Parution – « Història de l’educació d’adults en la segona meitat del segle XX » [Histoire de l’éducation des adultes pendant la deuxième moitié du XXe siècle], revue Educació i Història, n°36, 2020

Monographic theme

Presentation. History of Adult Education in the second half of the 20th centuryPDF
Segundo Moyano Mangas13-23
Educating from socially deprived areas. «Freire» Adults’ School (Nou Barris, Barcelona, 1972-1986)PDF
Enrique Tudela Vázquez25-42
From illiteracy to the program of continuing education for adults in twentieth-century SpainPDF
Manel Martí Puig43-68
From «Adult Education» to «A Lifelong Process of Education for Everybody» in UruguayPDF
Jorge Camors, Gianela Turnes, Eduardo Rodríguez, Yliana Rodríguez, Noel Cordano69-95
Adult education and DemocracyPDF
Lidia Mercedes Rodríguez97-111
Education of adults in the Community of Madrid during the last two decades of the 20th centuryPDF
Miguel Ángel Martínez Martínez113-127
Adult education and the struggle against illiteracy in the Italian Mezzogiorno in the first half of the 20th centuryPDF
Brunella Serpe129-142

Documents

Adults’ Schools and Mobile Libraries (1913): the reaction of the Spanish ecclesiastical hierarchy. Files from the Apostolic Vatican ArchivesPDF
Pere Fullana Puigserver145-159
The White Book and the Education Law of 1970 according to José Blat GimenoPDF
Amparo Blat Gimeno161-175

Parution – « Images, discourses and texts in history of Education. Current methodological challenges », revue Historia y Memoria de la Educación, No. 10 (2019)

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1270

Introduction

Special Issue

Historical Researches

Parution – Jean-François Laé, « Une fille en correction. Lettres à son assistante sociale (1952-1965) », CNRS éditions, 2021

Dans le sous-sol d’une association chargée de l’enfance à Avignon, sur des étagères en acier des années 1950, se succèdent trois cents mètres de dossiers noircis par le temps. « C’est un débarras », me lance Chantal, la cheffe du service, « vous ne trouverez que du vieux papier ! ». Des fouilles surgissent 160 lettres entre Micheline – enceinte à 20 ans – et Odile, assistante sociale auprès du tribunal pour enfants.
L’histoire commence ainsi. Une grossesse hors mariage et en situation de pauvreté, c’est une vie scellée dans un foyer maternel. Tandis qu’un cercle de femmes « sages » s’occupe de Micheline, celle-ci se révolte et s’enfuit. On la recherche dans tout le Roussillon. Odile la rattrape. Micheline aime sortir au bal ? L’assistante sociale l’en dissuade et la menace. Et pourtant, elle l’aime bien, cette échevelée ! C’est « ma fille », écrira-t-elle un jour.

C’est dans l’entrelacs de cette correspondance, sur le fil des relations entre Micheline et Odile, que se tisse le récit de Jean-François Laé autour des plaintes, de la soumission et de la révolte de ces jeunes femmes si tôt assignées. Filles célibataires, indisciplinées ou frondeuses, souvent en bisbille avec leurs familles, elles sont les oubliées de notre histoire.

À travers la révolte de Micheline, Jean-François Laé poursuit inlassablement son exploration des vies « faibles », fragiles, celles d’« anormaux » qui lancent un défi à l’ordre social.

https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/une-fille-en-correction/

Parution – « L’étrange étrangeté des dossiers de l’enfance irrégulière », n°21, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2019

Dossier

Varia

Virginie Dufournet-Coestier De l’indésirable à celui de besoins éducatifs particuliers : retour sur le parcours prescriptif de la scolarisation de l’enfant-voyageur en France (1966-2012) From the undesirable to that of special educational needs: a return to the prescriptive path of the schooling of child-travelers in France (1966-2012)

Appel à manifestation d’intérêt et séminaire autour de la révue « L’école et la Nation » du Parti communiste français

Vous trouverez ci-dessous un appel à manifestation d’intérêt, proposant de mettre à disposition à la collection en ligne (avec code d’accès dans un premier temps) de la revue « L’école et la Nation », adressée au monde éducatif de 1951 à 1999 par le PCF qui en était l’éditeur.

Cet A.M.I. expose les pistes possibles de projets de recherche sur ce corpus, et les modalités de coopération proposées :

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/>

Toutes les approches et les questions sont les bienvenues, l’appel explique les modalités de réponses attendues. (Une date a été suggérée pour les retours de propositions, mais la proposition reste valable dans la durée).

En parallèle avec cette invitation à travailler sur ces corpus (histoire des disciplines scolaires et des controverses à leur sujets, traces sur les débats au sujet des politiques scolaires, etc.) un séminaire est organisé en 2021 et 2022, dont deux séances sont déjà programmées :

1) Mardi 1er juin à 14h en webinaire, séance de lancement.

Étudier la collection numérisée de L’École et la Nation dans son contexte : le cas de sa création en 1951

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/>

La revue L’école et la Nation a été créée en 1951 par le PCF, d’abord à l’attention des instituteurs et des institutrices, ensuite plus largement à l’attention du monde éducatif. Cette première séance éclairera le contexte de cette création et l’origine de la revue. Elle contextualisera également le séminaire au regard de la démarche de numérisation de cette revue.

Avec:

  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8) et Serge Wolikow (réseau des MSH et Président du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri), « Quels enjeux d’une politique de numérisation d’une collection : le cas de L’École et la Nation ? »
    Jean Vigreux (MSH de Dijon), « Le PCF en 1951 »
  • Pierre Roche (Docteur en sciences de l’éducation et membre du GEMR), « La création L’Ecole et la Nation en 1951 »

2) Mardi 29 juin 2021 à 14h

En webinaire, séance « La rubrique de critique de livres et d’arts pour la jeunesse dans L’École et la Nation »

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/>

La qualité des livres pour la jeunesse constitue une préoccupation visible dans la presse communiste avant la création de L’École et la Nation. Elle prend une signification spécifique avec les débuts de la guerre froide et la loi de 1949. Initiée par différents contributeurs dans L’École et la Nation, la critique de livres pour enfants se constitue en chronique renommée sous la plume de Natha Caputo, puis de Bernard Epin. Cette chronique va de pair avec des présentations d’autres productions culturelles pour l’enfance. Les intervenants de cette séance présenteront brièvement leurs travaux qui ont déjà porté sur ce corpus, et esquisseront des pistes d’analyses possibles de ce celui-ci, en invitant à des coopérations.

Avec :

  • Cécile Boulaire (InTRu, Université de Tours), « L’émergence du genre de la critique du livre pour enfants : L’École et la Nation dans l’univers des chroniques »
  • Patricia Richard-Principalli (LIRDEF, Université de Montpellier), « La chronique de critique de livres pour la jeunesse dans L’École et la Nation dans les années 1960 »
  • Mathilde Lévêque (Pléiade, Université Paris Nord), « La critique de romans pour la jeunesse dans L’École et la Nation : le cas des romans en traduction »
  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8), « La place du livre pour enfants dans et hors la chronique dédiée »
  • Valérie Vignaux (LASLAR, Université de Caen), « Le cinéma et la jeunesse »
  • Stéphanie Loncle (HisTeMé, Université de Caen), « Le PCF et le théâtre dans L’École et la Nation »

Les séances suivantes, à l’automne 2021, porteront sur d’autres aspects traités par cette revue, à partir de travaux déjà réalisés, ou d’autres qui vont l’être grâce à la mise en ligne de la collection.

Inventaire – Fonds de l’Association des anciens élèves de l’École des Roches et du Collège de Normandie (AERN), aux Archives nationales

Modalités d’entrée

Dépôt

Historique de la conservation

En 2013, Nathalie Duval, historienne et professeure à l’Université Paris-Sorbonne, auteur d’une thèse de doctorat sur l’histoire et la sociologie de l’École des Roches (2006), a contacté le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP), afin que les archives de l’AERN, stockées dans la cave du domicile de Bernard Lefèvre, président de l’association, soient déposées et sauvegardées dans une institution patrimoniale. Le fonds a fait l’objet d’une expertise en septembre 2013, puis d’un récolement succinct en janvier-février 2014 avant d’être transféré aux Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, en août de la même année. En 2019, un classement définitif a été réalisé.

Évaluation, tris et éliminations

Ont fait l’objet d’élimination, pour un total de 2 mètres linéaires environ, les documents en double, les factures, les bons de commande, les devis, les chèques, les coupons-réponses, les formulaires de cotisation en série (les états annuels des cotisations ayant été conservés), les listes de coordonnées pour la constitution des annuaires, les pouvoirs d’assemblées générales, ainsi que la documentation imprimée conservée en bibliothèque.

Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Exposition – Deux siècles d’architecture scolaire, ville de Gonesse (juin 2020-juillet 2021)

L’architecture scolaire illustre dans l’espace urbain l’importance accordée à l’éducation. Aujourd’hui, les architectes et les pédagogues s’interrogent sur l’aménagement des espaces éducatifs : flexibilité des salles de classe, espace numérique, etc. L’exposition propose d’identifier les liens entre l’architecture scolaire, les caractéristiques pédagogiques et les enjeux de la société depuis le 19e siècle.

Collecte d’archives – éducation confinée (MUNAE, Rouen)

Le confinement, dû à l’épidémie de Covid 19, a entraîné des contraintes et des modifications majeures dans les modes de vie, il a perturbé le déroulement de la scolarité, entrainé une réorganisation et une adaptation des manières d’éduquer, d’apprendre, en mettant notamment en place la continuité pédagogique à distance.

Le musée souhaite désormais agir pour conserver des traces, matérielles ou immatérielles, de la mobilisation individuelle et collective de ces derniers trois mois, afin de constituer la mémoire de la nation apprenante, produit de cette période inédite.

Le projet co-construit avec vous, les publics et les acteurs de l’éducation, se décline en quatre phases :

  • Identification des typologies d’objets ou documents pertinents produits dans le cadre de l’éducation à la maison grâce à la collaboration des acteurs de terrain (12 juin-12 juillet 2020).
  • Analyse des propositions et définition des items ayant vocation à être intégrés dans les collections muséales et passage en commission d’acquisition (12 juillet-30 novembre 2020).
  • Collecte physique des objets : jusque mars 2021.
  • Inventaire, étude et valorisation scientifique via un portail documentaire adapté, une exposition-dossier : deuxième semestre 2021.

Aussi, le Munaé fait aujourd’hui appel à vous, membres de la communauté éducative, pour l’aider à identifier les typologies de matériaux qui vous semblent pertinents à collecter, conserver et présenter au public, objets-symboles de cette nouvelle manière de faire école et d’éduquer.

Informations pratiques :

Une adresse mail spécifique est donc créée pour vous : parent, élève, enseignant, membre d’un service jeunesse de collectivité ou encore assistant.e de vie scolaire et éducateur.trice accompagnant des situations de handicap (etc.)…

Adressez-nous vos suggestions de typologies d’objets et documents de l’éducation scolaire et familiale, de l’école à la maison, que vous avez vus, créés, partagés. N’hésitez pas à nous envoyer des photographies et des témoignages expliquant le fonctionnement, l’utilisation, l’intérêt de ces outils et productions.

Montrez-nous vos coups de cœurs éducatifs sur munae-educationconfinee@reseau-canope.fr

Publication – Mathias Gardet et David Niget (dir.), « L’étrange étrangeté des dossiers de l’enfance irrégulière », n° 21, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2019.

Publication – Mercedes Pérez Montes (dir.), « Historia del Archivo de la Universidad Complutense de Madrid (1836-2006) », 2019.

Resumen. Los archivos, habituales fuentes de información para la Historia, pueden también convertirse en objeto de estudio. Conocer sus orígenes, su lugar dentro de las instituciones, su ubicación, las personas que los han servido, los fondos que se han ido incorporando y los que se han perdido irremediablemente, resulta imprescindible para comprender su presente. En el caso del Archivo de la Universidad Complutense de Madrid, era necesario dar un paso más allá. Para reconstruir su trayectoria, resulta ineludible asomarse a la evolución de las políticas educativas y archivísticas del país, y a la de la propia Universidad. Estas páginas intentan recoger todos estos aspectos, sin restar relevancia a su protagonista principal: el Archivo.

Parution – « Archivos y patrimonio histórico escolar: memoria, pedagogía e investigación », n°12, Cuadernos chilenos de historia de la education, 2019.

Présentation

  • Presentación Rodrigo Mayorga, María José Vial, Rodrigo Sandoval

Articles

Archives en ligne – dessins d’enfants et registres d’inscription dans les écoles de la ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

Dessins d’enfants de 1943

Pendant l’Occupation, à la fin de l’année 1943, les enfants de toutes les écoles de Saint-Denis ont été amenés à participer à un concours de dessins visant à promouvoir l’action humanitaire du régime de Vichy. Il s’agissait, pour chaque enfant, de mettre en avant de manière réaliste et percutante l’importance et l’efficacité du travail social du Secours national.

