Parution – “Les réformes du financement de l’éducation (France/Suède)”, n° 157, revue Histoire de l’éducation, 2022

Sous la direction de Clémence Cardon-Quint et Johannes Westberg

Consulter le numéro

Dossier

  •  Clémence Cardon-Quint, Johannes Westberg, Le financement de l’éducation en France et en Suède : éléments d’historiographie
  • Claude Diebolt, Magali Jaoul-Grammare, Faustine Perrin, Une lecture cliométrique du développement de l’instruction primaire en France au XIXe siècle
  •  Jean-Yves Julliard, Entre demande populaire d’instruction et contraintes budgétaires : le cas exemplaire de l’organisation des écoles de hameau en Savoie (1860-1880)
  •  Fay Lundh Nilsson, Niclas Blomberg, Transformation et financement de l’enseignement technique de niveau intermédiaire en Suède pendant l’industrialisation de 1850 à 1920
  •  Stéphane Lembré, La naissance de la taxe d’apprentissage (1890-1925) : une voie française pour le financement de l’enseignement technique
  •  Johan Samuelsson, Madeleine Michaëlsson, Financement de l’éducation progressiste (1891-1954) : un cas suédois
  •  Martin Gustavsson, De l’abolition de la société de classe à l’investissement dans le capital humain : l’essor et la chute du système d’aide sociale sélective pour les étudiants en Suède 1939-1964

Varia

  • Geneviève Pezeu, L’enseignement mixte dans le secondaire entre les deux guerres : l’inéluctable application d’un impensé pédagogique

Sources, ressources et analyses

  •  Ana Vujović, L’Instituteur/Učitelj : un périodique serbe publié en France durant la Grande Guerre

Comptes rendus et notes critiques (Aspects économiques et financiers de l’éducation)

Résumé (Français)

Le financement de l’éducation met en jeu un large spectre de questions – économiques, mais aussi politiques, sociales et culturelles – investies par de nombreuses disciplines. Dans le champ de l’histoire de l’éducation, en revanche, il n’a retenu l’attention des chercheurs que par intermittence. Ce dossier, fruit d’une coopération entre le Nordic Journal of Educational History et Histoire de l’éducation, traite des réformes du financement de l’éducation au XIXe et au XXe siècle, période marquée par l’extension de l’accès aux enseignements primaire, secondaire et supérieur. Il vise à combler certaines lacunes des historiographies française et suédoise et à susciter de nouvelles recherches sur ce terrain, en ouvrant la voie à des débats méthodologiques, par-delà les disciplines et les frontières nationales. Les trajectoires de la France et de la Suède – deux exemples d’économies dites « avancées », deux formes d’État-providence, confrontés à des défis très similaires – présentent un jeu complexe de similitudes et de différences qui donne tout son intérêt à l’étude précise des dispositifs de financement mis en place dans les deux pays, en fonction des contextes et pour répondre à des besoins particuliers : essor de l’enseignement technique, rénovation pédagogique, scolarisation dans les lieux reculés, ou encore élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur.

Abstract (English)

The financing of education brings into play a wide range of issues – economic, but also political, social and cultural – that are addressed by many disciplines. In the field of educational history, however, it has only intermittently attracted the attention of researchers. This dossier, the result of a cooperation between the Nordic Journal of Educational History and Histoire de l’éducation, deals with reforms in the financing of education in the nineteenth and twentieth centuries, a period marked by the expansion of access to primary, secondary and higher education. It aims to fill certain gaps in French and Swedish historiography and to stimulate new research in this field, opening the way for methodological debates across disciplines and national borders. The trajectories of France and Sweden – two examples of so-called ‘advanced’ economies, two forms of welfare state, facing very similar challenges – present a complex interplay of similarities and differences which makes it worthwhile to study in detail the financing mechanisms put in place in the two countries, according to the contexts and in response to particular needs: the development of technical education, pedagogical renovation, schooling in remote areas, or widening access to higher education.

Soutenance d’HDR – Stéphane Lembré, « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail », 8 janvier 2022.

Stéphane Lembré soutiendra son HDR le samedi 8 janvier 2022 à 13h30 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le dossier est intitulé : « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail ».

