Publication – Liam Chambers et Thomas O’Connor (eds.), « College communities abroad. Education, migration and Catholicism in early modern Europe », 2017.

This book repositions early modern Catholic abroad colleges in their interconnected regional, national and transnational contexts. From the sixteenth century, Irish, English and Scots Catholics founded more than fifty colleges in France, Flanders, Spain, Portugal, the Papal States and the Habsburg Empire. At the same time, Catholics in the Dutch Republic, the Scandinavian states and the Ottoman Empire faced comparable challenges and created similar institutions. Until their decline in the late-eighteenth century, tens of thousands of students passed through the colleges. Traditionally, these institutions were treated within limiting denominational and national contexts. This collection, at once building on and transcending inherited historiographies, explores the colleges’ institutional interconnectivity and their interlocking roles as instruments of regional communities, dynastic interests and international Catholicism.

AàC – « Education et crise sanitaire », revue Carrefours de l’éducation

Carrefours de l’éducation lance un appel à projet d’articles sur la crise sanitaire et ses conséquences éducatives. Le dossier sera coordonné par Bruno Poucet, Julien Cahon, Lucie Mougenot et Mickaël Le Mentec.

Le dossier comportera environ 6-8 articles (autour de 35 000 signes, en respectant les normes qui seront adressées ultérieurement aux contributeurs retenus), une note de synthèse (autour de 60 000 signes), et deux articles internationaux (en français d’environ chacun 35 000 signes).

Un résumé de 1500 signes précisant les sources mobilisées (archives, enquêtes, entretiens, publications, autres), est attendu pour le 15 septembre 2020 ; une réponse sur l’acceptation du projet sera donnée dans le mois qui suit.

Les articles seront à remettre le 30 janvier 2021 (dernier délai) pour une parution prévue au plus tard dans le numéro 54 de décembre 2022.

La question de la continuité éducative a été l’un des défis majeurs pendant la période de confinement et pendant la période qui suit. Ce défi peut se prolonger si une seconde vague épidémiologique devait être constatée, ou en cas d’autres épisodes pandémiques dans les années à venir. Il concerne l’ensemble du système éducatif, quels que soient les niveaux, les secteurs et les filières d’enseignement ou de formation.

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Publication – Collectif, « Les foulards de la discorde. Retours sur l’affaire de Creil, 1989 ».

Fondation Jean Jaurès/éditions l’Aube, 2019.

Résumé : en France, le débat public se focalise régulièrement sur des questions mêlant statut des femmes, islam et laïcité. Cette structuration trouve sa première cristallisation dans « l’affaire du foulard » qui se déroule à Creil en 1989. Que recouvre cette appellation, restée dans les mémoires ? Comment trois foulards de collégiennes ont-ils pu susciter autant de prises de position et de polémiques ? En étudiant les différentes facettes, les auteurs montrent que cette affaire a constitué un tournant de l’histoire récente de notre pays.

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), « Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire »

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.