Colloque international – “Enfants en décolonisation : migrations contraintes et construction individuelle 1945-1980”, ANR EN-MIG, 19-20 juin 2024, Angers

Mercredi 19 juin

9h30 Accueil

9h45 : Introduction par Yves Denéchère, coordinateur scientifique d’EN-MIG

10h00 1ère séance : Marges de manœuvre

  • Daouda Gary-Tounkara, chargé de recherche au CNRS en histoire (IMAF), membre d’EN-MIG : « Ni contrainte, ni trauma, expériences et récits de jeunes migrants de l’AOF arrivés en métropole »
  • Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine (Université d’Angers-TEMOS), coordinateur d’EN-MIG : « Saisir l’agentivité des enfants eurasiens d’Indochine déplacés en France des années 1940 aux années 1970 »

11h45 pause

12h00 Parcours d’enfants eurasiens : présentation de story map réalisées par des étudiantes du master archives, encadrées par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique (Université d’Angers-TEMOS)

12h30 pause méridienne

14h00 2eme séance : Acculturation et identités

  • Martino Oppizzi, docteur en histoire (Université Paris VIII), membre de l’École française de Rome : « Une jeunesse disputée : trajectoires migratoires d’enfants juifs italiens en Tunisie, entre guerre et décolonisation (1945-1967) ».
  • Josiane Toussé Djou, docteure en sciences politiques, enseignante-chercheure
(Université de Yaoundé II Soa, Cameroun) : « “Ni noirs”, “ni blancs” : stratégies d’acculturation et d’intégration socio-culturelle postcoloniale des enfants métis en France »

15h15 pause

15h30 3eme séance : Relations familiales

  • Gilbert Wate Sayem, docteur en histoire, chercheur à l’Université de Dschang (Cameroun) : « Les enfants en pays bamiléké (Ouest-Cameroun) pendant la Guerre de Libération Nationale du Cameroun : Rupture du lien familial, déplacements forcés, enrôlement dans les branches armées et difficile reconstitution de la cellule familiale post-guerre (1957-1971) ».
  • Raphaëlle Branche, professeure d’histoire contemporaine (Université Paris-Nanterre-ISP), responsable scientifique d’EN-MIG : « Ce que l’exil a fait aux enfants d’ex-harki : relations adelphiques et expériences contrastées des effets de la migration familiale »
  • Michèle Baussant, directrice de recherche CNRS en anthropologie (ISP, Nanterre), membre d’EN-MIG : « Exil et inversion des rôles familiaux : analyse comparée de trajectoires d’enfants européens d’Algérie et Juifs d’Égypte ».

17h15 fin de la première journée

Jeudi 20 juin

9h30 4eme séance : L’école, la formation

  • Christelle Gomis, docteure en histoire (Institut Universitaire Européen, Florence) : « Écrits d’enfants migrants comme agents de renouveau éducatif dans le Londres des années 1960-1970 »
  • Magali Bigaud, docteure en histoire contemporaine (Université Rennes 2) : « Trajectoires scolaires d’enfants métis “rapatriés” par la FOEFI, 1953-1970 : du cadre vers l’autonomie »
  • Zoé Poli, doctorante en histoire contemporaine (Université Lyon 2) : « Se déplacer pour se former ? Migrations d’adolescentes guadeloupéennes, martiniquaises et réunionnaises en France métropolitaine via le BUMIDOM (1974-1980) ».

11h15 pause

11h30 5ème séance Constructions subjectives par le déplacement

  • Alvine Henriette Assembe Ndi, Ph.D Département d’Histoire, Université de Douala (Cameroun) : « Des enfants “déplacés internes” ? À propos de la délocalisation de la Cité des métis de Yaoundé pour Ayos (Cameroun) en 1951 »
  • Violaine Tisseau, chargée de recherche au CNRS en histoire (IMAF), responsable scientifique d’EN-MIG : « Devenir Sakayen : quand la mobilité juvénile forge l’identité (Madagascar, 1952-1977 et au-delà) »

