Parution – History of Education, Volume 50, Issue 3 (2021)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/50/3?nav=tocList

Launching Paul Natorp’s Sozialpädagogik in Japan in the early twentieth century

Takeo Matsuda & Juha Hämäläinen

‘The children show unmistakable signs of Indian blood’: Indigenous children attending public schools in British Columbia, 1872–1925

Sean Carleton

More than ‘bare walls’: the educational philosophy of Margery Fry (1874–1958) and its impact on university residential facilities for women in the twentieth century

Anne Logan

Phyllis Monk: a pragmatic revolutionary in charge of a school for ‘girls with little or no sight’

Jeanette Normanton Erry

The work school in Spain: training citizens and industrial technicians (1923–1930)

María Luisa Rico-Gómez

Mapping scientised education in German-American transnational networks after 1945

Anne Rohstock

From defence mechanism to insufficient bladder control: Dutch experts on enuresis nocturna in an age of developing child sciences (c. 1950-1990)

Milou Smit & Nelleke Bakker

Quality and innovation in American higher education accreditation: the case of the University of Phoenix

Nidia Bañuelos

Parution – Teresa González Pérez (dir.), « La educación de las mujeres en iberoamérica. Análisis histórico » [L’éducation des femmes en Amérique latine. Analyse historique], Tirant, 2020

https://editorial.tirant.com/es/libro/la-educacion-de-las-mujeres-en-iberoamerica-analisis-historico-rodriguez-saenz-eugenia-9788417973209

Français

L’éducation des femmes en Amérique latine contribue à sauver l’éducation de l’exclusion, de la ségrégation et des inégalités. Profils et héritages reçus à différentes époques, cultures et sociétés, comme le vaste et diversifié scénario géopolitique ibéro-américain. Cette publication est une vaste enquête basée sur de nombreuses sources, et est conçue comme une méthode efficace de révision historique pour rétablir les fils de la mémoire éducative en termes de genre.

Un ensemble d’auteurs de différentes nationalités (Argentine, Brésil, Chili, Costa Rica, Espagne, États-Unis et Mexique) montre les lignes de tension entre le public et le privé, entre la différence et l’égalité, mettant en évidence les diversités, les singularités et les fissures dans les manifestations hégémoniques de la politique et des traditions éducatives des deux rives. Dans les différents chapitres, nous étudions des femmes importantes dont les actions et les modes de pensée ont marqué l’histoire, mais aussi des femmes inconnues qui ont apporté leur mémoire vitale du silence. Elle met en évidence la capacité des femmes à agir par le biais de l’éducation en tant qu’agents de changement, parfois en tant qu’agents de résistance et d’opposition à la discrimination et aux hiérarchies de genre dans différentes sphères spatiales et socioculturelles.

Cet ouvrage collectif, qui est en phase avec les débats les plus récents sur l’éducation des femmes, fournit des éléments essentiels et visibles pour la présence des questions relatives aux femmes dans l’historiographie internationale de l’éducation. Elle donne un sens à la récupération historique et vise à déplacer la vision hégémonique traditionnelle de la centralité de l’éducation afin d’inclure l’expérience des femmes.

L’éducation des femmes en Amérique latine vise à ouvrir un espace de débat international et à contribuer à la production scientifique. Les contributions des différents chercheurs apportent une contribution innovante à la compréhension du phénomène éducatif, avec des explications théoriques substantielles qui vont au-delà du sujet spécifique des femmes.

Espagnol

La educación de las mujeres en Iberoamérica contribuye a rescatar la educación desde la exclusión, la segregación y desigualdades. Unos perfiles y herencias recibidas en épocas, culturas y sociedades diferentes, como es el amplio y diverso escenario geopolítico iberoamericano. Esta publicación constituye una investigación amplia apoyada en numerosas fuentes, proyectándose como un método eficaz de revisión histórica para restablecer los hilos de la memoria educativa en clave de género.  
Un elenco de autoras de diversas nacionalidades (Argentina, Brasil, Chile, Costa Rica, España, Estados Unidos y México) muestran las líneas de tensión entre lo público y lo privado, entre la diferencia y la igualdad, resaltando diversidades, singularidades y fisuras en las manifestaciones hegemónicas de la política y tradiciones educativas en las dos orillas. En los diferentes capítulos se estudian mujeres significadas que con sus acciones y modos de pensar han hecho historia, pero también a las mujeres desconocidas que han aportado desde el silencio su memoria vital. Destacando la capacidad de las mujeres para actuar a través de la educación como agentes de cambio, a veces de resistencia y oposición a las discriminaciones y jerarquías de género en diversos ámbitos espaciales y socioculturales.

