Révolution… en famille ?
  • 14h30-15h : Virginie Martin (IHMC), Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre : les Nugues et les Jullien de la Drôme. Comment une famille-gigogne est devenue un clan politique (1780’-1800’).
  • 15h- 15h30 : Nicolas Soulas (LARHRA), Les Payan, un triptyque politique en Révolution.

Discussions

Conclusion du colloque : Jean-François Chauvard (IHMC)

Coordination 

  • ·         Paul Chopelin, maître de conférence en histoire moderne à l’Université Lyon 3 (LARHRA UMR 5190)
  • ·         Boris Deschanel, maître de conférence en histoire moderne à Avignon Université (Centre Norbert Elias UMR 8562)
  • ·         Virginie Martin, maîtresse de conférence en histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC-IHRF UMR 8066)
  • ·         Nicolas Soulas, docteur en histoire moderne, chercheur associé au LARHRA (UMR 5190)

Comité scientifique

  • ·         Michel Biard, Université de Rouen
  • ·         Annie Duprat, Université de Cergy-Pontoise
  • ·         Louis Hincker, Université de Clermont-Auvergne
  • ·         Anne de Mathan, Normandie Université
  • ·         Anne-Rolland Boulestreau, Université catholique de l’Ouest
  • ·         Hervé Leuwers, Université de Lille

AàC – “Histoire des pères et de la paternité en Occident de la Renaissance à nos jours”, Amiens, déc. 2022

1er– 2 décembre 2022 (Amiens)

 Résumé

Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques. À la croisée de l’histoire, des sciences sociales et de l’anthropologie, l’ambition de cette rencontre est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique.

Quatre axes thématiques sont privilégiés :

  • Axe 1 : Les pères et la petite enfance
  • Axe 2 : Émotions et sentiments paternels
  • ​​Axe 3 : Les relations pères/enfants : transmissions des savoirs et des pratiques
  • Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Argumentaire

 Ce colloque sur l’histoire des pères et de la paternitéen Occident de la Renaissance à nos jours a pour objectif d’éclairer les profondes mutations de la figure paternelle au cours des derniers siècles et de combler certains vides historiographiques.

L’histoire des pères et de la paternité s’est développée tardivement dans les pays occidentaux par rapport à d’autres champs de l’histoire de la famille et de la parenté, en plein essor à partir des années 1960-1970. En France, il faut attendre la fin des années 1980 et les années 1990 pour que soient publiés les premiers ouvrages sur le sujet [Knibiehler, 1987 ; Delumeau, Roche, 1990]. Depuis lors, de multiples travaux historiques ont été menés, privilégiant certains angles d’études (juridiques, éducatifs, etc.) ou certaines périodes, notamment le Moyen Age [Lett, 1997 ; Baschet 2000 ; Payan, 2006 ; Certin, 2014]. Dans d’autres pays européens, en particulier anglo-saxons, les travaux sur la question ont été plus nombreux, contribuant à renouveler les perspectives, notamment sous l’angle du genre [Broughton, Rogers 2013 ; Strange, 2015]. Deux publications collectives récentes témoignent de la vitalité de ce champ de recherche [Certin, 2016 ; Doyon, 2021] et invitent à poursuivre l’étude des sujets encore peu explorés, notamment pour la période moderne et contemporaine. Les relations de la paternité à la cité et au politique, souvent appréhendées sous le seul angle symbolique, méritent ainsi d’être davantage étudiées [Avezou, 2003 ; Cohen, 2007]. « L’histoire de la paternité concrète », reste également mal connue, en particulier « la dimension personnelle et intime de la paternité, soit la relation des pères avec leurs enfants », comme le signale l’historienne Anne Verjus [Verjus, 2013].

À la croisée de l’histoire, des sciences sociales, de l’anthropologie, l’ambition de ce colloque est donc de proposer sur un temps long une histoire plurielle de la paternité en Occident en la considérant comme un objet de recherche se rapportant autant à la sphère privée qu’à la sphère publique. La définition de la paternité sera envisagée ici au sens large afin de pouvoir aborder tant le père charnel et social que spirituel, ainsi que l’articulation de ces différentes facettes de la paternité. L’examen minutieux d’archives, de sources du for privé, d’iconographies, d’œuvres littéraires ou médiatiques sera au cœur de cette rencontre qui cherche à saisir comment chaque époque conçoit la paternité (normes et représentations, expériences et vécu). La mobilisation du concept de genre sera appréciée, notamment pour étudier les relations pères/fils et pères/filles et pour mettre en évidence la place de la paternité dans l’identité masculine et la définition de la masculinité [Tosh, 1999].

Angles d’étudeAxe 1 : Les pères et la petite enfance

Jusqu’à une époque très récente, le soin quotidien des enfants dans les premières années de leur existence relevait essentiellement des femmes, et en particulier des mères. Les pères passent pour avoir été traditionnellement peu impliqués dans la prise en charge des tout-petits, avant que n’émerge depuis les années 1970 le modèle des « nouveaux-pères », plus investis dans les premiers moments de la vie de leurs enfants. Il apparaît cependant que la réalité est plus complexe, les situations variées et l’évolution aucunement linéaire au cours des derniers siècles. Au Moyen Âge, Didier Lett a déjà relevé de nombreux exemples de tendresse paternelle et d’implication des pères dans le soin de leurs enfants, bien avant l’âge de raison [Lett, 1997]. Eggle Becchi a aussi montré comment les pères des élites à l’époque des Lumières se faisaient volontiers puériculteurs [Becchi, 2004]. Les écrits privés révèlent également qu’à l’époque moderne et au XIXe siècle, certains hommes s’investissaient concrètement pendant la grossesse et l’accouchement et dans les soins du jeune enfant [Berthiaud, 2011], avant que cela ne devienne la norme – plus ou moins assumée d’ailleurs – dans le dernier tiers du XXe siècle. Les modalités concrètes de cet investissement paternel et ses évolutions seraient à retracer plus précisément, notamment pour percevoir les variations éventuelles entre les milieux sociaux et la manière dont le rôle des pères s’articule avec celui des mères et des autres acteurs impliqués dans le soin des jeunes enfants (membres de la famille, nourrice, domestique, sage-femme, médecin).

