Prix « Françoise Tétard » en histoire de l’éducation populaire / histoire de l’éducation spécialisée (2019)

Le prix « Françoise Tétard » est conjointement créé par l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs (AHPJM), le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale (CNAHES), en partenariat avec l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (ADAJEP). Il est créé en hommage à l’historienne Françoise Tétard, chercheuse qui avait particulièrement le goût de l’archive et qui a durant toute sa carrière questionné les frontières entre une « jeunesse qui va bien » et une « jeunesse qui va mal ». Il vise aussi à décloisonner les savoirs sur l’éducation, l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, à encourager les recherches dans ces domaines et à améliorer leur visibilité.

Publication – Manon Pignot, “L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918”

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

Journée d’étude internationale – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) (Université Paris-Diderot, 9 mai 2019)

Continuer la lecture de « Journée d’étude internationale – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) (Université Paris-Diderot, 9 mai 2019) »

Publication – Maryse Cuvillier, Des mathématiques pour les filles ? L’exemple de l’enseignement primaire de la Somme de 1881 à 1923

Presses universitaires du Septentrion, 2019.

À l’école primaire de la fin du XIXe siècle, les performances des filles en mathématique sont inférieures à celles des garçons. Sont-elles privées de « la bosse des maths » ou y-a-t-il d’autres raisons à cette situation ? De nouveaux programmes sont publiés à partir de 1881. L’enseignement mathématique se veut « pratique », il vise aussi à développer la réflexion. Ces finalités seront-elles atteintes ? Cela améliorera –t-il les résultats des filles ?

Cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions en étudiant l’histoire de l’enseignement mathématique féminin au primaire, par le biais de sa mise en œuvre dans la Somme. S’appuyant sur des sources très variées, il comble un vide historiographique, ce sujet ayant été peu exploré jusqu’à présent. L’auteure s’attache à entrer non seulement dans les classes, mais aussi dans les salles d’examen, pour saisir les enjeux de cet enseignement, les décalages entre le national et le local, précisant ainsi la culture scolaire acquise par ces élèves.

Publication – Isabelle Le Boulanger, “Enfance bafouée. La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle”

Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Longtemps considérés comme des délits sans victime, les abus sexuels commis sur les enfants sont voués au secret des familles en raison du tabou de la sexualité. Fait banal, scène de crime rurale, décor rudimentaire, jeunes acteurs pauvres et tristement uniformes, la diversité est à rechercher du côté des abuseurs, qui beaucoup prennent l’apparence de monsieur tout le monde. Leur système de défense, véritable démonstration de force, de puissance sexuelle et de virilité révèle, dans toute son âpreté, la représentation sociale de l’abus sexuel au XIXe siècle.

Publication – Véronique Dasen et Patricia Gaillard-Seux (textes réunis par), Accueil et soin de l’enfant (Antiquité, Moyen Âge), revue “Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest”, 2017

Presses universitaires de Rennes, 2017.
Continuer la lecture de « Publication – Véronique Dasen et Patricia Gaillard-Seux (textes réunis par), Accueil et soin de l’enfant (Antiquité, Moyen Âge), revue “Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest”, 2017 »

Publication – Jean-Baptiste Bonnard, Véronique Dasen et Jérôme Wilgaux, “Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve au IIe siècle av. J.-C.”

Presses Universitaires de Rennes, 2019.

Cet ouvrage propose une comparaison des familles grecques et italiennes, du Ve au IIe siècle avant J.-C., afin de mettre en évidence leur grande variété comme leurs similitudes, leurs traits permanents comme leurs évolutions, et d’indiquer les directions prises aujourd’hui par les recherches pour en rendre compte. Ce sont ces multiples dimensions que cet ouvrage se donne pour objet de présenter, dans une démarche interdisciplinaire, comparative et didactique afin d’aider les candidats à l’agrégation d’histoire à bien préparer la question au programme.

Publication – Rebecca Swartz, “Education and Empire Children, Race and Humanitarianism in the British Settler Colonies, 1833–1880”

Palgave Macmillan, 2019.

This book tracks the changes in government involvement in Indigneous children’s education over the nineteenth century, drawing on case studies from the Caribbean, Australia and South Africa. Schools were pivotal in the production and reproduction of racial difference in the colonies of settlement.  Between 1833 and 1880, there were remarkable changes in thinking about education in Britain and the Empire with it increasingly seen as a government responsibility. At the same time, children’s needs came to be seen as different to those of their parents, and childhood was approached as a time to make interventions into Indigenous people’s lives. This period also saw shifts in thinking about race. Members of the public, researchers, missionaries and governments discussed the function of education, considering whether it could be used to further humanitarian or settler colonial aims. Underlying these questions were anxieties regarding the status of Indigenous people in newly colonised territories: the successful education of their children could show their potential for equality.

Soutenance d’Antonin Dubois : “Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)”

  • Date :Vendredi 22 mars 2019 – 14:00
  • Lieu : EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle.     Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes.     Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

JURY :

  • M. Gérard Noiriel (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Katja Patzel-Mattern (Directrice de thèse), Universität Heidelberg
  • M. Christophe Charle, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • M. Lutz Raphael, Universität Trier
  • M. Jakob Vogel, Centre Marc Bloch (Berlin)
  • Mme Bénédicte Zimmermann, EHESS

AàC – Science et culture en temps de guerre de la Révolution à nos jours

  • Deadline propositions : 1er septembre 2019
  • Colloque : 27-28 mars 2020
  • Publication des actes

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite.

Publication – Aurélie Damet et Philippe Moreau, “Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve s. av. J.-C.-IIe s. av. J.-C.)”

Armand Colin, 2019.