Esta obra colectiva, planteada en sintonía con los últimos debates sobre la educación de las mujeres, aporta elementos imprescindibles y visibles para lograr la presencia de los temas femeninos en la historiografía educativa internacional.  Otorga sentido a la recuperación histórica y pretende desplazar la visión tradicional hegemónica de la centralidad educativa para incluir la experiencia de las mujeres.

La educación de las mujeres en Iberoamérica pretende abrir un espacio de debate internacional y sumarse a la producción científica. Las contribuciones de diversas investigadoras brindan un aporte innovador a la comprensión del fenómeno educativo, con explicaciones teóricas sustantivas, que exceden el tema específico de las mujeres.

Parution – Josefina Méndez Vázquez et Francisco Chacón Jiménez, « Historiar la éducacion de la mujeres en tiempos de cambio (siglos XVII-XX) » [Historiciser l’éducation des femmes en période de changement (XVIIe-XXe siècles)], Comares, 2020

https://www.comares.com/libro/historiar-la-educacion-de-las-mujeres-en-tiempos-de-cambio-siglos-xvii-xx_129266/

Français

Ce livre vise à historiciser, à travers une pluralité de réflexions analytiques aux approches novatrices, le processus évolutif de l’éducation féminine synchronisé avec les changements idéologiques, politiques et institutionnels, affectés par la transversalité des mentalités.

L’ensemble des propositions des auteurs, avec leurs propres critères de recherche et catégories d’analyse, nous permet de tracer un itinéraire qui révèle comment les femmes ont été éduquées du XVIe siècle à la Deuxième République. Des études qui ont abordé le sujet sous différents angles et qui mettent en évidence l’incidence des changements temporels en termes de discours politiques sur la domesticité, de pédagogies adoptées et d’institutions éducatives faisant partie des systèmes chargés de l’éducation des femmes au cours des quatre siècles en question.

De même, d’une certaine manière, ils désignent l’idéologie politique sur la condition des femmes et leur accès à la connaissance, le degré d’implication – en termes de scolarisation de la population féminine – des organes gouvernementaux et du cadre institutionnel, ainsi que de la société elle-même qui a servi de cadre, comme les principales causes de la déficience séculaire de l’éducation reçue par les femmes, et des inégalités par rapport aux hommes.

De cette manière, les contributions de ce volume ont permis de construire une séquence historique pour rendre visible l’évolution de l’éducation féminine dans la période étudiée. Une histoire qui est également susceptible de devenir le point de départ d’une enquête sur le nombre de facteurs examinés qui subsistent dans les sociétés d’aujourd’hui, comme autant de vetos qui empêchent la réalisation d’une égalité effective dans l’éducation des femmes.

Espagnol

Este libro pretende historiar, mediante una pluralidad de reflexiones analíticas con planteamientos innovadores, el proceso evolutivo de la educación femenina sincrónico a los cambios ideológicos, políticos e institucionales, afectados por la transversalidad de las mentalidades.

La totalidad de las propuestas de las autoras, con sus propios criterios de investigación y categoría de análisis, permiten trazar un itinerario que desvela cómo fueron educadas las mujeres desde el Seiscientos a la Segunda República. Estudios que han abordado el tema desde varias perspectivas, y que ponen de manifiesto la incidencia de los cambios temporales en cuanto a los discursos políticos sobre las domesticidades, las pedagogías adoptadas, y las instituciones docentes que formaron parte de los sistemas que tenían a su cargo la educación de las mujeres en los cuatro siglos contemplados.
Asimismo, de alguna manera, señalan al ideario político acerca de la condición de las mujeres y su acceso al conocimiento, al grado de implicación -en cuanto a escolarización de la población femenina- de las instancias gubernativas y del entramado institucional, así como a la propia sociedad que le sirvió de marco, como causas principales de la secular educación deficiente recibida por las mujeres, y de las desigualdades con respecto a la masculina.