Le Secours national, oeuvre philanthropique pétainiste, avait obtenu, dès 1940, le monopole de la collecte privée de fonds, à charge pour lui d’en redistribuer une partie à d’autres associations caritatives. Outre les collectes privées, le Secours national recevait des subventions d’Etat. Il se finançait aussi par le produit de la confiscation et de la vente des biens juifs. 

Registres d’inscription 1837-1901

En 1836, une circulaire prévoit un registre matricule d’inscription des enfants fréquentant les salles d’asile. Et le 17 avril 1866, un arrêté rend obligatoire la tenue d’un registre matricule de tous les élèves inscrits à l’école. Les registres sont renseignés par les responsables des écoles communales primaires qui doivent noter les enfants, dans l’ordre chronologique de leur inscription.

Les listes mentionnent nom et prénom(s) de l’enfant, date et lieu de naissance, adresse et date d’inscription avec parfois la profession des parents ou encore des appréciations sur la conduite, la santé ou les aptitudes scolaires de l’élève. On peut également y trouver des renseignements relatifs à l’état civil, à la carrière et aux qualifications du personnel enseignant.

Ces registres sont riches d’informations sur le degré d’instruction, l’orientation scolaire, les relations entre enseignants et parents, le vocabulaire utilisé par les enseignants.

Colloque – « Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des 
institutions de conservation », 12-13 décembre, Paris

Le colloque « Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des 
institutions de conservation » se tiendra les 12 et 13 décembre 2019 à la Sorbonne.

Ce colloque, prenant appui sur la figure de la marquise Arconati Visconti, grande mécène de l’enseignement supérieur, devrait permettre d’améliorer nos connaissances sur la place de la philanthropie et du mécénat pour la constitution du patrimoine de l’enseignement et de la recherche, des musées, des bibliothèques et des archives.
Plusieurs études récentes ont en effet rappelé que les collections de toute nature (archéologiques, artistiques, scientifiques, etc.) des musées se sont notablement accrues, aux XIXe et XXe siècles, par le biais de dons et legs de collections privées et que le mécénat occupait ainsi une place considérable dans l’enrichissement de leur patrimoine.
Toutefois, peu de travaux ont porté sur les établissements d’enseignement et de recherche, les bibliothèques et les archives alors même que le mécénat en leur faveur s’est manifesté par la construction de bâtiments, l’établissement d’instituts de recherche, la fondation de prix ou de bourses d’études et de voyages destinés aux étudiants et chercheurs, ou encore par des dons et legs de livres et d’archives, leur permettant ainsi de participer plus largement à la transmission des savoirs.
Ce colloque s’inscrit dans un cycle de manifestations pour le développement du mécénat en faveur de l’enseignement et de la recherche et, plus largement, des institutions culturelles publiques. Il est accompagné d’une exposition sur la marquise Arconati Visconti au musée des Arts décoratifs et d’une exposition virtuelle conçue à partir de la numérisation de la correspondance reçue par la marquise, conservée par la bibliothèque Victor-Cousin, à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS).

Le programme est disponible ici.

Inscription et accès :

Pour vous inscrire, envoyez un mail à : ce.archives[at]ac-paris.fr
L’accès au Grand Salon se fera par le 47 rue des Écoles.

Séminaire L’école à Paris. Saison 1: Les écoles dans la ville

Depuis 2007, une importante opération de collecte d’archives auprès des écoles et des établissements d’enseignement secondaire de la Ville de Paris a été menée par les Archives de Paris. Plus de 550 versements d’une grande variété ont ainsi été réceptionnés : du registre d’inscription des élèves au matériel éducatif, en passant par les documents administratifs spécifiques… Ces sources sont très précieuses pour renouveler l’histoire de l’enseignement dans la capitale. Les Archives de Paris et le Comité d’histoire de la Ville de Paris s’associent une nouvelle fois en proposant un cycle de conférences sur l’école aux XIXe-XXe siècles, en s’appuyant sur les spécificités parisiennes. La première saison – d’octobre à décembre 2019 – est consacrée à l’architecture et à la géographie scolaire de la capitale, tandis que la deuxième saison – de janvier à juin 2020 – se penchera sur les protagonistes de l’école, élèves et professeurs, et interrogera les formes de l’enseignement.
 
Organisation
Comité d’histoire de la ville de Paris / Archives de Paris
 
Plus d’infos :  http://archives.paris.fr/r/146/conferences/ 

Cycle de conférences les jeudis, de 17h à 18h30.
Entrée libre dans la limite des 100 places disponibles et dans le respect des consignes de sécurité.
 