12h45 pause méridienne

14h00 6e séance : Mémoire, histoire, écritures

  • Gilles Gauvin, docteur en histoire, chargé de cours à l’Université de la Réunion et Philippe Vitale, professeur de sociologie (Aix-Marseille Université-LEST) : L’affaire de la transplantation desdits Réunionnais de la Creuse (1962-1984) : la dialectique des mémoires et de l’histoire »
  • Zoé Grumberg, docteure en histoire contemporaine, post-doctorante d’EN-MIG (Université d’Angers-TEMOS) : « Retour sur une expérience de recherche : atelier de recherche et expérience de co-écriture de l’histoire entre une historienne et des Eurasien·nes ».
  • Daniel Foliard, professeur d’histoire contemporaine (Université de Paris), membre d’EN-MIG : Les valeurs du visage : lire le portrait biométrique dans les laissez-passer des enfants eurasiens de la FOEFI »

15h30 Conclusions et perspectives de fin du programme EN-MIG

Fin du colloque à 16h00

Comité scientifique : Jennifer A. Boittin, Professor of French, Francophone Studies and History, Penn State University ; Amandine Lauro, chercheuse qualifiée du FNRS en histoire, Université Libre de Bruxelles ; David M. Pomfret, professor of History, University of Hong Kong ; Emmanuelle Saada, professor, departments of French and of History, Columbia University ; Raphaëlle Branche ; Yves Denéchère ; Daniel Foliard ; Zoé Grumberg ; Violaine Tisseau

Comité d’organisation : Blandine Blaiteau, Raphaëlle Branche, Yves Denéchère, Daniel Foliard, Bertrand François, Zoé Grumberg, Valérie Moh-Sia Koffi, Violaine Tisseau, Magali Vautelin

Parution – Pierre Guidi, Jean-Luc Martineau, Florence Wenzek (dir.), “L’école en mutation. Politiques et dynamiques scolaires en Afrique (années 1940-1980)”, Cahiers Afriques, 2024

Cet ouvrage est consacré aux mutations des systèmes scolaires en Afrique entre les années 1940 et 1980 dans le contexte des décolonisations d’abord (Algérie et Côte d’Ivoire), puis celui des constructions nationales (Côte d’Ivoire, Dahomey-Bénin). Les auteurs s’attachent à rendre compte du vécu et des pratiques des acteurs en regard des politiques élaborées par les États et des contraintes de terrain (guerre d’indépendance, révolution post-indépendance, tensions économiques et sociales).

Les contributions témoignent du dynamisme d’une recherche en renouvellement qui s’ancre dans un champ historiographique déjà bien balisé. De même que l’école coloniale échappe au contrôle de son concepteur, l’école devenue rouage des constructions nationales peut prendre des chemins inattendus.

L’ouvrage tente de dépasser la dialectique domination/résistance pour mettre au jour les négociations à l’œuvre dans la confrontation coloniale. Il analyse aussi, dans le prolongement des indépendances, les ambiguïtés des politiques et des pratiques scolaires nationales, les continuités et les ruptures avec les ex-métropoles.

Prix – Lauréates du Prix Louis Cros 2023

Lydia Hadj-Ahmed

Pour sa thèse en histoire contemporaine,

L’école malgré la guerre, l’école grâce à la guerre ? Des enfants et des familles algériennes à l’épreuve de la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962)

soutenue le 1er décembre 2022 à l’Université Paris Nanterre

Amandine Charvet

Pour sa thèse en sciences de l’éducation et de la formation,

De primaires à secondaires ? Les enseignant(e)s des écoles primaires supérieures de la Troisième République

soutenue le 12 décembre 2022 à l’Université Paris Cité

Parution – Jean-François Condette, Arnaud-Dominique Houte, Jean Le Bihan et Aurélien Lignereux (dir.), “Former, encadrer, surveiller. Documents d’histoire sociale de la France contemporaine (XIXe-XXIe siècles)”, PUR, 2023.

Quoi de commun entre l’école maternelle et la gendarmerie, entre les principes éducatifs et les pratiques répressives ? Ces domaines bien distincts généralement étudiés de manière séparée, participent d’une même

histoire : celle du resserrement, progressif et parfois contesté, des liens entre l’État et la société. Ce mouvement de longue durée a fait l’objet de recherches renouvelées dont beaucoup ont été initiées par Jean-Noël Luc à qui cet ouvrage est dédié.