Con ello, las contribuciones que integran este volumen han permitido construir una secuencia histórica para visibilizar el devenir de la educación femenina en el periodo estudiado. Una historia susceptible también de constituirse en el punto de partida para indagar cuántos de aquellos factores revisados todavía permanecen en las sociedades actuales, a modo de vetos que impiden alcanzar la igualdad efectiva en la educación de las mujeres.

Parution – Las musas suben a la tribuna. Visibilidad y autoridad de las mujeres en el Ateneo de Madrid (1882-1939) [Les muses montent à la tribune. Visibilité et autorité des femmes dans l’Athénée de Madrid (1882-1939)], Genueve ediciones, 2018

Français

L’Athénée scientifique, artistique et littéraire de Madrid était un important centre de culture et de débat intellectuel dans lequel, pendant une grande partie de son histoire, la présence des femmes était très insignifiante. Ce n’est qu’à partir de 1905 avec l’entrée d’Emilia Pardo Bazán, qui fut la première membre à part entière, et surtout dans les années 1920 et 1930 que les femmes ont eu une présence significative à l’Ateneo. Et bien qu’elle n’ait pratiquement jamais siégé au conseil d’administration, elle a occupé des postes dans différentes sections. Elle était une lectrice et une auditrice, une conférencière avant tout, elle participait aux discussions sur le féminisme, notamment aux soirées musicales, et aux soirées d’hommage, ainsi qu’à toutes sortes d’activités organisées par l’Athénée, bien que sa présence ait été très limitée dans le domaine artistique.

Espagnol

El Ateneo Científico, Artístico y Literario de Madrid fue un importante centro cultural y de debate intelectual en el que, durante buena parte de su historia, la presencia de las mujeres fue muy poco significativa. Solo a partir de 1905 con la entrada de Emilia Pardo Bazán, que fue la primera socia de pleno derecho, y sobre todo en las décadas de 1920 y 1930 tuvo una presencia importante la mujer en el Ateneo. Y aunque apenas tuvo parte en la Junta directiva, sí ocupó cargos en diversas secciones. Fue lectora y oyente, conferenciante sobre todo, participó en las discusiones sobre feminismo, muy especialmente en las veladas musicales, y en las veladas homenaje, así como en todo tipo de actividades organizadas por el Ateneo, si bien su presencia fue muy menguada en el ámbito artístico. 

Parution – Gabriele Ball et Juliane Jacobi, « Schule und Bildung in Frauenhand. Anna Vorwerk und ihre Vorläuferinnen » [L’école et l’éducation aux mains des femmes. Anna Vorwerk et ses prédécesseurs]

Français

Née à Königslutter, Anna Vorwerk (1839-1900), aux multiples talents, a réussi à faire de Wolfenbüttel un centre exceptionnel pour l’éducation des filles et des femmes pendant plusieurs décennies au cours de la phase d’éveil du mouvement bourgeois des femmes après la fondation de l’Empire allemand en 1870. Les douze contributions réunies dans ce volume, issues d’une conférence organisée à l’occasion de la réouverture de la maison Anna Vorwerk de la Herzog August Bibliothek, replacent les activités de Vorwerk en tant que mécène et fondatrice d’école, en tant que promotrice de la formation académique des enseignants et en tant que protagoniste de l’auto-organisation professionnelle des enseignantes dans le contexte de l’histoire de l’éducation des filles et des femmes. Les essais sont axés sur des personnalités individuelles et leurs réalisations pédagogiques ou politico-culturelles, mais aussi sur des groupes de fondatrices d’écoles et d’enseignantes, tels que les ordres d’enseignement féminins du XVIIe siècle. L’éventail des éducatrices va des patronnes princières aux aristocrates pieuses, des filles ambitieuses de la bourgeoisie aux médiatrices entre différentes cultures à l’époque de l’impérialisme colonial. Les contributions reflètent de manière impressionnante la diversité des traditions d’engagement des femmes dans l’éducation et l’enseignement depuis le début de la période moderne. La vie et l’œuvre d’Anna Vorwerk s’inscrivent dans cette lignée et représentent à cet égard divers aspects de l’éducation des filles et des femmes au seuil du XXe siècle.

