AàC – Journée d’études “Les relations universitaires franco-belges (XIX-XXe siècles)”, Lille, oct. 2022

Journée d’études : les relations franco-belges dans leur histoire (XIXe siècle-XXIe siècle)

Vendredi 21 octobre 2022 -Université de Lille, salle des séminaires du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

En Belgique comme en France, l’histoire de l’enseignement supérieur, longtemps assez peu développée par rapport aux études sur les enseignements primaire et secondaire, a connu, ces dernières années, un renouvellement certain. Alors que l’histoire des différentes universités, par l’écriture de monographies d’établissements, est désormais mieux connue, on dispose également de travaux plus nombreux sur les enseignants du supérieur, sur les étudiants et leurs associations, sur l’insertion des universités dans la ville ou encore sur les liens qu’elles entretiennent avec le monde industriel. Les périodes de guerre et d’occupation, au cœur du XXe siècle, ont aussi été étudiées en intégrant dans leur examen le positionnement des universités et des universitaires.

Les universités sont des lieux majeurs d’affirmation de la recherche scientifique originale et de diffusion de cette même recherche, à la fois par les publications savantes et par leur activité d’enseignement et de formation auprès des étudiantes et des étudiants. Elles ne sont pas, cependant, des cellules isolées, repliées sur elles-mêmes. Par leurs activités mêmes, elles ont vocation à l’universel dans la diffusion du savoir savant. L’Europe des universités, dès l’époque médiévale, repose sur des déplacements nombreux d’enseignants d’une institution à une autre, plus ou moins longs selon les périodes, sur des circulations étudiantes nombreuses (la fameuse peregrinatio academica). L’affirmation des États nations, au cœur du XIXe siècle, ralentit assurément ces échanges académiques mais ne les fait pas disparaître, même si elle les organise et les encadre davantage. Les universités et facultés progressivement restructurées et développées s’affirment même comme des actrices d’une forme de diplomatie culturelle et scientifique entre institutions mais aussi entre États. Christophe Charle, pour la France, a ainsi étudié le rôle diplomatique de la Sorbonne sous la Troisième République dans La République des universitaires, analysant les échanges entre enseignants, les invitations à des séjours plus ou moins brefs mais aussi la politique des congrès internationaux (sur l’enseignement supérieur en général ou dans les différentes disciplines qui le constituent). Les chaires créées dans les universités peuvent ainsi devenir des tribunes au service de rapprochements internationaux et de la diffusion de certaines idées communes, comme l’ont montré Michel Espagne pour les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle ou Jérémie Dubois pour les postes de langue italienne. On est ici au cœur de logiques qui sont à la fois très scientifiques (échanges de savoirs, collaborations scientifiques, influences réciproques), très diplomatiques (influence de tel pays sur tel autre, relations d’État à État) mais aussi très idéologiques (par la diffusion d’idées générales, d’un idéal d’échanges, de paix etc.). On peut aussi, par moments, être au contraire dans des formes d’oppositions, de concurrences ou de conflits masqués ou réels entre ces institutions universitaires. Les relations étudiantes ont également été observées autour de quelques études de cas.

La journée d’études proposée le 21 octobre 2022 par le laboratoire IRHIS de l’Université de Lille (Jean-François Condette) et l’unité de recherche Traverses de l’Université de Liège (Catherine Lanneau), soutenue par la Fondation de l’Université de Lille et la Revue du Nord, se place dans ces logiques d’une histoire connectée, dans la volonté d’étudier les influences réciproques entre universités, universitaires et étudiant-e-s, d’observer ce « paradigme de l’étranger », en le centrant, pour le moment, sur les relations entre les universités belges et les universités françaises, en faisant une place particulière, quand cela est possible, à l’Université de Lille. Des travaux récents ont montré la richesse de ces analyses croisées, de ces influences réciproques et permis ainsi de confirmer à la fois la force des « modèles » nationaux, peu à peu constitués, mais aussi l’importance des échanges, des influences diffuses ou plus directes de « l’étranger » sur ces mêmes modèles qui sont loin d’être étanches à toute influence extérieure, intégrant donc ces travaux dans le champ des relations à la fois politiques et culturelles internationales. Nous nous plaçons donc ici au niveau des relations franco-belges par le prisme des relations universitaires.