Et puisqu’il s’agit ici de transmission, on a voulu lui donner une forme pédagogique capable d’intéresser les lecteurs au-delà du seul cercle des spécialistes. Composé d’articles synthétiques, complétés d’une mise en perspective historiographique, ce volume présente et commente selon une méthodologie rigoureuse des documents inédits et souvent méconnus, de natures très variées (textes, photographies, plans, etc.), qui permettent d’éclairer d’un jour nouveau l’histoire de l’État et de la société française aux XIXe et XXe siècles. Utile aux étudiants à tous les niveaux, ainsi qu’à leurs enseignants, ce livre s’adresse à tous ceux qui sont curieux d’une autre manière d’écrire et de comprendre l’histoire des Françaises et des Français.

Houte Arnaud-Dominique (direction), Lignereux Aurélien (direction), Le Bihan Jean (direction), Condette Jean-François (direction)

Avec le soutien du Centre d’histoire du XIXe siècle de Sorbonne Université et de l’Institut universitaire de France

Présentation sur le site de l’éditeur

Séminaire 2021-2022 – “Pratiques pédagogiques et interactions sociales dans les sociétés musulmanes d’Europe et du monde arabe”, IREMAM

programme  du séminaire “Politiques éducatives, pratiques pédagogiques et interactions sociales dans les sociétés musulmanes d’Europe et du monde arabe » organisé par Juliette Honvault  et Christine Mussard, laboratoire IREMAM.

https://www.iremam.cnrs.fr/fr/politiques-educatives-pratiques-pedagogiques-et-interactions-sociales-dans-les-societes-musulmanes

Les séances ont lieu le vendredi, de 10h à 12h, à la MMSH (Aix-en-Provence) et en visioconférence (pour assister au séminaire, merci de contacter les organisatrices : jhonvault@yahoo.fr ; christine.mussard@univ-amu.fr).

  • 28 janvier (salle PAF) : Juliette Honvault, (IREMAM/CNRS) et Christine Mussard (AMU/IREMAM), séance introductive.
  • 25 février (salle PAF) : Akhésa Moummi (LIER-FYT/CESOR/IFPO) : « Quand crise et laïcité s’enchevêtrent. Enquêter sur les écoles de la MLF au Liban dans les années 2020 ». Discutant : Simone Spera (Université Paris Nanterre/LESC UMR 7186).
  • 25 mars (salle Duby) : Amal Khaleefa (Université Sorbonne Nouvelle/DILTEC), « Une étude en didactique des langues dans le camp de Zaatari entre méthodologie adoptée et expérience vécue ». Discutante : Chloé Pellegrini (IREMAM/CNRS).
  • 29 avril (salle Duby) : Lamia Mellal (ULB/KUL), « Politiques de lutte contre la radicalisation et surveillance en milieu scolaire : étude de cas à Marseille ». Discutante : Françoise Lorcerie (IREMAM/CNRS).
  • 03 juin (salle PAF) : Nacira Abrous (MMSH UAR3125 AMU/CNRS), « Plurilinguisme et patrimoine linguistique dans la sphère éducative en Algérie ». Discutante Mounira Chariet (Sciences Po Aix).
  • 24 juin (salle Duby) : Sami Ouchane (Sciences Po Aix/MESOPOLHIS) : « La guerre, un moment diplomatique inédit pour les proviseurs d’établissements français au Liban (1975-1990) ». Discutante : Akhésa Moummi (LIER-FYT/CESOR/IFPO).

Parution – “L’enseignement en situation coloniale et postcoloniale”, revue Tsingy, 2022

Revue Tsingy : L’enseignement en situation coloniale et postcoloniale

Sous la direction de Pierre-Eric Fageol

http://revuetsingy.canalblog.com/archives/2022/02/17/39351045.html

Pour toute information, contacter Frédéric Garan ou Pierre Eric Fageol (Université de La Réunion) frederic.garan [at] univ-reunion.fr et pierre-eric.fageol [at] univ-reunion.fr

Sommaire

  • Christine MUSSARD, La rentrée des classes, un événement dans la guerre d’Algérie
  • Raoul LUCAS, Le collège Saint-Michel de Tananarive et l’accès des jeunes réunionnais à l’enseignement secondaire
  • Héloïse KIRIAKOU, « L’école du peuple » : un projet d’éducation alternatif au Congo-Brazzaville                 
  • Jean-Lémon KONÉ, Comment l’indépendance accéléra la carrière de maîtres africains : micro histoire connectée du cas de Koutia Lémon, instituteur de Côte d’Ivoire (1940-1974)
  • Thierry SIMON, De la coopération éducative française au Tchad et au Mali (1992-2000) : expériences d’un acteur
  • Stéphane MINVIELLE, Les récits d’élèves calédoniens et vanuatais sur la période coloniale…….

