AàC – « Amateurs et professionnels dans les sciences. Définition et redéfinition des identités et des frontières (années 1850 – années 1950). Une histoire par en bas » (Le Mans, 14 jan. 2020)

  • Deadline propositions : avant le 25 octobre 2019. Les propositions d’une quinzaine de lignes accompagnées d’un court CV sont à envoyer à Hervé Guillemain (herve.guillemain [at] univ-lemans.fr);
  • Journée d’études : 14 janvier 2020, Le Mans

 

L’ANR AmateurS propose de produire une histoire non surplombante des amateurs en science, privilégiant une perspective « par en bas » qui ne soit pas subordonnée aux jugements que les savants professionnels portent sur eux ni aux hiérarchies que solidifient les institutions scientifiques. S’il ne s’agit pas de nier que la catégorie amateur se soit largement constituée dans la confrontation aux savants professionnels et ait souvent été le fruit de mécanismes d’exclusion qui ont désigné d’en haut ceux qui étaient les « amateurs », le projet propose de placer les amateurs au centre des investigations, de restituer leurs points de vue sur la science qu’ils font et sur leurs identités de savants et d’étudier leur science « en train de se faire » à
partir, notamment, des traces matérielles qu’elle a laissées. — https://ams.hypotheses.org/


Intitulé Une histoire subjective des mondes des amateurs, l’axe 2 de ce projet de recherche est centré sur la question des identités des amateurs. La journée du 14 janvier sera particulièrement dédiée à la définition et redéfinition des identités et des frontières et centrée sur les situations de partage entre amateurs et professionnels dans les sciences des années 1850 aux années 1950. Nous souhaitons à l’occasion de cette journée mettre l’accent sur les moments de débat qui réorganisent les acteurs de part et d’autre des frontières académiques. Seront privilégiés les nœuds chronologiques et thématiques autour desquels se déploient des controverses théoriques et/ou des conflits de légitimité ayant pour conséquence des mouvements d’exclusion ou d’inclusion.


La journée s’organisera notamment autour des trois pistes de réflexion suivantes :

  1. La redéfinition des identités des acteurs, amateurs et professionnels, dans le sillage des transformations juridiques et réglementaires qui affectent l’organisation des différentes disciplines.
  2. La manière dont l’émergence de nouveaux objets d’étude, celle de nouvelles disciplines, et le développement de controverses scientifiques redessinent les
    frontières entre amateurs et professionnels.
  3. Le rôle des moments de commémoration et des rituels collectifs dans la
    structuration des identités amateurs.

Parution – “L’histoire des disciplines : un champ de recherche en mutation”, Revue française de pédagogie

Continuer la lecture de « Parution – “L’histoire des disciplines : un champ de recherche en mutation”, Revue française de pédagogie »

Parution: Réformer les disciplines

Réformer les disciplines. Les savoirs scolaires à l’épreuve de la modernité, 1945-1985, (sous la direction de Renaud d’Enfert et Joël Lebeaume), PUR, 2015.

Table des matières:

  • Introduction, par Renaud d’Enfert et Joël Lebeaume

Première partie. – Discours de légitimation des réformes

  • Chapitre 1. Des travaux manuels éducatifs à la technologie : enjeux économiques et politiques (1945-1985), par Madeleine Figeat et Joël Lebeaume
  • Chapitre 2. Démocratiser, orienter, sélectionner : l’enseignement du français et des mathématiques dans le second degré, 1945-années 1980, par Clémence Cardon-Quint, Renaud d’Enfert et Hélène Gispert
  • Chapitre 3. Entre exigences économiques et culture pour tous : le cas des sciences expérimentales des années 1950 aux années 1980, par Muriel Guedj et Pierre Savaton

Continuer la lecture de « Parution: Réformer les disciplines »

Coll.: Dans l’atelier des intitulés. A propos de la singularité du collège de France

Colloque organisé dans le cadre du programme « Passage des disciplines » du Collège de France (dirigé par A. Compagnon en collaboration avec C. Surprenant), avec le soutien du labex Hastec, du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560), de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066) et du laboratoire « Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques » (Anhima – UMR 8210).
Dans le paysage international des institutions de savoir, on attribue au Collège de France la spécificité d’enseigner « non les branches de la Science qui sont faites, mais celles qui sont en voie de se faire ». Pour Ernest Renan et tous ceux qui reprennent sa formule, cet idéal aurait une manifestation institutionnelle : la libre transformation des intitulés des chaires. Le Collège de France échapperait de la sorte à la reproduction des partages disciplinaires à laquelle sont a priori astreintes les institutions d’enseignement. Par des innovations successives dans les titres choisis, il serait en outre un moteur du renouvellement des savoirs.
L’objectif de ce colloque est d’interroger l’historicité de cette auto-définition et de l’opération de partage des savoirs qu’est la fabrication de titres de chaires. Entrer dans l’atelier des intitulés conduit à mettre au jour les rapports complexes entre les revendications d’innovations et la perpétuation des traditions d’une institution multiséculaire. Apparaîtront ainsi les arguments mobilisés, les modèles français ou étrangers revendiqués, les échanges et controverses entre institutions comme entre savants, le rôle des facteurs politiques et économiques dans les processus de différenciation et de hiérarchisation des savoirs en contexte. Continuer la lecture de « Coll.: Dans l’atelier des intitulés. A propos de la singularité du collège de France »

Coll: Reconfigurations dans le paysage disciplinaire des sciences

Le S2HEP, EA 4148 (Université Lyon 1, ENSL) organise le 15 novembre un colloque consacré aux « Reconfigurations dans le paysage disciplinaire des sciences »,

Université Lyon 1, Salle du conseil, IPNL, (Bâtiment Dirac).