Allemand

Der in Königslutter geborenen, vielseitig begabten Anna Vorwerk (1839–1900) gelang es, Wolfenbüttel in der Aufbruchphase der bürgerlichen Frauenbewegung nach der Reichsgründung von 1870 für einige Jahrzehnte als herausragendes Zentrum der Mädchen- und Frauenbildung zu etablieren. Die zwölf in diesem Band versammelten Beiträge, die auf eine Tagung anlässlich der Wiedereröffnung des Anna-Vorwerk-Hauses der Herzog August Bibliothek zurückgehen, stellen Vorwerks Tätigkeit als Mäzenatin und Schulgründerin, als Förderin der akademischen Lehrerinnenausbildung und als Protagonistin beruflicher Selbstorganisation von Lehrerinnen in den Kontext der Mädchen- und Frauenbildungsgeschichte. Einzelpersönlichkeiten und deren pädagogische oder kulturpolitische Leistungen, aber auch Gruppen von Schulgründerinnen und Lehrerinnen, wie beispielsweise die weiblichen Lehrorden des 17. Jahrhunderts, bilden den jeweiligen Fokus der Aufsätze. Das Spektrum der Bildungsträgerinnen reicht von fürstlichen Mäzenatinnen über fromme Adelige und ambitionierte Töchter aus dem Bürgertum bis zu Vermittlerinnen zwischen verschiedenen Kulturen im Zeitalter des kolonialen Imperialismus. Die Beiträge vermitteln eindrucksvoll die Vielfalt der Traditionen weiblichen Engagements für Bildung und Unterricht seit der Frühen Neuzeit. Anna Vorwerks Leben und Werk stand in dieser Traditionslinie und repräsentiert insofern verschiedene Aspekte der Mädchen- und Frauenbildung an der Schwelle zum 20. Jahrhundert.

https://www.lehmanns.de/shop/sozialwissenschaften/33797373-9783447104845-schule-und-bildung-in-frauenhand-anna-vorwerk-und-ihre-vorlaeuferinnen

Parution – Tim Allender et Stephanie Spender (eds.), « ‘Femininity’ and the History of Women’s Education. Shifting the Frame », Palgrave MacMillan, 2021

This book draws on recent deconstructions around the idea of ‘femininity’ as a social, racial and class construct and explores the diversity of spaces that may be defined as educational that range from institutional contexts to family, to professional outlooks, to racial identity, to defining community and religious groupings. It explores how notions of femininity change across time and place, and within individual lives. Such changes take place at the interface of external forces and individual agency. The application of the notion of ‘femininity’ that assumes a consistent definition of the term is interrogated by the authors, leading to a discussion of the rich possibilities for new directions in research into women’s lives across time, place, and individual life histories.

https://www.palgrave.com/gp/book/9783030542320

Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier

Alber, Julia M.; Allegrante, John P.  ; Auld, M. Elaine ; Breny, Jean. « Looking Back and Moving Forward: SOPHE’s 70 Years of Contributions to Health Education » Health Education & Behavior, v47 n6 p793-801 Dec 2020. [note: SOPHE is Society for Public Health Education]

Choi, Jamyung. « The Consolidating the Collar Line: The Professionalization of Engineering and Social Stratification in Modern Japan, » International Labor and Working-Class History No. 98, Fall 2020, pp. 216–236.

Continuer la lecture de « Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale) »

Parution – Jill Sperandio, « Pioneering Education for Girls across the Globe. Advocates and Entrepreneurs, 1742-1910 », Rowman & Littlefield, 2018

The mid-18th to the early 20th century saw growing interest in the education of girls from all social classes in all regions of the world. During this time period of expanding empires and international travel, pioneering girls’ schools were established by educational entrepreneurs, predominantly men, supported by dedicated women school administrators and teachers who ensured the smooth operation of the schools and well-being of the girls attending them. The schools preceded national and local interest in educating girls, and frequently encountered resistance from the communities they sought to serve for the challenge and potential disruption they threatened to the existing gendered social order.

The author examines six of these pioneering girls’ schools drawing her case studies from Britain, Colonial America, Singapore, India, Azerbaijan and Uganda. Placing each school in its geographical and historical setting, she analyses the driving forces that led their founders to undertake the oft-difficult task of funding and promoting the schools. Beliefs and gendered stereotypes regarding the roles of women in society posed further difficulties as did the conflicting educational ideologies, quality and attainment expectations to be negotiated in developing curriculum for the schools.

On the global level, the school case studies illustrate how imperial expansion, and oft-accompanying religious missionary activity, exposed previously isolated communities in very diverse environments and social contexts to new ideas and influences creating tensions between desires for change and modernization and fears of loss of ethnic community. The author concludes by considering the ongoing importance of local agency, activism and social entrepreneurship in creating awareness of the need for quality education for girls in many parts of the world today.

Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier 2020

  • Arnaldo Briskievicz, Danilo. « A educação no Brasil colonial a partir do Serro/MG (1702 a 1758). [Education in Serro/MG, colonial Brazil (1702-1758).] » Espacio, Tiempo y Educación, Vol. 7 Issue 1, p205-225.
  • D’ALESSIO, Michela. « The «New School» of Basilicata in Mid-twentieth Century. Arturo Arcomano’s Contribution for a Different Education in Southern Italy. » Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 47-67.
  • DALLABRIDA, Norberto. « The Experimental Classes: Different Secondary Education in Brazil in 1950s and 1960s. » Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 133-146.
  • D’Ascenzo, Mirella. « Pedagogic Alternatives in Italy after the Second World War: the Experience of the Movimento di Cooperazione Educativa and Bruno Ciari’s New School in Bologna. » Espacio, Tiempo y Educación, 2020, Vol. 7 Issue 1, p69-87.
  • GROVES, Tamar. « Professional Advocacy in Education. The Legacy of the 1960s Students’ Protest and the Forging of a Social-Professional Identity among Teachers (Spain, 1970-1982). » Espacio, Tiempo y Educación. v. 7, n. 1, p. 163-180, jan. 2020.
  • Lowe, Roy. « The charitable status of elite schools: the origins of a national scandal » History of Education, January 2020, Vol.49(1), pp.4-17.
  • MACHADO TRUJILLO, Cristian. « The Technological Boom in Schools in the 80s: an Approximation to the Spanish ATENEA Programme. » Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 247-262, jan. 2020.
  • MANGAL, Aarti. « A century of teacher education in India: 1883-1985. » Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 263-285, jan. 2020.
  • McCormack, Christopher F. « Society, science and institutionally-embodied higher education reform in nineteenth-century Ireland: the role of mobile, professional elites in fashioning reform. » History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p18-37.
  • Meşeci Giorgetti, Filiz. « Nation-building in Turkey through ritual pedagogy: the late Ottoman and early Turkish Republican era. » History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p77-103.
  • ROBERT, André D; JEAN-YVES, Seguy. « The French Classes Nouvelles (1945-1952): Why is it so Difficult to Change Traditional Pedagogy? » Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 27-45, jan. 2020.    
  • Rosnes, Ellen Vea. « A time of destiny for Norwegian mission schools in Zululand and Natal under the policy of Bantu Education (1948–1955). » History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p104-125.
  • VISACOVSKY, Nerina. « Between State and Private Education: the Ideological Dilemma of Argentine Progressive Jews (1955-1995). » Espacio, Tiempo y Educación, [S.l.], v. 7, n. 1, p. 287-313, jan. 2020.
Continuer la lecture de « Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale) »

Parution – « Scolarisation des filles et relations de genre », revue Autrepart, 2018.

