Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Exposition – « Bâtir l’école. Architecture et pédagogie (1830-1939) », Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes (13 nov. 2019-21 juin 2020)

La scolarisation se développe fortement en France au XIXe siècle. En 1830 on compte 2 millions d’enfants scolarisables et ils sont 5,3 millions dès 1881. Le modèle des maisons d’école et la pédagogie sont alors à inventer pour répondre aux besoins croissants d’instruction.

En 1880, l’éducation devient un des fondements de la Troisième République ainsi qu’un symbole de progrès, de démocratie et de civilisation. On construit sur tout le territoire des écoles primaires républicaines conformes aux nouvelles règles d‘hygiène et de salubrité, autre préoccupation de l’époque.

Les bâtiments des années 1900 illustrent parfaitement les vertus morales de probité et de simplicité professées par Jules Ferry. Les villes d’Île-de-France, en pleine croissance après la Première Guerre mondiale, vont se doter de nouveaux équipements scolaires. Certains se démarquent par une grande modernité grâce à des architectes visionnaires et une sensibilité aux principes des pédagogies nouvelles.

À Suresnes, Henri Sellier maire de la ville et fidèle aux principes républicains, déploie un programme ambitieux de constructions de groupes scolaires. Il met notamment en place l’enseignement pour les tout-petits de la maternelle et ouvre une école de plein air pour les enfants de santé fragile.

L’exposition se propose de montrer les liens entre espace et pédagogie, de l’école à la salle de classe, au cours d’un siècle de constructions scolaires entre la loi Guizot de 1833 et le début de la Seconde Guerre mondiale. Construite avec le concours scientifique d’AnneMarie Châtelet, elle s’appuie en partie sur les collections du MUNAÉ – Musée national de l’Édu – cation, du Musée Carnavalet – Histoire de Paris, du centre de ressources en Histoire de l’éducation de Gonesse et des centres d’archives municipales d’Île-de-France.

AAC: Espaces scolaires et éducatifs

La revue Espace et Société lance un appel à article pour un numéro thématique  coordonné par Benjamin Moignard et Thomas Sauvadet sur le thème « Espaces Scolaires et éducatifs« .

Ce numéro s’intéresse aux modalités de recompositions des espaces scolaires et éducatifs en rapport avec la prise en charge des problématiques sociales et scolaires qui marquent l’école contemporaine. Dans un contexte concurrentiel où les espaces urbains et scolaires sont de plus en plus hiérarchisés, où les frontières intérieures à l’école se renforcent, où les frontières extérieures évoluent, nous interrogeons les liens entre les ségrégations, les parcours scolaires et les formes de prises en charge des nouvelles problématiques éducatives. Trois entrées sont proposées pour aborder cette question. On s’interrogera d’abord sur les modalités de construction et les caractéristiques des politiques de lutte contre les inégalités sociales de réussite à l’école. Un deuxième axe de développement est proposé autour des enjeux de recomposition des espaces scolaires et éducatifs à l’échelle des établissements.Enfin, un troisième axe de contribution portera sur les formes de prise en charge des problématiques scolaires en dehors de l’école ordinaire.
Le calendrier :
15 décembre 2014: date limite de remise des articles
15 janvier 2015: information des auteurs

Les articles peuvent être soumis en français, en anglais, en espagnol ou en portugais.