On peut penser, par exemple, à l’influence des travaux du médiéviste belge, professeur à l’Université de Liège puis de Gand, Henri Pirenne (1862-1935), sur les universitaires français de la même discipline. De la même manière, comment les revues scientifiques belges rendent-elles compte, ou non, des travaux réalisés par les universitaires français (et en particulier lillois) ou, à l’inverse, comment les revues et travaux scientifiques français intègrent-ils les recherches des universitaires belges ? Peut-on identifier des collaborations scientifiques fortes entre les universitaires des deux pays et sur quelles thématiques ? Les relations peuvent également être plus institutionnelles avec des échanges réguliers ou exceptionnels d’enseignants ou d’étudiants, dans les différentes disciplines (médecine, pharmacie, droit, lettres, sciences) ou dans des accords de partenariat et d’échanges entre universités, voire dans la création de consortiums transfrontaliers. Ces liens peuvent aussi être plus « politiques », dans la défense commune de certaines valeurs, au gré de l’histoire politique complexe des deux espaces pris en considération (périodes de troubles politiques, de conflits et d’occupation, de répression, etc.). On peut ainsi penser à l’aide apportée par la France aux bibliothèques universitaires belges après la Seconde Guerre mondiale ou à l’apport belge à la reconstruction de l’université de Caen. Il s’agit aussi de savoir quelle est la place des étudiant-e-s français dans les effectifs et les formations des universités belges sur ces deux siècles et, dans l’autre sens, de mieux connaître la présence des étudiant-e-s belges dans les facultés françaises ? Quelles raisons peuvent expliquer ces migrations et touchent-elles indifféremment les facultés ? Existe-t-il des échanges entre les associations d’étudiants belges et françaises et pour quelles finalités ?

Échéancier et modalités des propositions des contributions

La publication dans un numéro thématique de la Revue du Nord sera précédée d’une journée d’études, programmée le vendredi 21 octobre 2022, à l’Université de Lille (laboratoire IRHIS, UMR-CNRS 8529) qui permettra de présenter les contributions, d’échanger sur leurs apports avant la remise des textes enrichis.

 -Proposition de contribution : à envoyer avant le 30 janvier 2022 à : jeanfrancois.condette [at] univ-lille.fr et à C.Lanneau [at] uliege.be.

 La proposition comprendra :

  • – l’identité de la personne qui propose la contribution, son statut et son rattachement institutionnel (université, laboratoire), son adresse électronique ;
  • – le titre de sa contribution ;
  • – un résumé de 15-20 lignes explicitant la problématique majeure ;
  • – une présentation rapide des sources qui seront étudiées.

Les textes définitifs seront à rendre pour le 20 décembre 2022 : texte de 80.000 signes (espaces compris) ; les normes de mise en page seront communiquées ultérieurement.

Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon

https://calenda.org/920263

« Qui gardera les enfants ? », se demandait l’historienne et mère Yvonne Kniebiehler en publiant ses mémoires. La question occupe l’actualité depuis plus d’un demi-siècle. Pourtant, la perspective historique sur cette période reste aujourd’hui étonnamment absente.

Continuer la lecture de « Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon »

Parution – “Varia”, History of Education, Volume 49, Issue 3 (2020)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/49/3?nav=tocList

Comenius, moral and pious education, and the why, when and how of school discipline

Björn Norlin

Challenging the bifurcation of nature: women workers’ education through process philosophy

Maria Tamboukou

Science in the making: 1930s citizen science on the BBC

Allan Jones

A history of higher and professional correspondence education in the UK

Stephen A. Hunt

Communism, anti-communism and education in Greece from the Axis occupation until the early Cold War era (1944–1967)

Sofia Iliadou-Tachou

Reforming education in post-partition Northern Ireland: state control and churches’ interference

Cecilia Biaggi

Folded Files, Unfolding Narratives: Psycho-Pedagogical Observation in the Belgian Juvenile Reformatories, 1912–1945.

