Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Publication – Kabria Baumgartner, « In Pursuit of Knowledge. Black Women and Educational Activism in Antebellum America », New-York UP, 2019.

The story of school desegregation in the United States often begins in the mid-twentieth-century South. Drawing on archival sources and genealogical records, Kabria Baumgartner uncovers the story’s origins in the nineteenth-century Northeast and identifies a previously overlooked group of activists: African American girls and women.

In their quest for education, African American girls and women faced numerous obstacles—from threats and harassment to violence. For them, education was a daring undertaking that put them in harm’s way. Yet bold and brave young women such as Sarah Harris, Sarah Parker Remond, Rosetta Morrison, Susan Paul, and Sarah Mapps Douglass persisted.

In Pursuit of Knowledge argues that African American girls and women strategized, organized, wrote, and protested for equal school rights—not just for themselves, but for all. Their activism gave rise to a new vision of womanhood: the purposeful woman, who was learned, active, resilient, and forward-thinking. Moreover, these young women set in motion equal-school-rights victories at the local and state level, and laid the groundwork for further action to democratize schools in twentieth-century America. In this thought-provoking book, Baumgartner demonstrates that the confluence of race and gender has shaped the long history of school desegregation in the United States right up to the present.

Parution – « Archivos y patrimonio histórico escolar: memoria, pedagogía e investigación », n°12, Cuadernos chilenos de historia de la education, 2019.

Présentation

  • Presentación Rodrigo Mayorga, María José Vial, Rodrigo Sandoval

Articles

Publication – Antonella Cagnolati, Antonio Francisco Canales Serrano (dir.), « Women’s Education in Southern Europe. Historical perspectives (19th-20th century) », 3 tomes, Aracne editrice, 2017.

“Speaking out from the South in their own voice” means pursuing two courses of action. Firstly, it means describing these hitherto little–known situations; and secondly, it means offering interpretations based on the situations themselves, and which are thus adapted to the specific historical experiences being recounted. The contributions contained herein describe the anxieties, hesitations, contradictions and paradoxes which characterise the process of incorporating women into the education system in Greece,Portugal, Italy and Spain, highlighting the similarities which exist between the cases. And they do so in a diverse range of dimensions and areas, from the studies and professional practice of female primary teachers and the presence of girls in secondary education, a field traditionally reserved for boys, to non formal and informal educational institutions.

Parution – Sol Serrano, Macarena Ponce de León, Francisca Rengifo, Rodrigo Mayorga, « Historia de la Educación en Chile (1810-2010) », 2012-2018.

Résumé du tome I

La educación se inicia cuando por algún motivo y para alguien se hace necesaria. En Chile, la extensión de la escuela fue una iniciativa republicana del Estado y las comunidades locales. Desde metodologías muy diversas, este libro trasciende la historia interna de la educación para preguntarse por quienes la demandaron y quienes accedieron a ella. Por eso la geografía, la demografía, la creación de la estadística nacional y la institucionalización del sistema educacional conforman la base empírica para estudiar la relación entre el proyecto político, la escuela, las familias y la estructura productiva.

Se llega así a la escuela misma, a la formación de los preceptores, a las prácticas pedagógicas y a los métodos de enseñanza. Además, se busca comprender qué aprendieron los niños, considerando los textos escolares y su circulación, la formalización del aula como un espacio para enseñar, y las técnicas de aprendizaje aplicadas a alumnos que asistían esporádicamente a clases.

Se prueba finalmente que la escuela fue la primera y la única política social del siglo XIX en Chile que impulsó un desarrollo significativo de la alfabetización. Fue la institución más extendida en el territorio del Estado nacional en formación, la red más inclusiva del período

Résumé du tome II

Entre 1880 y 1930 la educación fue el centro de las transformaciones sociales y se constituyó en el principal agente democratizador de la sociedad chilena. La cobertura escolar creció a un ritmo inusitado, no obstante las dificultades inherentes a la pobreza de la población.

