Publication – Jean-Louis Guereña et Alejandro Tiana Ferrer (dir.), « Formas y espacios de la educación popular en la Europa mediterránea (Siglos XIX y XX) », 2016.

Esta obra colectiva se propone explorar varias facetas de la historia de la educación popular en la Europa mediterránea en los siglos XIX y XX, sobre la cual no existe ningún ensayo similar. El lector encontrará a la vez amplias síntesis que cubren el conjunto de la época contemporánea y estudios más concretos relativos entre otros puntos a clases para adultos y obreros, escuelas de formación profesional, Universidades Populares, cine documental y bibliotecas de sociedades populares. Al abordar los territorios y las formas de la educación popular, cabe interrogarse históricamente en torno a los destinatarios de las varias iniciativas de educación popular, o sea las «clases populares» (por su exclusión de las redes escolares), pero también al conjunto de los actores y a las estrategias que les movieron a impulsar tales iniciativas. El estudio del contenido de la formación recibida, sus finalidades explícitas e implícitas (disciplina social, moralización, productivismo o autonomía personal, promoción social) puede ayudarnos a perfilar estos modelos y valorar el crisol de experiencias comunes, dentro de determinados espacios de sociabilidad popular.

Parution – Marie-Thérèse Duffau, « Bruno de Solages Biographie d’un intellectuel engagé (1895-1983) », 2019.

Pierre Téqui éditeur, 2019.

Hormis un recueil de témoignages et des actes de colloque, Bruno de Solages n’a fait l’objet d’aucune étude approfondie, moins encore d’une biographie, malgré l’importance de son parcours d’intellectuel catholique engagé, dans des moments de crises cruciales, tant dans l’histoire de l’Église que de l’Europe en guerre.

Marqué par les personnalités du Cardinal Mercier et du Père Lagrange, il démissionne de son poste de rédacteur en chef à la Revue apologétique quand un article contre l’Action française est refusé. Thomiste, il s’intéresse à la patristique, mais encourage aussi les groupes d’Action catholique, souhaite rapprocher science et foi, s’engage en philosophe chrétien pour défendre Blondel.

Repéré aux Semaines sociales par Mgr Saliège, il devient recteur de l’Institut catholique de Toulouse en 1932, charge qu’il garde jusqu’en 1964, y enseignant aussi la théologie. Appliquant la constitution Deus Scientiarum Dominus, il agrandit l’Institut catholique, ouvre un séminaire et lance des cours de théologie pour les laïcs; dès les années 1930, il en fait un lieu de refuge pour les persécutés et les opposants aux régimes totalitaires. Membre actif de la Résistance spirituelle et intellectuelle contre le nazisme et Vichy, il est déporté en 1944.

À partir de 1945, il devient le défenseur de la théologie française en aidant Teilhard de Chardin, dont il diffuse la pensée, et Henri de Lubac. Très actif sur tous les fronts, il publiera tardivement les œuvres pensées dans sa jeunesse. 

AàC – Enfance, jeunesse et missions chrétiennes. XIXe-XXIe siècles

En 2019, le Centre de Recherches et d’Echanges sur Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) consacre son colloque à la jeunesse chrétienne. Organisée dans la catéchèse ecclésiale comme dans des mouvements para-ecclésiaux ou dans des programmes d’engagement volontaire, elle a constamment été au centre des préoccupations des organismes missionnaires. En Europe, comme en Afrique, en Asie et dans les Amériques, elle a été un acteur et un destinataire des activités des Églises et des organisations missionnaires. L’objectif de ce colloque est d’étudier sous les angles historiques, anthropologiques, sociologiques comme psycho-pédagogiques, la place que tient la jeunesse — de l’enfant au jeune adulte — dans les missions outre-mer et dans les Eglises du Sud, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Parution – Charles-Édouard Harang, « Jeunes filles et jeunes gens catholiques. De la garçonne au mariage pour tous »

Il s’agit de comprendre les métaphores catholiques à travers le prisme de la jeunesse. Il s’agit de comprendre l’évolution de la place d’une religion majoritaire qui devient minoritaire dans sa pratique et moins influente culturellement. Qu’est-ce qui a changé, qu’est-ce qui a été maintenu ? Comment les catholiques conçoivent-ils la mixité ? Existe-t-il plusieurs approches ? 
Voici une analyse moins théorique qu’empirique basée sur des sources variées.