Parution – Santiago Santiño, “Pascual de Gayangos. Erudición y cosmopolitismo en la España del XIX” [Pascual de Gayangos. Erudition et cosmopolitisme dans l’Espagne du XIXe siècle], UE, 2018

http://www.urgoitieditores.com/libros/monografias/pascual-gayangos-erudicion-cosmopolitismo-la-espana-del-xix/

Français

“Gayangos était le sol propice ; Codera, la racine qui soutient ; Ribera, le tronc vigoureux ; Asín, la fleur et le fruit”. C’est par cette phrase heureuse, qui comble le premier siècle de l’arabisme en Espagne, que le grand arabisant Emilio García Gómez a fait ses adieux à son maître, Miguel Asín Palacios, en 1944.

Codera, Ribera et Asín, les véritables pères de la spécialité dans notre pays, ont déjà mérité des études et des ouvrages monographiques (certains publiés dans cette même maison d’édition). Mais la figure énorme et multiforme de Pascual de Gayangos (1809-1897), le terreau d’où jaillissent de si beaux fruits, n’avait pas connu un tel succès. La complexité même du personnage, qui est bien plus que notre premier arabisant : il est aussi un chercheur infatigable, un érudit aux multiples facettes, un traqueur infatigable parmi les papiers et les vieilles librairies, et un médiateur culturel entre l’Espagne et l’Angleterre, où il a passé la moitié de sa vie, a exigé un travail de recherche herculéen, dans des bibliothèques et des archives à l’autre bout du monde, auquel personne ne s’était attaqué jusqu’à présent. Santiago Santiño a consacré le meilleur de lui-même et de sa carrière de chercheur pour pouvoir présenter comme il le mérite un personnage qui représente un siècle entier de la vie culturelle et scientifique de notre pays.

Espagnol

«Gayangos fue el terreno propicio; Codera, la raíz sustentadora; Ribera, el vigoroso tronco; Asín, la flor y el fruto». Con esta frase afortunada, que llena el primer siglo del arabismo en España, despedía en 1944 el gran arabista Emilio García Gómez a su maestro, Miguel Asín Palacios.

CoderaRibera y Asín, los verdaderos padres de la especialidad en nuestro país, merecieron ya estudios y trabajos monográficos (algunos de ellos publicados en esta misma editorial). Pero la enorme y polifacética figura de Pascual de Gayangos (1809-1897), el terreno del que brotaron frutos tan hermosos, no había tenido tanto éxito. La propia complejidad del personaje, que es mucho más que nuestro primer arabista: también investigador infatigable, erudito polifacético, rastreador incansable entre papeles y librerías de viejo, y mediador cultural entre España e Inglaterra, donde pasó media vida, exigía una tarea hercúlea de investigación, en bibliotecas y archivos de medio mundo, que nadie había abordado hasta el presente. Santiago Santiño ha dedicado lo mejor de sí mismo y de su carrera como investigador para poder presentar como merece a un personaje que es todo un siglo de la vida cultural y científica de nuestro país.

Parution – Luigiaurelio Pomante, “Giuseppe Bottai e il rinnovamento fascista dell’università italiana (1936-1942)” [Giuseppe Bottai et le renouveau fasciste de l’université italienne (1936-1942)], Franco Angeli, 2018

https://www.francoangeli.it/Ricerca/scheda_libro.aspx?Id=24551

Français

En analysant les mesures adoptées par son département et certaines des initiatives significatives promues par Giuseppe Bottai, comme le recueil de monographies sur les universités (1939) et le “Primo Convegno nazionale per la storia delle università italiane” (1940), ce travail se concentre sur le projet de rénovation des universités italiennes dans une tonalité fasciste, comme le souhaitait le ministre de l’Éducation nationale. L’auteur, s’appuyant sur un large éventail de sources d’archives et de documents imprimés, reconstitue dans les moindres détails la tentative courageuse de Bottai de redonner aux universités italiennes, “parmi les institutions les plus glorieuses de la patrie” et lieux de formation par excellence de la nouvelle classe dirigeante, un rôle de premier plan sur la scène universitaire internationale.