La scolarisation des filles a connu une progression massive et spectaculaire au cours des dernières décennies dans l’ensemble des pays du Sud, certains d’entre eux inversant même les inégalités de fréquentation au détriment des garçons. À partir d’études de cas et d’approches disciplinaires et thématiques variées, Autrepart montre la persistance des rapports de genre et l’émergence de nouveaux schémas discriminants envers les filles scolarisées. Le désordre social provoqué par cette évolution incite les sociétés à poursuivre la scolarisation des filles tout en maintenant à l’identique les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes à travers notamment la recherche d’un nouvel « idéal féminin ».

Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Publication – Kabria Baumgartner, « In Pursuit of Knowledge. Black Women and Educational Activism in Antebellum America », New-York UP, 2019.

The story of school desegregation in the United States often begins in the mid-twentieth-century South. Drawing on archival sources and genealogical records, Kabria Baumgartner uncovers the story’s origins in the nineteenth-century Northeast and identifies a previously overlooked group of activists: African American girls and women.

In their quest for education, African American girls and women faced numerous obstacles—from threats and harassment to violence. For them, education was a daring undertaking that put them in harm’s way. Yet bold and brave young women such as Sarah Harris, Sarah Parker Remond, Rosetta Morrison, Susan Paul, and Sarah Mapps Douglass persisted.

In Pursuit of Knowledge argues that African American girls and women strategized, organized, wrote, and protested for equal school rights—not just for themselves, but for all. Their activism gave rise to a new vision of womanhood: the purposeful woman, who was learned, active, resilient, and forward-thinking. Moreover, these young women set in motion equal-school-rights victories at the local and state level, and laid the groundwork for further action to democratize schools in twentieth-century America. In this thought-provoking book, Baumgartner demonstrates that the confluence of race and gender has shaped the long history of school desegregation in the United States right up to the present.

Parution – « Archivos y patrimonio histórico escolar: memoria, pedagogía e investigación », n°12, Cuadernos chilenos de historia de la education, 2019.

Présentation

  • Presentación Rodrigo Mayorga, María José Vial, Rodrigo Sandoval

Articles

Publication – Antonella Cagnolati, Antonio Francisco Canales Serrano (dir.), « Women’s Education in Southern Europe. Historical perspectives (19th-20th century) », 3 tomes, Aracne editrice, 2017.

“Speaking out from the South in their own voice” means pursuing two courses of action. Firstly, it means describing these hitherto little–known situations; and secondly, it means offering interpretations based on the situations themselves, and which are thus adapted to the specific historical experiences being recounted. The contributions contained herein describe the anxieties, hesitations, contradictions and paradoxes which characterise the process of incorporating women into the education system in Greece,Portugal, Italy and Spain, highlighting the similarities which exist between the cases. And they do so in a diverse range of dimensions and areas, from the studies and professional practice of female primary teachers and the presence of girls in secondary education, a field traditionally reserved for boys, to non formal and informal educational institutions.

Parution – Sol Serrano, Macarena Ponce de León, Francisca Rengifo, Rodrigo Mayorga, « Historia de la Educación en Chile (1810-2010) », 2012-2018.

Résumé du tome I

La educación se inicia cuando por algún motivo y para alguien se hace necesaria. En Chile, la extensión de la escuela fue una iniciativa republicana del Estado y las comunidades locales. Desde metodologías muy diversas, este libro trasciende la historia interna de la educación para preguntarse por quienes la demandaron y quienes accedieron a ella. Por eso la geografía, la demografía, la creación de la estadística nacional y la institucionalización del sistema educacional conforman la base empírica para estudiar la relación entre el proyecto político, la escuela, las familias y la estructura productiva.

Se llega así a la escuela misma, a la formación de los preceptores, a las prácticas pedagógicas y a los métodos de enseñanza. Además, se busca comprender qué aprendieron los niños, considerando los textos escolares y su circulación, la formalización del aula como un espacio para enseñar, y las técnicas de aprendizaje aplicadas a alumnos que asistían esporádicamente a clases.

Se prueba finalmente que la escuela fue la primera y la única política social del siglo XIX en Chile que impulsó un desarrollo significativo de la alfabetización. Fue la institución más extendida en el territorio del Estado nacional en formación, la red más inclusiva del período

Résumé du tome II

Entre 1880 y 1930 la educación fue el centro de las transformaciones sociales y se constituyó en el principal agente democratizador de la sociedad chilena. La cobertura escolar creció a un ritmo inusitado, no obstante las dificultades inherentes a la pobreza de la población.