Así, la Ley de Educación, que estableció la obligatoriedad escolar, inauguró las políticas sociales en el país. La escuela pública se institucionalizó, llegó a más niños, y estos aprendieron más y mejor.

La educación también permitió el ingreso de nuevos actores al espacio público: las mujeres se incorporaron a la educación secundaria, el movimiento obrero creó sus propias escuelas y los niños mapuches, aunque pocos, pudieron reivindicar sus derechos.

Résumé du tome III

Si en el segundo tomo se constató que el sistema educativo fue exitoso en términos políticos y culturales, en este volumen vemos, más bien, cómo la educación se enfrentó, sobre todo, a las bondades y restricciones de la productividad económica y su impacto en el desarrollo social.

Si en el periodo analizado los discursos enfatizaban las «reformas» llevadas a cabo por los gobiernos del Frente Popular, luego se comenzó a hablar de «crisis», yes que los deficientes resultados de los estudiantes, el alzadel analfabetismo o el aumento de la deserción escolar, «desarrollaron un malestar social, una crítica que fue conceptualizada como una especie de desajuste crónico entre la aspiración de un cambio en la estructura social y cultural del país, por una parte, y el desarrollo económico y sus resultados por otra».

Las movilizaciones estudiantiles de los cincuenta y sesenta no solo son una expresión de este descontento: son al mismo tiempo el anuncio de un malestar por venir, aun mayor, una crisis que dio inicio a una nueva etapa en nuestra historia.

Parution – Histoire des élèves : tome 1, « Parcours scolaires, genre et inégalités » (Jean-François Condette et Véronique Castagnet-Lars dir.) ; tome 2, « Ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles) » (Jérôme Krop et Stéphane Lembré dir.), 2020.

Résumé :

Si l’élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.

Résumé :

Si l’histoire de l’éducation évoque souvent les élèves, elle en fait trop rarement des acteurs à part entière du système éducatif. La place des élèves renvoie pourtant à l’enjeu de la vie en démocratie.

L’école est tout autant un moyen pour une société de former, informer et conformer la jeunesse, qu’une institution plurielle façonnée par celles et ceux qui la fréquentent. Ce livre, second tome de la publication d’un vaste travail collectif sur l’histoire de l’enfance et de la jeunesse scolarisées, vise à retrouver les élèves à travers leur adhésion ou leurs contestations de l’ordre imposé par l’école, lui-même changeant, et leur participation à la vie des écoles.

Quatorze textes explorent la diversité des sources donnant accès aux actes et aux paroles des élèves de divers établissements. En accordant une place importante mais non exclusive aux dernières décennies du XXe siècle, qui connaissent des développements décisifs, il s’agit aussi de donner toute sa profondeur chronologique à cette histoire.

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Publication – Maryse Cuvillier, Des mathématiques pour les filles ? L’exemple de l’enseignement primaire de la Somme de 1881 à 1923

Presses universitaires du Septentrion, 2019.

À l’école primaire de la fin du XIXe siècle, les performances des filles en mathématique sont inférieures à celles des garçons. Sont-elles privées de « la bosse des maths » ou y-a-t-il d’autres raisons à cette situation ? De nouveaux programmes sont publiés à partir de 1881. L’enseignement mathématique se veut « pratique », il vise aussi à développer la réflexion. Ces finalités seront-elles atteintes ? Cela améliorera –t-il les résultats des filles ?

Cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions en étudiant l’histoire de l’enseignement mathématique féminin au primaire, par le biais de sa mise en œuvre dans la Somme. S’appuyant sur des sources très variées, il comble un vide historiographique, ce sujet ayant été peu exploré jusqu’à présent. L’auteure s’attache à entrer non seulement dans les classes, mais aussi dans les salles d’examen, pour saisir les enjeux de cet enseignement, les décalages entre le national et le local, précisant ainsi la culture scolaire acquise par ces élèves.