Varia :

Angelo DJISTERA, Capital éducatif en Afrique francophone : Une analyse comparative entre Madagascar et Maurice

Document :

Patrick MOUGENET, France/Algérie : la rentrée scolaire de 1956 vue par les actualités cinématographiques, un cas d’École ?

AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022

Cette journée d’étude prolonge le travail proposé en 2021 pour examiner l’enseignement dans l’Algérie de l’Indépendance et de la Révolution proclamée en 1962. 

Inscrite dans la triple temporalité des périodes ante-coloniale, coloniale et de l’indépendance, l’Algérie nouvelle ambitionne de construire un État et une société modernes sachant se ressourcer dans la tradition arabo-islamique. L’exploration du système scolaire mis en place depuis 1962 et l’analyse du discours qui le légitime donneront à lire comment l’Algérie a pu négocier la tension nouée entre le volontarisme moderniste de la Révolution et les pesanteurs de l’histoire algérienne.

  • Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et une courte bibliographie. 
  • Les propositions devront être envoyées à Stéphanie Dauphine (MCF Université d’Artois), à l’adresse mail suivante : fanny.dauphin17 [at] gmail.com 
  • Date limite d’envoi des propositions : le 15 mai 2022.
Continuer la lecture de « AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022 »

Journée d’études – L’école en Algérie : entre tradition et modernité (XIXe-XXe siècle)”, Université d’Artois

Mercredi 17 novembre 2021 à la Maison de la Recherche (salle I0.06), Université d’Artois, 9 rue du Temple, Arras.

Programme : 

  • À partir de 09h00 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois
  • 09h15 – 9h30 Brève introduction de la journée par Stéphanie DAUPHIN, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois, L’école française en Algérie au temps de la domination coloniale
  • 9h30 – 10h00Youcef HAMITOUCHE, Professeur à l’Université d’Alger, Faculté des  Sciences Politiques, « L’implantation culturelle française en Algérie pendant la période coloniale”
  • 10h00 – 10h30 Fatiha CHOUIREF, Docteur en Sciences politiques de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, « Le système scolaire français en Algérie : l’avènement d’une conscience politique et identitaire amazighe » 
  • 10h30 – 10h45 Questions et débats avec la salle
  • 10h45 – 11h00 Pause
  • 11h00 – 11h30 Lydia HADJ-AHMED, Doctorante en histoire contemporaine, Institut des sciences sociales du politique, Université Paris-Nanterre, « “Un pistolet automatique et des paquets de bonbons”. Les cantines scolaires tenues par les militaires pendant la guerre d’indépendance algérienn  (1956-1961) »
  • 11h30 – 12h00 ean-René Genty, Historien et documentariste, « Les nationalistes algériens et l’école »
  • 12h00 – 12h15 Questions et débats avec la salle 
  • 12h15 – 14h00 Pause repas L’école au temps de l’Indépendance : rompre avec la France ?
    14h00 – 14h30 Habiba CHABOU
    , Doctorante, Paris-I-Panthéon-Sorbonne, « L’enfer à dix ans (1968) : l’imaginaire scolaire de l’Algérie indépendante dans un collectif de films » 
  • 14h30 – 15h00 Sofiane BOUHDIBA, Professeur de Démographie à l’Université de Tunis, « Le français à l’école dans l’Algérie postcoloniale : une indépendance inachevée ? »
  • 15h00 – 15h15 Questions et débats avec la salle
  • 15h15 – 15h30 Pause
  • 15h30 – 16h00 Jérôme BOCQUET, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Tours, « Des Français à l’école algérienne après 1962. Enseignants, français et chrétiens. Un entre-deux »
  • 16h30 – 17h00 Edgard SANZA LOMANDE, Sociologue, Enseignant-chercheur à l’Uda, Ulimat, Unifa, « Les réalités du terrain, un échec pour les Pieds-rouges »
  • 17h00 – 17h30 Bertrand LÉCUREUR, Chargé de Conservation et de Recherche au musée national de l’éducation, « 2015-2020 : cinq années de productions sur l’école et l’Algérie au musée national de l’éducation de Rouen »

