Parution – « Varia », History of Education, Volume 49, Issue 1 (2020)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/49/1?nav=tocList

Editorial

Heather EllisMark Freeman & Stephanie Olsen

The charitable status of elite schools: the origins of a national scandal

Roy Lowe

Society, science and institutionally-embodied higher education reform in nineteenth-century Ireland: the role of mobile, professional elites in fashioning reform

Christopher F. McCormack

In search of a moral standard: debates over ethics education and religion in Meiji Japan

Zibo Lin & Hanyang Lu

More than a mere footnote: the department of military studies, University of Sydney, 1907-1915

William Westerman

Nation-building in Turkey through ritual pedagogy: the late Ottoman and early Turkish Republican era

Dr. Filiz Meşeci Giorgetti

A time of destiny for Norwegian mission schools in Zululand and Natal under the policy of Bantu Education (1948–1955)

Ellen Vea Rosnes

Parution – Anne Hugon, « Être mère en situation coloniale Gold Coast, années 1910-1950 », Editions de la Sorbonne, 2020

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100182140

Pour une grande majorité des Africaines, la « rencontre coloniale » s’est faite à la maternité, au dispensaire et au centre de Protection maternelle et infantile, plus encore qu’au travail ou dans les bureaux de l’administration. Cet ouvrage analyse les conséquences de la colonisation sur les femmes colonisées, en mettant en valeur l’une des activités cruciales de ces dernières : mettre au monde des enfants et les élever.

Dans un contexte général de préoccupation démographique, à laquelle la colonie britannique de Gold Coast (futur Ghana) n’échappe pas, les autorités coloniales et les élites africaines tentent de lutter contre la mortalité maternelle et infantile, dans le but d’accroître la population locale. Comment sont déployées les politiques de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement ? Comment sont-elles reçues ? L’histoire des institutions dévolues à la santé maternelle et infantile éclaire celle de leur personnel et de leurs usagères. Comment ont été redéfinis la physiologie de la maternité et le rôle social de mère, des concours « du plus beau bébé » à la formation de centaines de sages-femmes ? Les mères étant largement tenues pour responsables de la mortalité infantile par leurs « mauvaises pratiques », que prévoit-on pour les « éduquer » et comment réagissent-elles à ces méthodes ? Les sources de l’administration médicale, croisées avec de nombreux entretiens, documents privés et autres archives de presse, montrent les expériences multiples des mères africaines en situation coloniale.

Parution – « Enfances (dé)colonisées », n° 22, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2020

Yves Denéchère et Violaine Tisseau Introduction 

Edoardo Quaretta Enfance, évangélisation et inculturation catholique en colonie Le cas de la congrégation des Salésiens en Haut-KatangaChildhood, Evangelization and Catholic Inculturation in Colony. The case of the Salesian congregation in Haut-Katanga

Alvine Henriette Assembe Ndi Entre action charitable et bénéfice matériel : la politique de l’enfance « inadaptée » au Cameroun sous administration française (1928-1960) Between charitable action and material benefit: the “unsuitable” childhood policy in Cameroon under French administration (1928-1960)

Magali Bigaud « Rapatrier » les enfants métis du Cambodge : un élément de la relation postcoloniale franco-cambodgienne  “Repatriate” metis children from Cambodia: a part of the franco-cambodian postolonial relationship

Violaine Tisseau Pistes pour une histoire de l’enfance délinquante au Ghana Entretien avec Anne Hugon réalisé le 14 janvier 2020 par Violaine Tisseau Paths to a history of child delinquency in Ghana. Interview with Anne Hugon conducted on January 14, 2020 by Violaine Tisseau

Yves Denéchère Être adolescent au temps de la guerre d’indépendance algérienne, d’Alger au Béarn Témoignage de Monsieur Frédéric Ferdjioui recueilli par Yves Denéchère Being a teenager at the time of the Algerian War of Independence, from Algiers to Bearn. Testimony of Mr. Frédéric Ferdjioui collected by Yves Denéchère

Parution – « Imperialism, Internationalism and Education in Africa: Connected Histories », revue Paedagogica Historica, Volume 57, Issue 3 (2021)

Dossier

Varia

Parution – Miles Taylor et Jill Pellew (eds.), « Utopian Universities. A Global History of the New Campuses of the 1960s », Bloomsbury, 2020

In a remarkable decade of public investment in higher education, some 200 new university campuses were established worldwide between 1961 and 1970. This volume offers a comparative and connective global history of these institutions, illustrating how their establishment, intellectual output and pedagogical experimentation sheds light on the social and cultural topography of the long 1960s.

