AAC: Gouverner l’école aux Suds

Le colloque final de l’ANR MOPRACS (« Modèles, pratiques et cultures scolaires en Afrique de l’Ouest » 2012-2015) organisé à Bordeaux du 5 au 7 février 2015, propose d’interroger les profondes mutations que les secteurs éducatifs des pays du Sud ont connu au cours des quinze dernières années, autour du thème “Gouverner l’école aux Suds: Politiques, acteurs et pratiques“. L’adoption d’un agenda international centré sur l’accès universel à une éducation primaire de qualité dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement a significativement modifié les formes et la nature du gouvernement de l’école.

L’enchâssement des politiques publiques d’éducation dans les programmes internationaux de développement détermine un nouveau paradigme éducatif qui demande à être interrogé. Les programmes décennaux sectoriels, fixant les orientations et les priorités nationales, découlent des documents stratégiques de réduction de la pauvreté qui conditionnent l’accès à l’aide internationale des pays les plus pauvres. La définition d’objectifs chiffrés, qui ont valeur de conditionnalités, englobe à la fois l’agenda éducatif (ses priorités et orientations), la nature des relations entre les différents acteurs impliqués et enfin les formes de régulation et de pilotage caractérisées par l’hégémonie des procédures bureaucratiques et des normes quantifiables. Ceci a pour conséquence une homogénéisation apparente des espaces éducatifs dans les Suds ainsi que leur déploiement en dehors et au-delà du seul cadre étatique. L’Etat et son administration sont des acteurs privilégiés de l’éducation mais ils agissent et interagissent désormais avec une grande diversité d’acteurs (bailleurs internationaux, ONG, acteurs religieux, collectivités locales, etc.) tant au niveau de l’énonciation que de la mise en œuvre des politiques publiques d’éducation.

Au-delà des injonctions définies par les priorités de l’aide internationale, ou de façon plus prosaïque par des cadres de procédures, que se passe-t-il à l’échelle de l’école d’un village ou d’une municipalité ? Et à l’autre bout de la chaîne, comment sont prises les décisions qui donnent aux systèmes éducatifs leurs grandes orientations réformatrices (curricula, redoublements, scolarisation des filles, recrutement des enseignants) ? Comment enfin s’articulent ces deux extrémités et les différents niveaux intermédiaires ?

C’est précisément la question de la direction de l’école au sens large – à laquelle renvoie le verbe « gouverner » – que ce colloque soulève. Il s’agit de se demander comment « marche » l’école dans les pays des Suds ; dans quelle(s) et sous quelles(s) directions ? Cette interrogation renvoie à la fois aux orientations et aux buts des institutions scolaires qui varient suivant les acteurs concernés et qu’il s’agira de clarifier. Elle porte aussi sur le jeu des différents acteurs et forces qui structurent et organisent les espaces d’éducation aux niveaux local, national et international. Comment les impulsions du gouvernail se transmettent et se répercutent à tous les niveaux, jusque dans les salles de classe ; comment cheminent-elles à travers les canaux administratifs ; quelles en sont les chaînes de traduction ? Quels processus, acteurs et mécanismes gouvernent au final l’école dans les pays des Suds ?

ACC en français

CFP in english

Séminaire Gehfa: S’organiser et se faire entendre

Le Gehfa (Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes) poursuit son cycle de conférence sur le thème “La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation“, coordonné par Jacques Denantes.

La seconde conférence aura lieu le mardi 3 décembre 2013 de 15h30 à 18h00 à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e.

Troisième séance: “S’organiser et se faire entendre”

Après des décennies de domination étrangère, les peuples voyaient dans la décolonisation la perspective de vivre et travailler pour une amélioration de leurs conditions d’existence.
Mais les problèmes du sous-développement ne disparaissent pas du seul fait de l’indépendance ; il n’était possible d’en sortir – c’était évident – qu’avec la participation éclairée du maximum d’habitants, surtout ruraux étant donnée leur prédominance dans la démographie et l’économie de cette époque, de l’ordre de 80%.
Parfois, ce sont les nouvelles autorités nationales qui ont adopté des politiques visant à donner aux populations les possibilités de s’impliquer et de se former pour la solution de leurs problèmes de développement : c’est le cas des diverses initiatives d’ «Animation rurale» dont parlera Roland COLIN qui en a été l’acteur dans plusieurs pays. Continuer la lecture de « Séminaire Gehfa: S’organiser et se faire entendre »