 Axe 2 : Émotions et sentiments paternels

La question des sentiments des pères pour leurs enfants, et en particulier de l’amour paternel, a été abordée de manière pionnière par Daniel Roche dans son article « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle » [Roche, 1983]. Depuis, divers travaux, centrés en particulier sur le Moyen Age [Lett, 1997] ou basés sur les écrits du for privé, ont abordé le sujet mais bien des aspects restent à explorer. Manon Pignot a pu montrer comment les lettres des pères à leurs enfants lors de la Grande Guerre ont permis l’« expression nouvelle d’une sensibilité, qui passe par l’expression de la tendresse physique » [Pignot, 2012, p. 297], contribuant à « la révélation d’un sentiment paternel » jugé inédit. D’autres contextes de séparation prolongée et d’absence ont pu être propices à l’expression des sentiments paternels et à leur conservation dans les sources. Les guerres révolutionnaires et de l’Empire, les situations d’exil ou d’emprisonnement sont par exemple des occasions d’étudier l’expérience de la paternité à distance et parfois aussi les sentiments qui trouvent alors une occasion de s’exprimer. Certains moments particuliers de la vie de l’enfant suscitent également des émotions fortes et s’avèrent propices pour mesurer l’investissement sentimental des pères avec leur progéniture. Outre la naissance, évoquée précédemment, c’est notamment le cas des maladies et surtout de la mort de l’enfant [King, 1994]. Il faut toutefois se garder d’idéaliser ces rapports père-enfants et aborder tout le registre des attitudes et des sentiments paternels, qui peuvent aussi prendre la forme de l’indifférence, de l’hostilité ou de la violence. Il conviendra également d’envisager l’influence de la place dans la fratrie et du sexe de l’enfant dans ces relations. En prenant appui sur une histoire des émotions et des sensibilités, profondément renouvelée ces dernières décennies, on s’attachera ainsi à étudier les modalités d’expression des sentiments paternels, ainsi que l’évolution des normes en vigueur pendant la période étudiée.

   Axe 3 : Les relations pères-enfants : transmissions des savoirs et des pratiques

Si les relations père-enfants ont retenu l’attention des historiens, sociologues et anthropologues depuis déjà plusieurs années, celles-ci ont souvent été étudiées au prisme de la mission éducative et moralisante qui incombe au père de famille depuis des temps reculés [Delumeau et Roche, 1990]. En charge de l’instruction spirituelle de ses héritiers ainsi que de la transmission de valeurs édifiantes, le père apparaît souvent comme un modèle d’autorité inculquant la discipline et/ou adepte de punitions corporelles. Réduire l’investissement paternel auprès de sa progéniture à ces seuls comportements a cependant tendance à figer la relation père/enfant dans la distance, dans la soumission ou dans le rejet. Il en ressort aussi une image stéréotypée, longtemps entretenue par l’historiographie. Le renouvellement des approches qui s’est imposé en France à la fin des années 1990 a heureusement permis de nuancer ce tableau. En explorant comment l’engagement paternel peut se manifester au travers d’activités du quotidien (travail, loisirs, etc.), nous ambitionnons de réévaluer la relation que les pères peuvent construire avec leur(s) enfant(s) en particulier dans le cadre domestique et professionnel. Il s’agirait notamment d’étudier les différentes formes de transmission paternelle : la passation de savoirs et de gestes nécessaires à l’apprentissage d’un métier par exemple, la délivrance de conseils utiles dans la vie sociale ou les manières dont les pères transmettent leur expérience de la paternité aux générations suivantes. À l’image de l’analyse entreprise par Philippe Lejeune sur le Journal de Marc de Bombelles [Lejeune, 2016], ces contributions permettraient de nourrir une histoire concrète de la paternité en examinant au plus près l’implication des pères auprès de leur(s) enfant(s).

 Axe 4 : Le bon et le mauvais père : modèles, paternité et espace public

 Les attentes de notre société contemporaine à l’égard de la paternité s’expriment à travers divers supports (traités d’éducation, fictions, médias, sondages, réseaux sociaux…) et participent, depuis les années 1970, à l’émergence du modèle du « nouveau père ». Plus impliqué, celui-ci s’investirait auprès de ses enfants dès leur plus jeune âge, assumerait les soins quotidiens avec la mère tout en continuant à pourvoir financièrement aux besoins de la famille. Ce modèle, dont l’émergence est consécutive à l’affirmation du principe d’égalité entre les hommes et les femmes, rompt avec les figures traditionnelles de la paternité, telle celle du pater familias ou celle du père effacé voire absent [Dermott, 2008]. Parce que les représentations culturelles reflètent et façonnent des images communément acceptées sur le rôle et la place du père au sein de la cellule familiale, elles méritent de retenir notre attention.

 Considérer la paternité comme une construction sociale et culturelle invite à s’intéresser à l’imaginaire entourant la figure paternelle et à ses différentes déclinaisons, positives autant que négatives. À partir des mythes du père idéal (et de ses contraires), plébiscités par le passé puis constamment renouvelés, il s’agira d’identifier les caractéristiques de ces archétypes circulant en Occident, d’appréhender les supports sur lesquels apparaissent ces images et les injonctions qui pèsent sur les hommes au moment où ils embrassent la paternité. Le modèle formé par Joseph à partir du XVe siècle [Payan, 2006], celui « des bons pères bons gouvernants » perpétué dans l’Empire à la même époque [Certin, 2011, p. 8] ou, à l’opposé, la figure repoussoir de Vautrin dans le Père Goriot traduisent une perpétuelle évolution des normes et des représentations. L’enjeu ici est donc de cerner les rapports que les hommes en âge de procréer entretiennent avec ces références et comment chaque individu parvient à se construire en imitant plus ou moins celles-ci ou en s’en démarquant. Il s’agira notamment de se pencher sur l’évolution des rapports entre paternité et « l’injonction de virilité » [A. Corbin, 2011, t. 2, p. 9] depuis la première modernité jusqu’à nos jours. Dans cette optique, des travaux traitant de la stérilité, du contrôle des naissances, de la bâtardise, ou de la capacité à engendrer des naissances multiples voire une famille nombreuse pourraient enrichir nos connaissances.