With an impressive geographic coverage – using case studies from Europe, the Americas, Africa and Asia – the book explores how these universities have influenced academic disciplines and pioneered new types of teaching, architectural design and student experience. From educational reform in West Germany to the establishment of new institutions with progressive, interdisciplinary curricula in the Commonwealth, the illuminating case studies of this volume demonstrate how these universities shared in a common cause: the embodiment of ‘utopian’ ideals of living, learning and governance.

At a time when the role of higher education is fiercely debated, Utopian Universities is a timely and considered intervention that offers a wide-ranging, historical dimension to contemporary predicaments.

Parution – Jill Sperandio, « Pioneering Education for Girls across the Globe. Advocates and Entrepreneurs, 1742-1910 », Rowman & Littlefield, 2018

The mid-18th to the early 20th century saw growing interest in the education of girls from all social classes in all regions of the world. During this time period of expanding empires and international travel, pioneering girls’ schools were established by educational entrepreneurs, predominantly men, supported by dedicated women school administrators and teachers who ensured the smooth operation of the schools and well-being of the girls attending them. The schools preceded national and local interest in educating girls, and frequently encountered resistance from the communities they sought to serve for the challenge and potential disruption they threatened to the existing gendered social order.

The author examines six of these pioneering girls’ schools drawing her case studies from Britain, Colonial America, Singapore, India, Azerbaijan and Uganda. Placing each school in its geographical and historical setting, she analyses the driving forces that led their founders to undertake the oft-difficult task of funding and promoting the schools. Beliefs and gendered stereotypes regarding the roles of women in society posed further difficulties as did the conflicting educational ideologies, quality and attainment expectations to be negotiated in developing curriculum for the schools.

On the global level, the school case studies illustrate how imperial expansion, and oft-accompanying religious missionary activity, exposed previously isolated communities in very diverse environments and social contexts to new ideas and influences creating tensions between desires for change and modernization and fears of loss of ethnic community. The author concludes by considering the ongoing importance of local agency, activism and social entrepreneurship in creating awareness of the need for quality education for girls in many parts of the world today.

Séminaire – « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) » (CESSMA, Université de Paris)

CESSMA – Séminaire 7 octobre 2021

Jeudi 7 octobre 2021 , Salle 870 + Visio-Zoom pour l’étranger et la province, 14  h 00 – 16 h 00

Pieter Verstraete, Kim Christiaens et Idesbald Goddeeris (Université de Leuven, Belgique) viendront présenter leur ouvrage :

Missionary Education: Historical Approaches and Global Perspectives

avec certain(e)s des auteur(e)s dont Ellen Vea Rosnes (VID, Norvège)

AàC – « Le système éducatif islamique en Afrique subsaharienne. Un parcours de politique et de religion » (Niamey, sept.-oct. 2021)

Argumentaire :

Bien que d’importantes réformes aient été introduites concernant le statut et le rôle de l’enseignement islamique dans divers pays et que les acteurs de ces milieux de formation aient significativement changé depuis quelques décennies, la question de l’enseignement islamique en Afrique de l’Ouest reste encore au centre des débats publics, et très peu étudiée dans les travaux scientifiques. Toutefois, depuis le début de la décennie 1990, un nombre croissant de chercheur.es se sont intéressés à l’histoire, aux dynamiques, aux réseaux et aux enjeux de l’enseignement islamique en Afrique de l’Ouest. Le workshop propose de se pencher plus particulièrement sur la question de l’enseignement secondaire et universitaire islamique. Une mise à jour des connaissances scientifiques sur les dynamiques qui caractérisent les milieux contemporains de l’enseignement islamique est essentielle dans la mesure où une partie importante de la littérature scientifique a été produite il y a plusieurs années et a peu (ou pas) étudiées certaines zones géographiques, dont le Benin, la Gambie, la Guinée, le Togo, le Sierra Leone, etc.