Así, la Ley de Educación, que estableció la obligatoriedad escolar, inauguró las políticas sociales en el país. La escuela pública se institucionalizó, llegó a más niños, y estos aprendieron más y mejor.

La educación también permitió el ingreso de nuevos actores al espacio público: las mujeres se incorporaron a la educación secundaria, el movimiento obrero creó sus propias escuelas y los niños mapuches, aunque pocos, pudieron reivindicar sus derechos.

Résumé du tome III

Si en el segundo tomo se constató que el sistema educativo fue exitoso en términos políticos y culturales, en este volumen vemos, más bien, cómo la educación se enfrentó, sobre todo, a las bondades y restricciones de la productividad económica y su impacto en el desarrollo social.

Si en el periodo analizado los discursos enfatizaban las «reformas» llevadas a cabo por los gobiernos del Frente Popular, luego se comenzó a hablar de «crisis», yes que los deficientes resultados de los estudiantes, el alzadel analfabetismo o el aumento de la deserción escolar, «desarrollaron un malestar social, una crítica que fue conceptualizada como una especie de desajuste crónico entre la aspiración de un cambio en la estructura social y cultural del país, por una parte, y el desarrollo económico y sus resultados por otra».

Las movilizaciones estudiantiles de los cincuenta y sesenta no solo son una expresión de este descontento: son al mismo tiempo el anuncio de un malestar por venir, aun mayor, una crisis que dio inicio a una nueva etapa en nuestra historia.

Parution – Histoire des élèves : tome 1, « Parcours scolaires, genre et inégalités » (Jean-François Condette et Véronique Castagnet-Lars dir.) ; tome 2, « Ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles) » (Jérôme Krop et Stéphane Lembré dir.), 2020.

Résumé :

Si l’élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.

Résumé :

Si l’histoire de l’éducation évoque souvent les élèves, elle en fait trop rarement des acteurs à part entière du système éducatif. La place des élèves renvoie pourtant à l’enjeu de la vie en démocratie.

L’école est tout autant un moyen pour une société de former, informer et conformer la jeunesse, qu’une institution plurielle façonnée par celles et ceux qui la fréquentent. Ce livre, second tome de la publication d’un vaste travail collectif sur l’histoire de l’enfance et de la jeunesse scolarisées, vise à retrouver les élèves à travers leur adhésion ou leurs contestations de l’ordre imposé par l’école, lui-même changeant, et leur participation à la vie des écoles.

Quatorze textes explorent la diversité des sources donnant accès aux actes et aux paroles des élèves de divers établissements. En accordant une place importante mais non exclusive aux dernières décennies du XXe siècle, qui connaissent des développements décisifs, il s’agit aussi de donner toute sa profondeur chronologique à cette histoire.

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Publication – Maryse Cuvillier, Des mathématiques pour les filles ? L’exemple de l’enseignement primaire de la Somme de 1881 à 1923

Presses universitaires du Septentrion, 2019.

À l’école primaire de la fin du XIXe siècle, les performances des filles en mathématique sont inférieures à celles des garçons. Sont-elles privées de « la bosse des maths » ou y-a-t-il d’autres raisons à cette situation ? De nouveaux programmes sont publiés à partir de 1881. L’enseignement mathématique se veut « pratique », il vise aussi à développer la réflexion. Ces finalités seront-elles atteintes ? Cela améliorera –t-il les résultats des filles ?

Cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions en étudiant l’histoire de l’enseignement mathématique féminin au primaire, par le biais de sa mise en œuvre dans la Somme. S’appuyant sur des sources très variées, il comble un vide historiographique, ce sujet ayant été peu exploré jusqu’à présent. L’auteure s’attache à entrer non seulement dans les classes, mais aussi dans les salles d’examen, pour saisir les enjeux de cet enseignement, les décalages entre le national et le local, précisant ainsi la culture scolaire acquise par ces élèves.