 En outre, on se penchera sur la manière dont la paternité investit la sphère publique au point qu’être père devient progressivement un des éléments définitoires d’un individu. Ainsi, en se donnant à voir comme le fondateur d’une longue lignée, le chef de famille expose au reste de la société sa capacité à donner la vie, à éduquer, à assumer économiquement les siens et à assurer la pérennité de son nom. En conséquence, il en retire un surcroît de pouvoir. Dès lors, interroger la communication des puissants sous l’angle de l’état florissant de la famille permettrait de mieux comprendre comment la paternité, pensée comme un relationnel privilégié d’un père à ses enfants, s’insinue dans le champ politique mais aussi s’affirme dans les milieux bourgeois voire populaires [Teuscher, 2004 ; Certin, 2011].

Bibliographie sélective

  • AVEZOU Laurent, « Louis XII. Père du peuple : grandeur et décadence d’un mythe politique, du XVIe au XIXe siècle », Revue historique, 2003/1 (n° 625), p. 95-125.
  • BASCHET Jérôme, Le Sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000.
  • BECCHI Egle, « Corpi infantili et nuove paternità : agli inizi delle puericultura », in Patrizia Guarnieri (dir.), Bambini e salute in Europa 1750-2000, in Medicina & Storia, rivista di storia della Medicina e della Sanità, IV, 7, 2004, p. 5-30.
  • BERTHIAUD Emmanuelle, « Attendre un enfant » : Vécu et représentations de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles (France), thèse de doctorat, sous la dir. de S. Beauvalet, UPJV Amiens, 2011.
  • BROUGHTON Trev Lynn, ROGERS Helen, Gender and Fatherhood in the Nineteenth Century, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2007.
  • CERTIN Aude-Marie,« Pères de la mémoire et mémoire des pères dans l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Revue de l’IFHA [En ligne], 3 | 2011, URL : http://journals.openedition.org/ifha/196
  • CERTIN Aude-Marie, La cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l’Empire du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le Main), thèse de doctorat sous la dir. de P. Monnet et J.-C. Schmitt, EHESS, 2014 (à paraître).
  • CERTIN Aude-Marie (dir.), Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne, Francfort, Peter Lang, 2016.
  • COHEN Antonin, « Le “père de l’Europe”. La construction sociale d’un récit des origines », Actes de la recherche en sciences sociales, 2007/1-2 (n° 166-167), p. 14-29.
  • CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire de la virilité, Paris, Le Seuil, 2011, 3 vol.
  • CREST Aurélie du, Modèle familial et pouvoir monarchique (XVIe-XVIIIe siècles), Aix/Marseille, Presses universitaires d’Aix Marseille, 2002.
  • DELUMEAU Jean, ROCHE Daniel (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990.
  • DERMOTT Esther, Intimate Fatherhood: A Sociological Analysis, Londres, New York, Routledge, 2008.
  • DOYON Julie, ARMANI Sabine (dir.), L’Empire paternel. Familles, pouvoirs, transmission (Antiquité romaine, époque moderne), Genève, Georg, Coll. « L’Equinoxe », 2021.
  • KING, Margaret L., The Death of the Child Valerio Marcello, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1994.
  • KNIBIEHLER Yvonne, Les pères aussi ont une histoire, Paris, Hachette, 1987.
  • HALLAMA Peter, « Histoire de la paternité aux XIXe et XXe siècles », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne], 2016, URL : https://ehne.fr/fr/node/12353
  • LEJEUNE Philippe, Aux origines du journal personnel France 1750-1815, Paris, H. Champion, 2016.
  • LETT Didier, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Age (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.
  • LETT Didier (dir.), « Être père au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 4, 1997.
  • PAYAN Paul, Joseph. Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006.
  • PIGNOT Manon, Allons enfants de la patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Éd. du Seuil, 2012.
  • ROCHE Daniel, « L’amour paternel à Paris au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, « Mères et nourrissons », 1983, p. 73-80.
  • SHEPARD Alexandra, « From Anxious Patriarchs to Refined Gentlemen? Manhood in Britain, circa 1500–1700 », Journal of British Studies, Vol. 44, n° 2 (April 2005), p. 281-295.
  • STRANGE Julie-Marie, Fatherhood and the British Working Class, 1865-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.
  • TEUSCHER Simon, « Parenté, politique et comptabilité. Chroniques familiales autour de 1500 (Suisse et Allemagne du Sud) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2004/4 (59e année), p. 847-858.
  • TOSH John, A Man’s Place. Masculinity and the Middle-Class Home in Victorian England, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999.
  • VERJUS Anne, « La paternité au fil de l’histoire », Informations sociales, 2013, 176 (2), p. 14-22.

 Modalités de soumission des propositions

 Les propositions de communication doivent comprendre :

  • Un titre (même provisoire)
  • Un résumé d’une page maximum
  • Une courte présentation personnelle précisant l’université, le laboratoire de recherche, les thématiques de recherche et les principales publications.

 Les propositions doivent être envoyées à emmanuelle.berthiaud@u-picardie.fr et isaure.boitel@u-picardie.fr

 La date limite pour répondre à cet appel est fixée au 11 avril 2022.

 Les candidat.e.s seront informé.e.s de la décision au cours du mois de mai 2022.

 Modalités pratiques

 Le colloque se tiendra jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2022 au Logis du Roy, Passage du Logis du roi, à Amiens (Haut-de-France). Les frais d’hébergement et de voyage ainsi que les repas seront pris en charge pour les intervenants. Le colloque donnera lieu à une publication, ce qui implique une remise des communications écrites en mars 2023.