Séminaire – Jeunesse en guerre : expériences, engagements, subjectivités

Campus Condorcet, Bâtiment EHESS, salle 50(adresse : 2, cours des Humanités, 93322 Aubervilliers cedex ; accès très rapide par le Métro ligne 12 : station Front Populaire)

2e et 4e lundi du mois, de 16h30 à 18h30 (Campus Condorcet, Bâtiment EHESS, salle 50) du 22 novembre 2021 au 27 juin 2022

Le séminaire propose d’interroger la confrontation des jeunes (enfants, adolescents) au phénomène guerrier à l’époque contemporaine, qu’il s’agisse des guerres mondiales, des conflits intra-étatiques, des génocides ou des engagements réputés terroristes. Plus précisément, nous tenterons de réfléchir de manière transdisciplinaire aux questions de l’engagement juvénile, de ses causes, de ses modalités, de ses perceptions intimes et subjectives, ainsi que celle du rapport à la violence et à ses effets. Y a-t-il des spécificités juvéniles à ces pratiques d’engagement, de violence, de combat ? Comment les imaginaires collectifs façonnent-ils les registres subjectifs qui les rendent soudainement possible ?

Quels éclairages nouveaux peut apporter le dialogue entre histoire, sociologie, anthropologie et psychanalyse ? Des jeunes soldats de l’an II aux apprentis djihadistes des années 2010, l’enjeu est bien de penser l’engagement juvénile, sa pratique autant que ses mises en récit, sur le temps long, dans ses particularités historiques comme dans ses permanences.

  • 22 novembre 2021 – Séance d’introduction
  • 13 décembre 2021 – Invité : Fethi Benslama (Université de Paris), « Le saut épique chez les jeunes djihadistes »
  • 10 janvier 2022
  • 24 janvier 2022 – Invité : Gilles Bataillon (EHESS) – titre à préciser
  • 14 février 2022 – Invitée : Elissa Maïlander (Sciences Po Paris), « La guerre joyeuse : quatre jeunes Autrichiennes sous le nazisme »
  • 28 février 2022 – pas de séance (vacances scolaires)
  • 14 mars 2022 – Manon Pignot, « Les combattants juvéniles de la Seconde Guerre mondiale : engagement, agentivité, légitimité »
  • 28 mars 2022 – Invité : Mathias Gardet (Université Paris 8) – « De jeunes Algériens venus en France 1946-Une migration rattrapée par la guerre »
  • 11 avril 2022 – Invitée : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS), « Jeunesse et violence en temps de paix : observations et analyses pour penser le temps de guerre ? (1990-2021) »
  • 9 mai 2022 – Invitée : Anouche Kunth (CNRS) – lecture critique de Sonya Orfalian (dir.), Paroles d’enfants arméniens (Gallimard, 2021)
  • 23 mai 2022 – Invitée : Lotte Segal (University of Edinburgh), « La torture en héritage »
  • 13 juin 2022 – Invitée : Miriam Ticktin (New School for Social Research, professeure invitée, sous réserve) – titre à préciser
  • 27 juin 2022 – Invitée : Violaine Baraduc (EHESS), « Agir par impulsion, agir par soumission. Parcours criminels de jeunes femmes pendant le génocide des Tutsi rwandais. »

Parution – “Enfances (dé)colonisées”, n° 22, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2020

Yves Denéchère et Violaine Tisseau Introduction 

Edoardo Quaretta Enfance, évangélisation et inculturation catholique en colonie Le cas de la congrégation des Salésiens en Haut-KatangaChildhood, Evangelization and Catholic Inculturation in Colony. The case of the Salesian congregation in Haut-Katanga

Alvine Henriette Assembe Ndi Entre action charitable et bénéfice matériel : la politique de l’enfance « inadaptée » au Cameroun sous administration française (1928-1960) Between charitable action and material benefit: the “unsuitable” childhood policy in Cameroon under French administration (1928-1960)