Prochaines séances
 
28 novembre 2019
L’école en images, décors parisiens des années 1930.
par Marie Monfort, DRAC Île-de-France

12 décembre 2019
Ecoles et mouvement moderne
par Morgane Menad et Cécile Rivière, Commissaires de l’exposition « Bâtir l’école, architecture et pédagogie 1830-1939 », Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes (MUS) (13 novembre 2019-21 juin 2020)
 

Continuer la lecture de « Séminaire L’école à Paris. Saison 1: Les écoles dans la ville »

AàC – Colloque international : « Patrimoine, philanthropie et mécénat, XIXe-XXIe siècle. Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des institutions de conservation » (Paris, 12-13 déc. 2019)

Colloque international  de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) 

En Sorbonne, Grand Salon  
les 12 et 13 décembre 2019

Modalités de réponse : les propositions de communication, sous la forme d’un résumé de 15 lignes maximum, accompagnées d’une notice bio-bibliographique succincte, sont à adresser à Stéphanie Méchine, service des archives du rectorat de Paris, avant le 15 décembre 2018 (ce.archives [at] ac-paris.fr).

Argumentaire : prenant appui sur la figure de la marquise Arconati Visconti, grande mécène de l’enseignement supérieur, la chancellerie des universités de Paris, en collaboration avec son service des archives et la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS), organise un colloque intitulé « Patrimoine, philanthropie et mécénat, XIXe-XXIe siècle. Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des institutions de conservation ».  
Ce colloque s’attachera en premier lieu à améliorer la connaissance de la place qu’a eue en France la philanthropie sur la constitution, au XIXe et au XXIe siècles, du patrimoine de l’enseignement et, en particulier, de celui de l’enseignement supérieur et de la recherche, mais également de celui des musées, des bibliothèques et des archives. Plusieurs études récentes ont en effet rappelé que les collections de toute nature (archéologiques, artistiques, scientifiques, etc.) des musées s’étaient, au cours de cette période, notablement accrues par le biais de dons et legs de collections privées et que le mécénat occupait ainsi une place considérable dans l’enrichissement du patrimoine public.

De nombreux établissements d’enseignement, tant à Paris qu’en région, ont également bénéficié de dons et legs, permettant à ceux-ci de participer plus largement à la transmission des savoirs. Toutefois, peu de travaux ont jusqu’à présent été menés sur ce second volet, alors même que le mécénat en faveur des institutions d’enseignement, de recherche et de culture a notamment pu se manifester par la construction de bâtiments, l’établissement d’instituts de recherche ou encore la fondation de prix ou de bourses d’études et de voyages destinés aux étudiants et chercheurs, permettant ainsi de favoriser la transmission des savoirs. 

Sont attendues des contributions sur l’apport du mécénat pour la constitution ou l’accroissement du patrimoine des établissements d’enseignement et de recherche, des musées, des bibliothèques et des archives sur l’ensemble du territoire et des ressorts des académies. Sont également souhaitées des communications permettant 

de préciser le contexte politique, économique, intellectuel et social de ces donations, d’apporter des éclairages sur la personnalité et les motivations de ces « bienfaiteurs », « bienfaitrices » et philanthropes et de contribuer à la mise en évidence d’éventuels « réseaux » de donateurs. La question du mécénat féminin, saisie dans une perspective diachronique, pourra faire l’objet d’une attention particulière. 

On pourra également établir des comparaisons avec d’autres pays afin d’identifier d’éventuels particularismes de la France dans ce domaine. 

Ce colloque s’inscrit dans un cycle de manifestations pour le développement du mécénat en faveur de l’enseignement et de la recherche et, plus largement, des institutions culturelles publiques. Il sera suivi en particulier d’une exposition autour de la marquise Arconati Visconti au musée des Arts décoratifs. Cette exposition physique sera accompagnée d’une exposition virtuelle. La numérisation de la correspondance reçue par la marquise conservée à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne sera lancée dans le cadre de ce cycle et ce, afin de mettre à la disposition des chercheurs cette source de premier ordre sur l’histoire culturelle et politique du dernier tiers du XIXe siècle. 

Le colloque prévu en aval de la soirée de remise des prix de la chancellerie des universités, se tiendra en Sorbonne dans les grands salons les 12 et 13 décembre 2019.  