Il comprend un mémoire de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : « Le retour de l’apprentissage. Une institution du travail et son financement au XXe siècle : jalons pour l’histoire d’une voie française à l’aune des expériences européennes et mondiales ».

Le jury sera composé de :

  • M. Jean-François Chanet, Professeur des universités, Institut d’études politiques de Paris, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté
  • Mme Carole Christen, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie
  • Mme Isabelle Lespinet-Moret, Professeure des universités, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante)
  • M. Xavier Vigna, Professeur des universités, Université Paris Nanterre
  • M. Laurent Warlouzet, Professeur des universités, Sorbonne Université
  • M. Steven Zdatny, Professeur, Université du Vermont, États-Unis

Celles et ceux qui souhaiteraient assister à cette soutenance, à distance, de le signaler rapidement à Stéphane Lembré (stephane.lembre [at] univ-lille.fr).

Composition du dossier

Le mémoire de synthèse (vol. 1) revient sur un parcours de recherche et d’enseignement, au prisme des relations entre apprentissage, métier et histoire.

Le mémoire inédit (vol. 2) aborde l’histoire de l’apprentissage en France au XXe siècle, en interrogeant le passage d’un mode de formation jugé en crise au début du siècle à une voie de formation à laquelle, depuis les années 1980 et plus encore aujourd’hui, de nombreuses vertus sont prêtées en vue de l’insertion professionnelle. Le financement de l’apprentissage fournit le fil directeur d’une réflexion qui restitue l’expérience française dans une perspective transnationale et analyse le rôle d’acteurs multiples.

Le recueil de travaux (vol. 3) est structuré en quatre parties : histoire et historiographie de l’enseignement technique ; régulations économiques et pouvoirs politiques sur les territoires ; acteurs de l’éducation et de la formation ; métiers, savoirs et savoir-faire. L’ensemble constitué de 21 textes aborde les XIXe et XXe siècles et se décline du local au global.

Parution – History of Education, Volume 50, Issue 3 (2021)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/50/3?nav=tocList

Launching Paul Natorp’s Sozialpädagogik in Japan in the early twentieth century

Takeo Matsuda & Juha Hämäläinen

‘The children show unmistakable signs of Indian blood’: Indigenous children attending public schools in British Columbia, 1872–1925

Sean Carleton

More than ‘bare walls’: the educational philosophy of Margery Fry (1874–1958) and its impact on university residential facilities for women in the twentieth century

Anne Logan

Phyllis Monk: a pragmatic revolutionary in charge of a school for ‘girls with little or no sight’

Jeanette Normanton Erry

The work school in Spain: training citizens and industrial technicians (1923–1930)

María Luisa Rico-Gómez

Mapping scientised education in German-American transnational networks after 1945

Anne Rohstock

From defence mechanism to insufficient bladder control: Dutch experts on enuresis nocturna in an age of developing child sciences (c. 1950-1990)

Milou Smit & Nelleke Bakker

Quality and innovation in American higher education accreditation: the case of the University of Phoenix

Nidia Bañuelos

Parution – History of Education, Volume 50, Issue 1 (2021)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/50/1?nav=tocList

John Amos Comenius as the prophet of modern ideas in science education: in the light of Pansophia

Gyeong-Geon Lee & Hun-Gi Hong

Who was going to become a teacher? The socio-economic background of primary school teachers in northern Sweden 1870–1950

Emil Marklund

Heißmeyer: Nazi education architect

Tim Mueller

Literacy education, ideology and politics: the case of Soviet and US military governments in the two Koreas

Sun Kim & Sungwoo Kang

Special Section How Cybernetics and Constructivism Inspired New Forms of Learning

Guest Editors: Barbara Hof and Jan Müggenberg

Human – learning – machines: introduction to a special section on how cybernetics and constructivism inspired new forms of learning

Barbara Hof & Jan Müggenburg

The turtle and the mouse: how constructivist learning theory shaped artificial intelligence and educational technology in the 1960s

Barbara Hof

From learning machines to learning humans: how cybernetic machine models inspired experimental pedagogies

Jan Müggenburg

Parution – Sandra Hellstrand, “Lärlingsfrågan: Institutionell förändring, ekonomiska föreställningar och historiska begrepp i den svenska debatten om lärlingsutbildningen, 1890-1917 [La question de l’apprentissage : changement institutionnel, notions économiques et concepts historiques dans le débat suédois sur la formation des apprentis, 1890-1917], Stockholms Universitet, 2020

The turn of the 20th century was a formative period of industrialisation and class formation, and a key period in the development of European systems of vocational education and training. At that time, apprenticeship training was frequently debated in Sweden, just as it was in many other parts of Europe. However, even though the apprentice question was seen as important enough to be repeatedly examined in public inquiries in the decades around 1900, Sweden did not get an apprenticeship law.