Le workshop a trois objectifs : 1. réunir des chercheur.es juniors et séniors qui travaillent sur les dynamiques de l’enseignement islamique en Afrique de l’ouest ; 2. mettre à jour l’état des connaissances sur ces lieux de formation en tenant compte des enjeux nationaux, de leurs dynamiques d’expansion et de leurs réseaux ; 3. de définir une programmation commune de recherche centrée sur la constitution d’un répertoire de ces lieux d’enseignement. La constitution de ce répertoire sera une occasion de tester une approche méthodologique pluridisciplinaire et mixte. Ce répertoire aura une utilité, à la fois, pour les chercheur.es et les acteur.es socio-politiques.

Les chercheur.es, juniors et séniors, francophones, anglophones et arabophones, qui ont effectué des enquêtes dans les milieux de l’enseignement islamique sont invité.es à soumettre une proposition de communication. Les candidatures féminines et des chercheur.es de l’Afrique subsaharienne anglophone seront privilégié.es afin de s’assurer de la présence de jeunes chercheur.es et d’un équilibre entre les expertises sur l’Afrique de l’ouest francophone et anglophone. Les candidat.es qui ont des connaissances des milieux scientifiques arabophones seront aussi pris.es en considération.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication de 1500 mots doivent être envoyées au plus tard le 15 juin 2021 aux adresses suivantes : leblanc.marie-nathalie [at] uqam.ca ; binateissouf1981 [at] yahoo.fr ; sorefils [at] gmail.com. Elles comprendront le titre, un résumé indiquant le contexte, la problématique et l’approche méthodologique utilisée. Une notice bibliographique indiquant la discipline et l’attachement institutionnel de l’auteur.e est également souhaitée (pas plus de 100 mots).

Organisateurs.trices :

Marie Nathalie LeBlanc, Anthropologue, Université de Québec à Montréal et Chaire de l’islam contemporain en Afrique de l’ouest (Canada)
Issouf Binaté, Historien, Université Alassane Ouattara, Bouaké (Côte d’Ivoire)
Zakaria Soré, Sociologue, Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou (Burkina Faso)
Abdoulaye Sounaye, Leibniz-Zentrum Moderner Orient, Berlin (Allemagne)

Date et lieu : 

25 septembre au 2 octobre 2021, LASDEL à Niamey (Niger), si la situation sanitaire le permet. Dans le cas contraire, le workshop sera tenu en format réduit de manière virtuelle, du 25 septembre au 27 septembre

Parution – « Scolarisation des filles et relations de genre », revue Autrepart, 2018.

La scolarisation des filles a connu une progression massive et spectaculaire au cours des dernières décennies dans l’ensemble des pays du Sud, certains d’entre eux inversant même les inégalités de fréquentation au détriment des garçons. À partir d’études de cas et d’approches disciplinaires et thématiques variées, Autrepart montre la persistance des rapports de genre et l’émergence de nouveaux schémas discriminants envers les filles scolarisées. Le désordre social provoqué par cette évolution incite les sociétés à poursuivre la scolarisation des filles tout en maintenant à l’identique les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes à travers notamment la recherche d’un nouvel « idéal féminin ».

Colloque international – « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations », 23-25 juin 2021

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme du colloque international « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations« , qui aura lieu du 23 au 25 juin 2021 en visioconférence, par Zoom.

En plus d’une trentaine de contributions, cette conférence offrira la possibilité d’entendre deux keynotes: 

  • Mercredi 23 juin, 9h15-10h15 : Rita Hofstetter et Joëlle Droux (Université de Genève) : Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Jeudi 24 juin, 17h15-18h15 : Giles Scott-Smith (Leiden University) : « Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms »

Vous pouvez assister à ces 3 journées sur inscription auprès des organisateurs: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) ou Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

Vous retrouverez toutes les informations et le programme complet sur la page suivante: https://news.unil.ch/display/1620216036222 


We are pleased to announce the programme of the international conference « Internationalism(s) and Education during the Cold War. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations« , which will take place from 23 to 25 June 2021 in videoconference, by Zoom.

In addition to some thirty contributions, this conference will offer the opportunity to hear two keynotes: 

  • Wednesday 23 June, 9:15-10:15: Rita Hofstetter and Joëlle Droux (University of Geneva) : « Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Thursday 24 June, 17:15-18:15: Giles Scott-Smith (Leiden University) : « Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms

You can attend these 3 days by registering with the convenors: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) or Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

You will find all the information and the complete programme on the following page: https://news.unil.ch/display/1620216036222   

Parution – Aimé Hounzandji, « Une université nationale en Afrique occidentale. Dahomey-Bénin (1944-1974) », L’Harmattan

Étudier l’histoire de l’université, c’est aussi faire l’histoire de la société, de la jeunesse, des élites, du pouvoir, de l’administration et des relations internationales. Cet ouvrage est une contribution à l’histoire des universités en Afrique subsaharienne. Il montre comment une université a pu être un lieu clé dans le processus de construction nationale du Dahomey-Bénin, au lendemain des indépendances africaines de 1960.