Sarah Van Ruyskensvelde & Laura Nys

Parution – “The history of mathematics education in Latin America”, revue Historia y Memoria de la Educación, No. 11 (2020)

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1347

Introduction

Special Issue

Historical Researches

Essays

Parution – “Educating the Volksgemeinschaft Authoritarian ideals and school reforms in Europe’s fascist era”, revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 5 (2020)

Parution – Varia, revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 3 (2020)

Parution – José María Hernándea Días (dir.), “Influencias belgas en la educación española e iberoamericana”, 2019.

Érase una vez un joven y pequeño país de manos y brazos alargados, colocado en una posición estratégica entre grandes de Europa, guardando siempre el equilibrio, que aspiró siempre a educar y formar a sus ciudadanos con criterio armonioso, práctico y científico, y fue alcanzando cotas de bienestar, cultura y vida democrática que le convierten en la envidia de medio mundo. Hablamos de Bélgica y su educación, pero sobre todo de la proyección e influencias externas e internacionales que logra alcanzar, apoyada en su sentido práctico para orientar la formación y la educación de niños, jóvenes y adultos.

Bélgica es un crisol de culturas, lenguas y tradiciones que marcan su tradición educativa y pedagógica, pero que la conforman con identidad propia. Su educación es tal vez la mejor expresión de lo indicado, porque además ha contado entre sus paisanos con ilustres pedagogos y paidólogos, como Sluys, Ovidio Decroly, que han alcanzado proyección y gloria en todo el mundo, en sus diferentes continentes. La pedagogía experimental y el movimiento paidológico hallan en la naciente pedagogía belga uno de los mejores climas para hacer crecer la pedagogía contemporánea. También porque la intelectualidad católica situada en el ámbito de las ciencias sociales, y en particular en la psicología y la pedagogía, han encontrado en la Universidad Católica de Lovaina un referente de visita obligada. O porque desde el movimiento obrero organizado del XIX ha ido cuajando una metodología y apuesta institucional de perfil católico que generó varios movimientos católicos de acción social y educativa que han sido transferidos al catolicismo y a muchas partes del mundo. Y en la antítesis, igualmente desde el movimiento socialista en Bélgica van madurando proyectos de educación popular, como el de Charleroi, que convierten a esta nación en punto obligado de contraste para una institución educativa cualquiera que pretenda impulsar la educación popular desde supuestos socialistas.

Finalmente, y desde una posición internacional, Bélgica desempeñó en África, desde hace algo más de cien años, y en concreto en el Congo, tareas colonizadoras de pequeño gran coloso admitido por otras potencias, que también han dejado un rastro educativo profundo en el corazón del África Subsahariana hasta nuestros días. Los trabajos que se recogen en esta obra hablan de todo ello, de innovación educativa, de pedagogía científica, de colonización y escuela en el Congo, de autores pedagógicos de referencia, de pedagogía católica, de guerras ideológicas fuertes entre católico y protestantes que viven bajo el mismo techo. Forman un elenco muy valioso de temas y autores destacados en la pedagogía contemporánea que vive en Bélgica y en Europa un dulce momento.

JE – “La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles)”, 27 mars 2020, reporté au 9 octobre 2020, Université d’Artois.

La journée d’étude s’intéresse à ce qui compose le quotidien des étudiant(e)s jusqu’à aujourd’hui : les difficultés matérielles et universitaires, les différents modes d’intégrations et leurs engagements dans la vie de leur ville et de leur pays.