Luigiaurelio Pomante, chercheur à durée déterminée de type B (“senior”) en histoire de la pédagogie au département des sciences de l’éducation, du patrimoine culturel et du tourisme de l’université de Macerata, enseigne l’histoire de l’éducation et est membre du conseil d’administration du centre de documentation et de recherche sur l’histoire des livres scolaires et de la littérature pour enfants de l’université de Macerata. Rédacteur en chef de la revue scientifique internationale “History of Education & Children’s Literature”, il a publié plusieurs contributions sur l’histoire de l’enseignement supérieur et des universités à l’époque moderne et contemporaine, dont Per una storia delle università minori. Il caso dello Studium generale Maceratense tra Otto e Novecento (Macerata 2013) ; Entre histoire et historiographie. Recherche sur les universités italiennes contemporaines (Macerata 2014) ; Confiance en l’homme et en l’intelligence humaine. La Federazione Universitaria Cattolica Italiana (FUCI) dalle origini al ’68, (Macerata 2015) et Un grand laboratoire de recherche sur l’histoire de l’université et l’enseignement supérieur en Espagne : Instituto Antonio de Nebrija de Estudios sobre la Universidad, 1997-2009 (Madrid 2017).

Italien

Attraverso l’analisi dei provvedimenti adottati in materia dal suo dicastero e di alcune significative iniziative promosse da Giuseppe Bottai, quali la collezione di monografie sulle università (1939) e il “Primo Convegno nazionale per la storia delle università italiane” (1940), il presente lavoro si sofferma sul progetto di rinnovamento in chiave fascista dell’Università italiana auspicato dal ministro dell’Educazione Nazionale. L’autore, avvalendosi di un’ampia messe di fonti archivistiche e a stampa, ricostruisce con dovizia di particolari il coraggioso tentativo di Bottai di restituire agli atenei della penisola, “tra le più gloriose istituzioni della Patria” e luoghi di formazione per eccellenza della nuova classe dirigente, un ruolo di primo piano nel panorama universitario internazionale.

Luigiaurelio Pomante
, ricercatore a tempo determinato di tipo B (“senior”) in Storia della Pedagogia presso il Dipartimento di Scienze della formazione, dei Beni culturali e del Turismo dell’Università degli Studi di Macerata, insegna Storia dell’educazione ed è membro del consiglio direttivo del Centro di documentazione e ricerca per la storia del libro scolastico e della letteratura per l’infanzia dell’Ateneo maceratese. Redattore capo della rivista scientifica internazionale “History of Education & Children’s Literature”, ha pubblicato diversi contributi sulla storia dell’istruzione superiore e delle università in epoca moderna e contemporanea, tra i quali Per una storia delle università minoriIl caso dello Studium generale Maceratense tra Otto e Novecento (Macerata 2013); Between History and Historiography. Research on Contemporary Italian University (Macerata 2014); “Fiducia nell’uomo e nell’intelligenza umana”. La Federazione Universitaria Cattolica Italiana (FUCI) dalle origini al ’68, (Macerata 2015) e A great research lab on University History and Higher Education in Spain: Instituto Antonio de Nebrija de Estudios sobre la Universidad, 1997-2009 (Madrid 2017).

Publication : Armand Lattes, “Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire (1854-1941)”

Couverture de l’ouvrage : Armand Lattes, Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire 1854-1941. Nouveau Monde, 2019.

Résumé : prix Nobel de chimie en 1912, un an après Marie Curie, Paul Sabatier demeure étrangement méconnu en dehors de Carcassonne où il a vu le jour, et de Toulouse où il a enseigné pendant plus d’un demi-siècle. Les travaux de ce grand savant continuent pourtant de marquer la science d’aujourd’hui et ses applications : si les astronautes de la Station spatiale internationale n’ont pas besoin de se faire ravitailler en eau, c’est en effet grâce à un procédé catalytique qu’il a inventé il y a plus de cent ans.