Un compte twitter a été créé pour suivre l’actualité du colloque : @paternite2022

 Organisatrices

Emmanuelle Berthiaud (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Isaure Boitel (maîtresse de conférences en histoire moderne, CHSSC, UPJV)

Parution – Sylvain Wagnon (ed.) – “Normes, disciplines et manuels scolaires”, Peter Lang, 2022

https://www.peterlang.com/document/1170962

Le manuel scolaire est un outil majeur et incontournable de l’enseignement actuel. Témoin de son temps, enjeu politique, économique et culturel, il est révélateur des mutations et des évolutions de nos systèmes éducatifs. Cet ouvrage analyse les liens entre les manuels scolaires, les savoirs enseignés, les normes disciplinaires et la forme scolaire. Chaque chapitre explore à la fois l’histoire et l’actualité des différentes disciplines scolaires par le prisme du manuel scolaire.

Grâce à des analyses renouvelées et pluridisciplinaires, cet ouvrage précise l’importance du manuel en tant qu’interface incontournable de l’acte éducatif et élément constitutif d’une culture scolaire. Au fil des contributions issues des plus récentes recherches françaises et suisses, le manuel apparait ainsi comme vecteur de connaissances, de concepts et de valeurs, mais aussi et avant tout interprétation des programmes officiels.

L’étude des liens entre les manuels scolaires et l’évolution de la forme scolaire permet de mettre en évidence les influences des divers acteurs, leurs interactions et les transferts culturels liés à la production des manuels, ainsi que leurs effets sur la constitution des disciplines. Grâce à cette étude novatrice des relations entre les normes, les disciplines et les manuels scolaires, cet ouvrage propose une réflexion globale sur l’enseignement, son histoire, son présent et ses perspectives.

Séminaire 2021-2022 – “Pratiques pédagogiques et interactions sociales dans les sociétés musulmanes d’Europe et du monde arabe”, IREMAM

programme  du séminaire “Politiques éducatives, pratiques pédagogiques et interactions sociales dans les sociétés musulmanes d’Europe et du monde arabe » organisé par Juliette Honvault  et Christine Mussard, laboratoire IREMAM.

https://www.iremam.cnrs.fr/fr/politiques-educatives-pratiques-pedagogiques-et-interactions-sociales-dans-les-societes-musulmanes

Les séances ont lieu le vendredi, de 10h à 12h, à la MMSH (Aix-en-Provence) et en visioconférence (pour assister au séminaire, merci de contacter les organisatrices : jhonvault@yahoo.fr ; christine.mussard@univ-amu.fr).

  • 28 janvier (salle PAF) : Juliette Honvault, (IREMAM/CNRS) et Christine Mussard (AMU/IREMAM), séance introductive.
  • 25 février (salle PAF) : Akhésa Moummi (LIER-FYT/CESOR/IFPO) : « Quand crise et laïcité s’enchevêtrent. Enquêter sur les écoles de la MLF au Liban dans les années 2020 ». Discutant : Simone Spera (Université Paris Nanterre/LESC UMR 7186).
  • 25 mars (salle Duby) : Amal Khaleefa (Université Sorbonne Nouvelle/DILTEC), « Une étude en didactique des langues dans le camp de Zaatari entre méthodologie adoptée et expérience vécue ». Discutante : Chloé Pellegrini (IREMAM/CNRS).
  • 29 avril (salle Duby) : Lamia Mellal (ULB/KUL), « Politiques de lutte contre la radicalisation et surveillance en milieu scolaire : étude de cas à Marseille ». Discutante : Françoise Lorcerie (IREMAM/CNRS).
  • 03 juin (salle PAF) : Nacira Abrous (MMSH UAR3125 AMU/CNRS), « Plurilinguisme et patrimoine linguistique dans la sphère éducative en Algérie ». Discutante Mounira Chariet (Sciences Po Aix).
  • 24 juin (salle Duby) : Sami Ouchane (Sciences Po Aix/MESOPOLHIS) : « La guerre, un moment diplomatique inédit pour les proviseurs d’établissements français au Liban (1975-1990) ». Discutante : Akhésa Moummi (LIER-FYT/CESOR/IFPO).

ATRHE – Aide à la mobilité des jeunes chercheurs

Aide à la mobilité des jeunes chercheurs

L’ATRHE propose plusieurs bourses (représentant une aide à la mobilité pouvant aller jusqu’à 300 € par personne) afin d’aider de jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s) pour participer à des manifestations scientifiques.

Les dossiers de candidature, accompagnés du résumé de la communication, doivent être envoyés à Dominique Bret (dominique.bret [at] espe-paris.fr) et Marie Vergnon (marie.vergnon [at] unicaen.fr) au plus tard le 2 avril 2022.

L’aide consistera en un remboursement de frais sur présentation de justificatifs et d’une attestation de participation.

Pour être éligible, les candidat.e.s doivent :

  •  –          présenter une recherche comportant une approche historique de l’éducation ;
  • –          être membre adhérent de l’ATRHE ;
  • –          être doctorant.e ou avoir soutenu sa thèse après le 1er janvier 2019 ;
  • –          attester que la proposition de communication a été retenue ;
  • –          compléter le formulaire de demande à télécharger ;
  • –          n’avoir pas bénéficié auparavant de cette aide ;
  • –          fournir un budget prévisionnel.

Vous trouverez en pièce jointe le formulaire de candidature.

Soutenance de thèse – Florence Wenzek, « La fabrique genrée de la nation tanzanienne. Éduquer et former les filles et les femmes (1939-1976) », Université de Paris, 2022

La soutenance a eu lieu le 11 mars 2022 dans l’amphithéâtre Durkheim en Sorbonne (galerie Claude Bernard, escalier I, premier étage).