Reporté au 9 octobre 2020

Programme

  • A partir de 08h45 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois (Salle R1)
  • 09h20-09H30  Mot d’accueil par le Professeur Charles GIRY-DELOISON, directeur du CREHS de l’Université d’Artois
  • 09h30-09h45 Introduction de la journée par Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante  

Modératrice :  Carole CHRISTEN, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille, laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529-UDL) 

  • 09h45-10h10 Jacqueline ESTRAN, maîtresse de conférences en langue et littérature chinoises à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, laboratoire IETT (EA 4186)  – Les étudiantes de l’Institut franco-chinois (1921-1946) : conditions de vie et d’études et intégration à l’université française.
  • 10h10-10h35 Arnaud DESVIGNES, enseignant certifié au collège-lycée Stanislas, Paris ; docteur en histoire contemporaine Paris-Sorbonne, chercheur rattaché au laboratoire CAREF (université de Picardie) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris-Sorbonne) – « Les damnés de la thèse ». La vie quotidienne d’un enseignant-étudiant inscrit en thèse d’État (1880-années 1990).
  • 10h35-10h45  Questions et débats avec la salle
  • 10h45-11h00  Pause

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante –suite-

Modératrice : Stéphanie DAUPHIN, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 11h00-11h25  Marie-Elise HUNYADI, ATER en Sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, docteure en sciences de l’éducation (Genève-Paris-Descartes), laboratoire CERLIS (UMR 8070) –Paris-Descartes – Soigner les étudiantes parisiennes durant l’entre-deux-guerres : l’exemple de la « Mutuelle étudiante » du Foyer international des étudiantes.
  • 11h25-11h50  Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois- Financer ses études : les « petits boulots » occupés par les étudiantes durant l’entre-deux-guerres.
  • 11h50-12h00  Questions et débats avec la salle
  • 12h00-13h30 Pause repas (les intervenants sont invités ; les auditeurs peuvent déjeuner au restaurant universitaire juste à côté de la Maison de la recherche)

Cultures, croyances, folklores étudiants

Modérateur : Stéphane LEMBRE, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 13h30-13h55  Virgile  ROYEN – Doctorant à l’Université de Liège – La mobilisation des étudiants de l’Université de Liège contre la ‘flamandisation’ de l’Université de Gand (1920-1923) : mouvement nationaliste ou mouvement corporatif ? 
  • 13h55-14h20  Clément MILLON, Enseignant-chercheur vacataire à l’Institut catholique de Lille –Réjouissances et fêtes dans le monde étudiant à l’Institut Catholique de Lille dans les années 1920 à 1930.
  • 14h20-14h45  Bernard GIROUX, professeur agrégé d’Histoire-géographie, docteur en histoire contemporaine (IEP de Paris), enseignant au lycée Dessaignes (Blois) – Valeurs et pratiques religieuses des étudiants français à la veille de Mai 68.
  • 14h45-15h00  Questions et débats avec la salle
  • 15h00-15h15  Pause

Engagements étudiants dans la vie de la Cité  

Modératrice : Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, maîtresse de conférences en sociologie, INSPE-Académie de Lille-HDF, laboratoire RECIFES-Université d’Artois, Centre de recherches Sociologiques et Politiques de Paris-Cultures et Sociétés Urbaines (CRESPPA-CSU)

  • 15h15-15h40   Bryan MULLER, certifié d’histoire-géographie, doctorant contractuel chargé d’enseignement à l’Université de Lorraine, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH, EA 3945)- Les contestations politiques étudiantes post-soixante-huitardes (1969-1973).
  • 15h40-16h05   Anthéa CHENINI, doctorante contractuelle à l’Université de Limoges, Groupe de Recherche et Sociologiques sur les sociétés Contemporaines (GRESCO, EA 3815) – Surveiller et produire « les gauchistes » des années 68 : les militants de l’UNEF poitevine dans le miroir du pouvoir.
  • 16h05-16h30   Jean-Philippe TONNEAU, docteur en sociologie et Post-doctorant au Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025) de l’Université de Nantes) – Les étudiants en droit d’extrême-gauche à l’Université dans les années 1970, un engagement total ? L’exemple des membres du Mouvement d’Action Judiciaire.
  • 16h30-16h45 Questions et débats avec la salle
  • 16h45-17h00  Brèves conclusions de la journée par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Thèse en cours: La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe s.