Et derrière le chimiste, il y a un homme au parcours atypique. Issu d’un milieu modeste, il doit son ascension à son travail et aux organismes d’enseignement et de recherche de la République. Conservateur et profondément croyant, il a toujours été fidèle à ses idées malgré les conséquences qui en ont résulté pour sa carrière. Régionaliste, il a refusé tout poste parisien et a oeuvré toute sa vie pour aider au développement économique de sa région.

Paul Sabatier défie l’image couramment admise du savant. À travers cette biographie foisonnante, la première à lui être consacrée, Armand Lattes rend un hommage attendu à celui qui fut le pionnier de la chimie moderne.

Publication – Charles Mercier, “René Rémond”

Présentation de l’éditeur : Qui ne se souvient du long visage de René Rémond (1918-2007), familier durant des années du petit écran les soirs d’élections ? Qui mieux que lui a traversé le XXe siècle avec ses multiples soubresauts, de l’impact des deux guerres à Mai 68, du choc de Vatican II à la sécularisation, des idéologies d’hier aux mentalités politiques d’aujourd’hui ? Plus que d’autres sans doute, il mérite le titre rare « d’historien du présent ». Charles Mercier retrace le parcours de cette figure éminente qui a formé des générations d’étudiants, sous ses différentes facettes. Celle du chercheur libre qui se consacre aux idées politiques dans la durée, au risque d’apparaître marginal. Celle de l’universitaire institutionnellement impliqué, qui préside l’Université de Nanterre et la Fondation nationale des sciences politiques. Celle de l’académicien et expert aussi, sollicité par la République pour résoudre les questions sensibles. Et surtout, il dresse le portrait d’un intellectuel chrétien engagé pour un catholicisme d’ouverture, de l’Action catholique de sa jeunesse au groupe Paroles, mais qui, au soir de sa vie, s’inquiète de l’antichristianisme. Comme l’écrit avec sympathie Pierre Nora dans sa préface : « De la Jeunesse étudiante chrétienne à la consécration publique, Charles Mercier restitue avec justesse et précision l’unité de ce parcours et la courbe de cet épanouissement. »

Séminaire: L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques

Voici le programme du séminaire « L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques », organisé au centre Koyré par Anne Collinot.

Dans ce cadre, Lewis Pyenson (Western Michigan University) donnera une conférence intitulée: « Les idées et la vie intime : le mariage des Sarton et la genèse d’une discipline savante ».

La conférence aura lieu le 25 novembre 2013, de 15h30 à 17h30 au Centre Alexandre Koyré [27 rue Damesme, 5ème étage, 75013 Paris (métro Tolbiac)].

Depuis quatre-vingts ans, le projet d’une histoire sociale des idées scientifiques reparaît à plusieurs reprises sans avoir encore livré un schéma transférable d’une époque à une autre. Nous traiterons de la pertinence d’une configuration sociale manifeste dans toute époque, la vie intime, comme lieu où s’engendrent des idées scientifiques. La vie de George Sarton, savant, et de son épouse Mabel Elwes, artiste, nous permet de voir jusqu’à quel point un mariage turbulent pourrait fournir des éléments pour comprendre la genèse d’une discipline scientifique : l’histoire des sciences aux Etats-Unis.

Lewis Pyenson est professeur d’histoire. Il a publié The Passion of George Sarton: A Modern Marriage and Its Discipline (Philadelphia: American Philosophical Society, 2007).

Rappel du programme des séances suivantes :

  • 02/12/2013      Isabelle Gouarné (Centre Alexandre Koyré) « Vie savante et engagement politique. Deux études de cas : Jean-Maurice Lahy et Georges Friedmann».
  • 09/12/2013      Céline Surprenant (Assistante de recherche au Collège de France) « Loger et travailler au Collège de France selon Ernest Renan ».
  • 16/12/2013      Claudine Fontanon (EHESS Centre Alexandre Koyré) « Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers (1819-1920): vies et carrières au service de l’enseignement populaire ». Continuer la lecture de « Séminaire: L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques »

Coll: Vies de savants et éthique des savoirs

Le Cirphlès organise les 14 et 15 novembre 2013 un colloque sur le thème: “Vies de savants et éthique des savoirs. Pouvoirs du récit biographique dans les sciences, XVIe-XXIe siècles”.