Le jury sera composé de :  

  • Pascale Barthélémy, maîtresse de conférences HDR, ENS de Lyon, rapportrice 
  • Luc Capdevila, professeur, université Rennes 2, examinateur 
  • Jean-François Condette, professeur, université de Lille, rapporteur 
  • Odile Goerg, professeure émérite, université de Paris, co-directrice 
  • Emma Hunter, professeure, université d’Edimburgh, examinatrice 
  • Rebecca Rogers, professeure, université de Paris, directrice 

Résumé de la thèse :  

Cette thèse se penche sur l’éducation des filles et des femmes en Tanzanie avant et après l’indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, obtenue en 1961, puis après l’adoption du socialisme en 1967. Alors que les quatre décennies étudiées sont tout à la fois un moment d’essor exceptionnel de l’offre éducative, de construction nationale et de reconfiguration de la place sociale, économique et politique des femmes, cette recherche analyse comment les dynamiques éducatives ont fabriqué des rôles spécifiques pour les femmes dans la nation en construction. Pour ce faire, elle s’appuie sur une appréhension large du fait éducatif : scolarisation et programmes pour adultes, mais aussi mouvements de jeunesse, éducation coranique, ou encore formations professionnelles. Sont analysés aussi bien les politiques éducatives, les débats publics, les contenus enseignés et les relations pédagogiques que les vécus de l’école et les parcours des instruites. Une approche intersectionnelle permet d’interroger comment le genre croise la classe sociale, l’âge, les catégorisations raciales et la religion pour définir les rapports des femmes aux institutions éducatives et à la nation. Ce faisant, on croise de vastes pans de la société tanzanienne, tout entière en prise avec la construction nationale qui se joue à partir de ce projet collectif et de multiples expériences individuelles. Au-delà de la Tanzanie, cette thèse revisite les dynamiques de l’éducation coloniale et comble un vide historiographique sur l’éducation féminine en Afrique post-coloniale, ouvrant ce faisant de nouvelles questions de recherche sur les dynamiques éducatives et genrées à l’œuvre dans la construction des nations africaines. 

The Gendered Making of the Tanzanian Nation: Educating and Training Girls and Women (1939-1976) 

This thesis examines girls’ and women’s education in Tanzania before and after independence from Britain in 1961, and after the adoption of socialism in 1967. The four decades under examination were a time of exceptional growth in educational provision, national construction, and the reconfiguration of women’s social, economic, and political position. My research analyses how these educational dynamics forged specific roles for women in the nation under construction. To do so, I define education broadly, addressing schooling and programmes for adults, but also youth movements, Koranic education, and vocational training. Themes developed include: educational policies, public debates, curricula and pedagogical relations, as well as lived experiences of schooling and the lives of educated women. My approach is resolutely intersectional, questioning how gender intersects with social class, age, racial categorisation, and religion to define women’s relationships with educational institutions and the nation. The corpus of material includes vast sections of Tanzanian society—moving beyond a dichotomy of the poor and the elite—, all of which were involved in the nation-building process. Beyond Tanzania, the dissertation revisits the dynamics of colonial education and fills a historiographical gap on female education in postcolonial Africa. In so doing, it opens new research questions on education and gender in the building of African nations. 

Appel à participation – ANR “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”

Dans le cadre d’un projet ANR franco-allemand co-organisé par Carole Reynaud-Paligot (Université de Bourgogne) et Laurens Schlicht (Université de Sarrebruck) “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”, nous souhaitons inviter des chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation à se joindre à l’équipe.

Voici un extrait du projet en cours d’élaboration.

” Ainsi, après avoir identifié la place que les savoirs raciologiques occupent dans la société, reste à comprendre la transmission de ces savoirs d’une génération à l’autre, et c’est dans cette optique qu’il convient d’analyser les traitements de la diversité humaine et l’utilisation de ces savoirs à l’école. A partir de sources publiées et de fonds d’archives, ce deuxième axe du projet vise ainsi à étudier la manière dont la diversité humaine a été abordée dans les écoles françaises et allemandes [..]

Dans un premier temps, nous identifierons un corpus des textes – pour la plupart des manuels scolaires et des publications officielles– […] . Nous nous intéressons ici, moins à la manière dont les élèves eux-mêmes ont pu être discriminés, qu’aux connaissances qu’ils ont reçues à l’école sur la diversité humaine. Nous chercherons à identifier quelles disciplines scolaires (et par conséquent : dans quels manuels) les élèves ont reçu des connaissances sur la différence entre les groupes humains. Il sera également important d’estimer la diffusion de ces manuels, leur plus ou moins grande présence et leur utilisation dans les écoles.[…]

Nous souhaitons identifier également des fonds d’archives qui permettront d’étudier l’appropriation des savoirs raciologiques par les acteurs sociaux éducatifs dans le cadre de pratiques pédagogiques. Nous pourrons ainsi cerner la mise en œuvre des directives officielles, la marge de manœuvre et de liberté des pédagogues, et ainsi les modalités de diffusion mais aussi les éventuelles déviances, résistances, oppositions. Il s’agira ici de prendre en considération le positionnement socio-économique, épistémologique et religieux des enseignants. Dans quelle mesure la religion a-t-elle joué un rôle dans la construction des représentations de « races humaines » des enseignants et dans la diffusion de celles-ci dans la classe ? Quels autres facteurs ont contribué à la circulation, l’appropriation des savoirs raciologiques à l’école ? Sans viser à l’exhaustivité, cette démarche nous paraît centrale, car peu d’études ont été entreprise […].”

Contact : Carole.Reynaud-Paligot [at] u-bourgogne.fr

Journée d’étude – “L’enseignement supérieur et la recherche face au Covid-19”, Science Po

Mardi 8 mars 2022 sur le Campus Sciences Po, : https://www.sciencespo.fr/cso/fr/actualites/journee-d-etude.html

Cette journée d’étude, organisée par l’équipe du projet de recherche ANR Covid-in-Uni, vise à faire un point, environ deux ans après le début de la crise sanitaire, sur des enquêtes menées depuis le premier confinement sur la manière dont l’ESR a affronté cette crise. Nous y réunirons quatre équipes de recherche afin de les faire dialoguer et de réfléchir ensemble aux conclusions à tirer de leurs travaux.

Avant cela, une prise de parole par plusieurs représentants d’institutions de l’ESR nous permettra de construire nos réflexions en lien avec leurs témoignages.

