Soutenance de thèse: L’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg

Nuria Garcia soutiendra, le lundi 8 décembre 2014, sa thèse de doctorat en science politique intitulée “Gouverner les langues : l’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg“.

Jury :

  • Mme Linda Cardinal, Professeure titulaire, Chaire de recherche Francophonie et politiques publiques, Université d’Ottawa, École d’études politiques. Rapporteure.
  • M. Yves Déloye, Professeur des universités en science politique à l’IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim. Rapporteur.
  • M. Peter A. Kraus, Professeur de science politique, Universität Augsburg, Institut d’études canadiennes.
  • Mme Pascale Laborier, Professeure de science politique, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Institut des Sciences sociales du Politique.
  • M. Pierre Muller, Directeur de recherche au CNRS, IEP de Paris, Centre d’études européennes. Directeur de thèse.
  • Mme Agnès Van Zanten, Directrice de recherche au CNRS, IEP de Paris, Observatoire sociologique du changement.

Résumé :
Cette thèse analyse l’action publique dans le domaine du gouvernement des langues à travers l’étude de la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg. L’analyse vise à expliquer comment des politiques d’enseignement des langues relativement similaires en termes d’objectifs et de moyens mis en œuvre produisent des résultats significativement différents dans deux cas a priori très proches que sont la France et l’Allemagne. Retraçant le processus d’institutionnalisation de ces politiques sur le temps long, la démonstration montre que ces différences ne s’expliquent que partiellement par des dynamiques infra-sectorielles. L’explication des variations d’output et d’outcome de la politique d’enseignement des langues étrangères nécessite de prendre en compte la configuration politique et sociétale dans son ensemble à travers une perspective systémique : le découpage sectoriel ou intersectoriel de l’objectif du multilinguisme et les effets d’interaction entre la politique d’enseignement des langues et d’autres secteurs de politique publique expliquent des variations dans la perception d’utilité des langues par les individus et leur motivation de s’investir dans l’apprentissage de ces dernières, et partant les différences de résultat de cette politique. L’absence de lien direct entre inputs, outputs et outcomes de la politique d’enseignement des langues soulève la question des limites de l’action publique en matière de gouvernement des langues, limites qui sont liées à la réactivité de l’État à des préférences contradictoires des citoyens et au lien entre langue et citoyenneté dans les sociétés monolingues.
La soutenance de thèse aura lieu le lundi 8 décembre 2014 à 14h30 à l’École doctorale de Sciences Po (salle de réunion, 3ème étage, 199, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris).

Soutenance de thèse: L’écriture et l’enseignement de l’histoire de l’Europe en France et en Allemagne

Morgane Le Boulay soutiendra sa thèse intitulée “Au croisement des mondes scientifique et politique. L’écriture et l’enseignement de l’histoire de l’Europe en France et en Allemagne (1976-2007)“.

Jury :

  • Dominique Dammame , Professeur à l’Université Paris-Dauphine (codirecteur de thèse)
  • Etienne François, Professeur émérite à la Freie Universität Berlin
  • Brigitte Gaïti, Professeur à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Hartmut Kaelble, Professeur émérite à la Humboldt-Universität zu Berlin (codirecteur de thèse)
  • Antoine Vauchez, Directeur de recherche au CNRS, CESSP (rapporteur)
  • Jakob Vogel, Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (rapporteur)

Résumé :
Cette thèse est consacrée à la sociologie historique d’un domaine scientifique : l’histoire de l’Europe. A travers une étude des projets collectifs relatifs à l’écriture ou à l’enseignement de cette histoire impliquant des historiens ou des experts de l’enseignement secondaire de l’histoire français et/ou allemands, elle montre l’importance de leurs interactions avec les institutions promouvant l’histoire européenne. De 1976 à la fin des années 1980, un petit nombre d’historiens fondent un domaine de recherche, l’histoire de l’intégration communautaire, en coopération avec la Commission Européenne. De la fin des années 1980 à la fin des années 1990, nombre d’historiens et d’acteurs politiques, scientifiques et économiques s’entendent autour d’une ambition : repenser l’histoire et son enseignement pour fonder une identité européenne. Mais à partir de 2000, cette ambition se délite et les coopérations reposant sur celle-ci cèdent la place à des financements institutionnalisés.
Le vendredi 12 décembre 2014 à 12h30 à l’Université Paris-Dauphine (Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris) en salle A701.

Parution: War, Schooling and Education

Le dernier numéro de la revue War & Society consacre son dossier à “War, Schooling and Education” (33/1, 2014).

Sommaire:

  • “War Pedagogy in the German Primary School Classroom During the First World War”, Carolyn Kay
  • “Teacher Education in Finland during the War Years, 1939–45”, Merja Paksuniemi, Satu Uusiautti and Kaarina Määttä
  • “Education in Turmoil: Developments in Belgian Catholic Education in the Face of National Socialism in the 1940”, Sarah Van Ruyskensvelde
  • “Imagining a Democratic Future, Forgetting a Worrisome Past: Educational Policy, School Textbooks, and Teachers under the Franco Regime”, Tamar Groves and Cecilia Milito Barone

Séminaire: Les études supérieures France/Allemagne, XIXe siècle

La prochaine séance du séminaire “Les ailleurs de la politique” aura lieu le 5 mars 2013, à 18h, à l’Université de Paris 1. Thomas Hippler, maître de conférences d’études germaniques à l’IEP de Lyon,  interviendra sur le sujet suivant : “Sujets de savoir : les études supérieures France/Allemagne, XIXe siècle“.
Centre Pierre Mendès France, 90, rue de Tolbiac, métro Olympiades, salle C1908 (19ème étage)