Programme:

  • 9h-9h30 – Introduction à la journée – Jonathan Simon
  • 9h30-10h05 – Edouard Kleinpeter  –Définir l’interdisciplinarité : Revue critique de la littérature
  • 10h05-10h40 – Pierre Leveau  – Interdisciplinarité et reconfiguration d’un paysage disciplinaire : le cas de la conservation-restauration du patrimoine
  • 11h15-11h50 – Frédéric Charles  – Reconfigurations des disciplines scientifiques et technologiques dans le secondaire français (1971-1975).
  • 11h50-12h25 – Pierre Savaton  – L’introduction de la théorie de la tectonique des plaques dans l’enseignement secondaire de la géologie.
  • 12h25-12h45 – Discussion préliminaire

Déjeuner – 12h45 – 14h30

  • 14h30-15h05 – Pierre Mounier-Kuhn – Émergence et reconfigurations : l’informatique, « discipline incertaine »
  • 15h05–15h40 Dali Serge Lida – Le prix vu par la sociologie économique. Etude de cas : la rupture d’avec l’analyse économique est-elle possible ?
  • 15h40-16h15 – Marion Droz Mendelzweig et Suzanne Cordier – La discipline infirmière : fondements théoriques et dimension sociale.
  • Pause 16h15-16h45
  • 16h45-17h20 –  Léo Coutellec  – L’agro-écologie : histoire et épistémologie d’une ‘interdiscipline’
  • 17h20-17h55 –   Fabien Knittel  – Entre Chimie et Agronomie : aux frontières des disciplines qui étudient l’agriculture dans la première moitié du XIXe siècle

Nous partons du constat de la nature paradoxale des disciplines : si elles apparaissent comme étant bien définies et assez stables dans le temps, dès qu’on y regarde de plus près, on remarque qu’elles sont en constante évolution. Cette impression de permanence est intimement liée aux ancrages institutionnels (unités et départements universitaires, instituts de recherche etc.) et à une certaine inertie, par exemple dans l’enseignement des sciences, à l’école comme à l’université. Quand et pourquoi peut-on alors parler d’émergence, de disparition ou de toute autre transformation des disciplines ? Que nous enseignent ces processus sur la nature et le fonctionnement des disciplines scientifiques ?

JE: Politiques de la scientificité. Discipliner les savoirs

Une journée d’étude consacrée à “Politiques de la scientificité. Discipliner les savoirs” est co-organisée par les doctorant.e.s du Laboratoire « Théories du politique » (LabTop-EA 2299), Université Paris 8, et les doctorant-e-s du CSU-CRESPPA (Cultures et sociétés urbaines-UMR 7217). Cette journée d’études s’inscrit dans le prolongement de celle organisée l’an passé et intitulée : “Politiques de la scientificité, les mises en scène du savoir”.

Présentation:

Les disciplines académiques sont des dispositifs dominants qui concourent à organiser et à légitimer les savoirs. À partir d’exemples relevant des sciences humaines et sociales, l’objectif de cette journée est d’étudier les dynamiques d’institutionnalisation des disciplines et les critiques dont elles font l’objet.

AAC: Les disciplines scolaires : miroirs des évolutions contemporaines de la nation ?

Un appel à communication pour un colloque consacrée aux “disciplines scolaires : miroirs des évolutions contemporaines de la nation ?“, organisé par le CERHIO (université de Rennes-2), les 2 et3 octobre 2014.

Les disciplines scolaires structurent l’enseignement dispensé aux élèves. Elles sont définies par des programmes dont l’élaboration est soumise à de multiple enjeux : politiques, éducatifs, scientifiques, sociaux (Harlé, 2010). Même si les contenus définis par ces textes sont des productions propres à l’institution scolaire (Chervel, 1988), les disciplines ne peuvent pas être considérées comme de simples instruments éducatifs car elles constituent également le reflet de projets et débats politiques (Forquin, 2008). Les historiens se sont notamment penchés sur la naissance et le renforcement des Etats-Nations durant lesquels les disciplines scolaires ont été des instruments politiques chargés de construire une nation (Chanet, 1996 ; Chervel, 1977). Certaines de ces disciplines, comme les langues, l’histoire, la géographie (Clerc, 2002) ou l’instruction/éducation civique (Déloye, 1994), ont été fortement mobilisées par les responsables éducatifs et politiques pour former et renforcer les identités nationales (Green, 1990 ; Thiesse, 2001).

Les communications présentées à l’occasion de ce colloque permettront d’étudier la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale pour comprendre comment ces savoirs institutionnalisés depuis plusieurs décennies sont atteints par les changements nés de la décolonisation, des évolutions culturelles, politiques et sociales (Green, 1997). La dimension comparative permettra de montrer que ces continuités puis ces adaptations s’effectuent à des rythmes différents en fonction du pays tout en relevant les convergences observables à travers les exemples présentés (Schissler & Soysal, 2005). Ce colloque portera sur les transformations contemporaines de ces disciplines scolaires pour comprendre comment les contenus d’enseignement s’adaptent (ou non) et reflètent (ou non) les évolutions de la nation. En quoi les disciplines scolaires sont-elles encore mobilisées pour répondre à des projets politiques ? En quoi les producteurs de programmes scolaires doivent-ils adapter les savoirs enseignés pour répondre aux nouvelles attentes de la société ? Parmi ces adaptations aux disciplines, quels contenus deviennent des « questions socialement vives » (Thénard-Duvivier, 2008) ? Continuer la lecture de « AAC: Les disciplines scolaires : miroirs des évolutions contemporaines de la nation ? »