AàC – Quelle éducation à la citoyenneté pour quelle démocratie? Perspectives transnationales du XIXe au XXIe siècle (Paris, 1-3 avril 2020)

  • 31 octobre 2019 : deadline propositions
  • 1-3 avril 2020 : colloque

Quel citoyen et quelle citoyenne pour quelle démocratie? Avec l’extension progressive du suffrage, dès lors que la politique ne se laissait plus penser sans le corps électoral, philosophes, politiques, pédagogues, activistes, citoyennes et citoyens, ont mis en discussion différentes approches de l’éducation à la citoyenneté. Dès la fin du XVIIIe siècle, leurs réflexions, du développement de »valeurs républicaines«, d’une »culture politique démocratique« (»demokratische politische Kultur«) jusqu’à l’idée d’une émancipation »par le bas«, se sont retrouvées aussi bien à l’école que dans les pratiques d’acteurs non-étatiques. En sciences humaines et sociales, ces apports théoriques et pratiques à la question de la citoyenneté sont le plus souvent construits comme des cas d’étude séparés, dans des contextes nationaux pensés comme cloisonnés. Ils sont pourtant traversés de questions récurrentes. Comment articuler l’individuel et le collectif? Comment faire valoir l’éducation à la citoyenneté sans la prescrire? S’agit-il de favoriser l’adhésion des citoyens au projet démocratique avec toutes ses imperfections, ou de rendre possible sa critique et, partant, l’émancipation politique?

Avec l’objectif d’historiciser les diverses réponses à ce défi démocratique, le colloque réunira des spécialistes de différents pays et disciplines telles que l’histoire, la philosophie, les sciences de l’éducation, la science politique ou la sociologie.

En ligne: L’école et la Nation

Le livre L’école et la Nation, dirigé par Charles Heimberg, Benoit Falaize et Olivier Loubes [ENS éditions, 2013 ] est disponible pour une lecture en ligne sur Open Book.

Présentation: Une vieille question, si nationale. « Et d’abord, l’école n’est pour rien dans la création de la nation française », affirme d’emblée Antoine Prost. Pourtant, en France, dès lors que la société et le pouvoir politique s’interrogent sur la nation et ses troubles, c’est à l’école qu’ils posent la question de l’identité collective et de sa construction, c’est vers elle qu’ils se tournent pour rechercher les responsabilités, imaginer les solutions. Ainsi, ce livre interroge, en s’en détachant, le débat français sur l’identité nationale, classique, ambivalent et propice aux instrumentalisations.
Une réponse internationale, neuve. Dès lors, pour dépasser ces singulières ambiguïtés franco-françaises, et parce que l’école et la nation est un champ scientifique commun par-delà les frontières, cet ouvrage choisit de répondre à la (dé-)raison nationale par la comparaison internationale. Grâce à la mobilisation exceptionnelle du réseau de chercheurs de l’Institut national de recherche pédagogique (devenu Institut français de l’Éducation), de nombreux auteurs s’attachent à dépayser le cas d’école français en le confrontant à bien d’autres situations nationales, et s’efforcent de déconstruire, loin des idées reçues, ce rapport de l’école à la nation.

Thèse en cours: Les enjeux politiques de l’éducation des femmes de 1789 aux années 1820

Caroline Fayolle travaille à une thèse, sous la direction de Michèle Riot-Sarcey (université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), sur « Les enjeux politiques de l’éducation des femmes: genre, savoir, citoyenneté (de 1789 aux années 1820) »

Présentation:

L’objectif de cette thèse est de produire une histoire politique et culturelle de l’éducation des femmes de 1789 aux années 1820. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les enjeux politiques de l’éducation des femmes de 1789 aux années 1820 »

AAC: L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne

L’appel à communication du colloque « L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne: évolutions, limites et perspectives » (Nantes, jeudi 14 et vendredi 15 novembre 2013) comprend une dimension histoire de l’éducation.

Présentation
La construction européenne est souvent présentée ou ressentie comme un processus technocratique imposé aux peuples européens par des élites majoritairement converties à l’unité politique et économique du continent à la suite du désastre des deux guerres mondiales et du traumatisme de la Guerre froide. La crise actuelle semble démontrer l’absence de solidarité entre États et peuples de l’Union européenne, par manque d’identité partagée et de projet politique démocratiquement accepté. Pourtant, la place et le rôle du citoyen a fait l’objet de multiples projets politiques dans l’histoire de la construction européenne. Continuer la lecture de « AAC: L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne »