Journée d’étude internationale – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) (Université Paris-Diderot, 9 mai 2019)

Continuer la lecture de « Journée d’étude internationale – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) (Université Paris-Diderot, 9 mai 2019) »

AAC: Gouverner l’école aux Suds

Le colloque final de l’ANR MOPRACS (« Modèles, pratiques et cultures scolaires en Afrique de l’Ouest » 2012-2015) organisé à Bordeaux du 5 au 7 février 2015, propose d’interroger les profondes mutations que les secteurs éducatifs des pays du Sud ont connu au cours des quinze dernières années, autour du thème “Gouverner l’école aux Suds: Politiques, acteurs et pratiques“. L’adoption d’un agenda international centré sur l’accès universel à une éducation primaire de qualité dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement a significativement modifié les formes et la nature du gouvernement de l’école.

L’enchâssement des politiques publiques d’éducation dans les programmes internationaux de développement détermine un nouveau paradigme éducatif qui demande à être interrogé. Les programmes décennaux sectoriels, fixant les orientations et les priorités nationales, découlent des documents stratégiques de réduction de la pauvreté qui conditionnent l’accès à l’aide internationale des pays les plus pauvres. La définition d’objectifs chiffrés, qui ont valeur de conditionnalités, englobe à la fois l’agenda éducatif (ses priorités et orientations), la nature des relations entre les différents acteurs impliqués et enfin les formes de régulation et de pilotage caractérisées par l’hégémonie des procédures bureaucratiques et des normes quantifiables. Ceci a pour conséquence une homogénéisation apparente des espaces éducatifs dans les Suds ainsi que leur déploiement en dehors et au-delà du seul cadre étatique. L’Etat et son administration sont des acteurs privilégiés de l’éducation mais ils agissent et interagissent désormais avec une grande diversité d’acteurs (bailleurs internationaux, ONG, acteurs religieux, collectivités locales, etc.) tant au niveau de l’énonciation que de la mise en œuvre des politiques publiques d’éducation.

Au-delà des injonctions définies par les priorités de l’aide internationale, ou de façon plus prosaïque par des cadres de procédures, que se passe-t-il à l’échelle de l’école d’un village ou d’une municipalité ? Et à l’autre bout de la chaîne, comment sont prises les décisions qui donnent aux systèmes éducatifs leurs grandes orientations réformatrices (curricula, redoublements, scolarisation des filles, recrutement des enseignants) ? Comment enfin s’articulent ces deux extrémités et les différents niveaux intermédiaires ?

C’est précisément la question de la direction de l’école au sens large – à laquelle renvoie le verbe « gouverner » – que ce colloque soulève. Il s’agit de se demander comment « marche » l’école dans les pays des Suds ; dans quelle(s) et sous quelles(s) directions ? Cette interrogation renvoie à la fois aux orientations et aux buts des institutions scolaires qui varient suivant les acteurs concernés et qu’il s’agira de clarifier. Elle porte aussi sur le jeu des différents acteurs et forces qui structurent et organisent les espaces d’éducation aux niveaux local, national et international. Comment les impulsions du gouvernail se transmettent et se répercutent à tous les niveaux, jusque dans les salles de classe ; comment cheminent-elles à travers les canaux administratifs ; quelles en sont les chaînes de traduction ? Quels processus, acteurs et mécanismes gouvernent au final l’école dans les pays des Suds ?

ACC en français

CFP in english

Séminaire Gehfa: Relever les défis de l’indépendance

Le Gehfa (Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes) poursuit son cycle de conférence sur le thème “La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation“, coordonné par Jacques Denantes.