JE – Comprendre et combattre la sous‐représentation des filles en sciences dans les ENS (23 jan. 2018, ENS Paris-Saclay)

Les candidat es ne représentent que 16 % des inscrit-es au concours X-ENS dans la filière MP, et seulement 6 à 10% des admis-es selon les écoles, l’ essentiel de leur éviction se jouant au moment de l’ admissibilité, c’ est-à-dire des épreuves écrites. Cette sous-représentation aux différentes étapes du concours se traduit par leur faible représentation au sein des ENS. Dans la perspective de combattre cette situation, il apparaît nécessaire de comprendre quelles en sont les causes et les modalités et de réfléchir aux actions qui pourraient être entreprises. Depuis le début de l’année 2016, un groupe de travail regroupant plusieurs responsables, enseignant-es-chercheur-es et jeunes chercheur-es des ENS de Lyon, Paris-Saclay et Rennes, auxquelles s’ ajoutent occasionnellement des représentant-es d’ associations professionnelles scientifiques et des inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, se réunit régulièrement autour des enjeux de l’ égalité entre femmes et hommes dans les filières scientifiques des ENS, en premier lieu dans les concours de la filière MP de la banque X-ENS, où l’ exclusion des filles est particulièrement prononcée. Ce groupe a fonctionné à travers des réunions de travail régulières, donnant lieu à des présentations de données récent es, de travaux statistiques et des discussions sur les enjeux multiples de l’ analyse des processus générateurs de ces inégalités systématiques. Cette journée d’ études se propose de revenir sur les travaux engagés et d’ initier les élément s de la réflexion sur les pistes à poursuivre.

AàC – Les enseignantes en France : sexe, genre et identités (XVIe-XXe siècles)

            L’étude des enseignantes et de leur identité s’est développée dans les années 1990 avec l’introduction du paradigme du genre dans l’historiographie de l’éducation. Les travaux et les réflexions de Françoise Mayeur (L’enseignement Secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, FNSP, 1977) avaient alerté, dans les années 1970, les historiens sur la nécessité de penser ensemble le masculin et le féminin pour comprendre les réalités éducatives : « l’histoire de l’éducation féminine ne peut se passer d’une vue de la société globale et de l’histoire masculine, aussi », avertit l’historienne dans son article « L’éducation des filles en France au XIXème siècle : historiographie et problématiques », in Actes des séminaires, organisés par l’École française de Rome et l’Università di Roma – la Sapienza (janvier-mai 1985), Publications de l’École française de Rome, volume 104, n° 1, 1988, pp. 79-90). Forgée dans les années 1970 aux Etats-Unis, la problématique de genre invite à considérer le masculin et le féminin comme autant de catégories sociales et culturelles élaborées dans une relation de pouvoir.

 

Modalités pratiques de soumission d’une communication

Neuf contributions seront retenues pour cette journée. Les propositions de communications sont à envoyer à fanny.dauphin17 [at] gmail.com. Elles comprendront une présentation rapide de l’identité du possible contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire si enseignant-chercheur), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum). La date limite de proposition des communications est fixée au 30 avril 2018. Ces propositions seront ensuite examinées par le comité d’organisation qui décidera de les retenir ou non. Les actes seront publiés.

Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880) »

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une « éducation universelle ». La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

Conférence – De la régénération à la moralisation : histoire des écoles pour filles (1789-1830) (Caroline Fayolle, Montpellier)

Contrairement aux idées reçues, c’est sous la Révolution française que les premières écoles publiques de filles voient le jour. Objet de débats, ces dernières constituent un espace de régénération visant à faire advenir un modèle de féminité républicaine.

Plus d’information sur le site de France Culture.

AAC – Le genre des apprentissages : contraintes et contournements

La revue Genre & Histoire lance un appel à contribution pour son n° 20 (2017) sur le thème « Manières d’apprendre. Le genre des apprentissages : contraintes et contournements
(Antiquité – époque contemporaine) », coordonné par Ulrike Krampl (Tours), Dominique Picco (Bordeaux-Montaigne) et Marianne Thivend (Lyon 2).