Study the history of the university is also study the history of society, youth, elites, power, administration and international relations. This book is a contribution to the history of universities in sub-Saharan Africa. It shows how a university could be a key place in the process of national construction of Dahomey-Benin, in the aftermath of African independence in 1960.

Parution – Carole Reynaud-Paligot, « L’Ecole aux colonies. Entre mission civilisatrice et racialisation (1816-1940), 2020.

La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l’école fut hautement proclamée par les colonisateurs français mais qu’en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut durablement établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l’école s’imposa : apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation nécessaires à la bonne participation des colonisées au projet colonial. Très vite, les limites apparurent, il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

Publication – Southern African Review of Education with Education with Production, vol. 25, 2019/1.

AàC – Coopérations, circulations et trajectoires trans-impériales en Afrique (fin du XIXe siècle-années 1960), Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique

Calendrier

  • Envoi des propositions : 1 octobre 2020. Merci d’adresser un résumé en français de max. 500 mots accompagné d’une biographie de 100 mots aux adresses suivantes : damianomatasci@gmail.commbjeronimo@gmail.com. Le résumé doit également préciser la démarche méthodologique que l’auteur.e propose de suivre, expliquant notamment comment il/elle entend exploiter la dimension trans-impériale et documenter empiriquement les différentes échelles d’analyse.
  • Notifications aux auteur.e.s : 15 octobre 2020. Les propositions seront sélectionnées par les éditeurs et le comité éditorial de la RHCA
  • Envoi de la première version de l’article : 15 janvier 2021
  • Publication fin 2021

Coordonné par Damiano Matasci (Université de Genève) et Miguel Bandeira Jerónimo (Université de Coimbra)

Ce numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique se focalise sur l’histoire des circulations, des échanges et des collaborations qui se sont tissées en Afrique entre la fin du XIXe siècle et les années 1960. Il discute, tout en le prolongeant, le récent renouvellement de l’histoire coloniale et impériale stimulé par le « tournant » transnational et global des sciences sociales. Au cours de ces dernières années, en effet, une intense réflexion s’est engagée sur le rôle de la « globalisation impériale » dans la formation des dispositifs idéologiques, institutionnels et technologiques au cœur de la mondialisation contemporaine ainsi que sur les acteurs qui, agissant dans les interstices des espaces coloniaux, ont alimenté les processus d’interconnexion entre les pays et les régions du monde (Magee, Thompson, 2010).

Ces analyses ont stimulé un riche débat méthodologique, en particulier dans le monde académique britannique, et ont accompagné l’émergence de nouveaux « labels » historiographiques. Martin Thomas et Andrew Thompson invitent à relire l’histoire des empires coloniaux – depuis la phase du « haut impérialisme » de la fin du XIXe siècle jusqu’aux décolonisations – à la lumière de ses « effets globalisants » (2014 : 142). Ceux-ci incluent l’émergence de nouveaux mécanismes régulant les flux de personnes, de capitaux et de marchandises à travers le monde, tout comme la structuration de formes de violence et de conflictualité qui accompagnent et survivent à la fin des empires. D’autres historiens proposent de repenser l’histoire coloniale et impériale à l’aune des apports de l’histoire transnationale et globale (Fichter, 2019 ; Grant Levine, Trentmann, 2007 ; Akita, 2002). Simon J. Potter et Jonathan Saha soulignent l’intérêt d’adopter une « approche connectée » et de se pencher sur les manières dont « people in the past themselves understood (and sought to influence) patterns of long-distance interaction » (2015 : 4). Gareth Curless, Stacey Hynd, Temilola Alanamu et Katherine Roscoe proposent quant à eux une « approche décentrée », accordant une attention particulière aux « multiple networks of capital, goods, information, and people that existed within and between empires » (2015 : 713). Enfin, dans un article programmatique paru en 2018 dans le Journal of Modern European History, Daniel Hedinger et Nadine Heé ont défini les contours d’une « histoire trans-impériale » dont l’objectif est de placer dans un seul cadre analytique les phénomènes de compétition, coopération et connectivité qui émaillent l’histoire de la colonisation. L’enjeu est de dépasser la simple comparaison statique entre formations impériales pour se focaliser sur les « movements of people, knowledge and goods across empires » ainsi que sur la formation d’« imperial alliances as well as anti-imperial networks and exchanges » (2018 : 439).