Magali Bigaud « Rapatrier » les enfants métis du Cambodge : un élément de la relation postcoloniale franco-cambodgienne  “Repatriate” metis children from Cambodia: a part of the franco-cambodian postolonial relationship

Violaine Tisseau Pistes pour une histoire de l’enfance délinquante au Ghana Entretien avec Anne Hugon réalisé le 14 janvier 2020 par Violaine Tisseau Paths to a history of child delinquency in Ghana. Interview with Anne Hugon conducted on January 14, 2020 by Violaine Tisseau

Yves Denéchère Être adolescent au temps de la guerre d’indépendance algérienne, d’Alger au Béarn Témoignage de Monsieur Frédéric Ferdjioui recueilli par Yves Denéchère Being a teenager at the time of the Algerian War of Independence, from Algiers to Bearn. Testimony of Mr. Frédéric Ferdjioui collected by Yves Denéchère

Journée d’études – “Action sociale et régulation de la famille (XIXe-XXIe siècles)”, 15-16 juin 2021

Mardi 15 juin

• 9h15-9h30 Fabrice Cahen et Lola Zappi : Introduction générale

Les territoires des politiques familiales

  • 9h30-10h Anne Hugon (IMAF, Université Paris 1) : Un “malentendu productif” ? Convergence entre autorités coloniales et populations colonisées sur l’augmentation des naissances (Gold Coast, années 1910-1950)
  • 10h-10h30 Nicole Bourbonnais (Graduate Institute of Geneva) :Tales from the Field: Community Outreach and the Global Family Planning Movement
  • 10h30-11h Hélène Frouard (historienne et journaliste) : La politique familiale française en proie à ses contradictions : le cas des départements d’outre-mer (1950-1980)
  • 11h00-11h30 : Discussion

La réception des normes familiales

  • 11h45-12h15 Caroline Rusterholz (University of Cambridge) :Modèles de parentalité et comportements reproductifs en Suisse (1955-1970)
  • 12h15-12h45 Angèle Jannot (CRESPPA, INED) :Appropriation et réinterprétation des normes de bonnes dépenses pour les enfants dans les budgets des familles
  • 12h45-13h15 : Discussion

    Assistantes sociales et régulation des formes familiales
  • 14h30-15h Lola Zappi (CRIDUP/LabEx iPOPS) :Les assistantes sociales face aux familles nombreuses dans l’entre-deux-guerres
  • 15h-15h30 Amelia Lyons (University of Central Florida) :Le Service des Centres sociaux : Social Action and Algerian Families at the height of the Algerian War (1956-1962)
  • 15h30-16h Fanny Gallot (CRHEC, Université Paris-Est Créteil) :« Problèmes de la naissance » au Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) Pauline Roland des années 1970 à la fin des années 1980
  • 16h-16h30 : Discussion

Mercredi 16 juin

Modèles familiaux des acteurs associatifs

  • 9h30-10h Julien Caranton (LARHRA, Université Grenoble Alpes) :« Scruter la conduite publique et privée des sociétaires ». Les mutualistes et la régulation du comportement des familles ouvrières (Grenoble, XIXe siècle)
  • 10h-10h30 Fabio Macedo (Ehess/Crh) :Familles adoptantes, médecins, philanthropes et le façonnement par le bas de l’adoption d’enfants dans l’entre-deux-guerres en France

Acteurs médico-sociaux et maîtrise de la fécondité

  • 10h45-11h15 Cyrille Jean (Centre d’histoire de Sciences Po) :« Vous ne devriez pas avoir d’enfants » : transformations des conseils matrimoniaux médicaux sur l’hérédité dans l’après-guerre
  • 11h15-11h45 Nathalie Sage-Pranchère (CNRS, UMR7219 Sphère) :Sages-femmes et promotion de la contraception (années 1970-2000)
  • 11h45-12h15 : Discussion des deux séances
    12h15-12h35 Delphine Serre (Université de Paris, CERLIS) : Les théories du contrôle social à l’épreuve du terrain. Retour sur enquêtes
  • 12h35-12h50 : Conclusion générale

Colloque international – “Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations”, 23-25 juin 2021

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme du colloque international “Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations“, qui aura lieu du 23 au 25 juin 2021 en visioconférence, par Zoom.