Présentation:

« L’art, c’est moi, la science c’est nous », disait Claude Bernard. La science est parfois décrite comme une entreprise collective et impersonnelle, où les caractères et les trajectoires individuels de ceux qui font la science ne jouent au mieux qu’un rôle anecdotique. Pourtant, on ne se lasse pas de raconter la vie de ceux qu’on appelle, selon les époques, les « savants », les « hommes de science », ou encore les « scientifiques ». Biographies, autobiographies, éloges académiques, nécrologies, notices encyclopédiques, discours commémoratifs, etc. sont autant de formes prises par ces récits de vie qui, depuis la Renaissance, construisent et popularisent la figure du savant. Les fonctions de ces récits sont diverses: percer à jour et célébrer les héros de la science ; forger des vies exemplaires susceptibles de fédérer et d’inspirer une discipline particulière ou la communauté scientifique dans son ensemble ; légitimer l’entreprise scientifique et en transmettre les valeurs ; la rendre accessible et attrayante pour le profane ou le néophyte ; et dans le cas plus particulier de l’autobiographie, évaluer et défendre sa vie et son œuvre, justifier certains choix de vie intellectuels ou éthiques, ou créer son propre mythe. Qu’ils soient écrits du dehors des sciences ou par les scientifiques eux-mêmes, qu’ils s’adressent au grand public ou à la communauté savante, ces récits biographiques sont des vecteurs importants de la formation et de la diffusion des identités savantes et de la perception des scientifiques par la société.

Ce matériau historique abondant, qui a récemment attiré l’attention des historiens des sciences, peut être exploré de multiples manières. On peut par exemple s’interroger sur la biographie comme genre à pratiquer, c’est-à-dire sur la légitimité et la valeur qu’il convient d’accorder au genre biographique comme forme de l’histoire des sciences, ou encore sur la manière adéquate de raconter la vie d’un homme ou d’une femme de science. On peut aussi s’intéresser au rôle du biographique dans l’histoire des sciences – à la façon dont les sciences s’ancrent dans des vies individuelles, et aux ressources qu’offrent les récits biographiques à qui veut comprendre les sciences. Ce colloque, quant à lui, se propose d’aborder les récits biographiques moins comme des outils que comme des objets de l’histoire des sciences, et en particulier, d’étudier le rôle joué par ces récits dans la constitution de l’ethos savant et dans l’image publique des scientifiques.

Programme

Séminaire: L’enquête biographique dans l’étude des sciences

Anne Collinot (CNRS, Centre Alexandre Koyré) organise un séminaire sur “L’enquête biographique dans l’étude des sciences. Vie et travail scientifiques”.

Présentation et programme:
Dans le sillage du renouveau récent de la réflexion sur l’enquête biographique comme outil de connaissance pour l’étude des sciences, le séminaire se propose d’examiner plus particulièrement le « mode de vie » savant. Loin de considérer le genre biographique comme objet en soi, notre exploration vise à éclairer les façons multiples dont les pratiques du savoir s’intègrent autant dans l’existence individuelle que dans la vie collective des chercheurs. Adoptant une perspective comparatiste, nous appliquons cette approche également à d’autres existences vouées aux savoirs, comme celles des lettrés, des philosophes ou des érudits.
Entendu ainsi au sens large, le travail savant, qu’il aboutisse à une réalisation extraordinaire ou aux productions plus triviales de la science dite normale, est le fruit d’une existence quotidienne, tantôt solitaire, tantôt partagée, qui appelle une organisation, une gestion du temps, l’adoption de règles de vie et la conciliation des contraintes variées propres à toute existence humaine. Les chercheurs et les savants donnent souvent à leur vie des formes singulières, dont nous continuerons cette année de restituer les contours, afin de porter un éclairage plus précis sur un ensemble de déterminants décisifs, et néanmoins rarement objectivés, du travail scientifique.