La question du rapport entre famille et société, aux résonances si contemporaines, constitue le cœur de cet ouvrage. Le lecteur trouvera les définitions nécessaires pour saisir les « familles » grecque et romaine, les parentés de l’alliance et de la naissance, l’unité économique de production, la famille des droits et des devoirs. L’ouvrage offre une synthèse des différentes étapes de la vie en famille (naissance, mariage, adoption, funérailles), ces moments de sociabilité parfois générateurs de tensions, où s’entremêlent des intérêts autant familiaux que civiques : la famille s’inscrit dans la cité, qui la modèle, la contrôle et la surveille car elle en constitue la première unité. En puisant dans les sources dramaturgiques comme dans la documentation épigraphique, en croisant les théories philosophiques et les textes de loi, les auteurs ont souhaité offrir au lecteur un tableau synthétique et vivant des familles et des systèmes de parenté grecs et romains. Histoire du droit, histoire des sentiments, anthropologie de la parenté, histoire sociale, prosopographie, autant de méthodes réconciliées par le prisme familial que propose cette étude.

Ressource – Entretien avec Antoine Prost (mars 2019)

Centre d’histoire du XIXe siècle, mars 2019.

Peut-on être, à la fois, un historien reconnu de la guerre, anciens combattants et Résistance compris, de l’éducation, de la vie politique, du mouvement social et du syndicalisme ? Le tout sous la bannière d’une histoire « sociale et culturelle, indissociablement ». C’est la trajectoire d’Antoine Prost, professeur émérite à l’Université Paris I, ancien directeur du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, président, entre autres, du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Mais aussi ancien responsable syndical, expert auprès de plusieurs ministres, à propos des lycées (1981), de l’aryanisation économique et des restitutions (2000), de la réhabilitation des soldats « fusillés pour l’exemple » (2013), et même homme politique, de la mairie d’Orléans (adjoint à l’urbanisme) au cabinet de Michel Rocard à Matignon. De quoi nourrir une réflexion sur notre discipline, ses progrès, ses errances, ses relations complexes avec l’action dans la cité, l’actualité et la mémoire.

Les Rencontres du Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1 – Sorbonne Université) permettent de dialoguer avec ce chercheur polyvalent et très attaché à la fonction d’enseignant.

Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse »

1939-1945, années terribles de la Seconde Guerre mondiale.
Au cœur des événements tragiques se trouvaient les plus jeunes. Enfance et adolescence, périodes charnières de la construction de l’individu, ont alors été marquées du fer rouge de la guerre. La faim, la peur, l’exode, les proches mobilisés… mais aussi les petits événements de la vie quotidienne qui se poursuit malgré la guerre : l’école, les copains, l’entrée dans la vie professionnelle…

Micro-Archives, association dédiée à la sauvegarde des archives des particuliers, collecte la parole des femmes et des hommes sur leur enfance pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous avez vécu cette période sombre ? Racontez-nous-la ! Toutes les mémoires sont importantes car elles témoignent, à leur façon, de ce qu’a réellement représenté la Seconde Guerre mondiale dans la vie quotidienne des jeunes Français.

Continuer la lecture de « Actualité – Appel à témoignages « 39-45 : enfance et jeunesse » »

Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue “Histoire de l’éducation”

ENS Lyon/IFé

L’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient a connu depuis une dizaine d’années de profonds renouvellements. Les systèmes publics d’éducation, les réseaux scolaires missionnaires ou communautaires ou encore l’essor récent de l’enseignement supérieur ont particulièrement retenu l’attention. Ce numéro spécial « Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXsiècle à nos jours » a pour vocation de rendre compte de la fécondité de ces recherches aux spécialistes peu familiers de cette aire culturelle. Il propose tout d’abord une synthèse historiographique sur ce sujet. Il éclaire ensuite les contenus enseignés à travers des manuels d’éducation morale utilisé en Égypte au début du XXe siècle, l’enseignement de l’histoire du Soudan de 1900 à 1960 ou encore l’introduction de la sociologie à l’Université américaine de Beyrouth au début du XXe siècle. Deux autres articles portent sur l’enseignement professionnel à travers l’enseignement agricole en Palestine, Transjordanie et en Irak sous mandat britannique puis indépendants et l’enseignement industriel dans l’Égypte à la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de « Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue “Histoire de l’éducation” »

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), “Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire”

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

Publication – Quelques articles intéressants récemment parus dans diverses revues

Ressources – Nouveaux titres ENS éditions en libre-accès !

En avril 2019, 30 nouveaux titres ENS Éditions sont disponibles en accès ouvert HTML sur OpenEdition Books !

Journée d’études – Quelle Europe pour la jeunesse ? (LabEx EHNE, 16 mai 2019)

Journée d’étude organisée par le LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe) et l’IHA (Institut Historique Allemand)

Cette journée d’études intervient dans le contexte des élections européennes qui posent une nouvelle fois les questions de la démocratisation et de l’avenir de l’Europe politique. Sur cette toile de fond, il s’agit d’interroger l’histoire des constructions narratives qui ont eu pour fonction la transmission de l’Europe aux jeunes générations dans une dimension supranationale.

Existe-t-il un grand récit européen pour la jeunesse ou une multitude de récits plus ou moins convergents, ou au contraire antagonistes voire concurrentiels selon les nations ou régions européennes ? Peut-on cartographier l’Europe selon les identités narratives que différents acteurs se forgent d’elle ? Sur quels faits historiques se sont construits ce(s) récit(s) européen(s) au cours de l’époque contemporaine ? Par quels supports et quels acteurs s’est transmise l’Europe à la jeunesse ? Quelles en seraient les dynamiques nationales/supranationales et les limites géographiques ? Quelles représentations en Europe et en dehors de l’Europe les jeunes ont de ce continent ?