Mara Donato Di Paola prépare une thèse sous la direction de Cécile Vanderpelen-Diagre (Université Libre de Bruxelle) sur le thème: “La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe siècle (1850-1914)“.

Présentation:

Ce projet a pour ambition d’éclairer un aspect encore largement méconnu de l’histoire politique et sociale des bourgeoisies éduquées en Europe au XIXe siècle : le rôle joué par l’enseignement des lettres dans les écoles secondaires publiques dans le processus de construction de l’identité nationale, par le biais de l’enseignement des langues nationales et de la promotion de la culture humaniste par les professeurs. Cette recherche prendra la forme d’une étude comparée de cette problématique en Belgique et en Italie durant la période (1850-1914), au cours de laquelle les deux pays se trouvent dans des situations très comparables. Il s’agit en effet de deux États jeunes confrontés aux réalités du multilinguisme. Mené en s’appuyant sur une série de travaux sur l’histoire belge et italienne, l’histoire de l’enseignement dans les deux pays et l’histoire des bourgeoisies éduquées en Europe, le projet s’articule autour de trois axes de recherche. Le premier concerne le contexte politique et institutionnel : le développement progressif d’un enseignement étatique, la professionnalisation de la carrière professorale, l’évolution des programmes d’enseignement dans le domaine des lettres. Le deuxième axe concerne le rôle de l’enseignement des langues nationales dans le processus de construction de l’identité nationale dans les deux pays. Le troisième axe porte sur la fonction et la figure des professeurs de lettres en tant qu’intelligentsia promotrice de la culture humaniste.

 

Parution: War, Schooling and Education

Le dernier numéro de la revue War & Society consacre son dossier à “War, Schooling and Education” (33/1, 2014).

Sommaire:

  • “War Pedagogy in the German Primary School Classroom During the First World War”, Carolyn Kay
  • “Teacher Education in Finland during the War Years, 1939–45”, Merja Paksuniemi, Satu Uusiautti and Kaarina Määttä
  • “Education in Turmoil: Developments in Belgian Catholic Education in the Face of National Socialism in the 1940”, Sarah Van Ruyskensvelde
  • “Imagining a Democratic Future, Forgetting a Worrisome Past: Educational Policy, School Textbooks, and Teachers under the Franco Regime”, Tamar Groves and Cecilia Milito Barone

Parution: Enfances déplacées en situation coloniale

Le dernier numéro de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (14/2013) est consacré aux “Enfances déplacées. I. en situation coloniale“.

Ce numéro considère la portée du projet colonial du XIXe et XXe siècle en Rhodésie du Sud, au Ruanda-Urundi, l’ex-Indochine, Australie, Québec et en URSS. Il analyse la manière dont le pouvoir colonial s’est appliqué à façonner les sociétés indigènes, organisant la migration de dizaines de milliers d’enfants contre leur gré, sans égards pour les racines culturelles des jeunes ainsi (dé)placés. Ce volume témoigne de la souffrance et des résistances de ces enfants.

JE: Histoire et quantification de l’éducation et de la formation

La journée d’études du 5 avril 2013, « Histoire et quantification de l’éducation et de la formation», coorganisée par la revue Histoire & Mesure, le Centre de recherches historiques (UMR 8558 CNRS-EHESS) et l’université Paris 13, vise à dresser un bilan des nouvelles directions de la recherche et du renouvellement des méthodes employées en histoire de l’éducation et de la formation. La journée d’études permettra de mettre en lumière la diversité des approches proposées par l’histoire des politiques éducatives, l’histoire des disciplines ou par l’étude des profils d’étudiants ou d’enseignants, dans une perspective internationale portant sur l’Europe (France, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Roumanie, Hongrie, Grande-Bretagne) et l’Amérique du Nord (États-Unis et Québec). Continuer la lecture de « JE: Histoire et quantification de l’éducation et de la formation »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search