Ces nouvelles recherches remettent en question l’espace impérial comme unité d’analyse exclusive pour le récit historique. La démarche méthodologique qui sous-tend cette réflexion repose sur une nouvelle appréciation du potentiel heuristique de la comparaison (Keese, 2007). En cela, ces auteurs renouvellent la proposition d’Ann Laura Stoler et de Frederick Cooper qui déjà à la fin des années 1990 appelaient à s’intéresser aux « circuits coloniaux », à savoir aux manières à travers lesquelles « des idées, des individus, des produits et des capitaux ont circulé non seulement entre la métropole et la colonie mais aussi au sein et entre les empires » (Stoler, Cooper, 1997 : 28). Dans ce sillage, de nombreux travaux se sont intéressés aux pratiques d’« apprentissage inter-impérial » (Bala, 2018 ; Coghe, 2015 ), aux « rencontres coloniales » (Leonhard, Hirschhausen, 2014 ; Lindner, 2011) ou encore à la co-production et aux transferts de savoirs (Kamissek, Kreienbaum, 2016 ; Barth, Cvetkovski, 2015 ; Meertens, Lachenal, 2013 ; Neill, 2012).

Ce numéro de la Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique a pour objectif d’approfondir ces réflexions récentes en les ancrant dans plusieurs terrains empiriques. Son ambition est de montrer le double intérêt historiographique d’une approche trans-impériale. Il s’agit, d’une part, d’interroger comment les processus de connexion et de coopération structurent non seulement la gouvernance coloniale mais aussi la vie quotidienne des colonisés, façonnant de nouveaux rapports sociaux, raciaux et genrés (Mitchell, Shibusawa, Miescher, 2014). D’autre part, cette approche permet de dévoiler les limites de la portée globale de l’impérialisme, rappelant l’importance de prendre en considération les spécificités locales de chaque situation coloniale et les manières dont la mise en place de réseaux d’interconnexion a (aussi) engendré, sur le terrain, des dynamiques d’exclusion et d’inégalité. L’enjeu est alors de questionner les limites, les ambivalences et les contradictions inhérentes aux processus de mondialisation, prolongeant ainsi les réflexions de Frederick Cooper sur ce sujet (2001).

Continuer la lecture de « AàC – Coopérations, circulations et trajectoires trans-impériales en Afrique (fin du XIXe siècle-années 1960), Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique »

AàC pour une journée d’étude et un ouvrage consacrés à : L’histoire de l’éducation de la colonisation aux décolonisations en Afrique (années 1920 – 1970)

Appel à contributions pour une journée d’étude et un ouvrage consacrés à :

L’histoire de l’éducation de la colonisation aux décolonisations en Afrique (années 1920 – 1970)

Le CEPED (France), le CESSMA (France), l’Université spécialisée VID (Norvège) et l’Université de Dalarna (Suède) souhaitent inviter les chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation en Afrique, du Maghreb à l’Afrique du Sud, à participer à une nouvelle journée d’étude internationale consacrée à « L’histoire de l’éducation de la colonisation aux décolonisations en Afrique (années 1920 – 1970) » laquelle débouchera sur la publication d’un ouvrage.

Veuillez envoyer un résumé (1500 signes) de votre proposition avant le 17 janvier 2020 à for.an.education.network@gmail.com

Les auteurs des propositions sélectionnées seront informés avant le 7 février 2020 et invités à participer à une journée d’étude qui se tiendra à Paris les 21 et 22 avril 2020 et sera consacré aux histoires vécues en lien avec les pratiques éducatives, de la colonisation aux années suivant immédiatement les indépendances en Afrique (1920 – 1970). Les contributeurs devront soumettre leur article complet (6000 mots) avant le 31 mars 2020 pour la journée d’étude et dans la perspective du volume.