  • 04/11/2013      Anne Collinot (CNRS Centre Alexandre Koyré): Introduction et présentation du programme.
  • 18/11/2013      William Marx (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense): « Écrire la vie du lettré ».
  • 25/11/2013      Lewis Pyenson (Western Michigan University): « Les idées et la vie intime : le mariage des Sarton et la genèse d’une discipline savante ».
  • 02/12/2013      Isabelle Gouarné (Centre Alexandre Koyré): « Vie savante et engagement politique. Deux études de cas : Jean-Maurice Lahy et Georges Friedmann».
  • 09/12/2013      Céline Surprenant (Assistante de recherche au Collège de France): «Loger et travailler au Collège de France selon Ernest Renan ».
  • 16/12/2013      Claudine Fontanon (EHESS Centre Alexandre Koyré): « Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers (1819-1920): vies et carrières au service de l’enseignement populaire ».

Le programme des six séances du 6 janvier au 10 février 2014 sera communiqué ultérieurement.

Le séminaire est ouvert aux chercheurs, doctorants et étudiants de master (séminaire semestriel M1S1, M2S3).
Pour tout renseignement, envoyer un message à Anne.Collinot [at] ehess.fr

Le séminaire a lieu le lundi de 15h30 à 17h30, du 4 novembre 2013 au 10 février 2014, au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 5ème étage, 75013 Paris (métro Tolbiac).

Séminaire: Enfance, jeunesse, éducation, genre, XIXe-XXIe siècles

Voici le programme du séminaireEnfance, jeunesse, éducation, genre, XIXe-XXIe siècles” pour le second semestre 2013.

Université Paris-Sorbonne – Maison de la Recherche – 28, rue Serpente, Salle D 116 – Mercredi, 14h-16h – Professeur Jean-Noël Luc – jnoel.luc [at] gmail.

Ouvert depuis 1998, ce séminaire articule trois champs d’étude :

  • 1. La construction sociale des périodes de l’existence avant la vie adulte.
  • 2. La socialisation et la construction de l’identité, sexuée, sociale, communautaire, des enfants, des adolescents et des jeunes, par la famille, les multiples structures de formation et de protection (en particulier, en cas de maltraitance), le travail, les formes de sociabilité et les loisirs spécifiques à chaque tranche d’âge, les mouvements associatifs (particulièrement le scoutisme), la contestation, la déviance. Continuer la lecture de « Séminaire: Enfance, jeunesse, éducation, genre, XIXe-XXIe siècles »

Parution: Histoires individuelles, histoires collectives. Sources et approches nouvelles

Vient de paraître: Histoires individuelles, histoires collectives. Sources et approches nouvelles, sous la direction de Christiane Demeulenaere-Douyère et d’Armelle Le Goff, Paris, Editions du CTHS, 2012, 267 p. [ISBN 978-2-7355-0774-0].

Présentation:
Les sources utiles à la généalogie, à la biographie et à la prosopographie ne se limitent pas aux registres paroissiaux ou d’état civil et aux minutes notariales. Nombre d’organismes, publics et privés, ont accumulé des renseignements sur toutes sortes d’individus. C’est à ces autres sources que le présent ouvrage introduit, en attirant l’attention sur des fonds peu connus ou insuffisamment exploités et des outils de recherche nouveaux. Il offre un regard original sur les dictionnaires biographiques et présente, à titre d’illustration, une recherche sur les musiciens d’église dont les résultats se situent entre histoire individuelle et radioscopie d’un groupe social. Continuer la lecture de « Parution: Histoires individuelles, histoires collectives. Sources et approches nouvelles »

Parution: Les uns et les autres… Biographies et prosopographies en histoire des sciences

un avis de parution susceptible d’intéresser du monde par la diversité des objets considérés et l’approche en terme de méthode:
Laurent Rollet et Philippe Nabonnand (éd.), Les uns et les autres… Biographies et prosopographies en histoire des sciences

Présentation:
Les approches biographiques et prosopographiques sont-elles incompatibles avec les pratiques de l’histoire des sciences ? Continuer la lecture de « Parution: Les uns et les autres… Biographies et prosopographies en histoire des sciences »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search