Lancement du carnet du projet ès Lettres

Message de Pierre Vershueren :

Ce petit message pour vous signaler la publication du premier article du carnet hypothèses du projet ès lettres : https://eslettres.hypotheses.org/318. Il est consacré, comme de juste, à la première soutenance de doctorat ès lettres, celle de Pierre Fontanier, à Besançon, en 1810 — les plus littéraires d’entre vous le connaîtront sans doute pour ses Figures du discours, rééditées par Gérard Genette en 1968

Parution – Amandine Diener, “Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968). Entre réformes et traditions”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5964/enseigner-l-architecture-aux-beaux-arts-1863-1968

L’histoire de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle semble connue des historiens de l’architecture et des architectes qui, pour la plupart, ont arpenté les couloirs de cette prestigieuse école. Malgré son évidence, ce sujet n’avait jamais été abordé de front sur cette longue période. Entre la réforme mise au point par Viollet-le-Duc en 1863 et la disparition de la section d’architecture en 1968, il y avait un vide que cet ouvrage propose de combler.

À partir de l’analyse de documents d’archives et d’un corpus jusque-là épars, ce livre fait le choix d’un regard croisé entre histoire réglementaire et pédagogique pour dégager une lecture historique de la « doctrine » de la section d’architecture, vérifier sa capacité à questionner ses traditions académiques et à se réformer. Il offre une synthèse, libérée de toute polémique, de l’évolution de la formation des architectes en dégageant des moments de basculement, de crise ou de stabilité provoqués par des phénomènes d’ordre institutionnel, historique ou professionnel.

Du berceau parisien aux antennes provinciales, des débuts glorieux aux difficultés grandissantes, des enjeux pédagogiques à ceux de la profession, du cours de théorie aux concours d’émulation, l’ouvrage propose une lecture inédite de la longue et difficile mue de la section d’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle.

Prix Louis-Cros 2022

Communiqué

En partenariat avec l’Institut de France, le Comité universitaire
d’information pédagogique (CUIP) délivre chaque année le Prix Louis Cros
qui récompense les études (thèse, ouvrage, travaux de recherche) qui
apportent un éclairage sur les questions de pédagogie, d’éducation et de
formation.

Pour tout renseignement et inscription, merci de consulter le site du
Comité Universitaire d’Information Pédagogique :

https://association-cuip.org/prix-louis-cros/

Séminaire – “Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint-Denis (XIXe-XXIe siècles) : recherche et valorisation des sources”

Premier séminaire dans le cadre du projet

Lundi 28 mars, 10h-13h
Campus Condorcet (salle 3.023 Bât. Recherche Sud)

Emmanuel Bellanger, directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains : Des fondations du Grand Paris à l’avènement de la Seine-Saint-Denis :un territoire populaire en mutation, laboratoire des cultures et des politiques urbaines (XIXe-XXIe siècles)

Projet soutenu par MSH Paris Nord/Campus Condorcet dans le cadre de leur appel à projets commun “Campus universitaires et territoires”

Informations et contact : francoise.laot@univ-paris8.fr

AàC – “Éducation au politique : formation à la citoyenneté, morale et enseignement des religions. Approches internationales (XIXe-XXIe siècles)”, Lyon, nov. 2022

http://epcmr2022.sciencesconf.org/

Dans une perspective de comparaison internationale, le colloque se propose d’étudier les politiques et pratiques éducatives formelles et informelles en matière d’éducation au politique en adoptant pour focale la question des relations (institutionnelles, épistémolologiques, pédagogiques, professionnelles) entre formation du citoyen, éducation morale et enseignement des religions (perspectives confessionnelles ou interconfessionnelles) ou des faits religieux (approches séculières).

Les communications pourront être présentées en anglais, en allemand ou en français

Les propositions (titre, résumé d’environ 3000 signes, courte bibliographie) devront être déposées sur la plateforme sciencesCONF.org jusqu’au 31 mars inclus.

AàC – “Engagements étudiants contemporains”, Nanterre, oct. 2022

Engagements étudiants contemporains/Contemporary Students involvements

Depuis les années 1960 [Bourdieu et Passeron, 1964] et plus particulièrement depuis les années 1990 en France [Fave-BoLa multiplication des recherches et des approches sur les trente dernières années fait de l’analyse des engagements étudiants un objet sinon classique, du moins largement partagé par l’ensemble des sciences humaines et sociales. Pour autant, ce foisonnement de travaux se heurte à des frontières géographiques et disciplinaires.nnet et Clerc, 2001], de nombreuses études sont conduites sur les étudiant-e-s et leurs engagements qu’ils soient politiques, syndicaux ou associatifs, dans et en dehors des organisations [Côme et Morder, 2009].La multiplication des recherches et des approches sur les trente dernières années fait de l’analyse des engagements étudiants un objet sinon classique, du moins largement partagé par l’ensemble des sciences humaines et sociales. Pour autant, ce foisonnement de travaux se heurte à des frontières géographiques et disciplinaires.

En s’inscrivant dans des thématiques plus larges (sociologie de la jeunesse, de l’éducation, des organisations, analyse des politiques publiques, etc.), cet objet d’études se trouve confronté à la problématique de sa définition. Le terme d’engagement, d’abord, recouvre tout à la fois des collectifs (formels ou informels) aussi différents et variés que le sont les mouvements sociaux et les pratiques bénévoles [Becquet, 2014], mais également le rapport qu’entretiennent les étudiant-e-s à leurs filières et établissements [Thoury, 2017; Stuppia et Haute, 2021]. Ils et elles ne constituent d’ailleurs pas un groupe figé synonyme de jeunes adultes inscrits dans un cursus d’enseignement supérieur, tou-te-s n’étant pas “étudiants au même degré” [Grignon et Gruel, 1999: 11] et ne disposant pas des mêmes ressources favorisant (ou non) la participation à la vie démocratique de l’université [Le Mazier, 2014; Legois, Marchal et Morder (coord.), 2020], notamment pour les plus précaires. Cela a sans doute été renforcé par l’actuelle pandémie de la COVID-19.