The purpose of this thesis is to investigate why Sweden did not get an apprenticeship law in the period 1890–1917, with a focus on the debate about what, if anything, to do about apprentice training. Using language-oriented analysis, the thesis contributes new knowledge about the development of the Swedish system of vocational education and training. The studies are based on primary sources from multiple actors – from the craft employers’ organisations to public inquiries and consultation statements by industry employers, unions and parliament. However, the focus is on the craft employers, who were the main proponents of apprentice legislation.

The first article analyses agreement and disagreement in political argumentation. Many of these arguments contain an economic aspect, and the second article investigates economic perceptions of apprentice training. The first and second article, in line with much of the existing literature, emphasises the impact of class conflicts and the growth of industry on the politics of apprenticeship. The third article therefore takes a closer look at how these structural changes are imprinted on the craft employers’ language in the debate on apprenticeship, by analysing historical concepts connected to yrke and fack (both of which can be roughly translated as vocation, occupation or trade, although fack is also a Swedish term for trade union), klass (class) and stånd (estate).

The main findings highlight a previously overlooked level of support for the idea of apprenticeship legislation among both employers and unions, combined with strong disagreements concerning the content of the proposed legislation. It is clear that there was both a craft/industry divide and a worker/employer divide. The latter has in previous research been emphasised as detrimental to the prospects for apprenticeship legislation. In the Swedish case, this class conflict reduced the chances of such legislation, as the state was also either unwilling or unable to introduce an apprentice law without agreement between employers and workers. The first article outlines much of these findings, while the second and third articles, in exploring other aspects of the apprentice question, further reinforce and nuance the main results.

Parution – Glenn P. Lauzon (dir.), “Educating in a Working Society. Vocationalism in 20th century American Schooling”, Information Age Publishing, 2019

The future looks promising for the field of career and technical education (CTE). The Every Student Succeeds Act of 2015 eases the way to create multiple pathways for high school students to get to college and careers. Philanthropic foundations are funding innovations in career preparation. State departments of education are revamping program guidelines and graduation requirements. In many states, governors have made career preparation a priority.

While people plan CTE’s future, Educating a Working Society looks to its past. This book explores twentieth-century efforts to bring schooling and work closer together. Chapters feature timely topics, such as public controversy over vocational programs, the influences of racism in philanthropic giving, students’ choices in course taking, teachers’ efforts to combine the academic and vocational missions of schooling, and contemporary trends in college and career readiness initiatives.

Using schools to prepare youth for work has a long and troubled history. The contributors to this book dive into that history, bringing up compelling issues that challenge conventional wisdom about the history of education.

https://www.infoagepub.com/products/Educating-a-Working-Society

Cédric Boulard, Eric Saillot et Elsa Bedos remportent le prix Louis-Cros 2020

Les lauréats du Prix Louis Cros 2020

  • Cédric Boulard, Quand l’Education nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours, soutenue à Sorbonne Université le 11 janvier 2019
  • Eric Saillot, (S’)ajuster au cœur de l’activité d’enseignement-apprentissage. Construire une posture d’ajustement, Éditions L’Harmattan, 2020.
  • Elsa Bedos, L’enjeu de la qualité dans l’enseignement supérieur saoudien. L’instrumentalisation de l’action publique, soutenue le 9 juillet 2019 à Sciences Po Paris.

Parution – Stéphane Lembré et Gilles Moreau (dir.), “L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images”, n°9, revue Images du Travail, 2020.

