Séminaire: La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation (21/05/2013)-Gehfa

Le Gehfa (Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes) inaugure un nouveau cycle de conférence sur le thème “La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation“, coordonné par Jacques Denantes.

La première d’entre elles aura lieu le mardi 21 juin 2013 de 15h30 à 17h30 à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e

Présentation:

Première séance, “Préparer et assurer les relèves”

Sous le régime de la domination coloniale, l’encadrement de l’administration et celui des services publics étaient largement assurés par des Français. L’accession à l’indépendance a posé brutalement la question de leur prise en charge par des cadres nationaux. D’une part l’évènement de l’indépendance entraînait pour chaque pays la nécessité de la rendre visible dans les bureaux et sur le terrain. D’autre part la plupart des cadres français, non préparés à un changement radical et n’ayant plus d’avenir localement, avaient demandé leur retour en France.
Cependant les nouveaux gouvernements étaient soucieux d’organiser la continuité. Dans la plupart des cas où l’indépendance résultait d’une négociation avec l’ancienne puissance coloniale, des accords avaient prévu des prestations de personnels qualifiés dont la mission était d’assurer cette continuité tout en formant ceux qui devaient les remplacer : c’est ce qu’on a appelé la coopération.

Après l’introduction du cycle par Roland Colin et celle du séminaire par Jean Bernard Payet qui animera la séance, deux exposés seront suivis par un débat sur le thème du séminaire : Préparer et assurer la relève :

  • Sociétés d’électricité d’Afrique francophone : Actions de formation d’EDF (1960-1996) par Jacques Combe, Électricité de France, responsable des actions de formation et de perfectionnement hors de France (1980-1990)
  • En Tunisie, le passage de l’administration directe à la coopération (1956 – 1962) par Jacques Denantes, directeur de Port de Tunis (1957-1958) puis directeur de la SCET Tunis (1958-1964)

JE: école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle)

F. Abécassis (ENS Lyon / LARHRA), P. Bourmaud (Lyon III), et Chantal Verdeil (LARHRA) organisent le vendredi 17 mai 2013, à l’ENS de Lyon, une journée d’études consacrée à “Au delà de la nationalisation : école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle)”.

 Présentation :

De 1850 aux années 1950, dans l’espace administré par l’empire ottoman puis dans les États qui lui ont succédé, l’enseignement se transforme radicalement. Les cours se tiennent désormais dans des salles de classe qui regroupent les élèves (garçons et filles) dans des divisions. Le nouveau système d’enseignement repose sur un cursus hiérarchisé, progressif et uniformisé. Les contenus disciplinaires accordent une place réduite à l’enseignement religieux, doivent permettre d’acquérir certaines compétences définies en relation avec une profession (en médecine par exemple) et laissent moins de place à la relation personnelle avec le maître. Bref, la salle de cours qui rassemble plusieurs élèves tend à remplacer l’étudiant en quête de science. L’enseignement devient en outre une question politique cruciale pour les États dont les ambitions se heurtent dans ce domaine à celles d’autres acteurs : partout, des organisations internationales (missionnaires), des communautés religieuses ou des particuliers fondent et gèrent des institutions scolaires florissantes qui font concurrence à celles développées par la puissance publique.

Ces transformations et les conséquences qu’elles impliquent au plan politique et social font l’objet d’un projet de recherche ambitieux dont ce colloque voudrait présenter les premiers résultats. Ambitieux, ce projet l’est parce qu’il embrasse l’ensemble de l’espace ottoman (des Balkans aux provinces arabes) sur une longue période (deux siècles) au rebours d’une historiographie morcelée par les histoires nationales. Il l’est aussi parce qu’il rassemble des chercheurs venus de différents pays (France, Grande-Bretagne, Grèce, Turquie, Canada) pour écrire un livre de synthèse à plusieurs mains (et non un recueil de contributions séparées), dont le titre devrait être : Au-delà de la nationalisation, École et changement social dans un environnement multiculturel. Ce sont les différents chapitres de ce livre qui seront présentés lors de ce colloque et discutés par des spécialistes de l’histoire de l’éducation en France dans l’idée d’organiser une fructueuse et stimulante confrontation des historiographies. Continuer la lecture de « JE: école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle) »

Conf: Ecole dans l’Algérie coloniale : Acteur et Témoin (1930-1960)

Le FORSEM invite à une rencontre-débat dans le cadre du cycle de conférences “pour une histoire franco-algérienne” :

André Nouschi (Professeur honoraire à l’université de Nice, spécialiste de l’histoire de l’Afrique du Nord): “Ecole dans l’Algérie coloniale : Acteur et Témoin (1930-1960)”
Avec

Jeudi 23 mai de  18h à 20h
Sciences Po Lyon, Amphithéâtre Leclair
14, avenue Berthelot 69007 Lyon 7ème

Séminaire: L’histoire de l’éducation au carrefour des sciences humaines et sociales

Programme du séminaire” L’histoire de l’éducation au carrefour des sciences humaines et sociales”, organisé par Clémence Cardon-Quint (IUFM d’Aquitaine/CEMMC), Jean-Hervé Jézéquel (IUFM d’Aquitaine/LAM) et Charles Mercier (IUFM d’Aquitaine/LACES).

 Ce séminaire traite de l’histoire de l’éducation, prise dans son acception la plus large :

  • histoire de l’enfance, de la jeunesse et des mouvements de jeunes
  • histoire de l’enseignement sous tous ses aspects : pédagogiques, didactiques et culturels
  • histoire des politiques éducatives et des institutions scolaires et universitaires.

Articulant des problématiques sociales, culturelles, politiques et économiques, l’histoire de l’éducation ne saurait se développer en vase clos. Ce séminaire se veut donc un espace de rencontres et de discussions universitaires largement ouvert : un carrefour. Il a pour but de favoriser les échanges entre les historiens de l’éducation et les chercheurs en sciences humaines et sociales qui traitent des questions éducatives présentes et passées.

Selon un rythme mensuel ou bimestriel, chercheurs expérimentés et plus jeunes collègues viennent y présenter leurs travaux ou réflexions récentes sur les questions éducatives. Soucieux de promouvoir les perspectives comparées les plus originales, ce séminaire s’ouvre à des recherches portant sur toutes les périodes et toutes les sociétés humaines. Continuer la lecture de « Séminaire: L’histoire de l’éducation au carrefour des sciences humaines et sociales »

Parution: Enfances déplacées en situation coloniale

Le dernier numéro de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (14/2013) est consacré aux “Enfances déplacées. I. en situation coloniale“.

Ce numéro considère la portée du projet colonial du XIXe et XXe siècle en Rhodésie du Sud, au Ruanda-Urundi, l’ex-Indochine, Australie, Québec et en URSS. Il analyse la manière dont le pouvoir colonial s’est appliqué à façonner les sociétés indigènes, organisant la migration de dizaines de milliers d’enfants contre leur gré, sans égards pour les racines culturelles des jeunes ainsi (dé)placés. Ce volume témoigne de la souffrance et des résistances de ces enfants.