Parution: Louis François et les frontières scolaires

Jean-Paul Martin et Nicolas Palluau (dir.), Louis François et les frontières scolaires. Itinéraire pédagogique d’un inspecteur général (1904-2002), PUR, 2014.

Inspecteur général d’histoire-géographie, Louis François a fortement marqué le système scolaire français du XXe siècle. Formé par le scoutisme des Éclaireurs de France, il a voulu, en partisan passionné des méthodes actives, bousculer les frontières entre les institutions éducatives et entre les disciplines d’enseignement. À ses yeux, la formation des élèves doit mobiliser des pratiques ouvertes sur le monde. Il fut professeur, géographe, résistant, déporté, gaulliste et démocrate, acteur clé de la construction de notre école contemporaine.

AAC: Gouverner l’école aux Suds

Le colloque final de l’ANR MOPRACS (« Modèles, pratiques et cultures scolaires en Afrique de l’Ouest » 2012-2015) organisé à Bordeaux du 5 au 7 février 2015, propose d’interroger les profondes mutations que les secteurs éducatifs des pays du Sud ont connu au cours des quinze dernières années, autour du thème « Gouverner l’école aux Suds: Politiques, acteurs et pratiques« . L’adoption d’un agenda international centré sur l’accès universel à une éducation primaire de qualité dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement a significativement modifié les formes et la nature du gouvernement de l’école.

L’enchâssement des politiques publiques d’éducation dans les programmes internationaux de développement détermine un nouveau paradigme éducatif qui demande à être interrogé. Les programmes décennaux sectoriels, fixant les orientations et les priorités nationales, découlent des documents stratégiques de réduction de la pauvreté qui conditionnent l’accès à l’aide internationale des pays les plus pauvres. La définition d’objectifs chiffrés, qui ont valeur de conditionnalités, englobe à la fois l’agenda éducatif (ses priorités et orientations), la nature des relations entre les différents acteurs impliqués et enfin les formes de régulation et de pilotage caractérisées par l’hégémonie des procédures bureaucratiques et des normes quantifiables. Ceci a pour conséquence une homogénéisation apparente des espaces éducatifs dans les Suds ainsi que leur déploiement en dehors et au-delà du seul cadre étatique. L’Etat et son administration sont des acteurs privilégiés de l’éducation mais ils agissent et interagissent désormais avec une grande diversité d’acteurs (bailleurs internationaux, ONG, acteurs religieux, collectivités locales, etc.) tant au niveau de l’énonciation que de la mise en œuvre des politiques publiques d’éducation.

Au-delà des injonctions définies par les priorités de l’aide internationale, ou de façon plus prosaïque par des cadres de procédures, que se passe-t-il à l’échelle de l’école d’un village ou d’une municipalité ? Et à l’autre bout de la chaîne, comment sont prises les décisions qui donnent aux systèmes éducatifs leurs grandes orientations réformatrices (curricula, redoublements, scolarisation des filles, recrutement des enseignants) ? Comment enfin s’articulent ces deux extrémités et les différents niveaux intermédiaires ?

C’est précisément la question de la direction de l’école au sens large – à laquelle renvoie le verbe « gouverner » – que ce colloque soulève. Il s’agit de se demander comment « marche » l’école dans les pays des Suds ; dans quelle(s) et sous quelles(s) directions ? Cette interrogation renvoie à la fois aux orientations et aux buts des institutions scolaires qui varient suivant les acteurs concernés et qu’il s’agira de clarifier. Elle porte aussi sur le jeu des différents acteurs et forces qui structurent et organisent les espaces d’éducation aux niveaux local, national et international. Comment les impulsions du gouvernail se transmettent et se répercutent à tous les niveaux, jusque dans les salles de classe ; comment cheminent-elles à travers les canaux administratifs ; quelles en sont les chaînes de traduction ? Quels processus, acteurs et mécanismes gouvernent au final l’école dans les pays des Suds ?

ACC en français

CFP in english

Colloque: École et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle)

Le 17 mai 2013 aura lieu à l’ENS de Lyon un colloque international consacré à « Au delà de la nationalisation : école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle)« , organisé par F. Abécassis (ENS Lyon / LARHRA), P. Bourmaud (Lyon III) et Chantal Verdeil (LARHRA), avec le concours de l’École française d’Athènes.

Présentation:

De 1850 aux années 1950, dans l’espace administré par l’empire ottoman puis dans les États qui lui ont succédé, l’enseignement se transforme radicalement. Les cours se tiennent désormais dans des salles de classe qui regroupent les élèves (garçons et filles) dans des divisions. Continuer la lecture de « Colloque: École et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle) »

Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école?

Pierre Clément soutiendra sa thèse de sociologie intitulée « Réformer les programmes pour changer l’école? Une sociologie historique du champ du pouvoir scolaire« .
Lundi 11 mars 2013 à 14 heures dans l’amphithéâtre Sraffa du Pôle universitaire Cathédrale de l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens (10, placette Lafleur).

Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école? »