Ce numéro d’Images du travail, travail des images pose l’hypothèse selon laquelle les images informent beaucoup sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves. Une telle hypothèse est née de trois constats : d’une part, les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement peu nombreux (Caspard, 1989 ; Tanguy, 2000) ; d’autre part, et parmi ces travaux, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, s’avèrent encore plus rares. De telles images existent pourtant, et sont même parfois interrogées à l’instar de films comme La Vie par les bords, réalisé par Fabrice Cazeneuve et François Bon, sorti en 2005 et diffusé sur la chaîne Arte en 2006 ou encore des documentaires Quel travail ? (2002) et Nous les apprentis (2004) de Cyril Menegun. Les portraits de garçons et de filles en lycée professionnel au Val d’Argenteuil, dans La Vie par les bords, et d’apprentis dans les métiers du bâtiment, dans Nous les apprentis, y font écho aux parcours de formation et de travail restitués dans quelques précieuses autobiographies ouvrières (Vigna, 2016). Enfin, ces images, quand elles existent ou sont diffusées, montrent une figure très masculine de la formation professionnelle, alors que dès les années 1960 le lycée professionnel accueillait presque autant de filles que de garçons (Moreau, 1994). L’illustration de une de ce numéro l’atteste et se veut de ce point de vue un mauvais exemple de représentations, mais à dessein : le monde masculin et au-delà viril et saillant de cette affiche[1], alliant force, mécanique et technicité montre un aspirant cheminot travaillant à la lime… une lime qu’on retrouvera quelques années plus tard (1971) au cœur de L’ordre des choses, l’ouvrage de Claude Grignon consacré aux formations en CET (collège d’enseignement technique) : ce dernier y rangeait la lime « dans la catégorie des instruments d’inculcation morale, au même titre que les retenues, les devoirs supplémentaires ou les taloches » (p. 15). Une « raison technique » qui selon l’auteur était complice de la domination et qui a un temps figé la recherche sociologique sur l’enseignement professionnel avant que Lucie Tanguy ne vienne y ouvrir de sérieuses brèches (1991).


[1] Concours d’entrée au centre d’apprentissage de la SNCF, secteur matériel et traction, 1959. Affiche réalisée par Lucien Joveneaux et imprimée par l’imprimerie Maulde et Renou de Paris. Cote 6Fi 10760, Archives départementales de Charente-Maritime : https://archives.charente-maritime.fr/actualites/doc-du-mois-affiche-sncf-concours-dentree

Parution – Côme Simien, “Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ?”, n° 18, Cahiers d’histoire de la Révolution française, 2020.

Le présent article se propose d’interroger plusieurs hypothèses formulées par Michel Vovelle à l’égard de l’accès des humbles à la culture écrite et du rôle du maître d’école comme « intermédiaire culturel » au xviiie siècle. Les enseignants du monde rural français assurèrent-ils la descente dans le corps social d’une culture voulue par les élites pour le peuple ? Comment expliquer la diffusion accélérée des écoles dans le monde rural à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ? Serait-ce le fruit de la diffusion des idées des Lumières au village ? Comment comprendre l’absence de corrélation entre taux d’alphabétisation et couverture du territoire en écoles ? L’état actuel des connaissances nous permet de proposer quelques réponses à ces questions : la place singulière acquise par l’école au sein des communautés villageoises explique bien plus que l’influence des Lumières le nombre accru d’écoles au xviiie siècle ; elle limitait de fait aussi la capacité des maîtres à jouer un rôle de médiateur des idées nouvelles au village.

AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal of Educational History (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics

Continuer la lecture de « AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020 »

Parution: Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines / 2

Le numéro 2 de la revue Artefact.Techniques, histoire et sciences humaines (CNRS Ed.) vient de paraître. Il comporte deux dossiers thématiques, l’un, consacré à « Art et Industrie », porte sur les enjeux de la formation du XVIIIe au XXe siècle ; le second traite de la question des outils simples.

Le volume peut être acheté aux adresses suivantes :

  • http://www.cnrseditions.fr/317__Artefact
  • http://vitrine.edenlivres.fr/publications/38348-artefact
  • La version numérique téléchargeable est en cours de réalisation.