La seconde conférence aura lieu le mardi 8 octobre 2013 de 15h30 à 17h30 à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e

Présentation:

Seconde séance, “Relever les défis de l’indépendance”

Le défi de l’indépendance, c’est que l’autorité coloniale formellement disparue, une autorité nationale se trouve en mesure d’assurer la cohésion du pays dorénavant maître de ses choix ; et plus encore, que puissent se libérer et prendre force les dynamiques susceptibles d’ouvrir à toutes les populations les voies du développement.
Dans le contexte particulier de la Nouvelle Calédonie, on sait comment les antagonismes exacerbés depuis un siècle firent place soudain, en 1988, au dialogue et à la volonté de bâtir ensemble un avenir commun. Dans ce contexte, l’indépendance se voyait pour la première fois reconnaître comme une option légitime qu’il appartiendrait aux seuls habitants du territoire, le jour venu, de ratifier ou non. Une option que “l’opération 400 Cadres” allait contribuer à rendre crédible, par le rééquilibrage des responsabilités dont elle allait être l’amorce. Ce sera là l’objet de la première partie de ce séminaire. Cette opération sera présentée par François Lebouteux qui en a assuré le lancement et les premières années. Continuer la lecture de « Séminaire Gehfa: Relever les défis de l’indépendance »

Séminaire: La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation (21/05/2013)-Gehfa

Le Gehfa (Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes) inaugure un nouveau cycle de conférence sur le thème “La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation“, coordonné par Jacques Denantes.

La première d’entre elles aura lieu le mardi 21 juin 2013 de 15h30 à 17h30 à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e

Présentation:

Première séance, “Préparer et assurer les relèves”

Sous le régime de la domination coloniale, l’encadrement de l’administration et celui des services publics étaient largement assurés par des Français. L’accession à l’indépendance a posé brutalement la question de leur prise en charge par des cadres nationaux. D’une part l’évènement de l’indépendance entraînait pour chaque pays la nécessité de la rendre visible dans les bureaux et sur le terrain. D’autre part la plupart des cadres français, non préparés à un changement radical et n’ayant plus d’avenir localement, avaient demandé leur retour en France.
Cependant les nouveaux gouvernements étaient soucieux d’organiser la continuité. Dans la plupart des cas où l’indépendance résultait d’une négociation avec l’ancienne puissance coloniale, des accords avaient prévu des prestations de personnels qualifiés dont la mission était d’assurer cette continuité tout en formant ceux qui devaient les remplacer : c’est ce qu’on a appelé la coopération.

Après l’introduction du cycle par Roland Colin et celle du séminaire par Jean Bernard Payet qui animera la séance, deux exposés seront suivis par un débat sur le thème du séminaire : Préparer et assurer la relève :

  • Sociétés d’électricité d’Afrique francophone : Actions de formation d’EDF (1960-1996) par Jacques Combe, Électricité de France, responsable des actions de formation et de perfectionnement hors de France (1980-1990)
  • En Tunisie, le passage de l’administration directe à la coopération (1956 – 1962) par Jacques Denantes, directeur de Port de Tunis (1957-1958) puis directeur de la SCET Tunis (1958-1964)

Parution: Décoloniser l’école ? Hawaï, Nouvelle-Calédonie

A l’occasion de la parution du livre de Marie Salaun, Décoloniser l’école ? Hawaï, Nouvelle-Calédonie. Expériences contemporaines, aux Presses universitaires de Rennes, l’auteure interviendra dans le cadre du séminaire EHESS « Histoire et anthropologie du Pacifique Sud »

Vendredi 1er février de 11 à 13h  au 105 bd Raspail, salle 5.

Présentation : “Définir une école postcoloniale dans le Pacifique : intérêts et limites de l’histoire globaleContinuer la lecture de « Parution: Décoloniser l’école ? Hawaï, Nouvelle-Calédonie »

Thèses: trois thèses soutenues ou à soutenir en 2012

Signalées sur le site de l’AHCESR, trois thèses peuvent intéresser les historiens de l’éducation:

Histoire scolaire, impérialisme(s) et décolonisation(s): le cas du Soudan anglo-égyptien (1945-1958), par Iris Seri-Hersch1, sous la direction de Ghislaine Alleaume, Aix-Marseille Université.

La réception de l’histoire romaine dans l’enseignement secondaire de 1880 à nos jours : l’exemple d’Alésia, par Aurelie Rodes (Mauget), sous la direction de Corinne Bonnet, Université de Toulouse 2.

La France et la construction de l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur (EEES), par Rachida Gacem, sous la direction de Elisabeth du Réau, Université de Paris 3.