L’éducation constitue pour l’histoire du genre un objet d’étude stratégique puisque l’accès aux savoirs formalisés et leur validation institutionnelle agissent comme des facteurs majeurs de différenciation sociale et de genre ; tenter d’y introduire davantage d’égalité inspire jusqu’à nos jours des réticences très vives. Cependant, l’école proprement dite n’a concerné, jusqu’au XIXe siècle, qu’une minorité essentiellement masculine de la population européenne, et les inégalités d’accès à l’éducation scolaire, notamment secondaire, technique et supérieure, sont restées fortes pendant une bonne partie du XXe siècle ; en témoignent la composition des effectifs d’élèves et d’enseignant.es, les programmes ou encore les politiques éducatives qui constituent des objets privilégiés de la recherche récente en histoire de l’éducation. Si l’école joue aujourd’hui un rôle crucial, l’éducation ne se réduit guère au cadre scolaire mais comprend, au sein d’un même parcours de vie, différents modes et lieux d’apprentissage qui peuvent alterner ou se mêler, qu’ils soient mixtes ou non, publics ou domestiques, institutionnalisés ou informels, intégrés ou, au contraire, distincts de la socialisation et de l’initiation professionnelle. Tenir compte de cette dimension composite de l’éducation invite non seulement à étudier au même titre garçons et filles, y compris lorsque la socialisation et l’organisation scolaire les séparent, mais aussi à appréhender un ensemble plus large de facteurs qui façonnent le genre des apprentissages. Continuer la lecture de « AAC – Le genre des apprentissages : contraintes et contournements »

Séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives » sur l’éducation

La 7ème séance du séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives » s’intéressera aux questions de l’éducation.
Pour cette nouvelle année, le séminaire traitera des controverses qui traversent les mouvements féministes depuis la fin du 19ème siècle, des dimensions genrées des controverses dans l’espace public et des débats récurrents suscités par certaines revendications féministes. Il s’agira en particulier de comprendre les processus en jeu dans les différentes controverses en étudiant tant les discours mobilisés que les coalitions d’actrices et d’acteurs qui se forment et les arènes où elles se déploient.

6 février 2015, 9h-11h, salle 1 : Femmes et éducation

Sém.: Femmes et éducation

Le séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives » du Master Genre, Politique et Sexualité EHESS consacre une séance aux questions éducatives:

Lieu : EHESS, 105 Boulevard Raspail, 75007 ; métro Saint-Placide (ligne 4) ou Notre-Dame-des-Champs (ligne 12).

Contacts : alban.jacquemart (o) gmail.com, bibia.pavard (o) sciences-po.org, camille.masclet ( o) unil.ch, marion_charpenel (o) hotmail.com

Séance 7 – 6 février 2015, salle 1 : Femmes et éducation

  • Caroline Fayolle (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Centre de recherches historiques, Histoire): « Peut-on régénérer les femmes ? Les controverses sur l’éducation publique des filles pendant la Révolution ».
  • Rebecca Rogers (Université Paris Descartes, CERLIS, Histoire): « Débats sur l’éducation des filles ‘indigènes’ en Algérie (19e siècle) ».

AAC: ISCHE-SWG – Gender and Education

For ISCHE 37, 2015 in Istanbul the Gender and Education Standing Working Group proposes the theme « Gender, Power Relations and Education in a Transnational World » with a special focus on Critique of gendered historical terms, language and symbols and exploration of how they are transferred, transformed, imposed or resisted in their passage across borders and in different times and contexts.

Historians of gender and education are finding the concept of transnationalism very useful for a deeper understanding of historical change and situations. Transnationalism addresses networks, ideas and practices which transcend national boundaries yet are linked to them and can affect and reflect national developments. Its study illuminates the fluidity of concepts of gender, education, culture and nation in time and space and the significance of individual or group action – a factor which allows the role of those usually marginalized within power structures to be better appreciated. It also raises questions across the continents concerning internationalism, globalization, colonialism and/or post-colonialism, contentious terms which again concern power relations.

Abstracts for this SWG will have to follow the criteria established by the Conference. For our SWG the deadline for the submission of paper is 15 December 2014. Applicants will be notified of the acceptance or rejection of proposals in February 2015.