Journée d’études de l’Association pour l’autobiographie – “Nos écoles”, 8-10 juillet 2022

Les « écoles », toutes les écoles, à tous les âges de la vie, c’est un thème idéal pour célébrer les 30 ans de l’APA. Tant de souvenirs de scolarité, de formation, d’enseignement, dans les collections de l’APA, des plus heureux aux plus douloureux ! L’expérience « scolaire », au sens large, est partagée par presque tous. Elle est marquante, fondatrice, elle sauve souvent, pas toujours. Ces Journées aborderont, dans ateliers et tables rondes, l’écriture du souvenir d’école, mais aussi l’importance de l’écriture autobiographique dans tous les parcours de formation. Les écritures de soi offrent-elles une voie d’apprentissage permanent ? L’APA a-t-elle une vocation d’éducation populaire ? Exposition, lectures ambarroises, film, présentation de nouvelles publications : nous regarderons ensemble vers les 30 années écoulées et vers l’avenir.

http://autobiographie.sitapa.org/actualites/article/bientot-les-journees-de-l-autobiographie

A paraître – Danielle Quéruel, “La guerre, le livre et l’enfant”, Éditions et Presses universitaires de Reims, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100659840

Enfants du front ou de l’arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L’abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d’écoliers, correspondance, cartes postales, livres d’or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l’issue d’un long XIXe siècle qui a modifié la place de l’enfant dans la société française. Plus rare, l’enfant devient le centre et le capital affectif et social d’une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l’école permet à la fois d’inventer la petite enfance et de repousser la limite de l’entrée dans le monde du travail. Cependant, loin d’être préservés du conflit par les adultes, les enfants deviennent « un enjeu caché de la guerre, » pour reprendre Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette époque est également marquée par l’avènement, à partir de la décennie 1860, d’une première culture de masse, fondée sur une culture de l’imprimé. Conjuguée à l’intérêt nouveau porté à l’enfant, la diffusion massive du support imprimé encourage l’éclosion d’une littérature de jeunesse qui sera mobilisée dans une guerre qu’un certain nombre d’historiens décrivent comme « totale ». 14-18 est donc le moment par excellence où le livre peut servir de passeur entre un événement factuel dans sa brutalité, « la guerre », et une catégorie culturelle en pleine mutation, « l’enfance ».

Parution – María Isabel Orellana et Nicole Araya Oñate, “Educación de las infancias: entre el hogar y la escuela (1880-1915)” [L’éducation des enfants : entre la maison et l’école (1880-1915)], Museo de la Educación Gabriela Mistral, 2016

https://www.museodelaeducacion.gob.cl/publicaciones/educacion-de-las-infancias-entre-el-hogar-y-la-escuela-1880-1915

Français

Cette publication traite d’une partie de l’histoire de l’éducation des enfants : l’éducation des plus jeunes enfants entre 1880 et 1915. Toutefois, avant d’analyser le système mis en place au Chili, les auteurs proposent de parler de l’enfance au pluriel, étant donné que l’expérience de l’enfance varie selon la classe, le sexe, le lieu et l’époque.

La relation entre l’histoire et l’enfance, la problématisation de l’enfance en Europe et ses répercussions dans notre pays, l’émergence de l’enfance comme préoccupation sociale et objet d’éducation, l’institutionnalisation de l’éducation précoce et la mise en place du Kindergarten au Chili sont les différents thèmes examinés dans cette recherche.

Espagnol

Esta publicación aborda una parte de la historia de la educación de las infancias: aquella destinada a las y los más pequeños que se desarrolla entre 1880 y 1915. Sin embargo, antes de analizar el sistema que se establece en Chile, las autoras plantean la necesidad de hablar de las infancias en plural debido a que la experiencia de ser niña o niño fue variando según la clase, el género, el lugar y el tiempo que cada una o uno habitó.

La relación historia e infancia, la problematización de la niñez en Europa y su repercusión en nuestro país, la irrupción de la infancia como preocupación social y objeto de educación, la institucionalización de la educación inicial y la implementación del Kindergarten en Chile son las distintas temáticas que se examinan en esta investigación.

Parution – Igor Fedyukin, “The Enterprisers: The Politics of School in Early Modern Russia”, Oxford, 2019

The Enterprisers traces the emergence of “modern” school in Russia during the reigns of Peter I and his immediate successors, up to the accession of Catherine II. The efforts to “educate” Russia represent a trademark of Peter I’s reign and reformist program, and innovations in schooling in Russia in the eighteenth century have traditionally been presented as a top-down, state-driven process. As with many other facets of the emerging early modern state, the Petrine-era school usually appears as the product of the practical needs of the tsar’s new “regular” army, which demanded skilled technical personnel. It is also commonly taken to be the personal creation of Peter I, who singlehandedly designed it and forced it on an unwilling population. Contrary to this received wisdom, The Enterprisers argues that schools were instead invented and built by “administrative entrepreneurs”—or projecteurs, as they were also called in that era—who sought to achieve diverse career goals, promoted their own pet ideas, advanced their claims for expertise, and competed for status and resources. As the in-depth study of some of the most notable episodes in the history of educational innovation and school-related “projecting” in Russia in the first half of the eighteenth century demonstrates, the creation of “modern” schools took place insofar as it enabled such enterprisers to pursue their agendas. The individual projects these enterprisers proposed and implemented served as building blocks for the edifice of the “well-regulated” state on the threshold of the modern era.