La dimension spatiale apparaît aussi primordiale: si les dénonciations de la globalisation néolibérale des savoirs sont récurrentes depuis le tournant des années 2000 [collectif ACIDES, 2015], d’importantes disparités persistent entre les universités du nord et du sud de la planète [Bessant, Mejia-Mesinas et Pickard (dir.), 2021a] mais également à l’intérieur du même hémisphère, en raison notamment des niveaux de privatisation, des coûts (frais d’inscription) et de la compétitivité de chaque système d’enseignement [Bessant, Meja-Mesinas et Pickard (dir.) 2021b]. Notons enfin que le terme “étudiant” désigne, selon les pays, également les lycéens dans la multiplicité de leurs pratiques contestataires ou davantage institutionnelles.

L’objectif de ces journées d’études est donc d’explorer les multiples définitions que peuvent revêtir les engagements étudiants à partir de deux séries de questions :

Axe 1 – Sociologie des engagements étudiants contemporains

Dans un paysage en renouvellement constant, les formes prises par les engagements étudiants semblent se diversifier ces dernières années. D’abord, au niveau des modes d’actions : adhésion à un collectif (syndicat, association, groupe affinitaire…), investissement dans les instances représentatives, protestations au sens – désormais – classique du terme, avec ou sans Assemblées Générales (AG), piquets de grève (blocages) et coordinations [Legois, Monchablon et Morder, 2007], mais aussi des formes inédites ou presque. Nous pensons par exemple à l’ouverture d’épiceries solidaires, à la mise en place de cours de soutien aux étudiant-e-s migrantes, aux campagnes environnementales vouées à sensibiliser les usagers des campus lancées en parallèle aux Fridays For Future ou encore au fort activisme digital qui caractérise la culture étudiante depuis la création des premiers réseaux sociaux jusqu’aux discours de haine les plus récents [Ridley 2021]. En sus des modalités d’action, les enjeux paraissent changer eux aussi : droits humains, luttes LGBTQIA+, féministes, antiracistes, écologiques, mais également réactionnaires [Douglass, 2021].Il s’agit donc, dans cet axe, d’interroger à nouveaux frais les répertoires d’actions déployés par les étudiant-e-s partout dans le monde, d’hier à aujourd’hui [Morder, 2003], sans idéaliser le passé ni nier les transformations du profil social des jeunes scolarisés depuis plusieurs décennies [Erlich, 1998 ; Gallant et Garneau, 2016]. Nous nous intéresserons particulièrement aux effets de contextes dans lesquels prennent corps ces engagements et mobilisations, que ce soit dans le cadre de la fermeture des campus pour des raisons sanitaires pendant la crise de la COVID-19, mais également dans d’autres configurations tels que des conflits armés, des changements de régime, etc. Dans ce premier axe, nous souhaitons également interroger la distance et le regard scientifique sur les engagements étudiants. Il semble difficile d’avoir une représentation totalement détachée de prénotions lorsqu’on côtoie au quotidien les publics et les institutions dont on dépend (selon des statuts) pour vivre [do Mar Pereira, 2017]. Des propositions réflexives portant sur cet aspect seront les bienvenues.

Axe 2 – Politiques publiques et retour institutionnel sur les engagements étudiants

Dans ce second axe, nous souhaitons accueillir des enquêtes qui cherchent à inverser la focale, c’est-à-dire à interroger les engagements étudiants non pas à partir du public scolarisé lui-même et de ses pratiques, mais à partir des acteurs et des institutions qui cherchent à encourager, encadrer, voire contraindre ses engagements. Pour reprendre la formule de Stéphanie Garneau, il s’agit de questionner qui sont celles et ceux qui “encourag[ent] la jeunesse à des pratiques politiques conformes aux canaux posés comme légitimes par ceux qui ont le pouvoir” [Gallant et Garneau, 2016 : 232]. Parmi les politiques de soutien à l’engagement des jeunes, nous pouvons citer les exemples de l’intégration du community service ou de la valorisation des engagements bénévoles dans les cursus du secondaire [Loup, 2000] et du supérieur [Butin et Seider, 2012 ; Testi, 2021]. Ces politiques ne se limitent évidemment pas à l’espace scolaire ou universitaire : les collectivités locales et l’État déconcentré peuvent être également particulièrement actifs dans ce domaine, de même que les associations nationales et locales de l’éducation populaire. Par conséquent, nous recevrons avec intérêt des communications qui présentent différentes pratiques de recours à la participation formelle et non formelle des étudiant-e-s [Walther et al. 2019], à leur mise en œuvre, à leurs avantages et limites. Nous prendrons également en compte les analyses qui portent sur les profils des étudiant-e-s optant pour ces types d’engagement. Enfin, nous nous intéresserons aux travaux qui explorent le rôle joué par d’autres types d’acteurs dans le soutien aux engagements des étudiant-e-s en matière de logement, de santé, de droits sociaux ou d’autres types de revendications.

Informations pratiques et modalités de soumission des propositions

Les JE d’études se tiendront à l’Université Paris Nanterre en octobre 2022, au format hybride. Nous encourageons particulièrement les contributions de jeunes chercheur-se-s quelle qu’elle soit leur discipline.

Toute personne intéressée est invitée à soumettre une proposition de communication (3000 signes espace compris, hors bibliographie) en français ou en anglais, comprenant : un titre, une problématique, une présentation des données et des résultats ainsi qu’un court paragraphe bio-bibliographique. Les auteur-e-s sont invité-e-s à préciser leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle. Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx.