Pour davantage de précisions, voir les appels joints ci-dessous : 

Séminaire histoire de l’éducation en Afrique de l’année 2020

Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu XIXe siècle – années 1970)

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands Moulins à Paris 

Métro : Bibliothèque François Mitterrand – Ligne 14 – RER C

Mercredi 29 janvier, 14h-16h – salle 3.15

Iris Seri-Hersch (IREMAM, université Aix-Marseille), 

Des savoirs et des pratiques pédagogiques coproduits ? Retour sur un problème classique de la « situation coloniale » à partir du Soudan nilotique.

Mardi 25 février, 14h-16h  salle 3.15

Caterina Scalvedi (University of Illinois-Chicago),

Imperial Histories of Fascist Education (1922-1943) 

Mardi 24 mars, 14h-16h – salle 3.15 

Christine Mussard (IREMAM, ESPE Aix-en-Provence), 

Détourner les principes de l’Ecole de la République pendant la guerre d’indépendance algérienne : l’exemple de l’obligation scolaire

Mardi 14 avril, 14h-16h – salle 3.15 

Pierre Guidi (CEPED, IRD-université Paris Descartes), 

L’éducation féminine de la ‘Nouvelle Ère’ dans l’Éthiopie des années 1950 : maternalisme, émancipation, reproduction des classes

Une nouvelle Journée d’Etude internationale prolongera ces séances les mardi 21 et mercredi 22 avril 2020 dans les locaux du CESSMA (Université Paris Diderot, bâtiment Olympe de Gouges).

Les coordinateurs : Pierre Guidi, Jean-Luc Martineau & Florence Wenzek

Nous écrire : for.an.education.network@gmail.com

http://www.cessma.univ-paris-diderot.fr/spip.php?rubrique118

Séminaire – Histoire de l’éducation en Afrique

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire Histoire de l’éducation en Afrique

Mercredi 29 janvier

Iris Seri-Hersch (IREMAM, université Aix-Marseille),« Des savoirs et des pratiques pédagogiques coproduits? Retour sur un problème classique de la ‘situation coloniale’ à partir du Soudan nilotique ».

Mardi 25 février

Caterina Scalvedi (university of Illinois-Chicago), Imperial Histories of Fascist Education (1922-1943)

Mardi 24 mars

Christine Mussard (IREMAM, ESPE Aix-en-Provence), Détourner les principes de l’Ecole de la République pendant la guerre d’indépendance algérienne : l’exemple de l’obligation scolaire

Mardi 14 avril

Pierre Guidi (CEPED, IRD-université Paris Descartes), L’éducation féminine de la ‘Nouvelle Ère’ dans l’Éthiopie des années 1950 : maternalisme, émancipation, reproduction de classe

  Prendre contact avec Pierre Guidi pour plus d’information sur les horaires et le lieu: pierre.guidi[at]ird.fr

Journée d’étude internationale – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) (Université Paris-Diderot, 9 mai 2019)

Continuer la lecture de « Journée d’étude internationale – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) (Université Paris-Diderot, 9 mai 2019) »

Séminaire – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique subsaharienne du milieu du XIXe siècle aux années 1970 (J.-L. Martineau, Fl. Wenzek & P. Guidi)

Le séminaire Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances en Afrique (mi-XIXe siècle- années 1970) sera consacré à l’histoire de l’institution scolaire, de ses acteurs et de ses publics, aux enseignements, à la réception de l’idée de scolarisation et au « désir d’école » en Afrique sous la colonisation et pendant la première décennie des indépendances. A partir d’exemples ancrés dans une période, un contexte, un événement ou un pays particuliers (du Maghreb à l’Afrique du Sud), il s’agira de comprendre dans quelles mesures les politiques et pratiques scolaires, les lieux de formation, l’investissement individuel ou collectif des acteurs de l’école et leur vécu sont indissociables de la construction des sociétés coloniales mais aussi des jeunes nations indépendantes.

Ce séminaire sera constitué de 4 séances mensuelles entre le 28 janvier et 8 avril 2019 et d’une journée-séminaire le jeudi 9 mai. L’ensemble des interventions permettra d’approcher l’histoire de l’éducation en Afrique mais aussi dans d’autres sphères colonisées car l’histoire de l’éducation offre un point de vue particulièrement fécond sur les dynamiques impériales et les sociétés coloniales.

Continuer la lecture de « Séminaire – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique subsaharienne du milieu du XIXe siècle aux années 1970 (J.-L. Martineau, Fl. Wenzek & P. Guidi) »