AàC – “A l’école de la ville”, revue Urbanités

Pour rappel, l’appel à propositions d’articles pour le numéro 16 de la revue pluridisciplinaire Urbanités, intitulé “A l’école de la ville” est disponible à cette adresse : https://www.revue-urbanites.fr/appel-16/

Les propositions sont attendues pour le 17 mai 2021.

Intitulé “À l’école de la ville”, ce numéro souhaite réunir des contributions s’intéressant à la dimension urbaine des transformations contemporaines de l’école et de l’université : transformation des publics, modification des logiques de gouvernance des établissements, transformation du sens social de la formation, sans oublier les reconfigurations du rôle des États dans les questions éducatives.

Il s’agira d’approfondir la réflexion sur le rôle spécifique des contextes urbains dans le façonnement des hiérarchies scolaires et universitaires, abordés par l’angle des publics ou des établissements, sans oublier les activités scientifiques.  En parallèle, nous souhaitons également interroger ce que ces inégalités, différenciations et hiérarchisations éducatives qui se construisent et s’expriment spatialement font aux conditions, pratiques et contenus d’enseignement. En mettant l’accent sur ce qui se joue dans les salles de classes des écoles, collèges, lycées ou universités ou autres établissements publics ou privés (IUT, grandes écoles, classes préparatoires…), il s’agira d’ouvrir la réflexion sur les liens entre l’ancrage spatial des établissements et les contenus des enseignements comme les manières de les transmettre.

Les propositions d’articles (1 page) sont attendues pour le 17 mai et sont à envoyer à contact [at] revue-urbanites.fr

Marine Duc et Camille Vergnaud, coordinatrices du numéro, pour Urbanités

AàC pour la revue d’histoire de l’enfance irrégulière – “Jeunesse irrégulière et école (XIXe-XXe siècles)”

La Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière” publie un appel à communication pour un numéro sur le thème “Jeunesse irrégulière et école“ sous la direction de Laurent Besse.

Présentation du numéro :

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » est une publication consacrée au champ de l’histoire de l’enfance et de la jeunesse marginales ou marginalisées. Elle consacre son prochain numéro à la scolarité des jeunes « irréguliers », en France et hors de France, champ qui a été peu abordé. Seule certitude : la part du scolaire a toujours été marginale dans la prise en charge de ces enfants. Il s’agit donc de comprendre pourquoi dans une France qui prétendait faire l’éducation de ses futurs citoyens par l’instruction, les mineurs dépendant le plus étroitement de l’État (mineurs de justice, orphelins) se sont vus majoritairement refuser l’instruction au profit d’une simple éducation / rééduction.

Voir l’annonce sur le site Calenda.

AAP: Éducation: émancipation?

Le numéro 25 de la revue Tracés aura pour thème “Education: émancipation ?
Ce numéro sera consacré à l’éducation, recentrée autour de l’école comme lieu paradigmatique d’apprentissage et d’intériorisation des contenus disciplinaires, des codes de sociabilité et des rapports sociaux. L’angle abordé est celui de l’élucidation non seulement des rapports de domination au sein desquels les enseignant-e-s et apprenant-e-s sont insérés, mais également des processus d’émancipation rendus possibles à la fois par et contre l’éducation. L’objectif est d’évaluer, à l’aune de la recherche actuelle portant notamment sur l’articulation des différents types de rapports de domination – de classe, de race, de sexe –, ce qui dans l’école renforce ou au contraire contribue à mettre à jour et à critiquer ces différents types de domination. L’exploration de cette question amène alors, non seulement à redéfinir à chaque fois par rapport à quoi il y a émancipation, mais aussi à interroger cette notion-même, porteuse en son sein d’une lutte d’interprétations, démontrant par là l’intensité d’un enjeu politique à la hauteur de l’instrumentalisation dont l’objectif d’émancipation peut faire l’objet.

L’argumentaire détaillé se trouve en ligne sur Calenda.

Les rédacteurs doivent envoyer leur contribution à redactraces@ens-lyon.fr avant le 1er février 2013. Ils doivent informer préalablement le comité de rédaction de Tracés (redactraces@ens-lyon.fr) de leur projet par courrier électronique en indiquant le titre de leur contribution, la rubrique dans laquelle ils le proposent, ainsi qu’un bref résumé du propos.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search