Elles sont a envoyer avant le 1er avril 2022 à l’adresse suivante :

Notification d’acceptation aux auteur-e-s : 1er juin 2022

Comité d’organisation

Ioanna Kasapi (doctorante en archivistique, Université d’Angers, TEMOS), Jean-Philippe Legois (archiviste, président de la Cité des Mémoires Étudiantes, EMA), Patricia Loncle (professeure de sociologie, EHESP, Arènes), Robi Morder (président du GERME, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Printemps), Fransez Poisson (membre de Coop’Eskemm, chercheur associé à Arènes), Paolo Stuppia (docteur en science politique, chercheur associé au CESSP – Université Paris 1-EHESS-CNRS), Simon Ridley (docteur en sociologie, chercheur associé au Sophiapol – Université Paris Nanterre), Julie Testi (post-doctorante au CHEC – UCA, chercheuse associée à l’ISP – Université Paris Nanterre)

Comité Scientifique

Yaëlle Amsellem-Mainguy (chargée de recherche à l’INJEP, CERLIS), Lorenzo Barrault-Stella (chargé de recherches au CNRS, CRESSPA-CSU), Valérie Becquet (professeure des Universités en sciences de l’éducation, Cergy Paris Université, EMA), Séverine Chauvel (maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Est-Créteil, LIRTES), Nicole Gallant (professeure à l’Institut National de la Recherche Scientifique, Québec), Tristan Haute (maître de conférences en science politique, Université de Lille, CERAPS), Laurent Lardeux (chargé de recherche à l’INJEP, Triangle), Hugo Melchior (doctorant en histoire, Université Rennes II, ARENES), Sarah Pickard (maîtresse de conférences en civilisation britannique, Université Sorbonne Nouvelle, CREW), Nedjib Sidi Moussa (docteur en science politique, chercheur associé au CESSP – Université Paris 1-EHESS-CNRS), Claire Thoury (docteure en sociologie, présidente du Mouvement Associatif, déleguée générale d’Animafac).

Parution – Jean-Philippe Leresche, “Récits facultaires. De l’École à la Faculté des sciences sociales et politiques (1902-2022)”, 2022

https://www.epflpress.org/produit/1038/9782889154470

Lieu d’une mémoire vivante et fluorescente, cet ouvrage raconte l’École puis la Faculté des sciences sociales et politiques de sa naissance à nos jours comme une épopée pleine de bouillonnements scientifiques, d’émulsions humaines et de luttes pour le pouvoir académique. À l’occasion des 120 ans de l’institution, il fait le récit des moments charnières, des grands débats et des conflits intellectuels et politiques qui ont structuré cette aventure collective. Plus petite École au début du 20e siècle, elle deviendra au début du 21e siècle la plus grande Faculté de l’Université de Lausanne. D’une petite entreprise individuelle autour de Pareto en 1902 la Faculté s’est transformée aujourd’hui en une sorte de « multinationale des savoirs ». Loin du très agaçant «mythe de la tour d’ivoire», on la découvre à chaque fois totalement inscrite dans la société vaudoise de son temps.

Parution – Sylvie Moret Petrini, “L’enfance sous la plume.La diffusion de l’écriture éducative en Suisse romande, 1750-1820”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5643/l-enfance-sous-la-plume

Systématiquement recommandée par les traités pédagogiques, l’observation des enfants se développe dès le milieu du XVIIIe siècle, dans le sillage des Lumières et de l’essor des sciences. Pères, mères, précepteurs et gouvernantes sont désormais exhortés à prendre la plume dans le cadre de leur mission éducative. Et ils ne sont pas les seuls. Enfants et jeunes gens se voient aussi fortement encouragés à tenir un journal, auquel on attribue de nombreuses vertus.

Fondé sur l’analyse d’une centaine de journaux personnels conservés dans les archives de Suisse romande, le présent ouvrage retrace l’émergence de ces nouvelles pratiques d’écriture, issues d’une ère de renforcement de la cellule familiale, et remonte aux modèles qui leur ont donné naissance. Il questionne également la perception que les acteurs de l’éducation ont de leurs rôles respectifs.

Cette écriture éducative traduit le nouveau regard porté sur l’enfant et sur son développement, ainsi que la pénétration des théories pédagogiques au sein des familles. Tout comme elle dévoile les dilemmes des parents, partagés entre fidélité aux principes prônés et impératifs sociaux. Incluant les jeunes scripteurs et scriptrices, elle permet de reconstituer l’expérience enfantine. On voit ainsi émerger l’enfant acteur de son éducation, fille ou garçon, qui au fil des pages revendique sa capacité à gérer, non seulement sa formation, mais sa propre existence.

La promotion du journal d’éducation dans le cadre d’une nouvelle vision de l’enfant

  • Un instrument de connaissance
  • Une promesse d’amélioration pour les enfants et les adolescents
  • Une théorisation du journal à bout touchant ?

Le journal éducatif aux mains des précepteurs et gouvernantes

  • Un désir naissant de professionnalisation
  • L’écriture éducative : source de légitimité
  • Adapter le journal éducatif de Stéphanie-Félicité de Genlis

Les parents et la plume

  • Responsabilités et sentiments : des rôles parentaux redéfinis
  • Écrire la maternité
  • La plume paternelle : entre observation et réflexion

Les enfants et l’écriture diaristique

  • Élaborer son journal
  • La plume émancipatrice

Parution – “L’enseignement en situation coloniale et postcoloniale”, revue Tsingy, 2022

Revue Tsingy : L’enseignement en situation coloniale et postcoloniale

Sous la direction de Pierre-Eric Fageol

http://revuetsingy.canalblog.com/archives/2022/02/17/39351045.html

Pour toute information, contacter Frédéric Garan ou Pierre Eric Fageol (Université de La Réunion) frederic.garan [at] univ-reunion.fr et pierre-eric.fageol [at] univ-reunion.fr

Sommaire

  • Christine MUSSARD, La rentrée des classes, un événement dans la guerre d’Algérie
  • Raoul LUCAS, Le collège Saint-Michel de Tananarive et l’accès des jeunes réunionnais à l’enseignement secondaire
  • Héloïse KIRIAKOU, « L’école du peuple » : un projet d’éducation alternatif au Congo-Brazzaville                 
  • Jean-Lémon KONÉ, Comment l’indépendance accéléra la carrière de maîtres africains : micro histoire connectée du cas de Koutia Lémon, instituteur de Côte d’Ivoire (1940-1974)
  • Thierry SIMON, De la coopération éducative française au Tchad et au Mali (1992-2000) : expériences d’un acteur
  • Stéphane MINVIELLE, Les récits d’élèves calédoniens et vanuatais sur la période coloniale…….

Varia :

Angelo DJISTERA, Capital éducatif en Afrique francophone : Une analyse comparative entre Madagascar et Maurice

Document :

Patrick MOUGENET, France/Algérie : la rentrée scolaire de 1956 vue par les actualités cinématographiques, un cas d’École ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search