Comité scientifique :

  • Françoise Banat-Berger, conservateur général du patrimoine (archives), directrice des Archives nationales
  • Catherine Mérot, conservateur général du patrimoine (archives), responsable du département de l’Éducation, de la culture et des affaires sociales aux Archives nationales ;
  • Geneviève Bresc-Bautier, conservateur général émérite du patrimoine (musées), ancien directeur du département des sculptures, musée du Louvre ;
  • Laurence Bobis, conservateur général des bibliothèques, directrice de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne,
  • Jacqueline Artier, conservateur en chef des bibliothèques
  • Isabelle Diry, conservateur en chef des bibliothèques, département des manuscrits et du livre ancien ;
  • Michelle Bubenicek, directrice de l’Ecole nationale des chartes ;
  • Anne-Elisabeth Buxtorf, conservateur en chef des bibliothèques, directrice de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art ;
  • Thérèse Charmasson, conservateur en chef honoraire du patrimoine (archives), conseiller scientifique ;
  • Olivier Gabet, conservateur général du patrimoine (musées), directeur du musée des Arts décoratifs
  • Anne Forray-Carlier, conservateur en chef du patrimoine en charge du département Moyen Age et Renaissance et du département des XVIIe et XVIIIe siècles ;
  • Adrien Goetz, maître de conférences, université Paris-Sorbonne, membre de l’Académie des beaux-arts ;
  • Dominique Kalifa, professeur d’histoire contemporaine, université Paris-I Panthéon-Sorbonne directeur du Centre d’histoire du XIXe siècle ;
  • Stéphanie Méchine, responsable du service des archives du rectorat et de la chancellerie des universités de Paris ;
  • Dominique Poulot, professeur d’histoire de l’art, université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

JE – Les archives des ministres de l’Éducation nationale

À l’occasion du 80e anniversaire du Front populaire et de l’arrivée de Jean Zay au ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche organise avec les Archives nationales une journée d’étude consacrée aux archives des ministres de l’Éducation sous le titre: « L’histoire me rendra justice ». Les ministres de l’éducation face à leurs archives, XIXe-XXIe siècles.

Cette journée aura lieu au lycée Henri IV, au 23, rue Clovis, 75005 Paris. Les inscriptions sont ouvertes à l’adresse decas.an […] culture.gouv.fr.

Nouveaux versements d’archives du ministère de l’Education nationale

Voici la liste des versements d’archives effectués par la mission des archives et du patrimoine culturel du MENESR aux Archives nationales en 2015. Ces archives émanent soit de l’administration centrale, soit des établissements publics, administrations ou organismes sous tutelle du MENESR, et classés par les services d’archives de ces institutions. L’ensemble représente 455 mètres linéaires.

Il convient de signaler particulièrement les fonds suivants :

  • archives de cabinets ministériels, en particulier ceux des cabinets de Luc Chatel et Vincent Peillon. Le reste des archives du cabinet de Vincent Peillon ainsi que les archives des cabinets George Pau-Langevin et Geneviève Fioraso seront transférés aux Archives nationales en 2016-2017.
  • archives photos de la Ligue de l’enseignement, qui complètent l’important fonds déposé en 2014 par la Ligue aux Archives nationales.
  • archives du CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les emplois et les qualifications), depuis sa création.
  • archives du CRAP (Cercle de recherches et d’action pédagogique), éditeur notamment des Cahiers pédagogiques.
  • archives des vice-chanceliers des universités de Paris.
  • archives d’Henri-Paul Nénot, architecte de la Sorbonne.
  • archives de l’organisation du baccalauréat en outre-mer et à l’étranger, depuis les années 1870.
  • archives de la présidence de l’université Paris-Dauphine.

Les instruments de recherche détaillés de ces archives sont consultables en ligne sur la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales, en salle de lecture des Archives nationales ou à la mission des archives du MENESR.

La mission des archives et du patrimoine culturel a en outre participé à la célébration du cinquantenaire de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, en octobre 2015, en réalisant plusieurs panneaux d’exposition rappelant l’histoire et l’action de ce corps. Elle a également co-piloté l’organisation des cérémonies en Sorbonne rendant hommage à Pierre Brossolette, Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Jean Zay, entrés au Panthéon en mai 2015.

JE: Archives de l’éducation spécialisée

Voici l’annonce d’une journée organisée le 16 octobre par le Cnahes (Conservatoire national des archives et de l’histoire et de l’éducation spécialisée) et les Archives départementales du Rhône, à l’occasion du dépôt des archives du Prado, qui ont été inventoriées par le Cnahes. Elle s’intitule: « Conserver, protéger et transmettre. Les archives de l’éducation spécialisée et de l’action sociale« .