En plus d’une trentaine de contributions, cette conférence offrira la possibilité d’entendre deux keynotes: 

  • Mercredi 23 juin, 9h15-10h15 : Rita Hofstetter et Joëlle Droux (Université de Genève) : Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Jeudi 24 juin, 17h15-18h15 : Giles Scott-Smith (Leiden University) : “Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms”

Vous pouvez assister à ces 3 journées sur inscription auprès des organisateurs: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) ou Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

Vous retrouverez toutes les informations et le programme complet sur la page suivante: https://news.unil.ch/display/1620216036222 


We are pleased to announce the programme of the international conference “Internationalism(s) and Education during the Cold War. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations“, which will take place from 23 to 25 June 2021 in videoconference, by Zoom.

In addition to some thirty contributions, this conference will offer the opportunity to hear two keynotes: 

  • Wednesday 23 June, 9:15-10:15: Rita Hofstetter and Joëlle Droux (University of Geneva) : « Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Thursday 24 June, 17:15-18:15: Giles Scott-Smith (Leiden University) : “Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms

You can attend these 3 days by registering with the convenors: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) or Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

You will find all the information and the complete programme on the following page: https://news.unil.ch/display/1620216036222   

Conf.: Madame Luce et son école (R. Rogers)

L’équipe de PRESAGE organise une conférence, le mercredi 4 juin, à 17h45, dédiée à l’histoire de l’éducation. Rebecca Rogers présentera son livre Madame Luce et son école pour jeunes filles musulmanes en Algérie : retour sur la biographie d’une institutrice exceptionnelle (1804-1881) [A Frenchwoman’s Imperial Strory. Madame Luce in Nineteenth-Century Algeria, Stanford University Press, 2013].

Sciences Po, 56 rue des St Pères 75007 Paris – Salle Goguel

Présentation:
En 1845 Mme Véronique Eugénie Allix fait irruption dans les archives coloniales en réclamant le soutien des autorités pour l’ouverture d’une école de jeunes filles musulmanes à Alger. Selon elle, les femmes sont destinées à jouer un rôle clé dans la pacification de l’Algérie. Son plaidoyer en faveur de l’instruction féminine rencontre une écoute favorable auprès des militaires et administrateurs saint-simoniens présents à Alger dans ces premières années de la colonisation. Entre 1845 et 1861, plus de mille jeunes filles musulmanes reçoivent des leçons de lecture, d’écriture et de grammaire en langue française et elles apprennent aussi des techniques de broderie orientale censées leur procurer un talent utile et lucratif. Le changement de politique coloniale avec le projet de Royaume Arabe au début des années 1860 n’est cependant pas favorable aux femmes musulmanes.
Accusée par les notables musulmans de former des concubines pour les Européens plutôt que des femmes modestes pour les élites locales, l’école de Mme Luce est fermée en 1861 ; seul son « ouvroir », atelier de production, est maintenu. Il continuera à fonctionner, sous sa direction puis sous celle de sa petite fille, Henriette Benaben, jusqu’en 1915. Les broderies que l’une et l’autre fabriquent et collectionnent font aujourd’hui partie de la collection du Musée des Antiquités et d’Art musulman d’Alger. De cette initiative en faveur de l’instruction des jeunes filles musulmanes restent quelques beaux objets, mais guère plus, puisque l’histoire de l’Algérie coloniale s’écrit encore très largement au masculin.
Il s’agira dans la présentation de revenir sur les étapes d’écriture de la biographie consacrée à Madame Luce et d’insister sur ces enjeux pour une histoire sexuée de la colonisation en Algérie.

Conf: Ecole dans l’Algérie coloniale : Acteur et Témoin (1930-1960)

Le FORSEM invite à une rencontre-débat dans le cadre du cycle de conférences “pour une histoire franco-algérienne” :

André Nouschi (Professeur honoraire à l’université de Nice, spécialiste de l’histoire de l’Afrique du Nord): “Ecole dans l’Algérie coloniale : Acteur et Témoin (1930-1960)”
Avec

Jeudi 23 mai de  18h à 20h
Sciences Po Lyon, Amphithéâtre Leclair
14, avenue Berthelot 69007 Lyon 7ème

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search