Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale

Lê Phuôc Hông a soutenu sa thèse (sous la direction de Jean-Yves Mollier):  “Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale : crises, changements et permanences (1858-1945)“, le lundi 3 novembre 2014, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Membres du jury :

  • Pierre BROCHEUX, Professeur Emérite, à l’Université Paris Diderot Paris VII – Rapporteur
  • Trinh VAN THAO, Professeur Emérite, à l’Université d’Aix Marseille – Rapporteur
  • Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
  • Jean-Claude YON, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur

Résumé :
Le Confucianisme fait partie intégrante de la culture vietnamienne. En fait, importées au Vietnam dès les premiers jours de la domination chinoise il y a plus de 2000 ans, les doctrines confucéennes commencèrent à obtenir une place dominante dans l’éducation et la politique nationales au XVe siècle. La dernière monarchie du Vietnam, celle des Nguyễn, fut fondée au XIXe siècle. Elle choisit le Confucianisme comme base idéologique de son régime. Les concours confucéens, servant à recruter les fonctionnaires d’Etat, furent alors rétablis. La société fonctionnait alors sous le signe du Confucianisme. La colonisation française devait interrompre ce processus. Les Français importèrent en effet leur système éducatif et imposèrent leur domination politique. Comment réagirent les lettrés confucéens vietnamiens ? Ils n’avaient pas une même attitude face au nouveau contexte historique, divisés entre l’ancien et le nouveau, entre la résistance et la collaboration, entre la sauvegarde ou l’abandon du système confucéen. Au début du XXe siècle, en 1919, les derniers concours confucéens se déroulèrent au Vietnam. Après cette date, les lettrés vietnamiens continuèrent à se diviser sur la voie du salut national, et l’un d’entre eux, Hồ Chí Minh a réussi dans sa voie révolutionaire avec le marxisme-léninisme qui gouverne encore le Vietnam de nos jours. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale »

AAC: Elites et savoirs au Nord et au Sud

Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs publient un appel à communication pour un numéro sur le thème “Elites et savoirs au Nord et au Sud“.

Présentation:

Le dossier de ce numéro des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs portera sur les liens entre savoirs et élites au Nord et au Sud et, plus précisément, sur les logiques et conditions sociales de la mobilisation des savoirs dans l’accès au statut d’ « élite » et dans la constitution de réseaux élitaires.

Étymologiquement, le terme d’élite désigne ceux qui sont élus, choisis, distingués. L’élite se définit donc d’emblée relationnellement, en opposition à la masse. Il n’est pas possible de définir « une » élite selon un critère unique : les sociétés comportent autant d’élites que de domaines de compétences, de concurrence et de légitimation. De plus, les groupes qui peuvent prétendre au rang d’élites (dans les domaines économique, politique, académique, par exemple) ne peuvent être définis a priori, indépendamment des contextes historiques et nationaux. Ainsi, les universitaires font partie des élites et sont étroitement imbriqués au champ du pouvoir dans bon nombre de pays du Sud, alors qu’ils sont plus proches des classes moyennes supérieures dans un pays comme la France.

Le concept d’élites (qui ne se confond pas avec les notions de classe dominante, dirigeante, possédante, etc.) suppose donc des formes, variables selon les contextes, de consécration et d’auto-consécration, et — c’est notre hypothèse —, des types de savoirs assurant la légitimation des élites. La question centrale de ce numéro est ainsi celle du rôle des savoirs dans ce processus de distinction, en se penchant plus spécifiquement sur trois types d’élites : académiques, politiques et économiques. Continuer la lecture de « AAC: Elites et savoirs au Nord et au Sud »