Sommaire :
“Art et industrie: les enjeux de la formation”, dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet

  • Introduction, Stéphane Lembré et Audrey Millet
  • Le « trompe-l’œil » des beaux-arts : la formation des dessinateurs au XVIIIe siècle, Frédéric Morvan Becker
  • Les écoles de dessin linéaire de la Restauration. Les cas des départements du Lot et de l’Yonne, 1817-1831, Gérard Bodé
  • Former les jeunes au dessin sur support céramique : capitalisation des connaissances et action sociale au sein de la fabrique Collinot & Cie, Sabine Pasdelou
  • « Un bon horloger est à la fois un savant et un artiste ». La formation des horlogers à Paris (1750-1850), Marie-Agnès Dequidt
  • Du dessin de fabrique à la formation des dessinateurs : des techniciens entre art et industrie XVIIIe-XIXe siècles, Audrey Millet
  • La fabrique de Paris au XIXe siècle : qualités de produits et formations des fabricants, Nadège Sougy
  • Économie des honneurs techniques et production de la qualité sous la Troisième République. L’action de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie, Stéphane Lembré
  • Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840- 1940), Florent Le Bot

“Qu’est-ce qu’un outil simple?”, dossier coordonné par Sophie A. de Beaune

  • Appréhender les outils simples en contexte préhistorique, Sophie A. de Beaune
  • Des outils simples ou rudimentaires aux pratiques sociales : étude d’un cas à Chypre au Néolithique pré-céramique, Laurence Astruc
  • Définir un outil simple : notion universelle ou contextuelle ? L’exemple des outils en os et en roches tenaces du Néolithique de Suisse occidentale, François-Xavier Chauvière, Catherine Joye
  • Des outils simples en émeri dans le monde égéen. Une approche ethnoarchéologique, Athina Boleti

 

AAC: Learning and training patterns of skilled labour force in preindustrial European labour market (14th-18th centuries)

Voici un appel à communication dans le cadre de la European Social Science History Conference (ESSHC) qui se tiendra à Vienne (Autriche), les 23-26 April 2014, sur le thème: “Learning and training patterns of skilled labour force in preindustrial
European labour market (14th-18th centuries)“.

This panel aims to study education and training patterns of boys and girls in preindustrial Europe, taking into account different kinds of apprenticeship and training as well as different social actors.

In preindustrial Europe people were aware of the importance of skills in order to find stable and durable jobs and in order to contrast precariousness and instability or lack of work. Parents and institutions were motivated to give children learning opportunities to contribute to the familial economy and to ensure their future. In addition, the formation of a skilled labour force was an important issue for the the prosperity of European cities and countries. Acquisition of skills and abilities therefore was (just as nowadays) considered a crucial “social and human capital”. Continuer la lecture de « AAC: Learning and training patterns of skilled labour force in preindustrial European labour market (14th-18th centuries) »

Parution: Le CAP, un diplôme du peuple 1911-2011

Vient de paraître, sous la direction de Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau, Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011, PUR, 2012.

Présentation:
Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), centenaire en 2011, a toujours fait l’objet de polémiques. Cet ouvrage, le premier consacré à ce diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation et enjeu d’avenir propose de rendre compte des rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société. À travers cet exemple emblématique, ce sont les conflits et les compromis générés par la mise en place d’un diplôme professionnel, quel qu’il soit, qui sont à l’étude.

Au travers de l’onglet “documents“, le sommaire et l’introduction peuvent être chargés directement.

JE: Histoire et quantification de l’éducation et de la formation

La journée d’études du 5 avril 2013, « Histoire et quantification de l’éducation et de la formation», coorganisée par la revue Histoire & Mesure, le Centre de recherches historiques (UMR 8558 CNRS-EHESS) et l’université Paris 13, vise à dresser un bilan des nouvelles directions de la recherche et du renouvellement des méthodes employées en histoire de l’éducation et de la formation. La journée d’études permettra de mettre en lumière la diversité des approches proposées par l’histoire des politiques éducatives, l’histoire des disciplines ou par l’étude des profils d’étudiants ou d’enseignants, dans une perspective internationale portant sur l’Europe (France, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Roumanie, Hongrie, Grande-Bretagne) et l’Amérique du Nord (États-Unis et Québec). Continuer la lecture de « JE: Histoire et quantification de l’éducation et de la formation »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search